Navigation – Plan du site

La guerre au-delà des langues : ex-Yougoslavie (1991-1999) et Tadjikistan (1992-1997)

Ksenija Djordjević Léonard

Résumés

Nous aborderons ici l’aspect ethno-socio-linguistique de deux conflits majeurs de la fin du XXème siècle : la guerre de l’ex-Yougoslavie et la guerre du Tadjikistan. En nous basant sur les sources documentaires et les données médiatiques, nous interrogerons la façon dont ces deux conflits ont été présentés et compris en France : en mettant l’accent sur le seul aspect ethnique, ou, en revanche, d’une manière plus pragmatique et objective. Parallèlement à cela, nous réfléchirons à l’instrumentalisation dont les langues sont souvent l’objet dans les conflits, et aux conséquences des guerres sur les configurations sociolinguistiques.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Dans cette contribution, nous aborderons l’aspect ethno-socio-linguistique de deux conflits majeurs qui ont marqué, chacun sur leur continent, la fin du XXème siècle : la guerre de l’ex-Yougoslavie et la guerre du Tadjikistan. La première a débuté par la déclaration d’indépendance de la République de Slovénie, en 1991, et s’est terminée au Kosovo, en 1999. Il s’agit, en réalité, d’une succession de conflits qui ont opposé des peuples de l’ancienne fédération yougoslave. La seconde s’est déroulée de mai 1992 à juin 1997, au lendemain de l’éclatement de l’URSS. Ce conflit, très meurtrier, a opposé le régime alors en place à une opposition diversifiée.

  • 1 Nous pensons à tous les conflits qui ont suivi l’éclatement de l’URSS (Géorgie, Tchétchénie, Haut-K (...)

2Le conflit yougoslave a été très médiatisé en France et cette médiatisation a été elle-même objet d’analyse (cf. par exemple Bonnafous et al. 1996). Par ailleurs, de nombreux chercheurs, spécialistes des Balkans, ont tenté de démêler les causes de ce conflit complexe (Garde 1992 ; Dérens 2000), en questionnant tour à tour des raisons économiques, culturelles, religieuses, ethniques et linguistiques. En revanche, la guerre du Tadjikistan a été relativement peu médiatisée en France, à une époque marquée par de nombreux conflits majeurs1. Lorsque le conflit tadjik a été traité par les observateurs occidentaux, ce sont parfois certains aspects bien particuliers de la guerre qui ont été abordés à travers les médias : par exemple, l’instabilité régionale et la porosité des frontières. Cependant, la tendance était grande à cette époque de chercher des raisons ethniques – et mêmes linguistiques – aux conflits en cours. L’extrême imbrication des populations en Asie centrale s’y prêtait aisément ; la complexité géostratégique du Tadjikistan induisait d’autant plus cette interprétation que le pays compte, outre le groupe majoritaire – de langue indo-iranienne, proche du persan –, une importante minorité ouzbek – turcophone. Or, le critère ethnique du conflit est toujours resté secondaire par rapport au localisme – autrement dit, à l’appartenance régionale (Roy 1995), facteurs qui tendent, selon certains observateurs, à entrer en résonnance aujourd’hui, deux décennies après la fin de la guerre, avec le sentiment d’appartenance nationale (Buisson & Khusenova 2011). Dans le conflit yougoslave, le critère ethnique, en revanche, a souvent été mis au premier plan dans les analyses médiatiques. Quant au facteur linguistique, abondamment traité en marge du conflit yougoslave, il n’est nullement à l’origine de la guerre, mais s’analyse comme l’une de ses conséquences les plus visibles (Thomas 1998 ; Djordjević 2004).

  • 2 Dans les Balkans, comme en Asie centrale, la définition de l’ethnie – concept souvent mobilisé – es (...)
  • 3 Il ne nous semble pas superflu de souligner ici que l’usage du mot langue, comme cause, arme ou con (...)

3En consultant à la fois des sources documentaires et des données médiatiques, nous chercherons à élucider dans quelle mesure on a affaire, dans ces cas précis, à l’habituelle ethnicisation2 de la guerre dans les médias, ou à une analyse plus pragmatique et objective. Parallèlement à cette question de cadrage, nous réfléchirons à l’instrumentalisation dont les langues3 sont souvent l’objet dans les conflits, et aux conséquences des guerres sur les configurations sociolinguistiques, tant il est vrai que chaque conflit est accompagné par les inévitables – mais aussi, bien souvent, plus ou moins imprévisibles – reconfigurations géostratégiques dont font les frais les sociétés civiles (Ferrando 2011 ; Djordjević Léonard 2016a). Enfin, les cas de la Yougoslavie et du Tadjikistan seront mis en parallèle, au fur et à mesure de notre réflexion, avec d’autres guerres contemporaines (Ukraine, Caucase, Rwanda…), afin d’illustrer par d’autres exemples, au-delà de nos deux études de cas, comment les questions linguistiques se trouvent, soit mobilisées dans les tentatives d’élucidation des causes de guerres, soit ne font que surgir comme épiphénomènes de ces dernières, avant de se transformer en une justification, a posteriori, d’un conflit qui les dépasse.

1. La guerre et les langues

  • 4 Cf. par exemple l’article « En Ukraine, une loi sur la langue russe enflamme la scène politique » ( (...)

4Nous commencerons notre contribution par une réflexion issue de l’actualité brûlante de notre continent : le conflit ukrainien. Au début du conflit, les médias – notamment français4 – ont souvent relayé l’information selon laquelle ce serait la proposition de l’abolition, par le gouvernement de transition issu du mouvement Maïdan, d’une loi linguistique de 2012, qui aurait mis le feu aux poudres et motivé les tendances séparatistes des régions à majorité russophone, à l’est du pays. Cette loi conférait une égalité de droit au russe et à l’ukrainien là où les russophones représentent plus de 10% de la population (Djordjević Léonard 2016b à paraître). L’exemple ukrainien montre comment les langues peuvent investir les débats politiques au point de participer, avec d’autres facteurs, au déclenchement d’un conflit armé. Mais, plus que la cause, ou le vecteur d’une tension, la langue est ici, comme ailleurs, un instrument dont se servent les politiques pour imposer leur hégémonie dans une société d’ores et déjà polarisée. Cela se produit d’autant plus facilement que la langue occupe une place d’honneur parmi les symboles identitaires, et en tant que telle, elle peut facilement être agitée comme un chiffon rouge dans les logiques et les jeux de pouvoir.

5La deuxième réflexion préalable au sujet qui nous intéresse dans cette contribution, est inspirée par l’ouvrage de Louis-Jean Calvet La guerre des langues et les politiques linguistiques. Dans son ouvrage, l’auteur s’interroge, de façon critique, sur le plurilinguisme vécu souvent comme une sorte de malédiction : 

Ainsi, le néologisme de babélisation, multiplication des langues sur un territoire donné, est-il l’équivalent linguistique du terme balkanisation pour les États : dans les deux cas, la multiplicité est chose mauvaise, on lui préfère de façon toute jacobine un bon gros Etat monolingue bien cerné dans ses frontières politiques et linguistiques (Calvet 1991, 35).

  • 5 Comme l’a exprimé, encore à la fin du XVème siècle, A. de Nebrija dans sa grammaire du castillan.
  • 6 On pense ici avant tout aux conflits très meurtriers, en cours depuis 2011 dans le monde arabe, not (...)

6En effet, l’histoire est remplie d’exemples où les langues ont accompagné les empires5, ont permis d’assoir la domination des vainqueurs sur les vaincus ou encore ont été opposées les unes aux autres. Mais la diversité, évidemment, n’est pas source de conflit en soi. La citation supra permet de souligner le non-sens de l’idée selon laquelle le plurilinguisme conduirait au conflit, alors que le monolinguisme apporterait la paix. De nombreux exemples de conflits et de guerres, au sein de sociétés linguistiquement plutôt homogènes, peuvent montrer aussi bien le contraire6.

  • 7 Nous pouvons, à titre d’exemple, mentionner ici le conflit en Abkhazie (1992-1993). En effet, avant (...)
  • 8 Nous pensons notamment à ses deux ouvrages Jezik od mira do rata (1997a), et Jezik u društvenoj kri (...)
  • 9 Ranko Bugarski écrit à ce sujet : « […] car il est connu que l’artillerie verbale a solidement prép (...)
  • 10 L’auteur donne de nombreux exemples de tournures sémantiques créées pour décrire exactement le cont (...)

7En troisième lieu, nous souhaitons rappeler, si besoin était, que les langues, tout comme leurs locuteurs, sortent rarement indemnes d’un conflit armé. Les guerres redessinent les territoires, déplacent les populations et modifient les configurations sociolinguistiques7. Elles bouleversent les rapports entre les majorités et les minorités et leurs langues, suppriment ou accordent des statuts aux variétés dialectales ou aux langues en présence, font naître de nouvelles fonctions et de nouvelles sphères d’usage. Dans certains conflits, elles deviennent même des armes puissantes, dont la fonction est de détruire l’ennemi, à travers le discours et sur le terrain. Dans de nombreux travaux, notamment ceux publiés dans les années 19908, le linguiste serbe Ranko Bugarski a souligné les liens, réels et imaginés, ou souhaités, par le pouvoir nationaliste, entre la linguistique et la politique durant la décennie noire en ex-Yougoslavie. Il y a analysé la façon dont la langue avait servi pour créer le réel (à travers la propagande criminelle et l’incitation à la violence)9, pour annihiler le réel (à travers, par exemple, les informations niant le déroulement de certains événements) ou encore, pour retourner le réel (description de la réalité à travers le processus d’inversion ou d’euphémisation)10 (Bugarski 1997a, 67). Nous avons là trois exemples d’instrumentalisation ou de manipulation des langues – et de leurs locuteurs – par les belligérants, au service d’intérêts sectoriels ou d’hégémonies.

8En résumé, si la diversité – ethnique, culturelle et linguistique – n’est pas, de par sa nature, source de discorde, force est tout de même de constater que l’on trouve les langues impliquées, malgré elles, à toutes les étapes de certains conflits armés. Dans ce qui suit, nous allons d’abord, pour chacune de nos deux études de cas, présenter une courte chronologie des conflits, puis, à travers un rapide examen de leur traitement médiatique dans la presse française de l’époque, essayer de nous faire une idée de la façon dont les médias ont essayé d’identifier les causes de ces derniers, avant de porter notre attention, naturellement, sur les facteurs linguistiques et/ou à résonnance ethnique ou ethno-socio-linguistique, avant, pendant et après les conflits en question.

2. L’ex-Yougoslavie

2.1. Les guerres des années 1990

  • 11 On pourrait y ajouter également le conflit qui a opposé, en Macédoine, la majorité macédonienne à l (...)

9Les guerres yougoslaves ont commencé en 1991, par la déclaration d’indépendance de la République de Slovénie, marquant le premier pas dans la dislocation de l’ex-Yougoslavie. Si ce premier conflit fut de courte durée (une dizaine de jours), avant la signature des accords de Brioni, reconnaissant de facto le nouvel État slovène, et s’est soldé par un faible nombre de victimes, il a été rapidement suivi par les guerres de Croatie et de Bosnie, beaucoup plus violentes et meurtrières. Même si la Croatie a proclamé son indépendance en même temps que la Slovénie, son cas est différent : d’une part, les hostilités entre la république et le pouvoir central, à Belgrade, ont commencé plus tôt, d’autre part, une plus grande hétérogénéité de la population en Croatie, laissait présager un conflit de longue durée. La guerre, après avoir causé des milliers de victimes au sein de la population croate et serbe, et un nombre considérable de déplacés, s’est terminée par la signature d’un accord à Erdut, en 1995. Mais le conflit le plus violent et le plus destructeur a été celui qui a éclaté en Bosnie en 1992, entre les Serbes, les Croates et les Bosniaques. Le nombre de victimes avoisinait, selon les principales estimations, 100 000 personnes ; la composante bosniaque de cette république multiculturelle a payé le plus lourd tribut, ce qui a provoqué une mobilisation internationale en sa faveur. La guerre s’est terminée avec les accords de Dayton en 1995. Enfin, le dernier conflit majeur11 de cette région a été la guerre du Kosovo, qui a opposé, en 1999, l’État serbe à sa province méridionale sécessionniste, peuplée majoritairement d’Albanais. Ce conflit a abouti au bombardement de la Serbie par l’OTAN et, au final, à l’indépendance du Kosovo, en 2008.

10Les causes de ces conflits successifs sont partiellement ethniques, religieuses, économiques et géopolitiques, mais elles sont avant tout dues aux politiques nationalistes qui se sont développées, à la chute du communisme, remplissant le vide laissé par la fin d’une idéologie, tout autant qu’au service de la volonté de certaines élites politiques et économiques de se maintenir au pouvoir ou de s’y agréger organiquement, dans le cadre d’une transition de régime hégémonique.

2.2. Les causes et les conséquences de la guerre dans les médias français

  • 12 Pour ce faire, nous avons utilisé la base de données Europress, disponible sur le site de la BU de (...)

11Si l’on jette un rapide coup d’œil sur le traitement médiatique des conflits yougoslaves12 par les médias français, on trouve l’imbrication ethnique parmi les facteurs mis au premier plan, comme une explication des violences qui se sont déchainées dans les années 1990 :

En Yougoslavie, le projet unitaire est […] très récent. Les véritables identités collectives sont au niveau des ethnies serbe, croate, etc., qui se sont toujours opposées avec violence (F.T., entretien avec D. Schnapper, « La dimension communautaire », Le Monde, 28/03/1991).

12L’importance du facteur ethnique est soulignée également par les auteurs souhaitant dénoncer un certain manque de clairvoyance de la part de la communauté internationale, parfois accusée de ne pas avoir su gérer la crise à ses débuts, que ce soit en Croatie, ou en Bosnie, où la France et l’Allemagne se sont empressées de valider les velléités d’indépendance, et notamment :

[…] un référendum d’indépendance boycotté par une ethnie de langue et de culture représentant le tiers d’une population profondément divisée, ce qui poussa le peuple serbe de Bosnie, ainsi rejeté, à prendre les armes pour imposer sa propre indépendance avec une extrême violence. Ses moyens sont abominables, mais son objectif est compréhensible (D.M., « Débat Europe. La transformation de la Communauté », Le Monde, 29/01/1993).

13Si la guerre de Bosnie a suscité assez rapidement l’indignation de la communauté internationale, l’opinion publique semble s’être rangée prioritairement du côté de la composante bosniaque, identifiée comme la principale victime de la guerre :

Des Turcs, ils [les Bosniaques] ont hérité la religion ; des Slaves, l’ethnie et la langue. De plus, la marginalisation dont ont souffert les musulmans slavophones après la chute des empires – ottoman et austro-hongrois – et l’émergence d’États-nations chrétiens dans l’espace balkanique, ont suscité un réel sentiment national, qui s’est affirmé face aux tentatives d’assimilation, que ce soit par les Serbes ou les Croates (H.F., « Inextricable. Les Slaves de la Sublime Porte », Le Monde, 25/09/1993).

14Dans ce deuxième exemple, les trois éléments qui rentrent fréquemment dans la définition d’un sentiment identitaire sont mobilisés : la religion, l’ethnie et la langue, dans toute leur complexité au sein de la population bosniaque. L’implication de cette dernière dans la guerre ajoute l’islam dans ce que certains ont déjà analysé comme une guerre des religions, entre les Serbes, de religion orthodoxe, et les Croates, catholiques :

Comment croire aux cessez-le-feu arrachés par l’ONU ? Face à la guerre en Bosnie, l’impuissance des Occidentaux vient, à l’évidence, de leurs atermoiements. Et surtout de leurs difficultés à comprendre ce conflit. Car rien ne sépare les protagonistes, tous slaves et de même langue, sinon la religion (P.S., « Et maintenant, les orthodoxes ! », L’Express, 05/05/1994).

Que les Serbes l’écrivent en caractères cyrilliques et les Croates, comme les Musulmans de Bosnie, en caractères latins, que l’on s’emploie à Zagreb à souligner systématiquement les quelques originalités du croate ne les empêche pas d’employer les uns et les autres la même langue : le serbo-croate. La vraie différence n’est pas ethnique, elle est nationale. Mais dans cette partie du monde comme dans d’autres l’appartenance nationale comporte une forte connotation religieuse […] (F.A., « L’ultimatum de l’OTAN aux Serbes de Bosnie. Imaginer la paix », Le Monde, 11/02/1994).

15Enfin, quant au facteur linguistique, il était également présent, à l’époque, dans les médias français, et analysé dans ce qu’il a de plus évident : la fragmentation linguistique, après la fragmentation politique de l’ancien espace commun, comme dans l’exemple suivant, concernant le conflit bosniaque :

La division, sur une base ethnique, de la Bosnie-Herzégovine s’accompagne d’une véritable balkanisation des esprits. Le phénomène se traduit notamment par des efforts de différenciation linguistique artificielle et par la publication de manuels scolaires distincts. Cette victoire du particularisme culturel menace jusqu’à la substance morale des Bosniaques (L.A., « Territoires morcelés, pensée éclatée », Le Monde, 01/06/1999).

16À l’évidence, notre objectif n’était nullement ici de proposer une analyse approfondie du discours médiatique français au moment des guerres yougoslaves, mais simplement d’illustrer à l’aide de quelques exemples, les éléments qui ont été fréquemment utilisés dans les tentatives d’explication des causes et des conséquences des guerres yougoslaves : ethnie, religion et langue. Pour terminer notre première étude de cas, nous proposerons dans la section suivante une courte synthèse de la question linguistique avant, pendant et après la guerre.

2.3. La question linguistique avant, pendant et après la guerre

  • 13 Deklaracija o nazivu i položaju hrvatskog književnog jezika.

17À l’origine de la guerre donc… n’était pas la langue. Excepté la courte guerre en Slovénie, en 1991, et celle du Kosovo, en 1999, au cœur du conflit yougoslave se sont affrontées des personnes parlant la même langue : le serbo-croate. Certes, cette langue polycentrique était composée de plusieurs variétés : des variantes serbe et croate, puis, des pratiques linguistiques standards en usage en Bosnie et au Monténégro (Thomas 1998, 109). Même si l’on se souvient de la crise linguistique de 1967, provoquée par la « Déclaration sur le nom et la situation de la langue littéraire croate »13, signée par de nombreux intellectuels, et dénonçant la minoration du croate par rapport au serbe, force est de constater que les différentes variétés de la même langue ont continué à se développer dans un cadre commun, sans provoquer de crises majeures, avant l’éclatement politique de la Yougoslavie.

18Si la langue n’est nullement à l’origine de ce conflit, elle a, cependant, joué un rôle important dans celui-ci, comme nous l’avons signalé plus haut. Durant le conflit, la langue a, d’une certaine façon, accompagné les actions – et les exactions aussi –, comme l’a montré Ranko Bugarski dans ses travaux : les mots ont été utilisés comme des armes de guerre, les questions linguistiques ont été politisées à outrance, le discours totalitaire est devenu un vecteur de stabilité pour les pouvoirs nationalistes, en proclamant des usages nouveaux, des règles de prononciation, des alphabets à utiliser de façon préférentielle, sans parler de la xénophobie qu’il véhicule (Bugarski 1997a ; 1997b).

  • 14 Cf., à ce titre, la dernière conférence régionale consacrée aux questions de langue et de nationali (...)

19Cependant, l’une des conséquences les plus visibles du conflit yougoslave est la dislocation de l’ancienne langue commune – le serbo-croate – en quatre variétés individuées, qui bénéficient de statut de langues officielles dans leurs États respectifs : serbe, croate, bosnien et monténégrin. Les dénominations différentes n’ont pas pour autant abouti à la différenciation structurelle : sur le plan linguistique, il s’agit toujours d’une seule et même variété qui se déploie sur un vaste continuum allant de la Croatie au Monténégro14. Une autre conséquence visible consiste en la modification de la configuration sociolinguistique de l’ancien espace commun, en termes de distribution géographique des minorités, de poids démographique de chaque minorité par rapport à l’ensemble national, et de rapports de forces entre majorités et minorités, en plus de l’exode massif de la population, qui a vidé certaines régions de ses habitants. Dans un travail récent (Djordjević Léonard 2016a), nous avons analysé plusieurs situations emblématiques post-conflictuelles en Serbie : la propulsion de la minorité hongroise à la première place, suite à l’indépendance du Kosovo, le passage de la minorité dominante à la minorité sous haute surveillance pour les Albanais, la promotion statutaire pour les Roms, etc. À cela peut s’ajouter, au-delà de la seule Serbie, la question des « nouvelles minorités » dans les différents pays issus de la dislocation yougoslave, lorsque les anciens « peuples constitutifs » se sont retrouvés du « mauvais » côté de la frontière, sans oublier la question des réfugiés, dont la relocalisation dans des régions multiethniques a eu souvent un arrière-plan politique. Tous ces exemples montrent à quel point les guerres se jouent des populations, modifiant de façon durable les paysages ethniques et linguistiques.

3. Le Tadjikistan

3.1. La guerre civile post-indépendance

  • 15 Nous pensons notamment à son existence en tant qu’entité administrative, et en tant que « résultat (...)

20Le Tadjikistan a accédé à l’indépendance en 1991, après la dislocation de l’URSS, entité à laquelle il doit son existence15. L’indépendance a mis à jour le sous-développement de l’économie tadjike, la porosité de ses frontières et sa grande instabilité politique, si bien que les premiers jours de l’existence autonome se sont transformés rapidement en une véritable guerre civile. Dans cette guerre, qui a duré cinq ans, se sont opposés les post-communistes que soutenait la Russie, et une opposition très diversifiée, mais désunie, qui comportait les islamistes, les démocrates et de nombreuses fractions nationalistes, ce qui peut se résumer également comme un affrontement entre les partisans de la continuité et ceux qui appelaient de leurs vœux le début d’un changement (Damiani 2013, 106). À cela s’ajoute une rivalité « entre des régions dont les populations et les figures politiques versent dans la lutte armée afin de préserver les avantages politiques et économiques que les dernières décennies de l’époque soviétique leur ont obtenus » (Zarcone, in Pujol 2002, 152).

  • 16 Il s’agit de la région la plus peuplée de ces contrées montagnardes et steppiques : les populations (...)
  • 17 Selon la plupart des estimations, entre 50 000et 100 000, en même temps que de nombreux Tadjiks ont (...)

21Pourtant, vu de l’extérieur, tous les ingrédients semblent avoir été réunis pour un conflit basé sur des facteurs ethniques. Le Tadjikistan est un pays caractérisé par une importante diversité : les Tadjiks, persanophones et pour la plupart sunnites, sont majoritaires, mais le pays compte une importante minorité ouzbèke, turcophone, notamment au nord du pays, dans la vallée de Fergana16. Outre la minorité ouzbèke, d’autres minorités sont également présentes : Russes, Kirghizes, Tatars, Kazakhs, Pachtounes, etc. Faisant de nombreuses victimes17, la guerre civile a perduré jusqu’en 1997, lorsqu’un accord a été trouvé entre les partis opposés, sous l’égide de l’ONU. Le pays est dirigé désormais par un régime instable, soutenu par la Russie, qui doit, en outre, affronter la menace islamiste toujours grandissante.

3.2. Les causes et les conséquences de la guerre dans les médias français

  • 18 Comme pour le premier corpus, nous avons utilisé la base de données Europress, avec les mots-clés « (...)

22Il nous a semblé également intéressant d’observer la manière dont ce conflit a été traité, entre 1992 et 1997, par les médias français18, en particulier dans sa dimension ethnolinguistique. L’imbrication de la population s’impose en effet facilement comme une réponse aux conflits en cours :

À partir de mai 1992, les habitants des régions les plus pauvres et systématiquement écartées du pouvoir défient le gouvernement conservateur de Douchanbe : dans l’Est, surtout, les ressortissants du Pamir et de la vallée de Garm réclament leur part du gâteau. Problème : des milliers de ressortissants de Garm ont été déplacés, dans les années 50 et 60, vers le sud-ouest du Tadjikistan, où la main-d’œuvre était peu nombreuse. Comme en Yougoslavie, un certain nombre de bombes à retardement ethniques ont ainsi été disposées dans le pays... (E.M., « Enfants de Brejnev contre fils d’Allah », L’Express, 27/05/1993).

23Cependant, ce point de vue ne semble pas dominant, et aux côtés de l’habituelle ethnicisation de la guerre dans les médias, dans ce cas précis, ce sont également les intérêts des cartels économiques, des partis politiques et des enjeux géostratégiques qui rendent compte de superstructures qui transcendent les conflits interethniques :

Contrairement aux autres conflits qui embrasent la Communauté des Etats indépendants (CEI), celui du Tadjikistan oppose avant tout des gens de même ethnie, des Tadjiks. Ils sont persanophones alors que dans les Républiques voisines anciennement soviétiques on utilise des langues d’origine turque. La guerre a, bien sûr, une dimension politique : elle met aux prises les partisans du régime communiste aux nationalistes et aux islamistes. Mais elle est avant tout l’expression d’un régionalisme tenace et d’une identité nationale tadjik fuyante, jamais consolidée (G.A., « Les républiques d’Asie centrale s’engagent sur des chemins divergents », Le Monde diplomatique, 01/12/1992).

24Les questions relatives à l’après-guerre semblent s’orienter vers des aspects économiques et géopolitiques, dans un pays ravagé par un conflit de longue durée, dans une zone de plus en plus instable. La dimension linguistique post-conflit est peu présente, si ce n’est dans l’évocation des orientations politico-linguistiques du Tadjikistan, conduisant à un rapprochement avec le reste du monde persan – qui s’est traduit par la réintroduction de l’ancien alphabet et le souhait d’abandonner le cyrillique – mais aussi, de façon plus spécifique, par les changements qu’avait subis la langue tadjike elle-même, comme on peut le lire dans l’article suivant, reprenant en partie les mots d’Olivier Roy :

Et, pour consolider ces fragiles identités, la langue est l’objet de toutes les attentions : au Tadjikistan, une Fondation internationale de la langue tadjiko-persane travaille à remplacer les mots russes par des mots iraniens, "tout en défendant bec et ongles la prononciation tadjike" (V.S., « Nations et bastilles : le déchirement des nations », Libération, 22/03/1995).

25Cependant, l’attention médiatique semble se porter surtout, à cette époque postbelliciste, sur la nécessite de cantonner le conflit tadjik dans ses frontières et d’éviter son exportation au niveau international. Cela se traduit par le désir de sécuriser les frontières, dans un pays toujours fragile, situé à côté de l’Afghanistan, et en plein milieu de la route des narcotrafiquants :

Des rivalités entre groupes armés du camp gouvernemental, celui des vainqueurs de la guerre civile, ont dégénéré en conflit ouvert, faisant des dizaines de morts […], pour le contrôle de la capitale et de ses trafics, de drogue notamment (S.S., « Violents combats dans la capitale du Tadjikistan », Le Monde, 12/08/1997).

Sur le papier, la guerre est finie : les deux belligérants sont épuisés, et leurs parrains respectifs, Moscou et Téhéran, sont bien d’accord pour s’unir contre les "Frankenstein" de Kaboul, les taliban. Mais ni Massoud ni les Russes ne contrôlent tout, et la vendetta ainsi que le banditisme d’honneur ne sont pas terminés, à 4000 mètres d’altitude, quand on n’a pas grand-chose d’autre à faire (A.A., « Comment peut-on être tadjik ? », L’Express, 04/12/1997).

26On voit ici, à travers ces exemples, quelques-uns des sujets qui ont été abordés dans la presse française au moment du conflit tadjik. Si les questions linguistiques sont plutôt rarement évoquées, le régionalisme et les luttes de pouvoir de différentes fractions impliquées dans le conflit sont au premier plan. Paradoxalement, alors que nombre d’analystes soulignent la non-existence d’une raison ethnique à cette guerre civile, la question ethnique semble présente en filigrane, aussi bien au début qu’à la fin de celle-ci, comme nous le montrerons dans la section suivante.

3.3. La question ethnique avant, pendant et après la guerre

27Dans l’ouvrage qu’ils ont dirigé, intitulé Eclats d’empires, M. Laruelle et S. Peyrouse, soulignent avec raison qu’aussi bien dans les Balkans qu’en Asie centrale :

  • 19 C’est dans ce sens également que l’on peut comprendre C. Lesnes, lorsqu’elle écrit, dans un article (...)

[…], la religion et les divisions ethniques servent souvent d’explication première aux difficultés que connaît la région et sont appréhendées, de manière décontextualisée, comme spontanément conflictogènes. Or elles ne deviennent source de tensions que s’il se trouve des individus pour fonder leurs logiques politiques ou identitaires sur elles. Les marqueurs culturels des identités collectives sont en effet à géométrie variable (Laruelle & Peyrouse 2013, 11)19.

  • 20 Dans les deux cas, appartenant à la fraction islamo-démocrate : les Gharmis peuplent les hautes val (...)
  • 21 On aboutit ainsi à une situation paradoxale, où « même si le localisme n’est pas la motivation prem (...)
  • 22 Outre la langue majoritaire tadjike, un îlot persanophone dans un milieu turcique, de nombreuses la (...)

28Au Tadjikistan, malgré la tentation essentialiste, cela ne s’est jamais vraiment produit, et la dimension ethnique est restée secondaire durant la guerre civile. Il s’agissait davantage d’une volonté de prise de pouvoir entre fractions politiques et sociales. La lutte pour le pouvoir entre les post-communistes et les islamo-démocrates n’a pas épargné les différentes composantes de la société, définies sur le plan régional, comme les Gharmis et les Pamiris20, en même temps qu’à Douchanbé se mettait en place « une épuration sur la base de l’origine de naissance […], la discrimination s’effectuant sur la présentation des papiers d’identité » (Zarcone, in Pujol 2002, 155). La fin de la guerre a accentué l’affirmation des identités régionalistes, au détriment d’un sentiment identitaire commun (Fathi 2003, 190), le clanisme régional et le localisme21 restant très forts. Mais, il semblerait que la fin du conflit n’ait pas non plus réussi à éloigner définitivement le démon ethnique : on a assisté à des tentatives de dénoncer un certain « complot ouzbek », propagées par le discours nationaliste de la majorité tadjike, et sans fondements réels (Roy 1995). Les différents acteurs du conflit sont donc tous plus ou moins Tadjiks, tous plus ou moins musulmans et de confession sunnite, tous – ou presque – plus ou moins persanophones22. On peut alors dire qu’aucune des raisons « traditionnellement » évoquées dans des conflits affectant les sociétés multiethniques, ne semble ici valable.

29Quant aux conséquences ethno-socio-linguistiques de la guerre, outre une certaine tadjikistanisation accélérée de la langue (mots persans, alphabet persan), qui a du mal à s’imposer à la société, l’une des conséquences visibles de la guerre civile est une modification de la configuration ethnique et donc, linguistique. Si, comme le décrit Alain Cariou, depuis l’individuation des pays centrasiatiques de l’URSS, la part de la population éponyme s’est renforcée partout, au Tadjikistan, cette tendance à la primauté démographique n’a pris des proportions significatives que depuis le départ des minorités au moment de la guerre civile (Cariou 2015, 65 ; 73). Ainsi, on se retrouve dans une situation paradoxale, où, sans qu’il s’agisse d’une opposition entre la majorité tadjike, et les différentes ethnies minoritaires, on aboutit en fin de compte à un résultat semblable : toujours plus de majorité, et toujours moins de minorités.

Conclusion

30Si de nombreux conflits contemporains revêtent une dimension ethnique, et si les langues se sont invitées dans certains d’entre eux (que ce soit à travers la mobilisation pour les droits linguistiques, ou à travers l’instrumentalisation des questions linguistiques et/ou des langues), il ne faut pas oublier que les principales causes des guerres se situent sur un terrain davantage politique, idéologique, géostratégique et socioéconomique. Elles sont à chercher dans une multiplicité de facteurs, parmi lesquels on peut citer les logiques de pouvoir (sentiment de supériorité, volonté de pouvoir, désir d’expansion, souci d’enrichissement personnel des individus et des secteurs composant des élites en formation, en déclin ou en position défensive), mais aussi et surtout, les faiblesses structurelles des États qui aboutissent à des déséquilibres rendant difficile le développement – ou, dans le meilleur des cas, la préservation – d’une société civile ouverte au pluralisme, avec pour conséquence, des guerres intra-étatiques, civiles, ou fratricides. Si l’on ajoute à cet éventail de causalités la question axiologique, liée aux conflits entre valeurs culturelles différentes (volonté d’imposer sa vision du monde ou ses normes morales, ou la position de défense ou de repli face à des changements plus généraux vécus comme une agression), le tableau est presque complet, et il ne laisse plus aux langues elles-mêmes, en définitive, que le rôle d’instrumentum vocalis – mais pas de cause primordiale. Les langues peuvent épouser ces causes néfastes et donner sa forme d’expression à la violence et à sa justification, à des degrés divers, puisque ce sont des outils de communication entre les hommes au sein des sociétés. Mais il convient de ne pas confondre cause et effet. Il nous semble important de rappeler ce point, en une phase de la globalisation dans laquelle la pression idéologique tend à éluder la question des conséquences de l’affaiblissement de l’État, et des erreurs stratégiques, en termes de planification ou de modèles de transition économiques, notamment, commises lors de ce moment historique décisif que fut la chute des régimes communistes au début de la dernière décennie du XXème siècle. À ce titre, les cas aussi bien de l’ex-Yougoslavie que du Tadjikistan sont exemplaires.

Haut de page

Bibliographie

Bonnafous Simone, Fiala Pierre & Krieg Alice, 1996, « Les médias dans le conflit yougoslave », Mots. Les langages du politique, n°47, juin 1996 [En ligne], http://www.persee.fr/issue/mots_0243-6450_1996_num_47_1.

Bugarski Ranko, 1997a, Jezik od mira do rata, Beograd, Čigoja štampa/XX vek.

Bugarski Ranko, 1997b, Jezik u društvenoj krizi, Beograd, Čigoja štampa/XX vek.

Buisson Antoine & Khusenova Nafisa, « La production identitaire dans le Tadjikistan post-conflit : état des lieux », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 19-20, 2011, mis en ligne le 1er janvier 2012. Consulté le 08 octobre 2012. URL : http://asiecentrale.revues.org/1393.

Calvet Louis-Jean, 1991, La guerre des langues et les politiques linguistiques, Paris, Pluriel.

Cariou Alain, 2015, L’Asie centrale. Territoires, sociétés et environnement, Paris, Armand Colin.

Chrétien Jean-Pierre, 1999 (nouvelle édition), « Hutu et Tutsi au Rwanda et au Burundi », in Jean-Loup Amselle & Elikia M’Bokolo, Au cœur de l’ethnie. Ethnie, tribalisme et Etat en Afrique, Paris, La Découverte, 129-165.

Chuvin Pierre, Létolle René & Peyrouse Sébastien, 2008, Histoire de l’Asie centrale contemporaine, Paris, Fayard.

Damiani Isabella, 2013, Géopolitique de l’Asie centrale. Entre Europe et Chine : le cœur de l’Eurasie, Paris, Puf.

Dérens Jean-Arnault, 2000, Balkans : la crise, Paris, Gallimard.

Djordjević Ksenija, 2004, « Serbo-croate. Combien de langues ? », in Henri Boyer (éd.), Langues et contact de langues dans l’aire méditerranéenne, Paris, L’Harmattan, 199-209.

Djordjević Léonard Ksenija, 2016a, « Esquisse d’une typologie des situations minoritaires : Balkans et Caucase, 25 ans après la chute du communisme », in Ksenija Djordjević Léonard et Virginia Garin (dir.), Contacts (ou conflits) de langues en contexte postcommuniste et postcolonial, Montpellier, Pulm, 43-64.

Djordjević Léonard Ksenija, 2016b à paraître, « Du bilinguisme additif au bilinguisme soustractif : quelques exemples dans le monde slave », à paraître dans les Actes du colloque D’une langue à l’autre : pratiques, fonctionnement, représentations, organisé à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, les 17-18 novembre 2016.

Fathi Habiba, 2003, « Le Tadjikistan », in Jean Radvanyi (dir.), Les Etats postsoviétiques. Identités en construction, transformations politiques, trajectoires économiques, Paris, Armand Colin, 188-199.

Ferrando Olivier, 2011, « Déplacements de populations et identités dans la vallée de Ferghana : les limites du paradigme ethnique », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 19-20, 2011, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 20 mars 2014. URL : http://asiecentrale.revues.org/1428.

Garde Paul, 1992, Vie et mort de la Yougoslavie, Paris, Fayard.

Laruelle Marlène & Peyrouse Sébastien (dir.), 2013, Eclats d’empires. Asie centrale, Caucase, Afghanistan, Paris, Fayard.

Pujol Catherine (dir.), 2002, Peuples des steppes en Asie centrale, Paris, Editions Autrement.

Roy Olivier, 1991, Des ethnies aux nations en Asie centrale, in Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, n°59-60, Aix-en-Provence, Edisud.

Roy Olivier, 1995, « Tadjikistan : structures d’un conflit », Cahiers d'Etudes sur la Méditerranée Orientale et le monde Turco-Iranien [En ligne], 19, 1995, mis en ligne le 14 mai 2006, consulté le 16 mars 2016. URL : http://cemoti.revues.org/1707.

Serrano Silvia, Géorgie. Sortie d’empire, Paris, CNRS Editions, 2007.

Thomas Paul-Louis, 1998, « La dislocation linguistique comme instrument de pouvoir : l’exemple de l’ex-Yougoslavie », in Chaker Salem (éd.), Langues et pouvoir de l’Afrique du Nord à l’Extrême-Orient, Aix-en-Provence, Edisud, 109-121.

Thorez Julien (dir.), 2015, Asie centrale. Des indépendances à la mondialisation, Paris, Ellipses.

Haut de page

Notes

1 Nous pensons à tous les conflits qui ont suivi l’éclatement de l’URSS (Géorgie, Tchétchénie, Haut-Karabagh…), puis, en dehors de l’Europe, les conflits majeurs des années 1990 fortement médiatisés, comme la guerre du Golfe, la guerre civile en Afghanistan, le conflit ethnique au Sierra Leone, le génocide au Rwanda, etc.

2 Dans les Balkans, comme en Asie centrale, la définition de l’ethnie – concept souvent mobilisé – est particulièrement complexe. Comme le rappelle Olivier Roy, « l’ethnie est une construction et non un fait », car dans une carte ethnique « les entités ainsi définies ne le sont pas sur la base de critères homogènes ; elles ne correspondent pas toujours à ce que les gens disent d’eux-mêmes ; elles marquent la chosification d’un jeu d’identités plus ouvert, dynamique et relationnel » ; quant aux langues, dans la région qui nous intéresse ici, « l’appartenance linguistique est vue comme dépassant la segmentation ethnique » (Roy 1991, 19).

3 Il ne nous semble pas superflu de souligner ici que l’usage du mot langue, comme cause, arme ou conséquence de la guerre, ne signifie pas que nous la dotons des propriétés qu’elle ne saurait avoir : une langue est un système de signes propre à une communauté linguistique, lui permettant de communiquer dans un champ fonctionnel déterminé. Il s’agit ici de l’usage, de l’utilisation, parfois de l’instrumentalisation et même, selon les cas, de la manipulation des langues.

4 Cf. par exemple l’article « En Ukraine, une loi sur la langue russe enflamme la scène politique » (P.S., Le Monde, 06/07/2012), sur la loi de 2012, puis les articles suivants sur la dimension linguistique du conflit de 2014 : « Risques séparatistes en Ukraine » (L’Express, 24/02/2014), « Les clés pour comprendre la crise » (A.G., L’Est républicain, 08/05/2014), « Petro Porochenko : « Nous devons, à l’est de l’Ukraine, reconquérir les esprits et les cœurs ! » (R.G., Le Figaro, 28/06/2014). Dans ce dernier article, le Président Porochenko admet l’erreur commise par le gouvernement transitoire : « J’espère que plus jamais dans notre histoire une question de langue ou de culture viendra mettre en danger l’unité nationale » (Le Figaro, 28/06/2014).

5 Comme l’a exprimé, encore à la fin du XVème siècle, A. de Nebrija dans sa grammaire du castillan.

6 On pense ici avant tout aux conflits très meurtriers, en cours depuis 2011 dans le monde arabe, notamment en Irak et en Syrie. On a vu s’y opposer les aspirations démocratiques à la dictature, les courants de l’islam (sunnite et chiite) entre eux, les puissances internationales engagées dans un combat stratégique de contrôle régional. Ces guerres sont donc communautaires, elles sont en partie religieuses – même si l’on a l’impression que la religion est ici instrumentalisée, comme la langue a pu l’être ailleurs, dans un conflit qui a pris des dimensions internationales –, mais elles ne sont en aucun cas linguistiques. Un autre exemple est fourni par le conflit au Rwanda entre les Hutu et les Tutsi, qui s’est soldé par le génocide dont ont été victimes ces derniers (1994). La différenciation ethnique (cf. Chrétien, 1999) semble artificielle, car les deux populations se distinguaient essentiellement par la classe sociale (notamment les métiers) et, en outre, parlaient la même langue – le kinyarwanda.

7 Nous pouvons, à titre d’exemple, mentionner ici le conflit en Abkhazie (1992-1993). En effet, avant la guerre, les Géorgiens étaient majoritaires en Abkhazie (Serrano, 2007 : 38). Les conflits qui ont éclaté en 1992 ont été violents et les Géorgiens contraints à l’exil, ce qui a considérablement modifié la configuration sociolinguistique de cette région – les Abkhazes, autrefois minoritaires, sont désormais majoritaires dans cette région (Djordjević Léonard 2016a). Rappelons ici également que toute l’Asie centrale a été transformée par Staline, après la guerre, en « une zone d’exil et de déportation » (Peyrouse, in Chuvin et al. 2008, 145), accueillant de nombreux « peuples punis », modifiant, de façon parfois durable, la configuration sociolinguistique régionale.

8 Nous pensons notamment à ses deux ouvrages Jezik od mira do rata (1997a), et Jezik u društvenoj krizi (1997b).

9 Ranko Bugarski écrit à ce sujet : « […] car il est connu que l’artillerie verbale a solidement préparé le terrain pour une pluie de plomb physique » [[…] jer je poznato da je verbalna artiljerija temeljito propremila teren za govor gvozđa] (Bugarski 1997a, 65). Ainsi, par exemple, les moudjahidins ont été « nommés » dans le discours politique et médiatique en Bosnie, avant même que les premiers combattants de cet ordre arrivent et prennent part au conflit (Bugarski 1997a, 65), selon le principe de la prédiction auto-réalisatrice.

10 L’auteur donne de nombreux exemples de tournures sémantiques créées pour décrire exactement le contraire de la situation sur le terrain : on protège une population en la bombardant, les criminels deviennent des patriotes, la conquête est présentée comme une libération (Bugarski 1997a, 67-72). Et à Ranko Bugarski de conclure : « telle guerre, telle langue : sale, hideuse, destructrice » [kakav rat takav i jezik : prljav, nakazan, razoran] (Bugarski 1997a, 69).

11 On pourrait y ajouter également le conflit qui a opposé, en Macédoine, la majorité macédonienne à la minorité albanaise, en 2001. Il s’agit d’une véritable insurrection armée, qui a causé des victimes, et s’est terminée avec la signature des accords d’Ohrid. Il est intéressant de mentionner que le facteur linguistique a joué un rôle clé dans ce conflit, à l’issue duquel le gouvernement a concédé davantage de droits à la minorité albanaise. Le conflit macédono-albanais, dans un pays ayant acquis son indépendance une décennie plus tôt, n’est pas toujours considéré comme faisant partie du cycle des guerres yougoslaves.

12 Pour ce faire, nous avons utilisé la base de données Europress, disponible sur le site de la BU de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3. La recherche a été effectuée avec les mots clés suivants : « Yougoslavie & guerre & langue & ethnie », avec comme date de début le 01/01/1991 (premières mentions de la crise yougoslave qui semblait imminente), et comme date de fin le 31/12/1999. Après un premier tri des résultats, nous avons remplacé les mots-clés « langue » et « ethnie », par « linguistique » et « ethnique ».

13 Deklaracija o nazivu i položaju hrvatskog književnog jezika.

14 Cf., à ce titre, la dernière conférence régionale consacrée aux questions de langue et de nationalisme, réunissant les linguistes issus des quatre pays, qui a eu lieu à Belgrade le 5 et le 6 octobre 2016 (http://www.czkd.org/jezici-i-nacionalizam-beogradska-konferencija/). Ceux-ci ont, une fois de plus, confirmé que les Serbes, les Croates, les Bosniaques et les Monténégrins, parlent bien une seule et même langue.

15 Nous pensons notamment à son existence en tant qu’entité administrative, et en tant que « résultat de la politique soviétique des nationalités qui visait à « fabriquer des nations » » (Fathi 2003, 190) : d’abord avec une autonomie au sein de l’Ouzbékistan, puis en tant que république soviétique autonome, depuis 1929. Quant à la grande imbrication entre les Ouzbeks et les Tadjiks, pour Isabella Damiani, la politique volontariste de Staline de diviser les peuples pour mieux les contrôler doit être relativisée dans ce cas précis : il s’agissait ici avant tout de « bâtir les nations », dans cette époque d’autodétermination des peuples, « en dépit des oppositions idéologiques au sein même du communisme », et en ce qui concerne l’Asie centrale, « en dépit du tissu socio-culturel et des oppositions locales » (Damiani 2013, 78).

16 Il s’agit de la région la plus peuplée de ces contrées montagnardes et steppiques : les populations ouzbèkes, kirghizes et tadjikes s’entremêlent créant parfois de véritables îlots ou enclaves transfrontaliers, depuis la fermeture des frontières de chacun des trois pays.

17 Selon la plupart des estimations, entre 50 000 et 100 000, en même temps que de nombreux Tadjiks ont été poussés sur le chemin de l’exode, et notamment vers l’Afghanistan (Thorez (dir.) 2015, 28-29).

18 Comme pour le premier corpus, nous avons utilisé la base de données Europress, avec les mots-clés « Tadjikistan & guerre & ethnie & langue ». Compte tenu du faible nombre de résultats, dans un deuxième temps, nous avons supprimé le mot-clé « langue » – car cette dimension s’est vite avérée peu présente dans le corpus. Pour affiner les résultats, nous avons également cherché à remplacer « langue » par « linguistique » et « ethnie » par « ethnique ».

19 C’est dans ce sens également que l’on peut comprendre C. Lesnes, lorsqu’elle écrit, dans un article publié dans le journal Le Monde : « Leçon numéro un : le "tout-ethnique", schéma commode d'interprétation des nouveaux conflits dans une époque de précipitation médiatique et de paresse intellectuelle, a fait la preuve de ses limites » (« Le dessous des cartes de l’humanitaire », 25/01/1995).

20 Dans les deux cas, appartenant à la fraction islamo-démocrate : les Gharmis peuplent les hautes vallées, situées en amont de Douchanbé, et sont réinstallés partiellement dans le sud-ouest, tandis que les Pamiris peuplent le Haut-Badakhchan (Roy 1995).

21 On aboutit ainsi à une situation paradoxale, où « même si le localisme n’est pas la motivation première de l’acteur politique, elle finit par fonctionner et par être explicative, même à son corps défendant » (Roy 1995).

22 Outre la langue majoritaire tadjike, un îlot persanophone dans un milieu turcique, de nombreuses langues iraniennes de moindre diffusion sont encore parlées au Pamir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ksenija Djordjević Léonard, « La guerre au-delà des langues : ex-Yougoslavie (1991-1999) et Tadjikistan (1992-1997) », Lengas [En ligne], 80 | 2016, mis en ligne le 23 mars 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://lengas.revues.org/1176  ; DOI : 10.4000/lengas.1176

Haut de page

Auteur

Ksenija Djordjević Léonard

EA-739 Dipralang, Université Paul-Valéry Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org