Navigation – Plan du site

Plurilinguisme, diglossie et minorités : le cas de la Suisse

Multilingualism, Diglossia and Minorities: The Case of Switzerland
Plurilingüisme, diglossia e minoritats: lo cas de Soïssa
Mehrsprachigkeit, Diglossie und Minderheiten in der Schweiz
Claudine Brohy

Résumés

La Suisse présente une histoire linguistique atypique. Son plurilinguisme institutionnel et officiel est reconnu depuis le xixe siècle ; mais auparavant, des régions et des cantons appliquaient un multilinguisme pragmatique à géométrie variable. Vu sa situation de carrefour au centre de l’Europe et la mobilité interne et externe, le plurilinguisme individuel a toujours été valorisé, dans certaines conditions sociales toutefois. En plus du plurilinguisme national et officiel, le pays et les communautés linguistiques doivent gérer d’autres formes de multilinguisme et d’autres situations de langues en contact : des diglossies, une langue romane fortement minorisée éclatée en plusieurs idiomes, le romanche, avec une koinè contestée, le rumantsch grischun, un nombre important de langues de l’immigration, ainsi qu’une forte présence de l’anglais. Le système politique helvétique — fédéralisme et démocratie directe avec une (très) large autonomie accordée aux cantons et aussi aux communes (municipalités), complété par un jeu subtil entre un régime de liberté des langues, principe de territorialité et principe de personnalité — est considéré comme garant du maintien du plurilinguisme et la pérennité des trois minorités latines, qui varient fortement en nombre de locuteurs et en statut. La Suisse a ratifié la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires en 1997, et la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales en 1998, même si les termes de langue régionale, langue minoritaire ou même minorité n’ont en Suisse pas tout à fait la même signification que dans d’autres pays officiellement plurilingues.
Dans cette contribution, je vais d’abord présenter les aspects historiques, politiques et démographiques du plurilinguisme suisse et la cohabitation linguistique entre la communauté majoritaire et les trois minorités latines. Puis, je vais détailler la diversité à l’intérieur des régions linguistiques respectives et ses répercussions sur les autres communautés, et décrire les relations des locuteurs avec le hinterland culturel et linguistique que forment la France, l’Allemagne et l’Italie pour les communautés linguistiques suisses qui se sentent souvent périphériques face à leurs grands voisins. Les textes présentés font partie du discours politique et officiel (constitutions et lois fédérales et cantonales, etc.), médiatique (émissions, articles, lettres de lecteurs, etc.) et individuel sur le plurilinguisme, les langues et les dialectes. Ces documents sont complétés par des exemples tirés de textes écrits par des étudiants du Centre de langues et du Domaine plurilinguisme et didactique des langues étrangères de l’université bilingue de Fribourg/Freiburg (blog sur la diglossie alémanique alimenté par de futurs enseignants d’allemand langue seconde, biographies langagières, travaux écrits) qui thématisent l’identité, les attitudes, les compétences et les appartenances. Finalement, je vais tenter de définir les enjeux linguistiques futurs d’un petit pays de huit millions d’habitants qui présente une grande variété inter- et intralinguistique.

Haut de page

Texte intégral

Langues et plurilinguisme en Suisse

Survol historique

1Contrairement à des pays officiellement monolingues et gérés de manière centralisée, comme la France par exemple qui est une République une et indivisible dont la langue unique est le français, la Suisse dont les citoyens et les cantons sont « déterminés à vivre ensemble leurs diversités dans le respect de l’autre et l’équité » (Préambule de la Constitution fédérale, 1999) n’est donc pas basée sur l’unicité d’un peuple, d’une culture ou d’une langue. Lorsque les États-nations se formèrent en Europe dans le courant des xviiie et xixe siècles, la Suisse, aussi appelée Confédération helvétique en référence à son système politique et au peuple celte — les Helvètes —, présent sur son territoire avant la conquête des Romains, a d’abord poursuivi une intégration politique et religieuse. L’ancienne Confédération, formée petit à petit à partir de 1291 par la fédération des trois cantons dits primitifs, était germanophone. Elle était organisée de manière très décentralisée, et forma un système souple de traités, d’alliances et de baillages extrêmement complexes. Avec l’adhésion du canton bilingue de Fribourg en 1481, le premier territoire romand rejoint la Confédération de plein droit. Toutefois, les pays sujets de langues romanes jouissaient d’une large autonomie et donc aussi d’une indépendance linguistique, ce qui a aussi été le cas durant l’occupation bernoise du Pays de Vaud de 1536 à 1798. Parmi les derniers cantons qui ont pleinement rejoint la Confédération figurent les cantons latins ou partiellement latins : le Tessin, les Grisons et Vaud en 1803, le Valais, Genève et Neuchâtel en 1815. Les frontières politiques extérieures étaient ainsi tracées de manière définitive. Le Jura, qui avait été intégré au Canton de Berne pour compenser la perte des territoires de Vaud et d’Argovie lors du Congrès de Vienne en 1815, devint le 26e canton suisse en 1979 après une série de plébiscites en cascade et la votation fédérale en 1978. Jurassiens et Bernois vont à nouveau voter sur la question jurassienne en novembre 2013 et sur la création éventuelle d’un canton à six districts, réunissant le Jura bernois et le canton du Jura. La Suisse ne constitue donc pas un état-nation basé sur l’unité de la langue, du peuple et de la culture, mais se définit traditionnellement par le terme de Willensnation, une nation qui puise son unité par la volonté de vivre ensemble, même si cette vue idyllique est parfois interprétée dans le sens non d’une solidarité interne, mais d’un refus de coopération avec l’extérieur. L’acceptation d’identités multiples (nationales, linguistiques, culturelles, cantonales, régionales, etc.) et emboîtées a pour conséquence qu’en Suisse le terme communautarisme est complètement absent du discours politique et privé.

Éléments politiques et démographiques

2Le maintien des quatre langues nationales est fortement lié au système politique de la Suisse, une démocratie directe (consultation du peuple souverain par initiative et référendum quatre fois par année), le principe de subsidiarité selon lequel les cantons assument toutes les tâches qui ne sont pas explicitement déléguées à la Confédération. Les cantons et demi-cantons jouissent d’une autonomie étendue, ils sont en fait 26 états ou républiques qui possèdent leur parlement, gouvernement et constitution. 17 cantons sont officiellement germanophones, quatre francophones, un italophone, et quatre cantons sont plurilingues, dont deux bilingues français-allemand (Fribourg et Valais), un bilingue allemand-français (Berne, Brohy, 2009) et un trilingue allemand-romanche-italien (Grisons). Les cantons présentent de fortes disparités concernant leur taille et leur population ; le canton de plus peuplé, le canton de Zurich, compte environ 1,3 millions d’habitants, alors que le moins peuplé, Appenzell Rhodes-Intérieures, totalise environ 15 500 personnes, donc 90 fois moins (Office fédéral de la Statistique, 2009 : 63).

3Le plurilinguisme suisse est garanti dans les Constitutions fédérales successives, il fait partie de l’identité collective et individuelle. Les articles y référant ont connu une élaboration croissante au fil des révisions partielles et totales. La dernière Constitution fédérale (1999) mentionne pour la première fois explicitement des notions qui étaient restées implicites et des droits « non écrits » selon des arrêts du Tribunal fédéral, la liberté de la langue (art. 18) et le principe de territorialité (art. 702). La combinaison entre les deux, le principe de personnalité, c’est-à-dire le libre choix de la langue dans certains domaines (école, administration) lié à certains espaces (Confédération, cantons, districts, municipalités, etc.) est également réglé dans l’article 70. Celui-ci énumère en outre les langues officielles de la Confédération (art. 701), la tâche dévolue aux cantons de déterminer leurs langues officielles et de prendre en considération les minorités linguistiques autochtones (art. 702), la tâche parallèle de la Confédération et des cantons d’encourager la compréhension et les échanges entre les communautés linguistiques (art. 703), le soutien accordé par la Confédération aux cantons plurilingues cantons (art. 704), ainsi que le soutien alloué aux cantons des Grisons et du Tessin pour sauvegarder et promouvoir le romanche et l’italien (art. 705).

La convivialité entre communautés et régions linguistiques

4Quelle est la qualité de la cohabitation entre communautés linguistiques de tailles si disparates ? Les Suisses présentent des attitudes fort diverses et souvent contradictoires face à la convivialité linguistique et la qualité de l’entente au niveau national. D’une manière générale, l’identité suisse sans précision est plutôt la valeur par défaut pour les personnes suisses-alémaniques. Ainsi, l’ancienne dénomination de la télévision alémanique était simplement Schweizer Fernsehen (Télévision suisse), alors que la romande précisait son appartenance linguistique, Télévision suisse romande, tout comme les autres minorités latines, la Televisione della svizzera italiana et la Televisiun rumantscha. Il faut préciser que les cantons latins ont rejoint la Confédération plus tard que les cantons alémaniques ce qui peut influencer le sentiment d’appartenance, toutefois, l’identité par défaut est souvent réservée aux majorités. De manière générale, les contacts entre la Suisse francophone, appelée aussi Suisse romande, Suisse française ou Romandie, et la Suisse alémanique, aussi appelée Suisse allemande, sont de loin les plus souvent thématisés, les Suisses italophones ayant probablement le sentiment d’une minorisation trop extrême pour revendiquer des droits, et les personnes de langue romanche sont généralement au moins bilingues. Ce sont donc les contacts entre francophones et germanophones que sont les plus souvent thématisés dans les médias et les lettres de lecteurs, tout comme durant les contacts informels entre citoyens suisses.

5Les clivages réels ou imaginés sont caractérisés par le terme Röstigraben (Brohy, 2005), terme apparu dans les médias durant les années 1970. Il s’applique à des différences de comportements, de mentalité et de culture (avec, bien sûr, toutes leurs composantes subjectives, floues et volatiles). Le Röstigraben se matérialise de manière la plus concrète lorsque les résultats des votations fédérales présentent des différences notoires entre cantons germanophones et latins, comme par exemple lors de la votation sur l’Espace économique européen en décembre 1992, rejetée par la Suisse alémanique et acceptée par la Suisse romande qui se trouvent donc minorisée par ceux qu’on appelle communément les Neinsager (« ceux qui disent non »). Par contre, la votation sur le port obligatoire de la ceinture de sécurité, acceptée par la Suisse alémanique et refusée par la Suisse romande, qui avait causé beaucoup de remous puisque la majorité alémanique avait imposé son point de vue de majoritaire, ne cause plus de commentaires ou réactions.

6Les Romands se plaignent parfois de la qualité du français qui provient de l’administration fédérale ou des instances politiques, qu’on qualifie de français fédéral, ceci est en étroite relation avec le fait que l’allemand est la langue source et les langues minoritaires des langes cibles pour les traductions de l’administration fédérale. Jusqu’à récemment, des personnalités romandes et des ouvrages ont fustigé la germanisation de la Suisse romande et le colonialisme linguistique pratiqué par les germanophones, en invoquant non seulement le poids économique de la Suisse alémanique, en particulier de ce qu’on appelait le triangle d’or entre Bâle, Berne et Zurich, centre de gravité du pouvoir décisionnel, de la finance et de l’économie, mais aussi la mainmise des Alémaniques sur l’économie romande (Charpilloz & Grimm-Gobat, 1982 ; Lugon, 1983). Avec la globalisation et le succès économique de l’Arc lémanique, ces plaintes se sont toutefois estompées ces dernières années.

7Les compétences respectives en langues secondes sont un des indices de la qualité des relations entre communautés linguistiques. Une étude à ce sujet montre que les Alémaniques ont des compétences plus élevées en français langue seconde que les Romands en allemand, ce sont donc les majoritaires qui se montrent plus compétents, et montrent donc plus d’intérêt pour l’autre. Ceci vaut également pour les compétences en italien langue étrangère : malgré la proximité typologique entre le français et l’italien, ici encore, les Alémaniques indiquent savoir mieux l’italien que les Romands (Werlen, Rosenberger & Baumgartner, 2011). Malgré cela, de manière anecdotique, de nombreux Romands témoignent que les Alémaniques parlent de moins en moins bien (et de moins en moins volontiers) le français. Par contre, si l’anglais en tant que lingua franca entre les différentes communautés linguistiques suisses peut parfois être utilisé, son usage reste tout de même un phénomène marginal. En revanche, beaucoup de personnes fustigent l’attitude des germanophones de bouder la possibilité d’utiliser l’allemand standard dans les contacts avec les Romands, préférant le français ou même l’anglais. Toutefois, dans les faits, de nombreuses séances de travail, dans le domaine public ou privé, se déroulent de manière multilingue et on fait largement appel aux compétences langagières réceptives.

  • 1 Cf. p. ex. « Nos amis alémaniques », « Le Temps » du 23 juin 2012 ; « Nous et les Alémaniques » et (...)

8La verbalisation des représentations langagières des relations entre les communautés linguistiques, en particulier, entre Romands et Alémaniques, fait partie du discours quotidien des locuteurs et lecteurs. S’il existe bien quelques recherches scientifiques sur les attitudes linguistiques (p. ex. Fischer & Trier, 1962 ; Apothéloz & Bysaeth, 1981 ; Kolde, 1981) celles-ci font les choux gras des médias et des réseaux sociaux et sont souvent thématisées dans des lettres de lecteurs, des billets et sous forme de caricatures (Brohy, 2005). Les médias électroniques et la presse écrite agendent régulièrement des émissions spéciales et des numéros thématiques sur les attitudes langagières et les différents aspects du plurilinguisme suisse en général1.

Les relations entre les communautés linguistiques suisses et les pays voisins correspondants

  • 2 Selon le dessinateur belge Geluck qui s’exprime dans une interview publiée dans un quotidien romand (...)
  • 3 Les Alémaniques appellent l’Allemagne souvent der grosse Kanton (le grand canton) ce qui correspond (...)
  • 4 Les personnes de langue romanche partagent certes une langue typologiquement proche avec les locute (...)

9Les Suisses entretiennent des contacts étroits mais parfois ambigus avec les communautés linguistiques correspondantes des États-nations voisins, l’Allemagne, la France et l’Italie. Les Romands partagent la langue et une large culture scolaire, littéraire, médiatique avec la France. Ils connaissent la réalité française à travers la presse française et des séjours en France. En plus, des personnalités françaises sont fréquemment invitées dans les médias romands étant donné que le bassin d’influence de la Romandie ne compte qu’environ 1,6 millions de personnes ce qui correspond à la ville de Lyon et ses environs, les médias sont donc tributaires de contributions de personnalités venant de l’extérieur de ses frontières. De manière générale, les Suisses romands connaissent donc beaucoup mieux la France que l’inverse, et ils se sentent parfois comme une double minorité : d’une part, par rapport aux Alémaniques majoritaires en Suisse, et, d’autre part, par rapport aux Français qui les considèrent comme des locuteurs de la périphérie2. Beaucoup de Français sont installés en Suisse, et nombreuses sont les personnes qui traversent quotidiennement la frontière pour venir travailler. Ces contacts peuvent parfois générer des frictions entre les citoyens des deux pays. Ces observations s’appliquent aussi en grande partie aux relations entre Alémaniques et Allemands3, et, dans une moindre mesure peut-être, entre les italophones de Suisse et les Italiens4. Les relations entre la Suisse et les habitants de pays voisins de même langue ont bien sûr aussi des effets sur les attitudes et les comportements, voir à ce sujet le chapitre sur les la diversité interne des communautés linguistiques suisses.

Diversité à l’intérieur des communautés linguistiques

La Suisse alémanique

10En Suisse alémanique, il existe une forte diglossie entre l’allemand standard (appelé Hochdeutsch, Hochsprache, Standarddeutsch, Standardsprache, Schriftdeutsch [allemand écrit], bon allemand, allemand standard, etc.) et le suisse-allemand (appelé Dialekt, Mundart [langue orale], dialecte, Schweizerdeutsch, Schwyzertütsch, etc.). L’allemand standard suisse, appelé Schweizer Hochdeutsch, comprend des différences phonétiques, prosodiques, lexicales et orthographiques par rapport à l’allemand standard d’Allemagne, d’Autriche ou des autres régions germanophones. Cette pluricentricité est bien représentée dans la conscience linguistique des locuteurs et généralement bien acceptée (Christen, Glaser & Friedli, 2010 : 23-25 ; Werlen, 1998, 2004 ; Rash, 2003 ; Scharloth, 2005).

  • 5 Le terme « dialecte » dans le contexte alémanique ne correspond pas à celui de « dialect » dans la (...)

11La relation entre l’allemand standard et le dialecte alémanique fait partie des quatre cas de figure diglossiques prototypiques décrits dans l’article séminal de Ferguson (1959), même si celui-ci contient des inexactitudes et surtout des aspects qui ont évolué dans le courant des 55 dernières années. La diglossie alémanique et les dialectes suisses en général5 sont très bien étudiés ; il existe nombre de descriptions, cartes dialectales avec isoglosses, dictionnaires et grammaires, qui suivent généralement un schéma cantonal (le dialecte bernois, zurichois, fribourgeois, glaronnais, etc.), même si les limites des dialectes et des cantons ne se recoupent pas et qu’il y a plus de dialectes que de cantons. Si les dialectes ont tendance à régresser dans tous les pays industrialisés, il n’en est pas de même dans la partie germanophone de la Suisse où le dialecte est de plus en plus utilisé dans la vie publique, dans les médias, à l’école, etc., par toutes les classes sociales, dans toutes les régions, urbaines et rurales, par toutes les générations et pour tous les sujets de discussion (Alen Garabato, Boyer & Brohy, 2007). Des lois scolaires tentent de contenir l’utilisation du dialecte à l’école, mais ce n’est sans compter avec les instruments de la démocratie directe : par votations populaires, l’utilisation du dialecte a été renforcée dans les écoles grâce à l’acceptation de scrutins dans quelques cantons. Si l’on considérait le dialecte en danger il y a environ 200 ans en pensant que la situation en Suisse évoluerait parallèlement à celle de l’Allemagne, ce qui a déclenché les travaux du Idiotikon (Schweizerisches Idiotikon, dès 1881 ; cf. aussi Hotzenköcherle, 1962-2003), glossaire qui devait consigner les dialectes avant leur disparition, l’histoire et l’évolution de la société ont singulièrement renforcé leur utilisation. On distingue donc plusieurs vagues dialectales (prise de conscience culturelle vers 1900, défense psychologique contre l’Allemagne nazie dès les années 1930 et utilisation du dialecte comme défense spirituelle durant la deuxième guerre mondiale, renforcement de l’identité culturelle dans les années 1960 (musique, chansons, théâtre, etc. en dialecte), et la dernière vague s’apparente plutôt à un tsunami : l’utilisation écrite du dialecte dans le cadre des TIC et des réseaux sociaux électroniques à partir des années 1990 ce qui fait voler en éclat le modèle de diglossie médiale (Kolde, 1981 : 68), selon lequel la distinction s’opère essentiellement d’après le mode oral ou écrit. Werlen (1998) quant à lui parle d’un bilinguisme asymétrique, d’autres locuteurs et observateurs parlent même d’un bilinguisme à part entière, « on s’achemine maintenant vers un véritable bilinguisme », dit une professeure d’allemand dans un lycée à Zurich. Les constitutions fédérales et cantonales successives ne parlent de l’allemand que de manière générique, elles ne font pas de distinction entre l’allemand standard et les dialectes alémaniques. Il faut attendre la Loi fédérale sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques de 2007 pour avoir une référence à la présence de dialectes (art. 52 : Les autorités fédérales utilisent les langues officielles dans leur forme standard).

  • 6 Voici quelques exemples glanés dans la presse : « La prise de conscience d’un véritable handicap li (...)

12L’usage répandu du dialecte pose souvent des problèmes aux locuteurs francophones qui apprennent l’allemand standard en tant que langue seconde de manière obligatoire à l’école dès la 3e classe de l’école primaire, et qui voient dans l’utilisation quasi généralisée des dialectes le signe d’un repli identitaire et un comportement d’exclusion. Ayant abandonné leurs variétés non standardisées (les « patois »), ils véhiculent souvent des attitudes négatives envers le dialecte (et ses locuteurs) et prétendent, par exemple, que le suisse-allemand « ne s’apprend pas mais qu’il s’acquiert », qu’il n’a pas de grammaire, qu’il ne se prête pas à la pensée scientifique et qu’il est éclaté dans une multitude de dialectes mutuellement incompréhensibles6. Mais comme dans tout contexte multilingue, les attitudes envers les langues et les variétés sont complexes et hétérogènes, ainsi, des francophones apprennent de plus en plus souvent à comprendre le dialecte. Dans le canton de Genève, des cours facultatifs de suisse-allemand sont proposés aux élèves, et des cours de suisse-allemand font partie des programmes des écoles de langues privées et des universités depuis des décennies.

  • 7 « Dialecte du buffet de la gare d’Olten », Olten étant un nœud ferroviaire important où se croisent (...)

13L’utilisation du dialecte et/ou de l’allemand standard est à la fois une normalité et un sujet fréquemment évoqué. Les différents thèmes liés à la diglossie alémanique sont autant des sujets de recherche que de la linguistique populaire (folk linguistics). Les discussions autour de l’origine des locuteurs selon le dialecte parlé, autour du mélange de dialectes, la beauté des dialectes (Schwarz, Shahidi & Cuonz, 2006) et les attitudes face à leur usage font partie du small talk tout comme le temps qu’il fait. Le mélange de dialectes est qualifié de Bahnhofbuffet-Olten-Dialekt7. Les Alémaniques, comme les locuteurs d’autres langues, s’inquiètent de la qualité de leur langue, fustigent le mélange des dialectes et l’influence de l’allemand standard et d’autres langues, ainsi que l’abandon des formes anciennes et typiques. Étant donné le nombre de variétés, l’absence de norme écrite, et le fait que le dialecte ne soit pas formellement appris à l’école, le suisse-allemand intègre facilement des emprunts du français et de l’anglais, et, plus récemment, des communautés immigrantes (p. ex. le Balkantütsch).

  • 8 Au hitparade des dialectes, le bernois a la cote, tout comme le grison et le haut-valaisan, même s’ (...)

14Il existe un programme qui identifie la provenance des dialectes selon le lexique et la prononciation des locuteurs, le Chochichästli-Orakel (Heeb, 1998), une version plus élaborée est également disponible en application pour smartphones (Dialäkt Äpp). Les autres sujets débattus avec passion concernent les compétences des Alémaniques en allemand standard, le statut qu’ils lui attribuent (variété de la langue maternelle, langue étrangère, semi langue étrangère, langue marâtre, langue de tête par opposition à langue de cœur, etc.), la beauté des différents dialectes8, la disposition des Alémaniques à parler l’allemand standard avec des personnes qui ne maîtrisent pas le dialecte, une éventuelle standardisation du dialecte, etc.

  • 9 « Nous avons remplacé de A à Z la version allemande de notre Rapport de gestion par une version sui (...)

15L’usage du suisse-allemand est mis en relation avec la recherche de racines dans un monde globalisé, il serait donc à voir dans les effets de la glocalisation. Ainsi, pour son 30e anniversaire et pour montrer les liens entre multinationalité et enracinement dans l’helvétitude, le rapport de gestion 2012 de l’entreprise Swatch (Swatch Group, 2012) a été publié entièrement en suisse-allemand, en plus du français et de l’anglais. « Mer händ die düütsch Version vo eusem Gschäftsbricht vo A bes Z mitere schwiizerdüütsche Version ersetzt ! DasischwahriSwissness9 » (Swatch Group, 2012 : 3, version suisse-allemande), comme dit la présidente du conseil d’administration dans son message. Dans le même esprit, le quotidien gratuit Blick am Abend a été publié entièrement en dialecte le 28 mai 2013. De manière générale, 90 % des contributions dans sa rubrique Schatzchäschtli (un coin des rencontres) sont rédigées en dialecte.

16Au contact avec les Allemands, les locuteurs alémaniques qui parlent l’allemand standard ressentent souvent une insécurité linguistique, ils ont l’impression que les Allemands sont plus à l’aise, qu’ils parlent plus vite et qu’ils ont un vocabulaire plus élaboré, ils rejoignent donc les Romands qui éprouvent des sensations analogues en côtoyant les Français.

La Suisse romande

  • 10 Art. 422 : Ils [État et les communes, CB] veillent et contribuent à la conservation, à l'enrichisse (...)

17La Suisse romande présentait autrefois une situation linguistique qui était proche de celle de la diglossie suisse alémanique. Mais comme en France, les « patois » (le terme arpitan n’est que peu utilisé par les patoisants) ont largement disparu, victimes d’une violente politique d’éradication et du poids de la norme du français, dialecte de l’Île-de-France. Après la disparition quasi totale des « patois » dans les cantons réformés, seuls subsistent quelques villages en Valais et dans le canton de Fribourg où l’on rencontre encore des locuteurs (cf. aussi Gauchat, Jeanjaquet & Tappolet, 1924ff ; Burger, 1979 ; Maître, 2003), mais la transmission intergénérationnelle est fortement compromise. Typologiquement, on distingue en Suisse romande le franco-provençal, également utilisé en France dans la région Rhône-Alpes et dans le Nord de l’Italie, et la langue d’oïl du nord du Jura qui s’apparente au franc-comtois. La Constitution de la République et du Canton du Jura de 1977 est la seule de Suisse romande qui fait référence au « patois10 ». Lors du cinquième cycle de suivi de l’implémentation de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, les associations des patoisants ont demandé que la Suisse protègent dorénavant les patois de Suisse romande.

18Le relevé structurel du recensement fédéral de la population 2010 (Office fédéral de la statistique, 2010), qui a remplacé l’ancien recensement de l’ensemble de la population, contient trois questions relatives aux langues. La première vise la langue principale, c’est-à-dire la langue dans laquelle les répondants pensent et qu’ils maîtrisent le mieux, avec la possibilité d’indiquer plusieurs langues. Les cases à cocher mentionnant l’allemand, le français et l’italien contiennent toutes les dialectes se référant à ces langues (allemand ou suisse-allemand, français ou patois romand, italien ou dialecte tessinois/italo-grison), alors que les deuxième et troisième questions sur l’utilisation des langues à la maison/avec les proches, ainsi qu’au travail/au lieu de formation, ne permettent que d’indiquer séparément l’allemand standard et le suisse-allemand et l’italien et le dialecte tessinois/italo-grison, la case pour le français contenant aussi le patois (français ou patois romand). Le nouveau recensement ne permet donc plus d’avoir des indications concernant le nombre de locuteurs du « patois » en Suisse romande, alors qu’il y a des données séparées pour l’allemand standard et le suisse-allemand, et l’italien classique et le dialecte.

  • 11 La frontière entre le français et l’allemand existe depuis plus de mille ans, elle est relativement (...)
  • 12 À Villars, une station de ski vaudoise, des affiches, « Parlons vaudois »,  apposées aux les pylône (...)

19Le français de Suisse romande présente un certain nombre de caractéristiques phonétiques (p. ex. ouverture/fermeture des voyelles, nasales), prosodiques (accent ’chantant’, débit), morphologiques (p. ex. surcomposition, p. ex. j’ai eu su), lexicales (Thibault & Knecht, 1997 ; Prikhodine, 2011) et discursives propres (p. ex. ou bien, faites seulement) qui permettent de le différencier de celui des autres locuteurs de la francophonie (Matthey, 2003). Le lexique spécifique romand comprend des termes et expressions issus des institutions de la Confédération (administration, politique, armée, service public), des mots provenant du substrat gallo-roman (« patois »), des germanismes plus ou moins acceptés selon les cas, les régions, la proximité de la frontière linguistique entre le français et l’allemand11 et les individus (Manno, 2009), des termes tombés en désuétude en France ou encore utilisés en province, ainsi que des mots qui ont connu leur évolution propre (gonfle pour congère, imperdable pour épingle à nourrice, etc.). À l’intérieur de la Romandie, il y a, en cascade, des traits typiques qui permettent de situer l’origine des locuteurs, essentiellement par rapport au canton d’origine, on parle donc de l’accent jurassien, valaisan, vaudois12, fribourgeois, etc., en plus, certaines différences lexicales existent à l’intérieur des cantons.

20Le terme « français fédéral » qualifie soit un français prononcé avec un accent suisse-allemand, un français fautif ou un français traduit dont on remarque encore le moule de l’original allemand. L’idée de la norme française est fortement ancrée dans l’esprit des Romands, les Français faisant partie d’une communauté imaginée dont ils se sentent éloignés de son centre. Le sentiment de périphérie est doublé d’une insécurité linguistique (Singy, 1995) face au français hexagonal (« Les Français parlent plus vite et ont vocabulaire plus riche que nous »). Toutefois, la situation est loin d’être uniforme, certains locuteurs déploient des comportements de contre-prestige, revendiquent leur romanditude et insistent sur les traits phonétiques et lexicaux (septante, souper, panosse, etc.) du parler romand.

21Certaines personnes d’origine alémanique vivant en Suisse romande parlent le dialecte comme langue familiale, mais parlent l’allemand standard avec un accent français étant donné qu’ils l’ont appris à l’école comme langue seconde dans un contexte francophone et avec des enseignants essentiellement francophones. Ces locuteurs présentent donc une diglossie particulière : le suisse-allemand dans un contexte familial et parfois aussi social, et le français pour la formation, le travail, les loisirs et les contacts sociaux.

La Suisse italienne

22La Suisse italienne est composée du canton du Tessin, selon sa Constitution de 1997 « una repubblica democratica di cultura e lingua italiane » (art. 1), ainsi que des quatre vallées italophones du canton des Grisons. Des communautés plus ou moins fortes d’italophones vivent dans d’autres régions et municipalités, les Italiens formant une des premières communautés migrantes de Suisse, et l’italien est souvent lingua franca entre les communautés linguistiques immigrées dans certains domaines économiques, la construction et la restauration par exemple. L’italien en Suisse endosse donc le double statut de langue officielle et langue de l’immigration. La Suisse italienne connaît également une diglossie entre l’italien classique et les dialectes tessinois et grisons, mais elle est moins vivace que la diglossie alémanique, et, comme en Italie, elle est en régression ; contrairement à la Suisse alémanique, où le dialecte est la langue par défaut avec les personnes qu’on ne connaît pas, l’italien standard est choisi comme langue de communication, en particulier dans les villes et les lieux touristiques. L’italien est bien ancré dans le canton du Tessin, la germanisation tant décriée il y a une vingtaine d’années n’a pas eu lieu (cf. Bianconi, 1994 ; Moretti, 2003). Par contre, la situation est plus préoccupante dans le canton des Grisons où la vie scolaire, économique, politique et culturel demande des compétences en allemand en plus de l’italien. Des associations et institutions s’engagent pour la recherche liée aux différents aspects de la langue italienne, le développement et la promotion de l’italien, telles que l’Osservatorio linguistico della Svizzera italiana, Pro Grigioni Italiano, le Forum per l’italiano in Svizzera. Les revendications concernent une représentation italienne au Conseil fédéral (Gouvernement), la promotion de l’italien au niveau administratif et politique suisse, la promotion de l’enseignement et l’apprentissage de l’italien et une meilleure visibilité de la langue et la culture italienne en Suisse.

Les territoires romanches

  • 13 Le romanche est apparenté au ladin et au frioulan (Italie).
  • 14 Le « Ni italians ni tudaischs, rumantschs vulains restar » (« Ni Italiens ni Allemands, nous voulon (...)

23Le romanche (ou rhétoromanche) est uniquement parlé dans le canton officiellement trilingue des Grisons (cf. Grünert, Picenoni, Cathomas & Gadmer, 2008), il fait partie des langues minoritaires européennes menacées13. Ce canton, le plus grand de Suisse en superficie, est entièrement situé dans les Alpes et présentent une grande diversité linguistique, culturelle et religieuse. Le romanche est langue nationale depuis 1938, le peuple suisse ayant accepté à une très large majorité de lui attribuer ce statut dans un contexte de menace irrédentiste de l’Italie fasciste qui voulait le définir comme un dialecte de l’italien, ce qui aurait pu justifier une invasion14. Il existe cinq variétés écrites du romanche (appelées idiomes), des variétés intermédiaires orales, plus une variété intégrée et planifiée, le rumantsch grischun (RG). Cette langue planifiée et standardisée a été créée en 1982 essentiellement sur la base de trois idiomes, le sursilvan, le surmiran et le vallader (Schmid, 1982 ; Gross, 2004 ; Coray, 2008), toutefois, les autres variétés écrites, le sutsilvan et le puter, ainsi que des variétés orales telles que le jauer et le tujetschin ont également été prises en compte dans une certaine mesure. La variété unifiée, créée pour assurer la sauvegarde et la vitalité linguistique du romanche, est bien acceptée en tant que langue administrative et politique, par contre, son emploi à l’école reste controversé, et des communes qui l’avaient adoptée comme langue de l’école sont revenues à la situation ante qua suite à des votations communales. Les locuteurs du romanche s’entredéchirent actuellement sur la question si le RG à terme sauvera ou coulera le romanche, toutefois, la menace d’une initiative populaire pour limiter l’usage du RG semble être écartée pour le moment.

24Tous les Romanches sont au minimum bilingues, les écoles sont bilingues, et les domaines économiques, administratifs et politiques demandent des compétences en allemand et en dialecte alémanique. Vue la proximité typologique et géographique avec l’italien, de nombreux Romanches ont également des compétences dans cette langue, et souvent aussi en français, ainsi que, pour des raisons scolaires, touristiques et économiques, en anglais. Comme souvent les minorités, ils sont en fait la véritable incarnation du plurilinguisme suisse, et ce sont eux qui s’adaptent à la non compétence langagière de leurs interlocuteurs.

  • 15 Un courriel de la part d’un chef d’entreprise envoyé à tous les participants d’une conférence tenue (...)

25Une institution faîtière, la Lia Rumantscha, représente les différentes associations romanches et défend les intérêts de la communauté linguistique romanche par le biais de la recherche, des actions de promotion et de communication. Le romanche est utilisé dans les médias, il est protégé par la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Un des défis consiste à maintenir le romanche dans le cas de fusion de communes, en vertu de sa Loi sur les langues (2006), et de sauvegarder le plurilinguisme cantonal malgré la pression économique de l’allemand et aussi de l’anglais. Une initiative populaire a été lancée (printemps 2013), elle a pour objectif d’imposer l’enseignement d’une seule langue étrangère à l’école primaire au lieu des deux prévues, il s’agit de l’anglais pour les classes allemandes et de l’allemand pour les classes romanches et italiennes15. Si cette initiative est acceptée en votation populaire, ce qui est loin d‘être sûr, le canton le plus plurilingue de Suisse braderait son capital linguistique et culturel.

Tableau 1 — Répartition des communautés linguistiques (Recensement fédéral 2000, OFS)

Allemand

63.7 %

Français

20.4 %

Italien

6.5 %

Romanche

0.5 %

Autres langues

9 %

Population étrangère 2012

24 %

Population totale 2012

8 millions

Attitudes et discours de futurs enseignants sur la diglossie et le plurilinguisme

26Après la présentation des données linguistiques et les différents discours sur les langues et le plurilinguisme qui se manifestent dans les constitutions et les lois, ainsi que sur le discours articulé dans les médias, je me penche dans ce chapitre sur quelques aspects du discours individuel au sujet du plurilinguisme et de la diglossie alémanique. Les données sont tirées d’un blog et des biographies langagières de futurs enseignants d’allemand langue seconde qui vont travailler dans les écoles secondaires (élèves de 12 à 16 ans) en Suisse romande ; les textes ont été rédigés durant le semestre d’automne 2012. Les 30 étudiant-e-s (27 femmes et trois hommes) sont de langue maternelle française (9) ou allophones (9 personnes sont une ou plusieurs autres langues comme langues premières), sept sont germanophones (dialecte et/ou allemand standard), deux ont le français plus une ou deux autres langues comme langues premières, deux ont l’allemand plus une ou deux autres langues comme langues premières, une étudiante est bilingue allemand/français. Des indications tirées d’un test d’allemand B1 concernant l’apprentissage de l’allemand en Tandem complète ces données.

27Les biographies langagières comprennent entre deux et quatre pages. Les étudiants font preuve de compétences métalinguistique et métacognitives remarquables. En comptant leurs langues premières, sans toutefois compter le suisse-allemand séparément, ils indiquent avoir appris entre quatre et huit langues. La plupart prévoit en apprendre d’autres, surtout l’italien et l’espagnol, mais aussi des langues slaves, l’arabe, le chinois et le hindi (pour comprendre les films Bollywood !), parce que ces langues sont belles, intéressantes, romantiques, la langue des copains et qu’elles permettent des ouvertures économiques. Le romanche est mentionné trois fois, deux fois comme langue déjà apprise et une fois comme langue que l’on souhaite apprendre. Une étudiante détaille la situation typique du franco-provençal dans le canton de Fribourg : son grand-père le parle, son père le comprend bien et elle ne comprend plus que quelques mots et tournures. Les étudiant-e-s indiquent aussi leurs stratégies d’apprentissage et les activités plus ou moins appréciées. Pour une étudiante, il n’y a rien d’autres à faire que de « Parler, parler, parler », d’autres regardent la TV, écoutent la radio et tentent de communiquer le plus possible. Ils sont conscients de la dynamique des compétences, qu’il faut du temps et de l’énergie pour maintenir les langues « à un bon niveau », que des langues peuvent être « en stand-by pour un certain temps », et ils ont intégré des termes scientifique tels que attrition, diglossie, mélange et changement de codes, pluricentricité, intercompréhension, types d’apprenants, bricolage linguistique. Une étudiante a appris le dialecte alémanique de manière informelle et spontanée, elle mentionne que les inconnus sont généralement irrités parce qu’ils n’arrivent pas à localiser géographiquement son dialecte, en fait un mélange non stabilisé de plusieurs variétés. Si certains se plaignent des méthodes pédagogiques et fustigent « l’apprentissage par la grammaire et le vocabulaire », une étudiante mentionne les pièces de théâtre en allemand qu’elle n’avait pas envie de jouer. Les étudiants ont en général des attitudes favorables face au plurilinguisme et ses implications, les variétés non standardisées et le mélange de codes. Une étudiante explique qu’elle avait détesté l’allemand « comme tout le monde » et qu’elle avait par la suite appris à l’aimer au contact des autres, et une autre décrit son « rêve de devenir plurilingue », un rêve qu’elle caresse depuis très longtemps, les plurilingues formant une communauté imaginée à laquelle elle a envie de faire partie.

  • 16 Ceci est confirmé par un sondage effectué par l’hebdomadaire Coopération, selon lequel 48 % des Sui (...)

28Participer à un blog sur les langues et la diglossie en Suisse alémanique fait partie des tâches d’un cours de linguistique destiné aux futurs enseignant-e-s d’allemand. 35 étudiant-e-s l’ont ainsi alimenté, 13 au semestre d’automne 2011, et 22 au semestre d’automne 2012. La plupart des étudiant-e-s commentent la répartition entre l’allemand standard et le dialecte, et trouvent que « l’utilisation de la même forme langagière [le dialecte, par toutes les couches sociales, C. B.] correspond à une tradition démocratique » (G. M.). Une étudiante commente une intervention politique qui veut imposer l’utilisation de l’allemand standard par les conseillers fédéraux (ministres). Elle trouve contradictoire le comportement des politiciens qui utilisent le dialecte pour être plus proche de la population alémanique, mais qui en même temps excluent les autres communautés linguistiques, et elle trouve gênant qu’il y ait dans un pays minuscule quatre ou même cinq (en comptant le dialecte alémanique) langues, ce qui rend la communication impossible avec des personnes vivant à 10 km de distance. Concernant l’utilisation du dialecte ou de l’allemand standard à la maternelle et son impact sur les élèves allophones, les avis sont très partagés ; certaines personnes plaident en faveur du dialecte pour une meilleure intégration des allophones, d’autres pour l’allemand standard, la plupart pour les deux variétés, « comme à la maternelle les enfants apprennent des tas de choses, dessiner, calculer et écrire, il n’y a pas de raisons qu’ils n’apprennent pas aussi l’allemand standard qui est la langue de l’école et des supports pédagogiques ». Un étudiant francophone plaide pour l’utilisation du dialecte dans les médias, « afin de préserver l’authenticité du message et la connotation locale », même si cela tend à exclure les francophones de la communication, il propose que les textes en suisse-allemand soient sous-titrés en allemand standard et qu’il y ait sur Internet des programmes qui traduisent le suisse-allemand. Pour une étudiante d’origine serbe, l’évolution progressive des dialectes — pourtant souvent regrettée — est une preuve de leur vitalité car, selon elle, seules les langues en pleine santé sont capables de générer de nouveau mots et de nouvelles expressions ce que fait le suisse-allemand de manière très prolifique. Nombre d’étudiants disent avoir beaucoup appris sur la diglossie durant le cours de linguistiques et disent avoir changé d’avis à son sujet. Selon une étudiante francophone, l’utilisation soit du suisse-allemand et/ou de l’allemand standard suit des règles essentiellement tacites qui sont régies par des idéologies, et il n’y a pas de solution globale pour la répartition pragmatique des deux variétés. Elle trouve problématique que l’on renforce à nouveau le dialecte à la maternelle suite à des votations, car la Suisse alémanique a fait massivement appel à des enseignantes allemandes pour pallier au manque de personnel, ce qui veut dire qu’elles devront apprendre le dialecte. Toutefois, elle pense que les lois n’auront que peu d’impact sur la pratique langagière étant donné que les plans d’études ont une influence plus grande. Globalement, les étudiants allophones qui ont accompli leur scolarité en Suisse romande ont des attitudes plus favorables face à la diglossie et aux dialectes que les francophones16.

  • 17 La consigne (en français et en anglais) était la suivante : « Vous cherchez un/e partenaire Tandem (...)

29Une tâche17 faisant partie du test de fin de semestre devait certes évaluer les compétences écrites en allemand B1, mais elle avait aussi pour but de voir si les étudiants associaient au terme allemand uniquement l’allemand standard ou aussi le dialecte alémanique. Deux étudiants seulement sur 22 ont fait référence au dialecte, une étudiante serbe qui as « envie d’apprendre aussi un peu le Suisse-allemand parce qu’elle le trouve très sympathique », ainsi qu’un étudiant américain qui cherche un partenaireTandem pour le suisse-allemand, parce qu’il veut « apprendre la vraie langue maternelle » de son pays d’accueil, si possible le bernois parce qu’il est parlé près de Fribourg et parce qu’il est plus connu que le fribourgeois.

Enjeux futurs et conclusion

30La situation linguistique de la Suisse est certes relativement stable, elle génère toutefois beaucoup de discussions et de controverses au sein des différentes communautés sans que celles-ci présentent des avis homogènes, ce qui est bénéfique. Les enjeux futurs sont certainement le rôle des langues latines minoritaires au sein de l’Administration fédérale, l’apprentissage des langues nationales face à celui de l’anglais et de l’espagnol, le statut des dialectes alémaniques, le maintien du romanche et du franco-provençal. Une bonne formation des enseignant-e-s de langues est primordiale et constitue une des premières bases d’une politique linguistique d’un pays officiellement quadrilingue.

Haut de page

Bibliographie

Alen Garabato Carmen, Boyer Henri & Brohy Claudine, 2007, « Représentations et diglossie. Imaginaire communautaire et représentations sociolinguistiques », G. Zarate, D. Lévy & C. Kramsch (éd.), Précis du plurilinguisme et du pluriculturalisme, Paris, Éditions des archives contemporaines, 299-305.

Apothéloz Denis & Bysaeth Léo, 1981, « Attitudes linguistiques. Résultats d'une enquête », TRANEL, 2, 69-90.

Bianconi Sandro (éd), Lingue nel Ticino », Locarno, Armando Dadò, 1994.

Blick am Abig, 28.5.2013.

Brohy Claudine, « Die Schweiz und ihre Vielsprachigkeit: Wie spiegeln sich Wertvorstellungen und Wertekonflikte in Karikaturen ? », Ch. Giordano & J.-L. Patry (éd.), Wertkonflikte und Wertewandel. Eine pluridisziplinäre Begegnung, Münster, Lit Verlag, 2005, 105-118.

Brohy Claudine, « Protection des minorités et promotion du plurilinguisme en Suisse : mesures et dispositifs », P. Feytor Pinto, C. Brohy & J.-G. Turi (éd.), Direito, língua e cidadania global — Droit, langue et citoyenneté mondiale - Law, language and global citizenship, Lisboa, APP, 2009, 307-326.

Burger Harald, « La tradition linguistique vernaculaire en Suisse romande : les patois », A. Veltman (éd), Le français hors de France, Paris, Champion, 1979, 259-269.

Charpilloz Alain & Grimm-Gobat Geneviève, « La Romandie dominée », Lausanne, P.-M. Favre, 1982.

Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, Strasbourg, Conseil de l’Europe, 1992.

Chochichästli-Orakel. dialects.from.ch/

Christen Helen, Glaser Elvira & Friedli Matthias (éd.), Kleiner Sprachatlas der deutschen Schweiz, Frauenfeld, Huber, 2010. Cartes : www.ofv.ch/kleinersprachatlas [consulté 10-01-2013].

Confédération helvétique, Constitution fédérale. Berne, 1999. www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/19995395/index.html [consulté 10-01-2013].

Coray Renata, Von der Mumma Romontscha zum Retortenbaby Rumantsch Grischun. Rätoromanische Sprachmythen, Chur, Bündner Monatsblatt, 2008.

Cuonz Christina, « Gibt es hässliche Sprachen ? Laiensprachbetrachtung zwischen Tabuisierung und Konzeptualisierung », Bulletin suisse de linguistique appliquée, 91, 2010, 123-140.

Ferguson Charles A., « Diglossia », Word 15, 1959, 325-340.

Fischer Hardi, Trier Uri P., Das Verhältnis zwischen Deutschschweizer und Westschweizer. Eine sozialpsychologische Untersuchung, Bern, Huber, 1962.

Gauchat Louis, Jeanjaquet Jules & Tappolet Ernest (éd.), Glossaire des patois de la Suisse romande, Neuchâtel, Attinger, 1924ff.

Giacobbo Viktor, Der grosse Kanton, Zürich, Vega Distribution, 2013.

Gross Manfred, « Romanche. Facts & figures », Coire, Lia Rumantscha, 2004. www.liarumantscha.ch [consulté 10-01-2013].

Grünert Matthias, Picenoni Mathias, Cathomas Regula & Gadmer Thomas, Das Funktionieren der Dreisprachigkeit im Kanton Graubünden , Tübingen/Basel, Francke (Romanica Helvetica 127), 2008.

Heeb Dominik, « Das Chochichästli-Orakel », 1998. dialects.from.ch

Hotzenköcherle Rudolf (éd), Sprachatlas der Deutschen Schweiz , Bern, Francke, 1962-2003.

Kolde Gottfried, Sprachkontakte in gemischtsprachigen Städten. Vergleichende Untersuchungen über Voraussetzungen und Formen sprachlicher Interaktion verschiedensprachiger Jugendlicher in den Schweizer Städten Biel/Bienne und Fribourg/Freiburg i. Ü, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag, 1981.

Lansel Peider, I Retoromanci, Milano, Umberto Allegretti, 1935.

Lia Rumantscha. www.liarumantscha.ch [consulté 10-01-2013].

Lugon Clovis, Quand la Suisse française s'éveillera, Genève, Perret-Gentil, 1983.

Maître Raphaël, « La Suisse romande dilalique », Vox Romanica, 62, 2003, 170-181.

Manno Giuseppe, « Contact de langues dans une région francophone doublement minoritaire : les attitudes envers les emprunts en Suisse romande », B. Pöll, et E. Schafroth (éd.), Normes et hybridation linguistiques en francophonie. Paris, L’Harmattan, 2009, 99-121.

Matthey Marinette, « Le français langue de contact en Suisse romande », Glottopol 2, 2003, 92-100.

Moretti Bruno, « The Italian language in Switzerland », J. Charnley & M. Pender (éd.) : Living with languages. The contemporary Swiss model, Bern, Lang, 2003, 69-85.

Niclass Narcisse, « Fribourg perd son âme », La Liberté 10.9, 2010.

Office fédéral de la Statistique, Portrait démographique de la Suisse, Neuchâtel, OFS, 2009.

Pilet Jacques, « Baragouins », L’Hebdo, 19.1., 2006, 36.

Prikhodine Alexei, Dynamique normative du français en usage en Suisse romande. Enquête sociolinguistique dans les cantons de Vaud, Genève et Fribourg, Paris, L’Harmattan (coll. « Espaces Discursifs »), 2011.

Rash Felicity, « Language and communication in German-speaking Switzerland », J. Charnley & M. Pender (éd.), Living with languages. The contemporary Swiss model, Bern, Lang, 2003, 107-127.

Sahli S. ,« Je ferais un bon dictateur », La Liberté 25.1., 2013, 27.

Scharloth Joachim, « Zwischen Fremdsprache und nationaler Varietät. Untersuchungen zum Plurizentrizitätsbewusstsein der Deutschschweizer », R. Muhr (éd.), Standardvariationen und Sprachideologien in verschiedenen Sprachkulturen der Welt, Wien, Lang, 2005, 21-44.

Schmid Heinrich, Richtlinien für die Gestaltung einer gesamtbündnerischen Schriftsprache : Ru-mantsch Grischun, Chur, Lia Rumantscha, 1982.

Schwarz Alexander, Shahidi Minoo & Cuonz Christina, « La Belle et la Bête. Jugements esthétiques en Suisse romande et alémanique sur les langues », Cahiers de l’ILSL, 21, 2006.

Schweizerisches Idiotikon, divers auteurs, 1881ss. www.idiotikon.ch [consulté 10-01-2013].

Singy Pascal, « Les francophones de la périphérie face à leur langue : étude de cas en Suisse romande », Cahiers Ferdinand de Saussure, 49, 1995, 213-235.

Le sondage. Les Suisses alémaniques peuvent-ils parler en dialecte avec les Romands ou doivent-ils parler en bon allemand ?, Coopération, 2.11.2010, 3.

Swatch Group, Gschäftsbricht 2012, Biel/Bienne, Swatch Group, 2012.

Thibault André & Knecht Pierre, Dictionnaire Suisse romand, Carouge, Éd. Zoé, 1997.

Walter Richard, Le Romand face au « Bärndütsch », Construire, 23.6, 1976.

Werlen Iwar, « Mediale Diglossie oder asymmetrische Zweisprachigkeit ? Mundart und Hochsprache in der deutschen Schweiz », Babylonia, 1, 1998, 22-35.

Werlen Iwar, « Zur Sprachsituation der Schweiz mit besonderer Berücksichtigung der Diglossie in der Schweiz », Bulletin Vals-Asla, 79, 2004, 1-30.

Werlen Iwar, Rosenberger Lukas & Baumgartner Jachin, Sprachkompetenzen der erwachsenen Bevölkerung in der Schweiz, Zürich, Seismo, 2011.

Haut de page

Notes

1 Cf. p. ex. « Nos amis alémaniques », « Le Temps » du 23 juin 2012 ; « Nous et les Alémaniques » et « Les Alémaniques et nous », avec les attitudes réciproques entre Romands et Alémaniques, numéros publiés en français et en allemand, « Construire » et « Brückenbauer » du 25 juillet 2011 ; « Spécial Röstigraben », Coopération du 29 mars 2011 ; « Administration fédérales. Interdit aux Romands, « L’Hebdo » du 28 février 2013 ; « Die Griechen der Schweiz. Warum die Romands weniger arbeiten und höhere Renten beziehen » [Les Grecs de la Suisse. Pourquoi les Romands travaillent moins et touchent des rentes plus élevés], « Weltwoche » du 29 février 2012. Ces contributions suscitent de vives réactions dans les blogs et génèrent des lettres de lecteurs en cascade.

2 Selon le dessinateur belge Geluck qui s’exprime dans une interview publiée dans un quotidien romand « Il y a un vrai cousinage entre les Wallons et les Romands. Nous sommes des francophones qui résistent, ce petit joyau pris entre le marteau d’une majorité nationale et l’enclume du gros voisin français. Nous avons en commun cette humilité forcée et ce sens de l’autodérision » (Sahli 2013).

3 Les Alémaniques appellent l’Allemagne souvent der grosse Kanton (le grand canton) ce qui correspond au titre d’un film satirique qui propose d’intégrer l’Allemagne à la Suisse (Giacobbo, 2013).

4 Les personnes de langue romanche partagent certes une langue typologiquement proche avec les locuteurs du ladin et du frioulan d’Italie, mais le sentiment de partager une communauté de pratique est peu développé.

5 Le terme « dialecte » dans le contexte alémanique ne correspond pas à celui de « dialect » dans la recherche anglo-saxonne et américaine qui est plutôt équivalent de régiolecte. Il s’agit d’un terme générique qui réunit des variétés qui sont également parlées au sud-ouest de l’Allemagne, au Lichtenstein et dans le Vorarlberg autrichien.

6 Voici quelques exemples glanés dans la presse : « La prise de conscience d’un véritable handicap linguistique. Et peut-être intellectuel, car ces sympathiques parlers locaux, si riches dans le vocabulaire campagnard, ne sont pas des outils raffinés de la pensée » (Pilet, 2006). « Bien des Romands se découragent [de l’apprentissage du dialecte]. Ils se disent aussi, en somme, que ce parler primitif, sans génitif, sans futur ni imparfait, aux sonorités rudes, ne vaut pas un tel effort » (Walter, 1976). « Les Alémaniques se coupent de l’Allemagne avec leurs 110 dialectes et forcent les Romands à passer à l’anglais pour communiquer entre Confédérés » (Niclass, 2010). Un exemple de la radio: « Tu maîtrises le suisse-allemand ? » L’interlocuteur dit quelques phrases en suisse-allemand. Réaction du présentateur : « Ce rhume ne s’arrange pas » (RTS 1, 21.01.2013, 9h55).

7 « Dialecte du buffet de la gare d’Olten », Olten étant un nœud ferroviaire important où se croisent donc des passagers de dialectes différents et où nombre de séances de commissions et groupes de travail sont tenues.

8 Au hitparade des dialectes, le bernois a la cote, tout comme le grison et le haut-valaisan, même s’il s’agit d’une variété alpine la moins bien comprise. Les variétés de l’Est de la Suisse sont les moins bien notées, le zurichois est considéré comme agressif, comme sont généralement les variétés des grandes villes. Souvent, les francophones trouvent les dialectes alémaniques peu esthétiques, sans faire de distinction entre les variétés. Ainsi, en Suisse romande 51,7 % des personnes interrogées trouvent que le suisse-allemand est une langue laide (Cuonz, 2010).

9 « Nous avons remplacé de A à Z la version allemande de notre Rapport de gestion par une version suisse-allemande! Cela, c’est du vrai “Swissness” » (Swatch Group, 2012 : 3, version française).

10 Art. 422 : Ils [État et les communes, CB] veillent et contribuent à la conservation, à l'enrichissement et à la mise en valeur du patrimoine jurassien, notamment du patois.

11 La frontière entre le français et l’allemand existe depuis plus de mille ans, elle est relativement stable.

12 À Villars, une station de ski vaudoise, des affiches, « Parlons vaudois »,  apposées aux les pylônes d’un téléski, initient les skieurs au parler vaudois. Ils découvrent ainsi des termes tels que gniaf (portemonnaie), tchuffer (embrasser), aboclé (appuyé), crotchon (bout du pain), tsquée (tombée), mais la plupart des expressions sont aussi utilisées dans les autres cantons romands. Cf. aussi Matthey (2003).

13 Le romanche est apparenté au ladin et au frioulan (Italie).

14 Le « Ni italians ni tudaischs, rumantschs vulains restar » (« Ni Italiens ni Allemands, nous voulons rester Romanches ») du poète grison Peider Lansel (Lansel, 1935 : 28) reste célèbre.

15 Un courriel de la part d’un chef d’entreprise envoyé à tous les participants d’une conférence tenue en 2010 à Coire traduit les velléités de remplacer les langues cantonales par l’anglais : « Romanisch und Italienisch mögen kulturell und politisch einen hohen Stellenwert haben. Für die Bündner Exportwirtschaft haben sie jedoch keine Relevanz und gehören eher in die Kategorie Folklore. […] Unsere Mitarbeiter müssen viel öfter mit Peking und New York auf Englisch kommunizieren als mit Vicosoprano auf Italienisch oder Tujetsch auf Romanisch. […] Ersetzen Sie Italienisch und Romanisch in Volks- und Mittelschulen durch Englisch und geben Sie Naturwissenschaften und Technik einen höheren Stellenwert, dann haben Sie uns mächtig unterstützt » (« Le romanche et l’italien ont certes une grande valeur culturelle et politique. Pour l’industrie d’exportation grisonne ils n’ont toutefois aucune importance et sont à reléguer dans la catégorie du folklore. […] Nos collaborateurs sont plus souvent appelés à communiquer en anglais avec Peking et New York qu’en italien avec Vicosoprano et en romanche avec Tujetsch. […] Remplacez l’italien et le romanche par l’anglais à l’école primaire et au lycée et donnez plus d’importance aux sciences naturelles et à la technique et vous nous aurez grandement soutenus. » (AW, courriel adressé aux participants d’une conférence à la HEP GR, 2010).

16 Ceci est confirmé par un sondage effectué par l’hebdomadaire Coopération, selon lequel 48 % des Suisses alémaniques pensent qu’on doit pouvoir s’adresser en dialecte aux Romands, alors que 23 % des Romands et 45 % des étrangers le pensent. Dans les faits, les comportements sont souvent hétérogènes.

17 La consigne (en français et en anglais) était la suivante : « Vous cherchez un/e partenaire Tandem pour apprendre l’allemand et enseigner votre langue maternelle. Écrivez une annonce. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudine Brohy, « Plurilinguisme, diglossie et minorités : le cas de la Suisse », Lengas [En ligne], 73 | 2013, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 29 août 2016. URL : http://lengas.revues.org/163  ; DOI : 10.4000/lengas.163

Haut de page

Auteur

Claudine Brohy

Université de Fribourg, Plurilinguisme et didactique des langues

Haut de page

Droits d’auteur

© PULM

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org