Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 Mémoires à la troisième personne  de Boris Paiho : V Vodoravni legi (In posizione orizzontale), Lub (...)

Rendre la réalité de telle sorte qu'elle soit le symbole de ce qu'est capable de faire l'homme civilisé du vingtième siècle. Ou en d'autres mots, rendre témoignage de manière qu'il soit élevé au niveau littéraire. Boris Pahor, V vodoravni legi (1997), 1751.

1Se pencher sur les écrits et fictions de guerre en langue occitane permet un éclairage complémentaire sur le fonctionnement du souvenir pour renouveler la vision de l’Histoire nationale. Les langues dans leurs parlers divers nécessitent une approche linguistique que les historiens ou ethnologues ont pu laisser de côté alors qu’elles permettent d’accéder à l’expression de points de vue, de convictions, d’assentiments ou de critiques très personnels. C’est une parole souvent anecdotique issue de collectivités territoriales qui s’est élaborée dans un contexte de relations humaines et sociales serrées, brutalement mises à mal par l’évolution de la société et les conflits violents. Cette parole a un statut de plus en plus fragile mais sa mise à jour offre la possibilité d’approcher une véracité – à une ou plusieurs voix – qui a tendance à se dérober au cours des périodes chaotiques, au fil des célébrations mémorielles et des travaux scientifiques des historiens qui leurs succèdent.

2La journée du 15 mars 2016 autour de l’écriture de guerre en langue occitane qui s’est déroulée à l’Université Toulouse Jean Jaurès dans le cadre des projets de recherche du laboratoire ELH-PLH a permis de visionner le film réalisé par l’historienne Mireia Boya et produit par l’Ajuntament de Bossòst et l’Institut Català de les Dones. Il met en avant la parole du souvenir de femmes autour de l’opération de Reconquista Espanhòla d’octobre 1944. Un long travail de collectage, d’analyse et de montage a abouti à un documentaire audio-visuel où la parole croisée met le spectateur en situation. Nous saisissons les positions des divers participants, acteurs, témoins hommes, femmes et enfants de toutes générations, tandis que les instants issus des mémoires individuelles des habitants reconstruit un vécu collectif. En perdant le caractère de l’événement devenu abstrait au fil du temps, nous saisissons par bribes, mais justement aussi par recoupements, les détails d’une stratégie qui n’a pas réussi. Nous percevons l’imminence d’un projet dans sa dimension inéluctable et mesurons implicitement ses conséquences possibles et ses limites.

3Etre au plus près de la langue parlée est un travail que connaissent bien les linguistes qui, questionnaires en main, vont recueillir sons et morphologies verbales ou syntaxiques auprès de locuteurs. La parole naît de ce contact de proximité entre le collecteur et le collecté, et le locuteur semble rapidement retrouver son statut de témoin ou d’acteur qui se souvient. C’est l’aboutissement de l’expérience de collecteur dialectal dans les Hautes-Pyrénées et zones pré-pyrénéennes dont le professeur Ramon Sistac de l’Université de Lerida retrace l’histoire et l’évolution des méthodes qui ont été enrichies par celles des anthropologues, des ethnologues et des historiens se concentrant sur la matière orale. Et quand la vie quotidienne des locuteurs a été particulièrement affectée par l’irruption d’événements brutaux comme un départ vers le front ou l’implication dans un événement plus ou moins prévisible, la langue maternelle a toute les chances d’exprimer au mieux combien il est difficile dans une atmosphère chaotique, de s’engager dans l’urgence, ou par la suite, de se libérer de traumatismes (séparations, deuils, visions d’horreur, sentiments d’enthousiasme, d’inconscience, ambiance d’empathie ou de trahison...). Et il y a aussi cette différence entre le silence du locuteur qui ne trouve pas le mot juste parce qu’il ne maîtrise pas totalement sa seconde langue apprise, et le silence qui s’impose quand la réalité est au-delà des mots de la langue première parce qu’il s’agit de dire ce qui est au-delà de toute expérience connue. L’imaginaire n’est-il pas alors susceptible de venir à la rescousse pour combler le silence douloureux ?

4La lecture par Jean-Baptiste Martin de textes écrits en franco-provençal pendant la première guerre mondiale qui sont extraits de son ouvrage Les poilus parlaient patois, documents dialectaux de Rhône-Alpes : un regard différent sur la guerre de 1914-1918 (Lyon, EMCC, 2014) fait entendre le retentissement intime des évènements, les convictions, les jugements et les critiques des soldats. L’expérience du départ, du vécu du front où ils côtoient la mort et du retour parfois pathétique qu’ils transmettent par le biais de modalités d’expression propres proposent un point de vue pensé et disent comment l’humain a fait face à l’enfer, grâce à des rites intimes ou collectifs, grâce à une histoire qui est la sienne, grâce à la concentration sur certains objets, et parfois aussi, grâce au rire et bien sûr, à l’écriture, au dessin...

5L’étude de Jean-François Courouau, spécialiste de la littérature française et occitane moderne à l’Université Toulouse Jean Jaurès, démontre également les pouvoirs de l’écriture quand elle met en scène des hommes de la terre aussi bien que des soldats. Dans les œuvres de Pey de Garròs, Guilhèm Ader, Auger Galhard, Michel Tronc, Pèire Godolin etc., le choix de la langue occitane permet de rester au plus proche de la parole de ceux qui subissent ou infligent les brutalités guerrières. Dans le Gentilome gascoun (1610), les épisodes de formation d’un héros guerrier positif sont parsemés de scènes des brutalités de la soldatesque dans les campagnes. Dans plusieurs poèmes contemporains, le discours du paysan est au style direct pour donner des témoignages réalistes révélant l’envers des glorieux faits d’armes, un envers qui n’est pas dissimulé mais ainsi exhibé. La biographie de certains auteurs confirme une proximité avec l’univers militaire, aussi on retrouve dans certaines églogues la condition ambivalente des soldats qui ont pu vivre des conquêtes mais ont perdu tous avantages en retournant à la vie civile. Les figures typiques nées sous la plume d’auteurs de cette époque, tantôt vaillantes, tantôt misérables, tantôt vantardes et dont l’expression linguistique enrichit le baroque occitan, continuent à susciter bien des études et questions.

6Presque 200 à 300 ans plus tard, parmi les poètes du nouveau « félibrige rouge » dont Hervé Terral définit les traits distinctifs par rapport au félibrige provençal, Auguste Fourès se détache. Pacifiste, internationaliste et fédéraliste, alors qu’il salue la Marianne latine au fil de son œuvre en puisant aux sources historiques médiévales du Lauragais, il va diriger l’anthologie Les Félibres. Per l’Alsacio – Lourreno publiée en 1883. La perte de l’Alsace et de la Lorraine va être pour lui l’occasion de réunir des voix de droite (Albert Arnavielle), de gauche (Félix Gras) et d’extrême gauche (Clovis Hugues), mais Hervé Terral constate que les poèmes introduits par une lettre de Frédéric Mistral, convergent finalement dans le fond et la forme dans un même élan patriotique. L’énergie de Fourès et celle de ses successeurs Prosper Estieu et Antonin Perbosc sont en fait tout particulièrement au service d’un double nationalisme, occitan et français, et surtout caractérisées par le devoir de se souvenir (« se remembrar ») et l’universel désir d’une concorde universelle comme dans le poème perbosquien « Las Campanas de la Victoria » (Les Mòrts te parlaran », 1932) :

La guèrra qu’an volguda es la guèrra à la Guèrra
Son morts per nòstra tèrra e per tota la tèrra.

7Le désir de paix qui ne meurt pas – pas plus que l’écriture poétique et romancée pour déplorer ou célébrer la guerre – a motivé des œuvres qui continuent à faire de la langue occitane, une matière privilégiée. Une question est posée : les événements tragiques du XXe siècle n’ont-ils pas contribué à infléchir le choix linguistique de plusieurs poètes et romanciers ? Cécile Noilhan propose d’aborder cette problématique par le biais d’un travail approfondi sur la nature des différentes écritures poétiques de l’occitanisme moderne, poursuivant ainsi la réflexion amorcée dans leurs articles par Aurélia Lassaque, « Résister : les poèmes de guerre de Charles Camproux » (Max Rouquette et le renouveau de la Poésie occitane, dir. Philippe Gardy et Marie-Jeanne Verny, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2009, 189-201) et Philippe Martel, « Le mouvement occitan pendant la Seconde Guerre mondiale ou le temps de la grande tentation », (Lengas : revue de sociolinguistique, 50, 2001, 15-57). Une attention particulière aux temps d’écriture des poèmes de Charles Camproux, Félix Castan, Max Allier et Robert Lafont permet de mieux appréhender quand ils ont utilisé la langue occitane. Une étude approfondie et un déchiffrage des formes poétiques choisies dévoilent autant d’intentions et d’ambitions vraisemblablement influencées par des circonstances et des vécus différents. L’occitanisme d’après la seconde guerre mondiale est ainsi susceptible d’avoir été implicitement mais durablement marqué par ces poètes qui ont affronté la tourmente par le biais de l’écriture poétique.

8La littérature occitane des années 1950-1980 peut se prévaloir, parmi bien d’autres qui restent à étudier, des romans de Robert Lafont, Jean Boudou, Pierre Bec et Pierre Pessemesse publiés par l’Institut d’Etudes Occitanes et où la guerre, vécue ou pas, est racontée a posteriori. Les éléments autobiographiques contemporains des événements et de l’écriture s’entremêlent tandis que des choix narratifs se diversifient en s’affirmant. Romans d’auteurs particuliers, ils sont aussi quatre voix qui, en se croisant, invitent à dépasser les clichés manichéens autour de la résistance, du travail du service obligatoire et de la collaboration. Le processus de la haine est défait par Boudou dans La Grava sul Camin qui a lu Vida de Joan Larsinhac (1951) et tandis que Pessemesse ouvre le dossier des volontaires de la Milice ou de la division Charlemagne dans De Fuòc amb de cendre (1973-1976-1978), Bec pose l’écriture comme l’acte de se souvenir dans Lo Hiu tibat : racontes d'Alemanha (1978). Et on remarque qu’une des questions sur les processus de déshumanisation qui inquiétaient tant Boudou a obtenu, bien plus tard, une émouvante réponse de la part de Lafont dans Lo Cavalièr de Març (1983). A travers leurs personnages indéfectiblement liés à leur langue et à un pays d’origine qui ne les reconnaît plus vraiment après la guerre, ces romanciers s’interrogent sur les marques profondes laissées par la seconde guerre mondiale et l’idéologie nazie : engagement ou sentiment de fatalité, lucidité ou opportunisme, arrogance ou faiblesse face au pouvoir de la propagande, à la mécanique de la haine... Et la langue et la culture occitanes plus que jamais mises à mal, mais qu’ils ont choisies pour « dire ».

9Car il s’agit bien, en langue occitane, de « dire » encore par le biais de la poésie et de l’écriture de fiction. Et par le biais de documentaires ou d’expositions, il s’agit bien de montrer aussi combien à l’aube du XXe siècle, après le discours uniformisateur de la IIIe République, la première guerre mondiale a été une expérience d’altérité culturelle, malheureusement forcée. C’est précisément cet autre regard que propose l’exposition Lenga(s) de Guerra L’occitan et les langues de France dans la Grande Guerre réalisée par le C.I.R.D.O.C.

Haut de page

Notes

1 Mémoires à la troisième personne  de Boris Paiho : V Vodoravni legi (In posizione orizzontale), Lubiana, Slovenska Matica, 1997. Citation traduite par Bernard Antonia, « Boris Pahor ou l'originalité de la littérature Slovène de Trieste », Revue des études slaves, tome 74, fascicule 2-3, 2002, 547-562.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joëlle Ginestet, « Introduction », Lengas [En ligne], 81 | 2017, mis en ligne le 31 mai 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://lengas.revues.org/1319  ; DOI : 10.4000/lengas.1319

Haut de page

Auteur

Joëlle Ginestet

Université Toulouse Jean-Jaurès, Laboratoire ELH-PLH

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org