Navigation – Plan du site
Marge linguistique, pouvoir, statuts et polémiques

Unité et (ou) diversité de la (des) langue(s) d’oc : histoire et actualité d’une divergence

Sylvie Sagnes
p. 51-78

Texte intégral

  • 1 Je voudrais ici remercier pour leurs conseils de lecture Marie-Jeanne Verny, Dominique Baudreu, Jea (...)
  • 2 Images mentales, représentations de l’identité : le Museon Arlaten, enquête collective conduite sou (...)

1Il convient tout d’abord d’avouer le sentiment d’illégitimité qui peut être celui d’un chercheur dont la spécialité n’est pas la sociolinguistique, qui plus est non-occitanophone, à aborder la question de l’unité et (ou) de la diversité de la (des) langue(s) d’oc1. Pourquoi donc s’en saisir néanmoins ? C’est en réalité lui, le sujet, qui s’est emparé de moi, s’imposant à ma curiosité sur le terrain arlésien, où j’ai été amenée à enquêter sur la place du Museon Arlaten dans la vie et l’identité des Arlésiens aujourd’hui2. Au départ, à savoir en 2004, il ne s’est signalé à mon attention que par quelques dépliants ou affiches, celles du Collectif Provence. Je ne savais alors trop comment situer, par rapport à la nébuleuse de la Maintenance, l’association qui se faisait ainsi connaître et qui, comme j’ai pu le découvrir par la suite, joue un rôle central dans la conduite actuelle du débat. Progressivement, le Collectif a pris une place accrue dans les rencontres et les entretiens avec les Arlésiens : il ne s’agissait plus alors simplement d’évoquer une association parmi toutes celles qui formaient mon terrain, mais face à nombre d’informateurs, de faire avec un engagement partisan, soit avec, soit contre le Collectif, la sympathie pour ce dernier impliquant un « pour la Provence » et un « contre l’Occitanie ». Non content de me surprendre, ce rapport antagoniste à deux termes pouvant pourtant passer pour synonymes s’avérait parfois si marqué qu’il m’incitait à corriger mes manières d’être et notamment à taire mes origines audoises. Lors de l’un des premiers entretiens conduits en Arles, l’information avait suscité un « Ah ! » étonné et dépité. Le ton était donné et la suite de la discussion avait fini d’esquisser les contours du problème, notamment la diatribe contre le Comité des fêtes d’Arles qui, l’année précédente, avait eu le mauvais goût d’inviter les Fabulous Troubadors à chanter dans les arènes. Depuis cette alerte, en réponse à la question de ma provenance, l’évocation de mon appartenance institutionnelle s’est prudemment substituée à celle de mon implantation familiale. Néanmoins, cette dissimulation prudente était loin de suffire à me rendre « neutre ». Fondé sur une relation interpersonnelle, l’entretien est un exercice d’où le malentendu n’est jamais exclu et celui surgi à l’écoute d’une Arlésienne soucieuse de prôner une approche ouverte de la tradition costumière m’a de fait confrontée au caractère tout à fait relatif de ma neutralité. « Mais l’emprise, vous savez, l’emprise ? ! » se scandalisait l’informatrice devant mon micro. Recroquevillant ses doigts et faisant sonner ses ongles sur la table, elle imitait le réflexe de rétention — « Ça c’est à nous, ça c’est à nous, et puis ce n’est pas aux autres ! C’est à nous ! » — avant d’affirmer : « Ça, je ne le supporte pas ! » À haute voix, avec une pointe d’enthousiasme sans doute trop marquée, je déduisis de cette protestation que mon informatrice, qui n’avait pas encore abordé le sujet, tenait à distance le provençalisme prôné par le Collectif. La méprise, signifiée par de brèves objections, s’était alors soldée par un entretien brusquement écourté et un congédiement poli que ne laissait pourtant pas présager l’ampleur des confidences livrées. Ainsi la polémique portée par le Collectif non seulement s’est-elle imposée à l’enquête, mais aussi l’a-t-elle perturbée, parce qu’implicitement, était mise en cause ma légitimité à m’intéresser à une culture dont je ne suis pas issue, une culture provençale au regard de laquelle je pouvais même être soupçonnée, en vertu de mes origines languedociennes, d’être la moins bien placée pour en entreprendre l’étude. Dérangeante, la polémique l’a aussi été dans la mesure où elle a mis à mal ma capacité à maîtriser la répugnance que m’inspirent les modalités qu’emprunte la défense de cette culture, à savoir l’opposition à une autre.

  • 3 Séminaire mensuel Production culturelle du patrimoine et du territoire en Languedoc-Roussillon, M.S (...)

2L’utilité heuristique des aléas de l’enquête, aussi dérangeants soient ceux-ci, engage à faire contre mauvaise fortune bon cœur. Producteurs de sens, les mauvaises surprises et les ratés de l’ethnographie ont le mérite de soulever de nouvelles questions, telle celle posée ici. Il en va de même des obstacles opposés à la restitution de la recherche. Certes, dès lors que la divergence n’est plus cantonnée à la micro-échelle de la relation interpersonnelle ethnologue-informateur et se voit déportée sur la scène publique, le désagrément prend une autre dimension et tend à faire oublier le bénéfice méthodologique à retirer du réflexe opportuniste consistant à faire feu de tout bois, ethnographiquement s’entend. L’on fera ici l’économie de la chronique des levées de boucliers que provoquent systématiquement, dans l’aire élargie de l’Arlésie, les interventions des collègues, historiens, sociolinguistes, ethnologues, dès lors que, non issus du cercle du Collectif, ils se mêlent de traiter de la Provence. Plus ou moins directement confrontée à ce problème, je l’ai été singulièrement à l’heure de présenter, pour la première fois, les résultats de cette recherche3. Chat échaudé craint l’eau froide. Ressortissant à cette expérience quelque peu traumatique de retour, les préventions qui ont été les miennes à publier l’analyse et les réflexions inspirées de mes tribulations à l’orée du Collectif en ont ajourné la reprise proposée ici. Celle-ci, de fait, s’appuie sur des matériaux qui, depuis 2009, auraient mérité actualisation. Symptomatique du malaise qui peut saisir l’ethnologue en terrain miné, la rédaction, en différé, de cet article relève du même ordre de contrainte que l’arsenal de précautions et de ménagements auquel je me sens obligée ici de soumettre mon écriture. Quoi qu’il en soit du bien-fondé ou de l’inanité de mes tergiversations et dispositions à la prudence, celles-ci constituent, avec les interférences venues compliquer l’enquête et son rendu, une invite supplémentaire à comprendre la crispation dont elles procèdent, à savoir une défense de la Provence, de sa culture et de sa langue, contre sa meilleure ennemie, l’Occitanie.

Une querelle séculaire

3Or cette crispation n’est ni isolée, ni nouvelle. Elle rappelle des phénomènes du même type, observables en Gascogne, en Auvergne ou au nord de l’Italie, et elle s’inscrit par ailleurs dans une certaine durée que les historiens déploieraient bien mieux que je ne suis en mesure de le faire ici.

4Si l’on s’en tient à la Provence, l’histoire remonte au début du siècle dernier, soit un demi-siècle après la naissance du Félibrige. Deux instituteurs, Prosper Estieu et Antonin Perbosc mettent alors au point un système graphique de transcription de la langue, différent de celui élaboré par Joseph Roumanille et adopté par Mistral et le Félibrige. Le dessein des deux instituteurs est de restaurer l’unité de la langue d’oc, de minimiser les différences dialectales conséquences de sept siècles de décadence et de rendre à l’occitan la dignité d’une langue moderne. C’est en 1904 que Perbosc fait paraître, dans la revue Mont-Segur, le programme de cette tentative de restauration, programme reproduit par Estieu dans sa préface à Flors d’Occitania en 1906. La nouvelle orthographe, voulue rationnelle, s’élabore à partir des textes des troubadours et trouve dans l’histoire sa justification principale :

Il faut revenir à la langue, ou, pour mieux dire, il faut forger la langue nouvelle, la langue occitane vivante de notre temps, par la fusion de tous les éléments utilisables conservés dans les parlers populaires. Cette œuvre, nous ne pensons pas qu’elle puisse être ni qu’elle doive être l’œuvre d’un homme, cet homme fût-il Le Dante ou Mistral ; elle peut et doit être l’œuvre commune de tous les écrivains occitans. Nous n’avons pas la prétention d’avoir résolu la question ; nous avons posé et mis en application des principes qui nous semblent bons : voilà tout. Ces principes consistent :

  1. à adopter la graphie classique des trobadors, en la simplifiant ;

  2. à remonter aux vraies sources occitanes, en n’employant, cependant, les vocables anciens, que dans le cas où ils ont été maintenus par l’un ou par l’autre des parlers actuels, ou dans le cas où les bons vocables font défaut ;

  3. à bannir tous les mots français qui ont pris la place de mots occitans disparus dans tel terroir, mais conservés dans un autre ;

  4. à créer des mots nouveaux, en les tirant autant que possible des parlers populaires et subsidiairement des langues qui sont, dans le passé ou dans le présent, sœurs de la nôtre.

Enfin, la pensée qui doit diriger tous les efforts dans l’application de ces principes, c’est qu’il faut œuvrer avec les parlers populaires et qu’il faut œuvrer avec l’âme du peuple ; c’est que l’écrivain occitan doit partir du peuple de maintenant pour retrouver, à travers les siècles et les terroirs, la langue des générations passées, renouer la chaîne qui lie les vivants aux morts. On peut dire qu’avec les parlers actuels, tels qu’ils sont, en prenant tantôt dans un terroir, tantôt dans un autre, les formes pures qui s’y sont conservées, il est possible d’écrire une langue qui, faite de mots vivants, sera ni plus ni moins la langue des trobadors telle ou peu s’en faut qu’elle serait si elle s’était maintenue comme langue littéraire. Voilà justement ce qu’il faut faire. (Estieu 1906, xiii)

5Louis Alibert, disciple du philologue catalan Pompeu Fabra, parachèvera en 1935, cette œuvre de normalisation que fera sienne, après la Seconde guerre mondiale, l’I.E.O. (Institut d’études occitanes).

6Du côté du Félibrige, la réaction ne se fait pas attendre. On reproche à cette nouvelle graphie son caractère compliqué et savant, artificiel et inauthentique, son archaïsme, son éloignement de la langue parlée, dans sa simplicité, son actualité, la réalité de sa diversité. Pourtant, au temps de son élaboration, la graphie mistralienne a procédé plus ou moins des mêmes principes. Roumanille visait aussi l’unification de la langue et a fondé ses choix orthographiques sur une certaine tradition écrite, celle des écrivains classiques et du dictionnaire d’Honnorat. Quelques années plus tard, le succès de Mirèio impose son autorité linguistique. L’œuvre a force de loi, une loi que finissent de fixer les pages du Tresor dóu Felibrige (1879). Surtout, la graphie mistralienne contourne la question de la diversité géographique, imposant de manière partiale un parler de référence : il est celui des poètes arlésiens et avignonnais, majoritaires dans le mouvement félibréen. De fait, la graphie mistralienne a en son temps, comme le système Perbosc-Estieu, suscité critiques et résistances, accusée d’être une langue artificielle, nulle part parlée et imposée au détriment des autres. Mais au début du xxe siècle, au moment où Perbosc et Estieu amorcent leur révolution orthographique, ce provençal félibréen a un avantage sur l’occitan, celui d’être défendu par un Félibrige déjà vieux d’un demi-siècle. Ainsi, tout à la fois « l’institution, l’histoire et la tradition » (Pasquini 1994, 161) contribuent-elles à faire oublier la part d’invention et à garantir l’illusion. En d’autres termes, le provençal mistralien passe déjà pour le « vrai provençal » au regard duquel les « patois » et autres dialectes ne sont que d’inopportunes déformations.

7L’initiative Estieu-Perbosc n’en paraît que plus violente, remettant en cause « la suprématie dialectale du provençal » (Abrate 2001, 23) et avec elle, le « provincialisme félibréen » et son corollaire, « la littérature de clocher » (Ibid., 21). L’on ne peut ici dérouler la chronologie détaillée des épisodes divers et variés du feuilleton de la discorde. L’on se contentera d’une lecture en diagonale de l’histoire et d’identifier les pommes de discorde.

8La querelle graphique n’est en effet qu’une facette de l’antagonisme qui prend forme. Elle va également de pair avec d’âpres controverses sur le nom : occitan/provençal. Le terme « occitan », dès lors qu’il vient concurrencer le terme « provençal » pour désigner de manière générique l’ensemble des parlers d’oc, fait l’objet d’attaques en règles. Le terme a tout pour déplaire, selon les Provençaux. Nullement utilisé par les troubadours, il est forgé par ceux par qui le malheur est arrivé, les Français, officiers royaux et clercs de l’Inquisition. En outre, il ne désigne pas un parler mais un territoire, correspondant étroitement à l’ancienne province de Languedoc. Louis Bayle, entre autres hérauts de la cause provençale, n’a pas de mots assez forts pour dénoncer ce qu’il estime une « supercherie » (Bayle 1975, iii), un « barbarisme formé au mépris des lois les plus élémentaires de la phonétique des langues d’oc » (Bayle 1975, 21). « Il n’y a jamais eu d’occitan, écrit-il en 1975 dans son Procès de l’occitanisme. Il y a une langue d’oc, diverse, dès son origine, [...], selon les lieux où elle est parlée ; et aujourd’hui, considérant, d’une province à l’autre, les différents degrés de son évolution, sans doute serait-il plus juste de parler de langues d’oc, tous nos dialectes ayant, peu ou prou, grâce à nos écrivains, accédé à la dignité littéraire » (Bayle 1975, 21-22).

9Cette guerre terminologique en recouvre une autre, celle pour l’hégémonie des uns sur les autres et sur l’ensemble du domaine des langues d’oc. Le Félibrige a longtemps, du fait même de l’absence de concurrent, exercé cette domination et imposé, avec sa langue, sa conception de la renaissance régionale. Mais, après-guerre, et plus encore après 1968 et jusqu’à l’arrivée de la gauche au pouvoir, la montée en puissance de l’occitanisme signifie plus qu’une simple concurrence. Alors que les occitanistes parviennent à donner une consistance littéraire, scientifique et politique à leur mouvement, le Félibrige et les groupements connexes réussissent difficilement à atteindre de pareils résultats. Cette mollesse relative accule les provençalistes dans une attitude bien plus défensive qu’offensive. Ils entrent en résistance contre « l’entreprise de sape et de démantèlement systématique (du) bastion provençal », « la constante et méthodique agression conduite contre la langue, l’esprit, la personnalité d’une Provence qui, par son refus de se soumettre et d’adhérer au bloc en formation, demeure le principal obstacle que rencontre, sur la voie de son succès, l’idéologie occitane » (Bayle 1975, iv). Lieu de toutes les subversions (nationalisme, séparatisme, jacobinisme, racisme), l’occitanisme est présenté en dernier ressort comme contre-nature :

S’il y avait une sorte d’esprit national, comme c’est le cas en Catalogne espagnole, peut-être pourrait-on espérer (ou craindre) voir les populations méridionales accepter l’idée d’une langue commune et faire pour cela spontanément l’abandon de leurs dialectes respectifs. Mais il n’en est rien. L’individualisme est un des traits dominants du caractère méridional. La diversité est dans les esprits comme elle est dans les dialectes, ceux-ci étant le reflet de ceux-là. Que ce soit un bien ou un mal, peu importe : tels sont les faits, et tout ce qui, dans ces conditions, tend à unifier, et donc à niveler, va à l’encontre des tendances naturelles des gens et des terres d’oc. (Bayle 1975, 24)

  • 4 Aubanel paraît en graphie alibertine une semaine avant le centenaire du Félibrige.

10Et les « agressions », à savoir les faits et gestes concrets, sinon sciemment dirigés contre les provençalistes, du moins identifiés, ressentis et stigmatisés comme tels par les intéressés, ne manquent pas, à commencer par « l’infiltration » de praticiens de la graphie alibertine dans le saint des saints, le Félibrige. Au chapitre des crimes de lèse-majesté, l’on peut aussi ranger les tentatives de transcription, dans la graphie occitane, des textes félibréens4, la parution d’ouvrages comme celui de Robert Lafont en 1954, Mistral ou l’illusion, qui aborde avec une distance critique l’œuvre et l’héritage du Maître.

  • 5 La C.A.C.E.O. (Confédération des associations culturelles et enseignantes d’Oc) prend voix au chapi (...)

11Sur la liste des bonnes raisons de s’accrocher, s’ajoutent à la graphie, la terminologie et aux ambitions impérialistes, les démêlés dont fait l’objet, au fil des décennies, la question de l’enseignement. Si celle-ci ne se pose pas d’emblée aux provençalistes et aux occitanistes, c’est sans doute parce qu’« encore, en apparence, suffisamment solide dans l’usage pour qu’on puisse faire l’économie de la prothèse scolaire » (Martel 2007, 51), l’école n’est pas vraiment « identifiée comme l’un des lieux de la renaissance de la langue » (Martel 2007, 52). Du reste, comme le rappelle Philippe Martel, la loi Deixonne (Loi no 51-46 du 11 janvier 1951), votée en 1951, autorisant l’enseignement des langues régionales de France du premier degré jusqu’à l’Université, n’apparaît pas tant comme le résultat du lobbying des milieux régionalistes, et encore moins de la pression exercée par les défenseurs de la (des) langues d’oc qui ont pris le train en marche, que comme le produit de manœuvres politiciennes auxquelles la question de l’enseignement des langues a seulement servi de champ de bataille. Cela étant, durant la seconde moitié du xxe, force est de constater un « repli sur le rôle de l’école » que l’on ne doit pas entendre autrement que comme « l’aveu de la marginalisation de la langue et du rétrécissement de son registre d’emploi » (Martel 2007, 67). Dès lors, soit en amont ou en aval, les lois, décrets, arrêtés et circulaires qui touchent de près l’enseignement des langues régionales fournissent aux deux camps autant d’occasions de se mesurer : la loi Haby de 1975, son article 12 et les circulaires qui ont suivi ; les circulaires Savary 1982 et 1983 ; la création du CAPES d’« Occitan-Langue d’Oc » en 1991 ; la circulaire Lang 2001 promouvant « l’enseignement par immersion ». Le secteur pédagogique de l’I.E.O. et Lou Prouvençau a l’Escolo, principalement mais pas seulement5, veillent au grain, c’est-à-dire tout à la fois à la désignation des dialectes visés par les textes de loi (« occitan », « la » ou « les » langue(s) d’oc, « languedocien », « provençal ») et à la prescription de la graphie à enseigner. Les circulaires de 1976, par exemple, donnent lieu sur ces points à d’âpres luttes d’influence dont l’issue met successivement en scène le rectorat, le tribunal administratif et le conseil d’État. À noter néanmoins dans le cours de cette histoire tourmentée, un petit moment d’accalmie, en 1962, avec la création de l’U.C.P.O. (l’Union culturelle des Pays d’Oc) qui consacre un rapprochement, préalable à la formation du C.N.D.L.C.R. (le Conseil national de défense des langues et cultures régionales) (Lespoux 2009).

12Au-delà des motifs objectifs de désaccord, l’on peut supposer des raisons d’ordre plus subjectif. L’antagonisme et ses occurrences ont ainsi pu être ramenés à l’éternel conflit des générations, à une querelle des anciens et des modernes. On a également pu dire que le différend recouvre une opposition politique. L’occitanisme plutôt à gauche serait irréconciliable avec le provençalisme, plus nettement à droite. L’explication s’avérant plus ou moins justifiable suivant les périodes, on ne saurait s’en contenter. Aux antipodes de ces lectures macroscopiques des faits, on peut alors invoquer la possible instrumentalisation du conflit à des fins personnelles, qu’il s’agisse de nourrir des oppositions de personnes ou de servir des ambitions individuelles. Toutes ces explications n’excluent pas une quatrième, celle proposée par Pierre Pasquini : « ce que les félibres reprochent, sur le fond, aux militants occitans, c’est de déchirer le voile d’illusion : la langue est nue, inventée, instituée par des décisions qui ont leur part d’arbitraire et ne peuvent s’appuyer — aux choix — que sur le génie, l’autorité ou la puissance de leurs [inventeurs] » (Pasquini op. cit., 160-161).

13Cette lecture transversale, accrochée aux raisons plus ou moins explicites du divorce, pourra paraître bien simplificatrice aux yeux de ceux qui, mieux que moi, maîtrisent l’histoire parallèle et complexe de chacun des deux grands protagonistes de cette affaire, leurs révolutions propres et leurs subdivisions en différents mouvements (I.E.O., P.N.O., etc.). Cela étant, la controverse n’est en aucun cas réductible à la confrontation de ces deux entités mouvantes. Interviennent d’autres forces, dispensant tour à tour appuis et arbitrages. Les élus et représentants d’instances administratives (tels les recteurs), en particulier, jouent un rôle notable dans ces affaires, que ce soit à titre individuel, en raison qui de ses origines, qui de convictions idéologiques, qui d’ambitions de pouvoir, qui encore de relations personnelles entretenues avec tel ou tel militant, ou que ce soit au titre de ce qu’ils représentent, à savoir, en dernière instance, l’État. Celui-ci veille encore et toujours à la cohésion nationale et ne permet l’expression des cultures et langues régionales qu’au nom de la France et du français. Inventée par la IIIe République, la rhétorique de la petite patrie, à la fois partie et image de la grande, s’avère en effet toujours et encore opératoire. Hors d’elle, point de salut. Aux côtés des seconds rôles qu’incarnent les élus, l’on doit aussi tenir compte de la masse plus ou moins indistincte des sympathisants, sachant néanmoins que d’un côté comme de l’autre du Rhône, leur mobilisation s’avère de moins en moins évidente avec les progrès toujours plus grands de la francisation.

  • 6 La section provençale de l’I.E.O. regroupe en 2009 quinze associations, soit 25 000 adhérents.

14Compliquant encore la lecture de cette histoire, le tracé de la ligne de fracture n’est pas toujours très net, du fait, tout d’abord, d’une présence occitane au sein même du Félibrige dont certains membres font dès l’après-guerre le choix de la graphie occitane ou des deux graphies. Parmi eux, les « escambarlats » (à califourchon) qui, à l’occasion, rendent possibles les rapprochements (Lesaffre, Boussac, Azéma...), ou les infiltrés volontaires tels Pierre Rouquette ou Pierre-Louis Berthaud. La Provence compte aussi des anti-félibréens, que réunit notamment la section provençale de l’I.E.O., fondé en 19456. Il est également des « transfuges » qui, pour une raison ou une autre, passent d’un camp à l’autre, tel Louis Bayle à qui l’on connaît une passade occitaniste dans les années 1960.

  • 7 Question no 22674 (Journal officiel, 13/05/2008 : 3919).

15Au-delà des adhésions et des réorientations personnelles, l’on observe aussi des changements de cap massifs et structurels. À partir des années 1980, le visage de l’occitanisme change. Les crises internes, entre les « non-dépendants » emmenés par Yves Rouquette et « l’alternative » de Robert Lafont, ont raison de l’occitanisme politique, sans pour autant que la gauche, alors rendue au pouvoir, reprenne à son compte les rêves et les espoirs. La décentralisation, qui au cours des trois dernières décennies a accru les capacités d’action des régions, n’a pas davantage tenu ses promesses. De fait, le cercle des militants, l’occitan et l’Occitanie ne mobilisent plus, en tout cas plus de la même manière. L’heure n’étant plus à la division, les occitanistes ont mis de l’eau dans leur vin, oubliant les ambitions d’hier, appelant à la tolérance, pour admettre l’égale pertinence et légitimité des graphies. La mise au point adressée par Jean-Pierre Baquié, président de l’I.E.O. 06, au président du conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, suite à la question posée par celui-ci à la ministre de la Culture et de la Communication, Christine Albanel7, résume bien la position actuelle des occitanistes face à l’épineuse question de la double graphie :

Il nous semble indispensable d’approuver une fois pour toutes les principes suivants :

1o - Chaque graphie (orthographe) est légitime en Provence et en Pays niçois. Chez nous, les occitanistes ne sont pas moins Provençaux ou Niçards que les autres.

2o - Chaque graphie (orthographe) permet d’écrire tous les dialectes de la langue occitane.

3o - Ce qui fait la qualité d’une œuvre littéraire, ce n’est pas sa graphie (son orthographe) mais son contenu. Nous avons des œuvres de qualité en graphie italianisante (cf. Rancher), patoise française (cf. Victor Gelu) et, bien sûr, en graphie mistralienne et en graphie classique sur tout l’espace d’oc, y compris à Nice (cf. Alan Pelhon).

4o - Quel que soit le choix, il est nécessaire de savoir, au moins, lire l’autre graphie. Les raisons du recul de l’usage de l’occitan-langue d’oc sont à chercher bien ailleurs que du côté des graphies !

5o - Aucune association n’a le monopole de la langue et de la culture d’oc où que ce soit. Nous sommes tous au service de notre langue historique et millénaire, langue dominée.

6o - Enfin, pour terminer, nous renvoyons à l’article « Lou Sourgentin et les problèmes de graphie » (Lou Sourgentin no 30, février 1978) dont la conclusion est la suivante : « Nous appelons à la tolérance, au respect du pluralisme des graphies. Nous appelons à la collaboration de tous pour une œuvre commune : sauver la culture d’oc et ses dialectes ».

Il est plus que souhaitable que cette prise de position sensée, faite de respect mutuel et d’humilité, devienne celle de tous les amis de « la » langue d’oc.

16Du côté de la Provence, le Félibrige a lui aussi enterré la hache de guerre. Preuve en est sa présence, aux côtés des Occitans, dans la grande manifestation bi-annuelle « Anem ! òc ! Per la lenga occitana ! » (« Allons-y, oui, pour la langue occitane ! ») (Carcassonne 2005, Béziers 2007, Carcassonne 2009, Toulouse 2012).

17Dans ce contexte pacifié et rendu à la raison, les griefs d’hier, pourtant, remontent à la surface du côté provençaliste, portés par le Collectif Provence, relayés par les adhérents (huit-mille membres, cent-cinquante associations, une centaine de communes) et les élus politiques, tandis que deux conceptions de la langue toujours s’affrontent : celle d’une langue d’oc, une dans la diversité de ses variantes et celle de l’irréductible singularité des langues d’oc. Déconnectés de leurs antécédents historiques, ces deux conceptions pourraient apparaître l’une comme une manière de mimétisme, au miroir de laquelle le territoire linguistique se penserait à l’image du territoire national (la Grande Patrie une dans la diversité de ses petites patries), l’autre comme l’expression, parmi d’autres, du triomphe des particularismes au cœur d’une modernité qui fait de l’irréductiblement singulier une valeur cardinale. Mais cette lecture ne suffit pas à rendre compte de cette seconde vision de la langue qui, au vu et au su de sa longue histoire, peut tout aussi bien se voir ranger au rayon des survivances. Ce faisant, on sait la validité plus que relative d’une argumentation fondée sur l’idée de survivance.

Les termes d’un débat réactualisé

  • 8 Les citations non suivies de références sont extraites d’entretiens oraux.

18Le Collectif Provence, c’est d’abord, chronologiquement parlant, son président fondateur. Né en 1950, Monsieur R. se présente comme un homme solidement enraciné, « fils de paysan du Comtat Venaissin, petit-fils de paysans du Comtat Venaissin, arrière-petit-fils de paysans du Comtat Venaissin, arrière-arrière-petit-fils de paysans du Comtat Venaissin. Après, je ne sais pas... Et je veux dire, d’un côté, comme de l’autre de mes parents8 ». Jeune homme, il rompt néanmoins avec cette histoire familiale paysanne, pour se lancer dans une formation de technicien chimiste, suivie en Avignon, puis dans l’Isère. À l’heure d’entrer dans la vie active, cette formation l’amène à travailler deux ans dans un laboratoire à L’Isle-sur-Sorgues (Vaucluse), avant d’aborder le secteur de la pétrochimie, et plus précisément celui de la fabrication. Il y gravit tous les échelons, du plus bas (ouvrier) au plus élevé (chef-opérateur). Durant les six dernières années d’une carrière qui en compte trente-six, il occupe un poste de « responsable sécurité, génie, environnement ». Son entrée dans l’univers de la culture et de la langue provençales emprunte les chemins du tourisme. Ce n’est toutefois pas en touriste qu’il y vient, mais en tant que prestataire de service. Avec son épouse, il fait l’acquisition d’une propriété qu’il s’agit de rentabiliser. En 1989, ils se lancent ensemble dans l’aventure des chambres d’hôtes. Une chose en entraînant une autre, Monsieur R. s’implique dans la promotion touristique de sa localité, au titre de secrétaire, puis de président du Syndicat d’Initiative, devenu sous sa présidence Office municipal du Tourisme. En 1994, il crée une association avec « une ossature fortement pétrochimique », la majorité des membres du bureau étant recrutés parmi ses collègues de travail. Terre de Provence est née pour « le développement de la culture et de la langue provençale mistralienne ». Plus précisément, ses buts sont les suivants :

  1. Étudier, réaliser et promouvoir la culture provençale,

  2. Étudier, réaliser et défendre la langue provençale « mistralienne », le folklore, les costumes, la poésie, l’art, les veillées...

  3. S’efforcer de susciter l’animation indispensable dans son rayon d’action.

  4. Organiser des sorties éducatives.

  5. Créer une école de langue Provençale

  6. Faire connaître la Provence.

  • 9 À savoir les membres de Parlaren (Nous parlerons). Le mouvement Parlaren, fondé en 1975 par André A (...)

19Ces déclarations d’intentions sont suivies des faits. Le programme de l’exercice 2008-2009 affiche des cours (de provençal, de danses folkloriques et traditionnelles, des ateliers « de couture et de recherche sur le costume provençal ») ainsi que des animations diverses (expositions, veillées, repas). L’engagement de Monsieur R. et de ses amis prend une autre tournure après leur passage à Lançon où ils sont invités par le député UMP de Salon-de-Provence pour débattre de la Charte européenne des Langues régionales : « C’est là qu’on s’aperçoit, on savait un peu que ça existait, on s’aperçoit qu’y avait un gros problème avec les Occitans. [...] Nous, on a découvert un monde, on le savait un peu, mais pas à ce point-là ! On a découvert un monde ». Monsieur R. et ses « amis d’Avignon9 plus d’autres » enfourchent illico presto ce cheval de bataille : « Moi j’ai dit [...] : on ne va pas rester les deux pieds dans la même godasse, on va faire quelque chose contre ça ». Une « contre-réunion » est organisée à Lançon « pour lancer une contre-offensive sur cette affaire-là » et le Collectif voit le jour en 2000, ainsi que la création d’une association, « représentant administratif » et « organe de promotion du collectif pour la langue et la culture Provençale [sic] ».

20Ses statuts, possiblement révisés depuis 2000, affichent en 2009 les buts suivants :

  • la reconnaissance officielle de la langue Provençale par les autorités de la France, dans ses différentes composantes populaires et littéraires selon les principes orthographiques illustrés par Fréderic Mistral dans son dictionnaire et son œuvre littéraire,

  • la défense des intérêts moraux et matériels de la Provence,

  • la défense de tous les aspects de l’identité Provençale : culturels, géographiques, matériels, sportifs, écologiques...

  • d’aider tout autre mouvement ou association actuel ou avenir dont les objectifs sont conformes aux siens.

  • 10 Question no 22674 (Journal officiel 13/05/2008 : 3919). La réponse de la ministre est tout aussi ex (...)

21Traversée d’implicites, la formulation de ces « buts » s’avère plus ou moins lisible pour le profane. Elle ne donne pas à entendre la radicalisation des prétentions provençalistes, le souci de « reconnaissance officielle de la langue » pouvant se comprendre, à l’épreuve des faits, comme une volonté de sécession, de dissidence des langues d’oc. Faisant suite à une sollicitation du Collectif, la question écrite du président du conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, adressée en septembre 2008 à la ministre de la Culture et de la Communication, Christine Albanel, est de ce point de vue tout à fait explicite : « Le provençal dispose de caractéristiques propres qui le distinguent fortement de l’occitan. À ce titre, il mériterait d’être reconnu à part entière parmi les langues régionales. Il l’interroge donc sur la volonté du Gouvernement de reconnaître le provençal mistralien parmi les langues régionales10 ». De même qu’ils ne laissent rien soupçonner de la radicalisation du désir de reconnaissance, l’énoncé des buts, commis dans le registre sémantique de la défense, aussi précis soit-il quant à l’objet à défendre, passe sous silence ce contre quoi le combat est à mener. La même remarque vaut pour la majorité des pages en ligne qui servent de vitrine au Collectif. Les attaques contre les occitanistes et l’idée d’Occitanie sont exposées et justifiées ailleurs.

  • 11 Les textes issus de cette revue seront dans la suite de l’article signalés par l’abréviation M.D.P.

22Quelques précisions concernant la mise en œuvre concrète des buts affichés dans les statuts s’imposent avant de repérer, dans l’exégèse interne que celle-ci appelle, la double rhétorique du « pour » et du « contre » pratiquée par le Collectif. Ces actions sont de deux ordres, bien distincts dans l’autopromotion du Collectif : les unes relèvent du « ce que nous faisons », les autres du « ce que nous voulons ». Les premières renvoient aux événements et réalisations concrètes, le plus souvent récurrentes : la revue trimestrielle Me disoun Prouvènço (Mon nom est Provence)11, le festival biannuel du même nom, les annuelles Rencontres internationales de flûtes et de tambourins, la participation régulière au salon Expolangues à Paris, l’édition d’ouvrages (traduction de Tintin en provençal, Gaspard de Besse, le dictionnaire Le Coupier...), l’organisation d’expositions (de photographies, de costumes), de stages de langues, etc. À cet inventaire s’ajoutent « Mèfi ! Prouvènço reguigno » (« Attention ! La Provence se rebelle ») (17 mars 2007) et « Sian et saren » (« Nous sommes et nous serons ») (3 octobre 2009), deux rassemblements programmés parallèlement aux deuxième et troisième éditions d’« Anem, òc, per la lenga occitana », ainsi que le projet de création d’un observatoire de la langue et de la culture provençales. Dans la catégorie des actions ressortissant du « ce que nous voulons », prennent place toutes les démarches, plus ou moins formalisées (visites, courriers), entreprises auprès des élus et des responsables institutionnels, pour permettre l’avènement d’un certain nombre d’évolutions : la réforme du CAPES d’occitan-langue d’oc qui instituerait des options (béarnais, auvergnat, limousin et provençal), la création de postes de professeurs de provençal, une ouverture des médias aux œuvres d’expression provençale, l’abandon de l’actuel nom de région « Provence-Alpes-Côte d’Azur » pour « Provence » ou « Pays de Provence », la duplication, en provençal, de la signalisation (panneaux indicateurs et plaques de rue), la pose du drapeau provençal dans les mairies, les lieux publics, les entreprises, etc. Relève également de cet activisme de l’ombre le travail de veille permanente qui fait que le Collectif intervient, lettres et contre-lettres à l’appui, dès lors, par exemple, qu’un colloque sur la Provence compte trop d’intervenants supposés occitanistes ou qu’un site internet provençal utilise incongrument le drapeau du P.N.O. (Parti de la nation occitane).

  • 12 Magazine du conseil général des Bouches-du-Rhône.

23Mises bout à bout, comment font sens toutes ces initiatives ? Notons pour commencer les accents de vérité dont on les habille. Au Collectif, on ne fait pas l’économie des petites formules du genre : « je suis très clair » ; « je pèse mes mots » ; « je le dis très nettement ». La franchise est ici érigée en principe d’action : « À force d’interdire aux gens, sous prétexte d’un discours qui se veut, je dirais, convenable, politiquement correct... Et bé, je crois qu’il faut que ça s’arrête, parce que les gens, ils en ont marre ». La nuance supplémentaire à ce souci de vérité que le terrain suggère est la sincérité, dans le registre de laquelle joue l’adjoint à la culture de la ville de Marseille, lors de son allocution, le 17 mars 2007 : « On m’avait préparé un beau discours. Je m’en excuse auprès de Monsieur M., qui est de chez vous, mais je ne vais pas le lire. Je vais vous dire simplement ce que je ressens, et comment je perçois les choses. Je crois que je ne serai pas très loin de ce que l’on pense à Marseille, globalement ». Comment dès lors douter de la légitimité d’une action menée en toute âme et conscience, avec toutes les ressources du cœur ? En contrepoint, le portrait brossé des occitanistes est tout de mensonge et de duplicité brouillé : « Moi, je n’ai pas la langue de bois, je vais vous le dire, même si vous l’enregistrez. [...] Lui, [un présumé sympathisant de la cause occitane] il aura la langue de bois, contrairement à moi ». « Les occitanistes et leurs partisans, renchérit l’un des contributeurs de la revue Me disoun Prouvènço, refusent de débattre avec nous, préférant tous les subterfuges possibles pour faire avancer leurs idées sans débat de fond » (M.D.P. 2007, 16, 11). Concrètement, cette fausseté se traduirait par un noyautage aussi souterrain qu’efficace de la Provence, à commencer par le Félibrige, qui « s’est laissé bouffer ». Le conseil général, qui selon le Collectif aurait conclu des « accords politiques » avec le P.N.O., ne serait pas épargné : « Accents12, dans les Bouches-du-Rhône, est devenu plus occitan que les occitanistes. C’est grave ! C’est très, très grave ! » Cette « infiltration » sournoise toucherait également les médias ainsi que les ministères de la culture et de l’éducation nationale.

24L’action ou la contre-action du Collectif joue par ailleurs la carte de l’évidence. Ce qu’elle vise est dans l’ordre des choses, tombe sous le sens : « Ce n’est pas si compliqué ! », clame le président du conseil régional le 17 mars 2007 devant les arènes d’Arles, reprenant à son compte cet élément de la rhétorique du Collectif. Il en appelle ainsi à de très simples réalités, celles de l’identité et de langue parlée : « Nous sommes Provençaux et nous parlons le provençal. Est-ce assez simple ? Est-ce assez clair pour ne pas aller chercher des combats fratricides ou des complications que ne comprennent que les experts ? » À l’inverse, l’occitan, l’Occitanie et l’occitanisme ne reposent sur rien : « l’“ Occitanie ” n’a jamais existé », l’occitan n’est jamais qu’une langue « standard de substitution » et l’occitanisme « une construction idéologique plus que discutable, dans ses fondements comme dans ses projets » (M.D.P. 2007, 17, 25).

25Contrastant avec ce rejet catégorique, l’ouverture du Collectif s’affiche diversement. Des actions, comme la participation à Expolangues, l’organisation du festival Me disoun Prouvènço et des Rencontres internationales de flûtes et de tambourins, se veulent plus spécialement l’illustration de cet état d’esprit. En 2007, le festival se voue à « la célébration de l’amitié celto-latine » et dans cette perspective se voit rebaptisé « Quand la Provence ouvre la porte aux régions ». « Vitrine de la Provence ouverte à une autre région, dans un mesclun des musiques et des instruments, mais aussi des hommes », le rendez-vous biannuel procède d’« un régionalisme qui prend en compte les autres régions du Monde pour les mêler à la nôtre, la Provence13 ». Cette apologie en action de la pluralité, voire du métissage, est aussi — et peut-être surtout — une manière de revendiquer, pour soi, le droit à la différence et de clamer l’irréductible singularité de la Provence. Les numéros du magazine Me disoun Prouvènço l’assènent : « les pays d’oc [doivent] rester ce qu’ils ont toujours été, composés de plusieurs entités historiques et humaines qui n’ont pas grand-chose à voir les unes avec les autres » (M.D.P. 2007, 16, 16). L’un des auteurs réguliers en donne la preuve, à l’appui d’une expérience auditive, une émission radio sur Marcelle Delpastre : « Une chose me poursuit néanmoins... tout en me faisant grand plaisir... C’est que le seul tout petit moment où nous y avons entendu Marcelle Delpastre parler « la » langue d’oc, nous n’y avons encore moins compris que si cela avait été du catalan ou de l’italien !... Il n’y a peut-être que le parler du poète gascon Bernard Manciet qui, à côté, aurait pu sembler du chinois ! » (M.D.P. 2009, 23, 20). À cette inassimilabilité de la Provence, le Collectif oppose le « supra-régionalisme occitan », le « pan-occitanisme » et son « projet globalisant visant à dissoudre tous les pays d’oc en une seule identité recentrée sur le Languedoc » (M.D.P. 2007, 16, 11).

26En toute logique, les valeurs de « respect » et de « tolérance » hantent le propos du Collectif qui se fait volontiers moralisateur : « Les cultures minoritaires ne doivent pas se manger et s’absorber. Elles doivent se juxtaposer, dans un profond respect mutuel » (discours de Monsieur R. le 17 mars 2007 en Arles). Du côté occitan, on ne peut s’attendre qu’à trouver au mieux de l’incompréhension — « Quelques-uns ne vont-ils pas enfin comprendre ?... » (M.D.P. 2009, 23, 20) — sinon du « mépris ». Les Occitans « mangent », « absorbent », « avalent », « dominent », « écrasent », « font disparaître ». « Ils sont en train de tuer tout ! ». Le Collectif en vient à se poser en croisé, luttant pour la « survie » de la Provence, contre une « injustice âpre ». À cet égard, les mots parlent peut-être moins que les images. L’on songe ici à la photographie de l’Arlésienne bâillonnée, choisie pour illustrer l’affiche appelant les Provençaux à grossir le cortège de « Mèfi ! Prouvènço reguigno ». Si l’on en revient, après ces détours, à l’idée de pluralité défendue par le Collectif, l’on sera sensible au contraste que cette idée forme avec l’analyse manichéenne qui est faite par ailleurs de la situation de la Provence dans son rapport à l’Occitanie.

  • 14 Le Parti de la nation occitane a été créé en 1959 à Nice par François Fontan, auteur, entre autre, (...)

27La tonalité unanimiste du discours du Collectif ne tient pas qu’au rêve d’une coexistence en bonne intelligence des différences. Elle relève aussi de l’apolitisme proclamé. « Nous, on ne fait pas de politique » assure le président, signifiant par là que l’action du Collectif ne se situe ni à droite, ni à gauche. Dans les faits, force est bien de constater que le travail de sensibilisation à la cause du Collectif concerne tous les élus, à toutes les échelles, locales, départementales, régionales et même nationales — des lettres ont été adressées à tous les candidats à la présidence de la République en 2007 — indépendamment des étiquettes politiques. Le Collectif, qui ne laisse échapper aucune opportunité de susciter de nouvelles adhésions, a même tenu un stand à la fête de l’Huma, en 2006. En miroir, Monsieur R. et ses amis ne font pas apparaître un occitanisme spécialement de droite ou de gauche. Sous ce rapport, l’opération de disqualification consiste plutôt à donner plus d’importance qu’il n’en a réellement au P.N.O.14 et à généraliser à tout l’occitanisme les visées indépendantistes et séparatistes de ce parti.

28L’exagération ne fait que mieux ressortir le fait que « nous, on est provençal, français, européens, sans remettre en cause quoi que ce soit », « respectueux des institutions de la République française ». Certes, de temps à autres, l’on s’en prend bien un peu à la « la pensée unique qui nous vient de Paris » dont l’une des manifestations les plus contestables est bien, sur le plan symbolique, ce nom « Provence-Alpes-Côte d’Azur », dont l’acronyme PACA « n’est autre que le diminutif espagnol de « Françoise » ! » (Monsieur R., discours du 17 mars 2007). Un comble ! Quoi qu’en la matière, il faille beaucoup d’ingéniosité pour débusquer la perversité de l’administration “ françoise ”. De la dextérité, il en a fallu plus encore au président du conseil régional pour ne pas citer une seule fois le terme « occitan » au cours de son discours devant les arènes d’Arles le 17 mars 2007. Faire sien le combat du Collectif est loin d’aller de soi, et l’absence du Maire d’Arles en témoigne. C’est en usant de la comparaison que le président du conseil régional est parvenu à parler de la situation du provençal face à l’occitan : le cas analogue convoqué n’est autre que le français, menacé par « l’américain ». Provençal et français mèneraient donc le même combat, postulat qui revient à oublier un peu vite les préjudices subis par le premier du fait de l’imposition du second, aujourd’hui comme hier. L’omission n’est bien évidemment pas fortuite et, de ce point de vue, le Collectif adopte une ligne de conduite fort semblable à celle du Félibrige depuis cent-cinquante ans. Au diapason de celles qui précèdent, cette observation témoigne d’un provençalisme toujours plus ou moins égal à lui-même. À quelques nuances près et l’idée de sécession d’avec l’Occitanie mise à part. Celle-ci, au final, rapproche bien plus le Collectif du P.N.O. qu’il fustige avec tant d’ardeur. Il n’est peut-être pas « politique » au sens partisan du terme (droite, gauche), mais il l’est bel et bien du point de vue du projet. Plus politique, il se différencie donc finalement du Félibrige qui, comme le montre Philippe Martel, ne s’est jamais vraiment préoccupé de revendication et de négociation. De son côté, le Collectif n’a pas les prétentions littéraires au fondement du Félibrige. « Mouvement neuf, enfin démocratique, plus adapté à notre époque » (M.D.P. 2006, 14, 28), l’association créée en 2000 ne saurait revendiquer quelque affinité que ce soit avec ce Félibrige qui « n’en finit pas de se recroqueviller sur lui-même sur la voie qu’il s’est choisie, se vautrant plus que jamais dans la médiocrité » (M.D.P. 2006, 15, 17). De toute évidence, un ennemi peut en cacher un autre...

Un régionalisme provençal reconfiguré

29Peut-on pour autant déduire de ce propos assassin et d’autres que le Collectif ne cherche qu’à tuer le père, en s’engageant sur une autre voie ? Il est des réflexions, comme celles qui suivent, qui incitent à le penser : « Mistral est un écrivain et un poète dont l’importance est indiscutable. Mais il ne s’agit pas d’un Dieu révélé dont il faudrait suivre la doctrine sous peine d’être taxé d’hérétique » (M.D.P. 2006, 15, 17). Force, en tout cas, est de prendre acte de la volonté de fonder un mouvement d’envergure qui, comme le Félibrige en son temps, mobilise les foules et entre dans l’histoire. On s’y emploie énergiquement au Collectif, ces efforts se traduisant à la fois en termes d’adhésions (cent-cinquante associations, plus d’une centaine de communes, 8 000 membres) et d’ambitions. Au-delà des réalisations immédiates, l’intention n’est-elle pas aussi de « soulever un grand, grand débat au niveau de la France » ? « Parce que ça s’arrêtera pas à la Provence », prédit Monsieur R.

  • 15 En 1889, sous le pseudonyme de Guy de Montpaon, le premier des félibres recommande la restauration (...)
  • 16 La suggestion a été faite en décembre 2006 en Arles, lors de la présentation publique du projet sci (...)

30Conjuguées à moyen terme et ramenées à l’espace de la Provence, cet objectif de refondation se cristallise dans le projet de création d’un Observatoire de la langue et de la culture provençales qui, à y regarder de près, présente bien des airs de parenté avec l’un des rêves éveillés de Mistral. À l’heure de sa genèse, la diversité des propositions que le terme « observatoire » embrasse (un observatoire à proprement parler, une bibliothèque, une médiathèque, un annuaire, un bulletin d’information, un pôle métier, un pôle artistique...) rappelle en effet étrangement le Panthéon de la Provence que Mistral prévoyait d’installer au Palais des Papes15. Mais bien plus encore que la démesure, propre aux fondateurs de tout poil, félibres et autres, la vocation assignée à cet Observatoire ressemble à celle du Museon Arlaten, le Panthéon provençal redimensionné de Mistral. Outre qu’il « a pour but de regrouper l’ensemble des documents, objets et traces du passé qui constituent notre patrimoine provençal », il se devra « d’être un lieu vivant, tourné vers l’avenir [...] (et) de promouvoir la culture provençale à travers des disciplines et des créations contemporaines » (M.D.P. 2008, 22, 21-22). Les fonctions qui lui sont assignées présentent plus d’une similitude avec le « poème en action », « musée de la vie vivante » voulu en son temps par Mistral. Ce rapprochement, qui peut paraître tiré par les cheveux, me semble d’autant plus justifié que le Collectif a réinvesti dans son concept d’observatoire des propositions formulées dans le cadre du projet de rénovation du Museon16, à savoir la numérisation, dans leur intégralité, des traces de la culture provençale. Quoi qu’il en soit, on a là affaire à une évidente volonté de fonder et de marquer durablement le paysage de la Provence. Or, à bien y réfléchir, peu d’issues s’offrent à qui veut retenter l’aventure mistralienne. D’une impasse l’autre, faire de son adversaire objectif, à savoir l’État français, son allié contre un ennemi intermédiaire n’est pas une si mauvaise solution si l’on en juge par les soutiens obtenus et peut rendre compte, en dernier ressort, de l’anti-occitanisme du Collectif. C’est là une première hypothèse qui n’en exclut pas d’autres.

  • 17 En occitan reborsièra « contrariante, revêche », de rebors « rebours, contre-pied ».
  • 18 « Arles fait sa Révolution » par l’Art relate Ballet et L’Atelier d’Alexandre, Théâtre antique d’Ar (...)

31Les enquêtes conduites dans le milieu de la Maintenance arlésienne apportent un autre éclairage sur le donquichottisme du Collectif et sur sa capacité de mobilisation, contemporains d’un certain regain des traditions provençales. Ce renouveau a ceci de particulier qu’il profite essentiellement au costume de l’Arlésienne. De tous les marqueurs culturels que les militants de l’identité provençale entendent perpétuer, le costume fait en effet aujourd’hui l’objet d’un engouement sans précédent, et tend à devancer ces autres emblèmes de la provençalité que sont la bouvine, la course camarguaise, le galoubet tambourin, la farandole et les danses folkloriques, l’artisanat local (la santonnerie, la vannerie, l’ébénisterie, la joaillerie...), les fêtes calendales et autres réjouissances calendaires. Pleinement partie prenante de « l’invention de la tradition » au sens ou l’entendent les anthropologues (Hobsbawm/Ranger 1983 ; Pouillon 1975, 1977 ; Lenclud 1987), les Arlésiennes maintiennent le costume tout en le transformant. S’avouant « un peu réboussières17 », toutes aspirent « à passer de l’autre côté de la barrière », c’est-à-dire à enfreindre, sans toutefois avoir l’air d’y toucher, les règles en vigueur dans l’univers de la Maintenance. C’est en se tournant vers le passé qu’elles y parviennent, tandis qu’elles se projettent en amont de la tradition, dans les strates des xviiie et xixe siècles que dépréciaient hier les premiers mainteneurs. Costumièrement parlant, le compromis se traduit diversement, aussi bien dans le monde de l’érudition, que dans la « vie vivante » des fêtes d’Arles, marquée par le port de costumes historiques (ou, pour les moins audacieuses, d’éléments empruntés aux siècles passés) et par le développement de spectacles historiques18. L’enjeu, on s’en doute, n’est pas de faire bouger le costume pour le seul plaisir de le faire bouger. Faire « évoluer » le costume, le faire varier, c’est, ramenée à l’échelle de chaque Arlésienne, une manière de distinction, une façon de marquer sa singularité, son irréductible originalité : « Les Arlésiennes, c’est ça, c’est le petit détail, on ne veut pas être comme les autres ». Or, tout bien considéré, de toutes les possibilités d’expression de soi qu’offre la tradition, le costume est sans doute le plus immédiatement opératoire, parce que le moins exigeant au départ. On peut en effet porter le costume sans pour autant tout maîtriser des savoir-faire qu’il engage. L’Arlésienne peut tout aussi bien s’habiller et se coiffer seule que faire appel à une couturière (ou un couturier) et à une coiffeuse (ou un coiffeur). Pour le reste, il suffit juste de savoir se tenir droite. On ne saurait en dire autant de la musique et de la danse folkloriques, ou de la langue. De fait, le costume ne se ramène plus seulement à l’expression d’une spécificité régionale, mais doit faire avec cette injonction si constitutive de notre modernité, celle d’être soi. L’une et l’autre ne sont certes pas incompatibles, mais la seconde prend volontiers prétexte de la première, et sous son couvert, occupe une place toujours plus grande dont témoignent les armoires des Arlésiennes, quant à elles toujours plus pleines (Moulinié 2009). En Arles, on a bien conscience de ce détournement : « Pourquoi le costume d’Arles existe toujours ? Pourquoi un dimanche comme dimanche dernier, alors qu’il fait 40o, les filles sont en costume alors qu’elles tournent de l’œil, parce que c’est insupportable, c’est un carcan, c’est une véritable... À midi, elles sont là, en plein canhàs [canicule]. C’est la CO-QUET-TE-RIE féminine ! Et c’est l’occasion inespérée, anachronique, de devenir la princesse d’un jour, ce qui est impossible aujourd’hui. Être regardée, être belle [...]. La notion de tradition culturelle pour les filles qui portent le costume aujourd’hui, elle est au second plan. Ce n’est pas la priorité absolue. Ce qui est peut-être regrettable d’ailleurs. » De l’intérieur, on perçoit donc les limites d’un regain que l’étranger, touriste ou ethnologue, peut aisément imputer au seul renouveau régionaliste.

32Le Collectif Provence, loin d’ignorer et de contrarier cette tendance massive pour ramener les Arlésiennes dans le droit chemin des objectifs fixés par Mistral et de ses successeurs immédiats, l’épouse, l’autorise, la prend même en charge, tandis qu’il lui offre une tribune, et non des moindres, celle de son festival. Comment, du reste, pourrait-il tourner le dos à ces Arlésiennes ? En revendiquant pour la Provence le droit à exister et à être reconnu dans son irréductible différence, ne manifeste-t-il pas, à l’échelle de la région, le même besoin d’être soi ? Cela étant, l’analogie qui se profile ainsi entre les aspirations des Arlésiennes et les revendications du Collectif en dissimule peut-être une autre. Ne pourrait-on dire en effet qu’il en va des occitanistes comme des « ayatollah » du costume ? La comparaison, pour être comprise, appelle quelques éclaircissements sur celles que l’on désigne de ce terme en Arles. Il s’agit de nouvelles figures d’autorité, qui, depuis la marge de relative liberté que délimite le détour par l’histoire du costume, irrésistiblement montent. Le phénomène a également retenu l’attention de Marie-France Gueusquin qui le décrit ainsi : « les façonnières et les collectionneuses, on s’en aperçoit, sont passées dans la famille des orthodoxes dont les jugements, un tantinet sévères, n’excusent aucune maladresse, aucune imperfection, aucune négligence synonyme pour elles de « facilités » destinées à masquer l’ignorance » (Guesquin 2000, 34). Il en va de l’intransigeance de ces nouvelles gardiennes du temple comme de la dictature fantasmée des occitanistes : l’une et l’autre agissent tel un réactif chimique. En incitant à la résistance, elles provoquent la différence et font exister le singulier. Du reste, si ce n’était le cas, on ne s’emploierait pas à en exagérer autant l’importance.

33Cela étant, de l’Arlésienne à la Provence, le contenu de cette singularité proclamée envers et contre tous varie, et plus exactement se réduit. Quand les « beautés costumées » (Michael 1995) expérimentent et/ou leur créativité, et/ou leur féminité, et/ou leur inscription dans une lignée familiale, et/ou leur provençalité, et/ou que sais-je encore, le Collectif ramène toutes ces motivations à une seule, la défense et l’illustration de l’identité provençale. Si l’observateur pressé peut être dupe de cette double opération de réduction et d’instrumentalisation, au service de la cause provençale, des interventions diverses, qui meuvent aujourd’hui l’univers de la tradition, de l’intérieur, on ne peut ignorer tout à fait la manœuvre et ce qu’elle produit, à savoir l’occultation d’un provençalisme plus tiède qu’il n’y paraît. La surenchère anti-occitaniste trouve peut-être là une raison d’être supplémentaire. N’étant pas vraiment ce que l’on prétend être, l’on détourne l’attention sur son contraire, une définition en négatif valant toujours mieux qu’une bancale définition en positif. Celle-ci permet également d’occulter cette autre menace qui pèse sur l’affirmation de la provençalité, danger autrement plus avéré que l’impérialisme prêté à l’occitanisme, à savoir la diminution toujours plus grande du nombre de locuteurs du provençal. Envisagée de la sorte, la charge contre l’occitanisme serait une manière de provençalisme par défaut, un chant du cygne dont les allures d’hymne guerrier ne dissimulent pas tout à fait les accents de détresse. La leçon à tirer, pour l’ethnologue, est au final la paradoxale compatibilité des postures de « premiers » et de « derniers » que cumulent les fondateurs du provençalisme du xxisiècle, locuteurs d’une langue en voie de disparition. Loin d’être antinomiques, ces postures se confondent ici, suivant la pente d’une schizophrénie qui trouve dans la négation de l’unité de la langue d’oc un exutoire commode.

34Si la défense du particularisme linguistique offre une prise privilégiée sur le provençalisme actuel, elle ouvre également et plus largement des perspectives sur le régionalisme contemporain. Le fait est, on l’a dit, que les Provençaux n’ont pas l’exclusive de l’anti-occitanisme et le partagent avec des Gascons, des Auvergnats, des Cévenols, des vallées occitanes d’Italie. L’intérêt d’une analyse transversale ne fait aucun doute, et à défaut d’avoir pu m’y consacrer ici, je ferai simplement remarquer que la simple énumération de ces occurrences autorise des explications moins intrinsèquement induites par l’histoire et l’actualité d’une région donnée, telle la Provence. La conformation à la norme implicite du bon dimensionnement de cette échelle de territoire qu’est la région, dans l’entre-deux incertain du local et du national, serait l’une des hypothèses à mettre à l’épreuve des enquêtes de terrain. L’Occitanie, qui couvre grosso modo un tiers de la nation française, satisfait-elle bien ces représentations partagées ? L’on peut en douter à considérer l’accueil réservé à la proposition de changement de nom portée par Georges Frêche pour faire du Languedoc-Roussillon la Septimanie. En bonne part imputable au non respect des individualités catalane et languedocienne que supposait le remaniement onomastique (Sagnes 2008), la fin de non-recevoir opposée au président du conseil régional a mis fin à une polémique concernant un territoire autrement plus restreint que celui de la (des) langue(s) d’oc. Si la difficulté à concevoir une aire linguistique déconnectée du cadre régional tel que défini par le sens commun est une piste à suivre, d’autres restent certainement à découvrir, sans peur d’emprunter des chemins de traverse aussi insolites que le détour proposé ici par la passion du costume.

Haut de page

Bibliographie

Abrate Laurent, 2001, 1900-1968. Occitanie, des idées et des hommes. L’émergence et l’histoire de la revendication occitane, Toulouse, I.E.O.

Alen Garabato Carmen, 2008, Actes de résistance sociolinguistique. Les défis d’une production militante en langue d’Oc, Paris, L’Harmattan.

Auglans Cédric, 2008, Marysas, une revue littéraire provençale au xxe siècle (1921-1961), Thèse (sous la direction de Philippe Gardy), université Paul-Valéry, Montpellier 3.

Bayle Louis, 1975, Procès de l’occitanisme, Toulon, L’Astrado.

Bayle Louis, 1982, La Provence en danger, Toulon, L’Astrado.

Bec Pierre, 1986, La langue occitane, Paris, PUF (11963).

Estieu Prosper, 1906, Flors d’Occitania, Toulouse, J. Marqueste.

Gueusquin Marie-France, 2000, La Provence arlésienne. Traditions et avatars, Arles, Actes Sud/Paris, R.M.N.

Hobsbawn Eric and Ranger Terence (eds), 1983. The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press.

Lafont Robert, 1974. La revendication occitane, Paris, Flammarion.

Lafont Robert, 1954, Mistral ou l’illusion, Paris, Plon (2Valderiès, Vent Terral, 1980).

Lenclud Gérard, 1987, « La tradition n’est plus ce qu’elle était... Sur la notion de “ tradition ” et de “ société traditionnelle ” en ethnologie », Terrain, 9, 110-123.

Lespoux Yan, 2009, Un demi-siècle de revendication en faveur de l’enseignement de la langue d’Oc (1940-1990) : enjeux, projets et réalisations, Thèse d’histoire contemporaine, sous la direction de Christian Thibon et Jean-Yves Casanova, université de Pau et des Pays de l’Adour.

Martel Philippe, 1992. « Le Félibrige », Les lieux de mémoire, t. III, Les France, vol. 2, « Traditions », sous la direction de Pierre Nora, Paris, Gallimard, 566-611.

Martel Philippe, 1993, Les Félibres et leur temps. Renaissance d’Oc et opinion (1850-1914), Thèse d’histoire, sous la direction de Maurice Agulhon, Paris I.

Martel Philippe, 2007, L’école française et l’occitan. Le sourd et le bègue, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée.

Mauron Claude, 1993, Frédéric Mistral, Paris, Fayard.

Michael Jennifer Lynne, 1995, Costumed Beauties. The Image, Identity, and Expertise of Arlésiennes, PhD Dissertation in Folklore and Folklife, University of Pennsylvania.

Moulinié Véronique, 2009, « Carrières d’Arlésiennes : du rififi au pays des froufrous », Images mentales, représentations de l’identité : Le Museon Arlaten, (sous la direction de Sylvie Sagnes), Rapport final au Museon Arlaten, Paris, Carcassonne, I.I.A.C. – Équipe L.A.H.I.C., 142-244.

Pasquini Pierre, 1988, « Le Félibrige et les traditions », Ethnologie française, XVIII, 3, 257-266.

Pasquini Pierre, 1994, Les pays des parlers perdus, Montpellier, Les Presses du Languedoc.

Pasquini Pierre, 2003, « De la tradition à la revendication : provincialisme ou régionalisme ? », Ethnologie française, XXXIII, 3, 417-423.

Peyre Sully-André, 1948, La branche des oiseaux, Aigues-Vives, Marsyas.

Pouillon Jean, 1975, « Tradition : transmission ou reconstruction », in Jean Pouillon, Fétiches sans fétichisme, Paris, Maspero, 155-173.

Pouillon Jean, 1977, « Plus c’est la même chose, plus ça change », Nouvelle Revue de Psychanalyse, XV, 203-211.

Sagnes Sylvie, 2008, « Septimanie : du nom-lieu au non-lieu », in Elena Filippova et France Guérin-Pace (dirs), Ces lieux qui nous habitent. Identité des territoires, territoires des identités, Paris, Éditions de l’Aube, 150-163.

Séréna-Allier Dominique, 2000, « Mistral et la renaissance de la Provence : l’invention du Museon Arlaten », La pensée de Midi, 1, 32-39.

Haut de page

Notes

1 Je voudrais ici remercier pour leurs conseils de lecture Marie-Jeanne Verny, Dominique Baudreu, Jean-François Courouau et Yan Lespoux.

2 Images mentales, représentations de l’identité : le Museon Arlaten, enquête collective conduite sous la direction de Sylvie Sagnes, sur commande du conseil général des Bouches-du-Rhône, pour le compte du I.I.A.C. (U.M.R. 8177) — Équipe LAHIC (C.N.R.S., E.H.E.S.S., M.C.C.).

3 Séminaire mensuel Production culturelle du patrimoine et du territoire en Languedoc-Roussillon, M.S.H. Montpellier/C.E.R.C.E., Montpellier, 21 avril 2009.

4 Aubanel paraît en graphie alibertine une semaine avant le centenaire du Félibrige.

5 La C.A.C.E.O. (Confédération des associations culturelles et enseignantes d’Oc) prend voix au chapitre en 1974.

6 La section provençale de l’I.E.O. regroupe en 2009 quinze associations, soit 25 000 adhérents.

7 Question no 22674 (Journal officiel, 13/05/2008 : 3919).

8 Les citations non suivies de références sont extraites d’entretiens oraux.

9 À savoir les membres de Parlaren (Nous parlerons). Le mouvement Parlaren, fondé en 1975 par André Ariès, compte actuellement vingt-deux associations, soit 1 700 adhérents et militants. L’action des associations Parlaren s’appuie notamment sur un mensuel en provençal, Li Nouvello de Prouvènço (Les Nouvelles de Provence), un Centre de documentation provençale à Bollène et le Festival provençal d’Avignon et des pays de Vaucluse.

10 Question no 22674 (Journal officiel 13/05/2008 : 3919). La réponse de la ministre est tout aussi explicite, signifiant aux provençalistes que l’unité des langues d’oc n’est pas moins pertinente sous la bannière occitane qu’elle ne le fut sous celle du provençal : « Pour ce qui concerne le domaine linguistique gallo-roman, les services de l’État n’entendent pas remettre en cause la nomenclature traditionnelle, en usage dans les administrations depuis la loi Deixonne de 1951 : l’occitan est une langue avec différentes variétés dialectales dont le provençal. Chaque variété est l’expression pleine et entière de la langue, qui n’existe qu’à travers ses composantes. Sous l’appellation englobante de provençal, c’est une vision unitaire de la langue « des Alpes aux Pyrénées », que Mistral exprimait dans son dictionnaire « provençal-français » embrassant tous les dialectes de la langue d’oc moderne. Naturellement, la liberté d’expression s’applique ici comme ailleurs, et les locuteurs peuvent librement nommer leurs langues comme ils le souhaitent » (Me disoun Prouvènço, 2008, 22, 7). Logiquement, le Collectif attribue cette réponse à « un fonctionnaire du ministère de la Culture, manifestement très proche du mouvement occitaniste » (Ibid., 12).

11 Les textes issus de cette revue seront dans la suite de l’article signalés par l’abréviation M.D.P.

12 Magazine du conseil général des Bouches-du-Rhône.

13 www.collectifprovence.com/spip.php?article60.

14 Le Parti de la nation occitane a été créé en 1959 à Nice par François Fontan, auteur, entre autre, d’Ethnisme, La Clef, livre dans lequel il défend l’idée d’un fondement linguistique des nations du monde. Exilé en 1963 dans les vallées du Piémont en raison de ses prises de position sur l’indépendance de l’Algérie, Fontan crée une section du P.N.O. des vallées occitanes du Piémont, le Mouviment autounoumisto oucitan (Mouvement autonomiste occitan) dont l’activisme a abouti à une reconnaissance officielle de l’occitan des vallées du Piémont (loi italienne no 482 1999).

15 En 1889, sous le pseudonyme de Guy de Montpaon, le premier des félibres recommande la restauration du Palais des Papes à Avignon pour en faire le « Panthéon de la Provence », ou si l’on préfère une vaste institution intégrant une bibliothèque, un musée des Beaux-Arts, un cabinet des médailles, un musée local d’inscriptions antiques, un musée d’histoire et un musée d’ethnographie (Séréna-Allier 2000).

16 La suggestion a été faite en décembre 2006 en Arles, lors de la présentation publique du projet scientifique et culturel du Museon Arlaten.

17 En occitan reborsièra « contrariante, revêche », de rebors « rebours, contre-pied ».

18 « Arles fait sa Révolution » par l’Art relate Ballet et L’Atelier d’Alexandre, Théâtre antique d’Arles, 30 juin 2007 ; « Sacrée Provence ! Le costume dans tous ses états », mise en scène d’un tableau de François Frédéric Wenzel (1880) représentant le soutien populaire aux prémontrés expulsés de l’abbaye de Saint-Michel de Frigolet, dans le cadre de Festival du Collectif Provence, Théâtre antique d’Arles, 22 juillet 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Sagnes, « Unité et (ou) diversité de la (des) langue(s) d’oc : histoire et actualité d’une divergence », Lengas, 71 | 2012, 51-78.

Référence électronique

Sylvie Sagnes, « Unité et (ou) diversité de la (des) langue(s) d’oc : histoire et actualité d’une divergence », Lengas [En ligne], 71 | 2012, mis en ligne le 07 avril 2014, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://lengas.revues.org/346  ; DOI : 10.4000/lengas.346

Haut de page

Auteur

Sylvie Sagnes

Chargée de recherches C.N.R.S., I.I.A.C. (U.M.R. 8177) – Équipe LAHIC (C.N.R.S., E.H.E.S.S., M.C.C.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org