Navigation – Plan du site

Naissance d’une critique ?
La présence de l’occitan dans la presse béarnaise de la fin du XVIIIe siècle

Jean-François Courouau

Résumés

La présence de la langue occitane dans la presse ne date pas, comme on le croit généralement, du XIXe siècle. Dès les dernières décennies du XVIIIe siècle, des expériences sont menées, notamment en Béarn. L’avocat palois Nicolas Suberbie-Cazalet (1743-1817) dirige la publication d’une Circulaire des Pyrénées dont 49 numéros paraissent en 1778-1779. L’entreprise est un échec mais quelques années plus tard, une nouvelle formule voit le jour sous la forme d’un Tableau annuel du Béarn (1784-1787). Dans chacune de ces publications, l’occitan (béarnais) est présent par le biais de poèmes, mais aussi, à l’occasion, de comptes rendus ou de jugements littéraires critiques. Cette présence de l’occitan dans la presse béarnaise témoigne d’une légitimité qui doit toutefois affronter les difficultés commerciales, liées à l’étroitesse du marché, et un dynamisme insuffisant de la production littéraire.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie pour leur aide Mmes Nathalie Martin et Kathrin Hentschel (BM Pau) ainsi que François Pic, Fanny Nepote et Jean-Noël Pascal.

  • 1 René Merle avait déjà attiré l’attention, dans sa thèse, sur la présence de poèmes provençaux et la (...)

1Dans la relative multitude des publications périodiques qui voient le jour en France dans les dernières décennies de l’Ancien Régime, on ne s’attend pas à trouver de la littérature en occitan. C’est en français, bien entendu, que sera véhiculée l’information quel que soit l’intitulé (Affiches…) ou la fréquence (hebdomadaire, …, annuelle) du périodique, quelle que soit l’information transmise (politique internationale, nationale, économique, faits divers…). Les chroniques de littérature française, quand il s’en trouve, ne traitent que de littérature en français. Sans que cette généralité ne doive être remise en cause, il y a lieu de se demander si un dépouillement systématique des périodiques parus à cette époque dans le domaine occitan, n’amènerait pas quelques surprises. Les expériences en matière de presse écrite menées en Béarn entre 1778 et 1787, par la place qu’elles font régulièrement à la littérature rédigée dans la langue locale, doivent être regardées, en l’état actuel de la documentation, comme des tentatives particulièrement novatrices et, dans une situation de minoration comme celle qui prévaut pour les langues de France, courageuses. Elles empêchent, en toute rigueur, de considérer, comme on le fait communément, que la présence de l’occitan dans la presse ne date que du XIXe siècle1.

La Circulaire des Pyrénées (1778-1779) et le Tableau annuel du Béarn (1784-1787)

  • 2 La série n’est conservée qu’à la BM Pau (Ee 3160 et Ee 3153 pour les n° 1, 2 et 5). Sur ce périodiq (...)

2Il n’existait aucune presse périodique en Béarn lorsque le mardi 7 juillet 1778 paraît le premier numéro de la Circulaire des Pyrénées2. Concrètement, le journal, qui paraît une fois par semaine, comporte quatre pages dans un format modeste (170 x 215 cm, in-4°). Le contenu, selon les décomptes effectués par l’historien Christian Desplat, est conforme à ce qu’on peut trouver dans des publications comparables : des informations générales (55,2 %), locales (15,5 %), juridiques (9,9 %) et littéraires (16,2 %). Tout ce qui concerne la littérature est regroupé dans une rubrique finale (« Littérature ») qui peut occuper la totalité de la page 4 (dans la limite de la place laissée par les « prix des grains aux derniers marchés » et par l’ « ours », soit les deux tiers de la page), voire commencer au bas de la page 3. La part réservée à la littérature occitane est importante : littérature française : 35,4 % ; poésie béarnaise : 31,6 % ; comptes rendus : 33 % (Desplat 1992, II, 1154).

  • 3 Relation de ce qui s'est passe a Pau a l'arrivee de M. le duc de Guiche & de M. le Comte de Gramont (...)

3Les promoteurs de cette entreprise sont le libraire Despax, à Pau, et l’avocat palois Nicolas Suberbie-Cazalet (1743-1817). Celui-ci nous est assez bien connu, grâce aux travaux d’A. Planté (1904) et de Chr. Desplat (1974, 1992). Fils d’un perruquier palois, Cazalet est un parfait représentant de ces hommes des Lumières d’extraction modeste qui se retrouvent intégrés à un système de valeurs nobiliaires, représenté par les parlementaires palois, auquel ils adhérent parfaitement. Cette adhésion aux modèles socio-culturels dominants s’est traduite très tôt par un prix d’éloquence décerné en 1764 pour un Éloge de Monsieur le Maréchal de Gassion, suivi en 1765 d’un prix de poésie pour « Les avantages de la Navigation ». Avocat en 1766, Cazalet paraît très impliqué dans les deux grandes crises qui secouent les élites béarnaises dans les deux dernières décennies de l’Ancien Régime. Au retour des parlementaires chassés pendant dix ans à la suite de la réforme Maupéou des parlements, en 1775, c’est lui qui prononce la harangue solennelle de la basoche à l’adresse du conseiller Bordenave-Cassou. Il n’est pas indifférent de constater que ces cérémonies font une place au béarnais : les chansons, en français et en béarnais, résonnent dans la ville de Pau (Laborde 1921) et une plaque est apposée au château de Cassou dont une partie est en béarnais (Lafond 1888). En 1788, lorsqu’une nouvelle crise éclate entre le parlement de Navarre et le pouvoir central, Cazalet est choisi pour souhaiter la bienvenue au duc de Guiche et à son frère, chargés de trouver un compromis. Son poème, imprimé dans la relation de cette arrivée3, est en béarnais, mais il est vrai, comme on va le voir, qu’à cette date Cazalet avait déjà fait la preuve de son attachement à la langue locale.

  • 4 On lui doit également une description du Béarn publiée dans le Journal de l’Agriculture de l’abbé R (...)
  • 5 On trouvera ces textes dans Planté 1904, 27-144. Pour un début d’analyse, v. Desplat 1974, 103.

4Cazalet, correspondant de Voltaire qu’il a connu lors d’un séjour à Paris, est très engagé dans la vie intellectuelle et politique béarnaise. En 1775, élu vénérable de la loge Sincère réunie, c’est lui qui la réorganise et lui donne le nom de Berceau d’Henri IV (Desplat 1974, 104-105). Élu à l’Académie de Pau en 1783, il occupe la fonction de jurat de 1784 à 1787. C’est un homme actif, impliqué dans sa province4 et qui, comme il se doit, cultive la Muse. Une partie de son œuvre est imprimée (Les Méprises, ou Lucrèce et Bradamante, conte suivi des Aveux, conte bleu en prose, et d'Actéon, romance, 1777), l’autre, manuscrite, assez importante en volume, comprend des bergeries, des ‘romances’, des traductions de l’italien (Métastase, Le Tasse), une poésie anacréontique assez dans l’air du temps5.

5L’entreprise de la Circulaire des Pyrénées en 1778 n’est pas un succès. Dans le n° 47 du 25 mai 1779, le libraire Despax avoue que « la première année n'ayant pas été heureuse pour lui », il songe à reduire à deux le nombre de pages et à augmenter le prix de l’abonnement. De fait, on ne possède aucun numéro postérieur au 50 du 15 juin 1779. Le public, de toute évidence, n’a pas été au rendez-vous.

  • 6 La livraison de 1784 n’est qu’à la BnF (LC29-19), celles de 1785, 1786 et 1787 qu’à la BM Pau (Ee 2 (...)

6Quelques années plus tard, en 1784, Suberbie-Cazalet revient à la charge, mais en changeant de formule. Il s’associe à l’imprimeur palois Daumon pour une publication annuelle, le Tableau annuel historique et géographique du Béarn dont on connaît quatre numéros (1784, 1785, 1786 et 1787)6. Le format est petit, le volume épais et les informations sont d’ordre pratique : calendriers, listes des membres des institutions… Ce n’est qu’à la fin du volume que l’on trouve une section, absente la première année, mais invariablement présente les années suivantes, qui regroupe des œuvres poétiques en béarnais. Si l’ordonnancement général du Tableau est à porter au crédit de l’avocat béarnais (Desplat 1974, 106), on peut sans peine estimer que le choix de ces textes relève aussi de Suberbie-Cazalet, comme le prouve, d’ailleurs, la réutilisation de textes mentionnés dans la Circulaire ou écrits par Cazalet lui-même.

Édition des textes

7On trouvera ci-après une édition intégrale des textes relatifs à la poésie occitane (gasconne, béarnaise) présents dans la Circulaire des Pyrénées et dans le Tableau annuel historique et géographique du Béarn.

Circulaire des Pyrénées

18 août 1778

/28/

  • 7 Sur cette première impression importante de littérature en gascon de Bayonne, datée de 1776, et not (...)
  • 8 Derrière ce quidam béarnais, on ne voit guère que Pierre Hourcastremé mais ses adaptations de La Fo (...)

8Fables causides de la Fontaine, en bers Gascouns7. Recueil encor moins remarquable par les ornemens typographiques, que par les agrémens & la naïveté du Style. Les Fables gasconnes sont bien différentes d’une imitation Béarnaise qu’un Quidam en a faite8. Ce n’est pas que nôtre dialecte n’ait infiniment plus d’expression & de douceur que l’idiome Bayonnais ; mais notre Quidam traducteur de traductions, imitateur d’imitations, n’a pas sçu le manier ; tout son talent est de piller, de copier, de mêler ses maussaderies aux graces des bons écrivains, & de salir le miel de l’abeille par ce bizarre mélange.

  • 9 On ne trouve par la suite aucune rubrique littéraire consacrée à cet ouvrage.

9Nous parlerons du Recueil gascon lorsque l’occasion s’en présentera9 ; la traduction de la troisième Fable de la Fontaine servira pour cette fois à faire un peu connoître la manière de l’Auteur.

  • 10 « La Grenouille et le Bœuf. / Assise sur le bord d’une rigole, / Une grenouille gluante / Qui n’éta (...)

La Grauille é lou Béou
Sedude siou bord d’ibe arrouille,
Ibe moustouse de Graouile,
Qui n’ére mé grane qu’un éou,
Espiabe la taille d’un Béou
Qui pâché proche sus la lane.
Embéyan de bade auta grane,
Que s’estire, en disen : espiats,
Es prou, ma so ? – N’en approuchatz.
É d’es hingla. B’y soun adare ?
Disets, ma so ? – Noun pas encouare.
– N’en aurei cépendén l’affroun :
Prenets garde ; à le fin b’y soun ?
– Ni mé ni meings. Tan s’ére hinglade,
Que le pét se l’ére crébade.
Lou mounde es plén de quere yén
Que crében à force de bén10.

  • 11 L’auteur bayonnais utilise en effet une graphie et un système d’accents légèrement différents de ce (...)

10Nous remarquons que l’Auteur s’est servi de l’ortographe, de la ponctuation & des accens de la langue Italienne11 ; il a bien fait, & il nous semble qu’il faudroit en faire autant dans les écrits Béarnais.

11L’édition de cet ouvrage qui forme un volume in-8°. (avec point?) est de l’Imprimerie de Paul Fauvet-Duhart, Imprimeur-Libraire à Bayonne, chez lequel il se vend. On pourra également le trouver à Pau chez Despax Libraire, au Bureau d’Abonnement de la présente Feuille.

25 août 1778

/31/

12Un Auteur qui se dit très-jeune, nous a adressé une petite piéce de vers béarnois, sur laquelle il nous demande notre façon de penser. Nous aurions pû la lui faire connoître par une voie directe, s’il s’était souvenu de signer sa Lettre. Comme nous désirons d’allier la discrétion avec la sincérité, nous allons lui répondre de manière à n’être entendu que de lui seul ; mais nos réflexions seront peut-être utiles à ceux qui comme lui veulent cultiver les Lettres.

  • 12 Au XVIIIe siècle, c’est Fontenelle, avec ses Poésies pastorales avec un traité sur la nature de l’é (...)

13 1°. Nos chansons modernes ne sont que de mauvaises traductions de quelques anciens vaudevilles Français. On les remplit de traits, de chaînes, de flammes, & de tout cet attirail mytologique qui devroit être rélégué à l’Opéra. Ce n’est là ni l’esprit de la nation, ni le génie de notre langue ; & comme on emprunte presque toutes les images de la vie champêtre, on devrait parler le langage des Pasteurs. Ce n’étoit pas ainsi que notre Despourrin composoit ses chansons pastorales, qui valent bien mieux que la jolie métaphysique & le langage précieux des Bergers de Fontenelle12. Quelles graces ! quelle naïveté ! Il n’enfle jamais trop son chalumeau, & lors même qu’il s’éléve, il ne cesse pas d’être simple.

14 Nous citerons ici une de ses chansons, dans laquelle une Bergère se plaint de l’infidélité de son amant.

  • 13 Incipit et vers 2 de la chanson de Despourrin « Nou’m biengues daban ni darrè » (n° 25 dans Vignanc (...)

N’oum biengues daban, ni d’arrè,
Cruel qu’im as quitade13, &c.

15On trouve dans cette chanson, toute l’énergie d’un sentiment vif & profond, [32] avec la simplicité qui convient à ce genre d’écrire. Il semble que la sensibilité de la jeune Bergère se dilate, à mesure qu’elle s’occupe de la douleur, son ame s’éléve ; le dépit, la fierté, tous les sentimens qui sont propres à sa situation, aménent de la manière la plus naturelle, cette imprécation imitée de Virgile.

  • 14 Le vers est inspiré de la scène des amours de Didon et Énée dans l’Énéide de Virgile (v. 386, « Omn (...)

Toustem mon ombre ét seguira14.

16 2°. Un autre inconvénient dans lequel tombent nos faiseurs de chansons béarnaises, consiste à ne pas parler béarnais, ils se contentent d’enfiler quelques mots français auxquels ils donnent une terminaison béarnaise. Il me semble de voir un homme qui croit parler latin, parce qu’il termine des mots français en us. Despourrin a sçu éviter cet écueil ; mais son coloris n’approche pas de celui de l’auteur d’un Songe, écrit avec autant d’agrément que de malignité.

  • 15 Suberbie-Cazalet cite les deux premiers vers du Rèbe sus lous gentius de Bearn de l’abbé Jacques Pu (...)

A péne dens mon lheit, lou flaugnac droumillou
De mons sens afflaquits préné poussessiou, &c.15

17 3°. C’est un défaut plus grand & plus commun encore parmi nous, de ne pas s’attacher à la justesse des pensées. Je citerai ici pour exemple, le Sonnet du Président Gassion, qui passe pour un chef d’œuvre.

  • 16 Première attestation du sonnet de Gassion (G1), ici attribué au président Jacques de Gassion (†1631 (...)

Qouan deu printems la raube pingourlade
A heit cessa l’escousou deu grans réts16.

18Voilà une image charmante, il y a dans chacun de ces vers une expression qu’on ne peut rendre en français : pingourlade, & escousou ; mais la pensée est fausse ; ce n’est pas la robe du printemps qui fait cesser l’âpreté des grands froids ; au contraire, lorsque les grands froids ont cessé, le printemps paroît & déploye sa robe brillante. C’est dommage que l’auteur ayant ainsi personnifié le printemps, n’ait pas mis en opposition la robe du printemps, avec un contraste plus réel ; ou qu’il n’ait pas fait contraster l’haleine vivifiante des zéphirs avec le souffle impétueux des aquilons. Mais pour réduire la métaphore au sens naturel, on ne dira jamais que la naissance des fleurs fait cesser l’âpreté du froid.

  • 17 Cette variante baricouléye est celle qu’on trouvera dans l’édition du Tableau de 1787 (v. Courouau (...)

Lou cabirou per bons & garimbéts
Baricouléye au mieitan de la prade17.

19C’est là que l’auteur étale toute la richesse de son imagination, avec toutes les graces de son langage. Vous croyez voir bondir le chevreuil dans la prairie ; vous appercevez tous ses jeux.

20La crainte d’ennuyer nos lecteurs nous fait supprimer d’autres observations ; mais si le jeune auteur qui a daigné nous consulter, veut appliquer à son ouvrage celles que nous venons de tracer, nous nous féliciterons de l’avoir mis à portée d’en corriger les défaut[s].

10 novembre 1778

/76/

  • 18 C’est en fait l’ode XXVI (parfois numérotée XXIV) du livre III (« Vixi choreis nuper idoneus ») don (...)
  • 19 Ce chevalier de Casaux n’est donc pas à confondre, comme on l’a beaucoup répété depuis le XIXe sièc (...)

21Traduction libre de la 20e Ode d’Horace, liv. 318, en vers béarnais : Vixi choreis nuper idoneus, par M. le Chevalier de Casaux de Haget, Lieutenant au Régiment de Vermandois19.

  • 20 Texte à nouveau publié en 1827 sous le titre « Ode à Benus » et la signature « Casaus » dans les Po (...)

A BÉNUS
A la danse, aux plasés tout are houleyabi,
Dens la guerre d’amou prou beroy que brillabi ;
Mès de quitta tout yoc are em soy rabizat,
Tout û moun lut ei mourt, & moun souffle espuizat.
Benus, au coustat gauch de son imatyé nude,
Dab mas armes beira ma lyre suspénude,
A son templé tabé you biéni dépausa
Las crabes, lous flambeus & la destrau crangrude
De tout bourrouil yalous qu’im disè ni-gauza.
Tu qui adoren en Chypre, à Memphis, à Cythère,
Oun l’oueil n’a yamey bist nébade, ni glaçous
Un soul cop à Cloé, per la rende mench fière,
De ta puissante ma baille qu’ausques leçous20.

22Cette traduction est un des premiers essais de M. le Chevalier de Casaux ; elle promet beaucoup. Si l’Auteur évite un peu mieux les gallicismes, nous devons espérer que le flageolet béarnais qui a rendu si peu de sons depuis la mort de M. Despourrins, enchantera de nouveau nos contrées. Ce vers
De tout bourrouilh yalous qu’im disè ni-gauza
est très-joli, mais la pensée de celui qui le précéde, est un peu hazardée. L’Auteur donne un sentiment de crainte aux verrous, à l’aspect des hâches, Horace s’étoit contenté de dire que ces hâches menaçoient les portes. Oppositis foribus minaces.

22 décembre 1778

/100/

  • 21 Il s’agit en fait de l’idylle IV du poète grec Moschos (IIe s. av. J-C.) dont l’attibution est cons (...)
  • 22 Le même que dans la livraison du 10 novembre 1778. Ce texte ne sera pas repris au XIXe siècle par V (...)

23Traduction libre en vers béarnais, de la quatorziéme idylle de Moschus21, par Mr. le Chevalier de Casaux22.

  • 23 Traduction : « Une grande langueur timide parcourt mon cœur / Quand je vois sur la mer courir un zé (...)

T a n αλαταν γλαυχαν
Bère langou timide en moun co qu’és passeye,
Quoan you beï sur la mar courre ú zéphir houlét
Labéts you n’ey que ha d’esla moun flayoulét,
L’amo soul deu répaux hè tout moun embéye.
Mes quoan bèï de la mar lous tarribles coumplots,
La gráme qui blanqueich sus soun laryé coursatye,
Quoan hè crouchi sa rée, & galoupa lous flots,
Doun lous braméts aguts hèn trémbla lou ribatye ;
Labéts, tout espaurit deu sort deus matelots,
Suou coustalat bézi you répauzi ma biste,
Et que houéyi la mar dens ú estat ta triste.
Sus terre hè mey bou, toustém m’y soy plagut,
Et qu’aimi mey troubam au bosc oun soy badut,
Debat aquet berçou doun l’oumbrette éi espesse,
Et lan ù bèt pyé rézoune dap tendresse,
Quouan de quauque gran bén son houeillatye éi batut.
Certes deu pescadou la bite éi bien chançouse :
L’aigue éi soun élémen, ú bachet sa maisou ;
D’és baigna noueit è die ét n’a nade resou,
Et sa pesque éi souben mei piquante q’hurouse.
Au Contrari ségut débat ú bet ourmeu,
D’ú tranquille soumeil qui à moun grat és répéte,
You gousti las douçous ; & puch sus ma muzette
Qui rend de tems en tems ú sou dous coum lou meu,
You tachi d’imita lou brut d’ue hontéte
Doun lou murmure plats aux pastous deu hameu.
Aquiou n’oum bien troubla lou brut espabentable
Deus béns & de la mar : mès deu roussignoulet
Moun aureilhe charmade enten lou gourguéyet ;
Et quauques cops aus pès d’ue Beryère aimable
Lous Dious qu’em hen trouba lou bounhur béritable23.

12 janvier 1779

/112/

  • 24 Poème de Pierre Hourcastremé connu de nos jours par le seul recueil des Aventures de Messire Anselm (...)

ODE Anacréontique en vers béarnais,
par Mr. HOURCASTREMÉ24
Contén de mon éstat & de ma soulitude,
En baganaou lous Réys m’aufrirén lours fabous ;
Arrés que n’om béiran briga la serbitude
Quouand chéns éigts ïou pouch bibe huroux.
Nou caou courré ta loin, amic, tout qu’ens at probe,
Ta joigné lou bonheur : dès qu’on sab moudera
Sons desis, sous besouins, auta leu on béou trobe :
L’houmi sensat bén coumbiéra.
Déïa trop accablats de débés nécéssaris,
Perqué groussi la source, hélas, de noustes plous ?
Estaubiém-nous aumens touts lous nouds boulentaris
Qu’ins podin réndé déshuroux.
L’adulatou rampan chéns cesse qu’impourtune
U mesté quiou néoureich de fiértat, de mésprèts.
Ah ! n’aném pas com éigt énsensa la fourtune :
L’indépéndéncie a trop de prèts.
Lou saïe non s’esmau de bén ni de tempéste,
L’air qu’és trouble, l’esclair nouou pot intimida :
Chéns cambia de bisatie éigt éntén sus sa téste
Cent cops la pricgrade bruha.
Diou ! mon oubscuritat hè mon assegurance :
Car én braban déou sort lou caprici inconstén,
Jou b’ém béi déliourat de crainte & d’espérance,
Praoubillou, mès toustém contén !

  • 25 Sur la vogue anacréontique qui bat son plein dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, v. Pascal 2008 (...)

Donc, quouan plasi à la Parque, ére qui tout at miace,
D’usa de son cisèou : déségu qu’at préïrai
D’ap gran tranquillitat : & chéns lou ha grimace
Amics ! d’abord ïoum cluquérai25.

9 février 1779

/128/

  • 26 La rubrique porte sur les Œuvres mêlées par un Être libre & pensant. L’Almanach des Muses, en 1782, (...)
  • 27 Poème qui ne nous est connu que par les Aventures de Messire Anselme (1789-1790).

24On trouve dans le même Recueil de M. Hourcastremé26 plusieurs piéces de vers Béarnais, & entr’ autres la Cansou fabourite27. Ce titre prouve que la prédilection paternelle n’est pas toujours bien éclairée ; car cette Chanson ne vaut pas à beaucoup près une Ode Anacréontique du même Auteur, qui a été insérée dans une de nos feuilles, & dans laquelle on trouve ce joli vers.

Praubillou, mei toustem countén.

25La Chanson favorite commence par une Cacophonie, bébé bèt drin. Nous avons prié quelques buveurs de substituer un autre mot à bébé ; ils nous ont indiqué les mots chuca & poupa, qui ne forment pas un choc désagréable avec l’adverbe bèt, & qui expriment assez la délectation d’un buveur qui vuide son verre.

Tableau annuel historique et géographique du Béarn

Année 1785

/139-140/

  • 28 Première apparition du sonnet de Gassion (G2, inc. « Quoan Rabourit la noueyt per caze aban rondeye (...)

26SONNET BEARNAIS / Attribué à l'un des rejettons d'une famille dont la Province se fait à juste titre gloire, puisqu'elle lui a longtemps donné d'illustres Magistrats & à la France un vrai Héros que Condé même respecta : ce Sonnet est, dit-on, d'un Gassion qui vivoit dans le XVI siècle, & qui est auteur encore d'un autre Sonnet plus connu que nous tâcherons d'imprimer l'année prochaine28.

Année 1786

/141/

  • 29 Ce poème sera repris par Vignancour dans ses Poésies béarnaises (1827, 181) sous le titre « A las d (...)
  • 30 Dans Vignancour 1827 ajout d’un vers après celui-ci : « Dab tout l’esclat de lurs coulous » [Avec t (...)

Vers faits l’année derniere
Pour Madame de ***29
Fresque, & Beroye coum las flous
Qui pingorlen aqueste prade,30
Coum eres passerat après quauque yelade ;
Nou hasiat dounc tant la besiade
D’en lou temps qu’ib poudet gaudi d’ap lous amous :
Auta leu qu’ib beyran drin mus-arrouncillade,
Ets pé heran perpits de leurs fabous.
AVIS

27Les Curieux de Poésie Béarnaise, qui en posséderoient des collections, obligeroient sensiblement l’Editeur de ce Calendrier en le mettant à portée d’offrir chaque année au Public quelque morceau intéressant.

Année 1787

/88/

  • 31 Première apparition complète du sonnet de Gassion (G1, inc. « Quoan deü printems, la raübe pingourl (...)
  • 32 Publié ici sans nom d’auteur, ce poème est réédité dans les Poesies béarnaises de Vignancour (1827, (...)

SONNET BEARNOIS / De M. de Gassion, au commencement du siècle dernier31.
Carte à Mous de Bourdeü32

/89/

  • 33 Traduction : « Carte à Monsieur de Bordeu. Avec sa trompette, la renommée, naguère, / Appela Bordeu (...)

D’ab sa troumpette, adès la rénoumade
B’appéra Bourdeü loin de Paü.
La neü, despuch én-çà, sus las pennes d’Oussaü
Mant û cop bés ey déglarade ;
Et b’abem bist mant û malaü
Enta la darrere aübergade
Ha lou darré pinnet, chens dégun maye maü
Que l’estros Médéci qui’ou dabe la poussade.
N’èt pas d’aquere ley, bous qu’y dens sa maisou
Sabet estangua l’amne, encadéna la bide ;
Qui tan de cops à la parque omicide
Abet baillat l’adroumillou ;
Qui tan de cops abet trompat l’ahide
Deü Capera, deü sounadou ;
Qui tan de cops à l’espouse esbarride
Abet rendut soun aimadou.
Saïe Bourdeü recebet moun oumatyé,
Iou nou soi pas malaü, jou nou soi pas paüruc.
De l’esparbè nou cregni pas lou truq
Deü co soulet ma carte ei lou lengatjé33.

/90/

Chanson
De Monsieur d’Espourrenx

  • 34 Texte de la chanson « La haüt sus las mountagnes, û pastou malhurous » de Cyprien Despourrin (1698- (...)

La haüt suus las montagnes34,
U Pastou malhurous
Ségut aü pè d’û haü,
Négat en plous ;
Sonyabe aü cambiamen
De sas amous.
Cô l’heügè, cô boulatyé,
Disè l’infourtunat,
La tendresse & l’amou
Qui t’ey pourtat
Soun aco lous rebuts
Qui ey meritat.
Despuch qui tu fréquentes
La Gen de conditiou,
Qu’as prés û ta haüt bol,
Que ma maysou,
N’ey prou haüte en ta tu
D’û cabirou.
Tàas aouilles ap las mies,
Nous degnen plus mescla,
Tous superbes moutons,
Despuch en-çà,
Nou s’approchen deüs méés,
Qu’en t’aüs tuma.
De richesses me passi, /91/
D’aünous, de qualitat,
You nou soy qu’û Pastou ;
Més n’oun y a nat
Que n’eüs surpassi touts,
En amistat.
Encouëre qui sii praübe,
D’éns moun petit estat,
Qu’aymi mey moun berret
Tout espelat,
Que nou pas lou pus bet
Chapeü bourdat.
Las richesses deü mounde
Nou hen que da turmen ;
Et lou plus bet Seignou,
D’ap soun argen,
Nou baü pas lon Pastou
Qui biü conten.
Adiü dounques tygresse,
Pastoure chens amou ;
Cambia, bé pots cambia
De serbidou :
Jamey noun trouberas
U taü coum you.

Autre chanson

/92/

  • 35 Le nom de Despourrin n’est pas mentionné alors que la chanson lui est invariablement attribuée. On (...)

Béarnoise35
Deous traits d’une jouenne pastoure,
Moun praübe cô qu’ey embescat :
Noueit & die qui cante & ploure
Deous attraits qui l’an encantat.
Lous sous oueillous nou soun que deux ames,
Deux troncs allumats près à près ;
De quieu en là beden las flames
Que l’amou jete à màa arebès.
Lou sou nasou dessus sa care,
Jogue d’ab lous arrais deou sou ;
Et de l’oumbrete qu’in débare,
Marque las hores de l’amou.

  • 36 Ce qui est ici présenté comme une autre « chanson béarnoise » est en réalité une strophe, la cinqui (...)

AUTRE36

/93/

Si bous eret estade
Dessus lou Mount-Ida,
Quo’an la poume d’aürade,
L’aüte cop s’y disputa ;
Per chiq qu’eb ousse espiade ;
Aquet gentiü Pastou,
Eitg bé l’ab auré dade
Chens ha nade fabou.

  • 37 Cette « autre » chanson est également issue de la chanson « Deus traits d’ue Brunette » dont elle c (...)

AUTRE37

/94/

Las roses muscadettes
Et las flous deou buissou,
N’an pas de tas poupettes,
L’esclat ni la blancou ;
Heurouse la manette
Qui û die aüra l’aünou
De tira l’esplinguette
Qui las tien en présou.

La naissance d’une critique ?

28En publiant l’ensemble de ces textes sur une période qui n’atteint pas dix ans, Suberbie-Cazalet fait preuve à la fois de détermination et d’ambition. La détermination se note à la régularité de la présence de l’occitan (béarnais, gascon de Bayonne) dans ces colonnes, dans des proportions relativement importantes puisque les conseils au jeune poète (A 25 VIII 1778) occupent trois longues colonnes et que les poèmes dans le Tableau de 1787 sont répartis sur sept pages. Ces proportions sont déjà le signe d’une ambition clairement affirmée en faveur du béarnais, également sensible dans les choix éditoriaux, pourtant différents, effectués dans les deux publications successives.

  • 38 Sur cet auteur, je renvoie aux actes du beau colloque qui lui a été consacré en 1998 (Pic 2000).
  • 39 Sur ce commentaire fondateur de la tradition exégétique de la littérature occitane, v. Torreilles 1 (...)

29Ces choix concernent deux catégories de textes. La première catégorie, celle qui frappe à la lecture, selon notre point de vue, relève de ce que nous appellerions de nos jours la littérature critique. Dans certaines livraisons, des jugements se trouvent formulés et justifiés sur des œuvres en langue occitane (« béarnaise », « gasconne ») au nom d’une position critique assumée. En rendant compte, dans la première rubrique (A 18 VIII 1778), de la parution à Bayonne des Fables causides publiées en 1776, le critique cherche à coller à l’actualité puisqu’il s’agit, à ce moment-là, du dernier ouvrage paru en gascon. Le jugement porté sur l’œuvre, cependant, très rapidement cède le pas à un autre jugement dirigé contre un « quidam » béarnais en qui on serait tenté de voir l’avocat Pierre Hourcastremé, collègue et ami de Cazalet, également auteur de transpositions de fables de La Fontaine, que nous retrouverons plus tard à un autre titre. Les critères retenus (« les agrémens & la naïveté du Style ») appliqués à l’œuvre bayonnaise – et à la béarnaise – sont ceux de la critique courante dans les belles-lettres françaises. S’y ajoute la question de la graphie pour laquelle on propose un modèle (italien !) et surtout celle des francismes. Ce dernier problème est soulevé dans ce beau texte, unique en son genre à l’époque moderne, où le rédacteur prodigue ses conseils à un jeune auteur. L’accumulation des francismes est sentie comme une faute (A 25 VIII 1778), que l’on reproche aussi au jeune chevalier de Cazaux (A 10 XI 1778). L’essentiel cependant de la critique repose sur des critères esthétiques. Très clairement, le rédacteur se prononce en faveur d’un modèle, incarné au premier chef par Despourrin38 mais aussi, plus étonamment, par l’abbé Puyoo, l’auteur de la brève satire, très lue en Béarn, du Rèbe sus lous gentius de Bearn. Despourrin, dont le nom revient plusieurs fois (A 25 VIII 1778 et 10 XI 1778 ; B 1787, 90) incarne les valeurs – quasi rousseauistes – d’« énergie », de « sentiment », de « simplicité », de « naturel », en un mot d’authenticité, face à la convention schlérosée représentée par les pastorales de Fontenelle. On voit également s’affirmer, toujours à propos de Despourrin, les notions d’ « esprit de la nation » et de « génie de la langue » qui n’ont rien d’exceptionnel en cette fin de XVIIIe siècle, ainsi que celle d’irréductibilité de la langue (« une expression qu’on ne peut rendre en français »), à propos d’un des deux sonnets de Gassion (G1) dont les deux premiers vers sont glosés. Ce faisant, Suberbie-Cazalet retrouve le geste exégétique qui avait été celui de Germain de Lafaille dans son commentaire détaillé de Godolin (1678)39 et en même temps il le dépasse, en formulant un jugement négatif sur un texte qu’il n’est pas question de glorifier univoquément mais dont il s’agit de montrer ce en quoi il n’est pas un « chef d’œuvre ». Les expressions malheureuses, telle la cacophonie dans l’incipit de la « Cansou fabourite » de Hourcastremé (A 9 II 1779), sont impitoyablement relevées par le critique qui joue pleinement son rôle, sans idéalisation patriotique.

  • 40 Hourcastremé est un auteur qui n’a guère été étudié en dehors des travaux de L. Batcave (1908), Chr (...)
  • 41 L’ « Ode anacréontique » de Hourcastremé a peut-être paru auparavant, dans le Nouveau Parnasse (177 (...)

30Cette chronique littéraire plus ou moins régulière portant tant sur des œuvres en français qu’en occitan constitue donc, sous bénéfice d’inventaire, une première dans le domaine de la presse française. Pour nourrir la partie occitane, Suberbie-Cazalet ne peut cependant se contenter des comptes rendus d’ouvrages en béarnais ou en gascon : il n’en paraît pas à tout moment, loin s’en faut. Le corpus dont le rédacteur dispose n’est pas large et l’objectif est de l’étoffer : « le flageolet béarnais qui a rendu si peu de sons depuis la mort de M. Despourrins, enchantera de nouveau nos contrées » (A 10 XI 1778). Pour ce faire, la rubrique de la Circulaire accueille, parallèlement aux articles de critique, des publications de textes en béarnais tandis que l’édition du Tableau de 1786 invite les auteurs ou possesseurs de textes manuscrits à se signaler auprès de la rédaction. Les auteurs se recrutent dans un milieu proche de Suberbie-Cazalet. Nous ignorons qui est ce chevalier de Cazaux de Haget – dont la « tradition » fera faussement le conseiller au Parlement Pierre-Armand de Cazaux et qui est peut-être le « jeune poète » signalé le 25 août 1778 – mais nous savons en revanche que l’auteur des « Vers fait l’année dernière pour Madame de *** » (B 1786) est l’avocat Perrin. Plus prolixe, mieux établi dans le monde des lettres, est Pierre Hourcastremé (1742-1831). D’extraction modeste, cet autre avocat palois a au moins déjà publié deux recueils de textes quand paraît la Circulaire40. Dans ses Œuvres de 1773, on trouve deux poèmes « dans le dialecte des Béarnais », repris tels quels dans son Nouveau Parnasse (1776) et plus tard dans les versions successives des Aventures de Messire Anselme (1789-1790, an II, an IV). Hourcastremé fournit la matière de plusieurs rubriques de la Circulaire (18 VIII 1778, indirectement et avec un doute ; 12 I 1779 ; 9 II 1779) alors qu’il est absent du Tableau, comme il l’est, d’ailleurs du Béarn qu’il a quitté en 1784 (Granderoute 1993, 175). C’est donc avec finalement peu de collaborateurs et peu de matière que Suberbie-Cazalet maintient, dans la Circulaire, sa chronique de littérature occitane, ou plus exactement, de poésie béarnaise (dans laquelle les Fables bayonnaises de 1776 font figure d’exception). Il en va de même dans le Tableau où l’appel aux auteurs et possesseurs de textes ne semble pas suivi de beaucoup d’effets. Les sonnets de Gassion paraissent être bien répandus, sous forme manuscrite, en Béarn (B 1785, 1787). La « carte » à Théophile de Bordeu est un poème que Suberbie-Cazalet lui-même a dû rédiger avant la mort du célèbre médecin béarnais (1766) et les textes de Despourrin ont déjà paru dans l’Essai sur la musique ancienne et moderne de Jean-Benjamin de Laborde (1780). Un tel recours à des textes déjà anciens ou connus d’une partie, peut-on penser, du public béarnais n’enlève rien au fait que nombre d’entre eux se trouvent imprimés pour la première fois grâce à Suberbie-Cazalet, comme les sonnets de Gassion ou les poèmes du chevalier de Cazaux41.

  • 42 Mais « La tendresse et l’amour » dans la traduction. Curieusement, la traduction de Laborde est plu (...)

31Confronté à une pénurie évidente, Suberbie-Cazalet continue à faire preuve de détermination en recherchant les textes, comme en témoigne de facon éloquente le traitement qu’il fait subir aux chansons de Despourrin publiées dans le Tableau à partir des textes donnés par Laborde en 1780. Pour autant, il ne se contente pas de reproduire servilement la version de Laborde. Il intervient directement sur le texte et les modifications qu’il apporte sont de trois ordres. D’une part, il corrige les erreurs évidentes, qu’elles soient typographiques (p. ex. dans la première chanson (B 1787, 90-91), strophe 2, vers 9, Laborde écrit « La tendresse à l’amou »42, Cazalet corrige en « La tendresse & l’amou ») ou prosodiques (troisième chanson, B 1787, 93, v. 4 : « L’aut cop » chez Laborde rend le vers hypométrique). D’autre part, il modifie la langue, en ajoutant, le cas échéant, une particule énonciative (première chanson, v. 33, Aymy > Qu’aymi) ou en privilégiant d’autres variantes, notamment dans la conjugaison (v. 31, subjonctif présent siey > sii). Mais le rédacteur ne s’en est pas tenu à ce travail d’adaptation. Il a également cherché à compléter les textes trouvés dans Laborde. Ainsi deux strophes sont ajoutées à la chanson « La haüt sus las mountagnes, U Pastou malhurous » (v. 25-30 et 37-42) tandis que les v. 6-7 de la deuxième chanson (B 1787, 92) présentent des variantes absentes chez Laborde et que la strophe érigée en « autre » chanson (B 1787, 94) fait état d’une variante qui ne sera recueillie qu’en 1844 par Rivarès.

32On peut certes s’interroger sur les raisons qui ont pu pousser Cazalet à ne pas mentionner à nouveau le nom, pourtant prestigieux, de Despourrin et à le recouvrir par trois fois (B 1787, 92-94) d’une formule anonymement linguistique (« Autre chanson béarnoise », « Autre »). Il n’est pas exclu qu’il s’agisse d’un artifice destiné à donner l’impression d’une diversité et d’une abondance que, précisément, on cherche à susciter.

33L’ambition en matière de création poétique béarnaise du rédacteur des deux périodiques se mesure enfin à la nature des textes produits et exhibés. Si Despourrin incarne une certaine simplicité, il n’en demeure pas moins un auteur capable de s’ « élever » (A 25 VIII 1778) et d’imiter – au sens noble du terme – Virgile. Les exercices de « traduction libre » à partir de modèles antiques (le latin d’Horace et – moins courant dans la littérature occitane – le grec de Moschos) du chevalier de Cazaux mais aussi l’exercice anacréontique, très en faveur en France (Pascal 2008) et en Europe en cette fin de XVIIIe siècle, d’Hourcastremé représentent autant de moyens non de « faire connaître dans les milieux populaires les grandes œuvres de la littérature française, voire étrangère » comme on a pu le dire, mais bien d’arrimer la production poétique béarnaise aux grands courants de la poésie européenne (Lafont 1953, 12). Rien, si ce n’est la langue, ne distingue en effet ces poèmes de la poésie fugitive pratiquée en France au même moment (Masson 2002).

Conclusion

34Les deux tentatives menées par Nicolas Suberbie-Cazalet dans le Béarn des années 1770-1780 ont été confrontées à différentes difficultés et elles se sont soldées toutes les deux par des échecs. Le premier écueil est relatif, il est constitué par l’absence d’un corpus ancien sufisamment vaste. Même s’il dispose de peu de textes (Gassion, Despourrin, Puyoo) et s’il ne les cite pas tous (Fondeville, curieusement absent), Cazalet en a pourtant plus à sa portée que dans d’autres régions du domaine occitan. Le Béarn a sa propre tradition d’écriture et c’est chez elle que puise le rédacteur pour alimenter ses différentes rubriques car les publications contemporaines ne suffisent pas à étoffer le corpus poétique béarnais (ou gascon). Aussi – et c’est la seconde difficulté à laquelle se heurte le rédacteur – convient-il d’essayer de trouver de nouveaux auteurs, pourvoyeurs de nouveaux textes : hormis son ami Hourcastremé et son collègue Perrin (qui publie anonymement), il n’y a guère en fait qu’une seule recrue, le chevalier de Cazaux, qui ait répondu à l’appel. Les contributeurs sont donc peu nombreux. Et le public n’est pas non plus au rendez-vous. L’absence de rubrique contenant de l’occitan entre le 9 février et 15 juin 1779, date du dernier numéro du périodique, indique-t-elle un désintérêt de la part du lectorat ? Pas forcément si on en juge par la présence de la poésie béarnais dans le Tableau des années 1785, 1786 et 1787, mais de façon générale, selon Chr. Desplat, l’étroitesse du marché béarnais, même étendu dans le cas de la Circulaire à Bayonne, aux Landes de Gascogne ou à la Bigorre, empêche d’assurer la survie d’entreprises qui aboutissent à des échecs. Malgré ces limites, on peut dire toutefois que pendant quelques années, à la toute fin de l’Ancien Régime, a existé en Béarn un espace public de production et d’évaluation de la création littéraire (poétique) en occitan (béarnais, gascon), probabalement – mais cela reste à vérifier – unique pour la période dans l’ensemble du domaine.

Haut de page

Bibliographie

Textes

Deville, Jean-Marie, Annales de la Bigorre, Tarbes, Lavigne, 1808.

Horace, Odes et épodes, éd. François Villeneuve, Paris, Belles Lettres, 1927.

Hourcastremé, Pierre, Poësies et Œuvres diverses, Londres, 1773, 2 vol. 

Hourcastremé, Pierre, Nouveau trésor du Parnasse ou Œuvres diverses de M. H***, Neuchâtel, 1776, 2 vol. 

Hourcastremé, Pierre, Les Aventures de messire Anselme, chevalier des lois, Londres, 1789-1790, 2 vol. ; Paris, an II, 4 vol. ; Paris, an IV, 4 vol. 

Laborde, Jean-Benjamin, Essai sur la musique ancienne et moderne, Paris, E. Onfroy, 1780, 4 vol. 

Laboulinière, Pierre de, Annuaire statistique du département des Hautes-Pyrénées, Tarbes, Lavigne, 1807.

Moschos, Bucoliques grecs. II. Pseudo-Théocrite. Moschos. Bion. Divers, éd. Philippe-Ernest Legrand, Paris, Belles Lettres, 1927.

Rivarès, Frédéric, Chansons et airs populaires du Béarn, Pau, Vignancour, 1844.

Vignancour, Émile, Estrées béarnèses enta l’an 1820, Pau, Vignancour, 1820.

Vignancour, Émile, Poésies béarnaises, Pau, Vignancour, 1827.

Études

Batcave, Louis, Pierre Hourcastremé, de Navarrenx, Orthez, E. Faget neveu, 1896.

Bec, Pierre, « La “poétique” de Cyprien Despourrin », in Pic 2000, 103-114.

Cazalets, Marc, Pierre Hourcastremé (1742-1831). Philosophe et savant de renommée universelle, enfant méconnu de Navarrenx, Navarrenx, Cercle historique des amis des remparts, 2003.

Courouau, Jean-François, « L’ombre de Godolin (1649-1790) », in Carmen Alén Garabato / Claire Torreilles / Marie-Jeanne Verny  (éds), Los que fan viure e treslusir l’occitan. Actes du Xe Congrès de l’Association internationale des études occitanes. Béziers 2011, Limoges, Lambert-Lucas, 2014, 716-738.

Courouau, Jean-François, « Los sonets de Gassion », Tèxtes occitans, 4, 2000, 5-66.

Cuzacq, René, Panorama de la littérature gasconne de Bayonne, Bayonne, Le Livre, 1941.

Desplat, Christian, Le théâtre populaire dans les Pyrénées occidentales. De la Renaissance à la Révolution, Orthez, Gascogne, 2007.

Desplat, Christian, « Fonctions sociales de la poésie en Béarn à l’époque moderne », in Pic 2000, 65-86.

Desplat, Christian, Pau et le Béarn au XVIIIe siècle. Deux cent mille provinciaux au siècle des Lumières, Biarritz, J & D, 1992.

Desplat, Christian, « Le béarnais, instrument de la critique sociale au XVIIIe siècle », Cahiers de l’U.P.P.A., 13, 1989, « Langues en Béarn », 171-183.

Desplat, Christian, « Le barreau béarnais et la signification des Lumières en province au XVIIIe siècle », XVIIIe siècle, 1974, 99-113.

Desplat, Christian, L’Académie royale de Pau au XVIIIe siècle, Pau, Société des Sciences, Lettres et Arts de Pau, 1971.

Dubarat, Victor, « L’Agriculture, le commerce et l'industrie en Béarn en 1774 [article attribué à Suberbie-Cazalet, extrait du Journal de l'Agriculture, du commerce, des arts et des finances par l'Abbé Roubaud, janv. 1774] », Bulletin de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Pau, 39, 1911, 207-226.

Granderoute, Robert, « Hourcastremé et la Révolution », Revue de Pau et du Béarn, 20, 1993, 175-184.

Laborde, Jean-Baptiste, « Anecdotes et chansons satiriques relatives à la crise du parlement de Navarre (1765-1775) », Bulletin de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Pau, 44, 1921 et 45, 1922.

Laborde, Jean-Baptiste, « L'abbé Puyoo, auteur du Rèbe sus lous gentius de Bearn », Pau, Lescher-Moutoué, 1913.

Lafont, Andrée-Paule, « Réflexions préliminaires à une étude littéraire du XVIIIe siècle occitan », Annales de l’Institut d’études occitanes, 13, 1953, 1-24.

Lamicq, Pierre C., « L’Hommage à la Vallée d’Ossau de Théophile de Bordeu », Pyrénées, 93, 1973, 29-49.

Lespy, Vastin, Dictionnaire béarnais ancien et moderne, Montpellier, Hamelin frères, 1887, 3Pau, Marrimpouey, 1998.

Marty, Émile, « La Famille d’Aroux de La Serre », Revue du Tarn, 1899, 45-57.

Masson, Nicole, La poésie fugitive au XVIIIe siècle, Paris, Champion, 2002.

Merle, René, L’écriture du provençal de 1775 à 1840, Béziers, CIDO, 1990, 2 vol. 

Niderst, Alain, « La pastorale au XVIIIe siècle, théorie et pratique », Cahiers de l’Association internationale des études françaises, 39, 1987, 97-108.

Noulet, Jean-Baptiste, Essai sur l’histoire littéraire des patois du Midi de la France au XVIIIe siècle, Paris, Maisonneuve, 1877, 2Genève, Slatkine, 1971.

Pascal, Jean-Noël, « « De la lyre d’Anacréon à la harpe d’Ossian : vues cavalières sur la fin d’un siècle poétique (1760-1820) », XVe congrès de l’Association Guillaume Budé (25-28 août 2003). La Poétique, théorique et pratique, Paris, Belles-Lettres, 2008, 821-849.

Pic, François (éd.), Cyprien Despourrin (1698-1759), Pau, Marrimpouey, 2000.

Planté, Adrien, « Cazalet, avocat-poète (1743-1817). Sa vie, son œuvre », Bulletin de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Pau, 32, 1904, 1-157.

Torreilles, Claire, « Lettre de M*** à un de ses amis. Germain de Lafaille, présentateur de Las Orbos de Pierre Goudelin, Jean Pech, 1678 », Revue des langues romanes, CII/2, 1998, 327-338.

Wenger, Alexandre, Le médecin et le philosophe. Théophile de Bordeu selon Diderot, Paris, Hermann, 2012.

Haut de page

Notes

1 René Merle avait déjà attiré l’attention, dans sa thèse, sur la présence de poèmes provençaux et languedociens (Cl. Peyrot) dans les premières années (1784-1785) de parution du Journal de la Langue Françoise, publié à Lyon par François-Urbain Domergue (Merle 1990, 123-133). Ces tentatives semblent avoir été précédées à Toulouse par la pratique de Jean-Florent Baour qui dès 1776 intègre dans les Affiches et Annonces de Toulouse une « Epitro dedicatoiro a mon fil » de sa composition (Noulet 1877, 169, n° 11).

2 La série n’est conservée qu’à la BM Pau (Ee 3160 et Ee 3153 pour les n° 1, 2 et 5). Sur ce périodique, on se reportera à Desplat 1974, 105-106, Desplat 1992, II, 991-995 ainsi qu’à la notice consacrée par ce chercheur sur le site du Dictionnaire des journaux (dir. Jean Sgard, http://dictionnaire-journaux.gazettes18e.fr).

3 Relation de ce qui s'est passe a Pau a l'arrivee de M. le duc de Guiche & de M. le Comte de Gramont son frere & discours de MM. les avocats, en juillet 1788, A Pau, de l'impr. de P. Daumon [1788]. Pour une édition de ce poème, v. Planté 1904, 145.

4 On lui doit également une description du Béarn publiée dans le Journal de l’Agriculture de l’abbé Roubaud en janvier 1774 (Dubarat 1911).

5 On trouvera ces textes dans Planté 1904, 27-144. Pour un début d’analyse, v. Desplat 1974, 103.

6 La livraison de 1784 n’est qu’à la BnF (LC29-19), celles de 1785, 1786 et 1787 qu’à la BM Pau (Ee 24). Sur cette publication, v. Desplat 1974, 106 et Desplat 1992, II, 1121-1124.

7 Sur cette première impression importante de littérature en gascon de Bayonne, datée de 1776, et notamment sur la question particulièrement embrouillée de son auteur, v. Cuzacq 1941, 75-99.

8 Derrière ce quidam béarnais, on ne voit guère que Pierre Hourcastremé mais ses adaptations de La Fontaine en béarnais ne nous sont connues que par leur publication dans Les Aventures de Messire Anselme (1789-1790, 2 vol. ). Elles peuvent auparavant avoir circulé sous forme de manuscrits ou avoir paru dans un recueil imprimé à présent perdu (cf. infra). Ce sont « La Cigale & l’Arroumigue », « Lou Courbach & lou Renard » et « Lou Hasàa & lou Renard », intégrées plus tard dans les Poésies béarnaises (Vignancour 1827, 183-188).

9 On ne trouve par la suite aucune rubrique littéraire consacrée à cet ouvrage.

10 « La Grenouille et le Bœuf. / Assise sur le bord d’une rigole, / Une grenouille gluante / Qui n’était pas plus grosse qu’un œuf / Contemplait la taille d’un bœuf / Qui paissait près de là sur la lande. / Avec l’envie de devenir aussi grosse, / Elle s’étire, en disant : « Regardez, / Est-ce assez, ma sœur ? – Vous ne vous en approchez pas. / Et de s’enfler. « Y suis-je maintenant, / Dites, ma sœur ? – Non, pas encore. / - Je n’en aurai cependant pas l’affront, / Prenez garde ; à la fin, y suis-je ? / - Ni plus ni moins. Elle avait tellement enflé / Que sa peau avait crevé. / Le monde est plein de ces gens / Qui crèvent à force de vent ».

11 L’auteur bayonnais utilise en effet une graphie et un système d’accents légèrement différents de ceux dont se servent les auteurs béarnais. Dans la fable transcrite ici, on ne relève guère, pour les accents, qu’un i accent grave au v. 1 (sìou), non repris d’ailleurs, malgré ses éloges, par Suberbie-Cazalet.

12 Au XVIIIe siècle, c’est Fontenelle, avec ses Poésies pastorales avec un traité sur la nature de l’églogue et une Digression sur les Anciens et les Modernes (1686), qui représente le prototype de l’artificialité dans la convention poétique pastorale française. V. Niderst 1987.

13 Incipit et vers 2 de la chanson de Despourrin « Nou’m biengues daban ni darrè » (n° 25 dans Vignancour 1827, 53-54, n° 21 dans Rivarès 1844 et n° 40 dans le ms. Couarraze de Laà).

14 Le vers est inspiré de la scène des amours de Didon et Énée dans l’Énéide de Virgile (v. 386, « Omnibus umbra locis adero »). Malgré nos recherches, il ne nous a pas été possible de le retrouver dans la tradition écrite des chansons de Despourrin. Il faut donc considérer qu’il représente au moins une variante inconnue de ce texte.

15 Suberbie-Cazalet cite les deux premiers vers du Rèbe sus lous gentius de Bearn de l’abbé Jacques Puyoo (1646-1747). Sur ce texte, v. Laborde 1913.

16 Première attestation du sonnet de Gassion (G1), ici attribué au président Jacques de Gassion (†1631). V. sur ce texte Courouau 2000.

17 Cette variante baricouléye est celle qu’on trouvera dans l’édition du Tableau de 1787 (v. Courouau 2000, 45 et infra). Elle est unique dans l’ensemble des témoins dont on dispose pour ce texte.

18 C’est en fait l’ode XXVI (parfois numérotée XXIV) du livre III (« Vixi choreis nuper idoneus ») dont voici la traduction (éd. Villeneuve 1927, 138-139) :

« J’ai vécu naguère apte au service des belles et fait campagne non sans gloire ; mes armes, aujourd’hui, mon luth, en ont fini avec le combats, il va les recevoir ce mur

qui protège le flanc gauche de Vénus marine. Ici, oui, ici, déposez les torches brillantes, les leviers, les arcs qui menaçaient l’obstacle des portes fermées.

Ô toi, déesse qui possèdes l’heureuse Chypre et Memphis, ignorant les neiges sithoniennes, reine, lève haut ton fouet pour en toucher une fois Chloé qui fait la fière ».

Les traductions en français ne sont pas rares au XVIIIe siècle (abbé Pellegrin, Les Œuvres d’Horace traduites en vers françois, 1715 ; abbé Salmon, Traduction des œuvres d’Horace en vers français, 1752 ; père Masson, Odes d’Horace mises en vers français, 1757 et surtout Chabanon de Maugris, Odes d’Horace traduites en vers françois. Livre III, 1773), mais l’auteur s’est inspiré à coup sûr de l’original latin.

19 Ce chevalier de Casaux n’est donc pas à confondre, comme on l’a beaucoup répété depuis le XIXe siècle, avec Pierre-Armand de Casaux, procureur général au parlement de Navarre de 1739 à 1777. Pour autant, on ne saurait dire de qui il s’agit précisément. Un Pierre-Laurent Faget de Casaux soutient en 1760 une thèse de théologie en Sorbonne (Quaestio theologica. Quis fuit Dei ?) mais on ignore s’il existe un lien de parenté entre les deux.

20 Texte à nouveau publié en 1827 sous le titre « Ode à Benus » et la signature « Casaus » dans les Poésies béarnaises (Vignancour 1827, 182). Traduction :

« À Vénus. À la danse, aux plaisirs, naguère je m’amusais / Dans la guerre d’amour je brillais assez joliment / Mais de quitter tous ces jeux je me suis maintenant ravisé, / Mon luth pourtant est mort et mon souffle épuisé.

Vénus, nue, sur le côté gauche de sa statue, / Avec mes armes verra ma lyre suspendue ; / À son temple aussi je viens déposer / Les leviers, les flambeaux et la hache crainte / Par tout verrou jaloux qui me disait de pas m’y risquer.

Toi qu’on adore à Chypre, à Memphis, à Cythère, / Où l’œil n’a jamais vu ni neige ni glaçons, / D’un seul coup à Chloé, pour la rendre moins fière, / De ta puissante main donne quelques leçons ». Le texte original porte au v. 13 puissant, grammaticalement et prosodiquement faux ; je rétablis le e final (également corrigé dans Vignancour 1827).

21 Il s’agit en fait de l’idylle IV du poète grec Moschos (IIe s. av. J-C.) dont l’attibution est considérée comme peu sûre de nos jours et dont une première traduction en français, réalisée par Hilaire-Bernard de Longepierre, avait paru à la fin du XVIIe siècle (Les Idylles de Bion et de Moschus, traduites de grec en vers français, avec des remarques, Paris, Auboin, 1686, 2Lyon, Molin, 1697). Cazaux tient compte de cette traduction que je donne ici : « Lorsqu’un Zephyr leger frisant la mer profonde / Agite doucement la surface de l’onde, / Mon cœur ne laisse pas d’en être effarouché : / De ma Muse & du chant je ne suis plus touché, / Et le calme serein me plaît bien davantage. / Mais quand l’onde en courroux fait mugir le rivage / Et que couverts d’écume enflez et furieux / Les flots semblent toucher & menacer les Cieux, / Je fuïs en pâlissant cet élément perfide, / Et regardant la terre avec un œil avide, / Et les plus sombres bois ont mille attraits pour moy. / Là, le vent le plus fort sans inspirer d’alarmes / Fait murmurer les Pins, & n’offre que des charmes. / Que le sort d’un pêcheur est triste & malheureux, / Luy qui n’a pour maison qu’un bateau dangereux ; / Qui travaille sur mer, & fait toute sa joye / D’épier sur les flots une trompeuse proye : / Tandis que sans péril, sous un arbre charmant / Surpris d’un doux sommeil, je dors tranquillement ; / Ou qu’avec volupté, j’entens le frais murmure / Du cours précipité d’une fontaine pure / Dont l’agréable bruit excitant des désirs, / Loin d’effrayer, me livre aux plus charmans plaisirs » (trad. Longepierre 1686, 187-189) mais il n’est pas impossible qu’il ait jeté un œil à la traduction en prose de Moutonnet de Clairfont (Anacréon, Sapho, Bion et Moschus, Paris, Le Boucher, 1773, 166). On comparera en tout cas avec la trad. Legrand 1927.

22 Le même que dans la livraison du 10 novembre 1778. Ce texte ne sera pas repris au XIXe siècle par Vignancour.

23 Traduction : « Une grande langueur timide parcourt mon cœur / Quand je vois sur la mer courir un zéphyr follet ; / Alors je n’ai que faire d’enfler mon flageolet, / Seul l’amour du repos fait toute mon envie.

Mais quand je vois les terribles complots de la mer, / L’écume qui blanchit sur son large corsage, / Quand elle fait ployer son dos et galoper les flots / Dont les cris perçants font trembler le rivage, / Alors, tout effrayé du sort des matelots, / Je repose ma vue sur le coteau voisin / Et je fuis la mer dans un état si triste.

Sur terre, il fait meilleur, je m’y suis toujours plu / Et je préfère me retrouver dans le bois où je suis né, / Sous ce berceau dont l’ombre est épaisse, / Là où un beau pin résonne avec tendresse/ Quand son feuillage est battu par quelque grand vent.

Certes la vie du pêcheur est bien incertaine : / L’eau est son élément, un vaisseau sa maison ; / Il n’a aucune raison de se baigner nuit et jour / Et sa pêche est souvent plus spirituelle qu’heureuse.

Moi, au contraire, assis sous un bel ormeau, / D’un tranquille sommeil qui à mon gré se répète / Je goûte les douceurs ; / et ensuite, sur ma musette / Qui rend de temps en temps un son doux comme le miel, / Je tâche d’imiter le son d’une jolie fontaine / Dont le murmure plaît aux bergers du hameau. / Là, le bruit épouvantable ne vient pas me troubler / Du vent et de la mer ; mais du petit rossignol / Mon oreille charmée entend le doux murmure / Et quelquefois aux pieds d’une aimable bergère / Les dieux me font trouver le véritable bonheur ».

24 Poème de Pierre Hourcastremé connu de nos jours par le seul recueil des Aventures de Messire Anselme (1789-1790, 2 vol ; an II, an IV, 4 vol. ).

25 Sur la vogue anacréontique qui bat son plein dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, v. Pascal 2008. On notera que cette ode, consituée de sept strophes, ne conserve l’octosyllabe, vers principalement employé dans la poésie anancréontique, qu’en fin de strophe et adopte pour le reste l’alexandrin. Traduction : « Satisfait de mon état et de ma solitude, / En vain les rois m’offriraient leurs faveurs ; / Personne ne me verra briguer la servitude / Puisque sans eux je peux vivre heureux.

Il ne faut pas courir si loin, mon ami, tout nous le prouve / Pour rejoindre le bonheur : dès que l’on sait modérer / Ses désirs, ses besoins, aussitôt on le trouve ; / L’homme sensé en conviendra.

Déjà trop accablés de dévoirs nécessaires, / Pourquoi grossir la source, hélas ! de nos pleurs ? / Épargnons-nous au moins tous les nœuds volontaires / Qui pouvaient nous rendre malheureux.

L’adulateur rampant sans cesse importune / Un maître qui le nourrit de fierté, de mépris. / Ah ! n’allons pas comme lui ensenser la fortune : / L’indépendance a trop de prix.

Le sage ne s’émeut ni du bien ni de la tempête, / L’air qui est trouble, l’éclair ne peuvent l’intimider : / Sans changer de visage il entend sur sa tête / Cent fois gronder l’orage.

Dieu ! mon obscurité fait mon assurance / Car en bravant du sort le caprice inconstant / Je me suis délivré de la crainte et de l’espérance, / Un peu pauvre, mais toujours satisfait !

Donc, quand il plaira à la Parque, elle qui menace tout, / D’user de son ciseau, certes, je le prendrai / Avec une grande tranquillité et sans faire la grimace, / Mes amis, d’abord je me banderai les yeux ».

Au v. 16, l’original porte « L’indépéncie ». Je corrige en indépéndéncie. Si on compare avec l’édition de l’an II, les variantes sont toutes orthographiques ou typographiques : 1. dé ma soulitude 2. m’aoufrirén 4. pousch 6. om 7. om 11. Estabaoubiém 14. mésté 15. anèm éncénsa 16. prèts ! 17. Saïe esmaou témpèste 19. bisatïe 21. Dioux 23. b’ém béï 25. plaisi. Les esperluettes ont été remplacées par et. Au vers 25, at a été supprimé alors que ce n’était pas nécessaire puisque le vers reste juste dans tous les cas.

26 La rubrique porte sur les Œuvres mêlées par un Être libre & pensant. L’Almanach des Muses, en 1782, 1783 et 1784 signale des Œuvres mêlées en Prose et en Vers par un Être libre & pensant qu’aucune bibliothèque publique ne possède. En 1779, seuls ont paru de Hourcastremé les Poésies et œuvres diverses (1773) qui comprennent deux (et non trois, comme il l’annonce) poèmes en béarnais, puis un Nouveau trésor du Parnasse ou Œuvres diverses de M. H*** (1776, non consulté).

27 Poème qui ne nous est connu que par les Aventures de Messire Anselme (1789-1790).

28 Première apparition du sonnet de Gassion (G2, inc. « Quoan Rabourit la noueyt per caze aban rondeye »). Pour le texte, v. Courouau 2000, 50.

29 Ce poème sera repris par Vignancour dans ses Poésies béarnaises (1827, 181) sous le titre « A las difficiles » et avec la signature de « Perrin », en qui on peut voir le Perrin avocat, comme Suberbie-Cazalet et Hourcastremé, admis à l’Académie de Pau, en même temps que Suberbie-Cazalet, en 1783 (Desplat 1971, 52). Traduction :

« Fraîche et jolie comme les fleurs / Qui diaprent cette prairie, / Comme elles vous passerez après quelque gelée ; / Ne faites donc pas tant la mijaurée/ Comme au temps où vous pouviez jouer avec vos amours : / Dès qu’ils vous verront un peu ridée du museau / Ils vous nargueront en vous privant de leurs faveurs ». Pour ha perpit, je reprends la traduction de ce vers donnée par Lespy dans son dictionnaire (1998, 476).

30 Dans Vignancour 1827 ajout d’un vers après celui-ci : « Dab tout l’esclat de lurs coulous » [Avec toute l’éclat de leurs couleurs].

31 Première apparition complète du sonnet de Gassion (G1, inc. « Quoan deü printems, la raübe pingourlade »), précédemment cité par Mirasson (1768, 369) et dans la Circulaire des Pyrénées du 25 août 1778. Texte dans Courouau 2000, 45-46.

32 Publié ici sans nom d’auteur, ce poème est réédité dans les Poesies béarnaises de Vignancour (1827, 126) avec la signature « Superbie ». On peut donc sans peine, avec A. Planté (1904, 146), l’attribuer à Suberbie-Cazalet et le dater d’avant la mort du célèbre médecin béarnais Théophile de Bordeu, survenue en novembre 1776. Sur ce personnage qui inspira Diderot, cf. en dernier lieu Wenger 2012. Sur Bordeu auteur en béarnais, v. Lamicq 1973.

33 Traduction : « Carte à Monsieur de Bordeu. Avec sa trompette, la renommée, naguère, / Appela Bordeu loin de Pau. / La neige, depuis lors, sur les rochers d’Ossau / Plus d’une fois s’est détachée / Et nous avons vu plus d’un malade / Vers le dernier gîte / Faire le dernier saut, sans aucun autre pire mal / Que le malhabile médecin qui lui donnait la poussée. / Vous n’êtes pas de cette loi, vous qui dans sa maison / Savez faire halte à l’âme et enchaîner la vie / Qui tant de fois à la Parque homicide / Avez procuré le sommeil, / Qui tant de fois avez trompé la confiance / Du curé et du sonneur, / Qui tant de fois à l’épouse éplorée / Avez rendu l’amoureux.

Sage Bordeu, recevez mon hommage, / Je ne suis pas malade, je ne suis pas peureux. / De l’épervier je ne crains pas le coup, / Du cœur seulement ma carte porte le langage ».

34 Texte de la chanson « La haüt sus las mountagnes, û pastou malhurous » de Cyprien Despourrin (1698-1759), déjà publié par Laborde (1780, II, 152-153) et qu’on retrouve dans Laboulinière 1807, 297, Deville 1818, 289-290, Vignancour 1820, 38-39, n° 8, Vignancour 1827, 11-12, n° 5 et Rivarès 1844, n° 1. C’est le n° 29 du ms. Couarraze de Laà.

35 Le nom de Despourrin n’est pas mentionné alors que la chanson lui est invariablement attribuée. On la retrouve, également sans nom d’auteur, chez Laborde (1780, II, 154-155) pour les mêmes strophes. L’incipit est différent chez Vignancour 1820, 28-29 (« Deus attraits d’ûe youenne Pastoure »), Vignancour 1827, 4-5, n° 1 et Rivarès 1844, 15-16, n° 7, ainsi que dans le ms. Couarraze de Laà (n° 4 et 36).

36 Ce qui est ici présenté comme une autre « chanson béarnoise » est en réalité une strophe, la cinquième, de la chanson « Deus traits d’ue Brunette » de Despourrin. C’est la même strophe que l’on retrouve chez Laborde 1780, II, 156, puis, avec le reste de la chanson, dans Laboulinière 1807, 299, Deville 1818, 290-291, Vignancour 1820, 42-43, n° 12, Vignancour 1827, 13-14, n° 6 et Rivarès 1844, 31-32, n° 15. C’est le n° 35 bis du ms. Couarraze de Laà.

37 Cette « autre » chanson est également issue de la chanson « Deus traits d’ue Brunette » dont elle constitue la troisième strophe. Elle est absente chez Laborde (1780), mais on la trouve chez tous les autres témoins mentionnés dans la note ci-dessus. Les quatre premiers vers ne sont communs qu’avec Rivarès 1844. Pierre Bec signale une analogie frappante avec les paroles d’une chanson languedocienne du XVIIIe siècle (Bec 2000, 106), connue par le ms. 1252 de la BM d’Avignon (Chansons patoises nottées. XVIIIe siècle, Béziers, Société de musicologie de Languedoc, 1986, 6). La proximité est également frappante avec un couplet de la chanson « L’Espilletto » insérée dans les Breloques ou pièces fugitives de Jean-Baptiste-François-Xavier d’Aroux de La Serre (Toulouse, s. n., 1778, * ; Toulouse, s. n., 1784, 115-116). Sur d’Aroux de La Serre (1728-1807), v. Marty 1899 qui donne une édition de « L’Espilletto ». L’auteur de la chanson est donné par d’Aroux de La Serre (ou son « éditeur ») comme étant mort en 1720.

38 Sur cet auteur, je renvoie aux actes du beau colloque qui lui a été consacré en 1998 (Pic 2000).

39 Sur ce commentaire fondateur de la tradition exégétique de la littérature occitane, v. Torreilles 1998 et Courouau 2014.

40 Hourcastremé est un auteur qui n’a guère été étudié en dehors des travaux de L. Batcave (1908), Chr. Desplat (1974, 106-111 ; 1992, 1042, 119-1120 ; 2000, 71-74 ; 2007, 93-97) et de l’ouvrage, difficilement trouvable et souvent désarmant de naïveté, mais utile pour certains éléments historiques qu’il apporte, de Cazalets 2003. Sur son attitude pendant la Révolution, v. Granderoute 1993.

41 L’ « Ode anacréontique » de Hourcastremé a peut-être paru auparavant, dans le Nouveau Parnasse (1776) ou dans les Œuvres mêlées en Prose et en Vers par un Être libre & pensant qui semblent déjà publiées en 1779. La « Carte à Mous de Bourdeü » ne se trouve apparemment pas dans les œuvres de Bordeu, mais en est-on bien sûr ?

42 Mais « La tendresse et l’amour » dans la traduction. Curieusement, la traduction de Laborde est plus juste que l’original, entaché de nombreuses erreurs de transcription, toutes corrigées par Suberbie-Cazalet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Courouau, « Naissance d’une critique ?
La présence de l’occitan dans la presse béarnaise de la fin du XVIIIe siècle
 », Lengas [En ligne], 75 | 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://lengas.revues.org/603  ; DOI : 10.4000/lengas.603

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org