Navigation – Plan du site
Lectures de Boudou et Ricard

Dans la Grotte du Chien : l’écriture occitane aux prises avec le déjà dit. Sur le chapitre I, 8 du libre dels Grands jorns de Jean Boudou

Jean-Pierre Chambon
p. 79-118

Texte intégral

  • 1 Les références au libre dels Grands jorns et à La grava sul camin sont de la forme « I, 6 » ou « I, (...)
  • 2 Nous citons le chapitre dans la première publication : Oc 227-228 (genièr-junh 1963), 55-57. L’édit (...)
  • 3 Chambon 2009a, 214.
  • 4 Dans ses commentaires (conservés au CIRDOC) sur la notice biographique qui sera publiée dans l’édit (...)
  • 5 Le Guide vert (1962, 28) avertit que « ce mets traditionnel est rarement préparé suivant les rites (...)
  • 6 Vialatte 2000, 968.

1La visite de la Grotte du Chien1, (la Cava del can) est la première des quatre excursions entreprises par le narrateur du livre des Grands jours2. Au même titre que la fontaine pétrifiante de Saint-Alyre (I, 10), le Puy-de-Dôme (II, 4) et Gergovie (II, 8), cette grotte comptait parmi les destinations convenues du touriste partant consciencieusement à la découverte de l’Auvergne stéréotypique3. Excellent connaisseur en la matière, Alexandre Vialatte marqua bien dans sa chronique (20 juin 1961) de La Montagne — chronique que Boudou pourrait donc avoir lue à Clermont4 — que la mise à mort par asphyxie d’« un chien à la grotte de Royat » comptait, au même titre que la consommation du vin de Corent et de la soupe aux choux5 ou que la pétrification de « quelque grand-père en train de danser la bourrée, à la fontaine de Saint-Alyre », parmi les pratiques culturelles les plus significatives de l’Auvergnat6. Selon le principe de composition mis en évidence dans les Grands jours par Brès (1983, 108), la Grotte du Chien, lieu de l’asphyxie, de la répétition et de la désuétude, confronte le narrateur-félibre à la mort et au déjà dit, et suscite les questions du salut, plus exactement de la damnation, et de la continuation de l’écriture occitane.

Un plan et un modèle d’écriture scolaires ; une atmosphère didactique

2Le chapitre I, 8 est divisé en deux parties. Le début de chaque partie est signalé par un emploi de donc. Aux premiers mots du chapitre (« Donc anèri a Roiat » [1]) répond en chiasme l’attaque de la seconde partie : « La Cava del Can, donc » [10], la Grotte du Chien chamaliéroise prenant la place de ce Royat dont le narrateur n’aura presque rien vu. Cette bipartitition est soulignée à plaisir. Dans la première partie, deux verbes antonymes (au même temps et à la même personne) : « anèri a Roiat » [1] corrélé à « me’n tornèri » [9], marquent le début et la fin de l’action. La seconde partie se clôt circulairement sur « dins la Cava del Can » [15], le syntagme la Cava del Can ayant déjà été employé au début de la partie 2 [10] et comme titre. Les deux parties s’articulent sur « m’en tornèri » [9], dernier mot de la première partie et dernier verbe qui fasse progresser l’action : la partie 1 [1-9] est consacrée au voyage aller et à la visite ; la partie 2 [10-15], sur le chemin du retour, à la méditation. Les deux parties sont liées, d’une part, par les deux évocations de l’enfance qu’elles contiennent [3, 12] ; d’autre part, par deux images analogues de la mort, celle des infiltrations de gaz carbonique [6] et celle des brumes symbolisant l’avancée du français [14].

3La première partie se divise elle-même en deux sous-parties respectivement consacrées à la découverte de la Grotte du Chien [2-4], puis à sa visite [5-10]. Ces sous-parties sont marquées par « Era plan aquò », dernière phrase conclusive [4] de 1.1, et « Per dintrar » [5], mots d’introduction à 1.2. Le verbe « dintrar » entre en corrélation, comme la première phrase du chapitre, avec les derniers mots de la partie 1 et de la sous-partie 1.2 (« m’en tornèri »).

4Les deux sous-parties sont précédées d’une introduction : le paragraphe [1]. Bien qu’inclus dans la première partie, celui-ci sert aussi d’introduction à tout le chapitre. Les paragraphes finaux [16-18] se détachent clairement comme l’indispensable conclusion.

5La forte charpente du chapitre est si apparente qu’elle ne peut manquer d’être perçue comme scolaire et de rappeler le plan d’une rédaction dont le sujet serait « Racontez l’une de vos promenades et les réflexions qu’elle a suscitées en vous ». Le titre, qui énonce platement le sujet à traiter, et le caractère conventionnellement pédagogique du site visité concourent aussi à cette impression. La conclusion comportant une citation littéraire [17] dûment référencée (Villon) [18], le genre de textes auquel le lecteur est renvoyé est sans doute davantage la rédaction du niveau du cours complémentaire que celle de l’école primaire stricto sensu.

  • 7 Lafont 1988, 111. Cf. le narrateur de La grava sul camin : « Amic, escrivi per tu al lum d’una paur (...)
  • 8 Lorsqu’il fut reçu au concours de l’école normale de Rodez (1938), Jean Boudou brilla sur un sujet (...)

6L’effet scolaire est concerté : le lecteur apprendra que le narrateur est un instituteur [11] et tout le chapitre est placé sous le signe de la réminiscence de l’école et de l’apprentissage scolaire. Le genre « rédaction », modèle d’écriture que le lecteur est supposé attendre chez un « primaire », est imité avec un soin malicieux. Pour l’auteur, instituteur qui écrivait sur des cahiers réglés d’écolier7, et pour le narrateur, si proche de lui, il peut certes s’agir du rappel d’un genre qui leur aura permis de se distinguer8 et aura joué un rôle dans leur découverte de la pratique de l’écriture. Pourtant, en réalité, les normes de l’écriture scolaire (« un plan », « des phrases courtes », « une introduction, un développement, une conclusion », « faites des paragraphes », « une idée par paragraphe ») ne font qu’apporter ironiquement leur garantie au style que le lecteur sait déjà être celui du narrateur-écrivain.

  • 9 « Ce “ roman ” [est] orienté vers une analyse de l’acte d’écriture » (Ginestet 1997, 127).
  • 10 L’attention portée aux inscriptions urbaines est manifeste dans les chapitres I, 1 et I, 10 (voir C (...)
  • 11 Il convient, contrairement à la pratique des éditeurs du Rouergue, qui emploient l’italique (voir i (...)
  • 12 TLF 11, 1149, s. v. moulé, -ée.
  • 13 Les traducteurs évitent de rendre motladas par moulées (Surre-Garcia : « Un écriteau aux lettres bi (...)

7La construction même du chapitre participe donc à l’élaboration du libre comme la traversée d’une pluralité d’écritures et de discours, et comme une réflexion permanente, en acte d’écriture, sur le fait d’écrire9 (voir ci-dessous). Dans le moule de la rédaction, le chapitre évoque à quatre reprises un intertexte scolaire : une « lecture » d’un livre de sciences [3, 10, 11] et les manuels dans leur ensemble [4]. Il se nourrit aussi d’une citation d’un poète bien accueilli dans les classes : Villon [17]. Intervient également l’intertexte épigraphique urbain10 : citation d’un panneau indicateur11 [2] et d’un écriteau [4]. Les points de suspension qui terminent les trois citations marquent le scrupule (scolaire) du citateur, lequel ne reproduit que le début des deux textes. L’écriteau est lui-même rédigé en lettres bien moulées : « Un cartèl de las letras plan motladas explicava [...] ». Cette écriture manuscrite appliquée, soignée et régulière (ou les lettres peintes imitant une telle écriture12) prolonge l’évocation du monde de l’école primaire [3], qui a modelé le narrateur, en rappelant, à côté des sciences physiques et naturelles et de la rédaction, un exercice d’écriture13. Le verbe « explicava » met en évidence la tonalité didactique, à laquelle contribue le discours rapporté du guide [6], qui vise, lui aussi, à instruire. Enfin, l’écriteau renvoie à « totes los manuals », ouvrant l’intertexte urbain sur la totalité de l’intertexte scolaire.

La première partie [1-9]

8La première partie du chapitre est jalonnée de verbes d’action (le plus souvent de mouvement) au prétérit qui construisent une ligne diégétique d’une grande clarté. C’est essentiellement un itinéraire (accompli d’abord en autobus, puis à pied) qui est narré : « anèri a Roiat amb lo carri » [1], « lo carri s’arrestèt » [4], « davalèri » [4], « me tornèri virar cap a la Cava del can » [4], « La trobèri » [4], « un òme dobriguèt lo portanèl » [5], « m’avancèri » [5], « Me trobèri dins un tròç de cort » [5]. Deux autres prétérits (« vegèri una plancarda » [2], « E aquò me tornèt » [3]) accrochent à la diégèse la remontée des souvenirs, décrite comme un arrière-plan par une série d’imparfaits et occupant tout le paragraphe [3]. La visite de la grotte proprement dite est, elle aussi, traitée à l’imparfait, comme un arrière-plan [6-7]. L’expérience du puits de gaz renoue le fil diégétique (« L’òme l’escampèt sus una candela alucada. La candèla s’atudèt » [9]). Sur les mots « m’en tornèri » [9], le récit prend fin brutalement comme la visite elle-même. La méditation a pris peu à peu le pas sur lui : toute la seconde partie et la conclusion lui seront consacrées.

Le titre

  • 14 Parayre (2007, 69) défait le nom propre en parlant de « la grotte au chien ». Il semble que cette c (...)
  • 15 Attesté depuis 1901 (Boule et al. 1901, 260) : « La grotte du Chien, qui rappelle celle des environ (...)
  • 16 Boudou 1996, 55, 57, 58.
  • 17 Boudou 1982, 155, 156, 157.
  • 18 En dépit de Ginestet (1997, 130 : « cave », « cave scientifique »), le mot ne désigne pas une cave (...)
  • 19 Dans l’Aveyron : ALF 204 p 735 = Calmont et 728 = Séverac-le-Château ; ALMC 92 p 50 = Vimenet (auss (...)

9La Cava del Can, qui revient comme un leitmotiv [2, 4, 10, 15], est un nom propre de lieu14 calquant le toponyme français la Grotte du Chien15, lui-même transfert du nom de la plus fameuse grotte de Pouzzoles. Contrairement à Canivenc16, Surre-Garcia emploie en français la graphie Grotte du chien17, sans doute moins lourde, mais qui présente justement le désavantage de gommer la connotation scolaire que possède la graphie boudounienne, laquelle s’applique à bien marquer par ses deux majuscules la nature du nom propre. Le mot Cava, qui sera employé aussi comme nom commun dans le chapitre (cava [5, 7]), est à la fois un faux-ami18 et un indicateur de régionalité. Dans le sens de « grotte, caverne », le type lexical cava est en effet surtout caractéristique du nord-ouest de l’Aveyron, du nord du Tarn et du nord de la Lozère19.

  • 20 Inscription visible sur une carte postale de la Belle Époque (Steinbrecher/Passelaigue 2007, 69).
  • 21 La Grotte du Chien fit son entrée (anonyme) dans la littérature de curiosités à la fin du xviiie si (...)
  • 22 Intitulé Auvergne, ce volume s’intéresse aussi au nord de la Lozère et au nord de l’Aveyron (Entray (...)
  • 23 On peut encore lire (1er octobre 2011) les inscriptions « Grotte scientifique / Unique en France / (...)

10La Cava del can désigne une « merveilleuse caverne volcanique20 » située à proximité du quartier thermal de Royat, mais sur le territoire communal de Chamalières, à deux kilomètres environ à l’ouest de Clermont21. Au début des années 1960, la Grotte du Chien était accessible aux visiteurs « du 1er avril au 15 octobre, de 8 h à 20 h » (Guide vert, 1962, 13422). Le même Guide ajoute l’essentiel : « Des fissures dans ses parois dégagent le l’acide carbonique qui s’accumule sur le sol [...]. Un chien y étouffe, un homme ne sent rien. [...] L’expérience du chien ne se fait plus ; elle est remplacée par l’expérience de la bougie dont la flamme s’éteint dès qu’on la plonge dans le gaz carbonique ». L’épineuse réalité s’étant chargée de tirer la leçon pratique du diagnostic boudounien (« una vielhariá de mai al sègle des astronaus o de la bomba atomica » [10]), la Grotte du Chien est aujourd’hui fermée23, comme les fontaines pétrifiantes de Clermont et comme le Mirabeau.

L’introduction [1]

  • 24 Surre-Garcia : « Je décidai de me rendre à Royat » (Boudou 1982, 155) ; Canivenc : « Or j’allai à R (...)
  • 25 « Aussi, quand il [l’auteur] songe à raconter une histoire et qu’il se dit qu’il lui faudra, sous l (...)

11La première phrase, qui semble énoncer avec une naïve simplicité l’action (« anèri »), la direction (« a Roiat »), le moyen (« amb lo carri ») et le but (« me passejar »), passerait pour un prototype de phrase de rédaction, si elle n’était mise immédiatement en déséquilibre par le « Donc » initial. En tirant une conclusion avant que rien n’ait été dit, cet emploi de donc prend le contre-pied des règles du savoir-écrire, à telles enseignes que les traducteurs n’osent pas rendre littéralement cette attaque24. « Donc » signale qu’en fait de rédaction, on aura affaire à un à la manière de qui se distancie d’entrée de jeu de son modèle, l’écrivain ne pouvant se résoudre, semble-t-il, à livrer son « La marquise sortit à cinq heures25. »

  • 26 Les traducteurs, Surre-Garcia (Boudou 1982, 155) et Canivenc (Boudou 1996, 55), ont opté pour une p (...)

12« Roiat e Clarmont amb Chamalièras son qu’una vila ça que la » : la seconde phrase exprime l’une des rares notations géographiques du livre qui élargisse le regard à l’échelle de l’agglomération clermontoise. Elle présente la particularité remarquable de pouvoir se lire, sans que le sens soit affecté, soit comme une phrase verbale canonique, si son est pris comme une forme du verbe èsser (< sunt), soit comme une phrase sans verbe, si l’on entend son qu’ comme l’adverbe sonqu’ (son que) « seulement, rien que » (< si non quid26). La première phrase était déjà mise en déséquilibre, la seconde est piégée par son ambiguïté structurelle.

13Au plan des realia, on notera que Royat était en effet facilement accessible à partir de la place de Jaude grâce aux autobus urbains. Le texte emploie pour désigner l’autobus le mot carri, c’est-à-dire le mot qui s’applique (comme car dans le français de Clermont-Ferrand des années 1960) aux autocars des lignes rurales. L’itinéraire Clermont-Chamalières-Royat qui est suggéré sera de nouveau emprunté, en taxi cette fois, lorsque le narrateur excursionnera de Clermont au Puy-de-Dôme sous la conduite de son ami le curé défroqué : « Per Chamalièras, Roiat » (II, 4, 2). Après la mise en place des deux axes routiniers du narrateur aux chapitres précédents, vers l’est (place de Jaude — place Delille — la gare) et vers le sud (rue Lamartine — place de Jaude — place Chapelle de Jaude/de la Résistance), le chapitre ouvre plein ouest un troisième cheminement linéaire (rue Blatin — avenue de Royat — avenue de la Vallée), toujours à partir du point central qu’est la place de Jaude (et ses abords immédiats), cadre du chapitre précédent (I, 7) et du suivant (I, 9).

Toponymie de l’exil [titre, 1-2]

  • 27 Clermont fut même désigné comme « Clermont », au début du manuscrit autographe (CIRDOC) ; la forme (...)
  • 28 Manry/Chazal 1979, 34 ; Chambarlailo dans le parler de Chapdes-Beaufort/Bromont (Bonnaud 1975, 16)  (...)
  • 29 « Occitània sus la talvera, cementèri desbatejat » (II, 4, 11).
  • 30 Bodon 1996, 55.

14Le début du chapitre est saturé de toponymes : trois noms de communes (Roiat [1 (deux occurrences)], Clarmont [1], Chamalièras [1]) et la Cava del can [titre, 2]. Comme toute la toponymie clermontoise et auvergnate des Grands jours, ces noms de lieux sont de purs calques du français27. Il ne peut en aller autrement. On vient d’apprendre que depuis son arrivée à Clermont le narrateur « n’[a] pas ausit encara un mot ni de patés o dialecte, ni òc ni non en lenga d’Oc » (I, 7, 7) : nul n’a pu lui apprendre le nom occitan de Chamalières (Tsambaleyra28) ; et « pas solament una cadièira » (I, 7, 7) pour enseigner l’orthographe (< Roiac> ?). Le monde n’est à présent nommable, et donc saisissable, qu’à travers le prisme du français, dans l’entre-deux (« nèbla grisa » [14]) d’une nomenclature en occitan-calque. Jamais emprunts de détresse n’ont mieux mérité leur nom. Les toponymes boudouniens des Grands jours sont l’expression même, dans la langue, de la dépossession de la langue et de sa mort. Étranger dans son propre pays d’oc [17], le narrateur est le seul habitant d’un « cimetière débaptisé29 ». Signalons au passage que les Éditeurs du Rouergue altèrent le texte à contresens en greffant sur le « Chamalièras » boudounien [1] la forme auvergnate du suffixe pour former un « Chamaleiras » de leur propre cru30.

Se passejar : la promenade impossible [1]

15La visite à Royat est placée sous le signe de l’otium et du divertissement bien tempéré. La première phrase semble répondre aux questions (« Ont anar ? Aqueles jorns, aqueles grands jorns que n’èri mèstre de que ne far ? ») que le narrateur se posera un peu plus tard (II, 5, 2), sur le seuil de son hôtel. Comme il a déjà été noté (ci-dessus), donc n’introduit ici aucune conséquence tirée d’un énoncé antérieur, pas plus qu’il ne marque une continuité du récit. Son emploi abruptement à vide indique que le narrateur part pour Royat au terme de considérations ne méritant pas d’être rapportées. Le mot donc instaure paradoxalement une discontinuité dans le ressassement du monologue intérieur. Le narrateur entend s’évader des pensées qui après son installation à Clermont (I, 1, 2, 3, 4) l’ont occupé durant les trois chapitres suivants (I, 5, 6, 7), grâce à une première échappée hors de sa routine clermontoise. Une promenade à Royat, localité « étagée dans le frais vallon de la Tiretaine », dont les cascades « apport[e]nt [...] un grand élément de pittoresque » (Guide vert, 1962, 134), est donc tout indiquée. La « classique vallée de Royat » est depuis le xixe siècle « le point le plus visité des entours de Clermont », le locus amoenus par excellence, « justement [...] comparé à ceux chantés par Tibulle et Horace », et qui « jouirait d’autant de célébrité que la fontaine de Vaucluse, s’il avait eu un Pétrarque pour lui consacrer ses vers » (Doniol 1900, 359-360). Dans les années 1960, Royat était un point de départ pour les promeneurs : parmi « les nombreuses promenades que le séjournant peut faire dans les environs immédiats », le Guide vert (1962, 135-136) en propose neuf, à pied (une heure à trois heures de marche) ; encore ne s’agit-il que « [d]es plus intéressantes ». Sur les intentions initiales du promeneur, voir encore ci-dessous.

16La tentative du narrateur d’échapper à son monde intérieur se soldera par un échec. Du « frais vallon » et des « frais paysages », des « belles échappées », des « vues superbes » et « étendue[s] » vantés par le Guide vert, il ne verra rien. Le projet de promenade tournera court et la promenade à Royat se limitera à la seule visite de la Grotte du Chien, avant le retour à Clermont [9]. Le narrateur n’aura même pas mis le pied à Royat : la grotte est à Chamalières et l’arrêt de bus aussi (comme presque tout le parc thermal). La fuite s’avère illusoire [15]. Ellipsé en tant qu’action, le retour à Clermont [10-15] sera un retour au monologue intérieur.

L’anamnèse [2-3]

  • 31 Un témoin, qui n’est pas un lecteur de Boudou, pense avoir vu ce panneau (dans notre propre souveni (...)
  • 32 Qui écrit : « cette lecture, à la fin de la leçon, sur le gaz carbonique » (Boudou 1982, 156).

17Favorisée par le choix, lui-même régressif, d’un modèle d’écriture propre à l’enfance ou à la pré-adolescence, l’anamnèse est déclenchée par un texte : celui d’un panneau publicitaire (« La Cava del Can... ») lu au moment où la carrièira (l’avenue de Royat) passe sous le « pont del camin de fèrre » [2], c’est-à-dire sous le viaduc permettant à la ligne Clermont-Bordeaux par Tulle d’enjamber la vallée de la Tiretaine31. La remontée des souvenirs à la conscience est évoquée, en une syntaxe qui se passe de verbe principal (procédé peu recommandé dans les classes), par une proposition circonstancielle de temps suivie d’un complément circonstanciel de lieu, puis de deux syntagmes nominaux, le premier appartenant encore au thème, le second, longuement expansé, formant le rhème, annoncé par les deux points : « Quand èri pichon, a l’escòla, mon libre de sciéncias : aquela lectura a la fin de la leiçon sul gas carbonic » [3]. Le souvenir revient par étapes successives, le dernier syntagme marquant le terme du processus. Par opposition aux trois premiers segments syntaxiques, séparés par deux virgules, le syntagme final forme un seul groupe de souffle. Il dit qu’après les trois premières étapes, le souvenir est atteint d’un seul coup dans sa complétude et son entière précision (en dépit de la traduction proposée par Surre-Garcia32, ce syntagme ne doit donc pas être morcelé par la ponctuation).

  • 33 « Sur un bâton de craie, on verse un acide, même faible, tel que le vinaigre : un bouillonnement se (...)
  • 34 Aveyr. fourfouillá v. intr. signifie « bouillir à gros bouillons, avec bruit » (et « agiter l’eau a (...)

18Les phrases suivantes (verbales) [3] rendent pleinement présent le contexte de la « lecture » : la leçon sur le gaz carbonique donnée autrefois par l’instituteur33. Le souvenir se concrétise sur les plans visuel (« Me semblava l’aver davant los uèlhs lo libre de sciéncias »), olfactif (« Sentissiái encara lo vinagre fòrt que lo mèstre veniá de vojar dins un botelhon sus una pèira de cauce ») et aussi auditif (« Aquò forfolhava34 »).

  • 35 Vayssier 1879, 77 (pèyro de Caūsse), 471 (pèyro de caūsse).
  • 36 Respectivement Boudou 1982, 156 et 1996, 55.
  • 37 Vayssier 1879, 77 ; FEW 2, 73b, calcinus.
  • 38 Bodon 1996, 55.

19Notons au passage que les traducteurs ne semblent pas avoir rendu exactement pèira de cauce [3]. Cette lexie complexe signifie en effet « pierre calcaire35 », mieux que « pierre de chaux » (Surre-Garcia et Canivenc36). L’effet obtenu par la chose dans l’expérience du maître d’école serait certes le même, mais les sens et surtout les connotations ne sont pas identiques. Une pèira de cauce ne relève pas du matériel pédagogique ordinaire. Dans sa désignation, le nom des causses37 reste pleinement perceptible : c’est un morceau du « pays » qui sera évoqué plus loin [14]. Ce détail lexical oriente le lecteur, d’une manière largement concordante avec l’indice trouvé dans Cava/cava (ci-dessus), vers la « patrie du narrateur » : au total, Rouergue ou Gévaudan plutôt qu’Albigeois. Les Éditeurs du Rouergue, de leur côté, s’empressent d’effacer « cauce » pour imprimer « pèira de cauç38 ». Ils altèrent ainsi le texte de Boudou afin que le défunt écrivain justifie le faux sens qu’ils commettent. Leur mépris du texte et le sans-gêne dont ils font preuve à l’égard de l’auteur n’ont d’égal que leur insensibilité littéraire.

  • 39 Cf. « las escòlas dels « Mèstres » » dans La grava sul camin (II, 4 ; Bodon 1976 [11956], 67), prob (...)

20Partant d’un texte pour remonter à un autre, l’anamnèse a soudain fait resurgir l’enfance, l’école, le maître (l’emploi du substantif mèstre incite fortement à penser que l’école est une école laïque39), la leçon, un premier livre, un premier texte et la grotte d’écriture. Le chapitre reprend cette matière en engendrant, sous un titre emprunté au panneau et identique, peut-on supposer, à celui de la « lecture », un nouveau texte, partie d’un autre livre. Il assure par là (on verra par quelles voies, ci-dessous) le passage du libre lu de l’enfance au libre à écrire et qui s’écrit.

Trouver la grotte [4]

21La remémoration n’a pris, au plus, que la trentaine de secondes nécessaires à l’autobus pour parcourir les quelque deux cents mètres séparant le viaduc de l’arrêt le plus proche, un peu en aval de la place Allard.

22Lorsque le bus s’arrête, le narrateur en descend aussitôt. Loin d’hésiter entre les nombreux buts de promenade qu’offre Royat ou de partir au hasard, il est comme aimanté par la Grotte du Chien : « me tornèri virar cap a la Cava del can ». Il sera bon de rappeler ici que Royat était desservi par les autobus de la ligne 1 proprement dite et par ceux de la ligne 1 P. La ligne 1 avait son terminus à l’arrêt de la place Allard, peu après le viaduc de la SNCF, au centre de la station thermale ; avant de stationner, le chauffeur effectuait un demi-tour sur la place, puis faisait descendre les voyageurs avenue de la Vallée, sur le trottoir le long du parc thermal, le véhicule étant ainsi déjà prêt à reprendre sa route vers Clermont par le même trajet qu’à la montée. Quant aux autobus de la ligne 1 P, qui continuaient vers Royat-Bourg par la vallée de la Tiretaine, ils s’arrêtaient au contraire à la montée en face du parc thermal et de l’arrêt de la ligne 1, à proximité de la Maison des curistes.

23Or, la périphrase verbale me tornèri virar implique que le narrateur effectue un demi-tour pour se diriger « cap a la Cava del can », ce qui implique encore qu’il a emprunté la ligne 1 P. Comme le texte impose de le comprendre (« Tanlèu que lo carri s’arrestèt, davalèri »), il n’est descendu place Allard que parce qu’il a aperçu le panneau publicitaire qui a suscité en lui le vif désir de visiter la Grotte du Chien. Il n’avait donc, au départ, aucune intention de descendre place Allard et avait par conséquent emprunté à dessein la ligne 1 P, qui l’aurait mené jusqu’à Royat-Bourg (voire jusqu’à la Maison Rose), destination offrant de fait à qui veut « [s]e passejar » [1] des points de départ beaucoup plus commodes que la place Allard.

24Après son demi-tour, le cheminement du narrateur fait l’objet d’une ellipse, mais il peut être facilement catalysé. Le narrateur redescend d’abord l’avenue de la Vallée jusqu’au panneau qui a retenu son attention, puis prend à droite — sur l’indication du panneau — le long du viaduc (avenue du Viaduc, aujourd’hui avenue des Thermes), pour repasser sous la ligne de chemin de fer (avenue des Thermes) et découvrir enfin à peu de distance l’entrée de la Grotte du Chien, dans l’espace délimité par l’avenue des Thermes, l’avenue de la Gare et la rue Aubert. Ce bref parcours un peu compliqué, qui se situe en totalité sur le territoire de la commune de Chamalières, explique la phrase suivante : « La trobèri ».

25Quoique l’entrée de la grotte soit bien visible depuis la rue, une confirmation textuelle paraît néanmoins indispensable au narrateur, celle que lui apporte un écriteau. Celui-ci comporte des explications supplémentaires (« explicava ») : « Aicí cava scientifica mençonada dins totes los manuals... » L’authenticité de l’inscription est garantie par les points de suspension, et les lettres moulées qui signalent sans doute le caractère désuet du petit établissement touristique ont de quoi inspirer confiance. Le syntagme « cava scientifica », qui permet d’opposer la Grotte du Chien aux grottes non conformes aux exigences de la science, grottes romantiques, grottes mystiques ou encore grotte de la Nativité, semble réaliste : on peut le lire encore in situ, bien qu’en français (« Grotte scientifique », voir ici note 23). Tout se passe comme si seul un texte était à même de vérifier la coïncidence du réel présent et du souvenir, lui-même textuel. Mieux : la Grotte du Chien apparaît comme le lieu où des mentions (« mençonada ») textuelles — celles du panneau, celle du livre de sciences, celle de l’écriteau et celles d’un très grand nombre de manuels — viennent coïncider. Nœud intertextuel institué par le panneau en universel lieu commun de l’écriture et de la culture, la Grotte du chien est d’abord un être de texte et de langage. Un « Era plan aquò » [4] rassuré conclut la séquence. Progressant de texte en texte, le protagoniste n’a pas encore dirigé son regard sur la réalité.

Le droit d’entrée et le début de la visite [5]

  • 40 « Lo Libre dels Grands Jorns es tanben una autobiografia. [...] E tot çò que conti aquí se pòt veri (...)
  • 41 Vernet 1998, 56. Ce petit chalet muni d’un toit pointu se trouvait, d’après des cartes postales anc (...)

26« Per dintrar caliá pagar cent francs » : conformément aux dires de Boudou40, le prix à acquitter est scrupuleusement exact. Le Guide vert de 1962 indique « Entrée : 1 NF ». Comme les autres prix mentionnés dans les Grands jours (III, 2, 18 ; III, 3, 2), le droit d’entrée est formulé en anciens francs (les nouveaux francs furent créés le 1er janvier 1960). Ce détail de la vie pratique montre que le narrateur reste attaché à un monde disparu. Le « fenestron » — manière décalée de désigner sans doute un guichet (ci-dessous) par lequel on s’acquitte du droit d’entrée — est peut-être celui du « chalet d’accueil41 », aujourd’hui démoli, mais nous ne savons depuis quand. L’obole à Caron est nécessaire pour accéder à une grotte qui « était prise autrefois pour un soupirail de l’enfer » (Guide vert 1962, 134) ou pour l’une de ses portes, avant que les livres de sciences ne viennent mettre bon ordre à cela.

  • 42 Un témoin se souvient d’une porte grillagée (années 1970).
  • 43 Boudou 1982, 156.
  • 44 Boudou 1996, 56.
  • 45 Vayssier (1879, 645, s. v. trouos, tros) : « Devant un nom de personne ou d’animé [restriction d’em (...)
  • 46 Aveyr. pèyro négro (Vayssier 1879, 470) ; ø FEW 8, 315a, petra.
  • 47 Respectivement Boudou 1982, 156 et 1996, 56.

27Cette transaction propédeutique, commerciale et symbolique, autorise à franchir « lo portanèl42 ». Le visiteur est alors pris en main par un guide, désigné comme « un òme » [5], puis comme « l’òme » [6, 7, 8] (repris par « Lo » [9]). Le point de départ de la visite est « un tròç de cort davant la cava ». Le tour un tròç de cort est, selon nous, nettement péjoratif. Il ne s’agit pas, malgré Surre-Garcia43, d’une « petite cour », ni d’« une sorte de cour », selon la version de Canivenc44, mais plutôt d’« une méchante (petite) cour45 ». La visite se poursuit dans « un trauc prigond que s’enfonçava dins la pèira negra ». Les traducteurs rendent mal ici pèira negra : on a affaire à un synthème qui signifie précisément « basalte46 » et non pas, malgré Surre-Garcia et Canivenc, à un syntagme libre ayant le sens de « pierre noire47 ». Le précieux Guide vert (1962, 134) confirme que la Grotte du Chien est « creusée dans le basalte » (coulée du Petit Puy-de-Dôme).

Ce qui se joue dans la grotte [6-7]

28La visite de la grotte proprement dite n’est pas traitée comme une péripétie du récit. Du paragraphe [5] (« Me trobèri dins un tròç de cort davant la cava ») jusqu’à la fin du paragraphe [8], qui transporte à nouveau dans la cour, la diégèse est suspendue. Cette suspension est un moyen sûr de pousser le lecteur à se demander ce qui se passe dans la grotte, au-delà du monologue sans intérêt du guide [6] et des réflexions du narrateur [7]. La grotte ne fait pas non plus l’objet d’une véritable description : c’est « un trauc prigond » [5], « lo trauc » [6].

  • 48 Le Guide vert pourrait procéder lui-même de Boule et al. 1901, 260.

29L’« òme » parle comme un livre et plus précisément comme un guide [6]. Ses paroles, rapportées au style indirect, puis au style indirect libre, paraissent en effet adaptées du Guide vert (1962, 134). Comparer « Parlava [...] de gas carbonic que seguiá qualque vena del ròc e s’amassava al fons de la cava : mieg metre, un metre... L’auçada cambiava amb lo temps e la calor » et « Des fissures dans ses parois dégagent de l’acide carbonique qui s’accumule sur le sol jusqu’à une hauteur variable suivant la pression atmosphérique mais généralement de 50 cm environ à l’entrée, de plus d’un mètre (2,5 m) par temps orageux) au fond48 ». Mais plus encore, ce sont tous les textes déjà évoqués (voir ci-dessus) qui viennent de nouveau coïncider, cette fois avec le discours de l’« òme » : le livre de sciences, les explications de l’écriteau, « totes los manuals » et aussi, en sous-jacence, le texte du Guide vert. D’où le désintérêt que manifeste le visiteur : « Escotavi pas l’òme. O aviái legit tot aquò dins mon libre » [7]. Dans la grotte, le déjà lu, le déjà écrit, le déjà dit oppressent le narrateur-félibre, mis en situation d’éprouver la question qui se pose à lui comme écrivain : comment échapper à la redite, à la leçon apprise du maître, comment continuer ? « Tout est dit, et l’on vient trop tard ». Ce topos n’est pas réfléchi par le narrateur, mais concrètement vécu par lui dans l’espace confiné de la grotte, sur le mode angoissant de l’étouffement (le verbe s’estofar est dans le secteur [6]) et de l’asphyxie mortelle. C’est l’art de Boudou dans les Grands jours que d’élire les lieux permettant de faire émerger ou de traiter adéquatement les questions du « roman », lesquelles portent souvent, il va sans dire, sur la littérature.

  • 49 Chambon 2009, b, 38-39, 42-43, 44-45.
  • 50 Alexandre Vialatte a souvent conté ces cruautés scientifiques et pourquoi elles prirent fin : « Je (...)
  • 51 Allusion au « banc des belles-mères » dans Mazataud/Damase (1998, 129).
  • 52 « Ces caves se nomment, en langage vulgaire, étouffis ; parce qu’en y entrant, l’on sent tout-à-cou (...)

30Dans un mouvement typique de dénégation (qu’on retrouvera mutatis mutandis au chapitre II, 249), la fin du paragraphe [7] tente de repousser le questionnement qui se fait jour, en s’abaissant jusqu’au ton de la blague : évocation des protestations que la Société protectrice des animaux ne manquerait pas d’élever en cas de reproduction de l’expérience du chien50, puis du « banc de las bèlas-maires, al pus fons », là où les émanations sont le plus sensibles. Ce banc, supposé permettre aux gendres de se débarrasser de leurs belles-mères, est un élément avéré de folklore oral — plaisanterie topique, répétée à chaque visite, encore bien ancrée dans les mémoires clermontoises51 — et par conséquent un écho du discours du guide (pénétrant le narrateur, qui écoute donc tout de même, d’une oreille distraite). Malgré la trivialité délibérée de ces propos, le texte n’en souligne pas moins que ce qui se joue dans la grotte est bien une question de vie ou de mort52. C’est en effet l’expérience vécue de sa propre mort par asphyxie que la Grotte du Chien propose ainsi au touriste, pour pas cher, si l’envie lui prend de s’asseoir sur le banc.

Le puits infernal [8, 16-17]

  • 53 Sur une carte postale de la Belle Époque (Vernet 1998, 55), on voit la margelle du « Puits de Gaz » (...)

31Au sortir de la grotte quelques éléments se détachent, qui appellent l’attention du narrateur (un puits, un seau et, intégrée à la diégèse, l’expérience de la chandelle53) :

32I aviá tanben lo potz al mièg de la cort. Una gèrla davalava al cap de la cadena. E quand tornava montar semblava vuèja. L’òme l’escampèt sus una candèla alucada. La candèla s’atudèt. [8]

  • 54 Le vers de Villon signifie : « Je meurs de soif auprès de la source d’eau vive » (Rychner/Henry 197 (...)
  • 55 « La vida », v. 15 (Bodon 1975, 53).

33Là est l’essentiel de ce que le chapitre retient de la visite. La leçon véritable de cette expérience est tirée en conclusion (« Jamai degun beurà pas de la gèrla que se tira del potz » [16]) et prolongée par une citation de Villon : « Crèbi de set al prèp de la fontana » [17]. Le puits, le seau, l’emploi du verbe beure, le motif de l’homme assoiffé près de la fontaine ou de la source54 mettent en place en deux temps [8, 16-17], de manière allusive, une référence évangélique à l’épisode de la Samaritaine (Jn 4), épisode dont Boudou esquisse une version décalée et déceptive. L’homme assoiffé n’est pas le Christ — qui est l’absent en cette Grotte —, mais celui qui le cherche. La soif est celle du narrateur identifiée à celle de la Samaritaine, une schismatique une impure aux côtés de laquelle ce dernier vient prendre place ; mais on a beau puiser, le seau est vide d’eau et la rédemption, impossible. Une allusion au même épisode de Jean figurera dans Sus la mar de las galèras, où la réécriture de « Vous adorez ce que vous ne connaissez pas » (Jn 4, 22) en « Coneissi pas lo que prègui » fournit les derniers mots du recueil, avant les dates de lieu et de temps du dernier poème : « Clarmont d’Auvèrnha, estiu de 197055 ».

  • 56 La légende de Tantale est sous-jacente au vers de Villon : voir Ménard 1966.

34Le vide n’est cependant qu’une apparence (la gerle « semblava vuèja » [8]). Ce que l’on retire du puits méphitique est bien « comme une eau » (« [lo] gas pesuc que dormissiá coma una aiga » [6]), mais une eau stagnante, une eau de mort : le contraire infernal de « l’eau vive » (Jn 4, 10), de la « source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle » (Jn 4, 14). Les « vena[s] del ròc » [6] ont mis le narrateur en contact avec le monde des damnés et des revenants : comme on l’a déjà rappelé avec Guide vert (1962, 134), la Grotte du Chien passait en effet « pour un soupirail de l’enfer » (voir aussi ci-dessous). Le vers traduit de Villon (« Crèbi de set al prèp de la fontana » [17]) est chargé de résumer la situation dans laquelle se trouve le narrateur à la fin de la visite : il connaît la source de vie éternelle, mais il ne peut s’y abreuver. Il subit le supplice infernal de Tantale56, condamné par Zeus : il est déjà damné. Sa soif — celle aussi qui constamment l’assaille (I, 1, 4, 5, 6 etc.) — apparaît non seulement comme l’expression de son désir de vie éternelle, mais en même temps comme la préfiguration de son châtiment en enfer. Fusion des condamnations, en l’occurrence : la peine est celle qu’encourra banalement le buveur invétéré, mais aussi celui qui n’a pu croire.

  • 57 Chambon, à paraître, § 10.
  • 58 Chambon 2009, b, 37 et 2011, 487-488.
  • 59 Chambon 2011, 494, 537.

35Le chapitre I, 8 marque donc en filigrane une étape dans la quête religieuse du narrateur. Nul doute qu’il s’agisse, après l’eau du baptême johannique (I, 357), la fréquentation retrouvée d’une église (I, 3, 658) et le retour (discret) à la prière (I, 659), d’un échec et d’un recul. L’expérience de la « cava sciéntifica » ne s’est pas moins transformée en une expérience spirituelle intense et révélatrice : celle d’un contact sensible avec la damnation dont la cause est dite, au paragraphe [14], par déplacement euphémique et condensation sur renegar (« jurer »/« renier ») : le reniement de Dieu. L’expérience du puits débouche, aux lisières de la conscience, sur un bilan personnel ; ainsi le chapitre mérite-t-il sa place sous le titre « L’eternitat » de la première partie.

  • 60 Chambon 2009, a, 219-223. Notre interprétation semble confirmée par ces vers inédits de Boudou que (...)
  • 61 Chambon 2009, b, 51-52.

36Le moment de la Grotte du Chien est à inscrire dans une double corrélation : d’une part, avec l’enfer blanc de la fontaine pétrifiante (I, 1060), où l’abîme semble atteint à nouveau, in fine, presque jusqu’à la déraison ; mais aussi et surtout avec l’instant d’illumination devant la Croix qui suivra, à Saint-Pierre de Jaude (II, 2, 17-1861). Bien que de sens contraire, les expériences de la Grotte et de Saint-Pierre ont en commun d’être antérieures à la mise en pensée claire, c’est-à-dire à la discussion explicite des thèmes de l’enfer et de la foi aux chapitres 6 (« L’infèrn ») et 7 (« La fe ») de la seconde partie. Elles n’en sont pas moins décisives dans le cheminement intérieur du narrateur.

La fin de la visite [9]

  • 62 Le Guide bleu (1979, 223) écrit en effet : « Autour de la grotte, [...] ont été réunies quelques an (...)
  • 63 La visite à la fontaine pétrifiante de Saint-Alyre (I, 10) est aussi un tête-à-tête avec le guide ( (...)
  • 64 Une saison en enfer, « Délires II. Alchimie du verbe » (éd. Brunel 1987, 273).
  • 65 « Le Felibritge se trachava de blòdas e d’esclòps et de manjar de cebas » (lettre à Mouly du 1er ao (...)
  • 66 Par ailleurs, Ginestet (1997, 131) envisage favorablement l’hypothèse selon laquelle « “ La Cava de (...)

37La « grotte scientifique » est pourvue d’un appendice muséographique. L’« homme », dont on peut penser qu’il est le propriétaire ou le concessionnaire des lieux, a en effet amassé dans la cour un grand nombre de vieilles choses qu’il entend montrer et commenter. Cette collection de bric et de broc (« de molins de sal o de pebre, de terralhas o topinariás ») possède un caractère ethnographique, peut-être aussi archéologique62. Le narrateur refuse ces signes hétéroclites, décontextualisés et dérisoires d’un passé pour curistes désœuvrés et peu exigeants. Seul visiteur — on le comprend à présent (« Encara m’auriá parlat l’òme63 ») —, il laisse son guide à ses gesticulations. Comme plus tard à la fontaine pétrifiante (I, 10), la visite tourne donc court, au désappointement des mentors. L’image de l’« homme » remuant les bras (« Lo daissèri bracejar ») au milieu de ses « vielhariás » anticipe l’image finale du chapitre I, 10, celle du félibre pétrifié : « Bracejariái e levariái lo pè, felibre per l’eternitat... ». Il est donc question, dès le chapitre I, 8, de la « vieillerie poétique64 » sous ses espèces félibréennes65, vieillerie à laquelle le narrateur tourne le dos pour exorciser, écrit Ginestet (1997, 129), la « tentation nostalgique66 ». Le narrateur repart alors (« me’n tornèri »), sans avoir rien vu d’autre de Royat que la Grotte (chamaliéroise) du Chien. Nouvelle fuite.

La seconde partie et la conclusion [10-18]

38La seconde partie est caractérisée par la suspension complète de la diégèse. Tant bien que mal canalisé par le récit dans la première partie, le flux de la pensée se répand dans la seconde partie et dans la conclusion. Le texte suggère clairement [9] que la méditation se développe au sortir de la Grotte sur le chemin du retour (le cadre du chapitre I, 9 sera clermontois). La structure est beaucoup moins stricte ; le texte progresse par enchaînements successifs, dans une démarche en fin de compte circulaire : de la Grotte, la méditation revient au livre de sciences [11], du livre, elle passe au pays de l’enfance [12], de celui-ci au langage [13], puis au pays [14], de la disparition du pays à la fuite jusqu’à la Grotte du Chien [15].

Vieilleries [10]

  • 67 Boudou 1982, 156.
  • 68 Boudou 1996, 57.

39La seconde partie s’ouvre sur une phrase averbale : « La Cava del can, donc » [10]. La reprise du titre permet de relancer le chapitre en le rethématisant. Les traducteurs renâclent devant ce second emploi atypique de donc, à valeur résomptive : Surre-Garcia écrit « La Grotte du chien, nous y voilà67 » (le narrateur vient pourtant de partir) ; Canivenc, « La Grotte du chien, à propos68 ». On peut proposer : « La Grotte du Chien, bon » ou « La Grotte du Chien, d’accord » (manière de dire : c’est fait, ou : ce n’était que cela).

  • 69 Respectivement Boudou 1982, 156 et 1996, 57.
  • 70 Attesté depuis 1930 (FEW 25, 641a, astrum) ; bomba atomica est aussi emprunté au français (bombe at (...)
  • 71 Chambon 2010, 128 et n. 6.
  • 72 Ricon de Savinhac est né « dins lo mes de decembre de mila nòu cents vint-e-dos » (La grava sul cam (...)

40Comme les objets rassemblés dans la cour [8], la Grotte du Chien est elle-même une « vielhariá » [10]. Elle a partie liée avec un monde disparu. Il ne s’agit pas que de pédagogie. Le siècle est devenu celui « de las astronaus o de la bomba atomica » [10]. Les traducteurs, Canivenc aussi bien que Surre-Garcia69, rendent curieusement astronaus s. f. pl. par « astronautes », alors qu’il s’agit d’un emprunt adapté à frm. astronef s. f. « véhicule spatial70 ». On comprend que pour le narrateur il y a deux xxsiècles, le second commençant en 1945, avec l’explosion de la première bombe atomique, et se prolongeant jusqu’au premier vol d’un spoutnik (1957), voire jusqu’au premier voyage dans l’espace (avril 1961). La manière dont cette périodisation est exprimée renvoie implicitement à la situation géopolitique issue de la seconde guerre mondiale (les deux superpuissances et la division politique du monde en deux camps), et ce d’une manière qui est loin d’être symétrique (Hiroshima vs Spoutnik). Selon nos supputations, basées sur les données du chapitre I, 571, le narrateur, appartenant à la génération qui eut vingt ans entre 1939 et 194572, est âgé d’une quarantaine d’années. Il a lui-même, en tant qu’occitanophone, été schizé par le siècle, comme le feront entendre les paragraphes [12] et [14].

« Dins lo meu burèu, de mon escòla, al meu païs » [11]

  • 73 La traduction de Surre-Garcia (Boudou 1982, 157) manque cet effet de variatio stylistique : « dans (...)
  • 74 Respectivement Boudou 1982, 157 et 1996, 57.
  • 75 Chambon 2010, 130.

41La méditation du narrateur revient alors à la source de l’épisode : le vieux livre de sciences, qu’il s’agit maintenant de localiser dans le présent. La question est à peine posée (« E lo meu paure libre, ont podiá èsser, lo meu libre de sciéncias », sans point d’interrogation) que la réponse se présente, introduite par deux points. Le repérage mental procède par étapes, comme au paragraphe [3], au moyen de trois syntagmes prépositionnels de formes variées : « dins lo meu burèu, de mon escòla, al meu païs » [11]73. Tout porte à penser que burèu est à entendre ici comme le nom d’un meuble, non d’une pièce. Séparé du précédent par une virgule, le syntagme « de mon escòla », construit en apposition, apporte une précision supplémentaire : il convient de traduire, nous semble-t-il, « celui de mon école » (ellipse de lo de mon escòla), et non pas « dans mon école » avec Surre-Garcia ou « de mon école » avec Canivenc74 (comme si de mon escòla était un complément déterminatif, étrangement disloqué, alors, de burèu). Le lecteur apprend ainsi fort discrètement que le narrateur-écrivain est instituteur. Sa vie l’a conduit de l’école [3] à l’école [11]. Il est professionnellement voué au déjà dit et à la répétition, mère de la pédagogie : héritier du mèstre, il a sans doute donné bien des fois la leçon sur le gaz carbonique et refait l’expérience de la pèira de cauce. On peut également inférer que le narrateur dispose de deux bureaux : l’un réservé à son activité professionnelle, dans sa classe ; l’autre, chez lui, celui sur lequel il exerce ce qu’il considère comme son vrai métier, le métier d’écrivain75 (I, 5, 10). Deuxième fracture, entre le rôle social et l’être profond.

42« Darrièr ieu tot aquò » rejette dans le passé définitivement révolu du narrateur l’exercice de sa profession et son insertion dans un « pays ». La rupture consommée avec son milieu professionnel et géographique comme avec sa famille, pour le peu de temps qui lui reste (I, 2, 22), est une seconde césure dans sa vie. Devant lui : seulement la tâche à accomplir — celle d’écrire (I, 5, 10) — et la mort prochaine.

Une enfance au village
et la situation de la langue d’oc vers 1930 [12]

  • 76 Cf. (lo) paure mòrt dans « L’èrba d’agram », v. 2 (Bodon 1975, 26). Voir FEW 8, 57b et n. 5, Pauper(...)
  • 77 Boudou 1982, 157. Le mot paures n’est pas rendu et vieilles personnes introduit en outre un euphémi (...)
  • 78 Boudou 1996, 58.

43L’évocation du « païs » dont le narrateur est dépossédé [11] fait affluer les souvenirs d’une enfance villageoise. D’après nos estimations quant à l’âge du narrateur, ces souvenirs remontent à l’entre-deux-guerres : vers la seconde moitié des années vingt et dans la première moitié des années trente. Après une phrase évoquant les galopades en sabots « per la carrièiras del vilatge », le souvenir se canalise vite vers l’usage social de la langue d’oc. Entre eux, dans les rues, les enfants s’interpellaient « solament en òc ». Hors de l’école, l’instituteur parlait comme le village (« coma nosautres »). De même le curé quand il s’adressait aux vieillards. Le narrateur ne peut, sauf à commettre une grave transgression, évoquer ces derniers — bien entendu défunts au moment de l’énonciation — qu’au moyen du tour formulaire respectueux « [los] paures vielhs76 » ; or, cette marque patente de son adhésion profonde aux pratiques langagières traditionnelles du groupe (« nosautres ») se trouve gommée par Surre-Garcia (« [les] vieilles personnes77 »), tandis que la traduction calquée de Canivenc (« [les] pauvres vieux78 ») fait preuve, si on la lit en français conventionnel, d’une commisération déplacée. Hors des relations villageoises, le père du narrateur n’employait que la langue d’oc : sur le foirail — ce qui conduit à penser qu’il était probablement paysan, sans doute éleveur —, dans les magasins « de la vila » et même dans les burèus des administrations.

  • 79 « La glèisa a tuada nòstra lenga aicí. [...] es ela que a pas mantenguts los presics en lenga d’òc  (...)
  • 80 Cf. le constat de La Santa Estèla : « Pagavi, pagavi... Me mercavan dins totes los cartabèus. Mas a (...)

44Si ce tableau sociolinguistique est positif, il n’est pas pour autant triomphaliste. À son revers, les fêlures ne manquent pas : à l’école le français règne ; le curé use de cette langue quand il ne s’adresse pas en particulier aux vieillards, c’est-à-dire lors des prêches et quand il parle à des personnes d’âge moyen ou aux jeunes79 ; à « la vila », commerçants et bureaucrates comprennent la langue du père, mais ne la pratiquent pas systématiquement80.

La vila [12]

  • 81 Boudou 1982, 157 ; Boudou 1996, 58.
  • 82 Bodon 1976 [11956], II, 5, 70. Au chapitre I, 6, Boudou oppose à la gara de Nòvacèla (Naucelle-Gare (...)
  • 83 « Lo Naucèla de las annadas trenta aviá gardada sa cara païsana que ne fasiá lo centre d’un airal v (...)
  • 84 Meynier 1934, 380.

45Le mot vila, que les traducteurs doivent bien rendre par « ville81 », pourrait être presque un faux-ami. Au début du chapitre, ce mot dénote certes une petite conurbation (Clermont-Chamalières-Royat) [1] de quelque 140 000 âmes. Sous la plume de Boudou, il peut cependant désigner aussi une réalité beaucoup plus modeste. Dans La grava sul camin, il s’applique à Nòvacèla : « Veniás a Nòvacèla un pauc cada dimenge. [...] Demandavas la permission a Monsen Bòcas e me preniás en vila. Tornejàvem per las carrièiras82. » Or, on sait que le modèle à peine voilé de Nòvacèla est Naucelle (Aveyron), une « vilòta » à l’aspect paysan83, qui ne comptait que 827 habitants (population agglomérée) en 1926. La vila, si exiguë soit-elle, est ville par les fonctions qu’elle assume, fonctions que le texte des Grands jours énumère d’ailleurs avec rigueur : « les foires » (métonymiquement évoquées par le fièiral), « la vente en magasins », « le rôle administratif » ou bancaire (les burèus84). On remarque en outre que le passage de La grava — souvenir du père du narrateur, paysan, rendant visite à son jeune fils, pensionnaire au cours complémentaire, et faisant avec lui ses courses « en ville » — rappelle de près celui des Grands jours. Il nous semble donc probable que la « ville » de l’enfance du narrateur des Grands jours et celle du narrateur de La Grava ne font qu’un.

« La couleur des mots » [13]

  • 85 Riegel et al. 2009, 152.
  • 86 Comme l’indiquait Guillaumie dès 1942, la « bienfaisante doctrine » mistralienne « a pour base l’at (...)
  • 87 Cf. la critique de l’idéologie de l’ostal en I, 5, 9 (Chambon 2010, 129).
  • 88 On peut remarquer que, dans les parlers de l’ouest de l’Aveyron, les mots paire, maire, c’est-à-dir (...)

46Le début du paragraphe [13] résume l’enfance paysanne du narrateur en trois termes fondamentaux concentrant l’idéologie familiale de la société rurale traditionnelle : « Paire... Maire... Ostal... » [13]. Chacun de ces mots isolés est suivi de points de suspension qui fragmentent le monologue intérieur85, mais sont aussi chargés de suggérer de manière indéterminée les idées et les expériences auxquelles ces mots sont associés par les sujets parlants et écrivants, et les valeurs que la communauté sociale y a investies. La très brève phrase averbale qui suit (« De mots ») possède une double fonction. D’une part, elle met en doute la solidité du triptyque lexical qui fonde la représentation convenue de la société d’oc et, dans une large mesure, la littérature félibréenne86 : ce ne sont que des mots, vides de contenu et de référence au réel87. D’autre part, elle assure l’accession des trois mots à l’autonymie. Ces signes étant déployés à un niveau autonome, c’est la langue elle-même qui est mise au premier plan et thématisée88, et non plus seulement son usage social, dont il était question au paragraphe [12].

  • 89 Réflexion déjà présente au chapitre I, 1 (voir Chambon, à paraître).
  • 90 Cf. Chambon 2011, 491-492 et n. 41.
  • 91 « Nòstre mestier », Oc, 1959 (dans Anon., 1971-1972, 20).
  • 92 Arrouye 1987, 178.

47Le narrateur peut ainsi amorcer une réflexion sur le langage89 : « Mas las causas prenon la color dels mots ». On peut certes comprendre, avec Arrouye (1987, 178), que cette phrase justifie l’idée que le pays « est aboli, en tant que pays d’oc, car on n’y parle plus que dans l’autre langue, la française ». Mais, dans le chapitre I, 8, l’écriture a déjà fait l’expérience d’une telle coloration : un autobus urbain est un carri [1], une avenue une carrièira [3] et, à l’inverse, un centre rural peut être une vila [12] ; auparavant, les croissants étaient des pompons (I, 3, 5) et un petit bar urbain, une aubèrga (I, 6, 2). Le narrateur se trouve enfermé dans le lexique déformant d’une langue de paysans qui donne une couleur rustique et surannée aux choses de la modernité urbaine90. On a là, en écriture, une version faible d’un propos de Boudou presque contemporain de la rédaction des Grands jours (1959) : « Dins un sens una lenga es una preson e i sèm dedins91.  » L’« exil à rebours » du narrateur, qui a « perdu son pays sans le quitter92 », se double d’un exil intérieur : l’exil de la langue est aussi, et peut-être surtout, exil dans la langue.

  • 93 Surre-Garcia (Boudou 1982, 157).
  • 94 Canivenc (Boudou 1996, 58).
  • 95 Vayssier 1879, 362 : may adv. « plus, davantage ».

48L’exemple supplémentaire qui vient à l’esprit du narrateur (« Femna... ») semble d’abord compléter le tableau familial, en opposant à l’évocation du passé révolu (« Paire... Maire... ») celle du présent, le narrateur étant, on le sait, marié. Toutefois, « les choses pren[a]nt la couleur des mots » et le mot femna possédant non seulement la valeur d’« être humain de sexe féminin unie à un homme par le mariage », mais aussi celle d’« être humain de sexe féminin, adulte, nubile », la rêverie, profitant de cette bisémie, s’aiguille sur la seconde acception. Le mot femna appelle alors les « idéias claras » cartésiennes, mais aussi « las autras que son mai encara que las idèas claras... ». Non pas « non moins évidentes93 » ni « plus importantes94 », croyons-nous, mais plus nombreuses95, plus pressantes et, du fait de l’antonymie implicite avec claras, surtout plus troubles. Les points de suspension après « Femna » permettent de laisser ces associations d’idées à l’état d’allusion.

  • 96 Chambon et al. 2010, 149.

49La pensée de la chair s’est toutefois insinuée dans la spéculation intellectuelle. L’ici et maintenant du désir interrompt, en la tournant en dérision, toute velléité de spéculation théorique sur le langage, et dément en même temps le culte de la famille et l’« Ostal », achevant de ruiner cette représentation idéologique. Il est vrai que l’« ostal » et la vie de ménage ont déjà été dénoncés (en I, 5, 9) comme un obstacle concret au travail d’écriture, et que le narrateur a procédé à une critique radicale de la chose, avec ses pieds, en laissant en plan femme, enfants et maison (I, 2, 22). Au plan narratif, peut-être y a-t-il dans cette intrusion une bonne raison pour que le narrateur se replie sur sa base clermontoise ; on le retrouvera en tout cas, au début du chapitre suivant (I, 9), dans l’établissement de Madame Guite96.

Le pays qui s’échappe [14]

  • 97 Cf., dans la Santa Estèla : « Lo païs en perdent sa lenga semblava que se perdiá el » (Boudou 1960, (...)
  • 98 Aveyr. [ˈnɛplo(s)] s. f. (pl.) signifie « brouillard pernicieux, causant des dommages aux pommes de (...)
  • 99 « Vos disètz ben que la nòstra lenga vòl renàisser. Mas lo pòble la renega. Dins vint ans, dins cap (...)

50Le paragraphe [14] prolonge les réflexions du chapitre I, 5 (4-6) et du paragraphe [11]. « Aquel mond uèi s’es escapat. Entre mos dets que me demòra » (I, 5, 4) est repris par « Pas solament lo meu païs que me demòra » [11], puis par « Lo meu païs m’escapava » [14]. En se détachant de sa langue, le païs s’est perdu lui-même97 et s’est détaché du narrateur, à présent entièrement dépossédé. La francisation a recouvert le pays d’un linceul grisâtre de brume néfaste (« nèbla grisa98 »), qui en fait disparaître les contours jusqu’à le néantiser. Elle n’émane pas de quelque capitale à vaste rayon d’influence99 : dans « La nèbla grisa l’acaptava que de la vila ganhava los camps », il convient sans doute de conserver largement à vila la valeur que nous croyons avoir décelée ci-dessus. Le « païs » dont il est question est une étroite circonscription, une micropatrie, une réalité pour le moment plus intime que « la tèrra d’Oc » ou « Occitània » plus tard évoquées (II, 4, 8 et 11). Le processus de passage généralisé au français, dont les prémisses locales ont été suggérées auparavant (voir ci-dessus) et dont la durée — indéterminée — est exprimée par les deux imparfaits (« acaptava », « ganhava »), est saisi à micro-échelle, dans le prolongement du paragraphe [12]. Le temps de la déchéance de la langue d’oc, postérieur à l’enfance du narrateur, antérieur au moment de la narration, et que le chapitre I, 5 permet de situer vers 1940-1945 (I, 5, 4), coïncide approximativement avec la cassure du second xxsiècle.

  • 100 « La mia lenga solament me’n servissi pas per demandar de pan a qualqu’un. Encara mens per far l’am (...)
  • 101 « Los mèstres laïcs podèm pas comptar sus eles tanpauc : tuarián lo « patés » sul còp se podián » ( (...)
  • 102 Arrouye 1987, 179.

51À cette échelle locale, le narrateur ne peut dégager sa propre responsabilité : comme les locuteurs de sa génération, il a abandonné l’usage de la langue d’oc pour « francimandejar ». Lorsqu’il s’entend parler français, il croit être plongé dans un mauvais rêve et doit de temps à autre jurer en langue d’oc (« renegar tot còp, en òc ») pour revenir à la réalité. Or, le rêve est la réalité : chargés de tirer le narrateur de son cauchemar, ses jurons « en òc » ne peuvent que le ramener au constat de son abandon. La double valeur lexicale de renegar lie cet abandon, à travers le blasphème, au reniement religieux. À la loyauté linguistique sans faille du père [12] s’oppose ainsi la trahison du fils100. Pire, celui-ci, devenu instituteur, a été promu agent actif de la francisation101 : nouvel élément de schize, par « dissociation des rôles » du pédagogue et du félibre102. Le constat des progrès du français est par conséquent dressé sur un fond de culpabilité. À la fin du paragraphe, même s’il est employé en référence au passé, le verbe « [s]e derevelhar » [15], annonce aussi le terme de la méditation du narrateur.

Le monde des trèves [15]

  • 103 De Oliveira 2007, 57-73 ; Bodon 2010, 242-245.
  • 104 Outre « Las trèvas del Lagast » dans la Canson del paìs, un poème antérieur de Boudou est consacré (...)

52Le mauvais rêve de l’abandon de la langue d’oc par le narrateur [14] ouvre la porte à un monde cauchemardesque issu des croyances populaires, un monde qu’il porte en lui-même. Comme dans la Canson del paìs, où « La tuba » de Saugane (pièce 5) semble engendrer les « trèvas del Lagast » (pièce 6103), la « nèbla grisa » donne naissance à des êtres ectoplasmiques et sans langage qui se sont emparés de la campagne et de l’esprit du narrateur. Le monde perdu de la langue d’oc s’est ainsi transformé en « mond de las trèvas104 ».

  • 105 « Bruit nocturne qui a lieu surtout dans les maisons et qu’on attribue aux revenants, aux lutins ou (...)
  • 106 Bessou 1974 (11892), 38 : la trèbo ou le drac sont certes diaboliques, mais « sus uno bertat se far (...)
  • 107 « Clameur diabolique » (v. 16) ou tintement des « os des morts » (v. 18).

53À en juger par le poème « Las trèvas del Lagast », les trèvas boudouniennes sont plus terribles que la trèbo de Vayssier105 ou de Bessou106 (trèves ordinaires, si l’on peut dire, et déjà fort démythifiées). Si les premières se manifestent, elles aussi, par des bruits inquiétants107, il s’agit d’êtres archaïques et sanguinaires, « sorcières d’autrefois » (v. 11) rassemblant « toutes les âmes des païens » (v. 25), brûlant tout vifs les enfants (v. 10), vampirisant les pâtres à « la pleine lune rouge » (v. 20-23) et prenant ainsi leur revanche sur saint Amant qui les avaient autrefois maudites (v. 27-28). Les trèves symbolisent donc un pays revenu à son état primitif de barbarie préchrétienne et préromaine (culte du gui et sacrifices humains).

54Ce n’est donc point une anodine fantasmagorie de lutins, mais un monde infernal d’ennemis irréconciliables de Dieu que le narrateur porte en lui et auquel il n’a pu se soustraire, malgré sa fuite jusque dans la Grotte du Chien.

Conclusion : l’inanité de l’écriture [16]

55La conclusion est appelée par les derniers mots du paragraphe [15] : « dins la Cava del Can... ». Elle est tirée d’abord en trois phrases qui s’ordonnent en un élargissement progressif : quatre syllabes, six syllabes (si comptées comme un vers), dix six syllabes (si comptées comme un vers césuré) [16]. Le bilan s’avère triplement négatif : la première phrase est une négative ; la seconde est de sens négatif par le verbe dont elle fait usage (s’atudar) ; la troisième est immédiatement saturée de mots négatifs (« Jamai degun beurà pas »), comme pour ne laisser place à aucune espérance. L’expérience scientifique s’étant ainsi réduite à néant, c’est sur d’autres plans que le bilan de l’expérience de la grotte doit être tiré.

  • 108 Cf. Chambon, à paraître, § 6.

56La première phrase resserre les propos badins du paragraphe [7] en un bref constat, aussi poignant que comique : « De can n’i a pas ». La confiance naïve qu’inspirait la grotte comme construction de langage (ci-dessus) est trahie par la réalité. Le langage, même réduit à sa plus simple expression — le nom propre et la désignation du monde — ment et se dérobe108. La deuxième dit, presque aussi lapidairement, la mort inéluctable. La troisième indique qu’aucun secours n’est susceptible de soulager ou de reporter l’agonie. La logique et la portée de ce bilan ne sont pas difficiles à saisir. Les deux prémisses — l’incapacité du langage à fournir une ferme prise sur le monde en nommant juste, la mort certaine de la langue et des pays d’oc — amènent le narrateur-écrivain à conclure à la vanité de toute tentative visant à remédier à l’inévitable par une œuvre littéraire. Ces significations terribles ne peuvent être exprimées que par des images.

Traduire (du français) pour écrire encore [17]

57Le paragraphe [17] prolonge au plan personnel ce premier bilan négatif. La situation présente du narrateur (sa soif, son mal, son exil) ne saurait être mieux dite qu’en vers :

Crèbi de set al prèp de la fontana.
Caud coma fuòc tremòli dent à dent
Al meu païs soi en tèrra lunhana...

Or, comme le fait comprendre d’abord l’italique et comme le dit le paragraphe [18], ces vers sont de Villon, « un francimand » :

  • 109 Éd. Rychner/Henry 1977, 1, 46, v. 1-3 ; éd. Thiry 1991, 277.

Je meurs de seuf auprés de la fontaine,
Chault comme feu, et tremble dent a dent,
En mon pays suis en terre loingtaine109

  • 110 « Amors de terra lonhdana » (Berry 1930, 62 = éd. Jeanroy 1965, 4, II « Quan lo rius de la fontana  (...)
  • 111 « Quan lo rius de la fontana / S’esclarzis, si cum far sol » (Berry 1930, 62 = éd. Jeanroy 1965, 3, (...)
  • 112 « No·m meravilh s’iu n’aflam » (Berry 1930, 62 = éd. Jeanroy 1965, 4, II, v. 16).
  • 113 Cf. Chambon 2011, 532.

58Cet « emprunt de détresse » au poète français est le signe de l’impuissance de l’écriture occitane. La « tèrra lunhana »/« terre loingtaine » de Villon, celle de l’exil « Al meu païs »/« En mon pays », dit plus juste et plus vrai que la « tèrra lonhdana » de Jaufré Rudel (I, 5, 14), celle de ses dérisoires amours d’outre-mer110, qu’elle ne peut manquer d’évoquer. De même, la fontana/fontaine oxymorique de Villon vaut mieux que la fontana conventionnelle qui ouvre la même chanson de Jaufré111, et son feu qui glace surpasse la pauvre flamme amoureuse du troubadour112. Le texte villonien efface ainsi vers à vers le texte sous-jacent du vieux poète d’oc, nouvelle figure de la « vieillerie poétique » occitane : par cette opération de répudiation du trobar, le narrateur-félibre exprime une nouvelle fois son refus d’eretar113. Il demeure que « tout est dit », même le plus intime, depuis longtemps et en français.

  • 114 La leçon « à » est conservée dans les éditions de 1968 et 1973 (Bodon 1968, 32 et 1973, 39). Le mot (...)
  • 115 Compagnon 1979, 12.

59En se faisant traducteur de français, le narrateur-félibre est près de capituler comme écrivain d’oc. Signe de ce quasi-renoncement, il laisse le français (moderne) pénétrer sa traduction : grâce au maintien de l’accent qui adorne la préposition à, « dent à dent » reste intact et se lit en coalescence des deux langues114. La citation traduite est apparemment le seul moyen qui reste au félibre pour « se débrouiller avec le déjà dit115 ». Piètre subterfuge, pourrait-il sembler : à quoi bon traduire — c’est-à-dire redire — de la langue de tous dans une langue abandonnée par tous, y compris par le narrateur [14] ? Le désabusement transparaît dans les points de suspension qui terminent les deux dernières phrases du chapitre [18].

60La situation paradoxale dans laquelle se trouve l’écriture est mise en évidence au troisième vers par l’emploi de l’adjectif féminin lunhana. Ce mot fonctionne comme un interprétant : s’il se laisse comprendre grâce au contexte, il intrigue, car il échappe à la compétence du lecteur contemporain, qui ne trouverait d’ailleurs aucun secours dans Vayssier, Mistral, Boucoiran ou Alibert. Un mot français très clair (loingtaine, ou lointaine dans les éditions modernisées) est rendu par un mot occitan obscur.

  • 116 Brunel 1935, 49-50, no 164 (cf. « Écrit au xive s., en Provence » ; cf. DOM 1997, 112). Et non au N (...)
  • 117 Rien non plus dans FEW 5, 403b, longe, où l’on ne trouve que dauph. lougnant « lointain », dont la (...)
  • 118 Pour le médiévalisme lonhdana, de même sens (I, 6, 14), emprunté dans « tèrra lonhdana » à Jaufré R (...)

61En fait, lunhana ne paraît documenté que dans une traduction médiévale restée manuscrite du Nouveau Testament (Lc 15, 13), dans une syntagmatique proche de celle des Grands jours. Levy (4, 437 s. v. « Lonhan ? ») cite le contexte d’après Rochegude (1819, 189, s. v. lunhana) : « Annet en pellerinatge en lunhana terra ». Comme l’indique Levy, Raynouard (4, 97), donne une leçon différente : « Annet en pellerinatge en lunhada terra », avec comme référence « Trad. du N.-Test., S. Luc, ch. 15 », ce qui renvoie à « Bibliothèque du Roi, Ms. no 8086 » (Raynouard 5, 610), c’est-à-dire à Bibl. Nat., fr. 2425116. Levy, qui hésitait sur l’existence du mot, ne l’a pas retenu dans LvP117. Au total, lunhana apparaît donc comme un médiévalisme, très probablement emprunté par Boudou pour traduire Villon au Lexique occitanien de Rochegude (ou, moins probablement, à Levy118). « Una vielhariá de mai » [10], en somme. C’est peut-être l’exemple (« Annet en pellerinatge en lunhana terra ») et le contexte large — la parabole de l’enfant prodigue —, accessible par la référence à Lc 15 donnée par Rochegude (avec le texte latin : « Profectus est in regionem longinquam »), qui, autant que le mot lui-même, aura retenu l’attention de Boudou. On aurait de la sorte, sous lunhana, plusieurs strates hypotextuelles : Villon, Jaufré (terra lonhdana), Rochegude et Luc.

  • 119 Éd. Champion 1923, 1, 156-157 ; éd. Mühlethaler 1992, 266 (no 75). Nous imprimons « encouste » (et (...)
  • 120 Éd. Champion 1923, 1, 191-203 ; la ballade de Montbeton et Robertet est aussi éditée par Zsupán 197 (...)

62Dans le même sens, il convient sans doute d’observer que le poème de Villon, traditionnellement intitulé « Ballade du concours de Blois », n’est lui-même qu’une composante d’un intertexte plus large. On sait en effet qu’à l’initiative de Charles d’Orléans une douzaine de poètes (Berthault de Villebresme, Gilles des Ourmes, Jehan Caillau, Montbeton et Robertet, Simonnet Caillau, Villon et cinq anonymes) rivalisèrent en onze ballades sur le thème fourni par le premier vers de la ballade C du duc (« Je meurs de soif encouste la fontaine119 »), vers presque toujours repris, généralement sous la forme « Je meurs de soif auprès de la fontaine120 ». En outre, ce premier vers renvoie lui-même avec évidence, on l’a rappelé ci-dessus, au mythe de Tantale. De sorte que « Crèbi de set al prèp de la fontana » peut apparaître comme le lieu par excellence du déjà dit.

  • 121 Genette 1982, 239.
  • 122 L’appropriation du texte de Villon se marque aussi par les changements introduits par rapport à la (...)
  • 123 « “ La Cava del Can ” est une impasse au niveau de la poursuite de l’écriture » (Ginestet 1997, 131 (...)
  • 124 Voir Chambon 2011.
  • 125 Voir Chambon 2009, a.

63La traduction n’a toutefois pas épuisé ses effets : « Tout acte de traduire touche au sens du texte traduit121 ». Or, comme nous l’avons indiqué ci-dessus, les paragraphes [16-17] posent la question du salut du narrateur, ou plutôt de sa damnation. Les vers de Villon sont ainsi chargés d’une signification nouvelle, religieuse et personnelle, que leur premier auteur n’y avait point mis. C’est du même coup le passage par le français et l’épreuve de la traduction qui, par l’intériorisation du texte villonien qu’ils supposent122 et le changement de sens qu’ils produisent, permettent de briser l’encerclement de l’écrivain par le déjà dit. Alors même qu’il semblait dans « une impasse123 », le narrateur-félibre découvre ici l’interstice qui fraye la voie de l’écriture « en òc ». Celle-ci n’est sauvée que par le détour par la poésie et, à travers la traduction, par un quasi-ralliement au français. Après la destruction du socle idéologique sur lequel reposait, en fin de compte, toute la littérature occitane contemporaine124 (I, 6) et avant de donner définitivement congé aux piètres félibres125 (I, 10), il trouve chez le « francimand » Villon et dans l’intertexte qu’il convoque un point d’appui déterminant pour son incertaine entreprise.

  • 126 On lira plus loin, à propos du film Thésée et le Minotaure : « Novèla vida de las legendas grècas : (...)

64Pour trouver cette nouvelle impulsion, à la confluence de la poésie française médiévale, héritière de l’occitane, et de la mythologie antique126, le narrateur-félibre a dû transgresser les trop étroites limites de la tradition littéraire qui est la sienne, oser se référer au français, se tourner vers celui que la vulgate décrit comme « le premier en date des grands poètes lyriques français modernes » (Petit Larousse illustré) et oser se penser comme un contributeur du grand livre unique et infini de la littérature. En ce sens élargi et borgésien, il est possible de récupérer, le « sentiment de fraternité vis-à-vis de Villon » que Ginestet (1997, 104) a perçu dans le passage, mais c’est, au total, un renversement et un élargissement de perspective considérables qui s’opèrent en I, 8 et rendent possible la poursuite du libre.

  • 127 Boudou 1982, 157 et 1996, 58.
  • 128 Canivenc rétablit le pronom de conjugaison obligatoire dans « je tremble » (au lieu de « et tremble (...)
  • 129 Éditeurs et critiques ont fait de même au chapitre I, 6 en rétablissant contre le texte boudounien (...)

65Le processus que nous croyons déceler est effacé par les traducteurs, puisque ceux-ci, en retraduisant consciencieusement en français la traduction occitane127, retirent toute signifiance à l’opération traductive boudounienne. En fait, les traducteurs procèdent au rétablissement (en français contemporain) du texte de Villon128 comme si le texte approprié et travaillé par la traduction devait être tenu pour rigoureusement équivalent à son modèle, et donc réversible. Cela se voit au fait que « Crèbi de set » est ramené par eux à « je meurs de soif ». Le seul lieu où une différence de forme pourrait — tout en exprimant l’exacerbation de la souffrance et l’horreur de la mort (crebar, comme on dit du chien qu’il crève) — faire sentir dans l’hypertexte le déplacement de sens qui s’est produit entre Villon et les Grands jours se trouve ainsi obturé par une sémiotique passablement naïve et réductrice129.

66Si l’écriture se sauve de justesse, en fin de compte, la conclusion du chapitre reste, au contraire, entièrement négative au plan religieux (voir ci-dessus). Le narrateur connaît la fontaine du salut ; pourtant, faute d’une conversion du cœur, il lui est impossible d’accéder à l’eau de la vie éternelle. C’est là la cause du mal brûlant qui l’habite ; le narrateur entrevoit ainsi le sens de sa maladie : il est damné.

Bilan

  • 130 Dans La grava sul camin (II, 5 ; Bodon 1976 [11956], 70), le Nòvacèla de l’enfance est le lieu où l (...)
  • 131 Cf. Arrouye 1987, 176-177.

67Le chapitre I, 8 approfondit l’anamnèse engagée en I, 5 par un écrivain parvenu au milieu de son âge, en lui permettant de remonter jusqu’à son enfance. Plusieurs indices sont fugacement concédés au lecteur, qui complètent le portrait d’un narrateur avare de détails sur son propre compte : un fils de paysan devenu instituteur (parcours banal de bon élève, de l’école à l’école) ; une patrie étroite, dont Naucelle est probablement le centre ; une personnalité clivée par le siècle et par la mort de la langue d’oc, éprouvant un sentiment de culpabilité envers la langue et envers le père130. La trajectoire biographique du narrateur des Grands jours est ainsi mise en asymptote avec celle de l’auteur131.

  • 132 Arrouye 1987, 177-178.
  • 133 Chambon 2009, b, 46-47.

68La Grotte du Chien, porte de l’enfer dévaluée en lieu d’expérience scientifique pour touristes, permet à l’auteur de mettre en situation narrative deux expériences existentielles : celle de la damnation infernale et celle de l’inanité de l’écriture occitane étouffée par le déjà dit. L’écriture en oc s’en tire in extremis, grâce à la paradoxale entremise de Villon permettant de dépasser/déplacer les bornes de la tradition d’oc. Les chances de salut du narrateur132 sont en revanche évaluées au plus bas. Dans la Grotte du Chien, les deux histoires des Grands jours, celle de l’écriture occitane et celle du salut du narrateur, se rencontrent, mais sans parvenir encore à se lier. Le patronage de saint Pierre, expert en reniement et en paradis, et l’intercession d’un autre « francimand », Pascal, plus efficace encore que celle de Villon, seront nécessaires pour que les deux fils se nouent, « A Sant Pèire de Jauda », au chapitre II, 2133.

  • 134 Bessou 1974 (11892), xxviii. Cf. « Pr’aquò vos dirai que soi pas d’a fons d’acòrdi amb lo vòstre ve (...)
  • 135 Bessou 1974 (11892), xxix.

69L’image de l’écrivain d’oc est elle aussi au plus bas. Celui-ci apparaît comme un triple renégat : à son Dieu, à sa langue, à sa classe (et, par-dessus le marché, à son père). En mettant en place la figure négative du narrateur boudounien, le chapitre procède à la dislocation du dispositif idéologique forgé à la fin du xixe siècle par Justin Bessou : « Fé, patouès et paisan sou tres que fòu pas qu’un134 ». La tranquille assurance du credo bessounien — « Fe, patouès ni paisans periròu pas jamai135 » — est elle aussi défaite. Les bases sur lesquelles s’était jusque là développée la littérature rouergate et plus généralement renaissantiste se dérobent. La (re)négation et le doute forment dès lors le seul socle, combien précaire, de la littérature d’oc, une littérature dont le sort se jouera désormais à chaque page des Grands jours.

Haut de page

Bibliographie

ALF, voir Gilliéron Jules et Edmont Edmond, 1902-1910.

ALLOc, voir Ravier Xavier, 1978-1993.

ALLOr, voir Boisgontier Jacques, 1981-1986.

ALMC, voir Nauton Pierre, 1957-1963.

Anatole Christian (éd.), 1987, Jean Boudou (1920-1975). Actes du Colloque de Naucelle (27, 28 et 29 septembre 1985), Béziers, Centre international de documentation occitane.

Anglade Jean, 1981, Clermont-Ferrand d’autrefois, Roanne, Éditions Horvath.

Anonyme, 1962, Guide vert Auvergne, 16e édition, Paris, Services de tourisme Michelin.

Anonyme, 1971-1972, Sègle Vint, Montpellier, Centre d’estudis occitans ( = Obradors 6-7).

Anonyme, 1975, Joan Bodon. Documents, Toulouse, Centre régional d’estudis occitans.

Arrouye Jean, 1987, « Joan Bodon, romancier de l’exil », Anatole (1987), p. 173-187.

Berry André, 1930, Florilège des troubadours, publié avec une préface, une traduction et des notes par André Berry, Paris, Librairie Firmin-Didot.

Bessou Justin, 1974 [11892], D’al Brès à la Toumbo, poème en douze chants, suivi d’un lexique des mots les plus difficiles à comprendre, 9e édition, Rodez, Imprimerie P. Carrère.

Bodon Joan, 1968, Lo libre dels grands jorns. Roman, Lavit-de-Lomanha, Lo Libre occitan.

Bodon Joan, 1973, Lo libre dels grands jorns. Tèxte intégral. Presentacion d’Ives Roqueta, Montpelhièr, Universitat Paul-Valéry (Centre d’estudis occitans).

Bodon Joan, 1975, Sus la mar de las galèras, Toulouse, Institut d’estudis occitans.

Bodon Joan, 1976 [11956], La grava su camin, nouvelle éd., Nîmes, Syndicat national des instituteurs (section de l’Aveyron), coll. « A Tots ».

Bodon Joan, 1978, Lo libre dels grands jorns, Artigas (Gironda), Institut d’estudis occitans.

Bodon Joan, 1986, Letras de Joan Bodon a Enric Mouly, Naucelle, Societat dels Amics de Joan Bodon.

Bodon Joan, 1996, Lo libre dels grands jorns (roman), Rodés, Edicions de Roergue.

Bodon Joan, 2010, Poèmas. Édition bilingue. Traduction française de Roland Pécout, s. l., I.E.O.-Edicions.

Boisgontier Jacques, 1981-1986, Atlas linguistique et ethnographique du Languedoc oriental (ALLOr), 3 vol. , Paris, C.N.R.S.

Bonnaud Pierre, 1975, « Chronique des noms de lieux auvergnats », Biza Neira, revue auvergnate bilingue 6, p. 14-16.

Boudou Joan, 1960, La Santa Estèla del centenari. Conte, Rodez, Éditions Subervie.

Boudou Jean, 1982, Le Livre de Catoïa. Le Livre des Grands Jours. Traduit de l’occitan par Alem Surre-Garcia, avec la collaboration de Françoise Meyrueis et Martine Boulanger, Paris, Le Chemin Vert.

Boudou Jean, 1996, Le Livre des Grands Jours (roman). Traduit de l’occitan par Pierre Canivenc, Rodez, Éditions du Rouergue.

Boule Marcellin, Glangeaud Philippe, Rouchon Gilbert et Vernière Antoine, 1901, Le Puy-de-Dôme et Vichy. Guide du touriste, du naturaliste et de l’archéologue, Paris, Masson.

Brès Jacques, 1983, « Compte rendu de Jean Boudou, Le Livre de Catoïa, Le Livre des Grands Jours », traduction Alain Surre-Garcia, Revue des langues romanes 87/1, p. 107-112.

Brunel Clovis, 1935, Bibliographie des manuscrits littéraires en ancien provençal, Paris, Librairie E. Droz.

Brunel Pierre (éd.), 1987, Arthur Rimbaud, Une saison en enfer. Édition critique, Paris, Librairie José Corti.

Cazals Alban, 1995, L’òme del cap del lòc, Rodez, Grelh Roergàs.

Chambon Jean-Pierre, 2009, a, « Lieux communs, intertexte et « aventure d’une écriture ». Notes pour l’exégèse d’un chapitre du libre dels Grands jorns de Jean Boudou : « La font de pèira » (I, 10) », Revue des langues romanes 113, p. 215-232.

Chambon Jean-Pierre, 2009, b, « Pour le commentaire d’un chapitre du libre dels Grands jorns de Jean Boudou : « Lo curat » (II, 2). Autour de Saint-Pierre des Minimes et de Pascal », Lengas 66, p. 31-55.

Chambon Jean-Pierre, 2010, « Pour le commentaire du chapitre I, 5 du libre dels Grands jorns de Jean Boudou (« Lo plaser dels dieus »). Une voie occitane vers la « disparition de la littérature » ? », Lengas 67, p. 115-42.

Chambon Jean-Pierre, 2011, « Une affaire majeure des Grands jours de Jean Boudou : la liquidation du trobar. Pour une lecture laïque du chapitre I, 6 (« Dios lo volt ! ») », Revue des langues romanes 115 (2011), 485-579.

Chambon Jean-Pierre, à paraître, « Remarques sur le prologue du libre dels Grands jorns de Jean Boudou », Angelica Rieger (éd.), L’Occitanie invitée de l’Euregio. Liège 1981 - Aix-la-Chapelle 2008. Bilan et perspectives. Actes du neuvième Congrès international de l’AEIO, Aix-la-Chapelle, 24-31 août 2008, Aix-la-Chapelle, Shaker.

Chambon Jean-Pierre et al., 2010, « Quelques références auvergnates dans le livre des Grands jours de Jean Boudou », Lengas 67, p. 141-62.

Champion Pierre (éd.), 1923, Charles d’Orléans. Poésies, 2 vol. , Paris, Librairie Honoré Champion.

Compagnon Antoine, 1979, La seconde main ou le travail de la citation, Paris, Éditions du Seuil.

DOM, 1997 : Dictionnaire de l’occitan médiéval (DOM), publié par Wolf-Dieter Stempel et coll., Supplément 1, Tübingen, Max Niemeyer Verlag.

Doniol Henri, 1900, La Basse-Auvergne. Sol, populations, personnages, description, Paris, Hachette (réimpression, Bourg-en-Bresse, Les Éditions du bastion, 1990).

Dufournier Benoît, 1979, Guide bleu Auvergne, Velay, Paris, Hachette.

FEW, voir Wartburg Walther von, 1922-2002.

Genette Gérard, 1982, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Éditions du Seuil.

Gilliéron Jules et Edmont Edmond, 1902-1910, Atlas linguistique de la France (ALF), 10 vol. , Paris, Champion.

Ginestet Joëlle, 1997, Jean Boudou. La force d’aimer, Vienne, Édition Praesens, Montpellier, Section française de l’Association internationale d’études occitanes, Naucelle, Société des amis de Jean Boudou.

Guillaumie Gaston, 1942, Les Pyrénées dans la littérature gasconne, s. l., Éditions Delmas.

Jacques-Lerta Hélène et Sauzet A., s. d. [après 1955], Royat. Promenades. Excursions, Clermont-Ferrand, Éditions G. de Bussac.

Jeanroy Alfred, 1965 [11913]. Les Chansons de Guillaume IX, duc d’Aquitaine (1071-1127), 2e édition revue, Paris, Librairie Honoré Champion.

Lacabe-Plasteig A., 1904, Les Sciences physiques et naturelles apprises par l’image, l’observation, l’expérience, Cours moyen et supérieur (préparation au certificat d’études primaires), Paris, Ancienne maison Quantin, Librairies-imprimeries réunies.

Lafont Robert, 1988, « Prefaci », Joan Bodon La grava sul camin. L’evangèli de Bertomieu, Rodés, Edicions de Roergue, p. 5-25.

Laus Cristian, 1987. « Joan Bodon al cors complementai de Naucèla », Anatole (1987), p. 21-29.

Legrand [d’Aussy], an III, Voyage fait en 1787 et 1788, dans la ci-devant Haute et Basse Auvergne, aujourd’hui départemens du Puy-de-Dôme, du Cantal et partie de celui de la Haute-Loire, tome I, Paris, Imprimerie des Sciences et des Arts.

Levy Emil, 1894-1924, Provenzalisches Supplement-Wörterbuch, 8 vol. , Leipzig, O. R. Reisland.

Levy Emil, 1909, Petit Dictionnaire provençal-français (LvP), Heidelberg, Carl Winter.

LvP, voir Levy Emil, 1909.

Manry André-Georges et Chazal Pierre, 1979, Chamalières, Chamalières, Les Amis du Vieux Chamalières.

Mazataud Pierre et Damase Joël, 1998, L’Archipel de Clermont, Clermont-Ferrand, Éditions du miroir.

Ménard Philippe, 1966, « Je meurs de soif auprès de la fontaine. D’un mythe antique à une image lyrique », Romania 87, p. 394-400.

Meynier André, 1934, À travers le Massif Central. Ségalas, Levézou, Châtaigneraie, Aurillac, Éditions U.S.H.A.

Moutier Louis, 2007, Dictionnaire des dialectes dauphinois anciens et modernes. Édition, introduction, bibliographie et notes de J.-C. Rixte, Montélimar, Grenoble, I.E.O.-Drôme, ELLUG.

Mühlethaler Jean-Claude (éd.), 1992, Charles d’Orléans. Ballades et rondeaux. Édition du manuscrit 25458 du fonds français de la Bibliothèque Nationale de Paris, traduction, présentation et notes, Paris, Le Livre de poche.

Nauton Pierre, 1957-1963, Atlas linguistique et ethnographique du Massif Central (ALMC), 4 vol. , Paris, C.N.R.S.

Nüesch Hans-Rudolf (éd.), 1979, Altwaldensische Bibelübersetzung. Manuskript Nr. 8 der Bibliothèque municipale Carpentras, 2 vol. , Berne, Francke Verlag.

Oliveira Élodie de, 2007, Pour l’édition critique et commentée d’un recueil inédit de Jean Boudou : La canson del paìs (1948), Université de Paris-Sorbonne, mémoire de master 2 en Langue française.

Parayre Catherine, 2007, « Maladies de la fin : La Santa Estela del Centenari et Lo Libre dels grands jorns de Jean Boudou », Lengas 61, p. 59-72.

Ravier Xavier, 1978-1993, Atlas linguistique et ethnographique du Languedoc occidental (ALLOc), 4 vol. , Paris, C.N.R.S.

Raynouard Francisque, 1844, Lexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, 6 vol. , Paris.

Riegel Martin, Pellat Jean-Christophe et Rioul René, [11994] 2009, Grammaire méthodique du français, 4e éd., Paris, Presses universitaires de France.

Rochegude Henri Pascal de, 1819, Essai d’un glossaire occitanien pour servir à l’intelligence des poésies des troubadours, Toulouse, Benichet cadet.

Rychner Jean et Henry Albert (éd.), 1977, Le Lais Villon et les poèmes variés, 2 vol. , Genève, Librairie Droz.

Sarraute Nathalie, [11956] 2006, L’Ère du soupçon. Essais sur le roman, Paris, Gallimard.

Steinbrecher Bernard et Passelaigue Louis, 2007, La Belle Époque de la Tiretaine. Clermont au fil de l’eau, Olliergues, Éditions de la Montmarie.

Thibaud Émile, 1872, Guide en Auvergne. Itinéraires historiques et descriptifs aux eaux thermales (réimpression, Bourg-en-Bresse, Les Éditions du bastion, 2000).

TLF : Trésor de la langue française. Dictionnaire de la langue du xixe et du xxe siècle (1789-1960), 16 vol. , Paris, Gallimard, 1971-1994.

Vayssier Aimé, 1879, Dictionnaire patois-français du département de l’Aveyron, Rodez (réimpression, Genève, Slatine Reprints, 1971).

Vernet Robert, 1998, Mémoire en images. Chamalières, Joué-lès-Tours, Éditions Alan Sutton.

Vialatte Alexandre, 1983, L’Auvergne absolue, Paris, Julliard.

Vialatte Alexandre, 2000, Chroniques de La Montagne, 1952-1961, Paris, Robert Laffont.

Wartburg Walther von, 1922-2002, Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes (FEW), 25 vol. , Leipzig, Teubner, Bonn, Klopp, Bâle, Zbinden.

Wunderli Peter (éd.), 2009-2010, Le Nouveau Testament de Lyon (ms. Bibliothèque de la ville A.i.54/Palais des Arts 36), 2 vol. , Tubingue, Bâle, A. Francke Verlag.

Zsupán Margaret (éd.), 1970, Robertet, Œuvres. Édition critique, Genève, Paris, Librairie Droz, Librairie Minard.

Haut de page

Notes

1 Les références au libre dels Grands jorns et à La grava sul camin sont de la forme « I, 6 » ou « I, 6, 4 » (partie, chapitre et, le cas échéant, paragraphe). Dans les références au chapitre I, 8 du libre dels Grands jorns, les chiffres entre crochets désignent les paragraphes. — Nos remerciements s’adressent à France Lagueunière, à Jean Durin et tout particulièrement à Geneviève Brunel-Lobrichon, pour leurs remarques sur une première version du présent article.

2 Nous citons le chapitre dans la première publication : Oc 227-228 (genièr-junh 1963), 55-57. L’édition des Pichons classics occitans (Bodon 1973, 37-39) introduit deux fautes par rapport à ce texte : [4] « scientifica » devient « sciéntifica » (l’accent est sans doute importé de sciéncia, cf. « sciéncias » [3]) ; [6] la troisième phrase (« L’auçada cambiava amb lo temps e la calor ») a sauté. — Par rapport au texte de la revue Oc, la version des éditions du Rouergue (Bodon 1996, 55-58) présente les innovations orthographiques ou typographiques suivantes : [2] Oc « La Cava del Can... ». ] Rouergue La Cava del Can... ; [6] metre ] mètre (deux fois) ; [6] segre ] sègre ; [9] terralhas ] terra-lhas ; [12] fièiral ] fieiral ; [12] magasins ] magazins ; [12] monsenhs ] monsens ; [17] à ] a ; [17] pas de point à la fin du deuxième vers ] point à la fin du deuxième vers. On relève aussi les variantes suivantes, qui altèrent la langue du texte : [1] Chamalièras ] Chamaleiras ; [3] cauce ] cauç ; [7] sèire ] sièire ; [14] derevelhar ] desrevelhar ; [17] tremòli ] tremoli.

3 Chambon 2009a, 214.

4 Dans ses commentaires (conservés au CIRDOC) sur la notice biographique qui sera publiée dans l’édition de 1973 du Libre dels Grands jorns, Boudou a indiqué : « Estatge Marmilhat Mai-junh 1961 ».

5 Le Guide vert (1962, 28) avertit que « ce mets traditionnel est rarement préparé suivant les rites chantés par le poète cantalien Vermenouze ».

6 Vialatte 2000, 968.

7 Lafont 1988, 111. Cf. le narrateur de La grava sul camin : « Amic, escrivi per tu al lum d’una paura lampa sus una fuèlha de papièr d’escòla » (I, 1 ; Bodon 1976 [11956], 57).

8 Lorsqu’il fut reçu au concours de l’école normale de Rodez (1938), Jean Boudou brilla sur un sujet plus littéraire : « Lo Joan es recebut a l’escrich. Emai pels corredors, se murmura que faguèt fòrt a la composicion de francés / Aviá de destriar una poësia entre las que conéis, de l’explicar, e per finir de justificar sa causida. / Retenguèt “ Le ciel est par-dessus le toit ” » (Cazals 1995, 54).

9 « Ce “ roman ” [est] orienté vers une analyse de l’acte d’écriture » (Ginestet 1997, 127).

10 L’attention portée aux inscriptions urbaines est manifeste dans les chapitres I, 1 et I, 10 (voir Chambon, à paraître, § 5 et 2009, a, 217-218).

11 Il convient, contrairement à la pratique des éditeurs du Rouergue, qui emploient l’italique (voir ici n. 2), de maintenir le texte de cette inscription entre guillemets.

12 TLF 11, 1149, s. v. moulé, -ée.

13 Les traducteurs évitent de rendre motladas par moulées (Surre-Garcia : « Un écriteau aux lettres bien formées », Boudou 1982, 156 ; Canivenc : « Un écriteau calligraphié », Boudou 1996, 56) et renoncent ainsi à la connotation scolaire du mot.

14 Parayre (2007, 69) défait le nom propre en parlant de « la grotte au chien ». Il semble que cette critique ait compris de comme introduisant un complément de détail caractéristique (cf. Un cartèl de las letras plan motladas [4]).

15 Attesté depuis 1901 (Boule et al. 1901, 260) : « La grotte du Chien, qui rappelle celle des environs de Naples [...]. Un chien y tombe asphyxié, tandis qu’un homme peut y séjourner sans malaise ».

16 Boudou 1996, 55, 57, 58.

17 Boudou 1982, 155, 156, 157.

18 En dépit de Ginestet (1997, 130 : « cave », « cave scientifique »), le mot ne désigne pas une cave dans l’acception actuelle du mot français. Cf. aveyr. cábo s. f. « cave, appartement souterrain où l’on tient le vin », mais aussi « caverne, souterrain, grotte, retraite » (Vayssier 1879, 71 ; FEW 2, 559a, cavus : aocc. lang. aveyr. Lozère).

19 Dans l’Aveyron : ALF 204 p 735 = Calmont et 728 = Séverac-le-Château ; ALMC 92 p 50 = Vimenet (aussi p 49, 52, 54, 55 « excavation creusée par un cours d’eau sous sa rive ») ; ALLOc 68 p 12.03 = Savignac et 12.04 = Lanuéjouls (« signifié inconnu » p 12.22 et 12.23 ; aussi de nombreux emprunts à frm. caverne). Dans le Tarn : ALF 204 p 744 = Valderiès, ALLOc 68 p 81.02, 81.03, 81.10, 81.11, 81.13 ; aussi p 82.13 = Bioule (Tarn-et-Garonne). En Lozère : ALF 204 p 810, 829 ; ALMC 92 p 25, 28. Attestations plus diffuses : Gard (ALLOr 79 p 30.32, 30.34), Hérault (ALLOr 79 p 34.06), Lot (ALLOc 68 46.13).

20 Inscription visible sur une carte postale de la Belle Époque (Steinbrecher/Passelaigue 2007, 69).

21 La Grotte du Chien fit son entrée (anonyme) dans la littérature de curiosités à la fin du xviiie siècle grâce à Legrand d’Aussy (an III, 191). Au cours du xixe siècle, c’est surtout une grotte voisine, celle de Montjoli (actuelle mairie de Chamalières), qui retient l’attention des géologues ; ils la comparent à la Grotte du Chien napolitaine. Selon Vernet (1998, 55), « en 1878, un éminent praticien, le docteur Petit, mit à jour [?] cette grotte appelée alors Etouffi. Le docteur se rendit acquéreur de cet endroit et, après un aménagement sommaire, exploita cette curiosité géologique ». « C’est en 1902, ajoute Vernet (1998, 56), que fut construit le chalet d’accueil, œuvre de l’architecte Louis Jarrier ».

22 Intitulé Auvergne, ce volume s’intéresse aussi au nord de la Lozère et au nord de l’Aveyron (Entraygues, Estaing, Espalion, Saint-Geniez-d’Olt, Rodez). Il a certainement été pratiqué par Boudou : voir Chambon 2011, 495-496.

23 On peut encore lire (1er octobre 2011) les inscriptions « Grotte scientifique / Unique en France / entrée » (avec chien-loup) et « Visitez / la grotte du chien ». Mais, contradictoirement, deux panneaux avertissent : « acces strictement / interdit au public », « acces interdit / danger de mort » (avec masque à gaz stylisé). Un autre panneau, apposé sur la maison, témoigne du dernier état de ce haut lieu touristique, en affichant un programme alléchant : « musee / Documentaire / Audio Visuel / Caverne / Volcanique / Curiosité / Géologique / unique en France / Exposition / et Vente des Pétrifications / de Gimeaux ». De la rue, on voit la petite cour, devant la maison d’un étage et l’entrée de la grotte. La maison se développe avenue des Thermes (no 19) par ce qui dut être la demeure du propriétaire ou du guide. Dans la cour, en surplomb sur la droite, une statue du Chien (type chien-loup), blanche (pétrification ?). Un chat couleur de lave a trouvé là un coin tranquille pour prendre le soleil. Le puits qui se trouvait dans la cour (attesté par les textes et d’anciennes cartes postales) a complètement disparu. — En 2005, les municipalités de Chamalières et de Royat poursuivaient leur réflexion commune « sur la mise en valeur de ce site d’intérêt scientifique et touristique unanimement reconnu » (« Grotte du Chien : les élus creusent le dossier », Chamalières Magazine, no 135, octobre 2005, avec photographie). Profitons de l’occasion qui nous est offerte pour souhaiter que les responsables culturels des municipalités chamaliéroise et royadère, que nous savons attentifs aux choses d’oc, prennent l’initiative de faire apposer une plaque rappelant le passage en ces lieux du grand écrivain occitan.

24 Surre-Garcia : « Je décidai de me rendre à Royat » (Boudou 1982, 155) ; Canivenc : « Or j’allai à Royat » (Boudou 1996, 55). On pourrait dire que décider est justement le verbe qui n’est pas dans le texte et que se rendre tire mal à propos la traduction vers le français guindé (cf. Brès 1983, 111).

25 « Aussi, quand il [l’auteur] songe à raconter une histoire et qu’il se dit qu’il lui faudra, sous l’œil narquois du lecteur, se résoudre à écrire : « La marquise sortit à cinq heures », il hésite, le cœur lui manque, non, décidément, il ne peut pas » (Sarraute 2006 [11956], 70).

26 Les traducteurs, Surre-Garcia (Boudou 1982, 155) et Canivenc (Boudou 1996, 55), ont opté pour une phrase à verbe être.

27 Clermont fut même désigné comme « Clermont », au début du manuscrit autographe (CIRDOC) ; la forme fut corrigée par Boudou en « Clarmont ».

28 Manry/Chazal 1979, 34 ; Chambarlailo dans le parler de Chapdes-Beaufort/Bromont (Bonnaud 1975, 16) ; Chamaleyre (singulier assuré) chez le noëliste Pezant (xvie siècle, impression xviie siècle), selon une aimable communication de M. Christian Hérilier.

29 « Occitània sus la talvera, cementèri desbatejat » (II, 4, 11).

30 Bodon 1996, 55.

31 Un témoin, qui n’est pas un lecteur de Boudou, pense avoir vu ce panneau (dans notre propre souvenir, ce panneau était rouge foncé). Rien de tel aujourd’hui sur le terrain, ce qui peut se comprendre étant donné que la Grotte du Chien est fermée. — Carte postale représentant le viaduc enjambant l’avenue de Royat dans Anglade (1981, 142).

32 Qui écrit : « cette lecture, à la fin de la leçon, sur le gaz carbonique » (Boudou 1982, 156).

33 « Sur un bâton de craie, on verse un acide, même faible, tel que le vinaigre : un bouillonnement se manifeste. L’effervescence constatée est due au gaz carbonique qui se dégage de la pierre » (Lacabe-Plasteig 1904, 89).

34 Aveyr. fourfouillá v. intr. signifie « bouillir à gros bouillons, avec bruit » (et « agiter l’eau avec bruit ») ; cf. le déverbal fourfóul « bruit produit par l’agitation ou l’ébullition d’un liquide » (tous les deux Vayssier 1879, 274 ; FEW 3, 699a, *fodiculare). Le verbe bouillonner des traducteurs (Boudou 1982, 156 ; Boudou 1996, 55) ne peut qu’estomper l’impression auditive dénotée par forfolhar.

35 Vayssier 1879, 77 (pèyro de Caūsse), 471 (pèyro de caūsse).

36 Respectivement Boudou 1982, 156 et 1996, 55.

37 Vayssier 1879, 77 ; FEW 2, 73b, calcinus.

38 Bodon 1996, 55.

39 Cf. « las escòlas dels « Mèstres » » dans La grava sul camin (II, 4 ; Bodon 1976 [11956], 67), probablement par opposition à l’école des frères.

40 « Lo Libre dels Grands Jorns es tanben una autobiografia. [...] E tot çò que conti aquí se pòt verificar... » (lettre à Dominique Decomps, du 14 décembre 1973, citée dans Anon. 1975, 89).

41 Vernet 1998, 56. Ce petit chalet muni d’un toit pointu se trouvait, d’après des cartes postales anciennes (http://www.habitants.fr/cartes_postales_1900_royat_63308.html), à l’entrée de la cour, sur la droite.

42 Un témoin se souvient d’une porte grillagée (années 1970).

43 Boudou 1982, 156.

44 Boudou 1996, 56.

45 Vayssier (1879, 645, s. v. trouos, tros) : « Devant un nom de personne ou d’animé [restriction d’emploi qui ne s’applique pas à l’emploi boudounien], ce mot équivaut à un péjoratif et emporte une idée défavorable » ; voir FEW 13/1, 319b-320a, thyrsus. Cf. « un tròç de cançon » (orthographe des éditeurs) dans « La nena del camin vièlh » (lettre à Mouly du 14 mai [1944], Bodon 1986, 78).

46 Aveyr. pèyro négro (Vayssier 1879, 470) ; ø FEW 8, 315a, petra.

47 Respectivement Boudou 1982, 156 et 1996, 56.

48 Le Guide vert pourrait procéder lui-même de Boule et al. 1901, 260.

49 Chambon 2009, b, 38-39, 42-43, 44-45.

50 Alexandre Vialatte a souvent conté ces cruautés scientifiques et pourquoi elles prirent fin : « Je dirai le gaz carbonique — la Grotte du Chien, les sources pétrifiantes —, les lacs, les villes d’eaux enfin. / Le gaz carbonique s’échappe encore par des fissures ; son exploitation commerciale donna naissance à la Grotte du Chien. Ce chien se sacrifiait sur l’autel de la science ; il démontrait par son trépas l’existence des émanations. On l’amenait, grelottant et blasé, à chaque fournée de visiteurs, dans la zone du gaz perfide ; il roulait sur le sol en roulant des yeux blancs. Il lui fallait vingt minutes pour s’en remettre malgré son expérience profonde de l’asphyxie. / À force de mourir, ce chien se fatigua. On le remplaça par un petit seau à confitures » (Vialatte 1983, 14 ; photographie p. 15). Jacques-Lerta/Sauzet (s. d., 13) indiquent qu’« à cause de la loi Grammont l’expérience avec le chien est remplacée par l’extinction d’une bougie ». Le Guide Vert (1962, 134) indique que « l’expérience du chien ne se fait plus ; elle est remplacée par l’expérience de la bougie ».

51 Allusion au « banc des belles-mères » dans Mazataud/Damase (1998, 129).

52 « Ces caves se nomment, en langage vulgaire, étouffis ; parce qu’en y entrant, l’on sent tout-à-coup une oppression, une difficulté de respirer, qui bientôt étouffe, si l’on ne prévient la mort par une prompte fuite » (Legrand d’Aussy, an III, 191). — « [L]es oiseaux ou autres animaux qui, dans le mauvais temps, viennent y chercher un refuge, [...] y trouvent une mort presque instantanée » (Thibaud 1872, 182). — « En mai [1944], lors d’une tentative de bombardement qui coïncide avec un orage, un état-major allemand manque de périr asphyxié à la Grotte Rouge [proche de la Grotte du Chien] qu’il avait choisie comme abri. Ceci, parce que le dégagement de gaz carbonique, peu important l’hiver, s’accroît en été pour atteindre son maximum quand il y a baisse de pression barométrique » (Jacques-Lerta/Sauzet s. d., 13).

53 Sur une carte postale de la Belle Époque (Vernet 1998, 55), on voit la margelle du « Puits de Gaz » et un guide en casquette déversant le gaz carbonique contenu dans un seau sur une chandelle tenue par une touriste.

54 Le vers de Villon signifie : « Je meurs de soif auprès de la source d’eau vive » (Rychner/Henry 1977, 2, 69).

55 « La vida », v. 15 (Bodon 1975, 53).

56 La légende de Tantale est sous-jacente au vers de Villon : voir Ménard 1966.

57 Chambon, à paraître, § 10.

58 Chambon 2009, b, 37 et 2011, 487-488.

59 Chambon 2011, 494, 537.

60 Chambon 2009, a, 219-223. Notre interprétation semble confirmée par ces vers inédits de Boudou que nous communique aimablement Élodie de Oliveira : « Dans l’enfer combien de fours / Quand raja la font de pierre ».

61 Chambon 2009, b, 51-52.

62 Le Guide bleu (1979, 223) écrit en effet : « Autour de la grotte, [...] ont été réunies quelques antiquités romaines et diverses pièces géologiques ». Sur une carte postale de la Belle Époque, on peut voir cette inscription murale : « Musée géologique / Ouvrages / d’Histoire / Naturelle / Collections / minéralogiques / Pétrifications » (Steinbrecher/Passelaigue 2007, 69). Bernard Clémençon nous signale que vers 1900 la Grotte du chien avait fait l’objet d’un aménagement à l’antique.

63 La visite à la fontaine pétrifiante de Saint-Alyre (I, 10) est aussi un tête-à-tête avec le guide (une femme).

64 Une saison en enfer, « Délires II. Alchimie du verbe » (éd. Brunel 1987, 273).

65 « Le Felibritge se trachava de blòdas e d’esclòps et de manjar de cebas » (lettre à Mouly du 1er août 1966, Bodon 1986, 239). Cf. dans la Santa Estèla : « totas las còfas, totas las blòdas, totes los capèls e la lusor de las cigalas als colets de las vèstas » (Boudou 1960, 65).

66 Par ailleurs, Ginestet (1997, 131) envisage favorablement l’hypothèse selon laquelle « “ La Cava del Can ” peut [...] très bien être un fantasme du narrateur qui réfléchit longuement devant un verre », au chapitre I, 9 (« L’alba del rossinhòl »). En d’autres termes, pense-t-elle, « le chapitre précédent a peut-être été non pas « vécu » mais « imaginé » par le personnage ». À notre sens, il y a trop de « choses vues » (ou entendues) dans le chapitre pour que le personnage puisse les avoir imaginées. Le personnage a bien « vécu » cette visite ; l’auteur l’avait très probablement précédé sur place.

67 Boudou 1982, 156.

68 Boudou 1996, 57.

69 Respectivement Boudou 1982, 156 et 1996, 57.

70 Attesté depuis 1930 (FEW 25, 641a, astrum) ; bomba atomica est aussi emprunté au français (bombe atomique depuis 1945 ; FEW 25, 674b, atomus).

71 Chambon 2010, 128 et n. 6.

72 Ricon de Savinhac est né « dins lo mes de decembre de mila nòu cents vint-e-dos » (La grava sul camin, I, 1 ; Bodon 1976 [11956], 57).

73 La traduction de Surre-Garcia (Boudou 1982, 157) manque cet effet de variatio stylistique : « dans mon bureau, dans mon école, dans mon pays ».

74 Respectivement Boudou 1982, 157 et 1996, 57.

75 Chambon 2010, 130.

76 Cf. (lo) paure mòrt dans « L’èrba d’agram », v. 2 (Bodon 1975, 26). Voir FEW 8, 57b et n. 5, Pauper (ø Vayssier 1879).

77 Boudou 1982, 157. Le mot paures n’est pas rendu et vieilles personnes introduit en outre un euphémisme inapproprié.

78 Boudou 1996, 58.

79 « La glèisa a tuada nòstra lenga aicí. [...] es ela que a pas mantenguts los presics en lenga d’òc » (lettre à Mouly du 22 juillet [1948], Bodon 1986, 108)).

80 Cf. le constat de La Santa Estèla : « Pagavi, pagavi... Me mercavan dins totes los cartabèus. Mas amb tot aquò la lenga se perdiá. / Dempuèi un brieu s’èra perduda dins las glèisas : al presic, a la pregària. Se perdiá sus las fièiras quand se mercandejava o a l’aubèrga per se far servir. Se perdiá per las vòtas quand los amoroses se cercavan... Los mèstres d’escòla de tota mena se podián conflar, l’avián derrabada l’èrba sauvatja e los curats lor avián ajudat.. / Paura lenga anavas a la tiá fin » (Boudou 1960, 103, cité par Arrouye 1987, 178).

81 Boudou 1982, 157 ; Boudou 1996, 58.

82 Bodon 1976 [11956], II, 5, 70. Au chapitre I, 6, Boudou oppose à la gara de Nòvacèla (Naucelle-Gare) à Nòvacèla la vila (Bodon 1976 [11956], II, 6, 75). Cf. encore le chapitre IV, 3 : « Me tròbi dins una carrièira. Aquò sentís la vila. I a d’ostals nòus de cada part e d’aubèrgas e de garatges. Aval darrièr los òrts, lo camin de fèr e mai las bastendas de lagar ! Me reconeissi ara solament : soi a la gara de Nòvacèla » (Bodon 1976 [11956], 134).

83 « Lo Naucèla de las annadas trenta aviá gardada sa cara païsana que ne fasiá lo centre d’un airal vodat a l’elevatge e a la policultura. Om i trobava las comoditats e los comèrcis d’una vilòta qu’èra tanben cap-lòc de canton. Lo centre de son activitat n’èra la plaça del fièiral. Aquí se tenián lo notari, lo farmacian, los cafés e maites comèrcis. Un còp per mes, i aviá lo mercat, la fièira coma se disiá » (Laus 1987, 26).

84 Meynier 1934, 380.

85 Riegel et al. 2009, 152.

86 Comme l’indiquait Guillaumie dès 1942, la « bienfaisante doctrine » mistralienne « a pour base l’attachement au sol natal, le culte des ancêtres et de la tradition, la fidélité aux vieux usages et la défense des anciennes coutumes » (Guillaumie 1942, 74).

87 Cf. la critique de l’idéologie de l’ostal en I, 5, 9 (Chambon 2010, 129).

88 On peut remarquer que, dans les parlers de l’ouest de l’Aveyron, les mots paire, maire, c’est-à-dire, généralement, [ˈpai̯de], [ˈmai̯de], étaient, dès les enquêtes de Nauton (1952-1953) auprès de témoins âgés de 70 ans environ, des archaïsmes « en voie de disparition », les formes usuelles, empruntées au français, étant [ˈpɛro], [ˈmɛro] (ALMC 1607 p 48, 49, 54, 55). L’idéologie réactionnaire de la famille s’exprime dans un vocabulaire restauré, et par là en lui-même fallacieux. On sait que dans La Santa Estèla del centenari, Enric Molin, dont la relecture semble s’attacher exclusivement à la correction de la langue, ne manque pas de corriger pèro en paire dans le recueil poétique du jeune poète Ambròsi Lorei (Boudou 1960, 47).

89 Réflexion déjà présente au chapitre I, 1 (voir Chambon, à paraître).

90 Cf. Chambon 2011, 491-492 et n. 41.

91 « Nòstre mestier », Oc, 1959 (dans Anon., 1971-1972, 20).

92 Arrouye 1987, 178.

93 Surre-Garcia (Boudou 1982, 157).

94 Canivenc (Boudou 1996, 58).

95 Vayssier 1879, 362 : may adv. « plus, davantage ».

96 Chambon et al. 2010, 149.

97 Cf., dans la Santa Estèla : « Lo païs en perdent sa lenga semblava que se perdiá el » (Boudou 1960, 103).

98 Aveyr. [ˈnɛplo(s)] s. f. (pl.) signifie « brouillard pernicieux, causant des dommages aux pommes de terre ou à la vigne ; brumes matinales, qui passent pour être néfastes aux cultures » (ALLOc 37 ; ALMC 42 ; cf. Vayssier 1879, 398 : los nèplos foū perí los recouóltos). « Lorsque le brouillard est une vapeur blanche, on l’appelle fun » (Vayssier 1879, 398) ; cf. ALLOc 36.

99 « Vos disètz ben que la nòstra lenga vòl renàisser. Mas lo pòble la renega. Dins vint ans, dins cap vilatge cap de jovent la parlarà pas. [...] E se lo pòple nos abandona, riscam d’èsser una arma, l’arma del terraire, mas una arma sens còrs. Quand l’arma e lo còrs tenon pas mai ensemble aquò s’apèla la mòrt, cresi » (lettre du 29 février [1948] à Mouly, Bodon 1986, 105).

100 « La mia lenga solament me’n servissi pas per demandar de pan a qualqu’un. Encara mens per far l’amor » (II, 1, 15). Cf. « Ara me tòrni sovenir del vièlh temps quand parlavi solament lo « patés » » (lettre du 11 septembre 1949, Bodon 1986, 117).

101 « Los mèstres laïcs podèm pas comptar sus eles tanpauc : tuarián lo « patés » sul còp se podián » (lettre à Mouly du 22 juillet [1948], Bodon 1986, 108) ; « Mai que totes, los mèstres d’escòla e los païsans son contra nos » (lettre du 1er novembre 1963 à Mouly, Bodon 1986, 189).

102 Arrouye 1987, 179.

103 De Oliveira 2007, 57-73 ; Bodon 2010, 242-245.

104 Outre « Las trèvas del Lagast » dans la Canson del paìs, un poème antérieur de Boudou est consacré au même thème : « Las trèvas », dans le recueil Frescun del nóstre Viau (Bodon 2010, 206-209).

105 « Bruit nocturne qui a lieu surtout dans les maisons et qu’on attribue aux revenants, aux lutins ou à quelque esprit malveillant. Ces bruits sont le plus souvent l’effet de la malveillance, de la présence de certains animaux, comme les oiseaux nocturnes. Le diable, père des sorciers, des magiciens, de tous les brouillons et perturbateurs, peut aussi quelquefois jouer au lutin » (Vayssier 1879, 633).

106 Bessou 1974 (11892), 38 : la trèbo ou le drac sont certes diaboliques, mais « sus uno bertat se fargou milo cracos ».

107 « Clameur diabolique » (v. 16) ou tintement des « os des morts » (v. 18).

108 Cf. Chambon, à paraître, § 6.

109 Éd. Rychner/Henry 1977, 1, 46, v. 1-3 ; éd. Thiry 1991, 277.

110 « Amors de terra lonhdana » (Berry 1930, 62 = éd. Jeanroy 1965, 4, II « Quan lo rius de la fontana », v. 8), syntagme repris en 1, 6, 14. Voir Chambon 2011, 511-512.

111 « Quan lo rius de la fontana / S’esclarzis, si cum far sol » (Berry 1930, 62 = éd. Jeanroy 1965, 3, II, v. 1). L’anthologie de Berry est la source unique des citations troubadouresques dans les Grands jours (Chambon 2011, 503-504).

112 « No·m meravilh s’iu n’aflam » (Berry 1930, 62 = éd. Jeanroy 1965, 4, II, v. 16).

113 Cf. Chambon 2011, 532.

114 La leçon « à » est conservée dans les éditions de 1968 et 1973 (Bodon 1968, 32 et 1973, 39). Le mot est occitanisé (alibertinisé) en « a » dans les éditions de 1978 (Bodon 1978, 32) et 1996 (Bodon 1996, 58) ainsi que par Ginestet (1997, 104). — fontana peut être considéré ici comme un médiévalisme, peut-être emprunté au français de Villon ; l’occitan rouergat ne connaît que les types fouon « source ; fontaine » et fountèno « fontaine » (Vayssier 1879, 274 ; ALMC 799 ; ALLOc 952, 953).

115 Compagnon 1979, 12.

116 Brunel 1935, 49-50, no 164 (cf. « Écrit au xive s., en Provence » ; cf. DOM 1997, 112). Et non au Nouveau Testament de Lyon, comme Levy paraît le penser, quand il renvoie à « Clédat 137b, 21 londana » (« londana » est aussi la leçon de Wunderli 2009-2010, 1, 190 ; cf. encore 2, 197).

117 Rien non plus dans FEW 5, 403b, longe, où l’on ne trouve que dauph. lougnant « lointain », dont la source est Moutier (2007, 465) : lougnant adj. (f.-anto) « éloigné, lointain » (Alpes dauphinoises), forme assez probablement refaite, avec un exemple d’emploi substantivé, d’adauphocc. lognans s. m. pl. dans le Mystère de saint Antoine (Briançonnais ms. fin xve s.). Cf. encore avaud. lognana (Bible de Carpentras, éd. Nüesch 1979, 2, 128 « anne en pelegrinage en lognana region »).

118 Pour le médiévalisme lonhdana, de même sens (I, 6, 14), emprunté dans « tèrra lonhdana » à Jaufré Rudel, voir Chambon 2011, 511 et n. 129.

119 Éd. Champion 1923, 1, 156-157 ; éd. Mühlethaler 1992, 266 (no 75). Nous imprimons « encouste » (et non « en couste »), en suivant Rychner/Henry 1977, 2, 69.

120 Éd. Champion 1923, 1, 191-203 ; la ballade de Montbeton et Robertet est aussi éditée par Zsupán 1970, 88-90. Voir aussi Rychner/Henry 1977, 2, 68-69, qui indiquent que les vers « Je meurs de soif auprès de la fontaine » et « Je meurs de soif et suy a la fontaine » se trouvent déjà dans deux ballades composées « au début du xve s., ou même peut-être avant », transcrites toutes deux dans un même manuscrit de Cambridge.

121 Genette 1982, 239.

122 L’appropriation du texte de Villon se marque aussi par les changements introduits par rapport à la ponctuation habituelle : point à la fin du premier vers (au lieu d’une virgule) ; aucune ponctuation à la fin du deuxième vers. Les points de suspension finaux indiquent que le texte est coupé. La ponctuation ne change pas dans les éditions de 1968, 1973 et 1978. L’édition de 1996 (Bodon 1996, 58) introduit un point à la fin du deuxième vers ; cette correction (tacite), suivie par Canivenc dans sa traduction (Boudou 1996, 58) pourrait être défendue. Dans sa traduction, Surre-Garcia supprime le point à la fin du premier vers (Boudou 1982, 157).

123 « “ La Cava del Can ” est une impasse au niveau de la poursuite de l’écriture » (Ginestet 1997, 131).

124 Voir Chambon 2011.

125 Voir Chambon 2009, a.

126 On lira plus loin, à propos du film Thésée et le Minotaure : « Novèla vida de las legendas grècas : compresas de la revèrs, cambaviradas benlèu, mas pr’aquò reviscoladas... » (I, 9, 13).

127 Boudou 1982, 157 et 1996, 58.

128 Canivenc rétablit le pronom de conjugaison obligatoire dans « je tremble » (au lieu de « et tremble »). Dans la traduction de Surre-Garcia (Boudou 1982, 157), on corrigera deux erreurs matérielles : « Chaude » ] « Chaud » (deuxième vers) ; « Et » ] « En » (troisième vers).

129 Éditeurs et critiques ont fait de même au chapitre I, 6 en rétablissant contre le texte boudounien ce qui est selon eux le « bon texte » des citations troubadouresques (voir Chambon 2011, 509 sqq.).

130 Dans La grava sul camin (II, 5 ; Bodon 1976 [11956], 70), le Nòvacèla de l’enfance est le lieu où la langue retrouvée est partagée avec le père, à l’occasion de ses visites dominicales (Arrouye 1987, 179).

131 Cf. Arrouye 1987, 176-177.

132 Arrouye 1987, 177-178.

133 Chambon 2009, b, 46-47.

134 Bessou 1974 (11892), xxviii. Cf. « Pr’aquò vos dirai que soi pas d’a fons d’acòrdi amb lo vòstre vejaire. Dempuèi Besson comptam totes que la lenga d’òc es la lenga dels païsans. Fe, patés, païsans son tres que fan pas qu’un. Ieu lo primièr que, se passèri aital a l’ensenhament pòstescolar agricòla, èra per èsser mai encara al corrent de las causas de l’agricultura que ligavi amb la lenga d’òc. / Mas ara cresi que nos sèm enganats» (lettre du 1er novembre 1963 à Mouly, Bodon 1986, 189).

135 Bessou 1974 (11892), xxix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Chambon, « Dans la Grotte du Chien : l’écriture occitane aux prises avec le déjà dit. Sur le chapitre I, 8 du libre dels Grands jorns de Jean Boudou », Lengas, 71 | 2012, 79-118.

Référence électronique

Jean-Pierre Chambon, « Dans la Grotte du Chien : l’écriture occitane aux prises avec le déjà dit. Sur le chapitre I, 8 du libre dels Grands jorns de Jean Boudou », Lengas [En ligne], 71 | 2012, mis en ligne le 07 avril 2014, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://lengas.revues.org/348  ; DOI : 10.4000/lengas.348

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org