Skip to navigation – Site map

Schibboleth, la langue comme arme de détection massive : 1937, le massacre des Haïtiens

Arnaud Richard and Renauld Govain

Abstracts

In 1937, more than 30,000 Haitians and Dominicans of Haitian descent were massacred in a few days by the army and the Dominican police forces under the presidency of Rafael Leónidas Trujillo Molina. This genocide remains little known in modern world history. It remains marked with the seal of the language and its use as a tool to detect the origin of the speakers. Indeed, the Spanish language was used through the specific word "perejil" (parsley) to identify individuals unable to pronounce "correctly" this term. If any hesitation or failure to production a proper /r/ ("r" rolled) followed by a /x/ (jota), it was death with a machete or a knife for most of the time. The notion of shibboleth makes it possible to discuss this criminal use of the language. We shall examine the socio-historical contextualization of these events and then put into perspective the phonological and pragmatic dimensions of such a term with deadly ends.

Top of page

Full text

Introduction

1La langue est un élément clé de l’identification d’un groupe d’individus, de l’échelle la plus petite à la plus grande (Boutet 2010, Kramsch 2009, Laplantine 1998 ou Todorov 1989), qu’il s’agisse d’une communauté de quelques personnes ou d’un ensemble national, pouvant étendre ces échanges à des milliers de kilomètres grâce à une diaspora. Néanmoins, les frontières étatiques sont des points de tensions potentiels où se matérialisent nombre de réalisations : expulsions de ressortissants en situation irrégulière ou régulations du commerce (contrôles douaniers), renforçant alors un engagement identitaire (Achard 1998 notamment). De ce point de vue, la langue peut être vue comme un moyen de présentation et de représentation de soi, en plus d’être l’outil de communication qu’on lui reconnait généralement. Si la langue en tant que système est un outil communautaire d’inclusion et d’exclusion, un fait précis de langue peut jouer, lui aussi, ce même rôle, comme c’est le cas d’un schibboleth.

2Dans cette contribution, notre analyse portera sur un cas révélateur de l’importance cruciale que la dimension linguistique peut prendre dans le cas d’un génocide (Dedaic 2003). Alors que la communication ne fait aucun doute dans la stratégie de transmission des informations entre alliés, nous nous proposons de voir plutôt comment la langue peut être un outil de détection et donc de reconnaissance du supposé ennemi. Avec l’extermination systématisée de plus de 30 000 ressortissants haïtiens ou d’origine haïtienne, la prononciation d’un terme (« persil ») a joué un rôle-clé dans cette tragédie. Ce n’est pas tant la langue qui joue ce rôle, mais un fait de langue (que nous verrons plus loin) ayant à voir avec l’espagnol, ce qui nous pousse à parler de schibboleth.

3Dans un premier temps, nous situerons le contexte socio-historique de notre étude, c’est-à-dire l’île d’Hispaniola (partagée entre deux pays caribéens : la République d’Haïti et la République dominicaine). Nous préciserons les circonstances des événements meurtriers survenus en octobre 1937. Dans un second temps, nous introduirons la notion de schibboleth que nous appliquerons ensuite, dans le détail, au terrain prédéfini. Cette analyse se veut une contribution en sociolinguistique avec une dimension transdisciplinaire. À partir d’un cadrage emprunté aux études discursives critiques (avec l’histoire, la géopolitique, l’analyse du discours tel Wodak 2010), nous proposerons une analyse en lien avec la phonologie, dans le but de rendre compte de la portée pragmatique majeure que la langue peut avoir dans un conflit guerrier, voire un massacre.

1. De la cohabitation à la confrontation des langues et des hommes sur l’île d’Hispaniola

  • 1 Respectivement, Alexis Jacques Stephen, 1955, Compère Général Soleil, Paris, Gallimard, et Philoctè (...)

4À travers un bref rappel historique sur le peuplement et le développement des sociétés sur l’île d’Hispaniola (d’Ans 1987 ou Wargny 2008, notamment), nous mettrons en contexte la mise en tension des influences entre les rapports coloniaux divers (principalement français d’une part et espagnols d’autre part) afin de mieux préciser l’événement historique dramatique qui est au cœur de cette étude. Alors que les archives historiques manquent et qu’un tel massacre reste encore tabou à bien des points de vue – même si des œuvres littéraires l’ont évoqué à plus ou moins grande échelle surtout depuis Farming of Bones d’Edwige Danticat (1998), dans les pas de Jacques Stephen Alexis (1955) et de René Philoctète (1989)1 (voir Misrahi-Barak 2013) –, nous proposerons un panorama en histoire et géographie sociale pour situer le cadre d’un ancrage géolinguistique aux effets dévastateurs. Un ordre d’idées peut être donné également par Lister (2013) en rapport avec cette dynamique d’appréhension des événements entourant le massacre « ethnocidaire » de 1937, pour des littéraires caribéens.

1.1. De la cohabitation forcée par la colonisation

5La République d’Haïti (désormais Haïti) et la République dominicaine (désormais RD) se partagent l’île d’Hispaniola. Découverte par Christophe Colomb dès 1492, cette terre située au cœur des grandes Antilles abrite désormais deux nations qui au fil du temps ont entretenu des rapports conflictuels hérités des différents empires coloniaux qui les ont façonnées (lire notamment Blancpain 2008 ou Théodat 2003). Profondément marquée par la traite esclavagiste transatlantique sur fond d’extermination des populations autochtones (Amérindiens taïnos), cette île de plus de 76 000 km2 est désormais habitée par près de 11 millions d’Haïtiens (sur sa partie occidentale) et autant de Dominicains (sur les deux tiers de la terre de l’Est).

6En 1804, Haïti obtient de haute lutte son indépendance face aux armées napoléoniennes (Barros 1984, Brière 2008 ou Douyon 2004, notamment). Fortes de ce succès majeur, les troupes haïtiennes étendront rapidement leur territoire afin d’unifier l’île pendant plusieurs décennies (Roupert 2011). C’est en 1844 que la République dominicaine scellera son indépendance à son tour ; mais vis-à-vis d’Haïti et non de l’Espagne. En effet, ce double fait historique d’indépendances successives ne peut à lui seul tout expliquer dans les rapports aux origines des deux États. Néanmoins, il demeure qu’Haïti s’est opposé à la France (« son » pays colonisateur) pour gagner son indépendance ; alors que la RD n’a pas obtenu, de l’Espagne, sa reconnaissance en tant qu’État souverain. Cela peut faire des deux pays partageant cette même île, des « demi-frères ennemis » si nous cherchons la comparaison filiale pour en illustrer les rapports conflictuels de relation.

  • 2 Selon la Banque Mondiale, le PIB (Produit Intérieur Brut) par habitant est de 818,3 dollars américa (...)

7L’animosité du côté des Dominicains par rapport aux immigrés haïtiens semble se tendre particulièrement. Même si toute généralisation reste hasardeuse, il demeure qu’un rapport de domination symbolique collective s’instaure avec, en position de dominant, la RD. En plus d’inégalités économiques criantes (et par exemple, un revenu par habitant bien supérieur en RD2), la question de la discrimination se focalise sur l’apparence physique et les origines ethniques ou supposées raciales.

8Turits (2007, 62) préfère évoquer plus spécifiquement l’anti-haïtianisme plutôt que de généraliser à une quelconque forme de racisme. Ses réflexions à propos de l’anti-haïtianisme trouveront écho chez Franco Pichardo (2013). Ses travaux mettent davantage l’accent sur l’impact de la libération des esclaves d’origine africaine comme aspect fondateur de l’identité dominicaine :

L’histoire dominicaine se détache comme un cas intrigant précisément parce qu’une identité collective noire n’a pas été construite parmi les personnes d’origine africaine et parce que, jusqu’à ce jour, la société́ n’est pas divisée en communautés raciales, même si elle est marquée – encore une fois selon des modalités qui doivent être plus précisément décrites – par un continuum raciste de couleurs. (Turits 2007, 62).

9Des origines coloniales font naître de nombreuses ressemblances, liées notamment à l’héritage africain (Moya Pons 2012), mais il se dégage aussi des différences qui s’observent notamment sur le plan linguistique (Metellus 2003). La RD ne reconnaît qu’une seule langue nationale : l’espagnol (castillan). Haïti possède deux langues officielles : le français et le créole haïtien – notons d’ailleurs qu’en 1937, seule la langue française possédait ce statut officiel (Govain 2014) –. Il y a donc bien une différence majeure dans le mode de communication avec une différence de code linguistique, même si au niveau des différents points frontaliers entre les deux pays les cas de bilinguisme existent certes, mais sont assez peu nombreux (Saint-Germain 1997).

1.2. De la confrontation jusqu’au massacre

10Au début du mois d’octobre de l’année 1937, le président dominicain Rafael Leónidas Trujillo Molina prononça un discours très hostile envers les Haïtiens et les ressortissants d’origine haïtienne. Depuis quelques mois des quotas nationaux s’appliquaient à ces derniers, visant à limiter la proportion de travailleurs haïtiens (en particulier dans le secteur de la canne à sucre). C’est de là que le massacre prit forme le long de la frontière nord de la partie haïtienne autour de la ville de Dajabón (Roorda 1996). Une des répliques tristement célèbres du dictateur fut : « [que l’on donne] une danse en son honneur » (reprise par Roorda 1998, 131). Entre 15 000 et 40 000 personnes furent exterminées par la police et l’armée dominicaines dans des exactions qui se répandirent ensuite au-delà de la zone pendant plus d’une semaine. Mais le président dominicain, en dépit de son discours, revendiqua ne pas avoir commandité un tel massacre (Dubois 2013, 304). Même si très peu de médias reportèrent les faits, le dirigeant évita d’être explicitement incriminé alors que des voix à l’étranger commençaient à s’élever pour critiquer sa gouvernance et ses outrances.

  • 3 Pour une approche plus spécifique du côté dominicain, lire Bourgeois 2013. Pour une étude davantage (...)

11Pour Alscher (2010, 90), Trujillo utilisa le prétexte d’un « spectre d’invasion migratoire pacifique » des Haïtiens pour regagner l’ensemble de l’île. Il fit prétendre à une révolte spontanée populaire des Dominicains. Mais une considération raciste et racialiste qui ne disait souvent pas ouvertement son nom, se cachait derrière de tels actes (voir notamment Bonniol 1992)3. Entre un discours populiste, qui laisse entendre le pire, et des exactions, qui ne sont pas sanctionnées, ce n’est qu’après coup, et sous couvert d’arrangements politiques, que les actes furent en façade réparés. D’ailleurs, le président haïtien de l’époque, Sténio Vincent, ne prit pas la peine d’engager des représailles ou de rapporter de telles actions auprès d’instances internationales. Dubois (2013, 305) précise même qu’un « code du silence » était partagé par les deux présidents concernant l’intégralité des massacres.

12Une étude à part entière mériterait d’examiner la médiatisation de ces faits historiques et leurs commémorations. Nous n’aurons ici pas l’espace pour cela, mais en guise de transition vers l’étude plus sociolinguistique du massacre, retenons tout de même deux expressions pour chaque camp. Elles rendent comptent de la différence de points de vue et de perspectives face à ces faits historiques, ainsi, selon Arnold (2008, 649) : pour les Haïtiens il était question de « Vêpres Dominicaines » et pour les Dominicains, de l’« Opération Persil ». Dans un premier cas, il y a l’identification du bourreau avec sa nationalité et le qualificatif qui renvoie à un massacre historique. Dans l’autre cas, il s’agit d’un registre plus militaire dans lequel il y a naturalisation avec la référence à la plante utilisée, mais aucune référence humaine explicite. Nous rappelons qu’il n’est pas question ici d’établir un jugement ou de prendre parti, mais nous souhaitons pouvoir apporter une contribution sur le plan sociolinguistique à des recherches portant sur les conflits (dans la lignée de précédents travaux sur le même terrain, tels Richard et Hailon 2015).

2. La langue comme arme de détection du supposé ennemi

13Dans cette seconde partie, nous traiterons de la dimension proprement sociolinguistique que la langue peut revêtir dans le cas d’un conflit guerrier. Alors que le langage dans sa performativité peut établir un acte officiel de déclaration de guerre, c’est dans une autre dimension que nous développerons notre propos. Il sera ici question de l’opérativité de la langue en tant qu’outil de détection du supposé ennemi, cet Autre qui doit être identifié afin de pouvoir accomplir l’ordre militaire pouvant mener jusqu’à son assassinat.

2.1. La notion de Schibboleth

14Calvet (2012, 55) évoque, dans un entretien, le cas très intéressant, linguistiquement et socialement, du schibboleth. Développée à partir d’un récit mythique issu de la Bible, cette notion indique la détection d’une appartenance d’origine selon une différence de prononciation entre deux communautés (linguistiques) pour un même mot (lié à un même référent). L’exemple originel était celui du terme schibboleth justement, c’est-à-dire « épi » en français, qui, en hébreu, peut se prononcer soit avec un [s] ou un [ʃ] au début. Le fonctionnement du schibboleth repose sur un son qui est supposé être difficile à réaliser par des locuteurs extérieurs à la communauté linguistique dans laquelle la langue dont est tiré le schibboleth a cours. La détection s’opère en ce que celui qui fait passer le test, en l’occurrence qui fait répéter le mot, a une forme de réalisation phonétique de son signifiant qu’il considère comme la « norme-étalon » standard, communautaire (dans le sens socio-ethnique), de référence. Il ne s’attend à aucune approximation de la part du testé : il réalise la forme attendue, il est identifié comme des siens ; il produit une quelconque approximation, il est détecté comme étranger à sa communauté et il est puni avec la dernière rigueur.

15Tibon-Cornillaud (2003, 56) reprend le même récit en évoquant les origines :

  • 4 La version Bible du Semeur fait référence à ce récit dans Juges 12 : 6 : « ils lui ordonnaient de p (...)

Le terme hébraïque Shibboleth qui signifie « épi », se trouve dans la Bible, livre des Juges, 5-6. Il est rapporté que sa prononciation permit aux Galaadites de reconnaître pendant la nuit leurs ennemis, les Ephraïmites qui s’étaient mélangés à eux dans l’obscurité.4

16Il est intéressant de noter ce que l’auteur voit comme équivalent en philosophie : « Il signifie […] “signe de reconnaissance”, “critère de distinction” ». Cette considération peut nous renvoyer également à Drogi (2009, 59) : « shibboleth, mot de passe qui discrimine pour tuer ».

17Cependant, même si nous sommes d’accord sur la potentialité meurtrière que peut porter le schibboleth, il est important de ne pas le confiner au simple registre de la connaissance, tel un mot de passe, quoiqu’il s’y apparente. Il nous semble qu’il est surtout de l’ordre du capable et donc des capacités mêmes de prononciation liées à un tel terme : ce n’est pas tant que les locuteurs ne savent pas nommer tel ou tel référent dans une langue donnée, mais bel et bien que leur compétence de production phonatoire (en termes articulatoires) ne leur permet pas de le faire.

  • 5 D’ailleurs noté indifféremment schibboleth et sibboleth par Castelloti et de Robillard (2001, 63 pu (...)

18Castelloti et de Robillard (2001) insistent sur l’aspect de « clôture » qui caractérise le schibboleth5. Dans leur article sur les langues et l’insertion sociale, ils emploient la comparaison à deux reprises concernant les sociolectes et leur impact social. Évoquant même la dimension identitaire « grégaire », la clôture prend forme autour de la frontière qui se matérialise donc également à travers la langue et son emploi en marquage par exclusion. Ainsi le choix du terme qui devient schibboleth n’est pas anodin. Il se fait dans un cadre de connaissance sur les caractéristiques phonologiques d’au moins deux langues. La capacité de l’une permet d’exclure l’autre qui, justement, n’aura pas la possibilité de produire le ou les phonèmes clairement identifiables pour faire ensuite du locuteur, un membre attesté de la communauté linguistique et, in fine, de la communauté sociale, ethnique ou nationale.

19Du stade de simple terme au regard de son emploi dans la Bible à son acception plutôt ethnolinguistique, schibboleth se comporte comme un concept où il désigne une forme linguistique spécifique (ou une certaine manière de parler) qui permet à la fois d’inclure ou d’exclure un ou plusieurs locuteurs d’une communauté linguistique donnée. De même que les Galaadites se servaient du terme schibboleth pour identifier l’origine ethnique différente des Ephraïmites et, donc, les faisaient mourir, le président Trujillo va lui aussi utiliser son Ephraïmites à lui pour identifier les Haïtiens et les massacrer. Il va ainsi recourir au fameux terme de « perejil » qui a été présenté aux gens d’un phénotype proche de l’Africain (à la peau sombre) pour qu’ils le prononcent. S’ils ne parvenaient pas à le prononcer comme ses sbires l’attendaient, ces derniers s’emparaient d’eux et les assassinaient. D’où la section suivante.

2.2. Le Schibboleth du président Trujillo

20L’utilisation d’un terme comme « perejil » n’est pas anodin. Il offre un certain nombre d’avantages dans sa praxis à la fois articulatoire, mais aussi pragmatique :
- d’un point de vue articulatoire, le terme « perejil » contient les sons [r] et [x] qui appartiennent au système phonologique de la langue espagnole mais sont absents dans le créole haïtien (désormais CH) et en français d’ailleurs. Il s’agit donc d’un double élément d’exclusion. Govain (2015) a observé dans un autre contexte d’analyse que ces deux sons sont difficiles à réaliser par des locuteurs d’origine haïtienne parce que n’existant pas dans le système phonologique de la langue qu’ils connaissent le plus, le CH.
- d’un point de vue pragmatique, le référent du terme est accessible dans une pratique de deixis simple. Le persil pousse en abondance et se trouve facilement dans cette partie de l’île, comme le soulignent les critiques et les auteurs mêmes de récits sur ce massacre (notamment Misrahi-Barak 2013, 165). Selon une étude de paléobotanique, la biologiste Françoise Hatzenberger relève même une existence avérée sur l’île depuis le XVIIIe siècle (Hatzenberger 2001, 157).

21Centrons-nous cependant sur les aspects articulatoires particuliers du mot « perejil ». Le son [r] est un son qui fait partie de la langue espagnole (Martinez-Celdran et al. 2003), mais qui a quasiment disparu des variantes dialectales du français de France comme du français haïtien et du CH. D’un point de vue phonologique également, la distinction entre [r] apicale et [r] roulée n’est pas pertinente en français comme en créole. Boula de Mareüil et al. (2008, 146) comparent même à des schibboleths les accents régionaux ou étrangers de certains mots qu’ils analysent dans leurs détections automatiques. Ils évoquent comme critère premier de détection, le voisement et la durée des consonnes, ce qui marque fortement la différence de [r] (et sa dimension fricative).

22C’est que les phonèmes d’une langue étrangère, qui n’existent pas dans la langue du locuteur, passent dans le crible phonologique de celle-ci (Troubetzkoy 1986) afin d’être conformes au parler naturel du locuteur :

Le système phonologique d'une langue est semblable à un crible à travers lequel passe tout ce qui est dit. Seules restent dans le crible les marques phoniques pertinentes pour individualiser les phonèmes. Tout le reste tombe dans un autre crible où restent les marques phoniques ayant une valeur d'appel ; plus bas se trouve encore un crible où sont triés les traits phoniques caractérisant l'expression du sujet parlant. […] Et comme ce crible ne convient pas pour la langue étrangère entendue, il se produit de nombreuses erreurs et incompréhensions. Les sons de la langue étrangère reçoivent une interprétation phonologiquement inexacte, puisqu'on les fait passer par le "crible phonologique" de sa propre langue (Troubetzkoy 1986, 54).

23Ainsi, le phonème /r/ plutôt roulé n’existant pas dans le système linguistique premier des locuteurs haïtiens, il reçoit une réalisation qui est peu ou prou semblable à celle d’un phonème qui existe dans leur crible phonologique et qui lui est proche. Il se réalise alors sous une forme le rapprochant de [l] (Govain 2015).

24Par ailleurs, le terme ici incriminé, pour ne pas dire criminel, contient un autre son qui agit comme critère de détection. Il s’agit de la jota, un son glottal dont l’exécution n’est pas simple pour un locuteur non natif. En effet, l’occlusive glottale non-voisée [x] n’existe pas en CH. Elle y est remplacée par un phonème qui semble lui être le plus proche dans le CH, soit le /h/ (Govain 2015). Le son inconnu est passé par le prisme d’un son connu et maîtrisé à partir de la connaissance du système phonologique de sa (ses) langue(s) première(s). Cela étant, au lieu de /perexil/, comme on l’attendrait d’un ‘hispanophone natif’, ils réalisent [pelehil] en faisant passer les phonèmes étrangers dans le moule phonologique du créole. Ainsi, ils ne passent pas le test du schibboleth.

25En ce sens, des travaux de phonétique corrective montrent qu’il nécessite une attention particulière afin d’être pleinement maîtrisé. Bottineau (2013, 22) parle de « profilage communautaire des voix et corps parlants » qu’il dénonce dans l’assignation à des motivations liées à des « mentalités ethniques ». Il y voit une forme de racisme ordinaire dans les pratiques courantes quotidiennes interculturelles, et par extension vers notre étude, nous pourrions pleinement percevoir une forme de racisme instrumenté. Le terme est pertinemment choisi comme étant difficile voire impossible à prononcer par les personnes recherchées.

26L’expérience du schibboleth pousse parfois certains observateurs à poser un faux problème tendant à devenir un lieu commun, à savoir que les locuteurs de certaines supposées races d’hommes différentes ne seraient pas faits pour réaliser un certain nombre de sons. Nous soulignons qu’il s’agit d’un faux problème dans la mesure où tous les hommes possèdent le même appareil de production de la parole qui les soumet aux mêmes contraintes. De la même manière, tous les êtres humains, indépendamment de leurs origines, font partie d’une seule et même espèce (une seule et même « race » alors au sens populaire du terme), et possèdent le même appareil de perception de la parole. L’explication de l’existence des schibboleths malgré le fait que les hommes possèdent tous le même appareil phonateur et le même appareil de perception de la parole nous renvoie de nouveau à la notion du crible phonologique. C’est que la conscience phonologique des locuteurs se construit et se structure dans leurs langues premières et qu’ainsi ils ne sont guère capables de produire facilement des sons qui n’entrent pas dans la composition du système phonologique de ces langues. Par exemple, nous avons vu que [r] et [x] n’existent pas en CH.

27La conscience phonologique est la faculté qu’ont les locuteurs de reconnaitre, analyser et produire des phonèmes avec leur valeur naturelle tels qu’ils fonctionnent dans le système phonologique d’une langue donnée. Elle peut aussi être la « capacité à identifier, à se représenter et à manipuler les phonèmes de façon intentionnelle » (Mared-Breton, Bessie & Royer, 2010, 74). Mais celui qui est incapable de réaliser un schibboleth le sent et le sait. Il est apte à sentir la différence entre sa production et celle des autres. À force de persévérance, il pourra finir par réaliser les éléments phonétiques qu’il est, au début, incapable de produire.

28Pour finir sur la dimension praxique, notons que cette région de l’île particulièrement, possède du persil. Nous avons pu le constater par nous-même lors d’enquêtes de terrain, que ce soit à l’état naturel ou sur les étals des marchés. Ceci offre un double avantage pour rendre le choix d’un tel schibboleth pleinement opérationnel. Tout d’abord, il est aisé de trouver cette plante pour la montrer. L’acte de deixis est ainsi pleinement facilité grâce à la présence, voire l’abondance du référent. Ensuite, il ne peut y avoir une incompétence vis-à-vis du référent, c’est-à-dire qu’il fait partie du savoir populaire et qu’il entre dans une potentielle pratique au quotidien. Sa connaissance et sa reconnaissance sont presque indéniables. Tous ces éléments en font donc un élément d’une efficacité redoutable quand on connaît ici sa visée finale.

Bilan

  • 6 Article du quotidien national Le Nouvelliste, consulté le 28 février 2017.

29En 2007, à l’occasion de la commémoration du 70e anniversaire du massacre de 1937, un regroupement de citoyens haïtiens, dont une forte majorité d’enseignants d’université, a lancé le Comité-Mémoire 1937 dans la perspective de garder vivant cet événement qui marque durablement la vie sociopolitique d’Haïti et les relations haïtiano-dominicaines. Les principaux objectifs de ce collectif d’intellectuels sont de trois ordres : (1) de garder vivante la mémoire des victimes de 1937, (2) de faire connaître et d’analyser l’histoire des relations entre la République d’Haïti et la République dominicaine, afin d’éviter que de tels évènements ne se reproduisent à l’avenir, (3) de faire des propositions constructives pour améliorer les rapports entre les deux pays6.

30Revenons à la question de la langue. Pour Calvet (2012, 55), « les langues ne se font pas la guerre et ne sont pas des “armes de guerre”, mais elles ont leur place dans les conflits sociaux ». Dans cet article, on peut trouver une des illustrations les plus belliqueuses, voire cruelles, de la langue. Un terme comme outil de détection des capacités linguistiques et, par conséquence, d’assomption de nationalité, a mené à une série de massacres de plusieurs dizaines de milliers d’individus. Les Haïtiens et les Dominicains d’ascendance haïtienne n’ont pas été tués à cause de leur langue, ni parce qu’ils ne maitrisaient pas (ou pas suffisamment) bien la langue de l’Autre (la langue espagnole). Mais la langue, alors, pour exprimer cela de manière générique, a été utilisée comme une arme de détection à grande échelle vu l’ampleur des massacres, et donc une arme de détection massive au service d’un président dictateur…

31Les mots de Barthes (1978, 14) prennent alors une résonance encore plus forte : « Mais la langue, comme performance de tout langage, n’est ni réactionnaire, ni progressiste ; elle est tout simplement : fasciste ; car le fascisme, ce n’est pas d’empêcher de dire, c’est d’obliger à dire ».

Top of page

Bibliography

Achard Patrick, 1998, « Nations, nationalismes : l'approche discursive », Langage et Société, 86, 9-63.

Alscher Stefan, 2010, « Île d’Hispaniola. Des voisins inégaux confrontés à des défis semblables : dégradation environnementale et migration », Hommes et migrations, 1284, 84-96.

Arnold Albert James, 2006, « Présentation. La Caraïbe dans tous ses états », Critique, 711-712, 639-651.

Barros Jacques, 1984, Haïti de 1804 à nos jours, Paris, L’Harmattan.

Barthes Roland, 1978, Leçon. Leçon inaugurale de la chaire de sémiologie littéraire du Collège de France prononcée le 7 janvier 1977, Paris, Seuil.

Blancpain François, 2008, Haïti et la République dominicaine, une question de frontières, Matoury, Guyane, Ibis Rouge Editions.

Bonniol Jean-Luc, 1992, La couleur comme maléfice : Une illustration créole de la généalogie des « Blancs » et des « Noirs », Paris, Albin Michel.

Boula de Mareüil Philippe, Vieru-Dimulescu Bianca, Woehrling Cécile et Adda-Decker Martine, 2008, « Accents étrangers et régionaux en français. Caractérisation et identification », TAL, 49 (3), 135-163.

Bourgeois Catherine, 2013, « Dis-moi quelle est la couleur de ta peau et je te dirai qui tu es. Phénotype, langage et stéréotypes en République dominicaine », Civilisations, 63, 31-50.

Bottineau Didier, 2013, « Pour une approche enactive de la parole dans les langues », Langages, 192 (4), 11-27.

Boutet Josiane, 2010, Le pouvoir des mots, Paris, La Dispute.

Briere Jean-François, 2008, Haïti et la France. 1804-1848. Le rêve brisé, Paris, Karthala.

Calvet Louis-Jean, 2012 « Des frontières et des langues. Entretien avec Thierry Paquot », Hermès. La Revue, 63, 51-56.

Castellotti Véronique et de Robillard Didier, 2001, « Langues et insertion sociale : matériaux pour une réflexion sociolinguistique », Langage et société, 98, 43-75.

D’Ans André Marcel, 1987, Haïti. Paysage et Société, Paris, Karthala.

Dedaic Mirjana N., 2003, “Introduction: A peace of word”, in Dedaic Mirjana N. et Nelson, Daniel N., At War with Words, New York, Mouton de Gruyter, 1-25.

Douyon Frantz, 2004, Haïti de l’indépendance à la dépendance, Paris, L’Harmattan.

Drogi Pierre, 2009, « Effacements du poème », Littérature, 156, 55-64.

Dubois Laurent, 2013, Haiti : The Aftershocks of History, New York, Picador.

Franco Pichardo Flanklin, 2013, Du racisme et de l'anti-haitïanisme et autres essais, Port-au-Prince, C3 Editions.

Govain Renauld, 2015, « Aspects phonologiques du créole de Bombita », Études Créoles – Vol. XXXIII n°2, 96-110. [En ligne], URL : http://www.lpl-aix.fr/~fulltext/Etudes_Creoles/govain.pdf.

Govain Renauld, 2014, Les emprunts du créole haïtien à l’anglais et à l’espagnol, Paris, L’Harmattan.

Hatzenberger Françoise, 2001, Paysages et végétations des Antilles, Paris, Karthala.

Kramsch Claire, 2009, The Multilingual Subject, Oxford, Oxford University Press.

Labelle Micheline, 1978, Idéologie de couleur et classes sociales en Haïti, Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

Lister Elissa L., 2013, Le conflit haïtiano-dominicain dans la littérature caribéenne, Port-au-Prince, C3 Editions.

Laplantine François, 1999, Je, nous et les autres, Paris, Le Pommier.

Mared-Breton Nathalie, Bessie Anne-Sophie Royer Carine, 2010, « La conscience morphologique est-elle une variable importante dans l’apprentissage de la lecture? » Educar em Revista, 38, 73-91.

Martinez-Celdran Eugenio, Fernandez-Planas Ana M., Carrera-Sabate Josefina, « Castillan Spanish », Journal of International Phonetic Association, 33 (2), 255-259.

Metellus Jean, 2003, Haïti, une nation pathétique, Paris, Maisonneuve & Larose.

Misrahi-Barak Judith, 2013, « Exploring Trauma through the Memory of Text: Edwidge Danticat Listens to Jacques Stephen Alexis, Rita Dove, and René Philoctète », Journal of Haitian Studies, 19.1, 163-183.

Moya Pons Franck, 2012, History of the Caribbean, Princeton, Markus Wiener Publishers.

Richard Arnaud et Hailon Fred, 2015, « Des identités politiques entre actions juridiques et discours historiques discriminants : perspectives discursives de l’arrêt « raciste » 168-13 », in Richard Arnaud, Hailon Fred et Guellil Nahida (éds), Le discours politique identitaire dans les médias, Paris, L’Harmattan, 135-158.

Roorda Eric Paul, 1996, « Genocide Next Door : The Good Neighbour Policy, the Trujillo Regime, and the Haitian Massacre of 1937 », Diplomatic History, 20 (3), 301-319.

Roorda Eric Paul, 1998, The Dictator Next Door: The Good Neighbor Policy and the Trujillo Regime in the Dominican Republic, 1930-1945, Durham, Duke University Press.

Roupert Catherine-Eve, 2011, Histoire d’Haïti. La première république noire du Nouveau Monde, Paris, Perrin.

Saint-Germain Michel 1997, « Problématique linguistique en Haïti et réforme éducative : quelques constats », Revue des sciences de l’éducation, 23 (3), 611-642.

Theodat Jean-Marie, 2003, Haïti - République Dominicaine : Une île pour deux - 1804-1916, Paris, Khartala.

Tibon-Cornillot Michel, 2003, « En route vers la planète radieuse - déferlement des techniques, insolence philosophique », Rue Descartes, 41, 52-63.

Todorov Tzvetan, 1989, Nous et les autres, Paris, Seuil.

Turits Richard Lee, 2007, « Par-delà les plantations. Question raciale et identités collectives à Santo Domingo », Genèses, Belin, 66, 51-68.

Troubetzkoy Nicolaï Sergeïevitch, 1986 [1949], Principes de phonologie, Paris, Klincksiek.

Wargny Christophe, 2008, Haïti n’existe pas. 1804-2004 : deux cents ans de solitude, Paris, Autrement.

Wodak Ruth, 2010, « The Discursive Construction of History. Brief Considerations », Mots, 94, 57-66.

Top of page

Notes

1 Respectivement, Alexis Jacques Stephen, 1955, Compère Général Soleil, Paris, Gallimard, et Philoctète René, 1989, Le peuple des terres mêlées, Port-au-Prince, Editions Henri Deschamps ; mais pour être des plus complets, il faudrait ajouter la contribution de la poétesse Rita Dove (Dove Rita, 1983, « Parsley » In Museum, Pittsburgh, Carnegie-Mellon University Press).

2 Selon la Banque Mondiale, le PIB (Produit Intérieur Brut) par habitant est de 818,3 dollars américains en Haïti et 6 468,5 dollars américains en RD (soit près de huit fois plus) ; site officiel consulté le 28 février 2017 : http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/NY.GDP.PCAP.CD

3 Pour une approche plus spécifique du côté dominicain, lire Bourgeois 2013. Pour une étude davantage centrée sur Haïti, voir Labelle 1978.

4 La version Bible du Semeur fait référence à ce récit dans Juges 12 : 6 : « ils lui ordonnaient de prononcer le mot Chibboleth. S’il disait « Sibboleth, parce qu’il n’arrivait pas à le prononcer comme eux, ils le saisissaient et l’exécutaient près des gués du Jourdain. Quarante-deux mille hommes d’Ephraïm périrent en cette circonstance ».

5 D’ailleurs noté indifféremment schibboleth et sibboleth par Castelloti et de Robillard (2001, 63 puis 64).

6 Article du quotidien national Le Nouvelliste, consulté le 28 février 2017.

Top of page

References

Electronic reference

Arnaud Richard and Renauld Govain, « Schibboleth, la langue comme arme de détection massive : 1937, le massacre des Haïtiens », Lengas [Online], 80 | 2016, Online since 23 March 2017, connection on 20 September 2017. URL : http://lengas.revues.org/1193  ; DOI : 10.4000/lengas.1193

Top of page

About the authors

Arnaud Richard

UMR 5267 Praxiling CNRS & Université Paul-Valéry Montpellier 3
LangSÉ Faculté de Linguistique Appliquée – Université d’État d’Haïti

Renauld Govain

LangSÉ Faculté de Linguistique Appliquée – Université d’État d’Haïti

Top of page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org