Navigation – Plan du site

La revitalisation du corse ou l’émergence de projets de société concurrents

Romain Colonna
p. 113-132

Résumé

Cette réflexion s’articule autour d’un principe général : la revitalisation linguistique recouvre d’autres enjeux que ceux strictement linguistiques. Le cas de la langue corse est à ce titre riche d’enseignements.
Outre la volonté légitime de maintenir une langue historique, référent identitaire aujourd’hui incontournable, à travers notamment la manifestation d’un « nationalisme culturel » (Boyer, 2006), il semble bien que la question de la revitalisation du corse s’inscrive dans un projet de société qui dépasse largement la seule question linguistique. L’enjeu semble être de dessiner les contours d’une nouvelle citoyenneté, d’ordre culturel, inclusive et non exclusive, une forme nouvelle du vivre-ensemble. L’orientation actuelle des débats politiques locaux va dans ce sens.
Nous proposons d’étudier les termes du débat dans leur version contemporaine et non strictement historique, selon une visée prospective d’une part et d’un point de vue politique d’autre part, et ce pour deux raisons principales. Il y a encore peu en effet, la question de la revitalisation du corse était majoritairement portée et défendue par les mouvements ou associations d’obédience nationaliste. Ce n’est que depuis 2004 que les partis politiques « traditionnels » se sont véritablement emparés de la question et que les habituels clivages ont pu être en partie dépassés. Pour cette raison, il nous apparaît opportun d’interroger la problématique de la revitalisation au regard des politiques en cours et d’interroger ce qui est désormais régulièrement présenté, parfois à tort, comme une question consensuelle. De plus, et de manière étroitement liée à cette précédente remarque, les principales divergences dans le cadre de la revitalisation du corse se sont manifestées au niveau politique. Ainsi depuis le mouvement de réappropriation des années 1970, on ne constate guère, outre le champ politique, des clivages idéologiques rédhibitoires du côté de la militance ou du côté scientifique, contrairement au cas de l’occitan-provençal par exemple. Si l’on peut observer ici ou là des divergences, elles ne sont jamais suffisamment exprimées ou structurées pour faire obstacle à la revitalisation du corse. Il s’agira donc de définir l’actuel consensus politique, mais aussi d’en révéler les limites et les perspectives, à travers un point de vue historique tout d’abord puis à travers le rôle important joué par les universitaires de Corte dans l’évolution, parfois difficile, des représentations du corps politique et social. Cela nous conduira à envisager les différences-concurrences qu’il peut y avoir entre les divers groupes politiques. Ces différences se situent principalement autour des notions de libéralisme et d’interventionnisme linguistiques. Nous faisons l’hypothèse qu’elles révèlent deux visions de la citoyenneté différentes d'une part et qu'elles permettent à chacun des groupes politiques insulaires de se constituer une légitimité distincte face au pouvoir central d'autre part. Cela se manifeste en termes de pratiques comme en termes d’idéologies linguistiques. 

Haut de page

Texte intégral

1Ce dossier de Lengas part de l’idée que les processus de « revitalisation linguistique » recouvrent d’autres enjeux que ceux strictement linguistiques. La langue, à travers le triptyque pratiques-représentations-institutionnalisations, se révèle être la manifestation momentanée d’un processus historique et social. Engager à cet effet une politique de revitalisation suppose d’emblée que la langue concernée par cette attention soit dans un état plus ou moins moribond, résultant d’un déséquilibre linguistique — donc social — la confrontant à une ou plusieurs autres langues. Il ne saurait y avoir de principe de revitalisation sans celui de déclin qui lui est dialectiquement lié. Vouloir revitaliser une langue, c’est poser l’existence d’un déséquilibre et vouloir y remédier, rééquilibrer le partage de l’espace énonciatif et conjointement, c’est vouloir réorganiser l’espace social et les rapports de dominations qui s’y manifestent quotidiennement.

2Ce type de programmes s’insère dans des projets de société plus ou moins aboutis selon les langues. Ils recouvrent des réalités si vastes qu’ils appellent une réflexion générale sur les sociétés dans lesquelles ces langues en déclin évoluent. Le cas de la langue corse apporte à ce titre plusieurs enseignements.

  • 1 Dans le cadre de cet article qui traite précisément des partis politiques corses et de leur rapport (...)

3Outre la volonté légitime de maintenir une langue historique, référent identitaire aujourd’hui incontournable, à travers notamment la manifestation d’un « nationalisme linguistique1 » (Boyer 2006), il semble bien que la question de la revitalisation du corse s’inscrive dans un projet de société qui dépasse largement la seule question linguistique. L’enjeu serait de dessiner les contours d’une nouvelle citoyenneté, d’ordre culturel, inclusive et non exclusive, une forme nouvelle du vivre-ensemble. Nous proposons d’étudier les termes du débat dans leur version contemporaine et d’un point de vue politique. Cela nous conduira à analyser le consensus actuel autour de la langue corse et à envisager les différences-concurrences qu’il peut y avoir entre les divers groupes politiques de la collectivité territoriale de Corse (désormais C.T.C.) qui a en charge une partie de la politique de développement du corse. Nous émettons l’hypothèse qu’elles révèlent à travers le projet de revitalisation du corse deux visions de la citoyenneté différentes.

Pour une analyse contemporaine et politique du débat

Détour historique

4Afin de traiter la question de la revitalisation du corse, nous concentrerons nos efforts sur l’aspect politique et contemporain du débat. La première raison ressortit au fait que la question de la revitalisation du corse se pose avec acuité et de manière conflictuelle surtout dans la période contemporaine, à partir des années 1970 notamment. Avant cette période qui marque une étape importante dans le processus d’acculturation et de francisation de l’île, on ne constate guère, en dehors des deux revues corsophones d’avant la seconde guerre mondiale, A Muvra et L’Annu corsu, de projet suffisamment collectif pour s’opposer à la précarisation du corse comme pratique routinière et à la progression sans discontinuité du français dans tous les espaces énonciatifs qu’ils soient formels ou informels. La revue A Muvra est considérée comme « autonomiste » et s’inscrit dans une perspective liée à l’Italie, tandis que L’Annu corsu est considérée comme « régionaliste » et s’inscrit dans une perspective liée à la France. Si ces deux revues se distinguent par le soutien différent qu’elles affichent, l’une à l’Italie, l’autre à la France, elles ont pour point commun d’envisager le développement du corse dans un rapport tutélaire à une autre langue.

5Aujourd’hui, comme nous tenterons de le voir au cours de cette réflexion, les termes du débat ont changé puisqu’il ne s’agit plus de définir le corse à travers le choix de son assujettissement à un pays ou à un autre mais bien de poser le principe de son développement au regard des principes de la citoyenneté et de la République françaises.

  • 2 Doctrine politique italienne qui revendiquait l’annexion de certains territoires historiquement pro (...)
  • 3 Certains d’entre eux participent à la rédaction d’A Muvra.
  • 4 La sainte croisade.
  • 5 L’alsacien connaîtra le même sort: à cette époque on lui reproche en outre d’être trop proche de l’ (...)

6À cela s’ajoute que dans l’entre-deux-guerres, un courant d’opinion irrédentiste2 se développe dans l’île. Il est soutenu par certains militants culturels et écrivains3 qui ont fait le choix du corse. L’amalgame est rapidement fait. Après la seconde guerre mondiale, une infime minorité d’entre eux sera même jugée à Bastia et se verra infliger de lourdes peines de prison, tandis que d’autres s’exileront en Italie. Commence alors pour le corse ce que les militants de l’époque appelleront « a santa cruciata4 » (Ettori 1982, 339) face à « une sorte de conspiration du silence sur ce qu’on n’appelait pas encore la culture corse » (ibid., 334). Il n’est pas très opportun de prendre fait et cause en faveur du corse après la guerre ; la défense de la langue peut encore être associée à des velléités irrédentistes. Dans ce contexte, aucun parlementaire corse ne fera entendre sa voix lorsque la loi Deixonne de 1951, sur « l’enseignement des langues et dialectes régionaux », exclut dans l’indifférence générale le corse (Fusina 1994). À cette époque, le prétexte utilisé par les autorités pour justifier cette éviction procède de la conviction, dans la représentation nationale, de la complète italianité du corse5.

7Une autre raison qui nous conduit à nous intéresser à l’aspect contemporain du débat relève de la corrélation qu’il y a entre le projet de revitalisation et la conscience de l’obsolescence linguistique. C’est en effet l’état de crise qui engendre à son tour une attention particulière. Or, toutes les enquêtes et études tendent à démontrer la relative bonne santé de l’idiome insulaire jusqu’à cette période charnière de l’après seconde guerre mondiale. Par exemple, en matière de transmission du corse comme langue habituelle aux enfants de cinq ans, on estime qu’en 1914 le taux était de 85 % (Deprez, Filhon & Héran 2002, 4).

8Il faut donc attendre une rupture dans la transmission intergénérationnelle et le renouveau culturel des années 1970 pour qu’une revendication en faveur du corse trouve un nouvel essor. La répartition inégalitaire liée au fonctionnement diglossique est remise en question. L’aspect conflictuel est dorénavant adjoint à la revendication linguistique. Cette dernière s’inscrit dans une contestation générale et dans un contexte régionaliste à forte teneur revendicative. La réponse de l’État est, dans un premier temps, d’élargir la loi Deixonne au corse en 1974. Cette avancée marque la première reconnaissance institutionnelle de l’idiome insulaire. Ainsi, le corse entre dans le cercle des langues dites « régionales » de France.

9Ce bref détour historique nous conduit dans un second temps à envisager la problématique de la revitalisation du corse sous l’angle des institutions politiques puisque les principales divergences contemporaines se sont manifestées au niveau politique.

Un débat politique

  • 6 Les débats sur la langue corse s’invitent fréquemment dans les discussions, qu’elles soient formell (...)

10Ainsi, depuis le Riacquistu, mouvement de réappropriation des années 1970, on ne constate guère, en dehors du champ politique, de clivages idéologiques rédhibitoires du côté de la militance ou du côté scientifique, contrairement au cas de l’occitan-provençal (voir les contributions dans ce numéro de Costa, Dossetto, Gasquet-Cyrus et Martel ; Blanchet 2004 ; Sumien 2009, Costa 2010, 163 sqq.) ou de la Galice (Alén Garabato 2000 ; Boyer 2006) par exemple au niveau orthographique. Si l’on peut observer ici ou là des divergences6, elles ne sont jamais suffisamment exprimées ou structurées en école de pensée pour faire obstacle à la revitalisation du corse. Afin d’étayer cette remarque, nous retiendrons trois faits liés les uns aux autres. Le premier d’entre eux concerne les modalités d’enseignement du corse : l’école publique a concentré la plupart des efforts consentis. Si l’on a pu constater quelques expériences d’enseignement privé et associatif, elles ne sont pas comparables à ce qui a été réalisé en France continentale au sujet du breton, de l’alsacien, du basque, du catalan ou de l’occitan par exemple, avec respectivement les écoles Diwan, ABCM Zweisprachigkeit, Ikastola, Bressola et Calandreta. Nulle structure privée n’est venue s’opposer avec force au système d’enseignement public consacré en 1990 par le seul CAPES monovalent de langue dite « régionale » en France et en 2002 par la création d’un concours bilingue dit « spécifique » du premier degré.

11À travers cet enseignement public, deux autres faits saillants, étroitement liés l’un à l’autre, sont venus homogénéiser l’espace revendicatif et renvoyer la question de la revitalisation à un niveau davantage politique. Il s’agit de la diffusion du concept de langue polynomique (Marcellesi 2003 ; Chiorboli 1990) qui consacre le corse comme une seule langue à l’unité abstraite se réalisant à travers la somme de ses variétés sans hiérarchie normative entre elles. Désormais, la langue corse se trouve normativement légitimée à travers sa pluralité qui ne constitue plus un obstacle à son enseignement, sa diffusion ou sa reconnaissance comme langue. Or, l’histoire des langues, notamment celles minorées, montre que la variation, pourtant intrinsèque à tout usage collectif d’une langue, est très souvent l’argument invoqué pour s’opposer à un mouvement de revitalisation linguistique. Ou, corollairement, c’est ce qui provoque des débats parfois virulents chez les militants ou les scientifiques. Dans un esprit normatif volontiers inspiré par le modèle dominant, la question récurrente qui se pose est la suivante : quelle variété choisir pour l’ériger en norme et standard à diffuser ? Le corse, après l’introduction et la diffusion de la norme polynomique a su contourner cette difficulté normative et représentationnelle pour assurer une normalisation « originale » pour reprendre le qualificatif de Jean-Marie Comiti (2004).

12À cela s’ajoute le volet orthographique. Si quelques débats ont toujours cours, somme toute dans des cercles restreints de spécialistes, la norme orthographique proposée par le manuel Intricciate è cambiarine de Geronimi et Marchetti de 1971 « offre aujourd’hui encore la référence majeure en la matière » comme le rappelle Pascal Ottavi (2008, 85), et ce notamment par le biais de l’institution scolaire et littéraire.

13Pour ces différentes raisons, à la fois historiques et normatives, la concurrence qui est susceptible de se dégager à travers le projet de revitalisation du corse, nous apparaît davantage saisissable dans ses manifestations contemporaines et politiques, notamment à travers la revendication d’un statut d’officialité du corse opposé à l’actuel article 2 de la Constitution française qui dispose que « La langue de la République est le français » et à travers son possible corollaire : une offre d’enseignement du corse généralisée à tous opposée à l’actuel enseignement facultatif. C’est à travers ces questions fondamentales d’ordre statutaire et éducatif qui touchent à la redéfinition de la société insulaire et de la citoyenneté que se dégage en Corse un délicat consensus.

L’officialisation du corse ou le difficile consensus politique

La collectivité territoriale de Corse et la question statutaire

  • 7 Nous soulignons.

14Il y a encore peu la question de la revitalisation du corse était majoritairement portée et défendue par les mouvements ou associations d’obédience nationaliste à tel point que les enquêteurs, écrit Jacques Thiers, étaient suspectés politiquement et « les tenants et les acteurs de la revendication et de l’élaboration linguistiques [...] obligatoirement7 qualifiés de “nationalistes” [...] » (Thiers 1989, 167). Comme nous allons le voir plus bas, ce n’est que depuis 2005 que les partis politiques « traditionnels » se sont véritablement emparés de la question et que le classique clivage autour de la langue corse entre mouvements nationalistes et partis traditionnels a pu être en partie dépassé.

15La C.T.C., en vertu de son statut particulier, suite à la loi de 1991, définit et met en œuvre la politique culturelle en Corse. Logiquement, celle-ci englobe la promotion du corse. C’est dans ce contexte que va émerger à partir de deux votes unanimes en 2005 et en 2007, ce qui peut s’apparenter à un projet minimaliste de normalisation linguistique auquel nous allons nous intéresser à présent. Cette démarche trouve encore plus de sens, semble-t-il, suite aux propos de J. Thiers lorsqu’il écrit que « le vote unanime de cette assemblée [en 2005 puis 2007], les explications de vote, les débats et les termes des résolutions adoptées constituent un corpus discursif et référentiel on ne peut plus explicite à ce sujet » (Thiers 2007, 15).

  • 8 Langue corse: un nouveau souffle.

16Ce processus débouchera notamment sur le vote à l’unanimité des élus régionaux, le 26 juillet 2007, d’un plan de développement de la langue (C.T.C. 2007 a), inspiré très majoritairement par les travaux du conseil scientifique de la langue synthétisés dans le document Lingua corsa : un fiatu novu8 (C.T.C. 2007 b). Le travail du conseil scientifique, présidé par Jacques Thiers et dont Pascal Ottavi était le rapporteur, a eu pour principal effet, et non des moindres, de faire sauter un certain nombre de verrous idéologiques tenaces au sein de la classe politique. Pour autant, l’exécutif territorial avait dès 2005 exclu la question de l’officialité dans le cadre de l’élaboration de ce plan de développement, ce qui a contribué au vote dudit plan.

  • 9 Groupe nationaliste siégeant à l’Assemblée territoriale de 2004 à 2010.

17Néanmoins, la question statutaire s’est de nouveau posée au sein de l’Assemblée territoriale en 2009 à travers une motion portant sur l’officialisation du corse déposée par Corsica Nazione Indipendente9. La motion a été rejetée par 28 des 47 conseillers présents sur un total de 51. Les débats qui ont précédé son vote apportent un éclairage précis sur les différences conceptuelles autour des langues, les rapports de force qui animent chaque groupe politique de l’Assemblée de Corse et sur les interprétations politiques de notions clés de la sociolinguistique. Bien que l’Assemblée territoriale ait été renouvelée peu après ce vote, il s’agit d’un des derniers grands débats politiques ayant concerné la langue corse. Ainsi, plusieurs acteurs ayant participé aux prises de parole siègent toujours dans la nouvelle assemblée. Nous verrons ci-après cependant que les rapports de force politiques ont changé et par conséquent l’approche statutaire vis-à-vis du corse aussi.

18Il convient de préciser tout d’abord le caractère en partie symbolique de tels votes locaux puisqu’en la matière, le droit linguistique est une prérogative nationale et non régionale. L’aboutissement positif d’une motion comme celle observée n’a d’autre but que de tenter d’afficher une unité de la classe politique en faveur d’une évolution statutaire face au pouvoir central réfractaire jusqu’à maintenant à toute modification de ce type et de tenter de créer par la même occasion un espace symbolique souverain et un rapport de force politique avec le pouvoir parisien. La motion soumise au vote le 20 juillet 2009 « affirme solennellement que la langue corse doit bénéficier d’un statut d’officialité [et] demande que les moyens juridiques soient donnés aux institutions de la collectivité territoriale de Corse, afin d’élaborer et de mettre en œuvre ce statut d’officialité ». C’est donc en ces termes qu’ont été dessinés les contours du débat (C.T.C. 2009).

19On peut discerner tout au long des débats les ferments de postures idéologiques diglossiques. Par exemple, les opposants à l’officialisation allèguent la nécessité de développer d’abord la langue puis de l’officialiser en fin de processus. En d’autres termes, il faut que la langue soit vive dans la société pour que l’on puisse envisager son officialisation. Ce raisonnement sous-tend que parce que la loi n’est pas une fin en soi, il est donc inutile d’en voter une.

20Les déclarations des élus se prononçant contre l’officialisation tendent à dire que l’erreur a été de vouloir trop en faire pour la langue et de manière précipitée. Or, plusieurs recherches scientifiques menées à l’égard du corse (Comiti 2005 ; Quenot 2010 ; Colonna 2011) suggèrent inversement que la langue est en partie dans cet état parce que le pouvoir politique ne s’est jamais réellement emparé de la question et n’a jamais défini de politique ambitieuse à son égard.

21Les élus de l’Assemblée territoriale ne semblent pas prendre l’exacte mesure de l’objectif qu’ils déclarent pourtant à l’unanimité : vouloir atteindre une société bilingue, avec le corse parlé par tous et partout au même titre que le français. On peut donc s’interroger si c’est là vraiment leur objectif ou s’il s’agit en fait de postures et/ou de discours consensuels. Sans modification du droit et sans un processus politique de normalisation, cela est impossible. Et soutenir le contraire relèverait a priori de l’utopie, du mythe, voire de l’intoxication et de la désinformation.

22Selon certains élus, associer l’avenir du corse hic et nunc à l’officialisation peut même conduire à sa disparition. Selon une logique fortement empreinte d’idéologie diglossique, le débat est posé sur un mode binaire et exclusif comme l’avait déjà fait remarquer Philippe Martel lors de son analyse du débat consacré aux langues dites « régionales » en France (Martel 2005, 316), alors que la réussite réside bien dans la complémentarité des politiques. Le refus de concéder des droits publics à la langue dominée est ici compensé par « l’amour » que l’on peut lui accorder. Sur la base d’un fonctionnement binaire, conférer des droits au corse apparaît comme une entreprise de délégitimation du français. On en vient à devoir choisir entre le corse ou le français. Et choisir une évolution statutaire en faveur du corse est, dans le cadre de la motion, associé à l’idée violente de mort du peuple corse par certains élus.

23En renvoyant le développement de la langue selon une opposition dichotomique et réductrice avec d’un côté « la volonté populaire » et de l’autre « l’officialisation du corse », les détracteurs de l’évolution statutaire omettent, selon nous, un point fondamental de toute politique linguistique ambitieuse : la complétude. Autrement dit, il ne s’agit pas de confronter l’une à l’autre mais bien de les envisager comme un processus complémentaire, avec un mouvement alimenté « par le bas : la conscience linguistique » (Lagarde 2006, 62), que l’on peut élargir à la pratique populaire, la transmission intergénérationnelle, la création etc. ; et « par le haut : la planification linguistique » (ibid., 61), que l’on peut élargir à la légitimation et la reconnaissance statutaires qui permettent la généralisation et la pérennisation de ces pratiques. Dans le but d’une normalisation linguistique, il ne saurait y avoir l’un sans l’autre selon nous. Les auteurs du rapport Lingua corsa : un fiatu novu insistent pourtant sur ce fait auprès des élus dès 2007 : « C’est l’articulation d’une stratégie globale, dans le cadre d’une approche holistique, sous-tendue par une forte volonté inscrite dans le temps, qui peut garantir quelque espérance de progrès sinon de réussite » (C.T.C. 2007 b, 68).

24On remarque à la lecture des transcriptions du débat que celui-ci a fait apparaître une ligne de fracture assez nette au sein de l’Assemblée territoriale entre ceux qui se prononçaient clairement en faveur de l’officialisation du corse et ceux qui y restaient opposés. Or, depuis le vote de juillet 2005 portant sur un plan de normalisation du corse, à chaque occasion publique, les élus se plaisent à rappeler qu’il y a un consensus unanime de la classe politique autour de la question épineuse de la langue, sans qu’aucun autre élu ne soulève une quelconque objection à ces propos. Il semble que le consensus règne lorsqu’il s’agit d’évoquer une société « bilingue », sans trop savoir ce que recouvre ce mot. En revanche, dès que sont posées les modalités de ce bilinguisme, autrement dit le statut juridique du corse, les clivages semblent s’affirmer avec bien plus de vigueur.

25Les élections régionales de mars 2010, quelques mois après ce débat à l’Assemblée territoriale ont en effet fait apparaître quelques divergences importantes plus perceptibles.

La langue corse, le patrimoine et les élections régionales de 2010

  • 10 Le programme retenu est celui de la liste de Paul Giacobbi du premier tour et non celui de la coali (...)
  • 11 Faisons la Corse.
  • 12 Libre Corse.

26La perspective électorale est d’autant plus intéressante qu’elle suppose une vision réfléchie, dont le but est de séduire et persuader l’électeur. Pour ne pas alourdir la démonstration, nous n’avons retenu que les programmes des quatre listes présentes au second tour des élections. La première d’entre elles est une liste d’union de la gauche avec à sa tête le député Paul Giacobbi10 (36,62 % et 24 élus sur 51) ; puis une liste UMP dirigée par le député Camille de Rocca Serra (27,65 %, 12 élus sur 51) et enfin, deux listes nationalistes, l’une qualifiée de « modérée » par la presse, Femu a Corsica11 et conduite par Gilles Simeoni (25,88 %, 11 élus sur 51) ; l’autre indépendantiste, Corsica libera12, dirigée par Jean-Guy Talamoni (9,85 %, 4 élus sur 51).

27Dans le programme de la gauche (dans l’opposition durant la précédente mandature et actuelle majorité relative), la langue corse est évoquée une première fois de manière laconique puis une seconde fois : « La langue, la culture, le patrimoine, l’art populaire et le savoir-faire méritent d’être préservés pour être mis au service de la cohésion sociale : sentiment d’appartenance, intégration des arrivants, de l’éducation (valeurs partagées), du rayonnement de la Corse, valorisation de notre identité à l’international. » On notera d’une part, l’aspect plutôt déclaratif au sujet de la langue corse — en ce sens nous sommes dans le cadre d’une formulation d’objectifs vagues, sans planification linguistique ; d’autre part, la langue est rangée du côté de la culture, du patrimoine, de l’art etc.

  • 13 «Notre langue», dans le sens de «la langue de chez nous».

28Le programme de la droite (majorité relative durant la précédente mandature et actuellement dans l’opposition) mentionne quant à lui la question linguistique à trois reprises. Une première fois pour rappeler dans son bilan la « reconnaissance des langues régionales dans la Constitution » en référence à l’article 75-1 des collectivités territoriales qui dispose que : « Les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France. » Puis elle déclare vouloir renforcer le patrimoine culturel notamment « En renforçant l’usage di a lingua nustrale13 dans la vie sociale et le rôle du conseil scientifique de la langue corse. » Puis le programme rappellera que la droite a su dégager des lignes de consensus au sein de la C.T.C., sur le dossier de la langue corse par exemple. À l’instar du précédent programme, cette dernière est globalement absente des préoccupations politiques de ce courant. Lorsqu’elle est sollicitée, c’est sans aucune planification et le plus souvent confinée à la rubrique Patrimoine et Culture. Relevons dès à présent l’apparente contradiction dans le programme de l’UMP : le conseil scientifique dont il est fait mention a proposé le plan de développement voté à l’unanimité par l’Assemblée territoriale, or cette dernière, à majorité UMP jusqu’en mars 2010, n’a pas appliqué, ou si peu, ce qu’elle a fait élaborer puis voter.

29Le courant nationaliste (dans l’opposition durant la précédente et l’actuelle mandatures) est logiquement plus enclin au développement du corse puisqu’il en a fait l’un de ses fondamentaux politiques depuis les années 1970. La liste Femu a Corsica l’évoque à seize reprises. Le corse est ici aussi étroitement associé à la culture et au patrimoine : « [...] la langue occupe une place primordiale. Aspect central du patrimoine, ferment de la création, facteur irremplaçable d’intégration et d’ouverture, la langue n’est pas une essence mais elle est essentielle. Alors, la nécessité de la doter d’un statut officiel n’est rien d’autre que cela, mais tout cela, et permettra enfin d’accéder au multilinguisme paisible dont la Corse et le monde ont besoin et qui est la règle partout en Europe et dans le monde ». Les nationalistes en viennent très rapidement à revendiquer un statut d’officialité pour la langue, ce qui n’apparaît à aucune reprise dans les programmes des autres groupes politiques. Puis, un chapitre du programme est consacré à la Langue, Culture et Patrimoine, où la revendication d’officialisation est réitérée et dorénavant déclinée à travers un ensemble d’actions, de type planification linguistique. Le corse n’est plus ici « langue régionale et/ou patrimoniale » participant au fondement de la nation française mais « langue corse » ferment de l’identité insulaire.

30Nous pouvons observer aussi ces nuances dans l’approche patrimoniale de la langue avec le programme de la seconde liste nationaliste Corsica libera. La langue est évoquée près de dix fois. La troisième mesure de l’ensemble du programme a trait à son officialisation. Elle est détaillée dans le projet général toujours selon une logique de planification linguistique. Ainsi, on peut lire dans la partie concernant l’Officialisation et enseignement : « Pour les Corses, l’enseignement de la langue corse est le moyen de conserver un patrimoine immatériel irremplaçable. »

31Bien que l’on puisse lire ou entendre très régulièrement depuis notamment le vote unanime du 26 juillet 2007, qu’il y a un « consensus » de la classe politique insulaire autour de la question linguistique, il semble tout de même nécessaire de nuancer ces propos, notamment sur la question statutaire et sur les différentes approches patrimoniales. C’est aussi la voie empruntée par André Fazi lorsqu’il évoque les politiques de l’identité en Corse. Il articule son argumentation principalement autour de la langue corse et il suggère finalement l’idée d’un « consensus factice » avec certains positionnements de « nature tacticienne ». L’auteur ajoute que « le consensus n’est possible autour de la langue qu’à la condition d’occulter la question du statut juridique de celle-ci » (Fazi 2011).

  • 14 Interview du conseiller territorial Xavier Luciani (Femu a Corsica, nationaliste, opposition), paru (...)

32En prolongeant ces propos, on peut ajouter suite à la mise en place de la nouvelle Assemblée territoriale, une polémique plus récente, datant du mois de janvier 2011. Dans le contexte où plusieurs questions orales au sein de l’hémicycle ont été posées en corse par certains élus, le président du groupe Gauche républicaine a envoyé une lettre au président de l’Assemblée territoriale pour lui demander la mise en place d’un dispositif de traduction, mettant en avant cette anomalie communicationnelle qui priverait une grande partie de la population de la possibilité de comprendre les questions posées et les débats qui s’en suivent. Un élu nationaliste répondait aussitôt par voie de presse14 à cette question posée par le groupe Gauche républicaine. L’argumentation de l’élu nationaliste peut se résumer au fait qu’il considère que cette polémique a le mérite de poser le problème de l’accès de la langue corse à l’ensemble des citoyens. L’élu développe son argumentaire en faveur de ce qu’Henri Boyer analyse ailleurs comme le fait de « poser un acte de liberté de choix, ici bien évidemment à forte teneur symbolique [...] » (Boyer 2002, 166). Dans ces conditions, « il ne s’agit en rien d’ajouter aux fonctions de sa langue identitaire ou grégaire une fonction répressive » (ibid.). Ainsi, l’élu nationaliste évoque le fait que les hommes politiques de l’Assemblée territoriale ont droit de choisir entre le corse et le français afin de s’exprimer et que les citoyens doivent avoir les moyens de pouvoir comprendre. Il ajoutera que le recours systématique à la traduction concerne les langues étrangères et non le corse.

33Cet échange entre les deux élus de la C.T.C., nous renvoie au problème épineux du « choix » et donc du libéralisme linguistique en contexte minoré. Cette question ayant pour toile de fond la citoyenneté.

Le libre choix ou la fracture citoyenne

Une question socialement vive

34Le débat au sujet du corse est de manière systématique articulé autour des notions de libéralisme linguistique et éducatif opposés à une forme d’interventionnisme marquée notamment par l’officialisation du corse et son enseignement obligatoire. Rappelons à ce titre que le régime d’enseignement du corse repose jusqu’à présent exclusivement sur le principe de l’optionalité. La loi de 2002 relative à la Corse a opté pour le dispositif suivant : généralisation de l’offre au primaire et collège et en cas de refus, le devoir pour les familles de le signifier.

35Ce débat s’inscrit dans ce qui peut être qualifié de questions socialement vives et invite à penser finalement la société selon deux conceptions bien différentes. À partir des travaux d’A. Legardez et Y. Alpe, nous pouvons retenir la définition suivante :

Ce sont des questions vives dans la société, [...] qui interpellent les pratiques et/ou les représentations sociales des acteurs scolaires ; elles représentent un enjeu pour la société [...] et suscitent des débats, voire des conflits [...]. Ce sont des questions vives dans les savoirs de référence [...] elles donnent lieu à des débats souvent vifs dans les savoirs savants et/ou les pratiques sociales de référence [...]. (Legardez & Alpe 2001)

  • 15 Fédération des conseils de parents d’élèves des écoles publiques.
  • 16 Associu di parenti corsi (Association des parents corses), majoritaire en Corse aux dernières élect (...)

36À titre d’exemple, une affiche et une plaquette de la F.C.P.E.15 ont circulé dans l’île au cours de l’année 2010. Le slogan qui y figurait était : « Pour un enseignement laïc et non imposé de la langue et de la culture corses. » Opposée à ce genre de considérations, l’A.P.C.16, autre association de parents d’élèves, condamnait aussitôt ce type de discours allant à l’encontre, selon elle, de la langue corse. Cette prise de position a été suivie par une action incendiaire contre la porte du local bastais de la F.C.P.E. où la police a relevé une double inscription :

  • 17 Front de libération national corse.
  • 18 Langue corse officielle.

37« FLNC17 » et « Lingua Corsa ». Cette action a été condamnée par plusieurs personnalités et partis politiques, notamment la section locale du parti communiste dont la porte fut à son tour taguée par des inscriptions : « Lingua corsa ufficiale18 » et « FLNC ». Sans tirer de conclusions hâtives quant aux éventuelles corrélations entre les faits, on constate néanmoins avec ce seul exemple, le climat de tension important qui entoure les questions liées à la langue corse et à son enseignement.

  • 19 Plan d’aménagement et de développement durable de la Corse.
  • 20 Syndicat national unitaire des instituteurs et professeurs des écoles et Pegc-Fédération syndicale (...)
  • 21 Force ouvrière.
  • 22 Associu di l’Insignanti di/in Lingua è Cultura Corsa (Association des enseignants de langue et cult (...)

38La récurrence de ce débat sur l’île a connu un nouvel essor au cours de l’année 2011-2012 lorsque la C.T.C. s’est prononcée cette fois majoritairement en faveur d’un statut de coofficialité pour le corse et l’a définitivement inscrit dans les grandes orientations du futur PADDUC19 votées le 26 juillet 2012 en séance publique. La majorité relative de gauche et les deux groupes nationalistes ont voté pour, tandis que la Droite s’est abstenue. Au cours des mois qui ont précédé ce vote, on a pu constater par voie de presse certaines prises de position, parfois virulentes, allant à l’encontre d’un tel projet d’officialité. Le syndicat d’enseignants Snuipp-FSU20 et FO21 principalement, se sont livrés par voie de presse à une contestation du projet de coofficialité du corse défendu par la C.T.C. à laquelle répondra à son tour l’AILCC22 en prônant, quant à elle, la défense d’un tel statut.

39À l’origine de ces désaccords, se trouve la question du libéralisme linguistique et éducatif. En d’autres termes, les protestataires, au nom de la laïcité et du républicanisme, contestent le principe d’obligation de l’enseignement dans l’Éducation nationale et la mise en corrélation entre compétence linguistique en corse et employabilité. L’opposition entre ces différents courants laisse apparaître deux visions différentes de la société, le tout étant articulé autour des modalités de revitalisation du corse.

Communautarisme ou libéralisme linguistique

40Une partie de l’opposition à l’officialisation du corse se fait selon le principe républicain suivant : seul l’individu est sujet de droit et il doit à ce titre demeurer libre de choisir sa langue et ne pas se voir conjointement imposer l’apprentissage ou la pratique de telle autre langue. Aussi louable soit-il, cet argument fait selon nous abstraction d’une donnée fondamentale : le caractère minoritaire de la langue corse. Autrement dit, en situation de minoration linguistique, le libre choix profite toujours au dominant puisque les contextes qui précèdent ce choix ne sont pas paritaires et les langues ne sont pas socialement égales. Le système de libéralisme glottopolitique a des effets contraignants pour la langue.

41L. Guespin les évoque en ces termes et selon l’hypothèse suivante : le libéralisme glottopolitique peut être un « moyen de pourrissement des problèmes langagiers, donc l’attitude la plus sûre pour favoriser une classe dominante en phase conservatrice » (Guespin 1985, 22). L’auteur parle d’« interventionnisme insidieux » (ibid., 23). Dans ce contexte, il est opportun de rappeler que le non-interventionnisme est une forme possible d’interventionnisme.

42Parler de minoration, c’est parler de facto d’un processus conjoint de majoration. Les langues n’ont aucune valeur intrinsèque. Elles ne sont que le résultat d’un processus social où se jouent en permanence des rapports de force et de domination. Face à la domination, l’interventionnisme linguistique peut être l’une des options envisagée. Il tend à rééquilibrer l’espace énonciatif en donnant des droits à la langue dominée et donc en légitimant l’usage d’une langue en l’officialisant par exemple, « c’est-à-dire politiquement et culturellement légitime, investie d’une sorte d’autorité intrinsèque en tant qu’instrument d’expression autorisé de l’autorité [...] » (Bourdieu & Boltanski 1975, 13). Comment pourrait-il y avoir raisonnablement un développement serein d’une langue sans droits — ou limitée dans son droit — à côté d’une langue concentrant tous les pouvoirs ?

43Pour contester le principe d’officialité du corse, le risque de communautarisme est souvent évoqué. Or, le libre choix a pour conséquence insidieuse de ne favoriser que les plus militants ou ceux qui ont déjà une compétence linguistique. Dans ce contexte, la maîtrise de la langue devient un enjeu stratégique et la possible source de discriminations (Quenot 2010 ; Colonna 2011).

44L’enjeu est bien celui d’offrir le corse à tous et non de le réduire à une portion congrue de la population. De plus, l’exercice d’une langue est forcément communautaire et non individuel. Le philosophe Charles Taylor rappelle que « lorsque la nature du bien requiert qu’il soit recherché en commun, c’est la raison pour en faire une question de politique publique » (Taylor 2009, 81). Assurément, une langue répond à ce type de critère. Et l’on envisage dès à présent l’importance de l’officialisation et de l’enseignement du corse dans le processus de création de lien social.

45Il est donc utile de créer les conditions véritables du choix en rendant paritaires les contextes qui précèdent ce choix. Ce processus qui appelle un interventionnisme législatif — l’officialisation — permettrait donc d’aller au bout de la logique libérale invoquée par l’État. Autrement dit, en donnant réellement la possibilité à l’individu de choisir, il s’agirait pour l’État de s’assurer que les individus disposent « des moyens requis pour mener leur vie, conformément à leurs croyances sur le plan des valeurs, sans craindre ni discrimination ni sanction », comme le rappelle W. Kymlicka qui a proposé une théorie du droit des minorités tout en l’inscrivant dans un cadre libéral (Kymlicka 2001, 122). C’est précisément à ce niveau qu’il faut envisager selon nous toute la tension qui associe la langue minoritaire à celle majoritaire. « Nous ne pouvons exercer nos libertés individuelles — telle est en fait la conviction qui fournit à Kymlicka son argument le plus profond en faveur des droits polyethniques — que dans un contexte qui rend possible un choix personnel et qui lui donne sens » (Mesure & Renaut 2002, 236).

  • 23 Pour davantage de détails sur la genèse et la diffusion du rapport, consulter Quenot (2010, 82 sqq.(...)

46Le problème est bien celui de deux discours sur la citoyenneté qui s’opposent. Le premier repose sur l’exclusion au service de l’Un ; le second s’appuie sur l’inclusion au service du Divers. La diversité considérée comme norme et l’individu renvoyé à son irréductibilité à travers ses appartenances culturelles et identitaires : vaste projet qui nécessite donc de penser une forme nouvelle de citoyenneté. Un des outils susceptibles de venir appuyer cette démarche est de consacrer la citoyenneté à travers le droit culturel et non plus exclusivement sous l’angle civique : fonder le corse comme langue du citoyen. Ce projet fait suite à un rapport de l’université de Corse Langue corse, langue du citoyen, remis en 2004 aux autorités préfectorales et politiques de l’île23.

47Le corse est ici appréhendé comme une nouvelle langue à la disposition du citoyen, dans un souci d’intégration de tous : aussi, la nation, dans sa dimension culturelle, deviendrait-elle un élément central du dispositif citoyen contemporain et la citoyenneté ne serait plus exclusivement civique. Selon ce principe, l’État ne doit pas chercher une neutralité qu’il n’est de toute manière pas à même de faire respecter tant celle-ci est problématique (Colonna 2012). Au regard des récents débats, le corse apparaît donc comme l’enjeu d’une redéfinition de la citoyenneté et des principes essentiels de la philosophie politique appliquée comme le libéralisme, le communautarisme et le républicanisme. La revitalisation du corse, en créant véritablement les conditions du choix à travers un interventionnisme législatif notamment, conduirait paradoxalement vers une redéfinition du libéralisme en contexte minoré.

Conclusion

48Poser la question de la revitalisation du corse en partant de l’hypothèse qu’elle recouvrait d’autres enjeux que ceux strictement linguistiques nous a poussé à étudier les termes du débat linguistique dans sa version contemporaine et selon un double mouvement politique. Politique d’une part, à travers les institutions à proprement dites, avec la collectivité territoriale de Corse ; et politique d’autre part, à travers les notions de la philosophie politique appliquée au statut juridique du corse et à son régime d’enseignement. Aussi avons-nous pu constater la fragilité du consensus autour de la langue bien que celui-ci semble se renforcer autour d’un futur statut d’officialité pour le corse actuellement en discussion à l’Assemblée territoriale de Corse. Au-delà, ce sont bien deux visions opposées de la société qui s’affrontent. Néanmoins, à travers cette concurrence, parfois furtive et difficile à saisir ou au contraire ostentatoire et structurelle, la plupart des acteurs politiques et sociaux se déclarent en faveur de la langue corse. Par conséquent, une question apparaît peu — parfois pas — à travers l’étude des débats, question pourtant essentielle en termes de politique linguistique : quelle est l’efficacité de telle ou telle option dans les différents projets de revitalisation linguistique ? Car l’enjeu nous semble se situer aussi à ce niveau-là. Veut-on ou non que les futures générations de Corses et la société insulaire dans son ensemble puissent s’identifier comme tels à travers la langue corse dans les années à venir ? Le « on » recouvre assurément de nombreuses entités. Cependant, si l’on répond positivement à cette question, la langue corse devra sans doute faire l’objet d’un large et fort consensus qui viendra atténuer les concurrences qui se sont manifestées jusqu’alors. Ce consensus local s’opposera certainement à un autre projet de société concurrent, celui défendu par l’État républicain d’où l’intérêt de poser sereinement et collectivement la question de ce que l’on veut et de l’efficacité des politiques mises en place à cet effet.

Haut de page

Bibliographie

Alén Garabato Maria Carmen, « Le galicien piégé par l’histoire ? La question de la norme », Lengas, 47, 2000, p. 67-95.

Blanchet Philippe, « L’identification sociolinguistique des langues et des variétés linguistiques : pour une analyse complexe du processus de catégorisation fonctionnelle », in Actes du Colloque modélisation pour l’identification des langues et des variétés linguistiques, Paris, 29-30 novembre 2004, p. 31-36, http://archives.limsi.fr/2004/MIDL//actes/session%20I/Blanchet_MIDL2004.pdf
(adresse consultée le 27/08/12).

Blanchet Philippe, « Compte rendu », in Castellotti V. & Huver E. (dir.), Glottopol, 11, Insertion scolaire et insertion sociale des nouveaux arrivants, janvier 2008, université de Rouen, 2008, p. 171-180, www.univ-rouen.fr/dyalang/glottopol/telecharger/numero_11/gpl11_14blanchet.pdf (adresse consultée le 27/08/12).

Boyer Henri, « La “mort” des langues : une question (toujours) d’actualité », Lengas, 51, Montpellier, université Paul-Valéry, Publications de Montpellier 3, 2002, p. 159-168.

Boyer Henri, « Le nationalisme linguistique : une option interventionniste face aux conceptions libérales du marché des langues », Noves SL, Revista de Sociolingüística, 2006.
www6.gencat.net/llengcat/noves/hm06tardor-hivern/docs/boyer.pdf
(adresse consultée le 27/08/12).

Bourdieu Pierre & Boltanski, Luc, « Le fétichisme de la langue », Actes de la recherche en sciences sociales, 1(4), 1975, 2-32.

Chiorboli Jean (dir.), Corti 90, Actes du colloque international des langues polynomiques, Corti, PULA, no 3/4, 1991.

C.T.C., Plan stratégique d’aménagement et de développement linguistiques pour la langue corse 2007-2013. Rapport du président du Conseil exécutif de Corse, voté le 26 juillet 2007. Suivi en annexe de : Lingua corsa, un fiatu novu, Comité scientifique du Cunsigliu di a lingua è di a cultura corsa, 2007 a.

C.T.C., Lingua corsa : un fiatu novu. Comité scientifique du Cunsigliu di a lingua è a cultura corsa dont le président est Thiers Jacques et le rapporteur Ottavi Pascal. En annexe du Rapport du président du Conseil exécutif de Corse relatif au Plan stratégique d’aménagement et de développement linguistiques pour la langue corse 2007-2013, 2007 b.

C.T.C., Débats relatifs à la motion sur l’officialisation du corse, déposée par Jean-Guy Talamoni au nom du groupe « Corsica Nazione Indipendente » lors de la session du 20 juillet 2009, (no 2008/E1/008), 2009.

Colonna Romain, Transformations diglossiques. L’exemple corse, thèse soutenue le 10 novembre 2011, université de Corse, U.M.R. C.N.R.S. 6240 LISA, 2011.

Colonna Romain, « Éléments d’interventionnisme glottopolitique pour un nouveau contrat éducatif », in Territoires et démocratie culturelle : vers un nouveau contrat éducatif, 5e  Congrès de la MESCE (Mediterranean Society of Comparative Éducation), Corte, 4-7 juillet 2011, 2012 (actes à paraître).

Comiti Jean-Marie, « Langue corse : une normalisation originale », Interromania, 2004 :
www.interromania.com/studii/sunta/comiti/normalisation.htm
(adresse consultée le 27/08/12).

Comiti Jean-Marie, La langue corse entre chien et loup, Paris, L’Harmattan, 2005.

Costa James, Revitalisation linguistique : discours, mythes et idéologies, thèse soutenue le 24 novembre 2010, université Stendhal — Grenoble 3, Laboratoire LIDILEM — EA609, 2010.

Deprez Christine, Filhon, Alexandra & Heran, François, « La dynamique des langues en France au fil du xxe siècle », Population et Société, 376, 2002,
p. 1-4.

Ettori Fernand, « Le sursaut d’une culture menacée », in Le Mémorial des Corses, vol. 5, Ajaccio, 1982, p. 334-385.

Fazi André, « Les politiques de l’identité en Corse, ou du consensus et de ses limites », communication au colloque international Les minorités ethniques et linguistiques, richesse et défis, organisé par l’Institut français de Budapest, la Fondation Joseph Károlyi et la Forum Carolus, Fehérvárcsurgó, Hongrie, 9-12 mars 2011.

Fusina Jacques, L’enseignement du corse, Ajaccio, Edizione Squadra di u Finusellu, 1994.

Geronimi Dominique-Antoine & Marchetti, Pascal, Intricciate è cambiarine, Manuel pratique d’orthographe corse, Nogent-sur-Marne, Éditions Beaulieu, 1971.

Guespin Louis, « Introduction », in Winther A. (éd.), Cahiers de linguistique sociale, no 7, Problèmes de glottopolitique, université de Rouen, 1985, p. 13-32.

Kymlicka Will, La citoyenneté multiculturelle. Une théorie libérale du droit des minorités, Paris, Éditions La Découverte, 2001 [1995].

Legardez Alain & Alpe Yves, « La construction des objets d’enseignement scolaires sur des questions socialement vives : problématisation, stratégies didactiques et circulation des savoirs », intervention au 4e Congrès AECSE : Actualité de la recherche en éducation et formation, Lille, 5-8 septembre 2001.

Marcellesi Jean-Baptiste, Sociolinguistique : épistémologie, langues régionales, polynomie, Paris, L’Harmattan, 2003.

Martel Philippe, « Le “patois à l’école” ? Retour sur un débat (xixe-xxe) », Marges linguistiques, 10, 2005, p. 301-317.

Mesure Sylvie & Renaut Alain, Alter ego. Les paradoxes de l’identité démocratique, Paris, Flammarion, 2002 [1999].

Ottavi Pascal, Le bilinguisme dans l’école de la République : le cas de la Corse, Aiacciu, Albiana, 2008.

Quenot Sébastien, Structuration de l’École bilingue en Corse. Processus et stratégies scolaires d’intégration et de différenciation dans l’enseignement primaire, thèse soutenue à l’université de Corse le 13 décembre 2010, U.M.R. C.N.R.S. 6240 LISA, 2010.

Sumien Domergue, « La standardisation pluricentrique de l’occitan : Domergue Sumien répond à Philippe Blanchet », Glottopol, 2009. www.univ-rouen.fr/dyalang/glottopol/telecharger/comptesrendus/reponse-sumien.pdf (adresse consultée le 27/08/12).

Taylor Charles, Multiculturalisme. Différence et démocratie, Paris, Flammarion, 2009 [1992].

Thiers Jacques, « Lingua corsa : un fiatu novu ? », in Revista de Llengua i Dret, 48, 2007, p. 15-35.

Haut de page

Notes

1 Dans le cadre de cet article qui traite précisément des partis politiques corses et de leur rapport à la langue, il est opportun que nous mentionnions pour le lecteur notre candidature aux élections législatives de juin 2012, en Corse, sous la bannière de Femu a Corsica dont il sera question ci-après.

2 Doctrine politique italienne qui revendiquait l’annexion de certains territoires historiquement proches de l’Italie comme la Savoie ou la Corse.

3 Certains d’entre eux participent à la rédaction d’A Muvra.

4 La sainte croisade.

5 L’alsacien connaîtra le même sort: à cette époque on lui reproche en outre d’être trop proche de l’allemand.

6 Les débats sur la langue corse s’invitent fréquemment dans les discussions, qu’elles soient formelles, informelles, scientifiques ou privées. Nous pourrions même dire sur le ton de la boutade que dans le contexte insulaire chaque locuteur (et non-locuteur) a participé, parfois avec ardeur, à ces débats. À titre illustratif, les colonnes du mensuel Corsica durant l’année 2001 notamment, ont été le théâtre de ces affrontements linguistiques où chaque mois ou presque, universitaires, écrivains, pédagogues, livraient leurs sentiments quant à la langue. Selon une logique similaire, on mentionnera le débat en 1988 qui opposa G. G. Franchi et J. Thiers dans le numéro 25 de la revue Rigiru, dont Pascal Ottavi se fait l’écho (Ottavi 2008, 403 sqq.).

7 Nous soulignons.

8 Langue corse: un nouveau souffle.

9 Groupe nationaliste siégeant à l’Assemblée territoriale de 2004 à 2010.

10 Le programme retenu est celui de la liste de Paul Giacobbi du premier tour et non celui de la coalition de gauche du second tour composé de quatre mouvements présents au premier tour. La démonstration ne souffre pas trop a priori de cette lacune puisque P. Giacobbi est arrivé en tête des listes de gauche au premier tour et a été élu par la suite à la présidence du Conseil exécutif de l’Assemblée territoriale.

11 Faisons la Corse.

12 Libre Corse.

13 «Notre langue», dans le sens de «la langue de chez nous».

14 Interview du conseiller territorial Xavier Luciani (Femu a Corsica, nationaliste, opposition), paru dans l’édition du quotidien Corse-Matin datée du 14/01/2011.

15 Fédération des conseils de parents d’élèves des écoles publiques.

16 Associu di parenti corsi (Association des parents corses), majoritaire en Corse aux dernières élections des parents d’élèves de 2010.

17 Front de libération national corse.

18 Langue corse officielle.

19 Plan d’aménagement et de développement durable de la Corse.

20 Syndicat national unitaire des instituteurs et professeurs des écoles et Pegc-Fédération syndicale unitaire.

21 Force ouvrière.

22 Associu di l’Insignanti di/in Lingua è Cultura Corsa (Association des enseignants de langue et culture corses).

23 Pour davantage de détails sur la genèse et la diffusion du rapport, consulter Quenot (2010, 82 sqq.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Colonna, « La revitalisation du corse ou l’émergence de projets de société concurrents », Lengas, 72 | 2012, 113-132.

Référence électronique

Romain Colonna, « La revitalisation du corse ou l’émergence de projets de société concurrents », Lengas [En ligne], 72 | 2012, mis en ligne le 25 octobre 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://lengas.revues.org/117  ; DOI : 10.4000/lengas.117

Haut de page

Auteur

Romain Colonna

Université de Corse/Università di Corsica

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org