Navigation – Plan du site
Compte rendu

Daniele Comberiati, Scrivere nella lingua dell’altro. La letteratura degli immigrati in Italia (1989-2007)

Isabelle Felici
p. 155-158
Référence(s) :

Comberiati Daniele, Scrivere nella lingua dell’altro. La letteratura degli immigrati in Italia (1989-2007), Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, P.I.E. Peter Lang, 2010, 392 p.

Texte intégral

1Une évidence et une interrogation assaillent le lecteur de cet ouvrage, issu d’une thèse de doctorat soutenue à l’Université Libre de Bruxelles en 2009 (Écrire dans la langue de l’autre : la littérature des immigrés en Italie 1989-2007) : la littérature italienne, comme la société italienne dans son ensemble, est à jamais changée par l’arrivée massive d’immigrants en provenance de nombreux pays de la planète, phénomène qui a commencé il y a maintenant plusieurs décennies ; mais convient-il d’enfermer ces auteurs, comme le font également trop souvent nos sociétés pour les immigrants en général, dans une catégorie à part ?

2Daniele Comberiati rend bien compte de la diversité des origines de ces nouveaux venus dans le panorama littéraire italien. Il centre les deux tiers de son étude autour de trois grandes zones géographiques, l’Irak, en particulier à travers l’œuvre de Younis Tawfik, auteur du roman à succès La straniera (1999), l’Afrique subsaharienne, avec Kossi Komla-Ebri, écrivain d’origine togolaise et Ndjock Nagana Yogo, poète d’origine camerounaise, et l’Europe de l’Est, avec la romancière d’origine albanaise Ornela Vorpsi ; mais il permet aussi à son lecteur de faire le tour de la planète-Italie grâce à un parcours thématique, sur la valeur du témoignage, sur les motivations éditoriales et sur ce qui constitue en quelque sorte, dans le découpage opéré par l’auteur, une sous-catégorie littéraire : la production littéraire des écrivaines migrantes, ici essentiellement celle de Cristina De Caldas Brito et Marcia Theophilo, toutes deux d’origine brésilienne. Il cite par ce biais de nombreux « auteurs immigrés », ajoutant utilement à son ouvrage les notices bio-bibliographiques d’environ quatre-vingts d’entre eux. Un index permet par ailleurs de retrouver presque tous ces auteurs cités dans le corps du texte.

3En témoignage du changement sociétal, l’Italie elle-même est présente dans ce tour du monde, à la fois à travers l’évocation de quelques écrivains italiens parmi ceux qui ont mis en scène des personnages d’immigrants en Italie, mais aussi par le biais de la figure de l’émigrant italien : Comberiati fait en effet le lien — et cela tombe sous le sens lorsqu’il est question des phénomènes migratoires italiens — entre les appellatifs dont les Italiens affublent les étrangers en Italie et ceux que les Italiens à l’étranger ont « collectionné » partout où ils ont essaimé pendant plus d’un siècle.

4Si la couverture de l’ouvrage n’affiche pas l’expression, de plus en plus discutée, de « littérature migrante », on la rencontre dès les premières pages, en même temps que « écrivains migrants » (et même, en un raccourci d’ailleurs déconcertant, « œuvres migrantes » p. 126). On rencontre aussi, dès l’introduction, le flou qui règne autour de cet appellatif et dont l’auteur donne bien la mesure. Il prend toutefois clairement parti : il donne une définition qui élimine de cette catégorie les écrivains appartenant à une « immigration cultivée » et annonce que son étude porte principalement sur des auteurs « qui proviennent du grand flux migratoire qui a envahi l’Italie entre la seconde moitié des années quatre-vingt et le début des années quatre-vingt-dix ». S’il ne vaut pas la peine de s’attarder sur le terme « envahi », encore repris, heureusement cette fois avec des guillemets, dans la dernière page de l’introduction, il faut en revanche s’interroger sur la pertinence de cette définition, laquelle n’est pas sans susciter des réticences ni alimenter les interrogations sur le bien-fondé de cette catégorisation.

5On est interpellé par la séparation que l’auteur opère entre « immigration cultivée », pour définir les écrivains qu’il élimine de son corpus, et ce qu’il faut bien appeler, en menant jusqu’au bout le raisonnement qu’il propose, immigration « non-cultivée ». Cette séparation fonctionne d’autant moins que le lecteur a vite fait de constater que les écrivains sur lesquels l’étude s’attarde le plus longuement — nous les avons cités plus haut — ont fréquenté les universités italiennes les plus prestigieuses et/ou ont déjà un parcours littéraire dans leur pays d’origine et/ou sont arrivés avec un « bagage économique et culturel », exactement comme ceux qu’on a cru bon d’éliminer de la catégorie « littérature migrante ». Ils sont chirurgien, architecte, universitaire, traducteur... et leur arrivée en Italie a souvent précédé les années quatre-vingt. Certains sont bien originaires de zones géographiques — déjà évoquées elles aussi — qui fournissent une main d’œuvre humble, mais le corpus choisi est loin de refléter quantitativement le paysage migratoire italien : parmi ceux qui ont le plus « envahi » l’Italie, les Philippins, les Chinois ou les Marocains sont absents du « panorama littéraire immigré » de leur nouveau pays. L’étude sociologique des auteurs étrangers s’exprimant en italien mérite donc un traitement plus approfondi et nécessite qu’au moins on ne mélange pas sans discernement l’individuel et le collectif.

6Il est aisé pour le lecteur de changer mentalement le sous-titre du volume, trop général, pour s’intéresser non pas à LA littérature migrante en Italie mais à l’œuvre des écrivains sélectionnés : la définition dont il vient d’être question devient alors inutile et disparaît ainsi le décalage méthodologique constaté. Sous ces meilleurs auspices, le lecteur apprécie l’analyse fine et exhaustive dont font l’objet les œuvres d’écrivains confirmés, ayant à leur actif au moins deux ou trois œuvres publiées. L’outil bibliographique est particulièrement riche et aurait pu être encore valorisé avec une présentation traditionnelle en fin de volume, organisée, par exemple, par dates de publication. La littérature des pays d’origine de chaque auteur est souvent convoquée, de même qu’est souligné le caractère hétérogène de la production littéraire italienne d’auteurs appartenant à chacune des zones géographiques étudiées : arabophones, afro-italiens ou originaires d’Europe centrale et orientale. Mais surtout, des rapprochements constants sont établis, des croisements sont relevés avec d’autres littératures, anglophone et francophone principalement, qui mettent en scène la figure du migrant ou qui sont le fait de migrants eux-mêmes.

7Grâce à ces renvois permanents, la lecture de cet ouvrage est une nouvelle occasion d’apprécier le caractère universel des phénomènes migratoires et de leurs manifestations culturelles, en même temps que leur extrême variété. De part le fait migratoire, malgré les souffrances et les traumatismes qui y sont toujours liés, le plus souvent dus à des vexations ou à des abus administratifs, politiques ou économiques, ces écrivains sont la partie émergée de la richesse, toujours renouvelée, qu’apportent les déplacements et la mise en contact de personnes, d’idées, de groupes, toujours si différents et toujours si semblablement humains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Felici, « Daniele Comberiati, Scrivere nella lingua dell’altro. La letteratura degli immigrati in Italia (1989-2007) », Lengas, 71 | 2012, 155-158.

Référence électronique

Isabelle Felici, « Daniele Comberiati, Scrivere nella lingua dell’altro. La letteratura degli immigrati in Italia (1989-2007) », Lengas [En ligne], 71 | 2012, mis en ligne le 04 avril 2014, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://lengas.revues.org/353

Haut de page

Auteur

Isabelle Felici

LLACS.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org