Navigation – Plan du site
Marge linguistique, pouvoir, statuts et polémiques

De la langue du terroir à une langue au pouvoir : officialisation de la langue amazighe (berbère) au Maroc

Aïcha Bouhjar
p. 29-40

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous remercions Albertine Tshibilondi Ngoyi, professeur d’universités (docteur en philosophie, spéc (...)

1Co-officielle avec l’arabe dans la nouvelle Constitution du Maroc du 1er juillet 2011, l’amazighe1 attend que soient définies, dans le cadre d’une loi organique, ses modalités d’intégration dans le domaine public. Autrement dit, des questions relatives aux fonctions, aux domaines et à la stratégie d’intégration de la langue amazighe sont à l’ordre du jour de l’agenda parlementaire du nouveau gouvernement issu des élections législatives anticipées du 25 novembre 2011. Le pays est à présent officiellement bilingue : les grandes lignes d’une politique linguistique, à l’image de l’identité plurielle du citoyen marocain, sont explicitement tracées et des textes d’application sont attendus. Un « Conseil national des langues et de la culture marocaine », nouvellement institué et annoncé dans la Constitution, sera chargé de la mise en œuvre de la politique linguistique du pays, notamment dans le système d’éducation et de formation.

2Ce passage du monolinguisme au bilinguisme officiel s’est fait en quatre temps :

  • processus d’arabisation,

  • ouverture sur la langue amazighe,

  • patrimonialisation de la langue et de la culture amazighes,

  • constitutionnalisation de l’amazighe.

3Tel sera le cheminement que nous suivrons pour rendre compte du processus d’aménagement linguistique de l’amazighe au Maroc. L’approche diachronique permet en effet :

  • d’inscrire le changement opéré dans l’histoire socioculturelle du pays en distinguant les diverses étapes qui ont ponctué la politique linguistique de l’indépendance à nos jours ;

  • d’estimer les réalisations d’une décennie d’aménagement linguistique de l’amazighe.

Processus d’arabisation de 1956 à 1990

4Avant d’exposer la politique linguistique entamée dès l’indépendance du pays en 1956 (Boukous, 2008), il y a lieu d’avoir à l’esprit que plusieurs variétés linguistiques coexistaient au Maroc longtemps avant le protectorat ; il s’agit des variétés de l’amazighe (ou berbère : langue autochtone la plus ancienne du pays) et de l’arabe standard et de ses variantes géolectales.

5Au-delà de ces variétés linguistiques nationales, l’usage des langues étrangères était un fait dans l’enseignement. En effet, déjà avant le protectorat, sont relevées les données suivantes :

  • en 1885, une école franco-arabe était signalée à Tanger,

  • en 1908, il existait déjà trois écoles françaises, treize écoles espagnoles, quatre écoles anglaises,

  • en 1908, 4 136 élèves recevaient une instruction en français, 907 en espagnol et 223 en anglais (Benzakour et Gaadi, 2000).

6Durant le protectorat, le Maroc est soumis, à une forte politique de francisation puisque le français investit le système d’enseignement et les secteurs administratifs et économiques (Boukous, 1995).

7Dès lors, à l’indépendance, quatre grands principes vont être appliqués en 1957 dans l’enseignement :

  • l’unification de l’enseignement,

  • la marocanisation des cadres,

  • la généralisation de l’enseignement,

  • l’arabisation de l’enseignement.

8Dans le cadre de l’arabisation, deux orientations stratégiques sont définies :

9la restitution à l’arabe de son statut de langue nationale officielle,

10la substitution progressive de l’arabe au français dans les divers cycles d’enseignement et l’enseignement des diverses disciplines.

11Sachant que l’arabisation des matières scientifiques a débuté en 1980, la première promotion des bacheliers totalement arabisés date de 1990. Dans l’enseignement supérieur, les matières scientifiques sont dispensées en français.

  • 2 En 1967, l’Association marocaine de recherche et d’échange culturel (AMREC), première association c (...)
  • 3 Voir L. Bougchiche (1997), Langues et littératures berbères des origines à nos jours. Bibliographie (...)

12On constate donc que la politique linguistique éducative qui se confond avec la politique linguistique du pays, a oscillé, depuis l’indépendance, entre un bilinguisme de fait (arabe-français) et un monolinguisme officiellement déclaré au profit de l’arabe. Présent sous forme de dialectes, l’amazighe, minoré et relégué au domaine de l’informel, n’a cessé, depuis l’indépendance de faire l’objet de revendications essentiellement par l’action militante du tissu associatif œuvrant pour la reconnaissance, la préservation et la promotion de la langue et de la culture amazighes2. Ce mouvement est soutenu par les travaux, durant les années soixante-dix, de chercheurs linguistes amazighisants issus du Maghreb3 qui :

  • montrent l’unité profonde de la langue amazighe au-delà des variétés géolectales contribuant ainsi à la prise de conscience d’une même communauté linguistique disséminée sur plusieurs états,

  • décrivent la situation de précarisation dans lequel l’amazighe se trouve ; surtout en milieu citadin où l’on note souvent, chez les jeunes, un bilinguisme transitionnel au profit de l’arabe dialectal (Boukous, 1981 et 1995),

  • encouragent, au début des années quatre-vingt-dix, la mise en œuvre d’actions concertées, notamment dans le domaine de la néologie (Inalco, 1993, 1996, 1998).

Ouverture sur la langue amazighe

13Une première réponse aux demandes formulées par la société civile marocaine est donnée dans le discours royal du 20 août 1994 qui appelle à l’introduction de la langue amazighe dans l’enseignement. Mais c’est d’abord dans les médias audiovisuels qu’une percée de la langue amazighe est enregistrée par la diffusion, sur la chaîne nationale, d’un bulletin d’information de dix minutes dans les trois variantes de l’amazighe au Maroc (dialectes du nord, du centre et du sud).

  • 4 Levier formulé comme suit : « Levier 9 : Perfectionner l’enseignement et l’utilisation de la langue (...)

14Le relais est pris, dans l’enseignement, par la Commission spéciale éducation formation (COSEF) du ministère de l’Éducation nationale (MEN, 1999) qui, dans le cadre de la réforme de l’enseignement, élabore, en octobre 1999, la Charte nationale d’éducation et de formation (CNEF). Ce document intègre, parmi les 19 leviers qui sont autant de propositions du changement, le levier 9 (§ 115 et § 1164) relatif à l’introduction, dans l’enseignement, de la langue amazighe en tant que langue d’accueil et de transition vers l’apprentissage de la langue officielle. Dans l’article 117 du levier 9, de ce même document, sont recommandées l’élaboration d’un plan et la mise en place d’une stratégie nationale qui soient des facteurs d’harmonisation et qui garantissent les conditions d’optimisation de l’enseignement et de l’apprentissage des langues.

15Cette action devait — toujours selon le même référent — s’articuler autour de :

  • la revalorisation des langues nationales,

  • la maîtrise des langues étrangères grâce à « une politique de maintien et de perfectionnement [...] expression de la notion d’ouverture et comme soutien linguistique aux futurs étudiants du supérieur »,

  • la diversification des langues d’enseignement et des technologies (levier 9, art.114),

  • l’enseignement des unités et des modules scientifiques les plus spécialisés, au cycle du baccalauréat, dans la même langue que celle utilisée dans les branches et sections correspondantes au niveau de l’enseignement supérieur, vers lesquelles devraient s’orienter les élèves.

16Les grandes lignes d’une politique linguistique éducative y sont donc explicitement exposées. Il faudra cependant attendre le Discours de Ajdir (Khénifra) du 17 octobre 2001 pour que le processus de légitimation de la langue amazighe soit engagé puisqu’il institue, par un dahir (décret royal), la création et l’organisation de l’Institut royal de la culture amazighe, concrétisant par là l’annonce de sa fondation par le Roi Mohammed VI lors du Discours du Trône du 30 juillet 2001.

Patrimonialisation et aménagement de la langue amazighe (2001-2011)

17Au début de ce siècle, le Maroc entre dans une phase de démocratisation qui a eu pour conséquence la création d’institutions destinées à œuvrer pour la réalisation d’un certain nombre de réformes. Les actions entreprises ont surtout été centrées sur le développement humain (dans ses dimensions économique, sociale et culturelle) fondé sur les principes de bonne gouvernance.

18Ces orientations générales et stratégiques ont été, sans nul doute, impulsées par les conventions ou déclarations internationales ratifiées par le pays.

19Il en est ainsi du statut de la langue amazighe qui a changé depuis le Discours royal d’Ajdir du 17 octobre 2001 dans lequel est institué l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM). Jusqu’alors absente de la scène publique, la langue amazighe fait désormais partie du « patrimoine culturel national » et devient une « affaire nationale » puisqu’elle concerne tous les citoyens, soit plus de trente millions de personnes ; l’identité culturelle du citoyen marocain est ainsi redéfinie dans la pluralité de ses affluents. Ce processus de patrimonialisation de la langue et de la culture amazighes comprend des actions spécifiquement liées à l’aménagement du statut et du corpus de la langue. De sorte que, conformément aux missions assignées à l’IRCAM, des travaux sur la langue ont été initiés à partir de cette date afin de permettre à la langue de remplir les nouvelles fonctions qui lui sont à présent assignées. L’aménagement des structures linguistiques (graphie, orthographe, lexique et grammaire) devant mener, à plus ou moins long terme, à l’élaboration d’une langue standard, commune à tous les citoyens, est énoncé dans le Dahir (décret royal) afin de permettre son insertion dans le domaine public ; prioritairement dans l’enseignement et les médias.

20Ainsi, dans l’enseignement, le Livre Blanc (2002) qui spécifie les modalités d’intégration de la langue amazighe dans le système d’éducation et de formation, à l’instar des autres langues, et présente la progression pédagogique des deux premières années du Primaire et celle du Préscolaire, est rapidement dépassé. En effet, dans le cadre de la Convention-Cadre liant le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse (MENJ) et l’IRCAM du 26 juin 2003, des notes ministérielles comprenant les programmes de l’ensemble du cycle du Primaire ont été promulguées, notamment la note 116 du 26 septembre 2008 dont l’objet est « l’organisation de la généralisation de l’enseignement de la langue amazighe ».

21L’intégration de la langue amazighe se concrétise dès lors très rapidement dans l’enseignement (dans 317 écoles en septembre 2003 dans le primaire et ouverture de la première filière Licence fondamentale « Études amazighes » en 2006 dans le supérieur) alors que dans les médias, il faudra attendre le 1er mars 2010 pour assister au lancement officiel des premières émissions de la chaîne nationale amazighe (TV8), soit, près de six années après la signature de la convention-cadre entre le ministère de la communication et l’IRCAM (2004).

22Cependant, il nous faut souligner que ces décisions d’ordre politique, qui ont trait à l’aménagement du statut de la langue, ne restent pas moins tributaires de questions plus « techniques » liées à l’aménagement du corpus de la langue. En effet, l’introduction de la langue amazighe, en tant que langue enseignée, et non plus en tant que langue de transition facilitatrice de l’apprentissage de la langue arabe, a grandement été conditionnée par la production des premiers manuels scolaires élaborés, à partir des dialectes, dans un code écrit commun et partagé par tous les apprenants (v. pour de plus amples détails Ameur et al., 2004).

23En effet, la stratégie adoptée par l’IRCAM, en matière d’aménagement linguistique, inspirée de l’expérience corse (Marcellesi, 2003), consiste en une gestion matérielle de la variation géolectale, ce qui engendre un amazighe enrichi de l’apport des différents dialectes régionaux. Concrètement, il s’agit de neutraliser ou de contenir la variation dialectale lorsque c’est possible et préférable pour une communication élargie (sur le plan phonique essentiellement). Par contre, la variation est intégrée lorsqu’elle est source d’enrichissement de la langue : la variation lexicale ou morphosyntaxique, actualisée dans la langue par des termes ou structures concurrent(e)s, est notamment prise en charge par le biais de la synonymie. Les lacunes terminologiques font quant à elles l’objet d’une création néologique commune à l’ensemble des variantes nationales ; la néologie reste cependant l’ultime recours après que toutes les ressources de la langue aient été épuisées. Autrement dit, la stratégie polynomique permet de préserver aux différentes variétés leur vitalité et, par là même, d’obtenir l’adhésion des locuteurs et de garantir la cohésion sociale. Mais cette approche n’exclut pas une visée standardisante sur le long terme à dessein d’atténuer les variations de surface et d’outiller la langue en enrichissant son lexique. Ainsi, au fonds commun sous-jacent aux différentes variétés, vient s’ajouter un pan terminologique que les différents géolectes auront en partage. Une norme standard nationale s’impose donc pour des raisons d’intercompréhension évidentes, mais également par souci didactico-pédagogique comme c’est le cas pour toutes les langues (Ameur et Boumalk, 2004 ; Boukous, 2007 ; Agnaou, 2009).

24On peut considérer, à présent, que la norme orthographique est stabilisée, que les grandes lignes de la norme morphosyntaxique sont tracées et que l’enrichissement lexical reste la préoccupation permanente du Centre de l’aménagement linguistique (CAL) de l’IRCAM, en témoigne le cumul terminologique élaboré depuis la création de l’institution (terminologie scolaire et éducative, terminologie grammaticale, terminologie audiovisuelle, terminologie administrative

25Malgré les avancées enregistrées durant une décennie d’intenses activités et de réalisations, il faut néanmoins relever qu’aucun texte législatif ne définissait ni le statut, ni la fonction de la langue amazighe ce qui constituait un frein à une gouvernance efficace et efficiente du dossier relatif à l’intégration de la langue amazighe dans la sphère publique en général. L’IRCAM, en tant qu’institution consultative avait bien formulé, en 2005, un avis en faveur de sa constitutionnalisation, mais il faudra attendre le 1er juillet 2011 pour que l’appel de la société civile, depuis l’indépendance du pays, trouve un écho auprès des instances dirigeantes.

Constitutionnalisation de la langue amazighe (1er juillet 2011)

26Si le processus de patrimonialisation de la langue amazighe a permis de susciter, depuis une décennie, un débat national sur la place et la fonction des langues en général et de la langue amazighe en particulier, la majorité des rapports élaborés dans le cadre de la réforme de l’enseignement appellent à l’élaboration d’une politique linguistique cohérente et assumée à partir de textes juridiques permettant d’en garantir la mise en œuvre effective (voir notamment les différents rapports établis par le Conseil supérieur de l’enseignement (CSE 2008, 2009).

27Le processus normatif revendiqué par la société civile depuis l’indépendance du pays, permettant la préservation, la promotion et l’utilisation de la langue amazighe est, comme nous l’avons vu plus haut, la constitutionnalisation de la langue amazighe. Celle-ci arrivera quelques mois plus tard, dans un contexte international qui voit surgir une vague de contestations et de revendications dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA).

  • 5 Constitution 2011 — Préambule : « Son unité forgée par la convergence de ses composantes arabo-isla (...)

28En effet, le 9 mars 2011, en réponse aux manifestations organisées le 20 février, à l’instar de celles qu’ont connu d’autres pays de la région et que l’on a depuis nommé le « Printemps arabe », le processus de démocratisation du pays, engagé il y a près d’une décennie, connaît une accélération dans la mesure où un discours royal annonce la création d’une commission chargée d’élaborer, pour le mois de juin 2011, un projet d’une nouvelle constitution. Cette dernière, exposée le 17 juin 2011 et adoptée par référendum le 1er juillet 2011, consacre, dans un Préambule, qui spécifie les orientations générales du pays, l’identité nationale dans sa « diversité » et l’unité dans la richesse de ses affluents5. Plus spécifiquement, l’article 5 (en annexe) trace les grandes lignes d’une politique linguistique refondée sur le pluralisme linguistique et l’ouverture caractérisée par :

  • la protection et la promotion de deux langues nationales officielles, l’arabe et l’amazighe,

  • la préservation du hassani,

  • la protection des parlers pratiqués au Maroc et

  • l’apprentissage et la maîtrise des langues étrangères internationales.

29À la lecture de cet article, on note que :

  • l’arabe et l’amazighe sont envisagées en tant que « langue » et non dans leurs variantes dialectales respectives,

  • la consolidation du statut de la langue arabe est renforcée, sur le plan linguistique par l’usage de l’article défini et du verbe « demeurer ». Cette formulation est comme une réponse au citoyen qui craindrait de voir la position de la langue arabe affaiblie ou menacée par la coexistence de plusieurs langues dans le pays,

  • l’indéfini pour la langue amazighe qui agit, selon nous, également comme une réponse au citoyen qui se poserait la question de la place et de la fonction de cette « autre langue » du pays dont tout un chacun reconnaissait l’existence de facto, mais qui n’avait pas de visibilité sur le plan juridique. La clarification de la position de l’amazighe, désormais officielle, en tant que patrimoine commun à tous les Marocains sans exception lève toute ambiguïté qui aurait pu subsister : l’amazighe est une langue appartenant à tous les citoyens ; chacun devrait donc devoir et pouvoir se l’approprier. Pour ce faire, une loi organique devra définir un programme d’intégration progressive (prioritairement à l’école et dans certains domaines de la vie publique) et un Conseil national des langues et de la culture marocaine aura, comme son nom l’indique, pour mission de veiller à la protection et au développement des deux langues officielles et des parlers nationaux.

  • 6 AMREC, Déclaration (بيان) du 31 décembre 2011.

30L’actuelle législature (issu des élections du 25 novembre 2011) s’est engagée, dans son programme gouvernemental exposé le jeudi 19 janvier 2012, à mettre en œuvre les dispositions de la nouvelle Constitution dont notamment celle qui a trait à la nouvelle politique linguistique du pays. La loi organique relative aux modalités d’intégration de la langue amazighe est donc attendue. Dans cette dynamique du changement linguistique en cours, des voix de la société civile6 se font entendre pour proposer des mesures prioritaires à prendre afin que les conditions d’une intégration réussie de l’amazighe soient réunies.

Conclusion

31En un peu plus d’un demi siècle, le Maroc est passé, d’un état officiellement monolingue au profit de l’arabe à un état officiellement bilingue arabe-amazighe. Cette nouvelle situation linguistique du pays est le fruit de revendications initiées dès l’indépendance et d’importantes réformes entamées, au début de ce nouveau millénaire, dans le cadre du processus de démocratisation. La reconnaissance de la diversité linguistique et culturelle du pays est l’une des dimensions de ce processus : l’amazighe, comme nous l’avons vu précédemment, y occupe une place centrale. Des textes normatifs devant spécifier les modalités de son intégration dans la vie publique sont désormais attendus. Reste que cette nouvelle politique linguistique institutionnelle devrait, pour assurer la transmission et la maîtrise des langues, être appuyée par une nouvelle politique linguistique familiale où l’arabe et l’amazighe seraient pris en compte simultanément durant la prime enfance afin de garantir un bilinguisme précoce et équilibré aux générations futures ; bilinguisme fondé sur la valorisation et la promotion de la richesse linguistique du pays.

Haut de page

Bibliographie

Agnaou Fatima, 2009a, « Curricula et manuels scolaires : pour quel aménagement linguistique de l’amazighe marocain ? », in Asinag 3, Rabat, Publications de l’IRCAM, p. 109-126.

Agnaou Fatima, 2009b, « Vers une didactique de l’amazighe », in Asinag 2, Rabat, Publications de l’IRCAM, p. 21-30.

Ameur Meftaha et Boumalk Abdallah (coord.), 2004, Standardisation de l’amazighe. Rabat, Publications de l’IRCAM.

Benzakour Fouzia et Gaadi Driss, 2000, Le Français au Maroc, Lexique et Contacts de langues, Éditions Duculot, Bruxelles.

Boukous Ahmed, 1981, « Le langage enfantin. Approche sociolinguistique », Langues et littératures (Revue de la Faculté des lettres de Rabat), p. 7-40.

Boukous Ahmed, 1995, Société, langues et cultures au Maroc, Rabat, Publications de la Faculté des lettres.

Boukous Ahmed, 2007, « L’enseignement de l’amazighe (berbère) au Maroc : aspects sociolinguistiques », Revue de l’université de Moncton, numéro hors série, p. 81-89.

Boukous Ahmed, 2008, « Le champ langagier : Diversité et stratification » in Asinag 1, Rabat, Publications de l’IRCAM, p. 15-37.

Commission spéciale d’éducation et de formation (COSEF), 2000, La Charte Nationale d’Education et de Formation, Royaume du Maroc, Janvier 2000, Rabat.

Conseil supérieur de l’enseignement (CSE), 2008, État et Perspectives du Système d’Education et de Formation, 4 Volumes et Synthèse, INESEF, Rabat, Publications du CSE.

Conseil supérieur de l’enseignement (CSE), 2009a, Rapports diagnostics des Ateliers sur la maîtrise des langues et document de synthèse du CSE, Rabat (document inédit).

Conseil supérieur de l’enseignement (CSE), 2009b, Actes du Colloque international « Enseignement et apprentissage des langues : état des lieux et perspectives », 20 et 21 octobre 2009, Rabat (document inédit).

Dahir no 1-01-299 du 29 Rajab al Khair 1422, portant création de l’Institut Royal de la Culture Amazighe, 17 octobre 2001.

Inalco, 1993, Actes de la Table ronde internationale « Phonologie et notation usuelle dans le domaine berbère – Inalco, avril 1993 », Études et documents berbères, 11, 1994 et 12, 1995.

Inalco, 1997, « Propositions pour la notation usuelle à base latine du berbère » (Atelier du 24-25 juin 1996, Inalco/Crb ; synthèse des travaux par S. Chaker), Études et documents berbères, 14, 1997, p. 239-253.

Inalco, 1998, Aménagement linguistique de la langue berbère. Normalisation et perspectives, Paris, Inalco, 5 au 9 octobre 1998, Paris, (publication provisoire réalisée par Tamazgha, Paris, février 2000).

Manifeste pour la reconnaissance officielle de l’amazighité du Maroc (2000) in www.mondeberbere.com/societe/manifeste.htm.

Marcellesi Jean-Baptiste, 2003, Sociolinguistique : épistémologie, langues régionales, polynomie. Textes réunis par Thierry Bulot et Philippe Blanchet, L’Harmattan.

Ministère de l’éducation et de la jeunesse, 2002, Le Livre Blanc, Rabat.

Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la recherche scientifique, Direction des curricula, (MEN), 2005, Plan Décennal des Langues. Scénarii d’intégration et stratégie d’amélioration, Commission du Plan décennal des langues, document non publié.

Haut de page

Annexe

Annexe : Constitution soumise au référendum du 1er juillet 2011 (telle que publiée dans le Bulletin officiel du 17 juin 2011 — extrait)

Article 5

L’arabe demeure la langue officielle de l’État.

L’État œuvre à la protection et au développement de la langue arabe, ainsi qu’à la promotion de son utilisation.

De même, l’amazighe constitue une langue officielle de l’État, en tant que patrimoine commun à tous les Marocains sans exception.

Une loi organique définit le processus de mise en œuvre du caractère officiel de cette langue, ainsi que les modalités de son intégration dans l’enseignement et aux domaines prioritaires de la vie publique, et ce afin de lui permettre de remplir à terme sa fonction de langue officielle.

L’État œuvre à la préservation du Hassani, en tant que partie intégrante de l’identité culturelle marocaine unie, ainsi qu’à la protection des expressions culturelles et des parlers pratiqués au Maroc.

De même, il veille à la cohérence de la politique linguistique et culturelle nationale et à l’apprentissage et la maîtrise des langues étrangères les plus utilisées dans le monde, en tant qu’outils de communication, d’intégration et d’interaction avec la société du savoir, et d’ouverture sur les différentes cultures et sur les civilisations contemporaines.

Il est créé un Conseil national des langues et de la culture marocaine, chargé notamment de la protection et du développement des langues arabe et amazighe et des diverses expressions culturelles marocaines, qui constituent un patrimoine authentique et une source d’inspiration contemporaine. Il regroupe l’ensemble des institutions concernées par ces domaines. Une loi organique en détermine les attributions, la composition et les modalités de fonctionnement.

Haut de page

Notes

1 Nous remercions Albertine Tshibilondi Ngoyi, professeur d’universités (docteur en philosophie, spécialiste en philosophie du langage et sémiotique et docteur en sciences sociales), directrice du Centre d’études africaines et de recherches interculturelles (CEAF&RI) à Bruxelles, de nous avoir fait part de ses remarques.
Afin de contribuer à l’implantation du terme d’origine endogène « amazighe » et, par là, à la substitution progressive du terme exogène « berbère », nous utiliserons, en français, le terme « amazighe » proposé par Boukous (1995) forgé à partir de « tamazighte », mot attesté et en usage par les locuteurs pour désigner la langue en question.

2 En 1967, l’Association marocaine de recherche et d’échange culturel (AMREC), première association culturelle amazighe, qui voit le jour à Rabat est co-signataire, avec cinq autres associations, de la Charte d’Agadir relative aux droits linguistiques et culturels datant du 05/08/1991 (consultable à partir de : www.unesco.org/culture/fr/indigenous/Dvd/pj/IMAZIGHEN/AMAZC4_3.pdf).

3 Voir L. Bougchiche (1997), Langues et littératures berbères des origines à nos jours. Bibliographie internationale systématique, Paris, Ibiss Press.

4 Levier formulé comme suit : « Levier 9 : Perfectionner l’enseignement et l’utilisation de la langue arabe, maîtriser les langues étrangères et s’ouvrir sur le Tamazight
[...]
Ouverture sur le Tamazight
115. Les autorités pédagogiques régionales pourront, dans le cadre de la proportion curriculaire laissée à leur initiative, choisir l’utilisation de la langue Amazigh ou tout dialecte local dans le but de faciliter l’apprentissage de la langue officielle au préscolaire et au premier cycle de l’école primaire.
Les autorités nationales d’éducation-formation mettront progressivement et autant que faire se peut, à la disposition des régions l’appui nécessaire en éducateurs, enseignants et supports didactiques.
116. Il sera créé, auprès de certaines universités à partir de la rentrée universitaire 2000-2001, des structures de recherche et de développement linguistique et culturel Amazigh, ainsi que de formation des formateurs et de développement des programmes et curricula scolaires. » (extrait de la Charte nationale d’éducation et de formation, octobre 1999).

5 Constitution 2011 — Préambule : « Son unité forgée par la convergence de ses composantes arabo-islamique, amazighe et saharohassanie, s’est nourrie et enrichie de ses affluents africain, andalou, hébraïque et méditerranéen. »

6 AMREC, Déclaration (بيان) du 31 décembre 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aïcha Bouhjar, « De la langue du terroir à une langue au pouvoir : officialisation de la langue amazighe (berbère) au Maroc », Lengas, 71 | 2012, 29-40.

Référence électronique

Aïcha Bouhjar, « De la langue du terroir à une langue au pouvoir : officialisation de la langue amazighe (berbère) au Maroc », Lengas [En ligne], 71 | 2012, mis en ligne le 07 avril 2014, consulté le 27 mai 2017. URL : http://lengas.revues.org/343  ; DOI : 10.4000/lengas.343

Haut de page

Auteur

Aïcha Bouhjar

Institut royal de la culture amazighe (Maroc)

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org