Navigation – Plan du site
Marge linguistique, pouvoir, statuts et polémiques

Langue corse ou l’histoire ambivalente

Romain Colonna
p. 41-50

Texte intégral

Introduction

  • 1 Réseau d’excellence des territoires insulaires initié par l’université de Corse en 2010. Pour plus (...)

1Dans le cadre d’un campus d’hiver du programme interinsulaire RETI1, il m’a été demandé de présenter aux différentes délégations universitaires concernées un panorama des problématiques liées à la langue corse à travers une sorte d’histoire sociale de la langue insulaire. Aussi, plutôt qu’une énumération linéaire des principaux faits marquants de l’histoire du corse, il m’a semblé davantage opportun d’articuler cette présentation autour des notions du paradoxe et de l’ambivalence. Approche a priori plus dynamique et opérante pour comprendre l’évolution diachronique d’une langue dominée en contexte diglossique. Nous aurions tort de lire le récit diglossique, en Corse du moins, comme une simple fonctionnalisation des usages langagiers, plus ou moins complémentaire ou conflictuelle selon les époques. De même, le passage du dialecte à la langue ne saurait être réduit au seul changement revendicatif ou à la simple volonté populaire.

2En effet, l’histoire sociale de la langue, jusque dans sa version contemporaine, peut être appréhendée à travers un tout paradoxal, dont les principales manifestations sont la résultante d’une situation plurilingue qui engage dans une tension permanente une langue en situation de domination et une langue en situation de subordination.

3C’est dans ce contexte que je tenterai d’éclairer la problématique historique et contemporaine du corse et partant de là, d’envisager le paradoxe comme l’un des traits constitutifs de la minoration linguistique.

Une vitalité linguistique équivoque

4Je débuterai cette réflexion par un bref rappel historique à travers la frise suivante :

  • 2 Pascal Ottavi cite dans son étude sur le bilinguisme scolaire en Corse, le Rapport Duruy datant de (...)

5Nous pouvons grosso modo circonscrire deux périodes qui s’articulent autour de la date charnière des années 1970. La première correspond à la phase où le corse ne peut émerger comme langue car c’est un « dialecte trop bien portant » pour reprendre l’expression d’Alain Di Meglio (2003 : 509). En effet, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, le corse est parlé par l’écrasante majorité des insulaires, et très souvent de manière exclusive avec une pratique que l’on pourrait qualifier de monolingue dans bien des contextes. Parallèlement, l’idiome insulaire, conformément à la politique de la France républicaine, est exclu de toute la sphère publique. On ne constate point durant toute cette longue période ni de prise de conscience collective ni de revendication populaire à son égard. « C’est l’état de crise qui provoque l’attention » puisque « la familiarité quotidienne oblitère [...] les raisons de l’attachement » comme le rappellent Jean-Pierre Babelon et André Chastel (1994 : 88) au sujet du patrimoine. Et c’est bien là le premier paradoxe majeur que l’on rencontre dans cette histoire sociale du corse : le paradoxe du dialecte trop bien portant. En d’autres termes, c’est la trop bonne vitalité de l’idiome qui l’empêche d’émerger comme langue2. Effectivement, pourquoi enseigner une langue qui pourtant est très largement parlée ? Pourquoi revendiquer un statut à son égard alors qu’elle est socialement circulante ? Pourquoi réclamer son introduction dans la sphère publique alors que l’organisation sociale et politique de la Corse durant toute cette époque ne repose guère sur une distinction entre sphère privée et publique mais davantage sur une société agro-pastorale, société sans État pourrait-on dire ?

  • 3 Pour plus de détails quant à ces avancées, on se référera entre autres à Arrighi (2002) et Ottavi ( (...)
  • 4 Certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré.

6Il faut donc attendre le changement profond au niveau des pratiques, la rupture de la transmission intergénérationnelle de l’après-guerre et l’obsolescence linguistique des années 1970 pour que s’affirme collectivement un désir de langue et que le passage du dialecte à la langue soit revendiqué. Depuis lors et jusqu’à aujourd’hui, ce qui est devenu dans la représentation collective « la langue corse » n’a cessé de pénétrer l’espace public à travers notamment l’école, les médias ou la littérature écrite, domaines desquels elle était totalement, ou en grande partie, exclue. Sans mentionner avec exhaustivité les différentes étapes de ce parcours3, nous pouvons constater au cours de ces quarante dernières années, en matière d’élaboration linguistique notamment, des avancées parfois spectaculaires. Ainsi, ce qui n’était encore qu’un dialecte, parfois mal dégagé de la figure tutélaire de l’italien, allait se doter de tout un appareillage normatif, didactique, pédagogique et littéraire. On signalera simplement la création en 1991 d’un CAPES4 monovalent de langue et culture corses qui illustre ce mouvement d’institutionnalisation.

7Cependant, ces avancées, aussi remarquables soient-elles, se confrontent rapidement à une autre réalité : la baisse continue des locuteurs réguliers de corse et notamment auprès des plus jeunes générations (Colonna, 2011a ; Ottavi, 2012). Pour étayer ce fait, une brève observation dans les cours d’école des principales villes (et villages) de l’île suffit a priori. Le corse comme pratique routinière et collective, vecteur réel de communication, est dans un état d’obsolescence parfois très avancé notamment chez les plus jeunes individus. Nous nous confrontons ici au second grand paradoxe de l’histoire du corse, rattaché quant à lui à l’histoire contemporaine de la langue : plus le corse investit le domaine public et ceux de l’élaboration linguistique, plus il recule dans le domaine privé. Ce fait doit aussitôt nous interpeller sur la manière dont le corse pénètre la sphère publique : de manière sectorielle, parcellaire et tâtonnante ; quand une politique linguistique, pour espérer être efficace, doit être au contraire globale (Blanchet, 2002).

8Pour autant, malgré cette précarisation linguistique, on peut relever un potentiel linguistique (Ottavi, 2012) que l’on qualifiera de « latent » ou « à disposition » et qu’une politique généralisée et ambitieuse de la langue, permettrait d’activer dans une certaine mesure, du moins peut-on le supposer.

9Ces progrès dans la sphère publique et ce recul dans la sphère familiale sont à la fois à l’origine et la conséquence d’un système de représentations ambivalentes, second volet de notre histoire paradoxale du corse.

Des représentations ambivalentes

10Si nous nous sommes davantage intéressé dans un premier temps à ce qui a trait aux pratiques, il convient à présent d’aborder le volet des représentations et montrer que de nouveau, l’articulation majeure se fait autour d’un ensemble paradoxal. Il s’agit dans le cas insulaire actuel d’un système de représentations à la fois ambivalentes et solidaires, qualifié aussi de dualité stéréotypique ou de stéréotypage ambivalent (Boyer, 2007). Son fonctionnement s’inscrit dans un complexus représentationnel où circulent des jugements épi- et méta- linguistiques qui interviennent sur la langue et sur les pratiques linguistiques.

11On retrouve principalement deux catégories différentes de représentations qui chacune agisse de manière ambivalente sur l’espace langagier. D’une part, on est confronté à des représentations qui vont dans le sens d’une normalisation de la langue à travers une extension sociale du corse et son institutionnalisation. Ce type de représentations, toujours positives à l’égard d’une politique de la langue ambitieuse, ont aussi comme fonction pour certains individus, de venir compenser la carence des pratiques de la langue comme vecteur réel de communication. Paradoxalement, cet effet compensatoire est susceptible de prolonger l’incapacité de certains acteurs sociaux, scientifiques et politiques à mobiliser de manière pérenne la langue qu’ils définissent pourtant comme le principal trait constitutif de l’identité insulaire. On l’illustrera de manière quelque peu caricaturale à travers le type d’énoncé suivant : « Je suis pour l’enseignement obligatoire du corse », sous-entendu « comme ça je décharge sur l’école et l’institutionnalisation du corse mon incapacité à participer au processus de transmission ». Néanmoins, la forte demande de la part du corps social et politique depuis près de quarante ans, sans discontinuité, a permis et permet des avancées institutionnelles non négligeables. Nous l’avons déjà évoqué avec l’entrée du corse à l’école, dans les médias ou dans le champ politique local.

12D’autre part, de manière étroitement liée à ce premier registre de représentations, on relèvera celles davantage liées à ce que l’on a pour habitude de nommer en contexte diglossique : « la langue du cœur », opposée à « la langue du pain ». Cette activité représentationnelle tend à (dé)montrer la puissance du lien affectif qui unit la langue à sa communauté et la puissance de la langue elle-même en se nourrissant de stéréotypes positifs liés à la langue des aïeux, de l’authenticité et de l’intimité. La conséquence paradoxale de ces représentations davantage liées aux langues en danger, est une forme de réification des pratiques à travers un phénomène de ritualisation de l’usage, voire de fétichisation et d’idéalisation (Boyer, 2002). Ce « spectacle » diglossique est d’autant plus apprécié qu’il offre lui aussi une certaine visibilité publique à la langue avec des institutions parfois ravies de participer à ce qui leur semble être un processus de sauvegarde de la langue menacée. Mais ce mouvement est susceptible de s’apparenter finalement à une réactualisation moderne du spectacle diglossique (Colonna, 2011a). À cette ambivalence des représentations vient s’en ajouter une autre, celle concernant précisément les politiques de la langue.

L’ambiguïté institutionnelle

  • 5 Pour plus de détails au sujet des politiques concernant les langues dites « minoritaires », on cons (...)
  • 6 Désormais C.T.C.

13L’ambiguïté institutionnelle peut se décliner selon deux niveaux au moins : externe et interne, d’une part entre les différents échelons politiques et au sein même de ces échelons d’autre part. En effet, on observe aujourd’hui principalement trois échelles de politique linguistique : régionale, nationale et européenne. Force est de constater qu’elles n’ont pas la même vision et la même politique à l’égard du corse ou plus généralement à l’égard des langues dites « minoritaires ». Sans entrer dans le détail de ces politiques5, on peut suggérer que l’échelon régional (à travers la Collectivité territoriale de Corse6) est le plus enclin au développement linguistique local à travers notamment des motions votées en faveur de l’officialisation du corse ou de son enseignement obligatoire depuis près de trente ans. Celles-ci n’ont pas de force réglementaire et s’inscrivent davantage dans un rapport de force politique et symbolique à l’adresse de Paris. Parallèlement, dans le cadre de ses prérogatives en termes de politique culturelle et linguistique, la C.T.C. met en place depuis des années des politiques tâtonnantes ou très insuffisantes eu égard à l’ampleur de la tâche. Cette contradiction majeure n’a pas cessé depuis la loi portant statut particulier de la région de Corse en 1982. Par exemple, depuis 2004, la C.T.C. semble avoir pris en compte davantage qu’elle ne l’avait fait jusqu’à présent, la nécessité d’une politique de la langue. Aussi a-t-elle voté en 2007, à l’unanimité, un Plan de développement de la langue (C.T.C., 2007) qui peut s’apparenter aux prémices d’une normalisation du corse. Et pourtant de 2007 à 2010, date à laquelle la majorité politique de la Région a changé, aucune mesure du Plan, ou si peu, n’a été mise en place.

14Du côté de l’État, on rencontre une forte opposition à ce type de motion portant sur le caractère officiel ou obligatoire du corse, tout en concédant ici ou là quelques avancées publiques en faveur de la langue insulaire, comme au sein de l’institution scolaire ou médiatique par exemple. D’aucuns considèreront la critique adressée à l’État comme déplacée en alléguant que c’est bien l’État le principal acteur du développement public de la langue. On est donc confrontés à une opposition entre une volonté politique régionale qui s’exprime sans discontinuité depuis trente ans et l’invariance du refus républicain, le tout s’inscrivant dans un jeu de contradictions locales et nationales parfois difficilement saisissables pour l’observateur non averti.

15Quant à l’échelon européen, qui lui non plus n’a pas de force réglementaire et normative en la matière, il prône sans cesse le plurilinguisme et le respect des langues, mais le plus souvent à travers un plurilinguisme de façade ou consensuel sans réelles dynamiques politiques ou langagières ou sans réelles forces obligataires sur les États-membres. L’Union européenne n’a pas de politique claire et ambitieuse à l’égard des langues dites « minoritaires ». L’article 22 de la Charte des Droits Fondamentaux de l’Union européenne (2000) stipule que « L’Union respecte la diversité culturelle, religieuse et linguistique ». Nous pourrions presque résumer la politique de l’Union européenne envers les langues dites « minoritaires » à travers cette notion de « respect » avec tout ce qu’elle implique mais aussi ce qu’elle n’implique pas et à travers un soutien régulier à la Charte des langues régionales et minoritaires du Conseil de l’Europe (1992). Ce dernier texte est pourtant rempli de nombreuses incertitudes. Si la France décidait dans les prochaines années de ratifier le texte dans la version proposée par le gouvernement de Lionel Jospin en 1999 (Leclerc, 2012), les modalités retenues seraient en deçà de ce qui se fait actuellement pour le corse (Colonna, 2011b).

16Cette ambiguïté systématique à l’égard des langues dites « minoritaires » et du corse en particulier, n’est pas sans conséquence. D’une part, il est aisé de constater une forme d’isolement institutionnel. Par exemple à travers les politiques sectorielles qui sont menées pour le corse où la majeure partie des efforts est concentrée depuis plus de trente ans sur l’école, champ ô combien important mais pas exclusif pour autant. D’autre part, dans ce contexte d’absence générale de politique de normalisation, on peut constater du côté du politique une forme de captation patrimoniale avec une dérive vers un patrimoine réifié, une langue parfois muséifiée uniquement à conserver sans qu’il y ait une véritable réflexion sur l’acte de transmission. Conception patrimoniale à laquelle on doit opposer une dynamique de développement d’un patrimoine non pas à conserver et éventuellement à transmettre mais à accroître.

Conclusion

17Pour dépasser cet ensemble de paradoxes que l’on constate tant au niveau des pratiques que des représentations ou des institutionnalisations de la langue, il est nécessaire d’engager le corse sur la voie de la normalisation, ce qui suppose une politique ambitieuse de la langue. Concluons cette réflexion sur les problématiques et les paradoxes liés à la question de la langue corse, en évoquant les évolutions politiques en cours. La nouvelle majorité de la C.T.C. semble « décomplexée » face à la question linguistique et surtout face à la question statutaire. Elle envisage à plus ou moins court terme de se prononcer en faveur de l’officialité du corse et de négocier un nouveau statut avec le pouvoir central même si celui-ci risque fort d’y opposer une réticence républicaine. Nonobstant ce fait, il apparaît utile à ce stade de la réflexion de distinguer ce qui relève de l’officialité comme acte juridique qui donne définitivement naissance à une langue par sa reconnaissance statutaire et l’officialisation comme processus qui accompagne — précède et succède  — l’officialité à travers l’ensemble des mesures qui vont permettre l’extension sociale de la langue. Car, il ne faudrait pas entrer dans une nouvelle ère sociale et politique pour le corse, où l’on aurait une langue certes officielle mais non officialisée avec une pratique collective toujours en déclin. Ce qui ne manquerait pas d’être perçu comme un nouveau paradoxe, et non des moindres.

Haut de page

Bibliographie

Arrighi Jean-Marie, 2002, Histoire de la langue corse, Éditions J.-P. Gisserot.

Babelon Jean-Pierre et Chastel André, 1994, La notion de patrimoine, Paris, Liana Levi, [1980].

Blanchet Philippe, 2002, « La politisation des langues régionales en France », in Hérodote, no 105, Langues et territoires : une question géopolitique, La Découverte, 2002/2, p. 85-101.

Boyer Henri, 2002, « La « mort » des langues : une question (toujours) d’actualité », in Lengas, no 51, Montpellier, université Paul-Valéry, Publications Montpellier 3, p. 159-168.

Boyer Henri, 2007, « Le stéréotypage ambivalent comme indicateur de conflit diglossique », in Boyer Henri (dir.), Stéréotypage, stéréotypes : fonctionnements ordinaires et mises en scène, tome 4, Langue(s), discours, Paris, L’harmattan, p. 39-47.

Collectivité territoriale de Corse, 2007, Plan stratégique d’aménagement et de développement linguistiques pour la langue corse 2007-2013, Rapport du président du Conseil exécutif de Corse, voté le 26 juillet 2007. Suivi en annexe de : Lingua corsa, un fiatu novu, Comité scientifique du Cunsigliu di a lingua è di a cultura corsa.

Colonna Romain, 2011a, Transformations diglossiques. L’exemple corse, Thèse soutenue le 10 novembre 2011 à Corti à l’université de Corse sous la direction du professeur Jacques Thiers, U.M.R. C.N.R.S. 6240 LISA, Université de Corse.

Colonna Romain, 2011b, « Les langues minoritaires au sein de l’Union européenne : quelle politique pour quel avenir ? », in Herreras José Carlos (dir.), L’Europe des 27 et ses langues, Collection Europe(s), Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, p. 99-116.

Conseil De l’Europe, 1992, Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, Série des traités européens, no 148, Strasbourg, 5. XI. 1992.

Deprez Christine, Filhon Alexandra et Heran François, 2002, « La dynamique des langues en France au fil du xxe siècle », in Population et Société, Bulletin mensuel d’information de l’Institut national d’études démographiques, no 376, février, p. 1-4.

Di Meglio Alain, 2003, « L’avènement de l’enseignement du corse », in Fusina Jacques (dir.), Histoire de l’école en Corse, Aiacciu, Albiana, Bibliothèque de la Corse, p. 507-546.

Fazi André, 2012, « Le statut juridique de la langue corse », communication à la table ronde A lingua corsa è l’ufficialisazione, organisée par le P.N.C. Ghjuventù, Corti, 09 février 2012.

Leclerc Jacques, 2012, « La politique des langues régionales et minoritaires », Aménagement linguistique dans le monde, Québec, T.L.F.Q, Université Laval, 15 mai 2010, (consulté le 20/07/12).

Ottavi Pascal, 2008, Le bilinguisme dans l’école de la République : le cas de la Corse, Aiacciu, Albiana.

Ottavi Pascal, 2012, « “U corsu” à l’école et dans la rue : entre visibilité, promotion et reflux », in Langage et société (à paraître).

Union Européenne, 2000, « Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne » (2000/C 364/01), Journal officiel des Communautés européennes, 18. 12. 2000. C 364/1.

Haut de page

Notes

1 Réseau d’excellence des territoires insulaires initié par l’université de Corse en 2010. Pour plus d’informations, on consultera l’adresse suivante : www.univ-corse.fr/international-reseau-d’excellence-des-territoires-insulaires-r.e.t.i-presentation-reti-presentation-reti_2764.html
(en vigueur en septembre 2012).

2 Pascal Ottavi cite dans son étude sur le bilinguisme scolaire en Corse, le Rapport Duruy datant de 1864 : on y apprend que 90 % de la population insulaire ne parlait pas français à cette époque (Ottavi, 2008 : 11). De même, André Fazi rappelle non sans faire sourire qu’« en 1874, on vit le conseil général demander à ce que les officiers de gendarmerie soient Corses, au prétexte qu’ils connaissaient « la langue du pays », et le préfet annoncer qu’il soutiendra cette demande auprès du gouvernement » (Fazi, 2012). Ajoutons qu’en matière de transmission du corse comme langue habituelle aux enfants de cinq ans, on estime qu’en 1914 le taux était de 85 % (Deprez, Filhon et Héran, 2002 : 4).

3 Pour plus de détails quant à ces avancées, on se référera entre autres à Arrighi (2002) et Ottavi (2008).

4 Certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré.

5 Pour plus de détails au sujet des politiques concernant les langues dites « minoritaires », on consultera Colonna (2012a).

6 Désormais C.T.C.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/345/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Colonna, « Langue corse ou l’histoire ambivalente », Lengas, 71 | 2012, 41-50.

Référence électronique

Romain Colonna, « Langue corse ou l’histoire ambivalente », Lengas [En ligne], 71 | 2012, mis en ligne le 08 avril 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://lengas.revues.org/345  ; DOI : 10.4000/lengas.345

Haut de page

Auteur

Romain Colonna

U.M.R. C.N.R.S. 6240 LISA — université de Corse Pasquale Paoli.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org