Navigation – Plan du site

« Gardarem lo Larzac » : de la dimension occitane de la lutte paysanne à son cheminement mémoriel

Pierre-Marie Terral
p. 93-116

Texte intégral

  • 1 Lettre de Jean-Paul Sartre aux paysans du Larzac, 28 octobre 1978.

1Gardarem lo Larzac. Trois mots de langue d’oc devenus emblématiques d’une décennie de lutte pour garder la terre à sa vocation agricole. Un mouvement dont le caractère symbolique était souligné en 1978 par Jean-Paul Sartre : « Je salue votre lutte pour la justice, la liberté et pour la paix, la plus belle lutte de notre vingtième siècle1. »

2À partir de l’étude de ce mouvement et de ses descendances, dans la thèse, Le Larzac, de la lutte paysanne à l’altermondialisme. Entre histoire et mémoire (1971-2010), sous la direction du professeur Christian Amalvi (Terral 2010), nous nous recentrerons ici sur la dimension occitane de cet épisode historique, oscillant aujourd’hui entre légende et oubli. Il s’agira d’évaluer la réelle implication des militants occitans dans ce mouvement qui s’étire de 1971 à 1981, avant de s’intéresser au symbole de la colonisation intérieure qu’ils érigent et enfin, d’analyser l’importance de cette coloration occitane dans le souvenir.

3Le Larzac et l’Occitanie, cela semble une évidence, comme dans cet extrait de l’ouvrage du sociologue Didier Martin, Le Larzac, utopies et réalités (Martin, 1987, 23) décrivant les événements comme inéluctables :

L’annonce officieuse de l’extension est faite deux ans après la rupture de 1968 et en pleine période « gauchiste groupusculaire » et enfin le Causse se trouve au cœur de l’Occitanie (ce qui connote fortement l’espace larzacien aux yeux de beaucoup). On se rend compte que cet espace recueillait tous les éléments nécessaires au déclenchement d’un conflit social.

4La réalité était un peu plus complexe. Tout d’abord, parce que Mai 68 a eu des répercussions assez limitées en Aveyron, même s’il y a eu un mouvement ouvrier et lycéen. Ce dernier aspect est l’une des particularités du département, puisque les étudiants s’étaient dirigés à Montpellier et à Toulouse. Ce n’est pas en 1968 qu’il faut chercher un précédent. Les agriculteurs, en particulier ceux du Larzac, y ont été très hostiles. Léon Maillé, qui deviendra l’une des figures emblématiques du mouvement paysan, en témoigne, non sans humour (Pialat 2008) : « J’étais un paysan de 24 ans qui venait de prendre la suite de son père. J’étais normal à l’époque : je votais à droite et j’allais à la messe. » En effet, loin de se solidariser avec les événements, les Larzaciens ont largement condamné ce remous, comme l’écrivait, dans Gardarem lo Larzac, une épouse d’agriculteur, Christiane Burguière en 1998 :

Autochtones pour la plupart, de tradition chrétienne, nous étions fidèles à l’ordre établi, à la hiérarchie. Peu ou pas conscientisés, encore moins politisés, nous suivions les événements à la télé avec une certaine angoisse liée aux bruits les plus saugrenus qui couraient alors « les anarchistes, les gauchistes allaient envahir nos fermes et les piller ».

  • 2 C’est le cas dans l’Aude de Claude Marti, comme l’ouvrage Homme d’Oc, coécrit avec Michel Le Bris ( (...)
  • 3 L’appellation Decazeville étant liée au Duc Decazes, ministre de Louis XVIII ayant développé l’indu (...)

5Durant ces années comprises entre la guerre d’Algérie, avec ce souvenir de ces grandes luttes de la décolonisation et Mai 68, l’occitanisme se sédimente dans le sens d’un régionalisme politique et en Rouergue, c’est à Decazeville, en 1961-1962 qu’il faut chercher des antériorités. Les soixante-six jours de grève des mineurs contre la fermeture des houillères ont été un combat majeur dans le département et plus largement dans la région, le mouvement devenant le symbole du malaise économique du Midi. Même si le combat désespéré des gueules noires se solde par un échec, les militants occitans ont été très sensibles à leurs slogans écrits en « patois » et en font un cas concret d’exploitation de l’Occitanie2. Les occitans reviennent au nom originel, celui de La Sala3. La grève de Decazeville a incontestablement eu un rôle de détonateur, comme le reconnaissait Robert Lafont (1971, 217) : « Cela a été pour beaucoup d’occitanistes le coup de semonce de l’actualité, qui leur a fait franchir le pas théorique devant lequel ils hésitaient. » À la suite d’un article de Serge Mallet dans France Observateur, « La révolte des colonisés de l’intérieur », faisant écho à sa visite à Decazeville, en janvier 1962, Robert Lafont reprend l’idée à son compte de l’exploitation capitaliste des régions méridionales, au mépris des populations autochtones. La réflexion des intellectuels occitans sur Decazeville contribue grandement, en 1962, à la fondation du Comité occitan d’études et d’action. L’orientation politique du courant dominant dans le mouvement occitan est dorénavant claire : il s’agit de relier la lutte pour la culture occitane et les luttes sociales, alors que celles-ci enflent dans les années 1960.

6La dimension de crise de l’espace occitan trouve particulièrement son illustration en Rouergue et le géographe Roger Béteille (1965, 57) craint alors de « voir l’Aveyron se transformer en une curiosité sociologique, en une “réserve” que les “Parisiens” viendraient contempler aux vacances... ».

De la protestation paysanne à la création d’un mouvement : une implication immédiate des militants occitans

7Cette crise se ressent particulièrement à Millau, où l’industrie du gant, dont la peau provient des Grands Causses, subit de plein fouet la concurrence étrangère. Dans ce contexte, l’idée du ministre de la Défense nationale Michel Debré en novembre 1971 d’étendre le camp militaire du Larzac peut sembler opportune. Le député gaulliste de la circonscription, Louis-Alexis Delmas, est l’un des plus fervents partisans de ce projet dont il escompte d’importantes retombées. La réalisation de cette extension du camp militaire existant depuis 1902, de 3 000 à 17 000 hectares, doit être une formalité dans ce Sud-Aveyron, en proie à l’exode rural et aux difficultés économiques, même si elle condamnerait une centaine d’agriculteurs et leurs familles. Face à la brutalité d’une annonce sans concertation, les éleveurs, dont les brebis fournissent le lait du fromage de Roquefort, organisent, d’abord timidement et à l’échelle locale, leur protestation.

8C’est tout naturellement que les militants occitans se sentent concernés par l’affaire du Larzac, ce qu’ils affirment, presque avant même les paysans. L’extension du camp du Larzac n’est encore qu’officieuse quand, le 12 octobre 1970, André Fanton, secrétaire d’État à la Défense nationale, annonce lors d’un congrès UDR (Union des Démocrates pour la République) à La Cavalerie que le camp du Larzac sera agrandi. Mais déjà, les groupuscules d’extrême gauche s’agitent. Une poignée de militants millavois membres du M.D.P.L. (Mouvement pour le désarmement, la paix et la liberté) organise une marche pour le Larzac. Cette première manifestation d’ampleur n’est pas une initiative paysanne. Le 9 mai 1971, plusieurs centaines de militants du Comité occitan d’études et d’action et d’extrême gauche venus de Montpellier et Toulouse répondent à l’appel.

9Les chefs de file occitans que sont le professeur Robert Lafont et l’écrivain Yves Rouquette, fondateurs de la revue Viure, sont du défilé. Dans le cortège, l’Internationale se mêle aux « Volèm viure al país » ou encore « Debré salaud, le peuple aura ta peau ». Les membres de la communauté non-violente de l’Arche, qui clôturent la marche, replantent les panneaux arrachés sur le parcours par les jeunes qui les précèdent. Parmi les manifestants, des Occitans, puisque c’est l’époque de la création de Lutte Occitane, prolongement du Comité Occitan d’Étude et d’Action, qui allie occitanisme et « gauchisme », groupes d’extrême gauche de l’après 68, partis et syndicats de gauche, non-violents. Tous sont rassemblés malgré leurs divergences. Toutes les composantes qui feront le Larzac sont déjà là.

10Ne manquent que les agriculteurs. Seul Guy Tarlier, installé sur le plateau en 1965 après avoir été militaire puis planteur de café en Centrafrique, est présent de manière discrète, lui qui deviendra le chef de file des paysans du Larzac. Les autres n’ayant pas souhaité se mêler à ces militants. De nombreux marcheurs s’offusquent de cette absence. Les agriculteurs les plus puissants qui participent à des réseaux de notabilité ont créé l’Association de sauvegarde du Larzac et de son environnement. Cette association, qui vise à recueillir le soutien des élus, a tenu à prendre ses distances avec cette initiative, cette mobilisation des « gauchistes » étant pour elle et les politiques qui soutiennent les paysans, difficile à accepter.

11Lorsqu’en novembre 1971 le ministre d’État à la Défense nationale, Michel Debré, annonce officiellement à la télévision sa décision d’étendre le camp militaire de La Cavalerie pour répondre à l’intérêt supérieur de la Nation, le Larzac est projeté vers une notoriété inattendue. Face à cette menace d’expropriation sans concertation, la protestation s’organise localement jusqu’à se muer en levée de boucliers de ceux qui se regroupent bientôt sous la dénomination collective de « paysans du Larzac ». La décision du pouvoir est intervenue « dix ans trop tard » selon Guy Tarlier, l’un des hommes venus de l’extérieur pour reprendre des fermes en perdition et impulser un renouveau agricole. En effet, depuis le début des années 1960 où plusieurs propriétaires d’exploitations jouxtant les installations militaires avaient prié l’armée de racheter leurs terres, des bouleversements majeurs se sont produits, autant localement qu’à l’échelle du pays. Un front départemental de soutien se dessine, avec notamment le soutien de l’évêque de Rodez.

  • 4 Entretien avec Jeanne Jonquet, La Blaquière, 27 juin 2003.

12Mais le soutien dépasse très vite les limites du seul Rouergue et le plateau aveyronnais devient un haut lieu de la France militante. La jeunesse d’extrême gauche, en particulier maoïste, qui vient manifester dans la région du Larzac, est canalisée par le choix d’une stratégie non-violente faisant suite au jeûne du patriarche Lanza del Vasto, à Pâques 1972. La communauté des paysans du Larzac est portée sur les fonts baptismaux quand, au nombre de 103, ils font le serment de refuser de céder leurs terres. Ceux-ci ont vite compris que « ce n’était pas une petite poignée de paysans qui aurait pu effrayer le gouvernement4 », comme le reconnaissait Jeanne Jonquet, modeste exploitante du hameau de La Blaquière. Le groupe restreint doit s’ouvrir à un indispensable soutien extérieur qu’il s’emploiera à contrôler.

13Les occitanistes prennent place dans les comités créés en France dès le début de l’année 1972. À Toulouse, deux cents militants d’extrême gauche et de Lutte Occitane manifestent au mois d’avril contre le ministre Debré, scandant des slogans comme : « L’armée hors du Larzac », « La terre aux paysans » et dressent des barricades de pneus enflammés.

  • 5 Les prêtres Robert Mazeran et Pierre Bonnefous confirmaient y avoir contribué. Entretien avec Rober (...)

14Les actions menées gagnent en audace et suscitent une médiatisation plus large de l’affaire. La renommée commence à dépasser les frontières, comme en témoigne l’article qu’y consacre le New York Times, le 30 avril 1972 (Kamms 1972). Le réel signe d’un changement d’échelle se produit le 14 juillet 1972. Une longue colonne de tracteurs se dirige depuis le plateau vers Rodez. Vingt mille personnes ont également convergé vers les rues de la préfecture, parfois venues d’autres régions de France. Cette manifestation d’ampleur est ponctuée sur la place du Foirail par des prises de parole, dont celle de Raymond Lacombe, président de la F.D.S.E.A. Une phrase de Robert Gastal, agriculteur de La Cavalerie, fait tressaillir l’assistance (Gabey, Hardy, 1974, 158) : « S’il le faut, si la décision n’est pas rapportée, nous monterons jusqu’à Paris le 11 novembre avec nos tracteurs. » Les hommes d’Église proches des 103 ont aidé à l’écriture de ce discours5 qui est le signe d’un groupe paysan décomplexé prêt à élargir le mouvement à l’échelon national. L’idée lui en aurait été soufflée par Guy Tarlier, charismatique fermier du Devez-Nouvel, au nord du plateau, qui s’impose insensiblement comme une personnalité incontournable souvent à l’origine des actions les plus ambitieuses, mais que son accent du Nord prive de tribune au profit d’hommes répondant au prototype du paysan rouergat, car les Larzaciens soignent leur image publique.

15Cette manifestation régionale marque les esprits. Alain Alcouffe en témoignait en 1999 (Brugarolas 1999) : « La manif de Rodez en 1972 pour défendre le Larzac a été une des apogées du mouvement occitan, incontestablement. Lutte Occitane avait des contacts assez étroits avec les paysans du Larzac. » Il ajoutait : « Le projet d’extension du camp du Larzac a fait prendre conscience du rapport au territoire à la fois pour les Occitans et pour la population en général. Cela a été quelque chose d’important. » C’est à cette époque que naît le slogan, « Gardarem lo Larzac », dont on prête la paternité au militant occitaniste Roland Pécout, qui est le premier à faire retentir en langue d’oc le cri du cœur « nous garderons le Larzac ». Ce slogan va se diffuser comme une trainée de poudre, au gré des pérégrinations des paysans et de leurs alliés.

16En effet, les 103 savent dorénavant que, les décisions se prenant à Paris, c’est au niveau national qu’il leur faut porter leurs actions de mécontentement. Afin de montrer leur détermination et de populariser leur mouvement, le 25 octobre, ils lâchent sous la tour Eiffel soixante brebis du causse peinturlurées du slogan « Nous sauverons le Larzac ».

17Le 7 janvier 1973, vingt-cinq tracteurs du Larzac, parés de croix occitanes, s’élancent pour « monter » en six étapes vers la capitale, qu’il est prévu d’atteindre le 13 pour une grande manifestation. Les villes se succèdent : Rodez, Saint-Flour, Clermont-Ferrand, Nevers et Orléans. Le slogan « Gardarem lo Larzac » connaît une diffusion nationale. Il n’est pourtant pas aisé à saisir au nord de la Loire, même s’il est très mal orthographié au départ : Politique Hebdo du 11 janvier 1973 mentionne « Gardarel lou Larzac » tandis que Le Figaro (Miard 1973) relève « Garderem lo Larzac ». De même à Paris, les banderoles en occitan sont accompagnées de traductions à l’attention des Parisiens.

  • 6 Ce courant paysan de gauche trouvera son aboutissement dans la naissance de la Confédération Paysan (...)
  • 7 Il deviendra l’expression de ce courant devenu autonome du P.S.U., sous le nom de Pour le Communism (...)

18Interdite après Orléans par arrêté préfectoral, la marche continue illégalement vers Paris, malgré le désaccord avec la F.N.S.E.A. de Raymond Lacombe et de Michel Debatisse, présents sur place. Les Larzaciens peuvent poursuivre leur route grâce au soutien du courant Paysans-Travailleurs6 de Bernard Lambert, auteur de l’ouvrage Les paysans dans la lutte des classes, paru en 1970, préfacé par Michel Rocard, son ami du P.S.U. Le bouillonnant tribun paysan vient sur le plateau, à Pâques 1973, proposer l’idée d’une « marche sur le Larzac » et va prendre en charge son organisation, avec dans ses bagages, des militants de la GOP, tendance devenue autonome du P.S.U.7. Lutte Occitane s’investit dans les réunions préparatoires au rassemblement à Montpellier dans les réunions de préparation avec la G.O.P. et les Paysans-Travailleurs qui ont besoin d’appui sur place. En Occitanie, les P.T. sont surtout présents dans la Drôme et le Lot-et-Garonne. Alain Lipietz (1973), rédacteur en chef du bulletin L’outil des travailleurs, de la « gauche ouvrière et paysanne », titre ainsi en Occitan sur la longue marche du Larzac en février 1973.

19La jonction du Larzac et des courants issus de 68 apparaît au grand jour dans ce rassemblement que Michel Castaing dans l’édition du 28 août 1973 du Monde qualifie de « vitrine de la contestation », qu’elle soit régionaliste, antimilitariste ou anticapitaliste. Si le Larzac est exemplaire, il l’est en particulier pour la mouvance occitane, comme on peut le lire dans ce même article, où l’on relève la présence du « barde occitan Claude Marti », il est question également de Lutte Occitane « qui dénonce le “génocide culturel” de l’Occitanie par le colonialisme intérieur ».

Une cause exemplaire : le Larzac symbole « du colonialisme intérieur »

20L’élan de sympathie qui se manifeste à l’égard du Larzac est vraisemblablement lié à la catégorie professionnelle concernée, celle des agriculteurs. La population urbaine, souvent elle-même d’origine rurale, est sensible au maintien des paysans dans les campagnes. L’attrait des citadins pour la campagne est fort, celle-ci commençant à être chargée de valeurs positives, face à des villes de plus en plus congestionnées. Quel meilleur exemple de la volonté de « vivre et travailler au pays » que celui du Larzac Cette mobilisation devient le symbole de la lutte contre une décision autoritaire venue d’en haut.

21La presse relève cette éclosion de « nouveaux Larzac » partout où un projet d’aménagement étatique est contesté. Dès 1972-1973, le Larzac est connu dans toute la France et son nom est utilisé comme référence de résistance locale. L’affaire est suffisamment évocatrice pour que l’expression « nouveau Larzac » permette aux journaux de caractériser des oppositions entre populations locales et décideurs de l’aménagement du territoire. « Un nouveau Larzac », titre ainsi La Dépêche du Midi en juin 1972 ou encore en mars 1973, concernant l’opposition à un barrage dans le Nord-Aveyron. La renommée du mouvement de protestation a franchi les limites du seul Sud-Ouest : « Non au Larzac lorrain » (Beau 1974, 143) alors que l’armée projette de s’installer près de Nancy.

  • 8 « Paysans et ouvriers conservent l’initiative, Le Larzac et Lip », Libération, édition spéciale, 24 (...)
  • 9 « Lo Larzac en marcha », Lutte Occitane, numéro spécial, août 1973.
  • 10 De son nom de naissance, Sacheen Littlefeather, l’actrice a été mondialement connue le 27 mars 1973 (...)

22Le Larzac fédère un mouvement de soutien large et hétéroclite, ayant acquis une dimension particulière. « Deux ans et demi de résistance font du Larzac un symbole8 », un « centre de ralliement » selon Libération en 1973. « Le peuple occitan entend vivre et construire, avec tous ses alliés, et ils seront nombreux sur le Larzac, l’avenir auquel il a droit, libéré de l’exploitation de l’homme par l’homme » peut-on lire dans le numéro de Lutte Occitane9 consacré au rassemblement paysan. Par sa localisation même, les mouvements occitans en ont fait un emblème de soumission par le pouvoir parisien. Alors que peu de bannières sont admises, celle de l’Occitanie flotte à l’air du causse. D’autres mouvements régionalistes (les militants préfèrent parler de « lutte des nationalités ») se reconnaissent dans le combat du Larzac tels les Corses, Bretons, habitants des départements et territoires d’outre-mer, comme ces militants anticolonialistes Réunionnais présents en 1973, et ces étudiants Kanaks de métropole en 1977. Les minorités profitent de l’espace d’expression que constituent les rassemblements du plateau, comme ces Indiens d’Amérique qui prennent le chemin du causse, emmenés par l’actrice d’origine apache « Petite plume10 » : « Nous voulons faire connaissance avec tous ceux qui, dans un monde nouveau, veulent faire exister leur culture. Nous livrons le même combat » déclare-t-elle, le 15 mai 1973 (Launet 2003). La dimension mythique du peuple Indien opprimé et son rapport sacralisé à la terre rejaillissent alors sur le Larzac et ajoutent au légendaire de cette lutte.

  • 11 Directeur de La Cause du peuple, il est condamné à ce titre à huit mois de prison en 1971. Quittant (...)

23Certains vont au-delà et font de l’Occitanie et particulièrement du Larzac un foyer insurrectionnel. C’est le cas de Michel Le Bris11, auteur d’Occitanie : Volem Viure ! et Les fous du Larzac. Citons un extrait du premier, fortement teinté de maoïsme, écrit en 1974 (Le Bris 1974, 291) :

Ce qui se joue là-haut sur le Larzac, tout le monde sent bien que c’est décisif, pour l’Occitanie entière [...] Une étincelle peut mettre le feu à toute la plaine, écrivait un jour un grand dirigeant révolutionnaire. L’étincelle, pour l’Occitanie, ce pourrait bien être cette « affaire Larzac ».

  • 12 « Paysans et ouvriers conservent l’initiative. Edition spéciale le Larzac et Lip », Libération, 24 (...)

24Fortement marqué par ces idées maoïstes, Libération estime que « les paysans ont su populariser leur lutte jusqu’à ce qu’elle devienne celle de toutes les forces progressistes de l’hexagone et le fer de lance des partisans de l’Occitanie libre12 ». Assurément, Larzac et Occitanie sont associés par la presse nationale. Le Monde (Viansson-Ponté 1973) dépeint ces « éléments de la nouvelle gauche extrême qui, de Fos au Larzac, chantent la patrie perdue, promettent que l’Occitanie sera non seulement “liura”, mais aussi “roja” ». Ce rapprochement entre Occitanie et Larzac est parfois ressenti comme trop exclusif, même dans les rangs militants. Ainsi de Cavanna (2005, 205) qui appelle à « refuser l’amalgame : contre l’armée au Larzac, donc pour l’Occitan. Contre la stagnation économique de la Bretagne, donc pour le Breton obligatoire à l’école ».

25Le grand rassemblement dans le chaos du Rajal del Gorp (la source du corbeau), en 1973, attirant plus de 60 000 personnes, a une forte coloration occitane, marqué par la présence des chanteurs occitans, cette présence étant plus diluée lors de l’édition suivante. Le rassemblement de 1974 est centré autour de la moisson pour le Tiers Monde, signe d’une orientation vers l’internationalisme. C’est au-delà de l’Occitanie que les Larzaciens vont trouver d’autres alliances comme à Besançon avec les Lip, dès 1973, et quelques années plus tard, à Plogoff, dans le Finistère, où l’on proteste contre la construction d’une centrale nucléaire à la pointe du Raz avec pour slogan Gardarem Plogoff.

26Il faut mentionner la présence du groupe nationaliste Poble d’Oc, créé en 1972, que l’on accuse d’être des « fascistes camouflés ». Le groupuscule connaît une évolution révolutionnaire, mais reste difficile à situer politiquement à ce moment-là, accusé d’avoir participé avec des militants libertaires à l’agression de François Mitterrand en 1974. Yves Rouquette présent sur les lieux le confirme :

  • 13 Entretien avec Yves Rouquette, Camarès, 6 octobre 2006.

Poble d’oc, c’étaient des drôles de mecs se réclamant de la pensée libertaire. J’ai un peu renoncé à comprendre parce que c’est très incompréhensible. Ça me paraissait ressembler à un truc anarchiste, qu’il soit de droite ou de gauche. J’en connaissais un, il me paraissait très extrême droite, après il a fait de la taule, mais c’est eux qui ont caillassé Mitterrand, ça c’est sûr. Je n’étais pas loin, je l’ai vu13.

  • 14 Courrier de Jean Huillet, 3 mai 2006.

27Le candidat socialiste a porté les espoirs des paysans lors des élections présidentielles du printemps 1974, alors que l’écologiste René Dumont, venu lui aussi sur le plateau, n’a recueilli que très peu de suffrages. Le Larzac ne s’était pas plus engagé dans un soutien de la candidature, finalement avortée, de Robert Lafont. Quant à Guy Héraud, du parti nationaliste occitan, qui réunit les signatures nécessaires, sa candidature n’a pas d’écho particulier auprès des caussenards. 1974 constitue un tournant symbolique. Le mouvement occitan est divisé. Lutte Occitane se réoriente avec les comités « volèm viure al país ». Sur le Larzac, la dimension occitane de la protestation, très importante au début, se dilue peu à peu avec le développement du mouvement à un niveau national et les nouvelles solidarités qu’il contracte. C’est l’avis de Jean Huillet, fondateur du Mivoc (Mouvement d’intervention des viticulteurs occitans), qui contribue aux rassemblements Larzac : « Le slogan “Gardarem lo Larzac” a été seulement le label de la lutte car curieusement le Larzac n’a jamais été un haut lieu de l’Occitanisme. Si la présence de nombreux mouvements occitans a pu donner cette impression, la particularité néorurale des paysans du Larzac et la rapide internationalisation du mouvement ont confisqué l’événement à la territorialité occitane14 ».

28Il n’y a de réelle solidarité que ponctuelle avec les viticulteurs, quelques agriculteurs participant à des manifestations viticoles. Le 4 mars 1976, à Montredon-des-Corbières, les affrontements entre viticulteurs et gendarmes ont viré au drame, avec la mort du vigneron Émile Pouytès, mais aussi du commandant de C.R.S. Joël Le Goff. Sur le plateau, où il y a aussi un Montredon, un scénario de guérilla n’est pas envisageable, par réalisme mais aussi et peut-être surtout par souci de l’image. La non-violence doit être plus que jamais à l’ordre du jour. Mot d’ordre qu’ils vont conserver jusqu’en 1981, tant bien que mal. Le combat peut sembler s’enliser, en tout cas un recul du mouvement de soutien est à noter. La résignation à cohabiter sur les terres avec l’armée grandit et, le 27 mars 1976, la majorité des agriculteurs accepte le principe d’une solution de raison. L’hypothèse d’une extension limitée du camp se renforce.

29Les Larzaciens continuent la lutte, même si des lignes de fracture se dessinent entre paysans quant à un projet de mini-extension et avec le mouvement de soutien extérieur. Cette résistance permet l’interruption de l’enquête parcellaire d’octobre 1975 à août 1978. L’occupation du terrain recourt à des moyens légaux (Groupement fonciers agricoles pour contrer les achats par l’armée ou le développement des fermes menacées par l’extension du périmètre militaire où les services publics sont interrompus), mais cette autogestion du territoire emprunte aussi les chemins de l’illégalité lorsqu’il s’agit d’installer le téléphone ou de réaliser l’adduction d’eau refusée par l’État. La popularisation du mouvement fait également appel à des actions de désobéissance civile (renvois de livrets militaire, appel au refus de 3 % de l’impôt, blocage de manœuvres militaires, occupations de fermes acquises par l’armée). En juin 1976, vingt-deux Larzaciens pénètrent dans des locaux du camp militaire pour s’informer sur les acquisitions de terre par l’armée, ce qui se solde par des condamnations à la prison.

30Alors que l’expropriation menace, les actions spectaculaires continuent avec l’entrée en procession en août 1977 de 60 000 personnes jusque dans le camp militaire. En octobre 1979, trente brebis investissent le tribunal de Millau à l’occasion d’un procès pour renvoi de livrets militaires. En novembre 1980, des familles du Larzac et leurs enfants campent durant quatre jours sur le Champ de Mars avant d’être évacués par la police. Rappelons pour l’anecdote qu’un journaliste de télévision de premier plan vient à leur rencontre et les fait parler en Occitan pour vérifier qu’il s’agit bien de paysans.

31C’est que la procédure d’expropriation a repris sur le terrain en septembre 1978. Si en 1977, la gauche avait remporté les municipales dans de nombreuses villes, en 1978 la droite conserve la majorité à l’Assemblée nationale ce qui lui permet de repasser à l’offensive. Cette phase, qui signifie l’arrêt de mort pour les paysans, provoque un sursaut du mouvement qui va faire obstruction aux visites du juge des expropriations en 1979. En 1981, la décision du président François Mitterrand met un terme au projet d’extension, au terme de dix ans d’un mouvement, très marqué par sa dimension occitane.

De la création d’une identité à la coloration occitane du souvenir du Larzac

La langue d’Oc et la création d’une identité

32De l’extérieur, le Larzac est observé comme ayant cette coloration régionaliste. Plus que politique, la victoire de la mouvance occitane avec le Larzac est avant tout culturelle, même si les grands médias parisiens s’intéressent davantage à une dimension « folklorique ». Dans cette époque d’expression culturelle occitane forte, le théâtre est, avec la chanson, le vecteur du renouveau. Le théâtre de la Carriera, créé en juillet 1968 à Avignon, joue en occitan des pièces engagées sur l’Occitanie et les luttes viticoles. C’est particulièrement le cas de Mort et résurrection de Monsieur Occitania où, à la fin de la pièce, Monsieur Occitania prend le fusil et affirme qu’il saura se défendre, ce qui n’est pas sans rappeler les premiers sentiments des paysans du Larzac. De culture il est également question avec la Mostra del Larzac, lieu d’art contemporain créé par Félix-Marcel Castan, le théoricien de la décentralisation culturelle, à la fin des années 1960, c’est-à-dire avant la protestation paysanne avec laquelle les liens ont été très ténus.

33Dans le domaine du cinéma, le film Lo païs de Gérard Guérin (1973), directement inspiré des événements, met en scène le personnage de Gaston, jeune homme venu du Larzac vivant difficilement son arrivée à Paris. L’œuvre figure dans la sélection du festival de Cannes 1973, signe de l’intérêt accru pour le causse. Deux ans plus tard, le film militant, Lo Larzac, un païs que vol viure est réalisé par des membres du comité Larzac de Millau (Michel Cabirou, Didier Durand, 1975). Il y est question bien sûr d’Occitanie, mais surtout des liens ouvriers-paysans. Le titre est inspiré de celui de la chanson de Claude Marti.

  • 15 Entretien avec Claude Marti, Estivada de Rodez, 23 juillet 2008.

34La rencontre avec le mouvement culturel occitan s’opère avant tout avec la chanson dont les têtes d’affiche font le déplacement dès le début du combat. Parmi les artistes prenant fait et cause pour le Larzac, on retrouve évidemment Claude Marti. La figure de proue de la nouvelle chanson occitane vient donner un tour de chant en faveur des paysans dès le 18 décembre 1971, soit moins de deux mois après l’annonce officielle de l’extension. Il est déjà de retour les 2 et 3 avril 1972 durant des journées « fermes ouvertes », au cours desquelles 3 000 personnes sont reçues par les agriculteurs pour réagir contre l’image donnée dans les médias d’un Larzac désert, à la population vieillissante. Marti ne manque pas de transposer ce soutien dans ses créations, comme Animals a banas sul Larzac ou dans le morceau « Avançam sul bon camin » (Marti 1974) : « E tu, vinhairon de l’Aude, Tu, minaire de Caramauç, Lip e Larzac, vosaus mos faires, Inventats l’òme de deman. » Au-delà de ses créations, l’artiste des Corbières contribue au combat paysan en le relayant : « Mon rôle était de venir apporter ma solidarité, quand on me le demandait, et essayer de comprendre ce qui se passait là-haut pour le répercuter, parce qu’ailleurs, on me demandait « tu es monté sur le Larzac, qu’est-ce qui se passe  ». J’étais devenu une sorte d’ambassadeur non officiel du mouvement du Larzac15. » Claude Marti s’acquitte de ce rôle de haut-parleur au gré de ses concerts qui s’accompagnent d’une réflexion sur la situation de l’Occitanie et notamment du Larzac, qu’il s’agisse d’un concert toulousain où intervient le comité Larzac ou d’un récital dans la Montagne Noire audoise où les paysans lui posent des questions sur le Larzac. Cette affaire les a frappés, ils lui demandent : « Est-ce que tu crois qu’ils tiendront ? Comment on peut faire pour les aider, pour qu’ils sachent qu’on est d’accord avec eux ? » (Marti, Le Bris, 1975, 159). Cette action de sensibilisation s’étend également au-delà des frontières :

  • 16 Entretien avec Claude Marti, Rodez, 23 juillet 2008.

Quand je montais chanter en Allemagne, avec les Comités d’action viticole, tout le monde demandait « Qu’est-ce qui se passe là-bas au Larzac ? ». Ils étaient extrêmement curieux. À Gorleben aussi, on nous a demandé, « Qu’est-ce qui se passe au Larzac ? Par où on passe pour y aller16 ? »

35Les autres figures du renouveau de la chanson occitane sont présentes, à l’image de Marie Rouanet, de Patric (La canson del Larzac) et de Mans de Breish qui sont sur les scènes des grands rassemblements paysans. Yves Rouquette se souvient de cette présence occitane :

  • 17 Entretien avec Yves Rouquette, Camarès, 6 octobre 2006.

Je n’ai pas le souvenir d’avoir eu à intervenir car les paysans ne laissaient intervenir personne. Lors des grandes manifestations, les paysans parlent et personne d’autre. Les politiques n’ont pas eu droit à la parole. On ne s’est pas imposés, pour qu’il n’y ait pas récupération, et nous on ne récupère pas totalement, on colore pour faire connaître l’Occitanie, l’Occitan. La coloration vient que, dans ces soirées, il y a une grosse présence occitane. Je me rappelle, la nuit commence à arriver, Marie commence à chanter a cappella et les gens s’arrêtent, c’était très impressionnant17.

36La présence de militants occitans contribue à conférer des airs de résistance identitaire à un mouvement armé de symboles comme le slogan Gardarem lo Larzac, la langue d’Oc qui s’oppose à la langue française, le drapeau rouge avec la croix du Languedoc s’opposant au drapeau tricolore. La plupart des agriculteurs parlent « patois », contrairement aux néo-ruraux comme José Bové, installé en 1976 :

  • 18 Entretien avec José Bové, Potensac, 15 mars 2006.

On a été beaucoup au contact avec les militants occitans dans les années 70. Au tout début quand on avait créé l’école du Larzac en 73, il y avait un instituteur d’occitan qui venait à l’école mais après l’Éducation nationale n’a pas voulu18.

  • 19 Entretien avec Claude Marti, Rodez, 23 juillet 2008.

37Si rien n’indique que les agriculteurs aient une conscience occitane, la langue d’oc est le révélateur privilégié de cette appartenance paysanne mais aussi une langue à usage interne permettant de communiquer sans être compris par d’autres. Elle est également destinée à l’extérieur, où l’accent et le dialecte sont gages d’authenticité. La langue d’oc donne au mouvement son plus fameux slogan, que clameront à l’unisson Parisiens et provinciaux : « Gardarem lo Larzac ». Symbole d’authenticité et de terroir, la revendication défensive connaît un profond écho, au moyen notamment de graffiti qui se diffusent sur les murs de France et parfois au-delà. Claude Marti se réjouissait de découvrir ces inscriptions, au gré de ses déplacements, que ce soit en Italie ou au Luxembourg19. Un autre témoin, l’homme d’affaires Manuel Diaz, maire de Millau de 1977 à 1983, bien moins favorable aux paysans, atteste de la propagation de la formule au-delà des frontières :

  • 20 Entretien avec Manuel Diaz, Millau, 17 mai 2008.

En 78-79, le congrès de l’Internationale Libérale, dont j’étais vice-président, avait lieu à Berlin. En arrivant, l’aéroport était en pleine ville, l’avion passe sur un pont, il était barré d’une grande pancarte « Gardarem lo Larzac ». C’était extraordinaire20 !

38Sur le plateau, se dessinent les contours d’une « culture Larzac », authentique ou partiellement recréée. Ces valeurs communes permettent de passer outre les divergences sociales et politiques et de susciter l’adhésion d’urbains en quête de racines, qu’ils plantent dans la terre du Larzac par l’achat de mètres carrés par le biais des G.F.A. qui les lie symboliquement au sort des agriculteurs menacés d’expropriation. Certains font du plateau leur région d’adoption, comme l’historien Jean Chesneaux, qui s’y installe en 1979 et contribue, avec le géographe Raymond Guglielmo, à la redécouverte du passé et du patrimoine local, en créant Larzac-Université, qui cherche à rapprocher paysans et intellectuels. Selon José Bové, qui découvre alors la région, « pour mener la lutte, il faut des racines et une histoire. Le Larzac, même pour des gens de l’extérieur, est devenu une culture et une histoire » (Ariès, Terras 2000, 27).

39La lutte s’enracine dans un terroir, ce particularisme s’inscrivant à l’envers de l’évolution conduisant inéluctablement de la tradition à la modernité. Le rassemblement de 1974 est organisé autour de la coutume paysanne de la fête des moissons. Si la bergerie illégale de La Blaquière est novatrice par son financement recourant à la désobéissance civile, elle est volontairement construite sur le modèle traditionnel. Le mode de vie et singulièrement les activités artisanales exercées par les nouveaux venus (tissage, vannerie, poterie...) contribuent à la redécouverte de la tradition rurale. Ces exemples peuvent illustrer la notion de « tradition réinventée » mise en évidence par l’ethnologue américain Alexander Alland (1995), auteur de l’ouvrage, Le Larzac et après ; L’étude d’un mouvement social novateur.

40Les acteurs se voient conférer une dimension mythique à laquelle contribue la dénomination collective de « paysans du Larzac » et de « 103 ». Une véritable mythologie se développe autour des agriculteurs que le jeûne suivi du serment a mués en communauté paysanne. Cette dimension légendaire est renforcée par les symboles manichéens qu’ils manient alors que l’image offerte à l’extérieur gomme les aspérités et la complexité des rapports internes du plateau. « On a rendu mythiques les paysans, pour des raisons politiques » consent aujourd’hui un militant des comités.

Des représentations historiques et littéraires occitanes idéalisées

41Dès 1971, le passé est mobilisé dans un souci de renforcement de la crédibilité du mouvement. Le plateau est érigé en haut lieu de l’Occitanie rebelle, sa lutte étant inscrite dans une continuité mythifiée de révoltes méridionales contre le pouvoir central. Par analogie historique, les moines soldats Templiers seraient aux origines de l’oppression et du colonialisme intérieur, comme dans l’analyse maoïste de Michel Le Bris (1975, 28) :

Il n’y a pas de peuple « naturellement » soumis : il a bien fallu un jour, le mettre à genoux. Pour le Sud-Aveyron, cela commence très tôt, au xiie siècle, quand l’ordre des Templiers élit domicile sur le Larzac et commence à coloniser militairement, économiquement et spirituellement toute la région.

Le Canard enchaîné, défend dès 1971 cette vision de l’histoire lorsqu’il évoque la cause du causse (Terrace 1971, 5) :

Pour cette vieille civilisation rurale, une armée est toujours occupante. Jacquou, où sont les fourches ? [...] L’Occitanie a l’habitude des occupations étrangères, depuis la Croisade des Albigeois.

42Remonter chronologiquement cette reconstruction mythique d’un passé de révoltes mène forcément à la période du catharisme, instrumentalisée par la revendication régionaliste révolutionnaire. Le combat des Albigeois, menacés par la croisade, est alors analysé comme emblématique d’une résistance régionale au pouvoir central, préfigurant d’autres mobilisations. Lutte Occitane choisit, entre 1973 et 1975, le site symbolique de Montségur pour y organiser des rassemblements politiques où est notamment dénoncée la situation du Larzac (Soula 2005). L’assimilation se fait moins pendant le mouvement paysan qu’a posteriori, après le retour en grâce des cathares et l’essor de leur usage touristique. Ainsi peut-on relever l’exemple en 1998, de la revue Pays Cathare Magazine qui dresse des parallèles dans un dossier intitulé « Le Larzac en lutte, symbole de l’Occitanie insoumise » (Constans 1998, 42).

43Les rébellions paysannes sont un autre point de repère, et plus particulièrement celles des Croquants. Ce sobriquet est resté particulièrement attaché aux soulèvements que connaît le Bas-Rouergue en 1643 et par extension, désignera commodément ceux des campagnes. Le roman de Le Roy, Jacquou le Croquant, paru en 1899, achève de rendre emblématique cette figure d’homme de la terre insurgé. Cette référence est très utilisée dès les débuts de l’affaire du Larzac par des journalistes ou intellectuels favorables à ce mouvement : « Si les Croquants du causse, allumaient une jacquerie pour défendre leurs maisons, les régiments du Régent dragonneraient contre eux » peut-on lire en 1972 dans Le Canard enchaîné (« Causse, causse, causse toujours »). Dès les premiers remous de ce que l’on perçoit comme une levée de fourches, allusion est faite indifféremment à la jacquerie (Holohan 1975), jusqu’à se généraliser à de grands quotidiens : « jacquerie des temps modernes » et « jacquerie religieuse » titreront ainsi Le Monde (Le Monde, 8 novembre 1978) et Le Figaro (Durante 1978, 70). Ce parallèle continuera à être dressé après la lutte, notamment autour du personnage de José Bové (Laval 1999). Le Larzac plongerait également ses racines dans la résistance des Camisards. Il faut rappeler que les États généraux du protestantisme s’étaient tenus à Millau en 1573. La tentation a en effet existé durant la lutte des paysans d’établir une analogie avec les Camisards en la justifiant par l’appartenance paysanne et l’opposition à l’arbitraire étatique. Dans la La Dépêche du Midi (« Cent ans de lutte paysanne ») du 27 décembre 2000, un rapprochement sera également établi avec la révolte des vignerons de 1907 : « Ferroul n’aurait sans doute pas renié le « gardarem lou Larzac » des années 1971-1981 ». Mais si le cri Gardarem lo Larzac peut faire écho aux slogans en langue d’oc, c’est en réalité une longue histoire de méfiances et de jalousies qui a séparé les conservateurs paysans du Larzac et leurs voisins vignerons du Midi, décrits comme plus aisés.

44Ces descriptions à la tonalité mythologique sont à rapprocher des représentations littéraires, en particulier d’auteurs occitans, ayant embelli le mouvement et la terre du Larzac. Tout comme la mémoire orale ressassant les glorieux faits d’armes, les belles-lettres participent à sacraliser la terre du Larzac et à narrer son histoire à la façon d’une épopée. Objet d’inspiration, le mouvement du Larzac l’était pour Robert Lafont (1923-2009). Son beau roman, La Festa, tire son titre du rassemblement d’août 1973 au Rajal del Gorp. C’est vers cette fête, dépeinte comme une célébration occitane, que chemine son héros (Lafont 1984) :

Il voit flotter une mer de drapeaux et de là, on ne distingue pas lesquels sont rouges, lesquels portent marteau et faucille ou étoile d’Orient, et lesquels, les plus grands, se croisent pour Toulouse. [...] En accordant le magnifique qu’était ce ciel vespéral sur un terrain creux et ombragé, le mystérieux qui réside dans la symbolique des douze boules (on en avait beaucoup parlé dans la journée du sens mystique de cet emblème étonnant pour tant de pèlerins de la paix) et l’inévitablement subversif, pour la tradition, d’une toile totalement rouge, le rassemblement, la fête (personne ne pouvait plus dire le meeting) salua l’avènement de l’Occitanie.

Max Rouquette a également contribué à cet embellissement avec ces lignes écrites en Français, dans Larzac (Rouquette, Souche 1999, 62) :

C’est au libre vent du Causse que s’est nourri leur farouche attachement à la liberté. Ils l’ont prouvé quand le Pouvoir de Paris a fait planer de larges ombres sur les espaces de leur vie. Et le Pouvoir a reculé. Leur lutte est devenue celle de bien d’autres.

Rien à voir avec la description de ce plateau, dont il tirait ses origines, qu’il dressait dans Verd Paradis, en 1961 :

Voici le Larzac, la terre abandonnée. Les aubes y sont espoir, le crépuscule désespéré. Sur la terre dénudée, plate, qui rejoint un ciel livide, ce n’est pas, comme ailleurs, le jour seulement que l’on quitte, mais le ciel tout entier, semble-t-il, pour une nuit de froidure et de mort. [...] Misérables buis, qui ont vu mes ancêtres aux yeux clairs, gelés par des années et des années de neige, de lutte et de vent, de solitude et d’ignorance. [...] Terre du vent, de la neige et du loup...

Cette évolution des représentations littéraires de ce causse, d’un Larzac pathétique à un symbole de vie, transparaissait également sous la plume d’Yves Rouquette (1982) :

Le Larzac, c’était dans mon enfance à Camarès quelque chose comme le désert de Gobi, en plus froid, avec des congères, des avens où vont se fracasser les brebis. [...] Et puis un jour, les paysans nous ont fait signe. Nous ne les avions jamais vus. Nous n’étions pas loin de penser qu’ils encombraient le paysage, ils n’avaient pas de place dans nos poèmes et voilà qu’ils faisaient un bruit à réveiller les morts. [...] Il fallut l’armée pour que nous découvrions que ce désert était peuplé, que chaque combe portait son blé.

Un renouveau du plateau qui se poursuit après 1981.

Les descendances : des liens qui s’effilochent entre Larzac et mouvement occitan

45La sentence présidentielle marque un coup d’arrêt au projet militaire sans pour autant briser la dynamique du noyau dur Larzacien. Celui-ci veille à faire vivre sa singularité en s’engageant dans un « retour de solidarité » en faveur de mobilisations internationales. Le Larzac se prend d’amitié pour les Kanaks dont il essaie de faire évoluer le combat vers la non-violence. Jean-Marie Tjibaou vient à deux reprises sur le plateau où une « caselle » lui est dédiée dans la clairière où il avait planté un arbre de la liberté. Des ouvertures s’effectuent également vers les Sans-Terre du Brésil ou encore vers la Palestine. Ces liens internationaux ont progressivement inséré le Larzac dans la mouvance que l’on nommera altermondialiste.

46Les néoruraux s’engagent dans le syndicalisme agricole et contribuent à la création de la Confédération paysanne. La mouvance du plateau cultive sa différence en muant son territoire en laboratoire agricole, perpétuant un esprit d’autogestion. Les 6 300 hectares de terres achetés par l’État pour l’extension sont confiés, dès 1985, à un office foncier, la Société civile des terres du Larzac (S.C.T.L.), qui les loue aux agriculteurs, comme le font les G.F.A. issus de la lutte, offrant ainsi une alternative à la propriété privée du sol. Pourtant, le Larzac est peu à peu oublié et est souvent décrit comme endormi. Ce n’est pas la démarche de la revue Amiras qui y consacre en 1986 un numéro : « Nous sommes un brin sceptiques, et légèrement réticents devant cet enterrement fleuri de l’affaire du Larzac » (Boyer, Gardy, Hammel 1986, 3).

47Mais pour beaucoup, la surprise est totale lorsqu’un coup d’éclat fait rejaillir en 1999 ce plateau dans l’actualité, ouvrant ainsi une troisième période de son histoire militante. Par le démantèlement d’éléments d’un chantier de l’enseigne américaine Mc Donald’s à Millau, les syndicalistes agricoles ont voulu protester contre la validation par l’O.M.C. de la surtaxe douanière qu’appliquent les États-Unis sur des produits tels que le roquefort, face au refus européen d’importer du bœuf aux hormones. L’inscription « gardarem Roquefort Mc Do de fora » peinte sur le toit de l’établissement fait écho à « armada de fora, gardarem lo Larzac » des années 1970 et sa traduction en anglais « Mc do go home » est le signe d’un changement d’échelle de la protestation. Metteur en scène de l’opposition entre « malbouffe » mondialisée et qualité terroir, José Bové devient dès lors le porte-voix du groupe militant par-delà les frontières et incarne ses combats comme celui contre les organismes génétiquement modifiés. Ce regain militant, conjugué à une préoccupation grandissante des Français pour l’environnement, entraine une certaine redécouverte du Larzac. Celui-ci redevient le « causse des causes », se plaçant à la croisée des contestations avec le rassemblement Larzac 2003 contre l’OMC, célébrant les trente ans de la première manifestation de ce type sur le plateau.

48Ce point d’orgue de l’altermondialiste hexagonal est rythmé par le slogan « Gardarem la Tèrra ». Celui-ci provient de la création, le 9 août 2003, d’un mouvement éponyme, sur la base d’un manifeste ayant reçu le soutien de Robert Lafont. Occitaniste et altermondialiste, Gardarem la Tèrra est soucieux de défendre la diversité culturelle et linguistique et s’inscrit dans la continuité de la lutte paysanne :

  • 21 Site de Gardarem la tèrra, (http://gardaremlaterra.free.fr).

Trente ans plus tôt, sur le mot d’ordre de « Gardarem lo Larzac », les agriculteurs menaient la lutte contre la dépossession de leurs terres par l’armée et contre la militarisation de la planète. Cette lutte exemplaire et finalement victorieuse dans son objectif local préludait au mouvement actuel passé par Seattle, Davos, Gênes, Porto Alegre. Les paysans du Larzac ont su garder leur terre. Il dépend de nous aujourd’hui que nous gardions la Terre21.

49« Gardarem l’Occitan » titrait La Dépêche du Midi (Delpiroux 2009) suite à la manifestation de défense de la langue occitane organisée en novembre 2009 à Carcassonne. Au-delà de la présence de Larzaciens, dont le député européen José Bové dans le défilé, c’est le signe de la perpétuation d’une association étroite entre la revendication occitane et la terre qui en a été l’un des écrins. Aujourd’hui pourtant, sur le plateau où les néoruraux sont nombreux, le nombre d’agriculteurs pratiquant la langue d’Oc se réduit irrémédiablement, même si le militant du Larzac Pierre Marcilhac s’investit dans sa transmission. Certes, l’amitié perdure avec Yves Rouquette et Marie Rouanet, mais celle-ci se produit désormais dans la petite église de Saint-Martin du Larzac, bien loin des foules militantes des gigantesques rassemblements d’été des années soixante-dix. Une époque que viennent rappeler de fréquents clins d’œil de l’actualité, tel ce récent slogan des militants défendant, à Villeneuve-lès-Maguelone, la double signalétique Français-Occitan : « Gardarem lo panèu » (Nappez 2010).

Haut de page

Bibliographie

Alland Jr. Alexander, 1995, Le Larzac et après, L’étude d’un mouvement social novateur, Paris, L’Harmattan, Collection alternatives rurales, 271 p.

Ariès Paul, Terras Christian, 2000, José Bové, la révolte d’un paysan, Paris, Éditions Golias.

Beau Georges, 1973, Vie ou mort du Larzac, Paris, Solar.

Béteille Roger, 1965, Revue du Rouergue, janvier-mars 1965, no 73

Boyer Henry, Gardy Philippe, Hammel Étienne, 1986, « Le Larzac revisité », Amiras/ Repères occitans, Aix-en-Provence, Édisud, 160 p.

Brugarolas Elie, 1999, « Entretien avec Alain Alcouffe » (réalisé le 5 juillet 1999), Itinéraires militants-Toulouse en 68, disponible sur : http://itineraires-militants-68.fr.

Burguière Christiane, 1998, « Il y a trente ans mai 68 », Gardarem lo Larzac, no 221, juillet-août 1998.

Cavanna François, 2005, Cavanna à Charlie Hebdo, 1969-1981, Paris, Hoëbeke.

Constans Jean-Marie, 1998, « Le Larzac, terre de paysans. Occitanie la longue marche », Pays cathare Magazine, no 9, (mai-juin 1998).

Delpiroux Dominique, 2009, « Gardarem l’occitan », La Dépêche du Midi, 24 octobre 2009.

Durante Claude, 1978, « Larzac, le temps des illuminés », Le Figaro, 28 octobre 1978.

Hardy Yves, Gabey Emmanuel, 1974, Dossier L. comme Larzac, Paysans contre militaires... une armée dévoreuse d’hectares... une terre qui ne veut pas mourir...une cause nationale, Paris, Moreau, 416 p.

Holohan Wanda, 1975, « Jacquerie sur la forteresse, Le mouvement paysan du Larzac (octobre 1970-août 1973) », 362-432, Communautés du sud, Jacques Lacroix, Daniel Fabre (dir.), Paris, Stock 2, 10-18.

Kamms Henry, 1972, « Nature Lovers Battle the Army for a Peaceful Corner of France », The New York Times, 30 avril 1972.

Lafont Robert, 1984, La Festa, tome II, Paris, Federop/Le Chemin Vert, 453 p.

Lafont Robert, 1971, Clefs pour l’Occitanie, Seghers, 217 p.

Launet Édouard, « Larzac, de natifs en néos », Libération, 8 août 2003.

Laval Gilbert, 1999, « José Bové, 46 ans, éleveur de brebis dans le Larzac, mène tambour battant la jacquerie contre la mondialisation. À causse et à cri », Libération, 17 août 1999.

Le Bris Michel, 1974, Occitanie : Volem viure !, Gallimard, La France sauvage.

Le Bris Michel, 1975, Les Fous du Larzac, Paris, Les Presses d’aujourd’hui, La France sauvage, 368 p.

Lipietz Alain, 1973, « La longa marcha del Larzac sus Paris », L’Outil des travailleurs, no 11 (février).

Marti Claude, 1974, L’ome esper, 33 tours, Ventadorn.

Marti Claude, Le Bris Michel, 1975, Homme d’oc, Dire, Stock 2.

Martin Didier, 1987, Larzac : utopies et réalités, Paris, L’Harmattan, Alternatives paysannes, 223 p.

Miard Lucien, 1973, « La « longue marche » des paysans du Larzac sur Paris. Face aux exigences de l’armée, la défense d’une certaine forme de vie », Le Figaro (15 janvier 1973).

Nappez Patrick, 2010, « À Villeneuve-lès-Maguelone, les panneaux de la discorde unissent les identités régionales », Midi Libre, 12 décembre 2010.

Pialat Vincent, 2008, « Le Larzac est la suite de Mai 68 », La Dépêche du Midi, 14 mai 2008.

Rouquette Max, 2006, Vert Paradis (traduction Surre-Garcia Alem), Paris, Éditions du Rocher, 342 p.

Rouquette Max, Souche Georges, 1999, Larzac, Lacoste, Cardabelle éditions.

Rouquette Yves, 1982, « ...comme le désert de Gobi », in Midis, petite géographie cordiale, Portet-sur-Garonne, éditions Loubatières.

Soula René, 2005, Les Cathares entre légende et histoire, la mémoire de l’albigéisme du xixie siècle à nos jours, IEO, 331 p.

Terrace Hervé, 1971, Le Canard enchaîné, 10 novembre 1971, no 2633.

Terral Pierre-Marie, 2010, Le Larzac, de la lutte paysanne à l’altermondialisme. Entre histoire et mémoire (1971-2010), Thèse d’histoire contemporaine sous la direction de Christian Amalvi, Université Paul-Valéry — Montpellier III, 509 p. (paru en 2011 chez Privat, Toulouse)

Viansson-Ponté Pierre, 1973, « Una occitania liura e roja », Le Monde, 16 septembre 1973.

Haut de page

Notes

1 Lettre de Jean-Paul Sartre aux paysans du Larzac, 28 octobre 1978.

2 C’est le cas dans l’Aude de Claude Marti, comme l’ouvrage Homme d’Oc, coécrit avec Michel Le Bris (Marti, Le Bris 1975, 82) :
Nous allons dans les quartiers de Carcassonne accompagner des mineurs avec leur casque sur la tête, ils font la quête. Et les gens donnent, ils donnent énormément et déjà apparaît ce slogan qui fera plus tard fortune : « Nous voulons vivre au pays ! » Il n’est pas encore dit en occitan, mais c’est le leitmotiv des mineurs : « Nous voulons rester à Decazeville ». D’un coup, la réalité du pillage économique de la région devient sensible.

3 L’appellation Decazeville étant liée au Duc Decazes, ministre de Louis XVIII ayant développé l’industrie du bassin houiller. « Los carbonièrs de La Sala » est ainsi le nom du magnifique poème de Boudou, chanté par Mans de Breish, idéalisant les gueules noires : « Los carbonièrs de La Sala, Occitans sens o saber, Cantan l’internacionala, La cançon del desespèr ».

4 Entretien avec Jeanne Jonquet, La Blaquière, 27 juin 2003.

5 Les prêtres Robert Mazeran et Pierre Bonnefous confirmaient y avoir contribué. Entretien avec Robert Mazeran, Saint-Affrique, 7 juin 2006 et Pierre Bonnefous, Millau, 5 février 2008.

6 Ce courant paysan de gauche trouvera son aboutissement dans la naissance de la Confédération Paysanne, en 1987.

7 Il deviendra l’expression de ce courant devenu autonome du P.S.U., sous le nom de Pour le Communisme puis d’Organisation communiste de la Gauche ouvrière.

8 « Paysans et ouvriers conservent l’initiative, Le Larzac et Lip », Libération, édition spéciale, 24 août 1973.

9 « Lo Larzac en marcha », Lutte Occitane, numéro spécial, août 1973.

10 De son nom de naissance, Sacheen Littlefeather, l’actrice a été mondialement connue le 27 mars 1973, lorsqu’elle a refusé, au nom de Marlon Brando, l’Oscar décerné à l’interprète du Parrain, en signe de protestation contre le sort des Indiens américains dans le contexte de l’occupation par des Sioux de la ville de Wounded Knee dans le Dakota du Sud.

11 Directeur de La Cause du peuple, il est condamné à ce titre à huit mois de prison en 1971. Quittant la Gauche prolétarienne, il s’installe près de Carcassonne et s’intéresse à la situation politique de l’Occitanie.

12 « Paysans et ouvriers conservent l’initiative. Edition spéciale le Larzac et Lip », Libération, 24 août 1973.

13 Entretien avec Yves Rouquette, Camarès, 6 octobre 2006.

14 Courrier de Jean Huillet, 3 mai 2006.

15 Entretien avec Claude Marti, Estivada de Rodez, 23 juillet 2008.

16 Entretien avec Claude Marti, Rodez, 23 juillet 2008.

17 Entretien avec Yves Rouquette, Camarès, 6 octobre 2006.

18 Entretien avec José Bové, Potensac, 15 mars 2006.

19 Entretien avec Claude Marti, Rodez, 23 juillet 2008.

20 Entretien avec Manuel Diaz, Millau, 17 mai 2008.

21 Site de Gardarem la tèrra, (http://gardaremlaterra.free.fr).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Marie Terral, « « Gardarem lo Larzac » : de la dimension occitane de la lutte paysanne à son cheminement mémoriel », Lengas, 69 | 2011, 93-116.

Référence électronique

Pierre-Marie Terral, « « Gardarem lo Larzac » : de la dimension occitane de la lutte paysanne à son cheminement mémoriel », Lengas [En ligne], 69 | 2011, mis en ligne le 15 mai 2014, consulté le 16 août 2017. URL : http://lengas.revues.org/383  ; DOI : 10.4000/lengas.383

Haut de page

Auteur

Pierre-Marie Terral

Docteur en histoire contemporaine de l’université Montpellier III

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org