Navigation – Plan du site
Varia

La communauté portugaise au Luxembourg. Peut-on parler de continuum intergénérationnel de la pratique de la langue et de la culture d’origine ?

Sarah Vasco
p. 95-112

Texte intégral

  • 1 Le présent article propose un aperçu sur une étude réalisée en 2010 dans le cadre d’un Master II de (...)
  • 2 En 2009 les recensements du S.T.A.T.E.C. comptent une population totale de 493 500 habitants, dont (...)
  • 3 En 2009 les chiffres contenus dans le Répertoire général des personnes physiques font état d’un sol (...)

1Le Luxembourg1 se présente comme un véritable terrain de recherche par le fait que trois langues officielles se côtoient sur la totalité du territoire et se départagent les différentes fonctions de l’espace communicationnel. Se présentant depuis environ un siècle comme une terre d’immigration constante, le contact de langues ne s’y limite par conséquent pas à un simple trilinguisme officiel, mais reflète une diversité linguistique et culturelle surprenante. Il nous a semblé déterminant d’appréhender ce territoire en nous focalisant sur le phénomène non négligeable de l’immigration portugaise. Cette communauté a suscité notre intérêt par son nombre important au sein de la population totale2, son ancienneté qui date du milieu des années soixante et également par le fait qu’elle est encore aujourd’hui en expansion3.

2L’objectif de notre recherche était de mesurer l’évolution sociale, culturelle, linguistique et identitaire de la communauté portugaise afin d’émettre quelques hypothèses quant aux facteurs susceptibles d’engendrer des mutations au niveau des pratiques et des attitudes de ses membres. À travers une réflexion sociolinguistique, nous avons voulu comprendre si le degré d’intégration des Portugais dans la société luxembourgeoise se traduisait par une rupture de la transmission intergénérationnelle de leur langue et de leur culture d’origine, ou si au contraire, l’on pouvait observer un continuum au fil des générations. Nous avons voulu mettre en relation leur processus d’intégration, leurs sentiments d’appartenance, leurs représentations, leurs attitudes et leurs pratiques sociales, culturelles et linguistiques.

3Nous avons mené une série de quatorze entretiens semi-directifs qui s’organisent en deux groupes, l’un représentant la première génération de la communauté portugaise installée au Luxembourg et l’autre les enfants de ce groupe. Cette démarche nous a permis de travailler sur une dimension intergénérationnelle tout en restant sur un terrain familial. Ainsi, ont pu être relevées d’éventuelles mutations survenues au fil des générations pouvant affecter la transmission de l’héritage portugais.

L’évolution intergénérationnelle de la communauté portugaise : D’une marginalisation à l’insertion sociale

Première génération : les raisons et les enjeux de sa marginalisation

  • 4 Prenons comme exemple les propos de deux enquêtés : IF4 : « sim/ era temporário/ e eu também/ tivem (...)

4Pendant les années 1960 le Luxembourg devient la terre d’accueil de nombreux Portugais ayant quitté leur pays dans l’espoir de trouver prospérité financière ailleurs. Les observations décrivent toutefois cette communauté comme vivant une marginalisation qui s’expliquerait d’abord par le caractère temporaire de cette immigration et par les motivations premières de ces Portugais à travailler le plus possible afin d’avancer l’échéance du retour4. Ainsi, le séjour migratoire est appréhendé par la grande majorité comme une phase de transition motivée par un retour certain dans le pays d’origine.

  • 5 Mario Consonni (1985) , Dans le cadre de la Journée d’études sur l’immigration portugaise, 14 décem (...)
  • 6 Illustrons cette idée avec l’exemple de l’un des enquêtés que tous ses frères ont rejoint au Luxemb (...)

5En 1985, un aumônier portugais déclare au sujet de sa communauté qu’elle a réussi à « garder sa propre physionomie culturelle et une certaine aversion à l’intégration culturelle » (Consonni 19855) . Le bouleversement culturel auquel un immigré fait face peut l’amener à rejeter les pratiques de la nouvelle société tout en s’agrippant aux repères qui le rassurent. Le fait d’avoir importé leurs traditions folkloriques nous semble emblématique de ce mal du pays, car, comme voulant rendre accessible un semblant de vie portugaise au Luxembourg, une multitude d’associations se sont créées autours de manifestations traditionnelles. Les membres de la même famille s’étant, de plus, généralement rassemblés dans les mêmes villages, ce principe d’une chaîne migratoire6 s’est forcément traduit par une homogénéité culturelle et sociale allant jusqu’à présenter des réalités sociales presque autonomes à l’intérieur de la société luxembourgeoise.

6Les raisons d’un tel repli communautaire viennent aussi du fait que les immigrés étaient souvent introduits dans les mêmes secteurs de travail, présentant une similitude au niveau socioprofessionnel et économique qui, de plus, se présentait dans le bas de l’échelle sociale, alors que les frontières intérieures au sein d’une même société se constituent souvent autours des espaces professionnels et économiques. Les réseaux sociaux se forment souvent sur le lieu de travail, regroupant des personnes issues de couches sociales similaires.

7L’accueil de la population autochtone fut également un vecteur primordial à l‘intégration des étrangers, car, malgré une quasi absence de conflits entre la communauté autochtone et les Portugais, s’est réalisé un développement social que nous pouvons qualifier de « séparé ». L’échange équilibré entre les autochtones et les immigrés est souvent freiné par une « dévalorisation associée aux espaces socio-économiques occupés », car « il y a la dévalorisation « classique » qui vient d’un constat immédiat que les emplois et les logements de ces immigrés sont en dessous des normes dont la population luxembourgeoise veut se prévaloir » (Cordeiro 2011) .

  • 7 Retenons pour la dimension anecdotique l’une des nombreuses stratégies d’apprentissage qui reflèten (...)
  • 8 IF6 : « havia Jugoslavas/ havia Francesas/ havia Portuguesas/ e normalmente tudo ali falava francês (...)
  • 9 Ce terme est notamment proposé par Brubakers (2001) dans « Au-delà de l’identité » pour décrire une (...)
  • 10 L’enquêté IM3 soulève clairement cette réalité linguistique : « quer dizer na nossa casa tínhamos q (...)
  • 11 IF1 : « quando estou com os Portugueses falo em português/ não aceito falar com um Português outra (...)

8La dimension linguistique s’est également avérée être un facteur d’intégration déterminant. La plupart sont arrivés en tant que parfaits monolingues et, comme le français assurait le rôle de langue des écrits administratifs et de la communication entre les différentes communautés linguistiques, ils se sont finalement rabattus sur le français au détriment de la langue nationale trop difficile à acquérir par ses racines germaniques. Étant dans un constant va-et-vient entre la maison, où ils parlaient pour la grande majorité le portugais, et leur travail, où la langue véhiculaire était essentiellement le français, l’apprentissage du luxembourgeois fut pour ainsi dire impossible. Ainsi, la plupart d’entre eux ont appris le français, souvent par immersion7 et sur leur lieu de travail8. Les relations entre autochtones et Portugais reposaient par conséquent sur des échanges exolingues et bien que le Luxembourg soit officiellement trilingue, la langue nationale est privilégiée dans les échanges de confiance. Cette réalité linguistique a sans aucun doute joué un rôle important dans la socialisation des Portugais qui, ressentant les enjeux de ces affinités linguistiques, se sont refugiés dans une sorte de « communalité9 » portugaise. De plus, la majorité déclare ne pas pratiquer assez bien une autre langue pour que celle-ci puisse intégrer le noyau familial et intracommunautaire10 et, même après plusieurs années de résidence au Luxembourg, nombreux disent ne parler avec les personnes de la même origine qu’en portugais11. Ajoutons que pour toutes les raisons que nous avons évoquées, les Portugais de la première génération se mariaient généralement avec des Portugais, ce qui semble avoir garanti une transmission de la langue d’origine aux enfants.

  • 12 Le Grand-duché du Luxembourg est un État multilingue, institutionnalisé par la loi linguistique de (...)

9L’enjeu de la langue fut d’autant plus déterminant, car sous un multilinguisme institutionnalisé12 émerge effectivement une compétence légitime qui, de par les contraintes qu’elle impose, s’est révélée être un véritable frein à la mobilité sociale. La grande fierté nationale du Luxembourg repose sur son plurilinguisme et si nous nous basons sur les résultats du grand sondage mené en 1997 (Estgen 1998) , 99 % des Luxembourgeois ont déclaré maîtriser leur langue nationale et 96 % le français et l’allemand. La réalité révèle que ce plurilinguisme luxembourgeois s’est établi sur un rapport de forces symbolique prenant effet au niveau de la fonction des trois langues du pays et de leur maîtrise. Quelles perspectives sociales et professionnelles s’ouvraient alors réellement à nos monolingues lusophones à leur arrivée ? Il est certain que l’on peut vivre au Luxembourg sans maîtriser un mot de la langue nationale, cependant, semblent s’amoindrir les opportunités d’une trajectoire socioprofessionnelle ascendante et d’une insertion dans le noyau dur de la société luxembourgeoise.

10Le vécu d’un immigré conditionne et influence ses attitudes et ses pratiques. Retenons l’expression de l’« espace vécu » car elle transmet l’idée d’une étude qui « doit intégrer toute la charge des valeurs qui se projettent des hommes aux lieux et des lieux aux hommes » (Frement 1974 cité par Deprez 2007). Ainsi, « les hommes ne vivent pas dans l’espace tel qu’il est mais dans l’espace tel qu’ils se le représentent et l’investissent psychologiquement » (Deprez 2007) . Le rapport qu’un individu entretient avec le lieu de vie ne peut être perçu que de manière subjective, « il perçoit inégalement l’espace qui l’entoure, il porte des jugements sur les lieux, il y est retenu ou attiré » (Deprez 2007) . La marginalisation de la première génération a donc eu certainement un impact sur les représentations qu’elle s’est faite du Luxembourg, sur ses pratiques et notamment sur la transmission des origines.

Deuxième génération : les raisons et les enjeux de son intégration

  • 13 L’enquêtée IIF3 pointe sur le paramètre déterminant de la composition des classes et du manque de p (...)
  • 14 Alors qu’en 1997, le sondage présentait 29 % de Portugais maîtrisant le luxembourgeois et 27 % l’al (...)

11La naissance des enfants cause alors des chamboulements considérables dans la trajectoire sociale et intégrative de la communauté portugaise. Les membres de cette deuxième génération intègrent le système scolaire luxembourgeois au sein duquel ils suivent un apprentissage scolaire des trois langues usuelles du pays et sont, en plus, en contact direct avec elles. Ce facteur se révèle être le déclencheur premier d’une série de mutations. Dans le système éducatif le luxembourgeois assume la fonction de langue véhiculaire et de langue d’enseignement. Étant jeunes, l’assimilation de la langue se fait naturellement, bien que certains paramètres puissent rendre cet apprentissage plus ou moins difficile13. Ainsi, leur scolarisation leur permet d’avoir rapidement accès aux espaces de communication luxembourgophones et si l’on considère la valeur intégrative de la langue des nationaux, l’on peut prétendre que dès la maternelle les enfants font leurs premiers pas vers l’insertion dans le noyau dur de la société d’accueil. L’alphabétisation se faisant en allemand, ils ont également accès à la deuxième langue du pays. En français, là encore, les enfants se distinguent de leurs parents car ils suivent un apprentissage scolaire prônant sa fonction de prestige et de culture. Certes, leur degré de compétence ainsi que la fréquence de leur pratique des trois langues peuvent varier, mais un élève ayant obtenu un diplôme luxembourgeois présente un répertoire linguistique qui répond aux exigences du marché linguistique légitime. D’après deux sondages, le premier publié en par Paul Estgen en 1998 et le deuxième per Fernand Fehlen en 2009, le pourcentage de Portugais maîtrisant les trois langues reflète largement cette mutation intergénérationnelle14 au niveau des pratiques linguistiques.

12Cette insertion dans le système scolaire engendre également de fortes mutations au niveau des réseaux sociaux. Étant depuis la jeune enfance en contact direct avec des nationaux, les réseaux de relations semblent s’établir tant à l’intérieur de la communauté étrangère que luxembourgeoise. Il est concluant d’observer comment la deuxième génération gère alors ses échanges à l’intérieur des différents espaces sociaux qu’elle fréquente :

13En milieu scolaire, les échanges avec les enseignants et les élèves se déroulent systématiquement en luxembourgeois. Notons que si les classes présentent un pourcentage important de Portugais, la langue d’origine sera régulièrement pratiquée, mais généralement le luxembourgeois prime considérablement.

  • 15 Plusieurs enquêtés de deuxième génération pointent sur cette réalité, comme IIF1 : « aujourd’hui je (...)
  • 16 En interrogeant nos enquêté(e) s sur la fréquence de la pratique écrite du luxembourgeois au travai (...)

14En milieu professionnel la deuxième génération pratique systématiquement et prioritairement le luxembourgeois à l’oral. La langue nationale assume une fonction privilégiée dans la communication orale, car le fait de négocier dans la langue des autochtones facilite les rapports15. Par ailleurs, le luxembourgeois est en réalité un facteur de sélection impératif car sa maîtrise donne accès à certains milieux professionnels. En ce qui concerne l’écrit, c’est encore le français qui domine dans la fonction scripturale officielle. Il n’empêche que le luxembourgeois est systématiquement pratiqué dans la communication écrite officieuse16.

  • 17 L’individu devrait selon Lüdi (2005) pouvoir interpréter chaque situation afin de déterminer quelle (...)
  • 18 L’enquêtée IIF6 explique : « com os Portugueses falava português/ com os Luxemburgueses falava luxe (...)

15Pour les échanges à l’intérieur des réseaux sociaux, les Portugais disent gérer leur répertoire linguistique en fonction de chaque situation spécifique ce qui relèverait du « choix de langues17 ». Cette deuxième génération semble pourtant perpétuer les pratiques langagières des parents en parlant portugais avec des personnes de la même origine, toutefois, les échanges peuvent se caractériser par une alternance codique systématique passant du portugais au français et au luxembourgeois18. Avec les nationaux, contrairement à la première génération, ils assument les échanges en luxembourgeois.

  • 19 Certains nous racontent même que dans leurs jeunes âges les parents n’appréciaient pas trop qu’ils (...)
  • 20 Cette idée est parfaitement illustrée par l’enquêtée IIF4, qui nous explique la répartition des pla (...)

16Concernant les échanges familiaux, retenons que le sondage « BaleineBis » signale qu’en 2004 le pourcentage ayant parlé le portugais avant l’âge de quatre ans est de 98 %, ce qui signifie logiquement que la première génération a réellement transmis la langue d’origine aux enfants et que, par conséquent, la langue véhiculaire des ces foyers d’immigrés est effectivement le portugais. Le fait que les enfants se tissent des réseaux de relations extérieurs au noyau familial les amène ensuite à entrer en contact avec d’autres langues. La question est de savoir si l’on peut prétendre à une séparation nette entre les pratiques linguistiques à l’extérieur et celles à l’intérieur du noyau familial, ou si l’on observe plutôt une pénétration des autres langues au sein des échanges familiaux ? Notre enquête nous a effectivement permis de conclure sur des mutations des pratiques linguistiques intrafamiliales, car, alors que les membres de la deuxième génération continuent de parler avec leurs parents en portugais, les échanges avec les frères et sœurs passent majoritairement au luxembourgeois19. Bien que certains parents n’approuvent pas ces pratiques, le luxembourgeois s’affirme progressivement comme faisant partie du répertoire familial. « On dégage dans ce domaine précis qu’est la famille la dynamique du bilinguisme qui caractérise les relations entre les parents et surtout entre générations » (Deprez 199920) .

17En considérant les pratiques linguistiques de la deuxième génération, il s’en dégage une utilisation systématique du luxembourgeois dans tous les espaces sociaux. Son appropriation progressive de toutes les fonctions communicatives et les enjeux de sa pratique posent aujourd’hui la langue des nationaux en concurrence directe avec la langue d’origine. Doit-on pour autant prétendre à un déclin progressif de la pratique du portugais à travers l’intégration des Portugais ? Il est du moins déjà possible de conclure sur une discontinuité intergénérationnelle au niveau des pratiques linguistiques et, par conséquent, nous avons voulu savoir ce qu’il en était à d’autres niveaux.

  • 21 IF6 : « acho que é uma maneira as pessoas/ como é que eu lhe hei de dizer/ das pessoas/ matarem um (...)
  • 22 Les discours des membres de la deuxième génération ne semblent effectivement pas exprimer un goût p (...)

18Comme réaction au bouleversement causé par l’émigration, la première génération s’est efforcée de reproduire des manifestations folkloriques aux couleurs du Portugal afin d’exprimer son attachement envers les origines et de garantir le maintien de son identité en la transmettant aux générations suivantes21. La deuxième génération ne semble cependant pas manifester le même engouement pour ces pratiques culturelles dont les costumes leur semblent démodés et la musique loin de leur univers22.

  • 23 L’enquêtée IIF1 exprime une sorte de lassitude face à cette pratique régulière et rituelle des vaca (...)

19Les attitudes et les pratiques culturelles soulèvent évidemment une dimension identitaire qui sous-tend les liens entretenus avec le pays d’origine. Les retours au Portugal en sont un indice considérable, car, alors que des vacances annuelles vers le pays d’origine la première génération en a fait une véritable tradition, les membres de la deuxième génération, eux, semblent espacer leurs séjours, voire même y renoncer complètement. Arrivés à l’âge adulte, beaucoup manifestent une volonté de voir d’autres pays, s’affranchissant d’une contrainte qui serait familiale23.

  • 24 Nombreux sont les Portugais de première génération à exprimer des attitudes positives envers le Lux (...)

20Les liens entretenus avec le pays d’origine révèlent également le sentiment d’appartenance d’un individu. Les membres de la première génération semblent n’exprimer aucun doute quant à leur appartenance identitaire, revendiquant de manière affirmée être portugais malgré que pour la plupart le pays d’accueil soit investi d’affects positifs24. Pour la deuxième génération, la problématique identitaire laisse apparaître une nouvelle dimension souvent exprimée par un sentiment d’affiliation au pays d’origine complétée par la réalité d’une identité en construction dans le pays d’accueil, généralement sous l’appellation de « Portugais du Luxembourg ». L’on peut saisir une double appartenance, mais qui ne peut s’actualiser qu’à travers l’affiliation aux parents qui sont en réalité les seuls détenteurs de l’identité portugaise « pure ». Notons que la composante identitaire liée au Portugal s’affaiblit donc pour faire place à celle liée au Luxembourg et que ce phénomène peut tendre à s’amplifier au fil des générations.

La deuxième génération : à l’intersection de deux modèles d’intégration

21Suivant nos observations, la communauté portugaise semble donc vivre une intégration progressive permettant à une grande partie de la deuxième génération d’entrevoir une ascension socioprofessionnelle et de meilleures perspectives économiques. Cette enquête nous a permis de dégager deux modèles d’intégration dont les orientations permettent d’émettre quelques hypothèses quant à une éventuelle continuité, ou dans le cas contraire, une rupture intergénérationnelle de la pratique de la langue et de la culture d’origine.

La bi-culturalité

22Ce premier modèle suppose la construction d’une identité culturelle composite. Ainsi, à travers la socialisation vécue par l’intermédiaire du noyau familial d’une part et de la société d’accueil d’autre part, émergent au sein de la deuxième génération des identités qui admettent des éléments des deux contextes. Les pratiques sociales, culturelles et linguistiques des deux communautés sont acceptées.

  • 25 Le choix de la double nationalité est, de plus, généralement tant symbolique que fonctionnel, comme (...)
  • 26 Cette tension identitaire chez les générations nées dans le pays d’accueil est relevée par IIF4 : « (...)

23L’un des premiers indices est celui d’un sentiment de double appartenance. L’immigration donne alors naissance à un véritable métissage chez l’individu se plaçant sous le signe de l’interculturel. Le souhait d’acquérir la double nationalité traduit clairement cette volonté de double appartenance25. La question de l’identité est très importante pour les membres de la deuxième génération, car souvent comme tiraillés entre deux pays, émergent des frustrations qui peuvent mener à la confusion du processus identificatoire26.

  • 27 IIF4 dit utiliser le luxembourgeois plus fréquemment, mais qu’au niveau de l’affect il ne peut égal (...)
  • 28 Au sujet de la langue qu’elle aimerait transmettre à ses enfants, IIF3 répond : « que ce sera sans (...)

24Si les sentiments envers les deux pays sont favorables, l’on peut supposer qu’ils influenceront de manière positive les pratiques linguistiques des deux pays. L’individu devrait donc présenter une pratique régulière et intensive des deux langues. La langue du pays d’accueil sera pratiquée plus fréquemment par le fait qu’elle véhicule au sein d’espaces sociaux plus nombreux, cependant, pourra être conféré un statut privilégié à la langue d’origine27. Dans cette logique biculturelle est souvent exprimé le désir de maintenir la langue d’origine dans le patrimoine familial linguistique et, dépendant des origines du conjoint, le risque d’une non-transmission aux enfants est généralement conscientisée et craint28.

25L’entente intergénérationnelle au sein de la famille est l’une des conditions les plus déterminantes, car en situation d’immigration les parents sont généralement les principaux, si ce n’est pas les seuls, intermédiaires de la culture et de la langue d’origine. Ce double ancrage identitaire suggère également que les liens avec le pays d’origine soient entretenus et renforcés et notons que les connaissances de la deuxième génération au sujet du Portugal, de ses pratiques et de ses traditions, dépendent encore une fois de la première génération.

26Les retours au Portugal sont une première façon pour les Portugais nés au Luxembourg de concrétiser leur appartenance au pays d’origine. Les vacances se doublent alors d’un apprentissage des coutumes et des pratiques du pays, tout en conférant un ancrage national à la pratique de la langue portugaise.

  • 29 IF4 souligne l’importance d’acquérir un minimum de connaissances dans la langue maternelle et de po (...)

27Les mouvements associatifs promouvant la culture d’origine sont tout autant déterminants pour la transmission de l’héritage portugais, car ils sont d’importants intermédiaires qui institutionnalisent les pratiques culturelles du Portugal. Ils rendent un ancrage légitime des coutumes traditionnelles dans le pays d’accueil possible, rassemblant gens de la même culture en situation d’immigration. Pour ce qui est des cours parallèles de/en portugais, ils ont permis de rendre une valeur prescriptive et scolaire à l’emploi de la langue, permettant, de plus, à travers ces rassemblements autour d’une même langue et d’une même culture de construire une identité collective tout en sortant du cadre familial. L’objectif premier reste malgré tout de garantir le maintien de la langue d’origine dans le patrimoine familial et d’assurer les compétences de communication avec les membres de la famille résidant au Portugal29. De plus, à travers cet apprentissage scolaire, les générations nées sur le sol luxembourgeois acquièrent plus de sécurité linguistique dans la langue maternelle. La bi-culturalité peut alors s’affirmer grâce à une connaissance aisée des langues des deux pays.

L’assimilation

28Le deuxième modèle est celui d’une intégration s’acheminant vers une acculturation négative, voire une assimilation complète des générations suivantes, suggérant un rejet des origines. Les membres de la communauté étrangère vont adopter les pratiques linguistiques et culturelles de la société d’accueil jusqu’à ce qu’on puisse diagnostiquer la disparition totale de la culture d’origine. L’assimilation des membres des communautés migrantes mène à une homogénéisation des pratiques et des attitudes au sein de la population totale.

  • 30 IIF1, aujourd’hui mariée à un Luxembourgeois, en expliquant les raisons pour lesquelles son fils ne (...)
  • 31 De plus en plus de foyers mixtes se créent et ce que les résultats de F.E.H.L.E.N. (2009) démontren (...)

29L’un des facteurs principaux de cette « absorption » culturelle est la mixité du couple parental. En ce qui concerne la première génération, notre enquête a révélé que le choix du conjoint pouvait traduire symboliquement une distanciation face aux origines. De telles attitudes exprimées par le parent portugais peuvent fortement influencer celles des enfants. Quant aux mariages mixtes au sein de la deuxième génération, ils sont par leur fréquence de plus en plus importante, les signes d’un rapprochement progressif des deux communautés et le résultat d’affinités. La configuration mixte du foyer familial s’avère être la première raison d’une dilution culturelle de la composante portugaise. Pour la première génération, les premiers changements se sont opérés au niveau de la langue véhiculaire des échanges familiaux, car, alors que l’un des conjoints avait comme langue maternelle le portugais, était privilégiée celle qui aurait le plus d’utilité dans le pays d’accueil. La configuration linguistique de ces foyers s’est caractérisée par une alternance systématique entre toutes les langues du répertoire des deux parents, mais résultant de manière générale sur une non-maîtrise du portugais par les enfants. Pour les couples mixtes de la deuxième génération, la configuration linguistique de la famille est plus simple, car, si l’un des conjoints ne maîtrise pas le portugais, la langue véhiculaire sera celle partagée par les deux parents et, dans le cas d‘un couple luxo-portugais, ce sera incontestablement le luxembourgeois. Ce choix révèle en réalité une stratégie du compromis consistant à éviter des échanges asymétriques au sein de la famille pouvant être source de tensions30. La deuxième génération maîtrisant le luxembourgeois, ce choix de langue est généralement plus simple que celui d’un parler bilingue dont l’un des conjoints serait exclu31.

30Les enjeux d’une non-transmission sont conséquents, car, malgré que le luxembourgeois intègre intensément le répertoire linguistique de la communauté portugaise, la langue d’origine garde sa fonction de connivence et d’intimité, et les enfant qui ne la maîtrisent pas ne pourront créer les mêmes liens avec ses membres. Cette non-maîtrise influence également les échanges avec la famille lors des vacances au Portugal. Ces séjours permettent de tisser des liens et de sentir une affiliation au pays, mais si les échanges sont compromis, l’identification ne pourra que difficilement être amorcée.

  • 32 Retenons la manière dont IIF4 raconte d’un ton amusé les différences qu’elle ressentait entre son f (...)
  • 33 Ce n’est pas sans amertume que certains enquêtés se sont rappelés d’attitudes négatives à leur égar (...)

31La meilleure intégration de la deuxième génération peut également être un déclencheur d’assimilation futur, car des différences sociales qui distinguent les deux générations peuvent émerger une distanciation et une dévalorisation de la propre communauté. Le fait d’évoluer dans une société riche et moderne, telle que celle du Luxembourg, peut générer un intérêt croissant envers les différences socioéconomiques. L’école étant souvent une cruelle reproduction de la société, nombreux sont les Portugais qui ont fait l’objet d’attitudes négatives car il y a encore quelques années la communauté portugaise était la plus pauvre du Luxembourg. Cette réalité sociale n’est pas négligeable car elle peut mener à une autodépréciation communautaire provoquant un rejet des origines et le désir de s’identifier à la société autochtone. Ce phénomène d’auto-stigmatisation a pu générer des mutations au niveau des pratiques car les origines deviennent les marques d’une infériorité sociale, alors que la langue des nationaux et les événements qu’ils organisent se révèlent être porteurs de prestige et de réussite sociale. Malgré que la deuxième génération semble porter un regard attentionné et complice sur les conditions et les pratiques financières de leurs parents, certains de leurs propos peuvent être interprétés comme révélateurs d’un malaise ressenti lors de l’enfance et de l’adolescence32. Ces malaises sont généralement amorcés par des attitudes négatives exprimées à leur égard33 et peuvent se solder par deux fonctionnements psychologiques bien distincts, ou ils puiseront dans cette expérience négative davantage de force pour émerger d’une catégorie dans laquelle les discours ambiants les ont casés, ou bien ils voudront se défaire de leur héritage d’immigrés afin d’intégrer le même univers social que les autochtones.

  • 34 IIF4 nous confie que ses parents ont perdu leur crédibilité à ses yeux au moment où elle a bénéfici (...)

32Le fait que la majorité des parents n’ait pas bénéficié d’une réelle formation scolaire n’a pas aidé à les crédibiliser auprès des jeunes qui, eux, arrivés à l’adolescence pouvaient déjà prétendre avoir dépassé leurs aînés sur ce point34. Ces asymétries intracommunautaires ont pu amplifier les tensions identitaires. La dévalorisation des propres origines est une attitude qui affecte le processus identificatoire pouvant mener à un rejet de l’héritage culturel. Les indices d’un tel processus de distanciation peuvent être des conflits intergénérationnels, un affranchissement du modèle de valeurs transmis par les parents, voire même, un arrêt complet des pratiques de la langue et de la culture d’origine.

  • 35 Le combat national pour le maintien du luxembourgeois semble être bien conscientisé par les immigré (...)

33Un autre facteur est incontestablement celui de la problématique linguistique dominant le territoire luxembourgeois. Le fait que le Luxembourg mène un véritable combat pour revaloriser la langue nationale et lui conférer toutes les fonctions communicatives n’est pas sans conséquences sur le choix de langue des immigrés, car, conscients de ce protectionnisme envers la langue nationale et désireux de s’intégrer dans tous les espaces sociaux et professionnels du Luxembourg, ils adoptent généralement les pratiques linguistiques explicitement et implicitement prescrites35. Notons que ce protectionnisme linguistique est fortement soutenu par des discours pointant sur le risque d’une perte du patrimoine luxembourgeois et de l’identité pure par la présence importante d’étrangers. L’on peut supposer que ces tensions dues à leur présence sont conscientisées et reconnues par ces immigrés qui, afin de ménager et d’adoucir les opinions des nationaux à leur égard, adoptent souvent des attitudes discrètes évitant de revendiquer une identité spécifique et un emploi systématique de leur langue d’origine. En vue d’une intégration complète, les origines peuvent être délaissées au risque d’une assimilation progressive au fil des générations.

  • 36 Ces propos rejoignent l’idée reprise par De Vilanova (2007) des parents comment créateurs d’un « es (...)

34L’intégration de la communauté portugaise au Luxembourg engendre donc effectivement de fortes mutations au niveau des attitudes et des pratiques linguistiques, culturelles et identitaires de ses membres. Certes, les résultats de cette enquête mettent en évidence les risques latents d’une assimilation progressive des Portugais à la société luxembourgeoise, cependant, ils suggèrent également un modèle d’intégration admettant une identité culturelle composite. Il est important de retenir la part de responsabilité des générations précédentes36 en ce qui concerne la transmission et le maintien des origines, afin que l’insertion de la communauté portugaise ne soit pas forcément synonyme de perte de l’héritage culturel.

Haut de page

Bibliographie

Brubakers, Rogers, 2001, « Au-delà de l’identité », 66-85, Actes de la recherche en sciences sociales, no 139, 2001/3, Le Seuil.

Consonni, Mario, 1985, Problèmes socio-culturels de la communauté portugaise, Journée d’étude sur l’immigration organisée par la « Jeunesse Social-Chrétienne », 14 décembre 1985, Esch-sur-Alzette.

Cordeiro, Albano, 2001, « L’immigration au Luxembourg dans le dernier quart du siècle dernier », in Fabrice Montbello (dir.) , Un siècle d’immigration au Luxembourg, Actes du colloque organisé par le C.L.A.E., Passerelles no 22, printemps-été 2001, Littérature et migrations, Luxembourg.

De Villanova, Roselyne, 2007, « Espace de l’entre-deux ou comment la mobilité recrée du territoire », 65-83, L’Homme et la société/ 3, no 165, L’Harmattan.

Deprez, Christine, 1999, « Les enquêtes « micro ». Pratiques et transmissions familiales des langues d’origine dans l’immigration en France », L’enquête sociolinguistique, Calvet Jean-Louis & Dumont Pierre, Paris, L’Harmattan.

Deprez, Christine, 2007, « Langues et espaces vécus dans la migration : quelques réflexions », 247-257, Langage et société, 3-4, no 121-122, Maison des sciences de l’homme.

Estgen, Paul (coord.) , 1998, Le sondage Baleine. Une étude sociologique sur les trajectoires migratoires, les langues et la vie associative au Luxembourg, Cahier R.E.D. (Recherche, Étude, Documentation) , S.E.S.O.P.I. — Centre intercommunautaire, hors-série 1, novembre 1998, Luxembourg.

Fehlen, Fernand, 2009, Une enquête sur un marché linguistique en profonde mutation. Luxemburgs Sprachenmarkt in Wandel, BaleineBis, R.E.D., S.E.S.O.P.I. — Centre intercommunautaire, Luxembourg.

Lüdi, Georges, 2005, Être bilingue, Bruxelles, Paul Lang.

Haut de page

Notes

1 Le présent article propose un aperçu sur une étude réalisée en 2010 dans le cadre d’un Master II de Sociolinguistique et Didactique des langues et cultures en contact au sein de l’Université Paul-Valéry III à Montpellier sous la direction de M. Henri Boyer.

2 En 2009 les recensements du S.T.A.T.E.C. comptent une population totale de 493 500 habitants, dont 215 500 sont étrangers (43,4 %) , parmi lesquels l’on compte 80 000 Portugais.

3 En 2009 les chiffres contenus dans le Répertoire général des personnes physiques font état d’un solde migratoire de  6 593. En ce qui concerne plus spécifiquement les membres de la communauté portugaise, l’on compte 3 844 arrivées et 1 730 départs, ce qui donne un solde migratoire de  2 114, présentant 32,1 % du solde migratoire total au Luxembourg.

4 Prenons comme exemple les propos de deux enquêtés : IF4 : « sim/ era temporário/ e eu também/ tivemos sempre na ideia que ficamos uns anos/ e que depois íamos embora [...] » ; IM3 : « [...] a minha ideia era arranjar dinheiro pr’a fazer a casa e ir-se embora ».

5 Mario Consonni (1985) , Dans le cadre de la Journée d’études sur l’immigration portugaise, 14 décembre 1985, organisée par la « Jeunesse Sociale-Chrétienne » à Esch/Alzette.

6 Illustrons cette idée avec l’exemple de l’un des enquêtés que tous ses frères ont rejoint au Luxembourg, IM3 : « depois trouxe os meus irmãos todos mas não tinha cá família nenhuma/ somos neste momento cinco no Luxemburgo ».

7 Retenons pour la dimension anecdotique l’une des nombreuses stratégies d’apprentissage qui reflètent bien l’attitude de survie langagière qu’adoptaient ces immigrés à leur arrivée : IF5 : « durante o dia escrevia as palavras que ouvia e à noite tinha uma colega que/ ia-lhe perguntar e ela traduzia/ traduzia-me não/ tentava-me explicar porque era francesa/ tentava-me explicar o que queria dizer/ e entre o meu francês e os gestos/ consegui depressa aprender ».

8 IF6 : « havia Jugoslavas/ havia Francesas/ havia Portuguesas/ e normalmente tudo ali falava francês/ é aonde a gente aprende/ normalmente/ foi aonde aprendi ».

9 Ce terme est notamment proposé par Brubakers (2001) dans « Au-delà de l’identité » pour décrire une forme spécifique d’autocompréhension chargée affectivement que l’on désigne souvent par « identité » [...] impliquant des identités collectives [...] « type d’autocompréhension groupale » [...] « dénote le partage d’un attribut commun » [...] « un sentiment puissant de groupalité peut reposer sur une communalité catégorielle associé à un sentiment d’appartenance commune ». Il fait également référence à une « connexité relationnelle » qui joue un rôle important dans le développement d’actions collectives.

10 L’enquêté IM3 soulève clairement cette réalité linguistique : « quer dizer na nossa casa tínhamos que falar português/ porque nós/ o francês que sabemos não é sabe como é que é não é ».

11 IF1 : « quando estou com os Portugueses falo em português/ não aceito falar com um Português outra língua que o português/ acho estranho/ acho esquisito/ acho ridículo estar a falar p’ra um Português ou p’ra uma Portuguesa/ estar a falar/ francês ou luxemburguês/ não ».

12 Le Grand-duché du Luxembourg est un État multilingue, institutionnalisé par la loi linguistique de 1984 qui reconnaît trois « langues de l’administration », à savoir, le français, l’allemand et le luxembourgeois.

13 L’enquêtée IIF3 pointe sur le paramètre déterminant de la composition des classes et du manque de pratique du luxembourgeois : « j’ai toujours vécu à Larochette [...]/ j’ai redoublé la première année [...] c’était surtout à cause de/ je parlais pas beaucoup le luxembourgeois/ parce que Larochette c’est un village avec beaucoup de Portugais et alors/ [...] bon/ je trouve que ça a quand même pris assez de temps/ parce que j’avais quand même beaucoup de camarades portugais/ là// ça complique les choses [...] oui/ et à la maison on ne parlait pas/ donc// bon/ après si j’avais des amis luxembourgeois je leur parlais en luxembourgeois// mais après quand je savais parler luxembourgeois c’était bon ».

14 Alors qu’en 1997, le sondage présentait 29 % de Portugais maîtrisant le luxembourgeois et 27 % l’allemand, en 2004 les résultats indiquent que 50 % pratiquent le luxembourgeois et 38 % l’allemand. Cette mutation est sans aucun doute due à la scolarisation de la deuxième génération dans le système luxembourgeois. Quant au français, les chiffres rendent compte d’une stabilité absolue dans sa pratique, car tant en 1997 qu’en 2004 ils étaient 98 % à déclarer utiliser le français.

15 Plusieurs enquêtés de deuxième génération pointent sur cette réalité, comme IIF1 : « aujourd’hui je sais que c’est plus facile bien évidemment// et par exemple dans mon job ici au Luxembourg/ ça m’ouvre des portes/ c’est absolument plus facile [...] mais c’est des truc PARCE QUE voilà/ les gens ici/ les Luxembourgeois sont très à cheval à ça [...] oui/ pour eux c’est très important que/ quand// on dialogue/ qu’on négocie/ qu’on demande/ si ça vient en luxembourgeois/ c’est beaucoup plus facile », ou encore IIF3 qui relève elle aussi cette préférence pour l’usage de la langue nationale : « oui/ des liens/ des relations/ au niveau professionnel oui [...] oui/ ça pourrait créer une barrière oui// même si c’est multiculturel et tout/ si tu parles le luxembourgeois c’est quand même un atout ».

16 En interrogeant nos enquêté(e) s sur la fréquence de la pratique écrite du luxembourgeois au travail, tous déclarent y avoir systématiquement recours, mais restant généralement dans un cadre fermé, comme IIF3 : « alors/ dans des mails/ mais parfois/ ou je préfère écrire en français ou alors je l’écris en luxembourgeois et je mets une petite note/ voilà/ « c’est pas parfait mais » [...] non professionnellement pas/ sauf si j’envoie à quelqu’un/ que j’envoie d’un service à l’autre ou/ ça je peux oui/ sinon/ quelque chose d’officiel c’est toujours en français », ou encore IIF4 qui dit faire l’effort d’écrire en luxembourgeois avec des personnes du même milieu professionnel : « dans le travail/ dans les mails/ le contact de notre centre avec l’extérieur/ moi j’essaye toujours d’écrire en luxembourgeois ».

17 L’individu devrait selon Lüdi (2005) pouvoir interpréter chaque situation afin de déterminer quelle langue est appropriée. Au Luxembourg cela n’implique pas forcément une interprétation fonctionnelle des usages de langue, mais souvent juste de reconnaître qui est l’interlocuteur qui se trouve en face et s’adapter.

18 L’enquêtée IIF6 explique : « com os Portugueses falava português/ com os Luxemburgueses falava luxemburguês [...] é português com os Portugueses/ ou português misturado com o luxemburguês/ e com os colegas Luxemburgueses é o luxemburguês [...] sim/ a gente é assim/ falamos tudo misturado/ porque às vezes a gente fala e não sabemos uma palavra/ e vai p’ro luxemburguês ou francês ou assim ». Ce témoignage atteste l’idée de Claudia Hartmann (Hartmann 1988) , quant à la création d’une sorte de « « pidgin » franco-portugais-luxembourgeois » en tant que stratagème langagier pour combler les manques lexicaux, citée par Fehlen (2009) .

19 Certains nous racontent même que dans leurs jeunes âges les parents n’appréciaient pas trop qu’ils parlent une autre langue en leur présence : « // devant ma mère/ quand on était tous ensemble toujours en portugais/ et avec mes sœurs on parlait en luxembourgeois/ et parfois on s’oubliait et on se faisait bien gronder ».

20 Cette idée est parfaitement illustrée par l’enquêtée IIF4, qui nous explique la répartition des places à table et par conséquent celles des langues : « donc on a la table tu vois/ mes parents ils sont assis là et mon frère et moi ici/ et là il y a le luxembourgeois et vers là il y a le portugais [petit rire] ».

21 IF6 : « acho que é uma maneira as pessoas/ como é que eu lhe hei de dizer/ das pessoas/ matarem um bocadinho as saudades/ mostrarem a cultura deles/ mostrarem que em Portugal temos coisas/ não temos só// o duro [...] agora isto acho que as pessoas querem manter vida a traves a tradições delas/ e as pessoas passam isto pos filhos/ e eu acho que é bonito/ é uma cultura dum país/ é a nossa cultura/ nós não a podemos negar/ há quem goste há quem não goste [...] prontos gosto de ver/ é saudade ».

22 Les discours des membres de la deuxième génération ne semblent effectivement pas exprimer un goût particulièrement positif pour le folklore portugais : « [sourire] non/ mais je sais que mes frères et mon père a fait partie du folklore et tout ça/ mais moi non/ sans plus [...] j’aime bien une fois par an/ si je vois un spectacle comme ça » ; « / eh// ma sœur elle dansait le folklore portugais donc là j’étais une fois voir avec/ avec ma mère mais sinon/ non pas trop [...] // eeh/ pas trop [rire] [...] //mmh/ non pas trop/ la danse portugaise c’est pas trop mon truc [E : c’est quoi qui ne te plaît pas/ la chorégraphie/ les costumes ?] oui les costumes [grands rires] [E : et le fado tu connais ?] le fado c’est quoi ? » ; « oui le folklore/ ALORS TOUS LES DIMANCHES/ [rires]/ parce que j’avais des cousins qui faisaient partie/ bon il faut dire que j’ai pas vécue à Larochette hein/ parce que votre vie est différente si vous avez vécu à Larochette/ mes cousins y vivaient et ils faisaient partie du folklore [E : et vous ça vous aurait plût de faire ça ?] non/ par contre j’adore danser/ mais je déteste tout cet accoutrement/ tous ces trucs là ».

23 L’enquêtée IIF1 exprime une sorte de lassitude face à cette pratique régulière et rituelle des vacances au Portugal : « ah forcément quand j’étais jeune on y allait TOUS LES ANS [...]/// voilà / la famille est là// c’est toujours synonyme de stress par contre/ stress/ enfin/ là maintenant ça a l’air négatif/ mais parce qu’en fait on y va/ et on// XX si on ne va pas voir cet oncle là/ après on est banni/ on en parle/ « oh elle est nulle elle est venue et elle est pas venue me dire bonjour »/ et après il y a tout le temps des gens à la maison/ et puis ça mange TOUS les jours NUITS et SOIRS/ donc on revient et on a pris trois autres kilos [rires] c’est pour moi un synonyme de stress/ c’est quelque chose que je n’aime pas [...] non/ mon mari en a rêvé pendant quelques années/ il rêvait d’avoir une maison au Portugal// mais j’ai toujours refusé// et on va chez ma mère/ elle a une maison magnifique avec piscine/ et le jour où elle aura plus cette maison/ on ira à// Lisbonne en touriste/ à Porto ou en Algarve/ mais// on ira pas forcément à POMBAL [...] mais c’est vrai que quand on y va/ on est LÀ quoi [...]// là-bas tout se passe en famille/ si on va au restaurant on va en famille ».

24 Nombreux sont les Portugais de première génération à exprimer des attitudes positives envers le Luxembourg malgré l’expression d’un attachement premier au Portugal, comme IF1 : « eu sinto-me muito bem/ eu no Luxemburgo sinto-me em casa [...] é aqui que eu vivo/ EU SINTO-ME EM CASA [...] mas tenho as minhas raízes em Portugal/ e isso/ Portugal adoro », ou encore IM3 : « sinto-me bem no Luxemburgo/ sinto-me bem em Portugal/ PORTUGAL é o meu país/ não o troco por nada/ mas sinto-me bem no Luxemburgo ».

25 Le choix de la double nationalité est, de plus, généralement tant symbolique que fonctionnel, comme c’est le cas d’IIF3 : « j’ai pris la double nationalité [...] parce que je voulais pas changer de nationalité et acquérir uniquement la nationalité luxembourgeoise [...] je trouve que comme je suis née ici/ je trouve ça complètement normal que j’ai la nationalité luxembourgeoise et j’ai aussi envie de la transmettre à mes enfants/ et ça fait 24 ans que je vis ici et je trouve ça normal/ et je trouve aussi qu’au niveau/ parfois c’est demandé pour travailler à l’État ou certains postes/ c’est toujours bien de l’avoir [...] mais de toute façon j’aurais quand même aimé avoir la nationalité luxembourgeoise/ mais pas uniquement luxembourgeoise ».

26 Cette tension identitaire chez les générations nées dans le pays d’accueil est relevée par IIF4 : « en tant qu’étrangère/ [sourire] en tant que fille d’étrangers [...]/// fille d’immigrés/ c’est ce qui correspond à/ c’est ma catégorie dans laquelle je me mets oui / parce que je ne suis pas/ finalement je ne suis pas étrangère [...] non/ c’est pour ça que j’ai la double nationalité/ c’est ma façon d’exprimer ma double appartenance [...] oui oui/ je suis contente que cette loi est été votée/ parce que je trouve que ça résout beaucoup de problèmes d’identité ».

27 IIF4 dit utiliser le luxembourgeois plus fréquemment, mais qu’au niveau de l’affect il ne peut égaler le portugais : « bein disons actuellement le luxembourgeois domine [...] mais la langue maternelle j’ai une affection particulière [...] non le portugais c’est ma langue ». IIF3 exprime son attachement particulier à la langue portugaise par l’effet qu’elle produit en elle : « // bein oui/ c’est toujours ma langue maternelle/ si j’entends une chanson en portugais c’est autre chose que si je l’entends en luxembourgeois/ ou en français ».

28 Au sujet de la langue qu’elle aimerait transmettre à ses enfants, IIF3 répond : « que ce sera sans doute le portugais, le luxembourgeois et le français », et quant à IIF4, elle dit d’un air amusé : « toutes les six langues [sourire] ils devront apprendre/ au moins six langues ». Ces propos traduisent une volonté de maintenir dans le patrimoine familial leur plurilinguisme acquis au Luxembourg. Cependant est déjà conscientisé leur responsabilité quant à la transmission du portugais : « bon on va commencer déjà avec une d’abord/ ce sera le portugais et quand ils iront à l’école [...] oui sans soute/ parce qu’ils n’apprendront plus jamais/ s’ils n’apprennent pas quand ils sont petits// après ». Et l’une des conditions premières s’avère également être les origines du futur père, idée soutenue par IIF4 : « je pense que ça va dépendre de/ du père [sourire] ».

29 IF4 souligne l’importance d’acquérir un minimum de connaissances dans la langue maternelle et de pouvoir assurer les échanges avec la famille portugaise : « com a família é muito importante o dialogo/ é muito bom um neto ir de férias e saber falar pa avô/ foi sempre o que pensei dos meus e por isso foram obrigados a fazer o nono ano/ os dois fizeram até ao nono/ e depois não os obriguei mais/ eles podiam ter ido mais/ mas não quiseram/ mas até lá foram obrigados/ eles não ficaram muito contentes não é [petit sourire] ».

30 IIF1, aujourd’hui mariée à un Luxembourgeois, en expliquant les raisons pour lesquelles son fils ne parle pas portugais, elle relève la problématique du couple parental mixte : « donc aussi par rapport à mon mari/ qui ne comprend pas portugais/ et je ne voulais pas créer ce truc où/ « qu’est-ce que tu lui a dis ? »/ je sais qu’il y a plein de couples qui font ça à merveille/ moi j’y arrivais pas ».

31 De plus en plus de foyers mixtes se créent et ce que les résultats de F.E.H.L.E.N. (2009) démontrent est le fait que « la langue luxembourgeoise est transmise aux enfants par les Luxembourgeois et qu’elle domine aussi dans les couples bilingues. La communication se fait à 95 % en luxembourgeois, utilisé comme langue familiale principale, même par des parents qui, eux, avaient une autre langue maternelle principale, ceci surtout au détriment du portugais et de l’italien ».

32 Retenons la manière dont IIF4 raconte d’un ton amusé les différences qu’elle ressentait entre son foyer et ceux des Luxembourgeois : « non/ c’est juste que je trouvais ça plus ringard ce qu’on avait à la maison [rire] [...] ils essayent de pas acheter de meubles quand ils peuvent en reprendre à d’autres personnes/ voilà/ il font de la récup/ après ils essayent d’aménager/ tu le vois quoi/ mélanger des trucs modernes avec des trucs plus anciens/ tu vois/ ils n’ont pas la notion d’un architecte d’intérieur [E : et chez tes amis luxembourgeois c’est différent ?] oui/ c’est très design/ ça oui j’ai remarqué/ mais maintenant je me dis c’est sympa quand même/ oui tu te sens chez toi [rires] », ou encore IIF5 qui dit que, malgré certaines jalousies ressenties lors de l’enfance, les valeurs enseignées dans son foyer portugais lui paraissent aujourd’hui plus nobles : « // eeh/ je trouve que eux ils étaient plus gâtés quand ils étaient jeunes donc/ c’était/ un peu plus sévère à la maison/ et eux c’était un peu/ « faites ce que vous voulez/ on s’en fiche un peu » [...] et aussi la femme de ménage [...] « offf/ la femme de ménage est là/ donc on peut laisser traîner le linge sale »/ et chez moi// [...] NON/ c’est ranger et voilà [...]// ah quand j’étais plus jeune/ bien sûr/ c’est toujours bien d’avoir le luxe de pouvoir laisser ses affaires traîner mais/ je trouve ça quand même important d’apprendre à ranger soi-même/ puisque// je crois pas que j’aurai une femme de ménage donc il faut un peu se débrouiller tout seul dans la vie [sourire] ».

33 Ce n’est pas sans amertume que certains enquêtés se sont rappelés d’attitudes négatives à leur égard, comme IIF4 : « il y a une scène qui m’a marquée/ c’est quand mon père a acheté un BM/ d’occasion/ et le samedi il allait nous chercher à l’école toujours [...] il venait toujours en Mazda/ et puis ce jour-là/ [rire]/ il s’amène en BM/ et avec mes amis luxembourgeois qui ont vu/ ils ont dit/ « ah nee »/ ils savaient que mon père avait acheté le BM en occasion/ « ah nee du kanns daer mol keen BMW leechten » [en luxembourgeois : « ah non ! ah non, tu ne peux même pas te payer une BMW. »]/ voilà/ et puis/ « du Gual »/ « du Gies » [surnoms fréquemment donnés au Portugais, venant de « Portugal » et de « Portugies »] [...]// disons que sur le moment tu essaies de passer au-dessus/ au-delà/ non mais/ tu te sens quand même toujours pointée [...] oui/ ça fait partie des injustices qu’on identifie en tant que jeune [...] en tant qu’étrangère/ en tant qu’immigrée/ de toute façon/ tu as fait ton école ici ? [...] donc de toute façon tu sais que même en étant bien intégrée au Luxembourg tu vas être pointée du doigt ».

34 IIF4 nous confie que ses parents ont perdu leur crédibilité à ses yeux au moment où elle a bénéficié d’une instruction scolaire : « tu sais comment est l’école/ c’est la seule vérité/ c’est où est née la science/ et puis ce contraste avec les vérités de tes parents/ et en tant que jeune ta première réaction c’est de dire/ oh mais vous êtes bêtes ».

35 Le combat national pour le maintien du luxembourgeois semble être bien conscientisé par les immigrés : « mais maintenant il y a une réaction à cette étude de l’UNESCO/ qui disait que le luxembourgeois était parmi une des langues qui allaient disparaître/ et il y a une réaction [...] c’est une discussion permanente ».

36 Ces propos rejoignent l’idée reprise par De Vilanova (2007) des parents comment créateurs d’un « espace de l’entre-deux » reliant les deux cultures sur une dimension tant spatiale, matérielle que symbolique afin de produire au travers de ce double décentrement des « phénomènes interculturels » et des « créations métissées ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Vasco, « La communauté portugaise au Luxembourg. Peut-on parler de continuum intergénérationnel de la pratique de la langue et de la culture d’origine ? », Lengas, 70 | 2011, 95-112.

Référence électronique

Sarah Vasco, « La communauté portugaise au Luxembourg. Peut-on parler de continuum intergénérationnel de la pratique de la langue et de la culture d’origine ? », Lengas [En ligne], 70 | 2011, mis en ligne le 25 avril 2014, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://lengas.revues.org/373  ; DOI : 10.4000/lengas.373

Haut de page

Auteur

Sarah Vasco

Université Paul-Valéry, Montpellier III.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org