Navigation – Plan du site

Entre pédagogie et militantisme : la revue Viure a l’Escòla (1975-1981)

Entre pedagogia e militantisme: la revista Viure a l'escòla (1975-1981)
Yan Lespoux

Résumés

De 1975 a 1981, dans l’Aude, la revue Viure a l’Escòla, issue de la réflexion d’instituteurs membres de l’École Moderne et de militants occitanistes lance une réflexion pédagogique et militante autour de l’enseignement de la langue et de la culture occitanes. Durant ses six ans d’existence, Viure a l’Escòla apparaît comme le miroir de la revendication occitane de l’époque mais aussi comme un lieu de partage et d’échanges à propos de la pédagogie.

Haut de page

Texte intégral

1Peu de revues pédagogiques occitanes ont existé dans la durée à trois exceptions notables qui sont Lou Prouvençau à l’Escolo et Lenga e Païs d’Òc, respectivement fondées en 1952 et 1977 et qui existent encore, et Le Bulletin Pédagogique de l’Institut d’Études Occitanes, devenu Cahiers Pédagogiques de l’Institut d’Études Occitanes, qui fut publié sous ces deux titres de 1951 à 1973.

2Mais bien d’autres expériences d’édition de revues pédagogiques ont vu le jour pour des durées plus courtes avec parfois des rythmes de parution aléatoires.

  • 1 Nous n’avons pu consulter qu’une collection lacunaire de la revue, conservée au GARAE de Carcassonn (...)

3Avec 1968, les bouleversements sociétaux et politiques et le bouillonnement intellectuel qui s’ensuivent, alors que les débats autour du rôle de l’école se font plus vifs et que l’occitanisme se tourne ostensiblement vers la revendication politique et trouve un écho relativement important dans la société, les revues occitanes foisonnent. Parmi elles, des revues à visée pédagogique, certes, mais mues aussi par une volonté citoyenne sinon politique de faire changer les choses. Viure a l’Escòla1, revue fondée par des instituteurs audois, en est un exemple d’autant plus édifiant qu’elle touche rapidement un public plus large que celui de son département d’origine et qu’elle bénéficie d’une durée de vie assez conséquente qui permet d’étudier à la fois les principes qu’elle entend défendre et leurs éventuelles variations au fil du temps, l’évolution de sa portée auprès du public qu’elle vise, et sa place dans le mouvement occitan dans son ensemble.

À l’origine.

  • 2 Entretien avec André Denat, Villegaillenc (11). 28 novembre 2008.

On était plusieurs à faire partie d’un mouvement qui existe toujours, l’École Moderne, la pédagogie Freinet, l’Institut Coopératif de l’École Moderne, et il y avait des réunions et c’était toujours pareil : « moi mes petits… moi dans ma classe, etc ». On parlait beaucoup de pédagogie, c’était un peu récurent. Et on a été quelques-uns à avoir été sur le Larzac, à avoir vu que le mouvement occitan était quand même un peu vif, vivant, et un jour on a dit : « bon, la réunion de l’École Moderne, très bien, vous vous mettez d’un côté et nous on va se mettre de l’autre, on va essayer de faire quelque chose pour l’enseignement de l’occitan », en prenant pour référence la loi Deixonne puisqu’on savait qu’en 1951 etc. Donc on allait faire une revue […]2.

4Incontestablement, la création de Viure a l’Escòla apparaît comme un acte militant, et même doublement militant : militantisme pédagogique inspiré de l’Institut Coopératif de l’École Moderne (ICEM) et militantisme culturel et politique ainsi que l’indique clairement l’éditorial du n° 0 dont, par ailleurs, la couverture choisit de jouer la provocation.

Couverture de la revue Viure a l'escòla, n° 0

5 Ce bulletin, supplément au bulletin de travail de l’ICEM, doit répondre à 2 objectifs :

- prendre le contre-pied de la culture officielle et inexacte qui est toujours transmise à l’école primaire.

  • 3 Éditorial de Viure a l’escòla, n° 0, 1975.

- rassurer les enseignants en leur prouvant qu’ils peuvent [mot manquant, NDR] et agir occitan dans leurs classes, et en leur apportant un 1er matériel pédagogique susceptible d’être utilisé à l’école.3

6Le fait que la liste des instituteurs référents de la revue qui paraît dans ce numéro compte au moins deux militants occitanistes très engagés, Alain Rouch et le chanteur Claude Marti vient encore appuyer l’orientation clairement revendicatrice de Viure a l’Escòla. Tout comme, toujours dans ce numéro 0, l’article pédagogie qui ne sépare pas pédagogie et revendication et qui prend là encore le parti de la provocation – en présentant l’apprentissage de l’occitan comme une infection qu’il convient de disséminer dans le système éducatif hexagonal – et que l’on ne peut que le reproduire ici in extenso :

 PÉDAGOGIE :

I) COMMENT INFECTER UNE CULTURE ASEPTISÉE

LES GERMES OCCITANOGÈNES vivent à l’état résiduel dans votre mémoire et celle des enfants. En prélever bon nombre ; par exemple :

"me fas caga !/ macarel !/ paure drole/ escagasa/ ara n’ei pro/ fas pas res/ nos anan/ bona neit/ veni aqui/ vietase !/ escotats/ vai t’en/ etc…

Il paraît convenable d’en recenser une centaine.

Par ailleurs, les parents, les grands-parents, la presse et les affichages, les chansons de Marti et quelques autres, sont richement porteurs d’éléments infectieux.

PHASE INCUBATOIRE : ces divers agents, lâchés en toute liberté dans la classe, croissent et multiplient, par co-optation et générations spontanées. En peu de temps, le pédagogue peut observer l’éclosion d’une occitanite aigüe.

Par précaution, mesurer le degré de tolérance des systèmes parentaux et administratifs.

L’OCCITANITE : la maladie est implantée et, face à la puissante réaction concertée des globules français blancs (normaux) il faut organiser l’attaque occitanophile.

Donc, analyser collectivement l’étendue de l’infection, classer les germes en diverses familles (exclamations, verbes, expressions, dictons, etc…), étudier l’évolution possible du mal et programmer une thérapie dans l’emploi du temps.

II) SOINS À DONNER

COMPOSITION : jeux de langage, codages et décodages, usage de l’audio-visuel.

Sont bannis dans la première partie du traitement les exercices écrits, scholastiques, rébarbatifs, pontifiants et démotivants.

Une dose massive d’enquêtes, spectacles marionnettes, théâtre libre, bandes dessinées, affiches, journaux scolaires, jeux de mathématiques, est conseillée.

POSOLOGIE : lo mas possible, dumpei lo matis. Un briquonet cada cinq minutas.

Pas de limites, pas d’interruption des soins.

MODE D’EMPLOI : par les yeux, les oreilles, la bouche, le nez, le ventre, avec joie et décontraction. La boufe [sic] et le coup de pied au cul sont proscrits.

CONTRE-INDICATIONS : l’occitanite refuse sans appel les pisse-vinaigre, les parisiens, les impuissants de gôche, les psychopathes, les racornis du bulbe, les sodomiseurs de moustiques, les refendeurs de cheveux en quatre, les exités [sic] du fond de culotte, les doux poètes en sabots et tutti quanti.

Tous les autres sont admis. La cure ne sera pas remboursée par l’I.C.E.M. 

7En quelques phrases, cet article dit beaucoup sur les objectifs des fondateurs de Viure a l’escòla et sur leur état d’esprit. On peut commencer par remarquer qu’ils œuvrent avec l’enthousiasme du nouveau converti comme le montrent en particulier les approximations graphiques lorsqu’ils utilisent l’occitan et la manière dont sont pointés du doigt les ennemis de la langue ou, à tout le moins, de leur conception de la langue et de la revendication : il y a bien entendu « les globules français blancs (normaux) » et « les parisiens », ces franchimands naturellement opposés à ce qu’une autre culture puisse vivre en France, mais aussi ces « impuissants de gôche » et autres « sodomiseurs de moustiques » et « refendeurs de cheveux en quatre » dans lesquels il est aisé de reconnaître ces militants intellectualistes, ces universitaires, qui entrent alors dans la ligne de mire d’une grande partie du mouvement qui les estiment coupés de la réalité, et aussi, bien sûr, ces « doux poètes en sabots », symboles d’un usage folkloriste et passéiste de la langue auquel sont alors assimilés bien souvent chez les occitanistes les félibres.

8Il ne faut cependant pas voir dans cette équipe d’enseignants militants un groupe de naïfs qui ne feraient que répéter les axiomes à la mode. On constate en effet que c’est avec acuité qu’ils pointent deux obstacles majeurs à cet enseignement en enjoignant leurs lecteurs à « mesurer le degré de tolérance des systèmes parentaux et administratifs » et que s’ils n’ignorent pas la loi Deixonne qui permet d’intégrer l’étude de l’occitan à leur enseignement (« programmer un thérapie dans l’emploi du temps ») celle-ci nécessite l’aval des parents et de l’administration et qu’il convient dès lors d’utiliser la langue au maximum durant tout le temps d’enseignement. La pédagogie Freinet devient dès lors un vecteur important pour ce projet par le biais des journaux scolaires, activités de recherches et autres spectacles à mettre en scène par les enfants. Une pédagogie qui, par ailleurs, sollicite l’environnement dans lequel évolue l’enfant et auquel Viure a l’escòla entend aussi se rattacher.

L’ancrage local

  • 4 Tous les chiffres concernant les abonnements à Viure a l’Escòla proviennent de la revue : n° 9, été (...)

9De fait, le projet initial de cette revue issue d’un groupe local est bien d’échanger localement entre enseignants intéressés. Les quatre premiers numéros sont d’ailleurs ronéotypés à seulement une centaine d’exemplaires. Mais, répondant d’évidence à une demande réelle, Viure a l’escòla s’offre dès le numéro 4, toujours en 1975, les services d’un imprimeur qui tire la revue à 500 exemplaires. En 1976, ce sont à chaque tirage 300 à 350 exemplaires qui sont vendus soit au numéro soit par abonnement aux 205 abonnés dont 140 audois4. Et si, jusqu’au n° 9, daté de l’été 1976, Viure a l’escòla porte encore en couverture la mention « suplement al bulletin del grop audenc Escòla Moderna », il semble bien qu’il a depuis longtemps pris son indépendance tout en restant attaché à la pédagogie de l’ICEM. Nul doute cependant que ce lien avec le bulletin de l’ICEM a favorisé son succès auprès des enseignants sympathisants ou militants actifs de la pédagogie Freinet.

  • 5 Sur la Nouvelle Chanson Occitane, voir dans Lengas, n° 67, 2010, les articles de Joan-Danièl Esteve (...)

10Cet ancrage local est d’autant plus solide que l’occitan demeure vivace dans l’Aude et que deux figures locales, André Marti et Mans de Breish, font partie des fers de lance de la Nouvelle Chanson Occitane5 comme le rappelle encore André Denat :

  • 6 Entretien avec André Denat, Villegaillenc (11). 28 novembre 2008.

[…] pour simplifier, c’est le mouvement école Freinet qui a enclenché, avec cet aspect militant, de pédagogie active, sans trop de référence politicienne… Localement il y avait quand même Claude Marti qui savait ce que c’était que le combat occitan, il y avait Mans de Breish, c’étaient les porte-drapeaux, même s’ils peuvent un jour s’en défendre parce que quand on les connaît bien, c’est pas forcément des chefs de files ; ce sont des gens qui avaient leurs convictions, qui les faisaient passer. Ça a été cette rencontre d’un certain affectif aussi avec la langue, et de la pédagogie active. Voilà en gros le début de Viure a l’Escòla6.

11Outre les habituels travaux d’élèves issus des classes des enseignants rédacteurs, on trouve donc aussi des thématiques locales abordées dans différents numéros de la revue, des vendanges à la tuaille du porc en passant par la fermeture déjà annoncée de la mine d’or de Salsigne ou le carnaval de Limoux, mais aussi, pour des dossiers plus généraux — la guerre de 14-18 ou l’école sous la Troisième République par exemple – des documents issus d’archives ou collectages locaux.

12Par ailleurs, l’équipe de Viure a l’escòla apparaît aussi, et même de plus en plus au fil des numéros, engagée dans les combats économiques et sociaux locaux dont le lien avec la revendication occitane est aisément fait. Le point d’orgue est atteint après les événements tragiques de Montredon-des-Corbières où, le 4 mars 1976, une manifestation de viticulteurs a tourné à l’affrontement armé avec les CRS et fait deux morts, le viticulteur Émile Pouytes et le commandant de CRS Joël Le Goff. Les numéros 8 et 9 de Viure a l’escòla en date respectivement d’avril-mai et de l’été 1976 font ainsi place aux appels au soutien à la famille d’Émile Pouytes puis en faveur de la libération d’Albert Teisseyre, vigneron de Lauraguel, près de Limoux, arrêté après les affrontements de Montredon.

13Montredon apparaît comme un catalyseur de la revendication de l’équipe de Viure a l’escòla qui dépasse dès lors les provocations des premiers numéros fondées sur l’usage des figures imposées du militant occitaniste post-soixante-huitard — dénonciation des franchimands et du centralisme étatique, de l’obligation de quitter le pays pour trouver du travail – pour proposer un discours plus structuré et bien plus offensif.

Cadun a son nivel, ont es, pot faire quicom per la cultura nostra, per nostra lenga : solament es pas en cambiant l’escòla e l’educacion que se cambiara lo monde. Nostre trabalh pot pas se menar en fora de las lutas politicas e economicas. Dins nostras classas, en bons militants Freinet, ensajam que los drolles se prenon en carga : nosaus, es nostre devenir qu’avem a prendre en man dins l’unitat obriers-païsans coma lo 5 de febrier, o lo 29 d’abril per solament un jorn de manifestacion, mas cada jorn, dins la solidaritat amb los vinhairons. Crisa viticola : simbol d’un costat de la volontat de crebar una contrada tota, de bastir lo monde (seria melhor de dire : de destrusir lo monde. Montredon e l’arrestacion de Tisseyre son aqui per lo mostrar) a partir d’estatisticas e de decisions tecnocraticas al nom del profit e de l’autre band de la volontat de VIURE ARA E AICI.

  • 7 « Avançam sul bon camin », éditorial de Viure a l’escòla, n° 8, avril-mai 1976. [Chacun à son nivea (...)

Vaqui dit ço que se podia legir entre las regas de VIURE A L’ESCOLA, a vosaus de dire se siatz d’accordi o pas, aimariam plan aver vostre punt de vista7

Une revue militante

14Viure a l’escòla ne s’en cache donc pas. Si elle est une revue pédagogique, elle est aussi militante. Un militantisme qui passe d’ailleurs par la pédagogie comme l’annonce sans ambages le numéro 3 de la revue :

[…] Esperam qu’avètz comprés que nòstre prepaus es pas de faire una escòla tala qu’es uèi, mas en occitan : luòc de voler fargar 50.000.000 de caps estandardizats exagonals, fargar 12.000.000 de caps estandardizats occitans. S’agís pas tanpauc de voler fotre de l’occitan pertot sens saber perqué […].

Viure a l’Escòla, vòl dire que l’escòla es pas a despart de la vida, non : es dins la vida e la vida deu èsser dins l’escòla. E aicí aquela vida, per nòstra istòria, nòstra lenga (que si totes parlam pas òc, la lenga que parlam es lenc d’èsser lo francés dins las nòrmas de l’Académie Française) e nòstre biais de viure, mòstra que sèm occitans.

Nos reconoissèm pas dins las lecturas d’un monde autre que lo nòstre, dins una istòria falsificada e vista del costat de la finalitat volguda per la França eterna ; una istòria mitica de grands òmes e grandas batalhas : Vercingetorix, Clovis, Sant Loïs, Napoleon, Verdun, Poitiers… Es pas question de faire una istòria occitana atal amb de reis, comtes, ducs, presidents, batalhas e tot aquò ; e doblidar tornamai que res a pogut èsser sens lo pòble.

  • 8 Perqué disèm pas… [Pourquoi ne disons-nous pas….]. Viure a l’Escòla, été 1975, n° 3. [Nous espérons (...)

Òc, l’escòla es dins la vida. Nòstra occitanitat persecutada per un sègle d’escòla, al punt de devenir amagada, gaireben doblidada, nos cal ensajar de la tornar trapar ensemble8.

15C’est donc logiquement que les dossiers pédagogiques de la revue font très souvent une place à des faits sociaux et historiques qui sont par ailleurs des thèmes récurrent de la revendication occitane de l’époque :

Nécessité pour les Occitans de partir travailler au nord.

Antimilitarisme souvent en lien en particulier avec la lutte du Larzac comme le montre le n° 5 consacré à l’armée avec des articles sur le refus de la conscription en Languedoc, à la mutinerie du dix-septième régiment d’infanterie de 1907 et qui publie par ailleurs des lettres de conscrits avant de faire le lien avec l’école (« L’escòla es una casèrna » annonce un des articles tandis qu’un autre est une « Letra duberta d’un encasernat engabiat à l’adjudant qui sommeille en tout enseignant »),

16Le travail de sape contre l’occitan effectué par l’école et, partant, la société dans son ensemble est aussi mis en avant. D’abord par le biais de textes d’élèves ou de témoignages d’enseignants d’abord, comme ce « Qu’es aquò » qui apparaît dans le numéro 1 de Viure a l’escòla et signé par Isabelle, 10 ans :

Moi, je suis comme mon père quand il était petit. Parce que mon père, quand il était petit, il disait toujours : " Qu’es aquò ?"

Un jour, avec ses copains, il était parti à la neige (il avait à peu près 14 ou 15 ans). Chaque matin, on pouvait boire du lait chaud, du café ou du viandox.

Mon père, comme il ne savait pas ce que c’était, le viandox, il a dit :

" Qu’es aquò ?"

Et tous les copains se sont moqués de papa.

Depuis, il me gronde quand je dis :

" Qu’es aquò ?"

17Puis par le biais d’articles aux titres cassants comme ce « Se cal pas tampar los uèlhs. Cent ans d’escòla per escanar l’occitan » du numéro 4 et des dossiers bien plus complets comme celui du numéro 20 de juin 1978 consacré aux « Messionaris de la IIIème Republica ».

18Enfin, bien entendu, thème qui apparait quasiment comme l’épine dorsale de la revue et qui fait florès chez les militants occitans et qui sous-tend tous les autres : l’Histoire. Là encore le ton est donné très tôt avec dans le numéro 1 la publication d’un extrait de manuel d’Ernest Lavisse consacré à Clovis et un texte de réponse mettant en avant la négation par l’histoire « officielle » de la différence des régions d’oc à l’époque ; revendication identitaire qui, pour être approximative et portée par une rhétorique un brin emphatique n’en est pas moins forte :

Et voilà comment dès l’an 500, la France existait.
Papa Dieu intervenait déjà pour sauver la France, sa fille.
Pourtant les Francs n’étaient établis que dans le Bassin Parisien.
Toulouse était alors la capitale du royaume wisigoth qui commandait Espagne, Aquitaine et Auvergne et s’étendait jusqu’au Rhône.
Les deux pouvoirs s’affrontèrent. Clovis fut vainqueur à Vouillé en 507.
Les Francs lanceront périodiquement depuis les bords de la Seine ou de la Loire, des expéditions de pillage vers le Sud.
Où sont les Wisigoths dans les livres d’histoire ?
Où sont les Wisigoths dans les livres d’histoire ?

19Le premier grand dossier consacré à la question apparaît dans le numéro 7 de la revue daté de mars 1976 intitulé « Descolonisar l’istòria » et dont la couverture illustre parfaitement la ligne de Viure a l’escòla. Trois photographies s’y côtoient : l’une représente une manifestation de vignerons et ouvriers défilant derrière une banderole « Travailler Vivre au pays », une seconde représente de vieilles habitations d’un village surplombées par une tour médiévale et la troisième met à nouveau en scène une manifestation dans laquelle, au premier plan, flottent des drapeaux occitans. En haut à gauche, à côté de la première photographie, quelques mots évoquant un slogan : « Nostre passat al servici de la vida presenta per faire las causidas de deman ».

20

Couverture de Viure a l'escòla n° 7, mars 1976

21Mais si l’équipe de la revue entend reconquérir l’histoire du « peuple occitan », la « décoloniser », elle en appelle à une certaine rigueur du travail d’historien. Même si elle annonce en page 2 que « L’istòria es pas un afar d’especialistas », elle met en garde contre la tentation de substituer à une mythique histoire de France une légendaire histoire d’Occitanie et enjoint les lecteurs à se pencher sur des documents authentiques et à ne pas tirer de conclusions trop hâtives Prenant l’exemple de la Petite Encyclopédie Occitane d’André Dupuy dans laquelle l’auteur présente le patronat mazamétain comme étant à la pointe du progrès social lorsqu’il accorde en 1909 des congés payés aux ouvriers et met en place une échelle mobile des salaires, Viure a l’escòla nuance ce point de vue :

  • 9 « Il faut décoloniser l’histoire complètement », Viure a l’Escòla, n° 7, mars 1976.

[…] en Occitanie comme ailleurs, lorsque les ouvriers obtiennent quelque chose ; augmentation de salaire, diminution de la durée de la journée, réformes sociales, il s’agit là du résultat de leur union et de leurs luttes, et non de la générosité du patronat (même occitan).
Oui, l’Occitanie est notre pays, non, l’Occitanie n’est pas une Utopie, une Icarie, où la lutte des classes n’existerait pas9.

  • 10 « Lo grand rei de frança dins son ort del paradis amb napoleon e hitler », ibid.

22Ce qui n’empêche pas la revue, dans le même numéro, de mêler allègrement dans un titre Louis IX à Napoléon et Hitler10 et de faire apparaître en intertitre de ce même article consacré à Saint Louis « L’étoile jaune pour les Juifs ».

23Dans plusieurs numéros suivants, l’équipe de Viure a l’escòla s’adonne à deux exercices liés à l’Histoire : chercher à démonter les mythes de l’histoire de France et, comme par exemple dans le dossier du numéro 14 de mai 1977 consacré à la Première Guerre mondiale avec un article sur l’antimilitarisme dans l’Aude en 1913, montrer qu’il existe un véritable particularisme occitan ou méridional en contradiction avec l’histoire officielle.

24Mais si le souci pédagogique est bien là, le militantisme occitaniste qui y est lié, en particulier dans les toutes premières années de la revue où l’occitanisme politique trouve encore un large écho même s’il commence à reculer, devient de plus en plus prégnant alors qu’une partie des animateurs de la revue s’engage de plus en plus dans le mouvement occitan, particulièrement au sein de l’Institut d’Estudis Occitans (IEO).

  • 11 La causida prepausada pel SNI : Ferry o Haby ? [Le choix proposé par le SNI : Ferry ou Haby ?]. Viu (...)

25Le numéro 15 de l’été 1977 fait notamment place à la campagne « Occitan langue nationale » de l’IEO, propose une « lettre d’exil » d’un Occitan vivant en Picardie et, dans un article intitulé « La causida prepausada pel SNI : Ferry o Haby ? » [Le choix proposé par le SNI : Ferry ou Haby ?], s’en prend violemment à la figure de Jules Ferry dont le nom a servi à baptiser de nombreuses écoles publiques, demandant si l’on peut continuer à nommer ces établissements du « nom d’un type qu’il est légitime d’accuser de tentative de génocide de notre culture »11, avant de mettre sur le tapis les liens de René Haby avec le Félibrige à la suite de la circulaire du Recteur de Nice interdisant l’utilisation pour l’enseignement du provençal d’une autre graphie que la graphie mistralienne.

26Avant cela, le numéro 13 de mars 1977 a commencé à offrir une place, par le biais d’un encart, à Ara e Aicí, le bulletin d’information du Secteur Enseignement de la section audoise de l’IEO D’une manière générale, la revendication occitaniste pénètre dans la revue, mêlant la question de l’enseignement à celle de l’avenir social et économique de l’Occitanie, la pédagogie et la politique :

  • 12 Viure a l’escòla… per viure al país! [Vivre à l’école… pour vivre au pays !]. Viure a l’Escòla, n°  (...)

Dins lors lutas, los trabalhaires afirman que vòlon “viure, trabalhar e decidar al país”. Los ensenhaires devon prene en compte aquela revendicacion en ligason amb la classa obrera e los païsans explotats. Es sus aquela aspiracion populara que deu s’apiejar nòstra pratica pedagogica, sendicala e politica. Sèm pas los agents del poder capitalista e refusam la perpetuacion d’un sisteme escolar selectiu.
Se pausar questions sus la necessitat de l’ensenhament de l’occitan, serà lèu inutil se la desertificacion contunha, se Occitania ven lo bronze-cùl europenc, se nòstras contradas son pas mai qu’un grand camp militar, se centralas nuclearas se bastisson aicí, se los vinhairons pòdon pas viure del produit de lor trabalh, se las usinas tampan, se la sola solucion pels joves demòra l’exilh12.

27La revue participe de plus au Congrès de l’Enseignement organisé par l’IEO en 1978 à Narbonne où elle fournit une contribution qui reprend peu ou prou les termes cités ci-dessus.

Les limites du militantisme

28L’orientation que prend Viure a l’Escòla à ce moment-là a bien sûr des conséquences. Internes d’abord car tous les animateurs de la revue ne sont pas engagés dans l’occitanisme et certains, comme André Denat, trouvent que ces prises de positions éloignent la revue de sa vocation pédagogique. Denat abandonne d’ailleurs son rôle de directeur de la publication après le numéro 21 de l’été 1978.

29On remarque aussi, après le pic de l’année 1976-1977, une baisse sensible du nombre d’abonnés à la revue qui descend à 260 en 1977-1978 et 250 en 1978-1979. Surtout la proportion d’abonnés audois faiblit : ils étaient 140 sur les 205 abonnés de l’année 1975-1976 (68.29 %), ils ne sont plus que 104 sur 260 en 1977-1978 (40 %) et le taux de réabonnement entre l’année 1976-1977 et l’année 1977-1978 est de 50 % (150 réabonnements et 110 nouveaux abonnements). Si l’on ne peut avancer avec certitudes des explications à ce phénomène, on peut au moins formuler des hypothèses.

30Revue faite par des enseignants à destination d’autres enseignants dans un cadre départemental et même local (les alentours de Carcassonne pour l’essentiel), il est logique que Viure a l’Escòla ait commencé par toucher des instituteurs audois. La question est alors de savoir pourquoi la revue a, à un certain moment, cessé de se développer dans le département et même commencé à refluer. Sans doute a-t-elle commencé par atteindre un seuil. L’objectif premier de Viure a l’Escòla était de faire entrer l’occitan dans les classes de l’enseignement primaire, et ce en suivant une méthode pédagogique particulière inspirée des techniques de l’ICEM. Une fois sa promotion faite et le bouche à oreille ayant fonctionné, elle a su attirer un public intéressé par cette double démarche, mais, dans le cadre limité du département de l’Aude, il était difficile après avoir présenté le travail à un maximum d’enseignants, de trouver de nouveaux abonnés. Il est donc normal que, dans un deuxième temps, l’augmentation du nombre d’abonnés se soit réalisée par le biais d’abonnements extérieurs au département de l’Aude.

31Cela n’explique cependant pas la chute du nombre d’abonnés qui s’amorce en 1977-1978 et la perte d’abonnements locaux. Certes en deux ans, Viure a l’Escòla n’a perdu que 36 abonnés audois et en un an (entre 1976-1977 et 1977-1978), 40 abonnés au total. Cependant cela représente tout de même pour ces deux périodes une perte de quasiment 25 % des abonnés audois et d’un peu plus de 13 % du total des abonnés. De notre point de vue, il n’est pas déraisonnable de penser qu’il n’y a peut-être pas de hasard à la concordance de la baisse des abonnements – et notamment du nombre d’abonnés audois – et de la place de plus en plus importante de la revendication occitaniste très politisée de la revue. En effet, si des enseignants audois ont été séduits par la revue à ses débuts, ils n’ont pas nécessairement suivi son engagement occitaniste de plus en plus prégnant. À l’inverse, cet engagement peut expliquer la croissance des abonnements hors de l’Aude, et notamment dans l’Hérault, la Haute-Garonne et la région parisienne (avec respectivement 36, 20 et 15 abonnés en 1977-1978) qui apparaissent comme des bastions importants de l’occitanisme à cette époque. C’est ce que semble confirmer le numéro 31 de la revue, en date d’avril 1980, qui laisse la parole aux lecteurs qui peuvent exprimer leur opinion sur le contenu de Viure a l’Escòla.

  • 13 [Il faut être un outil de travail pour faire une école en occitan].

32Sur les 22 abonnés dont les extraits de lettres apparaissent (la revue indique avoir reçu une quarantaine de lettres), deux seulement sont audois. Ils font d’ailleurs partie de ceux qui demandent clairement que la revue soit avant tout un outil pédagogique : « Cal èsser un utís de trabalh per faire una escòla en occitan »13 dit l’un tandis que l’autre demande « davantage de chants, comptines et contes pour constituer un bagage minimum pour les enfants ». En effet, le ton militant de la revue semble en lasser certains comme le montre la lettre d’un abonné du Tarn :

Je trouve qu’il n’y a pas assez de documents et trop de baratin occitaniste et approximatif. […] J’ajoute deux remarques :
- au sujet de l’histoire et de son enseignement : n’y a-t-il à faire que la critique de l’histoire officielle ? La critique de l’histoire occitaniste me semble nécessaire. Je pense en particulier à “L’histoire des pays de langue occitane” de Rouquette. Il n’y a pas que Lavisse…
- l’absence quasi-totale dans la revue de textes littéraires ou de réflexions sur la littérature. Est-ce une exclusion du “littéraire” ( = expression savante, bourgeoise ou littéraire) par opposition à la culture populaire (contes, comptines, chansons, devinettes) seule authentique et seule progressiste ?

33D’une manière générale, les courriers des lecteurs reflètent un désir de revenir à une formule plus axée sur les questions pédagogiques et la constitution de matériel utilisable en classe. Ce que la revue essaie de mettre en œuvre à partir de ce numéro comme l’indique l’éditorial :

  • 14 Un novel “Viure a l’Escòla” de plan pe dins la vida vidanta de l’escòla… [Un nouveau “Viure a l’Esc (...)

Viure a l’Escòla vòl a l’ora d’ara :
- en primièr èsser una ajuda pels ensenhaires dins lor trabalh de cada jorn, balhar d’idèas, confrontar d’experiénças…
- contunhar la reflexion sus l’escòla e la pedagogia (atal entamenam la publicacion del tèxte de Jòrgi Gròs, sus Pedagogia Freinet e occitanisme)
- balhar lo calendrièr de las manifestacions previstas, de las parucions de libres, de disques (1 pagina o 2 maximum)14.

34Cette réorientation va se prolonger jusqu’à la fin de la parution de la revue avec son numéro 36 de 1981 et nous apparaît comme une trajectoire aisément explicable. Bien que commençant à paraître au moment où l’échec de l’occitanisme politique est patent, Viure a l’Escòla s’est assez rapidement appuyé sur la revendication occitaniste et s’est montré très engagée. Toutefois, l’échec de l’occitanisme politique consommé et la crise faisant rage à l’intérieur de l’IEO dans lequel s’affrontent deux tendances, elle tente de revenir à sa vocation pédagogique initiale, la pédagogie et la culture étant, après la déchéance de l’action politique, les derniers domaines dans lesquels la revendication occitaniste peut imprégner la société. Mais cette expérience originale ne survit pas à la démobilisation de ses membres les plus actifs et impliqués qui se trouvent aussi être ceux qui s’engagent le plus dans l’occitanisme et consacrent certainement plus de temps à ce combat plus large qu’à la revue.

35Expérience originale qui a incontestablement su innover en matière de presse pédagogique occitane, Viure a l’escòla , pour n’avoir peut-être pas su assurer son développement malgré un véritable succès à l’échelle des revues occitanes de l’époque faute finalement de troupes et d’une ligne rédactionnelle claire, a fini par sombrer dans l’oubli. Cette revue est pourtant aujourd’hui, pour qui s’intéresse à l’histoire du mouvement occitan un révélateur important de ce que ce dernier a pu être dans cette période charnière des années 1975 à 1981 où il entame un certain recul et où ses conflits internes et l’adoption d’une ligne très politisée va sans doute aussi le couper de la base de sympathisants potentiels qu’il aurait pu toucher et que Viure a l’escòla a su toucher pendant un certain temps.

Haut de page

Notes

1 Nous n’avons pu consulter qu’une collection lacunaire de la revue, conservée au GARAE de Carcassonne dans laquelle sont manquants les n°s 2 et 3, 18 et 27 sur les 32 qu’a compté Viure a l’Escòla.

2 Entretien avec André Denat, Villegaillenc (11). 28 novembre 2008.

3 Éditorial de Viure a l’escòla, n° 0, 1975.

4 Tous les chiffres concernant les abonnements à Viure a l’Escòla proviennent de la revue : n° 9, été 1976, n° 15, été 1977, n° 20, juin 1978, n° 21, été 1978.

5 Sur la Nouvelle Chanson Occitane, voir dans Lengas, n° 67, 2010, les articles de Joan-Danièl Esteve, Les chanteurs de la revendication occitane, pp. 11-54, et d’Annie Zerby-Cros, Ventadorn ou l’aventure d’une maison de disques occitans à Béziers, pp. 55-75.

6 Entretien avec André Denat, Villegaillenc (11). 28 novembre 2008.

7 « Avançam sul bon camin », éditorial de Viure a l’escòla, n° 8, avril-mai 1976. [Chacun à son niveau, là où il est, peut faire quelque chose pour notre culture, pour notre langue : seulement ce n’est pas en changeant l’école e l’éducation que l’on changera le monde. Notre travail ne peut se mener en dehors des luttes politiques et économiques. Dans nos classes, en bons militants Freinet, nous essayons de faire que les enfants se prennent en charge : nous autres, c’est notre devenir que nous avons à prendre en main dans l’unité ouvriers-paysans comme le 5 février, ou le 29 avril pour seulement un jour de manifestation, mais chaque jour, dans la solidarité avec les vignerons. Crise viticole : symbole d’un côté de la volonté de tuer toute une contrée, de bâtir le monde (il vaudrait mieux dire : de détruire le monde. Montredon et l’arrestation de Tisseyre sont là pour le montrer) à partir de statistiques et de décisions technocratiques au nom du profit, et de l’autre côté de la volonté de VIVRE MAINTENANT ET ICI. Voilà dit ce qui pouvait se lire entre les lignes de VIURE A L’ESCÒLA, à vous de dire si vous êtes d’accord ou pas, nous aimerions bien avoir votre point de vue.]

8 Perqué disèm pas… [Pourquoi ne disons-nous pas….]. Viure a l’Escòla, été 1975, n° 3. [Nous espérons que vous avez compris que notre propos n’est pas de faire une école telle qu’elle est aujourd’hui, mais en occitan : plutôt que de vouloir forger 50.000.000 de têtes standardisées hexagonales, forger 12.000.000 de têtes standardisées occitanes. Il ne s’agit pas non plus de vouloir foutre de l’occitan partout sans savoir pourquoi (…). Viure a l’Escòla veut dire que l’école n’est pas à part de la vie, non : elle est dans la vie et la vie doit être dans l’école. Et ici cette vie, par notre histoire, notre langue (car si nous ne parlons pas tous oc, la langue que nous parlons est loin d’être le français dans les normes de l’Académie Française) et notre manière de vivre, montre que nous sommes occitans. Nous ne nous reconnaissons pas dans les lectures d’un monde autre que le nôtre, dans une histoire falsifiée et vue du côté de la finalité voulue par la France éternelle ; une histoire mythique de grands hommes et de grandes batailles : Vercingétorix, Clovis, Saint Louis, Napoléon, Verdun, Poitiers…Il n’est pas question de faire une telle histoire occitane avec des rois, des comtes, des ducs, des présidents, des batailles et tout cela ; et oublier une fois de plus que rien n’a pu être sans le peuple. Oui, l’école est dans la vie. Notre occitanité persécutée par un siècle d’école, au point de devenir dissimulée, presque oubliée il nous faut essayer de la retrouver ensemble].

9 « Il faut décoloniser l’histoire complètement », Viure a l’Escòla, n° 7, mars 1976.

10 « Lo grand rei de frança dins son ort del paradis amb napoleon e hitler », ibid.

11 La causida prepausada pel SNI : Ferry o Haby ? [Le choix proposé par le SNI : Ferry ou Haby ?]. Viure a l’Escòla, n° 15, été 1977. [nom d’un tipe qu’es legitime d’accusar de tentativa de genocidi de nòstra cultura].

12 Viure a l’escòla… per viure al país! [Vivre à l’école… pour vivre au pays !]. Viure a l’Escòla, n° 20, juin 1978. [Dans leurs luttes, les travailleurs affirment qu’ils veulent “vivre, travailler et décider au pays”. Les enseignants doivent prendre en compte cette revendication en liaison avec la classe ouvrière et les paysans exploités. C’est sur cette aspiration populaire que doit s’appuyer notre pratique pédagogique, syndicale et politique. Nous ne sommes pas les agents du pouvoir capitaliste et nous refusons la perpétuation d’un système scolaire sélectif. Se poser des questions sur la nécessité de l’enseignement de l’occitan sera bientôt inutile si la désertification continue, si l’Occitanie devient le bronze-cul européen, si nos contrées ne sont plus qu’un grand camp militaire, si des centrales nucléaires se bâtissent ici, si les vignerons ne peuvent pas vivre du produit de leur travail, si les usines ferment, si la solution pour les jeunes demeure l’exil].

13 [Il faut être un outil de travail pour faire une école en occitan].

14 Un novel “Viure a l’Escòla” de plan pe dins la vida vidanta de l’escòla… [Un nouveau “Viure a l’Escòla” de plain-pied dans la vie quotidienne de l’école…]. Viure a l’Escòla, n° 31, avril 1980. [Viure a l’Escòla veut maintenant : en premier être une aide pour les enseignants dans leur travail de chaque jour, donner des idées, confronter des expériences… / continuer la réflexion sur l’école et la pédagogie (ainsi nous entamons la publication du texte de Georges Gros, sur Pédagogie Freinet et occitanisme) / donner le calendrier des manifestations prévues, des parutions de livres, de disques (1 page ou 2 maximum)].

Haut de page

Table des illustrations

Légende Couverture de la revue Viure a l'escòla, n° 0
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/611/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Légende Couverture de Viure a l'escòla n° 7, mars 1976
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/611/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yan Lespoux, « Entre pédagogie et militantisme : la revue Viure a l’Escòla (1975-1981) », Lengas [En ligne], 75 | 2014, mis en ligne le 15 août 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://lengas.revues.org/611  ; DOI : 10.4000/lengas.611

Haut de page

Auteur

Yan Lespoux

Certifié d’occitan, docteur en histoire contemporaine, équipe Redòc, LLACS (Langues, Littératures, Arts et Cultures des Suds), Université Paul Valéry, Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org