Navigation – Plan du site

« Llengua valenciana, mai catala ». Sécessionnisme linguistique et revitalisation linguistique au Pays valencien (Espagne)

Vicent Flor
p. 133-151

Notes de l’auteur

« Langue valencienne, jamais catalane ». Cet article fait partie du projet de recherche HAR2011-27392 « De la dictadura nationalista a la democracia de las autonomías : política, cultura e identidades colectivas », financé par la Dirección General de Investigación Ciéntifica y Técnica del Ministerio de Economía y Competitividad del Gobierno de España. Je remercie Jaume Flor et Rafael Company pour ses commentaires. Traduction de Mercè Terradellas.

Texte intégral

Introduction : les langues, une construction politique

  • 1 Le mot provient d’une manière dépréciative de qualifier les détracteurs de l´unité linguistique de (...)

1Cet article analyse plusieurs aspects de la construction sociale de la « langue valencienne », c’est-à-dire du sécessionnisme linguistique valencien. Un des principes centraux de cette construction en a été le blavérisme1, un mouvement politique à tendance populiste, conservateur, anticatalaniste, régionaliste et espagnoliste jouissant d’une influence certaine depuis la fin du franquisme jusqu’à nos jours. Ce mouvement s’est révélé un acteur fondamental dans la vie civile valencienne, qui a compliqué le processus de revitalisation linguistique du Pays valencien. Notre article vise à étudier la base sociale et certaines stratégies du discours anticatalaniste pour tenter de comprendre comment il a acquis une influence considérable dans la société valencienne.

2On sait désormais le poids que les langues peuvent exercer dans la construction des identités ethniques et nationales, car elles en deviennent souvent un élément distinctif. En particulier en Europe, les langues ont représenté un des instruments principaux dans la construction des identités nationales. Néanmoins, ceci n’indique pas forcément que les communautés linguistiques créent des liens nationaux, comme le témoignent, par exemple, les indépendances américaines par rapport à la métropole britannique, portugaise ou espagnole (Anderson 2005, 69-87).

3Les langues, donc, sont certes un moyen de communication, mais elles peuvent être aussi un mécanisme fondamental d’adhésion identitaire, un marqueur identitaire qui sépare un « nous » d’un « autre », et qui le fait d’une façon en apparence très naturelle : d’un côté, ceux qui parlent (à peu près) comme moi, avec qui je m’entends, et d’un autre côté ceux qui parlent bizarrement, avec lesquels il n’est pas possible, ou souhaitable, pas seulement de s’entendre, mais même de se comprendre.

4La modernité, comme affirme Gellner (1988), a conduit à l’alphabétisation généralisée, rendant décisive la langue écrite. En conséquence, les langues modernes ont eu besoin d’une codification pour différents usages, ce qui supposait construire une langue moderne, l’inventer pour les domaines scientifique, médiatique, technique ou bien d’autres. Néanmoins, cette construction n’a pas échappé aux polémiques ni aux luttes politiques (Billig 2006, 61), car toute réglementation linguistique a tendance à privilégier certaines formes territoriales ou sociales au détriment d’autres (et par conséquent, à exclure ces dernières formes).

5Tout le continent européen a connu les polémiques et les affrontements identitaires suscités par le fait de considérer différents parlers comme des langues (Kedourie 1988, 97). À ce titre, le Pays valencien n’a pas été une exception particulière, et la distinction entre langue et dialecte se présente plus comme une question politique (avec des implications identitaires) que proprement linguistique — on le constate en particulier à travers l’association entre langue et modernité. Il s’agit donc également d’une question de prestige et de statut social (Cotano 2000, 118-119). Dans ce sens, les sécessionnismes (ou les irrédentismes) idiomatiques s’appuient clairement sur des motivations politiques, et, plus précisément, nationalistes. En fait, considérer un parler comme langue ne répond pas, en substance, à la distance linguistique objective entre chacune des variétés, ni même à des critères d’intelligibilité mutuelle. En Europe, plusieurs cas illustrent ce principe (Gellner 1988, 65).

  • 2 Acquérir le titre de langue ne signifie en aucun cas la fin des débats linguistiques, ceux-ci se ré (...)

6Le sécessionnisme linguistique est un concept qui exprime la rupture, la séparation d’une variété linguistique présentée comme commune par une autre, ainsi que l’élévation de cette dernière à la catégorie de langue. En Europe, on trouve parmi les illustrations récentes de ce concept les cas du slovaque, du macédonien et du moldave. Bien que les philologues aient traditionnellement tenté de délimiter des concepts comme langue et dialecte, notre propos ici sera de nous intéresser, dans une perspective sociologique, à la perception sociale des locuteurs vis-à-vis de leur propre parler et de celui des autres et, le cas échéant, à l’affrontement idéologique en œuvre dans la construction de la catégorie de langue. Ce point de départ illustrerait la raison pour laquelle, bien que les scientifiques aient constaté une nette affinité linguistique entre les parlers valencien et catalan — notamment avec le catalan occidental —, certains groupes sociaux significatifs continuent de les percevoir comme deux langues différentes et indépendantes. Ce sont ces groupes qui se sont soulevés contre la qualification de dialecte pour le catalan parlé dans le Pays valencien. Le débat2 n’est donc pas exclusivement linguistique mais fondamentalement politique.

  • 3 Des tentatives d’élaboration de langues indépendantes ont ainsi vu le jour dans les îles Baléares e (...)
  • 4 La langue catalane est parlée sur quatre États (Andorre, Espagne, France, Italie) et quatre Communa (...)

7Dans l’État espagnol ont existé et existent encore plusieurs débats autour de questions linguistiques. À l’intérieur du domaine catalan, le cas valencien n’est d’ailleurs pas le seul cas de conflit3. Le sécessionnisme linguistique ne peut non plus être considéré une conséquence inévitable de la fragmentation politico-territoriale de l’espace de la langue catalane4. À notre connaissance, aucun mouvement sécessionniste doté d’un soutien populaire conséquent n’a jamais existé dans la principauté d’Andorre (seul État du monde où le catalan est la langue officielle) ni en Catalogne nord, sous administration française.

8Il faut noter en outre que le sécessionnisme linguistique ne correspond pas toujours à une volonté de revitaliser un parler, mais peut justement viser à empêcher ou mettre en difficulté un tel processus. Le cas valencien correspond sans aucun doute à ce schéma. Les sécessionnistes valenciens, à part une toute petite minorité d’entre eux, peuvent être considérés comme des détracteurs de la revitalisation du valencien et, en conséquence, comme des partisans du maintien de la suprématie du castillan. Pour eux, l’adversaire principal est la langue catalane et ils contournent ou subliment le conflit linguistique valencien tel que l’entend Ninyoles (1969).

La Comunitat valenciana
et le sécessionnisme linguistique

  • 5 Période comprise entre le xvie et le début du xixe siècles, caractérisée par la disparition progres (...)

9Depuis l’origine de l’unité dynastique espagnole ou presque, il a existé une action politique qui a visé à homogénéiser les sujets du royaume. Au cours de la même année 1492 pendant laquelle furent réunis les royaumes de Castille et d’Aragon, les Rois Catholiques expulsaient les Juifs sépharades d’Espagne. Malgré la conversion préalable et forcée des Maurisques au christianisme, Philippe III ordonne leur expulsion au début du xviie siècle. L’homogénéisation linguistique fait alors suite à l’homogénéisation religieuse. Elle commence avec ce qui sera nommé la Decadència5 dans le Pays valencien. Avec la modernité historique apparaissent ainsi des règles, des pratiques et des discours favorisant le castillan comme langue commune.

10Le processus de substitution linguistique s’intensifie à l’époque contemporaine. L’action de l’État-nation espagnol ne sera en aucun cas culturellement neutre. Des processus comme la scolarisation et l’alphabétisation, les médias et la standardisation des langages bureaucratiques et économiques, entre autres, vont contribuer à restreindre le valencien à des aspects strictement populaires ou symboliques, ainsi qu’à la sphère privée. Ce processus de substitution linguistique a eu ses défenseurs plus ou moins explicites, qui jugeront « leur propre langue inappropriée à la production culturelle, et l’adoption du castillan devient le symbole d’un statut de prestige » (Xambó 2001, 43).

11Le franquisme renforce et consolide institutionnellement le processus de changement linguistique et la mise à l’écart du valencien. Ainsi, pour Cortès, la dictature :

  • 6 C’est-à-dire, le passage au castillan.
  • 7 Membres du parti d’extrême droite de la Phalange.

1. encourage et légitime les attitudes linguistiques propres aux classes dominantes valenciennes6 ; 2. fait pression autant que possible pour faire en sorte que l’usage public de notre catalan ne puisse se manifester avec le droit et la liberté qui sont inhérents à la langue du pays ; et 3. fait en sorte que les phalangistes7 et leurs alliés locaux contribuent à endoctriner les valenciens en vue de l’abandon de leur langue et d’un succursalisme culturel. (Cortés 1995, 186)

12Avec la récupération de la démocratie, malgré le changement politique et l’arrivée de la co-officialité dans certains domaines, le nationalisme espagnol continuera de construire une inégalité linguistique entre les citoyens espagnols, en favorisant la prééminence du castillan et la subordination des autres langues de l’État (Pardines & Torres 2011, 27-30).

13Somme toute, malgré la volonté de démontrer le contraire, une idéologie du nationalisme linguistique espagnole a continué à exister (et existe toujours) après la fin de la dictature, pratiquant un castillanocentrisme souvent implicite et présentant le castillan comme :

Une langue commune qui dépasse les nationalismes et qui se situe dans le niveau propre à une société civile basée sur la liberté et l’égalité pour tous les citoyens espagnols. La thèse fondamentale de cette présentation de la langue espagnole consiste à affirmer que le castillan n’est autre chose qu’une variété ou un dialecte de plus parmi d’autres de la langue espagnole commune ou standard, et que, par conséquent, l’adoption de cette langue par des communautés où l’on parle dialecte ou une langue différente du castillan n’est due à aucune imposition, mais simplement à l’extension naturelle d’une langue neutre, particulièrement facile à apprendre, qui permet la compréhension pratique entre tous les espagnols.
(Moreno 2007, 351-352)

  • 8 Processus de remplacement de la dictature de Franco par un régime démocratique en Espagne.
  • 9 Joan Fuster Ortells (Sueca, 1922-1992), intellectuel qui a dirigé le valencianisme à partir des ann (...)

14Une tentative de renversement de cette situation sociolinguistique verra le jour dans les années 1960, et plus particulièrement à partir de la transition démocratique8. Le valencianisme né de la proposition de Joan Fuster9 fait le pari de transformer le valencien en langue de référence et en langue identitaire (Archilés 2012). D’autres options idéologiques sont alors mobilisées avec plus ou moins de force pour résister à cette proposition. Parmi celles-ci on note le régionalisme anticatalaniste, qui va lutter pour maintenir et consolider la situation de prééminence du castillan. En conséquence, la langue catalane deviendra un enjeu fondamental dans une lutte pour l’hégémonie, un véritable champ de bataille identitaire. De fait, jusqu’à la modification du Statut d’autonomie de 2006, le Pays valencien était la seule communauté autonome espagnole disposant d’une langue autochtone co-officielle à ne réguler dans ses dispositions statutaires ni l’identité de la langue, ni l’instance chargée de déterminer sa réglementation (Bodoque 2005, p. 164).

  • 10 Doctrine élaborée par Joan Fuster.
  • 11 Ainsi dans la théorie du blavérisme : « les Catalans ont besoin de la langue pour être une unité hi (...)

15Pour le régionalisme anticatalaniste, la langue deviendra un symbole de lutte pour trois raisons principales : 1. elle est, comme il a déjà été évoqué, un élément dominant dans la construction d’identités politiques modernes ; 2. elle est adoptée par le fusterianisme10 comme l’élément particulier décisif permettant de construire une identité culturelle (et d’une certaine façon, politique) partagée entre valenciens et catalans, objectif qu’il s’agira coûte que coûte d’empêcher11 ; et 3. cette identité partagée à partir de la langue commune est perçue comme une subordination à la Catalogne et au catalanisme. Par conséquent, le blavérisme va considérer la rupture de cette unité linguistico-culturelle comme un objectif stratégique fondamental.

  • 12 Ensemble des territoires où l’on parle le catalan.

16D’un point de vue blavériste, il serait donc impossible de construire une valencianité qui soit posée d’égal à égal avec la catalanité à partir de la notion de langue catalane commune, ni même à partir de l’idée d’une langue valencienne-catalane avec une double dénomination partagée. Une identité valencienne analogue à une identité autrichienne (politique grâce à l’existence d’un État-nation propre, mais linguistiquement et culturellement germanophone) ou à une identité flamande (politique, grâce à une région dans un état fédéral belge, mais linguistiquement et culturellement néerlandophone) est impensable pour les anticatalanistes. De cette manière, si pour le fusterianisme la langue est l’élément référentiel principal dans la construction de son projet et de son discours politique, pour le blavérisme elle le sera tout autant, mais de manière radicalement opposée. La langue sera ainsi essentielle dans la construction d’une réaction politique contre l’idée des Pays catalans12, basée sur ce qui est considéré comme un annexionnisme linguistique perçu comme une négation de la valencianité. De fait, un usage quasi culturel du valencien peut être considéré comme une forme de cette même négation.

17Si pour le valencianisme fusterian, la langue reste le critère le plus important pour définir la nation, le blavérisme, comme d’autres mouvements en Europe, s’emploie à faire l’inverse, et cherche à créer la langue à partir du territoire (ici la région administrative). La construction idéologique, pourtant, sera identique, basée sur la concordance entre langue et nation (ou région) — avec un point de départ différent : la langue pour le pancatalanisme, le territoire ou le peuple pour le blavérisme. En fait, étrangement, certains textes du blavérisme dénoncent explicitement l’identification langue-nation du pancatalanisme, en occultant ainsi l’identification langue-région de l’anticatalanisme que l’on trouve dans son propre discours (García 1990, 11).

18Par conséquent, si le fusterianisme défend la catalanité de tous les locuteurs du catalan, pas seulement de ceux qui viennent de la Catalogne — sera catalan celui ou celle qui parle catalan —, le blavérisme, en réaction, défend le caractère non catalan du valencien à partir, justement, de la non catalanité des valenciens. L’argument est tautologique : « Puisque nous ne sommes pas catalans, nous ne parlons pas (ne pouvons pas parler) le catalan. » Les Valenciens, selon ce discours, auraient non seulement une langue propre, mais qui en outre aurait un caractère privatif, elle ne serait partagée par aucune autre communauté ni aucun autre groupe (García Sentandreu 2004, 114).

19La majorité des tenants du blavérisme, associe de manière directe l’opposition à l’unité nationale des Pays catalans et l’unité de la langue catalane. Les anticatalanistes, s’inscrivant en cela dans la lignée des discours populistes (Flor 2011, 225-227), proposent un discours peu nuancé. Ce qui compte avant tout c’est la négation de la construction politique des Pays Catalans, la langue en ce sens n’est qu’une variable qui dépend de cette négation initiale. Sur ce sujet, José Ramón Pin Arboledas, le dirigeant de l’Unión de Centro Democrático, le parti hégémonique du centre droite espagnol pendant la transition démocratique, considère que le sécessionnisme linguistique était (et demeure) la façon la plus efficace, la plus « imaginative » et « méditerranéenne » de combattre le projet des Països Catalans, celui-ci se construisant justement à partir de l’unité linguistique (Flor 2009, 473).

20Comme nous avons eu l’occasion de développer ailleurs (Flor 2009, 490-512), les cinq objectifs principaux du sécessionnisme linguistique, souvent implicites dans la rhétorique blavériste, sont les suivants :

  1. La lutte contre la revitalisation linguistique du valencien ou, ce qui revient au même, la défense de l’hégémonie du castillan à travers d’une argumentation en faveur du bilinguisme ;

  2. La lutte contre l’aménagement linguistique du catalan au Pays Valencien à partir des règles unitaires signées à Castelló en 1932, considérées un standard catalaniste, et contre ses principaux défenseurs, les philologues dits catalanistes ;

  3. La lutte contre les institutions éducatives, chargées de l’enseignement de la langue catalane ;

  4. La lutte contre les institutions supérieures de l’éducation et de la recherche, comme les universités, le monde de la science et les intellectuels en général ;

  5. Ce qui est un corollaire des points précédents, la défense d’un modèle de chaos linguistique pour favoriser le changement linguistique par rapport à l’espagnol.

21Le pari du sécessionnisme linguistique, cependant, n’est pas uniquement de combattre politiquement le projet national pancatalan, mais aussi d’éviter tout succès du processus de revitalisation de la langue autochtone. En divisant la langue commune, « la résidualisation et l’hyperdialectalisation » (Climent-Ferrando 2005, 49) deviennent plus saillantes. En ce sens, les appels de tous les départements de philologie et de littérature de l’université de Valence en 1978 — avertissant des risques du sécessionnisme linguistique pour le futur du valencien (33-34) — sont restés lettre morte, justement parce que le blavérisme cherchait et cherche toujours à empêcher que le valencien trouve un futur au delà d’un patois folklorisant (pour un usage rituel et populaire essentiellement) et socialement secondaire.

22La construction d’une langue valencienne indépendante est devenue ainsi une marque idéologique et politique — un des plus importants marqueurs identitaires que le blavérisme ait construit — qui sépare les valencianistes (ceux qui considèrent le valencien comme une langue indépendante du catalan) des catalanistes (ceux qui posent l’unité linguistique), considérés comme des traîtres au service de la Catalogne (Flor 2011, 207-208).

23Le sécessionnisme apparaît dans un contexte de processus avancé de substitution linguistique du valencien par du castillan dans les aires métropolitaines du Pays valencien, et plus particulièrement dans le hinterland de Valence où la transmission familiale du valencien s’est interrompue pendant les années 1960 et 1970. C’est en grande partie au sein de ces familles que la base sociale du blavérisme se constitue.

24Dans les aires métropolitaines du Pays valencien, le processus de changement linguistique parmi les classes populaires, au contraire, est un phénomène relativement récent. À la différence du cas français, la puissance homogénéisatrice de l’État-nation espagnol a certes été importante, mais est restée sensiblement plus faible. En effet, exception faite des zones castillanophones traditionnelles, vers la fin du xixe siècle le castillan n’était parlé que par quelques minorités sociales des classes moyennes et hautes. L’homogénéisation linguistique était, en comparaison, beaucoup moins importante en Espagne qu’en France, et ceci en partie du fait de l’introduction tardive de la scolarisation obligatoire et au taux élevé d’analphabétisme qui en résultait. Pour les historiens Martí et Archilés (1999, 176), la cause fondamentale de cet état de fait sociologique est à rechercher dans la spécialisation de l’agriculture méditerranéenne en cultures intensives destinées au commerce, ce qui comportait l’incorporation précoce des jeunes sur marché du travail et l’abandon des études. Dans le domaine dit de haute culture néanmoins, le processus d’assimilation linguistique était beaucoup plus avancé, préparant ainsi le territoire à la diglossie en construisant le valencien comme un jargon ou une « langue de barbares » (1999, 178). Ce processus de substitution exigera un effort d’apprentissage du castillan et entraînera et un processus de différenciation culturelle et de distinction (Bourdieu 1988). Il s’agit là de facteurs non négligeables que, précisément, le projet de Fuster mettait en danger (d’une manière toute relative, son influence sociale restant modérée). C’est pourquoi la réaction sécessionniste trouve sa justification dans la substitution linguistique au bénéfice du castillan, de la part de secteurs sociaux qui avaient soit déjà sauté le pas du changement de langue complètement ou partiellement, en éduquant leurs enfants en castillan.

25Le blavérisme propose une couverture idéologique au processus de substitution linguistique, puisque dans ce type de discours le nationalisme valencien ne parlerait pas d’une récupération du valencien mais plutôt d’une introduction forcée du catalan, conçu comme étranger, ce qui permettrait de justifier la continuité du castillan comme langue hégémonique. De manière concomitante, le mouvement blavériste nie l’idée d’abandon de la langue, ou le conceptualise comme une forme de bilinguisme enrichissant.

26L’action blavériste a pour résultat de ne pas aller à l’encontre ni de l’effort de certaines classes sociales de passer de locuteur de valencien à locuteur de castillan, ni d’attentes conséquentes de mobilité sociale ascendante, qu’empêcherait le succès d’une idéologie cherchant à faire marche arrière dans le processus de substitution linguistique :

[i]maginez une société qui sent qu’elle peut être attaquée politiquement et, par ailleurs, qui doit commencer à parler une langue qui n’est pas tout à fait la sienne. Alors elle dit, bon, pendant qu’on discute pour savoir si ce qu’on parle est du valencien ou du catalan, pendant ce temps je continue de vivre, et je continue de parler mon castillan. Il s’agit d’une vision un peu cynique de la situation, mais assez réaliste. (José Ramón Pin, cité dans Flor 2009, 477-478)

27C’est pourquoi, tant qu’existeront le valencianisme et des partisans de la normativisation du valencien, il est prévisible qu’existera un blavérisme actif, qui fonctionne comme une réaction par rapport aux premiers (Bello 1988, 289).

Les clefs du sécessionnisme

28Le sécessionnisme linguistique valencien a des prédécesseurs politiques, en la personne de Josep Maria Bayarri (1931, 47) par exemple, pour qui l’existence d’une condition ethnique valencienne séparée préexistait à la conquête catalano-aragonaise de Valence. Néanmoins, ses origines comme mouvement social sont à rechercher dans la naissance du blavérisme, en 1975. Deux ans plus tard, le juge Miquel Adlert publie En defensa de la llengua valenciana. Perqué i cóm s’ha d’escriure la que es parla, qui constitue la tentative de légitimation du discours valencianiste la plus importante. Ce livre a servi de source directe à la réglementation linguistique sécessionniste adoptée par l’Acadèmia de Cultura Valenciana quatre ans plus tard.

  • 13 Trente ans après sa publication en 2007, seuls 28,8 % des valenciens affirmaient que chez eux, lors (...)

29Le livre d’Adlert montre comment l’anticatalanisme s’accompagne de manière habituelle d’un discours espagnoliste et affirme que le danger de la substitution linguistique est très exagéré. En niant ce processus qui apparaît pourtant statistiquement13, Adlert fournissait à la substitution linguistique une couverture idéologique, ce qui revenait également à légitimer les habitudes linguistiques de diglossie d’une partie significative des locuteurs du valencien, qui avaient eux-mêmes contribué au changement linguistique. Ainsi pour lui, comme pour la plupart des partisans du blavérisme, le danger de catalanisation serait plus réel que celui de la castillanisation, phénomène qui n’est pas seulement nié mais qui est, en outre, qualifié d’« obsession » catalaniste (Aldert 1977, 15-16).

30Au fil du temps, le mouvement blavériste a progressivement mis en place une stratégie de plus en plus élaborée afin de dévier l’attention du débat sur l’utilisation sociale du valencien vers un débat sur l’identité (et les « essences », Flor 2001) du valencien. Autrement dit, le conflit linguistique valencien qui, comme le signale Ninyoles (1969), était un conflit entre une langue hégémonique et une langue restreinte à la culture populaire mais dont les locuteurs aspiraient à avoir également accès à la haute culture, devint un conflit sur l’identité du valencien, centré sur son appartenance ou son indépendance de la langue catalane. Du point de vue de son expression sociale au quotidien, le conflit linguistique évolua graduellement d’une lutte pour l’hégémonie sociale entre le castillan et le valencien vers un conflit identitaire entre ce qui comptait comme « valencien » et ce qui était « catalan ». Ce changement de focalisation a finalement contribué à rendre encore plus hégémonique la langue castillane, et sera un des grands succès du blavérisme.

31De la même manière que la problématisation de l’identité valencienne telle que défendue par le fusterianisme allait à l’encontre du développement de cette identité (et de ce fait plusieurs individus s’étant rapprochés de ce nationalisme valencien dans un premier temps, se sont ralliés finalement à l’identité nationale espagnole, qui n’était pas remise en question), la problématisation de l’identité valencienne dans les termes du blavérisme impliquait un frein quant aux possibilités d’accroître l’utilisation sociale du valencien. Le castillan, cependant, n’était pas perçu comme conflictuel et son utilisation, malgré les très timides politiques linguistiques promues par le gouvernement valencien à partir des années 1980 (Bodoque 2005), augmenta progressivement jusqu’à devenir non seulement la langue principale de culture des classes supérieures mais aussi la langue majoritaire de communication.

32Il s’agissait, finalement, d’empêcher que le valencien ne devienne une langue hégémonique, ainsi que d’empêcher la promotion sociale des nouvelles élites qui encourageaient ce processus. Ceci se serait produit au détriment des élites dirigeantes traditionnelles valenciennes, comme ce fut le cas à partir de la deuxième moitié du xxe siècle au Québec et en Flandres où de nouvelles élites, francophone et néerlandophone respectivement, accédèrent à l’hégémonie en déplaçant (du moins partiellement) les élites traditionnelles (anglophone et francophone). Au Pays valencien néanmoins, cette possibilité fut éliminée d’emblée et le sécessionnisme linguistique y contribua efficacement.

L’importance sociale du sécessionnisme

33Mesurer le sécessionnisme linguistique au Pays valencien est une tâche complexe, car les données quantitatives ne sont pas nombreuses. Il en existe pourtant quelques unes qui permettent de situer le phénomène.

  • 14 Conseil préautonomique du Pays valencien, instance chargée de préparer le statut d’autonomie lors d (...)

34Une enquête, conduite à la fin des années 1970 à la demande du Consell preautonòmic du País Valencià14, — qu’il convient d’observer avec une distance prudente, car les résultats étaient favorables à la position du président socialiste du moment, Josep Lluís Albinyana — accordait au sécessionnisme un soutien minoritaire représentant environ un tiers de la population valencienne : 35 % des personnes interrogées considéraient que le catalan et le valencien étaient deux langues différentes, par rapport à 49 % qui défendaient l’unité linguistique (Valencia Semanal, 89, février 1979). D’après ces données, les sécessionnistes auraient été minoritaires pendant la transition démocratique, malgré un discours qui se présentait comme parlant au nom du peuple.

  • 15 D’après le journal El Punt (14/11/2004), le gouvernement valencien avait commandé une enquête (non (...)
  • 16 Études du CIS (travail réalisé de 2001 à 2004) qui contiennent une question, assez discutable, sur (...)

35Il faut attendre le xxie siècle15 pour disposer de données directes que l’on puisse comparer avec celles de l’enquête de 197916. Le tableau 1 ci-dessous montre clairement que le sécessionnisme linguistique serait nettement majoritaire dans la région, dans une proportion oscillant entre 62,6 % et 72,5 % (des différences importantes, certes, compte tenu du peu de temps écoulé entre les sondages et d’un protocole d’enquête identique).

Tableau 1 — Sécessionisme linguistique en Pays valencien

2001

2002

2003

2004

Il s’agit d’une langue différente du catalan

67,8 %

72,5 %

62,6 %

68,3 %

Il s’agit de la même langue parlée en Catalogne et aux îles Baléares

32,2 %

27,5 %

37,4 %

31,7 %

Source : CIS (Castelló 2006, 49).

  • 17 PP, parti de la droite espagnole, soutien traditionnel du sécessionnisme valencien (note de la trad (...)

36Environ deux tiers de la société valencienne partageraient l’opinion selon laquelle le valencien et le catalan sont deux langues différentes, chiffre clairement significatif — d’autant plus que toutes les institutions universitaires et la plupart des institutions académiques, scientifiques et même éducatives du Pays valencien reconnaissent et affirment l’unité de la langue catalane. Le pourcentage de sécessionnistes est également bien supérieur à celui des électeurs du Parti populaire17. La construction du valencien comme langue indépendante serait donc plus transversale politiquement que ce que l’on admet habituellement. On peut ainsi comprendre l’ambiguïté calculée du PSPV-PSOE (parti socialiste), principal parti de l’opposition depuis 1995, par rapport à ce sujet ainsi que le pacte de réforme du statut d’autonomie du Pays valencien entre les deux grands partis. Dans ce document, les concepts de « langue valencienne » et d’« idiome valencien » sont introduits dans le préambule puis repris dans les articles du nouveau Statut d’autonomie, ce qui aura comme effet de renforcer le sécessionnisme, résultat de l’efficacité de l’action du régionalisme ordinaire (Billig 2006 & Flor 2011).

37Castelló (2006), qui a croisé les données des enquêtes, signale (tableau 2, ci-desssous) que le sécessionnisme linguistique serait plus important :

  • parmi les femmes que parmi les hommes ;

  • parmi les personnes plus âgées plutôt que parmi les jeunes (ce qui pourrait s’expliquer par leur plus haut niveau d’alphabétisation, situation qui pourrait amener à un changement de pourcentages en une ou deux décennies) ;

  • dans les cantons d’Alacant plutôt qu’à Castelló et València (à l’inverse, le fait d’être né dans le Pays Valencien ou ailleurs ne génère pas de différence significative) ;

  • dans les villes entre 100 000 et 400 000 habitants plutôt que dans la capitale ; parmi les salariés du secteur privé plutôt que dans ceux du public ;

  • dans l’agriculture plutôt que dans les services (par contre, il n’existe pas de différences significatives entre les travailleurs indépendants et les salariés) ;

  • parmi les personnes n’ayant pas suivi d’études plutôt que parmi celles qui ont suivi des études secondaires ou universitaires ;

  • enfin, parmi les retraités et les femmes au foyer que parmi les étudiants.

Tableau 2 — Catégories sociales et sécessionisme linguistique au Pays valencien

Semblent influencer

Ne semble pas influencer

Genre : + femmes qu’hommes

Lieu de naissance : = autochtones et immigrés

Âge : âgés que jeunes

Classe sociale : = entrepreneurs et salariés

Province : + Alicante que Valence et Castelló

Nombre d’habitants : + 100 000-400 000 qu’à Valence (ville)

Métiers : + retraités et femmes au foyer qu’étudiants

Public-privé : + dans le privé que dans le public

Secteur : + agriculture que dans le secteur services

Études : + sans études qu’avec des études secondaires ou universitaires

langue (apparemment) : + locuteur de castillan que locuteur de valencien

Source : élaboration à partir des données de Castelló 2006, 50.

38Ainsi, le sécessionnisme linguistique serait plus fréquent parmi les personnes ayant un niveau de scolarisation plus faible, ce qui expliquerait que bien socialement majoritaire, son prestige reste moindre parmi les personnes ayant un niveau culturel plus élevé. Pour ces derniers, la conviction de l’unité linguistique serait (légèrement) majoritaire, et l’influence du récit identitaire fusterien plus importante. En fait, malgré l’influence du régionalisme ordinaire, entre un quart et un tiers des valenciens reconnaîtraient l’unité linguistique. Bien que minoritaire, cette position compte donc nombre de partisans et ne serait pas une position statistique marginale.

39De la même manière, le sécessionnisme semble être un phénomène en rapport avec l’autodéfinition linguistique et l’utilisation sociale du valencien. Plus le pourcentage de locuteurs de valencien est haut, moins le sécessionnisme est important ; l’inverse est également vrai, ce qui prouverait que le blaverisme serait une réponse politique de justification du processus de substitution.

40L’importance du sécessionnisme linguistique ne peut cependant se limiter à son aspect quantitatif. Il est nécessaire de prendre en compte la structure sociale qui facilite la reproduction de certaines croyances qui vont à l’encontre des positions dominantes dans la romanistique internationale. Trois institutions facilitent notamment la construction du valencien comme langue indépendante : 1. la famille ; 2. la Généralité de Valence (le gouvernement valencien) et 3. les médias.

  • 18 On peut citer par exemple certaines dispositions légales contre l’unité de la langue, comme l’Ordre (...)

41La famille est une institution centrale dans la transmission de valeurs et d’identités. Le blavérisme a imaginé la valencianité comme une continuité intergénérationnelle sacrée dans laquelle la famille transmettrait cette identité authentique. En ce sens, le valencien se serait transmis de façon quasiment immaculée de génération en génération. La Generalitat a promu également, de façon directe ou indirecte, le sécessionnisme. L’accord sur le Statut d’autonomie exclut toute utilisation officielle du terme langue catalane, ainsi que toute reconnaissance de l’unité linguistique, facteur qui contribue à ce qu’une même langue officielle appelée « valencien » au Pays valencien et catalan en Catalogne, dans les îles Baléares et dans l’État d’Andorre soit considérée en fait comme deux langues différentes en raison de la double dénomination18. Enfin, les médias en général, aussi bien publics (Canal 9 et Ràdio 9 essentiellement) que privés, ont joué un rôle considérable dans l’expansion du sécessionnisme linguistique. La dénomination de « catalan » ou « langue catalane » est quasiment proscrite des médias valenciens et il est rare d’évoquer les territoires du domaine linguistique catalan comme participant de la même réalité linguistique, ce qui favorise, du moins indirectement, un la représentation du catalan comme une autre langue et une banalisation du sécessionnisme.

Conclusions

42Nous avons vu que le soutien au sécessionnisme linguistique représente environ deux tiers de la société valencienne. Trois institutions facilitent notamment la construction du valencien comme langue indépendante : 1. la famille ; 2. le gouvernement régional et 3. les médias. Ces trois institutions ont contribué de façon décisive à présenter la revendication sécessionniste comme vraisemblable ; la revendication du valencien comme langue indépendante est devenue normale et même de bon sens. Le blaverisme, donc, présente une vraisemblance manifeste : penser que le valencien et le catalan sont deux langues différentes devient normal et même respectable pour une bonne partie des secteurs sociaux valenciens.

43La prétention de séparer le valencien de l’ensemble de la langue catalane a comme objectif de contribuer au processus de substitution linguistique du valencien en faveur du castillan. Bien que le pari pour la prééminence sociale du castillan ne s’explicite pas souvent dans le discours du blavérisme, l’analyse du contenu de celui-ci ne laisse aucun doute quant à l’espace marginal, restreint aux usages familiers ou simplement rituels, que le blavérisme accorde au valencien, même dans ses propres textes. L’objectif de séparer le valencien, donc, n’est pas de le transformer en une nouvelle langue revitalisée, mais de faire en sorte qu’il devienne un référent identitaire relégué à certains usages linguistiques manifestement marginaux.

44Comme on l’a vu cependant, le débat idéologique valencien recouvre une dimension sociale manifeste qui se trouve niée dans le discours ordinaire du blavérisme. Le conflit linguistique occulte un conflit social entre élites traditionnelles, ayant investi de longue date dans le castillan, et nouvelles élites faisant du catalan leur signe distinctif. Le contrôle de l’opinion majoritaire des classes populaires a été construit au fil des années comme un enjeu de cette lutte, dans laquelle l’alliance des élites traditionnelles avec la droite espagnoliste s’est avérée décisive, face à un « pouvoir barcelonais », présenté par le blavérisme dès le début de la transition démocratique comme conquérant.

Haut de page

Bibliographie

Adlert Miquel, En defensa de la llengua valenciana. Perqué i cóm s’ha d’escriure la que es parla, València, Del Cenia al Segura, 1977.

Anderson Benedict, Comunitats Imaginades, Catarroja-Barcelona, Afers, 2005 [1991].

Archilés Ferran, Una singularitat amarga. El relat de la identitat valenciana en Joan Fuster, Catarroja-Barcelona, Afers, 2012.

Bayarri Josep Maria, El perill catalá, València, Consell Valenciá de Publicacions, 1931.

Bello Vicent, La pesta blava, València, 3 i 4, 1989.

Billig Michael, Nacionalisme Banal, Catarroja-Barcelona, Afers, 2006 [1995].

Bodoque Anselm, El valencià i la política lingüística dels governs autònoms (1983-2003) : un cas d’anàlisi de polítiques públiques, tesi doctoral dirigida per Joan Subirats i Josep Maria Felip, València, Universitat de València, 2005.

Bourdieu Pierre, La distinción : criterio y bases sociales del gusto, Madrid, Taurus, 1988 [1979].

Castelló Rafael, Els estudis sobre la situació sociolingüística al País Valencià, Barcelona, Institut d’Estudis Catalans, 2006.

Climent-Ferrando Vicent, L’origen i l’evolució argumentativa del secessionisme lingüístic valencià. Una anàlisi des de transició fins a l’actualitat, Barcelona, Ciemen, 2005.

Cortés Santi, València sota el règim franquista (1939-1951), València-Barcelona, Institut de Filologia Valenciana-Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 1995.

Costa James, « “Aviáu enveja de transmetre tres causas” : transmission familiale de l’occitan et idéologies de militants en Provence », Travaux Neuchâtelois de Linguistique, 51, 2010, p. 93-107.

Cotano Àngela, Les llengües minoritzades d’Europa, València, 3 i 4, 2000.

Flor Vicent, « L’essencialisme ens uneix », Hac, 1, p. 57-72.

Flor Vicent, L’anticatalanisme al País Valencià : identitat i reproducció social del discurs del « blaverisme », tesi doctoral dirigida per Antonio Ariño, València, Universitat de València, 2009.

Flor Vicent, Noves glòries a Espanya. Anticatalanisme i identitat valenciana, Catarroja-Barcelona, Afers, 2011.

García Ramon, ¡¡Entérate!! ¡¡Denunciamos cual es la verdera misión de la TV3 catalana en la Comunidad Valenciana!!, València, Unió Valenciana, 1990.

García Sentandreu Juan, Breu Historia de Valencia. Didactica elemental per a amar i defendre a Valencia, València, Nou Valencianisme, 2004.

Gellner Ernest, Naciones y nacionalismo, Madrid, Alianza, 1988 [1983].

Kedourie Elie, Nacionalismo, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1988 [1966].

Martí Manuel & Archilés Ferran, « La construcción de la nación española durante el siglo xix : logros y límites de la asimilación en el caso valenciano », in Garcia A. (dir.), España, ¿Nación de Naciones?, Ayer, 35, 1999, p. 171-190.

Montoya Brauli, « La legitimació possible al País Valencià », Treballs de Sociolingüística Catalana, 20, 2009, p. 211-227.

Moreno Juan Carlos, « El nacionalismo lingüístico español », in Taibo C. (dir.), Nacionalismo español. Esencias, memoria e instituciones, Madrid, La Catarata, 2007, p. 351-376.

Ninyoles Rafael Lluís, Conflicte lingüístic valencià, València, 3i4, 1969.

Pardines Susanna & Torres, Nathalie, La política lingüística al País Valencià. Del conflicte a la gestió responsable, València-Barcelona, Fundació Nexe-Edicions Riu-Rau, 2011.

Universitat de València, Informe sobre la llengua del País Valencià, València, Universitat de València, 1978.

Viadel Francesc, No mos fareu catalans. Història inacabada del blaverisme, Barcelona, La Esfera de los Libros, 2006.

Xambó Rafael, Comunicació, política i societat : el cas valencià, València, 3 i 4, 2001.

Haut de page

Notes

1 Le mot provient d’une manière dépréciative de qualifier les détracteurs de l´unité linguistique de la langue catalane au Pays valencien, qui ajoutent à la senyera, le drapeau catalan, une bande bleue — blau en catalan. Voir Flor 2011, 21-22.

2 Acquérir le titre de langue ne signifie en aucun cas la fin des débats linguistiques, ceux-ci se référant tout autant à des problématiques de dénomination, de réglementation, de degrés d’officialisation, entre autres.

3 Des tentatives d’élaboration de langues indépendantes ont ainsi vu le jour dans les îles Baléares et en Aragon oriental, mais elles n’ont pas rencontré le même soutien social qu’à Valence. Les polémiques autour de la catalanité du majorquin et des autres parlers des Baléares sont restées minoritaires, et le statut d’autonomie insulaire reconnaît l’unité linguistique de la langue catalane et dénomination de « catalan ». En fait, il est probable que l’anticatalanisme valencien ait inspiré en bonne partie les sécessionnismes des Baléares et d’Aragon, au point de s’être considéré comme le frère aîné de la lutte contre le catalanisme. À ce sujet, le Grup d’Acció Valencianista a attribué le Prix Llealtat (« loyauté ») en 2009 à des sécessionnistes majorquins comme l’ancien professeur de français Juan Vanrell pour « sa lutte inlassable dans la défense des langues valencienne et baléare ». Une coordination d’actions a également eu lieu : la Plataforma Constitucional y Autonomista, association anticatalaniste et espagnoliste, créée en 2004 et présidée par le valencien Juan García Sentandreu est composée, en plus du groupe Nou Valencianisme, par Convivencia Cívica Catalana, la Plataforma en Defensa de sa Llengo Baléà et le FACAO aragonais. En fait, les sécessionnismes de Valence, des Baléares et d’Aragon ont comme point commun l’espagnolisme et l’anticatalanisme qui se reflète, dans les trois cas, dans une série de stratégies communes contre l’aménagement linguistique en faveur du catalan. On note ainsi l’exaltation d’une supposée volonté de promouvoir le bilinguisme qui ne cache pas une volonté de préserver l’hégémonie du castillan ; l’idée que ces parlers sont des langues ; et le refus de les appeler en aucun cas « catalan ». Ces sécessionnismes montrent à notre sens que le blavérisme valencien, bien que présentant des caractéristiques propres, ne doit pas être compris comme un indigénisme ou nativisme sans comparaison possible avec d’autres mouvements sociaux. Au contraire, on doit considérer l’existence d’un espace (ou d’un interstice) social et même politique pour une série d’anticatalanismes locaux qui, d’une certaine façon, entrent en concurrence (tout en collaborant) avec l’anticatalanisme espagnoliste de la droite espagnole (Viadel 2006, 287).

4 La langue catalane est parlée sur quatre États (Andorre, Espagne, France, Italie) et quatre Communautés autonomes espagnoles (Aragon, Baléares, Principauté de Catalogne, Pays Valencien).

5 Période comprise entre le xvie et le début du xixe siècles, caractérisée par la disparition progressive du catalan comme langue littéraire.

6 C’est-à-dire, le passage au castillan.

7 Membres du parti d’extrême droite de la Phalange.

8 Processus de remplacement de la dictature de Franco par un régime démocratique en Espagne.

9 Joan Fuster Ortells (Sueca, 1922-1992), intellectuel qui a dirigé le valencianisme à partir des années 1960.

10 Doctrine élaborée par Joan Fuster.

11 Ainsi dans la théorie du blavérisme : « les Catalans ont besoin de la langue pour être une unité historique, parce que dans l’histoire ils ne l’ont pas été, leurs comtés n’ont pas eu d’unité politique historiquement, ils ont besoin de la langue, qui est [...] enfin, la théorie de Mistral et toutes ces choses là, la théorie aussi de Hitler » (Pascual Martín Villalba, dans Flor 2009, 472).

12 Ensemble des territoires où l’on parle le catalan.

13 Trente ans après sa publication en 2007, seuls 28,8 % des valenciens affirmaient que chez eux, lorsqu’ils étaient enfants, on parlait « la langue de ma communauté autonome », 60,8 % castillan, 9,5 % les deux langues et 0,8 % une autre langue. Seuls 21,7 % se considérait locuteurs de valencien, 60,5 % locuteurs de castillan et 17,5 % bilingues (données du CIS, étude no 2667. La identidad national española, www.cis.es). D’après d’autres enquêtes, entre 1989 et 2005, l’usage familial du catalan dans la zone catalane aurait diminué de 44,3 % à 35,1 % (Montoya 2009, 215).

14 Conseil préautonomique du Pays valencien, instance chargée de préparer le statut d’autonomie lors de la transition démocratique.

15 D’après le journal El Punt (14/11/2004), le gouvernement valencien avait commandé une enquête (non publiée) en 1992 dans laquelle 50 % des sondés déclarait que le valencien et le catalan étaient la même langue, 42 % qu’elles étaient des langues différentes et 8 % ne se prononçaient pas.

16 Études du CIS (travail réalisé de 2001 à 2004) qui contiennent une question, assez discutable, sur l’unité de la langue. À la question « par rapport a l’identité du valencien, dans quelle phrase vous reconnaissez-vous le plus ? », deux réponses étaient possibles : « une langue différente et différenciée du catalan » ou « la même langue qui est parlée en Catalogne et dans les îles Baléares » (le sondage ne demande pas s’il s’agit d’une langue parlée aussi dans d’autres territoires du domaine linguistique, mais si c’est la « même », ce qui peut prêter à confusion, car le citoyen peut identifier « la même » à un parler avec la « même » phonétique, le « même » lexique, la « même » flexion verbal, etc.). Les réponses seraient probablement différentes si la question était formulée autrement, par exemple si on avait demandé aux sondés s’ils considèrent leur propre langue comme une langue partagée avec la Catalogne sous l’appellation de valencien. À ce sujet, le sociologue Castelló considère que l’introduction de cette sorte de questions montre un « manque d’éthique professionnelle » (2006, 49). De plus, cette question peut contenir une intention politique implicite, et contribuer à légitimer socialement le sécessionnisme. De fait, la question a été ajoutée aux études du CIS à la demande du gouvernement valencien, dirigé par le PP, pendant une période où celui-ci utilisait l’anticatalanisme comme argument électoral.

17 PP, parti de la droite espagnole, soutien traditionnel du sécessionnisme valencien (note de la traductrice).

18 On peut citer par exemple certaines dispositions légales contre l’unité de la langue, comme l’Ordre de la Conselleria de Cultura, Educació i Ciència du 22 décembre 1995, quelques mois après l’arrivée du PP au pouvoir de la Generalitat valencienne dans une coalition avec les régionalistes d’Unió Valenciana. Cette disposition supprimait la reconnaissance des certificats officiels de « catalan ». Malgré l’annulation de cet ordre par le Tribunal suprême (no 8075/1999, 15-III-2006), il faut souligner que le régionalisme ordinaire contribue à naturaliser l’idée que le valencien et le catalan seraient deux langues différentes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vicent Flor, « « Llengua valenciana, mai catala ». Sécessionnisme linguistique et revitalisation linguistique au Pays valencien (Espagne) », Lengas, 72 | 2012, 133-151.

Référence électronique

Vicent Flor, « « Llengua valenciana, mai catala ». Sécessionnisme linguistique et revitalisation linguistique au Pays valencien (Espagne) », Lengas [En ligne], 72 | 2012, mis en ligne le 25 octobre 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://lengas.revues.org/119  ; DOI : 10.4000/lengas.119

Haut de page

Auteur

Vicent Flor

Universitat de Valencia

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org