Navigation – Plan du site

Entrées d’index

Mots-claus :

diglossia, nòrma, occitan, grafia
Haut de page

Texte intégral

1Les articles de ce numéro sont issus en grande partie d’une journée d’étude organisée le 17 juin 2010 à l’université Paul-Valéry sur la question des usages graphiques en occitan du xvie au xviiie siècle. Il s’agissait principalement de s’interroger sur les altérations, les changements et les innovations graphiques que l’on voit apparaître dans une période de trois siècles où disparaît progressivement la référence à un système graphique médiéval de l’occitan.

2On sait que les usagers de l’écrit occitan de l’époque médiévale se référaient — à des degrés divers — à un système graphique autochtone, ou du moins à des conventions graphiques (comme <nh>, <lh> par exemple, apparus dès le début du xiiie siècle) utilisées dans tout l’espace linguistique occitan, voire même au-delà. Même si l’empreinte dialectale n’est jamais totalement absente des textes médiévaux, il faut supposer que le recours à des modèles graphiques d’écriture dans de nombreux registres (emplois administratifs, notariaux, littéraires, traductions scientifiques, etc.), et sur une longue période, a contribué à gommer partiellement à l’écrit la dimension dialectale étroite au profit de modèles supralocaux voire supradialectaux pouvant apparaître comme plus prestigieux. Ces modèles graphiques ont d’ailleurs sans doute progressivement contribué à la mise en place de standards régionaux, notamment autour des grandes villes occitanes. C’est le même but que chercheront à atteindre les promoteurs de la graphie dite mistralienne à partir du xixe siècle, puis de la graphie classique au xxe. Ce dernier système graphique, en proposant une déclinaison dialectale légère du système de base, a permis de redonner un socle graphique commun à la langue d’oc, mais plus encore de susciter le sentiment d’appartenance à un seul et même ensemble linguistique.

3Que se passe-t-il donc durant trois siècles lorsque disparaît progressivement la possibilité de se référer à une norme graphique « large » d’écriture ? Ce sont les questions auxquelles tentent de répondre les contributions suivantes. La question du changement graphique, et au-delà du changement de langue, n’est pas une question simple. Il ne suffit pas d’une injonction officielle, l’ordonnance de 1539 en l’occurrence, pour effacer plusieurs siècles de tradition graphique en langue d’oc, comme le montrent les divers auteurs de ce numéro qui étudient la ruine progressive d’une forme graphique autochtone. En revanche, la montée progressive du trait dialectal dans la graphie du xvie siècle jusqu’à sa généralisation au xviiie siècle est bien le signe que la perte des registres propres à l’occitan, notamment des plus prestigieux, est enclenchée et que la dimension supradialectale de la graphie occitane est en train de se perdre au profit de l’émergence progressive de systèmes graphiques aussi divers que sont divers les dialectes de l’occitan. Durant ces trois siècles, le seul trait commun que partageront de plus en plus ces systèmes dans leur diversité sera la référence incontournable au système graphique du français.

4L’étude de la graphie et de ses variations représente sans doute un des moyens les plus tangibles de mesurer la place et la valeur accordées à la langue occitane durant toute son histoire. L’approche minutieuse de la graphie des textes occitans du xvie au xviiie siècle doit pouvoir contribuer à l’établissement d’une symptomatologie diglossique qui, jusqu’à nos jours, pourra être mise en relation avec la plus ou moins bonne santé de la langue occitane. Gageons que ce chantier ouvert donnera lieu à d’autres investigations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Lieutard, « Avant-propos », Lengas, 68 | 2010, 7-8.

Référence électronique

Hervé Lieutard, « Avant-propos », Lengas [En ligne], 68 | 2010, mis en ligne le 24 février 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://lengas.revues.org/614  ; DOI : 10.4000/lengas.614

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org