Navigation – Plan du site

La guerre, des lieux et des noms. L’Ukraine à l’heure de la décommunisation

Alexia Kis-Marck

Résumés

Nous abordons, dans cette contribution, la politique de décommunisation relancée en Ukraine en 2015 et son application concrète dans la renomination des villes et des rues. Nous nous intéressons à la façon dont les toponymes sont mobilisés dans le processus de reconstruction nationale et identitaire de ce pays en guerre, pour refonder en profondeur l’histoire et la mémoire collective. Nous examinons plus précisément le cas de la renomination de la ville de Dnipro et de ses rues en interrogeant, dans le cadre d’une enquête de terrain par entretiens, sa population. L’analyse permet ainsi d’évaluer la satisfaction, les tolérances ou les résistances des habitants à la renomination de leur ville et ce que leurs attitudes, face aux nouveaux noms de rues, révèlent de la façon dont les gens vivent le conflit et la nouvelle politique ukrainienne.

Haut de page

Texte intégral

1Cette étude s’intéresse à l’Ukraine, caractérisée depuis 2013 par d’importants bouleversements sociaux, culturels et politiques et, depuis 2014, par une guerre dans la région du Donbass opposant l’armée nationale et l’armée séparatiste. C’est dans ce contexte conflictuel que le 15 mai 2015 des lois condamnant les régimes communiste et national-socialiste sont entrées en vigueur en Ukraine. Ces lois, dites de « décommunisation », interdisent notamment l’utilisation publique et la propagande de symboles soviétiques et prévoient, par ailleurs, de renommer les villes et les rues nommées en l’honneur des dirigeants soviétiques. L’exemple ukrainien nous montre que la guerre se singularise aussi pour être le lieu d’un réveil national et d’une affirmation identitaire qui se manifestent, entre autres activités langagières, dans les renominations de lieux. En partant de remarques théoriques sur la nomination toponymique, cette étude se propose donc d’examiner, dans un premier temps, la politique de décommunisation mise en place en Ukraine en 2015. Notre examen passera en revue les raisons historiques, idéologiques, politiques à l’origine de ces changements et nous nous demanderons dans quelle mesure la renomination toponymique devient une arme de guerre mais aussi le lieu d’un repositionnement identitaire dans un contexte belligérant. Dans un second temps, nous examinerons plus précisément le cas de la renomination de la ville de Dnipropetrovsk et de ses rues en interrogeant, dans le cadre d’une enquête de terrain par entretiens, sa population. L’analyse permettra ainsi d’évaluer la satisfaction, les tolérances ou, au contraire, les résistances des habitants aux changements des noms de lieux. À leurs yeux, ces nouveaux noms se trouvent-ils investis d’enjeux politiques et de mémoire ? Sont-ils l’objet d’affirmations et/ou de replis identitaires ? Notre enquête cherchera à cerner également ce que leurs réactions à la renomination révèlent de la façon dont les citoyens vivent le conflit et la nouvelle politique ukrainienne.

1. La renomination des odonymes comme conséquence de la guerre

  • 1 Les odonymes regroupent non seulement les noms de rue mais également les noms de place, de squares, (...)

2L’acte de nommer, de par son apparente banalité, peut passer inaperçu : nous avons en effet besoin d’un nom pour identifier, décrire et parler des éléments et des personnes qui nous entourent. Les noms sont même souvent appréhendés comme des entités naturelles, stables, presque intrinsèquement liés à ce qu’ils dénomment dans la mesure où ils constituent, selon les termes de Salih Akin (1999, 35), de « puissants moyens d’identification et de reconnaissance sociales ». En nommant, on fait exister et les noms jouent donc un rôle fondamental dans la construction identitaire. Ce raisonnement n’est pas seulement valable pour les noms de famille ou les prénoms : les odonymes1 aussi qui, de surcroît, ont cette particularité d’être « ostentiblement visibles » (Gonac’h 2007, 102), sont d’une importance décisive dans l’organisation spatiale et la construction sémiotique de la ville : ils permettent d’une part, d’identifier un lieu, de se repérer et de s’orienter. D’autre part, ils constituent le « texte de la ville », qui est ainsi donnée à lire, et dans la mesure où ils fixent dans la durée les coordonnées personnelles des individus (adresse, lieu de naissance…), les toponymes revêtent également une fonction identitaire signifiante (ibidem). Mais cette stabilité identificatoire peut se retrouver parfois mise à mal et on se rend compte alors que l’acte de nommer et le nom peuvent être problématiques. Aussi, le destin des toponymes semble étroitement lié à l’actualité politique dans la mesure où la guerre, les révolutions ou un changement de régime peuvent en effet conduire à la contestation de noms et/ou à des processus renominatifs. En effet, la guerre conduit très souvent à la disparition d’un régime et à l’instauration d’un nouveau qui aura pour premier défi de bâtir et faire reconnaitre sa légitimité en remplaçant, selon Gill (2005, 480), la culture symbolique du régime déchu par une plus adaptée aux valeurs qu’il défend. La création de cette nouvelle culture symbolique passe par la renomination des noms de rue et de lieux qui sont essentiels, explique Gill, car ils combinent un sens géographique et psychologique de la direction et de la localisation. La fonction d’orientation inhérente au nom de rue peut en effet également être lue de façon symbolique : ils permettent ainsi à tout citoyen, qui est quotidiennement en contact avec ces noms, de « suivre le chemin tracé » et ainsi, de se situer identitairement et idéologiquement. Pour Salih Akin en effet (1998, 11),

le fait de sélectionner un nom parmi une variété infinie fait nécessairement intervenir des choix manifestes qui font apparaître des préférences culturelles, sociales, politiques, historiques, etc. La dimension langagière de ces préférences tient au fait que, en choisissant le nom de tel personnage pour nommer ou renommer telle rue, le nom de tel événement historique pour désigner telle place (…), on tend à doter de sens ces entités territoriales.

3Ayarzahu aussi (1996) défend l’idée que les noms de rue font ainsi rentrer une idéologie dans les pratiques spatiales de la vie quotidienne. Ils sont instrumentalisés pour rendre naturelle une nouvelle écriture officielle de l’histoire nationale qui se retrouve plaquée sur le paysage urbain. C’est la position également soutenue par Siblot (1999, 17) pour lequel la renomination « est aussi destinée à marquer la rupture avec une idéologie qui a longtemps marqué le pays ». En renommant, le nouveau régime célèbre sa victoire et règle ses comptes avec le régime vaincu ; ce faisant, il proclame ainsi le début d’une nouvelle ère et établit à la fois son autorité et sa légitimité. Aussi, pouvons-nous affirmer que la renomination des lieux rentre dans le processus d’édification étatique et nationale qui peut suivre un conflit. Plus que simplement identifier ou permettre le repérage, les toponymes reflètent les différents contextes politiques dans lesquels ils émergent et constituent par conséquent une source d’information précieuse sur l’histoire et les pratiques langagières d’un pays.

2. La décommunisation en Ukraine

4Le conflit armé peut donc aussi prendre la forme d’une guerre des noms qui, en Ukraine, s’exprime notamment par un nouveau processus de décommunisation2 (Декомуніза́ція, dekommunizatsia). Pour bien comprendre ce que signifie la décommunisation, il est nécessaire de rappeler que l’Ukraine fut membre pendant presque 70 ans de l’U.R.S.S. dont l’organisation politique était définie par un parti unique, le Parti Communiste. Considéré, dans ses heures les plus sombres, comme un État totalitaire, le régime soviétique tendait à contrôler, voire à confisquer la totalité des activités de la société et n’admettait aucune opposition organisée. La dissolution de l’U.R.S.S. et la déclaration d’indépendance de l’Ukraine en 1991 ne se sont pas pour autant accompagnées d’une réelle lustration ou d’une désoviétisation du système et des mentalités. La décommunisation de l’espace public fait donc depuis 1991, l’objet de débats récurrents en Ukraine, dans lesquels elle est présentée comme une condition nécessaire à la « rupture définitive avec le passé communiste » (Shukan 2010, 157). Le 9 avril 2015, en plein conflit du Donbass, aussi nommé « guerre russo-ukrainienne »3 en raison du soutien matériel et humain que la Russie apporterait à l’armée séparatiste, le gouvernement ukrainien présente quatre paquets de lois parmi lesquels un projet intitulé « À propos de la condamnation des régimes totalitaires communistes et nationaux-socialistes en Ukraine et l’interdiction de leur propagande et de leurs symboles (Loi n° 317-19)4 » : « Le texte reconnaît que le régime communiste totalitaire de 1917 à 1991 en Ukraine a appliqué une politique de terrorisme d’Etat, d’où l’interdiction de la propagande et des symboles communistes », explique le quotidien ukrainien Den5. Ces lois, promulguées le 15 mai 2015 par le président Petro Porochenko, prévoient donc le changement de nom des localités, rues ou entreprises faisant référence à l’époque communiste. Sont ainsi dénombrés près d’un millier de lieux publics à renommer, parmi lesquels deux Oblasts (régions), trente-deux villes dont une métropole de près d’un million d’habitants, Dnipropetrovsk, devenue Dnipro le 19 mai 2016. Par ailleurs, ces lois prévoient que toute « propagande soviétique » est désormais interdite sur le territoire. Ce qui implique qu’à la bataille pour les noms, s’ajoute une « guerre des monuments ». Le conflit ukrainien a ainsi engendré le démantèlement des monuments à la gloire des responsables soviétiques, en particulier les statues de Lénine, dont la chute à Kiev le 8 décembre 2013, marque le début du mouvement dit du Leninopad qui a fait tomber, officiellement ou par vandalisme, depuis trois ans, plus de mille statues du leader communiste6. Tout comme la renomination toponymique, la « chute des monuments » représente aussi une composante inévitable du changement historique dans la mesure où les statues incarnent un système de valeurs et de symboles pour un pays. Comme nous l’avons souligné plus haut, cette nouvelle modification de l’idéologie considérée comme dominante provoque inévitablement « la destruction des idoles » de l’époque précédente et la « glorification » des nouvelles, à savoir les personnalités ayant œuvré pour l’indépendance de l’Ukraine, au long des siècles ou lors de la révolution du Maïdan7 et qui ont donné leurs noms aux avenues. En éliminant et remplaçant ces traces du passé, le processus de décommunisation constitue par conséquent une refonte profonde de l’histoire, de la mémoire collective et individuelle, et les noms de rues servent de support matériel à la diffusion et à la transmission de ce qui doit constituer le patrimoine culturel et national du peuple ukrainien. Avec cette nouvelle politique de décommunisation, le président Petro Porochenko souhaite ainsi réaffirmer l’indépendance de son pays vis-à-vis de l’ancienne mère-patrie, la Russie, et tracer une ligne de division symbolique entre l’Ukraine post-Maïdan et la Russie de Poutine. Le président, qui fait face au devoir d’intégrer une société déchirée par le conflit en une nation politique espère, en outre, grâce à ces lois, renforcer le sentiment patriotique et national dans le pays. Mais aux yeux de la population ukrainienne, cette nouvelle période de décommunisation ne risque-t-elle pas de porter atteinte à leur identité et à la mémoire du pays ? Penchons-nous à présent sur un exemple de son application concrète en examinant le cas de la renomination de la ville et des rues de Dnipro.

3. L’exemple de Dnipro

  • 8 Toutes les traductions, de l’anglais, du russe et de l’ukrainien vers le français, sont des traduct (...)

5La ville de Dnipro (Дніпро) est située sur les bords du fleuve Dniepr dans la partie orientale de l’Ukraine centrale. Avec une population de près d’un million d’habitants, elle est la quatrième ville d’Ukraine et représente l’un des plus grands centres industriel, commercial et financier de l’Ukraine. Jusque dans les années 1920, la ville s’appelle Ekaterinoslav (Екатеринослав, littéralement « Gloire à Catherine »), en l’honneur de l’impératrice Catherine II, qui fut, avec son favori Potemkine, à l’origine de son édification. Mais en 1926, la ville prend un nouveau nom soviétique - Dnipropetrovsk, un mot-valise fusionnant l’appellation du Dniepr, le fleuve, et le nom de l’officiel soviétique de haut rang - Grigory Petrovski, leader bolchévique et chef du gouvernement soviétique ukrainien pendant les années 1930. Le nom de Petrovski reste associé, aujourd’hui encore, à l’exécution de la terreur stalinienne des années 1920-1930. Ville centrale, située ni à l’Ouest, ni tout à fait à l’Est, Dnipro a toujours été considérée comme une ville un peu à part en Ukraine. Centre de l’industrie aérospatiale, elle abrite pendant la période soviétique une usine militaire de production de fusées, classée top secrète, et la ville fut donc fermée aux étrangers à partir de 1951 pour n’être réouverte qu’en 1989. Cette image d’une ville à la fois centrale et fermée se révèle également dans les positionnements politiques de la population, ni pro-européenne ni pro-russe, ce qui a conduit l’historien ukrainien Andrei Portnov à dire d’elle qu’elle est « idéologiquement indéterminée et amorphe8» (2015, 64). Pendant la période de l’Euromaïdan à Kiev, la ville opte pour ce que Portnov nomme son « approche pragmatique habituelle, “wait and see” ». Depuis le début de la crise et du conflit à l’Est, elle n’a donc pas connu d’événements aussi dramatiques que ceux vécus par les autres grandes villes de Kiev, Odessa ou Donetsk. Mais face à l’escalade du conflit en Ukraine et la politique russe sur la Crimée, la montée des violences a mis fin à la passivité publique de Dnipropetrovsk et on a vu la ville se parer de milliers de drapeaux nationaux, de vyshyvenkas (chemisier traditionnel ukrainien), ou d’affiches aux couleurs de l’Ukraine et sur lesquelles étaient écrits des slogans patriotiques. On a parlé alors d’une soudaine conversion au patriotisme de Dnipropetrovsk et cette nouvelle ukrainïté de la ville a dressé un fort contraste avec les villes voisines de Donetsk et Lougansk. Le conseil municipal a ainsi voté en avril 2014 la renomination de la « Place Lénine » en « Place des héros de Maïdan » et la démolition du piédestal de l’ancienne statue de Lénine (détruite par des manifestants le 22 février 2014). Le 30 janvier 2016, la statue de Grigori Petrovski, qualifié de « bourreau soviétique » est déboulonnée et retirée de la place de la gare de Dnipropetrovsk.

6Dnipro est donc, de par sa taille, le nombre de ses habitants et de ses rues, la plus grande ville touchée par le processus de renomination qui découle des lois de décommunisation. Pourtant, la renomination de la ville n’a pas fait l’objet d’un référendum ou d’une consultation officielle publique. Seuls un sondage sur le site Internet de la mairie et une discussion informelle sur les réseaux sociaux ont été proposés à la population afin qu’ils se prononcent pour le choix du nouveau nom à attribuer à la ville9. Le sondage de la mairie permet cependant de contaster que la majorité des votants se sont prononcés contre le changement de nom dans la mesure où 56 % ont voté pour que le nom demeure Dnipropetrovsk. C’est donc contre l’avis majoritaire que la ville fut renommée d’après son surnom, qui est aussi son abréviation et le nom du fleuve qui la traverse : Dnipro. Quant aux 1867 rues, places et avenues que compte la ville, 322 ont été touchées par une renomination au cours de l’année 2015-2016. Celles-ci portaient jusqu’alors les noms des figures du communisme, des lieux et dates signifiantes du régime soviétique, des membres du mouvement révolutionnaire, ou encore les mots évoquant l’éthos du régime, comme par exemple la « rue des prolétaires », la rue « de l’armée rouge » ou la « place d’Octobre ». La figure chef du symbolisme soviétique étant Lénine, la grande majorité des changements de noms l’ont impliqué : les nombreuses rues, places, parcs, avenues Lénine de la ville ont été renommés. Ont également été renommées les rues dont la signification idéologique est moins prégnante mais le nom reste évocateur, comme la « rue internationale » ou « la rue de la révolution » par exemple. On constate donc une volonté politique d’effacer et de supprimer les odonymes qui ne sont plus adaptés au contexte politique voulu par les nouvelles autorités, parce que renvoyant à des personnes ou à des événements dont les noms, par leurs potentialités signifiantes, sont considérés comme véhiculant des images négatives. Aussi, peut-on dire qu’on assiste à un phénomène d’épuration symbolique par les noms de rues ou à ce que Gonac’h (2007, 108) nomme un « débaptême » qu’elle définit comme « une pratique qui permet de retirer symboliquement l’histoire de certaines personnalités de la mémoire collective » et de rejeter, par la même occasion, l’idéologie de la période précédente.

7À Dnipro, la première stratégie de la décommunisation a donc consisté à remplacer les noms de rues controversés par de nouveaux noms représentant, le cas échéant, des épisodes glorieux de l’histoire de Kiev et de l’Ukraine, des figures qui ont joué un rôle dans la construction de la nation ukrainienne, des dissidents de l’URSS ou des victimes et des héros de Maïdan. D’autres stratégies de renomination se sont traduites par l’attribution des noms de personnalités locales ayant joué un rôle pour l’édification ou le développement de la ville de Dnipro, par la reprise de l’ancienne dénomination d’avant la période soviétique ou encore, par un procédé de nomination qu’on pourrait qualifier de neutre et qui sert à la localisation (comme par exemple, rue de l’église ou place de la gare). Le tableau qui suit permet d’observer plus en détails quelques exemples de renomination :

Ancien nom

Nouveau nom

Quai Lénine

Quai des Sitch

Place Lénine

Place des héros de Maïdan

Avenue des héros de Stalingrad

Avenue Bogdan Khmelnitsky (chef cosaque)

Avenue Karl Marx

Avenue Dimitri Iarovnitskov (historien de Dnipro)

Parc d’Octobre

Parc de la cathédrale

Rue Komsomol

Rue des anciens Cosaques

Avenue du journal la Pravda

Rue Slabojanski (« route de Kharkiv », ancien nom)

Avenue des héros de la révolution

Avenue Serguei Paradjanov (dissident de l’U.R.S.S.)

Place de Petrovsk

Place de la gare

Avenue de l’armée rouge

Avenue de Prosvita (association nationaliste)

Rue socialiste

Rue Pavlo Tchoubynsky (poète, auteur des paroles de l’hymne national)

8L’analyse des nouveaux noms de rue permet de constater la récurrence de certains thèmes, événements et personnalités, considérés comme l’âge d’or ou les forces de la nation ukrainienne, qui se sont de tous temps opposées à l’emprise russe sur le pays et qu’on retrouve traditionnellement dans l’imagerie nationaliste (les Cosaques, la Sitch, l’hetman Bogdan Khmelnitsky ou encore l’écrivain Taras Chevchenko, grande figure du nationalisme ukrainien). Figures traditionnelles auxquelles viennent donc s’ajouter ceux qu’on considère être les « nouveaux héros de l’Ukraine » : les résistants et martyrs de Maïdan. Les noms de rues ne sont donc pas seulement destinés à leur rendre hommage mais aussi à les immortaliser, à remémorer la portée et la signification de la lutte qu’ils ont menée. En gravant leurs noms sur les plaques et dans le paysage urbain quotidien, le gouvernement souhaite ainsi inscrire sa politique et son action dans la lignée idéologique d’une « guerre de libération ukrainienne » (Lebedynsky 2008, 107), pour l’indépendance du pays, à l’image de celle menée par les Cosaques au 17ème siècle.

4. Enquête auprès de la population de Dnipro

4.1. Une réaction assez négative à la renomination

9La confrontation des objectifs étatiques visés par la renomination à la parole citoyenne semble autoriser la remise en question de l’efficacité de cette politique. Par le biais d’une petite enquête de terrain menée au mois d’août 2016 auprès d’une quinzaine d’habitants de la ville (âgés de 8 à 63 ans, tous résidant de Dnipro depuis plusieurs années), nous avons tenté de cerner leurs réactions et leurs opinions au processus de renomination. Force est de constater qu’aucune des personnes interrogées n’accepte ces changements avec enthousiasme. L’introduction des nouveaux noms rencontre en effet une certaine forme de résistance auprès de la population qui s’accorde à dire que la renomination des lieux ne constitue en rien une priorité et que le pays rencontre des difficultés bien plus grandes, parmi lesquelles mettre fin à la guerre, proposer des emplois ou améliorer le niveau de vie. Il semblerait que jusqu’alors, la renomination n’ait donc eu quasiment aucun impact sur les pratiques dénominatives des habitants. Lors de notre enquête, une habitante nous confiait : « Cette place [Place des Héros de Maïdan], elle pourrait s’appeler n’importe comment, pour nous elle sera toujours la place centrale ». Il faut dire qu’au gré des aléas de l’actualité politique, la ville et ses rues ont déjà connu de multiples changements de noms auxquels les habitants se sont habitués. Depuis qu’elle y habite, la rue d’une des enquêtées a en effet déjà changé trois fois de nom : « Avant c’était la rue de Dnipropetrovsk, puis la rue des héros de Stalingrad et enfin Bogdan Khmelnitsky. On s’habitue mais ça ne change rien ». Les risques de contestation étaient donc limités. De façon générale, les enquêtés ne s’expriment donc ni pour ni contre la renomination car celle-ci n’aurait aucune incidence :

  • 10 Les discours des enquêtés ont été anonymés et sont désignés par « E », suivis de l’ordre dans leque (...)

E310 : Les noms de place, de rues … je m’en fiche, ça change rien. Moi je préférerais juste vivre dans un pays en paix et c’est tout en fait. Je m’en fiche comment ça s’appelle. 

E8 : Ils peuvent changer autant de fois qu’ils veulent ! Avant, l’événement c’était Lénine, donc tout s’est appelé Lénine. Maintenant c’est Maïdan. Et il y aura encore beaucoup d’événements mais on n’aura jamais assez de rues !

E5 : On pense comme toute la ville que c’est vraiment n’importe quoi, car c’est pas le plus important maintenant.

10On constate un décalage entre l’objectif annoncé par le gouvernement et le ressenti général de la population directement concernée. La portée symbolique et identitaire, prêtée à la renomination par les autorités, n’est pas vraiment ressentie par la population et on constate qu’aux vélléités politico-idéologiques prescrites par le gouvernement s’opposent avec virulence des arguments matériels et en particulier, l’argument du pragmatisme et de l’urgence de la guerre à laquelle il faut mettre fin en priorité : « Si l’idée c’était d’unifier la population et de revendiquer l’identité ukrainienne, le message n’est pas passé. Pour l’instant ca change rien pour les gens, au contraire ça remet en question encore plus ce gouvernement qui, en pleine guerre, décide de changer les noms des rues » (E12).

11Tous les enquêtés ont donc déclaré continuer d’utiliser les anciens noms et ce pour diverses raisons : ils ne connaissent pas ou ne se souviennent pas des nouveaux noms et ils avouent ne pas avoir cherché. Beaucoup regrettent de ne pas connaître la grande majorité des personnalités ou événements qui ont donné leurs nouveaux noms aux rues, ce qui leur donne le sentiment qu’on les leur a imposés. Cette absence de consultation et de communication a entraîné la contestation de certains habitants de la ville qui ont réagi assez vivement montrant que la redénomination est un acte fort, perçu parfois comme un abus de pouvoir par la population, comme nous le raconte cet enquêté :

E12 : Il y a eu des actions, des groupes de gens qui étaient contre le changement, ils étaient contre l’idée qu’on change pour n’importe qui en fait, des gens qu’on connaissait pas, du coup, ils ont mis partout sur les panneaux de Karla Marksa [ancien nom de l’artère principale de Dnipro], l’avenue de John Gold. Ils ont collé partout partout, tout le long de Karla Marksa. Et c’était assez marrant parce que du coup personne ne connaissait qui c’était et du coup tout le monde s’est posé des questions et s’est mis à chercher qui c’était, ils ont vraiment attiré l’attention de tout le monde. 

  • 11 Le marchroutka est un système de transport collectif, un minibus qui fonctionne comme un taxi parta (...)

12Il est intéressant de noter que, dans une forme de résistance inconsciente probable, certains usent d’autres stratégies redénominatives n’utilisant ni le nouveau ni l’ancien nom : « On dit souvent la “place de l’ancien Lénine”, là où il y avait l’ancien monument, donc on rajoute ancien » (E7). Ceci étant, le fait que les habitants continuent d’utiliser les anciens noms ne semble pas tant constituer un acte de désobéissance civile ou de contestation que la conséquence d’habitudes bien ancrées et d’un manque d’information sur les nouveaux usages. Certains enquêtés ont porté à notre attention l’absence d’accompagnement de la réforme ou d’outils de communication pour faciliter l’intégration des nouveaux noms ; sans compter que les changements ne sont pas visibles dans la mesure où les plaques ou les panneaux n’ont, en grande majorité, pas encore été remplacés. La renomination n’aurait donc pour eux, aucune conséquence ou alors des conséquences négatives dans la mesure où elle se révèle synonyme de confusion dans leurs déplacements quotidiens. Dans les discours, elle est associée à l’acte de se perdre ou de se tromper de route, ce qui peut aussi être lu de façon symbolique : « J’ai toujours tendance à utiliser le vieux nom, surtout dans les marchroutka11, parce que j’ai toujours peur de me tromper » (E2), « les gens disent : ben c’est où ? On ne sait plus, on se trompe » (E14). Par ailleurs, le fait d’employer le nouveau nom serait perçu comme un acte politique, comme la marque d’un soutien au nouveau gouvernement, déjà très contesté, ce que l’on peut déduire du discours de deux des enquêtées qui prêtent des représentations et attitudes négatives à l’utilisation des nouveaux noms. Elles craignent le regard des gens et expriment leur peur d’être jugées : « Je continue d’utiliser les anciens noms car j’ai peur d’une réaction assez bizarre des gens » (E14). Outre la confusion et le regard négatif porté par les autres, la renomination leur cause surtout des problèmes matériels, non moins essentiels, au premier rang desquels se trouvent l’argument économique et les coûts que va engendrer le fait de faire rééditer leurs documents et papiers d’identité.

4.2. La valeur identitaire du nom de ville

13Il convient de constater que les enquêtés font le départ entre la renomination de la ville et celle des rues ou des places. Sur l’usage, ils déclarent utiliser le nom Dnipro, qui fait déjà partie de leur pratiques dénominatives : « Pour la ville oui, j’utilise le nouveau nom, c’est plus facile, et je suis déjà habituée. C’était son surnom depuis toujours, depuis mon enfance, on a toujours dit Dnipro » (E9). Mais quand il s’agit de comprendre les motivations, les habitants sont partagés sur le changement et/ou sur le choix de ce nom pour leur ville. Le nouveau nom plait davantage à certains, notamment à l’une des enquêtées qui raconte que la première fois qu’elle est arrivée (elle est Russe et est arrivée à Dnipro en 1978), elle ne savait pas qui était Petrovski et ce qu’il avait fait mais elle trouvait que « le nom Dnipropetrovsk n’était pas très esthétique, presque agressif » (elle prononce le nom en imitant le bruit d’une mitraillette). Une autre aime le nom d’origine et aurait préféré que la ville continue de s’appeler Dnipropetrovsk dans la mesure où elle pense que le nom Dnipro ne correspond pas à l’image de la ville (« Dnipro ça fait trop court, je sais pas, c’est pas beau » E8). On constate ainsi une attention portée à la correspondance entre le signifié et le signifiant, entre la forme phonétique et leur représentation de la ville : à une grande ville doit correspondre un long nom. Qu’ils l’aiment ou non, tous semblent surtout plus affectés et concernés par le changement de son nom que ceux opérés pour leur rues, ce qui confère au nom de ville une force d’identification que les noms de rues ne semblent pas revêtir. Pour les enquêtés, le nom de la ville touche à la question de l’identité, de l’intime et de l’autodétermination. La représentation de l’identité reste en général conforme à son étymologie, « ce qui demeure identique ». Alors, comment se définir en effet quand la ville dans laquelle on a grandi et qui fait partie de notre identité, change de nom ?

E8 : À moi par exemple, Petrovski il n’a rien fait, mais je préfère vivre dans la ville où je suis née. J’ai passé toute ma vie ici, c’est ma patrie quoi, c’est Dnipropetrovsk. Je peux pas dire maintenant : « j’habite à Dnipro. C’est où Dnipro ? » Pour moi j’ai du mal. Mais peut être (que) je vais m’habituer.

14Certaines personnes interrogées se disent très attachées au nom d’origine de leur ville et ce malgré le fait que celle-ci ait été nommée d’après une figure accusée d’avoir participé à l’exécution de la grande famine des années 1930 et d’être responsable de plusieurs milliers de morts. Ce qui nous conduit à penser que, contrairement à la génération précédente, il semblerait que les jeunes interrogés, nés après la dissolution de l’URSS, n’avaient pas pris conscience de l’environnement soviétisé dans lequel ils évoluaient. On ne peut que dresser le constat d’une ignorance presque totale des figures du régime soviétique, à commencer par celle de Grigory Petrovski qui a pourtant donné son nom à la ville :

E14 : Les gens de ma génération, on ne les connaît que de noms et on ne peut pas dire grand chose de Kalinine ou Vorochilov (…) On dit qu’on ne connaît pas les personnes qui ont donné leur nom aux rues mais si tu me demandes qui est Petrovski, on ne sait pas non plus. Je sais qu’il était communiste, qu’il était assez cruel, c’est tout ! Je pense que la plupart des habitants de Dnipropetrovsk ne savent pas.

E13 : Mais il était violent… je ne sais pas… il a tué ou il a fait quelque chose de violent avec les gens… je ne sais pas.

E14 : J’ai entendu aussi qu’il était violent mais qu’est-ce qu’il a fait exactement ? Je ne sais pas. 

4.3. De la valeur idéologique des odonymes

15Au cours de notre discussion, deux jeunes enquêtés ont déclaré qu’en décommunisant le pays et en renommant les rues, on « enlevait l’idéologie qui a été imposée il y a longtemps et qui était devenue anachronique depuis longtemps » (E14) : « Y avait trop de Lénine partout, dans chaque école, à chaque place… des milliers de Lénine (…) maintenant on enlève tout ça et c’est bien ». On constate que ces habitants perçoivent dans les odonymes précédents l’imposition d’une certaine vision du monde mais ne voient rien d’idéologique dans le nouveau processus de renomination ou les dénominations qui ont été sélectionnées. Paradoxalement, ils regrettent pourtant que les nouveaux noms attribués aux rues et aux places soient « les mêmes partout » :

E14 : Avant dans toutes les villes, il y avait la rue Karl Marx, Lénine, la rue des Héros de Stalingrad et là, ils refont la même chose par exemple, la rue des fusiliers de la Sitch… j’ai vu qu’à Kiev aussi il y en avait une et du coup, y a encore les mêmes rues partout.

(Moi enquêtrice) : du coup vous n’avez pas l’impression qu’on vous impose une nouvelle idéologie ? Vous me dites « Avant c’était Lénine partout, maintenant c’est Khmelnitsky partout »… c’est le même principe non ?

E13 : … silence … on n’y avait pas réfléchi. Ça ouvre des pistes de réflexion.

16Se pose dès lors la question de savoir si renommer l’espace public revient à remplacer une idéologie par une autre. Pour beaucoup, la décommunisation est synonyme d’ukrainisation et ils ne sont pas forcément pour (« tout ce qui est ukrainien c’est à la mode, tous ces drapeaux, toutes ces vyshyvenkas partout…je n’aime pas trop ça » (E4), « Maintenant c’est à la mode de parler ukrainien alors que jusqu’à Maïdan, si tu parlais ukrainien, on te prenait pour un fou » (E12). Il semblerait ainsi que le paysage soit passé d’un corpus de noms à connotation soviétique et/ou communiste à un paradigme national et patriotique. Avec le remplacement du nom d’une figure du régime soviétique par le nom d’une figure du nationalisme, se trouve ainsi soulevée la question de l’idéologie, définie par Boyer comme « un corps plus ou moins fermé de représentations mobilisé à des fins ostensiblement politiques et de manipulation des esprits » (1998, 10), véhiculée par les odonymes. Pour Ayarzahu, les noms de rue représentent de bons instruments pour imposer, imperceptiblement, à la population ce qui doit être, ou non, réifié ou commémoré, les héros à vénérer, ou les événements qui doivent compter, tant l’utilisation des noms de rue est quotidienne et a priori anodine : « Leur apparente quotidienneté et insignifiance ainsi que leur utilisation récurrente et non réfléchie dans divers contextes, ordinaires et extraordinaires, rendent le passé qu’ils représentent tangible et intimement familier » (1996, 322). Le poids idéologique de la renomination est reconnu et parfaitement accepté par quelques enquêtés qui le trouvent naturel et logique. Pour eux, le changement des noms est essentiel pour la construction d’une nouvelle Ukraine post-maïdan, désoviétisée et unie :

E12 : Le côté idéologique est important pour le pays. Il faut aimer son histoire, être fier de son pays. Et ça c’est un mouvement de base pour fonder une nouvelle attitude envers son pays (…) Quand on donne des noms aux rues c’est parce qu’on veut glorifier quelque chose ou un moment de l’histoire et c’est normal de vouloir glorifier les choses qui sont liées à l’histoire ukrainienne et qui valent pour cette histoire.

17Mais à partir de quand une personnalité doit-elle entrer dans l’histoire d’un pays ? Peut-on commémorer des événements qui ne sont pas terminés ? Ne faut-il pas qu’ils réunissent un consensus sociétal ? Ce sont les questions soulevées par l’une des personnes interrogées qui considère qu’il aurait mieux fallu choisir des noms neutres en attendant d’avoir pu analyser et constater ce que les événements de Maïdan ont apporté à l’Ukraine :

E13 : Pour renommer la place du centre ville [renommée place des héros de Maïdan], si on m’avait demandé, j’aurais trouvé quelque chose de plus neutre ou un événement ou une personnalité qu’on aurait analysé avec du recul. Là, c’est encore d’actualité et je ne pense pas que tout le monde soit d’accord, surtout les personnes plus âgées.

18En héroïsant les personnes qui ont pris part à des événements encore en cours, sans que l’on sache prédire encore exactement les conséquences de Maïdan et du conflit du Donbass, il existe un risque de surinterpréter ou survaloriser trop tôt des personnes ou des événements qui sont controversés. Chaque événement provoque différentes lectures et le fait d’inscrire un événement ou un personnage historique dans le paysage patrimonial de la ville ne signifie pas qu’il y ait un consensus social autour de sa glorification. Comme le souligne Azaryahu (1996, 324), en renommant les autorités décident de ce qui doit être commémoré ou honoré mais elles peuvent difficilement réguler et contrôler les différents contextes dans lesquels le nom est utilisé, l’étendue de son évocation, ou les répresentations que ce passé évoquent : les noms Maïdan, Bandera ou Chevtchenko n’évoquent pas le même souvenir et ne sont pas synonymes des mêmes valeurs pour tous. Raison pour laquelle certains habitants ont déclaré qu’ils auraient préféré que soient choisis des noms neutres, de « beaux noms de fleurs qui ne soutiennent ou ne font penser à rien ni personne » (E1) ; quand pour d’autres, « renommer avec un nom de fleur ou d’arbre, c’est effacer une partie de l’histoire mais rien proposer de nouveau. Je crois que ce n’est pas bien » (E7).

Remarques conclusives

19Pour conclure, on peut constater que le problème de la renomination soulève donc une question plus difficile : que faire du passé soviétique et quelle attitude adopter vis-à-vis de celui-ci ? À ce sujet également, les avis sont partagés et on observe, sans surprise, une fracture générationnelle entre les enquêtés les plus jeunes qui pensent qu’il faut en finir avec ce chapitre de l’histoire au sujet duquel on leur a « déjà dit tellement et tellement » et qui voient un processus cohérent dans la décommunisation (« Ça va être plus logique par rapport à ce qu’on vit parce que si on n’est plus dans l’Union soviétique depuis 25 ans, ça ne sert à rien de garder des traces de l’union soviétique partout » E13) ; et les personnes interrogées plus âgées pour lesquelles regarder vers le futur ne doit pas être synonyme de se débarrasser du passé : « C’est notre histoire et ce n’est pas possible de l’éliminer comme ça. Qu’on le veuille ou non, que ce soit bien ou mal, nous sommes liés à la Russie, une part de notre identité est liée à la Russie, on ne peut pas juste décider de l’oublier et faire comme si ça ne s’était pas passé » (E1). Pour cette génération, les objectifs d’unification du pays et d’affirmation de l’identité ukrainienne que la décommunisation est supposée atteindre, ne sont pas opérants. Tout comme l’idée d’une rupture avec la grande sœur russe leur semble irréaliste : « J’ai pas l’impression que (…) ça coupe le lien avec la Russie. Comment ce serait possible de toute façon ? Ici vivent des Russes ou des gens qui ont tous leurs proches et leurs origines en Russie : comment on peut séparer deux peuples qui ont vécu ensemble je ne sais combien d’années ? ». Si les enquêtés semblent partager cette impression d’être à l’aune d’une nouvelle période historique, d’une restructuration sociopolitique et qu’une nouvelle Ukraine est en construction, cela ne signifie en rien pour eux qu’il faille effacer le passé, voire réécrire l’histoire : « On ne peut pas construire une maison sans fondation. Si on enlève les fondations, la maison ne pourra pas tenir » (E7), « J’ai l’impression qu’à chaque nouveau président, on réécrit l’histoire. Ce qui fait partie de l’histoire, tout le monde devrait savoir. Que ce soit bien ou pas » (E2). En perpétuant dans le paysage urbain la mémoire de personnages et d’événements historiques jugés dignes, actuellement, d’une honoration publique, les noms de rue introduisent une version autorisée de l’histoire dans le cadre de la vie quotidienne. Mais ce processus de renomination s’attire ainsi les critiques d’une partie de la population pour laquelle ces nouvelles lois de « désoviétisation » portent atteinte à la mémoire du pays et représentent surtout, à leurs yeux, une nouvelle façon de ne pas s’attaquer aux difficultés réelles rencontrées dans le pays.

Haut de page

Bibliographie

Akin Salih, 1998, « Stratégies redénominatives des rues en Hongrie », Parole, n° 5-6, Mons, pp. 7-26.

Akin Salih, 1999, « Pour une typologie des processus redénominatifs », dans Noms et re-noms : la dénomination des personnes, des populations, des langues et des territoires, Coll. Dyalang, Publications de l’Université de Rouen., pp. 33-60

Akin Salih (ed.), 1999, Noms et re-noms : la dénomination des personnes, des populations, des langues et des territoires, Coll. Dyalang, Publications de l’Université de Rouen.

Ayarzahu Maoz, 1996, « The Power of Commemorative Street Names », Environment and Planning D: Society and Space, 14, pp. 311-330.

Boyer Henri, 2008, « Fonctionnements sociolinguistiques de la dénomination toponymique », Mots. Les langages du politique, n° 86, pp. 9-21.

Gill Graham, 2005, « Changing Symbols: The Renovation of Moscow Place Names », The Russian Review, vol. 64, No. 3, pp. 480-503.

Gill Graham, 2008, « Lenin Lives: Or Does He? Symbols and the Transition from Socialism », Europe-Asia Studies, vol. 60, No. 2, pp. 173-196.

Gonac’h Jeanne, 2007, « Pratiques de redénomination des rues à Vitrolles », dans Cislaru et al., L’acte de nommer : une dynamique entre langue et discours, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, pp. 101-114.

Kleiber Georges, 1984, « Dénomination et relations dénominatives », Langages, n° 76, pp. 77-94.

Mortureux Marie-Françoise, 1984, « La dénomination, approche socio-linguistique », Langages, n° 76, pp. 95-112.

Portnov Andrii, 2015, « The Heart of Ukraine »? Dnipropetrovsk and the Ukrainian Revolution, dans Wilson A. (ed.), What Does Ukraine Think?, European Council of Foreign Relations, pp. 62-70.

Shukan Ioulia, 2010, « Ukraine : retour sur les débats autour de la décommunisation », dans Mink G., Bonnard P. (dirs.), Le passé au présent. Gisements mémoriels et actions historicisantes en Europe Centrale et Orientale, Paris, Michel Houdiard, pp. 157-170.

Siblot Paul, 2000, « Appeler les choses par leur nom. Problématiques du nom, de la nomination et des renominations », dans Akin S. (dir), Noms et Re-noms : la dénomination des personnes, des populations, des langues et des territoires, Coll. Dyalang, Publications de l’Université de Rouen.

Smolar Aleksander, 1999, « Les aventures de la décommunisation », Critique internationale, vol. 5, pp. 155-166.

Haut de page

Notes

1 Les odonymes regroupent non seulement les noms de rue mais également les noms de place, de squares, d’impasses, d’avenues.

2 La décommunisation est un processus qui a débuté, au début des années 1990, avec la dislocation de l’URSS et la destruction de monuments soviétiques.

3 Voir, par exemple, ce titre d’Euronews : « Expo-photo sur la guerre russo-ukrainienne saccagée à Moscou par des nationalistes », http://fr.euronews.com/2016/09/30/expo-photo-sur-la-guerre-russo-ukrainienne-saccagee-a-moscou-par-des.

4 Le texte de loi est consultable en ligne sur le site Internet de la Rada. Dernière consultation le 3 novembre 2016 : http://zakon4.rada.gov.ua/laws/show/317-viii.

5 http://day.kyiv.ua/uk/news/090415-rada-zaboronyla-propagandu-komunizmu-ta-nacyzmu.

6 Voir le site consacré à les répertorier : http://leninstatues.ru/leninopad.

7 Le Maïdan, ou révolution du Maïdan, désigne la période de contestation qui a suivi l’annonce du report de la signature d’un accord d’association avec l’UE et qui s’est soldée par le départ du président Ianoukovitch mais aussi par le décès d’une centaine de personnes dans les affrontements entre manifestants et forces de l’ordre (21 novembre 2013 – 22 février 2014).

8 Toutes les traductions, de l’anglais, du russe et de l’ukrainien vers le français, sont des traductions personnelles.

9 Consultable en ligne sur le site Internet de la mairie : http://gorod.dp.ua/news/106610.

10 Les discours des enquêtés ont été anonymés et sont désignés par « E », suivis de l’ordre dans lequel ils ont été interrogés (E1, E2…E15). Les traductions du discours des enquêtés, du russe et de l’ukrainien vers le français, sont des traductions personnelles.

11 Le marchroutka est un système de transport collectif, un minibus qui fonctionne comme un taxi partagé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexia Kis-Marck, « La guerre, des lieux et des noms. L’Ukraine à l’heure de la décommunisation », Lengas [En ligne], 80 | 2016, mis en ligne le 23 mars 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://lengas.revues.org/1173  ; DOI : 10.4000/lengas.1173

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org