Navigation – Plan du site

La guerre baroque : Le héros, le soldat, le paysan

La guèrra barròca: l'eròi, lo soldat, lo paisan
Jean-François Courouau

Résumés

La guerre au XVIe et au XVIIe fait partie du quotidien des populations civiles. La littérature de langue occitane s’en fait l’écho. Elle met en scène le héros flamboyant d’inspiration baroque mais elle donne aussi la parole aux paysans exposés aux exactions commises par les soldats et aux soldats eux-mêmes, à la fois bourreaux et victimes.

Haut de page

Texte intégral

1Durant la seconde moitié du XVIe siècle et encore largement jusque vers le milieu du XVIIe siècle, la guerre fait partie du quotidien des populations françaises, singulièrement dans la partie méridionale du royaume. Aux Guerres de religion, qui ravagent le pays pendant près de quarante ans (1560-1598), succèdent, après l’accalmie du règne d’Henri IV, une période d’instabilité et de troubles larvés, marquée par des campagnes militaires plus ou moins destructrices, de l’annexion du Béarn (1620) à la paix d’Alès (1629). L’agitation reprend, sous d’autres formes, au moment de la minorité de Louis XIV, pendant la Fronde (1648-1652). Pendant un siècle (1560-1660), les années de paix sont somme toute peu nombreuses et rarement générales. Dans la vie des hommes et des femmes de la période baroque, la guerre n’est jamais bien loin.

2La littérature produite en occitan pendant ces périodes de turbulences n’est pas coupée de la réalité. Elle offre, comme en français mais sans doute selon d’autres modalités, un écho d’une expérience qui paraît diversement appréciée par les contemporains. Fruit, pour l’essentiel, d’une élite cultivée directement immergée dans le conflit, la littérature de langue occitane rend compte des convulsions qui divisent la société. Les divergences portent sur des choix religieux et sociétaux qui paraissent fondamentaux aux yeux des contemporains au point de vouloir mourir parfois pour leur défense. L’approche adoptée ici ne consiste pas à reprendre la liste des auteurs selon une distribution partisane ou confessionnelle, mais à observer quelles sont les images de la guerre qu’ils donnent dans leurs œuvres, quelle que soit leur option religieuse, catholique ou protestante, quelle que soit leur position dans la société. Ces images varient selon plusieurs critères, l’un d’eux étant la perspective adoptée par l’auteur dans la représentation littéraire. Le choix de la langue et la forme qu’elle prend dans la bouche des personnages mis en scène n’a, bien sûr, rien de neutre et renvoie également à la réalité linguistique et sociale contemporaine. Enfin, ces textes constituent des témoignages précieux d’une réalité à laquelle nous n’avons pas sinon accès. Sous l’Ancien Régime, la parole des soldats est rendue pour nous inaudible par leur manque d’accès à l’écriture. De la guerre on ne perçoit que l’écho qu’en donnent les officiers (Drévillon 2013, 94). Les évocations poétiques et théâtrales livrées par la littérature de langue occitane pourraient paraître « biaisées » par la pratique de la fiction littéraire, à ceci près, toutefois, que nombre des auteurs de ces textes ont eux-mêmes exercé une activité militaire. Témoins et acteurs de la guerre livrent un message qu’il faut considérer de première main.

Le héros flamboyant

3 On peut discuter – et on l’a fait récemment (Couffignal/Courouau 2016) – de la définition générale qu’a donnée Robert Lafont du baroque littéraire occitan. Deux des divisions (sur sept) qui structurent son Anthologie des baroque occitans peuvent sans doute être reprises telles quelles, ou peu s’en faut, par les chercheurs du début du XXIe siècle. La première concerne ce que Lafont, après Rousset, appelle le « héros flamboyant ». L’œuvre du médecin Guilhem Ader (1567 ?-1638) Lou gentilome gascoun e lous heits de gouerre deu gran é pouderous Henric Gascoun, Rey de France é de Naouarre, publiée à Toulouse (R. Colomiès), en 1610, illustre parfaitement une représentation de la guerre fondée sur l’éloge de l’activité militaire et l’idéalisation du guerrier.

4On ne sait pas à quel moment de l’année 1610 il faut placer la sortie des presses de l’ouvrage d’Ader. Le roi Henri IV a été assassiné le 14 mai 1610 et on ne trouve pas de mention explicite de cette mort tragique dans l’œuvre. Le privilège étant daté du 14 août 1609, il faut donc situer à une date antérieure à la mort du roi l’essentiel de la rédaction de ce vaste poème. Long de 2690 vers, divisé en quatre chants, il s’inscrit dans la tradition européenne et française du poème épique qui s’est trouvée revivifiée, en France, par La Franciade de Ronsard (1572). Comme le remarque Claire Torreilles (1992, 92), Ader a lu le texte programmatique dont Ronsard fait précéder son poème inachevé. Pourtant, le poète gascon s’écarte assez sensiblement du modèle ronsardien. Le sujet n’est pas ancien, comme le préconise le maître de la poésie française, il est extrêmement contemporain. Le récit n’est pas entamé in medias res, voire à la fin de l’itinéraire héroïque avec des interruptions en forme d’analepses et de digressions puisqu’il suit chez Ader un déroulement chronologique commençant avec la formation du héros. De la même façon, l’unité de temps n’est pas privilégiée, comme le recommande Ronsard, au détriment de l’unité d’action : le récit est entièrement centré sur les hauts faits du personnage central sans attention particulière pour le cadre temporel. Enfin, last but not least, l’épopée d’Ader est réalisée en procédant à un gommage des données spatiales et temporelles. Le héros est « Henric Gascoun », Henri Gascon, sans aucune référence explicite, pourtant évidente pour le lecteur, au roi Henri IV. Les noms des lieux et des batailles ne sont pas donnés, les représentants de la religion ne peuvent en aucune façon être associés à une confession déterminée. La représentation est non pas abstractisée, mais généralisée, absolutisée.

5Dans les huit épisodes qui structurent le récit, deux par chant, le héros est montré en pleine possession, ou en cours d’acquisition pendant ses années de formation, de qualités militaires qui font de lui un guerrier exceptionnel, parfait. Pour le jeune combattant, la guerre est synonyme de réalisation :

  • 1 « Alors notre cadet, à ce mot de guerre, redresse son chapeau et trépigne, parle de s’équiper et de (...)

Labets noste cabdét, sus aquet noum de gouerre,
Arruhe lou chapeu é trepeje la terre,
Parle de s’arnecha é s’en ana peu moun
Buscailla dab aunou la glorie é la bansoun.
« Couratge, dits labets, tout en hé la camade,
Are ei la cause eu moun qu’aouïe mes desirade.
A la gouerre, a la gouerre, aquiou haram bareit,
Aquiou beiram lous qu’an poupat de boune leit,
Que nou soun espaurits, qu’an lou có é l’adresse
Per courouna d’aunou lour naturau noublesse1 […]».
(éd. Vignaux 1904, v. 373-382)

6La guerre permet d’acquérir la gloire (glorie) et la renommée (bansoun) en illustrant avec panache les valeurs d’honneur (aunou) propres à la noblesse (Drévillon 2013, 97). Ces qualités remarquables, le guerrier les doit à sa filiation. Au début du livre III, reprenant un procédé utilisé par Virgile dans l’Énéide avec l’apparition à Énée de Mercure en songe, Ader établit une filiation directe entre son héros et Hercule. Le héros antique fait miroiter au héros moderne la couronne royale (« que courounat tu bisques », v. 1341) qui lui revient en vertu de ses qualités au combat. Celles-ci sont illustrées à l’envi dans les nombreux récits de bataille qui émaillent l’épopée gasconne, le guerrier faisant à chaque fois la preuve de son courage, mais aussi de sa générosité et d’une grandeur d’âme peu commune. « Lou Herculés Gascoun, balent é pietadous » (v. 1629) cumule les qualités comme il enchaîne les succès. Ainsi mythifié, le héros est placé, tel un nouveau dieu lui-même, au centre du cosmos :

  • 2 « Ainsi, mille hauts faits couronnent le Gascon. Sa gloire s’épanouit comme le firmament sur le mon (...)

Atau mile béts heits courounen lou Gascoun ;
Sa glorie s’espandish coume lou ceu peu moun.
La sue espase aus coumbats coum un soureil lambreje ;
Soun creignut estandart coum la luë lugreje
En batailles, assaus, force preses, coumbats,
Allarmes, houecs é sang, queréles é debats,
Pics é trucs é patacs, en mante uë bictorie,
Soun esteles é hlous sus lou ceu de sa glorie2.
(éd. Vignaux 1904, v. 1040-1047)

7Le Gascon, « diu de gouerre » (v. 2259), incarne à lui seul un territoire, « la nouirice Gascouigne » dont il est plusieurs fois questions (v. 649, 2271) et dont il est l’héritier direct. De son côté, l’auteur assure le renom à la fois de son héros, de ce territoire et de sa langue :

  • 3 « Et en chantant par le monde ton immortel renom, j’honore grâce à toi ton parler naturel, ta nourr (...)

E qu’en cantan peu moun toun renom immortau
J’oundre de tu madish toun parla naturau,
Ta nouirisse Gascouigne, aquere que se lause
De so que per lou moun aute nation nou gause,
D’aoue pourtat eu bras é trousserat eu brés
Lou courounat soureil des princes cabaillés,
E de sa nouiritut gause hé tant de counde
Qu’ere bo hé la lei à l’arreste deu mounde3.
(éd. Vignaux 1904, 2269-2276)

8L’image positive que donne Lou Gentilome gascoun du guerrier et de la guerre pas plus que le souffle épique qui anime le poème n’ont suffi à assurer le succès de l’œuvre au moment de sa publication. L’auteur, peut-on penser, a joué de malchance. Son éloge indirect du roi régnant intervient alors que celui-ci vient de mourir dans des circonstances dramatiques, l’heure est à la déploration et non à la célébration jubilatoire. Plus largement, les idéaux de chevalerie guerrière que représente le héros de l’épopée commencent à être battus en brèche. Comme on sait, Agrippa d’Aubigné, à peu près au même moment, met au point son personnage du baron de Faeneste, soldat fanfaron gascon destiné à faire rire. Au-delà des Pyrénées, la publication de Don Quichotte, entre 1605 et 1615, annonce la fin d’un temps qui plaçait haut l’admiration pour les chevaliers.

9Pourtant, quelque chose de ce ton épique subsiste encore un moment. La quatrième partie des « Stansos à l’hurouso memorio d’Henric le Gran, Rey de Franço et de Nabarro » (Courouau 2008b) que Pierre Godolin consacre, en 1610 ou 1611, à la mémoire du roi défunt, relève pleinement de l’épopée par l’évocation des qualités héroïques d’Henri IV. La pluie de sang et la grêle de têtes qui rendent l’horreur du combat :

  • 4 « À la foire aux coups, il fallait qu’on le vît / Avec le foudre de son bras frapper l’éclat du fer (...)

A la fièro des trucs el caillo qu’on le bisso
Dan le foulze del bras esclafa le fèr blanc,
Foulze que fazio courre’un labassi de sang
Et regita de caps uno grosso granisso4.

10composent une image violente, effrayante et puissante à la fois, qui vient renforcer l’éloge du guerrier idéal. Le héros militaire baroque déploie ainsi sa vaillance sur un fond d’horreur qui n’est pas dissimulé et qui est au contraire exhibé. Au geste ostentatoire et glorieux du guerrier répond celui, tout aussi démonstratif, du poète.

Le paysan malheureux

  • 5 Sur cette violence de la soldatesque aux XVIe et XVIIe siècles, v. Drévillon 2013, 100-101 qui en e (...)

11Si elle suit pas à pas son héros, l’épopée d’Ader s’interrompt quelquefois pour donner la parole à d’autres personnages. Ce peut être le commandant d’une ville prise d’assaut, ou encore les paysans exposés à la violence des soldats5. Une certaine polyphonie se fait entendre dans Lou Gentilome gascoun et il n’est pas indifférent que, dans cette œuvre qui adopte le point de vue d’un chef militaire, se fasse également entendre la voix de ceux qui font partie des victimes, collatérales dirions-nous aujourd’hui, de la guerre telle qu’on la pratique alors.

12C’est une autre forme d’horreur qui est décrite. Le paysan qui prend la parole devant l’Henric Gascoun l’implore d’intervenir pour mettre fin aux exactions que ses congénères subissent :

  • 6 « Balayez la troupe de ces méchants malfaiteurs et truands, filous et larrons, voleurs de vaches, a (...)

Arbajats lous troupéts d’aquere gent machante,
Mauhasecs é truans, gahetes é lairous,
Pane-baques ahamats, man-crocs, cure-maisous
Que per nous asarpa nostes susous é penes,
Mous cassen neit é jour peu bosc, per las garenes,
Esquissen lou peillot, arrousseguen, brounens,
Enherriats é batus, en uë clote à cabens.
Qu’ems an ta souen las mas au grillet meserades
En un trauc de biroun las ungles pauhiquades,
Arrouts au broque-quu, plegats coum un anquet,
Arretoursut lou nas en mange de brouquet,
Engarlandat lou cap dab la corde ou l’endorte,
Esglahats lous cinc dits com uë nose entre porte,
Hissats é puntejats d’esplingues, d’aguillous,
Toursut cames é bras, piquats deus esperous6 […]
(éd. Vignaux 1904, 946-961)

  • 7 Sur cette misère infligée par les soldats aux paysans, on se reportera aux témoignages directs anal (...)

13Les paysans d’Ader rappellent ceux que Pey de Garros met en scène dans ses églogues des Poesias gasconas (Toulouse, 1567), singulièrement dans l’églogue I. Dans celle-ci, trois hommes et deux femmes discutent entre eux après le passage des soldats pillards. On leur a tout pris (« an tout curat », v. 10), les moutons, la marmite. Guirauda a été laissée seule avec ses enfants nus dans un ménage dévasté (44-50). Elle a été menacée par un soldat avec un fusil pour savoir où elle cachait ses draps, puis avec un couteau sous la gorge tandis que son mari prenait la fuite. Un autre soldat, chez Condorina, a tout fouillé à la recherche de la vaisselle (81-84). Le spectacle est celui d’une désolation complète. Il ne reste rien d’autre à ces paysans que leur misère7.

14Les textes représentant les malheurs des paysans en temps de guerre ne manquent pas en occitan et on trouve dans d’autres parlers de France, comme le poitevin (Courouau 2008a, 144-151). Dans la très grande majorité des cas, les auteurs recourent au discours direct. C’est le paysan lui-même qui relate les déprédations auxquelles il a été exposé. L’absence de médiation par le biais d’un narrateur et cette faveur accordée à la parole paysanne répondent au souci des auteurs de livrer de la réalité une vision donnée de l’intérieur. La parole paysanne est un des effets de réel auxquels le texte occitan fait appel pour renforcer son efficacité poétique. Ces témoignages directs, censément pris sur le vif, s’accordent sans aucun doute avec la représentation sociale qui associe l’usage de la langue locale avec la ruralité. Même si l’utilisation urbaine de l’occitan est plus que générale, les contemporains établissent une connexion entre la langue minorée et l’espace rural. Le discours direct du paysan est un produit de cette représentation, peut-être pensé en opposition avec la culture de langue française : au XVIe et au XVIIe siècle (à la différence du XVIIIe siècle), il ne se trouve sans doute pas beaucoup, dans le Midi de la France, de paysans francophones. Faire parler le paysan dans sa langue, lui faire raconter les misères qui l’accablent en temps de guerre, c’est à la fois être fidèle à la réalité, sociale et linguistique, et transmuer celle-ci par la puissance du verbe poétique.

15Les textes où la parole est donnée au peuple des campagnes ont souvent en commun de multiplier les effets de pathos. Cette dimension est particulièrement nette dans les textes poétiques comme ceux de Garros et d’Ader. Le contraste entre les paroles légères des paysans de l’églogue I de Garros et leurs descriptions des malheurs infligés met en valeur ces derniers dans le cadre d’une églogue particulièrement sombre et triste. Les tortures sadiques dont sont victimes les paysans d’Ader tiennent de l’hyperbole. L’objectif est clairement d’émouvoir le lecteur.

16Dans ces textes, le paysan est seul à raconter ses malheurs et son discours intervient après les déboires qu’il a subis. La confrontation directe entre le soldat et le paysan est rarement mise en scène. Elle intervient toutefois. Outre Les plaintes d’un paysan sur les mauvais traitements qu’ils reçoivent des soldats, ici étudiés par Patrick Sauzet, on connaît un divertissement scénique de Michel Tronc, datable des années 1590 (entre 1590 et 1596 selon son éditrice). Son titre, reconstitué, Le Billet de logement, fait référence au document que les autorités délivrent au soldat pour l’autoriser à s’établir à demeure chez l’habitant. La pièce commence ainsi par la présentation du billet que fait le soldat Pataflesc, flanqué de son valet Lantin, au paysan (anonyme). Celui-ci est obéissant et résigné (« Si faray, mousur lou gendarmo ; / Diou vous mantengue en bon istat », v. 12-13), mais il se montre très direct en voulant savoir quel parti sert le soldat :

  • 8 « Mais de quel parti êtes-vous ? / Dites-moi votre nom, / Êtes-vous de ceux d’Épernon, / Ou de Carc (...)

Mas de quin party sias-vous autre ?
Fes que you sache vostre non.
Sias-vous d’aquelley gen d’Epernon
Vou de Carssses vou ben de Suzzo ?
Et sensso prene ges d’escuzo,
Sarias-vous dou party rouman,
Vou dou party de balanadran,
Sias-vous ligur ou carcenisto,
Ou huganau, ou ben papisto,
Vou Franssois espagnollizat,
Vou huganau catholicizat,
Sias-vous royau, vou ben ligaire8 ?
(éd. Jasperse 1978, 105-107, v. 24-35)

17Cette accumulation de questions est réduite à néant par le paysan lui-même qui, poursuivant son discours au soldat, se corrige et met dans un même sac les soldats de tous les partis, le résultat étant pour lui toujours le même :

  • 9 « Tout cela m’est indifférent / Car bien sûr tout se perd, / Tous nos biens disparaissent, vendus, (...)

D’aquo you non n’ay pas affaire ;
Car, tanben, tout s’en va perdut,
Nostre ben s’en va, tout vendut,
Et vautres fazes bouno chiero ;
Vautres senblas marchans en fiero ;
Nautres de paures d’espitau ;
Vautres montas de bos chivau,
Nautres montan dessus de cano ;
Non es pas justo la pavano,
Eisso nous fara tous moury9.
(éd. Jasperse 1978, 107, v. 36-45)

  • 10 Dans les écrits personnels catalans du XVIIe siècle, il est rare que les auteurs manifestent de l’e (...)

18Pour se venger de cette impertinence, le soldat oblige le paysan à danser avec lui et son laquais et les échanges sont effectués sur le rythme de cette danse, forcée pour le paysan. Pataflesc envoie le paysan lui acheter des victuailles, énumérées avec complaisance. Le paysan apparaît à ce moment-là soumis au nouveau maître de la maison, il s’empresse de remplir ses désirs et semble même les devancer. À son retour du marché, le climat est différent. Le soldat se montre bienveillant, il invite le paysan à s’asseoir à ses côtés. Avant le dîner (soupa), des toasts sont levés et à deux reprises l’hôte est remercié, par Pataflesc (v. 171-2), puis par Lantin (v. 195-197). Quatre hommes arrivent pour le repas et la série des toasts reprend. Celui prononcé par le paysan se distingue de ceux des trois nouveaux venus, tous fondés sur la fantaisie : sur quatre dizains, on boit à une jeune fille riche (203-212), aux filles brunes (negro, 213-222), aux filles laides (223-232) et aux animaux (233-240). Le paysan, lui, en quinze vers, avait précédemment rendu hommage à son aimée en empruntant son registre à la poésie néo-pétrarquiste (dans laquelle Tronc excelle). Cette répartition des rôles – aux nouveaux convives (des soldats ?) les amours inconstantes, au paysan le sentiment pur et fidèle – assure la prééminence morale du paysan tandis que les relations qu’il entretient avec le soldat semblent s’être apaisées, normalisées. La confrontation, riche de conflits à ses débuts, n’a pas débouché sur un affrontement, bien au contraire10.

Gloire et misère du soldat

19Michel Tronc est lui-même un ancien soldat qui a pris part pendant de nombreuses années aux combats. Son passé explique certainement la teneur du long dicours (124 vers, 241-364) que tient un dernier personnage, simplement qualifié de quidan, après la série de toasts. Il regrette les temps de guerre qui équivalaient pour lui et ses compagnons à une période de prospérité :

  • 11 « Quelqu’un voudrait avoir donné / Un florin pour n’avoir jamais de trêve. / Je crois qu’il y en a (...)

Quauq’un vourrie aver balha
Un flourin n’aver jamay trevo
You creze que n’a que ly grevo,
D’aver istat tant en repau.
[…]
Mon prepaus my fa retourna
A la guerro que fa dina
Tantou de pichos capitany11.
(éd. Jasperse 1978, v. 250-253 et 268-268)

20Ce soldat s’adresse également aux paysans dont il craint les représailles en temps de paix. Aussi leur conseille-t-il de se tenir à l’écart de toute position partisane :

  • 12 « Faites gentiment vos affaires : / Ne vous mêlez aucunement aux partis, / Quelqu’un en sera la vic (...)

Fes jolliment vostre meinagy :
Non vous mescles ren dou party,
Quauqu’un n’en sara mau party12.
(éd. Jasperse 1978, v. 333-334)

21Les paysans comme les soldats sont exposés à la ruine qu’entraîne la guerre :

  • 13 « Vous verrez toute votre vie / La guerre qui nous ruinera » (trad. éd. Jasperse 1978, 124).

Vous veires touto vostro vido
La guerro que nous rouinara13.
(éd. Jasperse 1978, v. 344-345)

22Mais c’est avec résignation que la perspective est envisagée :

  • 14 « Eh bien, que fera-t-elle ? / Pourrait-elle faire davantage ? ». Contrairement à l’éditrice, je pe (...)

Eben, qu’es aquo que fara,
Pourrie-ty faire davantagy14 ?
(éd. Jasperse 1978, v. 346-347)

23La relative ambivalence de ce discours où, tout en étant sensible à la situation des paysans, le locuteur se livre à un éloge plus ou moins direct de la guerre, rappelle les deux personnages de soldats que l’on rencontre dans les églogues de Pey de Garros. Dans l’églogue II, la narration est assurée par le soldat Mauberdot. La guerre fait son bonheur. Son discours est ainsi rythmé par le retour d’un refrain qui exprime tout son désir : « Diu volha mantengue riöta ! » [Dieu veuille maintenir les troubles]. Il s’articule autour de l’opposition entre un douloureux passé de paysan et un présent d’heureux soldat pillard. Au chapitre du passé rural, il verse les activités de pêche et de viticulture, le travail de labour et de bêchage, une alimentation chiche, un mauvais pain et des habits misérables. Il est aussi débarrassé de sa femme acariâtre et malodorante, qui l’accablait de reproches sur sa goinfrerie, sa paillardise et sa paresse et menaçait de céder aux avances d’un riche voisin. À présent, il mène joyeuse vie (« Mon cas ès ara ses gran’ pena », v. 43 [Ma situation n’est pas maintenant bien pénible]) grâce au butin de ses pillages. Il ne lui reste qu’à attendre que passe un voyageur en provenance de la riche Espagne pour le détrousser.

24Un soldat, nommé Herran, est également présent dans l’églogue IV où il assure aussi seul la narration. Lui aussi est d’origine paysanne. Il raconte les circonstances qui l’ont poussé à s’enrôler. Sa situation est à l’opposé de celle de Mauberdot. Il a commencé par connaître une existence toute de prospérité qui lui a permis de voyager et de vivre dans l’opulence :

  • 15 « Toujours gras, toujours replet, Alors je mangeais du pâté, je nageais dans l’eau de rose quand je (...)

Tostem liphre, tostem heytis,
Labetz jo minjavi pastís,
En ayga de rosas nadavi.
Quant en batalha m'en anavi :
La gloria, e la reputation,
Me tenguén en tau devotion,
Qu'et me semblava que la goerra
Hos lo solet ben de la terra15. (éd. Berry 1953, v. 97-104)

25L’opposition se fait ici avec un présent de misère. Le soldat est démobilisé et de ce fait privé de ressources. Il est réduit à la misère, obligé de mendier sa nourriture ou de la chercher dans les pelures que l’on donne aux porcs :

  • 16 « Maintenant, usé, ruiné, enfumé, affamé, flétri, exténué, défait, dolent, couvert de squames et ma (...)

Aras esclossit, escassit,
Ahumat, ahamat, lassit,
Desanat, desagat, dolent,
Cargat d'escâta, e magolent,
Gauta-cozut mus-aguzat,
Clotut deus œilhs, espeluzát,
Plen de breguent e d'aygarola,
Deu monde son la parriöla16.
(éd. Berry 1953, 130-136)

26Le portrait, pour le lecteur, est à charge. Du temps de sa splendeur, comme il le reconnaît lui-même, le soldat n’a pas fait autre chose que piller, tuer et violer. Le pathos qui émane de sa situation présente, sa déchéance et sa mort prochaine sur un tas de fumier, l’angoissante question de son gîte pour la nuit qui encadre le poème, font de lui une créature vaincue, une victime au même titre que les paysans de l’églogue I que ses congénères ont dépouillés et maltraités. Les églogues I, II et IV de Garros forment une triologie cohérente. Les effets et les agents de la guerre sont successivement envisagés, les paysans victimes (églogue I), les soldats anciens paysans qui vivent leur nouvelle existence comme un progrès (églogue II), les soldats anciens paysans anciens soldats réduits à la déchéance (églogue IV). La boucle de la misère est bouclée.

  • 17 « A fort naut et fort chrestia et fort verturous et fort manific prince Henric de Valois, per la gr (...)
  • 18 « Augié à un capitany de Buzet, d’un tort que ly fec un consoul deldit Buzet al tems de la guerro » (...)
  • 19 « Requeste au capitaine de la Motte, de ce qu’un sien soldat en posant la garde à Salvanniac, au Po (...)

27La guerre vue par le soldat est un malheur. La description qu’en livre Auger Gaillard, ancien soldat lui-même, acteur, côté protestant, des troubles qui ravagent le Sud-Ouest du royaume, offre un témoignage que l’on peut d’autant plus considérer de l’intérieur que l’auteur, à la différence de tous les autres auteurs de son temps, est d’origine modeste, fils de charron, charron lui-même. Dans plusieurs des poèmes de son recueil Lou Banquet (1583), il revient sur un sujet qui le marque encore alors qu’il semble avoir abandonné toute activité militaire lorsqu’il compose son œuvre. Dans une longue épître (196 alexandrins) adressée à Henri III de France, il implore le roi de rétablir la paix, représentant les bienfaits de la paix et les horreurs de la guerre17. Ailleurs, il dévoile les activités d’un capitaine qui sous couvert de réquisitions se livre au pillage le plus éhonté18 ou il s’emporte – en français – contre un soldat qui l’a blessé par erreur19. Mais c’est surtout dans la « Demoustranso als souldats del mal que fan à la guerro et del mal qu’els y endurou, et qu’el cal obey al rey » (138 alexandrins) que le thème est exploité. Gaillard s’adresse aux soldats pour qu’ils changent de conduite et cessent de piller, violer et tuer les civils. Plein de complaisance pour ses anciens compagnons, il décrit un quotidien fait de privations (v. 29-64) : le lit de paille, une pierre comme oreiller, des nuits passées à veiller dans le froid, à escalader des murailles, à avancer face à la bouche du canon, au risque de sa vie, pour un salaire de misère (neuf francs par mois). Les exactions commises contre les paysans sont présentées par l’auteur comme la raison qui l’ont poussé à abandonner l’armée :

  • 20 « J’ai été soldat, mais je en le suis plus maintenant, parce que nous faisions trop de mal aux dépe (...)

Ieu souy estat souldat, mas aros nou souy gés,
Per so que nous fasian trop de mal sul pagés.
En loc de douna argen, quant lour bé l’on mangiabo,
Calio qu’els no’n bailesou, o bé l’on lous pengiabo20 !
(éd. Nègre 1970, 388, n° 118, v. 73-76)

28On peut en réalité se demander si la véritable raison de cet abandon ne réside pas dans la peur ressentie par le soldat. Auger Gaillard est en effet le seul auteur, au moins pour la littérature occitane, à donner une représentation des effets physiques produits par la peur en temps de guerre :

  • 21 « Et tous ceux qui ont dit qu’ils n’ont jamais peur, ont chié deux cents fois, ou cent, pour ne pas (...)

Et toutis lous qu’an dih que n’an pas jamai crento,
An cagat dous cens cops, o cent, que ieu nou mento,
Dins las caussos de paur, et volou dire aici
Que jamai elis paur n’an agudo bouci !
Mas elis an mentit, car l’on nou sap gindarmo,
Qu’el nou tremble de paur quant on souno l’alarmo21.
(éd. Nègre 1970, n° 118, 127-132)

29Le soldat que campe Gaillard est un soldat issu de la réalité, autobiographique en l’occurrence. Il se distingue en ce sens d’un autre type de soldat que l’on rencontre dans la littérature de langue occitane qui correspond, lui, à un type littéraire issu au départ de la tradition antique initiée par le miles gloriosus de Plaute. Ce soldat se caractérise par sa vanité et son manque de courage dès qu’apparaît la moindre perspective de combat physique. On le rencontre fréquemment dans le théâtre (liste non exhaustive) :

  • le capitaine Triboulet dans Les actes du Synode Universel de la Sainte Réformation (1599) de Guillaume de Reboul (Anatole 1968) ;

    • 22 Voir la datation proposée par Christian Bonnet dans son introduction aux Amours de Colin et Alyson (...)

    le soldat Lamarzelle dans L’Hauzano de La Feuillade, vers 162522

    • 23 Pour un résumé des intrigues des pièces du Théâtre de Béziers, v. Gardy 1983. Sur l’utilisation de (...)

    le soldat Bravaste, d’origine espagnole, dans la Pastorale du berger Celidor et de Florimonde (1629), pièce du Théâtre de Béziers23

  • le soldat Polacre, d’origine étrangère, dans l’Histoire pastoriale, pièce du Théâtre de Béziers représentée en 1633

  • le déserteur Matoys, dans une des comédies de Gaspard Zerbin, datable des années 1630 (éd. Vernet 2008) 

    • 24 Sur ce texte, voir la thèse d’Aurélia Lassaque (2012) ainsi que pour la plupart des textes abordés (...)

    le soldat Ramounet, déserteur, qui donne son nom au titre de la pièce de François de Cortète, composée après 163924

  • 25 Voir la typologie que j’ai essayé d’établir sur le personnel du Théâtre de Béziers (Courouau 2014, (...)

30Ces différents soldats sont invariablement dotés de traits négatifs. Leur comportement est comique et il n’est pas nécessairement inoffensif pour la communauté. Au contraire, pour celle-ci, l’ancien soldat revenu à la vie civile représente un double danger. D’une part, sa moralité est douteuse, corrompue qu’elle est par les pratiques de pillage et autres auxquelles il s’est adonné pendant ses années de service. Le sujet est plus ou moins thématisé : Lamarzellle est pris en flagrant délit de vol, Ramounet, avant de rentrer à Agen, a volé mille livres à la fiancée qu’il avait à Carcassonne, Polacre vante ses exactions… À un autre niveau, le soldat démobilisé s’intéresse d’un peu trop près aux jeunes filles du pays : Bravaste est très sensible aux charmes de la bergère Florimonde, le Soldat français présent dans Las amours de Damon et de Lucresso (1657) fait enlever la bergère qui se refuse à lui… Nuisible pour les biens, le soldat est aussi un prédateur sexuel. De façon générale, c’est un intrus dans la communauté, un danger pour son équilibre25 et il n’est dès lors pas étonnant que le dénouement s’accompagne souvent de son départ.

  • 26 L’analyse que j’ai pu faire de ce personnage (Courouau 2015, 250-253) converge avec celle de Philip (...)

31L’image du soldat n’est pas toujours cependant aussi négative. Dans l’Histoire du mauvais traitement fait par ceux de Vileneufve (1632), pièce du Théâtre de Béziers, le soldat Filène a beau évoquer lui-même les exactions auxquelles il se livrerait contre les paysans de Villeneuve, il n’en incarne pas moins dans la pièce le rôle de l’amoureux, ultimement récompensé par l’union avec la belle Florinde. Dans l’Histoire de Pepesuc (1616), le Soldat gascon porte des valeurs de bon sens, ce n’est pas un va-t’en-guerre et il se retrouve à la fin doté par le capitaine Pepesuc, figure tutélaire de la ville de Béziers, d’une boutique où il pourra tranquillement exercer une profession civile. Après bien des tribulations, Ramonnet parvient dans le dénouement à épouser une fille du pays, Charlotto26. Si les intrus dangeureux sont bannis, tous les soldats ne sont pas systématiquement rejetés. Certains tirent leur épingle du jeu et se voient pleinement intégrés dans la communauté dont leur activité militaire les avait un temps écartés.

32À l’époque moderne, être soldat, c’est mener une autre vie, bien différente de l’existence rurale de laquelle le soldat s’est extrait. C’est, par le biais des rencontres diverses et des expériences souvent limites, adhérer à d’autres valeurs, revêtir une autre identité. Les soldats de retour de la guerre sont ainsi fréquemment porteurs d’une langue qui n’est pas (qui n’est plus) celle de la communauté dans laquelle ils cherchent à se (re)faire une place. Le capitaine Triboulet, les soldats Lamarzelle, Matoys et Ramonnet s’expriment dans un français mâtiné de tournures occitanes, le français « à la gasconne » dont Guillaume de Reboul a posé les éléments conventionnels à la fin du XVIe siècle. Les soldats Bravaste et Polacre, d’origine étrangère, s’expriment dans un occitan qui se ressent d’un substrat castillan. Ces formes linguistiques hybrides fonctionnent aux oreilles des spectateurs comme des formes non abouties. Portées par des personnages a priori moralement suspects et dangereux, le français « à la gasconne » ou l’occitan espagnolisé constituent, pour les spectateurs, des formes de langue invalidantes et disqualifiantes. C’est là où la représentation plus ou moins typisée du soldat rencontre un autre type que l’on nomme, depuis Robert Lafont, l’ethnotype gascon (Lafont 1970). Selon ce chercheur, l’ethnotype gascon est constitué de traits négatifs (vanité, jactance, couardise…). Splendidement illustré en littérature française par le Faeneste d’Aubigné, repris à l’envi par les auteurs français, ce type servirait à l’expression d’une hostilité culturelle développée dans le nord de la France à l’encontre des populations méridionales.

33Ce n’est pas le lieu ici d’examiner une approche qui semble à présent faire l’objet d’un assentiment scientifique généralisé pour ce qui est de la littérature française, mais il y aurait peut-être quelque légitimité à s’interroger sur l’application qui peut être faite de cet outil à la littérature de langue occitane de l’époque moderne. S’il est clair que le personnage du « soldat gascon » est bien représenté au théâtre et dans la prose de langue occitane, il n’est pas du tout sûr qu’il s’agisse là d’un type aussi uniformément cohérent que celui qu’on rencontre plus ou moins sous ce nom dans la littérature de langue française.

  • 27 Il s’agit d’un phénomène tout à fait comparable à celui qu’on observe en français dans la question (...)

34Le personnage du Francimand, locuteur occitanophone qui a renoncé à sa langue d’origine pour adopter un français qu’il maîtrise mal, n’est pas stigmatisé en tant que tel dans les œuvres des XVIe et XVIIe siècles. Ce qui est d’abord moqué, c’est le personnage du soldat, dangereux en lui-même et dont la langue hybride est chargée de signaler la disqualification aux yeux des spectateurs. Dans la production littéraire en occitan, la langue mal maîtrisée, le mauvais français ou le mauvais occitan, est un attribut du personnage a priori négatif du soldat. C’est parce qu’il est soldat que le soldat parle mal. Le but premier de l’auteur n’est pas de représenter le conflit linguistique et l’aliénation culturelle, mais de mettre en scène un personnage dont la langue est un marqueur. Que cette langue porte la trace évidente de la situation sociolinguistique dont elle le produit n’a rien d’étonnant. Les cas représentés par les soldats Bravaste et Polacre qui polluent leur occitan de formes castillanes sont à ce titre extrêmement révélateurs : ce n’est pas une langue en particulier qui est moquée (le français, l’occitan, le castillan), c’est l’incapacité à maîtriser celle qu’on adopte, celle-ci étant jugée en fonction d’une norme commune aux usagers27. Ce défaut de maîtrise renvoie certes à une réalité sociolinguistique familière aux contemporains, mais, d’un point de vue littéraire, il constitue un élément, parmi d’autres, de la disqualification d’un type précis de personnage : le soldat prédateur.

35En ce sens, l’image du soldat dans la littérature occitane de l’époque moderne paraît profondément marquée par la polymorphie. Comme le suggèrent le destin de Ramonnet mais aussi l’investissement positif réalisé dans le personnage du Soldat gascon de l’Histoire de Pepesuc – et dans le personnage positif du capitaine Pepesuc lui-même –, l’identité du soldat est labile. Ce peut être une figure effrayante, auquel cas la comédie se charge de le ridiculiser et de le bannir, exorcisant ainsi les craintes d’une population en proie à ses prédations. Cette fonction cathartique peut également être absente. Le soldat se trouve alors investi d’une puissance virile potentiellement mise au service, même à travers ses agissements les plus répréhensibles moralement, d’une cause juste (la défense de Béziers dans l’Histoire de Pepesuc, la menace d’une attaque des villageois égoïstes de Villeneuve dans l’Histoire du mauvais traitement). En littérature, tour à tour effrayant ou rassurant, le soldat est d’abord ce que l’auteur décide de faire de lui.

Le soldat (gascon), un héros baroque

36La guerre moderne s’inscrit dans la littérature occitane sous différentes formes. La figure du héros que compose Guilhem Ader dans Lou Gentilome gascoun représente une voie parmi d’autres mais ce n’est pas la plus empruntée. Loin d’être, comme l’a cru Robert Lafont, « une épopée nationale », l’épopée d’Ader est d’abord la représentation idéalisée d’un être supérieur magnifiant la guerre. Réalisée dans le « parler naturel » du héros, l’œuvre est aussi une illustration de la langue qu’un décalage fortuit avec l’actualité politique et littéraire de son temps a condamnée à n’être qu’un hapax.

37La littérature occitane moderne donne la parole aux paysans. L’usage, quasi systématique, du discours direct permet de rendre compte d’une réalité qui n’accède sinon que peu à la littérature. La faveur dont jouit la thématique des malheurs de la vie paysanne en temps de guerre témoigne de la proximité que les auteurs recherchent dans leurs œuvres avec le quotidien d’une partie de leurs contemporains. Ce faisant, ces auteurs ne cherchent pas à capter l’audience d’un public rural puisque celui-ci ne lit pas. Ils témoignent d’une conception de la littérature d’oc qui établit un lien de proximité entre la langue locale, d’une part, et, d’autre part, la ruralité et, plus largement, l’existence concrète des travaux et des jours.

38Malgré leur présence massive, les paysans restent dans la place qui est la leur, au fond de la scène. On les entend, mais ce ne sont pas eux qui portent l’action, ils la subissent. À l’opposé, on trouve le soldat. Ce n’est pas un héros au sens antique, c’est une créature en demi-teintes, dont la force est redoutée, peut-être autant que sa faiblesse est exposée. Ainsi placé en clair-obscur, le soldat, particulièrement celui que l’on dit « gascon », oscille entre l’affirmation splendide de soi et la vanité de son discours. Sa recherche de gloire ne débouche bien souvent sur rien, le matamore gascon est un être en proie au leurre, à l’illusion. En ce sens, le soldat (gascon), « héros de la parole isolée » (Chédozeau 1989, 217), est peut-être aussi, à sa façon, un compagnon de Don Quichotte, héros baroque s’il en est, déployant dans l’univers entier qui s’ouvre à lui un geste splendide et fastueux, mais vain.

Haut de page

Bibliographie

Textes

Ader, Guilhem, 1904, Poésies de Guillaume Ader, I. Lou Gentilome Gascoun, éd. A. Vignaux, II. Lou Catounet Gascoun, éd. Alfred Jeanroy, Toulouse, Privat.

Gaillard, Auger, 1970, Œuvres complètes, éd. Ernest Nègre, Paris, PUF.

Garros, Pey de, 1953, Les Églogues de Pey de Garros suivies du Chant nuptial, texte de 1567, éd. André Berry, Toulouse, Privat.

Rempnoux, François, 2001, Les Amours de Colin & Alyson, éd. Christian Bonnet, Gardonne, Fédérop.

Tronc, Michel, 1978, Las Humours a la lorgino, éd. Catharina C. Jasperse, Toulon, L’Astrado, 2 vol. 

Zerbin, Gaspard, 2006, La perlo dey musos et coumedies prouvensalos, éd. Florian Vernet, Montpellier, PULM.

Études

Anatole, Christian, 1968, « Aux origines d’un type littéraire. Le “Capitaine Gascon,” dans un pamphlet anti-huguenot de Guillaume de Reboul : les Actes du Synode universel de la Saincte Réformation (1599) », Annales de l’IEO, 4e série, 3, Colloque sur Pey de Garros et son temps, 361-375.

Casanova, Jean-Yves, 1992, « L'Homme de guerre dans la littérature occitane au XVIe siècle : satire et contre­texte », L'Homme de guerre au XVIe siècle. Actes du colloque de l'association Réforme Humanisme Renaissance, Cannes, septembre 1989, Saint-Étienne, Université de Saint‑Étienne, 301-312.

Chédozeau, Bernard, 1989, Le baroque, Paris, Nathan.

Couffignal, Gilles, 2015, « Gascon, gasconisme et gasconnade », Littératures classiques 87, 287-299.

Couffignal, Gilles / Courouau, Jean-François (éds), 2016, Une notion en question : le baroque occitan. Actes de la Journée d’étude du 5 octobre 2015. Université Toulouse – Jean Jaurès, Fabula [en ligne http://www.fabula.org/colloques/sommaire3456.php].

Courouau, Jean-François, 2008a, Moun lengatge bèl. Les choix linguistiques minoritaires en France (1490-1660), Genève, Droz.

Courouau, Jean-François, 2008b, « Les stances “A l’hurouso memorio d’Henric le Gran” de Pierre Godolin », Lengas revue de sociolinguistique 64, 61-97.

Courouau, Jean-François, 2014, « Lieux et milieux dans le Théâtre de Béziers (XVIIe siècle) », Lengas revue de sociolinguistique 76 [en ligne http://lengas.revues.org/736].

Courouau, Jean-François, 2015, « Choix et non-choix linguistiques dans l’Histoire de Pepesuc et l’œuvre de François Bonnet », Littératures classiques 87, 245-257.

Drévillon, Hervé, 2013, L’Individu et la Guerre. Du chevalier Bayard au Soldat inconnu, Paris, Belin.

Gardy, Philippe, 1983, « Les pièces du “Théâtre de Béziers” : description sommaire », Le Théâtre de Béziers au XVIIe siècle. Musées de Beaux-Arts de Béziers. Catalogue de l’exposition 15 avril-17 mai 1983, Béziers, CIDO, 39-51.

Gardy, Philippe, 2007, « Le “Théâtre de Béziers” ou “Teatre de Caritats” : état des connaissances, problèmes et perspectives de recherche », in Carmen Alén Garabato (éd.), Béziers ville occitane ?, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 69-90.

Gardy, Philippe, 2015, « Le jeu des langues dans le Théâtre de Béziers », Littératures classiques 87, 229-244.

Jané, Oscar, 2010, « L’identité et la guerre dans les livres de raison catalans au XVIIe siècle », Annales du Midi 122/270, 251-278.

Lafont, Robert, 1970, Renaissance du Sud, Paris, PUF.

Lafont, Robert, 2002, Anthologie des baroques occitans, Avignon, Aubanel, 1974, 2Montpellier, Centre d’études occitanes.

Lassaque, Aurélia, 2012, L’œuvre théâtrale de François de Cortète (1586-1567). Édition critique, thèse de l’Université Paul-Valéry (Montpellier III).

Lassaque, Aurélia, 2015, « Le type comique du francimand dans le théâtre d’oc au XVIIe siècle : un pied de nez au matamore gascon ? », Littératures classiques 87, 217-228.

Martel, Philippe, 2015, « Il y a Gascon et Gascon, ou le ballet des ethnotypes », Littératures classiques 87, 259-269.

Torreilles, Claire, 1992, « Les principes de composition du Gentilome gascoun », in Philippe Gardy (éd.), Guilhem Ader (1567 ?-1638). Actes du colloque de Lombez, Béziers, CIDO, 91-102.

Haut de page

Notes

1 « Alors notre cadet, à ce mot de guerre, redresse son chapeau et trépigne, parle de s’équiper et de s’en aller par le monde amasser avec honneur gloire et renommée. « Courage, dit-il en gambadant, voici ce que je désirais le plus au monde. À la guerre, à la guerre ; là nous tracerons notre sillon et on connaîtra ceux qui ont tété de bon lait, qui n’ont pas peur et qui ont assez de cœur pour couronner d’honneur leur noblesse native » (trad. éd. Vignaux 1904, 29-30).

2 « Ainsi, mille hauts faits couronnent le Gascon. Sa gloire s’épanouit comme le firmament sur le monde ; son épée flamboie dans les combats comme un soleil, son étendard redouté brille comme la lune dans les batailles et les assauts. Prises de villes, combats, alarmes, feu et sang, querelles et débats, coups d’estoc et de taille donnés en mainte victoire étoilent et fleurissent le ciel de sa gloire » (trad. éd. Vignaux 1904, 69).

3 « Et en chantant par le monde ton immortel renom, j’honore grâce à toi ton parler naturel, ta nourrice, la Gascogne, celle qui se vante de ce que, dans le monde, nulle autre nation n’ose avoir porté dans ses bras et emmailloté au berceau le soleil couronné des princes chevaliers, celle qui ose faire tant état de son enfance qu’elle veut imposer sa loi au reste du monde » (trad. éd. Vignaux 1904, 145).

4 « À la foire aux coups, il fallait qu’on le vît / Avec le foudre de son bras frapper l’éclat du fer, / Foudre qui faisait courir une averse de sang / Et rejaillir une grêle de têtes ».

5 Sur cette violence de la soldatesque aux XVIe et XVIIe siècles, v. Drévillon 2013, 100-101 qui en explique les ressorts fondés sur l’irrégularité et l’insuffisance de la solde.

6 « Balayez la troupe de ces méchants malfaiteurs et truands, filous et larrons, voleurs de vaches, affamés, mains-crochues, vide-maisons qui, pour nous enlever le fruit de nos sueurs et de nos peines, nous pourchassent nuit et jour par les bois et les garennes, déchirent nos guenilles et nous traînent, essoufflés, enchaînés et battus, au fond d’une mare. Ils ont souvent pris mesure de nos mains avec les poucettes, troué nos ongles d’un vilebrequin, nous ont embrochés, pliés comme un hameçon, tordu le nez en manche de fausset, entouré la tête d’une corde ou d’une branche flexible, écrasé nos cinq doigts entre une porte, comme une noix, enfoncé dans le corps des épingles, des aiguillons, tordu jambes et bras, piqué avec des éperons » (trad. éd. Vignaux 1904, 63-64).

7 Sur cette misère infligée par les soldats aux paysans, on se reportera aux témoignages directs analysés par Oscar Jané (2010) à partir des écrits du for privé rédigés par des paysans alphabétisés de Catalogne au XVIIe siècle.

8 « Mais de quel parti êtes-vous ? / Dites-moi votre nom, / Êtes-vous de ceux d’Épernon, / Ou de Carcès ou bien de Suze ? / Et sans prendre aucun prétexte, / Seriez-vous du parti romain / Ou du parti des balandrans, / Êtes-vous ligueur ou carciste, / Ou huguenot ou bien papiste, / Ou Français espagnolisé, / Ou huguenot catholisé, / Êtes-vous royaliste ou bien ligueur ? « (trad. éd. Jasperse 1978, 104-106).

9 « Tout cela m’est indifférent / Car bien sûr tout se perd, / Tous nos biens disparaissent, vendus, / Et vous faites bonne chère ; / Vous ressemblez aux marchands à la foire, / Et nous aux pauvres diables ; / Vous montez de bons chevaux, / Nous montons les chiens ; / Le partage n’est pas juste, / Ceci nous fera tous mourir ». (trad. éd. Jasperse 1978, 106).

10 Dans les écrits personnels catalans du XVIIe siècle, il est rare que les auteurs manifestent de l’empathie à l’égard des soldats. Signalons toutefois le cas de Pere Pasqual, notaire de Perpignan qui, tout en déplorant les exactions dont est victime la population civile, considère les soldats comme des victimes (Jané 2010, 266).

11 « Quelqu’un voudrait avoir donné / Un florin pour n’avoir jamais de trêve. / Je crois qu’il y en a à qui cela pèse / D’avoir été si longtemps en repos. / […] / Mes propos me font revenir / À la guerre qui fait manger / Tant de petits capitaines » (trad. éd. Jasperse 1978, 120).

12 « Faites gentiment vos affaires : / Ne vous mêlez aucunement aux partis, / Quelqu’un en sera la victime » (trad. éd. Jasperse 1978, 124).

13 « Vous verrez toute votre vie / La guerre qui nous ruinera » (trad. éd. Jasperse 1978, 124).

14 « Eh bien, que fera-t-elle ? / Pourrait-elle faire davantage ? ». Contrairement à l’éditrice, je pense que le sujet de la phrase est la guerre (v. 345), non le soldat.

15 « Toujours gras, toujours replet, Alors je mangeais du pâté, je nageais dans l’eau de rose quand je m’en allais à la bataille. La gloire et la renommée m’inspiraient une telle dévotion qu’il me semblait qu’il n’y eût de bien en ce monde que la guerre » (trad. éd. Berry 1953, 48-49).

16 « Maintenant, usé, ruiné, enfumé, affamé, flétri, exténué, défait, dolent, couvert de squames et malade, la joue cousue, le nez aiguisé, les yeux enfoncés, pelé, plein de dartres et d’ampoules, je suis le rebut du monde » (trad. éd. Berry 1953, 50).

17 « A fort naut et fort chrestia et fort verturous et fort manific prince Henric de Valois, per la gracio de Dieu rey de Franso et de Poulougnio, per lou pregua de voulé fa la patz » (éd. Nègre 1970, n° 117).

18 « Augié à un capitany de Buzet, d’un tort que ly fec un consoul deldit Buzet al tems de la guerro » (éd. Nègre 1970, n° 134).

19 « Requeste au capitaine de la Motte, de ce qu’un sien soldat en posant la garde à Salvanniac, au Portal Garel blessa Augier à la jambe » (éd. Nègre 1970, n° 138).

20 « J’ai été soldat, mais je en le suis plus maintenant, parce que nous faisions trop de mal aux dépens des paysans. Au lieu de les payer, quand on mangeait leur bien, c’étaient eux qui devaient nous donner de l’argent, sinon on les pendait ! » (trad. éd. Nègre 1970, 390-391).

21 « Et tous ceux qui ont dit qu’ils n’ont jamais peur, ont chié deux cents fois, ou cent, pour ne pas mentir, dans leurs chausses de peur, et ils veulent dire ici qu’ils n’ont jamais eu aucune peur ! Ils ont menti : car on ne connaît aucun homme d’armes qui ne tremble de peur quand sonne l’alarme » (trad. éd. Nègre 1970, 391, légèrement modifiée).

22 Voir la datation proposée par Christian Bonnet dans son introduction aux Amours de Colin et Alyson de François Rempnoux (2001, 114).

23 Pour un résumé des intrigues des pièces du Théâtre de Béziers, v. Gardy 1983. Sur l’utilisation de l’occitan et du français, v. Gardy 2015.

24 Sur ce texte, voir la thèse d’Aurélia Lassaque (2012) ainsi que pour la plupart des textes abordés dans cette partie son article sur le personnage du Francimand (Lassaque 2015).

25 Voir la typologie que j’ai essayé d’établir sur le personnel du Théâtre de Béziers (Courouau 2014, § 34-39, « 2.1. Les militaires »).

26 L’analyse que j’ai pu faire de ce personnage (Courouau 2015, 250-253) converge avec celle de Philippe Martel (2015, 263-265).

27 Il s’agit d’un phénomène tout à fait comparable à celui qu’on observe en français dans la question des « gasconismes » appréciés en fonction de la « bonne parole française » (Couffignal 2015, 297).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Courouau, « La guerre baroque : Le héros, le soldat, le paysan », Lengas [En ligne], 81 | 2017, mis en ligne le 27 mars 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://lengas.revues.org/1161  ; DOI : 10.4000/lengas.1161

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org