Navigation – Plan du site

Conclusion provisoire et subjective... Prendre ou ne pas prendre parti ? Ou comment faire de la recherche sociolinguistique en Provence

Médéric Gasquet-Cyrus
p. 175-191

Texte intégral

1Ce texte a une histoire qui ne saurait être occultée pour être remplacée par un article scientifique objectif, neutre et détaché de toute relation affective ou politique avec ce dont il va être question. Lorsque j’ai formulé une proposition de contribution à ce numéro de Lengas, je souhaitais analyser la manière dont les mouvements militants s’appuyaient sur des « alliés » sélectionnés afin de servir au mieux leur cause ; il s’agissait de voir comment artistes, experts, journalistes et politiciens pouvaient se trouver impliqués (malgré eux ou en toute connaissance de (la) cause) dans des mouvements de revitalisation linguistique en conflit.

2Hélas, l’écriture de ce texte s’est vite avérée plus difficile que prévu : quel positionnement adopter sachant qu’il allait être question non pas simplement de « sujets » ou de « locuteurs » anonymes comme en trouve dans toute enquête sociolinguistique, mais de « personnes », de connaissances plus ou moins proches, et occupant des fonctions diverses mais connues dans les mouvements en question ? Avais-je le « droit » de citer les personnes impliquées ? Devais-je rendre anonymes ces noms qui sont pourtant ceux d’acteurs publics des débats concernés ? Une posture extérieure eût été bien plus confortable... Il m’apparut ainsi impossible de traiter ce thème dans une (fausse) position de surplomb alors que je le vis de l’intérieur, avec des positionnements à négocier ou imposés qui, au final, constituent une pratique, une expérience que je souhaite livrer ici. Cependant, pouvais-je reculer à écrire ce texte alors que l’argumentaire que j’en avais proposé me paraissait encore et toujours pertinent (ce que la lecture critique qui en sera faite confirmera ou infirmera) ? J’ai alors fait le choix non pas d’une tangente, mais d’un positionnement assumé nécessitant une écriture particulière, des « clarifications », une contextualisation et une forme hybride. Il y a dans ce texte, à côté de réflexions scientifiques critiques, des passages plus narratifs, qui « racontent » de manière simple et, je l’espère, claire, des évènements survenus depuis des années sur ce thème. Puisque je souhaitais me focaliser notamment sur la manière dont les « experts » linguistes et les « journalistes » pouvaient être impliqués dans les mouvements militants, j’ai choisi de partir de ma propre expérience plutôt que de parler de manière plus ou moins cachée d’autres personnes qui vivent comme moi la difficulté de se positionner, quel que soit le « camp ».

3On ne saurait donc prendre ces lignes pour autre chose que ce qu’elles sont : le récit d’une implication, plus ou moins distanciée, plus ou moins polarisée, auprès de mouvements militants en Provence (surtout à Marseille et dans sa région), avec les discours et les acteurs qui l’ont accompagnée. Nulle généralisation possible, donc, même si ce n’est pas mon cas personnel qui est intéressant, car je ne tiens aucunement à m’engager dans une voie par trop réflexive qui occulterait le véritable propos. Le sujet véritable de ce texte, certes à travers mon expérience, est la manière dont un « expert », sous différentes facettes, peut être convoqué ou répudié en fonction de ses attachements (implicites, explicites ou supposés tels) auprès de tel ou tel groupe, et ce que cela nous dit des mouvements de revitalisation linguistique contemporains.

*
* *

4Comme le soutient la thèse de ce numéro de Lengas et les études de cas qui y sont présentées, les mouvements militants, dans le domaine de la revitalisation linguistique, sont loin d’être des blocs monolithiques partageant une idéologique unique et opposés à un pouvoir lui-même uniforme. Ce que les discours militants tendent à simplifier voire à caricaturer s’avère en fait bien plus complexe, morcelé, fragmenté, ce qui rend la tâche et le positionnement du chercheur d’autant plus délicats.

  • 1 De manière assez caricaturale, chaque mouvement accuse l’autre de défendre et de propager une « idé (...)

5En effet, les discours émanant des mouvements militants tendent — souvent — à dessiner une polarisation entre des camps opposés, à instaurer une dichotomie entre des ensembles essentialisés, ne serait-ce qu’à travers une étiquette (ainsi : « occitanistes » vs « provençalistes »). La radicalisation est parfois telle qu’elle tourne à la diabolisation d’un camp du « mal » qui s’oppose à un camp du « bien ». De telles simplifications s’inscrivent dans une stratégie de lutte ou de guerre « idéologique1 ». Elle vise à enrôler des alliés, à figer des engagements, à rendre visibles des positions, et faire ainsi mieux entendre (ou mieux combattre) ses idées (ou les idées de l’autre). Il serait assez aisé, mais finalement assez convenu, d’étudier la rhétorique guerrière (ou médicale, ou écologiste, cf. Costa 2012) de tels mouvements, et le recours au vocabulaire habituellement utilisé dans ce cas-là. S’il est finalement peu surprenant d’affirmer que la réalité est plus nuancée, il s’agira ici d’analyser non pas les procédés (discursifs), mais les processus (idéologiques) mis en œuvre pour polariser les acteurs des débats dans lesquels certains acteurs sont entraînés, malgré eux ou de leur plein gré.

6À partir d’une connaissance approfondie et historique des mouvements rivaux en Provence, d’observations ethnographiques et de l’examen d’un corpus écrit/audio diversifié, ce court texte propose de mettre en lumière le rôle des « alliés » dans les mouvements militants, et la manière dont ils contribuent à déplacer — ou à dépasser — les débats sur la langue. L’objectif général est multiple :

  1. Poursuivre la déconstruction de l’image monolithique des mouvements militants pour en montrer la complexité, les contradictions et les nuances des « voix » qui s’y expriment, avec plus ou moins de puissance.

  2. Saisir avec plus de finesse non pas les « discours militants » exprimés via les canaux habituels du militantisme (revues, sites Internet...), mais les discours sur la/les langue(s) et sur les mouvements militants exprimés, avec d’autres échos, dans d’autres sphères (milieu artistique, science, médias, politique), avec plus ou moins de contrôle sur les discours de la part des mouvements eux-mêmes.

  3. Montrer que loin d’être de simples querelles de clocher entre combattants d’arrière-garde pour des causes folkloriques et perdues (les langues « régionales » au sens restrictif du terme), la compétition entre mouvements militants dans un contexte de revitalisation linguistique pose, sous le mode agonique et idéologique, des questions souvent à peine effleurées sinon ignorées relatives à l’identité sociale et politique des groupes et au devenir des langues dans un contexte de globalisation, en l’occurrence des langues sans (réelles) communautés linguistiques mais avec des polarisations idéologiques étonnamment fortes.

  4. À plus long terme, il s’agit de participer à l’élaboration d’une théorie du langage conçue comme « la réflexion indéfiniment en cours sur le statut, les conceptions et les pratiques du langage, de la langue et des langues, en distinguant entre la langue et le discours, dans toutes les pratiques sociales et dans toutes les représentations de la société » (Meschonnic 2008, 201).

7On ne trouvera ici qu’une bien modeste esquisse de ce programme qui mérite bien plus d’espace et de recherches. Après avoir présenté quelques « alliés » des mouvements militants en Provence, je me focaliserai, à partir de ma propre expérience, sur la manière dont des « experts » linguistes ou des représentants de médias peuvent être sommés de prendre parti.

Les « alliés »

8Outre les actions classiques du militantisme (publication de textes, édition de revues, organisation de manifestations, d’évènements, etc.), chaque « camp » essaie de mobiliser des « alliés » qui lui permettront de conquérir des audiences ou des marchés, qu’ils soient culturels, politiques, économiques, scientifiques, médiatiques ou simplement symboliques. C’est ainsi que l’on retrouve au cœur des mouvements militants, mais aussi à ses marges, des artistes, des politiciens, des « experts » et des journalistes, dont les rôles, parfois ambigus, sont difficiles à identifier.

Les artistes

9En Provence, chaque mouvement a « ses » artistes, ou plutôt chaque artiste peut être associé (malgré lui parfois) à un camp. Les choses sont assez claires du côté du Collectif Prouvènço (déjà évoqué dans les articles de D. Dossetto et de J. Costa) : une formation comme « Le Condor » est présente depuis les débuts du mouvement, dans les festivals et bien sûr dans la revue Me disoun Prouvènço (MDP), avec de nombreuses photos de concerts très visibles, comme pour bien insister sur la présence de cet allié. Il faudrait aussi mentionner, entre autres, Guy Bonnet, chanteur provençal « traditionnel », et plus récemment le groupe Crous e Pielo dont les jeunes membres sont actifs au sein du Collectif et de sa revue MDP.

  • 2 Expression employée dans l’article de D. Dossetto dans ce même volume.
  • 3 « Massilia va de l’avant [...]. »
  • 4 Je renvoie à des articles portant sur la chanson occitane à Marseille (Gasquet-Cyrus 2007) ou, plus (...)

10Côté « occitan », le groupe emblématique demeure Massilia Sound System dont les références sont plus « occitanes » que provençalo-circonscrites2 ; le groupe de raggamuffin a d’ailleurs a sorti en 2002 un album intitulé Occitanista, et symboliquement, l’ouverture de la chanson « Massilia fai avans » commence par ces paroles : « Massilia fai avans, libre et occitan, souple et boulégant3. » Mais la scène occitane marseillaise est particulièrement riche avec des formations comme Gacha Empega, Dupain (groupes aujourd’hui disparus), ou encore Lo Còr de la Plana, Moussu T. e lei Jovènts, etc. Ces ensembles sont eux-mêmes très proches d’autres groupes de la scène occitane contemporaine comme les Fabulous Trobadors (Toulouse), Mauresca Fracas Dub (Montpellier) ou Nux Vomica (Nice4).

11D’un côté comme de l’autre, les pratiques musicales et vocales des artistes peuvent être « récupérées » comme autant d’illustrations de la langue, de son image, de sa graphie parfois (dans les livrets qui accompagnent les disques), lorsque ce ne sont pas les discours que les artistes produisent eux-mêmes sur la langue qui participent des débats plus militants. Une anecdote qui circule dans ces milieux permet de mieux comprendre l’importance (pour certains) de l’engagement des artistes (ainsi que la fixation sur la question de la graphie) : quelqu’un aurait un jour demandé à un chanteur : « Vous chantez en quelle graphie ? »

12Avoir des artistes à ses côtés apporte indéniablement une plus-value culturelle venant renforcer l’idéologie défendue en l’illustrant ou en la traduisant en termes esthétiques, festifs ou poétiques.

Les « politiques »

13On comprend aisément que « les politiques » (i.e. les personnalités politiques) constituent des cibles de choix pour « la politique » (i.e. la conception qu’ils se font de la langue et de ses fonctions) des mouvements militants. Etre allié à une personnalité politique permet d’obtenir une meilleure visibilité, une meilleur légitimité, et d’accéder à des ressources symboliques mais aussi financières à travers des subventions distribuées parfois en fonction des accointances des uns avec les autres.

14C’est ainsi que le Collectif Prouvènço ne manque pas une occasion de souligner ses bons rapports avec le président du conseil régional des Bouches-du-Rhône, Michel Vauzelle, souvent cité dans des documents internes ou dans la revue MDP.

15Côté « occitan », on s’appuie sur les quelques membres actifs du Partit Occitan et, notamment, sur l’élu aixois Hervé Guerrera. Mais le conseil régional sait aussi donner un écho aux activités occitanistes, en organisant en son sein des conférences ou des concerts avec des acteurs de cette mouvance.

16Les récentes pétitions évoquées dans l’article de J. Costa (ce numéro) ont donné lieu à des surenchères autour du soutien d’élus de la région. Tel élu ayant signé telle pétition a priori en toute connaissance de cause est revenu sur son acte en avouant avoir mal compris de qui venait la proposition... ce qui n’a pas manqué de provoquer des tiraillements entre militants via des textes interposés. L’engagement des instances politiques ou de leurs représentants constitue évidemment un enjeu de taille, et lorsque les politiques ne prennent pas position, ils sont vite taxés de laxisme ou d’incompétence.

Les linguistes

17Dans des débats qui portent sur des questions de langues, le rôle du linguiste apparaît a priori évidemment important. Comme l’écrit J. Costa (2012, 110), « [l’]écrivain comme le linguiste contribuent à donner à l’occitan son statut de langue, par l’usage de l’écrit d’une part, et par la définition historique, géographique, graphique, de la langue qu’ils contribuent à “imaginer” ». Cependant, J. Costa explique aussi comment dans le milieu occitaniste le linguiste n’est « plus aussi indispensable qu’avant dans la quête de légitimité ». De plus, la Provence ne regorge pas de linguistes au sens « professionnel » du terme (c’est-à-dire considérés comme tels institutionnellement). Il faut donc ajouter au linguiste universitaire des figures emblématiques qui, tout en appartenant à d’autres sphères professionnelles (journalistes, enseignants, écrivains) sont parfois convoqués en tant que « linguistes », c’est-à-dire garants d’une certaine idée de la langue, qui va dans le sens de celle que défendent justement les militants.

18Robert Lafont apparaît comme la figure incontournable du mouvement occitaniste. Ses réflexions sur la diglossie (qu’il faudrait « retrousser ») ont un large écho en Provence. À Marseille, il faut aussi souligner le rôle de l’écrivain et journaliste Claude Barsotti, qui occupe l’espace depuis des décennies, que ce soit dans ses conférences, dans ses publications, ou dans sa chronique dans le quotidien La Marseillaise. Plus récemment, il est apparu dans un rôle de « référence » auprès des artistes locaux, en fournissant par exemple des textes de chanteurs du xixe siècle au groupe Lo Còr de la Plana pour son album Marcha !

19Côté provençaliste, c’est Philippe Blanchet qui remplit presque à lui tout seul la fonction « du linguiste » au service de la cause. Son action au sein du Collectif Prouvènço est tantôt relativement discrète, tantôt affichée, comme lorsqu’il est évoqué comme membre du « comité d’experts linguistiques » (MDP no 9), ou lorsqu’il signe lui-même des articles dans la revue MDP (nos 12 et 35, par exemple).

20C’est avec cette première fonction de linguiste que je suis véritablement « entré » sur le terrain provençal. Ma première « casquette » est en effet celle de chercheur, universitaire, (socio)linguiste « expert », qui s’intéresse « à la langue » (provençale, occitane...), mais plus précisément à ses usages et à ses représentations, aux discours sur la langue et aux catégorisations qu’en proposent les locuteurs. C’est dans cette perspective sociolinguistique (et non partisane), pour comprendre et tenter d’analyser des phénomènes aussi divers que la revendication identitaire, l’insécurité linguistique, la glossonymie, la diglossie, etc. que je me suis engagé sur ces différents terrains. Preuve qu’il s’agissait bien de « terrains » : j’ai dans la mesure du possible enregistré, consigné, collecté le plus possible de discours, propos, documents afin d’en réaliser des analyses, que ce soit au cours de publications ou en vue de travaux à plus long terme...

21C’est ainsi que j’ai peu à peu développé des contacts dans le milieu provençal. En premier lieu, j’ai été étroitement associé au Collectif Prouvènço. Sans jamais y avoir adhéré, j’ai participé à plusieurs évènements organisés par l’association, animé des débats et tables-rondes ou été invité en tant qu’« expert » (on me voit ainsi en photo dans le no 10 de MDP)... Mon lien avec le milieu provençal était ainsi (et aussi) un lien avec le milieu provençaliste, qui s’explique entre autres par mes liens avec Philippe Blanchet : celui-ci m’a d’abord grandement soutenu au début de la rédaction de ma thèse, en me fournissant notamment de façon très généreuse des documents anciens ou des articles récents sur le provençal. Il fut ensuite présent dans mon jury de thèse (soutenue en 2004), et devint un collègue avec lequel j’entretiens des relations scientifiques et amicales régulières. Nous avons également co-écrit ensemble Le marseillais de poche (Assimil) et participé à plusieurs projets communs. Enfin, dans mes propres écrits scientifiques, je cite à de nombreuses reprises des textes de Philippe Blanchet qui me paraissent aller dans le sens de ma pratique du terrain et des analyses que je peux en tirer. C’est pour toutes ces raisons qu’un internaute a pu écrire, à la suite d’un article critique sur l’un de mes textes, la chose suivante : « Hélas, Médéric Gasquet-Cyrus est un “disciple” de Philippe Blanchet » (Cavaillé 2012). Disciple, certes pas, d’autant que, comme on le verra, mes prises de position ne vont pas toujours dans le sens de celles de Philippe Blanchet ou du mouvement au sein duquel il est actif. Mais proche de certaines analyses, oui.

22On voit cependant que cette position nuancée n’est guère tenable : il faut soit être soit « avec », soit « contre » : s’ils sont convoités en tant qu’experts pouvant fournir des discours de poids et « a priori objectifs » légitimant telle ou telle position, les linguistes n’échappent pas à la polarisation des positions et sont sommés de rejoindre tel ou tel groupe. J’en donnerai plus bas des exemples.

Les journalistes

23Les médias constituent une cible particulièrement recherchée des mouvements militants, qui espèrent y obtenir des échos à leurs actions et revendications.

24Il ne s’agit pas ici des revues spécialisées associées à tel ou tel groupe (Aquò d’Aquí, Prouvènço d’Aro, Me disoun Prouvènço, La Revisto du Felibrige...), mais des autres espaces médiatiques « non contrôlés » et qui constituent autant de bastions à occuper ou déjà occupés par des militants ou des sympathisants à la cause. Ainsi, pendant des années, tandis que Claude Barsotti publiait chaque jeudi dans La Marseillaise une chronique en graphie occitane, le dimanche, dans La Provence, Sylvie Aries y allait de son billet en graphie mistralienne (ce qui pourtant ne préjuge en rien des engagements de l’auteure, renvoyant souvent dos à dos les tenants du « o » ou du « a »...).

  • 5 Encore une fois, il s’agit ici d’exposer la manière dont les acteurs sont perçus ou catégorisés, et (...)

25À la télévision, la bataille est d’autant plus âpre qu’un espace extrêmement réduit est disponible. L’émission en provençal Vaqui généralement diffusée le dimanche sur France 3 (antenne régionale) est ainsi particulièrement scrutée. Ces dernières années, c’est un journaliste classé du côté « occitaniste » qui préparait et présentait l’émission, Jean-Pierre Belmon. À l’occasion de son départ à la retraite et de son remplacement par Frédéric Soulié, jugé plus proche des positions provençalistes (ou provençalo-circonscrites5), le Collectif a exprimé de manière claire sa « préférence », dans une note peu amène envers le prédécesseur (MDP no 37), jugé trop partial et membre actif de « l’occitanisation » de la Provence (cf. MDP no 18, 22...).

26À l’heure actuelle, la revue Accents, diffusée gratuitement par le conseil général des Bouches-du-Rhône, propose une page « Aux sources » divisée en deux : un texte « rédigé en graphie classique avec les suggestions du professeur Pèire Bréchet, service de la langue occitane » (Accents, juin 2012, p. 42) et un autre texte de la même taille rédigé en graphie mistralienne (souvent avec les conseils de Patrice Gautier, majoral du Félibrige). On sent bien qu’il s’agit, dans cette revue émanant d’une collectivité officielle, de faire consensus et de ne pas prendre parti en offrant aux deux graphies (et aux mouvements que chacune représente potentiellement) un espace égalitaire (ce que contestent certains provençalistes jugeant disproportionné l’espace offert aux occitanistes, minoritaires en Provence selon eux).

  • 6 Voir notamment une récente polémique (évoquée par J. Costa ici-même) suite à la diffusion d’une émi (...)

27Dans les exemples précédents, nous avons affaire à des journalistes, chroniqueurs ou simples rédacteurs de textes clairement identifiés comme militants. Cependant, les journalistes « non affiliés » concentrent eux aussi toute l’attention des mouvements. C’est ainsi que les médias nationaux sont systématiquement épinglés pour leurs propos discriminants ou simplement naïfs sur les langues régionales. La revue MDP s’en est même fait une spécialité avec le passage en revue régulier des médias et de leurs propos favorables ou non aux discours du Collectif, tout en guettant le supposé « entrisme dans les médias » (MDP no 14) de l’adversaire. Cette sorte de distribution de « bons points » met ainsi à l’honneur TF1, M6 ou LCM lorsque ces chaînes laissent la parole au Collectif (MDP nos 23 et 36), mais dénonce le parti pris de France Culture6 ou de La Provence lors d’émissions ou d’articles qui ne vont pas dans le sens voulu.

28On le voit, les mouvements militants cherchent à gagner des « alliés » susceptibles de les aider à exercer un certain pouvoir. Artistes, politiques, linguistes et journalistes sont ainsi entraînés dans des conflits où ils sont rangés dans un camp ou dans l’autre, souvent sans avoir rien demandé, sans connaître ou sans partager les enjeux du conflit. Je vais à présent essayer de montrer de manière concrète les différentes formes que peut prendre cette polarisation potentielle vers un camp ou un autre, et ce sur une durée relativement longue.

Animer une chronique radio

29Linguiste et chroniqueur : a priori, les deux fonctions que je remplis me donnent le droit et le devoir de rester « neutre » ou, plus précisément, de ne pas avoir de parti pris dans mes travaux scientifiques ou dans mes activités radiophoniques sur une station de service public. Mais dans le contexte provençal particulièrement tendu, on va voir que cette position est difficilement tenable.

Brouillage de la fréquence radio

30Comme cela a été rappelé dans l’introduction, ce numéro de Lengas n’aurait jamais dû voir le jour puisque James Costa et moi-même nous sommes connus dans une situation particulièrement tendue. Lorsqu’en 2004 l’IEO 13 organisa une manifestation devant les locaux de Radio France Provence pour exiger des émissions en langue d’oc, je n’étais pas présent physiquement sur les lieux. Mon nom circulait cependant comme celui d’un chroniqueur qui ne prenait pas parti pour la « cause ». Depuis septembre 1999, j’anime sur cette radio une chronique quotidienne qui porte sur le « français de Marseille » et, à l’occasion sur le provençal. Hormis quelques citations ou expressions en provençal (que je lis ou que je fais entendre à travers des sons ou des chansons), l’ensemble est en français. Or, les militants exigeaient des émissions intégralement en provençal ou bilingues, demandes perçues par la direction comme agaçantes et comme émanant de groupes minoritaires conservateurs et quelque peu rétrogrades, des « régionalistes » sans grand intérêt. La direction de l’époque, qui m’avait reçu en entretien, m’avait en quelque sorte pris comme « caution », ce que j’avais accepté : il me semblait en effet que le provençal occupait une place non négligeable sur l’antenne à travers mes interventions, même si cela ne correspondait aucunement aux demandes des militants. C’est ainsi que mon positionnement de « chroniqueur » a priori neutre bascula — dans les représentations de certains — vers celui d’un obstacle aux revendications.

31La tentative de polarisation autour de cette chronique radio a été très nette. Ainsi, en 2004, Claude Barsotti (cf. supra) envoya à la direction de France Bleu Provence une lettre m’accusant, en des termes à peine voilés, de tenir dans ma chronique des propos politiquement orientés à droite et propres à encourager un vote extrémiste, pour ne pas le nommer pour le Front national : « On peut donc se demander pour qui roule votre collaborateur [...] » Nous étions en période électorale au niveau régional. L’origine de cette accusation reposait sur l’écho que je donnais aux actions du Collectif Prouvènço, et plus précisément sur mes chroniques relatives à une décision du conseil régional des Bouches-du-Rhône qui avait voté le 5 décembre 2003 un « vœu » reconnaissant « l’occitan ou langue d’oc [...] langue régionale de PACA ». Furieux contre ces accusations que je trouvais injustes, j’envoyai le 21 avril 2004 à Claude Barsotti une longue lettre, dans laquelle je faisais une mise au point tout en émettant à mon tour des critiques assez dures à son égard. Cette lettre et la brouille qui s’en est suivie m’a certainement valu des inimitiés dans le milieu occitaniste, et des portes plus fermées qu’autrefois. Il faut ajouter à cela une discussion téléphonique animée avec un élu local aixois, qui revendiquait un « juste » traitement suite à une chronique annonçant un évènement du Collectif Prouvènço. Ces protestations autour de ma chronique peuvent être lues comme des tentatives de vouloir contrôler davantage cet espace médiatique. Elles ont en partie fonctionné, puisque dans un souci d’équité encore plus grand, j’ai pris garde d’être « moins engagé » et de donner plus de place à des points de vue contradictoires sur la question de la langue. Or, à cette même période, je reçus un courriel venant du côté « provençaliste » et s’inquiétant de l’« occitanisation » (sic) de ma chronique...

32J’avoue avoir eu du mal à supporter ce tiraillement entre un bord et l’autre, et j’ai répondu de manière tout aussi véhémente aux « provençalistes » à travers un courriel dont j’autorisai la circulation ou la diffusion publique. J’en reproduis ci-dessous de larges extraits pour mieux faire comprendre ma position.

[Courriel du 3 mai 2004]
Quand je pense que des occitanistes m’ont accusé récemment d’être « à la solde du Collectif » (termes à peu près exacts prononcés par X), je ne peux que constater avec désolation le climat détestable qui règne désormais en Provence autour de la langue, et qui « coupe la langue » de quiconque souhaite s’exprimer sur le sujet.
Voici donc une réponse qui n’amènera pas débat de ma part, puisque je refuse de m’associer à un quelconque mouvement. Ce message peut être diffusé aussi largement que [souhaité], y compris vers les « occitanistes ». Ce serait même une bonne chose [...].
Il va de soi qu’en tant qu’employé (en qualité de « chroniqueur spécialisé ») du service public, je me dois de veiller à l’impartialité de mes chroniques même si j’ai carte blanche de la part de la direction. Je précise que je ne suis pas « journaliste ». Mon statut me permet de donner mon avis, issu de mes travaux et de mes lectures, qu’il plaise ou non à l’ensemble. J’ai mes propres opinions sur certains points, mais je ne les impose pas à l’antenne.
J’ai essayé de garder cette impartialité en donnant la parole à des représentants de différents mouvements (Félibrige, Collectif Prouvenço, CREO, Unioun Prouvençalo, Ostau dau pais marselhés, La Couqueto, etc.). Lorsque je donne la parole à des « provençalistes », il se trouve toujours quelques voix occitanistes pour me reprocher mon parti pris. Lorsque je donne la parole à des « occitanistes », le phénomène inverse se produit. À mes yeux, cela ruine complètement la crédibilité de certains discours que j’entends dans la bouche de certains responsables, selon eux « ouverts » à l’autre [...].
De plus, cela décrédibilise aussi l’ensemble des mouvements en faveur de la langue aux yeux de la direction de Radio France qui, on le comprend, ne souhaitera jamais s’engager dans un bourbier dans lequel les querelles de personnes et les querelles intestines ne cessent d’alimenter le débat. Mon projet pour une émission « sur le provençal » et avec le concours de TOUS les acteurs de la région est ainsi largement compromis. Je refuse d’ailleurs de le soumettre en l’état actuel des choses.
Cependant, il est évident que mon espace, aussi petit soit-il (2 minutes, mais toutefois à l’une des meilleures heures d’écoute possibles : 7 h 25), se doit d’être ouvert à TOUS, pourvu que le message soit d’une certaine qualité ou l’information d’un certain intérêt. Ce n’est pas une tribune, ni un instrument de propagande, mais une chronique qui informe, instruit (je l’espère) et invite les auditeurs à aller plus loin. Les occitanistes et les provençalistes y sont les bienvenus pour parler de leurs mouvements et de leurs productions. J’ai parlé aussi bien des actions du Collectif Prouvènço que de la publication de Gelu en graphie occitane. J’ai donné à la parole à Pierre Fabre, à Jean-Pierre Richard, à Sylvie Aries, à Jean-Pierre Tennevin mais aussi à Alèssi Dell’Umbria, à Jean Saubrement, comme aux chanteurs « occitans » de Massilia Sound System, Gacha Empega ou Dupain.
Et ceci est NORMAL. L’« occitanisation » est un bien grand mot pour parler d’une tolérance évidente et d’un souci d’honnêteté intellectuelle. Ceux qui ne comprennent pas cela peuvent retourner à leurs bastions et à leurs certitudes.
Je ne sais pas si je vais continuer à parler du provençal à l’antenne : ces soupçons mesquins et mal intentionnés m’ennuient et réduisent à néant mes efforts au sein de la radio. Tant pis pour ceux qui n’ont qu’une envie : que la langue que l’on parle ici, quel que soit son nom et la façon dont on l’écrit, retrouve un certain dynamisme.

33Après avoir pris mes distances avec des occitanistes m’accusant de « rouler » pour le Collectif Prouvènço, j’ai donc dû dans la foulée prendre mes distances avec le mouvement provençaliste, et ce en termes assez clairs.

Un accès facilité au terrain

34L’existence de ma chronique a ainsi pu constituer (au moins un temps) un enjeu qui m’a plongé dans des polémiques assez pénibles, nécessitant à plusieurs reprises la clarification de mes positions. Il faut toutefois ajouter que la « casquette » de chroniqueur radio (souvent confondue avec celle de journaliste, ce qui peut avoir ses bons et mauvais côtés) m’a permis l’ouverture plus facile de terrains et l’accès privilégié à des moments, à des documents (livres, disques, tracts...), à des rencontres, autant d’éléments précieux pour constituer un corpus de recherche.

35C’est ainsi dans le cadre de chroniques sur les fêtes calendales que j’ai pu m’entretenir avec les acteurs d’une pastorale. Et alors que je m’attendais à entrer dans un bastion de pratiquants convaincus de la langue, je suis tombé sur des gens certes intéressés par la tradition, le costume et la langue, mais qui étaient surtout là pour se faire plaisir, pour jouer la pastorale en provençal, parfois sans comprendre totalement le sens du texte. En tout cas, il n’y avait pas de locuteurs... et le « chef » de la troupe m’avoua même à mots couverts que plus personne ne parlait la langue, et que lui-même la parlait très mal. Complexe classique et banal dans toute enquête sur les langues « régionales » ou « minoritaires », avec « culpabilité » ou « insécurité linguistique », c’est selon. En tout cas, c’est par le biais de la radio que j’ai pu avoir accès à ce terrain, tout comme à plusieurs autres.

Faire de la recherche sociolinguistique en Provence

36Après avoir exposé mon accès au terrain via ma fonction de chroniqueur radio, je vais préciser comment ma profession de linguiste a pu faire l’objet, elle aussi, de polarisations et de tensions entre les mouvements militants en Provence. Vécue et pensée comme une enquête de terrain à grande échelle (i.e. sans protocole prédéterminé et assez event driven ; Bel, 2011), ma présence sur le terrain provençal correspond à ce que l’on peut attendre d’une observation : une posture de retrait ou d’« attente » (que des évènements concrets, symboliques ou discursifs se produisent), mais aussi une participation plus ou moins active. Bref, une position mouvante, et/ou ambiguë, selon les moments et selon les interlocuteurs.

Observation participante mais « vigilante »

37J’ai déjà précisé les modalités de mes relations avec le Collectif Prouvènço. Tout en étant assez présent dans le milieu provençaliste, j’ai en même temps fréquenté de manière assidue le milieu occitaniste de Marseille, avec même une période d’immersion dans ce que l’on peut (ou pouvait) appeler le « réseau occitan de La Plaine ». Cette présence sur le terrain, le suivi de cours de langue, la participation à des évènements festifs ou plus intellectuels, ont été accompagnés d’entretiens et d’observations menés dans le cadre d’un projet et ont donné lieu à un rapport de recherche (quasiment pas diffusé) et à une publication (Gasquet-Cyrus, 2006). Au bout d’un moment, il m’a fallu me « dégager » de ce terrain — ou cesser de m’y engager — car j’étais dans une position difficilement tenable : tout en observant de l’intérieur les activités qui s’y déroulaient (à travers une classique posture d’observation participante), je me sentais en désaccord avec certains discours ou avec certaines revendications de quelques acteurs du réseau occitan. Il m’était devenu impossible de « faire semblant » d’adhérer à une cause pour bénéficier de l’accès à des informations, et par souci d’éthique, je choisis de prendre mes distances avec ce milieu (c’est avec les mêmes motivations que j’ai adopté la même posture de retrait avec le milieu provençaliste).

Expert neutre ou linguiste engagé ?

38Alors que j’avais commencé mes travaux sur le terrain provençal en tant qu’étudiant, l’obtention du statut de linguiste professionnel m’a conféré une relative légitimité qui m’a valu d’être invité à participer à des évènements en tant qu’« expert ». Il faut cependant toujours être vigilant pour qu’un point de vue (a priori) scientifique ne soit pas détourné en « caution » pour appuyer telle ou telle cause. C’est la raison pour laquelle il est nécessaire d’avoir des prises de position relativement explicites dès que possible.

39Ainsi, invité en 2008 à participer en tant que linguiste à un débat sur la question linguistique, je refusai de m’engager dans un « vote » prévu à l’avance (avant le supposé vrai « débat ») et devant donner lieu à une déclaration solennelle sur l’unicité de la langue provençale. Une fois de plus, je dus exposer mon point de vue aux personnes qui m’avaient invité, lesquelles ont compris mon positionnement et ont clairement respecté ma « neutralité ». Je pourrai multiplier les exemples de ce type, tout comme des discussions avec des collègues linguistes plutôt engagés dans une vision occitaniste, avec lesquels j’explicite aussi clairement mes positions.

40Mon travail sur d’autres terrains m’a permis de sortir de ce milieu et des polarisations dans lesquelles il engage. Depuis trois ans, je mène en équipe des enquêtes ethnographiques à Valjouffrey, petite vallée de l’Isère, auprès de locuteurs d’une variété « de transition » entre nord-occitan et francoprovençal. Si des questions de légitimité, de pouvoir et d’engagement se posent également sur ce terrain, il présente l’avantage d’être très excentré par rapport aux querelles qui agitent le petit microcosme occitano-provençal, et d’en relativiser l’impact.

41Par ailleurs, les réflexions scientifiques partagées avec James Costa à travers conférences et publications (Costa et Gasquet-Cyrus, à paraître) permettent de nuancer des positions loin des tensions partisanes qui nous avaient artificiellement opposés. Le croisement de nos connaissances différentes des terrains en Provence permettra, nous l’espérons, une meilleure compréhension des phénomènes contemporains.

Conclusion

  • 7 Langues en danger.

42« Dans la plupart des situations de LED7 aujourd’hui, les linguistes de terrain — qu’ils le veuillent ou non — se trouvent de fait impliqués dans un entrelacement d’idéologies opérant à tous les niveaux, et créant sur le terrain des pôles d’équilibres ou de conflits » écrivent C. Grinevald et M. Bert (2012, 18) dans une récente publication consacrée au rôle des linguistes sur le terrain des LED. C’est ce que j’ai essayé d’illustrer à travers ma double expérience de chroniqueur radio et de linguiste. Ma proximité, à différentes époques, avec les mouvements provençaliste, puis occitan, s’est accompagnée de prises de distance indispensables pour garder une certaine neutralité dans ces deux fonctions. Ces éloignements ne m’empêchent pas de garder de l’amitié ou de la sympathie pour nombre de militants, avec lesquels les discussions sont toujours enrichissantes, même s’il est clair que le présent texte, destiné aussi à clarifier certaines positions, pourra aussi froisser certaines susceptibilités. Il est pourtant essentiel que les militants comprennent que les incessantes sommations à s’engager peuvent lasser artistes, politiques, journalistes et linguistes, et que cette pression peut au final desservir les causes défendues (voir l’article de D. Dossetto ici même) en crispant des positions au lieu d’accepter le débat, ses nuances et les idéologies différentes qui peuvent s’y exprimer. Mais comme l’a montré J. Costa dans son article, « les deux discours fonctionnent désormais nécessairement l’un par rapport à l’autre, et chaque nouveau débat contribue à les solidariser dans leur être ». Produire de la recherche sociolinguistique consiste entre autres à se dégager de cet engrenage, fût-ce en renonçant à être considéré comme un « allié » et à accepter d’être perçu comme un « traître ».

43On l’aura compris dans l’ensemble des contributions de ce numéro de Lengas, essayer de produire un travail « objectif » dans de tels contextes minés relève de l’acharnement, et nécessite des précautions ou des mises au point explicites sous peine d’être enrôlé dans un camp en vue d’une bataille qui détourne de questions théoriques sûrement plus intéressantes. En effet comme de précédents travaux l’ont montré (Costa 2010) les mouvements de revitalisation linguistique parlent (aussi) d’autre chose que de la langue... En ce sens, ils méritent d’être observés et analysés si possible en ne tombant pas dans le piège de ces polarisations.

Haut de page

Bibliographie

Bel Bernard, « Technology at the Meeting Point of Hardware, Software and “Mindware” », communication présentée à la conférence CLARIN-DARIAH Supporting Digital Humanities : « Answering the Unaskable », Copenhague, 17-18/11/2011. http://lpl-aix.fr/article/4803.

Cavaillé Jean-Pierre, « Provençal et posture “scientifique” », blog Mescladis e còps de gula, 23 février 2010 ;
http://taban.canalblog.com/archives/2010/02/23/17013641.html.

Costa James, Revitalisation linguistique : discours, mythes et idéologies. Approche critique de mouvements de revitalisation en Provence et en Écosse, thèse de doctorat, université Grenoble 3, 2010, 371 p.

Costa James, « Mythologie(s) occitane(s) et figure de l’autorité », Cahiers de l’Observatoire des pratiques linguistiques no 3, D.G.L.F.L.F., 2012, p. 107-117.

Costa James & Gasquet-Cyrus Médéric (à paraître), « What is Language Revitalisation really About ? Competing Language Revitalisation Movements in Provence », in Jones Mari C. (dir.), Keeping Languages Alive, Cambridge, Cambridge University Press.

Gasquet-Cyrus Médéric, « Le provençal alternatif à Marseille », La France latine. Revue d’études d’oc, no 143 (« Études sociolinguistiques et ethnologiques »), université de Haute-Bretagne — Rennes 2, 2006, p. 97-140.

Gasquet-Cyrus Médéric, « La chanson marseillaise en provençal », Marseille, no 217, juin 2007, p. 104-107.

Grinevald Colette & Bert Michel, « Langues en danger, idéologies, revitalisation », Cahiers de l’Observatoire des pratiques linguistiques, no 3, D.G.L.F.L.F., 2012, p. 15-32.

Haut de page

Notes

1 De manière assez caricaturale, chaque mouvement accuse l’autre de défendre et de propager une « idéologie », en utilisant ce terme de façon péjorative.

2 Expression employée dans l’article de D. Dossetto dans ce même volume.

3 « Massilia va de l’avant [...]. »

4 Je renvoie à des articles portant sur la chanson occitane à Marseille (Gasquet-Cyrus 2007) ou, plus spécifiquement, sur le réseau occitan de la Plaine (cf. infra) et ses activités musicales (Gasquet-Cyrus 2006).

5 Encore une fois, il s’agit ici d’exposer la manière dont les acteurs sont perçus ou catégorisés, et pas leurs engagements réels, qui sont souvent bien plus nuancés et moins réductibles à une position unique ou partisane.

6 Voir notamment une récente polémique (évoquée par J. Costa ici-même) suite à la diffusion d’une émission sur cette radio.

7 Langues en danger.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médéric Gasquet-Cyrus, « Conclusion provisoire et subjective... Prendre ou ne pas prendre parti ? Ou comment faire de la recherche sociolinguistique en Provence », Lengas, 72 | 2012, 175-191.

Référence électronique

Médéric Gasquet-Cyrus, « Conclusion provisoire et subjective... Prendre ou ne pas prendre parti ? Ou comment faire de la recherche sociolinguistique en Provence », Lengas [En ligne], 72 | 2012, mis en ligne le 25 octobre 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://lengas.revues.org/124  ; DOI : 10.4000/lengas.124

Haut de page

Auteur

Médéric Gasquet-Cyrus

LPL — Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org