Navigation – Plan du site

Sully-André Peyre à Max Rouquette. Une correspondance (1938-19451)

Philippe Gardy
p. 7-92

Texte intégral

  • 1 Cette correspondance comprend également une lettre de Sully-André Peyre à René Nelli (ici lettre no (...)
  • 2 Ses premiers poèmes en occitan publiés l’ont été dans la même revue ÒC, en 1931.

1Pendant quelques années, entre 1938 et 1945, deux écrivains d’oc parmi les plus reconnus du xxe siècle ont échangé une correspondance suivie. Le premier, Sully-André Peyre (1890-1961), faisait figure, à la fin des années trente, de maître de la poésie provençale. Il avait à cette date publié un important volume de poésies en trois langues (français, provençal, anglais) et assurait la direction d’une revue littéraire qu’il avait lui-même créée en 1921, Marsyas. Max Rouquette, lui, venait de publier, en 1937, à l’âge de 29 ans, son premier recueil poétique, Los somnis dau matin, sans traduction française, dans la collection « Frédéric Mistral » de la Société d’études occitanes. Cette publication, avec celle, quelques années auparavant (1934), de la suite en prose intitulée Secret de l’erba (un tiré-à-part de la revue ÒC), faisait de lui l’un des espoirs, aux côtés de René Nelli2, de la « nouvelle littérature d’oc », réunie autour de la revue du même nom.

2Ce sont ces deux publications, et d’abord la plus récente, qui semblent avoir été à l’origine de la rencontre, poétique et intellectuelle, entre les deux écrivains. Une rencontre qui fut essentiellement épistolaire. Une rencontre qui ne dura guère : dès le début de l’année 1945, les contacts paraissent avoir été rompus, Max Rouquette ferraillant à de nombreuses reprises contre Peyre dans plusieurs revues ; et Peyre, de son côté, faisant des « occitans » ses pires ennemis et ne manquant jamais une occasion de critiquer vertement tout ce qui pouvait être issu de leurs rangs. Ou de le passer sous silence.

3Mais la rencontre eut lieu, et fut assez fructueuse, bien que parfois un peu orageuse. De celle-ci, outre certains textes enflammés, témoignent surtout l’accueil très favorable — il fut d’ailleurs pratiquement le seul à ce moment — que fit Peyre, dans sa revue, aux Somnis dau matin, et plus encore la correspondance échangée. De cette correspondance, malheureusement, seules les lettres de Peyre à Max Rouquette (ou une partie de ces lettres) sont aujourd’hui accessibles. Les courriers de Max Rouquette à Peyre, eux, devraient se trouver dans l’important « fonds Peyre » déposé depuis de nombreuses années à la bibliothèque municipale (« Carré d’Art », voir Gourgaud 2003) de Nîmes, mais, si tel est bien le cas, il ne m’a pas été possible d’en prendre connaissance, malgré plusieurs demandes de ma part.

  • 3 Pour cet aspect des choses, qu’il ne faudrait pas négliger, je renvoie à mon article des Cahiers Ma (...)
  • 4 Entre ces dates, les textes occitans de Rouquette sont très majoritairement publiés en graphie féli (...)
  • 5 Ou un peu plus tard : Peyre dédicace « emé moun amistanço » à Rouquette son livre Le grand-père que (...)

4Si c’est la littérature, et singulièrement la poésie, qui furent à l’origine de cette correspondance3, celles-ci, cependant, n’occupent pas tout l’espace du dialogue entre Peyre et Rouquette. Dès le début, c’est un autre sujet qui fait irruption et prend très vite le pas sur tous les autres : celui de la langue d’oc. Peyre et Rouquette, en effet, appartiennent à deux « camps » différents, et bien vite opposés. Le premier est un mistralien « intégral », qui revendique la langue de Mistral comme seule langue d’écriture désormais envisageable, contre d’un côté ceux qu’il appelle « les patoisants » ou les « dialectaux », et, d’un autre, contre les « occitans » qui, non contents d’être des « dialectaux », sont aussi partisans d’une graphie « archaïsante » (voire « catalane »), dont il constate que ses usagers sont presque tous incapables de l’utiliser correctement. Le second, sans appartenir formellement au Félibrige, a fait ses débuts, en y utilisant l’occitan languedocien, dans plusieurs revues d’obédience félibréenne qui ont contribué à faire connaître et reconnaître son œuvre littéraire dans une graphie (mais pas une variété linguistique) proche de celle prônée par les mistraliens : notamment, à Montpellier, la Campana de Magalouna de François Dezeuze, puis Calendau, de Pierre Azéma. Et c’est tout récemment qu’il a définitivement « changé de graphie », en devenant un collaborateur, en occitan, de la revue toulousaine ÒC (en 1931, puis 1934), et d’autres publications qui lui sont plus ou moins liées (essentiellement Occitania, à partir de 19384). Rouquette, ainsi, comme Peyre le lui fait remarquer à l’occasion, est un « nouveau converti », dont on pouvait sans doute imaginer qu’il accepterait de revenir en arrière dans ses choix, voire d’adopter non seulement la graphie, mais aussi la « langue de Mistral ». Tel ne fut pas le cas, et ce fut là, très probablement, la cause majeure de la sorte de rupture qui s’accomplit entre les deux hommes au début de l’année 19455. À un Peyre partisan d’un mistralisme linguistique intransigeant, et qui fait alors la guerre aux félibres (cela n’allait pas durer) s’opposait un Max Rouquette défendant sans concessions les thèses de l’occitanisme, telles que les développaient depuis quelques dizaines d’années la Société d’études occitanes (née 1930) et la revue ÒC autour de personnalités comme Ismaël Girard, qui avait fondée cette dernière en 1923. Un certain nombre d’incidents, au cours de ces années, contribuèrent sans aucun doute à envenimer les choses. Par exemple la publication dans ÒC de textes de Charles Galtier dont la graphie avait été modifiée, ou encore la préparation, par Peyre, d’un numéro « Mistral » des Cahiers du Sud qui ne devait jamais voir le jour.

  • 6 On se reportera aux articles écrits dans ces années-là par Rouquette sur tous ces sujets. Le relevé (...)
  • 7 « Ainsi se révélait son attitude de respect et d’humilité devant les admirables réussites du génie (...)

5Mais, malgré la valeur informative indéniable des allusions faites par Peyre à ces incidents, là n’est certainement pas le plus intéressant dans cette correspondance. Si les questions de graphies et de choix linguistique séparent les deux écrivains, on comprend, à lire les lettres de Peyre, que ce sont, plus profondément, d’autres questions qui, sans être à l’origine de leurs divergences, en ont pu en sous-tendre l’exacerbation croissante. Plus intéressants, en effet, que les querelles sur la graphie, apparaissent les débats qui s’instaurent sur la place de la langue dans la société, et sur ce que pourrait être la « fonction du poète » à ce sujet. En ces années-là, Max Rouquette s’exprime à de nombreuses reprises sur ces thèmes, aussi bien dans ÒC que dans Occitania. Ces prises de position, qui sont aussi autant d’injonctions et d’appels à l’action, sont révélatrices, d’abord, d’un sentiment d’insatisfaction et, plus largement, d’impuissance : si Rouquette et les « occitanistes », au sens historique du terme, s’en prennent (comme Peyre) au Félibrige, c’est parce qu’ils estiment que celui-ci ne joue plus son rôle, que ce soit par rapport au devenir et à l’avenir de la langue d’oc, ou dans le domaine de la littérature et de la culture. Face à ce que lui et ses amis jugent être un échec, Rouquette se situe sur le même « front » que Peyre, c’est-à-dire qu’il lutte contre ce qui lui apparaît être la médiocrité et l’immobilisme félibréens. En outre, il se consacre à l’ouverture d’un autre front dans la bataille de la langue : celui du « peuple ». Pour ce faire, il s’attelle aussi bien aux aspects proprement politiques de la question (en s’interrogeant sur le régionalisme, le fédéralisme, le centralisme6, etc.) qu’à ses aspects plus littéraires, en se penchant sur le parler des locuteurs naturels et quotidiens de la langue. Ses chroniques « Dins la boca del pople » (Dans la bouche du peuple) comme celles sur le style révèlent une volonté de tisser (ou de retisser) des liens entre l’écrivain et son environnement. Les premières mettent en œuvre cette volonté, en proposant de brefs récits dialogués où la langue court, vole, invente, surprend, à partir de ce que l’écrivain a cueilli « sur le vif ». Tandis que les secondes entament une réflexion à la fois incisive et concrète sur les diverses façons de renouveler la littérature d’oc en la rapprochant de ses sources essentielles, quoique un peu abandonnées (l’oralité, le conte, l’infinie diversité des mots et des images à la disposition de celui qui sait « écouter » autour de lui, comme le faisait l’un des maîtres de langage de Rouquette, le Montpelliérain François Dezeuze, qui avait précisément adopté le nom de plume de « L’Escoutaire7 »).

6Peyre est intéressé par cet activisme rouquettien : il questionne son correspondant sur ses modalités, demande à lire les textes qu’il n’a pas sous la main, mais, en même temps, il s’interroge sur ses méthodes, son efficacité et, finalement, sa raison d’être. Au cœur de son scepticisme, l’idée que le « peuple » de ceux qui parlent l’oc n’éprouve que peu, ou pire, pas d’intérêt autre que pratique pour celle-ci. « Es pas lou pople que tèn la clau, es lou pouèto », écrit-il à propos d’une contribution mistralienne malheureusement perdue de Rouquette destinée à prendre place dans une livraison des Cahiers du Sud qui ne vit jamais le jour. Car le peuple ne lit pas Mistral. Et Peyre ne croit pas qu’il y ait une façon d’écrire susceptible d’atteindre en même temps les élites et le peuple. Pour lui, existe entre les deux, et depuis toujours (il en fournit un exemple tiré de la Bible), un fossé qu’il est impossible de combler. Les exemples que lui propose Rouquette, en particulier celui de son père, ne le convainquent guère, malgré tout le respect qu’il peut éprouver à son endroit. Qu’il connaisse la Mireille de Mistral et soit capable d’en réciter un passage signifie tout simplement qu’il appartient à l’élite, et non pas que Mistral est arrivé jusqu’aux oreilles d’un peuple qui le lirait et prendrait plaisir à le citer à l’occasion.

7En fait, pendant cette courte période, Peyre apparaît comme quelqu’un d’assez isolé, ou, en tout cas, qui éprouve un fort sentiment de solitude, à coup sûr renforcé par la dureté, à la fois morale et matérielle, de l’époque. Non seulement Marsyas ne paraît plus, mais encore son animateur ne voit que peu de raisons d’envisager l’avenir avec confiance, malgré quelques moments d’espoir. Plutôt que de parvenir à soulever des montagnes, ce sont peut-être ces dernières qui finiront pas l’écraser, confesse-t-il. Le seul refuge pour la langue, dans ces conditions, son seul lieu possible d’existence, ne saurait être que la littérature. Celle précisément que Marsyas, depuis une vingtaine d’années, s’efforce d’accueillir, sans toujours y parvenir comme cela serait souhaitable. La publication par Peyre de quelques poèmes de Max Rouquette, en 1938, dans les colonnes de sa revue, et qui plus est en belle place, s’inscrit dans ce qui semble être à la fois une stratégie, et l’expression d’une adhésion personnelle à une écriture à la fois nouvelle et séduisante. Mais si Rouquette partage le souci de Peyre de voir la littérature d’oc se renouveler en se dégageant d’un mistralisme répétitif et dénué d’ambitions, il pense dans ces années-là que la littérature possède également des vertus militantes au service de la langue elle-même. Quand il s’exprime, dans de brefs articles de « propagande culturelle » sur la nécessité de développer une écriture théâtrale ou de mieux faire connaître le livre en occitan, il cherche à toucher un public qui ne serait pas seulement celui constitué par les « élites » dont lui parle Peyre. Derrière ce discours, on devine le projet d’une circulation active entre ces « élites » et le « peuple », l’écrivain se mettant à l’écoute de ce que dit, dans sa langue, le peuple, pour, ensuite, lui restituer, magnifiée et mise en lumière par la littérature, sa propre parole et, de la sorte, lui en faire ressentir et comprendre la dignité et les capacités créatrices.

  • 8 Peyre range dans cette catégorie des poètes tels qu’Albert Pestour (qui écrit en limousin), Georges (...)

8Peyre, lui, ne se range pas à ce qui lui semble être un optimisme certes louable, mais finalement assez vain. De là, sans doute, son mépris pour les « dialectaux », qui, quand ce qu’ils écrivent est de qualité8, ne seront de toute façon, estime-t-il, ni lus ni appréciés par les locuteurs de ces mêmes « dialectes », mais par des élites qui ne demanderaient qu’à accéder aisément à leurs œuvres, ce que l’usage exclusif de la « langue mistralienne » rendrait effectivement possible à moindre coût.

9Pessimisme défensif de Peyre d’un côté, optimisme offensif de Rouquette d’un autre. La formule est simplificatrice, mais elle nous paraît bien résumer ce qui sépare les deux écrivains, appartenant, qui plus est, à deux générations différentes, et dont l’histoire individuelle et la culture ne se recoupent pas vraiment. Si tous deux sont des « enfants de Mistral », chacun s’est par ailleurs abreuvé à des sources différentes. Cela les a conduits à situer autrement leur entrée en littérature, et le rapport à la langue sur lequel celle-ci s’est construite. On ajoutera que Peyre, entre enthousiasmes vite démentis et abattements répétés, cherche avant tout à rassembler quelques écrivains (poètes) nouveaux, capables de défendre et illustrer la « voie mistralienne » de la langue d’oc, alors que Rouquette, de presque vingt ans son cadet, considère quant à lui la littérature comme un élément, important certes, mais faisant partie d’un tout qui l’englobe tout en en justifiant l’existence. L’« activisme » linguistique du Montpelliérain se veut offensif, alors que celui de Peyre s’affiche plutôt comme défensif, et conscient de ses limites.

10Au-delà des questions de graphies et de langue, et à travers elles, ce sont deux visions du paysage culturel d’oc qui se confrontent, se jaugent et finalement se séparent dans ces lettres. Mais ce sont en même temps deux tempéraments littéraires qui s’y rejoignent et s’y reconnaissent.

Inventaire des lettres conservées de Sully-André Peyre à Max Rouquette (1938-1945)

1938

[De Sully-André Peyre à Max Rouquette]

1 3/4/1938

[De Sully-André Peyre et de ceux qui l’accompagnent alors en voyage, sans doute Amy Sylvel, son épouse, et un ami originaire de Mazamet, à Max Rouquette]

2 15/5/1938

1943

[De Sully-André Peyre à Max Rouquette]

3 26/9/1943

4 22/11/1943.

5 25/11/1943

1944

[De Sully-André Peyre à René Nelli ; Peyre demande à deux reprises dans ce courrier à Nelli de le transmettre à Max Rouquette, ce que Nelli a donc fait ; nous éditons cette lettre à sa place chronologique]

6 2/1/1944.

[De Sully-André Peyre à Max Rouquette]

7 18/1/1944

8 5/2/1944

9 11/3/1944

10 29/7/1944

11 8/8/1944

12 11/11/1944

13 25–/11/1944.

14 /12/1944

1945

15 7/1/1945

Principes d’édition

11Les lettres — toutes sont datées — sont éditées dans l’ordre chronologique de leur rédaction. Dans le cours de la lettre proprement dite, chaque fin de ligne est notée par un / ; chaque fin de page par un // ; les remarques ayant trait à la transcription figurent dans le cours même du texte, entre crochets : [...].

12Les notes ne sont pas appelées dans le cours du texte ; elles renvoient à la page de la lettre, après mention du mot ou du passage concernés. La pagination a été portée par l’auteur des lettres.

13Les textes (documents) en occitan cités en note le sont dans leur graphie d’origine. Seules les erreurs manifestes ont fait l’objet d’une correction.

*
* *

1

[De Sully-André Peyre à Max Rouquette]

[Papier à en-tête, format 21 x 27 cm avec filigrane MSM en bas à droite et lignes horizontales serrées ; à droite en haut : ]

Mûrevigne, Aigues-Vives (Gard)

  • 9 Ces caractéristiques concernent tous les courriers rédigés sur du papier à en-tête de Marsyas. On n (...)

[En bas à gauche, mêmes caractères d’imprimerie que sur la revue et les publications des éditions : ] Marsyas9

3/4/38

Moun Car Pouëto,

Siéu en trin d’escriéure un article, pèr/ Marsyas, sus Los Somnis dau Matin, que m’agradon / forço, e que me me sèmblon adurre quicon de nòu.

Voudriéu pièi, dins un autre fascicle, publica / quàuquis-un d’aquéli pouèmo, à saupre :

Comba de la trelha

L’Automne dis...

Lo Passant

Pastorala

Voudrias-ti me n’en manda la traducioun franceso, / pèr la publica en regard dóu teste.

Moun ami Charles Rafel aguènt quàsi rèn legi / de Céline a pas pouscu coumprene ço que voulias / dire d’eu dins Occitania. Sarias brave de / me l’esplica, per miés sagela vosto amistanço / pèr éu.

De tout cor à vous que m’avès encanta emé / vòsti sounge.

SAndré Peyre [Souligné deux fois]

*

2

[De Sully-André Peyre et de ceux qui l’accompagnent alors en voyage, sans doute Amy Sylvel, son épouse, et un ami originaire de Mazamet, à Max Rouquette]

[Carte postale, 9 x 14 cm, envoyée de Saint-Martin-de-Londres, Hérault, timbre bleu foncé à 65 centimes, du type « La Paix », dessin de Paul Albert Laurens, gravure d’Antonin Delzers, vignette émise en septembre 1937 ; au recto : photographie légendée : ] Argelliers (Hérault). Vieille église.

[Au verso, sur la partie droite de la carte]

Monsieur le Docteur Max Rouquette

Aniane

Hérault

[Sur la partie gauche de la carte]

15/5/38

Vous mandan noste remembre, en travessant Argelliers, / ounte es vosto vido d’aièr / vosto pouësio de sempre

S. André Peyre [Souligné deux fois]

‘m aquéli d’Aigo-Vivo

[D’une autre écriture : ]

Ounte tu nasquères

Es aqui que siéu

E tout ço qu’amères

Es devengu miéu (Aquéu de Mazamet)

*

3

[De Sully-André Peyre à Max Rouquette]

[Papier à en-tête imprimé : ]

Mûrevigne, Aigues-Vives (Gard)

26 – 9 – 43

Moun Car Ami,

I’a adeja proun de tèns qu’ai reçaupu la / carto de Mount-Segur, emé voste message e lou de Nelli. / Mai vene tout bèu just de legir l’Oc de l’oumenage / à J. S. Pons, e lis àutri fascicle. (Lou tèms me manjo). / E subre-tout vene de legi dins Calendau voste nadau, / ounte li peiro memo an uno pensado, ounte sant Francés / seguis li Mario lengadouciano, ounte vosto incantacioun / es imo de tendresso e de nèu, trelusènto d’estello e / de gèu e de cire. Ai pas agu tort de vous metre dins li mèstre de la nouvello proso d’O. Acò me / meno pièi à ço que disès de l’estile dins Oc d’estiéu 43. Sabès proun que siéu d’acord en plen, e que me / siéu, i’a deja proun tèms, fa quasimen / escoumenja / pèr li felibre pèr agué refusa de me nourri de cigalo / e dóu soulet vin de la Coupo. Mai, pamens, me / sèmblo qu’anas un pau vite ; me sèmblo qu’a / pas fougu espera J. S. Pons pèr que l’universau / intre dins la pouesio d’O (o vice versa). Dins / moun assai près li Cahiers du Sud ai, me sèmblo, / fa uno « messo au poun » que, sèns passioun / — estènt que me fau vièi, e sias encaro urousamen / jouine, — ai assaja [ce dernier mot rayé] fa vèire ço que déu / èstre vist. Es belèu trop lou fa de metre, à budre, /d’un las, Corneille, Hugo, e Heredia, [Ajouté en marge, verticalement, à gauche de la feuille : ] flame versificatour, que, quand es pouèto lou fai / pas esprès ! e de l’autre / lou Baudelaire ; d’un las [Rayé : d’Arba] Mistral / e d’Arbaud, e de l’autre las J. S. Pons. / Pèr quau legis e relegis Hugo d’un bout à //

2

l’autre, touto la pouesio i’es, senoun en lumiero, au / mens en lusour estounanto. E fau pièi teni / comte de l’evoulucioun de tout, e pas demanda / un goust trop sutiéu i frucho de l’arbre sauvage e proumié. / Un de mi pantai es de faire un jour uno antoulougio / de Mistral pouèto (pouèto pur, diriéu, se l’espressioun / èro pas estado degaiado). Memamen per Hugo.

De tout biais, vous àutis amis d’Oc m’avès douna fam e set de J. S. Pons, e de ié rèndre / tambèn oumage, emai se siegue toujour tengu / feroujamen à l’escart de iéu, coumo vous l’escriviéu / dins una radiero letro.

Sabès ço que pense di dóutrino óucitano, de sa / grafio, de soun embastardimen catalan d’uno lengo / que iéu trobe proun bello, coume grafio, talo que Mistral nous l’a laissado. Mai, acò di, vese dins / Oc uno flourido de pouësio e d’idèio, e uno bello alargado vers « lou bèu tèms que fai deforo ».

Vous dise tout acò trop vite e bèn [Ces trois derniers mots ajoutés au-dessus de la ligne] mau. Siéu en vacanço mai / encaro aclapa de letro, de papié, de libre, en retard, e las coume un chin. Se’n cop lou grand / chaple niais pren fin, basto me soubre proun / de lesir, de mejan, e de vido, pèr reviéuda / Marsyas ; e faire signe is ami. Siéu / vounvounejant de pouèmo, de proujèt, e me sèmblo de fes que i’a dins iéu uno fe de pouësio [Verticalement, sur trois lignes, dans la marge de gauche de la feuille : ] e d’amistanço capablo de faire camina en musico li mountagno. Mai bessai / es li mountagno que m’aclaparan. Escrivès un pau mai. De que fai aquel enfant ? / De tout cor. S. André Peyre [Souligné deux fois]

*

4

[De Sully-André Peyre à Max Rouquette]

[Papier à en-tête imprimé : ]

Mûrevigne, Aigues-Vives (Gard)

22. 11. 43.

Moun Car Ami

Pense qu’avès bèn reçaupu mi / dos letro toucant la revisto Les Pyrénées, e li pouèmo de Jan Calendau Vianès e li miéu ? / Jan Calendau Vianès m’escriéu que tèn tambèn / à ço que si pouèmo siegon douna dins la grafio / mistralenco e que me fiso la men de n’en vèire lis / esprovo.

Sabe pas se legissès l’A. F. ? Pense pamens qu’avès / vist l’espetaclouso ataco de Ripert sus / lou fascicle di C. du Sud Le Génie d’oc, etc. Veici la còpi de mi letro à Maurras e à Ballard. / Au regard d’Eyssavel, Marie Noël que coume éu, viéu en Auxerre, m’escrivié justamen / aquest jour qu’Eyssavel es jamai esta pressenti / pèr douna un pouèmo i C. du Sud, e qu’a / jamai vist lou fasiscle ! Marie Noël / apounde, en counfidènci, que Paul Eyssavel / es forço malaut (en seguido de la guerro / de 1914-1918, ounte avié leissa uno cambo / e un iue). A deja faugu l’amputa de / l’autro cambo, e aro semblarié que dèu / s’enana moussèu pèr moussèu. « Artérite », / dis Marie Noël. Se li medecin counfiermon / qu’es bèn acò, Pau Eyssavel aura plus / qu’à regarda veni uno mort terriblo. Emai //

2

siegue plen de courage, es plen de desespèr, e Marie / Noël recoumando de faire alusioun en rèn d’aquéu mau / en escrivènt à Eyssavel.

Mai me sèmblo que sarié brave de ié faire [Ce dernier mot ajouté au-dessus de la ligne] manda / una còpi di C. du Sud, e de ié dire que / li gènt qu’an recampa li pouèmo an vougu / ié faire sa plaço dins aquéu fasiscle.

De tout cor, ami trop luenchen, de nàutri dous à vàutri dous emai à l’enfant.

S. André Peyre [Souligné deux fois]

Pense qu’es vous e Nelli qu’avès causi li pouèmo / per li C. du Sud. Mai Ballard aurié belèu / / degu vous manda uno còpi de moun assai, / de biais que la presentacioun di pouèto dins / l’assai e dins li pajo antoulougico, cadrèsson / miés. Acò aurié douna mai d’armounio / au caièr.

Oc sèmblo pas vèire que, se ço que dise de Mistral / a pas li mèmi foundamento que ço que n’en dison / li felibre, acò’s justamen l’essenciau de moun assai. / Universalisme de l’individualisme, diriéu, s’acò’ro / pas de bèn grand mot. Quant à la questioun di dialèite / e di grafio, semblarié que « Oc » refuso la discussioun.

*

5

[De Sully-André Peyre à Max Rouquette]

[Papier à en-tête imprimé : ]

Mûrevigne, Aigues-Vives (Gard)

25. 11. 43

Moun Car Ami,

Gramaci (de Calendau e de iéu) pèr la / grafio dins Les Pyrénées. E s’es pas poussible / de nous manda d’esprovo, que Nelli se fague pèr un moumen d’iue prouvençau. Mai amariéu / bèn vèire lis esprovo.

En disènt que Oc refusavo la discussioun, vouliéu / pas dire que Oc avié ges d’argument ! Sabe proun / que n’en sara jamai sènso ! Nimai li Mistralen ! / Vese que sias en plen counverti de l’autre caire. Tant / pis pèr nautre. Vous faren la guerro autant que poudren, mai, pèr ma part, vous la farai d’un tau / biais que segur nosto amistanço n’en sara fourtificado. / Se legisse l’A. F. es que, despièi vint ans, me la mandon à gràtis. I’a pas, dins lou journau, quatre / idèio que fugon li miéuno, mai vau miés legi / un journau que i’a d’idèio, qu’un journau vuege. / Ai manda li retai, e la còpi de ma responso à Azema. [Ajouté dans la marge de gauche, de bas en haut : ] Ai ges de còpi de vous manda. Belèu Azema vous fara segui li retai (Dèu / li faire vèire à Teissier, que, à la perfin dis ipouteco, dèu barrula peraqui ; mai ai plus ges de novo d’éu.)

Disés que tire moun espinglo dóu jo ! Me sèmblo / pamens que siéu esta un di proumié, senoun / lou proumié (car ai encaro ges de novo de Ballard) / à releva l’ataco. L’ai fai que pèr iéu pèr dos / boni resoun : 1o Ai pancaro agu lou tèms de / legi d’un bout à l’autre (n’en siéu qu’à la pajo 70), / à testo claro, e d’aise, coume se l’ameritavo, //

2

lis assai, li pouèmo, li doucumen, li meditacioun (qu’es bello / aquelo sus Mount Segur, qu’ai adeja legi !) d’un fasiscle aboundous. 2o Sabe pas de quete biais la/ Redaccioun [Rayé : d’Oc] di C. du Sud entènd respondre.

Per aquéli dos resoun, vouliéu dounc pas me batre dins l’escur, e risca d’engaja li C. du Sud / d’un biais que sarié pas mestié ; o que poudrié li mau engaja.

Pièi, dins li detai de l’ataco gloubalo, es belèu / iéu que reçaupe lou mai lou bavun de / l’ipoucampe ! E acò valié bèn uno responso / particuliero.

I’a pièi voste P. P. S.. Sabe pas se lou Mart. / es capable de ço que dis N. Mai s’es verai, / aurai gaire tira moun espinglo dóu jò, e / me sèmblo que N. es mai prudènt que iéu, / d’autant que l’ipoucampe m’a bèn marca ! / André Chamson, lou cresiéu in carce. A degu / se vira dóu vènt. M’a manda si libre ; franc di darnié, crese ; mai a pas mai respoundu / à mi letro que i vosto. Ame si libre e si / pouèmo, mai crese que sara jamai moun / ami ! Paris a degu lou degaia. Mai belèu ero natiéu. Giono sèmblo bèn s’èstre degaia / sènso sourti de Manosco.

Ai óublida de vous ramenta l’adrèisso de / Paul Eyssavel : 40bis, avenue Hoche, Auxerre. //

3

Quand li gènt an de pas respondre, — coume tambèn / d’Arbaud e Baroncelli, — se pòu pas i’escriéure que / l’on sap proun qu’an pas lou tèms, e qu’alor l’on / tendra soun silènci pèr uno counsentido.

Mistral avié d’idèio lindo, mai belèu gaire / d’idèio founso. S’un jour ai la poussibilita de / dire tout ço que crese sus Mistral, lis ipoucampe / cridaran mai. M’estouno, adeja, que l’ipoucampe / ague pas crida à l’escande, sufis qu’ai parla / de Mistral coume ome soulet.

Pèr la Prouvenço e lou Lengadò, siéu tambèn / d’acord amé vous ; l’ai adeja fa vèire dins / Marsyas, à prepaus de vòsti Somnis dau matin. / Mai i’a mai d’un diable dins lou Felibrige ! I’aurié / ti pas un diable óucitan ?

Esperan lou retra de l’enfant Michèu.

Despièi proun d’an, mene emé Teissier / uno courrespoundènci quàsi semanadiero. / Teissier a proun un maniaquige que / trai, pèr quau noun lou counèis bèn, uno / oumbro sus soun èime ; e sènt gaire la / veraio pouësio. Mai soun èime es sutiéu, e soun irounio tranquilo [au-dessus de la ligne, sur sutilo rayé] vai souvènt founs.

Perdounas-me de vous secuta de dos letro / dins tant gaire de jour. Es la fauto de / l’ipoucampelefantocamelos ! A prepaus, entre àutri causo, Ripert reprocho i C. du Sud //

4

un pouèmo arabe pederasti. Dins un autre rode, ié vai di liò coumun sus la culturo greco-latino. / Verai, tout lou mounde saup, sènso remounta/ plus aut dins la culturo, qu’es un grand pouèto arabe qu’a di :

Formosum pastor Corydon ardebat Alexim

Dins un autre rode, reprocho à Bousquet de pousqué / rèn saupre di manifestacioun (espetaculàri) / de l’Engen d’O, estènt sèmpre malaut dins soun / lié ! Acò dins l’oustau [ce dernier mot de lecture incertaine] de Maurras, lou grand / sourd, que touti si poulemico soun escricho, / e que pòu pas discuti caro à caro, voues / contro vouès. Etc.

Aquéu marrit tèms de nèu, que vous / aclapo, sara pas perdu pèr la pouësio. N’en farés un jour l’evoucacioun. D’úni fes, li mège me fan pau ! mai, li pouèto / tau que vous, jamai.

De tout cor emé vous, dins / lou marrit tèms, e dins / l’espèro d’un meiour tèms.

S. André Peyre [Souligné deux fois]

Countúnie de legi li C. du Sud.

Pajo 90 : Car une telle civilisation était et, hélas ! / est encore prématurée.

Cf. : O flour ! erias trop proumierenco !

Mistral.

*

6

[De Sully-André Peyre à René Nelli ; Peyre demande à deux reprises à Nelli dans ce courrier de le transmettre à Max Rouquette, ce que Nelli a donc fait]

[Papier à en-tête imprimé : ]

Mûrevigne, Aigues-Vives (Gard)

2. 1. 44.

Car Pouèto,

Vejeici de nouvèu doucumen (C. du Sud — / A. F.) Coume poudès lou vèire, Jan Ballard / me fai fisanço, e me demando de recampa la coulabouracioun pèr un fascicle sus Mistral. / Amariéu de vous demanda à vous, qu’avès legi / Mistral à 14 ans, e que, se noun m’engane, venias d’en foro dóu Felibrige, un estúdi ounte dirias / vosto « Découverte de Mistral ». Un tau testimòni, / estra-felibren, s’asatarié bèn à ço que voulen / faire. Poudrié teni 5 o 6 pajo, di C. du Sud ; Digas- / me lèu se pode coumta sus vous, e s’avès de preferènci / pèr un autre tèmo.

Gramaci pèr l’adreisso de Joë Bousquet. Mandarai / li libre un d’aquesti jour (Ai lou tèms de rèn faire).

Vosto deviso de mostro à soulèu se trobo tambèn au / couvènt dóu Cimiez à Niço, e à Vire (Calvados). / Segound : 800 devises de cadrans solaires, présentées par Ch. Boursier, Éditions Berger Levrault.

Ai apoundu i pajo de gardo dóu recuei quàuqui / deviso, que podon vous agrada :

Ventus et umbra nihil (Pierrefort Cantal / 1691)

(destouscado dins un viage en Auvergno)

Una dabit quod multae negarunt. Reloge / de Traultmastdorff, 1596, soubra à l’ousservatòri / de Prago)

Marco l’ouro, l’ouro te marco,

Guèiro de bèn mena ta barco

(Marguerittes, Gard)

[Verticalement, sur une seule ligne, dans la marge de gauche : ]

Passas tambèn li doucumen à Max Rouqueto. Gramaci. //

2

Pèr tant d’ouro i’a qu’un soulèu

(Aigo-Vivo)

Pèr acaba li jour mourtau

Veici lis ouro emé l’oustau

(Mûrevigne, Aigo Vivo)

Liun di vilo me loge

E lou soulèu es moun reloge

(Aquelo ié manco encaro la / mostro à soulèu)

[en marge à gauche, verticalement : ] Marsihargue, Hérault

Pèr un que se trufo de la grafio, semblas vous / apassiouna proun pèr la grafio óucitano e contro / la grafio mistralenco ! D’aquesto, ai di, dins li / C. du Sud, ço que me parèis l’essenciau à / dire ; e tambèn dis intuicioun de Mistral sus / la pourtado de sa reneissènço. Vole pas vous lou repeti eici, nimai vous impausa d’avanço / ço que dirai, sus aquéli dos questioun (que se / tenon), d’un biais mai desveloupa, dins / quauque article que vole escriéure un jour. Pèr iéu, es la grafio óucitano qu’es lourdo / e que grèvo lou pouèmo lou mai léuge ! / Pèr quant au ti que vous fai mau, sarié / belèu ana trop liun (e siéu pas proun saberu / — lou siéu même pas de-founs — pèr l’assaja !) / de ié vèire la particulo grèco ti (I’a quàuqui / trento an, un abat Aurouze, d’Avignoun, / avié fa’no tèsi pèr prouva que lou prouvençau / venié dóu grè !). Es proubable, coume lou / dis Mistral dins Lou Tresor, qu’aquéu ti es uno //

3

courrupcioun d’un t-il / francés (Aime-t-il, etc.). Es pièi facile de crèire / que, pèr aquelo lèi d’analougio qu’es estudiado en / semantico, aquelo particulo ti, nascudo dins la / courrupcioun — coume uno roso dins lou fumié dóu jardin), s’es estendudo de la tresenco persouno / singuliero à touti leis àutri cinq persouno dóu verbe, / enrichissènt la lengo d’uno segoundo formo interrouga- / tivo mai forto, mai enfatico (la proumiero formo / estènt la memo que la formo afirmativo, e estènt soulamen marcado pèr l’inflessioun de la voues : / Vènes. — Vènes ? — Vènes-ti ?) Aquel aport / es pas de mespresa. E dins tóuti li lengo, sènso / trop cerca, se pòu segur trouba de voucable, de / tournuro, de biais, estrangié, e de barbarisme, / de patouesejage, que se soun d’à-cha-pau incourpoura / dins la lengo, se soun mescla dins soun / sang. Vese souvènt de felibre óucitan s’endigna / de ço qu’apellon li galicisme (que podon / èstre dins li voucable o dins li biais de parla). / Mai regardas la lengo angleso de vuei, facho / de mita d’un founs terradouren e de mita / d’un founs latin, — ço que l’enrichis d’un / abounde de nuanço sutilo.

Se poudrié belèu marca, à cinquanto an / proche, lou tèms ounte li gramatician / an coumença de regarda li lengo, de li / susviha, de li guida, de li guinda, e se / marcarié belèu, dóu meme cop, lou / tèms ounte li lengo an coumença de / s’anequeli, de s’apauri. Autri-tèms, quand //

4

i avié pas tant de magistre, e pas tant de / papié mascara, « riding-coat », « bowling-green » / fasién en francés « redingote, boulingrin », e res s’escalustravo. « Etiquette » a degu faire « ticket » / en anglés. Mai aro, quand nous revèn, em’uno / significacioun diferènto, n’en sabèn pas meme faire / « tiquet » qu’es pamens agradiéu (lou mot, pas la / causo !), à leva dins l’A. F., mai l’A. F. / lou fai emé trop d’embarras). Li lengo vivo / digerisson tout ; li lengo morto an plus ges d’estouma. / Avisas-vous que l’óucitan siegue pas uno lengo / morto avans d’èstre nascudo. Sabe proun que / dins l’evoulucioun dóu prouvençau, i’a lou grand / dangié de trop evouluna vers lou francés, e aurian / besoun de magistre resounable ne d’escrivan / aguènt lou goust de sa lengo, pèr nous garda d’aquéu / dangié, — pulèu que d’erudit en foro de la vido, / en foro meme de la belour de la lengo. Vous sias / proun avisa

de la valour superiouro di pouèto / prouvençau, en recampant voste flourilège / pèr Pyrénées. (Generalamen parlant, car de / pouèto coume Max Rouqueto e vous, e quàuquis àutri, fasès flouri uno lengo qu’es « la flour e / la roso ».)

Pèr quant à l’r dis infinitiéu, perque pas / tambèn lou t de la tresenco persouno pluralo :

Amont (amon, ils aiment).

E vese pas lou sacrilège de leissa toumba / l’s dóu plurau, quand se prounouncio / pas, aquel s qu’es vengudo noun pas //

5

[d’] uno declinesoun latino des-/marcado au plurau, mai d’un / emboui di cas !

Pèr n’en reveni à l’infinitiéu em’i desinènci / di verbe, de que i’a de mai escaletique que / la counjuguesoun angleso ? — ounte i’a quasimen / rèn que li prounoum que marcon li persouno, / e quasimen rèn que lis aussiliàri que marcon / li mode. Mai res, encaro, a di que l’anglés / es un esperanto, e crese que res l’avié di / dóu prouvençau avans Carles Derennes, / poueto francés que se souvenguè qu’èro miejournau / mai qu’oublidè que l’engèni di lengo es pas lou / meme pèr tóuti li lengo, e que justamen, regardè lou / prouvençau coume un ome, ignourènt, dóu Nord, pòu lou regarda. / Au countràri de vous, e pèr aquéu dre de / cap d’obro, / que mantène, es pèr ço que siéu mistralen, pulèu que prouvençau, que me / tene à la lengo mistralenco. Es li cap d’obro francés, de Villon à Valéry, en passant pèr / Racine e Hugo, qu’an fa la lengo franceso, / emé l’evoulucioun necito, lento (e pas precipitado). E i’a tant de trau entre li troubadour e Mistral / que nous fau bèn parti de Mistral pèr / recoumença, e noun pas faire un grand saut / à rèire dins lou tèms, et pèr coustat dins / l’espaci, — fins qu’à retoumba — quet escarteiramen ! — em’un pèd en court d’Amour (se n’i’a jamai agu) e un pèd / en Catalougno ! //

6

Ai indica dins Miracle de Mistral la / pousicioun pariculiero de la lengo mistralenco, / — pousicioun paradoussalo, coume d’aiours / la pousicioun de touto la reneissènço mistralenco. / Davans un tau paradosse, davans un tau / miracle, li normo, li canoun, de l’istòri, / etc., soun pas à la mesuro, fan pas mestié. / Nous fau tout metre à l’escalo dóu miracle, / se voulen pas nous empatouia dins uno / palunaio esterlo.

Quant i voucable óucitan, etc., Mistral, quand / averavo la branco dis aucèu, disié :

Bèu Diéu, Diéu ami, sus lis alo

De nosto lengo prouvençalo...

E : Amo de moun païs...

... T’apelle. Encarno-te dins mi vers prouvençau.

Me semblo que, ounestamen, e glouriousamen, / aqui n’i’a proun pèr claure la countèsto. / Sarias brave de passa’ aquelo letro à Max Rouqueto, nouvèu counverti d’Alibert, en / quau ai di que ié declarave la guerro emé / touto l’amistanço que n’en siéu capable. (Ié vau d’aiours escriéure aquèste jour / pèr ié demanda un article pèr lou fasicle / Présentation de Mistral des C. du Sud)

Mounte n’en sias emé Pyrénées ?

Ma letro es belèu un pau rudo ! mai / moun amistanço tambèn. Gramaci pèr li [Verticalement, à gauche de la page : ] quatrin.

« ... L’amor pod canviar de visatge, lo reconeissi a sa votz.

... Pèi lo silenci renais, plen d’orizonts e d’estelas... ... l’aubre

negre... canti, de vent e de folhas, una cançon per l’espaci... »

Aco’s bèu, e grèu d’incantacioun. De tout cor.

S. André Peyre [Souligné deux fois]

*

7

[De Sully-André Peyre à Max Rouquette]

[Papier à en-tête imprimé : ]

Mûrevigne, Aigues-Vives (Gard)

18. 1. 44

Moun Car Ami

Ai tambèn agu la gripo (4 jour em’un pau / de fèbre, e despièi un grand ablasigage. Basto revèngue / pas !) Digas-nous s’au vostre avès aro pouscu acampeja / la vostro. Es pieta de saupre que l’enfant Miqueloun / freboulejo e tussis ; — d’autant que lou vesen coume / s’èro aqui, doumaci lei foutò, eme sis iue viéu coume / li de soun paire, — aquélis iue que furnon, quete bèl / enfant ! Nous a fa gau de lou vèire.

Nelli m’a escri sènso me parla d’aquéli noutiço. Auriéu / adeja fa lou necite s’aviéu pas agu la gripo. Digas-me / pamens se Nelli se countentarié di quàuqui rego qu’ai / counsacra à cadun di pouèto dins Les Cahiers du Sud. Pèr l’Aubanelenco, citarai quàuqui rego d’un long article / que l’aviéu fa, dins lou tèms, dins Marsyas. N’ai / pas parla dins Les C. du Sud pèr ço que, à moun / avejaire, touto l’orbo ardènto de l’Aubanelenco s’esbarboulo / pèr sòu, coume un mouloun de cèndre caud, fauto de formo. L’Aubanelenco es que passioun, ié manco l’art. / Pèr quant is influènci, acò’s lou diable, e crese que / faudra que Nelli se n’en passe. Sabe proun, en / gros, que Renat Nelli e vous sias esta influença / pèr li Catalan (dóu mens, lou crese), que l’Aubanelenco / tèn de soun peirin Aubanèu, que Farfantello a subi li quatre vènt, Reboul Gelu e tout ço qu’a / legi à l’asard, J. C. Vianès d’Arbaud e belèu / Peyre, mai Galtier e Vesper soun gaire classable. De tóuti, es mai eisa de dire ço que / soun, que de quau tiron. Assajarai, aquésti //

2

jour d’adouba ço que poudrai. Mai Nelli, qu’es tant / gènt, es pamens gaire brave ! Vèn quàsi de me [me répété] / dire noun pèr l’article que i’aviéu demanda pèr li C. du Sud : Découverte de Mistral. Anas m’ajuda / à lou faire reveni, parai ?

Quant à vous, vous ai mes au soumàri dóu fasicle / pèr un estùdi (de 20 à 25 pajo) sus :

Mistral et la Poésie Pure.

Ame gaire Poésie Pure, que se n’es tant abusa, / mai es pamens un voucable coumode pèr espargna / ’no longo perifraso. L’idèio de l’assai sarié de / faire vèire Mistral pouèto, en foro de touto / tradicioun, de tout terraire, de tout felibrige, etc, / coume se s’agissié de Nerval o de Valéry ; / e, dóu mai sa pouësio sara despueiado de tout / ço que se l’empatouio d’abitudo, dóu mai / Mistral mountara à la cimo de la pouësio. / M’a sembla que poudiéu pas miés cerca / que vous pèr acò faire. Faguès pas coume Nelli : / me refusès pas ço que vous demande. Ballard / comto tambèn sus Nelli e vous, e es d’acord emé / li tèmo que vous ai designa.

Escrivés-me tre que poudrés, e digas-me / que sias tóuti gari.

De tout cor,

S. André Peyre [Souligné deux fois]

*

8

[De Sully-André Peyre à Max Rouquette]

[Papier à en-tête imprimé : ]

Mûrevigne, Aigues-Vives (Gard)

5. 2. 44

Moun Car Ami,

Vosto letro me remento li quàuqui / jour qu’aguère la gripo, e que, dins la depressioun de / la malautié, tout me semblavo dificile, vira dóu marrit / biais : alor me mandave au diable de m’èstre embarca / dins aquelo aventuro dou fasicle mistralen di C. du Sud ! / E vous, que la gripo es estado autour de vous, à l’oustau / e vers li gènt que sougnes, multiplo coume li tèsto de / l’Idro de Lerno, e reneissènto, e dins vous tambèn, / vous fasès perèu d’idèio e d’idèio vers aquéu fasicle ! / M’escuse de pas vous agué douna plus lèu ço que / voudriéu que fuguèse lou soumàri dóu no . Cresiéu / de vous l’agué deja douna. Lou vaqui :

Jean Ballard : Préambule

André Chamson : La Provence est-elle une nation ?

Charles Mauron : Le Provençal est-il une langue vivante ?

Marcel Brion : Mistral conquérant

Léon Teissier : Mistral et l’Illusion

Pierre Azéma : Mistral et la politique

Max Rouquette : Mistral et la poésie

J. P. Roudin : Mistral et l’Amour

 ? : Mistral est-il catholique ?

Taladoire et Fuzellier : Mistral et le Monde magique

Noël Vesper : Mistral et le Mystère

René Nelli : Découverte de Mistral

Louis Parrot : Mistral vu de l’Ouest

S. A. P. : Transcendance de Mistral

Jean Ballard : Epilogue

Mistral : Anthologie (uno causido autant nouvello / que se pòu) //

2

Me sèmblo que sarès pas en marrido coumpagno. / Quant à Teissier, siéu pas de voste avejaire, e ame / sis eisegèsi mistralenco. Quans aurés lou tèmps de / legi lou darnié Calendau, legirés lou pouèmo : Pèr li vint an de la Princesso, signa Ro de Trenze / qu’es un escais-noum de Teissier. Aquéu pouèmo / m’a meraviha, e [faire rayé] fai vèire li poussibileta / de Teissier, que soun grando.

I’a pièi quàuqui vint an, emé Marsyas, que / siéu a fa m’aquéli causo : s’escoutave mi coulabouratour / que se trason l’esclusivo dis un is àutri, publicariéu / que 4 o 8 pajo blanco. Soun mai terrible que/ la vièio Anastasio. De tout biais, ai jamai / sounja à rèn demanda à Marius Jouveau, / que couneisse, crese, autant que vous, — mai / emé l’apasimen que me prèn d’èstre vièi (e / vous enveje vosto jouino crudeleta !) quant à Reinié Auzias-Jouveau, ai aprianda / pèr ié demanda quaucarèn, maugrat que / dins Mistral et les Vénitiennes sèmblo agué / parti d’un bon pèd. D’aiours, dins Fe, an / coumença de faire l’esclusivo contro li C. du S. / avans meme de n’agué legi lou fasicle mie-tèrran, / e an pièi lausa (sènso agué mai legi li C. du S. supause) la responso « granado » de Ripert. / (Granado estènt un di mot dóu patoues felibren / que dispenso li felibre de tout esperfors d’analiso / e de critico). //

3

Aquelo atitudo es uno / disqualificacioun sufisènto ! Mai belèu empacharié / pas Reinié Auzias de se bandi dins li C. du S. / se ié demandave, — e belèu, ansin, d’escapa pèr / un bon cop, is estaqueto que soun paire ié treno / emé sa bello barbo. Mai, pèr aro n’es pas questioun, / car li Veniciano soun quàsi [ce mot au-dessus de la ligne] lou soulet echantihoun qu’ague / vist dóu desi d’escapa de Reinié Auzias.

Em’acò, m’anas faire un bèl estùdi : se 25 pajo / vous fan pòu, farès de citacioun mai aboundouso (e / qu’emé la viraduro en dessouto tendran pièi proun / de plaço).

Lou tèms ? Acò dependra de la pereso, de la gripo, / dis esclusivo, e de que sabe iéu, dis àutri coulabouratour. / Mai voudriéu agué tout lou caièr [Rayé : preste] lèst pèr / Pasco au plus tard. Pièi Ballard lou fara parèisse / tre que poudra.

Ballard me dis grand bèn de vosto responso à Ripert, / pèr parèisse dins lou fasicle venènt di C. du Sud. (La / miéuno pareira dins lou no d’après). Me languisse de / la legi.

Sian urous, Amy Sylvel e iéu, di bòni novo de / l’enfant Miqueloun e de sa maire, e dóu crèis / que nous anouncias.

Perdounas-me de vous secuta. Mai secuti que / mis ami. Metes-vous en trin tre que la gripo / — dóumaci lou mège — aura parti d’Aniano. Mistral / es toujour incouneigu, coume tóuti li gent d’engèni, / e l’on lou descuerbe sènso fin. De tout cor. S. André Peyre [Souligné deux fois]

*

9

[De Sully-André Peyre à Max Rouquette]

[Carte de visite, format 9 x 14 cm, à en-tête, coin supérieur droit : ] Mûrevigne, Aigues-Vives (Gard) [Coin inférieur gauche : ] Marsyas

11 / 3 / 44

Moun Car Ami,

Ai reçaupu li C. du Sud, ounte / amassoulas Ripert coume se dèu. Vous fau / coumplimen d’agué saupu uni aqui dintre tant / de pougnesoun, tant de soulideta e tant de mesuro. / Ai pas lou lesi necite de vous parla en detai dis idèio que / i’espandissès. L’engèni de Mistral èro un engèni de / causido, e a causi segound soun rode, — ço que / l’a pas empacha de s’auboura à l’universau (senoun, / soun obro sarié adeja caduco). — Sias-ti tant / segur qu’acò que lis idèio de Teissier (en quau / rendès un bèl e esmouvènt oumenage), fugon / perimado ? Crese que soun Mistral et [Ce dernier mot apparement rayé] / l’Illusion, que vène de reçaupre, vous agradara //

[verso]

2

Ai reçaupu tambèn Oc ; ai pancaro agu lesi de lou legi en / plen ; mai siéu esta arresta, en lou durbènt, pèr li pouèmo / de Galtier transcri en grafio óucitano, maugrat tóuti / li proumesso esplicito e implicito qué ié fuguèron / facho de respeta sa grafio mistralenco. Davans aquel / eisèmple, ai pièi pòu (sabès que dise toujour li causo / coume me vènon) que lou zèlo de Nelli e lou vostre pèr / la grafio d’Alibert vous desligon de la proumesso / que m’avès facho de respeta la grafio mistralenco per li / pouèmo de mis ami e li miéu dins Pyrénées. Prefeririéu / retira li pouèmo [Ajouté au-dessus de la ligne, le mot : ] miéu puslèu que de vous indurre en / tentatacioun ! Coumprene bèn, d’aiours, voste zèlo (car / m’arribo proun d’èstre fanati) mai ai pas la voucacioun / dóu martire, au mens en ço que regardo la grafio / óucitano. Vese pièi qu’aquelo grafio (au mens dins / li pouèmo de Galtier) es pas toujour couërento, ço que //

[Carte no 2]

3

m’estouno d’uno causo / tant sistematico ; mai belèu es l’empremèire qu’a / vougu coulaboura ? Sabe proun que sarai dins / voste infèr emé l’Aubanelenco !

Veguère alor dos amo despariero

Que dóu meme tourment èron lou jò,

Que dins lou tèms qu’anavon pèr carriero,

Se couneissien que de liun, — « Qu’es acò

Que vous recampo ensèn ? » — « Un pecat negre

Qu’es enventa pèr li grand-prèire d’O. » —

La bravo chato e lou paure pelegre

Retoumbèron ensèn dins lou tourment,

Estouna de se vèire e de se segre.

[Verso de la carte no 2]

4

Iéu, pietadous, en li tenènt d’à-ment,

— Pàuris amo estraviado e proun mouqueto, —

Coume un malaut que s’esfraio un moumen,

Soungère alor à moun ami Rouqueto.

(quàsi Dante)

Mounte n’en sias, vous e Barthe, de vostis estùdi ? / Ai lou de Vesper, lou de Teissier, lou de Mauron es / en trin. Ai reçaupu lou retai de Transcendance de / Mistral, de Boissy. Proun bon article, degaia pèr / proun counfourmisme e uno parcialita catoulico / mai arribo, pèr la Transcendènci o Universalita / de Mistral, à de counclusioun que soun tambèn / li miéuno, — ço que fai vèire que i’a d’idèio dins l’èr — e dins lou cèu de Platoun — que //

[Carte no 3]

5

s’encarnon pièi eici / em’eila. Me faudra, crese, chanja moun titre. Belèu / Universalité de Mistral, o Mistral poète universel / (mai es un titre un pau rounflant). Me vai [On lit : fai] / falé secouti ma pereso e l’escriéure.

De que fan li malaut, e la dono, e l’enfant ? / Perdounas-me moun anti-óucitanisme, coume iéu / vous perdoune voste óucitanisme, e / amas-me toujour.

Voste sèmpre devot,

S. André Peyre [Souligné deux fois]

*

10

[De Sully-André Peyre à Max Rouquette]

[Papier à en-tête imprimé : ]

Mûrevigne, Aigues-Vives (Gard)

29. 7. 44

Moun Car Ami,

Coumençave de desespera de vous ! / Siéu urous de saupre (e Jan Ballard lou sara tambèn) / que l’article es fini, mai nous languissen de lou legi, / e l’anas pas garda coume acò dins voste tiradou. / Sabe proun que tóuti causo soun mai o mens suspendudo, / dins l’espèro dis evenimen ; mai fau toujour crèire coume / se tout èro d’aplant, e se lou cèu riscavo pas de nous / acrasa. Pèr ma part, ai pièi besoun de couneisse tóuti / lis article, pèr engimbra lou miéu (se decide de n’en / faire un liame entre tóuti, d’entre quàuquis-un. Adounc, / mandas-me lou, e vous amarai. Vous lou remandarai / pièi se voulès lou retouca.

E Barthe ? Amor qu’avès pereso de voule m’en / parla, dounas-me sa bono adrèisso (Es-ti toujour / en Agte ?) e i’escriéurai.

Vous escusés pas di receto de cuisino. Dins l’espèro / de vèire tourna la bono biasso (permeso o desfendudo).

Ai proun di à Galtier qu’aurié degu prene pousicioun / pèr la questioun di dialèite e de grafio, dins de pajo / de l’Echo, liogo d’èstre tant prudènt. E qu’èro / vergougnable de mescla li rimejaire i pouèto, e / de maneja tant de travès l’encensié. Quant / à Ro deTrenze, es éu que n’es respounsable / [Rayé : de sa trob] de l’inclusioun de sa trobo, car es bello / (à moun goust). Mai, à leva belèu de iéu, i’a / rèn de tau que li pouèto pèr pas ama d’àutri pouèto ! //

2

(Vous abandoune li rimejaire)

Mai, parlant d’ambiguïta, es ti pas pèr ambiguïta (uno / ambiguïta apoustoulico, se voulès !) que li trobo de Galtier, / dinc Oc, soun estado abihado à l’óucitano, maugrat / de proumesso generalo facho, — e d’un biais plen / d’incouërènci, encaro !

Coume sian pas d’acord sus li premisso (que, majamen, soun pèr iéu lou dré de cap d’obro), sabe proun que / me sourtirés toujour d’argumen anti-mistralen e anti- / prouvençau. Mai amariéu que me diguessias / coume adoubarés vosto « unita sus lou plan grafique » / emé de mot coume lou mot francés miel, / que li prouvençau dison : mèu e li / limousin dison miau etc.

Vaqui coume vese iéu l’unita : uno lengo, / la mistralenco, una grafio la mistralenco. Ço / qu’empacho ges d’enrichimen naturau e literàri, / qu’es d’evoulucioun nourmalo.

De mai en mai, ai idèio (se n’ai lou / lesi e la voio) d’acampa mis argumen dins / uno broucaduro. Mai « aures habent, non audient », mis amis óucitan. (E belèu, s’eron / pas tant testard, lis amariéu pas tant).

De tout biais, Alibert poudrié medita la pajo / de Renan, car Alibert, liogo d’alisca la caro / dóu lengage parla, la pinto d’artifice pesaru. // [Dans la marge de gauche, verticalement : ] Coudifica una escrituro dóu biais d’Alibert, es dóu meme cop / entrepacha la lengo. (Vous recouneirés segur, dins mi metaforo mesclado.)

Mandas l’article. Nosto afecioun à vousàutri quatre

S André Peyre [Souligné deux fois]

*

11

[De Sully-André Peyre à Max Rouquette]

[Papier à en-tête imprimé : ]

Mûrevigne, Aigues-Vives (Gard)

8 / 8/ 44

Moun Car Ami

Ai di à Nelli tout lou bèn, — e es grand, — / que pense de l’Antoulougio de Pyrénées. En fa, cresiéu / qu’erias forço mai pèr Oc que pèr Pyrénées. Mai es verai / que vous n’ai pas parla, e vous demande de me lou perdouna. / Siéu aclapa d’obro e de lassige. Partisse de l’oustau / à 8 ouro dóu matin, ié rintre à 6 ouro de vèspre. De / 6 ouro à 11 ouro de vèspre, entre l’arrousage dóu jardin, / ma courrespoundènci, moun obro persounalo, ai pas un / moumen de relàmbi. Lou dissate e lou dimenche, escrive / de letro, etc. dóu matin au vèspre, à n’agué mau d’esquino. / Vive dins un viravòut d’obro e de pensamen. Proubable, / es la memo causo pèr vous, e pire, car li malaut sonon / lou mège à touto ouro dóu jour e de la niue. E m’avès / pancaro di, emai vous l’ague demanda mantuno fes, / mounte n’es Barthe, ni douna soun adrèisso. Sias / un ome d’argènt-viéu, e, en meme tèms, de cop, inchaiènt coume uno aigo semo ! Car ami, car / enemi. Mai sias jouine, e me fau vièi.

Deve pièi vous dire que siéu un pauc desvaria / de tout aquéli laus que s’amoulounon, d’un biais / tant soude, sus iéu : Galtier dins L’Echo, / Nelli dinc Oc, Camproux dins li letro que m’escriéu, / e Maurras dins l’AF (coume s’ero vergougnous de Ripert !) / e ai pòu de n’èstre pas digne. Sarai belèu toujour un / soulitàri, fidèu à mis ami, fidèu à mis idèio, — / de tau biais que, pèr lis idèio, farai uno duro / guerro se n’es mestié, à mis ami, — tout en / lis amant que mai ; e vous ame forço. Pènse //

2

proun qu’es vous qu’avès adraia Nelli vers iéu, e / i’avès fa vèire ço que vesias en iéu. Mai siéu-ti digne / de tant d’afecioun e de tant de lausour ? D’Arbaud es toujour / per iéu, dise pas moun mèstre, mai un grand mèstre. Après / lou miracle de Mistral, lou miracle de d’Arbaud es d’agué / renouvela la lengo, tout en estant en plen dins l’engèni / d’aquelo lengo. Li darnieri prouducioun de d’Arbaud, / en vers blanc, coume lou tros que Galtier a douna dins / L’Echo, susprenon un pau. Sèmblo toujour que i’a quauquo / manco d’ispiracioun dins lou vers blanc. Mai queto lengo, e queto unioun [Ce dernier mot au-dessus de la ligne, à place de : councour (?) rayé] dóu terraire e de l’universau. Es pas / la memo bèuta que lis ardèntis elegio dóu Lausié d’Arle, / de La Coumbo, de l’Espelisoun de l’Autounado, / es pas l’aspre dòu (à peno [plusieurs mots illisibles]) di Rampau d’Aram, es pas la simplo e pamens founso / incantacioun camarguenco di Cant Palustre ; mai / es un grand poudé. L’on pòu preferi uno pouësio / mai entimo, mai rèn qu’uno prevencioun estrecho / poudrié nous empacha d’amira ço que preferissen / pas. E pièi i’a lou d’Arbaud entime dóu Lausié, etc.

Pèr quant à iéu, lou repetisse, m’estoune proun / de ço que m’arribo sus lou camin « liun de / Maiano » ounte me siéu adraia, e me fau leissa / lou tèms de me i’acoustuma, memamen que / fau leissa lou tèms is un que me lauson / de decanta sa lausenjo.

Pèr quant au « felibrisme », de que pòu vous faire / l’óupinioun, l’empressioun, dau felibre-felibre / (ouficiau o noun) ?

Siéu lagna de vous agué maca. Lagna, e fièr en //

3

meme tèms, de vèire que presas / talamen ço que pode dire.

Galtier s’esperàvo, segur, que sa grafio fuguèsse / respetado dins Oc, éu aguent agu de proumesso / sènso restricioun. S’a peca, es pèr trop de fisanço ! / A sa plaço, me sariéu mesfisa !

Mai voste remèmbre vous engano : quand publiquère / dins Marsyas vòsti pouèmo, li publiquère dins vosto / grafio (qu’ero alor, me lou diguerias, que la de voste editour !) me countentèn de n’en dire, de la / grafio, tout lou mau que n’en pensave, dins / moun article en seguido di pouèmo. Mai alor / vouguerias releva que lou bèn que disiéu di pouèmo, / e meme prenguerias lou tèste dóu « Ven de parèisse » per li Somnis de la Nuoch [rayé : dau Vespre] dins ço qu’aviéu di de Somnis dau Matin. Regardas miés Marsyas, / no 215, de Nouvembre 1938, se l’avès encaro. / Ai toujour respeta la grafio di gènt. Pèr Rouquette-Roudin, fuguè counsent pèr la grafio mistralenco. / I’a que la cacougrafio qu’ai pas respeta (pèr Bigot) / maugrat tout lou mau que pense de vosto grafio, / la regarde pas coume uno cacougrafio ! (S’aviéu / pas pòu de vous encagna, diriéu qu’es piro !)

Ço qu’apelas particularisme prouvençau, / l’apelle iéu, mistralisme. E, coume l’ai //

4

adeja di, quand vese ço qu’un d’Arbaud a pensa faire / emé la lengo après Mistral, ai pas besoun de / demanda l’ajudo (?) di dialèite ! Mai ai jamai / repeti : « dialèite mistralen ». Ai toujour di lengo mistralenco.

Crese d’aiours que nous sara mai eisa de counvincre / li gènt qu’avès, o que poudrias, esmarra, que vàutri-même.

Per ieu, lou Dre de Cap d’obro es aro causo / qu’eisisto. « Et s’il n’en reste qu’un, je serai celui-là » / (mai fau pas óublida que Hugo disié acò à prepaus / d’un ome que pièi toumbè à Sedan !)

Mèu, e miau etc. En fa, prounouncias coume / voulès, mai escrivès coume Alibert. Nautre, / voulen escriéure coume Mistral e prounouncia / coume Mistral. E siéu esta un di proumié / à me trufa dis oua marsihés de Reboul en / fargant lou vers :

L’amour que moun couar pouarto es / fouart coume la mouart

Mai li deco marsiheso de Reboul m’escalustron / pas tant que l’estroupiaduro di pouèmo de / Galtier dins Oc, eme la coulabouracioun d’Alibert / e, proubable, di tipougrafe de la revisto, emé / proun d’incouerènci.

Amor que voste article es pancaro bèn fini en /plen, esperarai. Mai me fagués pas trop langui / se’n cop l’avès proun alisca. //

5

L’ome d’un soul pouèmo pòu èstre / autant representatiéu que l’ome de milo pouèmo. / E ço que fai qu’un pouèto es mai grand qu’un autre, / es pas la quantita mai la qualita, car se l’ome d’un / soulet pouèmo capito la pouësio, la capito à la memo / aussado que l’ome di milo pouèmo.

Pèr lis autre, vous l’ai adeja di, ai di a Galtier que / se descounsideravo emé de tàli causido e de tau balans / d’encensié. Mai Galtier es adeja un grand pouèto, coume / Reboul, ambedous descubert pèr Marsyas. [La fin de cette ligne et la plus grande partie de la ligne suivante ont été rayées de façon à ne pas être lisibles] E n’en / sabe un autre, que si Somnis fuguèron saluda coume / sabès, em’un assai de coumprene l’influènci lengadouciano / dins l’endrechiero de l’universau, e que despièi l’ai / vougu pèr ami. Galtier es adeja un grand pouèto. Belèu / amadurara sa critico, riscant alor de se faire / encaro mai d’enemi.

Vene tout just de legi lou bèl article de Camproux pèr / Reboul, dins l’Echo dóu 6 de juliet. Vaqui la critico / que nous mancavo (qu’ai assaja de crea dins Marsyas) / Siéu pas d’acord emé tóuti li sutileta de Camproux, / mai aquel article me fai urous. L’ai escri à Camproux / e à Reboul.

Gramaci de nous agué manda la fotò de l’oustau / d’Argeliès, — d’ounte partias à la recerco dóu Secrèt de l’Erba e vers li Somnis. Touto vosto / acioun dialeitò-óucitano m’aura toujour / contro elo ; mai vosto pouësio, vosto incantacioun, / voste caratère même, à la fes inchaiènt e viéu, //

6

m’atrivon sempre que mai, e crese que sian fa / per èstre li meiour ami e li meiour enemi dóu / mounde, en nous perdounant nòsti tort.

Vole crèire tambèn que se veiren lèu, se li Rùssi / recoumençon pas de trahi. Aquéli manidet / soun-ti viéu coume soun paire ?

De tout cor.

S. André Peyre [Souligné deux fois]

Quand parle d’acioun dialeitò-óucitano, sabès ço que / vole dire. Autramen, sias quàuqueis un de vautri, / la culturo qu’a que trop manca au Felibrige. / E au founs, es pèr acò que lou Felibrige (an pas jamai / agu lou courage de se drèissa contre li dialèite / e la neò-grafio) vous fougno, e que tambèn vous toumbo subre Ripert emé sa culturo d’escolo / estequido.

*

12

[De Sully-André Peyre à Max Rouquette]

[Papier à en-tête imprimé : ]

Mûrevigne, Aigues-Vives (Gard)

11. 11. 44

Moun Car Ami,

I’a 26 an, sourtian de l’avans darnié / chaucho-vièio ; vuei, sian pancaro sourti dóu darnié (darnié / en dato) ço qu’a pas empacha li ceremounié bourro-closco de / recoumença.

Nelli, m’escrivènt i’a uno quingeno de jour, me disié / que Oc venié de sourti. L’ai pancaro vist (e pièi, es ti / pas enebi de manda pèr la posto aurre que de letro ?)

Quete es l’adreisso d’aro de Rougier Barthe, amor que l’an « suspendu » (se parlo que d’epuracioun, coume / li mège de Molière parlavon que de purga, e, ailas ! de / sauna). An assassina Nouvè dóu Vèspre e sa / mouié. E dins un masèu d’autò, counsequènci / indirèito de la guerro, Jòrgi Lafourcado es mort, lou 24 / d’óutobre, d’uno fraturo dóu crane. Siéu aclapa d’aquéli / dous cop sourne ; dos perdo irreparablo pèr l’amistanço / li letro e lis art.

Voste article sus Mistral es-ti toujour rescoundu dins voste / tiradou ? Amariéu bèn de lou vèire, à la perfin, d’autant / qu’es iéu qu’ai pres l’entrepreso d’aquéu fasicle mistralen. / Vous lou rendrai pièi, se voulès mai lou fignoula.

Dounas-me l’adreisso de Barthe, au mens, e perdounas- / me de vous tant secuta. Quau bèn amo, bèn secuto. / De que fan aquélis enfant ?

De tout cor

S. André Peyre [Souligné deux fois]

*

13

[De Sully-André Peyre à Max Rouquette]

[Papier à en-tête imprimé : ]

Mûrevigne, Aigues-Vives (Gard)

25 – 11. 44.

Moun Car Ami,

Me sarié dificile d’ajuda la Société des Bibliophiles / occitans, estent que l’uno di toco d’aquelo soucieta, siegue / direitamen, siegue indireitamen, es segur d’ajuda l’óucitanisme / qu’es en trin, à moun avejaire, de degaia la lengo mistralenco. / E preferisse uno edicioun sus papié ourdinàri ounte la / lenga mistralenco es respetado, à uno edicioun de lùssi ounte / es massacrado (e pense toujour au massacre de Carle / d’Eigaliero dins Oc).

Ai pancaro reçaupu Oc (sabès qu’ame proun aquel / assassin, pèr la pouësio que ié caup).

Vous ai di dins uno carto la gau que nous avié facho / la fotò de Miquèu. Esperan aro la fotò de soun fraire. / Aquel enfant a deja d’iue terrible coume soun paire, / moun car ami-enemi.

Tant pis pèr Barthe. Cercarai aurre. « Ces scrupules / font voir trop de délicatesse. » Saupre se Barthe a pòu, / en disènt Mistral catouli, de parèisse agué trop de zèlo, / o de parèisse pas proun n’agué en lou disènt noun-catouli ? / Mande voste article à Ballard, — Ballard, que dins / uno pountannado bèn marrido pèr éu, recampo tout /soun courage, mai a segur besoun d’amistanço.

Vous ai di, dins uno carto, que voste assai sus Mistral / sarié un dei mai marcant dóu caièr. M’espère pas / que tóuti li coulabouraire siegon a plen d’acord emé iéu ; / s’acò èro, lou caièr mancarié d’interest. E Mistral / apartèn à tóuti, — e se dira jamai de mau, ni de / bèn, di pouèto eternamen mort. Meme s’es / pèr asard, es proun significatiéu de legi sus /la cuberto dóu darnié caièr di C. du Sud :

Paraîtront ensuite dans la même série « Présentation » : //

2

Shakespeare (son temps, etc.)...

Mistral (nspécial, etc.)...

Dóu cop, es marcado aqui l’intrado de Mistral dins la counstellacioun / dis engèni dóu mounde.

Acoumenças per nega que Mistral fugue un miracle ; / per vous es soulamen uno resurgènci. E, à la fin, semblas / i’egala Arnaut Daniel e Bernat de Ventadour ! Aco’s / pièi un risco que prenès, e siéu trop maucoura / de vèire la critico, tant enclino [Ajouté au-dessus de la ligne le mot : ] pamens à balança l’encensié / davans sis ami, prendre jamai un risco ardidamen, / pèr pas vous vèire faire emé gau.

Em’acò, fasès bèn de voulé faire vèire un Mistral nus / dins soun trelus.

Siéu, encaro un cop, pas d’acord emé vous quand vous / vese douna vosto adesioun quàsi-literalo (per un cop !) / à Mistral, toucant li pastre e gènt di mas. Es Anfos / Daudet, crese, que dis, quauco part, que li pastre e / li gardian plouron en legissènt Mirèio. Mai Anfos / Daudet, quand se ié metié, poudié èstre au mens / autant messourguié que Tartarin (mai, benlèu, emé / pas tant d’inoucènci). Pèr ma part, ai souvènt / entendu lou poupulàri canteja de tros de la Mireille / de Gounod e Rivoire et Carret, que m’agaço coume / lou perfum d’uno sabouneto à bon mercat, mai / lis ai jamai ausi dire de tros de Mirèio ; senoun / quàuqui felibre que s’autourison d’acò pèr degaia / la lengo emé de marrit vers o de galejado gausido.

Acò, pièi, empacho pas que vosto sutilo analiso fugue / founcieramen veraio. Lou pople a pas besoun tant / qu’acò d’agué counsciènci d’éu-même ; n’i’a proun //

3

n’i’a belament proun, qu’un engèni / coume lou de Mistral fugue sa counsciènci, — o se voulès, en /pensant i causo lengadouciano que soun pas dins Mistral, lou / coumençamen de sa counsciènci. Es pas lou pople que tèn /la clau, es lou pouèto ; e acò lou fasès proun vèire.

Lou coumbat de Vincèns e d’Ourrias es pas ço que m’agrado lou / mai dins Mirèio, mai vosto remountado à Chénier e à / L’Aveugle es un cop de lumiero que fai vèire proun de causo. / Em’acò, marcas bèn li countraste mistralen, sis « isclo de / soulas » o de douçour, fins qu’à la siavo preguiero de Mirèio / que pièi ajoun la preguiero de touto la terro : « S’es de pas / que ié / fau, de pas emplissés-la. » (e l’avès fa vèire/ tambèn).

Segur — e acò sara ma souleto intrusioun, — restabliriéu / à coustat de la traducioun di tros dóu Rose que dounas, lou tèste prouvençau. Perqué leva aquelo musico / i legèire, meme se la coumprenon pancaro ? Es de bèn / de ié la metre davans lis iue, en esperant que mounte / à soun ausido.

I’a crese de gènt que parlon de Mistral, — meme de felibre — / qu’an gaire mai legi que Mirèio ; belèu pas Calendau, / encaro mens lou Rose ! — lou cap d’obro majour.

Siéu d’acord en plen emé vosto counclusioun. I’a / longtèms qu’ai di : « Liun de Maiano ». Mai pèr / que pousquessian nous aliuncha de Maiano, falié d’abord / que i’aguèsse Maiano.

Si, farai uno segoundo intrusioun : me sèmblo que / li Hermant, Thérive, etc., soun adeja proun acrasa, / sènso lis aplati encaro mai dins uno noto (vole dire / dins lou P. S.) uno noto ; me sèmblo que la noto sufis, //

4

que n’en pensas ?) Leissen li « represaio » à la poupulaço, — e la / poulitico i gènt que n’en fan soun paure mestié.

De tout cor,

S. André Peyre [Souligné deux fois]

*

14

[De Sully-André Peyre à Max Rouquette]

[Papier à en-tête imprimé : ]

Mûrevigne, Aigues-Vives (Gard)

16. 12. 44

Meus dilectus amicus

Habeo trapatus meam Damascensis / viam, legens Oc, et semper volo sequi hoc. (Mirelha / non habet Damascenis pallium). Estieu Perboscque / sunt avunculuses mei, et Alibert est meus pater. / Sunt boni et in nox [Ajouté au-dessus de la ligne les deux mots qui suivent : ] sub sole talis sempiterni cultrums / pro coupare panem macaronique) et Mistral / est solus in nox. Alibert est major et jus / lejus prevalabit contra mistralis jus de caput-opus. Alibert est pulchior quam Mirelha est pulcra et / ponet illa in sepulchra. Talis omnes neophytae /ego ire ultra, usque alma mater Latinus. / [Cette partie de la lettre est tachée. En marge, à gauche, verticalement : M’escuse di taco, que soun un acident, e / fan pas partido dóu nouvèu lengage] Scio ego vult facere plures culpae, nam / non scio latinum magis quam Alibert / scit Mistralis linguam, sed felix culpa / facit forma formosior, et per decorum / ad eorum (exemplis cum preceptum), id est, / in Mistralis vulgar eloquentio : « ’Mé nòsti / deco (meme), lis auren (li Mistralen) ». Meus / programum est : Retro ad Latinum, cum / paucis Gré Anglesque. (Programum / Aliberti est : Retro ad Occitan, cum paucis / Catalan). Being sic res, omnis spes est / licita.

Aco’s un sounge (o un chaucho-vièio) que / fasiéu de-matin avans de me leva. Perdounas- / me, moun enemi, de vous lou retraire. //

2

Voste P. S. Toucant la Soucieta di Biblioufile m’avié atendri, / mai lou darnié no d’Oc es vengu m’afourti : de tout / biais, vese pas coume li proufié de la Soucieta sarien tengu / à despart, e intrarien pas dins la caisso de vosto / proupagando óucitano. (Lou Chincho Merlincho / es ti pas esta re-edita, i’a proun de tèms, pèr Jóusè / Loubet ? L’ai pas legi, mai m’es esta di qu’es / uno obro pournougrafico, o escatoulougico, sènso / valour literàri.) Meme se li proufié de la Soucieta / servon qu’à reedita d’obro classico, de queto / grafio lis abiharés ? E vosto « meiouro provo » [la lecture proposée de ces deux mots reste douteuse] : que / vous adreissarés tant i franchimand (perqué / prendre i Felibre aquéu pejouratiéu, vous qu’avès / pas l’estrechuro di felibre ?) coume i Felibre, — me / rasseguro pas ; au countràri : dóu mai vosto / obro biblioufilo s’espandira, dóu mai, ipso facto, / vosto proupagando oucitano, indirèito coume / dirèito, s’espandira. Regrete qu’uno questioun / de grafio vengue geina la proupagando que / voulés faire à touto la literaturo d’o. Mai / es qu’es aqui, pèr iéu, quicon d’essenciau, / d’autant qu’es pas la grafio souleto qu’es en / questioun, mai la lengo memo. N’en parlarai / mai tout-aro.

Nàni, [vous rayé] reproucharai pas lou massacre / de Galtier fins qu’à la nouvenco generacioun, / per la bono resoun que vòstis enfant soun bèn / inoucènt dóu crime couleitiéu d’Oc, / e que s’un jour, dóumaci l’educacioun óucitano, //

3

que i’aurés dounado, soun / capable de faire parié, iéu sarai plus aqui pèr ié lou / reproucha. Encaro mens i sèt generacioun que / vendran après.

Parlant de sèt, dins La Terra d’Oc d’aoust, / que Galtier me mando, Boussac aurié pouscu / aprene, avans de faire reproche sus l’amfibounoumio / de set (soif) e set (sept), que justamen, en / prouvençau, « sept » se dis sèt, emé l’acènt grèu. / E se Galtier, qu’es proun esturti, a óublida l’acènt / dins soun manuscrit e dins si letro à Boussac, / Boussac devié pas counfoundre un lapsus de / Galtier emé « las normas de l’escritura provençala ». / Es curious pièi, de legi, in fine de La Terra d’Oc, / (dins la pajo La Relha) uno devinaio mounte, entre / àutri causo, set (soif) et set (sept) soun escri / ambedous sènso acènt, segound li normo de / l’escrituro oucitano que tambèn escriéu parié : / ren (rein) [et rayé] e ren (rien = rèn), etc. Boussac / a belèu vougu dire : segound « las normas de la / grammatica provençala », car, segound aquéli / de la grammatico óucitano, à defaliment [ ?] de l’acènt, / es l’article e la presènci o l’absènci de l’s dóu / plurau que fai destria li dous mot. Mai : o bèn / Boussac a vougu parla de l’escrituro (grafio) e / a parla sènso saupre ; o bèn a vougu parla de / la grammatico, e a tout rendu counfus en l’apelant / escrituro.

Parlant de Galtier, sias gaire brave, dinc Oc, //

4

de vous trufa de soun escais-noum, en [Rayé : l’apelant] lou / coumparant a l’escais-noum d’un pouèto celebro. Sabès pamens / que, au mens en Prouvènço, s’apound voulountié/ i noum di gènt li noum di rode mounte vivon. Quand / restave à Mouriès, se parlavo courrentamen de : / Jan dóu Mas de Viguèri, de Reinard de Bartaleto, / de Jaque de Farissoun, aquélis ome estènt ansin / identifica pulèu pèr lou noum de si mas que pèr / soun noum de famiho. En prenènt l’escais-noum / de Carle d’Eigaliero, Galtier a segui aquéu biais, / en l’estendènt di mas i vilage ; e de segur a / jamai agu l’idèio de s’anoubli, pas mai que / l’aviéu quand, dins ma jouvènço, segnave : / Jan de la Vaulongo (de la Vau deis Aupiho entre / lou mas de moun paire e Eigaliero).

Autambèn, perqué tirassa li persouno dins li / poulemico d’idèio ? Aco’s bèn pèr un Ripert, / e pas mai. Poudrai poulemica contro Boussac, / Alibert, e vous, mai voudrai pas, en atacant lis / idèio, me trufa dis ome o li maca coram populo. / Ai legi lou darnié Oc. Recoumençarai pas eici / la discussioun, d’autant que fasès toujour / avans sènso trop teni comte dis argumen, e que ço qu’apelle uno lengo l’apelas un dialèite, meme / un souto dialèite ! Pèr quant à vosto oupousicioun / di troubadour à Mistral, vous lou disiéu l’autre / jour, acò’s un risco que prenès, e amire voste courage.

Me sèmblo pièi que i’a contradicioun dins la pajo 17 : / fasès d’abord estat dóu pople, e marcas pièi emé //

5

resoun, que li felibre an refusa / l’elèi. Mai la contradicioun es qu’aparènto ; dins vosto idèio, / i’a un biais d’escriéure que dèu gagna à la fes lou pople e / l’elèi. N’en siéu pas segur ; e l’esmouvènto causo que / me countas de voste paire es d’aquélis eicepcioun que, / coume dison li grammatician, afourtisson la règlo ; de tau / biais que, quand voulès tabla sus lou pople, poudès rèn faire /aurre que de sourti dóu pople uno elèi qu’es adeja / plus lou pople. Ansin faguè Abram, pregant / Diéu pèr espargna li dos vilo : ié chausiguè Lot. Mai Diéu / s’acountentè de faire sourti Lot, e cremè li vilasso. / Galtier a tira de moun article Miracle de Mistral (in C. du Sud) / ço que dis de la grafio mistralenco (mai dérivatrice es, dins li C. du S., uno couquiho per dérivative). Mai / la conclusioun sus lou pople es de Galtier. Siéu d’aiours d’acord / em’éu que counvenié de rèndre la leituro eisado en tóuti, / dounc [un mot ajouté au-dessus de la ligne : ] tambèn au pople. E siéu pancaro segur que, l’elèi, / vosto grafio i’agrade forço.

Pèr quant à Alibert, vòu faire bandi de voucable, coume / un que saup pas coume li lengo se formon, o s’enrichisson / de nuanço, e prenon unu fisiounoumio bèn siéuno. / Segound sa doutrino, faudrié forobandi de la lengo / franceso : boulingrin (que vèn de bowling-green), / redingote (que vèn de riding-coat), etc. E s’èro / anglés, e qu’entreprenguèsse de refourma sa lengo, / pènse que n’en forobandirié tóuti li mot d’ourigino / latino, pèr garda que li mot terrenau ; e ansin la lengo angleso sarié apaurido de mita.

En tout cas, pèr pas vèire ço que lou vièsti óucitan / fari’au Pouèmo dóu Rose, emé sis s, o sis apoustrofo / quouro l’s es geinanto ; e tout lou rèsto ; e pèr pas //

6

senti l’incantacioun dóu vers :

E, siavamen, sourtènt de ravadisso

e voulé forobandi ravadisso ; — fau èstre un anti-pouèto. / E pèr un puristo : « certanis vers » sènt bèn soun francés. Sabe que i’a de felibre que parlon o escrivon / coume acò ; mai li que sabon la lengo dison : d’ùnis vers. Es pièi amusant de lou vèire faire siéuno e faire vostro, / la doutrino mistralenco sus la lengo, pèr apara / soun obro destrùssi.

Pièi Lesaffre nous parlo de Mirèio coume de la proumiero / obro epico franceso (sic), ço que l’empacho pas / d’adurre d’aigo tant que pòu au moulin oucitan.

La noto sus Fe es duro, mai justo.

Aquelo sus lou Gai Saber fai vèire que li fargaire / de grafio soun pas d’acord entre eli ; e fai vèire / quaucarèn de mai terrible : uno querèlo de religioun. L’article de Camproux sus lou libre de Farnier es un article / clar e inteligènt. Camproux, de mai en mai, se / despueio e vèn linde.

Respoundrai aro à vosto letro. Que voste paire sache / rèn de tout ço qu’enumeras, acò lou marco pas « pople », mai qu’ague pouscu ama e cita un tros de Mirèio, / acò lou marco elèi ». I’a un bèu pouèmo de Hugo / (Légende des Siècles), ounte demandon à quaucun que / passo se counèis talo o talo causo mai o mens de / « notoriété publique ». Éu dis sèmpre noun. E un sàvi / que lou regardo s’aliuncha ié dis :

« O savant seulement des choses de l’abîme »

Mutatis mutandis, acò s’aplico à voste paire. //

7

Ballard a agu dous boumbardamen, / que i’an fa proun de chaple ; de mai, es en trin de divourça. /Pèr tout acò, a segur besoun d’afecioun.

I’ai manda voste manuscri. Se’n cop me lou remando, vous / reparlarai de voste article e de la realita de la pouësio d’O / dins la jouvènço.

Pèr bèn coumpara la pouësio antico, la de Franço e la d’O, / es mestié de legi lis epoupèio de Hugo, gaire couneigudo : / La Révolution (in Les Quatre Vents de l’Esprit) e La Fin / de Satan.

D’acord emé vous, sus d’ùni patrioto à la Vichy. Mai / dins la deliranço de revenge que risco de tout degaia / en Franço, me sèmblo que vau miés leissa aquéli causo / i bramaire de l’espurgacioun. D’acord emé vous, / tambèn, qu’a dire li causo es mestié de li dire claramen / d’A en Z.

Avans que nous li demandas, vous mandan nòsti fotò. / Soun de 1934, crese (pèr li passo-port de noste / viage à Loundre.) Despièi n’avèn fa faire, di tres- / quart, pèr li carto d’identita Pétain, mai soun / degaiado en plen pèr aquelo pousicioun, e fan pòu ; / es verai que me siéu fa vièi despièi ; aurés que de / vous imagina aquéu vieiounge. De l’oustau, avèn qu’uno / souleto còpi d’uno fotò d’amatour. [En-dessous, entre parenthèses : ] (Ges de la librarié) Nous faguès pas espera / la de Guihèn.

Gramaci Diéu, Miquèu, qu’amo tant d’escriéoure adejà, es encaro trop jouine pèr aprene la grafio óucitano. / Se poudiéu counverti soun paire, avans que / ié la posque ensigna ! //

8

Sian esmougu, Amy Sylvel e iéu, d’aquelo afecioun / que nous vèn de vous, e que iéu, per ma part, merite / tant gaire. Acò fai vèire que, maugrat que fuguen pas / d’acord sus d’ùni causo, nòsti cor lou soun, d’à founs, / e acò’s un grand counort, subre-tout i marrit tèms que / sian. Es pièi verai, tambèn, que nòstis èime soun / d’acord sus la necessita de leissa li vièi felibre (e n’i’a / de jouine que soun adeja vièi) ensepeli si mort, e / de mena la lengo e la pouësio vers la culturo universalo ; / nòsti soulet desacord estènt sus l’essènci meme de la lengo / e sus lou biais de l’escriéure ; — e acò’s pau. [Ratures et hésitations sur ce dernier mot]

Mai, au mens, coume disès, entre nautre tout es bèn / clar d’A en Z, e acò’s sanitous coume uno aigo / de moutagno e coume un jour de lumiero e de / fre en ivèr. Em’acò perdounas-me se d’ùni / fes, pode vous maca, dins lou viéu de la discussioun. / Es de blessaduro sèns verin.

De tout cor.

S. André Peyre [Souligné deux fois]

Dins La Terro d’Oc, vosti noto sus li causo / que dison li gènt, li malaut, etc., soun un / regale. Auriéu vougu li vèire tóuti ; mai / ai vist qu’aquéu no d’Avoust.

*

15

[De Sully-André Peyre à Max Rouquette]

[Papier à en-tête imprimé : ]

Mûrevigne, Aigues-Vives (Gard)

7. 1. 45

Moun Car Ami,

Gramaci de m’agué manda Sus la boca / del Pople d’Oc en entié. L’ai legi à voues auto à Amy Sylvel. / I’a segur mai que lou folk-lore, li biais de parla, aqui / dintre ; i’a’no evoucacioun dóu terraire vostre e de si gènt ; e / acò vèn de vous, de la memo man qu’a escri Lo secrèt / de l’erba e lou raconte de niue calendalo. En legissènt / aquéli dicho, aqueli raconte, ai vist voste païs mounta / davans iéu, aquéli rode lengadoucian, mai ferme, mai / grave, que la Prouvènço. E, segur, avès pas sounja / de faire talo evoucacioun ; avès soulamen vougu fissa / quàuqui biais de parla, retipa quàuqui gènt ; lou rèsto / es vengu di founsour de vous, de voste amour e de vosto / coumprenesoun pèr aquéu terraire voste. Acò pièi / empacho pas que li gènt, la vièio Marionassa, lou / pensadis Belin, lou pifraire Bòfis, la vièio grand que / vaticino en francés, la vièio T, devoto e avariciouso, / la pesouiouso Gannocha, mendicanto e raubairis, e tóuti / lis autre, fuguen aqui, engrava à la fes tendramen / e crudelamen. I’a meme quaucun que recounèisse / bèn : « Jovent, ere un tabàn cridaire, atissaire... » / Aro, sias un terrible poulemisto, eme d’iue tafuraire / e traucaire.

Ballard es estrambourda de voste article sus Mistral. / M’a di que vous escrivié pèr vous lou dire.

En lou relegissènt, vese miés pèr-de-que lou rode / sus li jouini pouëto m’avié pas mai arresta. Es que, / i’a adeja proun d’an, dins un fasicle de noun / sau plus queto revisto, pièi dins Marsyas, aviéi //

2

publica un pouèmo per Mistral : Non nobis... ounte disiéu

O Mèstre qu’ai à peno couneigu,

Dins l’oustau de Maiano e dins moun èime,

Ai pres ma part d’aquéu lengage lèime

Que mai que de Prouvènço vèn de tu.

Ai pres ma part de toun obro abelano,

La part qu’ai facho miéuno à moun sicap ;

Sus un camin que m’as pas indica

M’adraie davans iéu, liun de Maiano.

Mai cade jour lou coumprene un pau miés,

Lou secrèt de toun obro e de ta vido,

E d’uno visto mens esbalauvido,

Vese lou cristau linde que tu siés.

En subre di gouvèr e sènso glàvi,

Dins lou terraire enclaus fidelamen,

Lou sounge escrèt verai eternamen

L’as deliéura pèr toun engèni sàvi.

Au mié de ço que mor, o, renadiéu,

Torno, as marca lou necite e l’essènci,

E, davans ti pouèmo e ta presènci,

An di qu’aviés la calamo di diéu.

Mai quau dira ta soulitudo vasto,

Entre lou parangoun que t’ères fa

E lis empedimen de toun prefa,

Dóu cèu qu’entoumplo à la terro que gasto.

Toun silènci respond, ti cant peréu :

L’animatour es sèmpre soulitàri ;

Largo à l’agrat dóu mounde e de si pàri

Soun obro, e n’a que se-meme pèr éu. //

3

Perdounas-me de me cita ansin, / de-long. Mai es pèr miés vous dire que, se dins aquéu / pouèmo, i’a de causo que van contre quàuquis uno dis / afiermacioun de voste estùdi, n’i’a d’autro, e particularamen / lou « liun de Maiano », que soun en plen d’acord / emé vous ; e belèu siéu esta un di prumié, belèu / lou prumié d’entre li Felibre, senoun à pensa talo causo, / dóu mens à la dire. Autambèn, i’a dins voste estùdi / de causo que me soun trop famihiero pèr m’espanta. / Mai siéu urous de vèire qu’ai pas parla dins lou desert, / e qu’ai vist proun just, en disènt que pèr faire coume éu, / devian nous aliuncha de Mistral. S’avias touto la tiero / de Marsyas, ié veirias souvènt de gloso de la memo estiganço. / Es verai que se, d’ùni fes, vosto dicho sèmblo uno parafraso / de ma trobo, es tambèn uno apoulougio pèr lou caièr Le Génie / d’Oc, e que vous dounas la primauta au pople, mentre / que la doune à Mistral. (... que mai que de Prouvènço vèn de tu.)

Sabès qu’ai camina long-tèms soulet dins la Reneissènço / d’O ; d’ami jouvent soun pièi vengu vers iéu, emé de / douno pouëtico que m’an meraviha. E aro vese aquélo / boulegadisso óucitano, dins laqualo — perqué vous lou / redire ? — i’a gaire qu’uno causo que me desagrado : / l’aberracioun de la grafio e dóu ...dialeitau (car / ges d’artifici de grafio poudran armounisa de diferenço / coume pèr eisemple, lou mèu mistralen e lou / miau dóu Perigord e dóu Limousin). Pèr lou / resto, siéu d’acord emé vous, meme quand lou / siéu pas, — car qu’enchau [Les quatre mots suivants, de lecture incertaine, au-dessus de la ligne] que n’en ague, iéu, a vosto mistico dóu / pople : es belèu uno errour, mai es uno grando / causo, e me fai gau de vèire li gràndi causo, meme //

4

quand ai pas fe dins éli. Mentre que vosto grafio e tóuti / si couroulàri soun un estrechun, un estoufadou, un estranglamen. / Basto, fau mieuno voston counclusioun : « Il leur a appris à / la fois la fidélité et la liberté. Il n’eût pas souhaité à cette / jeunesse autre chose que de savoir le renier. Il savait / qu’une jeunesse soumise est une jeunesse morte, et / qu’il faut laisser à chaque génération le loisir d’accomplir / son destin. »

Es pèr acò que m’aurés toujour contre vous dins li pichòti / causo, e emé vous dins li gràndi causo*.

De tout cor.

S. André Peyre [Souligné deux fois]

* Mai li pichòti causo, tambèn, fan partido de voste / destin, e di risco que touto generacioun dèu saupre prene / (e courajousamen, n’en prenès proun !) Acò m’empacho / pas, en vous leissant vòsti risco, d’assaja d’apara / e contro vous tambèn, vòsti gràndi causo contro vòsti / pichòti causo.

Notes

14Les lettres de Sully-André Peyre à Max Rouquette, comme la lettre no 6 adressée à René Nelli et transmise à Rouquette par ce dernier, sont toutes rédigées en langue d’oc (provençal), dans ce qu’on appellera pour faire simple « la langue de Mistral ». On peut penser que celles de Max Rouquette étaient également rédigées en langue d’oc (languedocien), et adoptaient la graphie « alibertine ». Si ce fait n’a rien d’étonnant, il mérite cependant d’être souligné : tel n’est pas toujours le cas à cette époque. Parmi les lettres reçues alors par Max Rouquette, certaines sont rédigées à peu près toujours en français (lettres de René Nelli), d’autres majoritairement en français (lettres d’Ismaël Girard), d’autres soit en français soit en occitan, plus ou moins à égalité (lettres de Jean Mouzat), d’autres encore, comme celles de Peyre, uniquement en oc (lettres de Charles Galtier, peu nombreuses il est vrai).

Lettre no 1

15p. 1
Los Somnis dau matin : le premier recueil poétique de Max Rouquette, publié en occitan seulement, en 1937 dans la collection « Frédéric Mistral » de la Société d’études occitanes. Au bout du compte, Peyre regroupa la publication de ces quatre poèmes et de l’article annoncé dans une seule livraison de Marsyas (no 215, novembre 1938) : les pages 1007-1009 (soit les trois premières) de ce fascicule sont entièrement consacrées à Max Rouquette, sous le titre général « Poèmes de Max Rouquette ». On y lit d’abord les quatre poèmes primitivement choisis par Peyre dans le recueil de 1937, accompagnés, comme toujours dans Marsyas, d’une version française de l’auteur. C’est « Lo Passant », et non « Pastorala », qui vient clore cette brève anthologie. La version française de ce poème est dédiée « à Sully-André Peyre qui l’aima ». On trouve ensuite, sous l’intitulé « Choses lues », une analyse détaillée, appuyée sur de nombreuses citations, de la poésie de Rouquette par Peyre. Ce dernier y développe d’abord ses idées concernant Mistral et sa graphie, le « droit de chef-d’œuvre », que Rouquette et les siens contestent, ainsi que l’influence, « une sorte d’impérialisme », qu’exercent sur eux les Catalans. « Mais il faut pardonner beaucoup aux poètes, et Max Rouquette est un poète », conclut-il cette entrée en matière qui débouche sur une analyse de l’écriture de Rouquette. Peyre juge celle-ci encore marquée parfois, certes, par la lecture de d’Arbaud, mais déjà, le plus souvent, en pleine possession de sa propre personnalité. Il salue ensuite le prosateur de Secret de l’erba, dont il a lu pour le moins le tiré-à-part de la revue ÒC imprimé à Carcassonne en 1934 ; puis il s’efforce de définir ce qui constitue l’originalité de Rouquette : « Un sens familier et subtil à la fois des choses qui sont si simples qu’elles paraissent humbles, et d’une si douce intimité qu’elles paraissent imprégnées de mélancolie ». En conclusion, Peyre revient sur ses préoccupations initiales, et s’interroge à haute voix sur la langue élue par l’écrivain dans son effort de rénovation poétique : « Mais il faut finir par choisir, et le choix le meilleur ne serait-il pas justement, entre les dialectes et le français, de choisir le provençal de Mistral, et de le faire sien ? »

16Moun ami Charles Rafel : il s’agit de l’un des hétéronymes sous lequel Peyre s’est exprimé, comme prosateur ou poète, tout au long de son existence. La première apparition de Charles Rafel, dans Marsyas, date de 1931 (no 230, octobre), dans un article intitulé « La Société des ennemis de Jacques Verveine » (p. 614). Ce Jacques Verveine est lui-même le fruit de l’invention de Peyre. Écrivain prolifique, ses ennemis se sont regroupés dans une société dont le secrétaire est Charles Rafel, « à Soleillet (Bouches-du-Rhône) ». Ses « papiers », toujours rédigés en français, quant à eux, figurent pour la première fois dans la revue de Peyre en 1934 (no 168, décembre) : « Notre ami Charles Rafel, en partant pour un long voyage, nous a permis de puiser à notre gré dans ses papiers » (p. 790). Désormais, cette rubrique apparut régulièrement dans la revue, généralement en dernière page. Certains de ces « papiers » ont été réunis en volume par la compagne de Peyre, Amy Sylvel, en 1974 (Les papiers de Charles Rafel. Points et contrepoints, numéro hors-série, octobre 1974, 173 p.). Ils couvrent les années 1934-1961. Le mensuel Occitania, qui avait été créé en 1934 par des membres de la S.E.O. (Barthe, Boussac, Camproux, Max Rouquette...), cessa de paraître en juillet 1939. En 1938, Céline (Louis-Ferdinant Céline, 1894-1961), médecin comme Max Rouquette, avait publié certains de ses livres les plus marquants : les romans autobiographiques Voyage au bout de la nuit (1932), qui manqua de peu d’être couronné par le prix Goncourt la même année, et Mort à crédit (1936), mais aussi les pamphlets antisémites Bagatelles pour un massacre (1937) et L’école des cadavres (1938). On trouve en effet dans Occitania (no 39, [janvier 1938]), à la rubrique « Revista de Premsa », sous le titre « Marsyas », les lignes suivantes : « S’al lioc d’estre Roqueta, me disièn Louis-Ferdinand Céline, un cop qu’auriei legit los darriers “Papiers de Charles Rafel” diriei qu’aquel Charles Rafel est “un petit sodomiseur de mouches” ». Céline contribua largement à la diffusion de cette formule (« enculeur de mouches », « encuculer moumouche », etc. reviennent souvent sous sa plume). Peyre ne semble pas touché en mal par cette allusion, qu’il reçoit plutôt avec une certaine ironie. Ni Marsyas, ni ÒC, ne font allusion à Céline et à son œuvre à cette époque.

Lettre no 2

17Dans l’élan de la lettre no 1, Peyre semble avoir fait le voyage d’Argelliers, à l’occasion peut-être, d’un déplacement qui rendait ce détour possible, sans aucun doute pour visiter les lieux où Max Rouquette était né et avait passé son enfance, et qui sont si intensément présents dans son œuvre, en prose ou en poésie. Le village de Saint-Martin-de-Londres, d’où a été expédiée la carte postale, se situe au pied du pic Saint-Loup, à une quinzaine de kilomètres d’Argelliers.

18Aquéu de Mazamet : sans doute quelqu’un qui vivait à Aigues-Vives, dans l’entourage de Peyre, et qui écrivait en provençal mistralien, sans qu’il soit possible d’en dire davantage.

Lettre no 3

19Ce courrier a été envoyé plus de cinq ans après la carte postale d’Argelliers/Saint-Martin-de-Londres. Peyre ne s’adresse plus au « poète », comme en 1938, mais à l’« ami ». Il s’agit d’une réponse à une carte postale expédiée de Montségur par René Nelli et Max Rouquette à Peyre. Cette carte a sans doute été envoyée par les mêmes expéditeurs en même temps qu’une autre, destinée à Félix Castan, et figurant dans les papiers de ce dernier. Les deux envois ont probablement été effectués à la fin de l’été 1943 (la lettre de Peyre est datée de la fin du mois de septembre, et il lui a fallu « pas mal de temps » pour accuser réception de cette carte, écrit-il pour commencer à Rouquette). Sur ces deux cartes postales, voir Philippe Gardy, « René Nelli : « À Max Rouquette », 1940-1950. Envois, échanges et complicités », Revue des Langues Romanes, à paraître, 2011.

20p. 1
L’oumenage à J. S. Pons : allusion au numéro spécial d’ÒC consacré à Joseph-Sébastien (Josep-Sebastià) Pons, et à d’autres numéros de la revue lus avec retard eux aussi. Ce numéro d’hommage à Pons, l’un des maîtres de Rouquette, date de l’hiver 1942 (une dizaine de mois avant donc). Max Rouquette en a écrit la présentation, p. 1-5, sous le titre d’« Omenatge a Josep-Sebastià Pons ». La même année (fin octobre d’après l’achevé d’imprimer) a paru le deuxième recueil poétique de Rouquette, Somnis de la nuoch, dans la collection « Messatges » de la Société d’études occitanes.

21Voste nadau : la revue montpelliéraine Calendau, dirigée par Pierre Azéma, avait publié le récit de Max Rouquette intitulé « La nioch dau papa-rous » (n96, nouvembre-desembre 1942, 274-278). Ce « raconte de Nadau » (c’est son sous-titre) porte la dédicace « pèr Pèire Azema ». Il devait figurer dans le premier volume de Verd Paradís (Toulouse, Institut d’études occitanes, 1961).

22Ço que disès de l’estile : dans la livraison de la revue ÒC datée de l’été 1943, « Nota sus l’estile », p. 16. Voici le texte de cette chronique :

Despioi que Mistral afortiguet que la lenga d’oc « s’en anet vieure enco di pastre e di marin », es de moda dins lo monde, pamens tant clar, dels prosators, de prener per escrieure, l’estile de la conversa, del pagès. Es coma en Francia, quora volon parlar de retorn a la terra.
Aquel biais de pensar es de la mena de pensada que fai las peças en dos lengas quand un personatge es pas del miejorn. Caldrià donc, se d’asard fasien venir sul teatre un cosaque, un chinés o un canaqua, los faire charrar cadun dins sa lenga.
Prenon pas solament l’estile de la terra, mas tanben per eros, e solament eles, los omes de la terra. Aquel rasonament, seguit per un Racine, nos auriè privat de Phèdre (Thésée charrava pas que lo gregau), de Bajazet (que parlava lo truc) e d’Athalia (que parlava coma un banquier).
La sequencia logica de tal biais de pensar es que lo poeta o l’escrivan d’oc deu caussar d’esclops, se vestir de velos e quittar de caire, d’afons, aquel estrange abilhatge e capel larg, a caussas de fustier e caravata « La Vallière » qu’es coma cadun lo sap lo vesti acostumiat del felibre.
La vertat es pamens estada dicha, fai un bel floc de temps, per un ome pron conescut, lo senher Buffon, lo jorn que quittet caire de sas manchetas de seda aquel mot breu, senat e pessuc : « Le style, c’est l’homme ».
Se la lenga d’oc pot esperar un jorn prener una plaça d’onor, es per la mirgalhadura de sos escrivans d’elei, totes d’elei per la singularitat personala de l’estile. S’embarrar dins lo biais de parlar del pagés es tant sot coma s’embarrar dins l’estile trobadorenc del segle dotzenc.
Una lenga deu e pot expremir < ; > tant lo somni d’un pastre que la conversa d’un rei. Una lenga se pot enriquir solament que per ço que per son biais unenc, cade escrivan ie porgis de sa sava. La lenga d’oc s’es<t> pausada « enco di pastre e di marin ». D’accordi. Mas es pas una rason per ie demorar eternament. Cal pas desoblidar qu’es estada la lenga de tot un pople, e que l’amor lo mai requist a cantat dins sa votz. Alara que cadun cante ço que voldrà.
Es la força e la vida, lo sanc caud d’una pensada, e sa singularitat que fan l’estile : e non pas lo vesti rustic o autre.

23Il n’est pas question de Pons dans cette note ; c’est à la présentation de l’hommage à Pons par Max Rouquette que Peyre fait allusion ici. Rouquette y écrivait notamment — et c’est à ces lignes que Peyre se réfère :

Es dins Canta-Perdiu qu’ai descubert J.-S. Pons. Per aver una idea de mon emblausiment fau somniar a ço que pot estre per un jovent de sege ans que finis de machucar sens fin de Corneille, de Hugo, de Heredia, quora legis un jorn Baudelaire ; per lo que sap de cor la Simfonia en ut minor, quora descubris un jorn los quatuors de Mozart. Per ieu, lo lassitge era d’auçada : vole parlar de Mistral, l’eterne, lo sol, lo gigant, lo Dieu, costa de quau los grands-prieus an solament permes la capeleta d’Aubanel. Aver aimat Teocrita coma un vielh de son vilatge, e lo Vergeli bucolic coma un ainat amistós e afecionat, s’embraigar dau perfum d’éli, de vin e de meu que floteja dins Saadi e Hafiz, dau perfum de nuoch, de cendra e de carn de Khayyam, seguir lo Dante dins son voù de gimerre, e Shakespeare dins sas nuochs de somni e de sang e, tornat dins sa patria, veire lo sol Mistral traire a son entorn coma una ombra de nuoch n’i avia per sarrar lo ponh e per plorar. La poesia rajava e cantava de pertot coma un riu de prima. E sola en un silenci de plomb s’entre dormissiá la terra d’oc. De tot aiçò tirave una sentida de soletat e de maucor.
Aquela sentida Pons l’a tenguda e armoniosament expremida dins un poème de Canta Perdiu ont sa votz secreta s’espandis coma una confidéncia. [...] Après tant e tant de poesia occitana qu’es estada sempre sus una branca de Paris, e Mistral nimai d’Arbaud non escapan a la critica, per lo primier cop despuei los Trobadors, un poeta vertadier, nos trasiá son cant posat a la font nacionala.

Après avoir assez longuement développé cette comparaison entre Mistral et Pons, au bénéfice du second, Max Rouquette affirmait notamment dans les dernières lignes de son hommage :

Amb aquela obra la lenga d’oc pot téner son reng dins la poesia universala [...] L’amistat martegalenca a fach la glòria de d’Arbaud. Perdequ’aquel silenci alentorn de Pons, lo poeta mai grand, e de luonh qu’avem agut despuei Mistral ?

24Moun assai près li Cahiers du Sud : l’essai mentionné par Peyre est sa contribution au numéro exceptionnel des Cahiers du Sud (« Le Génie d’Oc et l’Homme méditerranéen », n249, août-septembre 1942) : « Miracle de Mistral » (p. 224-233).

25« Lou bèu tèms que fai deforo » : il s’agit du premier vers de la dernière strophe du chant III de Mirèio. « Oh ! lou bèu tèms que fai deforo ! », s’exclame Nore, qui vient de chanter la chansons de « Magali » devant l’héroïne du poème et les autres jeunes filles en train d’œuvrer à la descoucounado, le dépouillement des cocons de vers à soie dans la magnanerie. Peyre citait souvent ce passage du poème de Mistral, auquel il attribuait une signification beaucoup plus large que celle qu’on peut lui trouver dans ce passage. Voici par exemple le commentaire qu’il en faisait dans Marsyas, no 251, janvier-février 1947, p. 1302, en conclusion d’un long article intitulé : « Existe-t-il une culture provençale ? » :

Il est urgent que la Renaissance Provençale sorte enfin de la Magnanerie Félibréenne, et aille voir le beau temps qu’il fait dehors. La poésie provençale (je ne parle pas des rimailleries) est déjà, à elle seule, une chose nouvelle, au milieu de choses très anciennes. Que ne serait pas une culture provençale, riche de sève et de soleil, qui ne renierait rien des sources antiques et des fontaines natales, et qui s’en irait, dans un monde de plus en plus angoissé, à la rencontre des autres cultures ? La beauté et la pensée ont d’infinies ressources. Ce fut presque un scandale, il y a quelques années, quand un félibre parla du tourment de Pascal. Le jour où l’on verra les provençaux écrire dans la langue de Mistral des essais sur Hugo aussi bien que sur Mistral, des études sur l’Inde aussi bien que sur la croisade contre les Albigeois, des articles sur Rodin aussi bien que sur la Camargue, ou sur Rilke aussi bien que sur d’Arbaud (c’est à dessein que je nomme au hasard, sans impliquer aucun rapprochement des sujets et des thèmes), — aussitôt que les provençaux voudront et sauront ainsi écrire, et trouveront enfin des lecteurs sérieux, la culture provençale prouvera qu’elle est capables d’exister.

26Reviéuda Marsyas : la parution de la revue animée par Peyre avait été arrêtée avec le numéro 240, daté de septembre-octobre 1942. La revue reprit son cours normal en janvier 1946 (n241). On y lit alors l’information suivante : « La revue Marsyas, fondée en 1921, a suspendu sa publication en 1943, devant une demande de collaboration de la Légion Française des Combattants et des Volontaires de la Révolution Nationale ».

Faire camina en musico li mountagno : allusion au mythe d’Orphée.

De que fai aquel enfant ? : le premier enfant de Max Rouquette, Michel, né le 9 février 1943.

Lettre n4

27p. 1
La revisto Pyrénées : Peyre fait allusion au dossier que la revue toulousaine Pyrénées, « cahiers de la pensée française » (créée en 1941 par les éditions Privat-Didier) projetait de consacrer à la poésie d’oc contemporaine, sous la direction de René Nelli (ce numéro parut finalement en juin 1944, no 17-18 de la revue, sous le titre « Jeune poésie d’Oc. / Anthologie composée par René Nelli »). Peyre, dans sa jeunesse, avait créé en compagnie d’Élie Vianès (Mouriès, 1888-1948), père de Jean-Calendal (Mouriès, 1913-1990), les publications provençales La Regalido (1909) et Lou Secrèt (1918), dont l’échec préfigura, en quelque sorte, la création de Marsyas en 1921. Marsyas accueillit des poèmes de Jean-Calendal Vianès dès 1946 (no 241, janvier 1946). En 1942, dans sa contribution au numéro exceptionnel des Cahiers du Sud consacré au « Génie d’Oc », Peyre évoquait la personnalité poétique de Vianès en parlant d’« une jeune pensée déjà dépouillée de confusion, limpide dans la lumière et dans le froid » (« Miracle de Mistral », p. 220). Sur l’amitié entre Peyre et Vianès, voir Claude Julian, « Jan-Calendau Vianès (1913-1990) e Suli-Andriéu Peyre (1890-1961) », L’Astrado, 33, 1998, p. 143-173.

28Sabe pas se legissès l’A. F. ? : le numéro exceptionnel des Cahiers du Sud consacré au « Génie d’Oc » avait été gratifié dans l’Action Française, le journal de Charles Maurras, d’un accueil très négatif sous la plume d’Émile Ripert (1882-1948), écrivain, poète, historien de la littérature d’oc, professeur de langue et littérature provençales à la Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence, et frère du juriste Georges Ripert (1880-1958), qui fut un temps, en 1940, secrétaire d’État à l’instruction publique. Max Rouquette réagit à cette critique dans les mêmes Cahiers du Sud (janvier 1944, no 263 : « Le « Génie d’Oc » et l’imposture des mandarins », p. 51-58) en des termes qui rappellent ceux utilisés par Peyre à ce sujet dans sa lettre du 25 novembre 1943 (voir plus loin). La copie de la lettre à Ballard et Maurras mentionnée par Peyre ne figure pas dans les archives de Max Rouquette.

29Paul Eyssavel (1886-1957), poète provençal, mutilé de la première guerre mondiale, figure bien dans l’anthologie publiée par les Cahiers du Sud, avec un poème intitulé « La pesca di Sant-Janencs » (« La pêche de ceux de Saint-Jean »). Peyre écrivait alors à son sujet qu’il « sort de la Provence antique pour entrer dans la douleur, et la douleur est plus belle, plus vraie, que la Provence antique ». À cette date, Eyssavel avait notamment publié, outre Entre leurs mains, journal d’un mutilé (Paris, Plon et Nourrit, 1921), les recueils poétiques Au bèu soulèu dis avis (Vaison, Macabet, 1925) ; A l’aflat dóu gregau (Toulouse, Les Cahiers occitans, 1929) et Lou lume subre la draio (Toulouse, La Galerie d’oc, 1931). Il collaborait à ÒC depuis les débuts de la revue, et encore au cours des années 1940, y publiant poèmes, proses et traductions de textes antiques, d’abord en graphie mistralienne puis, à partir de 1933, en graphie alibertine. Il quitta plus tard Auxerre pour le village d’Arzac, en Béarn, où il passa les quatre dernières années de son existence. (Cf. « Omenatge a Pau Eyssavel », ÒC, janvier-mars 1957, p. 1-16 ; contributions d’Ismaël Girard, Robert Lafont et Roger Lapassade, suivies d’une brève anthologie d’Eyssavel). Parallèlement, Eyssavel était publié dans Marsyas : son nom y figure à plusieurs reprises entre la fin des années 1920 et le début des années 30.

30Marie Noël (1883-1967), écrivain français (Les chansons et les heures, 1922 ; Chants et psaumes d’automne, 1947, etc.), dont le catholicisme souvent désespéré avait rencontré le sentiment de solitude dont toute l’œuvre poétique de Peyre est empreinte. Marsyas publia à plusieurs reprises ses poèmes (par exemple « Marthe et Marie », no 249, novembre 1946) et rendit compte régulièrement de ses publications.

31p. 2
L’enfant : Michel, le fils aîné de Léone et Max Rouquette.

32La presentacioun di pouèto : les poètes contemporains présents dans « Le génie d’Oc et l’homme méditerranéen » (p. 234-251), sous l’intitulé « Poètes provençaux modernes », ne corrrespondent pas toujours avec ceux dont parle Peyre dans son panorama « Miracle de Mistral ». Le choix, dans les deux langues, composé par Nelli (et par Ballard lui-même d’après Nelli) comportait, dans l’ordre : Joseph d’Arbaud ; Joseph-Sébastien Pons ; Paul Eyssavel ; Charles Galtier ; René Nelli ; Pierre-Jean Roudin (= Pierre Rouquette) ; Georges Reboul ; Max Rouquette. Peyre, quant à lui, mentionnait également dans son essai Farfantello (= Henriette Dibon), Albert Pestour, André Chamson, Noël Vesper, Jean-Calendal Vianès.

33Oc : Peyre semble parler ici de la revue en général, et non d’un article précis.

Lettre n5

34p. 1
Calendau : Jean-Calendal Vianès, dont il a déjà été question dans la lettre précédente.

35Azema : Pierre Azéma (1891-1967), le directeur de la revue montpelliéraine Calendau, journaliste, poète, dramaturge (Lou Ciclopa, Paris, Occitania, 1926), essayiste et polémiste (A boulet rouge..., Toulon, La Pignato, 1930). Il semblerait donc que Peyre ait également envoyé, outre à Maurras et à Ballard, une lettre à l’Action Française en réaction aux écrits d’Émile Ripert contre les Cahiers du Sud (Voir Omenatge a Pèire Azema, Béziers, IEO-Lo Paratge-CIDO, 1987).

36Teissier : Léon Teissier (1883-1981), d’origine cévenole, poète (L’or di Ceveno, Toulon, La Pignato, 1928) et essayiste (Calendau, introduction au poème de Mistral, chez l’auteur, 1959), collaborateur, notamment, de Marsyas et de Calendau. Il était contrôleur des hypothèques. On voit plus loin que si Peyre apprécie Teissier en tant qu’essayiste et penseur, il estime moins le poète.

37p. 2
Aquelo sus Mount Segur : il s’agit du texte intitulé « Montségur » et figurant aux pages 108-109 de cette livraison des Cahiers du Sud. Il est signé des seules initiales S. J. Les lettres de René Nelli à Max Rouquette nous apprennent que ces initiales renvoient à Nelli lui-même, et qu’il s’agit de la version française d’un texte d’abord rédigé en occitan et publié seulement plus tard dans ÒC (numéro daté de l’été 1943, p. 13). Il y est suivi de la mention, qui serait donc à rectifier : « revirat per Renat Nelli ».

38L’ipoucampe : Émile Ripert. Nelli fait lui aussi usage de ce surnom dans ses lettres d’alors à Ismaël Girard et Max Rouquette. Lou Mart. est assurément « Lou Martegau », l’homme de Martigues, Maurras, qui en était originaire ; N. désignant Nelli.

39André Chamson : André Chamson (Nîmes, 1900-Paris, 1983), académicien français (1956), romancier, poète et journaliste d’origine cévenole (Retour d’Espagne, 1937 ; La Superbe, 1967...). On lui doit quelques poèmes en provençal mistralien, recueillis tardivement en volume après qu’ils aient obtenu le Prix Mistral en 1956 (Lou ramas de pin negre / Le rameau de pin noir, Toulon, L’Astrado, 1988). Certains furent publiés dans Marsyas (n327, avril-mai 1956 : « Pin, erbo flourido... » ; « Cant dóu tèms renadiéu »). Peyre a rendu compte à plusieurs reprises des romans, et en particulier des romans « cévenols », de Chamson dans Marsyas. In carce : en prison.

40p. 3
D’Arbaud e Baroncelli : Joseph d’Arbaud, l’auteur de La Bèstio dóu Vacarés, mourut à Aix en 1950. Folco de Baroncelli, à Avignon en 1943.

41L’ipoucampelefantocamelos : mot sans doute forgé par Peyre, à partir du grec hippocamelos, qui désigne un animal fabuleux, moitié cheval et moitié chameau. Il y ajoute l’éléphant, pour faire bonne mesure.

42Un pouèmo arabe pederasti : allusion aux contributions d’Émile Dermenghem (« Les grands thèmes de la poésie amoureuse chez les Arabes précurseurs de poètes d’oc » (p. 26-38) et de Mohammed El Fassi, « La poésie arabe andalouse et son influence » (p. 33-43). Le vers latin cité par Peyre est le premier de la deuxième bucolique de Virgile : « Le berger Corydon brûlait pour le bel Alexis ».

43Maurras, lou grand sourd : Charles Maurras avait été atteint d’une surdité quasi-totale à l’âge de 15 ans.

44Bousquet : l’écrivain Joë Bousquet (Narbonne, 1897-Carcassonne, 1950), maître et ami de René Nelli, qui lui a consacré, entre autres écrits, une biographie (Paris, Albin Michel, 1975). Il fut l’un des principaux initiateurs du numéro des Cahiers du Sud sur le « Génie d’Oc ». Blessé à Vailly le 17 mai 1918, il passa, paralysé, le reste de son existence à Carcassonne, au 53 de la rue de Verdun, « dans la chambre aux volets clos où il devait demeurer jusqu’à sa mort » (René Nelli).

45Pajo 90 : le passage cité des Cahiers du Sud en dessous de la signature est tiré du texte de Louis Blanchard, « La contribution de la plastique à l’humanisme languedocien ».

46O flour ! erias trop proumierenco ! : citation empruntée au chant IV de la deuxième épopée en date de Mistral, Calendau (« La fado Esterello »). Le père du héros raconte à son fils les temps anciens et glorieux de la Provence, évoquant tout particulièrement ceux de l’« indépendance » (« deliéure »), « cènt troubadour fasènt l’Empèri » (« cent troubadours faisant florès »), et insistant, comme ne cessera de le faire Peyre, mais avec d’autres intentions, sur cette « nacioun en flour » (« nation en fleur ») dont l’épanouissement fut alors tranché par l’épée. Peyre devait quelques années plus tard citer ce vers à propos de Jasmin (Marsyas, no 275, mars 1950) : « Jasmin aussi était une fleur trop précoce. Il a pourtant fleuri à sa façon, mi-sauvage, mi-autodidacte, et il a prophétisé, — comme un prophète aveugle » (p. 1601).

Lettre no 6

47p. 1
Un fascicle sus Mistral : ce projet, qui n’arrivera jamais à terme, va occuper quelques mois Peyre, Rouquette et Nelli. Ce dernier ne semble pas y voir une excellente chose, à lire ce qu’il en écrit à Rouquette, qui, lui, plus conciliant au bout du compte, finit pas envoyer sa contribution. (Voir la lettre no 13).

48Vous, qu’avès legi Mistral à 1  ans : Nelli paraît plutôt avoir été un lecteur d’Aubanel (que Peyre n’appréciait pas vraiment) : « ... a l’edat de trètze o catòrze ans me siái virat amb passion cap al lengatge provençal, vers los poèmas d’Aubanel, que sabi encara de còr » (témoignage de René Nelli dans Viure, « Dètz testimònis », no 4, hiver 1965, n. p.). Peut-être Peyre a-t-il confondu avec Max Rouquette ? À moins que Nelli ait livré lui-même cette information à Peyre dans un courrier, bien sûr. Nelli, en outre, a été félibre (membre et responsable de l’« Escolo audenco » notamment, au milieu des années 1930). Mais il ne l’est plus à cette époque.

49l’adreisso de Joë Bousquet : on sait que Joë Bousquet avait été le maître puis l’ami de René Nelli (Carcassonne, 1906-1982), qui lui consacra plus tard un essai remarqué (Joë Bousquet, sa vie, son œuvre, Paris, Albin Michel 1975). En 1944, Nelli était déjà à la tête d’une œuvre importante, d’écrivain (en français et en occitan) et de penseur. Il avait notamment été l’un des artisans de la livraison exceptionnelle des Cahiers du Sud « Le Génie d’oc et l’homme méditerranéen ».

50Ai apoundu i pajo de gardo dóu recuei : sans doute celui de Boursier, qui vient d’être cité par Peyre, et que celui-ci aurait alors envoyé à Nelli, lui-même intéressé, comme ethnographe, par ces sortes de devises. Ce livre avait été publié en 1936.

51p. 2
Pèr quant au ti : l’usage de –ti en provençal semble avoir été pendant ces années-là un sujet de polémiques sans fin entre Peyre et ses amis (Charles Galtier notamment) et les occitanistes de la revue ÒC. Marsyas publia en 1949 (no 270) un ensemble de poèmes de Galtier précisément intitulé « Lou creirés-ti ? »

52Un abat Aurouze : il s’agit de la thèse de l’abbé Joseph Aurouze (1871-1956), soutenue devant l’université d’Aix-Marseille, Histoire critique de la renaissance méridionale au xixsiècle, deux vol. , préface de Frédéric Mistral, Avignon, Seguin, 1907.

53p. 3
Mai regardas la lengo angleso de vuei : on sait que Peyre pratiquait l’anglais, pour des raisons aussi bien professionnelles (la Source Perrier, où il travaillait, appartenait à des Britanniques) que personnelles et littéraires (l’anglais a été assez tôt l’une de ses trois langues d’écriture poétique). C’est en outre avec l’angliciste Denis Saurat, d’abord professeur d’université en France, puis en Angleterre, en même temps qu’il exerçait la fonction de directeur de l’Institut français de Londres, qu’il fonda Marsyas et en assura la rédaction de longues années durant. Peyre et Saurat se séparèrent au milieu des années 1950, quand ce dernier se rapprocha des « occitans » et fit publier ses poèmes ariégeois dans la collection « Messatges » de l’Institut d’études occitanes (Voir Denis Saurat, Encaminament catar. Introduction, traduction et notes par Jean-François Courouau, Toulouse, Presses universitaires du Mirail (« Interlangues »), 2010).

54p. 5
Carles Derennes : Charles Derennes (Villeneuve-sur-Lot, 4 août 1882-Paris, 27 avril 1930). Poète, romancier (La petite faunesse) et essayiste de renom, il fit partie du groupe des écrivains d’Hossegor, sur la côte landaise. Son attachement à sa région natale le conduisit, dans les dernières années de sa vie, à écrire des pages en occitan, sous l’influence, en particulier, d’Ismaël Girard, qui publia certains de ses textes dans ÒC. Ses poèmes d’oc ont été réunis dans un recueil intitulé Romivatge, en 1924 (Samatan, Editorial occitan).

55p. 6
Miracle de Mistral : le titre de la contribution de Peyre au volume des Cahiers du Sud consacré au « Génie d’Oc et l’homme méditerranéen ».

56Bèu Diéu, Diéu ami... : ces vers de Mistral se trouvent à la cinquième strophe du chant 1 de Mirèio (« Dieu beau, Dieu ami, sur les ailes / de notre langue provençale / Fais que je puisse aveindre la branche des oiseaux »). Ce vers devait donner son titre au pamphlet de Peyre La Branche des oiseaux (Aigues-Vives, Marsyas, 1948), pamphlet dans lequel il s’en prenait avec virulence aux thèses « occitanes ».

57Amo de moun païs... : passage resté fameux de l’invocation (début du chant 1) du deuxième poème épique mistralien, Calendau. « Âme de mon pays [...] / je t’appelle ! incarne-toi dans mes vers provençaux ».

58Max Rouqueto, nouvèu counverti d’Alibert : jusqu’à la fin des années trente, Max Rouquette a utilisé la graphie félibréenne de l’occitan, initiée par Mistral et Roumanille, dans ses écrits, et en particulier dans les deux publications montpelliéraines auxquelles il a collaboré alors, La Campana de Magalouna de François Dezeuze, et plus encore Calendau de Pierre Azéma, où ont été publiées plusieurs des proses destinées à former le premier volume de Verd Paradís. Louis Alibert (Bram 1884-Montpellier 1959), lui-même usager de la graphie félibréenne du languedocien pendant plusieurs années, avait ensuite adopté le système « occitan » préconisé par Antonin Perbosc et Prosper Estieu, système qu’il avait peu à peu modifié. Sa Gramatica occitana segón los parlar lengadocians, où étaient exposés ses choix graphiques et plus largement linguistiques, avait paru en 1935-1937 aux éditions de la Société d’études occitanes. Peyre demanda effectivement un article à Rouquette pour la livraison « Mistral » en préparation des Cahiers du Sud dans sa lettre datée du 18 janvier 1944 (ici, lettre no 7).

59Gramaci pèr li quatrin : Peyre rapporte ici quelques vers, apparemment incomplets, tirés de plusieurs quatrains que Nelli lui a envoyés dans un précédent courrier. On ignore si cet envoi répondait à une demande de Peyre, ou si Nelli, comme il en avait la coutume, les avait joints de lui-même à son courrier destiné à un poète qu’il estimait (« Sully-André Peyre est sûrement le plus grand poète provençal d’aujourd’hui », devait-il notamment écrire en 1944 dans la livraison « Jeune poésie d’Oc » de Pyrénées, p. 497). Peyre a sans doute recopié ici les passages auxquels il avait été sensible, d’un seul ou de plusieurs de ces quatrains dont on peut penser qu’il s’agissait d’épigrammes, un genre que Nelli, en occitan, pratiquait beaucoup à cette époque (la deuxième partie d’Arma de vertat, recueil publié en 1952 aux éditions de l’Institut d’études occitanes, s’intitule précisément « Epigramas »). Le premier vers cité par Peyre, ainsi, nous renvoie directement au deux derniers de l’épigramme « Montsegur », la troisième des six, dédiées « À Pierre et Maria Sire », que Nelli fit figurer dans le numéro « Jeune poésie d’Oc » de Pyrénées (p. 484-485) :

Nivoluns de passar, de passar sens relambi e l’amor
pot canviar de visatge, lo reconeissi a sa votz.
(« Nuées de passer, de passer sans trêve, mais l’amour / peut changer de visage, je le reconnais à sa voix »)

60Les autres passages reproduits par Peyre ne paraissent renvoyer à aucun autre poème publié par Nelli à cette époque ou plus tard. Ce sont certainement des fragments extraits de quatrains demeurés inédits, ou dont Nelli avait gratifié son correspondant sans en conserver lui-même le texte. On ne connaît pas à Peyre d’autres appréciations sur la poésie de René Nelli que celles contenues dans cette lettre.

Lettre no 7

61p. 1
Aquéli noutiço : Nelli projetait sans doute alors de consacrer à chaque poète retenu pour l’anthologie de Pyrénées en préparation une notice spécifique. Cette idée fut abandonnée : on ne trouve dans le volume publié qu’une brève présentation d’ensemble des poètes, par grande région (Gascogne ; Languedoc ; Provence ; Limousin ; Roussillon).

62L’Aubanelenco : nom de plume (« L’Aubanélienne »), formé sur celui du poète Théodore Aubanel, de Marcelle Drutel (Marseille, 1897-Toulon, 1985). Elle avait notamment publié, en 1933, un recueil remarqué de poésies amoureuses, placées sous le signe de celles d’Aubanel : Li Desiranço. L’article auquel Peyre fait allusion est celui figurant sous le titre « Le désir et l’expression » dans le no 163 de Marsyas (juillet 1934, p. 766-770). Il y exprimait avec force les mêmes réserves concernant la poésie de M. Drutel : « Or ce recueil prolixe abonde en défauts : forme relâchée, gaucherie d’expression, éloquence ; vulgarité, manque d’aisance, c’est-à-dire de vraie force dans une langue trop puissante et pas assez maîtrisée ; manque de choix et de sobriété, c’est-à-dire de goût, dans une langue trop riche... »

63Farfantello : Peyre mentionne ici la plupart des poètes provençaux figurant dans l’anthologie de Pyrénées. Farfantello (= Henriette Dibon, 1902-1989) ; Georges Reboul (1901-1993), marseillais comme l’un de ses modèles en poésie, Victor Gelu (1806-1885) ; Jean-Calendal Vianès (voir plus haut) ; Joseph d’Arbaud (voir plus haut) ; Charles Galtier (1913-2004) ; Noël Vesper (1882-1944). Tous ces poètes ont contribué, plus ou moins régulièrement, à Marsyas, avant pour certains, et après la guerre.

64Nelli, qu’es tant gènt, es pamens gaire brave : dans ses courriers à Max Rouquette, Nelli exprime déjà ses réserves quant au projet « Mistral » de Peyre pour les Cahiers du Sud. Celles-ci portent aussi bien sur le sujet que Peyre voudrait le voir traiter que sur l’ensemble de l’entreprise.

Lettre no 8

65p. 1
Lou soumàri : outre les noms déjà mentionnés par Peyre dans ses précédents courrier (J. P. Roudin pour P. J. Roudin), on trouve ici l’essayiste, historien de l’art et romancier Marcel Brion (Marseille, 1895-Paris, 1984) ; les universitaires Barthélemy Taladoire (Toulon, 1906-1976 ; majoral du félibrige, il enseigna le latin à Montpellier puis à Aix-en-Provence, et fut un collaborateur occasionnel de Marsyas) et Étienne Fuzellier (son beau-frère, spécialiste du théâtre d’oc) ; et encore Louis Parrot (sans doute le poète et traducteur de Lorca, mort en 1948 à Paris).

66p. 2
Ro de Trenze : Léon Teissier était originaire de Vialas (Lozère), localité au-dessus de laquelle se trouve le rocher de Trenze.

67La vièio Anastasio : la censure, par allusion aux ciseaux d’Anastasie, expression elle-même d’origine obscure.

68Marius Jouveau : le fondateur de la revue provençale FE, en 1940, capoulié du Félibrige entre 1922 et 1941 ; il était né à Avignon en 1878 et mourut à Aix en 1949. Il laisse une œuvre de prosateur et de poète. Son fils René Jouveau (Arles, 1906-Aix-en-Provence, 1997), poète, conteur, historien du félibrige, fut également capoulié de l’organisation mistralienne, de 1971 à 1982. René Auzias était l’un de ses noms de plume, sans doute en référence au prénom de son grand-père, Elzéar. « Mistral et les Vénitiennes » : article de René Jouveau, sur un thème important du Pouèmo dóu Rose mistralien, publié en provençal dans le no 25 (avril 1942) de la revue FE. Peyre en accueillit, signée du pseudonyme de René Auzias, une version française dans Marsyas, no 239, juillet-août 1942, p. 1183-1185. Peu de temps après, le même Reinié Auzias donnait à Marsyas un poème (no 252, mars-avril 1947, p. 1312), dans un ensemble où figuraient également des textes d’André Chamson, Léon Teissier, Charles Mauron, Émile Bonnel et René Méjean.

69p. 3
Emé sa belo barbo : Marius Jouveau arborait effectivement une barbe fournie.

70Vosto responso à Ripert : elle parut, comme noté plus haut, dans le no 263 (janvier 1944) de la revue dirigée par Jean Ballard.

71Aniano : le village d’Aniane, dans la moyenne vallée de l’Hérault, non loin d’Argelliers, où Max Rouquette exerçait alors sa profession de médecin.

Lettre no 9

72p. 1
Ounte amassoulas Ripert : dans ce long article, Max Rouquette répondait point par point aux principales critiques formulées par Émile Ripert dans l’Action Française. Il s’agit en particulier de celles concernant des intervenants possibles qui n’avaient pas été conviés à s’exprimer ; du mépris dont il fait preuve envers l’œuvre de Léon Teissier ; du fait que le « Génie d’Oc » ne soit pas dans la ligne du mistralisme tel que défini, « depuis plus de cinquante ans [par] les régionalistes provençaux peu ou prou disciples de M. Maurras » ; de la présence du catharisme dans ce numéro ; des critiques concernant Sully-André Peyre, parce qu’il aurait mis au premier plan l’œuvre de prosateur de Joseph d’Arbaud au détriment de la « prose étincelante de Joseph Roumanille ». Pour Max Rouquette, en fait, il n’y avait là rien d’autre, au fond, que des « relents de délation politique » qui n’osent pas dire leur nom. Car, concluait-il, pour É. Ripert, les auteurs de cette livraison des Cahiers du Sud sont « des suppôts de l’ancien régime, des survivants de la littérature d’entre-deux-guerres, celle qui, comme chacun sait, fut la cause première de la défaite, en un mot et pout tout dire, des échappés de la NRF. Nos gens ainsi démasqués, il ne restait plus qu’à les livrer au bras séculier »...

73Lis idèio de Teissier : en fait, Max Rouquette émet une telle hypothèse sans vraiment la reprendre à son compte, probablement par prudence rhétorique. L’important pour lui est de défendre Teissier face aux attaques jugées injustifiées de Ripert.

74Mistral l’Illusion : c’est le titre de la contribution envoyée à Peyre par Léon Teissier pour figurer dans le numéro « Mistral » des Cahiers du Sud.

75p. 2
Ai reçaupu tambèn Oc : il s’agit du numéro de l’hiver 1943, dans lequel figurent, sous le titre « Fragments », des poèmes de Charles Galtier mis en graphie alibertine. Cette publication allait en quelque sorte mettre le feu aux poudres, et marquer le début des hostilités entre Peyre et les siens d’un côté, et les écrivains d’ÒC d’un autre. Quelques années plus tard, dans son pamphlet anti-occitaniste La Branche des oiseaux (Aigues-Vives, Marsyas, 1948), Peyre devait revenir sur cet incident (p. 163).

76p. 3
Dins voste infèr : dans cette transposition malicieuse de l’Enfer de Dante, Peyre songe sans doute à la traduction qu’en a effectuée Max Rouquette et dont certains extraits du chant I avaient été publiés dans Calendau (no 39, mars 1936, p. 78-82). Un autre devait l’être dans ÒC en 1945, p. 5-7 (« L’infern. La mort d’Ulisses, cant XXVI »).

77p. 4
Vous e Barthe : Roger Barthe (1911-1981), fils du dramaturge et félibre biterrois Émile Barthe, co-fondateur du « Nouveau Languedoc » avec Max Rouquette, poète et essayiste (L’idée latine, 1954), collaborateur d’ÒC, à qui Peyre avait donc dû demander une contribution pour le numéro « Mistral » des Cahiers du Sud. On voit que les premiers articles sollicités par Peyre ont alors commencé de lui parvenir.

78Boissy : le journaliste, poète et essayiste Gabriel Boissy (1879-1949). Directeur de la revue Comœdia, journaliste à L’Intransigeant, proche un moment de Paul Mariéton, il avait publié en 1935 aux Éditions du Siècle un ouvrage intitulé Le secret de Mistral. Le texte auquel fait allusion Peyre est « Transcendance de Mistral », publié en décembre 1943 dans Le mois suisse, no 57.

Lettre n10

79p. 1
L’article es fini : celui consacré à Mistral que Peyre avait demandé à Max Rouquette pour les Cahiers du Sud.

80Dins de pajo de l’Écho : il s’agit de l’Écho des étudiants, « hebdomadaire de la vie intellectuelle », dirigé par Jean Renon et alors publié depuis Montpellier où il s’était replié. Ce journal, dans lequel écrivaient aussi occasionnellement Charles Camproux ou Max Rouquette, avait publié dans son numéro 171-172, du 27 mai 1944 un ensemble conçu par Charles Galtier, sous le titre « La poésie d’Oc vivante ». La présentation de Galtier (qui l’avait signée de son nom de plume, Carle d’Eigaliero) était accompagnée d’une anthologie, dans laquelle ne figuraient que des poètes provençaux, dans l’acception mistralienne du terme (Joseph d’Arbaud ; Charles Galtier ; Sully-André Peyre ; Georges Reboul ; Noël Vesper ; Marcelle Drutel ; Eugène Martin ; Marcel Bonnet, Jean-Calendal Vianès ; Marius Jouveau ; Ludovic Souvestre ; Louis Bayle ; Ro de Trenze, « Rocher de Trenze », nom de plume de Léon Teissier). Dans sa présentation, Galtier, tout en prenant clairement le parti de la langue et de la graphie mistraliennes, faisait un rapide tableau des diverses autres conceptions de la langue d’oc alors en concurrence : « ... d’autres, empruntant le système de graphie établi par Roumanille et Mistral, préfèrent pourtant chanter dans leur dialecte ou sous-dialecte. Derniers venus, les membres de la Societat d’estudis occitans (S.E.O.) parmi lesquels s’affirment de jeunes poètes d’un sûr talent, ont adopté le système de graphie préconisé par M. Louis Alibert, graphie basée sur l’étymologie et qui veut unifier l’écriture des divers dialectes d’oc. » Ces considérations dénuées de polémique avaient tout pour déplaire à Peyre, qui aurait sans doute attendu une profession de foi mistralienne plus volontariste. D’un autre côté, l’anthologie composée par Galtier provoqua, chez les animateurs de la revue ÒC, des réactions vigoureuses, de la part, en particulier, d’Ismaël Girard. Ces querelles, qui eurent tôt fait de s’envenimer, constituent les soubassements des derniers courriers adressés par Peyre à Rouquette. (Voir Philippe Gardy, « Sully-André Peyre et la « querelle des troubadours » (1930-1960) », communication au colloque « Les troubadours dans le texte occitan du xxe siècle », Montpellier, 1er et 2 avril 2010, à paraître).

81p. 2
Amariéu que me diguessias : ce long développement sur des questions de langue et de graphie se retrouvera peu de temps après, et en des termes similaires, dans La Branche des oiseaux.

82« Aures habent, non audient » : ils ont des oreilles, et n’entendront pas (Psaume 113).

83La pajo de Renan : Peyre a publié des textes d’Ernest Renan à plusieurs reprises dans Marsyas. Le n197 (mai 1937) s’ouvre avec un extrait de L’Avenir de la science ; et le no 274 (janvier-février 1950) se referme sur un passage de la « Prière sur l’Acropole ». La page à laquelle il fait ici allusion est probablement celle qu’il allait reproduire en 1948 dans son essai La Branche des oiseaux (p. 74-75) : « Chaque famille d’idiomes est donc sortie de chaque race, sans effort comme sans tâtonnement... » (De l’origine du langage, III).

Lettre no 11

84p. 1
L’Antoulougio de Pyrénées : le numéro de la revue toulousaine « Jeune poésie d’Oc » composé par Nelli est daté de juin 1944.

85Tout aquéli laus que s’amoulounon, d’un biais tant soude, sus iéu : dans la présentation de son anthologie de l’Écho des étudiants, Galtier écrivait : « Sully-André Peyre, le plus grand, avec d’Arbaud, de nos poètes, « s’en allant devant lui, loin de Maillane », a exercé une forte influence sur ce nouveau courant de notre poésie. » Nelli, on l’a vu (voir lettre no 6, à propos de l’anthologie de Pyrénées) tenait la poésie de Peyre en haute estime, mais on ne trouve pas trace, sauf erreur de ma part, de cette reconnaissance dans les livraisons d’ÒC à cette époque. Peut-être Peyre a-t-il confondu « Jeune poésie d’Oc » et ÒC ? Charles Camproux a été pendant toute cette période un collaborateur assez régulier de Marsyas : on peut y lire de lui aussi bien des poèmes (toujours mis, souvent par les soins de Peyre lui-même, en graphie mistralienne) que des textes d’idées ou de critique littéraire (sur Pons, par exemple, en 1948). Cette collaboration a cessé en 1953. Peyre, de son côté, a consacré un article élogieux à la poésie de Camproux (« Charles Camproux ou le poète volontaire », Marsyas, no 259, mars-avril 1948). Quant à Charles Maurras et l’Action Française, ils paraissent avoir toujours parlé en termes favorables de Marsyas et de l’action de Peyre. Ainsi, en février 1935, Denis Saurat écrivait dans la revue dirigée par Peyre (no 170, février, p. 796-797) : « L’Action Française a toujours témoigné à Marsyas une certaine affection et à bien des reprises a fait à Peyre et à moi-même l’honneur de la grande publicité. » En 1959, de son côté, Peyre, à propos de Maurras, pouvait écrire : « Maurras était un organisateur capable de maintenir L’Action Française, ce néant politique. Qu’eût-il fait de la réalité provençale ».
(Frédéric Mistral, p. 150)

86p. 2
D’Arbaud : si Joseph d’Arbaud n’a été publié dans Marsyas qu’à de rares reprises, il y a en revanche fait l’objet de nombreux articles de critique. Le rôle que lui attribue Peyre dans le développement de la renaissance d’oc en Provence est finalement bien résumé dans ce qu’il écrivait à son sujet dans le numéro de Cahiers du Sud consacré au « Génie d’Oc » : « Joseph d’Arbaud a ouvert la seconde phase de la renaissance poétique provençale » (p. 228). Galtier avait publié dans son anthologie de l’Écho des étudiants un poème intitulé « Camargo », annoncé alors comme un « fragment inédit ». Ce poème, dans son entier, devait prendre place en 1951 dans le recueil posthume des Cant palustre (Les Chants palustres, Paris, Éditions des Horizons de France). Peyre, ensuite, énumère les grands recueils poétiques de d’Arbaud : Lou Lausié d’Arle (Le Laurier d’Arles), Paris, Oudin, 1913 ; Aix, Le Feu, 1925 ; La Coumbo (d’abord paru dans Le Feu en 1921, puis Paris, Editions des Horizons de France, 1945) ; Espelisoun de l’Autounado, d’abord paru dans la Revue des Pays d’Oc en 1932, puis réédité par Max-Philippe Delavouët au Baile Vert, en 1951 ; Li Rampau d’Aram, Aix, Le Feu, 1920 ; et, pour finir, les Chants palustres, encore inédits en volume au moment où il écrit à Max Rouquette.

87« Liun de Maiano » : formule extraite du poème « Non nobis... » cité intégralement par Peyre dans une autre lettre à Max Rouquette (ici lettre no 13).

88p. 3
Mai voste remèmbre vous engano : ce passage laisse croire que Rouquette, dans son souvenir, était alors persuadé que Peyre, en publiant dans sa revue quatre poèmes des Somnis dau matin en 1938, en avait de la même façon que pour Galtier dans ÒC quelques années plus tard, modifié la graphie.

89E meme prenguerias lou tèste dóu « Ven de parèisse » per li Somnis de la Nuoch : effectivement, le deuxième recueil de Max Rouquette avait paru entouré d’un bandeau où l’on pouvait lire quelques-unes des formules parmi les plus élogieuses utilisée par Peyre dans son article de Marsyas consacré en 1938 aux Somnis dau matin. Il est vrai que la recension de Peyre, avant celle, tardive, de Nelli dans ÒC (avril-mai-juin 1941, p. 7-8), avait fait date, en saluant comme il convenait la nouveauté de ce recueil inaugural. On peut penser que Max Rouquette avait envoyé son second recueil à Peyre, qui fait allusion à ce livre de poèmes dans la dédicace qu’il rédige à son intention au moment de la parution de son livre de proses françaises Le grand-père que j’ai en songe (Genève et Londres, Cercle Littéraire 1946) : « Pèr Max Rouquette, pouèto / di sounge dóu matin / e de la niue, un sounge. / Emé moun amistanço. / S. André Peyre ». Dans la bibliothèque de Max Rouquette, cet ouvrage figure aux côtés d’un exemplaire également dédicacé du premier recueil de Peyre, son Choix de poèmes (Le Cailar, Éditions Marsyas, 1929), qu’il avait dû lui faire parvenir dans les premiers temps de leur rencontre épistolaire (on y lit : « à Max Rouquette, / pèr quau lou sounge / empacho pas la lucho. / S. André Peyre »).

90Pèr Rouquette-Roudin : Pierre Rouquette (Pierre-Jean Roudin de son nom de plume provençal, Marseille, 1898-1988) écrivait aussi bien en languedocien (graphie alibertine) qu’en provençal (graphie mistralienne). Il avait publié dans Le Feu de Joseph d’Arbaud, aussi bien que dans ÒC, dès sa création, dans Lo Gai Saber toulousain, ou encore dans Marsyas (on trouve dans le numéro 219, mars 1939, un ensemble de quatorze Pouèmo, p. 1035-1038). Son premier recueil parut dans la collection « Messatges » de l’Institut d’études occitanes en 1951, sous le titre de Secret del temps.

91p. 4
E, coume l’ai adeja di : Peyre écrivait en effet en 1942 dans les Cahiers du Sud (« Le génie d’Oc », p. 228) : « Le renouvellement que lui [ = d’Arbaud] doit la langue de Mistral devrait montrer à quelques-uns qu’ils n’auraient pas besoin d’écrire dans un dialecte particulier pour sauvegarder leur indépendance d’expression ».

92Hugo : dernier vers resté fameux de l’avant-dernière pièce du livre VII des Châtiments (1853), « Ultima verba ». Un ome que pièi toumbè à Sedan : les armées de Napoléon III furent défaites à Sedan en juillet 1870.

93E siéu esta un di proumié : dans le no 135 (mai 1931) de Marsyas, Peyre, présentant « quatre nouveaux poètes provençaux » (Louis Bayle, Bruno Durand, Paul Eyssavel et Georges Reboul), écrivait déjà à propos de Reboul : « ... son plus grand défaut, — pour mon oreille qui se complaît à la pure harmonie mistralienne, comme à la douceur limousine de Pestour, — est peut-être de s’obstiner aux particularités dialectales de Marseille, et, notamment, l’affreux oua, dont cet alexandrin (qui, d’ailleurs, Dieu merci, n’est pas de Reboul) peut donner quelques idées [...] ». Peyre, en outre, s’en prenait également à cette époque à sa « complaisance pour la graphie « occitane », tentative artificielle, à laquelle il infuse, dans Escapolon et Lo Còr sus la Man, un peu de sa vie surabondante » (p. 594). On voit que, dans le cas de Reboul comme dans celui de Max Rouquette, la graphie, comme la propension « dialectale », ne prennent jamais le pas, pour Peyre, sur la poésie elle-même.

94p. 5
L’ome d’un soul pouèmo : Peyre répond probablement ici à des objections faites par Max Rouquette à propos de l’anthologie de Charles Galtier dans l’Écho des étudiants. Fallait-il choisir des poètes, ou des poèmes ? Peyre penche pour la seconde solution, mais il n’oublie pas de reconnaître à Galtier des qualités de « grand poète », comme à Georges Reboul, dont il sait bien, par ailleurs, qu’il est aussi, déjà, un « ami » des « occitans ». C’est ici le Peyre animateur de revue et se voulant rénovateur, par l’exemple et l’accueil, de la poésie provençale, qui s’exprime. Galtier, Reboul et... Max Rouquette (qu’il a été l’un des premiers à reconnaître à sa juste valeur dans Marsyas) sont tous sinon ses disciples, en tout cas ses héritiers, dans son désir d’indépendance à l’égard d’un félibrige qu’il juge alors médiocre, et dans sa volonté de promouvoir une poésie d’oc dégagée de toute entrave, y compris « mistralienne ». En ce sens, Peyre, tout comme d’Arbaud s’était dégagé de l’influence du maître de Maillane, veut à son tour se défaire et dégager avec lui de plus jeunes écrivains de ces mêmes influences mal comprises.

95Lou bèl article de Camproux pèr Reboul : dans le no 177-178 de l’Écho des étudiants (8 juillet 1944), Charles Camproux publiait en p. 2, sous l’intitulé « De Mistral à Valéry », un long compte rendu des deux premiers grands recueils poétiques de son ami Georges (Jòrgi) Reboul, Terraire nòu (« Terroir nouveau ») et Sènso relambi (« Sans relâche »), tous deux publiés, respectivement en 1937 et 1932, par les éditions Marsyas. Camproux y écrivait notamment, d’entrée de jeu : « Dans la jeune poésie d’Oc, les œuvres de Jordi Reboul représentent [...] une date : celle de la prise de conscience par la poésie d’Oc, de son intellectualité, et donc de sa propre valeur. Le poète d’Oc ne croit plus seulement participer par ses poèmes, à une œuvre pie. La piété, pour lui, ne suffit plus à excuser la pauvreté de l’inspiration, ni la nullité des formes sous la banale médiocrité de la forme. Et c’est un signe que Jordi Reboul se soit placé sous le signe du poète réputé le plus difficile parmi les maîtres modernes de la poésie éternelle. » Avec une belle lucidité critique, Camproux concluait, après de nombreuses citations commentées de ces deux recueils, en affirmant : « Il y a chez Reboul un puissant effort vers on ne sait quoi, que l’on devine comme la recherche du temps futur, du temps inoubliable. Au fond c’est la recherche d’une surréalité qui se confonde avec l’éternité. Tout le passé s’éclaire à cette volonté. »

96La fotò de l’oustau d’Argeliès : celle de la maison natale de Max Rouquette, à l’entrée du village quand on vient de Montpellier.

97p. 6
Se li Rùssi recoumençon pas de trahi : allusion au pacte signé contre toute attente entre les Soviétiques et l’Allemagne le 23 août 1939.

98Aquéli manidet : les deux fils de Max et Léone Rouquette, Michel, déjà apparu plusieurs fois dans de précédents courriers, et Jean-Guilhem, né le 30 avril 1944.

99E au founs, es pèr acò... : Peyre place alors une partie de son espoir, clairement, chez les animateurs de la revue ÒC, en particulier Max Rouquette et René Nelli, avec lesquels il est en correspondance suivie. Cela ne durera pas : très vite, il va abandonner ses espoirs de « conversion » (le mot revient plusieurs fois sous sa plume) et se tourner vers ce Félibrige qu’il a auparavant vertement critiqué.

Lettre no 12

100p. 1
Li ceremounié bourro-closco : les cérémonies de l’armistice du 11 novembre 1918.

101Oc venié de sourti : il s’agit probablement du numéro daté de l’été-automne-hiver 1944, qui s’ouvre par un éditorial intitulé « Liberacion » (sous la double signature Oc et S.E.O.). Ce numéro contient en particulier un double compte rendu, sous les plumes respectives de Robert Lafont d’abord, d’Ismaël Girard ensuite, du numéro de Pyrénées « Jeune poésie d’Oc » (p. 39-49). Si Lafont parle essentiellement de poésie, Girard, de son côté, s’en prend violemment à Charles Galtier et à l’anthologie qu’il a publiée dans l’Écho des étudiants.

102An assassina Nouvè dóu Vèspre : Noël Vesper, déjà mentionné par Peyre dans cette correspondance. De son nom d’état civil Noël Nougat (Mérindol, 1882-Buoux, 1944). Pasteur de l’Église réformée, essayiste et poète, il figure régulièrement au sommaire de Marsyas, dès 1934 (no 157, janvier 1934, « Poèmes provençaux et français de Noël Vesper », p. 731-732). En tête du no 241 de la revue, publié en janvier 1946 après l’interruption de Marsyas, on lit, dans la liste « des poètes que nous avons perdus depuis 1941 » : « N. V., poète, peintre, philosophe, théologue, mort sans avoir fini son œuvre, comme Chénier ». Dans le no 275 (mars 1950), à l’occasion de la publication de poèmes français de Maurice Favier (« fusillé par les Allemands à Signes (Var) le 19 juillet 1944 »), Peyre écrivait notamment : « Quel que soit le résultat d’une époque, nulle dialectique, quelle que soit l’idéologie qui la profère, nulle synthèse historique, ne peut nous consoler des meurtres collectifs de la guerre et des répressions, ni de la mort violente imposée à un André Chénier, à un Noël Vesper, à un Maurice Favier ».

103Rougier Barthe, amor que l’an « suspendu » : Roger Barthe, agrégé d’espagnol, avait été nommé assistant du professeur Jean Amade à la Faculté des Lettres de Montpelliers (cf. ÒC, printemps 1944, p. 27). Natif de Céret, Jean Amade (1878-1949), hispanisant et catalanisant, avait effectué à Montpellier la quasi-totalité de sa carrière, d’abord au Lycée, puis à la Faculté des Lettres. « ... il participait activement [...] au Nouveau Languedoc, association d’étudiants languedociens régionalistes, fédéralistes, fondée par Roger Barthe, en compagnie de Lesaffre et de Max Rouquette » (Christian Camps, Deux écrivains catalans. Jean Amade. Joseph-Sébastien Pons, Montpellier, Les Amis de J.-S. Pons et Occitania, 1986, I, p. 80). Amade, ainsi que le signale Christian Camps (p. 82), avait fait l’objet d’une dénonciation à la Libération, eu égard à ses « relations étroites avec Charles Maurras, ce qui suffisait alors à créer un climat de suspicion à son égard ». Barthe, quant à lui, fut suspendu de ses fonctions dans la même Faculté des Lettres par le gouvernement provisoire de De Gaulle. Le 5 juin 1945, il écrivait à Max Rouquette, de Bagnères où il se trouvait depuis quatre mois, attendant d’être fixé sur son sort, qu’il était toujours « suspendu » d’enseignement, mais pas encore « révoqué ».

104Jòrgi Lafourcado : Georges Lafourcade (1897-1944), l’un des collaborateurs réguliers de Marsyas (en français et en anglais). Universitaire angliciste, probablement proche de Denis Saurat, auteur d’une thèse sur le poète anglais Swinburne, il enseigna à Strasbourg.

Lettre no 13

105p. 1
La Société des Bibliophiles occitans : dans le numéro été-automne-hiver 1944 de la revue ÒC, Max Rouquette avait publié un article où, déplorant que les livres en langue d’oc soient généralement présentés de façon très négligée, il plaidait en faveur d’éditions « bibliophiliques » (« Orientacion. Bibliofilia », p. 32-33). Étaient joints à ce numéro deux feuillets en français présentant la toute nouvelle Société, dont le siège se trouvait à Toulouse. Peyre n’ayant pas encore pris connaissance de ce numéro, c’est Max Rouquette qui a dû l’en entretenir dans un précédent courrier.

106Carle d’Eigaliero : le nom de plume de Charles Galtier.

107Mande voste article à Ballard : Peyre a donc bien reçu l’article sur Mistral qu’il avait demandé à Max Rouquette pour les Cahiers du Sud.

108Arnaut Daniel e Bernat de Ventadour : on connaît l’aversion que Peyre manifesta de façon répétée à l’endroit de la poésie des troubadours, depuis son ouvrage de 1948, La Branche des oiseaux, jusqu’à sa contribution au numéro « Mistral / Mireille » de la revue Europe (no 360, avril 1959, 29-31). Dans cette dernière, sous l’intitulé « Mireille n’est pas morte... », il affirmait, reprenant des formulations qu’il avait souvent utilisées auparavant, que les troubadours « avaient momifié [leur langue] dans une enfance de deux siècles [...] On nous rebat les oreilles avec les Troubadours, en essayant de nous faire croire (mais chaque nouvelle anthologie augmente l’ennui qui se dégage d’eux) qu’ils ont été les maîtres médiévaux de la culture européenne. Disons, pour en finir, qu’ils ont été les catalyseurs, sans valeur intrinsèque ; mais dont la présence est nécessaire pour que se produisent certaines combinaisons ; c’est là peut-être la justice que l’on puisse leur rendre. » Peyre, néanmoins, avait été sensible, à ses débuts, aux charmes de la sextine, sur le modèle de celle, fameuse, d’Arnaut Daniel : il en avait publié une, de son crû, dans Marsyas (no 52, avril 1925), en provençal moderne. Mais il n’avait pas persisté dans cette voie. Max Rouquette, de son côté, avait toujours manifesté son intérêt pour la poésie d’oc médiévale. Peyre n’ignorait sans doute pas qu’il avait publié en 1937 dans la revue Calendau une « Crounica legendària das Troubadours », adaptant en occitan moderne certaines vies de troubadours. Et c’est peut-être (pour partie) en réaction aux propos de Peyre que Rouquette composa en 1947 (le texte est daté du 31 janvier) puis publia dans le numéro de janvier 1949 de la revue ÒC « L’Ataüt d’Arnautz Daniel. Sextina ».

109Li pastre e gènt di mas : allusion au dernier vers, resté fameux, de la deuxième strophe de Mirèio : « Car cantan que pèr vautre, o pastre e gènt di mas ! ». On peut supposer que Rouquette, dans son article, prenait le parti d’une lecture au pied de la lettre de cette proclamation ; tandis que Peyre, comme on le voit, estimait qu’il n’y avait rien de véritablement susceptible d’émouvoir un public populaire dans le poème de Mistral, sauf comme l’aurait fait Alphonse Daudet, à prendre ses désirs pour des réalités.

110La Mireille / de Gounod e Rivoire et Carret : l’adaptation pour la scène lyrique du poème de Mistral par Charles Gounod fut représentée pour la première fois en mars 1864. Le livret était l’œuvre de Michel Carré (1821-1872). Peyre s’amuse et persifle, en parlant de Rivoire et Carret : ces deux noms associés sont ceux d’une marque de pâtes. Dans son Mistral (Paris, Seghers, 1959, p. 145), Peyre devait écrire : « Sans l’opéra mirlitonesque, Mireille ne serait pas plus connue du grand public, moins encore des pâtres et gens des mas, que Faust et Marguerite ne le seraient en France sans le même Gounod. » La suite de la lettre permet de se faire une idée du contenu de cette contribution de Max Rouquette jamais publiée et aujourd’hui perdue (« Après recherche il ne reste aucune trace d’un dossier préparatoire sur Mistral. Seules sont conservées les correspondances de Peyre et de Rouquette avec Ballard », courriel — mai 2010 — de Jean-François Pinet, de la Bibliothèque « L’Alcazar » de la Ville de Marseille).

111Vosto remountado à Chénier : on peut supposer que dans sa contribution Max Rouquette esquissait une comparaison entre Mistral, « umble escoulan dóu grand Oumèro » (« humble écolier du grand Homère »), selon la formule restée fameuse du vers 4 de Mirèio, et la figure d’Homère, telle qu’elle apparaît dans le poème « L’Aveugle » que lui a consacré André Chénier (1762-1794). En avril 1939, Maurras avait célébré « les hautes merveilles » de ce poème dans un article, « André Chénier », publié dans la Revue de Paris, et repris ensuite dans Poésie et vérité (1944). Il y esquissait à plusieurs reprises un parallèle entre Chénier et Mistral.

112Li Hermant, Thérive : le romancier et académicien Abel Hermant (1862-1950) ; André Thérive (1891-1967), écrivain et critique littéraire, réputé pour son purisme linguistique. La fin de la phrase paraît un peu enchevêtrée.

Lettre no 14

113p. 1
Trois semaines se sont écoulées entre cette lettre et la précédente. Il semble que Peyre l’a écrite en réaction à la lecture du numéro daté de l’été-automne-hiver 1944 d’ÒC, dans lequel lui et Galtier se trouvaient pris à parti par Ismaël Girard. À son tour, il « invente » donc une langue, un latin macaronique à la fois tout aussi archaïsant et tout aussi ridicule, dans son esprit, que l’occitan tel que, selon lui, l’ont forgé Alibert, et, auparavant, Prosper Estieu et Antonin Perbosc. Nous n’avons pas cherché à corriger, dans cette première page, ce qui peut être considéré, de la part de Peyre, comme des « fautes » volontaires. Ajoutons que ce n’est pas ici le seul exemple de texte rédigé en latin par Peyre, qui prenait visiblement plaisir à passer d’une langue à l’autre, comme il pouvait le faire d’un nom de plume à un autre. Max Rouquette, semble-t-il, ne goûtait guère ces exercices virtuoses, qui selon lui étaient la marque d’une absence de sincérité et de profondeur. En 1950, dans ÒC, à propos de la querelle suscitée par la publication de La Branche des oiseaux de Peyre, il s’en prenait avec vigueur à

los qu’escrivon verses tant angleses coma provençaus, tant franceses coma latins [e que] podon faire badar d’estonament lo brave monde qu’aima res tant coma lo vedel a cinc patas e l’« athlète complet », mas es bon signe que i a pas per eles una forta necessitat e que per tal autor la lenga es pas causa viva, gisclada de la carn e de la sang, mas simple mejan material, algebre desencarnat, joc de prince o de mandarin. Per nautres la lenga es viva, es l’anma viva del poble d’ont siàm nascuts. Parlam per el, vole dire, per l’ora, a sa plaça. Volem pas, per servar d’entre sos dialectes, que curbis pas solament l’espandida de tota la Provença, crestar l’engenh nacional de tot lo demai de la terra d’oc. (« Per clavar », in « Cronicas. La Branca dels Aucèls », janvier 1950, p. 45-49)

114On remarquera comment ces propos sur le « peuple » semblent constituer une glose et une reformulation du vers fameux de l’invocation de Mirèio déjà mentionné : Car cantan que per vautre, o pastre e gènt di mas ! Mais telle n’est pas, à l’évidence, l’interprétation qu’en fait Peyre, qui écrivait en 1959, dans son Frédéric Mistral (Paris, Seghers, p. 145), sous la rubrique « Solitude de l’animateur », à propos d’une autre strophe mistralienne, tirée des Isclo d’Or cette fois : « Les paysans, les bourgeois [...] ne l’ont pas compris, ne l’ont sans doute pas lu ».

115P .2
Lou Chincho Merlincho : la première édition de ce texte érotique avignonnais du xviiie siècle, attribué à l’avocat Louis-Bernard Royer, date de 1871 ; elle fut l’œuvre de William Bonaparte Wyse (Bath, G. Lewis). Une seconde édition, augmentée d’autres pièces poétiques, parut en 1932 (Paris, Enri Babou). Le Montpelliérain Joseph Loubet (1874-1951), félibre, poète d’oc et essayiste, en fut le maître d’œuvre. C’est à celle-ci que Peyre, dont le jugement a priori peut apparaître injuste, fait allusion.

116p. 3
L’amfibounoumio : il faut sans doute comprendre amfiboulougio.

117La Terra d’Oc d’aoust : ce périodique, fondé et dirigé entre 1940 et 1945 par l’écrivain et dramaturge albigeois André-Jacques Boussac (1889-1964), revendiquait son rattachement à la Société d’études occitanes. Il se présentait comme le successeur d’Occitania, mensuel créé en 1934 par des membres de la S.E.O. (Barthe, Boussac, Camproux, Max Rouquette...), et qui avait cessé de paraître en juillet 1939. Le sous-titre précisait en effet : « Edicion enterimària d’Occitania ». Dans tout ce passage, Peyre s’efforce, au-delà d’une application hasardeuse des règles édictées par Alibert, de montrer à Rouquette les contradictions sur lesquelles repose la graphie alibertine en son principe, en tout cas tel qu’il le trouvait mis en œuvre dans la revue de Boussac.

118p. 4
Sias gaire brave, dins Oc : Galtier, on l’a vu, signait souvent ses textes et, en particulier, ses poèmes, du pseudonyme de Carle d’Eigaliero, du nom du village dont il était originaire. Max Rouquette s’était moqué de cette pratique au détour d’un article de la revue ÒC (printemps 1944), dans lequel il s’en prenait aux mistraliens, « Orientacion. Jos lo signe de l’estudi ». Il écrivait notamment alors (p. 17), après avoir commencé par stigmatiser le « droit de chef-d’œuvre » cher à Peyre :

La responsa del poble d’oc es estada clara e sens pietat : lo drech de cap d’obra es demorat ço qu’era : un tron banhat. Los autres que s’avisan que lo cop era un pauc gros ensajan de nos arrestar a la grafia mistralenca, coma lo metge de M. de Pourceaugnac quand acotis son malaute amb sa seringa : « Prenez-le, il est bénin, il est bénin, bénin, bénin ! » Lo darrier en data es lo sénher Carle d’Eigaliero (lo gost de la particula qu’avián las cortesanas de 1910 es piosament servat per los poetas provençaus) que dins l’Écho des étudiants nos convida a la causir : « à la fois sobre et claire... et qui en rejetant quelques formes trop archaïques conserve une armature étymologique et dérivatrice (?) suffisante, sans excès (il est bénin) demeure aisément comprise par le peuple ». Tocam aqui la cachadura : s’agís del poble. Volon e se creson d’escriure per lo poble. D’aqui que las letras d’oc sián tant enderairadas. E que lo Déroulède e lo Manuel fagon flòri dins lo miejorn. Lo malur es qu’engrevats del marrit gost prestat al poble, fin finala, lo poble los legís pas. Fai mai de cinquanta ans qu’aquò dura, e cinquanta ans d’academisme per pas dire de bestiassadas aquò sufís per escarnir d’afons l’eleit que seriá vengut a la lenga.

119Jan de la Vaulongo : l’un des noms de plume de Peyre poète, et, comme il l’écrit ici, le premier qu’il adopta ; Jan de la Vaulongo (du nom de la Vallongue, dans les Alpilles, d’où était originaire la famille paternelle de Peyre) a fait son apparition dès le premier numéro de Marsyas. Il était déjà présent dès le no 1 de la première publication dont Peyre avait assuré la rédaction avec Élie Vianès (Alàri Sivanet), La Regalido, en janvier 1909. On peut penser qu’à travers Galtier, c’est Peyre lui-même qui s’était senti visé par les remarques de Max Rouquette.

120Coram populo : publiquement, devant tout le monde.

121Vosto oupousicioun di troubadour à Mistral : Max Rouquette avait écrit dans ce même numéro d’ÒC : « Los Trobadors senhorejavan dins l’Europa de son temps. An deissat de cap-d’obres. Perdequ’esperar Mistral ? E téner encò de Mistral per una fin eterna ço qu’es pas estat qu’un pas. E puei, quau es lo poeta qu’auria pro d’engenh per superar la lenga de tot un poble après set cent ans de sa durada ? e per nos impausar en plaça d’aquel parlar secular l’un de sos dialectes ? Es antau qu’om crei « redimir » la lenga d’oc, l’enauçar au plan de la cultura ? » (p. 17).

122p. 5
La conclusioun sus lou pople : dans la présentation de son anthologie de l’Écho des étudiants, Galtier écrivait à ce sujet : « [...] la graphie de Mistral, « à la fois sobre et claire... et qui, en rejetant quelques formes trop archaïques, conserve une armature étymologique et dérivatrice suffisante, sans excès », demeure aisément comprise par le peuple, l’écriture classique de cette langue dont Roumanille, Mistral, Aubanel, Bonnet, Baroncelli, d’Arbaud et Peyre ont animé leurs chef-d’œuvre ». Les éléments disposés entre guillemets par Galtier sont ceux par lui empruntés à l’article de Peyre dans les Cahiers du Sud, « Miracle de Mistral », p. 15. Ajoutons que, quelques paragraphes plus loin, Peyre avait réglé son compte à l’« autre » graphie en ces termes : « Depuis la mort de Mistral, et l’avant-dernière guerre, quelques jeunes félibres, reprenant le bric-à-brac de quelques vieux félibres qui n’osaient guère l’étaler devant Mistral, ont renchéri, en inventant, à travers la confusion dialectique, une graphie livresque et lourde, artificielle plus encore qu’archaïque » (p. 16).

123Pèr quant à Alibert : Peyre fait ici allusion aux préconisations d’Alibert afin de chasser de la langue écrite (et parlée) les « francismes », ou « gallicismes », en particulier lexicaux, dont il s’appliquait à dresser les listes, tout en proposant les termes mieux appropriés qu’il conviendrait de leur substituer. Le texte plus particulièrement visé est, dans le numéro du printemps 1944 de la revue ÒC (p. 19-21), le compte rendu, par Louis Alibert, de l’ouvrage de Pierre Devoluy, Mistral et la rédemption d’une langue (Paris, Grasset, 1943). Si Alibert y explique approuver beaucoup des idées de Mistral reprises par Devoluy, il dit s’en séparer en ce qui concerne le lexique, et relève alors, pour expliciter sa thèse, toute une liste de mots tirés du Pouèmo dóu Rose mistralien, lesquels « trobarian pas gràcia davant nos autres ». Le mot ravadisso, cité en haut de la p. 6 de sa lettre par Peyre, fait précisément partie des termes dont Alibert demande le remplacement par « los equivalents occitans que Mistral, el meteis, melhor inspirat, a sovent sabut trobar ».

124p. 6
Pièi Lesaffre : Jean Lesaffre (1907-1975), l’un des fondateurs, avec Max Rouquette, du Nouveau Languedoc en 1928, alors qu’il était étudiant à Montpellier. Bibliographe et auteur de nombreux essais et articles sur la littérature occitane des xixe et xxe siècles, il collabora régulièrement à ÒC dans les années 1940, et au-delà. Dans le numéro du printemps 1943 de cette revue, Lesaffre avait signé un complément au compte rendu du livre de Devoluy par Alibert (p. 21-23).

125Fe, Gai Saber : la revue Fe, publication mensuelle créée et dirigée par le capoulié du Félibrige Marius Jouveau en avril 1940 à Aix-en-Provence. La notice (non signée, mais probablement de la plume de Max Rouquette) publiée par ÒC (p. 25) qualifiait cette nouvelle revue de « mesadier oficios felibrenc de la dinastia encapolieirada dels Jovels » et précisait que si elle « porta naut lo vers mistralenc : « E la FE dins l’an que ven » [...] seria oneste de jotlinhar lo vers « del passat la remembrança ». FE es un eisemple subre bel, per parlar come Perbosc, Estieu, del benfach de l’especialisacion de las revistas. FE s’acantona dins lo passat, la polsa, las barbas de neu, las arnas e lo repapiatge »... En ces années-là, de tels qualificatifs ne pouvaient que faire plaisir à Peyre, qui guerroyait pour quelque temps encore contre le Félibrige et son capoulié. Lo Gai Saber, revue de l’« Escola occitana » toulousaine, était alors dirigé par l’abbé Joseph Salvat (1889-1972), par ailleurs majoral du Félibrige depuis 1927. La revue et ses principaux collaborateurs n’étaient pas en très bon termes avec les animateurs d’ÒC (Nelli et Rouquette notamment). De la notice (p. 25-26) consacrée au numéro 51 de cette revue, relevons la première phrase : « Veire un preire ensajar de desforviar cap a l’interés de sa gleisa lo rebat d’une lenher qu’aquela gleisa aluquet, es quicon que s’era pas vist fai bel tems... despiei Joana d’Arc eisactament » ; et la dernière : « Veire un ome qu’en fora de la propaganda es un pauc cort tant de pensada coma d’eloquencia e qu’a pas jamai passat per un mestre de dialeitica se mesclar de jutjar en dos mots un obre coma « Le Génie d’Oc » es quicon que sufis a jutjar sempre mai aquel paure ome. » Peyre ne pouvait que réagir avec malice devant de telles querelles à l’intérieur de ce qu’il considérait être un seul et même « camp graphique ». Il n’enfonce cependant pas trop le clou : une troisième notice réglait son compte à une autre publication occitane, Terra d’Oc, dirigée par André-Jacques Boussac, qui dans son n51 s’en prenait à Nelli et à la S.E.O.

126L’article de Camproux : sous l’intitulé « Etica », Charles Camproux avait donné dans ce même numéro du printemps 1943 d’ÒC (p. 23-24) un compte rendu très critique de l’ouvrage du majoral limousin René Farnier (1888-1954), Le vrai régionalisme, La Légion, 1943.

127Mai qu’ague pouscu ama e cita un tros de Mirèio : Max Rouquette a raconté cet épisode qui a fortement contribué à sa vocation d’écrivain, et d’écrivain occitan, dans un article souvent cité de la revue ÒC rendant hommage à Joseph-Sébastien Pons au moment de la mort du poète catalan (no 223, janvier-mars 1961, p. 28-30). « La revelacion, per lo primièr còp de ma vida, de quauques verses de Mistral, espelits subran de la mementa de mon paire, un jorn — aviái aperaquí dotze ans — que, jos los pins de son òrt m’ajuda a cargar, sus la barda de la sauma, un fais de correjòlas, sol ne pòt bailar quauqua idèa [ = de l’éblouissement qui fut celui de Rouquette à la découverte du recueil de Pons Canta Perdiu]. Me recòrde encara, dins lo planh leugier dau vent dins las brancas, lo levar de la poësia dins ma vida, d’una poësia non pas estrangièra coma la de l’escòla, mas nòstra, pastada dau sang de nòstre sang, d’aquela lenga de la carriera e dau camin :

Deja lou risoulet se mesclavo a si plour,
Semblalamen a l’eigagnolo
Que, lou matin, di courrejolo,
Bagno li campaneto molo
E perlejo, e s’esbèu i proumiéri clarour.

128Tout aquel pan d’aur per un fais de correjòlas acampat per de conilhs ! »
Un bèu pouèmo de Hugo : il s’agit (La légende des siècles, édition Léon Cellier, Paris, GF, 1967, II, p. 149) du dernier vers de la première pièce de la section XXXVIII, « Un homme aux yeux profonds passait ; un patriarche / lui demanda »...

129p. 7
Pèr bèn coumpara : Peyre mentionne des œuvres plutôt méconnues de Victor Hugo. D’abord, Les Quatre Vents de l’esprit, recueil poétique rédigé entre 1843 et 1875, annoncé dès 1870, mais publié seulement en 1881. Il fait plus précisément allusion ici au dernier des quatre livres composant cet ensemble : « Le livre épique — La Révolution ». La Fin de Satan, autre grand poème épique de Victor Hugo, fut élaboré à la suite des Châtiments, entre 1854 et 1886. Il demeura inachevé, sa rédaction ayant été interrompue à deux reprises au moins, par celle des Contemplations d’abord, puis de La Légende des siècles. Peyre (comme son ami Denis Saurat) éprouvait une grande admiration pour Hugo et, tout particulièrement, pour le poète épique. Son nom apparaît très souvent (presque aussi souvent que celui de Mistral) dans Marsyas. Revue dans laquelle Peyre avait consacré une longue note à La Fin de Satan (no 202, octobre 1937, « La Fin de Satan : Satan mystique », p. 948). Que voulait signifier au juste Peyre dans ce passage ? Il semble y esquisser une comparaison entre diverses sortes de textes d’inspiration épique, antiques, français, et provençaux (ceux de Mistral sans doute). Mais à quelle fin ? Seule la lecture du texte, hélas perdu, de Max Rouquette, à l’intention des Cahiers du Sud, permettrait de s’en faire une idée.

130Li passo-port de noste / viage à Loundre : tous ces échanges de photographies semblent confirmer qu’à la date de cette lettre, Peyre et Max Rouquette ne se sont jamais rencontrés de visu. Cette rencontre a-t-elle eu lieu plus tard ? On peut en douter.

131p. 8
Dins La Terro d’Oc : il s’agit des chroniques intitulée « Dins la boca dau poble d’oc ». Celles-ci ont été régulièrement publiées par Max Rouquette dans la revue Terra d’Oc, dirigée par André-Jacques Boussac, entre le mois de juillet 1942 (no 31) et le mois d’avril 1945 (no 63-64). Il est difficile de savoir à laquelle de ces chroniques Peyre fait allusion dans ce passage (il ne semble pas, en outre, qu’il y en ait eu en août 1942 ou 1943). Max Rouquette (voir la lettre no 15), sans aucun doute touché par la réaction très positive de son correspondant à la lecture de celle qu’il avait eue sous les yeux (envoyée par Rouquette ?), lui fit parvenir peu de temps après les autres textes de même inspiration parus dans Terra d’Oc.

Lettre no 15

132p. 1
Sus la boca del Pople d’Oc : dès réception de la totalité des chroniques publiées par Rouquette dans Terra d’Oc, Peyre lui en accuse réception, et renouvelle l’expression de son intérêt admiratif pour cette sorte de textes, dont il avait défini l’objet dans sa précédente lettre (« Vos notes sur les choses, que disent les gens, les malades, etc. »). En les comparant à Secret de l’erba et à la Nioch del papa-rous (le récit de la nuit de Noël : « La nuit du rouge-gorge »), Peyre fait de ces brèves évocations saisies sur le vif, de ces instantanés de langage soigneusement notés par l’écrivain d’Argelliers, des œuvres à part entière, tout aussi personnelles que celles, plus ambitieuses, qu’il vient tout juste de mentionner. Ces textes brefs devaient par la suite être repris, pour la plupart d’entre eux (mais pas la totalité), dans la première partie (« Mescladissa ») du deuxième volume de Verd Paradís (Toulouse, Institut d’estudis occitans, coll. « A Tots », 1974, p. 9-30). C’est ainsi que Marionassa apparaît dans le texte éponyme (p. 9-12), où figurent aussi Belin et Bòfis, le joueur de fifre ; de même que la vieille T. (p. 19-20) ou encore Gannocha (p. 15-18). « La vieille qui vaticine en français », elle, est présente dans un passage qui n’a pas été repris en 1974 (Terra d’Oc, no 31, juillet 1942, p. 1 : « Acochament a Sant-Guilhem en co de X... »). Au total, on trouve ces textes, outre le no 31 (le premier à en comporter), dans les livraisons portant les numéros 35, 41, 51, 56 et 63-64 du mensuel, auquel Rouquette collaborait également avec des textes plus polémiques ou non littéraires.

133I’a meme quaucun que recounèisse bèn : le passage où figure cette phrase à laquelle Peyre fait, à juste titre, un sort particulier, n’a pas été repris en 1974. Il figure dans le no 41 (mai 1943, p. 1) de Terra d’Oc, parmi tout un ensemble de « notes » prises par Rouquette au gré de ses souvenirs et de ses rencontres :

A l’escola aviá[i] un companh que francimandejava rete. E coma a son ostau era la bona lenga d’oc que senhorejava, aquò bailava un polit francés. Jovent, ere un tabàn, cridaire, atissaire, fastigós. Aquel me veniá — me sembla de l’ausir encara : « Tu m’emmasques ! tu m’ensourdes, tu m’as foutu en querre (caire). » Un autre, qu’era poeta, come me virave per prene d’encra a sa taula, levava lo det au mestre e li disiá : « Monsieur ! il sauce dans mon encrier ! »

134Max Rouquette, bien avant de réunir certains de ces instantanés dans la première partie du deuxième Verd Paradís, avait exprimé dans ÒC ce qu’il pensait devoir, en tant qu’homme et en tant qu’écrivain, à « los d’Argelièrs », ceux d’Argelliers (« Discussion », octobre 1952, p. 31-32) :

Dins lo temps coma dins l’espandi, ai sempre agut del pòble de ma terra e de ma lenga, una sentida carnala e tendra, un entremesclament sarrat, una set de preséncia, una enveja d’amanhagar e de tocar, de sentir lo tendrum frairenal dels òmes, la calor de lagrema del bonur d’èstre ensems, e de s’ausir e de se comprene, tant dins lo silenci coma dins la paraula, tant dins la pèira o la terra o lo serre nomenat, qu’es de bòn comprene qu’ai pas poscut jamai endevenir que lo parlatge que l’expremissiá tot auriá poscut èstre quicòm de mens qu’una lenga tan nauta, tan linda, tan segura que la d’un pòble grand, per tan grand que siá. E se l’astrada aviá fach que degun aviá pas jamai bailat a aquela lenga un miralh a son auçada, me siái dich que maladrecha o garrèla, la votz mieuna prestariá a la lenga de mon pòble la votz aquela d’un ome nus.
Sabiái que los companhs de ma terra aurián pas vergonha de ma paraula nimai de mon escrich perdequé me conoisson e que sabon qu’es de bòna mena d’amistat qu’i porgisse, qu’es de vertat mon dire, e pas de vent mos images. Mos images ! Quand dise mos images n’ai coma vergonha d’aqueles mots. Coma se los fasiái. Coma s’aqueles images me venián pas de defòra per quicòm qu’es en subre de ieu que pòde pas téner coma estrangier a mon pòble, a l’engenh de mon païs. Aquel mot de pòble me làguia, fai quicòm d’uflat, e pasmens coma dire ? Aquel pòble fach de Raol e d’Armand, de Renat, de Filemon, de Lison, d’Alfred, de Renat-Petit, de Josepet, de Pascalon, de Joanon, de Leon, de Nadal, de Berta, de Ròsa, de Lisa, de Joana-la-Lònga, de Julia de Roqueta, de Catarina e de Sanche, d’Arrazat e de Marion del Sambotur e de Gannòcha, de Grosset e de Zefir, e de

quant sabe ! Siái pas qu’un d’aqueles e s’es ieu que parle per eles es per còp d’asard. Tant podriá èstre l’un coma l’autre.
Èra pas dich, segur, qu’aquel teune canton boscatier mièg-garriga, mièg-Serrana, deviá demorar mut e que l’òbra de Dieu i deviá s’esvanir sens paréisser als uòlhs dels òmes per demorar desconegut. N’i a tròp adejà de rebats de tantossada sus una paret en puncha d’una vinha, de silencis de camins solitaris, de desespèrs d’aucèls perduts en la rispa de Febrièr, que son avalits per sempre mai. Caliá que l’un o l’autre dels enfants d’aquela terra ne barbotiga la leiçon. Es estat ieu. Los que, los pès dins l’argela d’Argelièrs, fochan la terra o podan, o remendan, o, descaucelan, o dessagatan, o lauran, o sulfatan las vinhas, los que ruscan, desborran o fan de ramilha, los que van pels pelencs acampar la ferigola o l’espic per de faire d’esséncias, los que descarbonan dins la soletat boscatièira, e las pèiras blavas de mon païs, pòdon obrar segurs e suaus. Siái fidèl. Es sa votz mai que la mieuna que se lèva, e que ditz, uòlhs dubèrts, sa terra, son cèl, sos bòsques, sa sentida de vida e de mòrt, son anciá, sa misèria de rei espolhat.
Çò qu’ai volgut es pas de ièr. Aviái dins los dotze ans quand diguère a l’amic Renat Bestiu, ara metge de la Santat a Marselha, dins una cort del Licèu Pichon de Montpelhièr : « S’ai un jorn quicòm a dire es en lenga d’Oc qu’o dirai. »
Quau me podriá dire qu’a aquel moment èra una rason rasonanta que clantissiá dins mon dire. Seriá pas res s’aviái pas tengut paraula. Es que benlèu i aviá quicòm de pes dins ma paraula, vengut de mon eime mai que de ma rason. Es qu’ai volgut dire de causas que benlèu jamai degun las auriá pas dichas e qu’un enfant estrechament mesclat coma l’ère a la vida pacana e boscatièira de son païs podiá o espremir sol.
Ai pensat enfins que ma ventura d’òme podiá servir coma testimòni non d’un òme solament, mas d’un òme dins un luòc e dins un temps donats, e que benlèu aquel testimòni podiá pas aver un pes mai grand que dins la lenga ont aquela ventura foguèt viscuda e pantaissada, e pensada e per còps sofrida. E s’es leiçon de gaug, d’amargança e de plaser a ne cridar, a na plorar (parle per ieu), es tot simplament, tot umanament, a bels uòlhs vesents, qu’aquò’s lo rebat teune, mas fidèl, de la vertat.

135p. 2
Un pouèmo per Mistral : nobis... : on trouve notamment ce poème, accompagné de sa version française, dans le numéro triple (117-118-119, daté du 8 septembre 1930, p. 549) de Marsyas, publié pour le centenaire de la naissance de Mistral. Il a été souvent reproduit (par exemple dans le Choix de poèmes provençaux de Peyre publié par l’Astrado en 1990, p. 74-77 ; il est là suivi d’un second volet, daté de 1955, qui en constitue comme le pendant, le temps ayant passé). Son titre reprend deux vers de la version latine du psaume 115, « Non nobis, non nobis, Domine, / Sed nomini tuo da gloriam » (Non pas nous, Seigneur, non pas nous, / mais ton nom, glorifie-le).

136p. 3
Sabès qu’ai camina long-tèms soulet dins la Reneissènço d’O : de cette solitude témoigne la collection de Marsyas depuis la création de la revue. C’est tardivement que Peyre, sauf exceptions, s’y est trouvé entouré de poètes d’expression provençale appartenant aux plus récentes générations. Les « jeunes amis » auxquels il est fait allusion sont sans doute Georges Reboul (né en 1901), Louis Bayle (né en 1907) et Charles Galtier (né en 1913). Le premier, par ses poèmes, fut un collaborateur assidu de Marsyas pendant une vingtaine d’années à partir de mai 1931 (no 125), où il figure au nombre des « Quatre nouveaux poètes provençaux » présentés par Peyre (avec Louis Bayle, Bruno Durand et Paul Eyssavel). Avec Bayle, il appartenait grosso modo à la même génération que Peyre. Galtier, plus tard venu (à partir de janvier 1939, d’abord sous le nom de Carle d’Eigaliero), prit en quelque sorte le relais de Reboul (avec un autre ensemble de poèmes dans le no 238, avril-mai-juin 1942). Louis Bayle, de son côté, y exerça davantage une fonction de critique (avec notamment, à partir de 1938, ses « Lettres à Joseph Sol sur le Félibrige »). Ni Jean-Calendal Vianès, ni Max-Philippe Delavouët, par exemple, n’ont encore fait leur entrée dans la revue à la date où Peyre écrit cette lettre.

Haut de page

Bibliographie

On trouvera d’autres éléments de bibliographie dans les notes aux lettres

Œuvres de Sully-André Peyre

1929. Choix de poèmes, Le Cailar, Marsyas, 182 p.

1948. La Branche des oiseaux, Aigues-Vives, Marsyas, 190 p.

Autres

Auglans, Cédric, Marsyas, une revue bilingue provençale au xxe siècle (1921-1961), thèse de doctorat (Études occitanes), université Paul-Valéry, Montpellier III, deux vol. (Dont un de tables), 2008.

Auglans, Cédric, « Marsyas, revue européenne ». In Guy Latry (éditeur), La voix occitane. Actes du VIIe Congrès de l’Association internationale d’études occitanes (Bordeaux, 12-17 octobre 2005), Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2009, II, 1175-1190.

Blanchet, Philippe, « Sully-André Peyre mistraliste ou le refus de l’occitanisme au nom du droit de chef-d’œuvre », L’Astrado, 25, 1990, 97-112.

Fourié, Joan, « A l’entorn d’un cinquantenari : la S.E.O. precursor de l’I.E.O. Contribucion a l’istòria del movement occitan », Estudis occitans, 18, 1995, 13-37.

Gardy, Philippe, « Une amitié intransigeante : Sully-André Peyre et Max Rouquette (1938-1945) », Cahiers Max Rouquette, no 5, 2011.

Gardy, Philippe (à paraître). « Sully-André Peyre et la « querelle des troubadours » (1930-1960) », communication au colloque de Montpellier (médiathèque Émile-Zola et université Paul-Valéry, 1er et 2 avril 2010), « Les troubadours dans le texte occitan du xxe siècle ».

Gourgaud, Ive, « Li papié de Suli-Andriéu Peyre à Nime ». In Rossana Castano, Saverio Guida et Fortunata Latella (éditeurs), Scène, évolution, sort de la langue et de la littérature d’oc, Actes du 7e Congrès international de l’AIEO, Rome, Viella, 2003, II, 975-978.

Pic, François, « Essai de bibliographie de l’œuvre imprimée et inédite de Max Rouquette ». In Philippe Gardy et François Pic (éditeurs), Max Rouquette. Actes du colloque international de Montpellier, 8 octobre 1993, Montpellier, SFAIEO, 1994, 100-134.

Venture, Rémi, « La revue Marsyas de Sully-André Peyre », L’Astrado, 25, 1990, 255-299.

Vianès, Jean-Calendal, « Préface » à Sully-André Peyre, Choix de poèmes provençaux, Berre-L’Étang, L’Astrado, 1990, 5-35.

Haut de page

Notes

1 Cette correspondance comprend également une lettre de Sully-André Peyre à René Nelli (ici lettre no 6), transmise par ce dernier à Max Rouquette à la demande de Peyre. J’adresse tous mes remerciements à Jean-Guilhem Rouquette, qui m’a permis de prendre connaissance dans les meilleures conditions de la correspondance adressée à son père Max Rouquette par Sully-André Peyre. Toute ma gratitude va également au CIRDOC (Béziers, Françoise Bancarel) pour son aide efficace et pertinente. La propriété littéraire et détentrice des archives Max Rouquette a donné son plein accord à la publication des documents reçus par l’écrivain. Les éditeurs (intellectuel et commercial) du présent ouvrage n’étant pas parvenus, avant publication, à entrer en contact avec les détenteurs de la propriété littéraire Sully-André Peyre, demeurent, de bonne foi, disposés à effectuer, après publication, les démarches à cet effet et à s’acquitter de droits éventuels.

2 Ses premiers poèmes en occitan publiés l’ont été dans la même revue ÒC, en 1931.

3 Pour cet aspect des choses, qu’il ne faudrait pas négliger, je renvoie à mon article des Cahiers Max Rouquette, no 5, 2011.

4 Entre ces dates, les textes occitans de Rouquette sont très majoritairement publiés en graphie félibréenne « montpelliéraine ».

5 Ou un peu plus tard : Peyre dédicace « emé moun amistanço » à Rouquette son livre Le grand-père que j’ai en songe, paru à Genève en 1946 aux éditions du Cercle littéraire. Cette année-là, à une date difficile à préciser, les liens n’étaient donc pas rompus entre les deux écrivains. Est-ce dans le souvenir de ce livre que Rouquette intitula l’une des proses du quatrième volume de Verd Paradís (L’uòlh dau cat, Clapiers, Occitania et Institut d’Estudis occitans, coll. « A Tots », 1987, 31-45), « Lo rèire qu’agère en sòmi » ? On peut le penser, si l’on songe que Max Rouquette, ainsi que me le fait remarquer Jean-Guilhem Rouquette, avait par exemple intitulé sa première grande prose Secret de l’erba (1934) en référence à un vers du livre de poèmes Canta Perdiu de Joseph-Sébastien Pons (Paris, Champion, 1925 ; Barcelona, Barcino, 1960, etc.) : « Oh mon amic ! ta força ben lligada / sap el secret de l’erba apilotada »... (« El pagès a la font »). Il a de même donné comme titre à un poème du Maucòr de l’unicòrn, « Rasims de luna », titre qui est aussi celui d’une pièce de théâtre d’Émile Barthe, Lous rasims de luno (Béziers, Page d’Oc, 1927).

6 On se reportera aux articles écrits dans ces années-là par Rouquette sur tous ces sujets. Le relevé précis en a été dressé par François Pic dans sa bibliographie de 1994.

7 « Ainsi se révélait son attitude de respect et d’humilité devant les admirables réussites du génie collectif qu’il enregistrait pieusement », écrivait à ce propos Rouquette (préface à F. Dezeuze, Contes d’un pêcheur de lune, Montpellier, Dezeuze, 1953, VII).

8 Peyre range dans cette catégorie des poètes tels qu’Albert Pestour (qui écrit en limousin), Georges Reboul (provençal, mais écrivant en « marseillais ») et, donc, Max Rouquette (languedocien). Ces trois poètes ont cependant été accueillis dans Marsyas, à plusieurs reprises pour les deux premiers, sans que leurs textes y aient été modifiés, ni graphiquement, ni linguistiquement. Pestour, de son côté, accueillit Peyre dans son œuvre poétique, notamment en lui dédiant la troisième partie, « Las sazous e moun cor », de son recueil L’Autura enviblada (La Colline enchantée), Clermont-Ferrand, Éditions Jean Vissouze, 1930. Reboul, de même, lui témoigna à plusieurs reprises sa reconnaissance, en lui dédiant des poèmes où il exprimait sa dette littéraire et humaine envers celui qu’il considérait comme un maître.

9 Ces caractéristiques concernent tous les courriers rédigés sur du papier à en-tête de Marsyas. On ne les a pas répétées pour les lettres suivantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Gardy, « Sully-André Peyre à Max Rouquette. Une correspondance (1938-1945) », Lengas, 69 | 2011, 7-92.

Référence électronique

Philippe Gardy, « Sully-André Peyre à Max Rouquette. Une correspondance (1938-1945) », Lengas [En ligne], 69 | 2011, mis en ligne le 12 mai 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://lengas.revues.org/382  ; DOI : 10.4000/lengas.382

Haut de page

Auteur

Philippe Gardy

C.N.R.S. (LAHIC-IIAC), université Paul-Valéry — Montpellier III

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org