Navigation – Plan du site
Varia

Le plurilinguisme comme élément structurant de l'objet « littérature corse »

Lo plurilingüisme coma element d'estructuracion de l'objècte "literatura còrsa"
Ange Pomonti

Résumés

La définition exacte de l'objet « littérature corse » demeure à ce jour encore problématique. Nées du contexte sociolinguistique à l'œuvre sur l'île, des questions identitaires souvent latentes la sous-tendent et la conditionnent en effet substantiellement. Il nous faudra alors, par-delà les crispations identitaires voire nationalitaires, remonter le fil de l'Histoire et établir tout d'abord l'existence de littératures corses d'expression italienne et française, découlant de réalités ou de bouleversements sociolinguistiques concrets, sous la plume d'auteurs locaux inscrivant dans l'île leur imaginaire propre. Puis, en guise de symbole de l'indispensable dépassement de la diglossie envisagé comme solution conciliatoire, nous prêterons attention aux phénomènes de contact des langues, par alternance codique et plus encore hybridation. Ceux-ci, qu'ils soient afférents aux productions contemporaines de certains auteurs locaux d'expression française, ainsi qu'à la littérature corsophone d'aujourd'hui mais également d'hier, nous paraissent en effet de nature à neutraliser les oppositions idéologiques stériles, pour aboutir à la définition – plurilingue et démocratique – de notre objet d'étude initial.

Haut de page

Texte intégral

1Qu'est-ce que la littérature corse ? Posée en ces termes, la question pourrait sembler déconcertante, voire même à certains égards provocatrice. Elle n'en reste pas moins incontournable à l'heure d'étudier ledit objet, malaisé à circonscrire et naturellement sujet à polémique, car sous-tendant bien d'autres enjeux que ceux strictement littéraires du fait de sa dimension politique ou de la seule donne sociolinguistique de l'île. Celle-ci se caractérise fondamentalement par le concept bien connu de diglossie, phénomène de cohabitation de deux variétés linguistiques sur un seul et même territoire, et induisant l'idée potentiellement conflictuelle de hiérarchisation des langues, l'une étant considérée comme socialement supérieure et l'autre comme une simple langue d'usage quotidien par les locuteurs eux-mêmes. Si la Corse d'aujourd'hui comme d'hier n'est pas monolingue, et que la littérature orale elle-même se nourrissait déjà du contact avec l'italien, peut-être faudra-t-il se méfier des postures essentialistes et envisager rapidement des transversalités...

1. Première tentative de définition

2François-Xavier Renucci (2010) tient compte de cet état de relativité, et va même jusqu'à en pousser fort loin la logique :

Personnellement, je penche plutôt pour accueillir à bras ouverts (ou dans le secret de nos cœurs) des textes qui me semblent jouer un rôle dans la vie de l'imaginaire corse. Je me rends bien compte qu'une telle "définition" de la littérature corse n'en est pas une et ne règle pas le problème ; mais sa façon de ne pas le régler me semble fructueuse...
Pêle-mêle : Mérimée, Balzac, Carrington, Boswell, Dostoïevski […] Dante, Rinaldi (permettez-moi un peu d'humour très bienveillant), etc. sont de parfaits exemples d'auteurs qui, même à leur corps défendant, jouent leur rôle dans notre imaginaire ».

  • 1 Dédié à Dumenicu Leca dit « Circinellu », prêtre rebelle de Guagnu acquis à la cause indépendantist (...)
  • 2 Voir http://pourunelitteraturecorse.blogspot.fr/2009/01/est-ce-bien-de-la-litterature-corse.html

3S'il nous sera certainement possible de circonscrire davantage les contours de notre objet d'étude, la question de l'adhésion à l'imaginaire corse (ou « imaginaire national » chez Jean-Guy Talamoni (2013)) ne laisse évidemment pas de nous interpeller. Il s'agirait en substance d'un propos de type littéraire s'inscrivant dans les limites d'un espace de pensée spécifique, qu'il y ait contextualisation géographique ou non, ressortissant à la représentation symbolique du monde propre à la Corse et à son peuple. Une notion qui, convenons-en, pourra selon les cas porter à discussion. Pour Jean-Marie Arrighi (2004), la littérature corse est soit une littérature écrite en langue corse, soit une littérature s'exprimant très majoritairement en italien et en français, et dont les auteurs autant que les sujets seraient corses...sans oublier dans le même temps les écrits en latin, à l'instar du brillant poème épique Vir Nemoris1 (Giuseppe Ottaviano Nobili Savelli, 1770), ni les rares tentatives en langue espagnole ou anglaise émanant de Corses expatriés ! Toujours selon l'avis de notre analyste, plus encore que le choix de langue, l'appartenance ethnique (au sens culturel du terme) à ce peuple corse serait ainsi une condition sine qua non pour se revendiquer de ladite littérature. Marcu Biancarelli2, démentant à son tour Renucci, ne semble pas dire autre chose :

Mon point de vue c'est que la littérature corse c'est une littérature écrite par des Corses. Des Corses dont les diversités d'appartenance ou d'expression sont déjà suffisamment complexes et subtiles pour qu'on ait besoin d'invoquer Balzac ou Mérimée. Donc pour moi il ne faut pas confondre "littérature corse" et "littérature sur la Corse".

2. Des littératures « sur la Corse »... et des contradictions

4Le parangon de cette littérature sur la Corse évoquée par Biancarelli reste effectivement Mérimée à travers ses célèbres nouvelles Mateo Falcone et Colomba, que l'on aura bien du mal à relier à un quelconque imaginaire national insulaire, tant il s'agit d'une vision exogène – plus exactement parisienne – de la Corse, engendrée par la vogue du romantisme européen et sa quête intarissable d'exotisme. En dépit de figures et de thèmes locaux, tout concourt à chanter l'archaïsme et à exhausser la violence, symbole singulièrement honorable de cette île sauvage encore préservée des méfaits de la civilisation corruptrice. La violence gratuite, les viols et autres exactions commises par certains bandits, qui n'étaient pas toujours d'honneur, n'apparaissent pas. La vision, non nuancée et répondant de toute évidence à des critères de fond établis en amont, est bien celle du voyageur romantique européen de l'époque, quoique l'Utopie colonisatrice ne puisse être totalement à proscrire. On l'aura compris, l'imaginaire corse au sens où l'entendent Arrighi et (surtout) Talamoni attendra.

  • 3 Qui ne fut pas toujours laudative, on pensera bien sûr ici à la sacrosainte paresse associée à l'et (...)
  • 4 Lequel, de père corse, ne consacra jamais le moindre poème à l'île, nonobstant un attachement qu'il (...)

5Parallèlement au « miroir déformant » (Gherardi, 2004) tendu par cette littérature du stéréotype et de la caricature3, qui aura d'ailleurs contribué à forger un type corse jusque dans l'esprit des insulaires, n'omettons pas de mentionner les auteurs corses d'expression française dépourvus de tout lien littéraire avec l'île. Il semble licite de rattacher ce groupe, dont la figure de proue reste Paul Valéry4, à l'institution littéraire française. Quant aux auteurs basés en France continentale ayant évoqué plus ou moins fugacement leur terre d'origine, leurs écrits sont avant tout marqués par le souvenir d'enfance diffus, propice à l'embellissement, qui caractérisera la prose ethnographique corsophone de l'après-guerre : c'est le « miroir éloigné » (Talamoni, 2013). On le voit, l'approche ethnique n'est pas sans soulever certaines contradictions, d'autant qu'a contrario tout auteur étranger écrivant sur la Corse, y compris de façon virtuellement objective ou dans le respect de l'imaginaire local, se trouverait exclu de fait de l'ensemble littérature corse. Le roman noir Les bouches (Nicolas Feuz, 2015), retraçant dans le détail les combats pour la Libération à la fin de l'année 1943, n'en est-il d'ailleurs pas un potentiel (contre-)exemple ? Peut-être faudra-t-il alors envisager d'autres approches moins « nationalitaires » ou à tout le moins plus inclusives que celle-ci, sans pour autant la renier, afin d'espérer délimiter au mieux les contours flous de notre objet. D'autre part, il ne fait évidemment pas bon embrasser les schémas de la domination dès lors que l'on se trouve soi-même en situation de dominé.

6Notons par souci de précision que la littérature romantique consacrée à la Corse fut aussi d'expression italienne. Dans l'Italie pre Risorgimento, les dialectes et leurs archaïsmes tiennent lieu de symboles régénérateurs de la nation en marche vers son unification. Le corse, en tant que dialecte le plus pur de l'italien, sera ainsi revalorisé mais surtout récupéré à des fins politiques, à l'instar de la culture orale traditionnelle et de ses célèbres vocéros. Niccolò Tommaseo, figure du noyau italophile bastiais gravitant autour de Salvatore Viale, et le Livournais Francesco Domenico Guerrazzi, qui érige le héros Pasquale Paoli en patrimoine authentiquement italien, en sont probablement les tout meilleurs représentants.

3. Littératures corse d'expression italienne et française

  • 5 De l'Académie florentine du même nom.
  • 6 Poesie giocose in lingua vernacola della pieve d'Ornano, composées entre 1855 et 1877.
  • 7 Nous reprenons à notre compte le fameux concept d'hégémonie culturelle défini par Antonio Gramsci.
  • 8 Il nous faut citer ici comme textes clés le Disinganno de Giulio Matteo Natali (1736) et la Giustif (...)
  • 9 V. « Terzine di varii pruverbii corsi ed altre sentenze » et « Quandu serrà bulea lu callarecciu », (...)

7Intéressons-nous donc à ce stade, par ordre d'ancienneté, aux littératures corses d'expression italienne et française ainsi qu'aux conditions extralittéraires de leur émergence. La première découle de l'intégration culturelle séculaire de la Corse à l'ensemble italien, caractérisée au plan linguistique par une diglossie corse/toscan qui garantissait au dialecte, pour des raisons de continuité « génétique », une certaine stabilité sociale pouvant s'apparenter à une forme de bilinguisme harmonieux. Variété « haute » (« high speech ») et variété « basse » (« low speech »), selon les mots de Charles Albert Ferguson dans son article fondateur « Diglossia » (1959), auraient cohabité pendant des siècles en Corse sans qu'une rupture trop radicale entre les deux systèmes ne fût ressentie par les locuteurs, aux yeux desquels corse et italien apparaissaient comme deux niveaux d'une seule et même langue (en l'occurrence l'italien). Dans la diglossie stable évoquée par Ferguson, aisément transposable au cas corse, l'espace langagier s'organise de manière précise et opérante. Le prestigieux toscan qu'amenèrent avec eux les Pisans puis les Génois fut donc plusieurs siècles durant la langue – standardisée – de l'écrit littéraire, du savoir, de l'officialité administrative, et pouvait servir à élever le discours dans l'intention de témoigner d'un niveau socioculturel supérieur. Le corse, variante dialectale non officielle de la matrice italienne, était le véhicule de l'oralité mais aussi des contextes langagiers informels, c'est-à-dire de la vie familiale et communautaire quotidienne. Jean-Marie Comiti (2005) nuance toutefois ce tableau par trop idyllique en considérant que le bilinguisme, qui implique par définition la maîtrise équitable de deux langues, ne fut jamais véritablement généralisé sur l'île. Celui-ci, en effet, était avant tout affaire de notables et d'érudits, soit une part infime de la population, tandis que l'immense majorité du peuple demeurait monolingue corse. La capacité à toscaniser la langue (« cruschighjà », ou « parlà in crusca »5), c'est-à-dire à s'exprimer dans le système le plus valorisé socialement, était donc loin d'être l'apanage de tous les insulaires, comme pourrait le démontrer le vers bien connu de l'évêque Paul-Mathieu della Foata, lequel brocardait en ces termes le piètre toscan du médecin de son village : « parla in crusca ma incappuccia, chì hè un Tuscanu di Carbuccia » (« il parle toscan mais il bute, car c'est un Toscan originaire de Carbuccia »)6. Si la compétence monolingue toscane reste ainsi encore à démontrer, la compétence bilingue passive, voire la capacité à italianiser a minima le discours pour les classes populaires nous semblent malaisées à réfuter, alors que le corse jouissait à l'évidence d'une considération culturelle, sociale et politique moindre, contrepoint presque logique au survalorisé toscan. Voilà qui nous pousse à manier avec cautèle, et au-delà de toute considération passionnelle ou idéologique relative à la question de l'italianité du corse, l'idée communément admise d'une diglossie naturelle et non conflictuelle entre corse et « lingua alta », corroborée par la formation universitaire des élites locales ou la littérature corse d'expression italienne. Toute diglossie, inéquitable par essence en ce qu'elle « implique une inégalité institutionnelle et sociale des langues en présence, et par contrecoup une disparité des valeurs symboliques de ces langues » (Thiers, 2008), nous paraît receler la potentialité d'un conflit ou, dans le cas du binôme corse-italien, relever à tout le moins d'une situation d'« hégémonie »7 quoi qu'il en soit peu discutable. La littérature corse italophone, naturellement protéiforme de par sa longévité, revêt tout d'abord un caractère historique avec les chroniques médiévales de Giovanni della Grossa (1388-1464), source de connaissance majeure pour les historiens insulaires, puis les textes politiques liés aux révolutions de Corse8. Dans le domaine plus spécifiquement créatif, on note l'émergence d'une poésie lyrique, mais aussi satirique avec l'abbé Guglielmi (le tout premier à utiliser sciemment le dialecte corse à des fins littéraires9), sans oublier la nouvelle et le roman historiques avec Renucci, Carlotti ou Grimaldi. L'éclectique Salvatore Viale, enfin, réhabilite le genre héroï-comique par le biais de sa Dionomachia (1817), dont le chant IV (« U serinatu di Scappinu ») constitue le tout premier texte en langue corse imprimé. Comme pour toute littérature, le destin de celle-ci n'est pas dissociable des réalités sociolinguistiques qui l'environnent. Au début du XXe siècle, les politiques linguistiques – d'aucuns diraient linguicides (Marchetti, 1989, 166) – menées par l'État français ont porté leurs fruits. L'invalidation des jugements de justice puis des diplômes, la relégation scolaire de l'italien au rang de langue étrangère, la francisation de la presse départementale, l'exclusivité du français à l'état-civil et le monolinguisme administratif, notamment, conduisent à la liquidation pure et simple de l'idiome de Dante sur l'île. Le premier jalon d'une francisation multiforme qui, avant de diriger son attention sur le vernaculaire, vient inévitablement sceller la disparition d'une littérature corse de langue italienne pourtant séculaire...

  • 10 Le Sermon sur la chute de Rome, 2012.

8La francisation, remettant ainsi en question la diglossie peu ou prou stable et le bilinguisme informel antérieurs (certes majoritairement passif), marque la fin de l'intercompréhension traditionnelle entre langue haute et langue basse, coïncidant avec une diglossie nouvelle de type fishmanien, non génétique et « non stable » (pour tourner à notre avantage la théorie de Ferguson), pour ne pas dire ouvertement conflictuelle. L'évolution de la donne sociolinguistique insulaire, point d'orgue d'une crise idéologique débouchant sur le remplacement de l'italien comme langue officielle par le français, va de pair là encore avec l'émergence progressive d'un dire littéraire de langue française. Précisons tout d'abord que divers écrivains de langue corse publièrent aussi en français, langue de leur formation intellectuelle, à l'image du chef de file corsiste Petru Rocca, de Paul Arrighi ou de Sébastien Dalzeto, preuve que les oppositions culturo-idéologiques ne se traduisent pas forcément dans les faits par l'adoption d'une langue au détriment de l'autre. L'exemplaire unique de A Cispra (1914), véritable manifeste d'un tout nouveau « nationalisme » politique, linguistique et littéraire, n'était-il pas lui-même largement bilingue ? Plus près de nous, des écrivains de langue corse tels que Rinatu Coti et Jacques Thiers ont eux aussi publié épisodiquement en français, en sus de leurs productions bilingues ou de leurs collaborations plurilingues. Concernant la production en français, on ne peut manquer de signaler un phénomène récent de floraison du roman corse, avec Marie Susini, Jean-Claude Rogliano, Gabriel-Xavier Culioli, Marie Ferranti, Jean-Baptiste Predali, et bien sûr le prix Goncourt Jérôme Ferrari10, sans oublier Marcu Biancarelli qui opte finalement pour le français après une activité soutenue en tant qu'auteur d'expression corse. Certaines plumes, notamment celle de Marie-Hélène Ferrari, se distinguent enfin par leur utilisation littéraire décomplexée des phénomènes d'hybridation nés du contact des langues ou « code-mixing », avec la démocratisation de l'emploi du français régional de corse (« francorsu »), dans la citation autant que dans les paroles rapportées en style indirect libre. Cette position plurilingue structurelle dénuée d'intention comique et de vocation hiérarchique, qui n'est pas sans rappeler l'italo-sicilien d'Andrea Camilleri, fera, nous le verrons, école chez les auteurs corsophones contemporains...

4. Le symbole du dépassement: la littérature d'expression corse

  • 11 « Nous n'écrivons que des bagatelles », « Nous, nous n'aspirons ni à la gloire ni aux faveurs / Les (...)

9Penchons-nous à présent sur la littérature d'expression corse, d'extraction plus récente, à travers le prisme de ses caractéristiques et, tout particulièrement, de ses évolutions intra-linguistiques. Il va de soi que l'expression écrite en langue corse se trouve par définition au cœur de l'ensemble littérature corse, formant par ailleurs un tout cohérent du fait de son évidente singularité, façonnée par le statut marginal de cette langue dont la reconnaissance pleine et entière fait encore défaut aujourd'hui. L'étude des périodes pionnières met en relief la prégnance d'une veine bucolico-burlesque, symbole de minoration diglossique répondant à la « répartition fonctionnelle des langues » fergusonienne. Ainsi della Foata, poète quadrilingue (corse, français, latin et italien !), jugeait-il lui-même son œuvre corse en ces termes : « No scrivimu bagatteddi », « No ùn pratindimu nè gloria nè favori / Li gran puemi, lascemuli à i maiori ; / Cuntintemuci di scriva / Pà i buiaghji è pà i pastori / Femu rida, o musa amata, / Piaci à tutti una risata »11. Romain Colonna (2013, 60) parle à cet effet d'« idéologisation de la diglossie » de la part du locuteur de langue minorée, amené en quelque sorte à s'auto-juger, régulièrement, et bien sûr négativement dans l'immense majorité des cas. Cette « haine de soi » confinant à l'inconscience répond somme toute assez bien au concept d'« autoodi » défini par la sociolinguistique catalane pour décrire le conflit linguistique, culturel et plus largement identitaire vécu en son for intérieur par le diglotte. Le corse, dans la littérature du 19e siècle, n'échappe évidemment pas à ce genre de jugements épilinguistiques et de représentations, pourrions-nous dire, mentales. Chez l'évêque della Foata, comme chez Viale avant lui, l'écrit en « lingua vulgare » est ainsi relégué au rang de simple divertissement populaire, à l'écart de toute visée moderniste voire de toute ambition littéraire digne de ce nom. Plutôt que de littérature corse plurilingue, laquelle supposerait par essence égalité hiérarchique, liberté et échange, on ne parlera donc ici à juste titre que de littérature diglossique.

  • 12 En refusant au passage tout écrit en italien !
  • 13 En écho bien sûr au « Riacquistu » corse des années soixante-dix.
  • 14 Il s'agit du premier roman en langue corse de l'histoire.

10Il faut attendre Santu Casanova et son journal A Tramuntana (1896), qui concrétise l'individuation du corse en le banalisant pour la première fois comme langue journalistique12, pour que survienne enfin la rupture. Avec l'habileté créative d'un authentique littérateur, « Ziu Santu » joue sur toutes les potentialités de la diglossie corse/français, voire de la triglossie corse/français/italien pour bâtir au mieux son propre système de communication. La brèche psychologique qui s'ensuit, périodisée comme « Primu Riacquistu » (« Première Réappropriation »13) par Jean-Guy Talamoni (1896-1945), se caractérise selon nous par sa grande diversité de genre mais également de langue : corse populaire à la fois « pur » et francisé chez le dramaturge Ghjannettu Notini, langue authentiquement corse et truffée d'italianismes et de gallicismes chez Maistrale, corse authentique chez Dumenicu Carlotti, corse authentique agrémenté d'italianismes d'autorité chez Anton Francescu Filippini, corse librement francisé et italianisé chez Giovacchini (que P. Desanti qualifie de « carnavalesque »), corse multidialectal chez Marcu Angeli (sartenais moulé dans la norme septentrionale du corse)... L'exemple le plus frappant de ce phénomène de cohabitation et d'hybridation linguistique nous est offert par le Pesciu Anguilla14 (1930) de Sébastien Dalzeto. Parfois pointée du doigt par la critique insulaire, la langue de Dalzeto est surtout l'expression réaliste, pour ne pas dire naturaliste du parler bastiais tel qu'on pouvait l'entendre à l'époque dans les rues de la ville. Rustique, truffé d'idiomatismes, de proverbes, de jurons ou encore de blasphèmes, ce système linguistique est aussi brillamment plurilingue, reflet d'une cité marchande babélienne ouverte sur la Méditerranée et carrefour intérieur entre ville et campagnes alentour. Le corse citadin et « ruralisé » y côtoie ainsi le français, le toscan académique des lettrés corses et des voyageurs d'outre-Tyrrhénienne, le napolitain des pêcheurs, le latin des ecclésiastiques... Sans oublier les nombreuses formes mésolectales, c'est-à-dire hybrides, nées de la jonction journalière entre basilecte vernaculaire et acrolectes référentiels (italien académique, français). Notons que le chapitre du pèlerinage à Lavasina est à ce titre des plus cacophoniques dans la mesure où il va jusqu'à introduire le provençal par l'intermédiaire de Pergaloun, fiancé à la sœur du héros, alors que le père se prend à imiter les différents accents des parlers de l'île, sans oublier les prières en italien du prêtre (balayées par les ripailleurs) ou les chants patriotiques français de l'ami éméché (Desanti, 2003) ! Joyeusement populaire, exubérant et métissé, l'écheveau dialectal bastiais se trouve donc être retranscrit le plus fidèlement possible par Dalzeto...qui était par ailleurs un fervent défenseur de la normalisation orthographique du corse et de son enseignement ! Le défi, profondément littéraire en réalité, est relevé en conscience et avec brio : la langue, bâtarde par nature mais nullement abâtardie, est surtout maîtrisée, fidèle à l'environnement réaliste et foisonnant qu'elle s'efforce de dépeindre. Elle est aussi, par elle-même, le ressort le plus fondamental de l'humour dans le roman. Là où S. Casanova mettait la diglossie au service de son projet de transmission journalistique, poursuivant en cela l'efficacité, Dalzeto en fait de même pour toucher concomitamment au réalisme et à l'humour. Point n'est besoin de purisme linguistique pour faire un bon chef-d'œuvre, peut-être est-ce là tout simplement l'enseignement majeur que nous délivre Pesciu Anguilla. L'abandon de cette veine autonome suffisamment mûre pour fonctionnaliser la diglossie, au profit d'une sacralisation excessive de la langue et par extension de l'objet littérature, coïncidera au reste avec le tarissement de l'inspiration en littérature d'expression corse. Il est quoi qu'il en soit édifiant de constater que cette phase pionnière d'élaboration d'un capital écrit symbolique, quantitative autant que qualitative et correspondant chez Christian Jouhaud (2000, 20-21), au processus de « littérarisation » des langues, est au moins autant régie par la liberté de ton(s) que par la seule recherche d'excellence. Faut-il y voir un paradoxe ?

  • 15 Sans oublier leur valeur documentaire indéniable. U pane azimu (1968), du balanin Joseph-Marie Bona (...)
  • 16 Par emprunts ou gallicismes lexicaux (plus encore que syntaxiques) : « vol plané », « judo », « fri (...)

11La période 1945-1970, véritable césure culturelle, est connue en littérature sous le nom ô combien significatif de « literatura di u Mantenimentu » (« littérature du Maintien »). À l'exception du projet comico-ironique naturellement plus distancié porté par Natale Rocchicchioli, tout n'est ici que regard en arrière, nostalgie angoissée et désir de sauvegarde d'un âge d'or culturel dont on ne peut se résoudre à accepter la disparition. Cette prose du souvenir d'enfance, ne laissant que peu de place à la littérature de pure imagination, se distingue en effet par sa double dimension ethnographique et linguistique. En substance, il s'agit là d'évoquer, pour mieux les sauver, les traditions corses ancestrales, mais aussi les mots et expressions menaçant de tomber dans l'oubli. Il en résulte une prose du passé et de la sacralisation identitaire qui, si elle réserve quelques pages d'anthologie en terme de qualité linguistique et parfois même poétique15, ne parvient pas à s'affranchir des affres de la minoration diglossique. On parlera ici, à défaut de création, de modernité ou d'universalité, de littérature provincialiste typique. Rocchiccioli, nous le disions, est l'exception qui confirme la règle. Ses « Favule » humoristiques, inspirées de La Fontaine et largement réinventées, font la part belle aux jeux plurilingues, n'hésitant pas à faire intervenir librement le français, le latin de cuisine (visiblement attribué à une certaine catégorie d'intellectuels), et même...l'espagnol ! Né du décalage entre solennité présumée de la matière poétique et trivialité des contenus, le ridicule découle ici en bonne part du choix, ou plutôt des choix – pour le moins inattendus – de langue. D'autre part, il n'est pas malaisé de postuler que l'intrusion directe ou indirecte du français16 au milieu d'un corse de qualité répond aussi, très certainement, à un souci conscient de réalisme : décrire la réalité langagière des Corses telle qu'elle est, dans sa dimension quotidienne, populaire et conviviale, et sans chercher en aucune façon à la dénaturer ni à l'exhausser au rang de mythe. La langue fait donc l'objet chez Rocchiccioli d'un traitement tout particulier qui l'éloigne là encore des mainteneurs classiques de la période d'après-guerre. Lui faire le grief d'employer un corse « négligé, fantaisiste, déréglé » et même « populacier » (Yvia-Croce, 1979) nous semble par conséquent non seulement sévère mais aussi hors de propos, tant le purisme linguistique n'était tout simplement pas le but qu'il poursuivait... Comme Dalzeto avant lui !

12Face au péril concret d'extinction culturelle, les années soixante-dix voient la naissance d'un mouvement de réappropriation appelé « Riacquistu », pendant culturel au nationalisme corse résurgent, et émanation locale probable des macro-phénomènes nationalitaires et sociaux d'« ethnic revival » et de « contre-culture » qui essaiment alors aux quatre coins du globe. Il s'agit là concrètement d'un retour axiologique au passé, mais dans le cadre cette fois d'une relecture engagée du présent et surtout de l'avenir. Autour de la revue Rigiru on prête allégeance aux préceptes militants du « Riacquistu », tout en exprimant le souhait de voir éclore une donne culturo-littéraire nouvelle ou « indiatura » qui, selon les mots mêmes de son promoteur Dumenicu Antone Geronimi, signifie programme et non engagement. Enfin, on invoque l'impérieuse nécessité de l'« inghjennatura », littéralement l'« engendrement », c'est-à-dire la création du nouveau à partir de l'ancien et des valeurs qui lui seraient afférentes. Soit une sorte de renouvellement dans le fond et plus encore dans la forme qui se refuserait à faire table rase du passé, de façon certes quelque peu singulière. La question anxiogène de la reconnaissance de la langue, forcément indissociable des littératures de la minoration, reste ici au centre des préoccupations des écrivains. D'où, parallèlement à la poursuite – plus contenue – de la quête patrimoniale (éclipsée par l'exaltation militante), la permanence de la tentation du purisme face à tout ce qui pourrait parasiter le processus encore vivant d'individuation de la langue, répondant à la nature profondément réactive de la présente période. En sus de l'adoption formelle du vers libre et du symbolisme métaphorique propre à l'écriture poétique « riacquistaghja », on observe pourtant l'apparition de formes néologiques audacieuses qui tranchent avec les productions antérieures, notamment chez D.A. Geronimi, Ghjacumu Fusina ou Ghjuvan Ghjaseppiu Franchi. Rinatu Coti est l'exemple même d'une écriture tout à la fois authentique, sous certains aspects populaire et dans le même temps réélaborée et majorée, dans une large palette allant de l'archaïsme jusqu'au mot inventé, en passant par l'italianisme ou même le gallicisme. Parmi la vague des nouvellistes de la fin des années quatre-vingts, citons également Jean-Louis Moracchini qui, pour bâtir son univers situé à la confluence entre fantastique et genre policier, privilégie là encore l'efficacité au purisme et vient frapper non sans succès à la porte de la modernité. Globalement, le bilan reste indiscutablement mitigé, et il est licite d'envisager que la posture anti-diglossique radicale du « Riacquistu » n'ait pas été étrangère à sa relative mise à l'écart des grands mouvements mondiaux. Ne concurrence pas les « grandes langues » qui veut. Au-delà de l'enfermement, de la frustration et du désespoir, existe-t-il alors une autre voie ?

  • 17 Traduisez : « les golfes moches ».
  • 18 « O mon -GHJ ! » décrit la perte symbolique de la célèbre trinaire corse et, bien sûr, imite homoph (...)

13Les années quatre-vingt-dix et deux-mille sont celles du renversement définitif de la diglossie, à travers sa prise en compte littéraire fonctionnelle, c'est-à-dire créative. L'examen intra-linguistique des œuvres est à ce titre édifiant. L'ouverture aux gallicismes, voire l'emprunt direct au français, fidèles reflets des réalités sociolinguistiques ambiantes, se consolident. Un changement de cap faisant la part belle à la transmission du sens et au respect des réalités contemporaines chez Moracchini, nous le disions, mais aussi synonyme de symbole désacralisateur chez l'iconoclaste Petru Mari. Dans Diodoru di Sicilia (1995), l'humour de Mari est fondamentalement verbal. S'articulant autour des jeux de mots (« i golfi goffi »17) et autres traits d'esprit, n'excluant pas la vulgarité et la salacité mais toujours avec finesse, il présente l'originalité majeure de jouer de façon tout à fait décomplexée sur le mélange transcodique entre corse et français (« ma merre », « O mon -GHJ ! », l'attente improbable d'un « trenu di misure »18...) et n'hésite pas à prendre des accents plurilingues (« Le Lido by sea »). L'effet produit par cette acceptation-fonctionnalisation joyeuse de la diglossie mais aussi de la diversité linguistique mondiale, transcendant le rire teinté d'amertume d'un N. Rocchiccioli, est tout simplement désopilant. Dans le fond, cette intégration audacieuse (voire subversive pour certains) de la langue corse à la modernité langagière sert le projet plus vaste de porter un autre regard, allusivement ironique et absurde, c'est-à-dire démythificateur, sur la Corse d'hier et d'aujourd'hui. Le grossissement du trait induit par la caricature aiguise ainsi la critique, volontiers cynique, qui ne verse cependant jamais dans la diatribe. Parmi les cibles privilégiées de la causticité de l'auteur, on trouvera bien sûr le récent « Riacquistu », avec ses querelles orthographiques stériles et ses débats sur la bonne prononciation du « r », ou encore le récent CAPES de langue corse (créé en 1991) dont il fustige malicieusement la pédanterie des jeunes lauréats. Ce phénomène d'autosubversion culturelle, lié au désir de ridiculisation d'une identité corse portée aux nues par la génération antérieure, est tout aussi palpable dans la prose antiréaliste du postmoderne Paulu Desanti. Marcu Biancarelli, privilégiant le réalisme langagier et rejetant à son tour de façon épidermique toute image mythique liée à la « nationalité » corse, n'en épargne pas le symbole linguistique :

  • 19 « Au bout d'un certain temps, c'est-à-dire deux minutes plus tard, nous nous étions emparés du comp (...)

À capu d'un tempu, veni à dì dopu à dui minuti, c'eramu impatruniti di u comptoir – u bancu, diciaria u dizziunariu, ma ghjustappuntu i banca ùn mancaiani micca quì pà andà à pusà è stà à senta calmamenti è sciaccamanendu i cantadori, ma ma' ch'idda sia ma' à cent'anni d'andà à pusà in una sirata paghjesa, dunca u tèrmini di bancu, quì, u lettori u si mittarà un pocu dund'iddu voli, u bancu era u comptoir è d'altrondi diciamu cussì, ugnunu dicia cussì a sera chì ghje' parlu19 (51 Pegasi, astru virtuali, 2003).

14Ou comment rendre pertinent l'emprunt conscient (l'auteur est enseignant de Langue et Culture Corses !) et inopérant le purisme, par réflexion métalinguistique directe et induite, sans cesser dans le même temps de faire littérature. Deux autres fronts s'ouvrent avec Jean-Marie Comiti, celui du décloisonnement polynomiste interne, et celui de l'ouverture externe à l'espace italo-roman. Concernant la polynomie, il est bon de rappeler que le concept fut avancé pour la première fois par le sociolinguiste Jean-Baptiste Marcellesi au début des années quatre-vingts, c'est-à-dire en plein « Riacquistu », redéfinissant la langue corse en ces termes :

[...] langue dont l'unité est abstraite et résulte d'un mouvement dialectique et non de la simple ossification d'une norme unique, et dont 1'existence est fondée sur la décision massive de ceux qui la parlent de lui donner un nom particulier et de la déclarer autonome des autres langues reconnues.

15Par souci de précision, ajoutons que la polynomie fut théorisée à l'aune des réflexions de D.A. Geronimi et Pascal Marchetti, qui déclaraient déjà dans leur manuel Intricciate è cambiarine (1971) :

Nous appelons langue corse, la somme de tous les parlers, distingués entre eux par de minces variantes, qui sont utilisés sur le territoire de l’île de Corse.

16Fernand Ettori, mû par le désir dialectique de transcender la fragmentation apparente dans une unité linguistique de type supérieur, ouvrit définitivement la voie aux théorisations de Marcellesi. Le concept de polynomie, souvent confondu à tort avec celui de variation géographique, est en effet corrélé étroitement à ce dernier, car c'est précisément la variabilité diasystémique du corse qui permet de qualifier la langue dans son ensemble, sans établissement autoritaire d'une hyper norme ni hiérarchisation d'aucun type entre les différents parlers. Le polynomisme, « endofrontière linguistique » mais aussi « première ouverture sur soi » (Di Meglio, 2006), c'est-à-dire sur sa propre diversité, se traduit factuellement chez Comiti par le libre va-et-vient entre variétés nordiste et sudiste (« supranacciu »/« suttanacciu »), en fonction de la localisation des scénarii, voire du seul état d'esprit de l'auteur. Son intérêt est aussi purement narratif, aidant à l'identification pratique des sujets parlants, comme dans le polar U salutu di a morte (2002). Y alternent narration principale en variété nordiste et voix off moqueuse en italique, complice inattendue du lecteur et vecteur de l'humour, s'exprimant en corse du sud :

A donna sbuttò à pienghje è paria pronta à vene si menu. A pressione era troppu forte. Tandu Cordilione decise d'aspettà u lindumane pè cuntinuà l'intrattenimentu è fece accumpagnà Lisa Benediri ind'a so prupietà, in bor' di mare.
Ci voli à metta si à a so piazza, quantunqua. Veda u maritu chi si faci sbatta in issi cundizioni... si capisci ch'edda t'aghji bisognu d'essa lacata in santa paci. O fiddolu caru, l'avarè po u tempu d'intarrugà la.

  • 20 Politique symbolisée par la « Biennale de proses littéraires » corso-sarde, l'inter-traduction des (...)
  • 21 Nous empruntons l'expression à Alain Di Meglio, v. art. « D'une identité réactive à une identité cr (...)
  • 22 Et l'on aurait tout aussi bien pu citer le langage SMS, mêlé au « francorsu » et à l'italien dans l (...)
  • 23 Sentiment exacerbé, dans le cas du postmodernisme, par un certain nombre de crises à la résonance p (...)
  • 24 Thiers a en effet coutume de qualifier en ces termes la littérature d'expression corse, eu égard à (...)

17La nouvelle « Da una sponda à l'altra » tient lieu pour sa part de symbole littéraire de toute la politique de coopération transfrontalière menée par l'équipe du CCU cortenais dans les années quatre-vingt-dix20. L'interface plurilingue des Bouches de Bonifacio, où voisinent variété sartenaise du corse (incluant le « gallurese »), dialecte bonifacien d'extraction ligure et italien des voyageurs, sans oublier bien sûr l'empreinte du français, écarte définitivement le dire littéraire corse du confinement monologique sous-tendu par le réflexe de résistance à la diglossie. La nature plurilingue (plus exactement trilingue : corse, français, italien) du recueil éponyme, caractérisée par l'autoreproduction singulière en plusieurs langues du seul et même texte corse original, entre à l'évidence dans la même logique d'élargissement. Indépendamment de l'aspect potentiellement répétitif d'un tel exercice de style pour le lecteur, on ne peut faire litière de la mise à égal niveau du corse, clin d'œil et surtout pied-de-nez à l'Histoire, vis-à-vis de ses deux grandes langues de culture historiques. Sans compter la possibilité symbolique que s'offre l'auteur, en congruence avec ses travaux scientifiques personnels (2005), de démontrer in vivo l'écart réel entre corse et italien, sans pour autant renier son appartenance à l'aire italo-romane. La valeur identitaire de cette approche linguistique nouvelle est quoi qu'il en soit remarquable, portant à la connaissance humaniste de l'« Autre-voisin » (Di Meglio, 2006) en même temps qu'à la redéfinition positive de soi, dans un processus global d'altérisation scellant le passage d'une ipséité fermée et réactive vers une pluri-identité ouverte et créative21. Car le plurilinguisme de la littérature d'expression corse contemporaine22 s'inscrit bien dans une perspective plus large, dont le fondement est précisément la volonté de redéfinition de cette thématique identitaire que les années soixante-dix avaient contribué en quelque sorte à ossifier. Le rejet « désidentitaire » des discours monologico-idéologiques cloisonnés au profit d'une écriture de la mitoyenneté favorise, de façon quelque peu inattendue, l'émergence d'une esthétique dialogique dans laquelle le plurilinguisme, la fragmentation des points de vue et le discours carnavalesque trouvent naturellement leur place. De la même façon, et peut-être avec encore plus d'acuité, on ne peut manquer de remarquer que la crise identitaire de l'être corse finit par se fondre – pour paraphraser Milan Kundera – dans la « mort du sujet » postmoderne, dérivant du sentiment de défiance ontologique ressenti à l'égard des grandes certitudes identitaires23. D'où la surabondance, dans cette nouvelle littérature d'expression corse, des schémas propres à la littérature de la crise postmoderne : rejet du Vrai univoque et donc crise de la réalité, désobjectivation du monde et subjectivité de la parole, absence de héros, sentiment de doute, thèmes du rêve et de la folie, distorsion temporelle, multiplication des lieux, ironie intertextuelle, métafiction... Ou comment lier judicieusement rénovation de la forme (c'est-à-dire de la langue) et du fond (c'est-à-dire de l'appréhension de soi à travers un rapport repensé à la création), mise en concordance avec les canons littéraires du temps présent et intrusion subséquente dans la tant convoitée modernité. Un changement de braquet qui, presque paradoxalement, ouvre à cette « production littéraire »24corse en mal d'institutions légitimantes la voie de la reconnaissance et constitue peut-être, par là même, le plus sûr des engagements...

  • 25 « La littérature francophone n'est perçue que comme une littérature des marges, celle qui virevolte (...)
  • 26 V. http://www.culturcat.cat/
  • 27 De la défiance à l'égard de la société de consommation sous-tendant l'idée d'un monde ancien au bor (...)

18En assumant son identité autrement que par la manifestation d'auto-minoration burlesque, le ressassement stérile ou l'exaltation sans frein, il semblerait que la littérature d'expression corse ait enfin trouvé la voie – créative – de sa propre (post)modernité. Le plurilinguisme et l'hybridité à l'œuvre dans la société insulaire d'hier et d'aujourd'hui, fussent-ils nés à l'ombre de la diglossie, brillent symboliquement de tous leurs feux à l'intérieur même de ce corpus dont on a longtemps dit qu'il n'était que le reflet provincialiste ou militant d'une communauté repliée à jamais sur elle-même. En renvoyant dos à dos minoration et réponse monolingue, l'écrit littéraire de langue corse s'extrait aujourd'hui avec vigueur de sa propre exiguïté pour créer, à l'image de la poétique de l'archipélité de l'humaniste Édouard Glissant, les conditions de son indispensable contiguïté (Paré, 1994 ; Di Meglio, 2006). Son espace matriciel, caribéen, créolisé puis mondialisé chez Glissant (1997, 2010), devient ouvertement méditerranéen, italique et roman, aire de jonction et maillon « synaptique » (Di Meglio, 2014) ouvrant sur l'identité-rhizome glissantienne comme alternative conciliatoire au paradigme de l'État-nation, dont le « lieu-monde » bonifacien (Di Meglio, 2011) et son intralecte seraient les métaphores ultimes. Dans le même esprit, le choix du corse autant que celui du français apparaît de moins en moins dicté par des contingences idéologiques, synonymes de reproduction inconsciente du schéma stato-national d'opposition entre dominé et dominant. Ce choix d'écriture, banalement lié dans bien des cas à l'histoire linguistique des écrivains et à leurs sensibilités individuelles, illustre l'effectivité multidimensionnelle de ce phénomène de dépassement des limites opéré par l'ensemble littérature corse et, in fine, la « petite nation » rousseauiste d'hier, bien au-delà des cloisonnements linguistiques, géographiques ou nationalitaires. Pour contempler le chemin accompli, on pensera ici au souhait d'Alain Mabanckou, resté quelque peu lettre morte, de voir la littérature francophone s'agréger à l'ensemble littéraire français, sans hiérarchisation d'aucun type25... Ou aux plaintes répétées du Barcelonais Juan Marsé, exclu de l'ensemble « littérature catalane » du fait de la nature hispanophone de son œuvre, requalifiée récemment par la Généralité en « littérature catalane [écrite] dans d'autres langues »26. Dans le cas corse, l'oscillation libre et neutre entre réalités corse et française, l'apparition de lignes de force intertextuelles traversant les deux « variantes »27, sans oublier la très significative hybridation viennent balayer pêle-mêle répartition fonctionnelle des langues, perceptions rivaroliennes exclusives et querelles de clocher idéologiques. Ces évolutions donnent corps à l'idée d'une littérature insulaire pouvant s'envisager rétrospectivement comme un continuum interlinguistique et pluri-identitaire, dont le terme démocratique définitif ne serait rien moins que le passage – ô combien créatif – de l'alternative à l'alternance, pour le plus grand bénéfice de l'écriture. Plurilingue, cela va de soi.

Haut de page

Bibliographie

Textes littéraires

Biancarelli Marcu, 2003, 51 Pegasi astru virtuali, Ajaccio, Albiana.

Comiti Jean-Marie, 2002, Saionarà, U salutu di a morte, Ajaccio, Albiana.

Dalzeto Sébastien, 1990 (réedit.), Pesciu Anguilla, Ajaccio, La Marge Édition.

Della Foata Paulu Matteu, 2006, Poesie giocose, coll. « L'Ammaniti », Ajaccio, CRDP de Corse.

Di Meglio Alain, 2011, Lochi mondu, Cronachi di a Frequenza Mora, Ajaccio, Albiana.

Ferrari Marie-Hélène, 2006, Le destin ne s’en mêle pas, Porto-Vecchio, Clémentine.

Rocchiccioli Natale, 1996 (réédit.), Favule, coll. « L'Ammaniti », Ajaccio, CRDP de Corse, 1996.

Études 

Arrighi Jean-Marie, 2004, « La littérature corse », Encyclopaedia Corsicae, volume III, p. 819, Pietraserena, Éditions Dumane.

Bakhtine Mikhaïl, 1963-1970, La poétique de Dostoïevski, Paris, Éditions du Seuil.

Bakhtine Mikhaïl, 1978, Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard.

Bakhtine Mikhaïl, 1982, François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance, Paris, Gallimard.

Casanova Pascale, 1999, La République mondiale des lettres, Paris, Éditions du Seuil.

Colonna Romain, 2013, Les paradoxes de la domination linguistique : la diglossie en questions, Paris, L'Harmattan.

Comiti Jean-Marie, 2005, La langue corse entre chien et loup, Paris, L'Harmattan.

Desanti Paul, « Une prose dialogique », revue en ligne Transcript n° 17.

Di Meglio Alain, 2006, « De l'exiguïté à la continuité : une expression littéraire corse forte de ses réalités », Les langues de France au XXIe siècle : vitalités sociolinguistiques et dynamiques culturelles, Paris, L'Harmattan.

Di Meglio Alain, 2014, « Une Corse synaptique au cœur de la Méditerranée », Les Utopies insulaires : la Corse (collectif), Alata, Colonna Édition.

Eco Umberto, 1985, Lector in fabula, Paris, Grasset.

Franchi Jean-Joseph, 1992, Forme è primure di a puesia d'oghje, Ajaccio, CRDP de Corse.

Franchi Jean-Joseph, 1998, Prose d'oghje, Ajaccio, CRDP de Corse.

Fusina Jacques, 2010, Écrire en corse, Clamecy, Klincksieck.

Gauvin Lise, 1999, Les langues du roman : du plurilinguisme comme stratégie textuelle, Les Presses de l'Université de Montréal, coll. « Espace littéraire ».

Geronimi Dominique-Antoine et Marchetti Pascal, 1971, Intricciate è cambiarine, nouveau manuel d'orthographe corse, Nogent-sur-Marne, Éd. Beaulieu.

Gherardi Eugène, 1995, Guglielmo Guglielmi, 1644-1728, Annunziu è nascita di una lingua leteraria, Corte, Centre Culturel Universitaire.

Gherardi Eugène, 2005, Esprit corse et romantisme, Ajaccio, Albiana.

Glissant Édouard, 1997, Traité du Tout-Monde (Poétique IV), Paris, Gallimard.

Glissant Édouard, 2010, L'imaginaire des langues. Entretiens avec Lise Gauvin (1991-2009), Paris, Gallimard.

Jouhaud Christian, 2000, Les pouvoirs de la littérature. Histoire d'un paradoxe, Paris, Gallimard.

Lyotard Jean-François, 1979, La condition postmoderne : rapport sur le savoir, Paris, Minuit.

Marcellesi Jean-Baptiste, 2003, Sociolinguistique : épistémologie, langues régionales, polynomie, Paris, L’Harmattan.

Marchetti Pascal, 1989, La corsophonie, un idiome à la mer, Paris, Ed. Albatros.

Ménil Alain, 2011, Les Voies de la créolisation. Essai sur Édouard Glissant, Grenoble, De l'incidence éditeur.

Noudelmann François et Simasotchi-Bronès Françoise, 2014, Édouard Glissant, une pensée du détour, Paris, Amand Colin & Dunod.

Ottavi Pascal, 2008, Le bilinguisme dans l'école de la République ? Le cas de la Corse, Ajaccio, Albiana.

Paré François, 1994, Les littératures de l'exiguïté, Ontario, éditions Le Nordir.

Pitol Sergio, 2005, L'art de la fugue, Albi, Passage du Nord-Ouest.

Renucci François-Xavier, 2010, Éloge de la littérature corse, Ajaccio, Albiana.

Talamoni Jean-Guy, 2013, Littérature et politique en Corse, Ajaccio, Albiana.

Thiers Jacques, 2008, Papiers d'identité(s), Ajaccio, Albiana.

Thiesse Anne-Marie, 1997, Ils apprenaient la France : exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme.

Tosel André, 1983, Antonio Gramsci, Textes (1917-1934), Paris, Éditions sociales.

Yvia-croce Hyacinthe, 1979, Anthologie des écrivains corses, Ajaccio, Éditions Cyrnos et Méditerranée.

Cuntesti, regards sur le texte corse, 2000, Université de Corse, Corte, BU-CRC.

Fert'Îles – Temps et espaces insulaires en littérature, 2013, Université de Corse, Biguglia, Stamperia Sammarcelli.

Le Mémorial des Corses, 1982, Ajaccio, Albiana.

Liber Amicorum, 2009, Mélanges offerts au professeur J. Fusina, Biguglia, Stamperia Sammarcelli.

Références électroniques

http://pourunelittératurecorse.blogspot.com

www.interromania.com

Haut de page

Notes

1 Dédié à Dumenicu Leca dit « Circinellu », prêtre rebelle de Guagnu acquis à la cause indépendantiste.

2 Voir http://pourunelitteraturecorse.blogspot.fr/2009/01/est-ce-bien-de-la-litterature-corse.html

3 Qui ne fut pas toujours laudative, on pensera bien sûr ici à la sacrosainte paresse associée à l'ethnotype corse !

4 Lequel, de père corse, ne consacra jamais le moindre poème à l'île, nonobstant un attachement qu'il sut parfois manifester : « Né d’un Corse, j’ai senti souvent en moi le sang de notre race ; j’en ai senti souvent l’esprit dans ma pensée et dans mon cœur ; esprit que je n’ai pas puisé directement dans l’île, mais dont j’ai reçu l’émanation, la tradition, par l’exemple de mon père corse et par l’éducation qu’il m’a donnée… Et je vous avoue que souvent, bien souvent, j’ai formé le rêve, et que je garde l’espoir, de me retirer un jour en Corse, et d’y vivre dans le calme, la paix et la beauté qui manquent tant à nos vies agitées, trépidantes des villes… » (propos prononcés devant les Corses de Paris et rapportés par Paul Fontana dans Le Petit Marseillais du 3 février 1927).

5 De l'Académie florentine du même nom.

6 Poesie giocose in lingua vernacola della pieve d'Ornano, composées entre 1855 et 1877.

7 Nous reprenons à notre compte le fameux concept d'hégémonie culturelle défini par Antonio Gramsci.

8 Il nous faut citer ici comme textes clés le Disinganno de Giulio Matteo Natali (1736) et la Giustificazione della rivoluzione di Corsica de l'abbé Salvini (1758).

9 V. « Terzine di varii pruverbii corsi ed altre sentenze » et « Quandu serrà bulea lu callarecciu », Ottave giocose, 1702.

10 Le Sermon sur la chute de Rome, 2012.

11 « Nous n'écrivons que des bagatelles », « Nous, nous n'aspirons ni à la gloire ni aux faveurs / Les grands poèmes, laissons-les aux grands auteurs ; / Contentons-nous d'écrire / Pour les bouviers et les bergers / Faisons rire, ô muse aimée, / Il plaît à tous de rire ».

12 En refusant au passage tout écrit en italien !

13 En écho bien sûr au « Riacquistu » corse des années soixante-dix.

14 Il s'agit du premier roman en langue corse de l'histoire.

15 Sans oublier leur valeur documentaire indéniable. U pane azimu (1968), du balanin Joseph-Marie Bonavita, reste probablement le parangon de toute cette littérature.

16 Par emprunts ou gallicismes lexicaux (plus encore que syntaxiques) : « vol plané », « judo », « frigo », « tension », « avion », « duglie », « tanku », « buttagazu »... Rocchiccioli joue même sur les proximités entre les deux langues, pour mieux renforcer l'effet comique : « majuscule » remplace ainsi « manghjuscula », « romance » est utilisé on ne peut plus ironiquement pour « rumenzula » (« dépotoir »)...

17 Traduisez : « les golfes moches ».

18 « O mon -GHJ ! » décrit la perte symbolique de la célèbre trinaire corse et, bien sûr, imite homophoniquement l'exclamation française « Oh mon Dieu ! ». Quant au « train de mesures », bien que corsisé pour l'occasion, il relève de l'idiomatisme français. Mari fait de la vraie-fausse attente du train à la gare une métaphore absurde de l'assistanat, qu'il croit être l'un des maux de la Corse...

19 « Au bout d'un certain temps, c'est-à-dire deux minutes plus tard, nous nous étions emparés du comptoir – le "bancu", aurait dit le dictionnaire, mais justement les bancs ne manquaient pas ici pour aller s'asseoir et écouter calmement les chanteurs en applaudissant, mais pour rien au monde je ne me serais assis à une fête pareille, donc le terme de banc, ici, le lecteur se le mettra où bon lui semble, le banc c'était le comptoir et d'ailleurs c'est comme ça que l'on disait, tout le monde disait comme ça le soir dont je vous parle ».

20 Politique symbolisée par la « Biennale de proses littéraires » corso-sarde, l'inter-traduction des œuvres via la plate-forme virtuelle d'échanges InterRomania, la publication de recueils plurilingues (Vicini, 1997 ; Scunfini, 1999) ou la rubrique d'ouverture « Scunfini » de la revue universitaire Bonanova.

21 Nous empruntons l'expression à Alain Di Meglio, v. art. « D'une identité réactive à une identité créative : aspects patrimoniaux de la transposition didactique de la langue corse », Vivre du patrimoine : un nouveau modèle de développement ?, Paris, L'Harmattan, 2011.

22 Et l'on aurait tout aussi bien pu citer le langage SMS, mêlé au « francorsu » et à l'italien dans le roman Septième ciel (2007) de J. Thiers, voire les citations françaises, les titres anglais et autres bribes d'espagnol dans certaines nouvelles de P. Desanti (« L'annata di a to morti », « Exit », etc.) !

23 Sentiment exacerbé, dans le cas du postmodernisme, par un certain nombre de crises à la résonance planétaire : second conflit mondial, Guerre froide, combat pour les droits civiques, décolonisation...

24 Thiers a en effet coutume de qualifier en ces termes la littérature d'expression corse, eu égard à sa situation de marginalité vis-à-vis des circuits de production et de diffusion classiques (circuit éditorial, prix littéraires, critique organisée...) qui, selon Pascale Casanova, sont consubstantiels à l'objet Littérature.

25 « La littérature francophone n'est perçue que comme une littérature des marges, celle qui virevolte autour de la littérature française, sa génitrice. Nous prolongeons cette image, ce classement qui, au fond, dessert la littérature française au moment où, dans les espaces anglophone, hispanique ou lusophone, les "littératures venues d'ailleurs" ne souffrent guère de cette hiérarchisation.
Est-ce cette hiérarchisation qui fait que des écrivains francophiles – j'entends par ce terme des écrivains qui ne viennent pas de pays francophones et qui ont choisi d'écrire en français – sont le plus souvent immédiatement intégrés dans les Lettres françaises ? Ainsi Makine, Cioran, Semprun, Kundera, Beckett sont placés dans les rayons de la littérature franco-française tandis que Kourouma, Mongo Beti, Sony Labou Tansi relèvent encore de la littérature étrangère, même s'ils écrivent en français ».
(http://www.lemonde.fr/idees/article/2006/03/18/la-francophonie-oui-le-ghetto-non_752169_3232.html#PKEF07XKq7fYUZ3O.99)

26 V. http://www.culturcat.cat/

27 De la défiance à l'égard de la société de consommation sous-tendant l'idée d'un monde ancien au bord de l'implosion, aux sentiments corollaires d'angoisse, de solitude ou de vanité de l'existence, tout semble ainsi rapprocher la production corsophone de Marcu Biancarelli de l'œuvre de Jérôme Ferrari. Le leitmotiv puissant de la Première Guerre mondiale, présent dans Murtoriu et Le Sermon sur la chute de Rome, ne fait qu'ajouter à cette impression – si sombre et surtout si douce – de gémellité « supra-linguistique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ange Pomonti, « Le plurilinguisme comme élément structurant de l'objet « littérature corse » », Lengas [En ligne], 81 | 2017, mis en ligne le 07 juin 2017, consulté le 26 juin 2017. URL : http://lengas.revues.org/1216  ; DOI : 10.4000/lengas.1216

Haut de page

Auteur

Ange Pomonti

PRCE Langue et Culture Corses
Doctorant de l'Université de Corse

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org