Navigation – Plan du site
Varia

L’algérianisation du français. Vous avez dit « sabir1 » ?

Ibtissem Chachou
p. 113-130

Texte intégral

  • 1 Je remercie le professeur Asselah Rahal Safia et Dr Sarah Leroy de leur relecture du texte, de leur (...)
  • 2 Mohamed Benrabah, Langue et pouvoir en Algérie. Histoire d’un traumatisme linguistique, Paris, Ségu (...)

Le français ne fait que se renforcer dans son caractère algérien2.

Introduction

  • 3 J’entends par algérianophones les locuteurs des langues du quotidien et de la création collective q (...)

1En considération de l’état de l’art en sociolinguistique algérienne, dire, aujourd’hui, que l’algérianisation du français est un processus énergiquement à l’œuvre, relève de la tautologie sinon du lieu commun. En effet, la dynamique sociolinguistique du français en Algérie, à l’implémentation de laquelle concourent les locuteurs et scripteurs algérianophones3, atteste de l’ancrage de cette langue parmi les emplois effectifs voire créatifs qui s’y développent au quotidien. Ils oscillent entre éclatement et métissage et transitent par l’intervalle des variations, elles mêmes intrinsèques au changement. Ce dernier n’en finit pas d’asseoir, toujours dans l’esprit de cette dynamique en cours, un travail d’acclimatation de la langue au contexte. Cette contextualisation procède du besoin pour le sujet de rendre compte d’un à-dire pour se dire différent en se disant différemment et/ou autrement, en conférant à sa parole des fonctionnalités et des nuances riches, diverses et variées.

  • 4 Selon la définition de Jean-Baptiste Marcellesi citée par Eliman (2004, 58) : « Nous appelons « sat (...)
  • 5 Ce néologisme s’applique aux textes possédant une ou plusieurs propriétés du slogan publicitaire, p (...)

2La présente contribution se subdivise en deux volets distincts mais non moins complémentaires. Le premier se rattache au phénomène, ayant cours en contexte universitaire algérien, de la satellisation diglossique4 des pratiques issues de l’entrecroisement des langues de la quotidienneté à savoir les langues algériennes et le français. Il s’agit de l’emploi de l’appellation : « Sabir ». Il traitera également de quelques aspects d’ordre sociodidactique. Quant au second, lui, il concernera quelques procédés créatifs que convoquent les locuteurs algériens dans leurs usages. Ils consistent en des pratiques mixtes qui, loin de se réduire à un phénomène de sabirisation de la langue — souvent synonyme d’incompétence —, témoigne d’une productivité inventive qui déborde le domaine du sens pour s’exercer sur celui de la signifiance. Ce qui s’apparente à de l’appropriation/algérianisation du français se donne à déceler, ici, au travers d’un corpus très limité d’emprunts, de sigles, de réalisations phrastiques à caractère sloganoïde5 et proverbial que je présenterai plus bas. Il s’agira de tenter de mettre en lumière la corrélation qui existerait entre l’aspect revendicatif de l’à-dire et celui créatif du dire, et de montrer la complexité et la richesse de telles pratiques apparentées à tort à du « sabir ».

« Sabir », une désignation épilangagière glottophage

3La désignation épilangagière que j’aborderai ici concerne l’arabe algérien mixé au français. Ce mixage linguistique est décrit comme étant « un sabir » non pas dans des discours ordinaires, mais dans certains discours dits scientifiques en contexte universitaire francophone en Algérie. Une dénomination qui me semble reconduire les présupposés d’une politique unilinguistique qui relève d’une représentation puriste et élitiste des phénomènes langagiers (Boyer 2008, 36). Cette représentation est la troisième d’une série de trois types mentionnés par Henri Boyer, les deux premières sont :

  1. La « représentation hiérarchique des langues historiques » (idem).

  2. La « représentation politico-administrative » (ibid.).

4Je pars du double fait, confortant quelque peu ma réflexion, que « la dénomination des langues interpelle le sociolinguiste car elle est affaire de représentations sociolinguistiques » (Boyer 1990 et 2003) et « porteuse d’enjeux concernant le statut des langues au sein des sociétés » (Tabouret-Keller 1997). Je me baserai sur ces deux axes complémentaires pour tenter de démontrer que les présupposés idéologiques qui sont reconduits et reproduits à la faveur de cette dénomination biaise d’une part, l’élaboration d’une réflexion théorique constructive sur le réel sociolinguistique algérien et que d’autre part, ils renforcent le préjugé de langue qui sous tend les catégorisations idéologiques, lesquelles participent d’un figement induisant une dimension infra-critique en matière de recherche. louis-jean Calvet parlait dans ce sens d’une sociolinguistique « qui tourne en rond » (Calvet, cité par Laroussi, 2002, 142). L’objectif est d’inviter à privilégier une réflexion critique autour de questions problématiques comme celles-ci au lieu d’insister sur ce qui est présenté souvent comme des curiosités linguistiques.

5En effet, l’alternance français-arabe algérien est vue par certains chercheurs comme étant la continuation de cette pratique qui date de la période coloniale : « nous avons souvent fait référence auparavant au sabir franco-arabe, car par mélange de codes, nous voulons parler bien sûr du mélange entre l’arabe et le français qui existe en fait, depuis l’arrivée des français en Algérie [...] après l’indépendance de l’Algérie, ce sabir franco arabe s’est maintenu » (Taleb Ibrahimi 1994, 115). Khaoula Taleb-Ibrahimi s’était auparavant interrogée sur cette alternance codique impliquant l’arabe algérien, les langues berbères et le français, en reprenant les distinctions opérées par Josiane Hamers et Michel Blanc (Hamers et Blanc 1983). La question était de savoir s’il nous fallait voir dans cette pratique l’indice d’une « expression de la compétence bilingue », ou bien celle d’une « alternance de codes d’incompétence ». Elle évoque la complexité et la variation des pratiques langagières de la société algérienne qui rendent difficile de déterminer de quel type d’alternance elles ressortent. Elle conclut, toutefois, qu’il est possible, en fonction des situations, de la faire correspondre aux deux types sus-cités dans la réalité algérienne.

  • 6 Claude Hagège rappelle à ce propos : « Les recherches confirment que le bilinguisme, en particulier (...)

6Cependant, l’emploi du terme sabir n’est pas sans renforcer l’hypothèse du recours au bilinguisme comme preuve d’incompétence6, d’autant plus que si l’on considère ce dernier du point de vue de sa définition comme un système rudimentaire et limité :

  • « [...] les sabirs sont des systèmes linguistiques réduits à quelques règles de combinaison à un vocabulaire limité » (Dubois 1994, 415).

  • « [...] une langue d’appoint, d’une structure mal caractérisée, d’un lexique limité aux besoins qui l’ont fait naître et qui en permettent la survie » (Martinet 1991,164).

  • « Il s’agit d’un parler composite, rudimentaire, limité à quelques règles grammaticales et à un vocabulaire déterminé » (Cuq 2003, 218).

  • « Les sabirs ont un lexique sommaire, limité à des besoins spécialisés, une morphologie invariante et une synthèse très simplifiée par rapport aux langues où ils puisent » (Mounin 1974, 251).

  • « Les sabirs ne sont jamais langue maternelle et s’apprennent lorsqu’en naît le besoin » (Mounin 1974, 251).

7En utilisant le terme « sabir », de quel réel linguistique, ayant cours dans quel pays, parle-t-on ?

  • 7 Voir Elimam 2003.

8Quand, à la faveur d’un processus d’évolution naturelle, des éléments d’une langue (A) s’intègrent à la vie d’une langue (B), c’est-à-dire à son système linguistique ; laquelle langue est de surcroît, consacrée par l’usage depuis des millénaires7, et dès lors que ces éléments ne sont plus perçus par ses locuteurs comme des xénismes, des pérégrénismes ou des emprunts non intégrés, peut-on toujours parler de « sabir », lequel ne devient jamais une langue maternelle ? Si l’on exceptait les langues du quotidien que sont l’arabe algérien et les langues berbères, et dans certains contextes, le français ; la question se pose de savoir si, hormis l’arabe institutionnel et le tamazight scolaire, il existe une autre langue à laquelle recourt l’ensemble des Algériens dans leurs pratiques de tous les jours pour communiquer entre eux ? La réponse est non. Le français algérianisé serait il un « sabir » ? La réponse ne peut être ici que négative.

9Même si, en nous basant sur le critère de l’intercompréhension, il nous est autorisé d’admettre que l’alternance, à l’époque coloniale, entre deux communautés ayant deux langues différentes peut être appelée « sabir », il serait pour le moins malaisé d’avancer que ce qui est parlé aujourd’hui au sein d’une même communauté linguistique, au sens fishmanien (Fishman 1971, 46-47) du concept, soit qualifié de sabir dans la mesure où ce critère de l’intercompréhension n’est plus valide. Ce besoin d’intercompréhension a commandé le recours à ce sabir au sens où le définit Georges Mounin, qui a consisté en cette « lingua franca des ports de la Méditerranée d’autrefois ; à côté d’éléments hétérogènes en petit nombre, une dominante de lexique italien et espagnol » (Mounin 1974, 251), tandis que ce qui est parlé aujourd’hui ne saurait être réduit à un code conjoncturel et artificiel à valeur instrumentaliste. Il ne sert pas à l’intercompréhension mais à la communication proprement dite au sens complexe du concept (Blanchet 2000, 100).

10Je poursuis, sur un plan sociodidactique, ma réflexion en m’intéressant à ce qui est présenté comme étant les causes de « la sabirisation de la langue » : « Nous observons depuis quelques années l’extension de la pratique de ce sabir parmi les jeunes issus de l’école algérienne, produit et conséquence de l’inadéquation de la pratique méthodologique de l’enseignement des langues, qui a fait de ces jeunes (élèves) des semilingues ne maîtrisant ni la langue arabe, ni la langue française » (Taleb-Ibrahimi 1994, 116-117). L’auteure de la citation évoque en référence l’étude d’El Hedi Saada qui emploie la notion de « semilinguisme » (Saada 1983,189-190) qui s’apparente à la sabirisation linguistique. Ce semilinguisme serait dû à l’échec de la mise en place d’un enseignement bilingue efficient. Cette notion renvoie aux « difficultés considérables des maîtrises des langues scolaires que rencontrent les élèves dans leur scolarisation » (Idem). Pour Saada, le semilinguisme consiste en un « défaut de maîtrise verbale des langues scolaires » dont la résultante est le « sabir linguistique et culturel entretenu par cette situation des langues scolaires qui évacuent de leur contenu à la fois parlé vivant et l’univers sémiotique du milieu... ». Les définitions semblent ici quelque peu inversées, car le concept de semilinguisme a été pour la première fois utilisé par le linguiste Hansegar et appliqué à des finlandais et suédois « qui ne maîtrisaient ni le finnois ou le same de leurs origines, ni le suédois de leur pays de résidence » (Hagège 1996, 262). Il s’agissait donc de sujets qui ne maîtrisaient pas leurs langues maternelles. Or, les apprenants algériens sont loin de pâtir de ce handicap linguistique. Les difficultés auxquelles ils sont confrontés résident plutôt dans la non-maîtrise des langues scolaires que sont l’arabe institutionnel et le français principalement.

  • 8 « La difficulté est que la sociolinguistique a hérité des sciences sociales des catégories et des d (...)

11Réduire les langues algériennes à des « sabirs », ne revient-il pas de fait, et ce, par le linguicide pouvoir de la dénomination à les charger négativement, en n’y voyant encore une fois — de trop — qu’une forme fautive et incorrecte qui ne serait pas digne d’accéder au statut de langue nationale et officielle. Si l’on s’en tient à cette appellation de « semilinguisme », ne le considère-t-on pas ainsi comme la somme des ratages de l’enseignement d’autres langues scolaires ? Ne serait-il pas plus approprié de considérer séparément les deux questions. Celle de l’échec de la maîtrise des langues scolaires, et celle de l’évolution des langues algériennes au contact d’autres langues ? Aborder la première sur les plans sociodidactique et psycholinguistique, et la seconde sur le plan sociolinguistique par exemple. Mais ; dans les deux cas, la dénomination apparaît comme inappropriée8.

12Le « sabir », si « sabir » persiste-t-on à employer, est à décrire au travers des productions écrites et/ou orales de ces apprenants. L’évaluation devrait avoir pour objet les langues de l’école. D’après Mohamed Miliani, ce qui est pratiqué en milieu scolaire, c’est « un sabir qui n’a plus rien de commun avec la langue cible, ni avec les phénomènes et processus qui affectent toute langue en contact avec d’autres (code-switching, code-mixing, emprunt, calque) » (Miliani 2002, 79). Outre son inadéquation théorique avec l’objet à saisir, cette idée du prolongement du « sabir » est doublement minorative car, d’une part elle stigmatise, en contexte scolaire, les apprenants eux-mêmes victimes d’un système éducatif défaillant, et d’autre part, en contexte social, elle perpétue voire appuie la dépréciation des langues maternelles des locuteurs algériens. Donc, s’il nous fallait reconsidérer le problème en termes de définition, nous privilégierions parler de « sabirisation de l’arabe institutionnel » et de « sabirisation du français ». Ce qui, du point de vue de la norme prescriptive de l’école, poserait pour les langues scolaires la question de la compétence, tandis que pour les langues premières, obéissant plus à une norme endogène et qui se caractériseraient par une alternance de compétence, la question engage à poser la problématique de la codification de l’arabe algérien et des langues berbères.

  • 9 La première remonte à l’application du schéma fergussonien à l’Algérie par William Marçais. Toutes (...)

13L’aspect limité et composite de ce qui s’apparente plus à un code d’intercompréhension qu’à une langue de communication, s’en trouve subsumé dans l’idée classificatrice d’un continuum où il y aurait une variété prestigieuse et une autre qui le serait moins, ce qui n’est pas sans rappeler le préjugé de la dégradation de la langue ou ce que Abderrahmane Ibn Khaldoun appelle « Fassadou llugha » (Ferrando 2002, 189) Cette tradition puriste se voit reconduite à la faveur de nombreuses classifications9 où l’on parvient à identifier le phénomène de la sélection-légitimation des faits de langue. Quoique théoriques et produites en milieux universitaires, ces catégorisations ne contribuent pas moins à la réification et à la consolidation des positions politiques en la matière. D’ailleurs, à regarder de près, les mêmes hiérarchisations sont reproduites, ce sont uniquement les désignations scientifiques qui diffèrent. Une certaine attitude d’irréflexion épistémologique par rapport aux impératifs et aux spécificités du terrain maghrébin semble favoriser l’adoption de tels classements.

14J’ai évoqué, par ailleurs (Chachou 2009), l’aspect sociodidactique de la non-maîtrise des langues scolaires en axant mon intérêt sur l’incontournable maîtrise des langues maternelles qui conditionne l’apprentissage efficient des langues scolaires. J’ai tenté de démontrer à partir d’une série de textes de loi que « c’est justement au moment où l’enfant commence à maîtriser sa langue maternelle que l’entreprise de déstructuration/substitution compte se mettre en place. Or, les linguistes ont montré qu’il est essentiel, pour une acquisition correcte de la deuxième langue dans un contexte d’immersion, que l’enfant possède [...] une bonne compétence dans sa langue maternelle » (Hagège 1996, 118). En contexte polyglossique comme le contexte algérien, caractérisé par une domination linguistique, le plurilinguisme ne peut se présenter que comme dominant. Un tel plurilinguisme étatique ne peut, sur le plan individuel, que s’accompagner d’un trilinguisme soustractif, « qui ne permet pas le plein développement de l’individu » (Dubois 1994, 439). En Algérie, il concerne les langues scolaires. Il s’agit d’un « demilinguisme » (Miliani 2002, 94) relatif à la non-maîtrise de l’arabe institutionnel et du français, une sorte de « sabirisation » qui loin de s’apparenter à une norme endogène, témoigne d’un « trilinguisme d’incompétence » (Chachou 2009). La compétence en langue maternelle s’exprime néanmoins en « une créativité prospective » (Moatassim 1992, 134) qui atteste d’« un multilinguisme éclaté » au sens où le définit Ahmed Moatassim, laquelle se développe à côté, et non pas à cause, d’un « analphabétisme bilingue » (Moatassim 2006, 97). Je reprends à mon compte le développement de Khaoula Taleb-Ibrahimi sur la notion d’alternance-continuum pour la situer ici au niveau des usages et non plus au niveau du système.

15Les langues scolaires semblent ainsi trouver dans la rue ce qu’on leur interdit de rencontrer à l’école, c’est-à-dire les langues algériennes qui y sont stigmatisées. Des éléments appartenant aux langues secondes se trouvent ainsi adoptés et adaptés au système premier du locuteur, c’est-à-dire à son réel socio-langagier. Cette phase d’adaptation consiste en un processus de socialisation de ces langues qui vont être ramenées et rattachées à son ancrage familial et sociologique. L’absence d’une politique d’aménagement linguistique impliquant des actions de standardisation et de normalisation qui réguleraient l’usage des langues algériennes, favorisent, cependant, une grande créativité en langues maternelles, résultat d’un éclatement souvent exutoire et libertaire.

16En sus des exigences expressives qui se font sentir, dont la nécessité de représenter linguistiquement un environnement en perpétuelle évolution technologique, cette inventivité ne traduit pas moins une volonté du sujet de dominer la langue dominante ou présente, de se l’approprier différemment en la ramenant aux mécanismes linguistiques ou culturels de son modèle ou de ses modèles linguistico-culturels initiaux. Elle a lieu principalement par le biais de l’emprunt et des alternances codiques qui « tendent à devenir le moyen d’expression ordinaire d’un nombre croissant de bilingues », ce mixage « participe de cet éclatement des barrières entre français et langues en contact » (Queffélec 2000), ainsi que l’attestent ces quelques exemples que j’ai relevés dans des conversations ordinaires, anodines, dans les transports en commun, dans mon entourage immédiat, dans des commerces, etc. Je les présenterai ci-dessous. Il suffit de prêter l’oreille pour les repérer. Il s’agit d’un type de saisie des données aléatoires. Parfois, j’ai moi-même sollicité des informations auprès de sujets jeunes en leur expliquant l’objet de mon travail, à savoir l’usage créatif du français en Algérie. Ils se sont prêtés de bonne grâce à cette collaboration.

17Dans cette perspective, la sociolinguiste algérienne Asselah-Rahal safia relève qu’« il y a un usage alternatif des langues que sont le français et l’arabe, usage qui s’explique par certaines visées pragmatiques telles que ordonner, insulter, ironiser, tourner en dérision » (Asselah-Rahal 2001). Elle range leurs auteurs dans la catégorie de « francophones occasionnels ». Les deux dernières visées que cite notre auteure à savoir la dérision et l’ironie, m’intéressent particulièrement dans la mesure où l’aspect créatif ne se départit que rarement de l’aspect revendicatif et affirmatif qui en constitue souvent l’autre versant. Car vouloir dire et se dire autrement ne correspond pas moins à un vouloir être identitaire qui diffère quand il ne s’oppose pas. Sur le plan de l’expression, les pratiques mixtes dépassent le stade de la simple intercompréhension et servent à libérer la parole des sujets algériens. Elles ne se caractérisent ni par le caractère rudimentaire du « sabir », ni par l’aspect fautif et handicapant du « semilinguisme ».

18Je choisis ici de mettre l’accent sur l’aspect processif de l’à-dire et celui créatif du dire ainsi qu’annoncé plus haut.

La sur/nomination

19Dans le cadre de l’emprunt, j’ai relevé le cas des surnoms que les sujets utilisent pour rebaptiser des marques de voitures étrangères. Elles sont renommées différemment, on peut même parler de métonymie ou de projections anthropomorphiques dans la mesure où la re/nomination algérienne humanise souvent l’objet en lui attribuant des noms de personnes ou d’animaux. Ils sont dé/baptisés re/baptisés contrairement à d’autres dénominations qui, dans les segments mixtes, fonctionnent comme des adjectifs épithètes qui servent à qualifier l’objet et surtout à le caractériser pour l’identifier sur un marché où abondent nombre de type de véhicules, la « surnomination » (Galand 1960, 58-89) peut avoir dans ce cas une valeur d’identification.

20a-1. Maruti → [muɜalima] → [mart šix].
a-2. Atos → [sidi sidi].

21Elles sont respectivement appelées [muɜalima], [mart šix] et [sidi sidi]. Equivalents d’« institutrice » d’« épouse de l’enseignant » et de « maître, maître ». Ces voitures ne semblent pas avoir usurpées leurs appellations, car elles sont ainsi re/nommées en relation avec leurs acquéreurs potentiels qui, il y a peu d’années, se sont comptés en majorité parmi les enseignants des cycles de l’enseignement primaire, moyen et secondaire. Leur situation socioprofessionnelle s’étant quelque peu améliorée ces dernières années grâce à des augmentations salariales. Ils ont dès lors pu acquérir des véhicules neufs. Un modeste prestige mais un prestige néanmoins terni par leurs prix/qualité qui étaient les plus abordables sinon les plus bas sur le marché de l’automobile.

  • 10 Voir les avis des lycéens sur les forums de discussion lors de la grève de 2008 menée par eux.

22On parlera dans ce cas de métonymie dans la mesure où la re/nomination du produit est déplacée sur son acquéreur, ce qui induit la translation des noms déposés en noms substantifs. Ces derniers désignent des êtres animés. La nouvelle nomination sert moins à fonctionner comme une désignation qu’à désigner une fonction. Celle d’enseignant. Il figure dans mes exemples, tantôt comme un nom substantif, tantôt comme un complément d’attribution. L’emploi du procédé de la métonymie, opérant une restriction de sens et focalisant sur l’enseignant est mue par la volonté de ridiculiser ce dernier. Attitude derrière laquelle l’on décèle l’intention caustique présidant à ce jeu d’association ayant conduit à cet emploi. L’enseignant représentant d’une certaine autorité morale et institutionnelle, devient ainsi une cible pour es jeunes en manque de souffre-douleur pour exprimer leur rébellion10 contre un système éducatif critiqué.

Les réalisations phrastiques à caractère sloganoïde

23a- [mestġalim võetsǝt lmɛkla w skɛt] → Mostaganem 27, on y mange et on se tait.

  • 11 Nous retrouvons des traces de cette thématique dans les poésies du genre Melhoun du poète mostagané (...)

24Cette pratique ne relève pas moins d’une tradition parémiologique bien ancrée dans le discours des maghrébins, mais cette dernière, plutôt conservatrice, n’admet que très rarement des termes en français. On décèle dans l’énoncé (1) une critique d’un comportement social collectif. Un texte qui n’est pas sans rappeler le dicton satirique de Sidi Ahmed Benyoussef : [lmestġǎlmija mtalɜin əl belġa ɜla həs əl mədġa] ou « les Mostaganémois pressent le pas à l’approche du (ou des) repas ». Mais, il traduit aussi la dénonciation virulente d’une certaine passivité dont feraient preuve les Mostaganémois dès lors qu’il est question de s’opposer à des injustices, d’autant plus que si celles-ci sont commises par des non Mostaganémois11 ou des étrangers à la ville, un discours du reste de plus en plus circulant (Chachou 2008).

  • 12 Pour nous, il constitue un indicateur attestant de la contemporanéité de la production.

25Les propriétés linguistiques de cette expression idiomatique s’apparentent à celles du proverbe. Sur le plan linguistique, je dénombre le caractère court de l’énoncé, sa structuration binaire, le nombre voisin des syllabes propres à chaque segment, la symétrie sémantique voire métonymique des deux parties et la rime. En effet, l’originalité dans ce texte est le numéro de l’indicatif de la wilaya de Mostaganem (27). Il est produit en français. Il rime avec le lexème [skt] qui veut dire « silence ». Ce chiffre relève d’un usage alternatif chez les Algériens dont certains produisent souvent les chiffres en français. Son emploi laisse suggérer un rapport d’inférence impliquant un aspect de l’identité de la ville, un marqueur12 d’appartenance (silence), synonyme de soumission et de lâcheté. Cependant, sur le plan énonciatif, le caractère sloganoïde prend le pas sur le caractère proverbial car, quand bien même l’énoncé en question jouit de la valeur pragmatique du proverbe, n’accèdent au sens qui y est véhiculé que les sujets partageant des connaissances sur l’éthos mostaganémois, du moins tel qu’il est décrit dans les discours satiriques et critiques dont certains sont reproduits en bas de page.

26b- [mobilis ahdar w qis] → (Mobilis, parle puis jette).

27Dans cet énoncé, l’influence du slogan est plus explicite dans la mesure où l’objet auquel réfère le texte est un opérateur de téléphonie mobile algérien qui a décidé d’une baisse du prix de la puce téléphonique et de sa réduction à 200 DA. Elle contient par ailleurs un crédit initial de communication pour le même prix. Face à cette offre, les usagers se sont empressés de se procurer des puces dont ils se sont servis uniquement l’espace d’une communication, d’où la formulation ironique qui s’est répandue dans la région Ouest du pays et qui a insisté, non sans l’avoir énoncé dans un moule proverbial et sous le mode de la vérité générale, sur le caractère jetable du produit.

28L’énonciation dans cette création idiomatique s’appuie sur l’exploitation simultanée de deux procédés que sont la captation et la subversion (Maingueneau 2007, 152-153). Le premier consiste en « la captation du genre », ici sloganoïde et/ou proverbial, pour réussir l’énonciation et obtenir l’adhésion de l’autre. Elle s’appuie ici sur leurs valeurs perlocutoires pour procéder à la disqualification de la marque. Il s’agit presque de la construction d’un contre discours qui a lieu par la parodie du genre publicitaire, une parodie qui, sur le plan structurel, repose sur des caractéristiques propres au genre que sont, entre autres, l’aspect rythmique et rimique, le nom de la marque et l’emploi de l’impératif. Le second procédé, est celui de la subversion. En subvertissant le genre du discours, censé valorisé le produit comme c’est le cas dans la tradition publicitaire, le créateur/utilisateur vise non seulement à disqualifier la marque, mais à détourner également l’autorité de parole sloganoïde de l’annonceur publicitaire pour le tourner en dérision. Cette subversion va même jusqu’à suggérer une auto dérision à laquelle le créateur pourrait faire croire, car ce dernier se substitue à l’annonceur uniquement sur le plan discursif, mais il préserve la structure qui demeure celle du slogan, genre propre aux créatifs.

Exemples de locutions figées/défigées

  • 13 Elimam (2004, 28) : « Le locuteur exo glossique voit son histoire décharnée, sa toponymie rebaptisé (...)
  • 14 Dans le sens où l’entend Lafont (2004).

29Procéder au défigement des locutions relève de ces détournements extraphrastiques auxquels les sujets algériens recourent dans leurs pratiques de tous les jours. Ils dénotent chez eux une conscience stylistique assez soutenue. Leur actualisation s’origine dans la nécessité d’en régler le sens pour en expérimenter la signifiance sur un marché où les pratiques linguistiques tendent à se faire le lieu de l’inscription symbolique d’un « je » exoglosse13, souvent en mal d’expression mais non moins lieu de compensation14. Yasmina Cherrad-Benchefra parle à ce propos « d’une réglementation proprement locale, par une réadaptation de cette langue dans ses fonctions et dans sa possession selon des références et usages algériens » (Cherrad-Benchefra 2002, 128). Mais l’effet inverse est à relever en arabe algérien également, puisque le processus fonctionne dans les deux sens, dans les deux langues. Si pour le français, Chériguen Foudil évoque une forme de résistance au changement (Chériguen 2008,21), cette dernière ne va pas sans son corollaire à savoir le changement qui né souvent du besoin de se démarquer et qui peut être exercé par l’emploi des composantes de la langue (A) dans la langue (B) et inversement. La re/contextualisation de l’élément local va de pair avec une volonté de dé/re/contextualisation, ainsi que nous le verrons au travers de l’emprunt lexical reproduit plus bas et qui se double d’un néologisme de sens qui « consiste à employer un signifiant existant déjà dans la langue considérée en lui conférant un contenu qu’il n’avait pas jusqu’alors » (Dubois 1994, 322). L’élément que j’exposerai ici relève des termes techniques. Ce sont des éléments de la culture matérielle qui n’ont pas manqué d’être détournés afin de dire quelques éléments de la culture immatérielle du Maghreb, et que l’on retrouve dans ces deux expressions :

  1. [darbuk b lazɛr waɜər] → « Il t’ont atteint avec un laser de tonnerre ».

  2. [darbɛtni b flaš] → « Elle m’a atteint avec un flash ».

30J’ai opté pour une traduction imagée pour mieux faire ressortir le sens attribué aux deux termes « laser » et « flash » dans les énoncés figurant ci-dessus. Ils semblent renvoyer à un élément qui sert à attaquer l’autre et à lui porter préjudice, volontairement ou non. Il s’agit en fait du « mauvais œil ». Il est ressenti comme une agression soudaine mais qui se présente comme quelque peu atténuée pour celui qui s’en pense victime vu son caractère involontaire. Ici, les deux termes relevant du domaine des technologies médicale et industrielle servent à dire la modernité en prenant en charge un contenu traditionnel. Notons que, hormis les personnes âgées et certaines autres qui emploient le terme algérien [3ajn], substantif qui veut dire « œil », mais qui extensivement renvoie au « mauvais œil », l’emploi des mots « laser » et « flash » est très courant et quand bien même certains ne l’utilisent pas dans des contextes comme ceux qu’offrent nos énoncés, la signification demeure aisément saisissable. L’usage est là aussi alternatif qui varie entre la réalisation linguistique et stylistique.

31Ces termes nouveaux se chargent d’actualiser la signification véhiculée dans ces locutions, de les dire de manière ludique. On peut même évoquer une certaine expression de la densité dans la mesure où le « mauvais œil » opère comme un « laser » ou comme un « flash ». Il s’agit de rendre visible ce qui n’est pas perceptible à l’œil nu à savoir la production de l’action. Preuve en est que ces expressions s’accompagnent parfois d’un geste de la main allant de gauche à droite et où le doigt pointé exprime la rapidité du tracé voire son degré d’efficacité et l’imminence de sa fatalité.

La siglaison/re/siglaison

32Le dernier cas que j’exposerai ici est celui de la re/siglaison des sigles épelés, celle des noms d’entreprises algériennes revisitées par les locuteurs/créateurs, et qui relève d’une fonction ludique à tonalité caustique. Il s’est agi de garder les mêmes initiales, c’est-à-dire la même abréviation, et de modifier uniquement les termes qui sont un mixage d’arabe algérien, de français et d’emprunts à ce dernier. La valeur des sigles ne réside dès lors plus dans la création qui a mené à l’abréviation, mais dans le procédé ingénieux de la subversion, consistant à invertir ses composantes pour faire émerger un sens nouveau, moqueur et dénonciateur de certaines réalités mal vécues en Algérie. Mohamed Miliani avance dans ce sens que « cette créativité linguistique est due au besoin d’exister, de se dire, car les jeunes se sentant marginalisés par l’état, par le système éducatif ou par leur environnement familial, se créent un monde à part » (Miliani 2002, 93). Ainsi que le montrent la re/nomination des voitures acquises par des enseignants, par l’exploitation des moules proverbiaux et sloganoïdes afin de dire le comportement jugé condamnable de certaines gens en société, et par la raillerie dévalorisante des produits étatiques.

  • 15 Notons cependant que l’anarchie décrite plus haut découlait du monopole de l’état sur les transport (...)

33Ainsi pour la SNTV (Société Nationale du Transport des Voyageurs), nous obtenons selon l’interprétation des sujets [sote nǝgǝz tǝbǝɜ vwajaji], expression équivalente en français de « Sautez (emprunt au français), Sautez (en arabe algérien), Suivez, Voyagez) ». Je fais remarquer que les premier et dernier termes sont des emprunts au français. Il s’agit des verbes sauter et voyager. Les deux autres termes sont en arabe algérien dans le texte original. La relecture de l’abréviation renvoie à l’effort et aux prouesses auxquels doit s’astreindre le voyageur, usager de ses transports, pour pouvoir trouver une locomotion et effectuer son voyage. Ces efforts éreintants sont traduits par un enchaînement linguistiquement hybride de verbes d’action : sauter, suivre et voyager, lesquels font également état d’une anarchie dans l’organisation du transport15 et dont la responsabilité incombe à la société dont les sigles ont été détournés pour la moquer. Le nom de l’entreprise, censée présenter des prestations de service devant assurer le confort du voyageur, s’en trouve de facto subverti en termes abrégés de corvées. Aussi, le détournement concernera la parole légitime, celle officielle et étatique qui se trouve contestée et parodiée.

  • 16 Les deux derniers exemples se trouvent également sur les pages Facebook crées par les algérianophon (...)

34Le deuxième exemple est assez intéressant, car il est relu et/ou réinterprété entièrement en français. C’est le sigle RSTA, abréviation de l’entreprise (Réseaux et Sociétés des Transports Algériens) qui, livré à la créativité des locuteurs, donnera « Restez Sur le Trottoir et Attendez ». Une manière pour eux d’ironiser sur les retards importants accusés par les transports publics. Il est à noter que la relecture des deux sigles convoque la fonction conative de par l’emploi de l’injonction. Leurs valeurs perlocutoire et pragmatique s’en trouvent renforcées. Ce mécanisme de création n’est pas nouveau, il a été attesté dans les pratiques par Mohamed Benrabah concernant le sigle JSK (Jeunesse Sportive de Kabylie), que les locuteurs avaient traduit par « Je Suis Kabyle ». Il fut remplacé par JET qui a donné à son tour lieu à la lecture « Jugurtha Existe Toujours » (Benrabah 1999, 259). Une sur/affirmation qui est intervenue suite à la décision politique visant à occulter le qualificatif « kabyle » jugé peut être un peu trop connotatif d’une appartenance fortement revendiquée. Ce procédé semble encore opérant ainsi que le prouve le sigle LMD (Licence, Master, Doctorat) que des étudiants de l’université de Bejaïa réalisent « Laissez-Moi Dormir » ou encore « BAC » pour dire « Bienvenus Au Chômage16 ».

Notes conclusives

35Le caractère algérianisant du français parlé et écrit en Algérie évolue sans cesse et est amené à se forger davantage rapidement eu égard à un environnement où les besoins en expression se jaugent presque à l’aune des avancées technologiques médiées par un arsenal médiatique à visée tant économique que symbolique. Souvent baptisées dans leur « langues de fabrique », comme les noms de marques, de voitures ainsi que les termes techniques, elles investissent régulièrement le marché algérien et s’y voient sujettes à des exercices de style inspirés grâce à des normes endogènes d’usage qui autorisent la flexibilité, une sorte d’auto-éco-normativité (Blanchet 2000, 125) qui favorise à son tour la créativité voire l’ingéniosité dont font montre les sujets algériens ainsi que le confirment les exemples exposés plus haut. C’est la diversité des procédés utilisés qui attestent des compétences linguistique, parémiologique et sloganoïde des sujets algérianophones. Ils se comptent par centaines comme le révèlent chaque année l’amplitude des mémoires, des thèses et les diverses recherches menées en sciences du langage.

36La pratique de cette discipline nous semble néanmoins confrontée au problème de l’irréflexivité en ce sens que l’élaboration d’une réflexion ontologique (Heller 2002, 18) et épistémologique autour de la description des faits de langue se heurte, en Algérie, à des positionnements théoriques parfois réifiés et élitistes. C’est le cas de la désignation glottophage sabir dont l’usage participe de la stigmatisation des pratiques alternatives, créatives et effectives des jeunes algériens, pour ne prendre que cette tranche d’âge. D’où la nécessité de doter la sociolinguistique algérienne de fonctions critiques et épistémologiques à même d’en conditionner l’efficacité dans les pays maghrébins où ces questions continuent d’être innervées du poids de l’idéologie, à telle enseigne que se risquer à les aborder expose le chercheur, aussi objectif se garde-t-il à l’être, à se voir taxé d’impartial. Mais là aussi, l’irréflexion ne va pas sans favoriser des catégorisations par trop faciles.

Haut de page

Bibliographie

Abi-Ayad, Ahmed, 1999, « La langue espagnole et les aspects d’interculturalité hispano-maghrébins », Revue Insaniyat : Maghreb, culture, altérité, no 9, septembre-décembre, Oran, C.R.A.S.C., 45-53.

Asselah-Rahal, Safia, 2001, « Le français en Algérie. Mythe ou réalité ? », Communication proposée lors du ixe sommet de la francophonie, Éthique et nouvelles technologies : l’appropriation des savoirs en question, 25 et 26 septembre, Beyrouth.

Benrabah, Mohamed, 1999, Langue et pouvoir en Algérie. Histoire d’un traumatisme linguistique, Paris, Séguier.

Blanchet, Philippe, 2000, La linguistique de terrain, méthode et théorie. Une approche ethno sociolinguistique, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Boyer, Henri, 2008, Langue et identité sur le nationalisme linguistique, Limoges, Lambert-Lucas.

Bourdieu, Pierre, 1983, « Vous avez dit “populaire” ? », Actes de la recherche en sciences sociales, 46, 98-105.

Calvet, Louis-Jean, 1974, Linguistique et colonialisme, petit traité de glottophagie, Paris, Payot.

Chachou, Ibtissem, 2008, « L’auto désignation et l’hétéro désignation comme procédés langagiers de ségrégation urbaine. Cas de la ville algérienne de Mostaganem », Communication présentée à la journée d’étude en microsociolinguistique organisée le 13 avril 2008 à l’Université de Mostaganem.

Chachou, Ibtissem, 2009, « De l’occultation des repères sociolinguistiques dans la conception des finalités éducatives : L’école algérienne à l’épreuve de la déconstruction identitaire », Communication proposée au Colloque international sur la construction identitaire à l’école, Université Montpellier 2.

Chériguen, Foudil, 2008, Essais de sémiotique du nom propre et du texte, Alger, O.P.U.

Cherrad-Benchefra, Yasmina, 2002, « Paroles d’étudiants », Insaniyat n17-18, Oran, C.R.A.S.C., 111-128.

Cuq, Jean-Pierre (éd.), 2003, Dictionnaire de didactique du français langue étrangère et seconde, Paris : Jean Pencreac’h, C.L.E. International, S.E.J.E.R.

Dellai, Ahmed-Amine (dir.), 2006, « Gens de Mostaganem, poème satirique de Abdelkader Bettobdji », Revue Turath, le Melhoun : Textes et documents, Oran, C.R.A.S.C., 55-57.

Dubois Jean, Giacomo Mathée, Guespin Louis, Marcellesi Christiane, Marcellesi Jean-Baptiste & Mével Jean-Pierre, 1994, Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Paris, Larousse.

Elimam, Abdou, 2004, Langues maternelles et citoyenneté en Algérie, Oran, Dar El Gharb.

Elimam, Abdou, 2003, Le maghribi, alias ed-daridja (La langue consensuelle du Maghreb), Oran, Dar El Gharb.

Ferrando, Ignacio, 2002, « L’arabe andalou et la classification des dialectes néo-arabes », Aspects of the dialects of arabic today, proceedings of the 4th conference of the international arabic dialectology association (AIDA), Marrakesh, avril 2000, 189-200.

Fishman, Joshua, 1971, Sociolinguistique, Paris, Nathan- Labor.

Gadet, Françoise, 2007, La variation sociale en français, Paris, Ophrys.

Galand, Lionel, 1960, « Afrique du Nord et Sahara », Revue internationale d’onomastique, n12, Paris, 85-88.

Hagège, Claude, 1996, L’enfant aux deux langues, Paris, Odile- Jacob.

Heller, Monica, 2002, Éléments d’une sociolinguistique critique, Paris, Éditions Didier.

Lafont, Robert, 2004, L’être de langage, pour une anthropologie linguistique, Limoges, Lambert-Lucas.

Laroussi, Foued, 2002, « La diglossie arabe revisitée. Quelques réflexions à propos de la situation tunisienne », Revue Insaniyat, no 17-18, mai-décembre, Oran, C.R.A.S.C., 129-153.

Maingueneau, Dominique 2007, Analyser les textes de la communication, 2e édition entièrement revue et augmentée, Paris, Armand Colin.

Moatassim, Ahmed, 1992, Arabisation et langue française au Maghreb, Paris, Éditions Tiers Monde.

Moatassim, Ahmed, 2006, Langages du Maghreb face aux enjeux euro-méditerranéens, Paris, L’Harmattan, coll. « Histoire et perspectives méditerranéennes ».

Queffélec, Ambroise, 2002, « Emprunt ou xénisme : les apories d’une dichotomie introuvable ? Contact de langues et identités culturelles », Actualités scientifiques A.U.F., Les Presses de l’Université de Laval, 283-300.

Miliani, Mohamed, 2002, « Le français dans les écrits des lycéens : langue étrangère ou sabir ? », Insaniyat, no 17-18, Oran, C.R.A.S.C., 79-95.

Saada, El Hadi, 1983, Les langues de l’école. Bilinguisme inégal dans l’école algérienne, Berne, Peter Lang.

Taleb, Ibrahimi Khaoula, 1994, Les Algériens et leur(s) langue(s), Alger, Dar El Hikma.

Haut de page

Notes

1 Je remercie le professeur Asselah Rahal Safia et Dr Sarah Leroy de leur relecture du texte, de leurs orientations et indications qui ont contribué à l’améliorer. Je remercie le jeune Mohamed, mon informateur algérois, pour les précieuses informations qu’il m’a fournies.

2 Mohamed Benrabah, Langue et pouvoir en Algérie. Histoire d’un traumatisme linguistique, Paris, Séguier, 1999, 178.

3 J’entends par algérianophones les locuteurs des langues du quotidien et de la création collective que sont l’arabe algérien, les langues berbères, le français dans certains contextes et les usages alternatifs les impliquant.

4 Selon la définition de Jean-Baptiste Marcellesi citée par Eliman (2004, 58) : « Nous appelons « satellisation » le phénomène par lequel l’idéologie dominante tend à « rattacher » un système linguistique à un autre auquel on le compare et dont on affirme qu’il est une « déformation » ou une forme « subordonnée » ».

5 Ce néologisme s’applique aux textes possédant une ou plusieurs propriétés du slogan publicitaire, politique, sportif ou autre.

6 Claude Hagège rappelle à ce propos : « Les recherches confirment que le bilinguisme, en particulier à code alterné, loin de n’être que l’addition incarnée de deux unilingues [...] s’accroît au fur et à mesure de l’apprentissage. L’alternance des codes doit même être tenue pour l’indice d’une haute compétence communicative dans chacune des deux langues » (Hagège 1996).

7 Voir Elimam 2003.

8 « La difficulté est que la sociolinguistique a hérité des sciences sociales des catégories et des définitions qui n’ont pas été construites dans la perspective d’une investigation du langage » (Gadet 2007, 89). Voir également Bourdieu (1983) et Calvet (1974). S’ajoute à toutes ces remarques critiques, pour le cas précis de mon sujet, le rôle qu’a eu l’ethnographie coloniale dans la perpétuation de telles catégorisations.

9 La première remonte à l’application du schéma fergussonien à l’Algérie par William Marçais. Toutes celles qui s’en sont suivies ont reconduit les mêmes classifications hiérarchisantes.

10 Voir les avis des lycéens sur les forums de discussion lors de la grève de 2008 menée par eux.

11 Nous retrouvons des traces de cette thématique dans les poésies du genre Melhoun du poète mostaganémois Cheikh Bettobdji abdelkader, et dans les blasons attribués à Cheikh Abderrahmane El Medjdoub. S’y trouvent dénoncé notamment le fait que des étrangers à la ville jouissent de privilèges qui reviendraient de droit aux habitants du lieu, lesquels seraient marginalisés. Pour le premier ; voir Dellai 2006, 57. Quant au blason de Cheikh El Medjdoub, en voici une variante : « Mestghalim meteltha melfouf, El Barani yakul u Ould lbld ychouf », (« Mostaganem est semblable à une brochette de foie, l’étranger mange quand l’enfant du pays se contente de la regarder »).

12 Pour nous, il constitue un indicateur attestant de la contemporanéité de la production.

13 Elimam (2004, 28) : « Le locuteur exo glossique voit son histoire décharnée, sa toponymie rebaptisée, sa généalogie désarticulée... ».

14 Dans le sens où l’entend Lafont (2004).

15 Notons cependant que l’anarchie décrite plus haut découlait du monopole de l’état sur les transports, ce qui n’est plus le cas depuis quelques années.

16 Les deux derniers exemples se trouvent également sur les pages Facebook crées par les algérianophones. Je renvoie au groupe « Humour et amour à Mosta », (consulté le 18/10/2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ibtissem Chachou, « L’algérianisation du français. Vous avez dit « sabir » ? », Lengas, 70 | 2011, 113-130.

Référence électronique

Ibtissem Chachou, « L’algérianisation du français. Vous avez dit « sabir » ? », Lengas [En ligne], 70 | 2011, mis en ligne le 25 avril 2014, consulté le 29 juillet 2017. URL : http://lengas.revues.org/379  ; DOI : 10.4000/lengas.379

Haut de page

Auteur

Ibtissem Chachou

Université de Mostaganem.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org