Navigation – Plan du site

Les crises entrecroisées de la graphie de l’occitan de la cité au xvie siècle : quelques exemples

Philippe Martel
p. 9-27

Texte intégral

11539, date fatidique ! On le sait bien, on évoque ici la fameuse ordonnance qui stipule, parmi d’autres dispositions destinées à renforcer le pouvoir royal, que c’est désormais sa langue, et elle seule, qui sera en usage dans la justice, et, donc, dans tous les registres d’usage de la société civile, depuis les actes notariaux jusqu’aux délibérations ou comptes consulaires des communautés : car qui peut jurer que la justice royale, qui ne reconnaît que la langue du roi, ne sera pas indisposée si telle ou telle partie lui soumet un acte rédigé dans une autre langue ?

  • 1 Nous l’avons abordé dans notre contribution à l’ouvrage collectif Dix siècles d’usages et d’images (...)

2On sait bien quelle est l’importance de cette ordonnance, sur le long terme. Mais depuis les travaux d’Auguste Brun (Brun, 1923), on sait tout aussi bien, en ce qui concerne du moins l’espace occitan, que l’oukase royal ne fait somme toute que confirmer une évolution qui avait déjà amené bien des représentants des élites méridionales à abandonner la langue du lieu. Et on sait aussi que de fait, l’ordonnance n’a pas eu d’effet si immédiat dans des zones où l’usage de la langue du lieu a encore pu survivre quelque temps. Il n’est pas question ici de reprendre ce dossier1. Ce dont il va être ici question, c’est d’un autre problème, celui de la façon dont la langue du lieu, là où elle est encore employée, se voit écrire. En d’autres termes, au-delà de la question du changement de langue — l’occitan laissant la place au français — ce sur quoi il faudrait aussi s’interroger, c’est sur la façon dont les derniers terminal writers de cet occitan de la pratique qui est apparu à la fin du xie siècle peuvent continuer à écrire leur langue : se souviennent-ils des normes graphiques que leur prédécesseurs avaient instituées ? Ou alors, ne savent-ils déjà plus noter leur langue que selon des principes empruntés à la langue qui est en train de s’imposer dans le registre de l’officialité, le français ?

3Au-delà de cette question se posent deux problèmes d’ailleurs liés : avant l’arrivée du modèle français, la langue des scribes occitans ne se caractérise pas seulement par le code graphique qui la note. Elle connaît aussi un certain nombre de règles qui conduisent au maintien à l’écrit de formes morphologiques traditionnelles, notamment dans les paradigmes verbaux, alors même que dans la langue parlée, certaines « fautes » laissent entrevoir dès le début du xve siècle les contours d’un ample remaniement aboutissant aux formes actuelles (tel texte avignonnais affichant un aguet là où la norme ne veut connaître que la forme ancienne ac.). L’effondrement de la transmission du modèle graphique traditionnel laisse le champ libre à la notation par les terminal writers des formes verbales telles qu’ils les entendent autour d’eux, et l’oubli des formes canoniques. De la même façon, on observe pour la période précédente l’existence de scripta régionales recouvrant parfois des espaces assez vastes, et se superposant aux dialectes réellement parlés : là encore, seules des « fautes » de tel ou tel scripteur peuvent laisser fugitivement entrevoir sous la scripta, la réalité d’un parler local bien caractérisé — et de longue date. Or, de plus en plus, ce que l’on voit poindre dans les derniers textes, c’est un reflet relativement clair du parler local, au fur et à mesure que s’interrompt la transmission des normes antérieures. C’est donc à un triple effondrement que l’on assiste, même chez ceux qui résistent encore à la suprématie du français : effondrement de la connaissance du système graphique antérieur, effondrement de la maîtrise des paradigmes verbaux traditionnels, effondrement des normes écrites supralocales qui avaient pu se mettre en place par delà le foisonnement, à l’oral, des parlers différenciés.

4C’est là un bien vaste chantier, qu’un chercheur isolé ne peut bien sûr maîtriser dans son intégralité. On se bornera donc ici à des sondages portant sur trois régions différentes, présentant chacune des particularités intéressantes du point de vue du problème posé. D’abord le Bas-Languedoc, là où l’occitan a pu se maintenir comme langue écrite assez longtemps dans l’arrière-pays montagnard. Puis la région des Baronnies, actuellement au sud de la Drôme, sur une double frontière : politique sous l’Ancien Régime entre Provence et Dauphiné, et dialectale, entre provençal et vivaro-alpin. Enfin, l’arrière-pays niçois, où l’on retrouve un peu la même situation, compliquée du point de vue politique du fait que la frontière ici ne sépare pas deux provinces françaises, mais la Provence et un comté de Nice lié depuis la fin xive à un pouvoir (la maison de Savoie) dont le centre de gravité se situe outre-Alpes : là où, on le verra, les autres zones voient la concurrence entre système graphique occitan et système français, l’extrême-Est ajoute un participant supplémentaire, l’italien.

En Bas-Languedoc

  • 2 Oudot de Dainville est l’archiviste qui a publié l’inventaire des archives de Montpellier.

5On ne s’étonnera pas de voir que selon les relevés de Brun, complétés par ceux de Jean-Paul Laurent (Laurent, 1989), le français s’implante assez tôt dans les villes du bas pays. Ce qui ne signifie pas que de temps à autre, même après l’arrivée de la langue du roi, tel ou tel scribe ne peut pas recourir à l’occitan. Mais cet occitan apparaît bien malade. On pourra en juger à partir de ces quelques exemples montpelliérains tirés des comptes du clavaire de la commune, et datés de 1538, à la veille donc de l’Ordonnance (Oudot de Dainville2, IX, 127 sqq.) :

Pour achepter escoubes pour escobar devant lo consolat [...]
A une paure filhe appelade Guauside, delloc de Lanuojolz pres del Viguan, per la faire condurre a son pais, que se dizié estre grosse de ung capellan.
A ung paure que avie mal en la bouque, 5 sols lous calz 5 so. maistre Antonin, le barbier, se lous ex efectz bailar et non ne deu ren prendre per que lous ly ay tournatz afin que s’en ane.

6Le clavaire semble bien avoir voulu écrire en français, car c’est bel et bien cette langue qui apparaît dans la première phrase, mais tout de suite, on dérape : visiblement, pour désigner cet humble objet domestique qu’est le balai, ce qui vient spontanément à l’esprit du scribe, c’est le mot occitan familier, escoube, graphié à la française pour ce qui est du /u/. Mais le graphème antérieur réapparaît dans le verbe dérivé, escobar, qui s’orne en outre d’un -r final qui ne se prononce plus depuis au moins un siècle.

7Par la suite, le naturel étant revenu au galop, c’est à des énoncés occitans bien caractérisés, moyennant quelques bavures (se lous ex efectz ( faicts) pour se los es fach). Mais cet occitan est noté à la française :

  • <ou> pour /u/, on l’a dit. (lous, bouque — mais son, non) ;

  • adoption du <e> pour noter la finale féminine atone (bouque, une paure filhe) (on se gardera ici de se demander si dans la réalité on a affaire à un [a] ou à un [ɔ] ouvert, les témoignages de l’occitan montpelliérain jusqu’au xixe siècle étant contradictoires sur ce point) ;

  • ung pour l’article indéfini, contre hun jusqu’au xvsiècle — mais ce francisme graphique est déjà ancien à la date où l’on se trouve ;

  • la notation du morphème d’imparfait du troisième groupe (dizié, avié) contre avia, disia, enregistre un phénomène relativement récent à la date du texte, la synérèse : ce que l’on a ici, c’est déjà la forme en usage aujourd’hui dans le nord-est du Bas-Languedoc, dans le prolongement du provençal : [ˈjε] contre [ˈjɔ] (et [ˈje] provençal).

8En revanche, on note quand même deux ou trois phénomènes qui renvoient à un stade antérieur :

  • maintien du digraphe <lh> (filhe, là où Despuech dans ses œuvres publiées un siècle plus tard ne connaît plus que fillo) ;

  • loc : on attendrait en montpelliérain une forme diphtonguée, du type lioc, luoc à l’extrême rigueur. La forme loc qui renvoie dans la réalité des parlers actuels au sud du Bas-Languedoc, au-delà du cours inférieur de l’Aude, pourrait bien être le signe de la survivance d’une forme adoptée dans la scripta antérieure ;

  • de même que l’article fléchi del : Despuech, né en 1567, ne connaît que dau, qui est la forme actuelle dans le dialecte montpelliérain. La vocalisation est-elle intervenue entre 1538 et la fin du siècle ? Ce qui impliquerait au surplus un passage accéléré del>dal>dau. Là encore, il y a peut-être lieu de voir ici une survivance, l’écho lointain de la morphologie de la scripta disparue.

9Ceci dit, ce qui domine quand même, et dominera dans les dernières attestations ponctuelles et fugitives de l’occitan dans les archives de la ville (on en trouve encore en 1560), c’est l’impression d’un délabrement avancé de la graphie.

10Mais Montpellier, c’est le bas pays. C’est au surplus une capitale provinciale, là où se réunissent les États de Languedoc, là aussi où l’administration royale est très présente.

11C’est un cas de figure assez différent que nous montrent les archives de la Salvetat sur Agout, dans la montagne de l’arrière-pays. Voici un extrait d’un testament de 1562 (AD Hérault 2 E 86 4) :

L’an mil cinq cent soyssanta dus et lo huchaut jorn del mes de abrial, regnant tres chrestien prince Charles IX, en lo loc de la Salvetat, coma deguns no sya sy pausat que puesque evitar lo judicy de la mort car no y a causa plus certena que la mort [...]
Item vol estre sepulturat en lo cementery de Sant Esteve de Canals et en la tomba de sos parens.
Item a leguat et vol que lous jorns de son sebelhiment, premier et cap de an, sian sonatz quatre cappellas de la Salvetat que sian tengutz de preguar Dieu per son arma, des quals vol que liour sia donat a un chascun cada jorn d’aquels II florins XX sous.
Item als quatres ordres de pauretat entre touts, tres cartons seymalhs paguados una veguada.
Item plus a leguat en loc de caritat tres pas senhats de pa blanc distribuidos en las gleysos de la Salvetat amb ung an apres son deces, valent lo pa senhat cinq soulz paguados una veguada.
Item plus leguet per drech de justa et hereditaria pourtion a Blanqua sa filha, molher de Johan Reys de la Bastida cinq liuras tournezas et una quota de drap del presen pays ben garnida et obrada, paguadoyra de sa dot.

12On mesure tout de suite la différence. Certes, le français n’est pas totalement absent (on admirera soyssanta) ; il est toutefois assez significatif qu’il apparaisse dans une expression figée, mais liée à une institution ô combien prestigieuse, la monarchie française et son roi très chrétien. Mais il s’agit à la limite presque d’une citation.

13Pour le reste, toutes les innovations présentes dans les textes montpelliérains sont ici refusées : tout au plus le digraphe <ou> pour /u/ apparaît-il, en concurrence avec la notation traditionnelle, majoritaire : lo, jorn, pagadoyra, mais lous, liour, touts.

  • Pour la finale féminine, -le <a> reste solide, même si on note une distraction du scribe : gleysos ; (mais paguados pagadors, avec chute normale du r final, même devant -s.).

  • Bref, dans l’ensemble, c’est à un témoignage de la solidité de la norme traditionnelle que l’on a affaire : c’est ainsi que le digraphe <lh>, comme le digraphe <nh> son compère sont largement présents : sebelhiment, filha, molher, senhats. À ce stade, le notaire de la Salvetat, maîtrise encore assez bien le système graphique hérité de ses prédécesseurs. Il est vrai que le registre dont est tiré ce fragment est très majoritairement en occitan. Un occitan qui résiste donc dans les montagnes, et résistera encore quelques décennies.

14Quitte, cependant, à perdre un certain nombre des caractéristiques que nous venons de voir. Voici un autre testament, daté, lui de 1600, et rédigé à Saint-Pons, un peu au sud de la Salvetat (Chabaneau, 1897, 120) :

Ce jour vint e cet del mes de dezembre, l’an mil sieis cens, ieu Pieres Buscaylet, per la graso de Dieu sans estre tengut d’auquno maladio corporelo, estan an mon bon sen et memorio, mes consideran que non aven causo plus serteno que de moury ny cauzo plus incerteno que l’ouro d’aquelo, apres ave recomandado mon armo a Dieu, que ly plaso me perdona mas fautos et pecatx, pregan ausy la Verge Mario et toutx lous santz et santos de paradis, que leur plasio de pregua Dieu per my, ey voulgut faire mon testamen e ma darieiro voulontat.
Ce est que, cant Dieu me apelara d’aquest monde a l’autre, bonne sio l’ouro, ce ieu souy a Sant Pons, voly que mon cors sio ensebelit al sementery et al tombel de mous predessesous, et sy es en autro part, ausy voly que mon dit cors sio ensebelit al sementery des cresties catolix, al loc que serey, a la discretiu de mous heretiers bas nominax.
Premieiromen, dony a ma filho Catarina Buscaileto, cant troubara son recapte de mariage, per dot et vergueiro et per toutos causos que ly poirian perveny sur lou dreit de mon autre be, cent soissanto sieis esqux quranto sous, revenen a la soumo de cinq cens liuros torneses ; dos raubos, la uno coto, l”autro gonelo, de bon drap et non d’estofo, como porta nostre estat, de la valou de quranto hou sincanto liuros torneses
[...]

15En quarante ans, la montagne a commencé à prendre en compte le modèle français. Tous les marqueurs sont là. Il y a l’emprunt direct de formules ou de mots : le nom du testateur, Pieres et non Peyre, ce jour, auquno maladia corporelo, ausy, sans oublier ce soisanto qui nous rappelle quelque chose. Plus loin dans la partie du texte que nous ne donnons pas, on trouvera de même des sauf et des moienan ce dessus.

  • Il y a le digraphe <ou> pour /u/, en proportion bien plus massive qu’à la Salvetat. Tout au plus relève-t-on la survivance du <o> dans les pronoms possessifs (mon, son) ou pour d’autres mots (non, bon, como, recomandado, perdona, conduire, joine). Il n’est pas sans intérêt de noter qu’en dehors de ce dernier mot, toutes les occurrences citées ont une chose en commun : le /u/ noté <o> est à chaque fois suivi d’une nasale (mais il y a un soumo qui contredit le schéma).

  • La finale féminine est systématiquement notée <o> (mais Catarina et porta, par contre).

  • Le texte de 1562 notait systématiquement les <r> des infinitifs et celui du suffixe -ARIU (evitar, premier) : celui de 1600 a éliminé ces survivances (mouri, perdona..., et noguié, mestié dans le reste du texte ; une hésitation pour heretiers, noté ainsi mais aussi, plus loin, hereties).

  • En revanche, le scribe conserve le souvenir des digraphes <lh> et <nh> : filho, et, plus loin dans le document ensenhiat et gasanhia. On note toutefois une hésitation sur <nh>, que l’on retrouve ailleurs à la même époque, et qui aboutit parfois à d’étranges mélanges (senghor pour senhor par exemple).

De l’autre côté du Rhône

16Le Dauphiné occitan, entre une ligne Romans-Briançon au Nord, et une ligne Montélimar-Guillestre au sud, est assurément moins riche de textes de la pratique que le Languedoc. L’usage du « vulgaire » y est relativement tardif — peu de choses avant le xive. Mais l’occitan n’y est pas inconnu pour autant. Il est même symptomatique de voir que quand le Parlement de Grenoble invite les notaires à passer du latin au vulgaire en 1531, si à Grenoble c’est perçu comme l’ordre de passer au français, les notaires embrunais par contre en concluent que c’est l’occitan qui doit désormais être employé. Mais cet occitan n’est pas le même selon les endroits. Il y a assez clairement une scripta valentinoise, qui déborde d’ailleurs sur l’autre rive du Rhône. On peut considérer qu’il en existe une autre pour la zone intra-alpine, gapençais et embrunais. C’est même celle qui est utilisée pour enregistrer en 1559 la définition des limites de la communauté de Vinadio en Val Stura, sur le versant « italien » (Cornagliotti, 1991, 216-220). Mais ce qui nous intéressera ici, c’est le cas de la zone frontière des Baronnies. On peut s’appuyer pour ce travail sur les délibérations consulaires de Buis les Baronnies, dont on trouve des spécimens assez tardifs.

17Voici donc deux extraits du Lybre de consel de nous, consous, l’un de 1570, l’autre de 1582 (AD Drôme, E 2711).
1570 :

An conclus lous susnomas que Juan Barbier e Supryan Costo auran la chargo de fayre moudre e far coyre lo pan des blas que seran preses per lo comandament de Mons. de Gergas.
An conconclus lous susnomas que Jaque Teyssyero et Thony Rey fil de Peyre auran la chargo de destibuyr lo vin que se prendra per lous soudars per lo comandament de mos. lo governor.
An conclus lous susnomas que Claude Myello et Domenge Bermont auran la chargo de destybuyr lo charnagy que se prendra per lo comandament de mons. de Gergas per lous soudars.
An conclus lous susnomas que Beynet Meynart, Guyllaume Fylol auran la chargo de destribuyr lo fen que se prendra per lo comandament de monseul lo governor per las monturos de la gandarmaryo
An conclus lous susnomas que mestre Duboys sera quonterollur de la recete des frays que se troberan per las meysons de la vylo.
An conclus lous susnomas que payen lo present qu’aven fayt a mons lo governor lo jort que sen intras quonsous, que monto dous sous e demy de vin.
[...]
An conclus lous susnomas que payen tous lous mesaigyes que nous sera comanda per mon. lo grovernor.
An conclus que payen las jornas de las bestyos que aven beyla e que nos foudra beylar per lo comandament de mon. de Gergas.
[...]
An conclus lous desus nomas que payen aquelo qu’a fayt la bugayo dou lynge que mons de Gergas a de la vylo, vo aquelos que lo faran au millor mercha que poren.
[...]
An conclus que sy ven quauques paures a la porto, que non lous laysen intrar, que lur donen ung pan per chascung.
[...]
An conclus lous susnomas que payen a dono Claudo Manento, releysado de mestre Jaume de Flandes lo veysel de vyn que la villo a pres a sa meyson per donar a mons de Gergas governor de la Baronyo dou Boys a catre floryns la soumado.
An conclus lous susnomas que payen lous paus que fasen metre aus valas per lo comandament de mr lo governor au mellor mercha que poren.

1582 :

Es conclus que paguen lou gouvernour de Meollan et que ly baillen des escus per interin, et cependant lous comusses dou pais se assemblaran per ly deliberar.
Es concludz que divendres prochan fassan enchantar la meson dou molin nou e lou venden en pension ensemble lous bans e autres utensiles dou molin que ly son.
Es concludz que lous douze florins que aven pagat as comissaris de Grenoble per unchar
( ?) la taille de la Magdalene nous saran amesses a nostres contes.
Es concludz que lous unge florins que mestre Liotardi a retengut nous saram amesses a nostres contes.
Es concludz que payen Guillaume Fillol dou viage que a fach en Avignon per charchar l’argent au nom de la ville.
Es concludz que paguen la despense que an fache nostres conpagnons de doux viagis qu’an fach a Bedoin e Malaussena charchar argent e aussi las jornadas de las monturas qu’an menat.

18La comparaison entre les deux documents est assez révélatrice. Pas forcément en ce qui concerne le destin de la graphie traditionnelle : aux dates concernées, on voit bien que son temps est passé, ne serait-ce d’ailleurs que parce que l’influence des graphèmes élaborés plus au sud n’avait que superficiellement touché, même avant Villers-Cotterêts, les périphéries du nord-est. Il n’y a donc pas lieu de s’étonner de voir que /u/ est noté <ou> : quonsous, tous, nous, lous (mais lo survit, et c’est o que l’on trouve pour millor, et parfois, le digraphe ne peut pas noter autre chose qu’une diphtongue [ˈɔw] : moudre, foudra, soumado, dou). On ne s’étonnera pas davantage devant le <o> final féminin, ou de la disparition de toute trace du digraphe <lh> : Fylol pour Filhol, millor pour melhor) et naturellement pas devant ung. Mais ce qui fait l’intérêt de ces textes des Baronnies, c’est qu’on y lit la difficile cohabitation entre deux niveaux de langue, l’un très local, l’autre davantage influencé par la scripta provençale voisine.

19La délibération de 1570 révèle l’ombre portée par le parler du lieu. Ce parler était alors, et il reste aujourd’hui encore de type nord-occitan, plus précisément de type nord-occitan vivaro-alpin. La plupart des traits caractéristiques de cet ensemble dialectal sont présents :

  • La palatalisation de CA/GA : chargo (où <g> note l’affriquée, cf. gandarmaryo pour gendarmerie plus bas), charnagy, mercha.

  • L’évolution spécifique de -g- < C latin intervocalique : payar pour pagar.

  • La chute ancienne des produits de la dentale intervocalique latine : au féminin, bugayo (bujaa, lessive, et non *bugada ou bujada) mais aussi au masculin : susnomas, comanda, beyla, mercha (et non *susnomats, comandat, beylat, merchat). Alors même que le <r> de l’infinitif reste solide, lui, peut-être parce qu’à l’époque, les Baronnies partageaient la conservation de ce r final qui caractérise encore aujourd’hui certaines zones alpines, et que d’une manière générale les consonnes finales sensibles sont notées (elles sont encore prononcées à l’est de Buis). Seul manque parmi les traits emblématiques du vivaro-alpin le morphème de première personne <o>, d’abord parce que le style du document ne se prête peu à l’emploi de cette forme, et ensuite, peut-être, parce qu’une partie des Baronnies l’ignore, aujourd’hui en tout cas pour Buis, justement (Bouvier, 1976, 404).

20Faut-il en conclure sans autre forme de procès que l’on a affaire ici à un pur témoignage sur le parler de Buis au xvie siècle ? On note quand même quelques hésitations : il y a ces jornas de las bestyos, et surtout, à la fin du texte, la définition de Claudo Manento, releysado (et non *releysayo) ou soumado. Dans le premier cas, on est face à une forme (-a < -aa < -ada) qui ne serait normale que plus au nord (Montélimar, Dieulefit, La Motte-Chalancon, et plus au nord encore). Dans le second cas, c’est bel et bien une forme provençale qui vient s’incruster dans l’alpin des consuls.

21Mais la marque du provençal est encore plus nette, curieusement, dans le document le plus tardif : certes, on trouve toujours les marqueurs du nord-occitan (enchantar, charchar), et le poids du français se fait de plus en plus sentir (taille, baillen) mais on y trouve aussi des formes comme paguen, pagat (et non *payen, paya) ou retengut, menat, ou jornadas. Cette infiltration méridionale peut s’expliquer certes par la proximité géographique de l’aire proprement provençale, qui commence juste au nord-est de Vaison la Romaine. Mais le facteur politique est tout aussi important : la frontière de la Provence comtale, puis royale dans cette région est extrêmement sinueuse, et l’on trouve plus au nord un certain nombre d’enclaves, héritées du temps où les comtes avaient tenté, sans efficacité excessive au demeurant, d’étendre leurs possessions vers le nord. La Provence et les Provençaux sont donc ici plus que des voisins, ils font partie du paysage. Le modèle de la scripta provençale, si atteinte que puisse être cette dernière à cette date, est donc disponible, et l’on peut admettre l’idée que le scripteur de 1582 avait eu accès, au cours de sa formation, à ce modèle.

En pays niçois : la concurrence des normes

22Le pays niçois découvre lui aussi assez tardivement l’emploi de l’occitan, si on laisse de côté quelques serments prêtés au xie siècle aux abbés de Lérins (Meyer, 1905, 497-501). Par contre, à la fin du Moyen Âge, l’occitan commence à trouver sa place, chez les notaires, et surtout dans les archives des communautés. Il survivra même assez tard, au-delà de la date de 1561 qui voit le comte de Savoie tenter son petit Villers-Cotterêts pour imposer l’italien. Les textes publiés par Paul Meyer permettent de se faire une idée de l’évolution de cet occitan écrit. La petite bourgade de Puget Théniers, dans la moyenne vallée du Var, est tout à fait intéressante de ce point de vue, dans la mesure où on y trouve une série de textes en langue d’oc s’échelonnant entre le xvie et le xviie siècle. Quelques exemples (Meyer, 1905, 572-574) :

1548, comptes de la communauté, recettes.
Libre de ce que avem exhigit et pagat per la comunitat d’aquest present luec del Puget, nous Johan Loterii et Augostin Tardelhi, sendegues de l’an mil sinq cens quaranta huech.
S’ensegue lo exhigit et ressauput.
Et primo de l’an 1548 et del mes de may, si son vendus los pasquiers de l’aver menut a monsen Innocent Imberti, per lo pres de florins vingt e sinq, como consta ordenansa preza per Me Anthoni Loterii, not. F. XXV.
Item, Folquet et Anthoni Bustarra, ad fin que la boscheria leur restessa, an promes a la villa de donar per la present anada, florins sinquanta, en doas pagas, et avem ressauput la permiera que es F. XXV.

23On voit ici que la séparation opérée en 1388 entre Provence et comté de Nice n’empêche à ce stade ni le maintien de la graphie traditionnelle, ni l’influence latérale du français, telle que la signale ce « leur » qui surgit dans le dernier paragraphe. Ce que l’on constate par contre, ça et là dans le reste de ce compte, dont on ne peut donner ici qu’un extrait, c’est le remplacement sporadique de la finale féinine <a> par un <o>, encore minoritaire. Le <o> pour /u/ reste solide, sauf pour le mot jour. Si le digraphe <lh> est d’usage courant dans ce compte, il n’en va pas de même pour son compère <nh> : on ne trouve que des formes du type montagna. Notons enfin que dans le domaine de la morphologie verbale, si les formes fortes de passé simple de l’ancienne langue peuvent encore apparaitre (fom, il fut, donem, nous donnâmes), on voit surgir au détour d’une phrase un « aguet » qui est déjà la forme refaite de la langue contemporaine.
Voici à présent un extrait des comptes de 1552 :

Et premierament, lo 2 jor de may, ay exporsat, per comandament dal sudit monsr lo cap. a mestre Johan Anthoni lo fustier, per tres seralhos, l’una per la porta de la falsabraya, la secunda per la porta de la monetion et la tersa per la porta de la Fariniera, videlicet florins tres et miech.
Item lo 5 de maii, ay exborsat a monsr lo prior de Sant Agustin, per noranto una et miega sacados de gip, de mandat del dit capitani. F
[lorins]. XV, g[ros]. iii
Item per fayre tirar le dich gip, per crainta de la plueya, daus los Augustins, g. iii.
Item plus, per cinq dozenas de taulos et tres per cubrir les jaynos de la plataforma, a sept quars la taula, ay pagat flor. nou, grosses dos et ung quart.

On note dans ce passage — et dans l’ensemble du compte de cette année là — la progression des finales féminines en <o>, et ce « crainta » bien peu occitan.
Voici maintenant un compte de 1607 :

Plus, ai dounat en uno fremo de Soulhelas que disio que a son marit li ero virat lou servel [sic] et per comandament das quonsous F. 3, 5.
Plus, lou 22 mai, ai pagat a mestre Anriq, pcdq, per la despenso que li an facg dous paures quapusins en pasant F. 5.
Plus, per lous dits quapusins, per los haver facgs pourtar a cheval a Jan Luis Aquassi, per lo chamin das Cros jusques a Toudoun.
Plus, ai dounat a mestre Honourat lou jipier, per haver trabalhat a Sant Esperit dous jours F. 3, 4.
Plus, a dous fremos per haver aquanpat de jip, d’aquo dal capitani Ainesy, et haver servit mestre Honourat dous jours a Sant Esperit. F. I, 4.
Plus, per de jip pres aquo dal quapitany Ainesy, trese quargos, a nou sou la quargo, mounton FF. 9, 9.
Plus, ai dounat al Turq et a Mirapel, per haver mougut las jainos dau pourtal de la grant gleyso F. 0, 7.
Plus, ai dounat a Jean Poutier, per ung taulet que faget a la tourtuiro de las mesuros F. 6, 3, 4.

24On a ici vraiment changé d’époque : de la graphie traditionnelle, il ne reste guère que le digraphe <lh>, soit dans de noms de lieu (Guilhelmes/Guilaumes, Soulelhas, avec une faute d’ailleurs), soit dans un adjectif comme vielha. Pour le reste, <ou> pour /u/ et <o> pour la finale féminine ont triomphé définitivement. Le scribe note même la diphtongaison du /ɔ/ ouvert (fouoro ou fouaro, nouastre, quouordo (mais aussi quordo) et la chute du -z- intervocalique de causa, typique du provençal maritime en général (quauo). Ce qui en 1548 était noté del, et dal en 1552, l’est à présent sous la forme dal, minoritaire, et dau, avec vocalisation. De même ce qui était noté comprat en 1548 apparaît désormais sous la forme (actuelle) croumpat. Quant à la morphologie verbale, elle est toute moderne elle aussi (faget faguet), et non fes ou fec. Seule véritable anomalie, ce facg qui apparaît là où on attendrait fach : l’hypothèse d’une innovation personnelle semble plus probable que celle d’une réminiscence du vieux graphème <g> tel qu’on le trouvait dans cette position plusieurs siècles auparavant, mais ailleurs.

25Voici enfin à quoi ressemblent les comptes de 1629 :

Seguitto lou libre delz pagamentz fachs per dit thesorier et per ordre de ditz mes. lous consulz.
Et primo, lou sept may mille sei cens vint e nou, per ordre de ditz mess. lous consulz et ordenanzo de consegl, s’es mandat M. Steve Saurini a Nisso, per anar procurar auprès de son Ecc. de far levar las compagnios que si trovavon nel present luech o aver de contribuentz que eron de Giletto, de Raimplas et ausi per pagarl ou donatif que tocavo al present comun, per sept jortz vacatz, a florins huit lou jorz, flurini cinquanto sei
Plus, sur lou dit ordre s’es pagat al dit MSaurini per far far la suplico et comittion de las contributions al secret. de son Ecc. florins huit e demi.

26Suivent deux articles en italien, d’une autre main, nous dit Meyer, avant que l’occitan revienne pour un dernier baroud, car c’est en cette année 1629 que finit l’histoire de l’occitan dans les archives municipales de Puget-Théniers.

27Comme on voit, le dernier scripteur se trouve bien embarrassé. S’il a totalement ou peu s’en faut oublié les règles graphiques du siècle précédent, il est soumis à la double influence du français (huit, messieurs, aussi, donatif) et de l’italien, de plus en plus présent, soit par importation directe : sei pour sieis, flurini, nel pour dins lou, soit par l’adoption d’un graphème : cf. ici même consegl, plus loin dans le reste du document terraglions (terralhons, terrassiers), paglo, (sic pour *paglia, palha). Jort de son côté alterne avec giort. Sans oublier ce luech, où le graphème final note l’occlusive [k].

28Si l’on se tourne vers d’autres parties du comté de Nice, on retrouve le même mélange de graphèmes, voire de vocables, venus soit du français soit de l’italien. Voici par exemple, toujours d’après Meyer, les Cridas de Saint-Étienne de Tinée, proclamées en place publique en 1630 :

Et primo, non sera permes a deguno persono, de qual se voglio qualitat, de giurar lo nom de Dieu, della madre santissimo, sants et santos de paradis, sotto peno de cinq escus [...]
Plus, s’inhibisse ad ogni un, de qual se voglio grat et qualitat sio, d’anar all hostario quant ce celebrara la santo messo grand et se diran vespres et los divins oficis, lou dimenchies et festas ; sotto pena d’un escut.

29Là, c’est carrément l’italien qui pénètre la langue (madre santissimo, la finale constituant le seul hommage à la langue du lieu, ogni un, qual se voglio, sotto...)

  • 3 Publié par Cl. Cagnol dans la revue locale L’Entrelus, no 2, 1976, p. 63-67.

30Un dernier exemple ? On a conservé une Ordenanso de conseigl, des « cridas », là encore, proclamées à Thiery, au nord-est de Puget-Théniers, en pleine montagne, en 16703. On y trouve là encore, plus qu’à Saint-Étienne d’ailleurs, le mélange de formes françaises et italiennes :

L’an milo siei cents setanto e lou quatorse de May en Thiery en conseigl publich per evitar lous daumages que venon a si causar sio per gens que per bestiary, lous houmes et conseigliers han ordenat coumo seghe :
Premierament, que la montagno de Briou sera en devens dau principi de marz fins a Nostro Damo d’aost, e qui controvera pagara miego doublo per chaquo fes. Aplicablo la mitan a l’acusant e l’autro mita alla comunitta.
Plus, que degun non pourra tagliar de lous pinateurs que si trobon dal colle del Serre de Lombard fins ala font d’Autriq, sauf per bastir e de las branchos per l’average senso lous tagliar a la simo nuns de n’estraire del luech senso permission della comunitta sotto peno de doas liros per chaquo fes
[...].

31Ainsi donc, la norme graphique traditionnelle, solide en pays niçois jusque assez tard dans le xvie siècle, finit là aussi par s’effondrer, sous les coups d’une part de l’influence francisante venue de cette Provence occidentale avec laquelle, malgré la rupture de 1388 le comté gardait des contacts, et d’autre part d’un modèle concurrent, celui de scribes formés à ce qui est en train de devenir la langue administrative prestigieuse à Nice, le toscan. Mais par contre, il convient de noter un fait important, qui corrige d’une certaine manière ce qui vient d’être dit. On voit bien affleurer dans nos textes des formes locales promises à un bel avenir, alors même que la norme antérieure les effaçait, en dépit du fait qu’il n’y a pas de raison de croire que l’usage oral ne les connaissait pas déjà. On l’a vu avec ces diphtongaisons du /ɔ/ qui commencent à se faufiler dans les documents de Puget-Théniers. Ou ces métathèses sauvages qui transforment le vieux comprar <COMPARARE en croumpar. Cela signifie-t-il que la langue de nos derniers textes est celle du lieu où ils sont couchés sur le papier ? Pas si sûr : la diphtongaison est générale en Provence orientale, et se retrouve aussi bien plus au nord que de l’autre côté du Rhône, et il en va de même pour crompar. Par contre, la comparaison entre l’état de langue présent dans les échantillons que nous avons donnés et l’état actuel du parler dans les mêmes localités réserve quelques surprises.

32Quelle que soit la date, les comptes de Puget-Théniers montrent toujours une conservation systématique de la dentale des participes : pagat, resauput, anada, sacados, dounat, mandat, culhida, jornada... À Thiery on trouve de même ordenat (mais tengu plus loin dans le document. Et les cridas de Saint-Étienne de Tinée offrent de même des formes du type vezitat ou contengudo. Or, Puget, Thiery et Saint-Étienne se trouvent aujourd’hui dans la zone qui connaît l’amuissement de ces dentales : on attendrait donc des formes de type *payà, annaa (aujourd’hui [annˈaw/annˈɔw] à Thiery et Puget, [annˈajo] à Saint-Étienne). De même, Saint-Étienne et Thiery aujourd’hui sont dans la zone du traitement nord-occitan CA>CHA, et il n’est pas impossible que Puget y ait jadis appartenu. Or, pour l’essentiel, ce sont des formes sans palatalisation que l’on trouve dans les deux localités à l’époque étudiée, en dehors de rares anomalies chamin à Puget, branchos à Thiery). Saint-Étienne offre par ailleurs une forme lou dimenchies, au masculin, alors que la forme normale du parler aujourd’hui est [dismˈendjo] au féminin, comme dans la plus grande partie du vivaro-alpin. Aux futurs dira, celebrara de notre texte, correspondent dans le parler actuel des formes de type sarè, celebrarè, qui font de Saint-Étienne le prolongement en pays niçois d’une aire plus septentrionale. De même, pour sortir des exemples et des localités que nous avons parcourues, on trouve à Guillaumes, au nord de Puget, des morphèmes de première personne en <i>, alors que la forme normale dans le parler — comme dans ceux de Puget et Thiery aujourd’hui, est le morphème vivaro-alpin <o> [ˈ-u]. Comme il est peu probable que l’avancée du vivaro-alpin ait fait reculer le provençal dans ces régions, il faut admettre que les scripteurs se gardent bien d’enregistrer à l’écrit les formes ordinaires de leur parler local. En d’autres termes, si nos terminal writers du haut pays ont oublié les principes de la graphie traditionnelle, il y a quelque chose que par contre ils n’ont pas oublié : le parler local ne s’écrit pas, et la langue de l’écrit, c’est le provençal du bas pays (et à cette date, le provençal de Nice ne se distingue guère de celui des zones plus occidentales, outre-Var). Ce qui joue ici nous semble-t-il, c’est le complexe d’infériorité du montagnard, qui peut bien oublier des points techniques comme la notation de /u/ ou du /l/ palatal, mais n’oubliera jamais que son parler « gavot » le désigne comme rustaud mal dégrossi. En d’autres termes, si la norme graphique ne se transmet plus, la norme de la distinction et du beau langage, elle, a de beaux jours devant elle, jusqu’à aujourd’hui en fait dans l’arrière-pays niçois.

33On se gardera bien de tirer trop audacieusement des conclusions générales de ces quelques études de cas. Il faudrait pour cela une enquête, collective, sur l’ensemble des pays d’oc à la charnière des xve et xvie siècles. On se bornera donc à quelques constatations et impressions fugitives.

34On voit bien d’abord que la question du changement de langue, de la substitution dans le registre de l’écrit dans la société civile du français du Roi à l’occitan des indigènes ne peut plus être posée en termes purement binaires : l’occitan disparaît, le français triomphe. D’abord parce que sur le terrain, les deux peuvent coexister un certain temps, et parce qu’on assiste parfois à des retours inopinés de l’occitan au cœur d’une production de plus en plus purement française — c’est ce que montre l’exemple montpelliérain. Ce qui indique que l’ordonnance de Villers-Cotterêts, dépourvue au vrai de toute annonce précise d’une quelconque mesure cohercitive à l’encontre des contrevenants ne sonne pas forcément partout et au même moment la disparition de la « langue vulgaire du pays », comme l’appellent gracieusement les textes antérieurs. Mais il y a plus : il ne suffit pas de parler d’occitan, encore convient-il de voir de près de quel occitan il peut bien s’agir. Et c’est là que la question de la norme graphique traditionnelle et de son effacement progressif prend toute son importance. Ce que l’on observe dans bien des cas, c’est la transition entre le temps d’une maîtrise solide par les scribes d’un certain nombre de principes graphiques, et un moment de désarroi où petit à petit le souvenir de ces principes s’estompe, et où désormais pour noter le parler du lieu, les scribes ne disposent plus que du modèle des graphèmes du français. Signe qu’ils commencent donc à connaître ce modèle même s’ils n’en utilisent pas la langue, et qu’ils se contentent de l’adapter tant bien que mal à la mise en écrit de la langue d’oc. Jusqu’au moment où le passage au français, ainsi déjà en germe dans la phase précédente, peut s’effectuer définitivement. Il restera à l’avenir à établir plus finement la chronologie de cette transition, et à en identifier mieux que nous ne l’avons fait, les marqueurs principaux. À titre d’hypothèse, il nous semble pouvoir identifier de tels marqueurs à partir de certaines substitutions : celle de l’article indéfini ung à hun, dès le xve, celle de graphies pseudo latinisantes du style aultre pour autre ou sçaber pour saber. On peut considérer à partir de certains de nos exemples que pour la notation de /l/ et /n/ palataux <lh> semble mieux survivre — parfois jusque très tard — que <nh>. Le passage de <o> à <ou> pour noter /u/ se produit à des dates diverses selon les endroits. Il n’est pas impossible qu’au-delà du poids du français ait pu jouer le souci de cohérence du système graphique : il conviendrait dès lors de mieux cerner le lien entre l’apparition de <o> pour noter la finale féminine atone et l’apparition de <ou>, le o antérieur devenant dès lors trop ambigu puisque notant à la fois /u/ et /o/ tonique et /o/ posttonique.

35Mais au-delà de la question de la norme graphique, il y a un autre niveau dont il faut tenir compte pour définir correctement de quel occitan il est question, le niveau de la survivance ou de l’extinction des modèles de scripta supralocales en usage dans certaines régions. Il n’est pas ici seulement question de graphèmes, mais bel et bien d’un modèle de langue, l’ébauche d’un standard. De tels standards régionaux existent, même si on ne peut dans l’état actuel de la recherche qu’en distinguer les contours, sans pouvoir ni dresser la carte de leur diffusion, ni décrire en détail les grands traits de la standardisation qu’ils proposent. Mais la façon dont les scribes qui enregistrent les doléances des États de Provence, par exemple, s’auto-corrigent à l’occasion montre bien l’existence d’une telle norme (Gouiran/Hébert, 1997). Et c’est précisément sur les marges de l’espace provençal que l’on peut le mieux percevoir l’empreinte de cette scripta, dans la mesure où elle se superpose à un dialecte local bien caractérisé, l’alpin. C’est ce que nous avons entrevu à partir de nos exemples drômois et niçois. Curieusement, il semble bien que l’idée qu’il existait, quelque part, un modèle de beau langage, ou du moins un modèle d’écrit quasi officiel de la cité a pu survivre même au démantèlement des principes graphiques traditionnels.

36Un dernier élément, enfin : le processus que nous décrivons n’est pas uniforme, ni dans l’espace, ni dans le temps. Pour le comprendre, il ne faut pas seulement raisonner globalement en établissant à quelle date tel lieu a basculé. Il faut descendre en fait jusqu’au niveau des scripteurs individuels. Car ce sont eux en dernière analyse les acteurs du processus. Selon leur formation, leur âge, plus toutes les équations personnelles qui nous échappent, par force, à jamais, ils peuvent avoir des attitudes et des compétences, donc des capacités de choix, différentes. Tant que dans tel lieu il existe un endroit où le débutant peut acquérir les rudiments de la norme, auprès d’un notaire établi, ou du scribe attitré du consulat local, ou d’un écolâtre quelconque si la communauté est en état de s’en payer un, la norme graphique et la connaissance des principes de la scripta régionale peuvent survivre. Tant que celui qui a été ainsi formé reste en activité, il continue imperturbablement, ne serait-ce que par routine, ou pour obéir au souhait de ses donneurs d’ordre, à maintenir l’usage de son occitan écrit, sauf si par choix il décide en 1539 d’obéir aux ordres du lointain François 1er, qui ne risque pourtant pas de venir vérifier ce qu’il écrit par dessus son épaule. Quand ce lieu de formation disparaît, ceux qui continuent à écrire le font comme ils peuvent, apprenant sur le tas à partir des modèles disponibles, quitte à découvrir qu’ils ne les comprennent plus alors qu’ils commencent à comprendre le modèle français. Et c’est ainsi que dans les siècles qui suivent, leurs successeurs croiront trouver dans les armoires des documents écrits en « gothique », en « langue barbare », ou alors en « catalan », ou en « espagnol », car ils ne sauront plus reconnaître leur parler familier, nous allions écrire leur « patois », dans ce qui couvre les pages de ces vieux grimoires. Et si par hasard ils le reconnaissent, ils seront tentés soit de le traduire en français, soit, au mieux, de le recopier en en rajeunissant, donc en en francisant la graphie.

37Il est certain que le français pose moins de problèmes : il commence au xvie siècle à avoir sa norme fixée, les correcteurs d’imprimerie, puis l’Académie vont bien tôt commencer à en réguler l’orthographe, créant somme toute pour le scripteur une situation assez confortable, un terrain bien balisé. Et si, au-delà de la soumission aux ordres royaux et du souci de la distinction qui s’attache à la maîtrise du beau langage, celui de l’Honnête Homme de la Cour, et si c’était aussi par solution de facilité que l’usage écrit du français s’était diffusé en pays d’oc ?

Haut de page

Bibliographie

Bouvier Jean-Claude, 1976, Les parlers provençaux de la Drôme, Paris, Klincksieck.

Brun Auguste, 1923, Recherches sur l’introduction du français dans les provinces du Midi, Paris, Champion.

Chabaneau Camille, 1897, Le livre des franchises et libertés des habitans de Saint Pons, Montpellier, Coulet.

Cornagliotti Anna, 1991, « Cenni sull’uso del provenzale in alta Valle Stura », in Pietraporzio, Momenti di storia in alta valle Stura, M. Cordero, S. Martini (dir.), s.l., Corall, p. 205-222.

Gouiran Gérard & Hébert Michel, 1997, Le livre Potentia des États de Provence, Paris, C.T.H.S.

Laurent Jean-Paul, 1989, « L’Ordonnance de Villers-Cotterêts et la conversion des notaires à l’emploi exclusif du français en pays d’oc », Lengas, no 26, p. 59-93.

Meyer Paul, 1909, Documents linguistiques du Midi de la France, Paris, Champion.

Haut de page

Notes

1 Nous l’avons abordé dans notre contribution à l’ouvrage collectif Dix siècles d’usages et d’images de l’occitan, H. Boyer et Ph. Gardy (dir.), Paris, l’Harmattan, 2001, p. 93-114, et dans un article, « Occitan, français et construction de l’État en France », in La politique de Babel, D. Lacorne et T. Judt (dir.), Paris, Karthala, 2002, p. 87-116.

2 Oudot de Dainville est l’archiviste qui a publié l’inventaire des archives de Montpellier.

3 Publié par Cl. Cagnol dans la revue locale L’Entrelus, no 2, 1976, p. 63-67.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Martel, « Les crises entrecroisées de la graphie de l’occitan de la cité au xvie siècle : quelques exemples », Lengas, 68 | 2010, 9-27.

Référence électronique

Philippe Martel, « Les crises entrecroisées de la graphie de l’occitan de la cité au xvie siècle : quelques exemples », Lengas [En ligne], 68 | 2010, mis en ligne le 24 février 2015, consulté le 29 juillet 2017. URL : http://lengas.revues.org/645  ; DOI : 10.4000/lengas.645

Haut de page

Auteur

Philippe Martel

Université Paul-Valéry Montpellier III, LLACS (EA 5030).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org