Navigation – Plan du site
Communiqué de la rédaction

L’évaluation des revues et la philologie romane

p. 165-168

Texte intégral

1L’évaluation de la recherche s’oriente pour les sciences humaines également vers une approche principalement bibliométrique. Le projet E.R.I.H. (European Reference Index for the Humanities) dans le cadre de l’ European Science Foundation est l’initiative la plus considérable au niveau européen, mais des évaluations analogues sont organisées depuis longtemps aux États-Unis et désormais aussi dans de nombreux systèmes nationaux en Europe. Le but, ou en tout cas l’effet, est de simplifier l’appréciation de la qualité scientifique des publications, en s’en remettant non pas à un examen direct de leur valeur, mais en procédant à une sélection des organes de publication, et en premier lieu les revues. Inéluctablement, cette simplification intervient dans l’attribution d’un score et dans l’attribution de financements plus ou moins grands, si ce n’est même à l’attribution d’un poste. Les premières listes dressées par l’E.R.I.H. ont suscité un ample débat, avec des prises de position radicalement opposées (telles que le document des historiens des sciences : http://rsnr.royalsocietypublishing.org/content/63/1/1.full, ou le blog spécifiquement consacré à la question en France : http://evaluation.hypotheses.org/​102, ou la résolution des historiens de l’art : www.riha-institutes.org), avec également des prises de distance de la part d’agences nationales membres de l’E.S.F. (par exemple le C.N.R. : www.articolo33.it/documenti/Delibera_128_2010.pdf), et aussi une discussion à l’intérieur de l’E.S.F., si bien que, en fait, la publication des listes révisées a tout d’abord été repoussée de 2009 à 2010, et est annoncée maintenant pour 2011. À la suite du débat qui s’est produit dans le secteur de la philologie et linguistique romanes à l’occasion du Congrès de Linguistique et de Philologie Romanes (Valence, 7-9-2010) et qui a été publié dans la Revue de linguistique romane, 74 (2010), s’est fait jour l’exigence d’une prise de position commune des revues et des sociétés internationales et nationales du secteur. À l’occasion de l’assemblée de la Société Italienne de Philologie Romane (Rome 01-02-2011) et du colloque qui l’a accompagnée et a réuni de nombreux directeurs de revues de romanistique (Rome 02-04-02-2011), il a été décidé de présenter les observations suivantes.

21. On doit réfuter l’idée que la qualité des articles dépend automatiquement de l’autorité de la revue où ils sont publiés. Pour toute véritable évaluation de la recherche publiée en revue, une lecture des articles par l’évaluateur est indispensable,

32. Le système du facteur d’impact n’est pas significatif dans le domaine des humanités sinon au risque de grossières erreurs d’évaluation. On cite un travail (plus) souvent pour exprimer un désaccord, et c’est une bonne chose de continuer à le faire,

43. Pour subdiviser les revues en catégories, mieux vaut se fonder sur une typologie d’horizon (internationales, nationales, locales) que sur une classification selon une plus ou moins grande qualité,

54. L’évaluation des revues doit être menée dans une approche ascendante, impliquant les Sociétés scientifiques, et fondées sur des mécanismes d’évaluation par les pairs avec des experts dont l’autorité est reconnue par la communauté scientifique concernée (le système demandé pour évaluer les articles devrait également s’appliquer pour évaluer les revues),

65. Outre les catégories « Littérature » et « Linguistique », il faut aussi prévoir une catégorie « Philologie », selon une tradition disciplinaire principalement européenne qui ne doit pas se perdre,

76. Parmi les paramètres d’évaluation, les éléments de nature quantitative devraient constituer des prérequis non dirimants pour le classement qualitatif,

87. On doit rajouter au système d’évaluation par les pairs pour l’approbation des articles le critère de l’autorité scientifique des directeurs et des comités des revues,

98. Il faut valoriser le plurilinguisme par rapport à la norme de l’anglais ; de plus, pour certains secteurs il faut valoriser le monolinguisme non-anglais (ainsi, dans une revue d’italianistique, c’est un mérite et non un problème que tous les articles soient en italien),

109. Il faut valoriser la présence des comptes rendus :ils constituent une valeur ajoutée indispensable pour l’autorité d’une revue.

11Simone Albonico, Stefano Carrai, Vittorio Formentin, Paolo Trovato (Filologia italiana) ; Gian Mario Anselmi, Emilio Pasquini, Francisco Rico (Ecdotica) ; Roberto Antonelli (Critica del testo) ; Martin Aurell (Cahiers de Civilisation Médiévale) ; Antoni M. Badia, Joan Veny (Estudis Romànics) ; Francesco Bausi (Interpres. Rivista di studi quattrocenteschi) ; Valeria Bertolucci Pizzorusso (Studi Mediolatini e Volgari) ; Rosanna Bettarini (Studi di filologia italiana) ; Massimo Bonafin, Jacqueline Cerquiglini-Toulet, Luciano Rossi, Richard Trachsler (Revue critique de Philologie Romane) ; Luciana Borghi Cedrini (Studi testuali) ; Liam Breatnach (Ériu) ; Furio Brugnolo, Sandro Orlando (Medioevo letterario d’Italia) ; Rafael Cano Aguilar (Revista de Historia de la Lengua Española) ; Paolo Chiesa (Filologia Mediolatina) ; Maria Josep Cuenca (Caplletra. Revista Internacional de Filologia) ; Barbara De Marco, Jerry R. Craddock (Romance Philology) ; Jean Dufornuet, Gérard Gouiran (Revue des langues romanes) ; José M. ª Enguita Utrilla (Archivo de Filología Aragonesa) ; Rita Franceschini (Vox Romanica) ; Giuseppe Frasso (Studi petrarcheschi) ; Philippe Gardy (Lengas. Revue de sociolinguistique) ; Pilar García Mouton (Revista de Filología Española) ; Jean Germain (Bulletin de la Commission royale de Toponymie et de Dialectologie) ; Martin-Dietrich Glessgen (Revue de Linguistique Romane) ; Fernando Gómez Redondo (Revista de Poética Medieval) ; Juhani Härmä (Neuphilologische Mitteilungen) ; Geneviève Hasenohr, Michel Zink (Romania) ; Günter Holtus, Wolfgang Schweickard (Zeitschrift für romanische Philologie) ; Franz Lebsanft (Romanische Forschungen) ; Lino Leonardi, Alberto Varvaro (Medioevo Romanzo) ; Michel Lisse (Lettres Romanes) ; Ramón Lorenzo, Antón Santamarina (Verba. Anuario galego de filoloxía) ; José Manuel Lucía Megías (Revista de Literatura Medieval) ; Alain Marchandisse (Le Moyen Âge. Revue d’Histoire et de Philologie) ; Enrico Malato (Filologia e Critica ; Rivista di Studi Danteschi) ; Maria Luisa Meneghetti (Moderna) ; Enrico Menestò (Studi Medievali) ; Roberto Mercuri (Linguistica e Letteratura) ; Maj-Britt Mosegaard Hansen, Jørn Boisen (Revue Romane) ; Piergiorgio Parroni (Res publica litterarum) ; Nicolò Pasero (L’immagine riflessa) ; José Ignacio Pérez Pascual (Revista de lexicográfía) ; Antonio Pioletti (Le forme e la storia) ; Teresa Poggi Salani (Studi di grammatica italiana) ; Cesare Segre (Strumenti critici) ; Luca Serianni (Studi di lessicografia italiana ; Studi linguistici italiani) ; Jürgen Uhlich, Stefan Zimmer (Zeitschrift für celtische Philologie) ; Vicenç Beltran (Asociación Convivio) ; Gabriel Bianciotto (Société des Anciens Textes Français) ; Rafael Cano Aguilar (Asociación de Historia de la Lengua Española) ; Jean-Pierre Chambon (ociété de Linguistique Romane) ; Joëlle Ducos (Société française de langues et de littératures d’oc et d’oïl) ; Giuseppe Frasso (Società dei Filologi della Letteratura Italiana) ; Juhani Harma (Société Néophilologique de Helsinki) ; Michele Loporcaro (Collegium Romanicum) ; Walter Meliga (Association Internationale d’Études Occitanes) ; Agostino Paravicini Bagliani (Società Internazionale per lo Studio del Medioevo Latino) ; Margherita Spampinato (Società Italiana di Filologia Romanza).

12Liste des signataires au 11 avril 2011
contatto : direzione@medioevoromanzo.it

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« L’évaluation des revues et la philologie romane », Lengas, 69 | 2011, 165-168.

Référence électronique

« L’évaluation des revues et la philologie romane », Lengas [En ligne], 69 | 2011, mis en ligne le 12 mai 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://lengas.revues.org/402  ; DOI : 10.4000/lengas.402

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org