Navigation – Plan du site

La langue comme clé mais d’autres clefs que la langue : douze ans de recompositions mistraliennes en Provence‑Alpes‑Côte‑d’Azur

Danièle Dossetto
p. 51-82

Résumé

C'est une approche reliant (au moins par renvois bibliographiques) les faits de revendications linguistiques à d'autres réalités du terrain que je propose. Ainsi le veut mon point de vue d'ethnologue, mais aussi l'histoire de ma recherche. Travaillant sur un autre objet empirique, cela en divers lieux de Provence à la charnière des années 1990 et 2000, je me suis trouvée, au hasard de l'enquête, observatrice du renouvellement qui affectait le militantisme linguistique. Volontairement depuis, j'ai poursuivi l'observation, équilibrant autant que faire se peut les observations entre les divers protagonistes. L'avantage de cette longue observation est non seulement de permettre une lecture critique de discours militants, mais aussi de situer les questions linguistiques dans un localisme plus largement compris puisque c'est ainsi que les choses se présentent sur le terrain. Le terrain principal pour l'article est la basse Provence occidentale (c'est le mien depuis mes premiers travaux, ce qui est un atout pour en apprécier l'évolution).

Haut de page

Texte intégral

1La notion de « revitalisation » linguistique qui fédère ce recueil rejoint la thématique de l’« invention » ou de la « réactivation » traditionnantes. C’est grosso modo par cette voie qu’ayant pour terrain principal la basse Provence occidentale, j’en suis venue aux revendications en matière de langue vernaculaire ou conventionnellement désignée comme telle. Le vêtement local, entre autres, m’ayant conduite très tôt à travailler sur le Félibrige, c’était cependant sous des angles bien particuliers jusqu’à ce qu’intervînt le renouvellement du militantisme, consécutif au répertoire des langues régionales de France (1999). Donnée majeure, le paradoxe du « plus royaliste que le roi » — la contestation du Félibrige au nom de Mistral — me fut une sollicitation pressante, un de ces sujets que le « terrain » impose au chercheur. Avoir comme préalable une longue attention à des emblèmes non linguistiques module mon approche, moins pourtant que ne le fait mon appartenance disciplinaire.

  • 1 Faute de crédits, j’ai dû reporter un programme complémentaire d’enquêtes biographiques. L’illustra (...)

2Tandis qu’en fonction de la leur, divers universitaires doutent qu’une recherche sur les langues « régionales » puisse être non « impliquée » (par exemple Gasquet-Cyrus 2010), l’ethnologue affirme sa distance comme fondatrice. Plutôt que de l’enjoindre à prendre parti, les revendications militantes ou l’interprétation qu’il en propose pourraient se transformer pour lui en « terrain miné » (Albera 2001), pas davantage toutefois que d’autres objets de passion identitaire. Dans l’immédiat, l’« inconfort » (La Soudière 1988) n’est pas particulier et, même si ma posture a pu surprendre ou décevoir, mes interlocuteurs admettent que je m’intéresse également à tous les mouvements. En douze ans, mon assiduité a été appréciée ; j’ai équilibré autant que possible mon observation entre manifestations ou équivalents d’une tendance ou de l’autre (je m’y munis d’une grosse étiquette où je me signale comme enquêtrice) ; à côté d’événements phares très « médiatisés », j’ai pris soin d’en retenir de menus ou a priori sans rapport avec les revendications linguistiques ou encore d’institutionnels (Sainte-Estelle commémoratives de 2004 et 2009, anniversaires de Mistral à Maillane et Aix-en-Provence). Au moment de rendre partiellement compte d’une longue observation1, je considère que l’amont de ma période est traité par les contributeurs historiens, et rappelle simplement les principaux protagonistes militants d’après la présentation qui a ouvert les assises de la lengo nostro en 2004. Elle énumérait le Felibrige (1854), l’Institut d’estudis occitans (1945, dans la suite IEO) sous la forme du centre régional d’études occitanes (CREO, 1971), l’Unioun prouvençalo (1982, plus bas « Union... »), le Couleitiéu Prouvènço (2000, « Collectif... »), Parlaren national (1975) et — distinction qui ne serait probablement pas établie aujourd’hui — Parlaren en Vaucluso, dont la revue Li Nouvello de Prouvènço a servi d’organe au Collectif... (le directeur en était alors vice-président) avant que celui-ci crée son propre magazine. S’y ajoutent au moins les associations d’enseignants spécialisés (comme l’AELOC, infra).

3Schématiquement, au sein du mistralisme, deux grandes tendances se dessinent, l’une défendant la langue d’oc une et diverse, acceptant la bigraphie, collaborant avec la mouvance occitaniste, l’autre unigraphe de principe, provençalo-circonscrite — je n’ai pas trouvé plus neutre —, cofondatrice, par ses deux représentants principaux, d’une Alliance des langues d’oc (2009). En fait, hormis que la diversité des cheminements individuels complique la situation, les positions officielles fluctuent de manière assez conforme à l’esprit du proverbe « Moi contre mon frère, moi et mon frère contre mon cousin... », sauf que chaque protagoniste définit, cherche ou ordonne à sa façon vrais ou faux frères, et parents en militantisme. C’est ce jeu de divisions et de rapprochements qu’il convient d’examiner. Au contraire de ce que l’on pourrait penser, le bouleversement ayant affecté le mistralisme n’est pas une affaire circonscrite au (petit) monde militant sur un arrière-plan de législation européenne — ou sur fond de commémoration nationale pour le 150e anniversaire du Félibrige — ; cette recomposition excède les milieux spécialisés dans la mesure où, localement, elle a provoqué confusion et embarras dans la sphère politique.

Une crise à ses débuts2

  • 2 Les lignes suivantes datent de 2002 et d’un article devant prendre place dans une publication colle (...)

4Établi avec un spécialiste des parlers des Alpes-Maritimes — cette précision prendra son sens bientôt —, le répertoire des langues de France a un intitulé global pour l’« occitan ». Le Félibrige affirme retenir comme « seule terminologie pour être employée et défendue : la langue d’oc ». Mais le fait que le provençal est enregistré comme une variante enclenche un processus protestataire divisant le mistralisme et générant une nébuleuse inquiète autour des responsables de l’Union... et du Collectif... qui se crée à cette occasion.

5En 2000, paraît, en graphie classique révisée, un manuel de provençal fondé sur des enquêtes à Cururon (84). Plusieurs figures du mistralisme provençalo-circonscrit s’expriment, allant du dédain à la dénégation — ce ne serait pas du provençal — ; toute la critique conduit au choix orthographique ou en découle. En 2001, Emmanuel Le Roy Ladurie qui, racontant « Le Roman de la Provence » dans Le Nouvel Observateur (no 1918, 9-15 août), emploie le mot d’« occitan » doit s’expliquer dans le courrier des lecteurs, en réponse au vice-président du Collectif... ; sans doute aussi a-t-il été interpellé par l’Union... car Li Nouvello... indiquent qu’il aurait obtempéré lors d’une conversation téléphonique avec son président délégué. Se manifestent ainsi sans tarder trois traits caractéristiques de ce courant : une extrême vigilance doublée d’un important engagement personnel, un style qui combine vite opposition et procès d’incompétence, une recherche — efficace — de visibilité en dehors des milieux spécialisés.

Fig. 1 — Calligraphie enluminée pour une sorte de devise unanimiste
(« Qui tient la langue tient la clef »)

Fig. 1 — Calligraphie enluminée pour une sorte de devise unanimiste(« Qui tient la langue tient la clef »)

Béziers, Anem òc/Anen o (manifestation unitaire), mars 2007

Cliché D. Dossetto

6L’action de l’Union... et du Collectif... s’oriente dans plusieurs directions.

    • 3 Indépendamment de la caractérisation, il faut noter les modalités de la bipartition régionale : le (...)

    À la fin évidente de mieux distinguer le « provençal » de l’« occitan », l’existence de variantes intrarégionales est exploitée. En novembre 2000, des représentants de l’Union..., du Collectif..., de la fédération folklorique méditerranéenne et de diverses associations régionalistes implantées dans les Alpes-Maritimes se réunissent pour prononcer le statut de langue du niçard. Celui-ci « a connu une évolution identitaire qui en a fait aujourd’hui une langue à part entière. [...] Elle a droit au statut de langue régionale de la famille d’Oc, tout en étant apparentée aux différentes formes de langue provençale. [...] Donc la langue niçarde et la langue provençale [...] ont des intérêts communs si elles veulent survivre comme langues de la vie vivante au xxie siècle » (traduit du provençal). Les documents émanant des deux associations motrices (à l’exception de celui que je présenterai plus bas) distinguent désormais les deux langues3.

    • 4 Presènci de Prouvènço, 20, 2002.
    • 5 Situation informant au moins sur la relativité des représentations, deux chercheurs français le pré (...)

    Avec un double but ou effet — limiter l’influence occitaniste et manifester que la région linguistique n’est pas réductible à une portion du territoire français —, les liens avec l’Italie provençalophone (quelques vallées du Piémont) sont renforcés. Une union provençale transalpine est fondée en août 2000, ainsi qu’en avril 2001 une Consulta provenzale, homologue italien du Collectif... Les trois structures signent des accords en faveur de la caractérisation provençale et de la graphie mistralienne pour les deux pays. En septembre 2002, par la déclaration dite de Briançon, les mêmes partenaires affirment que « la langue provençale est une langue polynomique dont les variétés sont de même valeur4 ». L’État italien reconnaissant quant à lui des « vallées occitanes » et l’enseignement de la « culture régionale » y ayant commencé (cf. Dossetto, 2003), la querelle des graphies née sur le territoire français s’envenime aussi en Italie, où se maintient cependant un système local, celui de l’école du Pô5.

    • 6 Assez curieusement — mais la clôture d’un amphithéâtre en fait peut-être un espace moindrement publ (...)

    La demande de « territorialisation » de la ou des langues vernaculaires se précise, et du domaine linguistique le glissement vers la région s’accentue. En 1992, dans son projet de statut régional, l’Union... manifestait son rejet de l’acronyme PACA ; quand l’expression complète serait trop longue, il conviendrait de l’abréger en « Provence ». Nous en sommes aujourd’hui à une revendication de changement de nom. Le Collectif... a fait de cet objectif l’intitulé d’une fête de l’identité (Me dison Prouvènço, Arles, 30 septembre 2001). Au cours de l’allocution qu’il y prononce, le président du Conseil régional emploie à plusieurs reprises le terme de « Provence » dans un sens global6.

  • 7 Centre Régional d’Études Occitanes. Antenne régionale de l’IEO en Provence.

7Au terme, partagée entre deux langues, la « Provence » de l’Union... et du Collectif... se révèle davantage une région orthographique que linguistique. De l’autre côté, le Félibrige puis le CREO7 rappellent que, selon les statuts du premier, l’exclusivité du mistralien est réservée aux actes officiels ; « chaque félibre a la liberté, cela dit, d’employer le parler d’Oc qui lui plaît et de l’écrire à la façon qui lui convient le mieux » (traduit du provençal). Autrement dit, le mistralisme s’est divisé, même si, de part et d’autre, pour reprendre l’expression (orale) d’un acteur, « on essaie de faire ce que Mistral aurait fait ». La référence ultime, en effet, n’est pas la linguistique mais le poète. Mistral parlait-il de langue d’oc au singulier ou au pluriel ? Quel sens donnait-il à ce terme ?... Et parce que son nom est en quelque sorte le dernier mot, celui qui emporte l’adhésion, les citations, éventuellement biaisées, fleurissent.

  • 8 Généralement compris comme une publicité pour la langue vernaculaire (voir l’inventaire au jour le (...)

8Trois semaines avant Me dison Prouvènço, le pèlerinage [sic] de septembre à Maillane révèle les fêlures du mistralisme. Le capoulier s’y prononce contre les nationalismes étroits et rappelle que l’essentiel est la fierté d’être provençal. Le maire (membre de l’Association des écrivains provençaux — infra) prend position pour l’unigraphie et la langue provençale. Il va pour cela jusqu’à déplorer que Mistral ait parlé de langue d’oc au singulier. Des plaques désignant des rues en provençal allant être posées, il les présente au public8. Avant de lire un texte de Mistral sur la valeur de la langue vernaculaire, une jeune fille exprimant en introduction ses angoisses au sujet du provençal en est bouleversée à pleurer.

  • 9 Astrado prouvençalo, 2000, p. 188.
  • 10 Que Nòvi ?, 215 ou 230, 2001.

9Dans ce contexte d’exacerbation des sentiments, un vocabulaire guerrier et blessant se met en place. À se fier à son vice-président, on voit le Collectif... comme un groupe de résistants contre l’« impérialisme occitano-toulousain » et dans les dirigeants du Félibrige qui ont des rapports pacifiques avec l’IEO, au mieux des inconscients, sinon des collaborateurs ; « centralismes français et occitaniste, même combat ! Ces idéologies veulent en fait effacer la Provence9 ». La réponse est sur le même ton. L’entreprise « rétrograde » des « ultra-patriotes provençaux » est un travail de « sape » de la mont-joie mistralienne, une atteinte à la mémoire de Mistral et « le vocabulaire et les manières » de ces « va-t-en guerre révisionnistes » « font froid dans le dos et rappellent des heures sombres10 ». Implicite sous cette plume — d’autres intervenants seront plus crus —, se greffe sur les questions linguistiques la dénonciation d’un prospectus anti-islamique diffusé après les événements du 11 septembre aux États-Unis (prospectus qu’il serait erroné de lier à une position militante spécifique — cf. Dossetto 2004).

  • 11 La distinction entre langue provençale et langue niçarde n’est pas appliquée dans le document tel q (...)

10Quoi qu’il en soit, l’alliance du Félibrige régional et du CREO se renforce par la création d’un comité provençal pour l’enseignement de la langue d’oc ; il envisage d’ouvrir à tous l’accès « à l’ensemble du donné linguistique et culturel provençal sans aucune exclusive, dans le libre choix des traditions culturelles et orthographiques qu’il s’agit de mettre entre les mains de tous ». De leur côté, le Collectif... et l’Union... adressent à tous les maires de Provence-Alpes-Côte d’Azur et des secteurs provençalophones (français) limitrophes une motion à faire approuver en conseil municipal. Elle exprime la volonté que la langue provençale11 soit, sauf avis contraire des parents, enseignée dans les écoles comme matière normale et que cet enseignement se fasse dans « l’écriture majoritairement utilisée en Provence, c’est-à-dire celle codifiée par Frédéric Mistral ».

11La « culture régionale » tend ainsi à se transformer en sommation publique, et l’incidence des relations et influences personnelles est un élément fort de la campagne en cours [2002]. Cependant l’immense majorité de la population est ignorante du débat que je retrace et, les apparences ayant longtemps été sauves (la Coupo santo a par exemple été donnée à Arles le 30 septembre), beaucoup des amoureux du provençal ont tardé à prendre conscience de scissions qui les laissent finalement démunis. Mistral, désormais, divise les plus fervents mistraliens autant qu’il les rassemble et l’on devine au prix de quels déchirements intimes. Car, à un même attachement à la langue vernaculaire, s’ajoutent souvent, chez des militants opposés, une estime réciproque — notamment par domaines (musiciens ou savants entre eux) —, une solidarité qui persiste dans certaines circonstances (joie évidente de tambourinaires parmi les meilleurs « se retrouvant » côte à côte sur un podium), une amitié même, née d’un parcours quelquefois longtemps commun.

Des parallélismes renouvelés

Fig. 2 — Arles, Me dison Prouvènço (fête aux allures de manifestation provençalo-circonscrite), septembre 2001

Fig. 2 — Arles, Me dison Prouvènço (fête aux allures de manifestation provençalo-circonscrite), septembre 2001

Cliché D. Dossetto

Fig. 3 — Béziers, Anem òc/Anen o (manifestation unitaire), mars 2007

Fig. 3 — Béziers, Anem òc/Anen o (manifestation unitaire), mars 2007

Mistral par Hébert, pour tous. Brandi par un militant de la mouvance provençalo-circonscrite, portrait et couleurs rouges et jaunes se retrouvant sur des affiches au nom du Collectif Provence dont on relève ici le slogan. Ou bien, moyennant une affiche d’utilisation pluriannuelle courante en basse Provence (et peut-être au-delà), pour défendre le provençal dans la langue d’oc.

Cliché M. Motais, CEVETH

12La symétrisation est un processus ancien — nous en avons hérité l’habitude de parler de deux graphies alors qu’il en existe davantage —, mais ce qui m’intéresse est la rénovation de ce vieil outil. À l’opposition systématique Félibrige/occitanisme s’est substituée une situation complexe avec un déplacement des clivages ou plutôt leur démultiplication, et un pragmatisme conjoncturel, chaque opération, selon l’angle de vue et parfois simultanément, pouvant relever d’un réalisme pragmatique, d’un pragmatisme stratégique, d’un compromis.

  • 12 Lou Felibrige, 270, 2012.
  • 13 Me dison Prouvènço (MDP), 15, 2006.
  • 14 Tout ce paragraphe gagne à être lu à partir de l’alternative coopération « fermée » (« exclusivemen (...)

13Quand le Félibrige et l’IEO s’associent à Parlaren pour fonder le centre de l’oralité Col’oc, à vocation initialement inter-régionale (Aix-en-Provence, 1999), ou quand le Félibrige provençal, le CREO, Parlaren ainsi qu’un temps l’Union... s’unissent pour plusieurs productions télévisuelles estampillées TELEV’OC, c’est, selon le mot d’un acteur partie prenante, une forme d’« œcuménisme », c’est-à-dire une reconnaissance d’intersection « vocationnelle », mais aussi un signe des temps ou la soumission à un principe d’efficacité. Comme pour l’œcuménisme religieux, le tout est de déterminer les seuils butoirs. Un capoulier s’allie à l’occitanisme pour des manifestations inter-régionales (2007, 2009), alors que son prédécesseur ne l’avait pas fait : les mêmes idées sur l’unicité diverse de la langue d’oc et la tolérance graphique ne déterminent pas une similarité de choix ; autant dire que les plateaux de la balance pesant communauté de vues avec l’occitanisme et particularisme félibréen ne penchent pas très évidemment d’un côté ou de l’autre. Après avoir manifesté deux fois, le capoulier renonce à sa participation en 2012 pour localisation abusive à Toulouse12 ; c’est que sa coopération est conditionnelle, et que les mêmes plateaux basculent cette fois autrement. « Compromis mais non compromission », me disait un félibre — sur un autre sujet, mais dans une formule d’emploi extensible. En 2007, année de manifestations simultanées pour des conceptions contraires de la langue vernaculaire, l’Union... hésite avant de rallier les militants d’Arles plutôt que ceux de Béziers ; cela aussi révèle la difficulté à peser justement les arguments. L’estimation du même rapport parenté/spécificités intervient au sein du mistralisme. Des tenants de la tendance provençalo-circonscrite discutent au moment de rejoindre un comité de l’écrit mistralien (initiative félibréenne) pour l’actualisation du Tresor dóu Felibrige13 et, quand ce comité organise des Librejado célébrant la littérature en provençal « des Alpes au Vidourle » [ligne de partage symbolique entre provençal et languedocien] (2012), certains auteurs de la même mouvance acceptent de côtoyer des écrivains en graphie classique/occitane, d’autres non14. Sur ce fond, des parallélismes symboliques réguliers vont révéler alliances et scissions reflétant deux conceptions du mistralisme.

14Des superpositions de calendriers pour des actions en faveur de la langue vernaculaire sont voulues. Exemples parmi d’autres, en mai 2003, des états généraux se réunissent, d’un côté à l’initiative de l’O(u)stau de Prouvènço/Provença, de l’autre, à celle du Collectif... — les premiers sont ceux de la langue régionale, les seconds, de la langue provençale et niçoise — ; en septembre 2004, ce sont des assises, qui, selon la sensibilité des organisateurs, concernent notre langue en Provence (Parlaren) ou la langue provençale (Collectif...). Quant à l’année 2004, elle crée des parallèles commémoratifs, certains mistraliens célébrant le 150e anniversaire du Félibrige et le centenaire du Nobel de Mistral, d’autres le seul Nobel. Le temps des manifestations venant, les mistraliens de Provence-Alpes-Côte d’Azur se séparent.

  • 15 MDP, 18, 2007; à confronter à la notice du cinquantenaire sus-citée.

15Deux acceptions de la langue — outil de communication et « belle langue » — sont articulées de manière assez signalétique d’un bord et de l’autre et, selon les tendances, elles fusionnent plus ou moins. Indépendamment de la formation des individus, le mistralisme provençalo-circonscrit est fondamentalement littéraire. Comment comprendre que grammaire(s) et dictionnaire(s) soient donnés, même par des universitaires, pour des arguments en faveur du provençal comme langue propre ? C’est qu’en plus de la réalité universelle des syntaxes et des lexiques, leur formalisation en une « œuvre » est prise en considération dans un enchaînement presque automatique avec le Nobel de Mistral. L’importance de la langue littéraire est telle qu’un quidam les contestant avant tout pour d’autres raisons a pu signaler le manque de production adéquate chez les deux capouliers en exercice depuis 2000. En littérature même, la définition de la « provençalité » est double et cette dualité se renforce. Par une Association des écrivains provençaux ou pour le prix Mistral (Arles, 1946 sqq.), elle passe par le provençal en orthographe mistralienne. Avec le grand prix littéraire de Provence (Ventabren, 13, 1961 sqq.), expression française et expression provençale de toute graphie sont également honorées, et une chronique en provençal, dans la brochure programme du cinquantenaire, défend cette large conception dans le système orthographique unitaire. À ce moment-là (2010), des félibres sont membres du jury tandis que des mistraliens tendance Collectif... ont dit y avoir renoncé parce que le nom de Robert Lafont (s’)y était imposé15. Même l’appréciation littéraire risque de devenir affirmation polémique de positions militantes. Et que dire de ceci ? Les discours lors de l’inhumation de l’homme de lettres ethnographe Charles Galtier (1913-2004) ont été publiés dans deux périodiques différents selon les convictions des mistraliens qui les ont prononcés.

  • 16 N’y sont précisés ni la Provence cible ni — au contraire de ce qu’il en est d’ores et déjà pour d’a (...)

16Des parallélismes sont par ailleurs repérables en matière de structures, dans lesquelles il faut moins voir des indices de concurrence que des « vitrines ». Même si je ne les connais pas toutes, deux s’imposent comme définitivement remarquables. La première est, à Aix-en-Provence, une sorte de maison associative pour la « culture régionale » dont le directeur est félibre et au sommet de ce mouvement ; elle affiche son nom dans les deux graphies symboliques : Oustau de Prouvènço — Ostau de Provença ; là siègent le Félibrige, le CREO, l’AELOC etc. La seconde est un Ousservatòri de Prouvènço né lors d’assises de la langue et de la culture provençales en mars 2012 (Maussane-les-Alpilles, 13). D’une grande puissance évocatrice, le bail emphytéotique de 99 ans mettant à disposition l’immeuble siège, et la cession, pour sa restauration, du montant d’un prix récemment obtenu par le président du Collectif... (prix Saboly de la Ville de Monteux, 84) sont un écho plus ou moins conscient des conditions dans lesquelles a été créé le Museon Arlaten — que l’observatoire relaierait en quelque sorte comme « centre représentatif de notre culture régionale mistralienne ». Autre repère comparatif, tel que le présente le projet, l’observatoire sera pour la Provence l’équivalent du CIRDOC pour le Languedoc. Dans le document diffusé le 31 mars, outre la large place de l’intertextualité16, je note deux points capitaux. Structure polyvalente, l’institution se dote d’une dimension scientifique, notamment en linguistique et toponymie pour lesquelles deux emplois sont prévus. Le lieu sera « ouvert à toutes les instances mistraliennes de Provence », ce qui signifie, évidente pour tous les élus sollicités, l’exclusion des tenants de la graphie occitane, mais aussi — me semble-t-il, moins claire pour eux — celle, implicite, de qui pratique la bigraphie ou la tolérance graphique. Sous la même caractérisation par la région, la maison aixoise se fait un devoir de l’hospitalité orthographique tandis que l’observatoire servira l’unigraphie.

  • 17 Suite juridique dans Lou Felibrige 262, 2011.

17Vitrine aussi d’une certaine façon, la reconnaissance de la langue vernaculaire comme patrimoine mondial a sans doute été envisagée en outre comme un affermissement de position et un point d’orgue à d’interminables discussions. Le Collectif... porte depuis plusieurs années ce souhait pour la langue provençale ; le Félibrige, en 2008, a fait connaître à l’UNESCO ses desiderata pour la langue d’oc17.

  • 18 Il est arrivé que des publications parasitées par le militantisme s’affranchissent des règles habit (...)
  • 19 Sur ceci: « La langue d’oc, ou langue occitane, qui, n’ayant subi aucune normalisation, se présente (...)

18Enfin l’incompatibilité de travaux scientifiques redouble les antagonismes militants. James Costa (2010, 163-168) me décharge à demi d’en parler grâce à son analyse d’une altercation propre à rendre compte d’un climat universitaire stupéfiant18 ; à demi, parce qu’un seul des deux protagonistes qu’il campe est une « figure » en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Dans cette région, des positions contraires sont en particulier incarnées dans deux linguistes différemment « engagés », si bien connus pour cette raison que, quelle que soit leur tendance, des acteurs souvent peu armés pour instruire l’analyse de productions universitaires sont à même de croire la science de leur côté ; l’orientation militante anticipant ou primant régulièrement la démarche de connaissance, un individu dispose de toute façon d’une référence professionnelle pour étayer ses idées. Autre conséquence de la polémique scientifique, quand, en 2010, se fonde un groupe d’universitaires pour la valorisation de la langue vernaculaire, une adhésion suppose un accord19 qui empêche derechef la venue d’enseignants-chercheurs appartenant au mistralisme provençalo-circonscrit. Par ailleurs la limitation du recrutement à la Provence-Alpes-Côte d’Azur a pour conséquence et peut-être pour intention d’écarter des ressortissants d’universités extra-régionales ayant une active participation à l’occitanisme. Les fondateurs cherchent en somme un juste milieu. Un nom par la seule langue d’oc (Comité universitaire pour la langue d’oc) est significatif, mais l’évitement des conflits passe par une sélection drastique, et l’association qui se crée est l’émanation d’une université sérieusement divisée.

19La bipolarisation (locuteurs/État, mistralisme/occitanisme) et le victimisme ont depuis longtemps montré leur puissance de levier. Sous cet angle (atteinte à la région, menace perverse), se dire (« les ») « Provençaux » a une pertinence presque tactique dans certaines situations (par exemple auprès d’une population massivement ignorante de la langue vernaculaire mais vivant son appartenance régionale comme positive). Facilitant la mobilisation, la quasi-nécessité d’une structure bipolaire est de plus une donnée « de toujours » pour des chefs de mouvement aujourd’hui presque tous nés après la fondation de l’IEO ou même Mistral ou l’illusion (1954). Revenons sur cette base au mistralisme provençalo-circonscrit. L’ennemi occitaniste identifié depuis longtemps, le schéma mobilisateur habituel s’accordait mal à la situation triangulaire devenue évidente après le répertoire des langues de France. Le Félibrige y occupait (il occupe) une position intermédiaire quant aux pratiques (graphie mistralienne et tolérance graphique) ou aux convictions (« langue d’oc » une et diverse). Sa stigmatisation pour « occitanisation » par le militantisme provençalo-circonscrit doit être comprise comme une réduction (ou une tentative de réduction) de cette triangulation ; sincère au demeurant, la critique apportait en outre de la légitimité à une nouvelle tendance mistralienne ou à son regain. La montée de la lignée cadette était subordonnée à la disqualification relative de la lignée aînée ; l’efficacité a voulu la personnalisation des attaques et la focalisation sur le capoulier — je ne peux pas entrer dans le détail mais les exemples abondent. La logique de la concurrence militante a donc forcé la réalité triangulaire au profit d’une bipolarisation discursive unilatérale mais d’une certaine façon suffisante.

Institutions, individus, réseaux...
et difficultés d’élus à y voir clair

20La confusion dans la cité que j’ai évoquée plusieurs fois découle de plusieurs facteurs. D’une part, maintes proclamations traitent de thèmes généraux qui pourraient aussi bien être énoncés par des adversaires et se ramènent peu ou prou à l’amour de la région et du patrimoine linguistique. Pour un lecteur rapide ou non averti, la pomme de discorde disparaît souvent dans un cortège d’affirmations unanimistes. Il est ainsi advenu que des élus ratifient un document venant d’une tendance contraire à celle qu’ils croyaient expéditrice.

  • 20 Je remarque en effet l’absence des majoraux contestataires à la Sainte-Estelle et à ses votes (obse (...)

21D’autre part, beaucoup de militants ont des rattachements multiples et la pluri-adhésion revêt plusieurs aspects : régularité logique (Union... et Collectif... ; Prouvençau à l’escolo, Astrado prouvençalo et Association des écrivains provençaux...) ; acte symbolique (inscription simultanée au Félibrige et à l’IEO) ; posture contradictoire, non évidemment dans le ressenti des individus pluri-adhérants, mais compte tenu des positions défendues par les mouvements correspondants. Certains félibres majoraux de la maintenance Provence ont ainsi gagné le Collectif... — l’un en est devenu vice-président — sans renoncer à leur majoralat. Contestation des chefs du mouvement historique pour « occitanisation » et sentiment qu’eux mêmes seraient dans la droite ligne du mistralisme primitif vont de pair ; erreur au consistoire félibréen, dévoyé ou berné, vérité chez les transfuges formant en quelque sorte un Félibrige pur. La conservation d’un majoralat repose sur une conviction d’authenticité, mais, à un moment où les oppositions se manifestaient en termes de fidélité à l’esprit mistralien (voir le titre de Mistral en héritage, livre du capoulier en 2004), une double appartenance au moins d’apparence20, a ajouté à l’incompréhension d’interlocuteurs moyennement renseignés.

  • 21 Astrado [...], fasicle 84, 2001.

22Enfin, la démultiplication associative augmente la confusion. En 2001, l’Association des écrivains provençaux (1973), silencieuse depuis 1982-1983, remplace ses sociétaires défunts, la moitié de ses effectifs, par de nouveaux recrutements (30 membres au total21). Avec la même subordination au système graphique mistralien, en 2002, se forme une association de 24 amis de Fonségugne — haut lieu du Félibrige, ainsi que chacun sait — ; point pour celle-ci de production littéraire à protéger contre une éventuelle translation dans le système orthographique occitan ; et pourtant, l’intersection est importante : 9 individus sont membres des deux associations. À une autre échelle statistique, il est évident que les quelque 85 ou 150 associations formant l’Union... ou le Collectif... sont en grande partie les mêmes. L’effervescence associative et les relations inextricables entre associations accroissent la pression qui pèse sur des élus sollicités de tous côtés, parfois parant au plus pressé, le cas échéant se contredisant dans le soutien public des uns et des autres.

  • 22 Voir Info CREO, mai 2003.

23Une situation est assez ancienne pour que l’on puisse s’y attarder. En 2003, le Conseil régional a voté un « vœu concernant la langue provençale et la langue niçoise, langues régionales de la Provence-Alpes-Côte d’Azur ». Autrement dit, le président de région a d’abord été suivi par des conseillers qui sont ensuite revenus sur leur soutien tandis que d’autres se sont définitivement abstenus. Il résulte de la rétractation de ceux-là une seconde motion qui renouvelle les protestations patrimoniales initiales, au profit cette fois de « la langue occitane ou langue d’Oc » dont l’extension est « défini(e) dans le Trésor du Félibrige de Frédéric Mistral ». La faible part d’élus sûrs d’eux est tout-à-fait éclairante d’une inhabileté à trancher en matière de langue vernaculaire. Cependant, que le président du Conseil régional adopte des vues provençalo-circonscrites n’est pas, de sa part, choisir le ou un militantisme contre (sans tenir compte de) la science. Un sociolinguiste apporte à cette tendance son appui universitaire constant. Mais il est contesté à mots couverts quand un linguiste dialectologue, membre d’un groupe de travail auparavant sollicité par le Conseil régional (1998), expose les raisons de son inquiétude après le premier vote de 200322. Le changement de motion est limpide. Non seulement les élus sont tiraillés entre tendances militantes, mais ils ne savent plus à quel linguiste se fier.

À peu près comme on relance un produit de terroir

Fig. 4 — Pièce de 10 euros en argent, 2012, collection D. Dossetto.

Fig. 4 — Pièce de 10 euros en argent, 2012, collection D. Dossetto.

Une région qui tend à se confondre avec Mistral et le Félibrige. Dictionnaire, étoile, cigale, pervenche... : un corpus symbolique sur l’euro régional à apprécier à deux niveaux. D’une part, le prospectus de présentation l’élargit au dauphin héraldique — signe peut-être d’hésitation à totalement « provençaliser » la Provence-Alpes-Côte d’Azur. D’autre part, quoi qu’il ait pu en être du renouvellement militant, l’identification du mistralisme au Félibrige demeure, en dehors des milieux spécialisés, une évidence sans faille.

24Des trois éclairages que je proposerai afin de contribuer à démêler l’imbroglio qui ressort de cette chronique, le premier tient à ce que la « revitalisation » linguistique relève d’une patrimonialisation dont les procédures ont été particulièrement étudiées pour les produits de terroir et leur relance (Bérard et Marchenay 1995 ; Chevallier 2004). L’analogie peut aider à repérer les procédures communes à toutes les tendances militantes et à ordonner les variations.

  1. Le thème de l’utilité de la réactivation (aide au développement local... pour les produits de terroir), connaît, pour la langue vernaculaire, deux directions, celle de l’économie (colloques sur le sujet par l’Union... en 2000 ou par l’AELOC en 2011, vocation secondaire de l’Observatoire de Provence...), et celle de l’insertion sociale avec des arguments parfois surprenants (aide à l’intégration d’enfants issus de l’immigration et à l’apprentissage d’autres langues, communication avec des locuteurs italophones ou hispanophones, débouchés professionnels). Les différences entre tendances s’estompent ici dans une justification par un terre-à-terre conforme à la société globale.

  2. L’authentification procède dans les deux domaines — produits de terroir, langue vernaculaire — par référence à un passé adapté, tout en étant multiforme dans le second puisqu’elle repose non seulement sur l’histoire mais aussi sur des disciplines linguistiques — dialectologie ou sociolinguistique — ayant un rapport au temps assez différent. Je distinguerai en fait une authentification pour soi — appel à l’histoire régionale aussi bien qu’à la figure de Mistral ou au legs des troubadours... —, et une dés-authentification des points de vue tiers. En procédant aussi bien à des interventions plus déclaratives (magazine MDP) et des articles plus développés (Astrado prouvençalo), la production authentifiante/dés-authentifiante provençalo-circonscrite illustre bien la nécessité générale d’une « preuve ».

  3. L’argument de la qualité, fondateur pour les produits de terroir, est aussi très présent dans le mistralisme, avec comme arguments le nombre ou l’excellence des auteurs en provençal de graphie mistralienne. La mouvance provençalo-circonscrite en fait cependant un double usage, contre l’occitanisme ou l’occitanisme provençal (moindre bibliographie) et contre le Félibrige (derniers récipiendaires du prix Mistral régulièrement extérieurs à ce mouvement). La justification par l’excellence trouve pourtant ses exemples majeurs — transversaux — dans le prestige de la langue ancienne ou dans la graphie emblématique de son mouvement d’appartenance.

    • 23 Nette aussi dans son résultat négatif (chiffres et détails dans Li Nouvello... 155, 2009), mais le (...)

    De nouveaux contextes ont leur incidence sur la notion de territoire. La patrimonialisation accompagnant les phénomènes de relance économique ou de « revitalisation » linguistique procède au resserrement de l’incommensurable variété antérieure et à la recomposition d’un espace global jusque-là émietté. Langue d’oc et langue provençale sont l’objet du même désir de reconnaissance au niveau mondial. Les régions ont un retentissement sur la définition des territoires liés au fait réactivé, qu’il s’agisse, pour les produits de terroir, du label spécifique ou, pour la langue vernaculaire, d’un service pour les langues de France à la DRAC, de l’importance du Conseil régional, bienveillant depuis longtemps à la Fête du peuple provençal ou très engagé dans l’Observatoire de Provence, ou de la restructuration (2011) des maintenances félibréennes. Le slogan du Collectif... est clair à ce sujet — « Une région, une identité, une langue » — et la consultation du Conseil régional auprès de la population pour changer le nom de la Provence-Alpes-Côte d’Azur en Provence a été très nette dans son intention23. Le temps n’est semble-t-il plus à suggérer une recomposition de la région sur la base de la langue vernaculaire (projet pour la Provence, Union..., 1992) et le même pragmatisme court dans toutes les tendances : le territoire régional décide de nombreux aspects des politiques militantes.

    • 24 C’est ainsi que la situation se présente dans les Alpes-de-Haute-Provence et les Hautes-Alpes; la d (...)

    La formalisation institutionnelle, ou souhaitée telle, d’un lien essentiel entre langue vernaculaire, lieu et « label » — qui aurait comme équivalents gastronomiques des I.G.P. ou des A.O.C. — concourt à la production de glossonymes, d’ores et déjà installés, ou flottants. L’unanimité militante se fait pour l’expression de lengo nostro et dans l’aversion pour le terme de « patois » — il ferait « pâteux » (journaliste animateur, 2004) ; « je ne veux plus entendre ce mot » (enseignant-chercheur, débat, 2009). Il existe au contraire des discussions au sujet de glossonymes plus localisants, dont le choix ne rencontre pas partout les mêmes conditions (Boyer 2005). L’obstination discursive sur le terme d’« occitan » masque cette réalité que, de tous côtés, la nomination militante sélectionne (évacuation de « patois », conservation de « niçard », exploitation différenciée des « rhodanien » ou « vivaro-alpin » de l’analyse linguistique) ou invente (« mistralien », « alpin »), éventuellement par transfert d’un domaine de l’expérience sociale à un autre (« gavot », de « Gavot », « Montagnard24 » — cf. point 6).

    • 25 Je préfère ce terme à celui d’« ethniciser », sans doute plus courant mais reposant sur un abus de (...)

    En sus de données habituelles aux processus de réactivation, un trait partagé entre militants est une propension à « populiser25 » les pratiquants linguistiques (« Avec une langue on crée un peuple »). De même que certains parlent d’« Occitans », certains le font de « Provençaux », au sens de l’Association des écrivains ainsi qualifiés mais aussi pour l’ensemble des locuteurs de la région ou de l’aire linguistique. Sous l’égide de l’Union..., un « peuple provençal » est ainsi annuellement fêté. L’inclination « populisante » tient moins au fait que les anciennes provinces ont laissé des mots disponibles pour une réaffectation de sens, qu’à un essentialisme territorialisé convaincu, lui-même général (désignation « Occitanie » à partir de la langue vernaculaire).

25Les points 5 et 6, qui, de l’extérieur du militantisme, méritent le plus d’attention, sont, de l’intérieur, les plus litigieux ; il faut y revenir autrement.

Ensemble d’oc et région(s)

Fig. 5 — Maillane, anniversaire de naissance de Mistral, septembre 2001 (devant la maison-musée de Mistral)

Fig. 5 — Maillane, anniversaire de naissance de Mistral, septembre 2001 (devant la maison-musée de Mistral)

Langue vernaculaire et vêtement local : s’alarmer pour le provençal en costume de type arlésien.

Cliché D. Dossetto

26Si l’occitan est globalement un « Janus », à la fois « contrepoids à la légitimité institutionnelle du français » et « repoussoir commode face au poids de la diglossie » (Gardy, 1991 : 455-456), il convient d’actualiser cette analyse par une observation rapprochée.

  • 26 Alors que l’espagnol est désormais d’un enseignement presque systématique, je pense en particulier (...)

27En Provence-Alpes-Côte d’Azur tout au moins, l’opposition au terme d’« occitan » se fait aussi bien au nom de la que des langues d’oc ; nombre et rejet d’une désignation sont deux questions en partie distinctes. Par ailleurs, du point de vue militant, l’intercompréhension comme fondatrice de langue ne suffit pas ou ne suffit pas en soi. Beaucoup de ceux qui défendent le pluriel ont l’expérience de la Sainte-Estelle, rassemblement inter-régional où je verrais volontiers un test d’intercompréhension en grandeur nature. Abordé avec une parfaite maîtrise linguistique par les chefs de mouvements, ce dernier interroge moins sur les compétences des penseurs du mistralisme provençalo-circonscrit — ou de leurs adversaires — que sur le bon ressenti, par tous, du critère scientifique. Le vocabulaire courant ne rend-il pas compte de la maîtrise linguistique par l’énonciation et non la compréhension (« parler » une langue26) ? En tout cas, ce n’est pas la confrontation langagière à des locuteurs d’autres secteurs d’oc qui décide d’engagements contrastés. Du côté de ceux qui défendent des langues d’oc, l’intercompréhension n’est du reste pas contestée en bloc (l’éventuelle argumentation à ce sujet est plus subtile), mais, ainsi qu’on l’a vu avec le niçard, des responsables de mouvements qui s’estiment légitimes pour ce faire définissent une langue par sa déclaration solennelle. De l’autre bord, il se trouve que l’intercompréhension fait rejoindre le singulier de Mistral, et cette coïncidence est sans doute décisive pour beaucoup. Penseurs de mouvements et enseignants prennent position sur d’autres critères que la même observation directe, la même formation universitaire (bagage nécessaire au CAPES) ou la soumission de principe à une conclusion scientifique. L’intercompréhension ou sa mesure ne peut donc guère conduire à l’issue d’un débat portant avant tout sur des représentations. Enfin, opter pour la langue provençale ne procède pas forcément de la « peur de l’occitan » (je me réfère toujours à Gardy, 1991) et je vois quatre éléments pour y mener :

  1. Le pluriel d’oc sert mieux l’essentialisme, qui adosse le volontarisme linguistique à des emblèmes « matériels » ou non déjà variables à l’échelle régionale. Tout en opérant sur la base de réseaux au plus micro-régionaux, les pratiques « folkloriques » — dont le vêtement local divisant les militants culturels un peu comme le fait l’orthographe — constituent en particulier un vecteur identitaire capital, qui oriente davantage vers un esprit de « pays » que d’unité interrégionale.

    • 27 Je cite, en raison de sa grande diffusion, une Histoire de l’association pédagogique Lou Prouvençau (...)

    Un thème récurrent pour justifier les revendications linguistiques est que la Provence s’est unie à la France « non comme un accessoire à un principal mais comme un principal à un autre principal27 ». Il y a plus d’un hiatus entre la Provence des années 1480 et la région linguistique ou administrative d’aujourd’hui, mais c’est tout un symboliquement. La superbe d’un vis-à-vis direct et la blessure d’une inféodation vicieuse demeurent, pour certains, une cicatrice mal fermée, et singulière.

    • 28 Nouvello... 85, 2000 ou MDP 5, 2003; ce chercheur a par ailleurs produit sur l’« individuation » li (...)
    • 29 Vice-président du Collectif... à propos des assises nationales des langues de France (MDP 6, 2003) (...)

    Tel qu’il s’affirme après le répertoire des langues de France, le pluriel apparaît surtout comme une revendication d’égalité de traitement, d’une part avec les langues régionales très particularisées couvrant des espaces relativement restreints (thématique récurrente à propos des postes ouverts au CAPES), d’autre part et plus encore avec les langues d’oïl. Une meurtrissure historique prédispose à une certaine lecture du répertoire, comme si, de Paris, un législateur avait vu de près l’espace d’oïl donc sa diversité, et de loin celui d’oc, soit un ensemble flou ; l’unité énoncée est alors reçue comme l’indistinct du mépris. Faire publicité des critères ayant présidé à l’établissement de ce répertoire ne ser(virai)t à rien — a fortiori quand ils sont contestés par un sociolinguiste forcément allusif dans une revue culturelle28. Un filtre passionnel empêche de les prendre en considération : « Pourquoi les occitanistes de la DGLF ont-ils inscrit le poitevin saintongeais ou le bourguignon morvandiau dans la liste des langues, alors que le provençal n’y est pas ? », ou, plus révélateur chez quelqu’un qui a tout moyen de documentation : « On peut ainsi parler de “langue” et de “littérature” bourguignonne-morvandiote et poitevine-saintongeaise. Mais pas de langue et de littérature provençales, Mistral n’étant, comme l’affirme Robert Lafont, “qu’un écrivain occitan29”. »

  2. La souffrance d’un défaut relatif de reconnaissance s’aggrave d’une conception littéraire de la langue vernaculaire. Mais ce sont désormais des générations d’acteurs qui ont entendu ou lu — et assimilé — l’appréciation qui donne Mistral comme ayant fait une langue d’un patois.

28S’il est vrai que la séparation du provençal et du niçard à l’échelle régionale et dans l’ensemble d’oc sert à renforcer l’opposition à l’« occitan », le pluriel militant n’est donc pas réductible à une attitude contestataire. Il repose aussi sur des repères propres. Les points 1 et 3 étant des éléments de décision communs chez des militants réunis dans l’Alliance des langues d’oc, le plus caractéristique pour la Provence-Alpes-Côte d’Azur est que plus les acteurs retiennent le critère de l’intercompréhension, plus le curseur du positionnement militant glisse vers l’unité d’oc ; plus ils pensent belles lettres, plus ils poussent ce curseur vers l’« individuation » du provençal.

« Berceau du Félibrige » et « Languedoc »

Fig. 6 — Élus à Arles, le 17 mars 2007.

Fig. 6 — Élus à Arles, le 17 mars 2007.

Fig. 7 — Élus Sian e saren 2009.

Fig. 7 — Élus Sian e saren 2009.

Une sensibilité particulière dans l’espace bas-rhodanien : nombre d’élus par localité lors des manifestations du Collectif Provence.
Grossièrement identique (légèrement déportée vers le Gard de 2007 à 2009), l’origine des élus n’est pas influencée par la simultanéité (2007) ou le décalage de quelques jours (2009) de la manifestation portée par le Collectif... et de la manifestation unitaire. Mais le symbole de la marche Sian e Saren (2009) est essentiellement perçu par les acteurs politiques à travers le prisme du voisinage si bien que la venue de deux représentants de Vallouise (Hautes-Alpes) se signale comme une exception. Présent en 2007, le président du Conseil régional est représenté en 2009 (il a exercé divers mandats électoraux en basse Provence occidentale).
Source des données : Me dison Prouvènço 17, 2007 et site du Collectif Provence, liste mise en ligne le 5 octobre 2009.

Fig. 8 — Implantation Collectif octobre 2005.

Fig. 8 — Implantation Collectif octobre 2005.

Fig. 9 — Implantation Collectif janvier 2011.

Fig. 9 — Implantation Collectif janvier 2011.

Municipalités soutenant le Collectif Provence. Une implantation du mouvement rapide et caractéristique.
En dehors de la région rhodanienne , le mouvement pour la langue provençale trouve une audience particulière à la frange des Alpes-Maritimes, cela sans doute en liaison avec un destin territorial particulier (ce département a été formé de l’ancien comté de Nice — rattaché à la France en 1860 — et d’un arrondissement démembré du département antérieur du Var). Entre ces deux pôles, le Var est à peine touché et les Alpes-de-Haute-Provence maintiennent leur hermétisme. L’examen d’états intermédiaires donne à penser que l’on a atteint un seuil voire la saturation de l’espace sensible aux idées défendues par le Collectif... Des modifications significatives ne devraient pas résulter du changement de siège social, appelé à suivre l’Observatoire de Provence dans ses locaux de Cheval Blanc, au sud du Vaucluse, c’est-à-dire dans un département déjà remarquablement favorable.
Source des données : Listes régulières des localités adhérentes dans Me dison Prouvènço.

29Grossièrement identique (légèrement déportée vers le Gard de 2007 à 2009), l’origine des élus n’est pas influencée par la simultanéité (2007) ou le décalage de quelques jours (2009) de la manifestation portée par le Collectif... et de la manifestation unitaire. Mais le symbole de la marche Sian e Saren (2009) est essentiellement perçu par les acteurs politiques à travers le prisme du voisinage si bien que la venue de deux représentants de Vallouise (Hautes-Alpes) se signale comme une exception. Présent en 2007, le président du Conseil régional est représenté en 2009 (il a exercé divers mandats électoraux en basse Provence occidentale).

  • 30 Cette citation qui situe la Provence en tête du réveil identitaire parcourant l’espace d’oc forme l (...)

30Le critère littéraire nous ramène au Collectif..., qui est né en basse Provence rhodanienne (Grans, siège social des débuts à aujourd’hui, se situe au centre des Bouches-du-Rhône). Deux faits sont indicatifs. Premièrement, quand la Fête du peuple provençal est tournante, le Collectif... s’est pourvu d’une fête puis d’un festival ayant Arles pour cadre fixe. Deuxièmement, alors que, pour la langue provençale, il recherche directement un statut de patrimoine immatériel mondial, il soutient, portée par une association amie, la même ambition concernant le « costume d’Arles ». Dans les représentations que j’essaie de mettre au jour, territoire, excellence et particularisme se conjuguent dans la langue vernaculaire comme au-delà. Des militants pétris de cette « maire Prouvènço qu’a batu l’aubado30 » la retrouvent difficilement dans les rangs voire — crainte régulièrement émise — devancée. Faute que la région plus ou moins élastique de Mistral conduise encore le rappel à l’échelle d’oc, ils préfèrent pour elle — inévitablement, dirai-je — un autre destin souverain, séparé. La pleine autorité n’est sans doute qu’un facteur affectif parmi d’autres, mais il ajoute aux arguments savants ou généraux de l’« individuation » linguistique.

  • 31 Par exemple dans son discours pour la réception du grand prix littéraire de Provence, 2007 (Aquò d’ (...)
  • 32 Vice-président du Collectif..., 2009, ibid.

31Cruciale pour l’histoire du militantisme, la basse Provence occidentale est aussi excentrée. Les incidences de la géographie ne sont pas négligeables et l’affirmation de soi dans des territoires frontières n’emprunte pas nécessairement des canaux particuliers dans le prestigieux « berceau du Félibrige ». D’un côté, pour un emblème identitaire qui y est majeur — les jeux taurins —, cet espace est orienté vers le Languedoc. La croix occitane (qualificatif dominant) figure sur l’enseigne de gardians, et l’activité de maintenance déployée rive gauche du Rhône par la Nacioun gardiano qui l’arbore est également appréciée par des militants en désaccord sur les questions linguistiques (Félibrige, Collectif...). Adverse pour le mistralisme provençalo-circonscrit quand elle est associée à un occitanisme linguistique conquérant ou redouté tel, cette croix, à l’entour des gardians, paraît le simple produit d’un voisinage localiste. Affinités ou répulsions se nouent autour d’un même objet héraldique issu d’une région limitrophe. D’un autre côté, une situation de contact favorise une effusion de signes différenciateurs, et le dénigrement, encore aujourd’hui, du « pape » ou « papet » Lafont pour son Mistral... tient sans doute en partie à ce qu’il se rattache au Languedoc assez proche (Nîmes) pour se sentir provençal31. L’« individuation » linguistique est entre autres affirmation distinctive de proximité : « Il n’y a pas de raison qu’en définitive nous devenions, nous, des Languedociens au nom d’une prétendue unité de la langue d’oc qui n’a jamais existé. [...] Et s’il y en a en Provence qui veulent se dire Languedociens ou Occitans — parce que les deux mots sont étymologiquement les mêmes — [...] ce n’est pas la peine de récupérer Mistral, cela ne servira à rien32 ! » C’est bien sûr un individu diversement caractérisé qui a la parole et l’on peut se demander, ici comme plus haut, à quel point il informe sur l’ensemble des militants participant de la même mouvance. J’incline à penser que ses propos ont un caractère d’indicateur pour repérer le genre de représentations ayant conduit à un indéniable succès dans un secteur géographique très précis, et j’invite à ce sujet à considérer un aspect de la marche Sian e saren organisée par le Collectif... en 2009. Consiste-t-elle à franchir le pont entre Beaucaire (30) et Tarascon (13) c’est-à-dire à tourner le dos au Languedoc et à l’occitan pour gagner la Provence et sa langue ? L’origine des élus manifestant (figure 7) montre que ce symbole n’est pas compris comme régional au sens propre mais qu’il mobilise remarquablement la contrée du bas-Rhône.

32Certes, l’implantation originelle du Collectif... ne le marque pas davantage que ne le fait son époque (renouvellement de population, fièvre patrimoniale, contexte européen...) de même que l’articulation de la langue vernaculaire et de faits de traditions emblématiques ne lui est plus spécifique ; sa réussite n’est pas, et de loin, limitée à l’espace du provençal rhodanien, des arènes provençales ou du costume de type arlésien, mais son enracinement électif le signale dans l’éventail militant et, dans la tendance provençalo-circonscrite, le colore singulièrement, en particulier par rapport à l’Union...

En route pour l’« oc », le « gavot »,
la « coopération ouverte » ?

  • 33 Voir en ligne l’affiche pour des marches et conférences autour du mont Ventoux en 2009. L’expressio (...)

33Un car a acheminé des manifestants provençaux, félibres ou occitanistes, vers le lieu d’une manifestation linguistique inter-régionale ; à la descente, j’entends cette phrase : « on a dit qu’on défilait pour l’oc ». La circonstance fait ici l’utilité d’un mot que les personnes conversant n’emploient pas ordinairement, mais dont il existe des attestations plus solides33. Cette lexicalisation du pas vers l’autre n’est pas la seule façon d’exprimer la conciliation puisque la juxtaposition « occitan-langue d’oc » est installée dans l’intitulé du CAPES — d’une longueur qui la condamne à l’écrit officiel et garde la trace de divisions militantes tenaces. Mais l’innovation prononçable est abréviation créatrice. Chacun cède une ou deux syllabes pour dégager l’essentiel commun. Que, pour autant, le « raccourci » « oc » ne soit pas forcément une formule d’avenir en raison de freins émotionnels est secondaire par rapport à la capacité inventive d’acteurs.

Fig. 10 — Maillane, anniversaire de naissance de Mistral, septembre 2001

Fig. 10 — Maillane, anniversaire de naissance de Mistral, septembre 2001

Ensemble pour Mistral malgré des opinions divergentes : commémoration oblige.
Discours du capoulier devant le tombeau du poète. À droite (en pantalon clair), le maire, à qui il reviendra de déposer les fleurs. Son tour de parole est prévu, comme chaque année, devant le musée Mistral.

Cliché D. Dossetto

  • 34 « La langue d’oc et ses langues d’oc », « la langue d’oc et ses langues occitanes », « l’ensemble d (...)

34Est-ce à dire qu’une langue se nomme et se renomme à l’envi ? Gagnons La Fare-les-Oliviers (13) pour une rencontre de l’AELOC (2009). Un député y expose les difficultés, au plus haut niveau, pour décider d’une terminologie. Un peu comme Monsieur Jourdain écrivant à sa marquise aux beaux yeux, des élus se sont appliqués à croiser de toutes les manières les mots litigieux. Ils sont arrivés à trois propositions, qu’ils souhaitaient respectueuses des divers points de vue, mais qui sont aussi incompréhensibles qu’alambiquées34. À la lecture, le député lui-même ne paraît pas convaincu ; l’effarement gagne la salle ; une personnalité enseignante renvoie à l’intitulé du CAPES comme à une formule définitive. Plus tard, il est question de variantes intrarégionales. L’identification « vivaro-alpine » des linguistes est décriée comme nom et un responsable du mistralisme provençalo-circonscrit — des représentants d’autres tendances auraient pu le faire de la même façon — prône des désignations venant des locuteurs. Le député poursuit sur cette idée en suggérant une consultation inspirée de celle qui a porté sur le nom de la région. Cette perspective séduit manifestement certains, mais un auditeur occitaniste — d’autres auraient pu exprimer la même réserve —, réplique sur la sensibilité partisane du président du Conseil régional. Sa remarque clôt le sujet. Enfin, voici un orateur qui s’est déjà montré peu informé. Il parle maintenant des pratiquants linguistiques. Manifestement sans qu’il y pense vraiment, il lui vient une expression que je n’ai jamais entendue ailleurs et que je rends en fonction de ce qu’il veut dire : « langue-d’Ociens ». J’en note l’impact sur des visages.

  • 35 Conditions d’intervention du politique et légitimité d’un militantisme quelconque à régir un domain (...)

35Ces coups de projecteur sur des « à côté » de manifestation ou de conférences mettent en lumière, parfois posées par les intéressés même, des questions épineuses35 d’où il résulte que les discussions sont loin de perdre leur âpreté. La portée anthropologique du dossier lui vient cependant des procédures mises en œuvre pour l’élaboration de l’identité, de l’altérité, de l’ami ou de l’ennemi culturels.

36L’action militante balançant entre affirmation identitaire restrictive et entente d’esprit fédératif, une équivalence apparente s’établit entre, d’un côté, la collaboration du Félibrige et de l’occitanisme, et, de l’autre, celle de la mouvance provençalo-circonscrite et de ses partenaires défendant des langues d’oc. En fait, le risque de la rencontre n’est tel que dans le premier cas puisqu’il consiste à reconnaître l’altérité dans son propre territoire. Singulier ou pluriel d’oc et graphie sont des motifs de discorde sérieux, d’une résonance profonde ; ils sont aussi des prises pour des enjeux de pouvoir plus difficiles à exprimer. Pourtant, alors que l’altérité, comme c’est souvent le cas, gêne davantage au plus près qu’au loin, le sens de l’histoire se situe moins que jamais dans le « chacun orthographique chez soi », c’est-à-dire que, même si une mesure légale donnait à chaque variante d’oc un statut de langue, l’occitanisme provençal et la graphie occitane en Provence-Alpes-Côte d’Azur perdureraient — et resteraient un point d’achoppement. Manifestée avec force par le mistralisme provençalo-circonscrit, l’inquiétude concernant la déperdition de soi qui pourrait en dernière extrémité résulter du côtoiement de l’altérité militante est sans doute générale. Mais, si l’exercice militant conjoint entame une certaine conception de l’autorité culturelle, ceux qui s’y emploient escomptent un gain mutuel, général ou supérieur. Le domaine orthographique est encore une fois exemplaire. Synthèse des deux systèmes dominants, la graphie unitaire demeure une curiosité et un espéranto ; au contraire, l’alternance orthographique individuelle apprivoise la différence et le terme désormais convenu de « bigraphie » donne un poids lexical à sa progression, comme il reconnaît une pleine légitimité à l’autre système que son système préféré. Alliance inter-graphique ou copratique ne signifient pour personne fusion ou indifférenciation, mais reposent sur l’admission comme définitive de la coexistence interprétative et sur la nécessité subséquente d’une collaboration étendue, du semblable au tiers idéologique (« coopération ouverte »).

  • 36 Exemple précoce puisque c’était en 2002, la régie régionale et l’Arcade ont baptisé « assemblade» u (...)
  • 37 Li Nouvello..., 169, 2012.

37Par ailleurs, tandis que, dans leur action localiste même, certains acteurs régionaux expriment la volonté de se dégager ou de s’abstraire des débats linguistiques36, le symbole de l’orthographe et sa pertinence se délitent carrément à la taille du pays et de sa politique patrimoniale. Un auteur, commentant la charte des langues régionales ou minoritaires, s’interroge sur leur définition comme « langues traditionnellement pratiquées » sur le territoire national, par conséquent sur l’exclusion des langues issues de l’immigration (Giblin 2002, 10). Un autre chercheur repère certaines revendications linguistiques comme équivoques, « ethnicisantes » et donc « à l’opposé de la conception politique du peuple comme corps de citoyens » (Cuisenier 2003, 99). D’autres encore travaillent de concert sur le rapport langue — territoire d’un point de vue politique (Giblin [dir.], 2002), etc. S’il est des contextes où l’extrême raffinement des options militantes confine à l’inintelligibilité ou rebute comme une complication, le traitement général des langues vernaculaires interfère quant à lui avec des valeurs fondamentales et des questions de société en regard desquelles les dissensions régionales sont vite susceptibles d’évoquer des guerres picrocholines. Dans ces conditions et sans avoir eu d’influence à l’échelle communale, le second vote du Conseil régional en 2003 paraît surtout avoir salué l’union de partenaires (protestant au premier vote) idéologiquement différenciés. À l’aube du nouveau quinquennat présidentiel, des éditorialistes de la mouvance provençalo-circonscrite37 s’interrogent de leur côté sur l’opportunité d’un sursis dans les revendications particularisantes afin de faciliter la ratification de la Charte européenne et la modification de la Constitution française. Stratégie de l’instant dont la mise en œuvre est peu probable, la trêve serait en effet, en deçà de l’alliance, une autre figure du positionnement militant, un peu comme le négatif, au sens photographique, d’une entente généralisée trop difficile à établir ou même à envisager.

Haut de page

Bibliographie

Albera Dionigi (dir.), « Terrains minés », Ethnologie française, 2001, 1.

Bérard Laurence & Marchenay, Philippe, « Lieux, temps et preuves. La construction sociale des produits de terroir », Terrain, 24, 1995, p. 153-164.

Boye Henri, « “Patois”. Continuité et prégnance d’une désignation stigmatisante sur la longue durée » Lengas, 57, 2005, p. 73-92.

Candau Joël, « Pourquoi coopérer », Terrain, 58, 2012, p. 4-25.

Chevallier Denis, « Produits, pays, paysages entre relance et “labellisation” », in Dimitrijević, Dejan (dir.), Fabrication des traditions, invention de modernité, Paris, M.S.H., 2004, p. 275-286.

Costa James, Revitalisation linguistique : discours, mythes et idéologies. Approche critique de mouvements de revitalisation en Provence et en Écosse, Grenoble, université de Grenoble 3 : thèse de doctorat en sciences du langage, 2010.

Cuisenier Jean, « L’ethnicité en Europe dans les temps présents », Ethnologie française, 1, 2003, p. 91-100.

Dossetto Danièle, « La région en signes. Du localisme en Provence-Alpes-Côte d’Azur et en Italie provençalophone », Ethnologie française, 2003, 3, p. 399-408.

Dossetto Danièle, « Vers des fêtes de quelle “provençalité” ? Une tendance du renouvellement festif en Provence-Alpes-Côte d’Azur », Le Monde alpin et rhodanien, 2004, 3-4, p. 155-164.

Gardy Philippe, « Simples réflexions d’ordre sociolinguistique sur la nomination refusée de l’occitan dans le discours des “militants linguistiques” », in Bouvier J.-Cl. (dir.), Les Français et leurs langues, Aix-en-Provence, PUP, 1991, p. 449-460.

Gasquet-Cyrus Médéric. « La “mort” des langues : repères historiques, critiques et réflexions éthiques », in Gasquet-Cyrus M., Giacomi A., Touchard Y. et al., Pour la (socio)linguistique. Pour Louis-Jean Calvet, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 285-296.

Giblin Béatrice, « Langues et territoires : une question géopolitique », Hérodote, 2, 2002, p. 3-14.

Giblin Béatrice (dir.), Langues et territoires. Colloque, université de Paris 8, Centre de recherches et d’analyses géopolitiques, Société de géopolitique (octobre 2001), Hérodote, 2, 2002.

La Soudière Martin (de), « L’inconfort du terrain. “Faire” la Creuse, le Maroc, la Lozère [...] », Terrain, 11, 1988, p. 95-105.

Haut de page

Notes

1 Faute de crédits, j’ai dû reporter un programme complémentaire d’enquêtes biographiques. L’illustration de cet article est d’ailleurs tributaire d’un grand retard dans le développement de mes photographies. Je remercie d’autant plus Christian Jacquelin, conseiller à l’ethnologie en Languedoc-Roussillon, pour l’intérêt qu’en l’absence d’homologue en Provence-Alpes-Côte d’Azur, il a manifesté pour ma recherche dès 2004.

2 Les lignes suivantes datent de 2002 et d’un article devant prendre place dans une publication collective où il a finalement été préféré un sujet général ; pour diverses raisons, l’annonce de sa parution qui y est faite (Dossetto, 2003) n’a pas été suivie d’effet. Je considère que le lectorat de Lengas est au fait du vocabulaire félibréen; en cas de difficulté on pourra se reporter au site informatique officiel du Félibrige; je précise seulement que le terme récurrent de « capoulier » désigne le président du Félibrige. Moins caractéristique, le qualificatif d’« unitaire » qui reviendra aussi plusieurs fois est consacré par l’usage. Détails sur les structures ou manifestations évoquées font l’objet d’une information régulière sur internet; on y trouvera le détail dans lequel je ne peux pas entrer.

3 Indépendamment de la caractérisation, il faut noter les modalités de la bipartition régionale : le « provençal » dont le « niçard » est ici distingué inclut le « vivaro-alpin », au contraire distingué du « provençal » (englobant le « niçard ») dans le répertoire des langues de France; nul doute que la situation de celui-ci par rapport au provençal finira par faire débat.

4 Presènci de Prouvènço, 20, 2002.

5 Situation informant au moins sur la relativité des représentations, deux chercheurs français le présentent, l’un comme proche de la graphie classique (contribution à un ouvrage scientifique, 2001), l’autre comme dérivé de la graphie mistralienne (rapport d’expertise, 2003) ; on comprend qu’il satisfasse mal les associations que je suis.

6 Assez curieusement — mais la clôture d’un amphithéâtre en fait peut-être un espace moindrement public —, cette liberté n’a pas été commentée à l’instar de la mutation comparable du Languedoc-Roussillon en Septimanie (Guillaume Baldy, Marianne Chassort, Vincent Lemerre, La Septimanie de l’Histoire à la Marque, France culture : Travaux publics, 23 juillet 2004).

7 Centre Régional d’Études Occitanes. Antenne régionale de l’IEO en Provence.

8 Généralement compris comme une publicité pour la langue vernaculaire (voir l’inventaire au jour le jour établi par les Li Nouvello... et, pour l’ensemble d’oc, celui de Prouvènço aro 206, 2011), l’affichage de la toponymie urbaine en provençal et graphie mistralienne prend en cette circonstance une allure de déclaration anti-occitaniste qu’il n’a pas d’habitude.

9 Astrado prouvençalo, 2000, p. 188.

10 Que Nòvi ?, 215 ou 230, 2001.

11 La distinction entre langue provençale et langue niçarde n’est pas appliquée dans le document tel que je le connais. Ne l’est-elle pas du tout par souci de simplification (cf. « écriture » pour « graphie »), ou existe-t-il une version avec permutation d’adjectifs pour les élus du secteur niçardophone ?

12 Lou Felibrige, 270, 2012.

13 Me dison Prouvènço (MDP), 15, 2006.

14 Tout ce paragraphe gagne à être lu à partir de l’alternative coopération « fermée » (« exclusivement à l’intérieur de la parenté ou du groupe d’appartenance ») ou coopération « ouverte » (« au bénéfice d’individus non apparentés — au sens très large ») définie dans Candau 2012.

15 MDP, 18, 2007; à confronter à la notice du cinquantenaire sus-citée.

16 N’y sont précisés ni la Provence cible ni — au contraire de ce qu’il en est d’ores et déjà pour d’autres conseillers — la participation du sociolinguiste qui accompagne le Collectif... depuis ses débuts (je trouve son portrait mais pas son nom, et il n’était pas à Maussane).

17 Suite juridique dans Lou Felibrige 262, 2011.

18 Il est arrivé que des publications parasitées par le militantisme s’affranchissent des règles habituelles en matière de production ou de courtoisie scientifiques. Le cas virulent étudié par J. Costa est riche d’une critique parue une fois comme article, une autre comme compte-rendu d’ouvrage, et d’un « droit de réponse ».

19 Sur ceci: « La langue d’oc, ou langue occitane, qui, n’ayant subi aucune normalisation, se présente, dans le sud de la France sous la forme naturelle de ses diverses expressions, concerne ici les parlers niçois, alpins, provençaux rhodanien et maritime ».

20 Je remarque en effet l’absence des majoraux contestataires à la Sainte-Estelle et à ses votes (observation en 2004). La situation que je décris a évidemment été rendue possible parce que le Félibrige n’a pas exclu ces dissidents, ce que l’article 83 de ses statuts (1997) rendait envisageable.

21 Astrado [...], fasicle 84, 2001.

22 Voir Info CREO, mai 2003.

23 Nette aussi dans son résultat négatif (chiffres et détails dans Li Nouvello... 155, 2009), mais le dossier reste ouvert (déclaration le 31 mars 2012). En 1999, le même président de région qu’aujourd’hui a composé un drapeau tripartite, aux couleurs héraldiques de la Provence, du Dauphiné (un site Internet préfère en rapporter le dauphin à l’« ubac ») et du Comté de Nice. Les conseils régionaux dans leur ensemble ont en effet à établir l’unité symbolique des territoires qu’ils administrent, sans que ce soit — grand soin est pris du contraire — par la seule « culture régionale » classiquement comprise.

24 C’est ainsi que la situation se présente dans les Alpes-de-Haute-Provence et les Hautes-Alpes; la désignation comme « gavot » de la langue vernaculaire concerne cependant aussi les confins du secteur niçois avec, semble-t-il, une existence avérée hors du militantisme dans ce cas. Quant au terme de « patois », ses connotations douloureuses oblitèrent sa forte attestation sur le terrain et plus encore la charge éminemment positive qui signale un terme référé au quant à soi — les locuteurs invoqués dans les débats ne sont certainement pas les « informateurs » de l’ethnologue ruraliste.

25 Je préfère ce terme à celui d’« ethniciser », sans doute plus courant mais reposant sur un abus de langage (dimension biologique de l’« ethnie ») à éviter d’autant plus qu’un axe de dénigrement entre adversaires est le nationalisme des autres. Les choix électoraux constituent un autre thème de discours, mais je n’ai pas les moyens d’aborder cette question.

26 Alors que l’espagnol est désormais d’un enseignement presque systématique, je pense en particulier aux acteurs qui l’auraient étudié tout en suivant des cours de langue régionale et me demande si leur appréhension ne se ressentirait pas durablement des exercices demandés dans chaque matière; peut-être entendu en classe mais non parlé, le gascon serait susceptible de leur paraître plus exotique que l’espagnol à propos duquel ils ont connu une obligation d’élocution, éventuellement redoublée au gré de séjours de vacances. Je suis au demeurant frappée de ce qu’il est toujours question d’intercompréhension dans l’absolu comme si tous les provençalophones d’aujourd’hui avaient des compétences équivalentes. Si l’on se propose cependant de prendre comme niveau moyen actuel celui du baccalauréat (sujet de 1999 dans MDP 2, 2002), il me semble pouvoir déduire de l’adhésion de professeurs certifiés aux deux tendances du singulier ou du pluriel d’oc que, concernant l’intercompréhension, ils sont inégalement convaincus des aptitudes des élèves qu’ils ont formés ou de ceux qu’ils ont évalués; tout au moins, le doute est possible. J’en retiens que l’objectivité des interrogations scolaires n’est pas ce qui fonde les options militantes de ces enseignants.

27 Je cite, en raison de sa grande diffusion, une Histoire de l’association pédagogique Lou Prouvençau à l’escolo.

28 Nouvello... 85, 2000 ou MDP 5, 2003; ce chercheur a par ailleurs produit sur l’« individuation » linguistique en retenant comme exemple le provençal.

29 Vice-président du Collectif... à propos des assises nationales des langues de France (MDP 6, 2003) et, pour la mention précédente, au lendemain de la manifestation unitaire inter-régionale de Carcassonne (2009, en ligne).

30 Cette citation qui situe la Provence en tête du réveil identitaire parcourant l’espace d’oc forme le refrain d’un poème chanté (Mistral, 1901) où les autres régions sont énumérées dans les strophes couplets.

31 Par exemple dans son discours pour la réception du grand prix littéraire de Provence, 2007 (Aquò d’aquí 226, 2009).

32 Vice-président du Collectif..., 2009, ibid.

33 Voir en ligne l’affiche pour des marches et conférences autour du mont Ventoux en 2009. L’expression « oc » apparaît dans le programme en français comme dans le titre en langue vernaculaire : Caminem per òc. Signe de recherche d’apaisement encore plus net, le texte unit la graphie classique et l’expression complète de « langue d’oc ».

34 « La langue d’oc et ses langues d’oc », « la langue d’oc et ses langues occitanes », « l’ensemble des langues occitanes dans leur unité de la langue d’oc ».

35 Conditions d’intervention du politique et légitimité d’un militantisme quelconque à régir un domaine sensible (aptitudes, passion...); détermination de l’objet, notamment assimilation souvent inconsciente du donné linguistique à des représentations de celui-ci ; rapports entre recherche linguistique, dialectologique ou ethnographique, et usages sociaux du savoir acquis.

36 Exemple précoce puisque c’était en 2002, la régie régionale et l’Arcade ont baptisé « assemblade» une « rencontre des musiques et danses traditionnelles en Provence-Alpes-Côte d’Azur » avec l’argument que « le mot “assemblade” est un mot francisé à partir d’un mot de la langue d’Oc : Assemblado/a. Ni O ni A pour ne fâcher personne.» (Accordance 21, avril-juin 2002).

37 Li Nouvello..., 169, 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Calligraphie enluminée pour une sorte de devise unanimiste(« Qui tient la langue tient la clef »)
Légende Béziers, Anem òc/Anen o (manifestation unitaire), mars 2007
Crédits Cliché D. Dossetto
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/114/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Fig. 2 — Arles, Me dison Prouvènço (fête aux allures de manifestation provençalo-circonscrite), septembre 2001
Crédits Cliché D. Dossetto
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/114/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 3 — Béziers, Anem òc/Anen o (manifestation unitaire), mars 2007
Légende Mistral par Hébert, pour tous. Brandi par un militant de la mouvance provençalo-circonscrite, portrait et couleurs rouges et jaunes se retrouvant sur des affiches au nom du Collectif Provence dont on relève ici le slogan. Ou bien, moyennant une affiche d’utilisation pluriannuelle courante en basse Provence (et peut-être au-delà), pour défendre le provençal dans la langue d’oc.
Crédits Cliché M. Motais, CEVETH
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/114/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 4 — Pièce de 10 euros en argent, 2012, collection D. Dossetto.
Légende Une région qui tend à se confondre avec Mistral et le Félibrige. Dictionnaire, étoile, cigale, pervenche... : un corpus symbolique sur l’euro régional à apprécier à deux niveaux. D’une part, le prospectus de présentation l’élargit au dauphin héraldique — signe peut-être d’hésitation à totalement « provençaliser » la Provence-Alpes-Côte d’Azur. D’autre part, quoi qu’il ait pu en être du renouvellement militant, l’identification du mistralisme au Félibrige demeure, en dehors des milieux spécialisés, une évidence sans faille.
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/114/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 5 — Maillane, anniversaire de naissance de Mistral, septembre 2001 (devant la maison-musée de Mistral)
Légende Langue vernaculaire et vêtement local : s’alarmer pour le provençal en costume de type arlésien.
Crédits Cliché D. Dossetto
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/114/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 6 — Élus à Arles, le 17 mars 2007.
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/114/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 7 — Élus Sian e saren 2009.
Légende Une sensibilité particulière dans l’espace bas-rhodanien : nombre d’élus par localité lors des manifestations du Collectif Provence.Grossièrement identique (légèrement déportée vers le Gard de 2007 à 2009), l’origine des élus n’est pas influencée par la simultanéité (2007) ou le décalage de quelques jours (2009) de la manifestation portée par le Collectif... et de la manifestation unitaire. Mais le symbole de la marche Sian e Saren (2009) est essentiellement perçu par les acteurs politiques à travers le prisme du voisinage si bien que la venue de deux représentants de Vallouise (Hautes-Alpes) se signale comme une exception. Présent en 2007, le président du Conseil régional est représenté en 2009 (il a exercé divers mandats électoraux en basse Provence occidentale).Source des données : Me dison Prouvènço 17, 2007 et site du Collectif Provence, liste mise en ligne le 5 octobre 2009.
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/114/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 8 — Implantation Collectif octobre 2005.
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/114/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 9 — Implantation Collectif janvier 2011.
Légende Municipalités soutenant le Collectif Provence. Une implantation du mouvement rapide et caractéristique.En dehors de la région rhodanienne , le mouvement pour la langue provençale trouve une audience particulière à la frange des Alpes-Maritimes, cela sans doute en liaison avec un destin territorial particulier (ce département a été formé de l’ancien comté de Nice — rattaché à la France en 1860 — et d’un arrondissement démembré du département antérieur du Var). Entre ces deux pôles, le Var est à peine touché et les Alpes-de-Haute-Provence maintiennent leur hermétisme. L’examen d’états intermédiaires donne à penser que l’on a atteint un seuil voire la saturation de l’espace sensible aux idées défendues par le Collectif... Des modifications significatives ne devraient pas résulter du changement de siège social, appelé à suivre l’Observatoire de Provence dans ses locaux de Cheval Blanc, au sud du Vaucluse, c’est-à-dire dans un département déjà remarquablement favorable.Source des données : Listes régulières des localités adhérentes dans Me dison Prouvènço.
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/114/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 10 — Maillane, anniversaire de naissance de Mistral, septembre 2001
Légende Ensemble pour Mistral malgré des opinions divergentes : commémoration oblige.Discours du capoulier devant le tombeau du poète. À droite (en pantalon clair), le maire, à qui il reviendra de déposer les fleurs. Son tour de parole est prévu, comme chaque année, devant le musée Mistral.
Crédits Cliché D. Dossetto
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/114/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Dossetto, « La langue comme clé mais d’autres clefs que la langue : douze ans de recompositions mistraliennes en Provence‑Alpes‑Côte‑d’Azur », Lengas, 72 | 2012, 51-82.

Référence électronique

Danièle Dossetto, « La langue comme clé mais d’autres clefs que la langue : douze ans de recompositions mistraliennes en Provence‑Alpes‑Côte‑d’Azur », Lengas [En ligne], 72 | 2012, mis en ligne le 25 octobre 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://lengas.revues.org/114  ; DOI : 10.4000/lengas.114

Haut de page

Auteur

Danièle Dossetto

Université de Nice Sophia Antipolis, LAPCOS/CEVETH

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org