Navigation – Plan du site

Tristesse et nostalgie d'une époque révolue
La chanson brésilienne Mágoa de boiadeiro

Tristesa e nostalgia d'un temps passat
La cançon brasilièira Mágoa de boiadeiro
Cristina Duarte Simões

Résumés

À la fin des années 60, au moment où le Brésil rural devient un pays majoritairement urbain, commencent à apparaître les représentations d'un mode de vie traditionnel qui disparaît peu à peu au détriment d'une culture citadine. Dans le vaste répertoire de la musique caipira brésilienne, la chanson Mágoa de boiadeiro peut être considérée comme emblématique de ce phénomène.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bien que le respecté Dicionário Houaiss da língua portuguesa (Rio de Janeiro, Objetiva, 2004, p. 56 (...)

1Une grande partie de la population brésilienne connaît très bien la chanson Mágoa de boiadeiro, en particulier ceux qui sont originaires ou qui vivent encore dans la vaste région de culture caipira. Si l'origine de ce mot caipira reste difficile à établir1, il est cependant employé « pour désigner toute personne d'origine rurale native et/ou habitant l'intérieur de l’État de São Paulo, ou une partie des régions Sud-Est et Centre-Ouest du pays » (Duarte-Simões 2012, 9).

  • 2 Fondé par les jésuites en 1554, le collège initial a donné son origine à la ville de São Paulo, cap (...)

2Cette vaste aire culturelle aux contours géographiques assez difficiles à déterminer, prend ses racines historiques dans le petit village qui fut São Paulo do Campo de Piratininga, au xvie siècle2, et comprend actuellement l'intérieur de l'état de São Paulo, la partie sud du Minas Gerais, le nord de l'état du Paraná, le Mato Grosso do Sul, le Goiás et la partie sud de l'état de Mato Grosso.

3L'émergence de cette culture caipira se trouve liée à l'exploit des bandeirantes, ces aventuriers originaires du village de São Paulo, qui, dès le xviie sont partis explorer l'intérieur de terres, bien au-delà de la ligne de partage du traité de Tordesillas. L'objectif de ces expéditions était de se procurer des richesses et de la main-d'œuvre indienne. Pour assurer leur survie pendant ces déplacements, les bandeirantes établissaient de petites plantations (maïs, haricot sec, manioc…) pour assurer leur ravitaillement au retour des expéditions. Parfois un membre ou deux du convoi restaient sur place pour surveiller les cultures, ainsi que les installations précaires qui avaient été bâties. Au fil du temps, un métissage s'engagea entre ces Blancs, les Indiens qui vivaient dans ces régions, et, plus tard, les noirs-Africains. Des familles commencèrent à se former et à s'installer sur des terres très éloignées des noyaux de peuplement déjà établis.

  • 3 Cette séparation fut obtenue par les habitants locaux qui se sentaient envahis par les emboabas ou (...)
  • 4 Le premier auteur brésilien à se pencher sur l'étude de cette culture fut Antônio Cândido de Mello (...)

4Cependant, si les repères géographiques de ce Brésil caipira restent assez flous, les raisons de cette imprécision sont à rechercher dans la formation historique de l'actuel état de São Paulo qui a englobé, pendant des siècles, d'autres espaces qui appartiennent actuellement aux états environnants ou qui constituent des états autonomes. À titre d'exemple, le Minas Gerais n'a été détaché de l'état paulista qu'en 1709, après la découverte des mines d'or et les conflits qui s'ensuivirent3 ; le Goiás et le Mato Grosso n'ont été autonomes qu'en 1748 ; et le Paraná, seulement en 1853. De cette façon, tous ces territoires ont partagé et partagent encore un même fonds culturel : la culture caipira4.

  • 5 Cet adjectif, formé à partir du mot portugais sertão, est employé ici dans son sens premier, celui (...)
  • 6 Pour ces trois premiers duos, l'allitération des noms permet de faire l'unité entre eux.
  • 7 Ici, c'est le signifié « argent » qui fonctionne comme élément fédérateur : Zé le riche et Millionn (...)
  • 8 Un prénom de connotation très rurale et la présence du mot estrada — autre élément du monde caipira (...)

5La chanson qui nous occupe ici, Mágoa de Boiadeiro, appartient justement au répertoire caipira, un genre musical brésilien bien défini et quelque peu méconnu hors du pays. Par son style, la chanson caipira ou sertaneja5 rappelle la country music des États-Unis (Béhague 1999, 136). Elle est interprétée par des duos vocaux (duplas caipiras), qui chantent en tierces ou en sixtes parallèles. Ces deux voix, qui peuvent chanter à l'unisson ou s'inverser, sont accompagnées de guitares, accordéons et violas. Cet instrument appelé viola caipira, est une guitare à dix cordes, originaire du Portugal, qui constitue le principal instrument d'accompagnement de ce genre musical. La plupart du temps, les duos sont masculins et les chanteurs cherchent toujours à s'attribuer des noms qui sonnent bien ensemble, c'est-à-dire, qui ont des éléments communs du point de vue phonétique ou de la signification. Par exemple : Tonico & Tinoco, Lourenço & Lourival, Vadico & Vidoco6 ; Zé Rico et Milionário7, Pedro Bento e Zé da Estrada8

  • 9 Dicionário Houaiss da língua portuguesa, Rio de Janeiro, Objetiva, 2004, p. 2525.

6Les textes musicaux caipiras chantent les principaux aspects de cette vaste région culturelle rurale et éloignée des grands centres urbains. Plutôt narratifs, ils racontent des faits réels ou fictifs, toujours avec une bonne dose de sentimentalisme puisque l'état d'âme des protagonistes y est toujours très présent. Ce genre musical a deux versants principaux :
- un premier qui serait celui de la culture caipira au présent, où sont racontés des faits relatifs à la population qui vit encore à l'intérieur des terres, s'occupant de l'agriculture ou du bétail ;
- et un deuxième versant où les chansons racontent la vie rurale au passé, une fois que les caipiras sont partis vivre dans les grandes villes de la région suite à l'introduction et à l'expansion du capitalisme industriel dont la ville de São Paulo constitue le centre (Durham 1984, 39). Ce versant de l'exode est toujours chanté avec une certaine idéalisation du temps passé, de la vie rurale d'antan, déjà bien révolue. Antônio Cândido de Mello E. Souza a appellé ce comportement d'adaptation saudosismo transfigurador (Mello E. Souza 2010, 225). Nous pouvons parler ici, donc, d'idéalisation par la nostalgie, rappelant que ce dernier mot traduit bien pauvrement le portugais saudade, qui définit bien plus précisément un sentimento mais ou menos melancólico de incompletude9.

  • 10 Le nouveau Petit Robert de la langue française, Paris, 2009, p. 574.

7Mágoa de Boiadeiro appartient plutôt à cette deuxième catégorie et pourrait être traduite par La Plainte du Cow-boy. Il faudrait néanmoins préciser que la traduction en français du mot brésilien boiadeiro ne va pas sans poser quelques problèmes. En effet, si la langue française dispose de quelques termes approximatifs tels « bouvier » ou « vacher », ces traductions nous semblent bien incomplètes car il leur manque l'aspect de grands espaces et de longs déplacements, phénomène typique des pays vastes comme les États-Unis ou le Brésil. Ainsi, à notre avis, la meilleure traduction nous semble être le mot anglais cow-boy, déjà répertorié, d'ailleurs, par le dictionnaire Robert10. Puisqu'il faudrait, donc, employer un mot étranger, nous préférons conserver le vocable brésilien boiadeiro, qui sera utilisé par la suite au long de ce travail.

8Dans le texte qui nous occupe, le boiadeiro est la figure centrale du récit et le narrateur de celui-ci. À la première personne, donc, il raconte sa peine et sa tristesse car il se trouve désormais sans travail à cause du progrès. En effet, le monde rural n'a plus besoin de son savoir-faire car à présent il y a des ponts, des routes goudronnées et, surtout, des remorques pour transporter le bétail d'un point à l'autre de la région. Avant, conduire un troupeau bovin des états lointains de Goiás ou Mato Grosso jusqu'à celui de São Paulo était une aventure périlleuse qui exigeait des connaissances bien solides de la part du boiadeiro : bien choisir les animaux qui allaient en tête du troupeau ; savoir faire traverser au bétail les fleuves et les rivières ; le maintenir ensemble, sans dispersion ; être capable de l'alimenter et le soigner. Conduire le bétail (boiada) à sa destination, sans pertes, était la fierté de tout boiadeiro et ainsi se mesurait sa valeur professionnelle auprès des propriétaires des troupeaux. À présent, cet homme ne trouve plus sa place dans un monde moderne où le progrès a contribué à l'extinction de son métier.

9Avec beaucoup de tristesse, le narrateur se souvient des divers éléments qui l'ont accompagné dans son passé idéalisé, des éléments qui faisaient partie de sa vie quotidienne et qui, à présent, n'ont plus aucune utilité : son cheval, sa selle, son lasso, ses éperons, son chapeau, sa malle pour le transport des provisions, qui était toujours portée par une mule… Et, pour finir, deux derniers éléments très importants qui l'accompagnaient en permanence : le berrante — genre de cor dont le son servait à maintenir le bétail réuni et en marche dans la même direction — et la guaiaca — ceinturon pour porter l'argent ou les objets de valeur —, toujours attaché au corps du boiadeiro.

10Après avoir évoqué les objets de son contexte rural, le narrateur se rappelle également les sentiments positifs de cette époque révolue : l'amitié des autres compagnons de voyage, la solidarité qu'il y avait entre eux, les bons moments passés ensemble lorsque le troupeau s'arrêtait pour la nuit. Les paroles de cette chanson sont poignantes :

Mágoa de Boiadeiro

Antigamente, nem em sonho existia
tantas pontes sobre os rios nem asfalto nas estradas.
A gente usava quatro ou cinco sinuelos
pra trazer os pantaneiros no rodeio da boiada.

Mas hoje em dia tudo é muito diferente,
com o progresso nossa gente nem sequer faz uma ideia.
Que entre outros fui peão de boiadeiro
por este chão brasileiro, os heróis da epopéia.

Tenho saudade de rever nas corrutelas
as mocinhas nas janelas, acenando uma flor.
Por tudo isso eu lamento e confesso que
a marcha do progresso é a minha grande dor.

Cada jamanta que eu vejo carregada,
transportando uma boiada me aperta o coração.
E quando olho minha tráia pendurada,
de tristeza dou risada prá não chorar de paixão.

O meu cavalo, relinchando pasto afora,
e por certo também chora na mais triste solidão.
Meu par de espora, meu chapéu de aba larga,
uma bruaca de carga, o berrante e o facão.

O velho basto, o cinete e o mateiro,
o meu laço e o cargueiro, o meu lenço e o gibão.
Ainda resta a guaiaca sem dinheiro
deste pobre boiadeiro que perdeu a profissão.

Não sou poeta, sou apenas um caipira
e o tema que me inspira é a fibra de peão.
Quase chorando, encolhido nesta mágoa,
rabisquei estas palavras e saiu esta canção.

Canção que fala da saudade das pousadas
que já fiz com a peonada junto ao fogo de um galpão.
Saudade louca de ouvir o som manhoso
de um berrante preguiçoso nos confins do meu sertão.
(som do berrante)

*

  • 11 La traduction proposée ici cherche à rester le plus près possible du sens de la chanson. Nous n'avo (...)

La plainte du boiadeiro11

  • 12 Race bovine typique de l'État de Mato Grosso et Mato Grosso do Sul, dont le nom est originaire de l (...)

Avant, même en rêve, on n'aurait jamais imaginé
Tous ces ponts sur les rivières, tout ce goudron sur les routes.
On prenait quatre ou cinq bœufs très calmes et on les faisait
Conduire les bêtes de la race pantaneira12, dans le tourbillon d'un troupeau.

Mais aujourd'hui tout a bien changé
Avec le progrès, et notre peuple ne se rend même pas compte.
Comme d'autres, j'ai été boiadeiro
De par les chemins brésiliens, j'ai été l'un des héros de l'épopée.

J'ai la nostalgie des petits villages
Les jeunes filles à la fenêtre, nous saluant avec une fleur.
Et voilà pourquoi je me plains et j'avoue
Que la marche du progrès est ma plus grande douleur.

Chaque remorque chargée que je vois passer
À transporter un troupeau, serre mon cœur.
Et lorsque je regarde tous mes objets personnels rangés,
Je ris de tristesse pour ne pas pleurer de désespoir.

Mon cheval, qui hennit dans la prairie,
Lui aussi, doit sûrement pleurer dans la solitude la plus triste.
Je regarde mes éperons, mon large chapeau,
Ma malle de provisions, mon cor et ma machette.

Ma selle usée, la cloche des animaux, mon petit sac pour le maté
Mon lasso, la bête de somme, mon foulard et mon gilet en cuir
Et je regarde aussi le ceinturon sans argent
De ce pauvre boiadeiro qui n'a plus de travail.

Je ne suis pas poète, je ne suis qu'un caipira
Et le thème qui m'inspire est la vie de boiadeiro.
Et c'est presque en pleurant, confiné à ma tristesse,
Que j'ai écrit ces quelques paroles et voici, donc, cette chanson.

C'est une chanson qui rappelle les étapes
Que je faisais avec mes compagnons, autour d'un feu, sous un préau.
Et quelle nostalgie ai-je de pouvoir entendre à nouveau
Le son plaintif d'un cor au fin fond de mon pays.
(son de cor)

  • 13 Par exemple, Nepomuceno (1999) ou encore Cravo (2003).

11Cette chanson fut composée par Nonô Basílio et Índio Vago, mais d'une façon générale les ouvrages de référence sur la question ne livrent aucun renseignement sur ces deux compositeurs ni sur l'année de sa composition13. Ce manque peut paraître étonnant car, comme nous l'avons déjà signalé, cette chanson est très populaire dans la région caipira. Mais il faut cependant rappeler qu'au Brésil l'interprète l'emporte souvent sur le compositeur de la chanson, qui reste, la plupart du temps, méconnu du grand public. Nous avons pu cependant trouver quelques rares éléments sur l'un des compositeurs et la chanson qui nous occupe ici :

  • 14 Voir lien suivant, p.2.

 Como compositor, Nonô Basílio é sem dúvida de fundamental importância para o nosso cancioneiro sertanejo ; e um grande momento de sua carreira foi certamente o lançamento e o sucesso de Mágoa de Boiadeiro, que ele compôs em parceria com Índio Vago.14

  • 15 Disque Sabiá/Copacabana.
  • 16 Disque Sabiá.
  • 17 Disque compact RCA Víctor. Avec ses bottes de cuir, son chapeau et son ceinturon, Sérgio Reis, né e (...)
  • 18 Couleurs, 90', sortie nationale le 6/7/1978. Sérgio Reis a enregistré en même temps un 33 tours ave (...)

12Par la suite, la chanson fut enregistrée en 1969 par le duo caipira Vadico & Vidoco15. Elle est cependant restée inaperçue jusqu'à un nouvel enregistrement par le duo Pedro Bento e Zé da Estrada en 197116, version qui a obtenu un grand succès qui s'est confirmé par la suite, de façon retentissante, avec l'enregistrement de Sérgio Reis, en 197517. Ce dernier était — et reste encore — très apprécié du public brésilien et, après le succès de la chanson, un film fut tourné en 1978 par le réalisateur Jeremias Moreira Filho, film dans lequel le même Sérgio Reis joue le rôle principal, celui du boiadeiro18.

  • 19 Disque Sou um Zé da Silva e Outros Tantos, Paulinas COMEP.

13Par la suite, la chanson a connu plusieurs autres enregistrements assez disparates, comme par exemple celui du Père Fábio de Melo, en 200619. Ce prêtre catholique qui chante et enregistre des CD, reprend des chansons traditionnelles brésiliennes et connaît, depuis plusieurs années, un grand succès auprès du public du pays.

  • 20 Au Brésil, les recensements de la population ont lieu tous les dix ans.
  • 21 En effet, d'après le recensement de 2010, seulement 16% de la population du pays reste encore rural (...)

14Nous pouvons nous interroger à présent sur le succès de Mágoa de boiadeiro. Pour cela, il faudrait comprendre que, jusque dans les années 1960, le Brésil était un pays rural et sa population vivait majoritairement à la campagne, comme l'a bien montré le recensement de cette année-là : 55 % de la population habitait les zones rurales, 45 % vivait dans les villes de plus de 5 000 habitants20 (Durham, 1984, 21). Mais le recensement suivant, celui de 1970, a montré que la situation s'était complètement inversée : la population rurale brésilienne correspondait désormais à 44 % et la population urbaine à 56 % (Durham, 1984, 21). Ce phénomène d'exode rural s'est maintenu les décennies suivantes pour aboutir à la situation actuelle où plus de 80 % de la population brésilienne vit dans les villes21.

15Or, une fois sorti de son contexte rural, le caipira perd ses repères traditionnels. Il ne retrouve plus l'équilibre socio-économique qu'il avait à la campagne. Même si sa vie passée était difficile, avec une agriculture vivrière fragile, il bénéficiait d'un réseau fiable de solidarité, élément qui se trouve à la base de la culture caipira traditionnelle. De plus, en milieu urbain, il subit la discrimination des habitants de la ville car il représente à leurs yeux une population archaïque, rustre et maladroite avec les mœurs citadines, ce que le metteur en scène paulista Amácio Mazzaropi (1912-1981) a très bien montré dans ses films, des comédies qui pendant presque trois décennies, ont connu un succès populaire jamais égalé au Brésil (Salem 1970, 3 sq).

16Ainsi, plongé désormais dans un contexte de précarité, de déséquilibre écologique, sociologique et même psychologique, le caipira commence à penser avec tristesse à sa vie rurale révolue, en exagérant en quelque sorte deux aspects qu'il ne trouve plus dans sa nouvelle vie : la solidarité et la considération. Ce phénomène de nostalgie transfiguratrice est bien palpable ici car la chanson fait allusion à un passé idéalisé qui s'oppose à un présent marqué par l'exclusion et la perte de dignité : le ceinturon du boiadeiro est vide et il a perdu à jamais son travail, seul élément qui donnait sens à sa vie. Il ne sert à plus rien dans une société en route vers un progrès qui a tout détruit sur son passage.

17De cette façon, à travers les chansons caipiras, dans leur versant rural ou citadin, on peut reconstituer tout le profil d'une époque et d'une région, ainsi que le sentiment collectif de toute une génération. Dans cette perspective, Mágoa de Boiadeiro est emblématique de la fin d'une période et au fil des divers enregistrements, elle est devenue l'une des chansons les plus populaires du répertoire caipira, au moment même où la profession de boiadeiro disparaissait et où le transport du bétail au moyen de camions remorques se banalisait. Cette chanson constitue, en quelque sorte, un élément de représentation permettant l'accomplissement de l'indispensable travail de deuil pour les populations concernées, d'où peut-être son immense succès. En effet,

Devant la reconnaissance de la disparition de l'objet externe, le sujet doit accomplir un certain travail, le travail de deuil. La libido doit se détacher des souvenirs et des espoirs qui la reliaient à l'objet disparu, après quoi le moi redevient libre (Chemama 1993, 64).

18Il est nécessaire de préciser que cet objet perdu à jamais peut être une personne aimée ou bien une abstraction qui lui est substituée, comme la patrie, la liberté, un idéal, etc. (Freud 2011, 45). Cet élément abstrait disparu est ici la vie et la profession de boiadeiro, qui constituaient l'identité même de ces hommes caipiras. Avec la perte de ces fondements de leur personnalité, les boiadeiros cherchent à garder leur intégrité psychique en idéalisant ce monde perdu et pour ne pas sombrer dans une mélancolie maladive, avec une inévitable autodépréciation morbide. Freud rappelle que « dans le deuil, le monde est devenu pauvre et vide ; dans la mélancolie, c'est le moi lui-même » (Freud 2011, 49).

19Par ailleurs, le Brésil des années 1950-1960 ne voulait pas donner de lui-même une image de pays rural, mais plutôt celle d'une nation moderne, d'où la dévalorisation du caipira et de son univers, auquel appartient la figure du boiadeiro.

20Or, force est de constater qu'il en va tout autrement depuis une bonne vingtaine d'années et un changement de poids se fait sentir peu à peu. Maintenant que la majorité de la population brésilienne est devenue urbaine, on va chercher la tradition rurale caipira pour, finalement, lui accorder ses lettres de noblesse. On va donc chanter le boiadeiro, l'inclure dans le registre épique en tant qu'héros de l'épopée de la conquête des terres de l'intérieur du pays, c'est-à-dire, de la marche vers l'Ouest.

21De plus en plus, on voit fleurir dans toute la région caipira les traditions des boiadeiros d'antan, remises à l'ordre du jour par les très nombreuses « Fêtes des boiadeiros », avec leurs rodéos et les incontournables concerts de chanson caipira avec les duos de chanteurs les plus appréciés. De toutes ces fêtes, la plus importante reste, sans aucun doute, celle de la ville de Barretos, située au nord de l'État de São Paulo, événement qui va jusqu'à réunir cinquante mille personnes. Dehors, devant l'entrée de ces stades gigantesques, des statues rendent encore hommage aux boiadeiros, dans ce même mouvement de retour aux sources.

22Cette chanson constitue, donc, un hommage poignant au boiadeiro et à tout son univers, au moment même où cette profession commençait à ne plus exister dans les régions concernées. C'est en cela qu'elle est emblématique d'une époque, celle où l'on commence à représenter une chose quand elle n'existe déjà plus.

23De nos jours, les boiadeiros sont devenus des bêtes à rodéo. Fiers, ils rentrent en scène et, au prix de leur vie, montent des bêtes dangereuses et sont applaudis par des citadins qui, coiffés de leurs chapeaux de cow-boy, se donnent l'illusion, pendant quelques jours, d'être les boiadeiros d'antan : des hommes libres et solidaires. Et il n'est pas rare que la chanson Mágoa de boiadeiro serve de fond musical à ce spectacle quelque peu singulier.

Haut de page

Bibliographie

Béhague Gérard, 1999, Musiques du Brésil — de la cantoria à la samba-reggae, Arles, Cité de la Musique/Actes Sud.

Chemama, Roland, 1993, Dictionnaire de la Psychanalyse, Paris, Larousse.

Cortesão, Jaime, 1955, A Fundação de São Paulo, capital geográfica do Brasil, Rio de Janeiro, Livros de Portugal.

Cravo, Albin Ricardo, 2003, O Livro de ouro da MPB — a história de nossa música popular de sua origem até hoje, Rio de Janeiro, Ediouro.

Duarte-Simões, Teresa Cristina, 2012, Présentation, « Le Brésil caipira. Une culture, ses représentations », Caravelle n° 99, 9-13, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Durham, Eunice R., 1984, A Caminho da cidade, São Paulo, Editora Perspectiva.

Freud, Sigmund, 2011, Deuil et Mélancolie, Paris, Petite Bibliothèque Payot.

Mello e Souza, Antônio Cândido de, 2010, Os Parceiros do rio Bonito. Estudo sobre o caipira paulista e a transformação de seus meios de vida, Rio de Janeiro, Ouro sobre azul, 11e édition.

Nepomuceno, Rosa, 1999, Música caipira da roça ao rodeio, São Paulo, Editora 34.

Salem, Armando, 1970, « O Brasil é o meu público. De Jeca a Djeca, um sucesso de 25 anos, com os cinemas sempre lotados », Veja, 28/1/1970.

Haut de page

Notes

1 Bien que le respecté Dicionário Houaiss da língua portuguesa (Rio de Janeiro, Objetiva, 2004, p. 563-64) lui donne la signification d' « habitant de la brousse », l'écrivain Cornélio Pires — qui s'est beaucoup intéressé à cette aire culturelle — exprime son hésitation quant à l'étymologie du vocable : Por mais que rebusque o « étimo » de « caipira », nada tenho deduzido com firmeza (Conversas au pé-do-fogo, Itu, Ottoni Editora, 2002, p. 106).

2 Fondé par les jésuites en 1554, le collège initial a donné son origine à la ville de São Paulo, capitale de l'état de même nom. Pour les débuts historiques du village, voir Cortesão (1955, 197 sq).

3 Cette séparation fut obtenue par les habitants locaux qui se sentaient envahis par les emboabas ou étrangers, lorsque commença la ruée vers l'or. Ce conflit prit le nom de Guerre des Emboabas, il dura deux ans — de 1707 à 1709 — et c'est à l'issue de cette guerre que les mineiros ont obtenu leur autonomie.

4 Le premier auteur brésilien à se pencher sur l'étude de cette culture fut Antônio Cândido de Mello E. Souza, avec son ouvrage de référence sur le sujet : Os Parceiros do rio Bonito. Estudo sobre o caipira paulista e a transformação de seus meios de vida (Mello E Souza 2010).

5 Cet adjectif, formé à partir du mot portugais sertão, est employé ici dans son sens premier, celui d'intérieur des terres et non dans son sens plus connu en France de terre aride du Nordeste brésilien.

6 Pour ces trois premiers duos, l'allitération des noms permet de faire l'unité entre eux.

7 Ici, c'est le signifié « argent » qui fonctionne comme élément fédérateur : Zé le riche et Millionnaire.

8 Un prénom de connotation très rurale et la présence du mot estrada — autre élément du monde caipira — font la liaison de ce duo qui a été l'un des plus connus au Brésil.

9 Dicionário Houaiss da língua portuguesa, Rio de Janeiro, Objetiva, 2004, p. 2525.

10 Le nouveau Petit Robert de la langue française, Paris, 2009, p. 574.

11 La traduction proposée ici cherche à rester le plus près possible du sens de la chanson. Nous n'avons donc pas cherché à reconstituer les rimes ni le rythme du texte original.

12 Race bovine typique de l'État de Mato Grosso et Mato Grosso do Sul, dont le nom est originaire de la vaste région marécageuse qui se trouve dans ces états, le Pantanal.

13 Par exemple, Nepomuceno (1999) ou encore Cravo (2003).

14 Voir lien suivant, p.2.

15 Disque Sabiá/Copacabana.

16 Disque Sabiá.

17 Disque compact RCA Víctor. Avec ses bottes de cuir, son chapeau et son ceinturon, Sérgio Reis, né en 1940, est devenu l'un des chanteurs les plus populaires du Brésil, la plupart de ses disques se trouvant épuisés. Rosa Nepomuceno (Nepomuceno 1999, 362), rappelle que dans tous ses concerts, à un moment donné, le chanteur émet le son très attendu du berrante (cor) : aquele som meio triste, vibrante, longo, emociona o público. (Nepomuceno 1999, 364).

18 Couleurs, 90', sortie nationale le 6/7/1978. Sérgio Reis a enregistré en même temps un 33 tours avec la bande originale du film (disque RCA Víctor, 1978).

19 Disque Sou um Zé da Silva e Outros Tantos, Paulinas COMEP.

20 Au Brésil, les recensements de la population ont lieu tous les dix ans.

21 En effet, d'après le recensement de 2010, seulement 16% de la population du pays reste encore rurale. Dans l'État de São Paulo les chiffres sont encore plus impressionnants car la population rurale représente seulement 4% des habitants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cristina Duarte Simões, « Tristesse et nostalgie d'une époque révolue
La chanson brésilienne Mágoa de boiadeiro
 », Lengas [En ligne], 74 | 2013, mis en ligne le 10 décembre 2013, consulté le 29 juillet 2017. URL : http://lengas.revues.org/337  ; DOI : 10.4000/lengas.337

Haut de page

Auteur

Cristina Duarte Simões

Université Paul-Valéry Montpellier 3, LLACS

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org