Navigation – Plan du site
Varia

LAse Negre avant LAse Negre (mars-juin 1946) : un chaînon manquant ?

LAse Negre abans LAse Negre (març-junh de 1946) : un escalon perdut?
Philippe Gardy

Résumés

En mars 1946, deux jeunes défenseurs de l’occitan, Hélène Cabanes (Gracia) et Robert Lafont prirent l’initiative de créer une nouvelle revue d’action occitaniste, qu’ils intitulèrent L’Ase Negre (L’Âne Noir, à partir du proverbe « Têtu comme un âne noir »). Les ambitions de cette publication, qui ne connut que quatre minces livraisons mensuelles, étaient à la fois politiques (en faveur du fédéralisme), linguistiques (la revue est entièrement en occitan) et littéraires (on y publie de nouveaux auteurs). Ces quatre livraisons furent imprimées de façon toute artisanale, avec le matériel que la Coopérative de l’enseignement laïc (Célestin Freinet) venait tout juste de procurer depuis Vence à Hélène Cabanes, institutrice à Abeilhan (Hérault). De là sans doute leur rareté aujourd’hui. Après juin 1946, L’Ase Negre revêtit une forme plus aboutie : imprimé sur des presses professionnelles, avec un format plus grand, et des contenus beaucoup plus développés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Abeilhan est un village situé dans le département de l’Hérault, à mi-chemin entre Béziers et Pézena (...)

1Philippe Canalès, dans son mémoire de master consacré à Hélène Cabanes-Gracia puis dans l’article publié ici même en 2014 (Canalès 2014), a raconté comment était né, en 1946, le périodique occitaniste L’Ase Negre. Il évoque notamment avec précision les circonstances dans lesquelles Hélène Cabanes et Robert Lafont, dès le commencement de l’année 1946, « mettent sur pied l’impression d’un feuillet, plutôt bulletin de liaison des « Joventuts occitanistas » – que veut faire revivre Lafont – que véritable journal » et note que « ce feuillet est sorti de la presse de l’école primaire d’Abeilhan de février à juillet 461 ». Mais c’est seulement sur ce que l’on peut appeler la deuxième série de cet Ase negre, à partir du numéro 1, daté du mois d’août 1946 et sorti lui des presses de l’imprimerie Vieu à Olonzac, que porte la précieuse étude de Philippe Canalès : « Il m’a été impossible de mettre la main sur l’Ase Negre sorti dAbeilhan » (note 112).

2Or il m’a été donné, dans un tout autre contexte, de pouvoir prendre connaissance, il y a quelques années, de cette première série, dont les quatre livraisons furent fabriquées, et la tâche ne dut pas être facile, « avec une presse enfantine et la casse qu’Hélène Cabanes venait juste de recevoir de la Coopérative de l’Enseignement Laïc de Vence ». Préparant alors, avec Jean-Claude Forêt, le volume de l’œuvre poétique de Robert Lafont que projetaient de publier les éditions Jorn (Lafont 2011), je partis à la recherche de ce premier Ase Negre, dont j’ignorais tout, sinon que Lafont y avait fait imprimer plusieurs de ses poèmes en occitan jamais repris par la suite et qu’il était important de le retrouver pour les sauver de l’oubli.

  • 2 Le numéro de mars est ainsi, par erreur (mais une erreur un peu étrange?) daté de l’année précédent (...)

3Ces quatre petits cahiers (format 11 x 14, sur papier gris clair, 8 pages sur deux feuilles 11 x 27) sont effectivement des réalisation très artisanales dont il n’est pas étonnant qu’elles n’aient guère résisté aux aléas du temps. Les correspondances entre Robert Lafont et Hélène Cabanes étudiées par Philippe Canalès mentionnent un tirage de 200 exemplaires. Mais on peut se demander s’il y en eut autant d’effectivement fabriqués : la composition malhabile2, l’encrage souvent défectueux et le « bougé » qui rend certaines lignes quasi illisibles dans les exemplaires que j’ai pu consulter sont révélateurs, entre autres choses, des difficultés que rencontra Hélène Cabanes. Mais ces quatre livraisons, d’un autre côté, sont le témoignage d’une volonté affirmée : chaque mois, entre mars et juin 1946, quatre cahiers, de huit pages chacun, ont vu le jour.

Couverture de L’Ase Negre, Ier juin 1946

Couverture de L’Ase Negre, Ier juin 1946
  • 3 La graphie de l’occitan élaborée par Louis Alibert repose alors sur des conventions dont toutes ne (...)
  • 4 François Pic (2005) semble suggérer (n° 26, p. 255) que Lafont (à partir de ses propres notes bibli (...)

4Le contenu de ces cahiers est conforme à ce que Philippe Canalès a pu déduire de la lecture des correspondances retrouvées. Le numéro 1 donne une bonne idée de la répartition des textes publiés, qui ne devait varier qu’à la marge par la suite. La première page, outre la formule proverbiale suggérée par Lafont (« Testut coma un ase negre (dicha populària) ») en haut de page, donne à voir, entre les deux éléments du titre, un dessin de l’âne emblématique du projet occitaniste rénové, tandis qu’en bas de page figure la mention « Fuelh d’información de la Joventud Occitana3 ». Les page 2 et 3 (mais les pages ne sont pas numérotées) proposent un éditorial, exprimant le projet des rédacteurs. Cet éditorial, « Lo Bram de l’Ase ») n’est pas signé nommément, mais d’un anonyme, et collectif, « L’Ase4 ». Les pages 4, 5 et le haut de la page 6, sous la rubrique « Letradura », proposent un poème inédit, précédé d’une courte présentation de son auteur. Et le contenu de ces mêmes pages dans le numéro suivant est annoncé : signe que la publication que l’on est en train de lire n’est pas un coup d’essai, mais qu’elle s’inscrit, à l’adresse des lecteurs à venir, dans un projet destiné à durer. La page 6 et le haut de la page 7 proposent une rubrique « Opinions », rédigée ici en français, et signée, comme il se doit, de son auteur. En seconde partie de la page 7 apparaît l’ultime rubrique : « Novelum et Premsa », qui se poursuit à la page 8 et dernière, où figure également une adresse aux lecteurs, « Jovent o Joventa » ; cette adresse se termine par les tarifs d’abonnements, pour « los 10 numerots », autre marque de la volonté déjà notée de s’inscrire dans la durée ; suivent enfin les coordonnées postales d’Hélène Cabanes, à Abeilhan, Hérault, avec son numéro de CCP.

Un projet politique ?

  • 5 Sur le contexte plus large de cette initiative, on consultera l’ouvrage de Yan Lespoux Pour la lang (...)

5Le projet5 des promoteurs du premier Ase Negre repose visiblement sur deux piliers majeurs : une vision politique renouvelée de la question régionale en France ; une entreprise, parallèle, en fait consubstantielle à ce renouvellement, d’actualisation de l’écriture littéraire, et d’abord de l’écriture poétique.

  • 6 Répandre le bon grain occitaniste parmi les régionalistes rétrécis à l’eau de Vichy.
  • 7 Jalousies de vieux.
  • 8 Les épluchages de renommées.
  • 9 Un régionalisme à l’échelle d’un petit village.
  • 10 Et que des quatre pieds de l’âne jaillissent les étincelles! Le dessin figurant sur la première pag (...)
  • 11 Ce texte, qui commence par des points de suspension, est sans doute extrait d’une intervention de R (...)

6La vision politique est placée en tête, ainsi que le laisse comprendre sans ambiguïté l’éditorial inaugural, que complètent les autres « Bram de l’Ase ». Elle est fondée d’abord sur une volonté de rupture. Avec le régime de Vichy et la forme de régionalisme que celui-ci a contribué à soutenir et à consolider : « espandir lo bon gran occitanista demest los regionalistes ressarats a l’aiga de Vichy6 ». Avec tous ceux qui ont oublié leur jeunesse (tout occupés à leurs« gelosiás de vielhs7 ») et qui passent leur temps à se chamailler au sujet de leur gloriole personnelle, ce que l’Ase appelle joliment « los despelucatges de renomada8 ». Cette vision s’appuie ainsi sur une volonté de mettre la jeunesse, notion centrale ici, au service « d’una causa, d’una doctrina » occitanistes qui restent à définir, mais dont il est essentiel qu’elle soient elles-mêmes en rupture avec « un regionalisme a l’escala d’un vilajot9 ». Cet enthousiasme est bien résumé par la formule finale, qui fait écho au titre de la revue, à sa devise et au dessin qui l’illustre, tous trois bien visibles en première page : « E que dels quatre pes de l’ase bombigan las belugas !10 ». Une intervention en français de Robert Lafont11, dans la rubrique « Opinions », vient compléter cette entrée en matière. Lafont y prône un « système fédératif », et décrit les solutions que propose l’occitanisme « jeune » comme « nouvelles, mais non hazardées, larges, mais réalistes ».

  • 12 Projet de constitution soumis à l’approbation du peuple français.
  • 13 À nous de faire en sorte que les nouveaux départements [une fois agrandis] ressemblent à des provin (...)
  • 14 En défendant la langue, nous défendons ce principe sacré de la nationalité. Nous, Occitans de natio (...)

7Des trois « Bram de l’Ase » publiés au cours des mois suivants, on reviendra plus loin sur celui du mois d’avril, qui traite essentiellement de littérature. Mais on notera que celui du mois de mai traite, lui, d’un sujet politique très actuel : le « projecte de constitución josmés a l’aprovament del poble francés12 » et son contenu, apparemment assez éloigné du fédéralisme. Mais apparemment seulement : si la reconnaissance des « anciennes provinces » n’est pas acquise, c’est « a nosautres de far que los novels despartiments semblan de provinças !13 ». Cet enthousiasme et ce désir d’aller de l’avant animent le « Bram » de la livraison du mois de juin, où est développée l’idée que « l’occitanisme es una promotion de la democracia ». Car « en aparant la lenga, aparam aquel principe sagrat de la nacionalitat. Naltres, Occitans de nacionalitat, Francés d’estat, sem per lo drech de cadun a disposar de se meteis, per la libertat14 ».

Un projet linguistique et littéraire

  • 15 Chaque mois [l’Ase] vous présentera deux jeunes : un propagandiste et un littérateur […] Il prépare (...)

8On ne sait quel a été le rédacteur des quatre « Bram de l’Ase ». Mais on peut supposer que Robert Lafont, en accord avec Hélène Cabanes, a joué un rôle essentiel dans leur conception et leur mise en forme. L’insistance exprimée à de nombreuses reprises sur le lien organique existant entre initiative linguistique (et littéraire) et initiative politique, en tout cas, laisse supposer, dans l’héritage direct de propositions formulées au cours des années précédentes par, notamment, Charles Camproux, que c’est à une réactivation, la plus vigoureuse et la plus audacieuse possible, de ce lien que l’Ase Negre veut contribuer. Le premier « Bram de l’Ase », d’ailleurs, en fait le principe de la nouvelle publication : « Cada mes vos presentarà dos joves : un propagandista e un literator » ; et ce dispositif « aprepararà lo grand e bel jornal que nos devem d’aver leu se nostres esforces agantan lo le15 ».

  • 16 Gardy 2011, 94-96. Les lettres, toutes en catalan, adressées par Joan Esteve à Lafont sont conservé (...)
  • 17 Lafont avait très tôt consacré une étude détaillée à Esteve et ses écrits: « Presentacion de Joan E (...)
  • 18 Les contributions de Joan Esteve aux publications occitanes que l’on peut relever sont: 1. « El per (...)
  • 19 Joan Esteve, dans un courrier daté de Decazeville, le 13 mars 1946, fait allusion à la publication (...)

9Et le fait est que le premier Ase Negre accorde une place importante à la production littéraire issue de la génération la plus récente. Dans le premier numéro, deux pages sont consacrées, sous la rubrique « Letradura », à un jeune poète catalan barcelonais, exilé en France au moment de la Guerre civile espagnole, avec lequel Robert Lafont entretenait une correspondance suivie depuis 1943 : Joan Esteve16. Ce dernier, plus âgé, semble avoir joué un rôle important, voire majeur, dans la formation intellectuelle de Lafont en ces années difficiles et complexes17. On peut même aller jusqu’à penser que le projet de L’Ase Negre, en rupture notamment avec la revue qui l’avait immédiatement précédé, Terra d’Oc, dirigée par le félibre maurrassien (et partisan de Pétain) André-Jacques Boussac, fut au moins en partie issu des conversations épistolaires avec Esteve (qui avait écrit dans les pages de Terra d’Oc publiées sous la responsabilité du seul Lafont). Publier un poème d’Esteve en catalan dans ce numéro inaugural était donc, pour Lafont, lourd de sens : il s’agissait pour lui, imagine-t-on, de rendre hommage à un aîné porteur d’un savoir politique et littéraire indispensable à l’expression du renouveau dont L’Ase Negre se voulait le véhicule modeste mais décidé. Ce poème, « La balada de la llei », est d’ailleurs assez surprenant, car différent de ceux qu’Esteve avait pu donner à des revues ou anthologies occitanes18. Loin d’y chanter l’amour ou les paysages aimés, un peu à la manière d’un Josep Sebastià Pons, il exprime une forme exacerbée de désenchantement à l’égard de la loi, des lois en général, jugées inutiles à force de changer et de s’appliquer à tout et finalement à rien19.

  • 20 Lagarde était originaire du village de Castelnau-Durban, dans le Séronnais, à mi-chemin entre Foix (...)
  • 21 Dans la graphie de la revue: Era bouts dera mountanho (Sur l’histoire de cette publication et son c (...)
  • 22 Les poèmes de Pierre Lagarde publiés dans Era bouts dera mountanho sont: en 1942, « Per tú »; en 19 (...)
  • 23 Une manière plus recherchée, plus ouverte aux moyens modernes d’expression. On notera que ces ligne (...)
  • 24 Respectivement: Dans le vent…; Cyprès dans le ciel; La vie. Un seul de ces trois poèmes a été repri (...)
  • 25 L’un de ces poèmes, « La vida » fut également publié, en octobre 1946, accompagné d’une version fra (...)
  • 26 Depuis 1940, je suis félibre. Je croyais que c’était davantage qu’un titre et le droit d’avoir une (...)

10C’est à des alliés substantiels tout aussi décisifs que L’Ase fit appel pour cette rubrique centrale dans les trois livraisons suivantes. En avril, et sa collaboration était annoncée à cette place dans le numéro de mars, la rubrique littéraire est occupée par Pierre Lagarde, autre compagnon des premiers jours en occitanisme de Lafont. Le jeune Ariégeois20 est présenté comme un écrivain de la rupture : si les poèmes qu’il avait naguère publiés dans la revue Era votz dera montanha (l’intitulé de la publication est adapté au système graphique d’Alibert21) étaient « d’inspiracion diversa22 », les trois que l’on peut lire maintenant sont quant à eux jugés porteurs d’« un biais mai esquist, mai dobert i mejàns modernes d’expressión23 ». Les poèmes en question sont : « Dins lo vent… » ; « Ciprers dins lo cel » ; « La vida24». Modernité, retenue, recherche d’un ton nouveau. Comme Esteve, mais autrement, Pierre Lagarde incarne pour Robert Lafont et Hélène Cabanes le désir de rajeunissement dont L’Ase veut être le messager : d’une écriture convenue, adossée à des modèles « félibréens », ceux qui ont cours dans des revues telles qu’Era bouts dera mountanho, il a su passer en peu de temps d’une fidélité à ces modèles à des formes poétiques plus libres, en accord avec les avancées littéraires du moment25. Tout cela est, en gros, très juste. Avec cependant quelques nuances : certains des poèmes de Lagarde publiés dans la revue de la félibréenne Escôlo deras Pirenéos (École des Pyrénées) et tout particulièrement les plus récents annonçaient ceux de L’Ase Negre, dont ils revêtaient par moment le ton dépouillé, cette familiarité « naturelle » que l’anthologie du Triton bleu allait définir à travers l’intitulé de deux des trois rubriques adoptées pour réunir les textes sélectionnés (« Couleur des heures… » et « Couleur du temps »). C’est cette évolution qui est mise en avant, parce qu’elle donne le ton des changements ardemment souhaités par ses promoteurs. Lagarde lui-même, dans le deuxième Ase Negre, devait revenir sur cet itinéraire, qui présentait d’ailleurs certaines similitudes avec celui de son aîné de trois années, Robert Lafont : « Demprès 1940, son felibre. Cresià qu’era mes qu’un titol e lo dreit d’aver una carta del Felibrige […] De poesia, de trebalh vertadier, d’obra, cap !26 ».

« Letradura : Peire Lagarda », L’Ase Negre, 1er Avril 1946

« Letradura : Peire Lagarda », L’Ase Negre, 1er Avril 1946
  • 27 Giboulée (de mars). Dans ce troisième numéro, comme dans le suivant, les deux pages de la rubrique (...)
  • 28 Il ne peut s’agir que du numéro 168, daté du quatrième trimestre 1945. On y trouve effectivement un (...)

11Le troisième messager de ce moment nouveau, dans le numéro 3 (mai 1946), est Max Allier, avec un poème intitulé « Marsejada27 », daté de 1945. (Le lecteur de L’Ase Negre est renvoyé au dernier numéro publié de la revue OC pour compléter son jugement28). Né en 1912 à Montpellier, journaliste au quotidien communiste La Marseillaise, Allier est aussi poète en français : début 1947, il devait faire paraître un recueil dans cette langue (Allier 1947), où il se révélait comme un écrivain hanté par une version quotidienne du fantastique très personnelle, dont toute son œuvre est baignée. Il réunit peu de temps après certains de ses poèmes d’oc dans un ensemble où voisinaient lyrisme amoureux et évocations politiques des années passées et à venir. « Marsejada » est de ceux-là, choisi, peut-être, par Lafont et Cabanes en raison justement de cette force composite par laquelle la réalité se trouve soulevée et presque transfigurée. Ce poème est également présent, quelques mois plus tard, dans l’anthologie « du Triton bleu », accompagné d’une version française.

12Autrement que Lagarde, plus sobre et plus contemplatif, Allier, plus âgé aussi (il est en gros de la génération de Max Rouquette), offre un exemple de poésie engagée, enracinée dans la Résistance, mais aussi tournée vers l’avenir, individuel et collectif, des Français au lendemain de la Libération.

  • 29 Dans les rues de Paris. Début d’aube parisien. Ce texte est daté du mois d’avril 1946. Le nom de so (...)
  • 30 Lafont 2011, 336-337.
  • 31 Il s’agit de « Le gueux », que l’on retrouve en 1947 dans Visages, le premier recueil, en français, (...)
  • 32 Nom de plume d’Ismaël Girard, l’un des fondateurs de la revue OC (http://vidas.occitanica.eu/items/ (...)

13Dans cette même livraison, la rubrique « Opinions » a disparu (mais elle devait revenir, on le verra, dans le numéro suivant). Elle est remplacée par une rubrique franchement littéraire, intitulée « Prosas… » : l’évocation d’une promenade matinale « per las carrieras de Paris » : « Primalba parisenca », dont l’auteur est Bernard Lesfargues29. Originaire de Bergerac, où il est né en 1924, Lesfargues était alors étudiant à l’Institut hispanique de la Sorbonne. Il animait à Paris la revue Les cahiers du Triton bleu, dont le premier numéro venait de voir le jour en avril 1946, avec pour sous-titre « De jeunes poètes… ». Et il avait tout juste publié à la même enseigne un recueil, en français, Premiers poèmes, aux côtés de celui, intitulé Le Périscope, d’un autre jeune écrivain qui devait se faire un nom comme romancier et scénariste de cinéma, René Fallet. Rien d’occitan dans ce premier numéro, sauf l’annonce, en deuxième page de couverture, d’un « numéro spécial sur la Jeune Poésie d’Oc », qui vit le jour à l’automne sous la forme d’une anthologie « du Triton bleu ». Mais dès le numéro 2 (mai 1946) apparaissait dans la revue le nom de Robert Lafont, « l’un des plus ardents animateurs de la Renaissance occitane », dont était publié un poème dans sa version occitane accompagnée d’une traduction en français : « Remembre dau temps di neblas » (« Souvenirs du temps des brumes30 »). La revue s’arrêta avec le numéro 5 (avril 1947). On y remarque, pour s’en tenir aux contributions « occitanes » : un poème, en français, de Max Allier31 (n° 3, juin-juillet 1946), une chronique de Bernard Lesfargues sur le recueil Paraulas au vielh silenci de Robert Lafont (n° 4, novembre 1946), et encore, dans l’ultime livraison (n° 5)des poèmes, en oc avec traduction française, de Pierre Lagarde (« Nuech/ Nuit ») et de Delfin Dario32 (« Escriut suber l’arena/ Écrit sur le sable »), ainsi qu’une recension de l’anthologie de Lafont et Lesfargues par Jean Lesaffre.

Rubrique « Prosa », L’Ase Negre, 1er mai 1946

Rubrique « Prosa », L’Ase Negre, 1er mai 1946
  • 33 Douces collines de châtaigniers et de chênes, plaine de velours de mon orgueilleuse Dordogne […] et (...)

14La prose parisienne de Lesfargues que publie L’Ase Negre souligne, en les élargissant, les ambitions de la nouvelle publication. En promouvant, à côté de la poésie et de la prose d’idées, une forme d’écriture, la prose littéraire, certes en chemin de renouvellement (on songe, au-delà du modèle que représent les écrits de Joseph d’Arbaud, aux premiers essais de Max Rouquette), mais dont Lafont et Cabanes estiment sans doute qu’il faut en élargir le champ et en multiplier les registres. Modeste par ses dimensions, l’essai de Lesfargues semble pourvu de qualités indéniables. Le narrateur, depuis la place des Vosges, décrit la ville aux premières lueurs de l’aube, dans un mouvement double : celui de la cité qui s’éveille (la sonnerie des cloches), et, parallèlement, la remontée des souvenirs d’enfance, qui fait surgir les paysages aimés des origines : « Dolças serras de castanhs e de casses, plana de velos de mon ufanosa Dordonha […] e tu tambén mon Brageirac dorment jos lo solelh33 ».

  • 34 Lafont 2011, 338-339. Un manuscrit de ce poème, avec traduction française, figure dans le fonds Rob (...)
  • 35 Lafont 2011, 340-341.
  • 36 Lafont 2011, 12-13.

15C’est Robert Lafont lui-même qui est à l’affiche de la rubrique « Letradura » dans le numéro 4, daté de juin 1946, avec trois poèmes de facture assez différente : « A Federico Garcia Lorca » ; « Paisatge » ; « Vespre ». Le premier, apparemment jamais publié du vivant de l’auteur34, acclimate à l’écriture d’oc celle des romances du poète de Grenade, comme le faisaient de leur côté, au même moment, et sans doute en ignorance mutuelle, d’autres écrivains occitans (Jean Boudou, Max Rouquette). Le deuxième et le troisième renvoient au poète lui-même, cherchant ses repères entre sa langue d’élection, des paysages également élus (ceux des première Cévennes gardoises), et sa propre image, encore floue, mais déjà présente en filigrane. « Paisatge » semble avoir souffert au moment de sa composition : le texte est à plusieurs reprises d’interprétation difficile, et le sens échappe parfois35. « Vespre » en revanche, fut repris peu de temps après, sans titre, dans Paraulas au vielh silenci36. En publiant ses propres « premiers (ou presque) poèmes », Lafont prenait place dans le processus de promotion de la thématique occitane que L’Ase Negre soutenait ; mais il se proposait en même temps comme un modèle, parmi d’autres, de ce que la revue souhaitait encourager du côté de la littérature d’oc.

« Letradura : Robert Lafont », L’Ase Negre, 1er juin 1946

« Letradura : Robert Lafont », L’Ase Negre, 1er juin 1946
  • 37 Notre langue sauvée.
  • 38 C’est dans les yeux de mes élèves que je retrouve la confiance un instant chancelante.

16Dans ce même numéro, c’est avec un texte signé par Hélène Cabanes que la rubrique « Opinions » fait son retour : « Nostra lenga sauvada37 ». Elle y exprime ses doutes, proches du découragement, à propos de la revendication occitaniste, mais elle ajoute aussitôt : « … es dins los uelhs de mos escolans que retrapi la fisança un briu desvariada38 ». Elle remarque alors, les enfants faisant cercle autour d’elle, comment le conte populaire qu’elle entreprend de leur dire, quelle que soit leur connaissance de la langue, les émeut profondément. Ce court récit, à mi-chemin entre l’introspection et le témoignage, renvoie soudain le lecteur au lieu-même où le premier Ase Negre a été pensé et plus encore fabriqué : une salle de classe, sur les marges de laquelle l’occitan résonne et donne à ressentir et à penser.

« OPINIONS : NOSTRA LENGA SAUVADA », L’Ase Negre, 1er juin 1946

« OPINIONS : NOSTRA LENGA SAUVADA », L’Ase Negre, 1er juin 1946

« Premsa e novelum » : L’Ase Negre à la croisée des chemins

17Cette rubrique, attendue, clôt chaque livraison (hormis les appels aux lecteurs, dans le numéro 1, et l’adresse de la revue). Elle est d’abord révélatrice des liens existants entre les deux promoteurs de cette première série de L’Ase Negre et d’autres publications, proches ou plus lointaines. Mais elle l’est aussi de leurs préoccupations : sujets privilégiés, volonté de contacts ou d’échanges notamment. Ce paysage intellectuel, bien que restreint par la force des choses (et pour commencer le manque de place, bien sûr), n’est pas dénué d’intérêt.

  • 39 De bons poèmes provençaux de Jean Calendal Vianès et, du même, des poèmes en français de moins bonn (...)
  • 40 Nous regrettons les attaques, vraiment inutiles, contre notre graphie occitane.

18Parmi les proches, apparaissent dès le premier numéro le « Novel Lengadoc » montpelliérain, qui reprend vie ; Fe, la revue félibréenne aixoise, qui vient de publier une anthologie « pichona mas rica » des jeunes poètes provençaux. Marsyas, la revue de Sully-André Peyre (qui est qualifié de « mestre » dans cet écho), est mentionnée, de façon très positive, dès le n° 2, alors même qu’elle vient tout juste de reparaître ; il en de même pour OC, dont le numéro de 1945 vient d’être publié et dont L’Ase, on ne s’en étonnera pas, recommande la lecture. Marsyas est de nouveau cité en juin, avec bienveillance (« de bons poemas provençaus de Joan Calendau Vianès, e de poemas francès mens bons dau meteis39 »). Mais les dissensions graphiques font leur apparition, à propos d’une publication universitaire aixoise, Proenza-Prouvènço, qui propose « de bons poemas de Bruno Durand e de Carles Galtier […] Regretam los atacs, plan inutils, contra nostra grafia occitana40 », attaques qualifiées de « vanas polemicas » (n° de mai). Les cahiers du Triton bleu « revista de poetas del Quartier latin » sont cités dans L’Ase de juin, et l’anthologie à paraître annoncée.

  • 41 Sympathique par Aragon de la traduction par René Nelli de cinq poèmes d’amour de Jordi de Sant Jord (...)

19La presse en français, locale ou nationale, n’est pas absente. Pour l’essentiel, c’est quand elle est conduite à évoquer, favorablement, les idées fédéralistes, qu’elle est mise en exergue. C’est le cas de la revue Esprit (février 1946), où le sociologue Georges Gurwitch semble vanter « la magnifique réussite du fédéralisme culturel en URSS ». On y relève aussi la présence de références à la culture d’oc, ainsi quand Europe en mars 1946 publie un écho « simpatic per Aragon de la revirada per Renat Nelli de cinc poemas d’amor de Jordi de Sant Jordi41 ». En sens inverse, plusieurs de ces échos brefs font allusion aux difficultés rencontrées (ou aux réussites) pour faire entrer la thématique occitaniste dans certains organes de presse : par exemple les stations de radio locales.

20Très embryonnaire par nécessité, cette rubrique marque le désir d’insérer revendication politique et revendication linguistique et littéraire dans un réseau plus vaste, à la fois local et national. Et par là de tisser des liens entre une modernité occitane fragile et les diverses modernités qui impriment leur marque dans la société française tout juste sortie des temps de la guerre. À cet égard, L’Ase Negre de mars 1946 et des trois mois suivants marquait, malgré son caractère à la fois artisanal et modeste (au sens, en gros, où l’on peut parler de nos jours d’« arts modestes »), un moment important. Terra d’Oc, la publication qui l’avait précédé, et qui avait joué un rôle non négligeable entre janvier 1940 et août 1945 (Fourié 1997), avait disparu l’année précédente. Par ailleurs, il fallait marquer une rupture franche avec la période immédiatement antérieure et les multiples compromissions, plus ou moins franches, auxquelles celle-ci avait pu donner lieu. Un intitulé nouveau, sans lien avec ce passé récent, symbolisait pareille rupture, en suggérant une autre image, à la fois positive et dynamique, de l’action occitaniste. Il convenait de prendre date très vite, ce que permit le recours aux possibilités, limitées, mais aussitôt disponibles, qu’offrait le matériel d’imprimerie à vocation pédagogique dont était tout juste pourvue l’école d’Abeilhan où enseignait Hélène Cabanes.

  • 42 Léon Cordes n’apparut que dans le « deuxième » Ase, imprimé cette fois par un artisan professionnel (...)

21Ces quatre minces livraisons sont révélatrices des préoccupations qui animent alors les deux42 animateurs de L’Ase. Il s’agit de promouvoir l’idée fédéraliste dans un pays qui ne semble guère y être préparé ni sensible. Il s’agit aussi de mettre en avant une littérature d’oc en accord avec les expériences d’écriture les plus contemporaines, et donc rompant avec la plupart des modèles antérieurs. Mais sans pour autant procéder à des exclusions définitives : Marsyas, la revue tenue à bout de bras par Sully-André Peyre, ou encore Fe, fondée par Marius Jouveau, puis animée également par son fils René, sont mentionnées de façon très positive, à l’égal de OC ou des tout nouveaux Cahiers du Triton bleu. Mais la « querelle graphique » qui allait agiter de longues années durant « Provençaux » et « Occitans » est déjà là, prête à s’envenimer. Ces enjeux à venir sont présents, étroitement entremêlés, au début de l’année 1946. Enjeux politiques, dans tous les sens du mot (de politique large aussi bien que de politique plus politicienne), enjeux linguistiques (que la question de la graphie symbolise sans du tout les résumer), enjeux littéraires aussi. Car la littérature fut ici l’emblème de tout un ensemble de débats et de combats, dont l’un des motifs, sinon le motif essentiel, était la prééminence culturelle au sein de la « nébuleuse d’oc ».

  • 43 On remarque cependant, en page 1, la silhouette à peine esquissée d’un petit âne noir venant comble (...)

22L’Ase Negre deuxième manière prit la succession de son prédécesseur sans crier gare : rien, dans le premier numéro, où il est dit « ancianament Occitania », et qualifié d’« organ occitanista mesadier », ne laisse entendre l’existence de son aîné de quelques mois seulement. Il est vrai que tout a changé en quelques semaines : le format d’abord bien sûr, mais aussi la qualité de l’impression, et le nombre des collaborateurs présents, identifiés ou anonymes. Aux côtés de Lafont, on y trouve les noms de Charles Camproux, Pierre-Jean Roudin (Pierre Rouquette), Max Rouquette, Léon Cordes, ainsi qu’un comité de rédaction fourni (outre ces quatre noms : Max Allier, Hélène Cabanes, Marcel Carrières, Félix Castan, Ismaël Girard, Jean Lesaffre, Pierre Lagarde, René Nelli, Jean Seconds, Joan Esteve). Le lien avec l’Institut d’études occitanes y est affiché clairement. Mais si la devise exhibant fièrement l’opiniâtreté de l’âne noir proverbial est toujours présente, le dessin le représentant a lui disparu43. Cette omission, ou cet oubli, sont difficiles à interpréter. Ils signifient peut-être, tout simplement, que le premier Ase n’avait constitué, si l’on peut dire, qu’un… galop d’essai, un moment de transition commençant à réunir des solidarités que les temps antérieurs de la guerre avaient à la fois favorisées et éparpillées. Mais il n’était pas possible d’en rester là : il fallait aller de l’avant, et populariser la volonté de rénover une cause que l’on estimait juste, mais pas suffisamment accordée aux circonstances. Or pour ce faire il importait aussi d’aller au-delà de ce que le premier Ase Negre mettait en avant : la jeunesse. Le deuxième Ase Negre, à cet effet, s’efforça de réunir les (déjà) « anciens » et les « jeunes », comme en témoigne la composition de son comité de rédaction. Max Rouquette, Charles Camproux, Ismaël Girard, René Nelli ou Jean Lesaffre étaient déjà des « notables », si l’on peut dire, de l’occitanisme ; ils avaient eux-mêmes, dans les décennies immédiatement précédentes, tenté de rajeunir le mouvement et, pour certains, ses engagements linguistiques et son image littéraire. Il importait donc de les agréger à ce que Cabanes et Lafont avaient esquissé quelques mois auparavant. Et de s’inscrire dans leur sillage.

Haut de page

Bibliographie

Allier, Max, 1947, Visages, Nîmes, Louis Salles.

Allier, Max, 1951, A la raja dau temps, Toulouse, Revue OC et Institut d’études occitanes (coll. « Messatges », n° 10).

Canalès, Philippe, 2012 (Martel, Philippe. Directeur de recherche), Itinerari d'una ensenhaira occitana : Elena Cabanas Gràcia (1919-2010) / Philippe Canalès [Mémoire master II LLCR], Occitanica - Mediatèca Enciclopedica Occitana / Médiathèque encyclopédique occitane http://purl.org/occitanica/CT-Num_0002

Canalès Philippe, 2014, « L’Ase Negre (1946-1949), première revue d’occitanisme politique d’après-guerre », Lengas [En ligne], 75 | 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 16 novembre 2016. URL : http://lengas.revues.org/600 ; DOI : 10.4000/lengas.600

Canalès, Philippe, Gracia-Cabanes, Hélène (1919-2010), http://vidas.occitanica.eu/items/show/2058

Chandivert, Arnauld, 2015, « À l’école des Pyrénées : pratiques d’écritures et regard ethnographique dans le premier tiers du XXe siècle », in Sylvie Sagnes (dir.), Littérature régionaliste et ethnologie, Arles, Museon Arlaten/Ethnopôle Garae/Actes Sud, 131-149.

Fourié, Jean, « La premsa d’òc pendent la darrièra guèrra : l’exemple de La Tèrra d’Oc », Lo Gai Saber, n° 465, prima de 1997, 363-371.

Gardy, Philippe, 2011, « Robert Lafont : naissance d’un poète (1943-1946) », Lenga e país d’Oc, n° 50-51, 83-103.

Gardy, Philippe, 2014, « "L'homme à la martelière" : Sully-André Peyre et les "poètes de Marsyas" », in Carmen Alén Garabato, Claire Torreilles et Marie-Jeanne Verny (éds), Los que fan viure e treslusir l'occitan. Actes du Xe Congrès de l'AIEO, Béziers, 12-19 juin 2011, Limoges, Lambert Lucas, 2014, 833-851.

Lafont, Robert et Bernard Lesfargues, 1946, La jeune poésie occitane, anthologie, préface de Pierre Darmangeat, Paris, Le Triton bleu.

Lafont, Robert, 1999, Pecics de mièg-sègle, Gardonne, Fédérop.

Lafont, Robert, 2011, Poèmas / Poèmes (1943-1984), Montpeyroux, Jorn.

Lagarda, Pèire, 1953, Espera del jorn, Toulouse, Institut d’études occitanes (coll. « Messatges », n° 13).

Lagarde, Pierre, 1989, Ils ont subi des chemins de traverse. Témoignage (juin 1943-mai 1945), Besançon, L’Amitié par le livre.

Lespoux, Yan, 2010, « Félix Castan, les débuts de l’IEO et de la Section pédagogique », Félix Castan ou l'équilibre parfait de l'identité, Actes des journées de Larrazet (8-9 novembre 2008), Larrazet, Maison de la culture, 199-248.

Lespoux, Yan, 2016, Pour la langue d’oc à l’école. De Vichy à la loi Deixonne, les premières réalisations de la revendication moderne en faveur de l’enseignement de la langue d’oc, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée.

Pic, François, 2005, « Essai de bibliographie de l’œuvre littéraire et scientifique de Robert Lafont », in Danielle Julien, François Pic, Claire Torreilles (éds), Robert Lafont. Le roman de la langue, Toulouse, Centre d’étude de la littérature occitane, Bordeaux, William Blake & CO, 253-301.

Haut de page

Notes

1 Abeilhan est un village situé dans le département de l’Hérault, à mi-chemin entre Béziers et Pézenas.

2 Le numéro de mars est ainsi, par erreur (mais une erreur un peu étrange?) daté de l’année précédente, 1945.

3 La graphie de l’occitan élaborée par Louis Alibert repose alors sur des conventions dont toutes ne sont pas conformes à celles adoptées par la suite. On notera tout particulièrement que l’usage des accents est différent. À partie du N° 2, on écrit Joventut. Et le numéro du jour est mentionné: Març 1945; 1 de Avrilh 1946; 1 de Mai 1946; 1 de Junh 1946.

4 François Pic (2005) semble suggérer (n° 26, p. 255) que Lafont (à partir de ses propres notes bibliographiques?) était l’auteur des quatre « Bram de l’Ase » de cette première série.

5 Sur le contexte plus large de cette initiative, on consultera l’ouvrage de Yan Lespoux Pour la langue d’oc à l’école (Lespoux 2016), qui, en particulier p. 102 et suiv., dresse, à travers la question de l’enseignement, un tableau très détaillé des actions entreprises en faveur de l’occitan à cette époque. On lira aussi Lespoux 2010, qui comporte de nombreux documents très précieux.

6 Répandre le bon grain occitaniste parmi les régionalistes rétrécis à l’eau de Vichy.

7 Jalousies de vieux.

8 Les épluchages de renommées.

9 Un régionalisme à l’échelle d’un petit village.

10 Et que des quatre pieds de l’âne jaillissent les étincelles! Le dessin figurant sur la première page de L’Ase Negre suggère probablement cette image.

11 Ce texte, qui commence par des points de suspension, est sans doute extrait d’une intervention de Robert Lafont (déjà publiée ailleurs in extenso?).

12 Projet de constitution soumis à l’approbation du peuple français.

13 À nous de faire en sorte que les nouveaux départements [une fois agrandis] ressemblent à des provinces!

14 En défendant la langue, nous défendons ce principe sacré de la nationalité. Nous, Occitans de nationalité, Français d’État, nous sommes pour le droit de chacun à disposer de soi-même, pour la liberté.

15 Chaque mois [l’Ase] vous présentera deux jeunes : un propagandiste et un littérateur […] Il préparera le grand et beau journal que nous nous devons de posséder rapidement si nos efforts atteignent leur but.

16 Gardy 2011, 94-96. Les lettres, toutes en catalan, adressées par Joan Esteve à Lafont sont conservées dans le fonds Robert Lafont déposé au CIRDOC (http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=Calames-20137171373495738). Ces lettres couvrent une période allant de février 1943 (Ille-sur-Têt) à août 1946 (Commelle-Vernay, dans le département de la Loire, non loin de Roanne). On perd sa trace après 1948. Le poème imprimé dans le n° 1 de L’Ase Negre est sans doute un des derniers textes qu’il eut l’occasion de publier, avant de disparaître, miné par l’épuisement et la maladie. Joan Esteve, connu des services de l’État civil français comme Juan Esteve-Esparcia, était originaire de Sant Gervasi, près de Barcelone.

17 Lafont avait très tôt consacré une étude détaillée à Esteve et ses écrits: « Presentacion de Joan Esteve », OC, été-automne 1944 , p. 8-11. C’est dire l’importance qu’il lui accordait alors.

18 Les contributions de Joan Esteve aux publications occitanes que l’on peut relever sont: 1. « El perquè som occitanistes », Occitania (Terra d’Oc). Organ mesadier de la Joventut occitanista, juin 1943; 2. « La llengua catalans », Occitania (Terra d’Oc). ). Organ mesadier de la Joventut occitanista, n° 43, juillet 1943; 3. « Ofrena a lamada »; OC, été 1943 (repris, ainsi que « Cirerers florits » avec une version française dans Pyrénées (« Jeune poésie d’Oc »), n° 17-18, mars-juin 1944, p. 568-569); 4. « Cirerers florits », OC, automne 1943; 5. « Casenoves »; « Calma », « OC, hiver 1943; 6. « Duptes »; « La font engalanada »; « Pluja »; « Escepticisme »; « Ulls blaus »; « Al marge florit », OC, été-automne 1944; 7. « Veremes »; « Fonts », avec traduction française, La jeune poésie occitane, anthologie composée par Bernard Lesfargues et Robert Lafont, Paris, Le Triton bleu, 1946, p. 8-9; 8. « De Catalan a Occitan. Occitània », L’Ase negre. Ancianament Occitània », octobre 1946; 9. « Contemplació »; « Capvespre »; « Pau de tardor, », OC, 1946-1947-1948, p. 56-57. Aucune indication dans ce numéro publié en 1948 sur la disparition éventuelle d’Esteve. Notons encore qu’Esteve est mentionné parmi les membres du comité de rédaction des premiers numéros de L’Ase Negre imprimé, à partir du mois d’août 1946. Mais sa collaboration n’est pas allée au-delà du mois d’octobre (un seul article). Il disparaît ensuite de la revue, comme du titre qui prit la suite à partir de janvier 1948 (Occitania organe occitanista mesadier « que foguet un temps L’Ase Negre »).

19 Joan Esteve, dans un courrier daté de Decazeville, le 13 mars 1946, fait allusion à la publication de ce poème dans le premier numéro de L’Ase Negre, qui vient tout juste de lui parvenir. Dans ses deux dernières lettres connues à Lafont, c’est à l’article qu’il a rédigé pour la nouvelle série, imprimée, de la revue, qu’il fait allusion. Cet article parut effectivement dans le numéro d’octobre.

20 Lagarde était originaire du village de Castelnau-Durban, dans le Séronnais, à mi-chemin entre Foix et Saint-Girons. Dans OC, ses premiers poèmes furent publiés en 1948 (dans le numéro spécial, couvrant le début de cette année et les deux précédentes, où le furent aussi les trois derniers poèmes connus de Joan Esteve). Dans le numéro suivant, daté du mois d’octobre 1948, Lagarde faisait paraître une recension du premier recueil poétique de Lafont, Paraulas au vielh silenci.

21 Dans la graphie de la revue: Era bouts dera mountanho (Sur l’histoire de cette publication et son contenu, Chandivert 2015).

22 Les poèmes de Pierre Lagarde publiés dans Era bouts dera mountanho sont: en 1942, « Per tú »; en 1943, « De ma farnesto »; en 1944, « Maití »; « Roundel à mai-bielho »; en 1945, « In memoriam. Ana René Canal, regent felibre mort ‟per errou” en Alemanho oun fusquec embouiat ‟per errou” coumo tant d’autis… »; « Sus dits »; « Rossello »; 1946, « Brumous ». Je remercie Françoise Bancarel (CIRDOC, Béziers) de m’avoir permis de prendre connaissance de ces poèmes. On notera que Lafont a publié à deux reprises dans la même revue en 1944 (Pic 2005, n° 11 et n° 12), sans doute par l’entremise de Pierre Lagarde, son « amic e companh de mai de cinquanta ans » (dédicace de Pecics de mièg-sègle, Lafont 1999). Certains des textes de P. Lagarde ont été envoyés à la revue de Haute-Silésie, où il dut se rendre dans le cadre du STO (Service du Travail Obligatoire) entre juin 1943 et mai 1945 (Lagarde 1989, dont il existe, au dire de l’auteur, une version originale occitane demeurée inédite). On lit en 1943, sous le poème « De ma farnesto » (De ma fenêtre), que Lagarde était l’« ourganisatou del groupe ‟Toco-i se gauses” en Alemanha ».

23 Une manière plus recherchée, plus ouverte aux moyens modernes d’expression. On notera que ces lignes de présentation des poèmes de P. Lagarde sont écrites en languedocien, mais que le provençal y montre l’oreille (« i mejàns »), signe, probablement, que c’est Lafont lui-même qui a rédigé ce chapeau.

24 Respectivement: Dans le vent…; Cyprès dans le ciel; La vie. Un seul de ces trois poèmes a été repris en 1953 dans l’unique recueil publié de Pierre Lagarde, Espera del jorn: « Dins lo vent… »; mais sous un autre titre, « Luna de tardor/ Lune d’automne » (Lagarde 1953, 28-29).

25 L’un de ces poèmes, « La vida » fut également publié, en octobre 1946, accompagné d’une version française, dans l’anthologie de la poésie occitane dressée par Robert Lafont et Bernard Lesfargues à l’enseigne du Triton bleu (Paris). De façon significative, on trouve aussi dans cette anthologie qui se voulait novatrice deux poèmes en catalan de Joan Esteve

26 Depuis 1940, je suis félibre. Je croyais que c’était davantage qu’un titre et le droit d’avoir une carte du Félibrige […] De poésie, de travail véritable, d’œuvre, aucuns! » (« Cap de l’an. Testimonis », L’Ase Negre, 2, septembre 1946, 3). Lafont a évoqué ses débuts dans le sillage du Félibrige (Lafont 1999, 27-33). Mais les pièces de poésie qu’il écrivit alors en graphie mistralienne n’ont à ma connaissance jamais été publiées à cette époque ni ultérieurement (Gardy 2011).

27 Giboulée (de mars). Dans ce troisième numéro, comme dans le suivant, les deux pages de la rubrique « Letradura » sont imprimées en rouge, et non pas en noir comme toutes les autres pages des quatre livraisons. Volonté de donner un statut un peu particulier à cette rubrique en la distinguant du reste de la publication?

28 Il ne peut s’agir que du numéro 168, daté du quatrième trimestre 1945. On y trouve effectivement un poème de Max Allier, « Ombra que vira » (Ombre qui tourne). C’est la première fois qu’Allier est publié dans la revue.

29 Dans les rues de Paris. Début d’aube parisien. Ce texte est daté du mois d’avril 1946. Le nom de son auteur est orthographié: Bernat Lasfargues.

30 Lafont 2011, 336-337.

31 Il s’agit de « Le gueux », que l’on retrouve en 1947 dans Visages, le premier recueil, en français, d’Allier.

32 Nom de plume d’Ismaël Girard, l’un des fondateurs de la revue OC (http://vidas.occitanica.eu/items/show/12). C’est sous ce nom qu’il publia plus tard ces poèmes dans son unique recueil poétique connu, Signes (Toulouse, Institut d’études occitanes, coll. « Messatges », présentation d’Andrée-Paule Lafont, 1960).

33 Douces collines de châtaigniers et de chênes, plaine de velours de mon orgueilleuse Dordogne […] et toi aussi, mon Bergerac qui dors sous le soleil. On reconnaît là un thème majeur de la poésie à venir de Lesfargues.

34 Lafont 2011, 338-339. Un manuscrit de ce poème, avec traduction française, figure dans le fonds Robert Lafont (Béziers CIRDOC).

35 Lafont 2011, 340-341.

36 Lafont 2011, 12-13.

37 Notre langue sauvée.

38 C’est dans les yeux de mes élèves que je retrouve la confiance un instant chancelante.

39 De bons poèmes provençaux de Jean Calendal Vianès et, du même, des poèmes en français de moins bonne qualité. On sait que Vianès fut, avec Max-Philippe Delavouët et quelques autres dont Georges Reboul l’un des « poètes de Marsyas » réunis autour de sa revue par Sully-André Peyre (Gardy 2014). C’est en janvier 1946 que la revue de Peyre a pu reparaître. Dans ce numéro (= 241) figurent déjà deux poèmes provençaux de Vianès. C’est dans celui daté d’avril (n° 244) que l’on trouve, en tête, des poèmes français (« Ariane »; « Feu »; « Cassandre »; « Yeux ») et provençaux (« Lou pin »; « Pèr la memòri de Gérard de Nerval »; « Aquel ome passè… »; « Se soubro un pau de iéu… ») de Vianès. Il est vrai que ces derniers sont particulièrement représentatifs, avec la distance des temps, de l’écriture d’un poète resté longtemps trop méconnu mais dont Peyre avait pressenti la personnalité assez remarquable.

40 Nous regrettons les attaques, vraiment inutiles, contre notre graphie occitane.

41 Sympathique par Aragon de la traduction par René Nelli de cinq poèmes d’amour de Jordi de Sant Jordi. Nelli venait de publier, en 1945, aux éditions de l’Institut d’études occitanes tout nouvellement fondé, un petit volume réunissant cinq pièces de ce poète valencien d’expression catalane (fin XIVe-début XVe siècle).

42 Léon Cordes n’apparut que dans le « deuxième » Ase, imprimé cette fois par un artisan professionnel, Georges Vieu à Olonzac (Hérault), à partir du mois d’août 1946.

43 On remarque cependant, en page 1, la silhouette à peine esquissée d’un petit âne noir venant combler un blanc au bas de la deuxième colonne…

Haut de page

Table des illustrations

Titre Couverture de L’Ase Negre, Ier juin 1946
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1192/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre « Letradura : Peire Lagarda », L’Ase Negre, 1er Avril 1946
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1192/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Rubrique « Prosa », L’Ase Negre, 1er mai 1946
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1192/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre « Letradura : Robert Lafont », L’Ase Negre, 1er juin 1946
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1192/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre « OPINIONS : NOSTRA LENGA SAUVADA », L’Ase Negre, 1er juin 1946
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1192/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Gardy, « LAse Negre avant LAse Negre (mars-juin 1946) : un chaînon manquant ? », Lengas [En ligne], 81 | 2017, mis en ligne le 20 mars 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://lengas.revues.org/1192  ; DOI : 10.4000/lengas.1192

Haut de page

Auteur

Philippe Gardy

DR émérite CNRS (IIAC, équipe LAHIC)
Université Paul Valéry Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org