Navigation – Plan du site

Présentation

Presentation
Presentacion
Isabelle Felici

Résumés

Présentation de la journée d’étude Chants des suds par Isabelle Felici.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-claus :

cançon, imne, lucha, contèsta, emblèma
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les journées se sont tenues respectivement le 13 juin 2013 et le 17 mars 2014 sous la direction sci (...)

1Les textes rassemblés dans ce numéro de la revue Lengas sont le résultat de plusieurs rencontres. Tout d’abord celle de trois chercheurs, en l’occurrence occitaniste, hispaniste et italianiste, soucieux de trouver un thème fédérateur au sein de leur équipe de recherche, LLACS, à l’université Paul-Valéry de Montpellier et, selon la logique qui anime l’équipe, dans une vision pluridisciplinaire et transversale, de mieux connaître le domaine de chacun pour mieux travailler ensemble. Mus par des intérêts personnels et familiarisés avec la chanson fréquemment abordée en pratiquant la recherche et l’enseignement en civilisation, ce thème nous est apparu comme satisfaisant à tous les objectifs visés. Le support de travail à peine fixé, une autre évidence s’est aussitôt manifestée : les nombreuses approches possibles de la question de la chanson, dans une approche civilisationnelle, ne seraient pas toutes exploitées en une seule manifestation scientifique. C’est ainsi que la première journée d’étude intitulée Chants des suds. De la chanson à l’hymne, de l’affiche à l’emblème, dont les communications sont proposées ici, a été suivie d’une seconde journée intitulée À vos hymnes1 et sera suivie d’un colloque international prévu en mars 2015 : Chanter la lutte.

  • 2 Pour un compte rendu de ce concert et de celui du 12 juin à Sète, voir Isabelle Felici, « À Sète et (...)

2La première journée a accueilli sept communications et un concert, l’étude du chant ne pouvant se passer — encore une évidence — de sa mise en pratique. C’est d’ailleurs un des éléments qui traverse, d’une façon que les auteurs ne rendent pas toujours explicite par une sorte de « pudeur académique », tous les textes ici recueillis : les intervenants font appel à leur propre pratique, expérience ou écoute et plus que tout autre, Alessio Lega, qui propose, ici encore dans sa forme écrite, une conférence chantée et qui nous a également offert le concert de clôture au théâtre Pierre-Tabard de Montpellier2.

  • 3 Voir le site officiel du groupe Mauresca ainsi que le reportage effectué pour le journal en occitan (...)

3En un bel ensemble, Philippe Martel et Sylvan Chabaud retracent cinquante ans de chanson en occitan. Le premier évoque la nòva cançon occitane, étroitement liée à l’effervescence révolutionnaire des années soixante et soixante-dix. C’est d’ailleurs à cette même époque que se rattachent, par d’autres approches, les communications de Massimo Tramonte, Marie-Noëlle Ciccia et Florence Belmonte. Philippe Martel retrace le contexte de la France durant ces années de révolte, dont on retrouve les accents ailleurs en Europe, et dessinent les caractéristiques de la contestation en Occitanie. La chanson n’est pas une fin en soi, elle marque une étape dans la reconquête menée alors par la culture occitane, dans le contexte de la décolonisation et de la redécouverte de la tradition (parfois réinventée). Sylvan Chabaud positionne lui aussi sa réflexion par rapport à la tradition — il est spécialiste de la poésie occitane — mais également par rapport à la nòva cançon des années soixante-dix, pour retracer le renouveau musical occitan des années quatre-vingt-dix, lorsque le succès de la chanson en occitan dépasse largement les frontières de l’Occitanie, notamment avec Massilia Sound System. Comme les Papets des années quatre-vingt-dix, les groupes musicaux occitans d’aujourd’hui proposent une relecture du passé, tout en restant ancrés dans le présent et en s’imprégnant d’autres cultures : pas question pour eux de repli identitaire. Sylvan Chabaud peut d’autant mieux revendiquer cette position qu’il la met en pratique avec le groupe auquel il appartient, Mauresca3.

  • 4 Voir le site du chanteur.

4Dans le domaine italien, la conférence chantée d’Alessio Lega reprend et contextualise les chants anarchistes les plus célèbres et les plus emblématiques du mouvement anarchiste en Italie et, plus largement, du mouvement social, bon nombre de ces chants ayant largement dépassé le cercle restreint des groupes anarchistes. Le concert du soir — et la discographie d’Alessio Lega en général4 — a montré comment le chanteur-compositeur-interprète s’imprègne de cette tradition, qu’il croise avec ses propres compositions et avec la riche production italienne en différents dialectes. Massimo Tramonte nous fait entendre, à la première personne, la bande sonore des mouvements contestataires de 1968 en Italie. Il montre ainsi comment quelques chansons emblématiques marquent la mémoire collective et symbolisent à elles seules le désir de changer le monde qui s’est emparé de toute une génération.

5Comme y invitait le titre de la journée d’étude, les trois dernières communications sont consacrées à des chansons à divers titres emblématiques. Marie-Noëlle Ciccia reconstitue les mécanismes qui ont fait de « Grândola vila morena », au départ une courte poésie, une chanson qui a marqué l’histoire d’un pays et est devenu un symbole, toujours vivace, de la lutte populaire, et qui vient facilement sur les lèvres, y compris lorsqu’on n’est pas particulièrement familiarisé avec la culture portugaise. On entonnera aisément un air de samba ou plus souvent de bossa nova, en revanche on ne connaît pas, en dehors du Brésil, la musique caipira. Cristina Duarte Simões définit ce terme lié à la vie rurale de l’État de São Paulo et montre, à travers une chanson de boiadeiros — ces hommes qui étaient chargés du transport du bétail avant que le transport routier ne vienne les détrôner et les contraindre à l’exil en ville — comment se conserve, entre nostalgie et résignation, une époque révolue. « Gallo rojo, gallo negro », étudiée par Florence Belmonte, n’est pas la plus connue, hors des frontières espagnoles, des chansons sur la lutte antifranquiste en Espagne, symbole de bien d’autres luttes, mais présente la caractéristique intéressante d’être à l’origine d’une erreur historique souvent répétée : on la considère comme un chant de l’époque de la guerre civile alors qu’elle a été composée sous Franco. Cette erreur est liée à la nécessité, pour l’auteur, de rester discret pendant la dictature mais surtout à sa personnalité : Chicho Sanchez Ferlosio n’a en effet jamais considéré la chanson autrement que comme une arme de combat politique, jamais un moyen de se revendiquer comme auteur ni même de faire de la chanson dans un but lucratif.

6Cette dernière approche, la chanson comme arme de lutte, sera reprise et développée, nous l’avons dit, lors du colloque de mars 2015, Chanter la lutte. En attendant, il y a matière à écouter, ce à quoi tous les textes nous incitent fortement et, dans certains cas, à découvrir car si certaines chansons traversent les frontières linguistiques et font fi des habitudes musicales, d’autres sont moins voyageuses. Ces formes de passage ou de non-passage d’un domaine linguistique et musical à l’autre ne manqueront pas de servir de réflexion pour les prochaines manifestations des Chants des suds.

Haut de page

Notes

1 Les journées se sont tenues respectivement le 13 juin 2013 et le 17 mars 2014 sous la direction scientifique de Florence Belmonte, Isabelle Felici et Philippe Martel.

2 Pour un compte rendu de ce concert et de celui du 12 juin à Sète, voir Isabelle Felici, « À Sète et à Montpellier avec cette “mauvaise tête” d’Alessio », Divergences, revue internationale libertaire, n° 36, septembre 2013.

3 Voir le site officiel du groupe Mauresca ainsi que le reportage effectué pour le journal en occitan de FR3 Midi-Pyrénées, diffusé le 15 juin 2013.

4 Voir le site du chanteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Felici, « Présentation », Lengas [En ligne], 74 | 2013, mis en ligne le 10 décembre 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://lengas.revues.org/534  ; DOI : 10.4000/lengas.534

Haut de page

Auteur

Isabelle Felici

Université Paul-Valéry Montpellier 3, LLACS

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org