Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Denis Saurat Encaminament catar. Introduction, traduction et notes par Jean-François Courouau

Philippe Gardy
p. 155-163
Référence(s) :

Denis Saurat, Encaminament catar. Introduction, traduction et notes par Jean-François Courouau, Toulouse, Presses universitaires du Mirail (« Interlangues »), 2010, 384 p., 23 euros. w3.pum.univ-tlse2.fr

Texte intégral

1L’œuvre poétique occitane de Denis Saurat est de celles qui suscitent interrogations et scepticisme. De celles également qui fascinent. Et que l’on risque de ne pas oublier à partir du moment que l’on s’est laissé prendre, pour ainsi dire malgré soi, par ce qu’elle peut avoir d’étrange, de dissonant.

2Né à Toulouse de parents ariégeois en 1890, mort à Nice en 1958, Saurat a connu la destinée, finalement assez banale en son temps, d’un intellectuel français de renom passé par les grades universitaires et ayant assez tôt acquis une position enviable. Après avoir quitté à l’âge de trois ans et demi Toulouse pour le département du Nord (la petite ville de Trélon, près de la frontière belge), où son père est postier, il poursuit à l’université de Lille des études d’anglais, épouse une anglaise en 1911 à Londres, obtient sa licence en Sorbonne en 1913, puis, la guerre terminée, après avoir vécu un temps à Glasgow, est reçu premier à l’agrégation d’anglais en 1919. Nommé au lycée de Bordeaux, il soutient dans la foulée une thèse de doctorat en Sorbonne consacrée à « la pensée de Milton ». Il devient en 1923 professeur d’université, mais, dès l’année suivante, il quitte la France pour la Grande Bretagne : à partir de 1924, il est nommé directeur de l’Institut français de Londres, fonction qu’il devait exercer jusqu’en 1945. Titulaire par ailleurs de la chaire de littérature française au King’s College de la même ville, il occupa cette dernière fonction jusqu’en 1949, avant de prendre sa retraite à Nice.

3Ce parcours d’apparence rectiligne ne permet cependant d’appréhender qu’une partie de la personnalité riche et originale de Saurat. Celui-ci, à côté de ses obligations académiques, adossées à de nombreuses publications concernant non seulement Milton, mais encore William Blake, a très tôt développé une activité soutenue de critique littéraire et, plus largement, de journaliste, aussi bien en anglais (notamment dans The New Age et The Listener) qu’en français (des collaborations nombreuses et suivies dans Les Marges et la NRF). Ces activités concernent bien sûr la littérature anglaise mais aussi la littérature française, dont il fut l’un des diffuseurs en Grande Bretagne. Se situant ainsi d’emblée « entre deux langues » et deux cultures, Saurat trouva peut-être dans un tel état de fait, qu’il cultiva tout au long de son existence, les raisons profondes de son attachement, peu à peu pressenti et finalement « révélé », à la langue et à la culture de ses origines familiales : l’occitan d’Ariège, département d’où étaient issus ses deux parents (l’un et l’autre nés à Layrole, hameau de Serres-sur-Arget, à quelques kilomètres de Foix). Cette appartenance linguistique ariégeoise, au départ, et pendant longtemps, il ne dut la concevoir que de façon souterraine, secondaire, plus ou moins latente. On ne peut pas, cependant, ne pas relier la perception qu’en eut progressivement Saurat à la rencontre que celui-ci fit, au tout début des années 1920, avec l’un des animateurs du provençalisme mistralien d’alors : Sully-André Peyre. Peyre était l’exact contemporain de Saurat. Mais sa trajectoire était bien différente : quasiment autodidacte, et très éloigné des milieux universitaires, Peyre vouait une sorte de culte à la littérature, à la poésie surtout, et à quelques grands écrivains, dont Mistral, Dante et Hugo, desquels Saurat était aussi un admirateur convaincu. Peyre, en outre, conséquence ou à l’inverse, motif parmi d’autres de sa rencontre avec Saurat, cultiva très tôt, à côté de celle en provençal et en français, l’écriture poétique en anglais, une langue qu’il dut apprendre aussi pour des raisons professionnelles (la Source Perrier, à Vergèze, dans le Gard, dont il fut l’employé toute sa vie durant, appartenait alors à des Anglais). Quelles qu’aient été les circonstances qui les réunirent alors, le fait est que les deux hommes furent, presque à égalité, dès 1921, les animateurs de la revue que Peyre, après d’autres tentatives plus anciennes pour faire surgir une « presse provençale », venait de créer : Marsyas. Et que cet étrange attelage tint longtemps : jusqu’aux années 1956-1957, lorsque Peyre, « mistralien intégral » depuis toujours, eut l’impression d’avoir été « trahi » par Saurat, qui venait, plus en apparence peut-être que par conviction affirmée et sans malice aucune, d’épouser les théories linguistiques et, d’abord, graphiques, des occitanistes disciples de Louis Alibert qu’il combattait depuis pas mal de temps déjà avec acharnement.

4Ce sont les divers aspects de l’homme et de l’intellectuel Denis Saurat qui sont abordés de façon détaillée et très informée par Jean-François Courouau dans l’ouvrage publié par les Presses universitaires du Mirail. Et c’est le point d’entrée « ariégeois » de ses multiples centres d’intérêt qui s’y trouve privilégié. À juste titre selon nous : ce point d’entrée permet d’unifier les diverses activités de Saurat, et de les unifier en profondeur. L’amitié précoce de Saurat avec Peyre et sa constante présence pendant un quart de siècle dans les colonnes de Marsyas, son intérêt pour Milton, puis plus encore pour Blake, et, côté français, pour Victor Hugo, semblent avoir permis à l’angliciste apparemment « déraciné » qu’il était et demeura d’accéder à une sorte de mythe personnel dont la construction, faite de révélations soudaines comme de maturations forcément lentes, déboucha avec le temps sur l’élaboration d’une œuvre poétique occitane qui, occupant les dix dernières années de son existence, en constitua la synthèse et le couronnement.

5L’ouvrage de Courouau part de cette œuvre tardive, méconnue, et plutôt déconcertante au premier abord, et s’efforce de remonter les fils d’une existence à travers elle. C’est l’objet d’une bonne moitié de sa longue introduction, qui, à partir des travaux du Canadien John R. Colombo, redécouvreur de Saurat au début des années 2000, et, surtout, à partir de sources inédites (essentiellement les abondantes et précieuses archives conservées et classées à l’Institut français du Royaume Uni à Londres), retrace la carrière de l’universitaire et du publiciste, et décrit avec précision les divers apports dont s’est finalement nourrie, en les sublimant, l’œuvre poétique. Celle-ci a vu le jour dans des circonstances qui ont intrigué et irrité en son temps, et n’ont sans doute pas fini de susciter doutes et questions. Tout avait plus ou moins commencé par une polémique, quand Saurat publia en octobre 1953 dans la NNRF, avec la complicité de Jean Paulhan, des « poèmes cathares du xive siècle », dans leur langue originale et accompagnés d’une version française. À ces poèmes, dont l’émergence remonte chez Saurat, de son propre aveu, à 1940, fut alors mêlé le nom de l’une de ses amies, Laurence de Beylié, dont plusieurs textes furent ultérieurement imprimés sous son seul nom, en 1956 (collection « Messatges » de l’Institut d’études occitanes), mais avec une interprétation, « cathare » toujours, de Saurat. Quels que soient les tenants et les aboutissants de ce qui passa alors pour une mystification ou, à tout le moins, pour une reconstitution à la fois suffisamment réussie pour tromper son monde et cependant assez transparente pour ne pas abuser les spécialistes (au premier rang desquels figura Charles Camproux — à qui Saurat doit le terme Encaminament, plutôt que le simple Caminament choisi par lui au départ), il faut voir dans ces poèmes la première manifestation publique d’une résurgence linguistique et d’une constructioon mythologique qui devait désormais occuper Saurat jusqu’à l’année de sa disparition.

6Courouau nous aide à suivre, pas à pas, c’est-à-dire, jour après jour, ou presque, les moments clés de cette résurgence, au cours de laquelle Saurat retrouva, expliqua-t-il, telle qu’il l’avait « abandonnée » en quittant Toulouse, puis le domicile de ses parents dans le nord de la France, la langue de ses ancêtres : l’occitan ariégeois de Serres-sur-Arget. Résurgence est sans doute le mot clé dans cette affaire. Pour Saurat, en effet, ce retour de l’occitan n’est pas seulement celui d’une langue familiale demeurée plus ou moins enfouie en lui, et que le jeu combiné des mémoires d’un côté, et des âges de la vie d’un autre, aurait favorisé jusqu’à en faire le thème de tout un élan d’écriture. C’est aussi, dès le début (la fameuse affaire des « poèmes cathares »), un passé beaucoup plus ancien qui remonte, de génération en génération. Ici, la mémoire familiale, fût-elle déjà très ancienne, ne suffit plus : c’est, en quelque sorte, la mémoire du corps, celle du temps inscrit dans les corps et les esprits, qu’il faut alors invoquer pour tenter d’appréhender le mouvement qui anime la poésie de Saurat jusqu’à devenir, chez lui, le point de départ de toute une réflexion métaphysique sur la transmission dans le temps long des générations successives.

7Courouau, prudemment, ne s’avance pas trop en ce domaine. Il se contente, ce qui est fort bien, d’exposer les données de la question, telles que le poète les a lui-même formulées dans plusieurs textes (ouvrages publiés, lettres, confidences autobiographiques demeurées inédites). Et, surtout, il met à notre disposition l’ensemble des poésies occitanes de Saurat, telles que celui-ci, peu de temps avant sa disparition, les avait réunies dans un seul et même ensemble, intitulé Encaminament catar (« Cheminement — ou Acheminement — cathare »).

8L’œuvre poétique de Saurat n’était certes pas inconnue des lecteurs auparavant : une partie en avait été publiée entre 1954 et 1958, essentiellement dans la collection « Messatges » de l’Institut d’études occitanes, grâce à l’accueil que lui avaient réservé des personnalités telles que René Nelli, René Lavaud, Robert Lafont, Andrée-Paule Lafont et Pierre Bec notamment. Mais l’ouvrage de Courouau, outre le fait qu’il permet de prendre connaissance aisément de textes devenus largement inaccessibles, nous donne l’occasion de lire l’ensemble poétique conçu par Saurat dans toute son ampleur. On y trouve en particulier les cinq chants de ce « Blaco » (du nom occitanisé du poète anglais William Blake), qui en constitue une pièce essentielle, demeurée jusqu’à présent inédite. Et l’on y voit réunis, soutenus par une seule dynamique narrative voulue par le poète, tous les autres éléments qui avaient fait l’objet, dans les années cinquante, de publications séparées.

9À ce qu’il en dit lui-même, Saurat a commencé par noter, sans nécessairement tout en comprendre, les mots ou les phrases occitanes qui remontaient jusqu’à lui. Puis, à partir de 1954, c’est sous la forme d’un rêve que plusieurs des poèmes destinés à figurer dans Encaminament catar se sont manifestés à lui, au réveil : par exemple « un poème de plus de trois cents vers », le premier publié de Saurat, en 1954, sous le titre de Ac digas pas, « poëma ante-catar ». Si l’on admet, par hypothèse, que le poème ainsi « reçu » ne fait qu’un avec la langue dans laquelle il a été « rêvé », il faut admettre aussi, comme le suggère Saurat, que cette langue est elle-même le fruit d’un tel rêve. Et qu’elle est donc, à la fois, la résultante d’une dérive personnelle et familiale, et, plus en profondeur, celle d’une divagation séculaire, ou plutôt millénaire. Les deux, probablement, ne sont pas directement reliées entre elles : entre le « savoir » familial, qui est à la fois savoir anthropologique et savoir linguistique, et ce savoir pour ainsi dire sans âge, où se conjuguent références cathares et figures beaucoup plus anciennes d’une civilisation pyrénéenne disparue, des liens existent sans doute. La mémoire familiale, comme toute mémoire, mêle forcément des héritages acquis à des dates diverses, et dont la provenance peut être parfois très éloignée du présent. Mais ces poèmes rêvés, ou élaborés à partir de fragments de rêves cousus ensemble, sont aussi le fruit de la mémoire de Saurat lui-même : de sa culture anglaise, de son intérêt pour Milton et Blake, des rencontres intellectuelles qu’il a pu faire au cours de sa vie, et dont Courouau rend compte avec précision (Orage, Peyre, MacDiarmid et bien d’autres). Le Souldat, par exemple, fait coexister des parties « rêvées », et des textes plus anciens de Saurat, déjà publiés en français. Cette écriture par contaminations croisées contribue à donner à Encaminament catar dans son ensemble cette allure si particulière de poème-univers, dans lequel les frontières habituellement admises semblent abolies, où les époques, les générations, le naturel et le surnaturel, etc., communiquent et s’interpénètrent sans relâche.

10De cette faculté à brouiller les limites et à confondre les époques en un seul grand tout dérivant dans le temps, c’est sans conteste la langue qui constitue le moteur, le principe unificateur essentiel. À quoi s’ajoute, bien sûr, ce dont cette langue est porteuse, ce par quoi elle a été baignée, ou ce qui par elle est advenu dans le poème. Pour cette raison, sans doute, au-delà des motifs textologiques qui imposaient déjà un tel choix, l’édition proposée dans ce volume a été conçue à partir du « poème fini », tel que Saurat l’avait soigneusement établie dans ce manuscrit appelé désormais « cahier Éverest », et figurant, parmi nombre d’autres documents, dans les archives de l’Institut français du Royaume Uni. Sans négliger les apports pouvant provenir des diverses éditions imprimées, sans négliger non plus les autres manuscrits conservés, dont il dresse un inventaire soigneux et sans doute complet, Jean-François Courouau établit texte et version française à partir de cet ultime document, qui réunit et dépasse tous les autres. Ce faisant, l’éditeur de 2010 effectue dans le même temps un mouvement de retour à la source : les imprimés, à une exception près, avaient tous été adaptés graphiquement, mais aussi, sur certains points, linguistiquement, par les éditeurs des années 1950, avec l’assentiment, parfois assez enthousiaste, du poète. Mais Saurat, de son côté, en était resté pour son propre usage à la graphie et à la langue « premières » qui avaient accueilli ses poèmes : une graphie immédiate, forgée à partir de celle du français, adaptée au plus près de l’occitan ariégeois de Serres-sur-Arget, et une langue tout aussi enracinée localement, c’est-à-dire, d’abord, familialement. Plus quelques inévitables apports extérieurs (dont certains provenant de l’anglais, la « troisième langue » du poète), malgré la volonté de Saurat de ne rien changer à ce que ses rêves lui avaient dicté.

11C’est donc cette version ultime, conforme à la « voix » familiale entendue au fil des années, et considérée comme parvenue à son terme par le poète, que l’on découvrira ici, en sept grand moments (voir la liste de la page 56, qui en donne le détail) : Le souldat ; La beuso ; Les Gigants catars ; Le Cassaire ; Blaco ; At digos pos ; La Bierjo. Chacun de ces moments s’intègre dans une architecture qui les met en résonance : I. Le pople (qui comprend les deux premiers) ; II. Les aiols (qui comprend les deux suivants) ; III. Le poeta : Blaco ; IV. La bertat (qui comprend les deux derniers). Le titre général d’Encaminament prend ainsi tout son sens. Il s’agit bien d’une voie qu’il a fallu suivre, étape par étape, pour parvenir à cette « vérité » dont les deux — plus brefs — poèmes terminaux énoncent les contenus.

12On peut lire ce vaste poème en s’efforçant de le rattacher à ses fondements érudits, à toutes les références qui l’enracinent aussi bien dans l’œuvre française de Saurat, dont il dérive souvent, que dans un grand nombre de configurations ethnographiques, religieuses, mythiques, etc. Les notes nombreuses dont sont assorties la version occitane et la traduction française (nouvelle) qui les accompagne, aideront en cela beaucoup le lecteur. Mais on peut aussi, sans négliger cette matière dont le verbe de Saurat est incontestablement nourri, donner la première place à ce verbe, en épouser le déroulement pour en goûter la force particulière. Privilégier, en quelque sorte, cette logique du rêve souvent revendiquée par le poète, et, par delà une architecture fortement soulignée, tenter de suivre à la trace la parole qui porte ce texte aux résonances clairement épiques.

13Cette épopée intérieure, qui fait du rêveur celui qui détient (et partage) certains des « secrets » de l’univers, se présente comme un discours continu, où le lecteur apparaît comme le destinataire de ce qui s’apparente à une prédication. « Je me mets instinctivement à la place d’un parfait prêchant un village : il doit faire comprendre aux paysans illettrés, en se servant de leur 4 ou 500 mots, les idées les plus subtiles de la mentalité cathare — et il y réussit », écrivait Saurat à Andrée-Paule Lafont, probablement sa plus fine exégète, en novembre 1956. Ce dénuement revendiqué, cette économie de mots et de moyens, qui frappent dès l’abord le lecteur, définissent bien le ton particulier d’une poésie qui fuit les ornements et les raffinements au profit d’une continuité verbale réunissant sobriété du style et ampleur du discours. Par nécessité, sans doute, l’occitan utilisé ne se signale pas, à l’opposé de beaucoup d’œuvres d’oc des xixe et xxe siècles, par la richesse de son vocabulaire ou, ce qui est déjà plus rare, par la virtuosité de sa syntaxe. Il « brille », au contraire, par une apparence de simplicité et de quotidienneté qui métamorphose sa « pauvreté » originelle en richesse spirituelle.

14Cette contrainte reconvertie en choix souverain donne à la voix occitane de Saurat sa profondeur et sa tenue spécifiques. Il reste maintenant à aller plus avant dans la redécouverte d’une poésie quelque peu tombée dans l’oubli, mais qui mérite, par ses dimensions, par son étrangeté, mais aussi par l’étonnante familiarité qu’elle peut inspirer, d’être méditée et commentée. Le livre de Jean-François Courouau rend désormais tout cela possible, dans les meilleures conditions (on regrettera cependant que les poèmes n’aient pas bénéficié d’une mise en page plus aérée, qui aurait rendu la lecture plus agréable). Outre, je l’ai déjà dit, une copieuse introduction, qui en apprend beaucoup sur Saurat, ses amitiés, ses lectures, ses principaux centres d’intérêt, et son œuvre, aussi bien anglaise que française et occitane, cet ouvrage, qui fournit également des éléments d’appréciation précis sur l’occitan de Saurat et une abondante bibliographie, propose une édition très complète d’Encaminament catar, accompagnée d’une version française rigoureuse, et assortie des variantes substantielles et linguistiques fournies par les diverses versions manuscrites ainsi que par les imprimés. Des notes nombreuses élucident les noms propres, les allusions renvoyant à la « mythologie » composite du poète ou encore les points obscurs ou difficiles. Une chronologie finale détaillée, extrêmement utile, rassemble, de 1953 à 1958, toutes les informations connues concernant l’élaboration d’Encaminament catar. Tous ces éléments peuvent également favoriser l’analyse plus approfondie de ces mécanismes de résurgence d’une langue « oubliée » dont Saurat s’est prévalu à plusieurs reprises, et qui seraient à l’origine de son entreprise poétique occitane tardive. Robert Lafont, dans plusieurs recensions (dans ÒC et Les Cahiers du Sud notamment), s’était interrogé sur ce processus qui, chez Saurat, à la différence de ce que l’on peut observer chez certains écrivains dont la situation est comparable, ne peut pas se résumer à un « simple » retour en arrière, vers l’enfance, jusqu’à une période de la vie qui avait jusque-là été gommée, ou mise entre parenthèses. L’occitan, dans Encaminament catar, on l’a rappelé, est aussi la langue d’une anamnèse autrement plus vertigineuse, qui certes se confond avec la première, mais la dépasse et lui confère des vertus bien particulières. Cette addition des mémoires, ou plutôt leur multiplication quasi abyssale en direction du passé, jusqu’aux cathares et aux temps pré-humains des « Géants » et des insectes, fait coexister ce qui, d’un côté, appartient à l’Histoire, et ce qui, d’un autre, de toute évidence ressortit à la Légende et aux mythes, personnels et collectifs. C’est en cela, peut-être, que la mémoire selon Saurat se différencierait de cas comparables : son architecture serait « à étages », faite de ponts et de plongées, de similitudes et de décalages. Et la langue recouvrée apparaîtrait alors comme le moyen et le lieu privilégiés de ces échappées extraordinaires.

  • 1 Santa et non Senta, coma il est écrit alors, ainsi que dans la bibliographie finale.

15Le romancier occitan Jean Boudou, Courouau le rappelle dans les premiers paragraphes de sa présentation, avait fait de Denis Saurat un quasi-personnage de roman dans sa Santa Estela del Centenari1 (Rodez, Subervie, 1960), qui lui était d’ailleurs dédiée. Courouau se demande si les deux écrivains s’étaient rencontrés « dans la vraie vie ». Nous le saurons peut-être un jour. Les éditeurs des lettres de Jean Boudou à Henri Mouly (Naucelle, Societat dels Amics de Joan Bodon, 1986) affirment de leur côté que « Bodon aviá correspondut amb el » (p. 165), sans en dire davantage, hélas ! Une chose est certaine : Boudou avait sinon rencontré Saurat, en tout cas vu son portrait, tel que l’avait reproduit la revue ÒC (no 209, juillet-septembre 1958, accolé à une vue du site de Montségur), « ... tot clòscla-pelat. Qualques pèls solament sus las aurelhas... » (p. 116), fait dire le romancier rouergat dans un mémoire posthume au « Vieux de Saint-Ferréol », énigmatique démiurge de son récit. Il avait également lu ses livres, sans nul doute ses poésies occitanes, mais aussi sa Fin de la peur (Paris, Denoël, 1937), où figurait déjà une partie de la matière d’Encaminament catar. « Las religions en tot cas, ò benlèu la poësia li avián virat lo cap... E cugèri ieu lo tornar virar, de legir totas aquelas pròias que m’escriviá. » (p. 120). Ces pròias (« sornettes ») concernent les cathares, et l’allusion, longuement développée par la suite — elle vaut la peine d’être lue — , laisserait supposer l’existence de cette correspondance, par « Vieux » interposé. De tout cela, qui reste confus, quelque chose semble cependant ressortir : Boudou, dans cet ouvrage qui demeure sans doute le plus libre et le plus « fou » qu’il ait écrit, s’était aventuré assez loin dans la « folie », réelle ou supposée, de son personnage pour en débusquer, chemin faisant, quelques-uns des secrets...

Haut de page

Notes

1 Santa et non Senta, coma il est écrit alors, ainsi que dans la bibliographie finale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Gardy, « Denis Saurat Encaminament catar. Introduction, traduction et notes par Jean-François Courouau », Lengas, 69 | 2011, 155-163.

Référence électronique

Philippe Gardy, « Denis Saurat Encaminament catar. Introduction, traduction et notes par Jean-François Courouau », Lengas [En ligne], 69 | 2011, mis en ligne le 12 mai 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://lengas.revues.org/391  ; DOI : 10.4000/lengas.391

Haut de page

Auteur

Philippe Gardy

C.N.R.S., L.A.H.I.C.-I.I.A.C.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org