Navigation – Plan du site

Le chant en occitan, une expérience récente et originale de prise en main d’une culture et d’une langue

Lo cant en occitan, una experiéncia recenta e modèrna de presa en man d'una cultura e d'una lenga
Sylvan Chabaud

Résumés

De Massilia Sound System à Gacha Empega, des Fabulous Trobadors à Dupain, en passant par Nux Vomica et tant d'autres, tentons de comprendre comment la chanson en occitan est devenue le principal vecteur de cette langue et de cette culture au XXIe siècle, en tous cas l’outil essentiel de sa socialisation.

Haut de page

Texte intégral

1L’occitan et la chanson, c’est une très vieille histoire puisque finalement la chanson, la « cançon » a été inventée en occitan et que les troubadours sont les premiers artisans de la chanson en Europe. Nous n’allons pas ici retracer presque mille ans de relations étroites entre occitan, poésie et musique... Disons que cette première remarque est d’importance : évoquer les troubadours n’est pas sans incidence sur la suite d’une réflexion qui reviendra, on le verra, à de multiples reprises à cette source originelle. Donc laissons là les virtuoses du Moyen-Âge, pour l’instant, et opérons un focus sur une période récente : les vingt dernières années.

2Nous avons choisi ce cadre temporel pour deux raisons : d’abord parce-que, à nos yeux, il y a une cohérence et une continuité dans le travail musical occitan depuis les années 90, ensuite parce que ces années marquent une rupture avec un autre grand moment de la chanson occitane : les années soixante et soixante-dix. Pour toute une génération l’occitan est en grande partie lié au renouveau des années Larzac, à la grande période militante qui succéda à mai 68. On y a vu se développer une chanson en occitan très engagée, fortement liée aux revendications politiques du moment, parfois associée au combat régionaliste, autonomiste. Citons les plus connus tels que Marti, Mans de Breish, Joan Pau Verdier, etc. Cette chanson occitane a fortement marqué son temps et a joué un rôle important dans la réappropriation de la culture et de la langue occitane. Cependant, une fois la vague soixante-huitarde passée, les années quatre-vingt marquent une pause conséquente. Il semblerait que cette chanson occitane très liée à son contexte politique soit alors passée de mode, l’Occitanie musicale et le mouvement occitan en général d’ailleurs connaissent un reflux.

3Il faudra attendre le début des années quatre-vingt-dix pour voir émerger une nouvelle chanson en occitan qui s’inspire très peu de cette expérience des années soixante-dix et puise ses influences outre-Atlantique, principalement dans le reggae et le rap. Commençons donc ce voyage musical en Occitanie par sa capitale méditerranéenne, Marseille. Car, si la chanson occitane des années soixante-dix est très languedocienne, celle des années quatre-vingt-dix garde profondément la marque cosmopolite de la cité phocéenne.

Parla patois

  • 1 Raggamufin : style musical né en Jamaïque dans les soirées dance-hall où des DJ’s improvisaient sur (...)

4Pour réveiller la musique occitane, il fallait un choc. Ce choc sera marseillais et jamaïcain. Un groupe principalement en est à l’origine : Massilia Sound System. Bob Marley a conquis le monde avec le reggae, une musique traditionnelle jamaïcaine revisitée à la lumière du rock’n roll, derrière lui les artistes jamaïcains vont influencer la musique mondiale, inventer le « raggamufin1 » et inspirer les premiers rapeurs américains. Raggamufin et rap vont débarquer en Europe au début des années quatre-vingt-dix ; en France, l’un des premiers groupes de ragga va s’exprimer dans une langue dite « régionale » : l’occitan, et ainsi créer un électrochoc pour toute une génération. Le discours est clair, Bob Marley chantait en patois, donc si l’on veut faire du raggamufin à la marseillaise, il faut employer notre patois : le provençal, ou occitan. Il ne s’agit donc pas de simplement imiter les artistes jamaïcains, voire de les recopier en chantant en anglais (ce qu’a fait toute une génération d’artistes français en chantant du rock en anglais...) mais de créer un autre raggamufin, nourri à la culture occitane. Les Jamaïcains chantent la culture afro-américaine, le déracinement des esclaves, Massilia va chanter sa culture occitane, sa ville cosmopolite et retrouver une langue malmenée par l’histoire. Les Jamaïcains improvisent, débattent en rime, parlent de politique, de faits de société : Massilia se rend compte que c’est exactement ce que faisaient les troubadours en Occitanie, et mêle ces deux mondes. Un dialogue fructueux et ludique s’instaure entre une musique venue d’outre-Atlantique et la culture occitane. Massilia s’affirme comme l’un des groupes phares de la scène ragga française et participe à la mise en orbite des célèbres rapeurs d’IAM (IAM, Concept, 1990). Marseille, qui était alors considérée comme un véritable désert culturel, devient un lieu d’expériences musicales inédites. Le monde occitaniste est désemparé, cette comète musicale n’est pas le produit des réflexions militantes, elle est déconnectée des mouvements du moment : quelque-chose de nouveau et de très différent est en train d’émerger. Massilia va rapidement enchaîner les concerts et devenir professionnel, ce que bien peu d’artistes des années militantes avaient réalisé. L’une des premières chansons du groupe est un hymne à la réappropriation de la culture occitane qui résume bien la philosophie de Massilia : « Parla patois ! » (Massilia, Parla Patois, 1992).

Parla Patois, Massilia Sound System, 1992

Parla Patois, Massilia Sound System, 1992

Adam, Wagram Music ‎–

  • 2 Flow : débit de paroles, la façon de poser le texte sur la musique, en rythme.

5En parallèle, la ville de Toulouse voit éclore le duo des Fabulous Trobadors (Fabulous, Èra pas de faire, 1992), emmené par Claude Sicre, un agitateur culturel de la première heure qui avait déjà exploré de nouveaux espaces musicaux en occitan en revisitant le folklore. Ces Toulousains s’inspirent plutôt du rap et plus largement de la musique brésilienne du Nordeste, leur aventure est très liée à celle de Massilia, ils multiplieront les échanges et s’inspireront mutuellement. Claude Sicre a connu le renouveau de la musique traditionnelle des années soixante-dix, il a écumé les « balètis » et a appris les chansons à danser du répertoire traditionnel, il s’est aussi beaucoup interessé à la musique américaine et particulièrement au blues : dans son livre Vive l’américke (Sicre, 1988) qui précède son expérience musicale avec les Fabulous, il synthétise cette réflexion. Le blues et le folk américains sont des musiques traditionnelles, des musiques du quotidien qui accompagnent la vie des gens, qui participent au lien social, au vivre ensemble, qui forgent aussi tout un imaginaire commun. Pour lui, il y a quelque-chose à faire de cet ordre avec la musique occitane : puiser dans la langue d’oc reviendrait à chercher son propre blues. L’Amérique que cherche Claude Sicre est sous ses pieds : en Occitanie. Sa rencontre avec la musique brésilienne du Nordeste sera déterminante, il découvre les « trovadores », ces troubadours brésiliens que l’on appelle aussi les « repentistas » et qui débattent en rime. Il leur empruntera le tambourin brésilien « pandeiro », les mélodies, les rythmes et les flows2 qu’il adaptera ensuite à sa sauce de retour à Toulouse. Il ramène du Brésil une recette musicale capable de redonner des couleurs à la chanson occitane.

On the Linha Imaginòt, Fabulous Trobadors, 1998

On the Linha Imaginòt, Fabulous Trobadors, 1998

Universal / Universal Music Division Mercury

6Un point essentiel est à souligner, que ce soit pour Massilia ou pour les Fabulous, il y a une nouvelle approche très intéressante de l’occitan : ce n’est plus un simple retour aux racines, c’est plutôt un exotisme. On pourrait aller plus loin en disant que ces appropriations de l’occitan par la musique sont un moyen de se démarquer, d’aller voir d’ailleurs pour mieux chanter la langue d’ici.

On the linha again

7On assiste donc à l’émergence de groupes musicaux qui choisissent délibérément de s’exprimer en occitan, moins par attachement à une culture ancestrale que par désir d’explorer un continent méconnu. Pour les chanteurs de Massilia et notamment l’un deux, Papet Jali, le choix de l’occitan entre dans « un refus de l’establishment ». La langue occitane est utilisée parce qu’elle est n’est pas la langue officielle justement, elle est en ce sens une langue de la contre-culture qui trouve sa place dans une expression musicale considérée comme engagée et « underground ». Autant dire que des années d’assimilation du provençal aux milieux réactionnaires et conservateurs sont ici balayées d’un revers de main (ou de micro). Pour Moussu T, l’autre chanteur et fondateur de Massilia, l’occitan est avant tout une culture active, une identité qui n’est pas subie mais qui est marquée par l’engagement et l’action de chacun. Ils appelleront d’ailleurs l’un de leurs albums Occitanista (Massilia, Occitanista, 2002) en écho au fameux Sandinista des Clash (The Clash, Sandinista ! 1980), clamant haut et fort que l’Occitanie n’est pas dans le sang mais dans l’action, le suffixe « ista » insistant sur cet aspect des choses. Massilia n’a pas peur des mots et aborde régulièrement la question de l’identité :

Ouvrons un grand débat, parlons d’identité, montrons à tous ces pébrons que nous savons ce que c’est, la Provence a des valeurs j’ai dit l’hospitalité, oublions le doute et la peur c’est de l’avant qu’il faut aller.

8Ainsi chante le groupe dans un titre évoquant le problème du vote Front national. Tout le discours est en fait puisé chez un penseur occitaniste, Felix Marcel Castan, qui a longuement travaillé sur la question de la décentralisation et a consacré plusieurs ouvrages à la notion de « pluralité culturelle française ». Massilia a samplé plusieurs de ses discours et utilise l’une de ses phrases comme fil conducteur de tout son travail : « Nous ne sommes pas le produit d’un sol mais celui de l’action que l’on y mène » (Castan, 1984).

Félix-Marcel Castan, Manifeste multiculturel (et anti-régionaliste)

Félix-Marcel Castan, Manifeste multiculturel (et anti-régionaliste)

Cocagne, 1984

9Le chanteur des Fabulous, Claude Sicre, est aussi très proche des idées de Castan. Il est de tous les chanteurs occitans contemporains celui qui a le plus théorisé sa musique et son travail artistique. Parallèlement à sa création musicale il a également créé le fameux forum des langues du monde qui se tient chaque année à Toulouse et un peu partout en Europe et dans le monde, basé sur un principe essentiel : toutes les langues sont mises sur un même pied d’égalité. Il n y a pas de sous-langue, de dialecte, de grande langue etc. toutes les langues sont égales puisque tous les hommes sont égaux. Ses chansons n’ont de cesse de défendre une même idée : la France est plurielle, l’occitan, le breton, le basque, les langues de l’immigration, ce n’est pas une affaire régionale, ce n’est pas l’affaire seulement des Bretons, des Basques, des Occitans mais bien l’affaire de tous, de toute la nation française. D’ailleurs, Claude Sicre est largement critiqué par de nombreux occitanistes qui l’accusent d’être un nationaliste français, alors qu’il se définit lui-même comme un anti-régionaliste et un anti-nationaliste. Sa vision est celle d’une ouverture sur les autres langues, l’occitan est perçu comme une langue qui ouvre les portes de la pluralité, qui, loin de nous refermer sur une attitude régionaliste, doit nous conduire à penser au pluriel, à écouter les autres et le monde dans sa complexité. Un autre élément clé de sa pensée est d’insister sur l’importance des œuvres d’art : la langue occitane, héritière des troubadours, doit créer des œuvres majeures, musicales, littéraires, pour participer au grand débat du monde. Par sa force créatrice, par sa riche histoire littéraire, par la vision décalée qu’elle apporte et par l’ampleur de sa place géographique (la moitié de l’espace français) elle peut également apporter beaucoup à la culture française, la décorseter, la régénérer.

10Pour ces deux groupes, qui sont véritablement à l’origine du mouvement musical occitan des vingt dernières années, l’emploi de l’occitan entre donc dans une réflexion globale qui dépasse la musique. Ils ont un discours et des références précises, leur travail est mûri et cohérent. Chanter et créer en occitan implique un nouveau regard sur la question de l’identité qui bouleverse les clichés habituels. Il est évident que bon nombre d’occitanistes ou tout simplement de sympathisants ou de personnes attachées à la langue d’oc ont été déroutés par ce mouvement. On peut d’ailleurs se demander si la philosophie de ces artistes a bien été comprise et reçue par le public. Un aspect est à souligner : d’albums en albums, ils ont amené de nouvelles personnes à s’intéresser à cette culture et ont finalement contribué au renouvellement des locuteurs d’une langue en perte de vitesse dans le cercle familial. Leur impact est loin d’être minime et une étude sur le rôle qu’ils ont joué serait intéressante à mener de façon détaillée. Quant à leur impact national, ces deux groupes font partie de ceux qui ont eu le plus d’écho dans la presse et les grandes radios, notons que le groupe Massilia Sound System a été nominé aux Victoires de la musique en 2003 dans la catégorie reggae, ragga, world music. Leur impact sur la vision que l’on se fait en France (mais aussi dans le monde) de la culture occitane n’est pas négligeable, notons aussi qu’un artiste brésilien de renommée internationale, Silverio Pessoa, a récemment sorti un album sur lequel il a invité des artistes occitans (Lou Seriol, Moussu T, Nux Vomica entre autres) pour évoquer les liens tissés avec son pays depuis les travaux des Fabulous (Silvério Pessoa, Collectiu encontros occitans, 2011).

New folklore

11Les Marseillais et les Toulousains sont les initiateurs de tout un mouvement, aujourd’hui ils sont devenus de véritables institutions ; les chanteurs de Massilia ont été décoré chevaliers de l’ordre des arts et des lettres, en 2002, pour leur travail en faveur de la culture marseillaise. Mais leur impact serait moindre s’ils n’avaient pas ouvert un chemin à de nombreux artistes très différents qui poursuivent cette aventure. Finalement, on pourrait dire qu’un nouveau folklore est né. Il ne s’agit pas d’une musique figée qui retrace avec fidélité une hypothétique tradition ancestrale mais plutôt une façon de penser et de concevoir la musique en évolution : le folklore est ici plus un réinvestissement de la culture et de l’identité occitane en mouvement plutôt qu’une recherche de l’authentique et de l’immuable. Faire appel à des musiques qui viennent d’ailleurs est donc un moyen de redynamiser et d’explorer sous un nouvel angle une culture millénaire. Prenons l’exemple d’un autre groupe marseillais Gacha Empega (Gacha Empega, Polyphonies marseillaises, 1998) qui est né dans le sillage de Massilia et des idées de Claude Sicre. Porté par Manu Théron qui aujourd’hui est une référence de la chanson occitane et méditerranéenne, ce groupe s’est emparé du répertoire traditionnel des chants provençaux. Ce sont des chants d’inspiration souvent religieuse, collectés au xixe siècle notamment par Damase Arbaud. Gacha Empega a repris ces chansons, en a modifié quelque peu les mélodies mais surtout le rythme en puisant dans les influences maghrébines et en utilisant le bendir (percussion nord-africaine) ou encore le pandeiro (tambourin brésilien, cité plus haut) que Sicre a récupéré pour les Fabulous. Mais la modification essentielle est l’interprétation polyphonique de ces chants. Manu Théron a quelque-part inventé la polyphonie occitane et a insufflé une énergie très méditerranéenne nourrie aux sources italiennes, corses, sardes, algériennes, etc. Il s’agit d’une musique qui est à l’écoute du lieu de vie des artistes : le quartier de la Plaine à Marseille, véritable lieu d’échange méditerranéen. Ces chansons populaires qui ne vivaient plus que dans des réseaux très folkloristes ont ici été dépoussiérées et remises en circulation ; aujourd’hui les versions de Gacha Empega sont chantées dans toute l’Occitanie et apparaissent comme un nouveau folklore, elles sont entrées dans le patrimoine occitan actuel. Manu Théron a ensuite poursuivi ce travail, avec Lo Còr de la Plana (Lo còr de la plana, Marcha !, 2012) par exemple qui est allé encore plus loin dans cette rencontre des rythmiques et des influences méditerranéennes, en amenant un effet de transe dans la chanson en langue d’oc qui n’existait pas ou plus en Occitanie. Citons dans cette même lignée le groupe féminin La mal coiffée qui s’inscrit dans cette nouvelle polyphonie occitane et apporte sa touche languedocienne et féminine dans cet univers (La mal coiffée, Òu los òmes !, 2011).

12Le parcours de Sam Karpiénia, autre chanteur de Gacha Empega, est aussi éloquent. Il s’est ensuite tourné vers un rock méditerranéen en occitan, porté par une vielle à roue électrique entêtante en créant le groupe Dupain qui chante principalement des textes à forte portée sociale et a puisé à pleine-main dans le répertoire des chansonniers ouvriers marseillais redécouverts par l’érudit Claude Barsotti (Dupain, L’usina, 2000). Dupain a connu une carrière nationale importante en tournant avec Zebda, Noir Désir ou encore Manu Chao. C’est un autre exemple de réinvestissement d’un patrimoine musical oublié, de façon moderne, avec audace et prise de risque.

13Ces travaux musicaux sont tous très réfléchis et construits, il ne s’agit pas de faire de la simple world music à la sauce occitane en saupoudrant la musique de petites influences exotiques pour satisfaire un marché du disque très friand de ce genre de montages hasardeux. À chaque fois l’influence musicale extérieure est intégrée, analysée, reprise et utilisée avec rigueur et respect. Il s’agit plus d’un dialogue entre ces influences jamaïcaines, méditerranéennes, américaines ou brésiliennes et la culture occitane. Le chanteur Moussu T emploie une image très concrète pour expliquer ce travail : à propos de Massilia il dit que la musique jamaïcaine est comme une voiture, cette voiture arrive à Marseille et au lieu de simplement s’en servir telle quelle, les artistes veulent savoir comment elle marche. Ils se mettent alors à la démonter, à trier les pièces, à analyser le mécanisme, à chercher à comprendre son fonctionnement avant de la remonter et de faire tourner le moteur à leur manière, avec leurs apports et leurs trouvailles. Ils inventent ainsi le reggae marseillais, ou le reggae à l’occitane. Il y a donc une longue réflexion et une grande écoute de ce que fait l’autre avant la réutilisation de ses influences. Ce travail sur l’apport extérieur se fait en parallèle avec une réflexion sur la matière occitane, à chaque fois les artistes confrontent les choses et vont puiser dans la culture d’oc pour atteindre à plus d’originalité, plus de pertinence dans leur discours. Les troubadours, les poètes, l’immense trésor littéraire mais aussi la richesse des chansons populaires, des musiques à danser, des textes sociaux, des instruments oubliés : tout cela représente un immense continent à explorer qui à son tour apporte de la nouveauté et de la fraîcheur aux influences extérieures convoquées. La musique occitane devient donc un espace d’expériences et de rencontres inédites. Faire de la musique occitane aujourd’hui c’est s’ouvrir totalement sur le monde, être à l’écoute des autres et de la pluralité : ouvrir des portes, lancer des ponts plus que de se replier et de chercher une identité éternelle et irréductible. Tout le mouvement musical des vingt dernières années propose la langue occitane comme outil d’ouverture et de compréhension du monde. Ces artistes posent avant tout la langue occitane comme interface, comme outil de dialogue.

14Voici donc une myriade d’artistes qui connaissent leur histoire, abordent une philosophie, se réfèrent à des penseurs, restent liés entre eux et avec le monde, dans une circulation d’idées, malgré des influences et des courants très différents. Tous contribuent à l’élaboration d’un univers musical qui semble être arrivé à maturité et est en mesure de dialoguer avec les autres musiques. Un univers qui est peut-être le principal porteur de culture occitane du xxie siècle, en tous cas l’outil essentiel de socialisation et d’oxygénation de cette langue, jusqu’alors largement portée par sa littérature.

Haut de page

Bibliographie

Castan Félix-Marcel, Manifeste multi-culturel et anti-régionaliste, Cocagne, 1984.

Sicre Claude, Vive l’Américke, Toulouse, Publisud, 1988.

Discographie

Massilia Sound System, Parla patois !, Rocker promocion, 1992.

IAM, Concept, Rocker promocion, 1990.

Fabulous Trobadors, Èra pas de faire, Rocker promocion, 1992.

Massilia Sound System, Occitanista, Wagram, 2002.

The Clash, Sandinista!, Columbia records, 1980.

Pessoa Silvério, Collectiu encontros occitans, Outro Brasil, 2011.

Gacha Empega, Polyphonies marseillaises, Empreinte digitale, 1998.

Lo còr de la plana, Marcha !, Buda music, 2012.

La mal coiffée, Òu los òmes !, L’autre distribution, 2011.

Dupain, L’Usina, Virgin, 2000.

Haut de page

Notes

1 Raggamufin : style musical né en Jamaïque dans les soirées dance-hall où des DJ’s improvisaient sur les faces B de leurs vinyles, dérivé du reggae auquel il emprunte les rythmiques saccadées, il se caractérise par un chant qui s’apparente aux scansions du rap, très rapide.

2 Flow : débit de paroles, la façon de poser le texte sur la musique, en rythme.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Parla Patois, Massilia Sound System, 1992
Crédits Adam, Wagram Music ‎–
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/375/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre On the Linha Imaginòt, Fabulous Trobadors, 1998
Crédits Universal / Universal Music Division Mercury
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/375/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Félix-Marcel Castan, Manifeste multiculturel (et anti-régionaliste)
Crédits Cocagne, 1984
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/375/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvan Chabaud, « Le chant en occitan, une expérience récente et originale de prise en main d’une culture et d’une langue  », Lengas [En ligne], 74 | 2013, mis en ligne le 10 décembre 2013, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://lengas.revues.org/375  ; DOI : 10.4000/lengas.375

Haut de page

Auteur

Sylvan Chabaud

Université Paul-Valéry Montpellier 3

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org