Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Philippe Martel, Les Félibres et leur temps. Renaissance d’oc et opinion (1850-1914)

Rémy Gasiglia
p. 153-155
Référence(s) :

Philippe Martel, Les Félibres et leur temps. Renaissance d’oc et opinion (1850-1914), Presses universitaires de Bordeaux, coll. Saber, 2010, 690 p.

Texte intégral

1Il est des travaux dont la nécessité et l’utilité sont évidentes. Les Félibres et leur temps. Renaissance d’oc et opinion (1850-1914) de Philippe Martel, Professeur d’occitan à l’université Paul-Valéry — Montpellier III, est de ceux-là. Issu de sa thèse d’Etat préparée sous la direction de Maurice Agulhon, cet imposant ouvrage a en effet pour objet la façon dont la société française, au niveau régional et au niveau parisien, a réagi à l’apparition du mouvement félibréen, à son développement et en particulier à la parution des œuvres de Frédéric Mistral. Philippe Martel fournit ainsi un indispensable complément à l’histoire de la Renaissance d’oc en établissant celle de sa réception, jusqu’ici mal connue, voire inconnue. Pour mener à bien cette tâche, il a dépouillé une documentation impressionnante dont rendent compte les vingt-sept pages de la bibliographie. Livres, brochures, articles, collections de journaux et de revues, correspondances, manuscrits divers, fonds d’archives, le corpus est immense qui a permis de cerner une « opinion » exprimée ou forgée par une foule d’auteurs, illustres ou obscurs.

2Cette étude chrono-thématique s’ouvre sur la présentation du « décor » et des « acteurs ». Philippe Martel y décrit l’image que se font du Midi les « Franchimands » dans la première moité du xixe siècle, puis retrace la « naissance de la Renaissance ». Il examine ensuite les débuts du dialogue entre les intellectuels parisiens et les écrivains occitans, depuis Li Prouvençalo (1851) et surtout le « choc » de Mirèio (1859) jusqu’à la fin du Second Empire. La grande partie centrale de l’ouvrage est consacrée à la période suivante (« où le Félibrige trouve sa vitesse de croisière ») et distingue successivement les jugements favorables aux félibres, ceux qui leur sont opposés, puis ceux des scientifiques (linguistes, historiens de la littérature, historiens, géographes, ethnologues), enfin les réactions face aux revendications félibréennes concernant l’enseignement de la langue d’oc et les institutions (les questions de la décentralisation et du fédéralisme). La dernière partie mesure l’impact des félibres sur le milieu méridional, qu’il s’agisse de l’importance relative de leurs publications, de l’attitude à leur égard des érudits, des écrivains, des autorités civiles et religieuses, ainsi que du peuple d’oc. L’ouvrage s’achève sur l’écho local, national et international du décès de Mistral.

3Nous nous arrêterons sur quelques-uns des points que Philippe Martel met en évidence. Ainsi note-t-il les récupérations dont le projet félibréen et l’œuvre mistralienne ont fait l’objet. Il relève également l’hostilité et souvent la haine qu’a rencontrées le Félibrige dans les milieux parisiens. Une haine allant du sarcasme à l’appel au meurtre (plus ou moins atténué par un hypothétique second degré) en passant par le propos raciste. Une haine parfois quasi « pathologique », qui révèle en particulier la haine de soi de critiques méridionaux reniant leurs origines pour faire carrière (souvent médiocrement) dans la capitale. Sans oublier l’ethnotype toujours prêt à resurgir, Philippe Martel insiste sur le caractère extraordinairement répétitif des « arguments » avancés : la revendication félibréenne menace l’unité nationale, le provençal de Mistral est une langue artificielle, la langue d’oc se meurt, la langue d’oc est morte, la langue d’oc de toute manière ne peut aborder les sujets élevés et constitue un obstacle au progrès et à la démocratie, etc. Une masse de préjugés, de manifestations d’ignorance et de mépris qui ont eu la vie dure et survivent aujourd’hui encore, même dans les milieux qui se prétendent éclairés. Cependant, ainsi que le montre Philippe Martel, le mouvement félibréen, malgré ses limites et ses échecs face à l’idéologie nationale, a réussi à poser à la France le problème linguistique et institutionnel « régional » en même temps que Mistral imposait le retour de la littérature d’oc. Irruption dont témoignent par exemple les cinquante-quatre articles dans la presse française et étrangère que suscita Mirèio l’année de sa parution. Enfin, en analysant les discours tenus sur le Félibrige, Philippe Martel fait progresser la connaissance de la France en général. Interprétant dans sa conclusion l’« entre-deux félibréen » (« nationalitaire », entre régionalisme et nationalisme) comme « la métaphore, et d’une certaine manière le produit de l’entre-deux français », il propose une lecture novatrice de la réalité nationale passée et présente.

4Richesse de la documentation, originalité de la démarche, clarté et finesse de la réflexion, humour et dynamisme du style rendent la lecture de cet ouvrage passionnante et très agréable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémy Gasiglia, « Philippe Martel, Les Félibres et leur temps. Renaissance d’oc et opinion (1850-1914) », Lengas, 69 | 2011, 153-155.

Référence électronique

Rémy Gasiglia, « Philippe Martel, Les Félibres et leur temps. Renaissance d’oc et opinion (1850-1914) », Lengas [En ligne], 69 | 2011, mis en ligne le 12 mai 2014, consulté le 16 août 2017. URL : http://lengas.revues.org/388  ; DOI : 10.4000/lengas.388

Haut de page

Auteur

Rémy Gasiglia

Université de Nice — Sophia Antipolis.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org