Navigacion – Plan del sit

Du poids des langues et des mots dans les situations de guerre

Introduction 
Eléonore Yasri-Labrique

Tèxte complet

Introduction

1Les contributions rassemblées dans ce numéro de la revue Lengas se présentent toutes comme des approches contextualisées s’inscrivant dans le cadre d’une réflexion générale sur les interactions entre la guerre et les langues, « une thématique d’une grande acuité » pour reprendre les termes de Salih Akin qui inaugurait la journée d’études montpelliéraine consacrée à ce sujet. Nous pourrions ajouter que cette problématique planétaire est également d’une actualité permanente et d’une intense complexité. Sans oublier la dimension profondément humaine des conflits qui touchent avant tout les locuteurs des langues dans leur vie au quotidien, dans leur âme et dans leur chair.

2Les huit études présentées ici se caractérisent d’abord par des interrogations communes en lien avec les questionnements identitaires, la nomination (des peuples, des parlers, des lieux, des territoires…), la reconnaissance ou la dénégation de l’Autre, les représentations de Soi en résistance ou en recherche d’équilibre, la violence aussi. Elles sont également marquées par une inscription dans l’Histoire et témoins d’une histoire singulière pour chaque espace exploré : Europe, Caucase, Asie mineure, Asie centrale, Pacifique, Amérique latine, Caraïbes. Chacun des cas abordés se distingue finalement par une forme d’exemplarité qui donne à méditer sur les (re)configurations sociolinguistiques et les adaptations didactiques face à des situations de guerre dans lesquelles les langues et les mots pèsent à la fois comme enjeux et comme instruments de lutte.

1. La guerre en Europe : de la Seconde Guerre mondiale au postcommunisme

3Dans le premier texte de ce volume, intitulé « Le luxembourgeois, enfant naturel de la Seconde Guerre mondiale », Nicolas Lefrançois nous parle d’une langue dont la naissance officielle peut être datée avec une extrême précision : le 10 octobre 1941. Il nous montre comment la proclamation du luxembourgeois en tant que nationalité, en tant qu’ethnie mais surtout en tant que langue du pays, peut être perçue comme acte de résistance, cristallisation de velléités identitaires face au nazisme, signe de différenciation et d’identification, marqueur de représentations sociales, politiques et culturelles. Après avoir resitué la genèse du luxembourgeois dans son contexte historique, l’auteur s’attarde sur cette date fondatrice correspondant au recensement de la population du Luxembourg organisé par le régime nazi et à ce mouvement de réaction quasiment spontanée face à la brutalité de l’envahisseur. L’expression du « trois fois luxembourgeois » renverse la triglossie enchâssée alors établie entre l’allemand (variété haute), le luxembourgeois (variété basse) et le français (variété politique). Elle affirme la prééminence de « notre allemand », langue orale, transmise en milieu familial, face à l’allemand standard, langue écrite utilisée dans tout l’espace germanophone. Elle traduit un éveil identitaire et linguistique, mais non nationaliste, en créant un précédent au sein du monde pangermanique : le rejet de la culture allemande et la revendication d’une identité locale forte marquée par la mise en place d’une reconnaissance des membres de la communauté via la maîtrise du parler luxembourgeois. Celui-ci devient langue nationale en 1984 mais n’est toujours pas langue écrite ni langue de scolarisation malgré des tentatives de normalisation. L’allemand et le français continuent de jouer un rôle important au Luxembourg et les Luxembourgeois, pour qui l’idiome local reste consubstantiel de leur nation et de leur territoire, se définissent de nos jours par un trilinguisme relativement équilibré. Cet exemple singulier de reconfiguration sociolinguistique en situation de conflit armé interroge tout particulièrement sur les comportements linguistiques investis d’une charge politique et sur la langue en tant qu’agent fédérateur d’un projet national et territorial.

4Ces questionnements trouvent des échos significatifs dans la contribution suivante signée par Alexia Kis-Marck qui s’intéresse pourtant à un tout autre contexte. Dans son article « La guerre, des lieux et des noms : l’Ukraine à l’heure de la décommunisation », l’auteure propose d’analyser une situation de renomination dans un espace en guerre à l’est de l’Europe. Plus précisément, la région connait d’importants bouleversements politiques depuis 2013 et un conflit entre l’armée nationale et l’armée séparatiste depuis 2014. On assiste par ailleurs, depuis l’indépendance de l’Ukraine en 1991 et la décommunisation qui a suivi, à un réveil national et une affirmation identitaire qui passent notamment par des changements de noms de lieux (villes et rues). La renomination des odonymes, envisagée comme l’une des conséquences de la guerre, entraîne un réaménagement spatial et une nouvelle lecture sémiotique des territoires urbains dans la mesure où les noms de rues jouent de multiples rôles dans l’organisation de la ville. Au-delà des fonctions d’identification et de repérage ou encore d’orientation, ils sont porteurs d’une dimension identitaire et d’une vision de l’Histoire. Avec la renomination apparaît une nouvelle culture symbolique, en relation avec la décommunisation en Ukraine qui vise à rompre avec le passé soviétique. Se livrent alors une « guerre des monuments » et une « guerre des noms » qui prennent une ampleur particulière avec les lois promulguées le 9 avril 2015 en plein conflit russo-ukrainien, lois ayant pour objectif de renforcer le sentiment patriotique. L’exemple de Dnipro, jadis Dnipropetrovsk, ville centrale autrefois fermée, paraît assez révélateur. C’est en effet une cité touchée directement par le processus de renomination sans qu’il y ait eu consultation réelle de la population qui s’affirme à 56 % contre le changement du nom même de la ville, bien que son surnom soit désormais utilisé. Cette modification témoigne de l’inscription du pouvoir et de sa ligne idéologique dans une sorte de « guerre pour la liberté » à laquelle n’adhèrent pas forcément les personnes interrogées lors d’une enquête menée sur le terrain. Non seulement les transformations des noms de rues n’ont guère d’impact sur les pratiques discursives des interviewés mais elles créent des confusions dans les déplacements quotidiens. Ainsi, à la volonté politique de renommer pour reconstruire le pays, correspond une forme de désarroi des habitants accompagné de divergences d’opinions entre les générations. Il semble que ce soit, malgré sa légitimité, une rupture inaboutie ou inopérante par manque d’ancrage mémoriel, qui s’ajoute aux autres cassures liées à la guerre.

2. Des confins de l’Europe aux terres d’Asie centrale : une mosaïque de tensions

5Le troisième contributeur à ce numéro de Lengas nous propose un texte qui a pour titre « La situation de la langue ossète en Ossétie du Sud et le rôle des conflits de 1920, 1991-1992 et 2008 ». Laurent Alibert nous rappelle que l’ossète est une langue du Caucase appartenant à la famille indo-européenne, proche du persan, qui s’écrit depuis la fin du XVIIIe siècle. Les Ossètes constituent une minorité qui parle son propre idiome ainsi que le russe dans la mesure où ils entretiennent des liens étroits avec la Russie. En Ossétie du Sud, la situation linguistique mais aussi politique est complexe car un conflit oppose les Ossètes aux Géorgiens depuis 2008, avec des racines profondément ancrées dans le passé. L’auteur met en garde contre, d’une part, le révisionnisme de la Géorgie indépendante et, d’autre part, la vision nationaliste ossète, tous deux marqués par des formes de partialité. Un survol historique nous permet de mieux comprendre les sources et les enjeux mais également les conséquences de cette violence. Vers 1920, après la révolution russe, un conflit extrêmement meurtrier pousse les Ossètes du Sud à l’exode. Ils fondent notamment des villages en Ossétie du Nord. La paix s’installe dans le cadre de l’URSS qui mène une politique linguistique et culturelle relativement tolérante avec une co-officialité des trois langues dans les régions ossètes : russe et ossète en Ossétie du Nord, géorgien et ossète en Ossétie du Sud. Mais en 1988 paraît un projet de loi qui vise à abolir sur ce dernier territoire l’usage des autres langues que le géorgien. De grandes manifestations nationalistes ont lieu en 1989. La guerre éclate en 1991 : elle durera un an et demi et se soldera par un rapprochement du Nord et du Sud malgré des tensions liées à la crise économique et à l’accueil des réfugiés. Les deux parties entament toutefois un travail de dialectologie et une réflexion sur la toponymie. Après quelques années d’apaisement, une nouvelle guerre éclate en Ossétie du Sud. Les Ossètes souhaitent une politique linguistique concrète à leur égard. Les années qui suivent sont marquées par des tentatives de la société civile de défendre la langue ossète méridionale mais ils n’obtiennent pas de véritables avancées sur le plan administratif ou culturel. Cet exemple interroge une fois de plus sur la place institutionnelle des langues minoritaires et montre comment elles peuvent être confrontées à des dynamiques contradictoires avec, d’un côté, une expansion de la pratique diglossique (russe et ossète) et, de l’autre, une pratique assez stable de la langue ossète sans qu’il y ait toutefois de méta-regard à son encontre.

6Ksenija Djordjević Léonard s’intéresse également à des conflits majeurs ayant marqué les années 1990, dans les Balkans et l’Asie centrale. Dans son article « La guerre au-delà des langues : ex-Yougoslavie (1991-1999) et Tadjikistan (1992-1997) », elle explore à travers une analyse de discours médiatiques les aspects ethnosociolinguistiques de ces deux guerres civiles profondément meurtrières. Dans les deux cas, l’auteure note la tendance dans les médias français à chercher des raisons ethniques ou linguistiques aux hostilités en cours. Elle dresse également un parallèle avec le conflit russo-ukrainien en indiquant que les langues peuvent investir les débats politiques et participer au déclenchement d’une lutte armée : les langues sont alors des instruments d’hégémonie car chargées de forte symbolique identitaire. Mais par ailleurs, les langues et leurs locuteurs ne sortent pas indemnes des guerres qui aboutissent souvent à une réorganisation des territoires, à des déplacements de populations et à des bouleversements dans les rapports entre majorité et minorités. Ksenija Djordjević Léonard montre aussi comment les langues peuvent être instrumentalisées ou manipulées pour créer du réel, annihiler ou retourner le réel existant. Ainsi les langues sont-elles impliquées d’une certaine manière dans toutes les étapes d’un conflit. En ce qui concerne l’ex- Yougoslavie, l’auteure souligne l’hypermédiatisation de la guerre des années 1990 et les tentatives d’explication du conflit, provoqué de fait par les politiques nationalistes et une volonté de pouvoir des parties opposées. Elle relève l’imbrication ethnique, la définition d’un sentiment identitaire et la fragmentation linguistique. En effet, la langue pourtant unique à l’origine est perçue comme éclatée et multiple après le conflit, ce qui conduit à une reconfiguration politique mais aussi sociolinguistique des territoires de l’ex-Yougoslavie. Au Tadjikistan, indépendant depuis 1991, la situation est différente et on peut parler d’une faible médiatisation de la guerre civile qui a déchiré le pays pendant plus de cinq ans. Deux populations essentiellement y cohabitent : les Tadjiks, persanophones, et les Ouzbeks, turcophones. La situation sociale et économique y est extrêmement difficile et explique les tensions. Mais les médias français mettent en avant l’imbrication des populations et minimisent les autres enjeux qui transcendent pourtant les conflits interethniques. La question ethnique est amplement thématisée alors que les aspects linguistiques sont rarement abordés. Pourtant cette guerre civile aura des répercussions ethnosociolinguistiques avec une tendance à la tadjikistanisation de la société (utilisation de l’alphabet persan…), une modification de la configuration ethnique et linguistique et l’accentuation du déséquilibre entre majorité et minorités. Ainsi, dans ces deux cas exemplaires, alors que les facteurs déclenchants de ces guerres civiles sont essentiellement des logiques de pouvoir, la faiblesse des Etats et la dissension axiologique entre des valeurs culturelles différentes, les médias les analysent souvent dans leur dimension ethnique et sous-estiment le fait que les langues, formes d’expression de la violence, ne sont pas la cause des conflits mais qu’elles en subissent les effets.

7C’est aussi ce que présente Salih Akin dans la contribution suivante intitulée « Langues et discours en situation de guerre : une approche pragmatique et sociolinguistique ». En explorant le contexte kurde selon une perspective interdisciplinaire, il montre comment la langue peut être affectée par la guerre à plusieurs niveaux : statut, évolution, vitalité, reconnaissance des locuteurs, de leur identité et de leurs droits élémentaires… Après avoir rappelé la fonction identitaire des langues et leur capacité à façonner une certaine vision du monde à travers les processus de catégorisation et de nomination, l’auteur insiste sur le fait que les langues transcendent les autres éléments d’une culture car elles ont le pouvoir de les nommer. Il montrera par la suite comment cette dimension influence la réalité des Kurdes qui connaissent un état de guerre permanente et sont confrontés à des systèmes politiques et des orientations linguistiques variables. Pour ce faire, il propose une double approche : la dimension sociolinguistique lui permet d’étudier la reconfiguration du domaine linguistique kurde tandis que la visée pragmatique s’intéresse à l’impact de la guerre sur le discours et du discours sur la guerre. Il note tout d’abord que le Kurdistan est réparti sur quatre pays (Turquie, Iran, Syrie, Irak) et qu’il est formé d’une mosaïque de populations et de langues malgré la volonté d’homogénéisation du paysage ethnique et linguistique kurde. En Turquie, la politique linguistique, répressive et nationaliste, est ethnocentrique et fondée sur l’élément turc. On tend vers l’assimilation forcée des Kurdes à long terme : pas d’enseignement public du kurde, interdiction des prénoms kurdes, effacement des noms de lieux en kurde… Malgré l’ouverture des années 2000 (possibilité d’enseigner le kurde dans des établissements privés en 2004, restitution de certains toponymes en 2012…), Salih Akin parle d’une tentative d’ethnocide linguistique. En Iran, la situation des Kurdes oscille entre dénégation et reconnaissance. On constate une tolérance de la pratique de la langue kurde sans qu’elle soit enseignée dans le système public. En Syrie, après une longue période de répression, l’enseignement du kurde est introduit progressivement dans le système éducatif depuis 2011. En Irak, le kurde est langue officielle aux côtés de l’arabe pour la région à majorité kurde qui bénéficie du régime fédéral mis en place depuis 2005. Dans ce contexte, on observe que la transmission intergénérationnelle de la langue est renforcée en cas d’enseignement. Alors que la vitalité du kurde est basse en Turquie, elle est très forte en Irak où l’on est passé d’un bilinguisme instauré à un monolinguisme de fait dans la région autonome. On assiste même à l’émergence d’une nouvelle forme linguistique : le sormancî, langue commune constituée des éléments respectifs de deux dialectes, le soranî et le kurmancî. Il y a donc un projet d’unification nationale à travers la langue. Par ailleurs, en se penchant sur les dénominations ethnonymiques et toponymiques, il explique comment les opérations de renomination du territoire kurde accompagnent une prise de possession linguistique de ce dernier. Après avoir mené une analyse contrastive de ce qui se passe en arabe, persan et turc pour nommer le territoire kurde, il précise que le toponyme « Kurdistan » est utilisé en Iran mais que c’est l’usage des points cardinaux qui prévaut dans les autres pays, ce qui marque une volonté de déshumanisation et de dépolitisation des territoires kurdes pour les rattacher aux pays qui les contrôlent. Il mentionne également une « guerre des mots » jusque dans les instances du Conseil de l’Europe : certains rapports concernant la population kurde de Turquie sont amendés, avec suppression de termes embarrassants pour le régime turc. On comprend mieux à quel point les langues et les mots pèsent dans ces situations de conflit armé comme dans les harangues politiques ou les négociations diplomatiques. La langue en discours peut alors être perçue comme une arme de guerre car elle agit sur les représentations et peut aussi servir comme moyen de gestion du conflit.

3. Du Pacifique à l’Amérique latine : des guerres civiles qui taisent ou disent leur nom

8Le sixième article de ce volume fait écho à différents niveaux aux réflexions de Salih Akin. Dans cette contribution ayant pour titre « Les langues kanak, un enjeu très politique », Françoise Roche nous propose un panorama de la place des langues kanak en Nouvelle-Calédonie pendant les événements des années 1980, sans oublier de rappeler les circonstances antérieures et les répercussions de cette période conflictuelle. Après avoir resitué dans son contexte la configuration linguistique des Kanaks qui parlent plusieurs langues, plusieurs dialectes et un créole, l’auteure nous présente une situation de déni de droits sur ce territoire de la Nouvelle-Calédonie, autrefois colonie de l’empire français, aujourd’hui collectivité d’outremer. Les premières années de la colonisation ont été marquées par des révoltes et des insurrections de la population locale face aux spoliations organisées par le nouvel arrivant qui impose la domination linguistique du français. Après 60 ans de calme en dépit de la politique de ségrégation et d’assimilation qui conduit au bannissement des langues kanak des écoles et du monde de l’édition, le décret d’interdiction d’enseigner et de publier est levé progressivement à partir de 1984. C’est une évolution d’abord lente puis violente qui aboutit à une guerre civile « qui ne dit pas son nom ». Les étudiants kanak partis en métropole en reviennent politisés, porteurs de revendications politiques : ils demandent l’indépendance ; économiques : ils exigent la restitution des terres spoliées ; culturelles : ils militent en faveur de la revalorisation des langues et des cultures kanak. Le conflit qui les oppose à la population caldoche, dont une partie constitue une frange extrémiste, s’étale de 1984 à 1988, avec de nombreux affrontements armés et des assassinats dramatiques qui se poursuivront au cours des mois suivants. En mai 1988 s’ouvrent des discussions qui dureront plusieurs mois et aboutiront aux accords de Matignon-Oudinot, stipulant un rééquilibrage économique et culturel en faveur des Kanaks. Cela débouche en particulier sur la sauvegarde du patrimoine littéraire en langues locales. Dix ans plus tard sont signés les accords de Nouméa qui entérinent la primauté du peuple kanak et la volonté de rassemblement des habitants de la Nouvelle-Calédonie. La normativisation des langues territoriales interviendra à partir de 2007. Tous ces événements témoignent d’un enjeu identitaire profond : la reconnaissance du droit à pratiquer sa langue est une revendication qui rappelle l’appartenance à un groupe et l’attachement à celui-ci et qui, dans ce contexte, exprime la contestation de la présence française. Toutefois, proposer un nouvel équilibre passe également par des tâches à réaliser (par exemple, l’inventaire du patrimoine du peuple mélanésien) et des obstacles à surmonter (quelle faisabilité pour enseigner les langues locales à l’école ?). Des établissements populaires avec enseignement en kanak apparaissent dans les années 2000 et proposent un modèle original au niveau du système scolaire mais cette expérience militante est finalement temporaire. Ces démarches s’accompagnent également d’une réflexion sur les toponymes avec une tentative de redénomination pour retrouver les noms d’avant la francisation et révèlent un conflit pluridiglossique installé et permanent. On assiste à une baisse notoire de la transmission intergénérationnelle même si on note des formes persistantes de résistance et de résilience. Cet article nous rappelle que la langue n’a pas seulement une valeur symbolique mais que ses locuteurs sont confrontés à des réalités concrètes d’existence sur le terrain. En Nouvelle-Calédonie, le mouvement indépendantiste a permis une prise de conscience de la valeur de leurs langues et de leurs cultures par les peuples kanak. Elles ont grandi en visibilité mais il reste néanmoins difficile de parler d’un « destin commun » tant que l’enseignement des langues locales n’est pas équivalent à celui du français.

9C’est également à une situation sociolinguistique riche en implications didactiques que s’intéresse Bénédicte Pivot avec un texte consacré à l’Amérique centrale : « De la guerre civile aux droits ethnolinguistiques : le cas du Nicaragua ». Elle y interroge les politiques linguistiques et l’impact, sur les reconfigurations sociolinguistiques d’un pays, d’une situation de conflit, en l’occurrence la guerre de la Contra, entre 1979 et 1989. Le contexte historique dans lequel s’inscrit cette guerre civile est essentiellement constitué de trois éléments : le mouvement international de prise en compte des droits des peuples autochtones, les mouvements indigènes en Amérique latine qui luttent pour ces droits (récupération des espaces spoliés, reconnaissance linguistique), le changement des cadres législatifs dans plusieurs états latino-américains. La configuration géographique et ethnosociolinguistique qui prévaut suppose une partition du pays en deux espaces distincts : la partie pacifique, très occupée par les colons avec assimilation des peuples indigènes et domination de la langue espagnole, et la partie atlantique, couverte de forêts, avec une grande diversité ethnique et linguistique, réincorporée toutefois à la fin du XIXe siècle par les colons espagnols et marquée par la présence d’élites lettrées anglophones. Cette réincorporation, douloureuse pour la population, s’accompagne d’une évangélisation morave qui va changer la configuration sociolinguistique du pays. Après traduction de la Bible en miskito, ce parler devient la seule langue indigène écrite, qui se transmet dans les écoles confessionnelles. Parallèlement, les populations créolophones sont scolarisées en anglais. Cela entraîne une déstabilisation de l’écologie linguistique de la zone car les Ramas vont, quant à eux, être évangélisés en créole : ce déplacement linguistique sans scolarisation conduit à un analphabétisme important. Au nord de la partie atlantique, les Miskitos prennent l’ascendant sur les autres peuples tandis qu’au sud, les Créoles non autochtones, scolarisés en anglais, prennent l’ascendant sur les Ramas notamment. Avec cette création hiérarchique sur le plan linguistique et ethnique, le conflit éclate dès 1979 : il oppose le pouvoir populaire sandiniste, marxiste, encore en place aujourd’hui, à une partie de la population costeña (vivant du côté atlantique). En effet, le gouvernement sandiniste, pour échapper au joug de l’impérialisme étatsunien, étend l’alphabétisation en espagnol afin de lutter contre les discriminations envers les natifs. Cette méconnaissance du contexte entraîne une réaction des Miskitos qui veulent retrouver leur autonomie antérieure et prennent les armes contre le gouvernement. Après dix années de combat, l’Etat organise des négociations à égalité pour tous les peuples autochtones. Une nouvelle Constitution est rédigée et une loi d’autonomie est proclamée. Ces mesures font du Nicaragua un cas exemplaire : c’est le premier pays à reconnaître les peuples indigènes et à promouvoir leur droit à développer leur identité, leur langue et leur culture. Cela ne va toutefois pas sans poser un certain nombre de problèmes didactiques liés à la graphisation, à la non-compréhension du système sociologique, à l’importation de modèles occidentaux depuis l’extérieur, à l’accentuation des inégalités entre les langues, au renforcement des attitudes négatives d’auto-dévalorisation… La place des langues à l’école se trouve donc encore aujourd’hui largement questionnée. De plus, la nouvelle politique linguistique entraîne d’autres conséquences : la reconfiguration des rapports ethniques au sein des peuples indigènes devenus officiellement « tous égaux », la reconfiguration des rapports linguistiques de droit (égalité) et de fait (domination ou disparition), la revitalisation des langues locales toujours en compétition avec l’espagnol. Il semble qu’on puisse parler d’échec de l’éducation bilingue mais de nouvelles voies sont à explorer en relation avec un système qui serait certes codifié mais aussi adapté à la situation du pays.

4. Au cœur des Caraïbes : prononcer au risque de mourir

10C’est avec un texte intitulé « Schibboleth, la langue comme arme de détection massive : 1937, le massacre des Haïtiens », cosigné par Arnaud Richard et Renauld Govain, que se conclut ce numéro de la revue Lengas. Les co-auteurs rappellent que l’île d’Hispaniola, découverte par Christophe Colomb dès 1492, colonisée par les Espagnols et administrée plus tard par les Français, se divise aujourd’hui entre deux nations qui entretiennent des rapports conflictuels suite notamment à leurs indépendances « interconnectées ». La République d’Haïti devient indépendante face aux armées napoléoniennes en 1804 tandis que la République dominicaine gagne son indépendance face à Haïti quarante ans plus tard. Depuis lors, les tensions perdurent avec, au début du XXe siècle, une accentuation dramatique qui en 1937 va conduire au massacre de milliers d’Haïtiens sur ordre des autorités dominicaines dans le sillage d’un discours xénophobe du président Trujillo. Pour mieux comprendre cet événement tragique, il faut connaître, outre le contexte historique retracé dans l’article, certains aspects linguistiques concernant la différence de prononciation de certains mots entre les Haïtiens et les Dominicains et l’impact que celle-ci peut avoir dans des situations de conflit. Pour rendre compte de ce phénomène, les deux auteurs font appel à la notion de « schibboleth » qui apparaît initialement dans la Bible en domaine hébraïque. Quand deux groupes (ethniques ou nationaux) partageant la même langue prononcent le même mot de manière différente, il est aisé de reconnaître à quelle communauté chaque locuteur appartient. De même qu’il existe des minorités visibles, on pourrait alors parler de « minorités audibles ». La différence de prononciation, signe de discrimination, peut alors, quand l’Autre devient l’ennemi, se transformer en « arme de détection ». C’est ce qui s’est produit en 1937 au sein de la communauté haïtienne vivant en République dominicaine : dans un contexte de crise économique et d’hostilité envers les travailleurs immigrés, la réalisation phonique du mot espagnol « perejil » (persil) permettait d’identifier les locuteurs haïtiens et d’effectuer contre eux des attaques ciblées, extrêmement violentes. C’est donc à une véritable analyse sociolinguistique que se livrent les co-auteurs de cette dernière contribution, une analyse qui s’appuie sur des éléments phonologiques et pragmatiques pour montrer à quel point la langue peut devenir incriminante lorsqu’elle est prise dans la tourmente d’événements criminels.

Remarques conclusives

11Au-delà des constats dressés par les auteurs face à ces situations de guerre, toutes différentes, chacune exemplaire à sa manière, et des propositions souvent d’ordre didactique mises en œuvre pour apporter des solutions de remédiation face à des expériences de détresse identitaire, les contributions présentes dans ce numéro montrent bien le poids des langues et le poids des mots lors des conflits, mais également avant (dans les périodes de tensions) et après (dans les périodes d’apaisement et de reconstruction). Certes, elles nous rappellent la difficulté des peuples confrontés à la violence, qu’ils parlent ou non la même langue, qu’ils appartiennent ou non à la même ethnie, et la complexité des rapports conflictuels généralement marqués par des formes d’imbrication et de surenchère : les « guerres dans la guerre ». Mais elles nous montrent également la persistance du lien intergénérationnel, les forces de résistance par la langue et par le discours qui peuvent prévaloir face à l’injustice ou au dénigrement, l’espoir que représentent de plus en plus des tentatives de reconnaissance institutionnelle de l’Autre accompagnées d’une valorisation du Soi autrefois dominé. Les solutions politiques ou pédagogiques évoquées dans ce volume ne supposent en rien une résolution permanente des problèmes, ni même des conflits, elles invitent cependant à méditer sur des perspectives possibles d’un mieux vivre ensemble.

Debuta de pagina

Per citar aqueste article

Referéncia electronica

Eléonore Yasri-Labrique, « Du poids des langues et des mots dans les situations de guerre », Lengas [En linha], 80 | 2016, mes en linha lo 15 décembre 2016, consultat lo 20 septembre 2017. URL : http://lengas.revues.org/1169  ; DOI : 10.4000/lengas.1169

Debuta de pagina

Autor

Eléonore Yasri-Labrique

IEFE, Université Paul-Valéry Montpellier 3

Debuta de pagina
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org