Navigation – Plan du site
Lectures de Boudou et Ricard

Louis-Xavier de Ricard en 1868 et sa critique des Français du Nord et du Midi d’Eugène Garcin : une hésitation sur la route vers la cause de l’occitan ?

Rose Blin-Mioch
p. 119-154

Texte intégral

Introduction

  • 1 Revue des lettres et des arts, Paris 1867-1868, rédacteur en chef Villiers de l’Isle Adam, propriét (...)

1En 1868 paraît dans le no 21 de la Revue des Lettres et des arts1, rubrique « Livres nouveaux » une critique du livre d’Eugène Garcin : Les Français du Nord et du Midi.

2Cet article, une apologie plus qu’une critique, est signé Louis-Xavier de Ricard. Celui qui en 1875, au sortir de deux exils en Suisse qui sanctionnent sa participation à la Commune de Paris, va rejoindre le mouvement de Mistral, et former le groupe des « félibres rouges », avant de devenir Majoral du Félibrige en 1888, écrit alors : « Voici venir la fin de la race dite latine ; elle a épuisé sa destinée. »

3Nous allons essayer de comprendre les circonstances qui ont conduit Louis-Xavier de Ricard à écrire ce texte qui contredit tout autant ses prises de position de jeunesse sur la langue du Midi que ses engagements ultérieurs pour le Fédéralisme, le Félibrige et l’action régionaliste.

  • 2 Étude présente dans notre thèse, Mioch Rose, Édition critique de la correspondance de Lydie Wilson (...)

4Nous rappellerons tout d’abord la vie de l’auteur, jusqu’à cette année 1868. Un retour sur l’appréciation de la langue du Midi, dans son premier recueil, Les chants de l’aube, en 18632, complétera ce regard sur sa prime jeunesse. Nous nous attacherons aux influences qu’il a reçues ensuite dans sa bouillonnante vie parisienne, influences littéraires comme républicaines. De ce point de vue, l’histoire de sa première revue, La revue du progrès, est pleine d’enseignements sur la personnalité et les convictions du poète. Nous suivrons le parcours du jeune Ricard dans l’Empire finissant et resituerons l’année 1868, tant du point de vue du Félibrige que de l’Empire et de la création littéraire française. En particulier nous nous sommes attachée aux textes de Louis-Xavier de Ricard, ceux de son recueil Ciel, rue et foyer, sorti en librairie début 1866, ceux publiés dans les deux premiers Parnasse Contemporain, celui de 1866 et celui à paraître en 1869-1871, nous nous sommes également arrêtée sur ses textes parus dans les revues précédant et entourant Le Parnasse : l’Art et La Gazette Rimée. Enfin nous nous pencherons sur la Revue des Lettres et des arts, où Louis-Xavier de Ricard a publié sa critique, et dont le premier numéro contient une version provençale avec traduction française de « La Coupo Santo » de Mistral, présentée par le Capoulié du Félibrige. Nous nous interrogerons sur cette présence du provençal dans une revue parnassienne, avant d’envisager les relations de Louis-Xavier de Ricard et Eugène Garcin que nous éclairerons à partir de la biographie du Méridional qui vivait à Paris depuis 1860. Ce qui nous permettra peut-être de commencer à répondre à la question : pourquoi une critique de Français du Nord et du Midi dans une revue qui ne traite pas de littérature provençale, sauf pour publier « La Coupo » ? Ricard et Garcin se réclamant tous deux d’Edgar Quinet, s’agit-il avec cet article de littérature ou de politique ? Ont-ils interprété les ouvrages récents de l’historien-philosophe La révolution (1865) et France et Allemagne (1867) de la même façon ?

5L’athéisme et la volonté de voir s’instaurer la République étant au centre des préoccupations du jeune marquis de Ricard, par ailleurs très engagé en littérature dans le domaine français, ces convictions nous paraissent à l’origine de sa prise de position en faveur du livre de Garcin. Nous interrogerons enfin son texte : l’adhésion aux thèses de Garcin concerne-t-elle l’ensemble de celles-ci, la mort (ou plutôt la négation) de la langue, la croisade des Albigeois et le centralisme « jacobin » ?

6Alors que Louis-Xavier de Ricard semble placer ses espoirs d’idées nouvelles au-delà de l’océan, cette critique n’est-elle pas la rupture qui lui a permis d’étudier véritablement l’histoire et la culture de ce qu’il nommera plus tard les « parlers occitaniens » ? Et ainsi de passer de l’approche sentimentale de sa jeunesse aux convictions de l’homme confortées tant par le Communalisme que par l’étude de la langue et de l’histoire du Midi et donc de devenir à son tour Félibre, mais toujours « rouge » ?

Louis-Xavier de Ricard, fils d’un marquis-général de Napoléon

7Il n’est pas inutile, cent ans après sa mort à Marseille, de retracer en quelques étapes la vie de cet « homme de lettres », profession qu’il revendiquait dans tous ses papiers officiels. Il était né le 26 janvier 1843 à Fontenay-sous-Bois, du second mariage de son père, Joseph, Barthélemy, Honoré, Amable, Louis de Ricard, alors colonel d’infanterie en garnison dans ce qui était alors un village près de Paris, et d’Eugénie Françoise Éléonore Pauthier, 21 ans, sans profession. Son père, de noblesse provençale et languedocienne, était né à Cette (Sète) en 1787, d’où son grand-père, commissaire de la marine, avait fui la Révolution. La famille de sa mère était originaire de la région de Besançon. Un oncle de celle-ci, Guillaume Pauthier, était un éminent orientaliste, professeur au Collège de France.

  • 3 Ricard Louis-Xavier de, Autour des Bonaparte, 1891, Paris, Savine.

8La jeunesse de Louis-Xavier de Ricard s’est passée à Paris et dans les villégiatures de la bourgeoisie parisiennes sous le Second Empire. Il est apparenté aux Bonaparte par la famille de sa grand-mère paternelle, les Guey3.

Formation : de la langue « riche et sonore » à Sainte Pélagie

  • 4 Notamment les philosophes du xviiie siècle, Michelet, Victor Hugo et un poète oublié déjà en 1891, (...)

9Cependant son père, qui a été de 1852 à 1860 aide de camp du prince Jérôme, frère de Napoléon 1er, laisse le jeune Ricard très libre, lui laissant « tout lire4 ». Ce dernier est reçu, avec une dispense d’âge, dans la loge maçonnique dont Alexandre Massol (1803-1875), ancien Saint-simonien, était le Vénérable. Originaire de Béziers, celui-ci avait fait de la loge de « la Renaissance par les Émules de l’Hiram » :

  • 5 Ricard, 1891, 47-56.

l’atelier le plus laborieux de propagande contre les institutions impériales ; non en déclarant la guerre aux personnes, ni en attaquant directement le gouvernement, ce qui eut amené à la fermeture de la loge, mais en discutant, en élucidant, sous prétexte de recherches philosophiques, les principes et les idées dont les conséquences logiques étaient la négation de l’empire, de la base jusqu’au faîte [...]. C’est là que l’action de Massol a été grande et excellente. Il avait réuni dans sa loge, à côté de quelques anciens combattants des vieilles luttes révolutionnaires, un grand nombre de jeunes esprits, las d’étouffer dans l’insalubre atmosphère de l’Empire. Il voulut appuyer d’un journal son enseignement oral, il fonda la Morale indépendante5.

10La mère de Louis-Xavier, la générale de Ricard, recevait dans son salon littéraire, boulevard des Batignolles, les amis de son fils, politiciens et écrivains, mais aussi celle qui sera sa première épouse Lydie Wilson, alors encore enfant.

  • 6 Une deuxième édition enrichie d’une préface paraît l’année suivante chez Marpon à Paris.

11En 1860, Louis-Xavier de Ricard, à 17 ans, signe un premier livret : À Melle Léontine Huguet ; deux ans après chez l’éditeur Poulet-Malassis paraissent Les Chants de l’Aube, dédiés aux jeunes filles alors qu’il n’a pas encore 20 ans6.

La langue du Midi dans Les Chants de l’aube

12Jusqu’ici les chercheurs se référaient à l’introduction d’Autour des Bonaparte, pour mettre en question l’affirmation de Verlaine qui, dans Les hommes d’Aujourd’hui (1886), assurait avoir connu Louis-Xavier de Ricard « assez réfractaire à la littérature du Midi. »

13Le texte de Verlaine a été écrit « vingt-quatre ans après », quant à celui de Louis-Xavier de Ricard, il s’agit également de souvenirs, soit deux récits rétrospectifs, dont les auteurs ont pu remanier les faits qu’ils relatent, inconsciemment ou non.

  • 7 Fernand Clerguet évoque, sans référence, en 1906 cette présence de l’occitan dans Les Chants de l’A (...)

14Les chants de l’Aube nous ont permis de trancher d’une façon que nous croyons, alors, incontestable7, et qui l’est en ce qui concerne la jeunesse de Louis-Xavier de Ricard, mais que l’article que nous reproduisons ici amène à nuancer quelque peu.

De Mireïo, « chef d’œuvre du genre » au courage « de parler la langue du Midi »

  • 8 Ricard Louis-Xavier de, Les Chants de l’Aube, 1862, Paris, Poulet-Malassis, 422 pages, p. 407 et 40 (...)
  • 9 Mistral Frédéric, Mirèio, 1859, Avignon, Roumanille.

15Les Chants de l’Aube, publiés chez Poulet-Malassis en 1862, comportent une note8 sur Mireïo9 (sic) de Mistral :

  • 10 Seul des chercheurs que nous avons lus, Georges Peyronnet y fait allusion indirectement en citant u (...)

Le plus beau poème champêtre qu’on ait fait depuis les anciens ; je veux parler de la Mireïo (sic) de Mistral, où le poète, tout simplement un homme de génie, a su intéresser par d’incomparables descriptions et par des scènes d’une simplicité touchante et sublime, enfermées dans le cadre d’un drame ravissant. J’avouerai que ce poème-roman me parait le chef-d’œuvre du genre10.

Admirateur de Mistral, Louis-Xavier est aussi dès cette époque un défenseur de sa langue ; dès avant 1862, il a réellement un engouement pour le Midi :

Quelques personnes ont reproché à ce grand poète l’emploi de la langue provençale ; je pense tout différemment, et je loue M. Mistral, au contraire, ainsi que tous ses collègues en poésie méridionale, d’avoir le courage de parler comme on parle chez eux. Ici, à Paris, on pense, bien à tort, que cette langue riche et sonore du midi est agonisante et que tôt ou tard elle aura complètement disparu. J’avoue que je le regretterais ; car je ne crois pas qu’il y en ait de plus belle [...] Mais, je le répète, je ne crois pas qu’elle s’éteigne de sitôt, heureusement.

Mistral et Jasmin dans le texte

  • 11 Texte de l’épigraphe : « Et lou grand mot que l’ome òublido, /Ve-l’eici : la mort es la vido !/ E l (...)

16Dans le même recueil, nous avons découvert deux citations en « langue du Midi » : l’épigraphe du poème « Regardez cette fleur », p. 287 (il s’agit d’un extrait de Jasmin : « Segoundo pauso », « La Serèno al co de glas », part 4), et une citation du Chant X de Mirèio page 226 en épigraphe11 du poème : « Les deux prières. » Il s’agit de la strophe 63 du chant X qui en compte 67, le choix ne peut-être dû au hasard. Ricard écrivant « Mireïo » pour lui en provençal et non Mireille, en français, on peut en conclure que Louis-Xavier de Ricard avait lu ces auteurs dans leur langue.

17Les Chants de l’aube comptent également un poème appelé « Les deux troubadours », qui dans sa forme, imitation d’une tenson, indique que l’auteur s’intéresse de près à l’histoire du trobar et des troubadours, au Moyen-Âge.

Déjà « Albigéiste »

18L’intérêt des Chants de l’Aube ne s’arrête pas à Mistral et à la connaissance de la langue ; ce que l’on appellera plus tard « l’Albigéisme » de Louis-Xavier de Ricard s’y exprime déjà, en particulier dans l’« Avertissement » qui précède la publication de deux fragments d’un poème sur Simon de Montfort et la Croisade, dont on goûtera l’humour :

  • 12 Ricard, op. cit., 1862, 371-381.

J’avais commencé un poème dont le sujet était le « Saint Massacre » des Albigeois. J’y démontrais en action la piété vraiment évangélique et la charité non pareille du légat, des moines de Cîteaux, enfin des Croisés. Rien, plus que ce travail, ne m’a convaincu avec quelle injustice vraiment damnable, des écrivains philosophiques, — mais qu’attendre de ces scélérats ? — ont reproché à la sainte Église d’avoir été persécutrice autrefois. Elle s’est tout à fait lavée de ce reproche et il est bien prouvé aujourd’hui que ce sont les Albigeois qui se sont massacrés eux-mêmes pour fournir à la postérité un prétexte de calomnie contre les prêtres. Voyez un peu la malice de ces Hérétiques12 !

  • 13 Selon son expression dans l’introduction d’Autour des Bonaparte.

19Après ses Chants de l’aube, Louis-Xavier de Ricard se lance « à la perdue13 » dans « la lutte de la jeunesse contre l’Empire » et fonde en 1863, avec l’argent d’un héritage, La Revue du Progrès, dont la parution dura un an.

L’engagement de La Revue du Progrès

  • 14 Ragot (1840-1887), écrivain et journaliste qui exerça ensuite au Figaro et au Gaulois.
  • 15 La Revue du Progrès contient en outre les signatures suivantes : Antoni Deschamps ; Charles Ganneau (...)

20C’est Adolphe Racot14 qui se charge de la gérance de La revue du progrès. Louis-Xavier de Ricard ne pouvant assumer cette fonction, vu son jeune âge ; mais il en sera le directeur15.

  • 16 Revue consultée à Paris, Bibliothèque St Geneviève, Mi MM 158.

21Le dernier numéro de mars 1864 insère un « Adieu aux lecteurs » qui rend compte de la ligne éditoriale de la revue (p. 730)16 :

  • 17 Souligné par nous.
  • 18 Idem.

Nos lecteurs ne savent sans doute pas que le 7 mars dernier le Commissaire de Police est venu saisir le numéro de janvier de la Revue du Progrès : sous l’inculpation d’outrage à la morale religieuse, et d’avoir traité sans autorisation préalable d’économie politique et sociale. Nous n’avons pas l’intention des discuter ici sur ces chefs d’accusation, et de plaider notre cause devant nos lecteurs, étant persuadés que nous l’avons gagnée déjà dans leurs consciences. Nous ne voulons que jeter un coup d’œil sur la carrière que nous avons parcourue et que nous sommes forcés d’interrompre aujourd’hui.
La Revue du Progrès a fini son année : qu’a-t-elle fait pendant ce temps c’est ce que nous voulons examiner succinctement.
Dès les premiers mois nous nous sommes franchement annoncés comme une publication rationaliste ; tous, réunis dans une pensée commune, quoique nous séparant quelquefois sur des détails particuliers, nous ne pouvons nous refuser cette satisfaction d’avoir carrément formulé nos opinions. Nous avons eu le bonheur de déplaire aux éternels adversaires de la Raison et de la Liberté, et de prouver une chose dont les preuves se multiplient chaque jour à savoir que toute la jeunesse n’est pas morte, qu’elle se réveille et qu’en dépit des endormeurs, elle veut vivre. Nous espérons qu’on ne nous reprochera pas d’avoir mis un bâillon à notre conscience, et d’avoir hésité à confesser nos convictions, cela nous suffit.
Maintenant sommes-nous vaincus17, non pas, les vaincus sont ceux qui n’osent pas se confier à eux-mêmes au milieu de la grande bataille des idées, et qui appellent à leur secours la force brutale du bras séculier ; Les vaincus, ce sont ceux qui outragent, insultent, calomnient, et font enchaîner par d’autres les ennemis qu’ils ne peuvent pas et qu’ils n’osent pas combattre en face. Devant l’inanité de nos adversaires une seule arme nous reste : le mépris. Ne discutons plus avec ces [...] frénétiques. À quoi servirait la polémique ? Les questions sont jugées actuellement : continuons notre travail sans nous inquiéter de tous ces cris furieux qui sortent des sépulcres du passé18.
Aussi bien notre œuvre ne fait que commencer, il n’est pas possible qu’elle reste inachevée, il n’est pas possible que notre génération n’édifie qu’une ruine et qu’elle s’assoie sur les fondements du monument sans chercher à le terminer.

22Les ennemis cependant étaient identifiés dans la revue même. Dans le rubrique « Polémique », la Revue Indépendante, Philosophie, histoire, sciences, littérature, beaux-arts du 1er novembre 1863 publiait un texte de dix pages, signé de son directeur G. Véran, intitulé « La Revue du Progrès et le sens commun ». Cet article s’ouvrait ainsi :

  • 19 Dupanloup, Mgr, évêque d’Orléans.

On se souvient peut-être de notre article sur le radicalisme publié dans notre livraison du 15 septembre, et dans lequel, sans répondre spécialement aux attaques dirigées par la Revue du Progrès, dans une suite de lettres, contre Mgr l’évêque d’Orléans19, nous nous attachions à ruiner par la base le fond des doctrines philosophiques professées par cette revue. Nous allons rappeler en peu de mots la substance de notre article, et nous laisserons ensuite le public juge de la réponse que nous adresse notre contradicteur.

Le contradicteur n’est autre que Louis-Xavier de Ricard. Il s’adresse au directeur de la Revue Indépendante :

Au moment où je m’apprêtais à répondre à votre lettre manuscrite, j’ai reçu le dernier numéro de la Revue Indépendante, où j’ai lu un long article sur la Revue du Progrès. Dans cet article, vous attaquez spécialement mon collaborateur Charles Selles, sur la « Vie de Jésus », et la « Lettre d’un jeune homme à Mgr Dupanloup », lettre dont je suis l’auteur. Je ne vous cacherai pas, Monsieur, que je m’attendais à une réfutation sérieuse de votre part. [...] Vous n’avez, sans doute, eu pour but dans l’article en question, que d’effrayer vos lecteurs par l’exposition des formules du « jeune radicalisme ». [...] Dire à vos adversaires « qu’ils sont fous » a, jusqu’à présent, composé le fond le plus réel de votre argumentation. Partant de ce point de vue que l’Église est infaillible, vous arrivez nécessairement à l’intolérance [...] Nous autres matérialistes, panthéistes, athées — comme vous voudrez, car nous nous soucions peu de vos épithètes — nous ne pouvons nous irriter ni nous effrayer de vos colères et de vos anathèmes ; et celui-là seul nous toucherait, qui nous montrerait que nous sommes en désaccord avec la raison.
Vous ne nous avez pas touchés.
L’argumentation de votre article m’a prouvé combien j’avais eu raison en mentionnant, dans ma lettre à « Monsieur Dupanloup », la stérilité et l’inanité de votre dialectique...

  • 20 Salvat Joseph, La Vie tourmentée de Louis-Xavier de Ricard (1843-1911), 1943, Douladoure, Toulouse, (...)

23C’est bien Louis-Xavier de Ricard, qui au nom de la Revue du Progrès, s’est opposé à l’évêque d’Orléans. Et l’on peut à partir de là supposer, comme Ricard lui-même, que « Monsieur Dupanloup » a été pour quelque chose dans le poids de la condamnation dont il écopa, et ce avant même la parution en 1866 de la brochure de ce dernier L’athéisme et le péril social dans laquelle, parmi d’autres la Revue du Progrès était citée comme professant « L’athéisme avec une juvénile audace20 ».

24Le général de Ricard laissait faire, tout en ne partageant pas les idées « révolutionnaires de son fils ». Ce dernier définit la revue comme « un [sic] espèce de rendez-vous où nous nous rencontrâmes, tous jeunes, un peu de tous les partis républicains et socialistes et de toutes les théories philosophiques ».

  • 21 Voir Ricard Louis-Xavier de, « Le Parnasse contemporain », in introduction d’Autour des Bonaparte, (...)
  • 22 Voir Clerguet Fernand, Louis-Xavier de Ricard, 1906, Reims, éditions de la Revue littéraire de Pari (...)

25Devant la justice impériale, il désigne pour se défendre un avocat qui faisait déjà beaucoup de bruit, Léon Gambetta, choisissant par là-même l’occasion de faire un procès à l’Empire. Il écope de huit mois de prison (bientôt réduits à trois) et 1 200 F d’amende21. Il effectua sa peine à Sainte-Pélagie à partir d’octobre 186422.

Le passage par Sainte-Pélagie

26La prison de Sainte-Pélagie constitue, comme le cénacle de Massol, un épisode important dans l’ancrage des convictions républicaines de Louis-Xavier de Ricard, une deuxième école politique :

  • 23 Ricard, 1891, 31-32.

Chaque prisonnier ayant ses visiteurs, on tenait de véritables réunions publiques, parfaitement illégales et qui partout ailleurs eussent été dissoutes par le commissaire de police. Presque toutes les variétés de la tradition révolutionnaire se rencontraient là et s’y heurtaient en des luttes rétrospectives, qui pourtant devant l’ennemi commun de l’Empire, s’associaient unanimes en une seule haine23.

27Les présents et les visiteurs sont énumérés dans les souvenirs de Ricard en 1891 : le pharmacien Miot, Germain Casser, Charles Longuet, Gustave Tridon, Antony Deschamps, Raoul Rigault, Gustave Flourens, Albert Fermé, Émile Maison, Robert Luzarche, et même écrit-il « mais comme ami seulement » Sully-Prudhomme. Il y reçoit également les visites régulières de son père.

Le poète français dans Ciel, rue et foyer, L’Art et « Le Parnasse contemporain », puis La Gazette rimée

  • 24 Ciel, rue et foyer, premier ouvrage édité par Alphonse Lemerre, porte 1866 comme année de parution  (...)
  • 25 Marion Delorme, drame de Victor Hugo interdit de représentation sous Charles X.
  • 26 Racot, in Louis-Xavier de Ricard, Petits Mémoires d’un Parnassien, Adolphe Racot, Les Parnassiens. (...)

28À sa sortie de Sainte-Pélagie en 186524, avec ses amis, il fréquente le salon de sa mère au boulevard des Batignolles, chez le général de Ricard, salon où l’on jouera en janvier 1866 le premier acte de Marion Delorme25, en costumes, « la maîtresse de maison jouant le rôle principal26 ». C’est chez ses parents qu’il est présenté à Lemerre, l’éditeur qui venait de prendre la succession de Percepied au passage Choiseul. Dans le volume qu’il y fait paraître, le premier de l’éditeur, Ciel, rue et foyer, il n’évoque plus ni Mistral, ni la langue du Midi. Par contre, il réaffirme, dès l’ouverture-dédicace, son athéisme :

Nous suivrons nos chemins, sans peur et sans envie.

  • 27 Ricard Louis-Xavier de, Ciel, rue et foyer, 1865, Paris, Lemerre, 191 pages, p. 4.

Nous n’obscurcirons pas notre front attristé
Du bandeau des vieux jours. Il faut aimer et vivre ;
Pour goûter l’idéal, mais sans qu’il nous enivre,
Nous n’avons pas besoin de la divinité27.

  • 28 Mortelette Yan, Histoire du Parnasse, 2005, La Flèche, Fayard, 570 pages, p. 37-38.

29Il dédie les différentes parties du volume à Edgar Quinet, Théophile Gautier, Victor Hugo, Jules Michelet et à son oncle Guillaume Pauthier.
Notons la présence de Gautier, présence qui signe l’évolution esthétique de Ricard depuis La Revue du Progrès28 où cette dernière était placée sous les auspices du progrès et du positivisme :

  • 29 Mortelette 2005, 50-54.

La particularité du recueil est de mêler des poèmes parus dans La Revue du Progrès, qui incitent le poète aux luttes sociales, et des poèmes plus tardifs, qui exaltent l’art pour l’art29.

  • 30 Ricard, 1891, 35-46.

30Cette même année paraît sous la signature de Proudhon : De l’art et de sa destination sociale, qui « tendait à réduire les arts au rôle d’instruments d’édification ou de propagande », théories desquelles Louis-Xavier de Ricard se démarque : « on n’est grand poète et grand écrivain que par l’exécution. [...] l’art, en soi, correspond à des facultés et à des besoins spéciaux, parfaitement indépendants de toute autre fin que de leur satisfaction même30. »

31Louis-Xavier de Ricard fonde, toujours en 1865, une revue, L’Art, avec d’anciens collaborateurs de la Revue du Progrès, Verlaine et Lepelletier, puis ceux que Ricard appelle « Les Maîtres » ; parmi eux Leconte de Lisle. Melle Allart, qui deviendra Mme Alphonse Daudet, fait ses débuts dans L’Art sous le nom de Marguerite Tournay, enfin le voisinage, (ils habitaient la même maison au Quartier Latin), et la « communauté de [leurs] idées littéraires » rapprocha Catulle Mendès, qui avait édité sa Revue Fantaisiste, de Louis-Xavier de Ricard.

  • 31 Ricard, 1891, 41.

32Le septième numéro de l’Art, le 16 décembre est dédié « Aux siffleurs d’Henriette Maréchal », qui prend la défense de la pièce des Goncourt créée à la Comédie-Française le 5 décembre. Le prologue en vers de Théophile Gautier fut sifflé à partir de la troisième représentation par des étudiants qui pensaient que la pièce avait été imposée par le pouvoir impérial. Les poètes de L’Art estimaient au contraire avec Louis-Xavier de Ricard que cette pièce représentait « ce que nous croyions la vérité au Théâtre31. »

  • 32 Catulle Mendes (1841-1909), co-fondateur avec Ricard du Parnasse Contemporain.
  • 33 Crepet Eugène, 1863, Poètes Français, Anthologie, Paris, Gide Libraire, 637 pages.

33L’Art « coûtant trop cher », l’équipe née du rapprochement entre celle de L’Art et celle de Catulle Mendès32 envisage alors l’édition d’un journal en vers, avant de se résoudre à la formule de la livraison, substituée au numéro et aboutissant à un volume de vers. Le titre fut discuté ; il s’en fallut de peu pour que le futur Parnasse contemporain ne s’appelât Les Poètes Français. « Cela eût bien fait, malheureusement ce titre appartenait à Crépet33... »

  • 34 Mortelette, 2005, 204-257.
  • 35 Ricard, L’Histoire du Parnasse contemporain, p. 78-80.

34Les premières livraisons du Parnasse contemporain paraissent de mars à juin 1866. Louis-Xavier de Ricard y travaille avec Catulle Mendès. Si les livraisons passent inaperçues34, le « recueil de vers nouveaux » va déchaîner une véritable bataille, qui connaît deux épisodes principaux : « Les trente-sept médaillonnés » dans le Nain Jaune par Barbey d’Aurevilly en octobre et, en décembre 1866, l’épisode parodique du Parnassiculet contemporain, recueil de vers nouveaux, alors anonyme mais rapidement attribué à Paul Arène et Alphonse Daudet35.

35La défense du Parnasse va être assurée par une autre revue, La Gazette rimée (20 février-20 juin 1867) dont le directeur est Robert Luzarche, à laquelle participe Louis-Xavier de Ricard avec des poèmes acérés, de circonstance, dans trois numéros sur six.

36Les autres auteurs sont Verlaine, Jules Forni, P. Denis, Anatole France, Antony Deschamps, Emmanuel des Essarts, Jules Andrieu, Louis Hémon, Henry Winter, Laurent Pichat, Léon Valade. Certains textes sont anonymes.

  • 36 Correspondances Mistral-Daudet.
  • 37 Mortelette 2005, 225-231.

37Le 29 janvier 1867, Alphonse Daudet se marie avec Juliette Allart et invite Mistral à son mariage36. Mistral est en voyage à Paris pour la sortie de Calendau, il est accompagné de l’homme politique et écrivain catalan, Victor Balaguer, alors en exil. La même année, le général de Ricard meurt en avril et son décès met fin au salon des Batignolles. Le 20 juin, le jour de la reprise d’Hernani de Victor Hugo à la Comédie Française37, symboliquement, La Gazette Rimée arrête sa parution. Louis-Xavier de Ricard participe avec les poètes du Parnasse Contemporain à la seconde bataille d’Hernani et signe la lettre publique adressée à Victor Hugo toujours en exil, que les signataires assurent de « leur admiration sans borne ».

Les œuvres de Louis-Xavier de Ricard dans cette période

  • 38 Où l’on trouve les signatures de Théophile Gautier, Théodore de Banville, José Maria de Heredia, Le (...)

38Dans le premier Parnasse Contemporain38 en 1866 il publie dix poèmes en français :

  • 39 Sonnet estrambote : sonnet comportant un tercet supplémentaire, cette extension ayant un but généra (...)

39« Dernières ténèbres » sur un thème Hugolien, « Le printemps » sonnet estrambote39, « Le Mercure », « Le jardin », « Une vierge », « L’Hiver » sonnet estrambote, « Ronde nocturne », « La mer des yeux », « La Mort » et en fin d’ouvrage le sonnet « Exil ».

40Dans la Gazette Rimée, numéro du 20 février — premier numéro de 16 pages comme les suivants — il signe « Le poète Myosotis », portrait charge d’Alphonse Daudet avec notamment ces vers où il éreinte les deux Méridionaux, tous deux félibres et amis de Mistral :

Petit comme tu l’es, galope à petits pas
Dans les profondeurs de la plaine
Ne prétends pas trop haut ; sois prudent, au dos des
D.... patients et doux, et des baudets
Ne foule jamais que l’arène.

41Les autres poètes défenseurs sont Robert Luzarche, Paul Verlaine et Jehan Flamel. Dans la deuxième Gazette Rimée nous retrouverons les mêmes, plus P. Denis ; L.-X. de Ricard ouvre les hostilités avec un texte intitulé « À un Chroniqueur qui se compromet ».

  • 40 Emmanuel des Essarts (Paris 1839-1909), romancier et poète, ami de jeunesse de Mallarmé ; il fit de (...)

42Ricard est absent du numéro 3 du 20 avril. Est-il resté au chevet de son père mourant ? Les auteurs de ce numéro sont Luzarche, Antoni Deschamps, Jules Andrieu, Louis Hémon, Jehan Flamel et... Emmanuel des Essarts40.

  • 41 Il semble que cette édition dans La Gazette Rimée ait échappé à une certain nombre de chercheurs, c (...)

43Le numéro 4 du 20 mai ne contient pas d’œuvre de Ricard, mais de nouvelles signatures apparaissent, celles de Laurent Pichat et Henry Winter. Verlaine y publie sous le titre « Les poètes41 » le poème intitulé « Les Vaincus » dans le deuxième Parnasse Contemporain et qui sera dans une dernière version d’après la Commune, dédié à Louis-Xavier de Ricard.

44Enfin dans le dernier numéro le 20 juin, Louis-Xavier de Ricard lance un « Appel » qui s’achève ainsi :

Debout, voici le jour propice,
Le jour terrible et souhaité
Donc. Levez-vous pour la Justice,
Levez-vous pour la Liberté.

Et qu’autour des drapeaux sublimes,
Courant au soleil dans les vents,
Les spectres des morts magnanimes
Groupent et guident les vivants.

45Laurent Pichat, Robert Luzarche, Léon Valade et Anatole France sont au sommaire.

  • 42 Mortelette 2005, 44.

46Louis-Xavier de Ricard envisageait alors de réaliser avec Anatole France, « avec lequel », disait-il, « mes sympathies littéraires se doublaient de sympathies politiques42 », une Encyclopédie de la Révolution. Il écrit avec celui-ci une pièce de théâtre Le valet de Mme la Duchesse qui ne sera publiée qu’en 1903.

47Il prépare sa participation au recueil collectif Sonnets et eaux-fortes qui paraîtra sous la houlette du critique d’art Philippe Burty chez Lemerre le 27 décembre 1868 : ce sera « Théroigne de Méricourt », le destin d’une héroïne de la Révolution.

48Pour le deuxième Parnasse Contemporain dont les livraisons commencent en 1869 mais dont le recueil ne paraîtra qu’en 1871, Ricard prépare « Dieu » et « À Danton ». On peut s’étonner en particulier de cette adresse à Danton, où il exprime tout à la fois le désespoir face à la situation politique et une admiration à l’égard de Danton dans la violence révolutionnaire qui pourrait apparaître comme en contradiction avec l’analyse de Quinet ; le poème se termine ainsi :

Ce n’est pas aujourd’hui que nous aurions dû naître :
Notre vie est manquée, & nos destins ont tort ;

Danton, mâle ouvrier des œuvres magnanimes,
Sois le témoin prochain des serments accomplis.

Toi qui tonnais parmi les sections épiques
Roulant les lourds canons dans les bruits des tambours,
Et du fourmillement formidable des piques,
Hérissais tout à coup les pavés des faubourgs,

Sois présent, comme un Dieu terrible, à nos orages !
Ensanglante d’éclairs vengeurs ces vils troupeaux
De lâches qui, l’œil clos & repus de carnages
Lèchent le sang des forts qui rougit leurs couteaux.

  • 43 Auguste Villiers de L’Isle-Adam (1838-1889) : breton il est installé avec sa famille à Paris depuis (...)

49Louis-Xavier de Ricard participe également de façon éphémère à l’hebdomadaire fondé par Villiers de l’Isle Adam43 La revue des Lettres et des arts (13 Octobre 1867-29 Mars 1868).

50Nous conclurons donc que les préoccupations littéraires de Louis-Xavier de Ricard se sont à cette époque éloignées de la langue du Midi, la langue d’enfance de son père et de Mistral. Il s’interroge également sur la Révolution, la possibilité pour lui et sa génération d’en reprendre le flambeau, et sur la nature de celui-ci.

La vision rétrospective de cette époque par Ricard

51En 1892, Louis-Xavier de Ricard, se penchant sur cette période, résume ainsi les rapports du Parnasse et de la langue d’oc :

  • 44 Ricard, La Revue indépendante, 1892, p. 324-335 ; texte réédité par Mortelette dans Le Parnasse, PU (...)

52Aussi l’ignorance, ou peu s’en faut — si le mot d’ignorance est trop fort mettons insouciance — de notre ancienne littérature, abandonnée aux érudits, ce fut là, à mon sens, une des caractéristiques du Parnasse, et pensez s’ils s’occupaient encore moins — si non par accès, pour prouver leur hostilité, — des littératures provinciales et, en particulier de la langue d’oc. Toute la France passée leur était étrangère, et presque même la France moderne, puisqu’il entrait dans la théorie de la plupart d’entre eux de se tenir assidûment en dehors des idées et des passions de leur temps, pour ne pas se laisser entraîner dans quelque courant populaire44.

Le « Poète de l’école de Quinet » dans l’Empire finissant

  • 45 C’est le métier qu’il inscrira sur tous ses papiers officiels.

53Même si Ricard s’est toujours défini comme un « homme de lettres45 », son implication dans la lutte contre Napoléon III, ne peut manquer d’avoir eu une influence dans ces années de l’Empire finissant. Son séjour dans la prison de Sainte-Pélagie, loin de le décourager dans la poursuite de ses activités politiques, l’a fortifié dans ses convictions révolutionnaires et fédéralistes.

54Louis-Xavier de Ricard, tout engagé qu’il soit dans Le Parnasse Contemporain, n’en avait pas pour autant abandonné ce front :

  • 46 Ibid. p. 80.

Les Médaillons et le Parnassiculet déchaînèrent les railleries contre le Parnasse, et il y eut des railleries qui allèrent jusqu’à la haine. Les « politiciens » s’en mêlèrent et nous accusèrent presque de faire diversion, avec nos querelles d’art byzantin à la « guerre » contre l’empire. [...] Les choses en vinrent à ce point que le groupe Massol, où je fréquentais assidûment, me battait presque froid comme à un suspect46...

  • 47 Comme plus tard pour les Surréalistes, les poètes du Parnasse ne devaient être que poètes.

55Dans le même temps « ceux qui, au passage Choiseul, s’intéressent à la Révolution de 1789 » — les hommes de gauche — ne sont guère plus de « deux ou trois en le comptant ». Un peu suspects d’« hétérodoxie47 », ils provoquent une « défiance » qui toutefois n’entraîne pas une « excommunication formulée ».

  • 48 Van Welkenhuyzen G., Vandegans A. « Anatole Francs. Les années de formation », Revue belge de philo (...)

Bientôt France et Ricard inquiètent Alphonse Lemerre lui-même. Il a récemment accepté d’éditer une biographie de Guerry de Maubreuil signée de nos deux républicains. Redoutant soudain les ennuis que pourrait lui causer la publication d’un ouvrage où l’on dit trop crûment son fait à l’Empire, Lemerre arrête l’impression48.

56On le voit, l’« homme de lettres » est toujours sur le front politique, et cette double présence n’est simple ni sur un front, ni sur l’autre.

  • 49 Bernardet Arnaud, L’exil et l’Utopie, Politiques de Verlaine, 2007, Saint Just la Pendue, Publicati (...)
  • 50 Nous avons vu que ce poème est paru dans la Gazette rimée, sous le titre « Les poètes ».
  • 51 Charles-Louis Chassin, (1831-1901) publiciste, opposant au coup d’état de 1852, il entreprit de nom (...)

57Nous en trouvons des témoignages dans les textes que lui a dédiés à l’époque Verlaine49 « La mort de Philippe II » et « Les Vaincus50 ». Verlaine alors « très lié littérairement et politiquement » à Louis-Xavier de Ricard le qualifie de « Poète de l’École de Quinet » dans les Mémoires d’un veuf. La Revue du progrès, qui fut la cause de l’emprisonnement de Louis-Xavier de Ricard, contenait déjà une lettre de l’historien toujours exilé, malgré le tournant pris par l’Empire. Poussé par les défaites extérieures comme par les grèves et manifestations au plan intérieur, Napoléon III avait dû amnistier dès 1859 les exilés du 2 décembre ; l’année 1867 concrétisait dans les lois si ce n’est dans les faits des reculs de l’empire avec le « Droit d’interpellation » accordé aux parlementaires ou, un an plus tard, de nouvelles lois qui transformaient le régime de la presse. Louis-Charles Chassin51, qui dès 1859 avait écrit Edgar Quinet, sa vie son œuvre, chez le libraire éditeur Pagnère, put au terme d’une longue bataille politico-juridique publier son journal La Démocratie, auquel L.-X. de Ricard s’empressa de participer.

Edgar Quinet : La Révolution et France et Allemagne

  • 52 « Cher Maître » c’est ainsi qu’il libelle ses lettres à l’historien en 1874, voir Études Héraultais (...)

58En ces années, le « Maître52 » de Ricard, Edgar Quinet, publia deux livres, la Révolution en 1865, dont la première édition a été épuisée en trois jours et en 1867 France et Allemagne, article dans lequel il alertait devant la montée de la Prusse face au reste de l’Europe et en particulier à la France. Il y écrivait notamment :

On verrait les esprits les plus violents, [...], déclarer que les patries ne sont qu’un mot, et que le genre humain a seul le droit de les intéresser.
La démocratie française se ferait cosmopolite. Mais comme elle serait la seule qui se détacherait du sol natal, elle serait immanquablement dupe de toutes les autres, et principalement de la démocratie allemande qui, restée toute neuve, a conservé toutes les passions et toutes les ambitions à la fois, celles de classe et celles de race.
En dépit de nos fautes, l’action de la France se ferait sentir longtemps encore sur les nations latines, rapprochées de nous par la langue. Mais le moment viendrait où ces nations s’apercevraient que la civilisation a passé en d’autres mains. Elles se tourneraient vers l’astre nouveau ; elles convergeraient vers la race qui se dirait notre héritière ; et un déclin même passager de la France entraînerait la chute de toute la race latine.

59Nous retiendrons trois idées de cet extrait, qui rejoignent celles développées, nous le verrons, par Garcin : l’idée de nation attachée au sol natal, l’idée de race (peuple) latine, dont les nations sont proches par les langues, mais aussi en quelque sorte l’idée selon laquelle la civilisation peut « passer en d’autres mains » et entraîner les nations de même race à leur perte.

60Dans la Critique de La Révolution (1867) — critique de son livre ayant pour but le développement de l’esprit critique — il pose la règle suivante : « La Révolution française est un fait humain, non surnaturel ; qu’ainsi il est permis de l’examiner librement, sans être taxé d’en être l’adversaire. » Il ajoute : « Attachons-nous donc aux idées immortelles de la Révolution et ne nous enchaînons pas à l’idolâtrie des individus, puisque les individus ont si souvent agi contrairement à leurs idées. » Pas d’idolâtrie pour Robespierre, Danton ou Marat mais une référence aux actions, et à la mise en relation des événements et prises de position.

  • 53 Quinet Edgar, La Révolution précédée de la Critique de la Révolution, t. II, 1865, Hachette Paris p (...)
  • 54 Ibidem, p. 187.
  • 55 Voir Lettre à Quinet dans Études Héraultaises, op. cit.

61L’historien philosophe considère en outre le centralisme et l’absolutisme comme faisant partie de la société du passé : « Les hommes de la Révolution pratiquent l’Ancien Régime. Ils en prennent les armes, les moyens, la méthode de gouvernement ; novateurs en théorie, qui le plus souvent, dans l’application, restent des hommes du passé53. » Or, écrit-il encore : « On comprend que le système jacobin put renfermer l’ancien despotisme, le faire éclore de nouveau ; car ils étaient de même lignée, appartenaient au même genre, le pouvoir centralisé54. » Quinet démontre la nécessité pour l’avenir de la Révolution de la séparation de l’Église et de l’État, tout en garantissant la liberté des cultes. Il étudie ce qu’il appelle les « Révolutions religieuses » que sont pour lui celles issues de la Réforme : en France la répression de la Réforme par l’Ancien Régime a privé la Révolution de populations aguerries, contraintes à l’exil. Les écrits de Louis-Xavier de Ricard vont prolonger ces réflexions ouvertes par Quinet et on retrouvera aisément ces thèmes tant dans Le Fédéralisme, qu’il publiera en 1877 que dans L’esprit politique de la Réforme qui ne paraîtra qu’en 1893, mais qui est déjà en partie écrit dès 187455.

1867 : La mort du père

62Tout ce qu’écrit Louis-Xavier de Ricard à cette époque, plus précisément tout ce que nous avons pu lire dans les revues parnassiennes, concerne le domaine français, l’athéisme, la lutte contre l’Empire et la République.

  • 56 Elle est issue du premier mariage du général de Ricard avec Claire Joséphine Astérie de Perpigna et (...)
  • 57 Voir Séché Léon, Alfred de Vigny et son temps (1797-1863), SD, Paris, Félix Juven, 376 pages.

63D’un point de vue familial, à la mort de son père qui survient en avril 1867, il lui reste une demi-sœur, Louise56. Sa mère, jeune veuve, se remariera assez rapidement avec un jeune homme de l’âge de son fils Paul Charpentier. Son (grand) oncle, du côté maternel, originaire de la région de Besançon, Guillaume Pauthier, orientaliste et professeur au Collège de France est très proche, malgré la différence d’âge, de Louis-Xavier de Ricard, et il rend visite avec lui à son ami Alfred de Vigny57. Ricard, qui après la mort, en 1873, de l’orientaliste, constituera l’inventaire de sa bibliothèque, lui a dédié plusieurs poèmes.

La « Coupo Santo » de Mistral et « Français du Nord et français du Midi » de Garcin dans La revue des Lettres et des arts

64Après le Parnasse Contemporain et la Gazette Rimée, Louis-Xavier de Ricard va participer à l’hebdomadaire, également éphémère, fondé par Villiers de l’Isle Adam, La revue des Lettres et des arts (13 octobre 1867-29 mars 1868).

Mistral dans le premier numéro

65La Revue des Lettres et des arts est une revue parnassienne, dont le directeur est Armand Gouzien et le rédacteur en chef Villiers de l’Isle Adam. Elle accueille onze des dix-sept poètes de la dernière livraison du Parnasse Contemporain, les autres collaborateurs sont liés au Parnasse. Aussi peut-on s’étonner de voir figurer dans le premier numéro de la revue, en date du 13 octobre 1867, une rubrique « littérature provençale » consacrée à « La chanson de la coupe » de Frédéric Mistral : chaque numéro en effet ne comprend que sept signatures pour trente à quarante pages. Cette rubrique en côtoie une autre intitulée « littérature arabe » et une « chronique parisienne ». Cette dernière, de Léon Dommartin, est plus proche du voyage d’un parisien à la découverte du monde (ici le Luxembourg) que de la chronique sur la vie parisienne qu’il assurera ensuite. « Le chant du guerrier nomade », signé Louis de Lyvron, pseudonyme d’un ancien militaire écrivain qui publiait chez Lemerre, est une création de celui-ci, qui d’ailleurs dès le n3 de la revue abandonne la « littérature arabe », pour des « Fusains », bien français.

66C’est le Capoulié du Félibrige qui présente lui-même en ces termes la version provençale et la traduction française de la « Coupo Santo » sous le titre « Littérature provençale » :

  • 58 Le mot « race » au xixe siècle correspond à « peuple ».

Les Catalans et les Provençaux se sont toujours considérés comme faisant partie d’une même race58. Une grande similitude de langue, de climat, de mœurs et de traditions historiques et littéraires a perpétué, à travers les siècles, les relations sympathiques des deux peuples ; par une merveilleuse coïncidence, le réveil de la littérature romane a eu lieu spontanément en Catalogne et en Provence.
Des rapports fraternels s’établirent naturellement entre les apôtres de cette renaissance jumelle ; l’an passé, un des premiers poètes catalans et des plus populaires, Victor Balaguer, proscrit de son pays, pour cause politique, vint demander l’hospitalité aux frères d’Avignon.
Les Félibres le reçurent de leur mieux, et, en reconnaissance de l’accueil fait à leur poète, les braves Catalans nous ont envoyé, cette année, une fort belle coupe d’argent ciselé où sont gravés les noms des poètes provençaux avec des inscriptions votives. Deux figurines, œuvre charmante du statuaire Folconir [Fulconis], personnifient les deux provinces sœurs et supportent la vasque.
C’est à la réception de cette coupe et pour le banquet touchant, qui réunit à cette occasion les poètes de la langue d’Oc, que je fis La cansoun de la coupe. F.M.

67De quel intermédiaire Frédéric Mistral a-t-il bénéficié auprès des parnassiens ?

  • 59 Mortelette 2005 p. 234.
  • 60 Martel Philippe, Les félibres et leur temps, Renaissance d’oc et opinion (1850-1914), 2010, Villema (...)

68S’agit-il d’Emmanuel des Essarts qui « a contribué à réunir les groupes pré-parnassiens59 » et qui, en poste à Avignon en 1863 comme professeur de rhétorique, a fait connaissance des Félibres et en particulier de Mistral avec lequel il correspond60 ?

  • 61 Voir la réception de Calendal in Martel 2010, « Les Illusions perdues » p. 247-264.

69S’agit-il de Stéphane Mallarmé, en poste à Avignon au début des années 1860 et devenu un ami de Mistral ou du Toulonnais Jean Aicard, qui en cette année 1867 a rejoint le groupe des Parnassiens et publie un premier recueil chez Lemerre ? On reste assez perplexe, en particulier parce qu’amitié et appréciations divergentes des écrits récents de Mistral semblent aller de pair comme chez Emmanuel des Essarts à propos de Calendal61.

70Toutefois comme l’indique Philippe Martel :

  • 62 Martel 2010, p. 121

La nouveauté de ces années, c’est l’amitié de Balaguer, ex-député des Cortés, éternel proscrit, franc-maçon et libéral comme on l’est en Espagne à cette époque par force et de façon anodine et catalaniste convaincu62.

  • 63 Barthe Roger, L’Idée Latine 1962 et Martel 2010 parlent du début 1868 pour le retour de Balaguer.
  • 64 Voir M. Angéles Ciprés, Víctor Balaguer : su exilio en Provenza, sur http://docs.google.com/viewer? (...)

71Quand le premier numéro de la Revue des Lettres et des Arts paraît à Paris, l’exil du Catalan est sur le point de s’achever63, (il était en Provence depuis fin septembre/début octobre 1866) puisque Mistral lui écrit le 13 novembre64, alors qu’il est déjà rentré en Espagne :

  • 65 Ibidem, lettre du 13 novembre 1867.

Je vous ai adressé, il y a sept ou huit jours deux publications parisiennes que vous n’aurez pas reçu (sic) sans doute, puisque vous avez quitté votre ancien logement : c’était le numéro de La revue des Lettres et des Arts contenant la Chanson de la Coupe, et un numéro du Nain jaune contenant le sonnet A Don Víctor, avec quelques mots sur vous65...

72Cette lettre permet de comprendre que ce n’est peut-être pas la « littérature provençale » que les Parnassiens ont acceptée dans la revue, mais un hommage au Catalan exilé Balaguer. Cette publication fait donc suite à la fête d’Avignon du 30 juillet 1867. Déjà en septembre 1867 on aurait pu dire ce que Philippe Martel écrit à propos de la fête de 1868 à Saint Rémy :

  • 66 Martel Felip, Actes del colloqui internacional sobre la Renaixença (18-22 de desembre de 1984), Est (...)

Qui interessava a tota aquella gent, era Balaguer- Balaguer com a polític espanyol del camp liberal, és a dir d’un camp del qual hom podia preveure que un dia o altre seria al poder a Espanya... la revolució de Setembre, [...] mena Balaguer als inicis d’una gran carrera ministerial66.

73Cela semble confirmé par l’absence de toute autre chronique sur ou en provençal dans la Revue des lettres et des arts avant l’article de Louis-Xavier de Ricard sur Français du Nord et du Midi de Garcin dans le numéro 21 du premier mars 1868.

74La présence du provençal et celle de Mistral peut aussi faire penser à la personnalité du rédacteur en chef de la revue, Villiers de L’Isle-Adam, Breton, sensibilisé aux langues populaires. Cependant les seules littératures, autres que française, présentes dans la revue sont des pensées grecques, des lieds populaires allemands traduits par Catulle Mendès et la traduction de quatrains d’Ormar Khèyam (Khayyam, Perse). Louis-Xavier de Ricard a déjà donné une chronique dans les numéros 15 et 16 (19 et 27 janvier 1868) sur « La situation dramatique ». Il s’y attaque à la censure qui a « abaissé le théâtre ».

  • 67 Voir Martel 2010, p. 247 : « on n’est pas loin d’une démarche de type parnassien » et Mortelette 20 (...)
  • 68 La République du Midi, Une, 28 décembre 1875.

75Si les chercheurs estiment aujourd’hui que la démarche de Mistral avec Calendau et celle des Félibres sont analogues à celle des Parnassiens67, cela n’apparaît pas dans les textes de l’époque. Si Mistral correspond avec certains d’entre-eux, il faut attendre l’après-guerre de 1870, l’après-Commune et la venue de Louis-Xavier de Ricard à Montpellier pour trouver dans La République du Midi, sous sa plume, un titre qui les rassemble : « Félibres et Parnassiens68. »

Eugène Garcin perd le Midi, pour le Nord ou pour la République ?

  • 69 Voir notre thèse Lydie Wilson de Ricard (1850-1880) : édition critique de la correspondance, univer (...)
  • 70 Blin-Mioch Rose, « Les “ Communes idées ” de Louis-Xavier de Ricard et Lydie Wilson de Ricard à leu (...)

76Eugène Garcin est méridional, il est « monté » en région parisienne à l’âge de 30 ans en 1860. C’est le moment d’indiquer que nous n’avons trouvé aucun élément qui nous permette de savoir si Louis-Xavier de Ricard s’est rendu dans le Midi, avant de s’y installer, avec sa première femme, Lydie Wilson, en 187369. À noter que Garcin, qu’il désigne dans une lettre à Quinet70 comme « un de nos amis », leur a rendu visite alors à Castelnau-le-Lez.

77Eugène Garcin, né à Alleins (B-du-R), village proche de Salon de Provence, le 31 décembre 1831, est un homme à deux faces.

  • 71 Barsotti Claudi, « Le journaliste républicain Eugéni Garcin », Les amis de Mesclum, La Marseillaise (...)

78La première est républicaine, comme la définit Claudi Barsotti71 :

  • 72 En épousant Euphémie Vauthier, fille d’un savant ingénieur en chef des ponts et chaussées et soeur (...)

Issu d’une famille d’artisans, son père était le maréchal-ferrant du village, il effectue de bonnes études et part pour Paris où, en 1861, il épouse l’une des directrices72 du pensionnat dans lequel il était surveillant-professeur. [...] Il fera une carrière de journaliste devenant en 1868 l’un des collaborateurs du journal marseillais d’Esquiros, Le Peuple ; mais il a déjà participé à la propagande républicaine avec sa collaboration à des publications parisiennes comme La Revue de Paris, La Morale Indépendante, La Libre Recherche. Après le 4 septembre 1870, la déchéance de l’Empire et la proclamation de la République, il sera nommé sous-préfet de Muret (Haute Garonne), près de Toulouse, et en bon radical il soutient le gouvernement de la Défense Nationale de [...] Gambetta. Il n’attend pas l’établissement de l’Ordre Moral du maréchal de Mac-Mahon pour quitter cette fonction. Il est alors journaliste à Toulouse et devient directeur de L’Émancipation puis de L’Avenir du Gers ; il parcourt le Languedoc et la Gascogne pour soutenir les idées révolutionnaires. Au coup d’état du 16 mai 1876, il part en Belgique pour en revenir quelques années plus tard et il s’installe à Paris, collaborant à différents journaux de la capitale. Il décède à Anthony, près de Paris, où il s’était retiré, en février 1909.

Sa deuxième face est provençale :

Pour ce qui est de la création occitane, Eugène Garcin a commencé à écrire très jeune dans sa langue maternelle. Ainsi, on trouve plusieurs de ses textes dans l’ouvrage collectif publié par Roumanille en 1851, « Lei Provençalas » (« Les Provençales »), dans lequel sont réunis des poèmes parus à Avignon dans un journal auquel Roumanille est rédacteur. Il participe au « Romavatgi dei Trobaires » (Congrès des poètes) d’Aix en Provence en 1853, et donne dans l’ouvrage contenant la publication des textes présentés à cette occasion, un admirable poème, « Lo sang » (« Le sang »). Ami de Mistral et des premiers félibres, il écrit dans l’Armanac Provençau (l’Almanach Provençal) et est alors considéré comme l’un des meilleurs espoirs de la nouvelle association.

  • 73 Journaliste politique.
  • 74 Tous pour chacun, chacun pour tous. La Solidarité, journal des principes paraissant le premier de c (...)
  • 75 Jean-Charles Fauvet (1813-1894), philosophe maçonnique né à Uzès, était membre de la loge de la ren (...)

79À Paris, sa belle-famille est républicaine et sa femme occupe un emploi de directrice de pensionnat, tout en publiant des livres à portée pédagogique en direction des jeunes filles. Eugène Garcin va, soit comme publiciste73, soit comme conférencier s’occuper de débats idéologiques et de propagande révolutionnaire. Ainsi, en plus des revues citées plus haut, en 1867 il participe très régulièrement au mensuel Tous pour chacun, chacun pour tous. La Solidarité, journal des principes74 dont le directeur est Charles Fauvety75 et l’administrateur A. Raisant. Le numéro du 1er mars 1867 contient (p. 45-47) un article d’Eugène Garcin intitulé « L’Idée de Patrie » ; au bas de cet article quelques lignes de présentation par la rédaction de la revue :

L’article qui précède forme l’exorde d’une conférence que M. Eugène Garcin a faite sur la poésie provençale, à la salle du Grand Orient, le dimanche 17 février.
M. Garcin y a traité, avec compétence et avec une grande élévation de pensée, des troubadours et de la civilisation provençale au xiie siècle. M. Garcin a montré dans cette circonstance qu’il savait parler en poëte (sic) la langue de la philosophie et de la — raison. Nous applaudissons, comme l’a fait son auditoire, aux grands sentiments qu’il a exprimés sur notre noble patrie, la France, et sur cette patrie plus grande qui s’appelle l’humanité...
Un an avant la sortie de son livre Les Français du Nord et du Midi, Eugène Garcin n’use pas de circonlocutions, et s’attaque directement à Mistral au travers de Calendau :
L’auteur du poëme (sic) dont je vous parlerai, Mistral, au début de Calendau, a placé une invocation à l’âme de la Provence, qu’il nomme sa patrie !
Eh bien ! moi qui viens vous parler de cette même contrée, je dirai : La Provence n’est que ma province ; c’est la France qui est ma patrie, et c’est l’âme, de la France que j’invoque, c’est elle seule qui m’inspirera.
Mais que dis-je ? En nommant la France seule, je craindrais encore d’avoir un sentiment trop étroit, si la gloire de la France n’était d’avoir senti palpiter en elle, le cœur de l’humanité.

  • 76 Ils se sont fâchés en 1864 pour une obscure raison : Martel 2010 note 41 p. 257.

80On ne sait si Mistral a lu cette prose et s’il était averti ainsi de ce que préparait son ex-ami76.

  • 77 Ce qu’il fit dans sa Revue critique d’histoire et de littérature, le 21 mars 1868, Ibidem, p. 262.

81Cet article étant l’exorde de la conférence, nous pouvons penser en effet que le travail de recherche sur la littérature provençale qui forme l’essentiel de son livre et auquel Mistral, une fois le livre paru, demanda à Paul Meyer77 de répondre, a été en grande partie exposé aux auditeurs de la loge maçonnique. Pour notre part nous retiendrons deux extraits de cette introduction :

La France n’a point abdiqué et n’abdiquera point ces idées que lui a insufflées le xviiie siècle. Quoiqu’il y ait encore beaucoup d’esprits ténébreux qui voudraient le morcellement, la division, quand tout proclame l’union et l’accord, ces doctrines seules nous entraînent.
Notre siècle les a acclamées par trois mots, sortis du temple de la Maçonnerie, et devenus la formule immortelle de toute généreuse révolution : Liberté, Égalité, Fraternité !
1789 inscrivait dans l’histoire les deux premiers mots.
1848 y a ajouté le troisième.

82Garcin se situe donc avant tout en révolutionnaire. Le deuxième extrait traite de la langue :

Seul le passé a des noms de provinces : le présent n’en a plus ; seul le passé a des idiomes multiples : le présent ne comprend que la grande et belle langue française. Les patois provinciaux peuvent-ils servir encore la langue de la mère patrie ?
Bien ! nous les écouterons, nous les étudierons, nous nous en enrichirons. Mais s’ils prétendent rivaliser avec cette langue qui est l’œuvre de tous les génies français, des enfants du Midi comme des enfants du Nord, nous abaisserons leur orgueil.

83Enfin, influence de sa femme, il se veut éducateur et termine cet article par une citation de Fénelon, sur l’amour de la patrie, en énonçant auparavant les grandes idées de son livre, idées qu’il reprendra dès la préface dans le livre de 1868 :

J’ai voulu, dès l’abord, élucider une question. Voilà six cent soixante ans qu’entre les Français du Nord et ceux du Midi éclata une grande et épouvantable guerre. J’en ai indiqué les vraies causes et prouvé qu’on ne peut chercher là aucun prétexte de récrimination et de ressouvenirs amers. Qu’on cesse enfin de jeter l’anathème aux Barbares du Nord !
Hommes du Nord et hommes du Midi sont, en France, de même race : c’est le sujet d’un livre spécial.
Hommes du Nord et hommes du Midi ont toujours, sous des dialectes divers, parlé la même langue : c’est le sujet d’un autre livre.
Hommes du Nord et hommes du Midi (et c’est l’objet de la dernière partie) se distinguent cependant par le caractère. Raison de plus pour s’unir ! En vain ai-je cherché des antipathies réelles : je n’ai trouvé que des nuances, d’où résulte l’harmonie admirable de notre nation.

84Y a-t-il chez Garcin une volonté d’être considéré en quelque sorte comme un « pur républicain » ? Ressent-il, plus qu’un autre, le poids de l’ethnotype méridional qui doit lui être très souvent associé, étant parisien de fraîche date ? On peut, en effet, faire remonter cette attitude anti-méridionale au milieu du xixe siècle, avec les jugements sur les Méridionaux comme celui de Jules Michelet en 1833 dans « Tableau de la France », dans son Histoire de la France :

Vous arrivez le soir dans quelque grande et triste ville, si vous voulez, à Toulouse. [...] les gens aisés du moins sont français ; le petit peuple est tout autre chose, peut-être espagnol ou maure.
[...] Voilà le génie de la Basse Provence, violent, bruyant, barbare, mais non sans grâce.

  • 78 Voir Martel 2010, chapitres 1 et 2, p. 151-281.

85Garcin refuserait-il d’être un barbare à Paris en se plaçant avec cette conférence, puis son livre, dans l’armée littéraire qui a repris envers les félibres et leur langue la « Croisade contre les Albigeois78 », et où s’est enrôlé Emmanuel des Essarts, ami personnel de Mistral, mais aussi bientôt grâce à Garcin, Ricard ?

86Garcin qui jusque-là était proche des félibres se réfère au professeur qui leur a mis le pied à l’étrier au plan national :

Dès 1852, un écrivain que j’honore, sans partager ses opinions, M. Saint-René Taillandier, traçait ainsi le tableau de ce mouvement qu’il encourageait : ils’accomplit depuis une vingtaine d’années environ, un mouvement d’idées tout à fait inattendu et bien digne de fixer l’attention des esprits clairvoyants : d’un bout de l’Europe à l’autre, les traditions nationales sont remises en honneur ; les influences du sol reprennent leur pouvoir ; maints souvenirs effacés se raniment ; maintes langues que l’on croyait mortes semblent miraculeusement retrouvées. Tantôt ce sont des races entières qui prétendent réformer les arrêts de l’histoire, et vont chercher dans la poussière des siècles leurs titres déchirés, leurs idiomes disparus, leurs institutions abolies, pour reconquérir une place au soleil79.
Saint René Taillandier a loué les félibres, en tant qu’homme ne partageant pas les idées de Garcin, donc celles de Ricard, il les a loués parce qu’ils se tournaient vers le passé des traditions, allant ainsi contre les « arrêts de l’Histoire ».

  • 80 Marie Paul Hyacinte Meyer (1840-1917) philologue et romaniste parisien.

Pour sa part Paul Meyer80 porta, en mars 1868, l’estocade au livre Les Français du Nord et du Midi ainsi :

  • 81 Meyer Paul, in Revue critique d’histoire et de littérature. 1868, sur Gallica.fr, p. 185-188

Les théories qui y sont exposées ne sauraient être appréciées dans cette revue, qu’autant qu’elles auraient une base scientifique, et nous avons vu que cette base manque absolument81.

Garcin, une relation républicaine de Ricard

87Pourquoi cette critique du livre de Garcin par Louis-Xavier de Ricard ?

  • 82 Nous avons étudié cet aspect du couple dans notre thèse de 2010 en consacrant un chapitre au « Rése (...)
  • 83 Consulté en novembre 2011 sur Gallica.fr
  • 84 Étaient cités : M. Edgar Quinet, M. Flourens, Gustave Michelet, Forni, Georges Avenel, Anatole Fran (...)

88Il est évident que dès cette époque, Louis-Xavier de Ricard travaille en réseau82, et ce réseau comprend en politique Garcin. Nous avons retrouvé dans Les États unis d’Europe : organe de la Ligue internationale de la paix et de la liberté83, en date du 25 octobre 1868, no 43, la présentation détaillée du projet d’Encyclopédie de la Révolution, sous la direction de Louis-Xavier de Ricard et Anatole France. Le nom de Garcin y est cité parmi les collaborateurs pressentis84. La critique du livre par Louis-Xavier de Ricard date de fin mars 1868, soit quelques mois auparavant. Il paraît logique de penser qu’ils se sont rencontrés soit directement soit dans l’entourage de la Loge maçonnique de la Renaissance d’Hiram, compte tenu des relations de Massol et Fauvety.

Louis-Xavier de Ricard : adhésion totale aux thèses de Garcin ?

  • 85 Pour une étude plus complète voir Martel 2010, p. 259-278.

89La préface du livre de 1868 résume assez bien les théories de Garcin85.

  • 86 Nous publions donc les premières lignes de l’article, et après une coupure qui ne concerne que La M (...)

90Venons-en à l’article de Louis-Xavier de Ricard que nous reproduisons ici. Notons d’abord que la chronique comprend deux critiques : celle de La Montagne de Michelet et celles du livre de Garcin. Les deux critiques ne sont pas séparées et la transition de l’une à l’autre n’apparaît pas clairement, si ce n’est dans l’opposition des morts qui « ressusciteront », et pour lesquels Michelet est « une de ces voix mystérieuses qui [...] appelle les hommes à la résurrection annoncée » et ceux qui « sont dans la mort irrémédiable » : les Félibres du Midi86.

91Nous pouvons lire cet article, avec en mémoire les premiers écrits de Louis-Xavier de Ricard dans Les Chants de l’Aube — il s’opposait alors à ceux qui reprochaient à Mistral d’écrire comme on parle là-bas.

  • 87 C’est le terme qu’il utilise dans sa critique.

92À la lecture du livre de Garcin, homme du Midi, félibre mais surtout Républicain, Louis-Xavier de Ricard pense avoir été trompé87 quand il a cru en la langue du Midi lors de la lecture de Mirèio de Mistral par une parente chez son père. Ce qu’il a appris avec ce livre sur les félibres : leurs débuts ont été soutenus par Saint-René Taillandier. Or si Louis-Xavier de Ricard ne connaît pas les principaux félibres, et est en froid avec deux d’entre ceux qui vivent à Paris, Daudet et Arène, il ne peut que s’être intéressé aux propos du même Saint-René Taillandier dans la Revue des deux Mondes, le 1er avril 1867. C’est un spécialiste — il vient d’obtenir la chaire de littérature française à la Sorbonne — qui affirme que Mistral « veut ressusciter un idiome disparu. »

  • 88 On peut cependant dans les souvenirs du général de Ricard, Autour des Bonaparte, trouver l’emploi d (...)

93Cet argument répété depuis le début des années 1860, pèse sur Louis-Xavier de Ricard. Il pèse d’autant plus, qu’apparemment Ricard n’est pas encore allé dans le Midi. Déjà son père, de par ses origines et le fait qu’il n’avait pas vécu dans le Midi, n’était pas bilingue et ne parlait que la langue du pouvoir, le français88. Lui-même, engagé à Paris dans le Parnasse et la lutte contre l’Empire, n’a pas dû se pencher sur ses écrits de jeunesse, ni prendre le temps d’aller vérifier les dires ou écrits des uns et des autres, à propos des troubadours par exemple. Il reprend donc le thème de la mort de la langue, sans cependant adhérer directement au développement de Garcin selon lequel « Hommes du Nord et du Midi ont toujours, sous des dialectes divers, parlé la même langue. » Cependant il écrit que les Félibres, soit en province, soit à Paris même, « rimaillent des niaiseries élégiaques en un patois qui ressemble au français ou en un français qui ressemble au patois ». Connaissait-il alors d’autres félibres qu’Alphonse Daudet et Paul Arène ?

94Il a été trompé, il s’est laissé bercer d’illusions : c’est ce qu’il est amené à penser, semble-t-il, à la lecture de Garcin dont le livre semble reprendre les thèses de Quinet sur la Révolution, la période de la Terreur et l’idolâtrie de Robespierre. Garcin cite le nom d’Edgar Quinet qui pour Louis-Xavier de Ricard est un maître. On peut cependant se demander si les deux auteurs ont eu la même lecture tant de La Révolution, que de France et Allemagne.

95Ainsi Garcin fait-il un parallèle entre Chouans et Provençaux :

Après les héros qui combattent pour une vraie patrie, viendront les hommes qui défendent, contre toute civilisation, je ne sais quelle patrie barbare formée d’un clan, d’une tribu : puis nous verrons des chouans de toute nation se lever et proclamer leur droit à l’isolement. [...] Après l’esprit national, dont le réveil est si légitime contre des oppresseurs, l’esprit provincial se lève à son tour. Voici des Provençaux qui réclament... quoi ? La liberté, l’égalité méconnues ? Si c’est cela, bravo ! Mais, non ! ils revendiquent la Patrie provençale. Ici je ne comprends plus. J’avoue que mon père, Provençal comme moi, ne m’a jamais parlé d’une autre patrie que la France.

96Il méconnaît l’analyse de Quinet sur la place laissée à la religion catholique par les révolutionnaires ainsi que celle sur la constitution des nations :

C’est lui [l’ancien régime] qui réunissait par la force des armes les provinces et les membres hostiles. Ainsi se sont formées les grandes monarchies du quinzième et du seizième siècle, par la conquête, des ventes de peuples, par des trafics de princes, dans lesquels la volonté publique n’était comptée pour rien. (In France et Allemagne 1867)

Quinet dénonce également le centralisme :

On comprend que le système jacobin put renfermer l’ancien despotisme, le faire éclore de nouveau ; car ils étaient de même lignée, appartenaient au même genre, le pouvoir centralisé. (La Révolution p. 187, t. I)

97Il écrit aussi « Marat est un autre Comte de Montfort. » (La Révolution, p. 466, t. II) et ne partage pas l’idée de la majorité des historiens d’alors :

J’ai vu presque tous nos historiens applaudir à la destruction des libertés provinciales dans l’ancien régime. Il était bon suivant eux que tout fut réduit en poussière ; Cela devait rendre plus facile la tâche de la Révolution.
Ce sophisme, je suis obligé de le contredire, dès les premiers pas, puisqu’au contraire la province qui se souvint en 88 et 89 de ses libertés locales fut la première qui donna naissance à la Révolution. C’est en évoquant le souvenir de ses assemblées locales, de ses droits historiques, que le Dauphiné donna l’exemple de la résistance à l’ancien régime. [...] La petite assemblée provinciale de Vizille fut le germe de l’Assemblée nationale. [...] Tant il est vrai que la liberté ne peut se passer d’ancêtres. Si on parvenait à étouffer la mémoire, on étoufferait l’avenir. (La Révolution t. , p. 190-1991)

98Laisser mourir la langue, n’est-ce pas étouffer la pensée dans sa particularité, donc la mémoire dans ce qu’elle peut comme en Dauphiné enrichir les autres, et donc n’est-ce pas risquer d’étouffer l’avenir ?

99Pour autant, Garcin est pour Ricard de ceux qui ne veulent pas « désespérer de l’idée ». Il semble qu’en cette année de la fin d’un Empire qui sous les coups de ses ennemis s’adapte en lâchant du lest, cette idée soit l’idée même de République.

100Nous voilà à un tournant de la critique : à partir de ce moment Ricard va davantage nous parler des idées de Quinet que de celles de Garcin.

101Ce dernier écrit que la race provençale est finie, Quinet énonce l’idée qu’une race est mortelle et qu’« un déclin même passager de la France entraînerait la chute de toute la race latine. » C’est cette idée que reprend Ricard, désespérant à la fois de la France et du Midi, avant de conclure en paraphrasant presque le maître. En effet la conclusion de Ricard rejoint cet extrait de La Révolution de Quinet (p. 331) :

Comparez un moment, [...] deux révolutions qui sont presque nées ensemble, celle de la France et celle d’Amérique, et voyez leurs tempéraments divers.
Tout, en Europe, après quelques efforts, tend à retourner à son type primitif, l’arbitraire. Tout aux États –Unis de l’Amérique du Nord, est ramené par une force cachée au principe des gouvernements libres, déposé dans leur berceau. [...]
Est-ce donc que l’avenir de l’Europe est de produire d’immenses démocraties serviles qui graviteront incessamment vers l’arbitraire d’où elles sortent et où elles rentrent, pendant que la vraie démocratie libre prendra son expansion dans les vastes déserts inconnus de l’Amérique du Nord ?

Conclusion

102Avec la critique du livre d’Eugène Garcin Français du Nord et du Midi, parue début 1868 dans la Revue des lettres et des Arts, revue Parnassienne, Louis-Xavier de Ricard marque un tournant dans sa réflexion sur le Midi. Ce tournant s’effectue sous la double influence du milieu littéraire français (qu’il fréquente pour une raison majeure : il est le co-fondateur avec Catulle Mendès de la Revue du Parnasse Contemporain qui cherche à s’imposer dans le paysage littéraire), et de la lutte politique que l’homme de lettres n’a jamais abandonnée contre l’Empire et Napoléon III. Faute de connaissances plus approfondies de sa part sur la langue et la civilisation occitanes, la confiance qu’il met dans l’homme du Midi, proche des fondateurs du Félibrige qu’est le républicain Eugène Garcin va l’amener à être en contradiction avec ses écrits de jeunesse du temps des Chants de L’aube, époque où il proclamait son admiration pour Mistral. Son père, qui était originaire du Midi, mais n’en parlait pas la langue, vient de mourir l’année précédente et les événements, en particulier l’expansion germanique, l’incitent à donner la priorité à la lutte politique. Cette priorité est confirmée par son engagement contre la politique belliciste de Napoléon III, puis dans la Commune de Paris, engagement partagé alors par peu d’écrivains. Quelles rencontres dans le bouillonnement créatif et terrible de la Commune et en exil, quelles lectures, outre celle de Quinet bien sûr, ont-elles favorisé la réflexion aboutissant à son installation dans le Midi, à Montpellier ? C’est là qu’il écrira Le Fédéralisme, publié en 1874 où il répond en quelque sorte tout à la fois à son propre article et à Garcin, en digne disciple de Quinet :

Il faut que le Midi se souvienne : ce n’est pas envers la France du Nord que sa mémoire éveillée sera haineuse [...] mais envers les ennemis communs.

103Cette critique des Français du Nord et du Midi de Garcin représente donc une deuxième période dans l’évolution de Louis-Xavier de Ricard, une période de questionnement et de doute succédant à celle, que l’on pourrait qualifier de filiale, d’adolescente et admirative. Elle va ouvrir sur une troisième, qui s’étendra sur le reste de sa vie, marquée, dès la fin de son exil en Suisse après sa participation à la Commune de Paris, par sa venue à Montpellier et la création avec sa femme Lydie Wilson de Ricard et le poète Auguste Fourès du groupe des Félibres de la Lauseto, félibres Républicains.

Haut de page

Annexe

Revue des Lettres et des Arts, 1er mars 1868 no 21, p. 135-138

Livres nouveaux

La Montagne, par Michelet

Les Français du Nord et du Midi, par Eugène Garcin

Le titre du dernier ouvrage de Michelet a dû tromper plusieurs personnes qui s’attendaient à quelque étude historique sur la Révolution française.

[...]

L’histoire c’est l’esprit de Dieu se prouvant par les faits.

Mais l’homme n’est pas seul dans la création. S’il se contemple à sa place, il est tout ; s’il s’isole de la nature, il n’est rien. Il y a des temps chaotiques où la force divine [...] fait de la terre un immense cimetière désolé. Les cadavres y sont entassés [...] Ces cadavres sont condamnés à jamais ; ils n’entreront point dans la matière où le souffle de l’Esprit ébauche lentement une humanité nouvelle. Il n’accepte que ceux qui, au milieu de l’épidémie morale, ont lutté pour s’en garantir ou ont voulu mourir dans l’espérance, les yeux vers le ciel. Ces morts là ressusciteront, car leur âme désire et vit encore jusque dans la poussière de leurs ossements ; or Michelet est une de ces voix mystérieuses qui, fortement et dans la nuit, appelle les hommes à la résurrection annoncée. [...]

Devant de tels hommes — et ceux-là seuls sont vraiment providentiels — toute critique littéraire serait superflue et presque ridicule. Les ouvrages historiques peuvent encore y prêter, par la discussion des faits et des opinions. Mais les livres comme La Montagne ne sont pas plus discutables que le vent, ou une éruption volcanique, ou toute autre force naturelle. On est poussé, ébranlé et fortifié si l’on vit dans la région où elle éclate. Les habitants d’un autre monde — et ceux-là sont dans la mort irrémédiable — ne sentent point ces secousses puissantes, ces soupirs vers les choses meilleures qui secouent le monde jusque dans ses entrailles ; et l’on ne peut leur en vouloir. Mais ce serait perdre son temps et sa peine que de s’essayer à faire palpiter des émotions vivantes dans la poitrine vide des squelettes.

Il y a différentes espèces de morts. Il y a les morts grotesques, par exemple. Ce sont ceux qui, tout en étant plus trépassés que les autres, ont cependant la coquetterie de la vie et donnent à leurs cadavres certaines attitudes bizarres et provocantes. Les Félibres du Midi sont de cette catégorie ; il fut un moment où plusieurs y furent trompés jusqu’à les croire réellement vivants, et à s’arrêter pour écouter ce murmure de langue morte qui, vaguement, s’en exhalait. Mais cette illusion est passée, heureusement. L’ironie publique les a rappelés à la pudeur de la tombe, et ils y rentrent doucement quoique avec peine. Un homme, très vivant celui-là, et dont le sang a été chauffé également par le soleil du Midi, vient d’entonner le chant du coq, qui, en annonçant l’aurore, est, pour les spcetres (sic) et les fantasmagories nocturnes, le signal de l’évanouissement. Il fait rentrer la raison chez les braves gens, égarés par l’ombre, qui prenaient au sérieux ce carnaval sépulcral. M. Garcin, tel est le nom de ce désenchanteur, a soufflé puissamment sur les ombres qui obscurcissaient le pays de la lumière. Espérons que ce dernier effort du bon sens rendra à ces terres fécondes la vertu de leur soleil, un moment voilé. Il faudrait tout un volume pour suivre M. Garcin dans la thèse qu’il soutient. Elle est concluante pour tous ceux qui, possédés du même Dieu que l’auteur, s’efforcent noblement à ressusciter, par l’idée révolutionnaire, une nation renégate qui a trahi toutes ses promesses. L’impuissance de ce petit clan des Félibres, affublés à la hâte des vieilles défroques des troubadours, est tellement évidente, que le livre vaut moins par la démonstration de cette impuissance que par les développements historiques dont M. Garcin a su l’appuyer. On oublie bientôt qu’il s’agissait primitivement de quatre ou cinq personnages qui, soit en province, soit à Paris même, rimaillent des niaiseries élégiaques en un patois qui ressemble au français ou en un français qui ressemble au patois ; et l’on entre avec l’auteur dans des considérations plus générales et plus élevées. Ce livre touche en effet à toutes ces choses qui passionnent encore ceux qui vivent dans une foi quelconque ; il soulève à la fois des questions ethnologiques et historiques. En outre, ce livre a une âme morale et politique ; nous ne pouvons en dire plus. L’auteur est un de ceux, qui, bien qu’attristés, ne veulent point désespérer. Il n’y a jamais à désespérer de l’idée, à coup sûr. Qu’il plaise à une nation quelconque d’abjurer la justice, cette abjuration ne compromet point la justice ; mais n’a-t-on pas lieu de craindre que la nation apostate ne soit sévèrement châtiée, soit par une décadence toujours croissante, soit par sa ruine complète ? Cette crainte est venue à l’esprit de M Garcin, qui fait tous ses efforts pour la repousser. Nous avouerons que nous sommes moins heureux, mais ce n’est point ici le lieu d’exposer tous les motifs qui ont amené à mettre, autre part qu’en France, les espérances de l’idée nouvelle. Heureux cependant ceux qui peuvent espérer ! car (sic) ils sont défendus plus sûrement contre les choses du présent que ceux qui n’ont que le mépris pour s’en garantir. La France qui était placée par la nature pour concilier en elle l’esprit du Nord et du Midi, s’est désistée de cette tâche, et, par les mœurs comme par les passions, s’est faite toute méridionale, à un moment où le Midi, stérile et condamné, impuissant à renaître, s’est définitivement couché sous les ruines du passé. Voici venir la fin de la race dite latine ; elle a épuisé sa destinée. Le cœur de l’humanité a changé de place ; il ne bat plus guère dans la vieille Europe qu’en Allemagne et en Angleterre, et faiblement, nous laissant incertains s’il va se ranimer ou mourir. Mais, heureusement, en prêtant l’oreille on l’entend battre si violemment au-delà de l’Océan, qu’il émeut toute le terre jusqu’aux fondements du vieux monde.
L. XAVIER DE RICARD

Haut de page

Notes

1 Revue des lettres et des arts, Paris 1867-1868, rédacteur en chef Villiers de l’Isle Adam, propriétaire gérant Théophile Gouzien, 5 rue de Choiseul.

2 Étude présente dans notre thèse, Mioch Rose, Édition critique de la correspondance de Lydie Wilson de Ricard (1850-1880), Montpellier 3, 2010.

3 Ricard Louis-Xavier de, Autour des Bonaparte, 1891, Paris, Savine.

4 Notamment les philosophes du xviiie siècle, Michelet, Victor Hugo et un poète oublié déjà en 1891, lors de la publication de Autour des Bonaparte, Népomucène Lemercier.

5 Ricard, 1891, 47-56.

6 Une deuxième édition enrichie d’une préface paraît l’année suivante chez Marpon à Paris.

7 Fernand Clerguet évoque, sans référence, en 1906 cette présence de l’occitan dans Les Chants de l’Aube, dans sa biographie de L-X de Ricard.

8 Ricard Louis-Xavier de, Les Chants de l’Aube, 1862, Paris, Poulet-Malassis, 422 pages, p. 407 et 408.

9 Mistral Frédéric, Mirèio, 1859, Avignon, Roumanille.

10 Seul des chercheurs que nous avons lus, Georges Peyronnet y fait allusion indirectement en citant un article de Willy Garcias, de 1924 « Souvenirs de l’école parnassienne, Les loups » (Peyronnet 1943- 1997 : 35 et 46).

11 Texte de l’épigraphe : « Et lou grand mot que l’ome òublido, /Ve-l’eici : la mort es la vido !/ E li simple, e li bon, e li dous, benura !... »

12 Ricard, op. cit., 1862, 371-381.

13 Selon son expression dans l’introduction d’Autour des Bonaparte.

14 Ragot (1840-1887), écrivain et journaliste qui exerça ensuite au Figaro et au Gaulois.

15 La Revue du Progrès contient en outre les signatures suivantes : Antoni Deschamps ; Charles Ganneau, J. Montigny, S.A. de Néantés, G. Pauthier, Émile Deschamps, Antoine de Léage, Jules Mirande, Longuet, A. Racot, trad. Hemann Kirsch, François Favre, Lavigné, Eugène Robert, Louis Browne, Émile Fortin, Pierre Crotet-Parent, Mario d’Estang (Racot), Charles Selles, Dessoliers, Pablo (Verlaine), G. Ferry, Antoine Deléage, Jean René, Armand Chemin, Adolphe Pascal, Armand du Mein, Alfred Feuillet, Alexis Martin, André Raymond, J.-H. Papillon, Charles Joliet, Victor Poupin, Émile Jaubert, Théodore Karcher, Mairet Horace, Louis Redon. Elle contient également dans le numéro de février 64 une lettre d’exil de Quinet à Louis-Xavier de Ricard.

16 Revue consultée à Paris, Bibliothèque St Geneviève, Mi MM 158.

17 Souligné par nous.

18 Idem.

19 Dupanloup, Mgr, évêque d’Orléans.

20 Salvat Joseph, La Vie tourmentée de Louis-Xavier de Ricard (1843-1911), 1943, Douladoure, Toulouse, p. 8.

21 Voir Ricard Louis-Xavier de, « Le Parnasse contemporain », in introduction d’Autour des Bonaparte, 1891, Paris, Savine, 353 pages.

22 Voir Clerguet Fernand, Louis-Xavier de Ricard, 1906, Reims, éditions de la Revue littéraire de Paris et de Champagne, 35 pages : p. 6 et 7 et le sonnet de Louis-Xavier de Ricard : « Première soirée en prison », dans Ciel, rue et foyer.

23 Ricard, 1891, 31-32.

24 Ciel, rue et foyer, premier ouvrage édité par Alphonse Lemerre, porte 1866 comme année de parution ; il a été enregistré le 11 novembre 1865 à la Bibliographie de la France.

25 Marion Delorme, drame de Victor Hugo interdit de représentation sous Charles X.

26 Racot, in Louis-Xavier de Ricard, Petits Mémoires d’un Parnassien, Adolphe Racot, Les Parnassiens. Introductions et commentaires de M. Pakenham. Paris, Minard, 1967, 214 pages, p. 182.

27 Ricard Louis-Xavier de, Ciel, rue et foyer, 1865, Paris, Lemerre, 191 pages, p. 4.

28 Mortelette Yan, Histoire du Parnasse, 2005, La Flèche, Fayard, 570 pages, p. 37-38.

29 Mortelette 2005, 50-54.

30 Ricard, 1891, 35-46.

31 Ricard, 1891, 41.

32 Catulle Mendes (1841-1909), co-fondateur avec Ricard du Parnasse Contemporain.

33 Crepet Eugène, 1863, Poètes Français, Anthologie, Paris, Gide Libraire, 637 pages.

34 Mortelette, 2005, 204-257.

35 Ricard, L’Histoire du Parnasse contemporain, p. 78-80.

36 Correspondances Mistral-Daudet.

37 Mortelette 2005, 225-231.

38 Où l’on trouve les signatures de Théophile Gautier, Théodore de Banville, José Maria de Heredia, Leconte de Lisle, Louis Ménard, François Coppée, Auguste Vacquerie, Catulle Mendès, Charles Baudelaire, Léon Dierx, Sully Prudhomme, André Lémoyne, Louis-Xavier de Ricard, Antoni Deschamps, Paul Verlaine, Arsène Houssaye, Léon Valade, Stéphane Mallarmé, Henri Cazalis, Philoxène Boyer, Emmanuel des Essarts, Émile Deschamps, Albert Mérat, Henry Winter, Armand Renaud, Eugène Lefébure, Edmond Lepelletier, Auguste de Chatillon, Jules Forni, Charles Goran, Eugène Villemain, Robert Luzarche, Alexandre Piedagnel, Auguste Villiers de L’Isle-Adam, F. Fertiault, Francis Tesson, Alexis Martin.

39 Sonnet estrambote : sonnet comportant un tercet supplémentaire, cette extension ayant un but généralement humoristique.

40 Emmanuel des Essarts (Paris 1839-1909), romancier et poète, ami de jeunesse de Mallarmé ; il fit des études qui le menèrent à l’école Normale Supérieure ; à 22 ans il était en poste à Sens, à 24 il devint professeur de rhétorique au lycée d’Avignon. C’est là qu’il noua des relations les plus étroites avec les plus illustres représentants du félibrige, Mistral, Aubanel, Roumanille. Républicain libéral, il était hanté par les souvenirs de la révolution. Il devint professeur à la faculté de Clermont-Ferrand et fut le témoin de Mistral lors de son mariage à Dijon en 1876, on le retrouva en 1894 avec les félibres parisiens en voyage dans le midi.

41 Il semble que cette édition dans La Gazette Rimée ait échappé à une certain nombre de chercheurs, comme le remarque, p. 65, Pierre Petitfils dans Paul Verlaine, Biographie, 1994, Lisieux, Gallimard, 528 pages. Les « Vaincus » sont donc les poètes, mais si l’on se réfère aux déclarations de Verlaine, les poètes politiquement engagés.

42 Mortelette 2005, 44.

43 Auguste Villiers de L’Isle-Adam (1838-1889) : breton il est installé avec sa famille à Paris depuis 1859. Il a d’abord publié des critiques musicales dans La causerie, journal des cafés et des spectacles (V Cochinat) où il a rencontré Mendès, il collabore ensuite à sa Revue Fantaisiste. (Mortelette 2005, 18-22) Il avait cependant déjà fait connaissance de Ricard du temps de La Revue du Progrès au Quartier Latin, il participait alors au Salon de Mme de Ricard. (Clerguet Fernand, Villiers de l’Isle Adam 1912-1920, Paris Michaud, 191 pages, p. 44).

44 Ricard, La Revue indépendante, 1892, p. 324-335 ; texte réédité par Mortelette dans Le Parnasse, PUPS.

45 C’est le métier qu’il inscrira sur tous ses papiers officiels.

46 Ibid. p. 80.

47 Comme plus tard pour les Surréalistes, les poètes du Parnasse ne devaient être que poètes.

48 Van Welkenhuyzen G., Vandegans A. « Anatole Francs. Les années de formation », Revue belge de philologie et d’histoire, 1956, vol. 34, n1, p. 115-116

49 Bernardet Arnaud, L’exil et l’Utopie, Politiques de Verlaine, 2007, Saint Just la Pendue, Publications de l’université de Saint-Étienne, 250 pages.

50 Nous avons vu que ce poème est paru dans la Gazette rimée, sous le titre « Les poètes ».

51 Charles-Louis Chassin, (1831-1901) publiciste, opposant au coup d’état de 1852, il entreprit de nombreuses démarches légales pour pouvoir exercer son métier et dût attendre que soit abolie, en mars 1868, « l’autorisation préalable », pour lancer le programme de la Démocratie, journal à fonder par association.

52 « Cher Maître » c’est ainsi qu’il libelle ses lettres à l’historien en 1874, voir Études Héraultaises, 2011, n40.

53 Quinet Edgar, La Révolution précédée de la Critique de la Révolution, t. II, 1865, Hachette Paris p. 465, Consulté sur Gallica.fr.

54 Ibidem, p. 187.

55 Voir Lettre à Quinet dans Études Héraultaises, op. cit.

56 Elle est issue du premier mariage du général de Ricard avec Claire Joséphine Astérie de Perpigna et est née en 1822 à la Martinique, son mari Eugène-Napoléon Veillard était avec Louis-Xavier de Ricard déclarant du décès du général. D’un premier mariage cette sœur aurait eu deux enfants. Louis-Xavier de Ricard ne parle jamais de cette parentèle.

57 Voir Séché Léon, Alfred de Vigny et son temps (1797-1863), SD, Paris, Félix Juven, 376 pages.

58 Le mot « race » au xixe siècle correspond à « peuple ».

59 Mortelette 2005 p. 234.

60 Martel Philippe, Les félibres et leur temps, Renaissance d’oc et opinion (1850-1914), 2010, Villematier, Presse universitaires de Bordeaux, 690 pages : p. 260.

61 Voir la réception de Calendal in Martel 2010, « Les Illusions perdues » p. 247-264.

62 Martel 2010, p. 121

63 Barthe Roger, L’Idée Latine 1962 et Martel 2010 parlent du début 1868 pour le retour de Balaguer.

64 Voir M. Angéles Ciprés, Víctor Balaguer : su exilio en Provenza, sur http://docs.google.com/viewer?a=v\&q=cache:1AQi4wccEqIJ:e-spacio.uned.es/fez/eserv.php\%3Fpid\%3Dbibliuned:19907\%26dsID\%3DV__ctor_Balaguer._Su_Exilio_en_Provenza.pdf consulté en novembre 2011.

65 Ibidem, lettre du 13 novembre 1867.

66 Martel Felip, Actes del colloqui internacional sobre la Renaixença (18-22 de desembre de 1984), Estudis universitaris Catalans, Barcelone 1992, p. 379 :
Celui qui intéressait tout ce monde, c’était Balaguer — Balaguer comme politique espagnol du camp libéral — c’est-à-dire d’un camp à partir duquel on pouvait prévoir que cet homme serait un jour ou l’autre au pouvoir en Espagne [...] La révolution de Septembre mène Balaguer aux prémices d’une grande carrière ministérielle.

67 Voir Martel 2010, p. 247 : « on n’est pas loin d’une démarche de type parnassien » et Mortelette 2005 p. 409 : « Félibres et Parnassiens ont des conceptions poétiques proches. »

68 La République du Midi, Une, 28 décembre 1875.

69 Voir notre thèse Lydie Wilson de Ricard (1850-1880) : édition critique de la correspondance, université Paul-Valéry — Montpellier 3, 2010.

70 Blin-Mioch Rose, « Les “ Communes idées ” de Louis-Xavier de Ricard et Lydie Wilson de Ricard à leur arrivée à Montpellier », in 2011 Études Héraultaises, no 41, Montpellier archives départementales, p. 139-146.

71 Barsotti Claudi, « Le journaliste républicain Eugéni Garcin », Les amis de Mesclum, La Marseillaise en ligne.

72 En épousant Euphémie Vauthier, fille d’un savant ingénieur en chef des ponts et chaussées et soeur d’un autre ingénieur qui fut représentant du peuple, il rentrait dans une famille républicaine. Sa femme avait en 1860 déjà fait paraître, avant de se marier Léonie, des conseils aux jeunes filles, avec une lettre préface de Lamartine qui lui valurent d’honorables encouragements. Elle publia ensuite divers romans où elle développa ses principes en matière d’éducation. Enfin et cela montre l’engagement de Mme Garcin en matière politique, elle fût poursuivie pour un article inséré dans l’Émancipation de Toulouse sur l’exécution de Rossel, traduite en cours d’assises et acquittée. (in Vapereau, Dictionnaire biographique, 1880 p. 772).

73 Journaliste politique.

74 Tous pour chacun, chacun pour tous. La Solidarité, journal des principes paraissant le premier de chaque mois, Fauvety C., directeur, Raisant A., administrateur, Gallica.fr, consulté en novembre 2011.

75 Jean-Charles Fauvet (1813-1894), philosophe maçonnique né à Uzès, était membre de la loge de la renaissance d’Hiram où il fait recevoir Massol avec lequel il avait des relations depuis 1855 et de La Revue philosophique et religieuse (Sources Abès, Maitron, Les Maçons célèbres).

76 Ils se sont fâchés en 1864 pour une obscure raison : Martel 2010 note 41 p. 257.

77 Ce qu’il fit dans sa Revue critique d’histoire et de littérature, le 21 mars 1868, Ibidem, p. 262.

78 Voir Martel 2010, chapitres 1 et 2, p. 151-281.

79 Garcin Eugène, Les Français du Nord et du Midi, 1868, 166 pages sur http://sites.univ-provence.fr/tresoc/libre/libr0464.htm, citation in intro p. 2.

80 Marie Paul Hyacinte Meyer (1840-1917) philologue et romaniste parisien.

81 Meyer Paul, in Revue critique d’histoire et de littérature. 1868, sur Gallica.fr, p. 185-188

82 Nous avons étudié cet aspect du couple dans notre thèse de 2010 en consacrant un chapitre au « Réseau d’inter connaissances des Ricard ».

83 Consulté en novembre 2011 sur Gallica.fr

84 Étaient cités : M. Edgar Quinet, M. Flourens, Gustave Michelet, Forni, Georges Avenel, Anatole France, Bancel, Eugène Garcin, Barni, C. Joliet, Bénard, Leconte de Lisle, Charles Blanc, Charles Longuet, Charles Boissière, Luzarche, Bougeart, Massol, Brisson, Henri, Louis Ménard, Burty, Paul Meurice, Étienne Charavay, Mourot, C.-L. Chassin, Guillaume Pauthier, Jules Claretie, Georges Pouchet, Dr. Clavel, Louis Redon, Louis Combes, Eugène Crépet, ; Denis P. Rogeard, Louis de Ronchaud, Despois ; André Rousselle, Marc Dufraisse, Eugène Schnerb, F. Favre, Louis Ulbach, Albert Fermé, Auguste Vacquerie.

85 Pour une étude plus complète voir Martel 2010, p. 259-278.

86 Nous publions donc les premières lignes de l’article, et après une coupure qui ne concerne que La Montagne, nous reprenons le texte là où il nous a paru que Louis-Xavier de Ricard commençait, tout en continuant son exposé sur La Montagne, la critique de Français du Nord et du Midi.

87 C’est le terme qu’il utilise dans sa critique.

88 On peut cependant dans les souvenirs du général de Ricard, Autour des Bonaparte, trouver l’emploi du mot « ongles » comme féminin, ce qui est une réminiscence de l’occitan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rose Blin-Mioch, « Louis-Xavier de Ricard en 1868 et sa critique des Français du Nord et du Midi d’Eugène Garcin : une hésitation sur la route vers la cause de l’occitan ? », Lengas, 71 | 2012, 119-154.

Référence électronique

Rose Blin-Mioch, « Louis-Xavier de Ricard en 1868 et sa critique des Français du Nord et du Midi d’Eugène Garcin : une hésitation sur la route vers la cause de l’occitan ? », Lengas [En ligne], 71 | 2012, mis en ligne le 07 avril 2014, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://lengas.revues.org/351  ; DOI : 10.4000/lengas.351

Haut de page

Auteur

Rose Blin-Mioch

Université Paul-Valéry, Montpellier 3.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org