Navigation – Plan du site

Gallo rojo, gallo negro, chanter la dissidence
De la rue à l’histoire

Gallo rojo, gallo negro, la disidencia de la calle a la historia 
Gallo rojo, gallo negro, cantar la dissidéncia
De la carrièira a l’istòria
Florence Belmonte

Résumés

La chanson Gallo rojo, gallo negro date des années soixante. Anonyme à l'époque, elle était reprise dans les rues lors des manifestations étudiantes comme un hymne de reconnaissance des opposants à la dictature du général Franco. Elle est l’œuvre de l'auteur compositeur interprète Chicho Sanchez Ferlosio (1940-2003), personnalité singulière des milieux anarchistes espagnols. Actuellement, elle passe souvent pour une chanson des combattants républicains de la guerre civile.

Haut de page

Texte intégral

1Gallo rojo, gallo negro est une chanson composée dans les années soixante. Anonyme à l’époque, elle était reprise dans les rues lors, entre autres, des manifestations étudiantes, comme un hymne de reconnaissance des opposants à la dictature du général Franco. Elle est l’œuvre de l’auteur compositeur interprète Chicho Sanchez Ferlosio (1940-2003), personnalité singulière des milieux anarchistes espagnols. Actuellement, dans l’esprit d’une part de la population, et même de personnes engagées dans les mouvements de récupération de la mémoire historique de la guerre civile et du franquisme ou de militants antifascistes du monde hispanique, elle passe souvent pour une chanson des combattants républicains de la guerre civile. Il s’en trouve même pour la chanter en concert et la présenter comme datant de 1939, un an avant la naissance de son auteur. Des montages vidéo que l’on retrouve aisément sur internet sont emblématiques de l’utilisation qui peut en être faite. Dans ce cas de figure, la chanson est diffusée accompagnée de la légende : « la version originale de la chanson sur une série d’affiches de l’époque », tandis que se déroule un catalogue d’affiches toutes éditées par le camp républicain, en temps de guerre civile.

Gallo rojo, gallo negro,
Chicho Sanchez Ferlosio

Cuando canta el gallo negro
Es que ya se acaba el día, (bis)
Si cantara el gallo rojo
Otro gallo cantaría. (bis)

Quand chante le coq noir,
C’en est fini de l’espoir,
Si le coq rouge chantait,
Coq noir, c’est toi qui déchanterais.

Refrain
Ay,
Si es que yo miento
Que el cantar que yo canto
Lo borre el viento,
Ay,
Qué desencanto
Si me borraro el viento
Lo que yo canto.

Ah
Si je mens,
Que le vent emporte
mon chant,
Ah,
Quelle déception
Si le vent emportait
Ma chanson.

Se encontraron en la arena
Los dos gallos frente a frente (bis)
El gallo negro era grande
Pero el rojo era valiente. (bis)

Sur le sable, face à face
les deux coqs se sont trouvés.
Le coq noir était puissant
Mais le rouge était un brave.

Se miraron cara a cara
Y atacó el negro primero, (bis)
El gallo rojo es valiente
Pero el negro es traicionero. (bis)

Face à face, les deux coqs,
Le coq noir a attaqué,
Le coq rouge est un brave
Mais le noir est un félon.

Gallo negro, gallo negro,
Gallo negro te lo advierto, (bis)
No se rinde un gallo rojo
más que cuando está ya muerto. (bis)

Coq noir, coq noir,
Tiens-toi le pour dit,
Un coq rouge ne rend jamais les armes,
car à se rendre, le coq rouge préfère mourir.

2Quels mécanismes conduisent à l’association de cette chanson avec l’épisode de la guerre civile, puis à sa projection postérieure au rang des hymnes de la revendication sociale ?

3La guerre civile espagnole, on le sait, est interprétée à juste titre comme la lutte des combattants de la liberté contre le fascisme, la chanson s’y réfère d’ailleurs sans équivoque : le combat des coqs renvoie à la violence supposée des Espagnols dont cette pratique serait une des expressions notoires, — qui contribue d’ailleurs à sa légende noire. La célèbre métaphore des Deux Espagnes est reprise avec le coq rouge — Républicain —, et le coq noir — fasciste. On lit aussi dans les paroles de cette chanson le combat social, avec ses déséquilibres — l’un est puissant, l’autre n’a que son courage —, ses héros et ses traîtres, ses luttes tragiques et sans merci. Bref, le texte puise sa force dans la synthèse à laquelle il parvient par la représentation des luttes et des souffrances des opprimés de la dictature franquiste qui rejoint celle des opprimés de l’histoire universelle. Dans un style minimaliste, Chicho Sanchez Ferlosio dont l’écriture dans d’autres textes se singularise pourtant par sa très grande créativité linguistique, souligne les mots clés par le recours à des structures et des rimes très simples soutenues par le martèlement des accords. Son style pour l’occasion ne s’écarte pas des chemins de l’écriture accessible à tous, au service d’une cause. Découvert dans les pages d’un livre (Jiménez, Prada, Cupián, 2008), le texte, un des premiers de Chicho Sanchez Ferlosio, est presque terne, ou du moins il emprunte pour convaincre d’autres chemins que ceux de l’esthétisme, ce qui ne lui ôte ni son intérêt, qui est d’un autre ordre, ni son pouvoir d’émotion. Il semble sorti de la tradition populaire. On le retient très vite, on peut le chanter tout aussi vite, l’essentiel étant de partager et de transmettre. Certaines rimes très pauvres sont mises en valeur justement pour cette même raison, parce qu’elles sont pauvres mais soutiennent un terme important, un mot clé qui lui-même touche à une réalité historique et humaine éternelle et brûlante. Gallo rojo, gallo negro de Chicho Sanchez Ferlosio éveille l’émotion et appelle à la communion sociale.

4Une fois éclairés les points qui conduisent à l’erreur de datation de cette chanson, reste toutefois à expliquer le processus qui l’a conduite à traverser les décennies affranchie de la signature de son auteur et à être reprise postérieurement, y compris dans les manifestations contre la crise actuelle. La question de l’effacement à la fois imposé et voulu de cet auteur est alors en jeu. Pour la saisir, il faut se souvenir d’abord qu’être espagnol et anarchiste sous le franquisme relevait de l’héroïsme, presque de l’impossible. En effet, dans un contexte d’épuration sociale et politique, de représailles, de violence physique, d’exclusion, ainsi que d’une manipulation culturelle qui visait au nivellement des comportements et des savoirs en vue de l’adhésion au Régime, depuis le point de vue des Vainqueurs, « être espagnol » était un titre qui se méritait. Pour cela il fallait remplir des conditions incontournables. Les « vrais » Espagnols, pour le Régime, étaient ceux qui ne parlaient pas de coup d’État mais de rébellion militaire contre la République ; ceux qui avaient interprété la guerre comme étant un affrontement entre la « Russie » et l’Espagne ; ceux qui avaient adhéré à la thèse selon laquelle grèves et revendications sociales paralysaient la vie de la population et ruinaient ses sources de richesses ; les intellectuels qui n’avaient pas hésité, en 1936, à justifier l’interventionnisme de l’État dans la culture et avaient participé à la construction de ce même État tenté par le totalitarisme ; enfin, le clergé et ses fidèles catholiques étaient eux aussi espagnols aux yeux du Régime parce qu’ils parlaient non pas d’une guerre mais d’une Croisade au nom de l’Espagne, d’une guerre d’Espagne, de leur guerre, dans leur pays — l’Espagne authentique — contre un ennemi dont l’identité pour la circonstance s’enrichissait d’une dimension peu banale en Europe dans le premier tiers du xxe siècle, celle de l’hérésie ; bref, les Espagnols, les vrais aux yeux du Régime, c’étaient tous ceux qui avaient apporté leur concours à l’anéantissement de la République, à savoir les arrogants tenants de l’intolérante Espagne franquiste. On aura compris qu’il ne faisait pas bon, c’est bien entendu un euphémisme, être anarchistes. La violence de la répression franquiste provoqua donc une fracture sociale profonde dont toute la nation se ressentit. Cependant, à l’inverse de l’effet voulu par la dictature, les marques identitaires de la démocratie en furent renforcées. En effet, avoir à souffrir de la violence ou devoir cacher ses convictions démocratiques ne put empêcher la germination et la postérieure extension de l’esprit de dissidence. La trajectoire personnelle de Chicho Sanchez Ferlosio épouse ce cheminement de rejet de l’idéologie dominante, depuis une attitude complexe faite tout à la fois d’anonymat, de retrait, mais aussi de provocation, posture qui lui était en partie permise par ses origines sociales et la position privilégiée occupée par sa famille.

5Auteur-compositeur-interprète à titre principal, José Antonio Sanchez Ferlosio est connu sous le nom de Chicho Sanchez Ferlosio (Belmonte 2009). Il porte, on le voit, un prénom surprenant. Quelle relation autre que la distance peut exister entre José Antonio et Chicho ? Le substantif espagnol Chicho signifie anglaise au sens capillaire du terme, le dictionnaire de la RAE parle d’une bouclette, une frisette, qui tombe sur le front des femmes ou des enfants. Par ailleurs, le diminutif Ciccio désigne dans la langue italienne, celle de sa mère, un petit enfant. Première opération de distanciation, rien de plus éloigné qu’une anglaise de l’état capillaire du José Antonio Sanchez Ferlosio adulte. Mais outre cet aspect, qu’il s’agisse d’une sorte de diminutif rescapé de l’enfance ou d’une invention plus tardive importe moins que de voir disparaître dans la construction de l’homme le prénom José Antonio (Julio Onésimo) — membres fondateurs, en 1933, du parti d’inspiration fasciste la Phalange Espagnole — prénom d’autant plus fortement connoté que l’on est un des quatre fils de l’écrivain phalangiste et homme politique Rafael Sanchez Mazas qui avait vécu sept ans en Italie où il s’était impliqué de façon active aux côtés du mouvement fasciste. De retour en Espagne en 1929, il était devenu le conseiller de José Antonio Primo de Rivera, avait participé à la fondation du parti Falange Española, le 29 octobre 1933, et en fut un membre actif, l’un des leaders, jusqu’au déclenchement de la guerre civile. En tant qu’intellectuel, il fut présent à la création de l’hebdomadaire El Fascio, interdit par les autorités dès la publication de son second numéro et l’un des auteurs du Cara al sol, hymne de la Phalange. Par la suite, on peut résumer son parcours en disant qu’il fut un homme du régime. Il est permis de penser donc, pour revenir au prénom José Antonio, que, né en 1940 dans la culture de l’élitisme, de l’intolérance et de la volonté de domination, José Antonio Sanchez Ferlosio a certainement opté pour une prise de distance politique — et familiale — symbolique, matérialisée par l’abandon d’un prénom à bien des égards pesant.

6Entre continuité et transgression envers la personnalité littéraire et politique de son père, Chicho Sanchez Ferlosio choisit une voie, la chanson, qui le situe à la charnière du monde des Arts et des Lettres et de l’engagement politique. Il rejoint très tôt les rangs de l’opposition au régime. C’est au début des années 1960 qu’il compose quelques-unes des chansons antifranquistes les plus populaires. C’est à cette même période que commencent, malgré la protection dont il pouvait bénéficier, ses démêlés avec les autorités franquistes, la police et la justice de la dictature dont il dénonçait l’arbitraire dans ses chansons, lors de manifestations, dans des tracts et, bien sûr, lors de récitals clandestins, les seules occasions de se produire — en dehors de la rue — pour un auteur-compositeur-interprète militant dans l’opposition, raison pour laquelle ses chansons circulent dès lors, souvent dissociées du nom de leur auteur. Pas de passage à la radio, pas de disque enregistré, juste la prudence nécessaire pour passer au travers des mailles du filet. Cet effacement était d’autant plus imposé que son militantisme ne s’arrêtait pas, bien sûr, à Gallo rojo gallo negro, — d’autres chansons étaient sans ambiguïté quant à leur date de composition, car elles étaient en prise avec l’actualité, attaquant ministres, dignitaires et notables ayant pignon sur rue. Le thème de l’emprisonnement était bien entendu très présent comme en atteste cette chanson dédiée à Julian Grimau — une prise de risque maximum car l’affaire de son exécution en 1962 avait fait grand bruit sur le plan international à un moment où le général Franco faisait procéder à une série de réformes institutionnelles de façade visant à prouver qu’il n’était pas le chef d’État d’une dictature :

  • 1 /J'ai su d'un crime, un matin/Ma peine est couleur sang humain/Nuages et plombs en furent seuls tém (...)

He conocido un crimen una mañana
color tiene mi pena de sangre humana.
Solo nubes y plomo,
La presenciaron :
Julian Grimau, hermano,
Te asesinaron, te asesinaron.1

  • 2 A contratiempo, Círculo de Bellas Artes. Dial Discos Diapason.

7Condamné donc à une forme d’effacement, ce compositeur pourtant prolifique n’a qu’un seul disque officiel connu, un trente-trois tours, enregistré en 1978, A contratiempo2 (À contretemps), en quelque sorte une devise, sa façon d’être. Il s’est aussi approprié des airs de répertoires étrangers ou du répertoire traditionnel et a cultivé tous les rythmes, tous les styles, adapté et mis en musique des textes d’auteurs, — en particulier du philologue, poète et libre penseur, Agustin Garcia Calvo — professeur des universités réduit à la misère en 1965 par un renvoi pour manifestation contre le Régime. Leurs trajectoires sont comparables : même désir de rester en marge de la culture officielle, même application à ne se produire qu’à l’endroit et au moment qui leur ont convenu, même désintérêt pour l’aspect commercial de leur profession.

  • 3 Canción adúltera.

8Dans le processus d’effacement de son image au bénéfice de ses idéaux l’on trouve aussi ses choix vestimentaires, ses choix de vie : au visionnage des séquences que l’on conserve de lui et qui sont accessibles sur le site YouTube ainsi que sur bon nombre de sites anarchistes, notre regard depuis ce début du xxie risque de ne retenir que des cheveux mi-longs peu domestiqués, une guitare sèche, une chemise paysanne à carreaux, un jean « patte d’éph » et la décontraction qui sont les signes distinctifs des « soixante-huitards » au sens large, une image désormais banalisée, à l’occasion moquée. Pour Chicho Sanchez Ferlosio, il faut y lire aussi qu’il se fait, en les adoptant, le vecteur pour l’Espagne des valeurs de la démocratie pour un secteur avide de changement et de reconnaissance sociale et politique, de liberté. Il contribue à l’importation et à la définition de signes esthétiques vestimentaires et comportementaux alors emblématiques de l’adhésion à un projet démocratique universel. Signalons que ses chansons abordent parfois aussi la douloureuse et fondamentale question de la liberté sexuelle si combattue par le régime3. Sa guitare sèche se détourne d’ailleurs aussi d’emblée des canons définis par la tradition espagnole —tout autant que de ses reprises folkloristes en temps de dictature — pour adhérer au style mélodique de l’utopie sociale de la jeunesse des années de croissance des pays industrialisés et en reprenant et explorant des rythmes venus de tous horizons.

9Chicho Sanchez Ferlosio disparaît ensuite tout simplement d’Espagne. Sa trajectoire personnelle, dans les années soixante et soixante et dix, est tournée vers l’exploration du monde, de cultures différentes. Il suit le parcours de la jeunesse du moment : la Suède, la France, l’Italie (dont sa mère était ressortissante), l’Albanie. Ensuite, dans une fourgonnette transformée en caravane, c’est le Sud de l’Europe, la Turquie, l’Iran, l’Afghanistan, le Pakistan, l’Inde, le Sri Lanka. Il est à la conquête de la liberté en vue de rejoindre le cercle — pas idéalisé du tout dans son cas — de la modernité occidentale.

  • 4 Grosso Ramos, Alfonso (Séville 1928-1993). Écrivain.

10Il a par ailleurs laissé son œuvre en friche. Répertorier sa discographie, est actuellement une tâche quasiment impossible. Mais si seul le disque A contratiempo est à ce jour officiellement enregistré, sa musique est téléchargeable par voie informatique, offerte, en accord avec l’esprit de l’auteur, sur des sites anarchistes. Il existe un disque introuvable enregistré en 1974 à Stockholm — Spanska motstånds sånger [Canciones de la resistencia española] — à partir d’une simple bande de magnétophone datant semble-t-il de 1964, que Chicho Sanchez Ferlosio avait confiée à l’écrivain Alfonso Grosso4. Il s’agit d’un vinyle dont la pochette présentait un coq rouge sur fond noir et indiquait que le nom de l’auteur avait été tu par mesure de sécurité. De ce prudent anonymat vient que l’on ait cru devoir dater ces chansons de la guerre civile alors que c’est à l’occasion de la grève des mineurs des Asturies en 1962 que leur auteur les avait composées. On peut estimer que cette date de composition inscrit Chicho Sanchez Ferlosio dans la ligne historique de la chanson espagnole avec le titre de premier cantautor.

11On comprend donc la profondeur du refus de cet authentique auteur-compositeur-interprète de se soumettre aux diktats du franquisme tout comme aux règles du monde du spectacle, préférant cultiver la distance, préférant aussi que d’autres artistes que lui, nombreux, soient ses interprètes et diffusent ses chansons dans le monde entier : Joaquin Sabina, Amancio Prada, Soledad Bravo, le groupe Quilapayun, Victor Jara, Joan Baez, Rolando Alarcon. Chicho Sanchez Ferlosio était un chanteur des rues, il vivait dans une maison délabrée héritée de sa mère et faisait la manche, c’était un artiste du direct, entre chanteur des rues et chansonnier, qui ne s’est soumis à l’exercice de l’enregistrement que sous l’amicale et insistante pression de ses amis, à l’écart de toute préoccupation d’un succès ou d’un enrichissement personnels. Il suffit pour s’en convaincre de l’observer dans son univers quotidien qu’il a laissé pénétrer lors de la réalisation du documentaire Mientras el cuerpo aguante car, en contradiction seulement apparente avec son désir de fuir la popularité, il est actuellement le seul chanteur espagnol à qui l’on ait consacré un film. Ce documentaire inclassable de Fernando Trueba, tourné en 1982 — téléchargeable — est visiblement guidé par l’improvisation et les suggestions de l’intéressé lui-même. La caméra de Fernando Trueba suit Chicho Sanchez dans ses occupations journalières. Il se laisse observer dans une volonté évidente non pas de procéder à l’autopromotion de l’artiste mais de transmettre les valeurs qui cimentent sa vie : une biographie d’une simplicité frôlant le dénuement, à base de vin, de tabac, de questionnements incessants, de réflexion, de composition, de discussion, de musique, d’amitié, d’amour et d’humour, bref, de partage dans l’intimité.

12La vie de Chicho Sanchez Ferlosio est en effet restée toujours et à tout instant celle d’un bohème qui fuit le système, mais d’un bohème toujours actif, qui vit à peu près comme il veut, à peu près libre, avec la conviction profonde que rien d’autre n’a de valeur, et certainement pas le succès qu’aurait pu s’attirer le chanteur engagé qu’il était dans le contexte donné. Dissident dans l’âme, la transgression est sa façon d’être. En ce sens, son succès auprès des progressistes de sa génération n’étonne pas, non plus que son aura au delà de ce cercle jusque dans les secteurs libertaires de la jeunesse actuelle. On observe que des groupes de rock libertaires reprennent actuellement ses chansons, les adaptent à leurs canons esthétiques, eux qui pourtant se montrent d’ordinaire pour le moins critiques envers l’héritage que leur laissent les « soixante-huitards » dont Chicho Sanchez Ferlosio est une des premières expressions espagnoles. Passant visiblement outre sa guitare sèche, ses cheveux longs et de sa culture ouvriériste maintenant datée, ils hurlent leur désir de rupture avec l’ordre établi, avec la morale dominante. Gallo rojo, gallo negro est désormais déclinée avec tous les accents du monde hispanique, sur fond de drapeau de la république ou anarchiste, sur fond de photos de la guerre civile, de mouvements sociaux nationaux ou internationaux, de violences plus récentes et actuelles, de lutte contre le capitalisme et sa crise, le coq noir peut prendre les traits de Rajoy ou de Merkel ; qu’importent l’époque, le cadre, le pacifisme et le nom de Chicho Sanchez Ferlosio ? Quelle plus grande réussite pour lui que celle de disparaître mais de subsister dans cette chanson intemporelle entrée au patrimoine de la revendication sociale ?

Haut de page

Bibliographie

Belmonte, Florence, 2009, « L’esprit de dissidence. Chicho Sanchez Ferlosio (1940-2003), auteur-compositeur libertaire », Orsini-Saillet Catherine (ed.), Transmission-transgression. Hispanistica XX-XXI, Dijon, EUD.

Jiménez, Rosa, Prada, Lisi F., Cupián, Francisco (ed.), 2008 De Chicho Sánchez Ferlosio, canciones, poemas y otros textos, Hiperión, Madrid

Haut de page

Notes

1 /J'ai su d'un crime, un matin/Ma peine est couleur sang humain/Nuages et plombs en furent seuls témoins/Julian Grimau, ô mon frère,/Ce sont des assassins, ce sont des assassins./

2 A contratiempo, Círculo de Bellas Artes. Dial Discos Diapason.

3 Canción adúltera.

4 Grosso Ramos, Alfonso (Séville 1928-1993). Écrivain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Belmonte, « Gallo rojo, gallo negro, chanter la dissidence
De la rue à l’histoire
 », Lengas [En ligne], 74 | 2013, mis en ligne le 10 décembre 2013, consulté le 23 avril 2017. URL : http://lengas.revues.org/395  ; DOI : 10.4000/lengas.395

Haut de page

Auteur

Florence Belmonte

Université Paul-Valéry Montpellier 3

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org