Navigation – Plan du site

Fourès, Estieu, Perbosc : trois « félibres rouges » devant les guerres

Forès, Estieu, Perbòsc: tres "felibres roges" acarats a las guèrras
Hervé Terral

Résumés

Sous l'intitulé "Félibrige rouge", trois auteurs se distinguent : Fourès, Estieu, Perbosc. Leurs textes sur les guerres, des poèmes surtout, renvoient d'abord à la croisade contre les Albigeois, mais aussi aux guerres franco-prussiennes (1870, 1914). Occitans affirmés, ils se veulent aussi "bons Français"... et volontiers pacifistes. D'autres auteurs (Miremont, Vaylet) s'expriment aussi sur la "Grande Guerre".

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les termes « félibres rouges » et « félibrige rouge » sont aujourd’hui couramment employés. Pourtant on ne les trouve pas dans les histoires de la littérature occitane les plus courues (Camproux ; Anatole et Lafont), même si les auteurs que l’on place dans cet ensemble y sont bel et bien abordés et traités. Les dits auteurs se présentaient volontiers en leurs temps comme « félibres républicains » voire « patriotes latins » ou encore « patriotes languedociens » – si l’on en croit les sous-titres de l’Armana de la Lauzeta, qui parut entre 1877-1879 et en 1884 sous leurs autorité intellectuelle et politique. Gaston Jourdane, dans son Histoire du Félibrige 1854-1896, une des premières du genre, fait le constat :

[d’] une situation telle qu’elle apparaît vers 1885. Tandis qu’en Provence et dans le Languedoc limitrophe les félibres continuent les évocations du passé en ce qu’elles ont de gracieux et de galant archaïsme, tandis qu’ils demeurent fidèles aux idées de Fontségugne, il se forme en pays toulousain ce que nous pourrions appeler l’extrême-gauche du Félibrige, formation à laquelle sans le vouloir, sans s’en douter certainement, M. le Comte de Toulouse-Lautrec, représentant de la plus haute aristocratie de sa province, apporte son concours. (Jourdane 1897, 92-93)

2A dire vrai, ces distinctions politiques avaient déjà été perçues par Mistral lui-même qui, sous le pseudonyme de Guy de Mount-Pavoun, notait dans L’Armana Provençau de 1875 (7) :

  • 1 Quand il dit : c’est du blanc ! quand il dit : c’est du rouge ! les uns crient c’est des cléricaux  (...)

Quan dis : acò’s de blanc ! quan dis : acò’s de rouge ! lis un cridon es de fiòli ! d’autre : soun d’albigès ! sènso coumte li franchimand que nous creiran separatisto. Eh ! bèn, noun ! Lou Felibrige marcho en foro de tout partit. Lou Felibrige es la flourido dòu patrioutismo pur, e’s l’antipodo d’aquelo escolo qu’en prechant soulamen la destrucioun dòu sèn naciounau, es l’encauso proumiero di malur de la Franço1

3L’abbé Joseph Salvat, qui, à ma connaissance, a relevé le premier ce passage dans l’un de ses cours sur « Le Félibrige Rouge », page 3 du dossier XVI « Naissance du Félibrige » (CIRDÒC : AM 314), ajoutait que Mistral dans le même texte se proposait de :

  • 2 réconcilier les âmes per le culte fervent des traditions communes, des gloires nationales et de les (...)

recouncilia lis amo pèr lou culte fervènt di traditio communo, di glóri naciounalo e de lis enaura plus aut que la matèri, vers li nòbli pensamen, emé lis estrambord de la pouësiò santo2.

4Mistral, il est vrai, a bien écrit quelques poèmes sur la Vierge Marie dans La Gerbe de Mistral à l’autel de Marie. Poèmes et cantiques oubliés (Mistral 1930) poursuivant ainsi un culte spécifique dans lequel le montpelliérain Auguste Comte, créateur du mot « sociologie » (1839) et par ailleurs athée (au mieux fondateur d’une « Religion de l’Humanité »), voyait un caractère majeur des « Occidentaux du Midi », les ayant prémuni des dérives du protestantisme et du déisme (Terral 2014) ! Mistral décéda trois jours après être allé au baptême d’une nouvelle cloche à Maillane (les églises, de nos jours encore, sont peu chauffées l’hiver et à ce titre quelque peu dangereuses pour la santé !) ; ses derniers mots (presque semblables à ceux de son héroïne Mireille furent : « Li Santo ! Li Santo ! ») témoignent d’une spiritualité certaine, sur laquelle insistait l’abbé Salvat – mais la presse catholique locale n’avait pas manqué de rappeler, à l’occasion de son décès, qu’il n’avait plus fait ses Pâques depuis… 37 ans !

5Ainsi, Mistral affiche-t-il dans ce texte de 1875 son art de l’équilibre politique, qu’il reprendra en 1891 encore en exergue de son journal L’Aiòli, quand bien de ses amis voudront le porter à la députation :

  • 3 Nous les bons Provençaux / Au suffrage universel / Nous voterons pour l’huile, / Et ferons l’aïoli.

Nàutri, le boun Provençau,
Au sufrage universau
Voutaren pèr l’òli,
E faren l’aiòli3.

  • 4 Xavier de Fourvières, dans son dictionnaire Lou Pichot Trésor, donne à « fioli » le sens de « cléri (...)

6Trois camps donc (et Mistral au milieu en arbitre !) : les Blancs (li fiòli4), les Rouges, les Franchimands (i.e. la France septentrionale et non méridionale), souvent portés à dénigrer aujourd’hui encore les Méridionaux (cf. l’affaire du régiment provençal XVème de ligne, accusé de couardise et de débandade en août 1914 par le sénateur parisien Gervais) et, même à les accuser de séparatisme (Eugène Garcin, proche de Mistral, fit de même en 1868 avec son livre Français du nord et du midi ; les deux hommes se réconciliant en 1898 seulement !). A quoi il convient d’ajouter les oppositions cléricaux/anticléricaux, fort vives alors, et Provençaux/Languedociens…

7C’est sur cette toile de fond et sur le double trauma de la guerre de 1870 (défaite française à Sedan ; proclamation du Reich allemand dans la Galerie des Glaces à Versailles !) et de la guerre civile (Communes de Paris, de Marseille, de Narbonne) qu’il faut situer ce que l’on appelle désormais le « félibrige rouge », connus par de rares études sur ses figures majeures (Xavier de Ricard, Auguste Fourès) ou le petit ouvrage de Louis Guiraud, cheminot et félibre de Nîmes, membre de l’Escolo de la Tour Magno, Au sujet des Félibres rouges (1991).

1. Auguste Fourès (1848-1891)

8Fourès sera un membre actif du Félibrige, accompagné en cette affaire par deux figures audoises : son aîné Achille Mir (1822-1901) d’une part ; son cadet Gaston Jourdane (1858-1905) d’autre part. Ainsi participe-t-il sur un mode quelque peu dissident aux grandes Fêtes latines de Montpellier (1878), avant de devenir, après une éphémère démission (1879), Majoral en tant que « Cigale de la Liberté » (dénomination bienvenue, créée pour lui-même).

9En référence à la distinction mistralienne rouges/blancs, Fourès est, quant à lui, pleinement du côté « rouge ». Il l’affirme avec son grand ami Xavier de Ricard (1843-1911), journaliste d’ascendance sétoise, condamné sous l’Empire, ex-communard parisien, co-fondateur du mouvement littéraire du Parnasse, tirant une majeure part de sa vie le diable par la queue. Avec lui, il participe à l’aventure de l’Almanach de La Lauseta (L’Alouette) qui va déplaire aux Blancs et à Mistral lui-même. Les différents sous-titres de cet almanach qui comprendra quatre livraisons illustrent la diversité du projet :

  • 1877 : Almanac del patriòta lengadocian, 200 p.

  • 1878 : Almanac del patriòta latin, 296 p.

  • 1879 : Publicacion de l’Aliança latina, 125 p.

  • 1885 : Libreton dels Felibres republicans, 100 p.

  • 5 Il publiera dix ans plus tard ses vers en français et en langue d’oc sous le titre « Au bord du Lez (...)

10De 1883 à 1886, Ricard, à la suite du décès de sa jeune épouse Lydie Wilson5 et de quelques échecs électoraux, s’est exilé en Amérique latine (Argentine, Paraguay, Brésil – pays qu’il sera contraint de quitter pour ses positions anti-esclavagistes), où il dirigera plusieurs journaux francophones. Il partira ensuite quelques mois pour une mission d’étude sur la colonisation néerlandaise de Java (dont ne nous reste aucune trace). Durant cette période, Fourès connaît un certain isolement, fut-il devenu un temps à Toulouse le directeur du supplément hebdomadaire littéraire à La Dépêche Le Petit Toulousain (1885-1888) et le maître d’œuvre d’un recueil en faveur de l’Alsace-Lorraine (1884, cf. infra).

11L’œuvre de Fourès est traversée par une référence quasi-constante à la figure de « l’Aujou » (l’Ancêtre), à savoir Napoléon Peyrat (1809-1881), pasteur ariègeois installé à Saint Germain-en-Laye, véritable inventeur du « mythe de Montségur » ; ce dernier est largement son aîné (il devient pasteur en 1847, soit un an avant la naissance de Fourès) ; il est passé d’une Histoire des Pasteurs du Désert (1842) à une une Histoire des Albigeois en trois volumes (à partir de 1870). Devenu Majoral du Félibrige en 1877, « à l’insu de son plein gré » comme eût pu dire le cycliste varois Richard Virenque, et bon républicain défenseur de la Révolution de 1789, il n’en condamne pas moins les références catholiques et « papalines » promptes à louer les papes d’Avignon et les Angevins de Provence (le bon roi René, la reine Jeanne), leur préférant pour sa part les Aquitains, les Ibères, voire les lointains Cantabres… « L’unité de mon œuvre générale se résume en un seul mot : Aquitaine ; en un seul nom : Dieu ! », écrit-il dans la préface d’un texte tardif, Les Pyrénées. Romancero (1877). Remarquons quand même que le disciple Fourès, franc-maçon, a formulé dans un testament du 7 avril 1883 une option bien moins religieuse d’esprit (Minois : 2012, 308) :

Je soussigné Auguste Fourès charge mes amis Metgé et Chavard d’éloigner de mon cadavre la rapace et immonde prêtraille dont j’ai toujours eu horreur. Je veux être conduit à la dernière demeure sans le secours d’aucun culte, avec la plus grande simplicité. Je veux que ma bière soit mise debout. Je veux que ma sœur fasse placer sur ma tombe une pierre portant cette inscription : Auguste Fourès. 1848-. 

12Cela lui vaudra, après un premier enterrement catholique conduit par la dite sœur en septembre 1891 et jugement du tribunal le condamnant, une seconde mise au tombeau, debout cette fois, à l’occasion de laquelle Estieu et Perbosc firent connaissance… et commencèrent une correspondance de près d’un demi-siècle (1891-1939).

13L’œuvre de Fourès fait écho maintes fois à la guerre, plus exactement aux guerres. Parfois de façon surprenante. Ainsi, dans Cants del Soulelh son évocation plutôt bienveillante dans deux poèmes de la présence sarrasine en 732 : « L’Amir Okba-Ben-Hedjadj joubs la tourre pinto » de Carcassonne (90), qui « brûlant attend, à son passage, Charles l’Austrasien, armé du gros marteau de Thor » d’une part ; « Gazal », chant d’amour, d’autre part (92-94) :

Atal moun amour courrió plé de flambo ;
L’iscarióto mort i a passat la cambo.

  • 6 ...ainsi mon amour allait, plein de flamme ; / la mort sans pitié lui a donné un croc-en-jambe.
    J’a (...)

È fait moun gazal, al miei de cami,
Per bressa l’ malcor e per l’endourmi6.

14Pour autant, Fourès doit être d’abord perçu comme un pacifiste et un internationaliste, qui chante dans son Cant de Raço la « Raço latino… belo raço bristoulado, superbo raço del Mièchjoun » et salue par ailleurs la Marianno latino, évoquant ceux qui « pétrirent dans le temps votre race, - Gaulois, Grecs, Romains, Maures enfin ! » (23 et 115).

15Par un manifeste inclus dans La Lauseta de 1877, As Troubaires, Fourès en appelle à la mémoire de Guiraudo de Labau (Guiraude de Lavaur), châtelaine du lieu jetée vivante dans un puits par la soldatesque (« soudards crousats ») de Montfort, « aquel loup afric al nostre sang », lors du siège de la ville (1211)… De même, dans Les Cants del Soulelh (1891), trouvons-nous encore deux poèmes fort caractéristiques de cet engagement traversant les siècles :

    • 7 Joseph Delteil, autre écrivain audois, marquait, dit-on, d’une croix ce jour chaque an sur son cale (...)

    « A las mouliés que descluquèroun Mounfort », célébration de 25 juin 1218 où Montfort trouva la mort sous les murs de Toulouse insurgée7 - dédié de façon significative « a’n Napol le Pirenean », i.e. Napoléon Peyrat (144-156).

  • « Un Mounfort prussian » qui évoque en 1876 le « bourrèu des Albigeses ». Fourès a retrouvé dans l’Almanach militaire prussien – singulière lecture ! -quelques noms d’origine française, dont un… Montfort (54).

16Fourès se revendique du fédéralisme, doctrine politique prônant l’auto-organisation, on est presque tenté d’écrire de nos jours l’autogestion : de la commune… à la terre entière ! L.-X. de Ricard en sera un des théoriciens, donnant en 1877 Le fédéralisme, lequel sera traduit en castillan par Plà y Mas (et même publié en extrait bilingue dans La Lauseta, 1878, pp. 131-134), puis en 1882 L’Idée latine, lors même que le catalan P. Py y Margall écrit quant à lui en 1876 Las Nationalidades…

17Fourès est un écrivain du terroir, qui puise son inspiration dans le campestre, le pays, la nature… Qu’il s’agisse des poèmes (L’auta, La Segaira nuda – teintée d’érotisme rustique et qui n’est pas sans faire penser à la Vénus d’Arles d’Aubanel, Le Cassoulet, Las dos fuelhos…) ou des brochures spécifiques (La Gueuserie, Les Jeux des enfants du Lauragais, Potiers et poterie du Lauragais), contemporaines des travaux sur le Lauragais ou la Montagne noire du percepteur de Castelnaudary, Lorrain d’origine, Félicien Pariset (1807-1886). Pourtant ses textes sont aussi, d’évidence, très ouverts dans leurs visées. La France y tient une bonne place : un des poèmes des Cants s’intitule ainsi « A la Franço ! » (342-348) :

  • 8 O Maire, sur le monde tu répands – la Sainte liberté que tu forges,... (trad. A. F.)

O Maire, subre l’mounde alargos
La santo Libertat que fargos,8… 

18Dans les même Cants, il célèbre aussi Mulhouse (id, 62-68) :

  • 9 Ton cœur qui s’est ouvert, - versla belle Patrie et vers la République ! (trad. A. F.)

Toun cor que s’es dubert
Vès la belo patrio e vès la Republico9 !

  • 10 Le régiment du XVème de ligne, provençal, sera quant à lui incriminé en août 1914.

19Fourès a dirigé par ailleurs en 1883 sous le titre « Les Félibres. Per l’Alsacio - Lourreno » une anthologie de près de cinquante auteurs, lui même évoquant plus précisèment les « omes d’Estrasbourg que demoroun Franceses ». Cet ouvrage collectif, qui regroupe 42 auteurs (de dialectes divers), est introduit par une lettre de Mistral, louant tout particulièrement les enfants du pays d’oc qui se sont rendus célèbres par leur vaillance en 187010 ; il unit dans un grand élan patriotique français les voix de la droite (Albert Arnavielle), de la gauche (Félix Gras), de l’extrême gauche (Clovis Hugues)… et la sienne propre par deux fois : en tant que Fourès (Le Claroun d’Estrasbourg) et en tant que Cigala de la Libertat (A Bitche) : force est de reconnaître que ces poèmes différent peu par la forme et par le fond.

2. Les principaux continuateurs de l’œuvre : Estieu et Perbosc

  • 11 Fourès figure quand même dans l’anthologie Les poètes du terroir d’Adolphe Van Bever (1871-1927)

20Si la personne et l’œuvre de Fourès sont restées relativement méconnues en dehors de l’Aude et, plus généralement, de l’espace occitan : il eût néanmoins son buste réalisé par Ducuing dans le Grand-Rond de Toulouse en 1898, annonçant celui de Malacan à Castelnaudary en 192711, les continuateurs furent néanmoins assez nombreux. Au premier rang desquels il convient de placer les instituteurs publics Estieu et Perbosc, sortes de jumeaux intellectuels, qui se rencontrèrent pour la première fois aux obsèques… de Fourès (1891). L’événement a été célébré par Perbosc dans un poème daté du 14 décembre 1891, qui figurera dans le premier grand volume d’Estieu, Lou Terradou (Bibliothèque de la Revue Méridionale, 1895, 99) :

A Prosper Estieu

Fraire, nous sèm troubads à-n-uno ouro emtrumado,
Lou cor macad, dabant uno toumbo pla’imado…
Fourès mort, releven soun auriflambo en dol,

  • 12 « A Prosper Estieu » ... Frère, nous nous sommes rencontrés à une heure douloureuse, le cœur meurtr (...)

E cantem, lou cap naut, coumo cantèt lou Mestre,
Tu dins toun lauragès, io dins moun carcinol,
Per nostros liberttas e per nostre campestre12 ! 

  • 13 Cf. la revue Montsegur dirigée par les deux hommes de 1896 à 1904 et mon étude globale (éd. Trabuca (...)

21Tout un programme que les deux hommes vont tenir pendant près d’un demi-siècle13 !

22Prosper Estieu (1860-1939) est natif de Fendeille, village voisin de Castelnaudary ; c’est un disciple revendiqué et reconnu par Fourès qui a préfacé son premier opuscule poétique L’Ecole (1881) et qui, par ailleurs, l’a salué dans un poème des Cants, daté de 1882, « A’n Prousper Estieu » (Bibliothèque de la Revue Méridionale, 1891, 286-288) :

  • 14 Prosper l’Eté, tes noms ne mentent pas, à coup sûr. (trad. A. F.)

Prousper Estieu, tous noums mentissoun pas, sigur14 !

23Dans Las Oras cantairas, Estieu célèbre le « grand peintre du Lauragais », Jean-Paul Laurens (1838-1921) : autant pour ses œuvres paysannes que pour ses toiles historiques qui ornent la salle des Illustres, au Capitole toulousain (Privat-Didier, 1931, 212-213) :

Lo Malastre d’antan, jol celenc Luminari
L’as immortalizat, sublime vezionari
Del pasat Tolozan e dels Emmuralhats !

  • 15 Le Malheur d’autrefois, tu l’as immortalisé sous le céleste Luminaire, visionnaire sublime du passé (...)

Tant-ben ai grand ufan d’èstre ton remiraire,
Ieu, qu’ai cantat suls vièhles castèls desmerletats
La canson dels Martirs del occitan terraire15 ! 

24D’autres poèmes vont dans le même sens de dénonciation de la Croisade contre les Albigeois (224-225) :

Al pòple occitan, prològue de "Ramon de Perelha"

  • 16 « Au Peuple Occitan » prologue de « Ramon de Perelha » Depuis sept cent ans, la Muse d’Oc pleurait. (...)

Desempèi sèt cents ans la Muza d’Oc ploraba
Pòple-martir, tos aparaires afogats
Subre los camps de mortelatge èran tombats,
E tal un flac calelh, ton engenh s’atubada16... 

25Ou encore dans Flors d’Occitania (J. Marqueste, 1906, 204-205, Poème daté de Pau, 27 mai 1901) :

Lo Cantabre

  • 17 « Le Cantabre » Los au Peuple héroïque que nul n’a vaincu et qui, malgré hivers et chaleurs estival (...)

Laus al Pople eroïc que degun n’a matat
E que, malgrat iberns et calors estivencas,
Totjorn a triomfat sus sas serras nevencas !
Lo Cantabre es nascut per viure en libertat...17

26Estieu n’en affirme pas moins son attachement à la France ; en décembre 1901, il écrit ainsi (id, 208-209) :

Als mèstres d’escola audencs
Per festejar lor « Amicala »

  • 18 « Aux Instituteurs Audois » Pour fêter leur « Amicale » ... S’il reste fidèle au parler du terroir, (...)

Se demora fidèl al parlar des terraire,
Lo mainatge aura pas vergonha del araire.
Es atal que la Fransa aura son salvament...18 

27Pour lui, dans las Oras Luscralas (Colètge d’Occitania, 1941, 103) :

  • 19 « Aux Elèves du Collège d’Occitanie » ... le meilleur moyen d’être de bons Français, c’est d’être o (...)

[Que] lo biais lo melhor d’èse de bons Francezes,
Es d’èse fòrt-e-mòrt de verais Occitans19 !

28Rien d’étonnant dès lors qu’il ait pu écrire (sans date) un hymne « Als Mòrts de la Grand Guèrra » assez conventionnel et différent de celui de Perbosc (cf. Infra) :

  • 20 Poème présent dans les archives du Collège d’Occitanie de Toulouse (E, I, IV, 7) en cours d’inventa (...)

Lor bela mòrt a fait triomfar la Patria :
Es lor granda valor qu’a vincut l’Aleman ;
An salvat nòstra rasa am lor santa furia ;
Son mòrts ambe alegria
Per lo bonur uman !20

  • 21 Estieu fait vraisemblablement allusion aux mercenaires allemands défaits à Montgey en 1211 par le c (...)

29Si occitaniste fut-il, Estieu s’est toujours considéré comme un bon Français… La Canson Occitana (Bibliothèque de la Revue Méridionale, 1908) est de part en part une louange de la terre d’oc et de sa résistance « à l’armée de ces sauvages (où) étaient aussi de nombreux Allemands »21 ; elle fait savoir (230-239) :

A la Fransa

  • 22 « A la France » ... Si le Germain se montre, un jour, à ta frontière, à ta frontière j’accourrai ! (...)

Se lo German à cara autiera
Se mostra, un jorn, à ta frontiera,
A ta frontiera correrai !
E, se reven la Malauransa,
Mos dos filhs, ma sola esperansa,
Per t’aparar l’onor, o Fransa !
Sens regrèt te los donarai22 ! 

30En 1914 (un extrait est paru à part en 1912), Estieu va donner Lo Romancero Occitan, reprise de la geste carolingienne et de la légende de Guillaume d’Orange, devenu lo Monge de Gellona. Préfacé par le baron Desazars de Montgalhard, autorité aristocratique de l’Académie des Jeux-Floraux, qui fait d’Estieu « un impeccable artiste et un ardent patriote de la France Occitane » (Jaurès parlait, lui, de « France méridionale »), ce livre de plus de 300 pages représente l’entrée de son auteur dans le monde académique des lettres méridionales. La dite académie couronne aussi en 1905, en même temps que Perbosc pour ses Lauraires e troubaires (pièce maîtresse du Libre del Campestre publié près de 70 ans plus tard, un « poème épique » du provençal Louis Funel (1859-1928), autre instituteur, qui, sous le titre Lou Chaple (le Massacre), remonte à la victoire des Ligures sur... les Romains (Terral, Lo Gai Saber, hiver 2012) !

31Au même moment, Perbosc suit le même chemin épique (une curiosité dans la période, notons-le) avec son Guilhèm de Toloza, qui dans les derniers vers critique « l’aule jargon tudesc » face à son « rèiral parladis » (Edouard Privat editor, 51)… L’ouvrage obtient le prix Pujol créé en 1905 par l’Académie toulousaine et plutôt bien doté (4 500 de nos euros actuels).

32Une question commence à se poser : les félibres « rouges » sont-ils encore rouges ? Un peu sans doute ! Un peu trop encore, puisque en 1909 Armand Praviel, monarchiste affirmé et pilier de l’Académie toulousaine, saura faire une belle place dans L’Empire du Soleil aux trois majoraux ici étudiés, tout en dénonçant le « mauvais Midi », représenté par le montagnard Barrère sous la Révolution, avant d’affirmer (Nouvelle Librairie Nationale, 1909, 140-141) :

Le mouvement félibréen, à notre avis, doit répudier l’anticléricalisme et le républicanisme officiels et combatifs – car ces deux choses sont destructrices de nos véritables traditions et, par contre, créatrices de despotisme et de centralisation.

33En 1911 encore, Estieu mènera campagne pour l’installation d’une statue de la cathare Esclarmonde à Foix contre l’Eglise et une bonne part du Félibrige, Mistral compris.

34Antonin Perbosc (1861-1944), l’homme du Bas-Quercy, s’inscrit pleinement dans le sillage de Fourès et, par bien des points, son œuvre littéraire est voisine de celle d’Estieu, plus riche et originale peut-être, comme pourrait en témoigner « Las Campanas de la Victoria », texte publié dans une brochure, Los Mòrts te parlaran, (1932) :

La guèrra qu’an volguda es la guèrra à la Guèrra
Son morts per nòstra tèrra e per tota la tèrra

Pèira escricha per nòstres Mòrts

O ! posquèsetz enfin a cada campanal
Sonar l’aveniment del ufanos Nadal
De la Patz, redimaira e salvaira des monde !

Acòs per atucar la Guèrra qu’an sofrit
Tot sò que pòd sofrir lo còrps e l’esperit ;

  • 23 La guerre qu’ils ont voulue est la guerre à la Guerre / Ils sont morts sur notre terre et pour tout (...)

… E aqui que borrona beleu,
jol cèl dezentrumit aprèp tant de sornura,
la vinha ont grunara bèla vendemiadura,
la vinha ont culirem los razims que faran
lo vin del Gòt frairal ont los òmes beuran23.

35Le propos de Perbosc est plus universaliste ici que celui d’Estieu. Déjà, en 1898, à l’occasion de l’inauguration à Toulouse (cf. supra) du buste de son mentor Fourès, grand ami de Ricard rappelons-le, il avait clairement indiqué dans son discours (La Terro d’Oc, 1898, 278-285 ; Terral, 2006, 57-64) :

Pour lui, la Patrie, c’est d’abord le Campestre ou la Cité, puis la libre fédération des Cités dans la Province et la fédération des Provinces dans la grande Patrie. L’idée s’agrandit jusqu’à la vision de la fédération future de toutes les nations sœurs d’esprit et de sang. O Patrie idéale ! libre et naturelle union des peuples IberoLatins autour de la Mer Latine, rêve de poètes, espérance que réaliseront des hommes meilleurs et plus clairvoyants que nous ! En attendant, les vraies patries, les patries réelles où les hommes sont groupés, malgré tout, d’après les liens naturels de race et de langue, maintiennent, ici, là, leurs traditions antiques : les Tchèques, les Flamands… 

36On pourrait multiplier les citations de Perbosc sur la guerre, ancienne ou proche… Venons en toutefois à un propos plus singulier : la préface du volume de contes -Contes de la vallée du Lambon, fruits de ses collectes « folkloristes » avec ses jeunes élèves de Comberouger en Lomagne-, datée du 31 août 1914, jour de la mort de Jaurès (136-137) :

Voulez-vous savoir à quoi je songe ? A cette formulette douce et triste que vous connaissez bien …), à ses six vers mystérieusement émouvants même pour les enfants qui les répètent sans pouvoir en saisir le sens profond :

  • 24 Margarideta aux cheveux roux, / Combien d’enfants avez-vous / Cinq à la Guerre, / Cinq sous la terr (...)

Margarideto dou pèu rous,
Quants de mainages auètz-vous
Cinq à la guèrro,
Cinq debat tèrro,
Cinq à la hount :
Coumptatz-les pla, que quinze soun24.

Vous , écoliers d’hier, où êtes-vous maintenant ? Hélas ! deux d’entre vous sont déjà « sous la terre » ; sept sont soldats, et demain peut-être, ils seront vraiment « à la guerre ». Vous, écolières, qui êtes maintenant d’alertes et de vaillantes ménagères, quelques-unes des mamans, vous êtes plus de cinq qui allaient « à la fontaine » ou qui, comme dit une variante de la formulette, « gardez la maison ».

  • 25 Cinq qui gardent la maison (trad. H. T.)

Cinq que me gardon la maizoun25.

Oui, vous surtout, vous « garderez la maison », je veux dire la tradition de votre race, et grâce à vous les contes et les chansons des lointaines aïeules refleuriront sans fin sur les lèvres des enfants.

  • 26 Le recueil comporte quelques poèmes tardifs écrits en occitan pour des commémorations locales. Vayl (...)

37D’autres auteurs occitans ont écrit sur la Grande Guerre, ses suites, y compris la seconde guerre mondiale : dans l’héritage de Fourès, dont il fut le premier biographe (dès 1927) mais aussi le « pays » quoique d’un tout autre bord politique (blanc de blanc !), citons Joseph Salvat (1889-1972) qui fut soldat lors de la première guerre et donna post mortem un ouvrage de haute tenue sur son année de prisonnier près d’Hambourg, Mon Diurnal de la Deportacion (1974). Certains ont publié en langue d’oc : par exemple l’abbé gascon Frantz Darblade (1868-1946) avec son Pelut e Blu illustré par Job (1917), Peire Miremont (1901-1979) avec Resouns de Ruhr (1935) ou Jous l’casque (1937), et, plus encore, Marius Jouveau (1878-1949), Capoulié du Félibrige (1922-41), dont La Flour au casco (1919) s’ouvre par une vigoureuse préface sur L’Escolo dóu Boumbardamen. D’autres, comme Joseph Vaylet (1894-1982), prolixe auteur rouergat, passe au français pour ses « poèmes de guerre » de Gloire et Misère (Espalion, Amis du Musée, 2015)26, car, d’une part, ses compagnons de tranchée à qui il lisait ses œuvres n’étaient pas tous occitanophones, tant s’en faut, et, d’autre part il convenait de montrer que, « pour un félibre, parlant sa langue maternelle » méprisée voire interdite d’écriture, « la langue d’Oc ne lui a pas nui pour pratiquer la langue d’Oil » (9-10). De même Joseph Gayssot (1874-1949), modeste cultivateur à Castanet (Haute-Garonne) et plusieurs fois lauréat de l’Académie toulousaine pour des poésies amoureuses et champêtres (1905), cesse-t-il d’écrire en langue d’oc avec la guerre de 1914… Chacun sait combien la Grande Guerre a représenté une date charnière dans la francisation linguistique du pays : l’auteur de ces lignes, enquêtant vers 1975 dans le Gard rhodanien, eût le plaisir de rencontrer un homme âgé présenté comme « le premier qui avait parlé en français au village » ; en effet, montant en train dans la basse Ardèche voisine (ou haute Uzège !), le bambin se mit à brailler dans un charabia dont l’occitan était la base : « voli ana à ma tatau » (« voli anar a mon ostau ») ; un galonné du compartiment reprit vivement la mère, lui enjoignant d’apprendre désormais la « langue de la Patrie » à son enfant ; ce que, rouge de honte, elle fit quand elle revint… « à sa maison » !

Conclusion

38Chez les auteurs considérés comme relevant du « Félibrige rouge », le trio Fourès, Estieu, Perbosc tout particulièrement, le verbe occitan sert à approcher la guerre sous diverses formes dans un esprit volontiers humaniste et internationaliste (« latin » tout d’abord) : guerres passées, au premier rang desquelles il faut placer la Croisade contre les Albigeois et la résistance à celle-ci en écho ; guerre présentes, sous un jour parfois cocardier (Per l’Alsacio-Lourreno)… Les unes et les autres servent de support chez eux à un double nationalisme, français et occitan, qui, somme toute, ne déplaisait guère à l’arbitre du Félibrige, le Maître de Maillane lui-même, poète de l’Empire du Soleil par ailleurs.

Haut de page

Bibliographie

Textes

Darblade, Frantz, 1917, Belut e Blu, poèmo en vers gascoun emé cant patriouti, en çò de l’autor, Courrensan (32).

Estieu, Prosper, 1931, Las Oras cantairas, Privat-Didier.

Estieu, Prosper, 1906, Flors d’Occitania, Toloza, J. Marqueste editor.

Estieu, Prosper, 1908, La Canson Occitana, Carcasona, Bibliothèque de la Revue Méridionale.

Estieu, Prosper, 1914, Lo Romancero Occitan, am traduccion franceza, Entroduccion pel Baron Desazars de Montgalhard, Castelnòudari, Societat d’Edicion Occitana.

Fourès, Auguste, 1883, Per l'Alsaço Lourreno, recuèlh patriotic collectiu, Avinhon, Romanillo.

Fourès, Auguste, 1891, Cants del Soulelh, Carcassonne, Bibliothèque de la Revue Méridionale.

Jouveau, Marius, 1919, La flour au casco, pouésio de guèrro, Avignoun, J. Roumanille.

Miremont, Pierre, 1935, Resouns de Ruhr - Echos de la Rhur, Villefranche de Rouergue, impr. Salingardes. 

Miremont, Pierre, [s.d.], Jous l’casque : poezias occitanas emd traduciu en frances d'oui - Sous le casque : poésies occitanes avec leur traduction en français d'oui, Rodez, impr. Subervie.

Mistral, Frédéric, 1930, La gerbe de Mistral à l’autel de Marie. Poèmes et cantiques oubliés, recueillis et publiés par le R. P. A. David, Paris, Bloud et Gay.

Perbosc, Antonin, 1908, Guilhèm de Toloza, Toloza, Edoard Privat editor.

Perbosc, Antonin, 1932, Lo Got Occitan, Biblioteca occitana de Mont-Segur, Toulouse, 1903 ; Toulouse, Privat - Paris, Didier.

Perbosc, Antonin, 1914, Contes de la vallée du Lambon recueillis par la Société traditionniste de Comberouger, traduits par M. Antonin Perbosc, bibliothécaire de la ville de Montauban, Montauban, Paul Masson Libraire-éditeur.

Perbosc, Antonin, 1932, Los Mòrts te parlaran, XIII Novembre MCMXXXII, Montauban, Imprimerie coopérative, 15 p.

Peyrat, Napoléon, 1877, Les Pyrénées, Romancero, Paris, Grassart.

Salvat, Joseph, 1975, Mon Diurnal de la Deportacion : 1944-1945, préface par Ernest Nègre, Toulouse, Gai Saber imprimerie.

Van Bever, Adolphe, 1911, Les poètes du terroir, Paris, Librairie Ch. Delagrave, t. III.

Etudes

Guiraud, Louis, 1991, Au sujet des Félibres rouges, Nîmes, Imprimerie Bene.

Jourdane, Gaston, 1897, Histoire du Félibrige 1854-1896, Avignon, Roumanille.

Minois, Georges, 2012, Dictionnaire des Athées, Agnostiques, Sceptiques et autres mécréants, préface d’André Comte-Sponville, Paris, Albin Michel.

Praviel, Armand, 1909, L’Empire du Soleil. Scènes et portraits félibréens, Paris, Nouvelle Librairie Nationale.

Salvat, Joseph, 1943, La vie tourmentée de Louis-Xavier de Ricard, Toulouse, Les Frères Douladoure.

Terral, Hervé, 2014, L’Occitanie en 48 mots, Puylaurens, I.E.O. éd.

Terral Hervé, 2006, Antonin Perbosc. Les langues de France à l’école, Canet en Roussillon, éd. Trabucaire.

Haut de page

Notes

1 Quand il dit : c’est du blanc ! quand il dit : c’est du rouge ! les uns crient c’est des cléricaux ! d’autres : ce sont des albigeois ! nombreux les français qui nous croiront séparatistes. Eh ! bien non ! Le Félibrige marche en dehors de tout parti. Le Félibrige est la floraison du pur patriotisme, et est aux antipodes de cette école qui, en ne prêchant que la destruction du bon sens national, est la première cause des malheurs de la France. (trad. H. T.)

2 réconcilier les âmes per le culte fervent des traditions communes, des gloires nationales et de les élever plus que la matière, vers les nobles pensées, avec les enthousiasmes de la sainte poésie. (trad. H. T.)

3 Nous les bons Provençaux / Au suffrage universel / Nous voterons pour l’huile, / Et ferons l’aïoli.

4 Xavier de Fourvières, dans son dictionnaire Lou Pichot Trésor, donne à « fioli » le sens de « clérical, conservateur ». Mistral, dans le Trésor, parle d’une procession des fioles à propos de paysans provençaux allant faire bénir leurs bouteilles de vin.

5 Il publiera dix ans plus tard ses vers en français et en langue d’oc sous le titre « Au bord du Lez ». Sœur de Lydie, Jeanne s’était éteinte quelque temps plus tôt de la « maladie du siècle » ; Fourès, amoureux timide de cette dernière, en sera très meurtri.

6 ...ainsi mon amour allait, plein de flamme ; / la mort sans pitié lui a donné un croc-en-jambe.
J’ai fait mon Ghazel, au milieu du chemin, / pour bercer mon mal de cœur et pour l’endormir.  (trad. A. Fourès)

7 Joseph Delteil, autre écrivain audois, marquait, dit-on, d’une croix ce jour chaque an sur son calendrier des Postes.

8 O Maire, sur le monde tu répands – la Sainte liberté que tu forges,... (trad. A. F.)

9 Ton cœur qui s’est ouvert, - versla belle Patrie et vers la République ! (trad. A. F.)

10 Le régiment du XVème de ligne, provençal, sera quant à lui incriminé en août 1914.

11 Fourès figure quand même dans l’anthologie Les poètes du terroir d’Adolphe Van Bever (1871-1927)

12 « A Prosper Estieu » ... Frère, nous nous sommes rencontrés à une heure douloureuse, le cœur meurtri, devant une tombe bien aimée... Fourès mort, relevons son oriflamme en deuil,
Et chantons, la tête haute, comme le Maître chanta, toi en ton lauragais, moi en mon quercynol, pour nos libertés. (trad. A. P.)

13 Cf. la revue Montsegur dirigée par les deux hommes de 1896 à 1904 et mon étude globale (éd. Trabucaire, 2006).

14 Prosper l’Eté, tes noms ne mentent pas, à coup sûr. (trad. A. F.)

15 Le Malheur d’autrefois, tu l’as immortalisé sous le céleste Luminaire, visionnaire sublime du passé Toulousain et des Emmurés !
C’est pourquoi je suis fier de me dire ton admirateur, moi, qui ai chanté sur les vieux châteaux démantelés la chanson des Martyrs du terroir occitan ! (trad. P. E.)

16 « Au Peuple Occitan » prologue de « Ramon de Perelha » Depuis sept cent ans, la Muse d’Oc pleurait. Peuple-Martyr, tes ardents défenseurs étaient tombés sur les champs de tuerie, et, telle une faible lampe rustique, ton génie s’éteignait... (trad. P. E.)

17 « Le Cantabre » Los au Peuple héroïque que nul n’a vaincu et qui, malgré hivers et chaleurs estivales, toujours a triomphé sur ses montagnes neigeuses ! Le Cantabre est né pour vivre en liberté. (trad. P. E.)

18 « Aux Instituteurs Audois » Pour fêter leur « Amicale » ... S’il reste fidèle au parler du terroir, l’enfant n’aura jamais honte de la charrue. C’est ainsi que la France sera sauvée... (trad. P. E.)

19 « Aux Elèves du Collège d’Occitanie » ... le meilleur moyen d’être de bons Français, c’est d’être obstinément de vrais Occitans !

20 Poème présent dans les archives du Collège d’Occitanie de Toulouse (E, I, IV, 7) en cours d’inventaire au CIRDÒC.
Leur belle mort a fait triompher la Patrie / C’est leur grande vaillance qui a vaincu l’Allemand ; / Ils ont sauvé notre race avec leur sainte fureur ; / Ils sont allègrement morts / Pour le bonheur humain ! (trad. H. T.)

21 Estieu fait vraisemblablement allusion aux mercenaires allemands défaits à Montgey en 1211 par le comte de Foix – ce qui entraînera les vives représailles du siège de Lavaur. Une plaque signale discrètement le fait au lieu-dit Auvezines dans la plaine, près du calvaire.

22 « A la France » ... Si le Germain se montre, un jour, à ta frontière, à ta frontière j’accourrai ! Et si le Malheur revient, mes deux fils, qui sont mon seul espoir, pour défendre ton honneur, ô France ! sans regret je te les donnerai ! (trad. P. E.)

23 La guerre qu’ils ont voulue est la guerre à la Guerre / Ils sont morts sur notre terre et pour toute la terre.

Pierre écrite pour nos Morts
Oh ! Si seulement vous pouviez enfin à chaque clocher / Carillonner l’avènement du fier Noël / De la Paix rédemptrice et salvatrice du monde !
C’est pour massacrer la Guerre qu’ils ont souffert / Tout ce que peut souffrir le corps et l’esprit ;
Et là voilà que bourgeonne peut-être, / Sous le ciel éclairci après tant d’obscurité, / la vigne ont grainera une belle vendange, / la vigne où nous cueillerons les raisins qui feront / le vin de la coupe fraternelle où les hommes boiront. (trad. H. T.)

24 Margarideta aux cheveux roux, / Combien d’enfants avez-vous / Cinq à la Guerre, / Cinq sous la terre, / Cinq à la fontaine : / Comptez-les bien, car quinze, ils sont. (trad. H. T.)

25 Cinq qui gardent la maison (trad. H. T.)

26 Le recueil comporte quelques poèmes tardifs écrits en occitan pour des commémorations locales. Vaylet dit par ailleurs avoir envoyé du Front des poèmes semblables à l’abbé Bessou.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Terral, « Fourès, Estieu, Perbosc : trois « félibres rouges » devant les guerres », Lengas [En ligne], 81 | 2017, mis en ligne le 06 juin 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://lengas.revues.org/1167  ; DOI : 10.4000/lengas.1167

Haut de page

Auteur

Hervé Terral

Professeur émérite de sociologie
Toulouse Jean Jaurès, Laboratoire LISST

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org