Navigation – Plan du site

Une norme pour la langue d’oc ? Les débuts d’une histoire sans fin

Philippe Martel
p. 23-50

Résumé

Ce n'est pas d'aujourd'hui que le milieu de ceux qui écrivent la langue d'oc ou militent pour elles s'affrontent sur ce qu'elle doit être. Comment la nommer ? Laquelle de ses variantes dialectales choisir comme la plus digne d'être l'organe de la renaissance (faut-il, d'ailleurs, obligatoirement en privilégier une ?) ? Comment l'écrire, et pour dire quoi ? Et, bien entendu, la question de fond, celle donc qui n'est posée qu'implicitement : qui est le mieux placé pour donner les justes réponses à ces questions ? Le conflit commence dès la naissance du Félibrige, la première forme d'organisation collective à incarner la renaissance d'oc au xixe siècle, la première aussi à proposer une solution aux problèmes qui se posent, par la promotion d'une variante dialectale, le provençal rhodanien des fondateurs, et d'une graphie, le tout au service d'un projet littéraire ambitieux, servi par un discours cohérent de valorisation de la langue, et une organisation hiérarchisée s'attribuant le pouvoir sur cette langue. Les félibres rencontrent d'entrée de jeu des résistances dans le monde de ceux qui un peu partout écrivent alors dans les divers parlers occitans : qu'il s'agisse de ceux qui s'appuient sur une tradition d'écriture antérieure — à Marseille ou à Nice par exemple, ou de ceux qui, dans des régions touchées un peu plus tard par l'influence du Félibrige, revendiquent en faveur de leur parler local – en Limousin, en Gascogne, à Montpellier, voire sur les périphéries de l'espace dialectal provençal. Certains entendent rester dans le cadre d'un mouvement travaillant à l'échelle de l'ensemble doc, d'autres réfutent jusqu'à l'existence d'un tel ensemble, ou considèrent que leur parler n'en fait pas partie. Enfin, aux débuts du xixe siècle, une nouvelle tendance, l'occitanisme, joint à son choix dialectal un choix graphique, en entreprenant de réformer la graphie de la langue telle que les félibres l'ont proposée. Bien entendu, dans tous les cas, la production de discours polémiques s'accompagne de la création de structures portant ces discours, à la vie plus ou moins longue. Ce sont ces discours, ces structures et leur arrière-plan que l'on cherchera à étudier ici, depuis 1850.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Trad. : « doux et joli ».
  • 2 Trad. : « On dirait que les gens qui le parlent chantent. »
  • 3 Trad. : « C’est le plus doux et le plus pur de tous ; quand une jeune arlésienne ou une jeune avign (...)

1On ne peut pas reprocher à Mistral et à ses amis, ces jeunes poètes qui se donnent le titre de félibres, d’avoir caché leur jeu : dès 1856, leur organe, l’Armana Prouvençau, fournit à ses lecteurs, alors relativement rares il est vrai, une présentation de la « lengo prouvençalo » due selon toute probabilité à Mistral lui-même (Armana Prouvençau 1856, 25-30). Sous ce vocable, il regroupe les parlers d’une vingtaine de départements français — seul le nord-occitan échappe alors à son regard — et il les distribue en quatre grands dialectes. Il y a le « gascon », celui de Jasmin et de Goudouli, croit-il. Il y a le languedocien, « dous e poulit1 », celui qui ressemble le plus à l’ancienne langue romane. « Li gent que lou parlon semblo que canton2. » Il y a aussi le marseillais mais il est un peu « dur ». Et il y a le rhodanien : « ei lou plus dous e lou plus pur de tóuti. Quand uno jouino arlatenco o uno jouino avignounenco vous dis quauco-ren dins aquel armounious paroulit, poudès pas vous alassa de l’entèndre [...] L’auriho i es jamai escalustrado per uno letro duro3 ». Ce rhodanien, c’est celui que Mistral et ses amis utilisent, quelque part du côté d’Avignon. Et grâce au succès de Mirèio, et aussi à une politique vigoureuse d’expansion menée par les félibres, c’est bel et bien ce rhodanien si minoritaire au départ qui va devenir la langue normale du Félibrige. Mais si assez vite les résistances initiales s’apaisent ou sont marginalisées, les problèmes viendront ensuite du cœur même du Félibrige, au fur et à mesure que celui-ci conquiert des provinces d’oc qui au départ lui échappaient. Se pose alors un vrai problème : que faire des parlers qu’on y utilise ? Peut-on espérer voir leurs utilisateurs adopter la lengo mistralenco, comme disent certains félibres dès la fin du siècle ? Ou à tout le moins utilisera-t-on le modèle graphique qui a été élaboré pour elle ? De fait, il y a eu bel et bien des débats, parfois vifs, portant en apparence sur la question de la langue et de la graphie, mais renvoyant en réalité à un problème bien plus profond : où doit se situer le centre de gravité, donc le centre de pouvoir de la renaissance d’oc ? Ce problème, on voit bien qu’il se pose toujours aujourd’hui, et pour les mêmes raisons. Il n’en est que plus intéressant de voir comment les lointains devanciers des acteurs du débat actuel avaient déjà mis en place une bonne partie des arguments qui s’utilisent aujourd’hui. C’est de cette dimension-là, celle du discours, que nous nous occuperons ici, laissant à d’autres plus compétents la question technique de l’évaluation des diverses graphies concurrentes au cours de la période concernée.

Les premières conquêtes

  • 4 À la suite de Lamartine, la plupart des grands journaux nationaux saluent la sortie de l’ouvrage. C (...)

2Dans les premières années de leur existence, entre 1854 et 1860, les félibres ne fournissent que 5 % des titres imprimés en occitan (Martel 1994). Clairement, tout observateur impartial en ces premières années n’aurait aucune hésitation à porter son diagnostic : si la forme d’occitan la plus employée à l’écrit, en tout cas en nombre de titres, c’est le provençal, à l’intérieur du provençal, c’est Marseille qui est la vraie capitale, de façon écrasante. Et Aix comme Toulon pèsent alors davantage qu’Avignon. En pays rhodanien, même, tous les auteurs qui produisent alors ne sont pas liés au Félibrige naissant — certains, comme Bonnet de Beaucaire — sur la mauvaise rive du Rhône, certes, lui sont même hostiles. C’est le triomphe parisien de Mirèio4 qui inverse les données du problème, si ambigu que soit par ailleurs ce succès, et permettra aux félibres dès 1880 d’être majoritaires dans le domaine de l’imprimé occitan. Ceci dit, dès avant ce « miracle », les félibres avaient déjà quelque chose de plus que leurs confrères. Ces derniers mènent des carrières individuelles — soit de chansonniers urbains prodigues en feuilles volantes, soit d’auteurs confidentiels, et arrivent tout au plus à cohabiter dans des petites revues, Lou Boui-abaisso des années quarante étant remplacé plus tard par l’Abeilho prouvençalo ou le Gay saber de Gaut. Pas question pour eux de se poser des questions sur l’orthographe, ou sur l’épuration d’un provençal urbain truffé de francismes. En face, les félibres se sont dotés dès 1853 d’un code graphique, et d’un projet de construction d’une nouvelle littérature d’oc plus ambitieuse et plus exigeante que celle qui les a précédés. Ils se dotent aussi, avec l’Armana déjà évoqué, d’un organe à vocation populaire, qui rend visible et lisible la nouvelle norme. Une norme graphique, même si les premières années il reste quelques points à améliorer — ce sera fait dans la décennie qui suit. Et déjà aussi une norme linguistique : élimination autant que faire se peut des francismes les plus évidents, et surtout, prééminence du rhodanien : il représente la totalité des 57 pièces, prose et vers, du premier Armana, celui de 1855. Mais dès le début des années soixante la porte s’entrouvre, quoique de façon bien particulière. L’Armana de 1863 comporte 70 pièces différentes. Seules onze ne sont pas en rhodanien, mais soit en catalan (un poème), soit en provençal maritime, soit en languedocien. Et ce qui est particulièrement intéressant, c’est la présence de trois auteurs de la rive droite du Rhône : le Montpelliérain Bringuier, le Biterrois Azais, le Nîmois Roumieux, qui écrivent tous les trois directement en rhodanien félibréen. S’installe ainsi une tradition promise à un long avenir. Si on fait le compte des pièces publiées par l’Armana entre 1887 et 1896, en un temps donc où le Félibrige a virtuellement conquis l’ensemble du Midi, hormis les périphéries pyrénéenne et auvergnate, on constate que le rhodanien pèse 92 % du total, suivi, de très loin par le provençal maritime (7,3 %), le... reste étant représenté pour l’essentiel par le languedocien oriental des Cévenols Arnavielle, Blavet et feu La Fare Alais, sans oublier la Trobairitz Clara d’Anduze, encore plus morte que le dernier nommé. Bref, on ne saurait mieux marquer que dans Armana Prouvençau le second élément n’a pas seulement une fonction décorative. C’est bel et bien le provençal, et un provençal bien particulier qui représente la norme, le reste étant marginal, et souvent identifié par le marqueur « parla » établissant la distance avec le rhodanien, la langue « normale ».

  • 5 Trad. : « Voilà le langage que parlaient les poètes de Provence et du Midi, il y a de ça sept-cents (...)

3Le discours félibréen se dote très tôt de justifications très élaborées, visant à légitimer aussi bien le code graphique prôné que la forme dialectale privilégiée. En ce qui concerne la graphie, l’argument est celui de la fidélité à celle, prestigieuse, des troubadours — que les félibres se seraient donc bornés, disent-ils, à reprendre tout en la modernisant : c’est par exemple l’argumentation assénée par Roumanille à Alfred Artaud dans la grande polémique qui l’oppose entre 1862 et 1866 à ce candidat malheureux au concours poétique d’Apt (Casanova 1987) : et de saluer les « troubadours des xiie et xiiie siècles dont les félibres se glorifient d’avoir retrouvé la tradition ». C’est au fond la même idée, tout aussi ingénument insolente au demeurant, que l’on retrouve exprimée dans l’Armana en 1896 à propos d’un poème de Clara d’Anduze : « vès-aqui lou lengage que parlavon li poueto de Prouvènço e dóu Miejour, i a d’acò set cents an. Lou mai que ié retrais, à l’ouro dóu jour d’uèi, es lou parla di felibre dóu Rose5 ». Ainsi s’effacent les siècles, et ainsi se rejettent du côté de la dérive linguistique tous les parlers qui ne sont pas celui des « félibres du Rhône ».

4Pour ramener dans le bercail ceux qui se sont laissés aller à dériver, les félibres disposent de plusieurs armes. Celle de la critique, d’abord. En 1858, l’Armana rend compte ainsi d’une œuvre de l’Aixois Marius Decard :

  • 6 Trad. : « Je vois à l’auteur trop de bon sens et de bon goût pour qu’à l’avenir il n’adopte pas com (...)

Vese a l’autour trop de bon sens e de bon goust pèr qu’à l’aveni n’adòute pas coumpletamen l’ourtougràfi félibrenco. Per quau couneis tan si pau li vièi mounumen de noste gai sabé, es tout clar qu’aquelo ourtougràfi es la mai aprouchanto d’aquelo de nòsti reire troubadour6. (Armana 1858, 93)

5Bref, seuls de parfaits ignorants des gloires médiévales peuvent choisir une autre orthographe ; à bon entendeur salut. Et il convient de ne pas trop hésiter avant de se convertir, car la porte du Paradis félibréen est étroite. Tant pis pour ceux qui décidément ne sont pas dignes d’entrer ; l’Armana pour 1867 exécute ainsi Félix Peise :

  • 7 Trad. : « Un dialecte qui ne fait pas grand chose et pas beaucoup parler de lui, c’est le dialecte (...)

Un dialeite que fai pas grand causo e gaire parla d’éu es lou dialèite marsihès... A-n-aquéli pamens qu’amon li farcejado de la Canebiero, li R venera dis infinitiéu, lis S armouniouso dóu plurau, lis éou li oou, lis uechs, lis achs e àutris agradanço, recoumandan especialamen leis Talounados de Barjomau (Marsiho, libr. Feraud, 1865). Manco ni pebre, ni vinaigre, ni sau, ni aiet à-n-aquelo ensalado de cabanoun7. (Armana 1867, 13)

6Comment échapper à l’excommunication ? On peut participer à un des concours que les félibres commencent à organiser dès 1862 (concours d’Apt) ou au concours préexistant à Béziers, organisé par la société archéologique de cette ville dirigée par un notable tôt converti au Félibrige, Gabriel Azaïs. Sauf que pour avoir une chance d’être couronné, il faut employer la graphie félibréenne. Du coup, on trouve sans peine en ces années des déclarations d’allégeance presque religieuses de tonalité, sous la plume d’auteurs qui avaient commencé leur carrière avant la création du Félibrige, mais se rallient à lui pour éviter d’être marginalisés (Martel 1987 b, 63).

Combats d’arrière-garde

7Mais il y a aussi des résistants, qui ne se soumettront jamais, et le disent clairement. Parfois sans hausser le ton, comme le collecteur de chants populaires Damase Arbaud : la préface de son second recueil en 1864 n’est qu’une longue critique argumentée de l’entreprise félibréenne (Arbaud 1854, I-LI). Parfois plus brutalement, comme l’écrivain marseillais Bouillon-Landais, pour qui le Félibrige n’est guère plus qu’une « coterie » :

  • 8 Revue de Marseille, 1862, p. 321-322.

[...] réunis en faisceau comme les colonnettes d’un pilier gothique, ils n’ont pas, malgré cette condensation de leurs intelligences, reculé devant les plus exorbitantes prétentions, et entre autres celle d’être les vrais, les seuls vrais soutiens du temple des muses provençales. Cela ressort de leurs œuvres, des formules adulatrices qu’ils épuisent en se les renvoyant, et plus particulièrement de la publication de l’almanach qu’ils éditent depuis huit ans, lequel n’est autre chose qu’un hymne à jet continu en leur honneur, sauf de légères variantes d’année en année8.

8C’est identifier clairement le fond de la stratégie des félibres qui, pourrait-on dire, chassent en meute, unis autour de Mistral, appuyés sur leur Armana, de mieux en mieux diffusé parmi ceux que la langue d’oc intéresse, et lieu privilégié, avec les concours, de distribution de ces bons ou mauvais points qui permettent, ou non, à un auteur d’être reconnu. Certains de leurs adversaires comprennent, et se dotent des outils qui leur permettront de résister : d’où le lancement de publications collectives, comme Lou Cassaire, petit hebdomadaire marseillais regroupant les « troubaïres » de la Provence intérieure et maritime face à l’offensive rhodanienne, ou Lou Rabaiaïre, recueil semestriel faisant figure de contre-Armana (Bonifassi 2003, 91-112). On trouve là des poésies et des chansons, mais aussi des prises de position polémiques, comme celle d’Eugène Daproty répondant « a nouaste ami Verdot », félibre qui a cherché à évangéliser la tribu des troubaires :

Lou Felibrige que nous vantes/ Ei pas au grat de fouasso gent/ Et lei poueto que nous cantes/ An beù estre fouart e saven/ Ni seis obro ni soun genio/ Tendran plaço d’academio./ Sei lei pouadon rès oublija./ Vo ! Tant que la Prouvenço entiero/ Se prounounciara pas sus aquelo matiero/ Leis avis saran partaja./ De qué sert dounc que lei felibre/ Escrigon en esprit de corps ?

  • 9 Lou Cassaire no 64, 108-110 ; trad. : « Le Félibrige que tu nous vantes n’est pas apprécié par beau (...)

9Bref, « per qué lou prouvençaù siet lengo veritablo/ Faù uno autourita que siegue incountestablo9 ».

10C’est au fond un appel à une large concertation, débouchant sur un consensus général, sur la base de compromis de part et d’autre et au delà de « l’esprit de corps » caractéristique des félibres. Mais ces derniers refusent d’entrer dans ce genre de discussion.

11Chaque camp va donc mener son action à distance de l’autre. On a vu comment Lou Rabaiaire pouvait faire figure de contre-Armana. Il y a eu au moins une contre-Mirèio, celle du Varois Marius Trussy, Margarido, histoire d’amour entre deux jeunes gens en strophes assez semblables, au fond, à celles de Mirèio. Ce qui est intéressant dans l’œuvre, éditée significativement par Féraud, l’éditeur du Rabaïaire et d’autres publications marseillaises, ce sont ses paratextes. La préface est due au journaliste Louis Jourdan, « monté » à Paris et pratiquement le seul à avoir salué Mirèio par un vraiment « bon » compte-rendu, sans arrière-pensée, en 1859. Il soutient ici Trussy parce qu’il voit en lui le représentant d’une Provence qui est au fond la sienne :

[...] la Provence se divise en deux parties très-distinctes : l’une, amollie par le contact d’éléments étrangers ; tendre, passionnée, superstitieuse, presque italienne : c’est la Provence qui a pour capitale la noble cité des Papes ; c’est la Provence que Frédéric Mistral a chantée. L’autre a conservé plus intacte son ancienne et originale physionomie ; sa langue est plus énergique, plus sonore ; ses allures sont plus viriles, c’est la Provence orientale, la Provence volcanique, aux sites abruptes et tourmentés, aux paysages grandioses, aux torrents écumeux. (Trussy 1861, X-XI)

12De son côté, Trussy lui-même, dans une des notes qui, comme dans Mirèio là encore, fournissent en français au lecteur certains éclaircissements, lance carrément un appel à la mobilisation des vrais Provençaux, trop discrets, alors que :

  • 10 Il est assez étonnant, soit dit en passant, de retrouver un siècle plus tard cette opposition entre (...)

[...] le Comtat-Venaissin pullule de hardis trouvères, tels que notre Tibulle provençal Roumanille, le non moins beau Mistral, Aubanel et combien d’autres gracieux poètes des bords du Rhône que je vois attelés à l’œuvre de conservation du susurrant dialecte avignonnais, leur arche sainte. Isso ! Isso doun ! Un paou dé voyo frères du Var ! Macte animo, Thouron, Garcin, gente Léonide, tous vous autres enfin que la muse de Provence travaille ! Écrivons, broyons du noir sur du blanc10 ! (Trussy 1861, 390)

13On voit bien ici qu’au fond la querelle entre les félibres et leurs adversaires porte autant sur la graphie que sur l’aptitude à incarner légitimement la « vraie » Provence. Ce n’est sans doute pas un hasard si le second poème de Mistral, Calendau, auquel il travaille justement au moment de la controverse, voit son action se dérouler en Provence orientale, manière symbolique de la félibriser si on ose dire. Mais la controverse n’en faiblit pas pour autant. En 1875, le Varois Félix Peise, éreinté une décennie plus tôt par l’Armana, publie une brochure de 19 pages, La question du Quamquam et du Kankan tranchée par Messieurs les Félibres. Comme l’indique la référence au débat sur la prononciation du latin, il s’agit de parler orthographe. Les félibres sont présentés, en termes délicieusement fielleux :

Le 21 mai 1854, sept poètes provençaux, auxquels on est loin de contester la facilité, l’élégance, l’esprit, voire le génie, s’assemblaient autour d’une table bien servie dans un coin retiré du département du Vaucluse, et là, inter pocula, une académie fut improvisée sous le nom de Félibrige. Les convives se proclamèrent mutuellement membres fondateurs, apôtres de la nouvelle religion, et décidèrent qu’ils avaient retrouvé [sic] la vieille langue provençale. Pendant quelque temps, personne en Provence ne s’était ému des prétentions, des tendances de la nouvelle école, pas plus que la France et l’Italie ne s’inquiètent de ce qui se passe dans la principauté de Monaco ou dans la République de Saint-Marin.

14Oui mais, « une orthographe de fantaisie avait été adoptée. Elle fut imposée un peu plus tard comme la meilleure, la plus logique, et la plus conforme aux vieilles traditions ». Peu à peu, le Félibrige recrute de nouveaux adhérents, des poètes provençaux « enchantés des libertés que la nouvelle école accordait à l’orthographe et à la prosodie ».

15Mais Peise ne s’en laisse pas conter, lui. Il envoie une pièce au concours de la Croix de Notre Dame de Provence, en 1873, dans sa propre orthographe, et reçoit une réponse de Victor Lieutaud, un des organisateurs du concours, qui après avoir qualifié sa pièce d’excellente, lui explique qu’il est indispensable de lui faire subir quelques corrections orthographiques et il ajoute sans tact excessif : « Toutes les pièces qui sont arrivées, à l’exception d’une dizaine peut-être, sont écrites dans l’orthographe néo-provençale adoptée par la Romania de Paris, la Revue des Langues Romanes de Montpellier, la Société Archéologique de Béziers. » Rien à voir donc avec l’autre orthographe, « pitoyable calque de l’orthographe française, fait par des Provençaux ignorants des premiers éléments de la grammaire ».

  • 11 Ce qui nous rappelle une conversation que nous avions eue, il y a déjà longtemps, avec le poète pro (...)

16Non, répond Peise ; et de reprendre l’argument déjà utilisé par Daproty en 1863 : aucune assemblée générale des poètes de Provence n’a été réunie pour décider d’une orthographe commune. Peise ajoute des considérations peu amènes sur le système félibréen, et sa manie de placer des accents sur « la plupart des lettres » ce qui fait ressembler leurs productions « à une pelote d’épingles11 ».

17Et le Varois de conclure : « je laisse au public (j’entends le véritable public provençal, intelligent, éclairé, impartial), le soin de rechercher de quel côté se trouvent le bon droit, la logique, et avant tout la bonne confraternité littéraire ».

  • 12 Valréas, Dupuy, 1881.

18On retrouve le même ton de l’autre côté de la Provence chez le poète de Valréas Auguste Chastan en 1881, dans sa Cinquième floraison Valréassienne12.

Les félibres en sont encore où en était la poésie française au temps de Rabelais. Car autrefois neuve, cette orthographe à la lecture change actuellement le provençal en baragouin, par la seule raison que les vieux troubadours écrivaient au pour aou, èu pour eou, ou pour oou, on pour oun, etc. Ce n’est certes pas ainsi qu’aujourd’hui la Provence prononce. Ici, la loi du progrès serait de reculer, d’imiter les écrevisses.

19Et il explique, plus loin : « nous avons appris à lire en français, et en français au se prononce o et non aou ». Radical. Bref, « N’en déplaise à leur académie, j’ai toujours trouvé que l’orthographe naturelle de mon patois vaut mieux que la leur. » Il est vrai que pour lui, le Félibrige n’est qu’une « pauvrette académie provinciale, doublée d’une cour d’amour ». Il est tout aussi vrai que sa « graphie naturelle » lui fait écrire des choses du style « ei-z-iéou q’ai agu aqèlo idéhio ».

  • 13 Trad. : « Il est bien dommage qu’au lieu d’écrire dans la langue pure de Provence vous vous soyez e (...)

20Pourtant, Chastan a fait des efforts : il avait envoyé son premier recueil, en 1858, à une « plume prépondérante de Provence », dont il ne reçut d’autre réponse que : « es ben doumage qu’au lio d’escrieure dins la lengo puro de Prouvènço, vous fuguès embaragna dins lou parla de Vaurias13 ».

21Et au détour d’une phrase, apparaît sa vraie frustration, celle qu’il partage avec d’autres candidats malheureux aux concours félibréens, d’Artaud à Peise : « Les félibres décernent des prix, des mentions honorables, mais il faut être des leurs pour en recevoir. » Sur la page de titre, son nom est accompagné de la mention « d’aucun concours »...

22Il est donc question d’orthographe dans toute cette polémique. Mais on voit bien que ce n’est peut-être pas là l’essentiel — de fait, les arguments techniques échangés sont le plus souvent assez pauvres — de part et d’autre d’ailleurs. De quoi s’agit-il alors ?

23Il s’agit d’abord de définir le lieu dont le parler illustre le mieux l’identité provençale. Dès le départ, les félibres sont lumineusement clairs : c’est leur rhodanien qui est le meilleur, en quelque sorte l’attique au milieu des autres dialectes d’oc, acceptés, certes, mais à un rang inférieur. Ce sera repris sans relâche tout au long des décennies qui suivent, au grand dam des troubaïres, chantres tout aussi enthousiastes de la variante maritime du provençal.

24Le vrai enjeu de ce grand concours du provençal le plus beau, c’est en fait de savoir où doit être le centre de gravité de la renaissance d’oc. Marseille a le privilège de l’antériorité, et, on l’a dit, celui de la suprématie quantitative, tant pour le nombre des titres produits que pour le nombre des auteurs impliqués, du moins pendant les années soixante. Et on voit bien comment est produit un discours de dévalorisation du pays rhodanien, dont les habitants sont décrits comme moins virils que ceux de l’intérieur. Où un assez banal chauvinisme interfère joyeusement avec la réflexion linguistique — de part et d’autre là encore.

25Mais il y a une autre dimension dans le conflit, celle qui oppose un milieu d’auteurs provençaux peu structuré, une nébuleuse dans laquelle chacun mène sa carrière et écrit son « patois » à sa guise, et la phalange macédonienne que constituent d’emblée les félibres. C’est ce conflit qui se lit dans ces diatribes contre un Félibrige défini en association d’admiration mutuelle, dans les protestations contre le verrouillage des concours littéraires organisés par les amis de Mistral, et symétriquement, dans le processus de regroupement des troubaïres autour de Féraud qui s’ébauche dès que la menace félibréenne se précise — mais on note qu’ils n’osent pas recourir eux aussi à l’arme du concours... Ce regroupement, paradoxalement, les amis de Mistral et de Roumanille ne le rejetaient pas a priori avant 1854, et c’est même dans cette perspective qu’ils avaient participé aux Roumavages d’Arles, en 1852, et d’Aix en 1853, avant de comprendre qu’il n’en sortirait rien. Mais quand leurs adversaires dix ans plus tard, commencent à les inviter à de futurs conciliabules destinés à dégager un compromis sur la question graphique, ils refusent : c’est aux autres de se rallier à eux, et non à eux-mêmes de faire le premier pas.

  • 14 Frontière historique entre le comté de Nice et la Provence.

26Et ça marche, d’ailleurs. Peise se rallie au Félibrige un peu avant sa mort. Peu à peu, entre conversions et disparition pure et simple des auteurs rétifs, les adeptes de la graphie félibréenne prennent le dessus. Bien sûr, il reste toujours des incorrigibles, en général là où il existait une tradition d’écriture d’oc antérieure (Martel 2010, 540-550). Ceux-là ne se rallient pas, parfois tout simplement d’ailleurs parce qu’ils ignorent l’existence des Félibres : c’est sans doute le cas de la plupart des anonymes qui donnent aux journaux de tout le Midi des petits textes « patois », souvent à contenu politique, dans des graphies qui ne doivent rien à Mistral. Mais d’autres refusent en connaissance de cause de rejoindre les Provençaux. C’est le cas à Toulouse, où encore à la fin du siècle la revue Lé Gril ferraille avec les félibres, tandis que L’écho des Trouvères de Th. Levère organise chaque année un concours de poésie « patoise ». C’est aussi le cas à Nice, où la distance linguistique est aggravée par une histoire politique et sociolinguistique qui sépare radicalement l’ancien comté annexé en 1860 du reste de la Provence. Il se trouve là des intellectuels qui expliquent gravement, en italien, que le niçois n’a rien à voir avec le provençal, mais se rapproche plutôt des parlers d’Italie du Nord. Ceux-là emploient donc, en oc, une graphie italianisante qui survit jusqu’aux années trente du siècle suivant, tout en polémiquant aigrement avec les rares auteurs qui ont franchi le pas, ou le Var14, et adopté la graphie félibréenne. Quant à Nîmes, où le vieux Bigot refuse jusqu’à sa mort en 1897 de rejoindre le Félibrige, ce qui ne l’empêche d’ailleurs pas de se voir régulièrement réédité, la résistance à la normalisation rhodanienne s’y poursuit jusqu’aux années vingt grâce à Pierre Guérin, professeur de lycée et membre de l’académie de Nîmes, qui produit des contes « patois » agrémentés de préfaces vigoureuses. Mais ces irréductibles, isolés, pèsent peu face à la machine félibréenne.

Premières dissidences, ou le ver dans
le fruit

27La question est-elle donc réglée ? Pas si simple : alors que peu à peu se taisent ceux qui refusent la norme félibréenne, se font entendre de nouvelles voix, venues de l’intérieur, qui la discutent. Parfois timidement, comme Victor Lieutaud, l’animateur de la revue Lou Brus, qui prétend en 1878 corriger la graphie mistralienne sur certains points, d’ailleurs mineurs (le choix de m comme marqueur de la première personne du pluriel. Il se repent assez vite, surtout quand il se trouve promu en mai 1879 chancelier du Félibrige — autant dire secrétaire général du parti — et ne peut donc plus désormais, décemment, marquer la moindre divergence par rapport au Maitre qui l’a nommé.

  • 15 Trad. : « La maintenance de Languedoc », Armanac, 1878, p. 45-49.
  • 16 Trad. : « La maintenance d’Aquitaine », ibid., p. 175-184. Nous donnons les citations dans la versi (...)

28D’autres vont être plus difficiles à convertir, ne serait-ce que parce qu’ils ne sont pas Provençaux, ni membres de l’appareil. C’est du Languedoc que viennent les premiers craquements, dès les années soixante-dix. Car là existe un Félibrige puissant, appuyé sur un certain nombre de centres importants : pas tellement Toulouse, au moins au départ, mais bien les grandes villes du bas Languedoc. Béziers, on l’a dit, a été conquis par le Félibrige dès les années soixante grâce à Gabriel Azaïs et au concours annuel organisé par sa société archéologique. Montpellier est touchée peu après, et la Société pour l’étude des Langues Romanes fondée en 1869 fait figure de branche savante du Félibrige. Mais les difficultés surviennent vite, provoquées par des motifs à la fois politiques et linguistiques. Politiques ? La première attaque contre la suprématie « avignonnaise » vient d’un almanach, encore un, l’Armanac de la Lauseta, lancé par deux poètes qui sont en même temps des militants républicains convaincus, Xavier de Ricard, Montpelliérain d’adoption, et Auguste Fourès, poète du Lauragais, autour desquels viennent s’agréger des félibres « rouges » de Languedoc comme de Provence (Moulain 2011). En ces temps-là, le moins qu’on puisse dire est que la direction du Félibrige, entre Mistral et Roumanille, n’est pas « rouge » de convictions, mais bien plutôt du coté de ceux qui espèrent encore une restauration de la monarchie. Pour un Xavier de Ricard qui a échappé de peu à la répression versaillaise, ce n’est pas acceptable. Le conflit prend de l’ampleur en 1878, et de Ricard publie dans l’Armanac de cette année-là trois articles qui sonnent comme autant de manifestes. Le premier, « La mantenença de Lengadoc15 », dénonce une décision de la direction du Félibrige, qui dans la délimitation des grandes « maintenances », ces subdivisions dialectales de l’association, vient de couper le Languedoc en deux, renvoyant la région toulousaine à une Maintenance d’Aquitaine. Ricard s’insurge contre cette décision sur deux plans : il y voit d’abord le démembrement d’une province qui a son histoire et son identité, et d’autre part et surtout, pour lui, c’est aux félibres languedociens eux-mêmes de décider, démocratiquement, quel territoire ils entendent incarner, non à une direction lointaine et méprisante. Un second article, « Mantenença d’Aquitania16 », revient sur le même sujet, avec les mêmes arguments, complétés par une note établissant un parallèle entre la décision du Félibrige et le 16 mai du Maréchal MacMahon : signe, dit de Ricard dans une note, « qu’un vent de réaction souffle dans les voiles du Félibrige ». Vient ensuite une accusation directe :

Il semble que quelques uns dans le Félibrige mettent leur joie à harceler le Languedoc et les autres provinces de ce côté-ci du Rhône ; ils ont la démangeaison de faire se prélasser leur Provence et la langue provençale sur tout le territoire méridional.

  • 17 Trad. : « Le Félibrige et la liberté », ibid., p. 221-234.
  • 18 Trad. : « car c’est une chose certaine que les idées mortes ne peuvent pas donner aucune vie à une (...)
  • 19 Trad. : « Le Félibrige est établi pour unir fraternellement et animer les hommes qui avec leurs œuv (...)

29Le dernier article enfin, « Lou Felibrige e la Libertat17 », franchit un pas de plus dans la dissidence, sur le plan politique, d’abord. L’auteur définit d’entrée de jeu son groupe comme celui des félibres républicains, et dénonce clairement les tendances monarchistes et cléricales des chefs du Félibrige. Les peuples latins sont désormais en marche vers la liberté, dit-il, et toute connivence de la renaissance méridionale avec les forces du passé ne pourrait que les en détourner « car es una causa soulida que las ideias mortas podoun pas balhà ges de vida à n’una lenga18 ». Mais si l’essentiel du propos est de nature politique, la dimension « languedocienne » n’est pas absente. D’abord par le fait que quand l’auteur cite l’article premier du statut du Félibrige, il ne le cite pas dans le rhodanien officiel de la version originale, mais en traduction montpelliéraine : « lou Felibrige es establi per afrairà, empurà lous omes qu’embé sas obras sauvoun la lenga das paises d’oc19 » : les pays d’oc, au pluriel, là ou la version originale emploie le singulier... Tout de suite après, une note de bas de page pose la question du nom à donner à la langue de ces pays. Ricard rejette la dénomination « provençal » :

Le mot provençal est un vocable étroit qui n’est point conforme à la vérité des dialectes (das lengages, dit la version occitane) ni à celle de l’histoire. Il est nécessaire de redire — jusqu’à paraître en radoter — que le provençal n’est que le parler d’une seule province, et que la Provence ne passe pas le Rhône.

30Que dire alors ?

Il me semble que pour le langage particulier du Midi, le nom occitanien serait le nom véritable, il ne serait pas si long que celui de Langue d’oc, et embrasserait tous nos parlers (avec celui de la Catalogne) comme le nom d’Occitanie embrasserait toutes nos provinces. Mais de Provence et de provençal il n’en faut point parler hors du territoire de Provence.

31Occitanien, Occitanie : ces mots n’étaient pas ignorés auparavant, bien sûr. Dès le début du xixe siècle des gens comme Fabre d’Olivet, Rochegude, ou, parfois, l’historien Mary-Lafon (tous des Languedociens, d’ailleurs) commencent à leur donner un sens plus large que leur sens initial de doublets savants de Languedoc et languedocien. Mais jusque-là les félibres n’en avaient pas fait usage. Ricard innove. Du coup, l’irruption dans un débat des plus vifs de ce vocabulaire induit immédiatement une grande méfiance de la part du Félibrige provençal : dès le départ, le mot Occitanie porte le stigmate de la dissidence, pour ne pas dire de l’hérésie. Et ce n’est qu’un début.

32Le conflit entre direction du Félibrige et Lauseta atteint son sommet à l’occasion des Fêtes latines de Montpellier en mai 1878, quand les Lausetiès boudent les festivités officielles et tiennent leur propre banquet à part. On est là au bord de la scission en bonne et due forme. Elle n’aura pourtant pas lieu : à partir de 1879, la victoire du camp républicain au plan national est suffisamment évidente pour que le prudent Mistral renonce à un affichage catholique et monarchiste trop insolent. Du coup une partie des Lausetiès rentre dans le rang, tandis que Ricard, déçu du faible impact de ses théories politiques s’exile loin du Midi.

33Ce n’est pas pour autant que la dissidence languedocienne s’apaise, mais si elle reste, un temps, montpelliéraine, elle n’est plus portée par les mêmes hommes. On a évoqué plus haut la Société des Langues Romanes : certains de ses animateurs, notamment Charles de Tourtoulon et Alphonse Roque-Ferrier, sont en même temps les animateurs d’un assez puissant félibrige montpelliérain, distinct politiquement de la Lauseta, qui s’incarne dans une « escolo » (c’est le nom des groupes locaux du Félibrige), et dans des publications périodiques, l’Iou de Pascas, puis, à partir de 1887... Occitania. Les années 1890 voient ces félibres montpelliérains rompre avec la direction de l’association, dans des conditions aussi agitées qu’obscures. En gros, il s’agit de savoir qui dirigera la maintenance de Languedoc ; face aux Montpelliérains, l’offensive est menée par deux félibres gardois, Louis Roumieux (Nîmois, mais qui écrit en lengo mistralenco) et le Cévenol Albert Arnavielle, tous deux fort proches de Mistral. La rupture est consommée en 1892 lorsque Tourtoulon et Roque-Ferrier, tous deux membres du consistoire des cinquante majoraux, démissionnent, soutenus par la majorité des membres de leur escola. Naît alors un Félibrige alternatif, dit « latin », qui va survivre jusqu’aux premières années du xxe siècle, avec sa revue, le Félibrige Latin prenant la suite d’Occitania, et... son propre almanach, l’Armanac Mount-pelieirenc. On trouve là des textes littéraires, le plus souvent en dialecte du « Clapàs », et dans une orthographe dite « montpelliéraine » qui s’éloigne de la norme félibréenne par quelques traits spécifiques (m morphème de première personne du pluriel, les digraphes -lh- et -nh-, que la graphie mistralienne ignore, voire a explicitement rejetés, sans oublier le -a final féminin). Mais on trouve aussi des poèmes en provençal, signalés dûment par une note (« provençal de Mirèio, orthographe avignonnaise »). On trouve aussi, un peu plus tard, des textes en provençal du Grassois Louis Funel — mais c’est un provençal particulier, et une graphie déviante. Clin d’œil ou provocation, il arrive que la revue publie des poèmes en provençal rhodanien, « idiome de Mirèio », mais... avec « finales féminines en a ». L’inversion en quelque sorte du procédé traditionnel de l’Armana Prouvençau qui signale la provenance géographique de tout parler qui n’est pas le sien, et n’hésite pas à normaliser en -o y compris des textes qui lui sont adressés en -a. Il semble bien d’ailleurs que ce soit sur ce point que se soit focalisé le conflit entre les Montpelliérains et le clan Roumieux Arnavielle, au nom de la défense de la spécificité du « Clapàs », noble cause qui permet d’esquiver la question des rapports de pouvoir dans le cadre de la Maintenance de Languedoc.

34Un simple exemple du ton employé par les « Latins », la profession de foi qui ouvre l’Armanac Mount-pelieirenc pour 1895 :

  • 20 Trad. : « Il y a dans Montpellier cinq ou six félibres et trente ou quarante Montpelliérains qui ve (...)

I’a dedins Mount-peliè, cinq ou sieis felibres e trenta ou quaranta Mount-pelieirencs que voloun, mort e fol, faire de sa vila e de sa lenga la doumestica e la serviciala de la lenga e de la vila d’Avignoun... Qu’Aurenge ou Carcassouna plegoun la testa, s’aco ié plai ; Moun-peliè la baissarà pas !
Lou Felibrige latin, qu’es la soucietat das felibres mountpelieirencs per ecelença, anarà pas jamai prene, sus l’en naut ou sus l’en bas de la Roca das Doums la permissioun de vieure ou de faire vieure la parladura de Fabre d’Oulivet e de Langlada20.

La fracture s’élargit

35La dissidence latine a laissé des traces inattendues : parmi les jeunes félibres qui s’y engagent figure Jean Charles-Brun, le futur fondateur de cette Fédération régionaliste française qui a essayé d’être jusqu’après la seconde guerre mondiale un lieu de réflexion sur la question de la décentralisation. Et avant de fonder la F.R.F., dont le premier président est Xavier de Ricard, comme par hasard, Charles-Brun avait fondé en 1897 un éphémère petit groupe de réflexion assez critique face au Félibrige officiel, intitulé... Ligue occitane, confirmant une fois de plus la forte odeur de soufre dégagée par ce mot. Mais ce qui est le plus intéressant peut-être dans l’épisode « latin » c’est la façon dont ces hommes qui restent malgré tout des félibres soucieux de régularité graphique et d’épuration linguistique ont pu nouer une alliance tactique avec les survivants de l’époque antérieure, les derniers « patoisants » de Montpellier. C’est le processus que l’on observe à travers l’évolution de la petite revue La Brise du Soir. Fondée en 1888, son but avoué est de faire rire le Montpelliérain ordinaire — en français pour l’essentiel au début. Mais l’occitan voit peu à peu sa place s’élargir, grâce au populaire Charles Gros, dont les chansons sur feuille volante peuvent être tirées à plusieurs milliers d’exemplaires, et qui au départ du moins n’est pas vraiment lié aux félibres locaux. Mais la référence à la langue ne se limite pas à ces interventions chansonnières. Le numéro du 7 septembre 1889 offre ainsi un article, signé modestement Du Clapas, et intitulé « Renaissance languedocienne ». S’il égratigne au passage des félibres qui se sont trop refermés sur eux mêmes, il n’en célèbre pas moins le « patois » comme signe identitaire menacé :

Que dans toutes nos fêtes, que dans toutes nos liesses, renaisse donc notre vieux patois avec tout ce qui est nôtre : la beauté de nos filles, la sagesse de notre race, la poésie de nos plaines, en un mot la renaissance de notre Languedoc.

36Et dans le numéro du 31 mai 1890, Du Clapas annonce au lecteur innocent qu’une grave menace pèse sur cette renaissance languedocienne :

Pourquoi M. Louis Roumieux s’obstine-t-il à vouloir dénaturer la langue de Montpellier que parlaient nos pères et que d’absurdes préjugés voudraient tuer aujourd’hui ? Si M. Roumieux est Provençal, nous autres, nous sommes Languedociens, et dans notre Clapas nous ne disons pas los grisetos mas bien las grisetas. Nous trouvons que c’est bien plus joli et bien plus harmonieux, et puis c’est notre langue véritable [...].

37À partir de là, la revue va s’impliquer de plus en plus dans le conflit entre les « Latins » et les « Avignonnais ». La Brise du soir publie le 11 avril 1891 un « Sermoun de l’Abbé Fabre à Jan l’an pres », dû à un certain S. Raynaud. La figure tutélaire du prieur de Celleneuve est mise au service d’une violente attaque contre « una cola de baous/ De gens d’Arles, de Prouvençaous », « une bande de fous, des gens d’Arles, des Provençaux, des doubles coquins, qui veulent chasser de son nid notre langue et sa poésie ». Suit une allusion directe à Arnavielle, un de ces « fous », et le lien explicite entre la tentative des Provençaux de dénaturer la langue du Clapas, et la tentative des Marseillais d’obtenir une Université qui viendrait concurrencer celle de Montpellier : défense de la langue locale et défense des intérêts concrets de la ville sont ici associés, puisque dans les deux cas c’est d’outre Rhône que vient l’ennemi... Plusieurs numéros ultérieurs (18 avril, 25 avril, 2 mai, 16 mai, 23 mai) reviennent sur le même thème, en vers comme en prose, avant que le numéro du 26 septembre 1891 affiche une nouvelle définition de la revue (« Journal littéraire et théatral rédigé par un comité de félibres latins ») et une nouvelle direction : Charles Gros, rallié au Félibrige Latin assure désormais le secrétariat de rédaction...

38Il y a donc des hérétiques à Montpelier. Mais il y en a aussi ailleurs, ébauchant les contours d’autant de Félibriges alternatifs. Le Limousin avait assez tôt montré la voie, s’organisant en « escola » autour de la symbiose entre un petit noyau corrézien et l’amicalisme limousin à Paris, sous la houlette du Chanoine Joseph Roux, son « chaptal » — l’équivalent du titre de capoulié du Félibrige officiel. En 1893, le « chaptal » publie dans la revue dont l’escola vient de se doter, Lemouzi, puis en volume, sa Grammaire limousine. D’entrée de jeu on y lit ces considérations radicales : « La langue limousine (par ainsi j’entends tout ce qui est langue d’oc) s’émietta en une myriade de patois à mesure qu’elle sortit de son orthographe. Il faut, bon gré mal gré, rentrer dans cette orthographe. » Bref, l’orthographe des troubadours (dont beaucoup sont d’ailleurs limousins...) est la seule « qui ait droit d’exister ».

39Et les félibres provençaux, ont-ils suivi la bonne voie ? Manifestement, non :

  • 21 Lemouzi, no 1, novembre 1893, p. 2-5.

L’ignorance a échangé presque partout l’-a des ancêtres contre un o, sorte de supplantement odieux et grotesque qui a défiguré la langue limousine au point de la rendre méconnaissable [...] L’école néo-provençale avait pris sur elle de relever la langue d’oc. Pourquoi n’a-t-elle rempli qu’une partie de sa tâche ? [...] Ceux d’Avignon écrivent et peut-être prononcent « la peiro » ; les gens de Tulle, plus barbares, plus logiques aussi, osent dire et écrire « lo peiro ». Si nous disions, si nous écrivions tous « la peira » ? [...] L’idiome provençal s’est placé hors de la grammaire par l’adoption de l’o en place de l’a. D’incessantes batailles se livreront autour de cet a dépossédé et de cet o usurpateur21.

40Comme on voit, le chanoine procède (vigoureusement, et de façon assez prophétique) à un véritable recentrage de la renaissance d’oc, en remplaçant le centre maillanais par une Mecque tulloise. Et du point de vue technique ce qu’il propose ne se limite pas à une réforme graphique mais bel et bien à une réforme de la langue elle-même, dans la mesure où imposer la prononciation [a] pour la finale féminine dans un parler qui fait reposer l’opposition singulier/pluriel sur l’opposition [o]/[a:], cela implique de restaurer le -s dont l’allongement du -a final constitue la seule trace, et ce pas seulement au niveau de la graphie. Ceci étant, si le chanoine réussit à imposer à ses disciples une graphie de type étymologisant, il ne peut évidemment rien en ce qui concerne la façon dont les Limousins, ceux qui parlent la langue chaque jour, la prononcent réellement. En tout état de cause, il est clair qu’en Limousin comme en Languedoc, la question de la norme graphique et linguistique n’est pas séparable de la question du pouvoir à l’intérieur du petit monde renaissantiste.

  • 22 Peireto Bérengier, Li discours de Santo-Estello, s.l., Parlaren, 1986, p. 88. Nous traduisons.

41C’est encore plus clair quelques années plus tard, quand le capoulié Pierre Dévoluy, Dauphinois converti à la cause de la rhodanocratie, défend avec emphase la prééminence de la lengo mistralenco. C’est dans son discours de la fête annuelle du Félibrige, la Santo Estello, en 1905, qu’il va le plus loin, proposant tout bonnement de faire d’Arles — et non de Toulouse — la capitale d’un Midi renaissant, et du parler d’Arles la langue d’oc par excellence, même s’il veut bien reconnaître aux dialectes, aux « parladuro » locales, le droit d’exister : le parler d’Arles en effet, possède « la chance unique d’être l’un des plus évolués, c’est-à-dire des plus modernes des parlers d’oc, une des conditions essentielles des parlers que le Destin choisit comme chef de famille dans les familles linguistiques qui se réveillent vers la gloire du Verbe22 ».

Languedoc/Provence : la guerre est déclarée

42Mais le conflit avait commencé bien avant, opposant cette fois la Provence et Toulouse, plus précisément deux tendances du Félibrige haut-languedocien : les duettistes Perbosc et Estieu — avec leur revue Occitania, où ils utilisent la nouvelle graphie qu’ils ont élaborée dès 1898, et les Toulousains de l’Escolo Moundino, avec leur revue Terro d’oc. Dévoluy est élu capoulié en 1901, face à deux candidats languedociens, Gaston Jourdanne, de Carcassonne, et Albert Arnavielle. Mistral avait pesé de tout son poids dans cette élection, qu’il justifie avec un argumentaire que reproduit la Terro d’oc de juin 1901 citant la Revue Méridionale de Jourdanne, et qui vaut le détour : après avoir rappelé que le Félibrige s’est doté dès ses origines d’un symbolisme et d’une mystique (le chiffre sept, la Santo-Estello, la Coupe, les cigales et les pervenches comme insignes des membres de la société), Mistral en conclut qu’il faut donc maintenir « la prérogative capoulière là où l’ont établie non sans éclat, cinquante ans de tradition ». Suit un rappel du prestige du mot Provence et de la formule « langue provençale » chez les philologues, et :

  • 23 Terro d’oc, no 120, juin 1901, p. 81 sqq.

[...] le nationalisme [sic] du mot Proenza et du mot proenzal dans l’épopée de la guerre des Albigeois où les hommes du Midi ne sont jamais appelés langodocians, ni Occitans, ni Méridionaux, mais Proenzal. Tout cela, joint à la gloire vaillamment enlevée par les chefs-d’œuvre rhodaniens a fomenté autour d’Avignon une tradition légendaire qu’il serait imprudent d’atténuer ou d’ébranler. Le catholicisme en sa prudence, depuis le Schisme d’Occident, maintient dans le Conclave la majorité aux Italiens, afin de sauvegarder la primauté de Rome et sa tradition vénérable [...] Notre consistoire ferait œuvre de sagesse et de haute visée en laissant le capouliérat fixé sur la Roque de Dom, tant que bien entendu la terre provençale offrira des candidats dignes de lever la Coupe23.

43On comprend que les Languedociens aient peu apprécié : le capouliérat de Dévoluy partait donc sous de bien mauvais auspices. D’autant plus que les Toulousains avaient un autre grief à son encontre : juste avant la Santo-Estello de Pau où il allait prononcer son premier discours, il avait négligé de s’arrêter à Toulouse, là où la Moundino organisait un grand Congrès régionaliste avec la participation de Charles-Brun, l’hérétique. Pire : dans son discours, il avait traité les amis de Charles-Brun de « nigauds » et de théoriciens en chambre. La réponse, dans le même article, d’André Sourreil, le chef de la Moundino, est très sèche : pas question de laisser passer sans protester « la prétention émise d’assurer au Félibrige une sorte de suprématie, disons mieux, de dictature provençale ». Pas question non plus de réduire le Félibrige au statut de « chapelle sans issue » où il n’est question que de « rimes plus ou moins sonores », alors qu’il a « une portée aussi bien économique et sociale que littéraire ».

  • 24 Trad. : « Ah ! qui nous enverra le bon Pantagruel pour nettoyer de nouveau nos chemins de ces escho (...)

44Au cours des années qui suivent, le débat devient de plus en plus aigre. La revue que Dévoluy se donne en janvier 1905, Prouvenço, entame les hostilités dès son premier numéro, accusant Perbosc d’avoir mitonné « une espèce d’esperanto qu’il se propose de fabriquer à l’usage des félibres qui se croiraient perdus s’ils écrivaient comme Mistral, en pure langue du terroir » (nous traduisons). Le numéro suivant (février 1905) tonne contre les mots « terro oucitano » — que Dévoluy pourtant utilisait lui-même avant d’être capoulié... — car ils sont « étrangers à l’Histoire et à toute tradition méridionale ». Ce « barbarisme de notaire » doit être « vigoureusement banni par tous ceux qui connaissent le secret ou qui veulent l’apprendre ». Dans la foulée, Dévoluy dénonce la « revue franco-catalano-espérantiste “Occitania” », publiée à Barcelone en plus, avant de souhaiter « ah, quau nous mandara lou bon Pantagruel per un pau tournamai neteja nòsti draio d’aquélis echoliers limousins24 ». Les numéros suivants permettent de compléter le tableau : Perbosc et Estieu sont des « arquemisto » (des alchimistes) et des primaires (car ce ne sont après tout que des instituteurs aux yeux du polytechnicien Dévoluy). Si les « Occitans » sont particulièrement visés, les Moundins de Terro d’oc ne sont guère mieux traités.

45Bien entendu, ils répliquent : Dévoluy parle du « secret », ce secret félibréen qui cache les visées ultimes du Félibrige, et dont avant lui Félix Gras en 1892 expliquait qu’il ne serait révélé que quand ces visées ultimes auraient triomphé. Perbosc, lui, le connaît, et le divulgue dans un article d’Occitania en juin 1905 : les félibres provençaux ne veulent rien de moins que ceci : « la langue de Mistral sera la langue de tout le pays d’oc ». Et de reprendre le raisonnement de Dévoluy à Arles peu de temps auparavant : le parler provençal est le plus évolué, donc le plus moderne, les autres sont archaïques ; le destin a donc désigné la région d’Arles comme devant être le centre de la Renaissance d’oc. Perbosc inverse le raisonnement : « l’évolution » du provençal est en fait son abâtardissement. Seuls valent donc les parlers — languedociens par exemple — qui sont restés plus proches de la langue des troubadours, ce que Dévoluy appelle avec condescendance le « fameux roman ».

46Au même moment, la Terro d’oc tient à peu près le même discours, au point de citer avec faveur l’article de Perbosc alors même que les relations entre Terro d’oc et Occitania sont d’ordinaire tendues. Le numéro de septembre 1905 (p. 132-134) reprend (sous la signature collective Terro d’oc) les propos de Mistral en 1901 que Sourreil avait déjà épinglés en leur temps, et ajoute que ces propos n’étaient « en somme que l’expression enfin formulée d’une prétention nourrie et entretenue depuis longtemps, que l’on n’avait encore jamais oser proclamer hautement, mais ressortant assez clairement néanmoins d’un ensemble de faits on ne peut plus constants ».

47Ces faits ont peu à voir avec le débat linguistique, mais tout avec la cuisine interne de la machine félibréenne : on souligne pêle-mêle que les Provençaux ont la majorité au Consistoire, que les majoraux non provençaux qui peuvent être choisis doivent avoir donné « des gages d’une certaine fidélité ». On rappelle aussi la « persistance des félibres avignonnais à désigner la patrie occitane et sa langue par les termes inexacts de Provence et de provençal », comme

[...] leur obstination et leur intransigeance à proclamer — voire même imposer ! le parler d’Arles comme la forme par excellence de la langue d’oc [...] Or, quel que soit l’éclat que le génie ou le talent des poètes et des écrivains provençaux aient donné au dialecte rhodanien, en ces cinquante dernières années, quelles que soient les qualités poétiques de cet idiome, il n’en reste pas moins que la Provence n’est qu’une province de l’Occitanie et le provençal un des grands dialectes de la langue d’oc.

48Voilà qui est clair. Comme est claire la position des Limousins de Lemouzi à propos du discours de Dévoluy à Arles, que Terro d’oc se fait un plaisir de rapporter quelques pages plus loin :

Le capoulié, M. P. Dévoluy, prononça un important discours dans lequel il dit la supériorité du dialecte rhodanien (d’Arles) sur tous les dialectes du Midi. C’est une opinion, et il est permis de ne pas la partager [...] La veille, le Consistoire, formé en grande majorité d’éléments provençaux, a donné M. Lalanne pour successeur à Joseph Roux [traduisons : le patriarche du Félibrige limousin est remplacé par un Gascon]. Cette élection prouve que le Félibrige devient, dans son organisation, ses tendances, sa hiérarchie et sa discipline, de plus en plus provençal. Ce qui ne saurait nous déplaire. D’ailleurs il y a longtemps que nous avons proclamé cette vérité que d’autres hésitent encore à reconnaître. M. Dévoluy, parlant récemment du Limousin, exprimait ses regrets de la scission qui s’est produite entre les Provençaux et nous. L’élection du successeur de l’auteur de la Chansou Lemouzina démontre que ces regrets étaient superflus. (Terro d’oc 1905, 138)

49Là encore, ce qui est au cœur de la dissidence, ce n’est pas tant la question de la langue que celle des rapports de pouvoir au sein du Félibrige. On est justement à un moment où Dévoluy vient de lancer une réforme des statuts du Félibrige qui supprime les grandes maintenances correspondant aux divers dialectes d’oc pour privilégier le lien individuel entre les groupes locaux, les escolo, et la direction du Félibrige : quelles que soient les motivations réelles de cette réforme — et elles sont assez confuses — du point de vue des hiérarques félibréens des grandes régions méridionales, elle ne peut être interprétée que comme une dépossession.

50Un an plus tard, la Terro d’oc publie la tribune libre d’un de ses collaborateurs réguliers, Paul Varen. Sous le titre « Félibres et Félibrige », c’est une attaque en règle contre la direction de l’association. On y lit la condamnation de toute tentative d’imposer une langue commune au dessus des parlers populaires et naturels du pays d’oc : « Il est fâcheux d’être dans l’obligation de rappeler que si, comme félibre, il vous est loisible de chanter bien haut votre tendresse pour votre clocher, comme majoral, vous devez vous élever au dessus des petites chapelles pour ne voir que l’intérêt général. »

51Mais il n’est pas seulement question de langue : et c’est, là encore, la question de l’organisation qui est en fait le vrai sujet de l’article : ce que demande Varen, c’est que la renaissance d’oc soit menée par des groupements locaux vivants, fédérés souplement dans un collectif. S’il faut une direction, un « comité central » — c’est le terme employé — il doit s’agir d’une instance regroupant des délégués des diverses régions élus pour un temps déterminé, et associés à la prise de décisions : rien à voir avec un Consistoire qui est une sorte d’académie avec ses immortels cooptés, et qui se contente d’entériner les décisions prises par le Capoulié. En attendant, Varen constate tout simplement que désormais, l’essentiel de l’action félibréenne se mène en dehors du Consistoire, sinon contre lui.

52De fait, ce qui se met alors en place, c’est une coalition assez hétéroclite, associant des hommes que tout sépare par ailleurs : des Languedociens de droite ou de gauche aux côtés de Provençaux qui n’utilisent que la lengo mistralenco mais ne supportent plus Dévoluy, face à d’autres Languedociens, eux aussi de droite ou de gauche, qui soutiennent Dévoluy contre les précédents, des Périgourdins de l’escolo dóu Bournat (la Ruche) qui sont d’autant plus partisans du capoulié que leurs ennemis héréditaires de Lemouzi sont contre, eux, des Gascons qui se prononcent pour Dévoluy contre Toulouse : un entrelacs complexe de rancunes personnelles et de susceptibilités provinciales. Le résultat : en 1909, à la Santo-Estello de Saint-Gilles, la coalition met Dévoluy en minorité au consistoire, le poussant du même coup à la démission (Martel 1987 a). Autour de Dévoluy se regroupe alors un petit noyau de jeunes convaincus, parmi lesquels le jeune, très jeune, Sully-André Peyre, qui gardera toute sa vie la mémoire des affrontements de ces années, et défendra bec et ongles, face aux « dialectaux » et, pires, aux « occitans » la primauté du provençal de Mistral et de sa graphie. Ainsi se préparent les clivages qui entre 1945 et 1950 vont amener à la rupture définitive entre les Occitans — eux-mêmes d’ailleurs divisés —, et le camp des ultras du mistralisme. Mais ceci est une autre histoire.

Conclusion

53Dans les conflits que nous avons racontés, en apparence, c’est de graphie qu’il est question, depuis que Mistral et Roumanille, rompant avec Honnorat et les Marseillais, ont entrepris d’imposer à quiconque voulait appartenir au Félibrige leur propre orthographe. Mais ce débat n’est pas celui qui a le plus mobilisé les énergies. Si nous avions voulu traiter ici de la préhistoire de la graphie classique actuelle, sur un plan purement technique, il nous aurait fallu remonter jusqu’à cet article de Dessales dans le Journal de la Langue française, en 1838, poursuivre avec la brochure de Durand de Gros sur le Félibrige en 1878, citer aussi bien le Dauphinois Moutier (L’orthographe des dialectes de la Drôme, 1886) que le Tarn-et-Garonnais Henri de France (« Lo parlar de lengua d’oc »), en 1893, l’année même où Roux, le sourcilleux Limousin, publie sa propre grammaire (Martel 1990). Tous ces hommes, dont nous n’avons pas parlé jusqu’ici, avaient bel et bien fait avant Roux, Perbosc et Estieu les grandes découvertes qu’on attribue ordinairement à ces derniers : la nécessité d’une graphie phonologique (Durand de Gros parle de « phonographie ») contournant le problème de la notation des variantes phonétiques les plus locales, la nécessité aussi d’une graphie retrouvant les principes qui avaient été ceux du système endogène de l’occitan médiéval, en contradiction avec trois siècles d’emprunt forcé des conventions graphiques nécessairement inadaptées d’une autre langue, le français. Or, dans la façon dont l’occitanisme raconte sa propre histoire, ces premiers pionniers sont ignorés, et seule prévaut la généalogie canonique Roux > Perbosc-Estieu > Alibert. C’est que la différence entre ceux-ci et les précédents, quels que soient leurs mérites, réside dans le fait que les uns parlaient seuls, ou à d’autres qu’aux félibres — par exemple à des membres de sociétés savantes qui n’avaient au mieux qu’un intérêt distant pour le « patois », ou, dans le cas de Moutier, à une escolo périphérique et éphémère —, alors que Roux, Perbosc et Alibert parlaient directement à une fraction du Félibrige, et avaient donc des troupes. Ce n’est donc pas la qualité intrinsèque de leurs propositions qui fait leur succès, mais leur capacité à s’appuyer sur un collectif. Un collectif motivé, en réalité, par tout autre chose sans doute que le goût des spéculations sur le rapport graphie/phonie. Quoi, alors ?

54Ce qui apparaît assez clairement dans les débats que nous avons suivis, comme déjà dans ceux qui s’étaient déroulés dans les premiers temps du Félibrige, face aux rebelles marseillais, varois ou niçois, c’est que le débat sur la graphie est inséparable d’un débat bien plus large sur la forme de langue la plus digne d’incarner la renaissance d’oc, débat inséparable de celui sur la localisation de ce qui doit être la capitale du Midi ressuscité. Mais il ne peut y avoir de capitale susceptible d’imposer sa norme que si des institutions puissantes y ont établi leur siège. Or, aucun pouvoir réel ne s’investit dans la promotion de l’une ou l’autre des variantes de l’occitan au xixe siècle. Seule prévaut la rivalité entre de petits groupes d’écrivains amateurs réunis dans telle ou telle capitale régionale — Tulle, Toulouse, Montpellier... — petits groupes dépourvus de toute réelle influence en société. La capitale maillanaise (ou arlésienne, ou avignonnaise, peu importe), pâtit de la même absence de relais institutionnel, que le prestige du Capoulié ne compense pas. Le parallèle souvent établi par les mistraliens les plus enthousiastes entre Mistral fondateur du provençal et Dante père de l’italien ne tient pas. Le toscan littéraire n’a triomphé que du jour où les divers pouvoirs de la péninsule — villes, comtés, duchés ou royaumes — l’ont adopté comme outil administratif, aux dépens des quelques scriptas régionales qui avaient pu émerger auparavant. C’est le politique qui décide, pas le littéraire.

55En fait si l’on veut vraiment chercher un parallèle avec les débats dont nous avons parlé, c’est du côté de l’idéologie linguistique française qu’il convient peut-être d’aller d’abord chercher. Cette idéologie ne reconnaît qu’un type de « langue » : un idiome normé, avec son orthographe, sa grammaire contraignante, son corpus de « bons auteurs » définissant le « bon usage », et surtout, surtout, les institutions qui se chargent d’assurer la bonne marche de l’affaire. Tout ce qui est en dehors de ce cadre n’est pas langue — à peine accepte-t-on de considérer comme telles ce que les États voisins et rivaux ont pu choisir comme norme. Du coup, il n’existe pas d’occitan, mais une mosaïque de parlers rustiques dont les philologues officiels font les avatars locaux d’un grand continuum gallo-roman. Entre le français, forme privilégiée issue de ce continuum par la grâce de l’État, et les patois locaux, il ne peut y avoir un stade intermédiaire qui dessinerait sur la tapisserie nationale dont parle Gaston Paris dans son grand discours de 1888, les contours d’une autre langue, recouvrant une bonne partie du territoire. Cette idéologie qui a le mérite de la simplicité s’impose en réalité même à ceux qui entreprennent de défendre leur vernaculaire, et qui sont donc amenés au fond à conformer leur vision de la question linguistique aux évidences dispensées par les maîtres. Pour les uns, seul vaut effectivement le parler local, familier, permettant l’instauration d’une connivence immédiate entre les hommes du lieu, face à ceux qui ne sont pas du lieu. Ceux-la refuseront toute idée d’une langue d’oc qui serait la somme idéale de tous ces parlers locaux liés par l’intercompréhension, et ne peuvent donc admettre l’idée d’une standardisation fût-elle minimale, limitée à la question de la graphie en l’occurrence. D’autres au contraire considèrent que la renaissance d’oc ne pourra triompher que si elle se dote d’une norme aussi contraignante que celle du français. L’effet miroir joue à plein, même si les deux tendances ne voient pas la même chose quand elles regardent le miroir que leur tend le sens commun dominant.

56On devine la suite : il suffit qu’un centre autoproclamé prétende promouvoir sa propre variété comme la plus apte à permettre l’accession au stade heureux de la vraie langue pour que les tenants des autres variétés se révoltent, au nom de la défense de leur propre identité langagière. Et en prônant soit la promotion de leur propre variété au rang de standard potentiel — ce sera la solution Perbosc-Estieu, soit le repli maussade sur le terroir — c’est au fond la solution Roux, ou celle des Montpelliérains ou des Niçois.

57Quelques jolis paradoxes pour finir ? Au fond, les problèmes du Félibrige mistralien commencent dès qu’il entreprend de conquérir, province après province, le grand Miejour dont il se proclame le porte-parole. Ce sont ceux qui ont entendu l’appel de Mistral en faveur de la renaissance de l’idiome natal qui le rejoignent, avant de prendre leurs distances dès qu’ils se sentent localement assez forts pour mettre en cause le leadership des « Avignonnais ». Là où les groupes félibréens n’arrivent pas à atteindre la masse critique qui leur permet de se poser en Félibrige alternatif, cette mise en cause échoue : c’est ce qui fait que les brillantes théories graphiques de l’abbé Moutier, le félibre drômois, qui ne sera même pas majoral du Félibrige — au contraire de Roux, Perbosc et Estieu — ne rencontrent aucun écho, même chez lui, et qu’il finit par renoncer à se démarquer. À l’inverse, le fait même que de tels Félibrige alternatifs puissent se déclarer entraîne le raidissement du centre avignonnais. Au bout du processus, il y a le repli sur la seule Provence rhodanienne, puisque les autres provinces ne veulent pas entendre et suivre les consignes impérieuses du Capoulié. En germe chez Dévoluy, ce repli sera théorisé par Sully-André Peyre et ses disciples. On sait qu’ils ont des héritiers aujourd’hui encore, et que les questions qui se posaient aux hommes du XIXe se posent encore à leurs lointains successeurs à peu près dans les mêmes termes, parfois même littéralement. En témoigne le refus du mot Occitanie, dont on a vu qu’il est dès le départ associé à la dissidence, alors même que ses adversaires d’aujourd’hui en ignorent probablement l’histoire. En témoignent aussi les remarques d’un Louis Bayle, il y a quelque quarante ans, accusant les Provençaux convertis à la graphie classique de truffer leur « provençal » de mots languedociens, comme Artaud le faisait déjà un siècle plus tôt dans ses brochures polémiques contre... les félibres (Bayle 1975).

58Deuxième paradoxe : cette constitution de pôles organisationnels, de ces escolo, évite à la renaissance d’oc l’explosion totale, le retour à la situation initiale, celle où chaque auteur, tout seul dans son coin, écrit comme il peut pour son environnement immédiat sans chercher à faire circuler ses œuvres. Les grandes escolo, avec leurs appareils calqués sur le modèle de l’appareil félibreén, leurs chefs admirés, leurs revues, leurs fêtes, leurs concours, tous les attributs et les outils qui ont permis au Félibrige de s’imposer, ces grandes escolo constituent autant de lieux de cristallisation d’une norme régionale, tout en maintenant la conscience d’une unité d’oc dont elles s’estiment simplement les meilleures avocates.

59Dernier paradoxe : on voit bien que le moteur de ce processus, c’est au fond l’esprit de clocher. Esprit de clocher chez les Rhodaniens, esprit de clocher chez ceux qui les contestent. Mais à quelque chose malheur est bon. C’est leur fierté de Languedociens héritiers des Albigeois face aux Blancs de la cité des Papes — locuteurs au surplus d’une forme « abâtardie » de la langue des Troubadours — qui motive au départ Perbosc et Estieu, et les conduit à mettre au point leur système graphique, au nom du fait que somme toute pour retrouver la langue de l’Age d’or, le conservatisme de leur parler leur épargne (providentiellement) une bonne partie du chemin. Et c’est ainsi qu’ils ouvrent la voie à une façon cohérente de noter la langue d’oc dans sa variation aussi bien diachronique que diatopique, dont l’occitanisme actuel est l’héritier — il suffira à leurs héritiers de savoir adapter la graphie aux diverses composantes du diasystème occitan, ce que Perbosc, Estieu ou Alibert ne cherchaient pas à faire. Et alors ? Après tout, Newton ne cherchait pas à percer les mystères de la gravitation universelle : son objectif, dit-on, c’était la pierre philosophale. Colomb était parti pour les Indes. Il a trouvé l’Amérique. C’est l’Astrado, aurait dit Mistral...

Haut de page

Bibliographie

Arbaud Damase, Chants populaires de la Provence, t. 2, Aix, Makaire, 1864.

Armana Prouvençau, Avignon, Aubanel (puis Roumanille), annuel 1854.

Bayle Louis, Procès de l’occitanisme, Toulon, l’Astrado, 1975.

Bonifassi Georges, La presse régionale de Provence en langue d’oc, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2003.

Casanova Jean-Yves, « La face de Dieu : un exemple de crispation graphique au xixe siècle en Provence », in Cahiers critiques du patrimoine no 3, 1987, p. 49-60.

Giono Jean, Provence, Paris, NRF, 1993.

Martel Philippe, « Dévoluy ou les infortunes de l’action », Actes du congrès de l’AIEO, Londres, AIEO, 1987 a, p. 341-358.

Martel Philippe, « La résistible ascencion de la loi du Félibrige en Provence au xixe siècle », in Cahiers critiques du patrimoine, no 3, 1987 b, p. 61-73.

Martel Philippe, « A l’entorn de la grafia : quauques precursors dau sègle xix », Estudis occitans, no 8, 1990, p. 11-23.

Martel Philippe, « L’imprimé occitan au xixe siècle : essai d’approche quantitative », Lengas, no 36, 1994, p. 39-63.

Martel Philippe, Les félibres et leur temps, Bordeaux, PUB, 2010.

Moulain Stéphane, Louis Xavier de Ricard, socialiste et félibre, Montpellier, Cahiers d’Ars et traditions rurales, 201, 2011.

Peise Félix, La question du Quamquam et du Kankan tranchée par Messieurs les Félibres, Draguignan, Latil, 1875.

Trussy Marius, Margarido, Marseille, Féraud, 1861.

Haut de page

Notes

1 Trad. : « doux et joli ».

2 Trad. : « On dirait que les gens qui le parlent chantent. »

3 Trad. : « C’est le plus doux et le plus pur de tous ; quand une jeune arlésienne ou une jeune avignonnaise vous dit quelque chose dans cette harmonieuse parlure, on ne peut pas se lasser de l’entendre. L’oreille n’y est jamais choquée par une lettre dure. »

4 À la suite de Lamartine, la plupart des grands journaux nationaux saluent la sortie de l’ouvrage. Cf. Martel 2010, p. 179-209.

5 Trad. : « Voilà le langage que parlaient les poètes de Provence et du Midi, il y a de ça sept-cents ans. Celui qui lui ressemble le plus, au jour d’aujourd’hui, c’est le parler des félibres du Rhône. »

6 Trad. : « Je vois à l’auteur trop de bon sens et de bon goût pour qu’à l’avenir il n’adopte pas complètement l’orthographe félibréenne. Pour qui connaît si peu que ce soit les anciens monuments de notre poésie, il est tout à fait clair que cette orthographe est la plus approchante de celle de nos aïeux troubadours. »

7 Trad. : « Un dialecte qui ne fait pas grand chose et pas beaucoup parler de lui, c’est le dialecte marseillais. À ceux qui aiment quand même les farces de la Canebière, les R vénérés des infinitifs, les S harmonieux du pluriel, les éou, les oou, les uechs, les achs et autres aménités, nous recommandons spécialement les Talonnades de Barjomau. Ne manquent à cette salade de cabanon ni le poivre ni le vinaigre ni le sel ni l’ail. »

8 Revue de Marseille, 1862, p. 321-322.

9 Lou Cassaire no 64, 108-110 ; trad. : « Le Félibrige que tu nous vantes n’est pas apprécié par beaucoup de gens, et les poètes que tu nous chantes ont beau être forts et savants, ni leurs œuvres ni leur génie ne remplaceront une académie. Leurs lois ne peuvent s’imposer à personne. Oui ! Tant que la Provence entière ne se prononcera pas sur cette question, les avis seront partagés. À quoi sert-il donc que les félibres écrivent en esprit de corps ? [...] Pour que le provençal soit une langue véritable, il faut une autorité qui soit incontestable. »

10 Il est assez étonnant, soit dit en passant, de retrouver un siècle plus tard cette opposition entre deux Provence sous la plume de Jean Giono, dans certains des textes farcis de clichés qu’il a concoctés au fil des ans à l’adresse des touristes cultivés, alors même que selon toute probabilité, il ignorait jusqu’à l’existence de Jourdan et Trussy (Giono 1993, p. 172 sqq.).

11 Ce qui nous rappelle une conversation que nous avions eue, il y a déjà longtemps, avec le poète provençal Charles Galtier, qui parlait, lui, de ces mots qui semblaient surmontés de barbelés ; mais c’est de la graphie « occitane » qu’il parlait.

12 Valréas, Dupuy, 1881.

13 Trad. : « Il est bien dommage qu’au lieu d’écrire dans la langue pure de Provence vous vous soyez enfermé dans le parler de Valréas. »

14 Frontière historique entre le comté de Nice et la Provence.

15 Trad. : « La maintenance de Languedoc », Armanac, 1878, p. 45-49.

16 Trad. : « La maintenance d’Aquitaine », ibid., p. 175-184. Nous donnons les citations dans la version française figurant en bas de page dans l’original.

17 Trad. : « Le Félibrige et la liberté », ibid., p. 221-234.

18 Trad. : « car c’est une chose certaine que les idées mortes ne peuvent pas donner aucune vie à une langue ».

19 Trad. : « Le Félibrige est établi pour unir fraternellement et animer les hommes qui avec leurs œuvres sauvent la langue du Midi. »

20 Trad. : « Il y a dans Montpellier cinq ou six félibres et trente ou quarante Montpelliérains qui veulent, à toute force, faire de leur ville et de leur langue la domestique et la servante de la langue de la ville d’Avignon. Qu’Orange ou Carcassonne s’inclinent si cela leur plaît ; Montpellier ne s’inclinera pas ! Le Félibrige latin, qui est la société des félibres montpelliérains par excellence, n’ira jamais prendre, en haut ou en bas du rocher des Doms la permission de vivre ou de faire vivre le parler de Fabre d’Olivet et de Langlade » ; Armanac Mountplieirenc per l’annada MDCCCLXXXXV, Montpellier, Emprimariè centrala dau Miejour, 1894, p. 1.

21 Lemouzi, no 1, novembre 1893, p. 2-5.

22 Peireto Bérengier, Li discours de Santo-Estello, s.l., Parlaren, 1986, p. 88. Nous traduisons.

23 Terro d’oc, no 120, juin 1901, p. 81 sqq.

24 Trad. : « Ah ! qui nous enverra le bon Pantagruel pour nettoyer de nouveau nos chemins de ces escholiers limousins. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Martel, « Une norme pour la langue d’oc ? Les débuts d’une histoire sans fin », Lengas, 72 | 2012, 23-50.

Référence électronique

Philippe Martel, « Une norme pour la langue d’oc ? Les débuts d’une histoire sans fin », Lengas [En ligne], 72 | 2012, mis en ligne le 25 octobre 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://lengas.revues.org/112  ; DOI : 10.4000/lengas.112

Haut de page

Auteur

Philippe Martel

Université Paul-Valéry Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org