Navigation – Plan du site

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cf. Jean-Yves Royer, Le journal de Noé de Barras, Les Alpes de Lumière, Mane, 1988, p. 49-55 : La l (...)
  • 2 Auguste Brun, Recherches historiques sur l’introduction du français dans les provinces du Midi, Par (...)

1Tous ceux qui ont étudié globalement le passage de l’occitan au français, notamment dans les décennies ayant précédé et suivi 1539, se sont plaints de devoir travailler sur des publications de textes éparses, auxquelles ils sont bien obligés de se fier. Faute de les comparer avec les originaux, ils en ont d’ailleurs généralement surestimé la qualité1. Depuis Auguste Brun2, il y a certes eu des études partielles, et les pages qui suivent voudraient simplement se placer parmi elles en étudiant, sur les documents originaux, quelques textes de la seule municipalité de Forcalquier.

2L’idéal, pour étudier l’évolution de la graphie de l’occitan entre la fin du xve siècle et la moitié du siècle suivant, ce serait évidemment de disposer d’un seul et même document embrassant toute cette période... Or ce type de texte existe bel et bien, et nous en possédons je ne sais combien d’exemplaires : ce sont les compoix (matrices cadastrales) de ces époques-là.

1468-1550 : Un compoix qui se dégrade

  • 3 Et non pas en 1448 comme l’écrit Paul Meyer dans ses Documents linguistiques du midi de la France d (...)
  • 4 Cela n’a rien d’exceptionnel. Par exemple, pour autant que je me souvienne, ayant jadis parcouru ce (...)

3J’ai sous les yeux le premier de ceux conservés à Forcalquier. Il a été commencé en 14683 et, devenu inutilisable à cause du trop grand nombre d’ajouts, biffages et modifications apportés, on en a refait un nouveau à partir de 1550 (toujours en oc, du reste, lui aussi4...).

  • 5 Pour rendre ce gros document plus facile à consulter, il est relié à l’envers : son dos est un pli (...)

4Il s’agit, même si des plumes différentes peuvent intervenir, d’un seul et même texte : on recense, en les classant par noms des chefs de famille, regroupés par quartier, et repérables par un index alphabétique à encoches placé au début5, les biens immobiliers de la population. Le bâti, quel qu’il soit (maisons, remises, granges...) et l’ensemble du foncier, localisé, défini par ses confronts, la nature du sol, ses cultures éventuelles... Le tout assorti de la valeur de chaque bien, puisque ce document servait de base d’imposition. Bien sûr chaque propriété est modifiée au gré des ventes et des successions, et l’on barre ce qui est cédé pour ajouter le bâtiment ou la parcelle concernés à la liste des possessions de leur nouvel acquéreur. Ce sont donc les mêmes noms propres (patronymes et toponymes), et le même vocabulaire, qu’on recopie pendant ces années 1468-1550, mais en en modifiant en cours de route l’orthographe... Un coup d’œil sur une page, recto-verso, de ce cadastre (inédit) permettra de donner une idée du type d’informations qu’il apporte.

1478-1547 : Un thème au fil des comptes

5Par ailleurs il se trouve que les recherches que je mène, à l’occasion, sur les archives forcalquiérennes me permettent de disposer d’une documentation voisine, déjà transcrite et mise en mémoire sur mon ordinateur. Entreprenant une étude des fortifications de la ville à partir de ses archives, j’ai en effet commencé à transcrire tout ce qui les concernait, d’une façon ou d’une autre, dans les textes occitans d’abord, à partir de 1478. J’ai arrêté pour l’instant mon travail (qui ne prétend pas à l’exhaustivité) à la date de 1547. Sont donc représentées les années 1478 à 1495, 1497, 1511-1513, 1517 à 1520, 1527, 1528, 1533 à 1537, 1541, 1542 1544 à 1547, soit en tout 29 ans, au hasard de leur conservation.

  • 6 J’ai publié en 1978 les textes de 1478-1479 dans Forcalquier au temps de la peste, Les Alpes de Lum (...)

6Comme un seul thème a été retenu, c’est donc là aussi le même vocabulaire qui revient sans cesse, et l’on peut mener à son sujet le commencement d’une étude. La transcription et, ici, la publication de ces textes, presque tous inédits6, étant le premier des travaux à effectuer, je n’irai guère plus loin, me contentant de quelques remarques au passage, sous forme de notes. Il suffira donc à plus savant que moi de terminer l’ouvrage, voire de s’attaquer, par exemple, au compoix de 1468-1550, ou à tout autre document équivalent conservé dans nos archives occitanes...

7Ce faisant, on s’apercevra que l’intérêt de ces textes n’est qu’entre autres orthographique. La langue d’oc non-littéraire de ces époques est beaucoup moins connue que la lettre troubadouresque, ou les textes poétiques postérieurs. Et surtout ces documents (pas toujours beaucoup plus évidents parfois à traduire qu’à transcrire...) nous font apercevoir, d’une des manières les plus concrètes que nous ayons, la vie quotidienne de nos aïeux. Quand ceux-ci ne savaient pas encore le français, ou commençaient à s’y essayer tant bien que mal, se limitant parfois (avec quel degré de conscience au juste ?) à être influencés par cette langue étrangère, et d’abord par son écriture...

1537 : Un compte bilingue et problématique

8Quand et comment les divers scripteurs travaillant pour la commune de Forcalquier se sont-ils frottés au français ? Paul Meyer et avant lui Léon de Berluc-Pérussis s’étaient déjà penchés sur la question. On les citera brièvement. Mais on donnera aussi des extraits d’un cahier de comptes (inédit), daté de 1537, et comportant les deux langues. On verra qu’il pose de nouveaux problèmes, et possède des caractéristiques qui sembleraient avoir été inventées pour l’occasion...

Un compoix qui se dégrade

  • 7 On sait que le nh occitan a moins résisté devant le gn (ou ign, ou autre variante) que le lh face a (...)
  • 8 La présence du fac-similé me paraît rendre inutile toute explication sur la façon dont j’ai transcr (...)

9Pour donner un aperçu de ce qu’on peut apprendre de ce document voici, par exemple, la reproduction d’une de ces pages prise au hasard (cf. nos photos 59 ro et 59 vo, 3 sq.). Elle concerne des biens ayant d’abord appartenu aux héritiers d’Anthoni Brochier, puis au seul Bernardin Brochier et, au verso, à Bertran Brochier et ses frères. On s’y limitera aux articles où il est question de vigne, en raison du caractère graphique du mot vinha7.
Une première main note, à partir du troisième item du recto8 :

Item uno vinha de doas fossoyrados tenent la terra de Gaspart Meollon pausado en Serret lo Vinhau... florins III
Item uno terra en Val Maureyso tenent la terra tenent la vinha de Peyre Cayre de tres eyminas... florin I, gros VIII½.
Item aqui memes ung home de vinha... gros IX, deniers VIII.

Sautons l’item d’une modeste demeure à 10 florins, et nous trouvons une deuxième main qui note :

Item per una vinha en Cleu de dos fossoyrados tenent la vinha de Johan Cayre... florins III, gros III.

Sautons encore deux items (une terre et una canabiera au clot de Sanct Johan), et c’est une troisième main dont on repèrera vite les particularités :

Item uno vigno a la Ponchiero de quatre homes tenent Sperit Boton que a agut das heres de Jehan Giraut... florins IV.

Enfin une quatrième main vient terminer la page par une vigne à trois florins :

Item uno vigno a Sant Lase de dos fosoirados tenent la vigno de Sabastian Aubergier... florins III.

Le changement, sur une même page et à quelques lignes d’écart seulement, de vinha à vigno, ou de Johan devenu Jehan est particulièrement frappant.

  • 9 Dans le, cas des archives forcalquiérennes il n’est sans doute pas impossible d’identifier une part (...)

10On note aussi que le premier scripteur, celui de 1468 par conséquent, hésite entre a et o pour la finale féminine, écrivant sans problème uno vinha. Mais le second (ici en tout cas, et de toute façon forcément postérieur) note lui una vinha... On voit que l’évolution n’est donc pas seulement chronologique, elle est aussi personnelle : certains restent plus fidèles au système graphique traditionnel, refusant, contrairement à d’autres, de se laisser aller à noter des réalisations phonétiques, manifestement déjà présentes dans le parler, mais auquel ils les laissent. On peut certes faire l’hypothèse que les premiers sont plus âgés, et changent moins facilement leurs habitudes que les seconds : encore faudrait-il le démontrer9.

11Mais attention ! Comment analyser le passage de fossoyrados à fosoirados ? Le oi que nous verrions volontiers plus « occitan » que le oy n’était-il pas senti inversément à l’époque ?... On le remarque systématiquement en diphtongue : fossoyrados, Maureyso, Peyre Cayre, eyminas, Cayre encore... Et pourquoi un seul s en vient-il à représenter le son ss ? Ce qui était d’ailleurs déjà le cas pour le premier scripteur : il est certain que « Maureyso » se prononçait Maureisso. (Aujourd’hui « Les Moureisses ».)

  • 10 Mais prononcé comment ? « Dos » ou « dòs » ? Changement de prononciation, variante géographique (il (...)

12Et que penser du passage de doas fossoyrados à dos fossoyrados, quand les deux scripteurs écrivent vinha, dos10 se maintenant avec celui qui écrit vigno et fosoirados ?

Figure 1 — 59 ro .

Figure 1 — 59 ro .

Figure 2 — 59 vo.

Figure 2 — 59 vo.

Mais tournons la page. On peut lire, dès le premier item :

Et premierament uno vinha au Serret sive au Vinhal, tenent la vinha de Bernardin Brochier, de huech homes... florins XII.

13Puis, au troisième item avant la fin, nous retrouvons la troisième main de la page précédente qui inscrit une dernière vigne, dont une autre main a ensuite ajouté en marge qu’elle faisait désormais partie des possessions de Johan Brochier (Ten Johan Brochier) :

Item plus uno vigno a l’Oumeo de sex homes ou enviroun, tenent la vigno de Jehan Garcin fis de Jehan et Jehanin Mariaut... florins 9, gros VI.

  • 11 On pourrait aussi lire « Juan », qui ne serait qu’une variante de Joan, mais le o se faisant souven (...)

14Les remarques précédentes se confirment ici (de uno vinha à uno vigno), de même que des évolutions personnelles : Jehan ne chasse pas définitivement Johan puisqu’une main, postérieure à tout ce qu’elle englobe entre deux traits formant accolade, écrit encore Joan11...

15Mais que faut-il penser de ce bizarre « sex », à mi-chemin entre un « set » occitan et un « six » français, et dont en plus on nous précise que ce chiffre est approximatif ?... On ne saurait mieux dire !

16On voit mal également comment, dans un tel contexte, ne pas attribuer à l’influence française ce fis, bien peu digne apparemment d’une appartenance indigène : Jehan Garcin fis de Jehan, voilà qui sonne comme du pur français. Mais il faut se poser comme toujours la question du statut phonétique que recouvrent ces lettres. Comment ce Jehan était-il prononcé ? Une réalisation de type « Djan » aurait-elle alors constitué un francisme véritable ? On sait qu’au xixe siècle — voire plus tard encore — un Provençal avait du mal avec le j français, qu’il prononçait le plus souvent z, et disait Zan plutôt que Jean...

17Plus intéressant encore : l’hésitation du premier scripteur de 1468, qui écrit Vinhau au recto, et Vinhal au verso... Mais examinons-la de plus près. Il note d’abord « Serret lo Vinhau », puis « au Serret sive au Vinhal ». Voilà donc un lieu tout d’abord nommé Lo Serret, que la culture de la vigne a gagné au point qu’on lui ajoute ce qualificatif vinicole : « Serret lo Vinhau », qui finit même par être en train de le remplacer : « au Serret sive au Vinhal ». Mais pourquoi le l est-il vocalisé la première fois (comme l’ancien al devenu au), et pas la deuxième ? Est-ce sous l’influence archaïsante du latinisme le précédant (sive, pour o : ou bien) ? Mais juste après avoir parlé du « Serret lo Vinhau », le même donne aussi « Val Maureyso », et non pas Vau... Autrement dit, c’est en tâtonnant que la graphie cherche à rendre compte (dans le cas présent sans sortir de ses propres normes traditionnelles) d’une évolution phonétique, qui ne s’est évidemment pas faite non plus du jour au lendemain. Et, dans le cas de l’évolution de la finale féminine, n’est d’ailleurs jamais allée jusqu’au terme vers lequel elle paraît tendre. Aujourd’hui encore, à Forcalquier, ont entend bien un « a » à la fin du mot aiga, mais un « o » à la fin d’escoba... Et j’imagine qu’il n’en va pas ainsi qu’à Forcalquier, vu le degré d’aperture des voyelles précédentes...

  • 12 Comment savoir si, en l’absence de toute influence française, et avec un maintien de l’usage admini (...)

18Au fait, quel rapport existe-t-il entre l’évolution normale de la langue médiévale vers la langue moderne, et l’influence progressive de l’orthographe française sur sa notation ? La seconde paraît avoir facilité l’émergence de la première. Mais pourrait-on ici le prouver12 ? Et voir également comment cette évolution graphique devient une évolution linguistique ? Il resterait encore le problème de savoir dans quelle mesure ces textes francisés, ou francisants, reflètent une réalité linguistique orale, et ne sont pas seulement une façon de « faire français » à l’écrit. Ce que je peux savoir de la suite des événements me conduit à faire le pari que, si nous pouvions entendre lire les plus « français » des textes de cette période par ceux qui les ont écrits, nous, nous les comprendrions sans doute, mais un pur francophone actuel n’y reconnaîtrait certainement pas grand-chose...

  • 13 582 est du moins le dernier numéro marqué sur une page de droite (écrite aussi au verso). On aura n (...)

19On l’aura compris : il convient de se méfier d’un regard trop rapide sur tous ces phénomènes, même si les quelques lignes que nous venons d’examiner nous apprennent déjà beaucoup de choses. Il serait donc indispensable d’étudier ce texte dans son ensemble pour en tirer des conclusions valables. Le problème est que ce document, totalement inédit comme la quasi-totalité des textes de ce type, fait 582 pages13, et qu’on aura remarqué qu’elles ne sont pas d’une lecture si facile...

20En d’autres termes, sa transcription intégrale et son étude relèveraient plutôt du niveau de quelque thèse que du cadre d’un simple article. Ne serait-ce que par le temps qu’il faudrait y consacrer...

1478-1547 Un thème au fil des comptes

Portes, remparts et autres aménagements défensifs

  • 14 Cf. Forcalquier au temps de la peste, op. cit.

21Les textes de 1478-147914 sont des délibérations prises pendant une épidémie de peste et notées en occitan par lo discret home (« le distingué ») Peyre Mercier, le notaire du conseil, Jaume Garcin, s’étant exilé pour raisons sanitaires... À son retour, il s’était contenté de les recopier scrupuleusement, sans les traduire en latin comme à son habitude.

22Jusqu’en 1495, les comptes trésoraires sont ceux transcrits sur ce même registre BB 43-1. Ils sont référencés entre parenthèses à la date de la délibération qu’ils suivent, sans parenthèses s’ils portent eux-mêmes une date. Certains de ces comptes ne donnant aucune information sur le sujet qui m’intéressait, ils n’ont pas été mentionnés ici, même si je les ai intégralement transcrits. Pourquoi certains de ces comptes sont-ils en latin et d’autres en occitan ? Éplucher les écritures de tous ces documents, les comparer avec ceux qu’ils suivent et précèdent, fournirait-il une réponse ? En tout cas la lecture des seuls textes ne permet pas toujours de savoir s’ils sont rédigés par le trésorier ou par le notaire, d’autant que le scripteur parle tantôt à la première personne, tantôt à la troisième...

  • 15 Difficile donc de classer les comptes de 1532 à 1537 (je les ai notés CC 32/33), car si j’ai pu rev (...)

23À partir de 1497, il s’agit de cahiers de comptes proprement dits. Dans un premier temps, j’y ai relevé tout ce qui m’intéressait à des titres divers, et ce n’est qu’ensuite que j’en ai extrait ce qui concernait nos fortifications. J’ai toutefois transcrit intégralement le cahier de 1517-1518. Parfois j’ai eu également recours aux registres de quittances (podissaris ou podixaris) des années correspondantes, publiés ici entre parenthèses. Le tout est à l’original « classé » en vrac dans deux liasses hétéroclites nommées selon Meyer CC 32 pour la période 1488-1537, et CC 33 pour 1532-154715.

1478 (BB 43-1)

(Notes prises par Peyre Mercier, recopiées par Jaume Garcin.)
25/X/1478

  • 16 On notera, chose alors habituelle, un emploi assez fantaisiste du h initial. Si dans le cas présent (...)
  • 17 Chascun me paraît plutôt une forme nord-occitane qu’un francisme. On trouvera plus bas Chamin, chau (...)
  • 18 Comme dans le cadastre de 1468, le y note la diphtongue : Bonifay, Peyre ; phrase suivante Frayre, (...)

Et premierament, ordenan que sia donat ha mestre Jaquet de Bot, per sa pena que el aura en hubrir et sarrar de matin et de vespre, a las horas16 que el sera requerit, per chascun17 mes et per sos gages, lo mes, de grosses uech, lo portal de Nostra Dona, et non si gardon plus de jort
Item, parelhament, que sia donat a Jaume Bonifay, per sos gages de hun mes que aura en sarrar et hubrir lo portal de Sanct Peyre18, et car s’es perufrit a far la dicha causa, quatre gros lo mes.

  • 19 Chute du s du pluriel dans la même situation que plus haut (des dich senhors). Le manuscrit porte d (...)
  • 20 On remarque le passage occasionnel de del à dal, qui note une évolution dialectale, bientôt plus fr (...)
  • 21 Nous donnons en illustration la première page de ces délibérations (BB 43-1 86 ro). Les items publi (...)

Item, que aquellos que volran tenir ubert lo portal dels Frayre19 Menors et lo portal en anant a Sanct Johan, per lur ayse anar a lur possessions, que sian tengus sarrar et de ubrir a la hora de la Ave Maria, dal20 matin et dal vespre, a lur despensas21.

Item, que aquellos que an gardat los portals, coma es mestre Jaquet, que ha gardat lo portal de Nostra Dona a causa de la mortalitat hun mes, florin I et segon los patils que li an los sendegues.

Figure 3. — BB 43-1 86 ro.

Figure 3. — BB 43-1 86 ro.

1479 (BB 43-1)

  • 22 Plus haut, on avait gages. Le passage de -a(t)ge à -agi est donc déjà sensible.
  • 23 Le h note ici une diérèse, emploi parfaitement fonctionnel. Il y a donc des h qui servent (c’est le (...)

3/I
Item, que los portals si serron coma fon ahordenat, et ambe los dichs gagis
22 que lur an promes, a rason de grosses VIII lo mes, lo portal de Nostra Dona, et de grosses quatre lo portal de Sanct Peyre, et los aultres coma es ahordenat23, et pagar tos aquellos que servon.

19/III
Item, que si observon las gardas, tant del castel coma de la vila, entro tant que hi aia novel mandat per lo rey ho per sen Johanon Arlatan, novel castellan.

29/III
Item que los portals, coma es das Frayres et lo portalet, si huebran de jort e si sarran de nuech, et si es denguns que vuelhan ubrir ho aver las claus per lur ayse, que sian tengus a lur despens sensa gagis de sarrar de nuech.
Item, an rattificat lo patil de grosses quatre que donan a Anthoni Gobellet per sarrar et ubrir de vespre et de matin lo portal de Sanct Peyre, lo mes.

Item, que sia donat a mestre Jaquet de Bot, lo mes, per sos gagis de sarrar et ubrir lo portal de Nostra Dona de vespre et de matin a tota persona de la vila, grosses VIII lo mes.

  • 24 Elles les poursuivent à la suite d’une délibération (en latin) du 17 août 1479. Un détail de l’écri (...)

2/VI
(Copie des notes de Peyre Mercier, continuées par Bonifaci Andrieu24.)
Item, an ordenat que sia revocat lo sarrar et l’ubrir que si faria de matin et de vespre dels portals, et que non ayan plus los gagis aquellos que los sarrarian et ubrerian d’aqui en la visa.

  • 25 Le mot Menors a été barré d’un léger trait de plume. On a vu (29/III) qu’on disait aussi simplement (...)

6/VIII
Item, que la clau del guinchet del portal das Frayres Menors25 que si fassa, attendut qu’es perduda que non si attroba.

  • 26 On note plus souvent nonrenmens, mais cela évoque un « néanmoins » qui n’a pas du tout le même sens (...)

Item que los portals si saron de nuech et que denguna persona sana ni malauta de Forcalquier non intre en la villa de tot aquest mes, et cometon als senhors sindigues, et sensa licencia del sindigues et del conselh ; et non ren mens26 dengun autre que vengua de terre enferma non intre.

  • 27 Ici, par contre, on n’a pas eu besoin de h pour écrire aordenat... Mais est-ce que Peyre Mercier hé (...)
  • 28 Ce tout n’est pas évident à interpréter. Il alterne avec tot chez Bonifaci Andrieu, qui hésite auss (...)

10/VIII
Et premierament, an aordenat27 que si boton gardas de nuech et de jort a sarrar et ubrir, una al portal de Nostra Dona et una al portar de Sant Peyre, tout28 aquest mes, a causa de la mortalitat, que dengun non intre que vengua de luoc enfecit, ni autres de Forcalquier non los recuelhan ; et aquo a melhor pres que los senhors sindigues trobaran que gardan los dichs portals, et que los autres portals iston sarras.

Figure 4. — BB 43-1 100 ro.

Figure 4. — BB 43-1 100 ro.

1490 (CC 32)

  • 29 En 1478-1479, on ne connaissait que Nostra Dona... Certes, le scripteur ici n’est pas le même. Mais (...)
  • 30 Le passage de Dona à Dama s’accompagne manifestement d’une porte ouverte à une notation plus dialec (...)
  • 31 Il s’agit bien sûr du français « aussi » (qui montre au passage qu’appodixa se prononçait apodissa) (...)
  • 32 Évolution de forn. Voir plus bas pour jort.

Sec se’n la reparation que fi fayre, tant al portal de Nostra Dama29 comma al portal de Crebocor, comma se’n sec :
Et primo a mestre Glaudo Gonart, tant per 1 goffet nou (peset liuras V) comma en reparar lo goffet dal portal de Crebocor30 et reparar palmelas, et IIII arques de ferre que fis per lo dich portal, costa per appodixa en mon libre de podixas, comma auxi31 per grosses nou que li eran degus per alcun adob que fes al relogi de la villa, et auxi per grosses sept que li eran degus per lo subre encant que salhi en la reva dal vin, enclus tout en una appodixa, monta a folio I... grosses XXI½.
Item a mestre Boyer, peyrier de Forcalquier, pause aver pagat per comandament de messenhors sendegues, tant per resta que li era deguda per la reparation dal fort32 dal Chamin, comma per pausar dos goffes das portals sus dich, monta, costa per appodixa al dich folio... grosses X½.
Item per Ia saumada de mortier tout prest, monta, per los dichs portals... gr. IIII.
Item per lo varlet que lo servi (fon mestre Jaquet et Peyre Serayre) a l’escas, lur bayliey... gr. II.
Item en de clavels denayrals (los baylet la sorre de Alban et sa mayre), montan... gr. III.
Item pause aver pagat per comandament de messenhors sendegues, a Franses Giraud de Mana, per alcun vallat que adobet a l’estanci de la villa, costa per appodixa a folio I... ff. II.

Item pause aver pagat a mestre Glaudo Gonard, per alcuna reparation que fes en la seralha del portal de Nostra Dama, et per IIII anels de ferre que fes per condanar los portals que non se ubrisson per la mortalitat, monta, costa per appodixa a folio VII... gr. VI, d. X.

Item plus pause aver pagat per comandament de messenhors sendegues, a mestre Johan lo sarralhier, et aquo per alcuna reparation que fes al portal de Crebacor, monta, costa per appodixa a folio XI... gr. III.

(1491-1492) (BB 43-1)

  • 33 Le trésorier (mais est-ce le scripteur ?) parle tantôt de lui à la troisième personne, notamment (m (...)

(Compte de Jaco/Jacomet Ausselet/Husellet/Huysselet.)
(14/X/1491)
Item, pausa
33 aver pagat a Johan Boyer, peyrier, per la calada dal portal de l’espital... gr. VIII.

  • 34 Il s’agit, comme on le verra à l’item d’après, du pos del portal das Frayres Menors, bâti contre ce (...)

(2/I/1492)
Item, pause aver pagat a Guilhem Jordan, per adurre los plechons del pos de la villa34, grosses tres... gr. III.

  • 35 On a un exemple de l’écriture de Jaco(met) Ausselet (?) avec notre illustration BB 43-1 301 ro (cet (...)

Item, pause aver pagat a Monet Perrinet, per una fusta per lo pos del portal das Frayres Menors... gr. IIII35.

  • 36 On remarquera ici la forme en -cion (comme aux deux items suivants avec reparacion). Elle l’emporte (...)
  • 37 On a eu jusqu’ici jort au singulier, étape normale d’une chute de consonne finale qui se modifie av (...)

(13/III/1492)
Item, pausa aver pagat a monssen lo sendegue Anthoni de l’Aventura, per unas letras de confirmacions36 de privileges, grosses X, et per unas autras letras de adurre la font dal castel, grosses XVIII, et per V jors37 que ha vacat as Ays, grosses XXXX, soma sont, consta appodixa... f. VI, gr. VI.

(12/IV/1492)
Item, pausa aver pagat a Peyre Gassaut, per la reparacion de la muralha del portalet de Sant Johan... gr. XVI.
Item, a Glaude per la dicha reparacion, pausa aver pagat... gr. XIII.

  • 38 La porcherie municipale était établie dans le rempart du quartier Saint-Pierre, d’où sa présence ic (...)

(16/VIII/1492)
Item, per far adobar la fracha del porcheyrier38, paguiey a l’escas a mestre Anthoni Roman, peyrier... gr. VII.

  • 39 Le scripteur avait d’abord commencé par écrire quar, puis il s’est repris pour finalement noter qua (...)

(2/XII/1492)
Item, a mestre Jaquet de Bot, per so que fes moudifficar la lissa del barri de costa son celier, qual39 era tombat de l’ostal de la villa... gr. III 1/2 .

Item ay escontat a mestre Jaco Husellet sus la liquidacion per so que era degut a sen Anthoni de l’Aventura a causa que fes bastir lo pos per la villa ... ff. IIII, gr. X.

Figure 5. — BB 43-1 301 ro.

Figure 5. — BB 43-1 301 ro.

Figure 6 : BB 43-1 329 vo.

Figure 6 : BB 43-1 329 vo.

(14/I/1493) (BB 43-1)

  • 40 Ce Charles du Mayne, dont le nom est parfois écrit en latin, s’avère curieusement un homonyme de no (...)
  • 41 Curieuse profession pour quelqu’un qui fait des caladas, que nous appelons habituellement caladaire (...)

(Compte de Charle du Mayne/Karolus de Cenomania40.)
Item, a l’empapeyrayre41 per la callada que fes al portal des Frayres Menors... gr. I½.

(10/IV/1493)
Sec se’n so que demande my sia acceptat :
Et primo, per far la porta dal porchayril al fustier de Manoa, a l’escas... gr. IIII½.
Item, per la fustalha de la porta... gr. VIII.
Item, en de clavels per la dicha porta... gr.I½.

  • 42 Première apparition de cette notation française, qui connaîtra vite un succès certain. En 1478, on (...)

Item, en ung42 goffet et palmella a mestre Reymont Marquis... gr. VII½.
Item, per far moudifficar lo pos dal portal de Crebacor, pague al sendegue mestre Boniffaci... gr. VIII.

  • 43 Là par contre, il peut s’agir d’une profession, puisqu’il fait des seaux. Mais il semble que (dans (...)
  • 44 C’est certainement le Bertran Brochier de notre cadastre de 1468 (cf. 1468-1550 : Un compoix qui se (...)
  • 45 Il a un valet : ce n’est donc pas n’importe qui...
  • 46 Noter Guilhen pour Guilhem.
  • 47 On notera qu’il peut avoir besoin d’ajouter un i à sostrach...
  • 48 On attendrait au moins quelque article là-devant...

Item, a mestre Arnaut lo brochier43, per un poayre que fes al pos das Frayres Menors, que es de la villa... gr. II.
Item, a sen Bertran Brochier44, per una corda que baylet a mestre Bertran Blanchon, per tirar d’ayga a far lo mortier de la fracha dal barri de Crebacor... gr. II.
Item, en XXVIII saumadas d’arena que portet mon varlet45 per lo dich sostrach dal dich barri... gr. XIIII.
A sen Guilhen46 Jordan ausi, per XVI saumadas d’arena que portet... gr. VIII.
Item, en VI saumadas de chaus que baylet monssen lo sendegue Mevolhon... ff. I.
Item, al peyrier mestre Nicolau, per tres jours que vaquet a far lo dich sostraich47 a l’escas, coma en pausar lo goffet de l’escola das clergues... gr. XI.
A mestre Raymon Marquis, per ung sercle de ferre per lo poayre del pos, et manelha48, peset liuras XI½... gr. XI½.

  • 49 Lo port [...] que portet : voilà une syntaxe bien redondante...
  • 50 Première attestation d’une diphtongaison de o tonique.
  • 51 Décidément, notre Charles a des problèmes avec les noms de métier, même quand il s’agit du sien... (...)

Item, a Guilhen Jordan, per lo port de la chaus que portet49 per lo Crebacoar50... gr. IIII.
5/V/1493
Se’n sec la spensa facha per my, Charle, coma thesaurarier51, qual demande my sia acceptada, l’an mil CCCC LXXXXIII, et V de may :

Item, a Anthoni l’empapeyrayre, per so que tiret los poayres dal pos dal portal des Frayres Menors, per sa pena... p. IIII.

  • 52 A mandat lo mand : évidemment...

Item, al capitani de la villa, mestre Bertran Blanchon, per so que a mandat lo mand52 de la villa, tant per adobar la fracha dal barri coma per Sanct Joan... ff. II.

  • 53 Ici, les autres comptes ne parlent que de cornuda... (cf. infra au 5/III/1494, ou en 1512-1513.)

Item, a Anthoni lo Gavot, per cavar lo pos de Crebacor de X palms de perfont, per sa pena li pague... gr. XXX.
(31/V/1493)
So que demanda Charle li sia acceptat per messenhors sendegues et conselh :
Primo, una grossa corda a sen Bertran Brochier, pesa VII liuras, monta... gr. V, d. IIII.
Item, una lardiera et una ajoa... d. XII.
Item, en XL saumadas d’arena per lo pos nou de Crebacoar... gr. XX.
Item, per ung cornut53 per tirar ayga per lo dich pous... p. XII.
Item, per ung banaston... d. XII.

Item, a mestre Anthoni Marquis per una clau que fes al petit portal nou... gr. II½.
Item, al susdich per so que adoubet lo sercle dal poayre... d. VI.
Item, al susdich per una destral que prestet (per) talhar la rocha dal pous... gr. I.

  • 54 J’ai restitué ces per que le sens implique, mais pour un compte qui n’est pas si long (26 items en (...)

Item, per ung jourt que vaquet monssen Barlet ambe tres bestias (per) portar peyras per lo pous... gr. IX.
Item, al capollier (per54) servir lo masson al pous per ung jourt... p. XII.
Item, per tres jours que servit Anthoni lo Gavot lo dich masson... gr. IX.
Item, a mestre Raymon, per los ferres que fes al dich pous, et batum, et VI anels que fes per tenir los arneses de la villa... gr. XIII.

(5/III/1494) (BB 43-1)

  • 55 Il s’agit bien sûr ici de beyssar, que nous écririons baissar...

(Compte de Jaume Clari.)
Primo, pause yeu, Jaume Clari, vice thesaurier, aver pagat per beysar
55 las portas del portal de Sanct Peyre per las adobar, et ausi las retournar al dich portal... gr. I.
Item, a l’empapeyraire, per adobar las dichas portas... gr. V.
Item, per una cornuda de chaus, doas saumadas d’arena, et per achampar de peyra per adobar lo portal de Crebacor, et per una post per adobar lo dich portal de Sanct Peyre, monta tout grosses sinc... gr. V.
Item, a Borulhon, per una fusta per adobar lo dich portal de Sanct Peyre... gr. I.
Item, a Berluc per de clavels per lo dich portal... d. XII.

Item, pause aver pagat a mestre Glaudo Gonart, fabre, per la ferramenta dal portal de Sanct Peyre et de Crebacor, florins dos et grosses tres, costa per podixa... ff. II, gr. III.

Item, a mestre Juhan Maluvert per murar lo portal de Sanct Mari, grosses sinc... gr. V.
(21/IX/1494)
Item plus
[...] a Guilhen Rahos, alias Toalhet, per sos gages del portal per ung mes, consta per podixa... ff. IIII.

Item plus [...] a Juhan Girart per gardar lo portal, per la paga del mes de jun, coma costa per podixa... ff. II, gr. VI.
Item plus
[...] a mestre Juhan Maluvert, per adobar lo portal de Nostra Dono et de Sanct Peyre, que las gens non passessan desoubta... gr. IIII.

Item plus [...] a Juhan Girart, per gardar lo portal per lo mes de julhet, costa per podixa... ff. III, gr. VI.

Item plus, al dich mestre Raymon [Marquis], per adobar la sarralha del portal de Sanct Peyre... gr. I.
Item plus, al dich mestre Raymon, per far una clau nova al portal dels Frayres Menors, en la sarralha sobeyrana... gr. III½.

  • 56 On aura remarqué le passage de Girart à Giraut, s’agissant du même personnage. Mais là encore, rend (...)

(26/XI/1494)
Et primo, pausa lo dich thesaurier aver pagat, per comandament de messenhors los sendegues, a Juhan Giraut
56 per gardar lo portal, et per lo mes de setembre... ff. III, gr. VI.
Item plus
[...] a Brancays Meyer, per quinse jours que a gardat lo portal a Sanct Peyre... gr. III.

(8/V/1495) (BB 43-1)

(Compte d’Anthoni Mayenc/Mahenc.)
Sec se la despensa que a fach Anthoni Mayenc, thesaurier, que demanda que li sia acceptada :
Et primo, a XV de decembre,
[...] a Guilhem Molina, per gardar lo portal et per la paga del mes de novembre... ff. II, gr. II.

  • 57 Le Bourguet est la place sur laquelle donnent la cathédrale Notre-Dame, englobée dans les fortifica (...)

Item plus, a XII de desembre [...] a Franses Meolhon, per gardar lo portal de Sant Peyre... gr. XVIII.
Item plus, lo ters jort de mars
[...] per lo vinage del mercat que ha fach la villa ambe Anthoni Gay, per explanar lo Borguet57, per vin... gr. III.
Item, per de fogassas... d. XII.
Item, per de fromage... d. XII.

  • 58 Premier exemple relevé (on le retrouvera en 1497) de la chute du r de Menor devant s. Ce type de si (...)

Item plus, a XV d’abril [...] a Anthoni Guillerme, alias Gay, per acampar a son estable las peyras talhadas del revelin del portal dels Frayres Menos58, per far l’abeurage de la font de Bedorrieu... gr. VI.

  • 59 L’écriture (voir la photo 380 vo, dont on a ici le premier paragraphe, noté à l’original avec un re (...)

Sec se la despensa que a pagat Anthoni Mahenc, thesaurier, per comandament de messenhors los sendegues, per la calada del portal des Frayres Menors, anant ves la font de Bedorrieu59.

Item plus, a XIII d’abril, a pagat a doas manobras, per far aplanar lo clapier de l’ort des Frayres Menors... gr. III.

Item plus, [...] a Loys de Lacumba, alias Lebre, per la compro de l’ort del portal dels Frayres Menors... fl. XV.

Item plus, per compro de l’ort a Bertrant de Lacumba, aqui meteys, consta nota presa per mestre Anthoni Garcin... fl. XII.

Item plus, [...] a Olivier de la Lebre et aquellos que li adjuderon a portar de chaus, tant per lo pos quant per lo barri desoubta lo pos... gr. III.

Figure 7. — BB 43-1 380 vo.

Figure 7. — BB 43-1 380 vo.

1497 (CC 32)

  • 60 Ce compte a fait l’objet d’une importante étude inédite dont je ne connais pas d’équivalent. L’hist (...)

(Compte d’Elzias Prueyme60.)
Item plus pausa lo dich thesaurier per comandament das sendegues aver pagat, per far adobar lo portal nou, tant per far levar lo portal coma per butar las paulmellas et los cofons... gr. III.

Item plus, per far adobar la fracha dal portalet de la Violeta, a pagat grosses dos... gr. II.

Sech si los pagamens que ha fach a mestre Raymont lo fabre :
Et primo, per la serralha et lo ferolh dal portal nou, a pagat... ff. I, gr. II.
Item per la serralha dal portal de la Violeta... gr. X.
Item per ung anel pausat al portal das Frayres Menos... gr. I.
Item per ung anel pausat al portal de Nostra Dama... gr. I.

Item per adobar la serralha dal portal de Crebacor... gr. I ½.

Item a Anthoni Gay per XXIIII liuras de ferre per las palmellas dal portal... ff. I.
Item a mestre Esteve lo fabre per la faysson d’aquellas ... gr. X.
Item per los clavels... gr. II.
Item per lo vin d’aquellos que han ajudat a levar las portas... gr. I½.

Item plus, a pagat lo dich Prueyme a Johan Chalvet, quar avie gardat lo [bari] portal per ordenansa facha, gros huech que ly son degus ; et soma tout so que ly resta devent la villa gros trenta ung.

1511/1512 (CC 32)

(Compte de Johan Aulanhier.)
Item plus dis et pausa aver pagat a mestre Nicholau Blanchart per adobar la coberta de la gardeta gros dos... gr. II.

Item pausa aver pagat a mestre Nicholau Blanchart grosses sieys de per lo interes et damage donat a l’ort de Tribolet per lo barri tombat... gr. VI.

Item pausa aver pagat a mestre Nicholau Blanchart gros dos per sarrar la crota dal portal de Sant Peyre... gr. II.

Item pausa aver pagat a mestre Laurens Alamant per adobar la clau dal portal de Sant Johan gros ung... gr. I.

Item pausa aver pagat a mestre Rostanh Chabassut gros sinc, tant per una jornada que fes a murar lo barri rot, coma per mieja jornada que fes lo jourt de sant Geri, consta appodixa fuelh XXXI... gr. V.

Item pausa aver pagat per una clau que a fach far a mestre Laurens Alamant per lo portal de Chambon ung gros et miech... gr. I½.
Item plus per la clau dal portalet dal Crebacor ly paga gros ung... gr. I.

Item pausa aver pagat a mestre Laurens Alamant, per reparar la saralha dal portal de Sant Peyre et per la clau et ung anel, monto tot grosses tres... gr. III.
Item plus ung quart de claveus... p. II.

Item pausa aver pagat a Jaume Mela, de Limans, per una jornada per aplanar lo vallat de la font al revelin dal portal de Nostra Dama, gros dos... gr. II.

  • 61 On aura noté dans cette phrase deux graphies pour le même mot : mieja/miecha. La prononciation est (...)

Item a baylat a Guilhem Lambert, per sarrar los portals, mieja liura de candellas et a Barberi una autra miecha61 liura... p. VII.
Item a baylat a Peyre Benva, per lo comandament das sendegues, una liura de candellas per sarrar los portals... p. VII.

1512/1513 (CC 32)

  • 62 Là, on a l’impression d’avoir affaire à un Gavot complexé, qui transforme ses cha en ca, même hors (...)
  • 63 Cette graphie pose problème. On considère d’ordinaire qu’elle note en fait la réalisation Esperit, (...)

(Compte d’Anthoni Maynier.)
Item pauze aver baylat, lo 7 de desembre 1512, a mestre Laurens Allamant gr. I½ per l’adobar de la seralha dal portal de Cambon62, per congiet de monsenhor lo sendegue messier Sperit63.

Plus pauze ieu Maynier aver baylat a mestre Michel lo coterye [?] per lo portal, coma par per podissa a fuelh 29... ff. I.

Plus pauze aver baylat, a mestre Peyre Benva, una cornuda de mortier per metre a la callada dal portal de Nostra Dama, que monta... gr. III.

  • 64 Même remarque que plus haut sur une hyper-correction anti-gavotisante ?

Plus pauze aver baylat una miega64 fusta de sap, que tira XIII palms dal plus gros bout, al filh de Girart, per congiet de monsenhor lo sendegue, per far una bara al portal de Sant Peyre, que monta... gr. IIII.

  • 65 Là, décidément, il y a un truc... Notre supposé Gavot complexé ne pouvant finalement pas se passer (...)

Plus pauze aver baylat a mestre Laurens Allamant lo saralhier, per far una saralha al portal de Sant Peyre, liuras V e un cartayron de plata de fere, que monta gr. V½, e acho65 lo 6 de julhet 1513.

1517/1518 (CC 32)

(Compte de Bernardin Mercier.)
Item plus l’an davant scrich 1517 et a 9 del dich mes de julhet, pause aver pagat per comandament de monsenhor lo sendegue Mevolhon a Peyre Brunet, per murar la paret de l’ort que era dels heres de mestre Jaquet de Bot, a causa de la garda dels portals, so es tres gros, sive... gr. III.

Item plus lo 3 jort d’avost pause aver pagat, per comandament del sendegue Mevolhon, a Peyre Brunet per murar de frachas del barri sieys gros, sive... gr. VI.

Item plus a 5 del dich mes de septembre pause aver pagat, per lo comandament dels dichs messenhors los sendegues, a Lyonet Brotinel, portier del portal de Nostra Dama, et per los gages de dos meses passas, so es sieys florins, sive... ff. VI.
Costa per podixa al podixari fo 2.

Item plus a 15 del dich mes d’octobre pause aver pagat, per comandament dels dichs messenhors los sendegues, a mestre Bernardin Clari alias Franconi, per la garda que a fach al portal de Nostra Dama l’espassi de ung mes, per sobrestant, so es la summa de dos florins, sive... ff. II.
Costa podixa al podixari fo 5.

Item plus a 18 del dich mes de novembre pause aver pagat, per comandament dels dichs messenhors los sendegues, a Michel Serrayre per la garda del portal de Sanct Peyre et per lo temps de quatre meses, so es sieys florins et huech gros, sive... ff. VI, gr. VIII.
Costa per podixa al podixari al fo 6.

Item plus l’an davant scrich 1517 et a 28 del dich mes de novembre, pause ieu Bernardin Mercier aver pagat, per comandament messenhors los sendegues, a Lyonet Brotinel per la garda de dos meses prochans passas del portal de Nostra Dama, sieys florins... ff. VI.
Costa per podixa al podixari al fo 6.

  • 66 Là aussi, l’alternance miech/mieg nous donne la prononciation de mieg.

Item plus lo dich jort pause aver pagat, per comandament del sendegue Mevolhon, per tres homes que a logat lo dich sendegue, tant per far metre de terra desus lo fort de Sanct Peyre, quant per sarrar tant de peyra que de fustas lo passage del portal de Nostra Dama, de costa l’estable de mestre Anthonon Jaquet, lo qual mestre Mari avia ubert per pendre sas peyras que la villa avia fach metre en la dicha muralha. L’ung era Honorat Audric que gasanhava dos gros, Henrigon del Molin dos gros et Anthoni Pons ung gros et miech ; et es en tot sinc gros et mieg66, sive... gr. V½ .
Item plus l’an davant scrich 1518, et lo jort ausi davant dich pause aver pagat, per comandament del dich sendegue Mevolhon, a mestre Rostaing Chabassut per murar lo passage reyre scrich, per una jornada a l’escas quatre gros, sive... gr. IIII.

Item plus pause aver pagat, per ordenansa del concelh, a Lionet Brotinel per la garda del portal de Nostra Dama, et per huech jors que l’a gardat davant, per so que lo sendegue Berluc avia scrich d’Aix en fora que fesessen gardar lo portal, li ay pagat huech gros... gr. VIII.
Item plus a 20 del dich mes de febrier pause aver pagat, per comandament de messenhors los sendegues, a mestre Sufren Garcin, tant en dos florins per la garda del portal, sive per sobrestant, quant en dos florins que li dona la villa per alcun interesse en se restrenhent de alcun bastiment que fa al Borc, et per relargar lo camin coma es istat ordenat al concelh, que es en tot quatre florins, sive... ff. IIII.
Costa per podixa al podixari al fo 10.

Item plus lo dich jort pause aver pagat, per comandament del sendegue Mevolhon, a Sabastian Bues per una jornada que ha vacat a ajudar a curar la plassa de la mayson que vol far la villa per l’escudelier, fora de la villa desus lo portal de Sanct Peyre ; li a fach mercat a dos gros a l’escas, sive... gr. II.

  • 67 Même remarque que pour Sperit.

Item plus l’an davant scrich67 1518, a 11 del dich mes de mars, pause aver pagat a mestre Peyron Benva, sabatier de Forcalquier, per comandament de messenhors los sendegues, per la garda del portal de Nostra Dama et per dos meses prochans passas, sinc florins, sive... ff. V.
Costa per podixa al podixari fo 11.

  • 68 Premier exemple d’un renforcement de la notation de la mouillure du l par adjonction d’un i au lh t (...)
  • 69 Premier essai d’une francisation de mieg ?

Item plus a 14 del dich mes de mars, pause aver pagat et despendut, per comandament de messenhors lo accessor et sendegues, et aquo per lo fuoc de joyas fach per lo dalphin, filh del rey nostre soveiran senhor, et premierament per lo degailh68 de tres entorchas que an cremat tant al fuoc dal Borguet que al fuoc del castel, que se son amermadas de una lieura et mieja et un quarteyron, que n’ay pagat des gros et demiey69... gr. X½.

Item plus pause aver pagat, per ordenansa del conceilh, a mestre Peyre Petit, habitaire de Forcalquier, per ung clapier de peyras que li avia pres la villa per far la callada davant lo portal de Sanct Peyre, li ay pagat huech gros, sive... gr. VIII.
Costa per podixa al podixari fo 11.

Item plus a 14 del dich mes de jun, pause aver pagat a mestre Peyron Benva, per sos gages de la garda del portal de Nostra Dama per ung mes prochan passat, so es trenta gros, sive... ff. II½.
Costa per podixa al podixari fo 11.

Item plus a 11 de avost pause aver pagat, per comandament de messenhors los sendegues, a mestre Peyron Benva per la garda del portal de Nostra Dama et per lo mes de jun prochan passat, trenta gros... ff. II½ .
Costa per podixa al podixari fo 18.

  • 70 Francisme isolé pour genoier ou jenoier (qu’on retrouvera un peu plus bas).

Item plus a 16 del dich mes de avost pause aver pagat, per comandament de messenhors los sendegues, a Michel Sarrayre de Forcalquier, per la garda de sieys meses del portal de Sanct Peyre, lo qual a gardat despueys lo comensament de janvier70 fins al comensament de julhet prochan passat, a rason de XX gros lo mes, que montan los sieys meses des florins, sive... ff. X.
Costa per podixa al podixari fo 18.

Item plus l’an davant scrich 1519, et a 16 del mes de mars, pause ieu Bernardin Mercier aver pagat a mestre Guilhem Tribolet, notari de la present villa de Forcalquier, per lo loguier de ung sieu ort que se ten ambe lo barri, en lo qual la present villa ten ung clapier de las peyras del barri, que monta lo loguier tres gros, sive... gr. III.
Costa per podixa al podixari fo 23.

1519/1520 (CC 32)

  • 71 Première notation d’une chute du t du participe, dans le contexte d’une orthographe assez flottante (...)
  • 72 N’ayant pu vérifier à l’original, je ne saurais affirmer qu’il porte bien cela, ou s’il s’agit de q (...)

Item plus pause aver bayla71 a sen Franses Myaulans, d’esta villa, lo 24 de jenoier gr. XX, e aco per aduerre unas letras unibitorias d’Ays per la causa de las lisas que baylet lo marcant Franses Myaulans e Peyron German, aloras que eron sendeges ; vo bayleron ha Honorat Gonin per i fayre estable, quant agran sentensio contra nosautres. Item plus bayle gr. IIII a son fil per lo vin que portet lo XX gros72 as Ais per aduere las letras e aco per lisensia de mossen l’asesor e de mossen lo sendege mestre Sufren Garsin... ff. II.

Item pause aver bayla a Bernardin Marquisat e a Lois Ruat, de Sant Peyre de Salusas, lo 26 d’abril gr. IIII , e aco per aplanar lo valat dal Borget per netejar per las ieras, e aco per lisensia de mossen lo sendege mestre Sufren... gr. IIII½.

Item plus pause aver bayla a sen Anthoni Aulanier, d’esta villa, lo premier jort de mai, ff. III, e aco per so que lo dich Anthoni Aulanier avia abas al portal de l’espital una plassa, e la villa l’a voguda retenir ; coma costa per podisa a fuelh 51... ff. III.

Item plus pause aver bayla a Anthoni Rocha e a Chafret Mariaut, d’esta villa, lo jort sus dit gr. IIII, e aco per cavar de peyra per murar al pas de costa la gardeta ; e aco per lisensia de mossen lo sendege mestre Sufren... gr. IIII.

Item plus pause aver bayla lo jort sus dit a mestre Laurens gr. I, e aco per far una clau a la gardeta de Nostra Dama, e aco per lisensia de mossen lo sendege mestre Sufren... gr. I.

  • 73 Le lh demeure bien présent, mais yl le concurrence dans les seuls noms et prénoms. Plus loin on aur (...)

Item plus pause aver bayla a Duran Varacan e Anthoni Guylaumon73, d’esta villa, gr. V, e aco per sarar lo pas dal portal de Nostra Dama de costa la meyson de mestre Mari ; coma costa per podisa a fuelh 53... gr. V.
Item plus pause aver bayla, a Glaudi Perinet e ha Esteve Tasta e ha Chafret Mariaut e ausi a Nycolau Rey de Salusas, lo V de mai, gr. VI, e aco per portar de peyras ambe II sivieras al pas dal portal de Nostra Dama de costa la meyson de mestre Mari, per lo sarar per amor de la pestilensia ; e aco per comandament de mossen lo sendege mestre Sufren... gr. VI.

Item plus pause aver bayla a mestre Laurens, saralier d’esta villa, lo 9 jort del mes de may, gr. VI, e aco tant per adobar una paumella dal portal de Nostra Dama, coma per adobar la saralha dal portal de Sant Juhan ; costa au podisari a fuelh 53... gr. VI.

Item plus pause aver bayla a Reymon Benva e ha Cafret Mariaut, lo XI de mai, gr. IIII, e aco per espeyregar lo Borget ; e aco per lisensia de mossen lo sendege mestre Sufren... gr. IIII.

  • 74 Cafret pour Chafret, gornada pour jornada... Un nouveau Gavot complexé ? Cela pourrait-il expliquer (...)
  • 75 Nouveau compromis entre mieg et « demi » ?
  • 76 Cette pesta fait bien française, par rapport à notre habituelle pestilencia...

Item plus pause aver bayla a Cafret Mariaut e a Reymon Benva, lo 18 de mai, gr. IIII, e aco per una gornada74 que an istat al Borget per portar de peyras ; e aco per lisensia de mossen lo sendege mestre Sufren... gr. IIII.
Item pausa aver bayla a mestre Peyre Benva, sabatier d’esta villa, lo 20 jort dal mes de may, gr. XX, e aco per ung dimiey75 mes que ha istat a gardar lo portal de Nostra Dama per la pesta76 ; coma costa per podisa au podisari a fuelh 55... gr. XX.

  • 77 N’ayant pu vérifier à l’original, etc.

Item pause aver bayla a mesier Brocheri, lo 28 jort dal mes de may, ff. 30 gr. IIII : d’una part ff. XIII e groses quatre, e aco per lo proses dal peage de la Brelhana ; item de l’autra part ff. VI, e aco a de Julhanis en la causa deu plait que aven entre Franses Myaulans e Peyron German, a causa que aneron vendre las lisas devers lo barri, a mesian77, amont a Sant Mari ; coma costa per podisa per mesier de Julianis ff. VI.

Item d’autra part ff. III e gr. III al dich arcivaire de la dita causa.
Item plus ff. III gr. IIII baylas a mesier Anthoni Bruni a causa per lo proses de Guylem Trotin.
Item d’autra part ff. III gr. IX per V jors que ha vacat as Ais per la villa ; coma costa per podisa a fuelh 58. De que es en soma ff. XXX, gr. IIII... ff. XXX, gr. IIII.

1527/1528 (CC 32)

Item, lo XI de novembre, pause aver pagat a Frances de Clara, en deminucion de sos gages de la garda dau portal de Sanct Peire, tres florins des gros et demi ; consta per podissa a fuelh IX... ff. III, gr. X, d. VIII.

Item plus, lo dich jort, pause aver pagat a Lois Ricard, en deminucion de sos gages de la garda dau portal, tres florins ; consta per podissa a fuelh XII... ff. III.

  • 78 Première chute du r de l’infinitif...

Item plus lo dich jort, pause aver pagat a Nicolau Bosqueti et a sos companhons, per comandament de messenhors los sendegues, per curar las peiras de la porta de la gleysa, tres florins sieis gros ; consta per podissa a fuelh XX... ff. III, gr. VI.
Item plus pause que, lo XXV de janohier, aver pagat a Lois Ricard, en deminucion de sos gages de la garda dau portal, gr. XVIII ; consta per sa podissa a fuelh XXI... gr. XVIII.
Item plus lo dich jort, pause aver pagat a Steve et Johan Mitart, nou gros ambe los autres per gara78 las peiras de davant la gleysa ; consta per podissa a fuelh XXI... gr. IX.

Item plus lo XIX de mars pause aver pagat, a mestre Sperit Chambon et a Cristol Robert, sinc florins ung gros en deminucion dau presfach de murar lo barri ; consta per sa podissa a fuelh XXVI... ff. V, gr. VI.

Item plus, lo dich jort, pause aver pagat a Lois Ricard sinc gros, en deminucion de sos gages que li deu la villa de la garda dau portal ; consta per podissa a fuelh XXXIIII... gr. V.

Item lo premier jort de mai, pause aver pagat a Frances Monsalier dos florins, en diminucion de sos gages de la garda dau portal de Sant Peire ; consta per podissa a fuelh XXXIIII... ff. II.

Item lo premier jort de mai, pause aver pagat a mestre Sperit Chanbon, en diminucion de so que a murat au barri de Sanct Johan, sinc gros ; consta per podissa a fuelh XXXV... gr. V.

Item pause lo XXVIII de mai aver pagat, a mestre Amelh Friset, sinc gros per dos anellos messes au granier de la villa, et per dos anels messes au portal de Sanct Johan, et ung ferolet mes a la porta de l’ostal de la villa ; consta per podissa a fuelh XLIII... gr. V.

1533/1534 (CC 32/33)

  • 79 Désormais on n’a plus baylat, ni même bayla, mais beilat, une notation franchement dialectale...
  • 80 En cinq ans seulement, on passe de la garda dau portal a la gardo dou pourtau. Ça fait beaucoup à l (...)
  • 81 Comment interpréter cette bizarrerie de quomo quosto pour coma costa (et, l’item suivant, quomandam (...)
  • 82 Voilà un dialectalisme intéressant. Il est occasionnel puisqu’on a plus loin quomandament, et pas q (...)

Item pause aver beilat79 a Lois Riquart, en demenusion de la gardo dou pourtau80 de Nostro Damo, tres florins et sieis sous, quomo quosto81 plus amploment82 ou podisari fo 1, lo 26 de setenbre 1533... ff. III, gr. VI.

  • 83 Là, on a carrément un francisme manifeste, bien connoté sociologiquement. D’autant que l’on trouver (...)
  • 84 Voilà un endroit où le u bien inutile de quomandament aurait normalement dû avoir sa place. Et ce n (...)

Item pause aver beilat a Lois Riquart, per quomandament de mesus83 lous sendeges84, tres sous lo 19 de novenbre 1533, et aquo per de forcas que a quonprat per metre de bigos davant la gardeto... gr. III.
(Podissari fo 50 vo : « Lo dich jourt ai beilat a Lois Riquart tres gros, per quomandament de mesus lous sendeges, per de paus que a quonprat per metre de bigos davant lo portal de la gardeto. »)

Item pause aver beilat a Lois Riquart tres florins et sieis sous, et aquo en demenusion de sous gagis de gardar lo portal, quomo apareis plus amploment ou podisari lo 27 de novenbre 1533 fo 5... ff. III, gr. VI.

Item pause aver beilat a Franses Monsalier sieis florins et sieis sous, et aquo en demenusion de sous gagis de la gardo dou portal de Sant Peire, quomo quosto plus amploment ou podisari lo 2 de febrier 1534 fo 8.

Lo 7 de febrier ai beilat a mestre Michel lo saralhier, per una clau per la gardeto et per quomandament de mesus lous sendeges... gr. I.
(Podissari fo 52 vo : « Lo 7 de febrier 1534 ai beilat a mestre Michel lo saralhier, per una clau que a fach a la porto de la gardeto dou Borget, et per quomandament de mesus lous sendeges... gr. I. »)

Item pause aver beilat a la molher de Glaudi Molino gr. III, et aquo per de peiro que an quonprat mesus lous sendeges d’elo, per adobar entre lo portal de Sant Peire et a quo de l’escudelier, lo sus dich jourt... ff. III, gr. VI.
(Podissari fo 53 vo : « Lo 23 de mai ai beilat a la molher de Glaudi Molino, per quomandament de mesus lous sendeges, et per de peiro qu’an quonprat per un sostrach que a fach Peire Quaire ou portau de Sant Peire... gr. III. »).

Item pause aver beilat a mosur lo sendege mestre Antoni Garsin gr. 2, et aquo per far quarejar las peiros que an mes au bari dou portal de Sant Peire et l’escudelier, lo 29 de mai 1534... gr. III.
(Podissari fo 54 : « Lo 29 de mai 1534 ai beilat a mosur lo sendege Garsini gr. 2, et aquo per far quarejar la peiro de que an adobat lo bari entre lo portal de Sant Peire et l’escudelier... gr. II. »)

1534/1535 (CC 32/33)

Item plus dis aver pagat a Frances Monsalier en demenusion de sas vacasions, tant per gardar lo portal de Sant Peyre que per lo serar de nuech, costa per podiza au podizari fo 11, lo 15 de septenbre 1534, agut... ff. V.

  • 85 Le scripteur de l’année suivante, dans un texte globalement plus fidèle aux normes classiques, se r (...)

Item plus dis aver pagat a Frances Aurias, per la gardo dal portal de Nostra Dama et serar de nuech los portals, como costo per ung tillet seygnat85 per mestre Triboleti, et per podiza al podizari a fo 37, agut, lo 28 de jun 1535... ff. VI, gr. X, d. VIII.

Item plus dis aver pagat a mestre Peyre Cayre, murayre de Forcalquier, per resta et compliment del pres fach en que la vila li ero hobligat de la gardeta de Sant Peyre, et gr. 6 per ung jort que a vacat adobar l’esquola, que es tout en somo, que agut (costa per podiza au podizari fo 42)... ff. IIII, gr. VI.

1535/1536 (CC 32/33)

  • 86 Même remarque que précédemment. Lui ne sait plus écrire Borguet mais, se rendant compte que Borget (...)

L’an subre dit e lo 12 d’aust, dis aver pagat a mestre Andrieu Garcin la sommo de 10 gros, e aco per doas jornados que a vacat per aplanar lo Borghet86, quomo quosto a mon podissary a fo 10... gr. 10.

1536/1537 (CC 32/33)

  • 87 Une remarque importante : des formules écrites habituelles, comme pause aver pagat, demeurent en l’ (...)
  • 88 Nouveau dialectalisme. Aujourd’hui encore, le son de la voyelle finale, dans le mot que nous écrivo (...)

24Item lo XXI de setenbre 1536, pause aver pagat87 a mestre Franses Chaurant, fustier, abitant de la present vilo, trento gros, et aquo per uno parselo pasado au libre de las ordenansos, del portal que avio88 adobat de Nostro Damo, como par a fo II e LXXXII, et costo per podiso a mon podisari a fo XI... ff. II½.

  • 89 Dans un tel contexte, on pourrait s’attendre à quelque demiey, ou une forme voisine. Or miech a bie (...)

Item l’an reire escrich et lo XXVIII de julhet pause aver pagat a Franses Monsalier, d’esta vilo, tres florins et miech89 et aquo per lo compliment de sos gages del portal de Sant Peire, como costo au libre de las ordenansos a fo II e CI, et per podiso a mon podisari a fo C e XII... ff. III½.

1537 (CC 32/33)

(Compte de Lois German.)
Item plus pause aver beilat a Johan Duran et a Johan Moton, caladaires, quinse florins, et aquo per una calada que an fach au davant de la gleisa et dau portal de Nostra Dama anant au Borguet, et aquo tochant a la part de la villa coma apar a mon podissari a f
o 119 l’an susdit et lo 13 de abril ; monta ff. XV.

Item plus pause aver beilat a Frances Monsalier des et VIII gros et demi, et aquo tant per compliment de sos gages que a per serrar los portaus, et per de senieras que a beilat, coma apar a mon podissari a fo 152, l’an sus dit et lo 6 d’avoust, que monto... ff. I, gr. VI, d. VIII.

Item plus pause aver paguat a Lois Riquart veuch (sic) florins, et aquo per los gages que li dona la villa per sarrar los portaus, coma apar a mon podissari a fo 185, l’an susdit et lo 7 de julhet ; monto... ff. VIII.

1541 (CC 33)

  • 90 Là c’est apparemment le y qui donne une allure française. On va donc en mettre un peu partout...

(Compte de Rostang Guylhem)
Item plus pause aver paga a mestre Symon
90 Guieu gr. XVIII, per tres jornadas que a vacat ambe sos dos ases par acampar de peiras, al prefach que avio Bosqueti dal barri ; costa per podissa a mon podisari a folio I... gr. XVIII.

  • 91 Pour la première fois, on note ici le a final par un e plutôt que d’hésiter sans cesse entre a et o (...)
  • 92 Francisme.

Item plus ay pagat a Mari Andryeu, dict Miralhet, la somma de nou florins quatre gros et tres cars, en que la ville91 ly es tengut, tant per far netejar las lyces des barrys, que per certeynes92 vacacions que a fach per la dicte ville ; coma costo per podiso a mon podisari a folio 90... ff. V, gr. VII, d. XII.

  • 93 Consoul remplace désormais sendegue (noté à la fin sendege). Mais bientôt (ici quatre items plus ba (...)

Item plus pause aver paguat a mestre Frances Monsalier dos florins, et aquo per sieis meses que a servit la villa a sarrar los portaus (aquel de Sanct Peire et de Sanct Johan) ; coma apar a mon podissari a ff. 98, que monto ... ff. II.
Item plus l’an sus dich et lo 21 de jun, ay lougat ung home per garar la tero dau Bourguet ; de que l’ai noris et l’ay pagat sous gages, et aqo per lisenso des consouls93 ; monto sieys sous... s. VI.
Item plus l’an sus dich et lo 22 de jun, ay tournat lougar ung autre home a l’escas ; monto sinq sous... s. V.
Item plus l’an et lo dich jourt yeu Rostang Guylhem, ay beylay ung pechier de vin et dous pans ; monto, et aco per aquelous que gardavon lou pourtal per la jandarmos que pasavon... s. I, d. IIII.

Item plus l’an et lo jourt sus dich, a pres mestre Speryt Gelos 2 claveus de ung patac la peso, que a botat au pourtal de Sanct Juhan ; que es... d. IIII.

Item plus l’an et lo jourt sus dich, ay pagat ung autre pechier de vin que a pres Sperit Gelos et Gaspar Bandoli, per lisenso das consous, qu’es quant guardavan lous pourtaus per quant la jandarmaryo passavo.

1542 (CC 33)

Item plus l’an sus dich, et lo 6 de mars, pause aver pagat Steve Testo ung sou, et aco per stremar la fustalha de la gardeto ; et aco per comandament das consous... s. I.

Item plus l’an sus dich, et lo 22 de apryl, pause aver pagat en de claveus que an beylat a mestre Anthoni Lansalot, per boutar en de paumelos et de saralhos per lo baloart ; monton, per comandanet das consous... d. X.

Item plus l’an sus dich, et lo 24 de apryl, pause aver pagat a Peyre Pelicier et Auzias Bosant, per uno journado qu’an portat de peyro subre lo bari ; come costo per ung tilet que me a mandat monsenhor lo consou mestre Loys German, monto la sommo de... s. VIII.
Item plus l’an sus dich, et lo 27 de apryl, pause aver pagat a mestre Claudi Girart, fustier, la sommo de ung florin, et aco per uno porto que a fach per la toure de Sanct Peyre ; et aco per comandament dau consou mestre Loys German... ff. I.

1544 (CC 33)

  • 94 Si la notation ung est désormais fréquente, on voit que mélanger les lettres ne veut plus dire gran (...)

Item pause aver beylat a Johan Lardeyret des gros, per ugno94 fusto que prengueron monsenhor lou consol Mosquin per botar a la gardeto ; monto... gr. XI.

1545 (CC 33)

Item plus pause aver pagat a Lois Ricard des florins, en deduction de sos gages de la garda dal portal ; costa per podissa a mon podissari a fo 60... ff. X.

  • 95 On voit qu’en 1545 encore, certains continuent d’écrire une langue parfaitement classique.

Item plus pause aver pagat a Mari Aubert, en deduction de sos gages de la garda dal portal, tres florins ; costa per podissa a mon podissari a fo 70... ff. III95.

1545/1546 (CC 33)

Pause aver comprat ugne barre per metre al portal de Chanbon, per comandament de mes. lo consol lo I de jung... gr. I.

  • 96 Bon, on a compris que pour faire français il fallait mettre des e. Alors on en met un peu partout, (...)
  • 97 Nos Frayres Menors demeurent Frayre, mais sont désormais Myneurs...

Pause aver bailhat dos taulhes de auberes que tiron dux palmes96 de larc et quatrez de lonc, per comandemment de mesieurs les (consols), per lo portal de Chanbon lo 3 de jung... ff. I.
Pause aver comprat de Jehan Passaire dos gonffons per la gardete, et dos trafiches per lo portal des Frayre Myneurs97, per comandament des consols... gr. IIII.

  • 98 Désormais, j’avoue ne pas savoir comment transcrire certaines abréviations. À supposer que leurs au (...)

Pause aver bailhat a Ponset Trotin et a Pierre de la Rue per portar la bige au Borguet, per comandament de mes98 lou Consolh, gr. I.

  • 99 Pas facile, quand même, de faire français...
  • 100 Comendament ? Comandament ? Allez savoir avec cette fichue langue...

Pause aver comprat tres cannos de taullan per far la gardeto a raison de dixahuict99 gro la canne, que monte... ff. 4, gr. VI.
Pause aver bailhat a Melhiere per clavellar la dicte gardete, per comendament100 de mos. lo consolh... gr. III.
Pause aver bailhat a Simon Roret, faire passar las gens a la gardete, per comandament de mos. lo consolh lo 25 de jung... gr. 3.
Pause aver bailhat a Motet per adobar la bariere dau portal, a la presance de Loys German lo 5 de septenbre 1545... gr. 4, d. 8.
Pause aver bailhat a ung homme que a caregat las taulles de la gardete a l’escolle, ung gros... gr. I.

Pause aver bailhat a mestre Pierre Allart dos liures de seu et ung homme, per adobar la font dau Borguet lo 19 de mars 1545... gr. 5, d. VIII.

1547 (CC 33)

Item ay paguat a Reynaud Alart quatre gros, qu’avye guasagnat a sarar de peyra eyssucha lo camyn dau pourtal de l’espital, per affin que les gens passesson au camin de las Moulieros... gr. IIII.

  • 101 Cette fois on y est... Nous pouvons maintenant trouver une suite de trois mots français. On ne s’ét (...)

Item pause aver paguat, per commandament de messieurs les conssulz101, a Anthony Goulman per so que avye dourmit 16 vespres a la guardete de la terre de Boyroni, li donnavon VIII d. per vespre... gr. VIII.

  • 102 Exit lo vielh : place au « vieil »...

Item ay beilat, per commandament de messieurs les conssulz, a Frances Reynaud per so que avye adoubat la barriere de l’espital vieil102, qu’ero istat fondude... gr. II.

Item ay paguat a mestre Andrieu Rouman, per commandament de messieurs les conssulz, per faire adoubar lou goufon dau pourtal de Nostre Dame, qu’ere desfaich, a agut... gr. VI.

  • 103 Le temps des mots bâtards commence. Entre baloard et « boulevard », voici le « boulourt »...
  • 104 On en perd même le genre des choses : dau dich cledat devient de la diche cledat... Quelle époque ! (...)
  • 105 Pittoresque compromis entre grasilha et « grille »... Je crois entendre ma grand-mère qui francisai (...)

Item pause aver paguat, per commandament de messieurs les conssulz, 50 liures de ferre per fayre reffoursar lou cledat dau boulourt103 de Sainct Peyre, que coste 7 patacs la liure, monte... ff. III, gr. VII, d. VIII.
Item ay paguat de la faysson dau dich cledat, qu’a posat quant es istat refaich, 101 liures a Jaume Girard et a mestre Michel Siriot, que an agut, a raison de 5 patacs per lieure... ff. V, gr. III, d. II.
Item ay comprat, per commandament de messieurs les conssulz, vingt une lieure de ferre per fayre lou cadenat de la diche cledat104, que coste 7 patacs la liure ; es ff. I, gr. VI, d. VI.
Item ay paguat, per commandament de messieurs les conssulz, tant per la faison dau dich cadenat que per la tartugue que y es, et per une gresilhe105 qu’an mes lou susdich a la font de Sanct Peire, an agut... ff. III.

1537 Un compte bilingue

  • 106 Léon de Berluc-Pérussis, Les dates de l’histoire de Forcalquier, Forcalquier, 1886, p. 151.

25Berluc l’avait déjà relevé pour 1484 : « La ville écrit, le 12 janvier, au roi, “comte de Forcalquier et de Provence”, une lettre qui proteste d’une entière et unanime fidélité : “Vous certifiant, très chier sire, que depuis que nous fumes à la couronne, non hia grant ny petit que aye ne vuelhe desirer estre a aultre mestre, ne avoir souverein que vous, ny que aye desir ny courage de fere fors vostre bon pleysir et vouloyr...” Le tout est signé : “Les sindegues, conselh, gens et manans de vostre vile de Forcalquier.” Cette missive, qui est couchée tout au long dans le registre municipal, est la première page de français écrite à Forcalquier106. »

  • 107 Il faudrait regarder d’encore plus près, et voir si une lettre reçue entraîne ensuite des francisme (...)

26C’est du français avec des occitanismes (vuelhe, mestre, sindegues, conselh...) Faut-il voir dans ces échanges, qui vont bientôt se multiplier (Berluc cite une autre lettre insérée dans une délibération du 26 mars 1486), la principale source des francismes, orthographiques et autres, qui commencent à contaminer nos archives en occitan dès la dernière décennie du xve siècle ? Il paraît difficile d’en trouver d’autres aussi potentiellement déterminantes107. En tout cas, une concurrence de fait est désormais engagée, en attendant une lutte dont on connaît le vainqueur.
De fait, selon Paul Meyer, « Le français fait une première apparition » en 1546 :

S’en sec lou manuel de la tresaurarie de Jacques Berluc, de l’an mil cinq cens quarante six et quarante sept.
Item, pause avoyr payé à Me André Mosse sept florins sept soulz ung liard, esquelz la ville luy est tenu per cause de dix huict livres et ung carter de siere, comme apert per poulize a mon poudissayre, au fo premier.
Item, pause aver pagat a Me Anthoyne Vicary, de Forc., dix soulz esquelz la ville luy est tenu pour deux jours qu’il avoit vaqué pour lad. Ville, coume apert per poulizo a mon podissayre, au fo premier.
Item, pause aver paguat a Monsen Nicolas Roubaud, prestre, ung florin auquel la ville luy est tenu pour avoir sonné les cloches la nuyt de la veilhe de Saincte Anne...

27L’intention d’écrire en français n’est pas contestable, mais ce n’est pas encore du français. [...] c’est seulement à partir de la Pentecôte 1588 (l’exercice commençait au lendemain de la Pentecôte) que le français est définitivement adopté dans la comptabilité. Toutefois, cette règle ne concerne que les comptables ; elle ne s’applique pas de façon absolue aux créanciers de la ville. Le registre coté CC 35, qui contient des quittances datées de 1564 et 1565, est presque entièrement en français ; mais on y trouve encore un petit nombre de quittances [...] qui sont rédigées en un provençal très francisé. Voici la dernière de ces pièces (fol. 212) :

  • 108 Op. cit., p. 335-336.

Ieu sotosegnat confesse de aver agut et resaupud de la comuno de Forc. et per las mans de Sr Jaques Auberd, jadis tresorier, la somo de vint et nuf florins, et se en dedusion d’uno mienno parsello, quomo apert au libre des parsellos a fo 70, dont quite la dito comuno et tresorier de la susdito somo de XXIX f., se 14 de novembre 1565108 [...].

28Comme on l’a déjà vu, c’est par fragments que l’occitan subsiste dans des textes francisés (pause aver pagat), et de la même façon que le français s’impose dans des textes se voulant encore provençaux (jadis tresorier, se 14 de novembre). Cette suite de déchirures et de rapiéçages, qui finissent par s’inverser, a quelque chose de fascinant à observer.

  • 109 C’est un grand cahier en papier, de format 22 x 31,5 cm, comportant 10 pages écrites recto-verso d’ (...)

29Mais certains textes posent des problèmes aussi passionnants qu’insolubles, ou qu’en tout cas je ne suis pas parvenu à résoudre pour l’instant.
Il en va ainsi d’un de nos cahiers de comptes, consacré à un chapitre de dépenses spécifique, et daté de 1537109.

  • 110 Voir ces deux paragraphes à notre illustration notée 1537-1 .

30Sa première page commence par expliquer en français de quoi il s’agit. On remarque aussitôt qu’un large blanc avait été laissé sous ce premier paragraphe, manifestement afin qu’il soit traduit en occitan, ce qui devait donc apparaître encore à cette date comme une opération indispensable. La traduction a été faite d’une autre main, et porte la mention « es a mon entendre ». Cela signifie je pense que le traducteur donne à son texte le sens d’un résumé analytique, plutôt que d’une traduction littérale, ce qu’effectivement il n’est pas110.

Figure 8. — 1537-1.

Figure 8. — 1537-1.
  • 111 Voir notre illustration notée 1537-4, .

31Le scripteur du texte français parle à la première personne et se nomme Loys Germain. Celui du texte occitan fait de même et se nomme Lois German... Difficile de croire à une coïncidence ! Mais qui est l’auteur du texte français ? Au bas de cette même première page commence un compte trésoraire en français de la main de Loys Germain, qui se poursuit sur les deux pages suivantes. Au bout de cette dernière, un premier item de la main de Lois German, qui tient seul la plume jusqu’à la fin du document. Or cette écriture est celle du Lois German qui note par ailleurs le compte ordinaire de la ville pour cette même année 1537. Certes, le compte en français n’énumère que des frais administratifs, quand le compte occitan détaille une foule de dépenses concrètes. Deux exceptions pour le compte occitan : ses deux premiers items. Le premier est au bas de la dernière page en français, et concerne le même type de dépenses, auxquelles il est intégré dans le calcul. Le second commence la page qui inaugure la série entièrement en oc par une mention de même type, mais elle a été entièrement biffée... Après quoi on passe à des dépenses ordinaires, dont on aura un échantillon111.

Figure 9. — 1537-4.

Figure 9. — 1537-4.

32Et pourtant l’ensemble du document s’adresse aux élus forcalquiérens, car c’est bien eux qui devront payer le tout. Qui et pourquoi a commencé ce document et en a rédigé les premiers articles, prévoyant que son introduction serait traduite et laissant ensuite la plume à celui qui paraît bien être le véritable Lois German ? Rien dans ce document ne permet de le savoir.

33En tout cas ce texte représente déjà une sorte de caricature sociologique : le français tient le haut de la page, dans une écriture plus grosse et mieux calligraphiée que l’occitan, qui se place au-dessous, noté plus petit et d’une plume plus négligée ; le premier ne rend compte que de choses nobles, le second détaille des trivialités...

34Dans un but pédagogique (les manuels de paléographie occitane ne courant pas les rues, à ma connaissance) je donnerai d’abord, outre le fac-similé des originaux, la transcription littérale des deux paragraphes, le français et l’occitan, puis du début et de la première page du compte occitan, suivis d’une transcription de l’ensemble rendue graphiquement plus lisible (sans aucune modernisation orthographique toutefois), ainsi que la traduction du texte occitan, jusqu’à la première page comprise (numérotée 4) avec quelques notes assorties. Puis, dans le même but, le fac-similé et ma seule transcription des deux pages de compte suivantes (5 et 6). Chacun pourra alors juger par lui-même de la façon dont se comporte encore (ou toujours...), deux ans avant Villers-Cotterêts, l’occitan désormais déjà confronté au français...

Trancription littérale

(Page 1)
1537

  • 112 Deux mentions en marge. La première est de la main du traducteur : « es amon Entendre » (selon moi) (...)

35Mil VC XXXVII, Et le sincquiesme du moys
de decembre je Loys germain thesaurier de la
ville de forcalquier ay Reccu de mess(ire) gaspart
de dignoscio et mestre Jaques columbi Les sommes
de huictante escus dor au soleilh sur LXXX escus
dor au soleilh. Lezquel ont preste ala ville de
forcalquier pour la deffension de la cause que
ha la ville de manuasque : contra la ville de
forcalquier, pour occasion de la communtation des
du siege de seneychal112
La parsella de largent deiborsat per mi lois german
tesaurier per la villa de forc(alquier) per fornir tant des gages
que a la despensa de la comission que a fach mon(senho)r daupeda
coselhier a la cort dau parlament d ais istant tant a mana
que a sanct michel per ausir los testis testimonis dau prosses
que a la dita villa contra manosqua sus la comutassion dau
siege a comensanct lan 1537 et lo sinc de desembre
[...]

(Page 3)

  • 113 Le signe « escut » (écu) est représenté par un triangle pointe en bas, avec un point au milieu.

Item a mon(senho)r lo doctor de marcai ai bailat
tres escus dor en diminussion de sas va
cacions journadas monton...
Δ113 iii
[...]

(Page 4)

  • 114 Après avoir cancellé cet article, le trésorier a noté en marge : « nai podissa » (j’en possède quit (...)

Item plus ai paguat a mon(senho)r lo juge de
pertus messer sanarte dos escus dor que li a portat
gaspart caire lo 2 de desembre 1537 monto... ff
Δ.. 11114.
plus ai bailat au dit gaspart per portar los dos
escus a sanct michel lo dit jourt monto ........................................... ff. g. ii
plus per de candelas grossas que
ai comprat a
comprat mon(senho)r lo conso sen Rostan guilheume de
bernardin brochier et yeu lai reborsat per mandar
a mana a salagon coma apar per ung tilet que
ma mandat clamens german monton ........................................... ff. g. iiii
plus per vi ll. de castanhas monton .............................................. ff. g. iii
plus per i ll. de sucre monto ........................................................ ff. g. ii
plus per de canella i on ................................................................ ff. g. ii
plus per girofles enties on. monto .............................................. ff. g. ii
lus per de muscadas i on ............................................................. ff. g. ii
plus per ung fromage dauvernia que a bei
lat lo conso sen Rostan que a pesat . vii . ll. de que nai
paguat a Reson de dos gros et demi la lieu
ra que monto ............................................................... ff. i gr. v. d. v
plus per / 50 / neullas monton ................................................ ff. gr i
plus per de naveus sive Rabas monton ........................................ ff. gr i
plus per xii ll. de cart de moton monton ............................ ff. gr. vii d. viii
plus per catre perdris terrest que ma fach comprar
monsenhor lo conso berluc monton ......................................... ff. gr. viii
plus per una perdis de las grossas monto ................................... ff. gr. iii
plus per una bequassa et doas seras et catre
tordres que ai paguat monton ........................................... ff. gr. iii d. viii
plus per vi seras et dos tordres et vi petis au
seus que monton ............................................................. ff. gr. iii d. viii
plus per una galina monto .......................................................... ff. gr. iii
plus per tres perdis que mi coston ........................................ ff. gr. viii
plus per vi merles et ung petit ausel ................................... ff. gr. ii d. iiii
plus per ung polas monto .......................................................... ff. gr. i
plus per catre conieus que mi coston ............................... ff. gr. x d. viii
plus per ung gros de poms monton ........................................... ff. gr. i
plus per ung gros de safran monto ................................................ ff. gr. i
plus per una espalla de moton que ai comprat
de ardenti que mi costa ........................................................... ff. gr. iii
Somo ......... ff. xv gr. ix viii gr. iii

Trancription plus lisible

(Page 1)
1537

36Mil VC XXXVII, et le sincquiesme du moys de decembre je, Loys Germain, thesaurier de la ville de Forcalquier, ay receu de messier Gaspart de Dignoscio et mestre Jaques Columbi les sommes de huictante escus d’or au soleilh, sive LXXX escus d’or au soleilh, lezquel ont preste a la ville de Forcalquier pour la deffension de la cause que ha la ville de Manuasque contra la ville de Forcalquier, pour occasion de la commutation du siege de seneychal.
La parsella de l’argent deiborsat per mi, Lois German, tesaurier per la villa de Forcalquier, per fornir, tant des gages que a la despensa, de la comission que a fach monsenhor d’Aupeda coselhier a la cort dau parlament d’Ais, istant tant a Mana que a Sanct-Michel, per ausir los testimonis dau prosses que a la dita villa contra Manosqua sus la comutassion dau siege, acomensanct l’an 1537 et lo sinc de desembre.
[...]

(Page 3)

[...]
Item a monsenhor lo doctor de Marcai ai beilat tres escus d’or en diminussion de sas journadas, monton ...................................................... Δ III
[...]

(Page 4)
+

  • 115 Après avoir cancellé cet article, le trésorier a noté en marge : « n’ai podissa » (j’en possède qui (...)
  • 116 Au contraire de « lieura », once n’est jamais noté en entier. On peut donc avoir « onça », « onsa » (...)

Item plus ai paguat a monsenhor lo juge de Pertus, messer Saureti, dos escus d’or que li a portat Gaspart Caire lo 2 de desembre 1537, monto ....................................................................................... fl.Δ. II115
Plus ai bailat au dit Gaspart, per portar los dos escus a Sanct-Michel lo dit jourt, monto..................................................................... fl. g. II
Plus per de candelas grossas que a comprat monsenhor lo conso sen Rostan Guilheume de Bernardin Brochier, et yeu l’ai reborsat, per mandar a Mana a Salagon, coma apar per ung tilet que m’a mandat Clamens German, monton ................................................................... fl. g. IIII
Plus per VI lieuras de castanhas, monton .................................. fl. g. III
Plus per I lieura de sucre, monto ................................................. fl. g. II
Plus per de canella, I onça
116 ...................................................... fl. g. II
Plus per girofles enties,
½ onça, monto ..................................... fl. g. II
Plus per de muscadas, I onça ....................................................... fl. g. II
Plus per ung fromage d’Auvernia que a beilat lo conso sen Rostan, que a pesat VII lieuras, de que n’ai paguat, a reson de dos gros et demi la lieura, que monto .................................................................. fl. I gr. V. d. V
Plus per 50 neullas, monton .................................................... fl. gr I
Plus per de naveus
sive rabas, monton ....................................... fl. gr I
Plus per XII lieuras de cart de moton, monton ................ fl. gr. VII d. VIII
Plus per catre perdris terrest que m’a fach comprar monsenhor lo conso Berluc, monton ................................................................ fl. gr. VIII
Plus per una perdis, de las grossas, monto ................................ fl. gr. III
Plus per una bequassa et doas seras et catre tordres que ai paguat, monton .............................................................................. fl. gr. III d. VIII
Plus per VI seras et dos tordres et VI petis auseus, que monton
.............................................................................. fl. gr. III d. VIII
Plus per una galina, monto ....................................................... fl. gr. III
Plus per tres perdis, que mi coston ........................................... fl. gr. VIII
Plus per VI merles et ung petit ausel ............................... fl. gr. II d. IIII
Plus per ung polas, monto ....................................................... fl. gr. I
Plus per catre conieus, que mi coston ................................. fl. gr. X d. VIII
Plus per ung gros de poms, monton .............................................. fl. gr. I
Plus per ung gros de safran, monto ............................................... fl. gr. I
Plus per una espalla de moton que ai comprat de Ardenti, que mi costa.................................................................................... fl. gr. III
Somo... fl.
XV gr. IX VIII gr. III

Figure 10. — 1537-5.

Figure 10. — 1537-5.
  • 117 Donnée avec le fac-similé (1537-5) et ma seule transcription.

(Page 5117)
+

Plus per doas saumadas de lenha de mulet que a comprat Clamens German a Mana, monton ............................................................. fl. gr. III
Plus per lo port de doas cosseras et una lichiera que ay portat au prieurat, monton ............................................................................ fl. gr. d. VIII
Plus per XII lieuras de moton que (a) aduch monsen Frances de Mieullans, de Forcalquier, monton ............................................... fl. gr. VII, d. VIII
Plus per 50 aranges que ai comprat de Crespineti, que monto ...............
.................................................................. fl. gr. II, d. VIII
Plus per sinc veires doubles
Plus per VIII lieuras de cart de moton, monton ........................ fl. gr. V
Plus per VIII lieuras de per III lieuras de candelas, monton .......... fl. gr. III
Plus per de pomas, monton ................................................. fl. gr. d. VIII
Plus per una perdis et catre seras, monton ................................ fl. gr. V
Plus per III seras e ung gayet que ai portat a Mana lo dit jourt, monto.....
......................................................................... fl. gr. I, d. X
Plus per tres gros de pan que ai comprat a Mana lo dit jourt, monto ........................................................................................ fl. gr. III
Plus per catre perdis et ung conilh et catre seras que ai mandat a Sanct-Michel per lo dit messier Frances quant monsenhor d’Aupeda se foset mandat, monto ...................................................................... fl. I, gr. X
Plus per doas perdis et nou gros d’argent per de pan que a comprat a Mana per portar a Sanct-Michel lo dit messier Frances, que era lo 5 de desembre 1537 ......................................................................... fl. I, gr. V
Plus per VI lieuras de castanhas que ai paguat a Crespineti, pres lo dit messier Frances, monton ................................................... fl. gr. III
Plus a pres lo dit messier Frances de naveus dau dit Crespineti, monton..
..................................................................................... fl. gr. I
Plus per catre lieuras de candelas que ai pres dau bochier, que monton.................................................................................. fl. gr. IIII
Plus per gros de sicorea, monto ........................................ fl. gr. d. VIII
Plus per sinc perdis que a comprat messier Frances a Mana, que n’ai paguat ............................................................................... fl. I, gr. VI
Plus per gros das dis naveus, monton ............................... fl. gr. d. VIII
Plus per tres saumadas de lenha que an desquarguat a la meson de Gausserandi quand monsenhor d’Aupeda l’i venguet dormir, que monton ......
....................................................................... fl. gr. III, d. VIII
Plus per ung gros et demi que ai beilat a l’ome que a mandat messier Gaspart de Sanct-Michel que adusie novellas que monsenhor d’Aupeda venia dormir a Forcalquier, monto. fl. gr. I, d. X
Somo .................... fl. VIII, gr. VI, d. X.

Figure. 11 — 1537-6.

Figure. 11 — 1537-6.
  • 118 Donnée avec le fac-similé (1537-6) et ma seule transcription.

(Page 6118)
+

37Plus per dos gros per de pan que ai comprat lo vespre que monsenhor d’Aupeda anet sopar a la meson de Gausserandi, monto .............. fl. gr. II
Plus per XII uous et ung cart de anchoyas et ½ gros de sucre et ung cart de aigua rosa et ung cart de pesses, monto tout ....................... fl. gr. II, d. XII
Plus per ung cart de tachetas que a comprat Mosquini per parar las chamineyas dau dit Gaspart Gausserandi, monto ................... fl. gr. d. IIII
Plus per VIII gros que ai beilat a Garneri que es anat a Sisteron que monsenhor d’Aupeda l’a mandat lo vespre que aribet a quo de Jausserandi, monto ................................................................... fl. gr. VIII
Plus per II lieuras de castanhas et ½ gros de aranges per lo sopar dau dit, monto ............................................................................ fl. gr. I, d. VIII
Plus per vint e sieis gros que ai beilat a messier Bernardin Bermondi en diminussion de la despensa que a fach monsenhor d’Aupeda a Salagon et aquo per las mans de Clamens German, monto .................... fl. II, gr. II
Plus per tres galinas que a comprat messier Frances de mestre Costans quant monsenhor d’Aupeda venguet a Forcalquier, que monton ....... fl. I
Plus per XV lieuras de cart de moton que ai pres a la bocharia que era en doas cueissas et una espalla per lo dit senhor, monto ......... fl. gr. IX, d. VI
Plus per un patac de salhinhons, monton ................................... fl. gr. d. II
Plus per quatre perdis que an mangat a dinar a la meson dau dit Gausserandi, monton ................................................................ fl. I, gr. IIII
Plus per VI lieuras de cart de moton per bulhir au dit dinar, que monton ..................................................................................... fl. gr. III, d. XII
Plus per tres cars que peras que de pomas per lo dit dinar, monton ............................................................................... fl. gr. d. XII
Plus per doas lieuras de castanhas et ung cart de salhinhons et ung cart de pomas et una chandela de ung cart que a beilat lo dit Gausserandi, monto tout .......................................................................... fl. gr. I, d. XII
Plus per dos gros de pan per lo dit dinar ................................... fl. gr. II
Plus per dos gros que ai beilat a Maret, lo survent de Sanct Michel, per una letra que mandava Ynart Amaurric que lo juge de Pertus era aribat a Sanct Michel, monto ...................................................................... fl. gr. II
Soma ............ fl. VII, gr. IIII, d. IIII.

Conclusion

38Une conclusion s’impose après ces quelques survols, aussi rapides que regardés de près : c’est l’importance du travail qui reste à faire si l’on veut y voir vraiment plus clair.

  • 119 Auguste Brun, Recherches historiques sur l’introduction du français dans les provinces du Midi, Par (...)

39Les éléments de comparaison sûrs demeurent rares, et ce bref examen, même s’il ne révèle rien de bouleversant, ne va pas forcément toujours dans leur sens. Prenons ce qu’écrivait Auguste Brun119. « Dans les années qui précèdent et qui suivent immédiatement l’ordonnance, (le français) se répand partout [...] dans le Haut-Pays, à Forcalquier, à Sisteron et aussi dans le Comtat. Enfin, de 1550 à 1560, il s’impose aux populations [...] à l’est du Rhône, dans les Baronnies, dans les montagnes provençales : Riez, Castellane, en Queyras [...]. » Or, comme le signalait Meyer (que cite pourtant Brun), en 1550 Forcalquier commence un nouveau cadastre en provençal... Il faudrait bien sûr examiner quel est l’état de ce provençal, s’il se prolonge jusqu’à la fin du document, et si c’est le cas à quelle date et à quoi ressemble-t-il alors...

40Surtout, les documents conservés pour Forcalquier (mais on peut en dire autant, et souvent plus, de nombre de villes ou même villages provençaux) permettraient vraisemblablement, en les parcourant tous, de savoir non seulement comment (nous en avons vu ici quelques aperçus) mais qui au juste, quand, voire pourquoi précisément, se met à écrire en français ; de connaître sa position sociale, d’examiner comment chacun se détermine face à cette situation ; d’estimer l’importance des voyages effectués par nos élus, des éventuels francophones venus résider sur place, des courriers en français reçus de la cour et de leurs réponses...

  • 120 On n’omettra pas ici l’Obituaire du chapitre de Saint-Mary, (tenu de la fin du xiie siècle jusqu’en (...)
  • 121 Des perspectives politiques ne seraient pas non plus à négliger : tous les Forcalquiérens n’accepta (...)

41Il ne faudrait donc pas ici se contenter d’étudier la totalité des documents en occitan : comptes trésoraires, délibérations, cahiers de quittances, registres de taille et cadastres, mais également tous les textes contemporains susceptibles de les éclairer : les délibérations elles-mêmes (d’ordinaire en latin), les documents d’état-civil les plus anciens120, les minutes notariales121...

42Le travail peut paraître gigantesque, voire disproportionné par rapport aux résultats qu’on peut espérer en attendre. Mais il me semble que le détail de la mise en place de ce système, où une langue se voit chassée de positions qu’elle occupait, bref l’histoire des débuts d’une diglossie, mérite un tel effort. Et qu’il faudrait au moins le tenter, à titre expérimental, en un lieu.

Haut de page

Notes

1 Cf. Jean-Yves Royer, Le journal de Noé de Barras, Les Alpes de Lumière, Mane, 1988, p. 49-55 : La langue d’oc, le Moyen Âge et les chercheurs.

2 Auguste Brun, Recherches historiques sur l’introduction du français dans les provinces du Midi, Paris, 1923.

3 Et non pas en 1448 comme l’écrit Paul Meyer dans ses Documents linguistiques du midi de la France de 1909, p. 334. L’original est classé CC 3 aux archives municipales de Forcalquier.

4 Cela n’a rien d’exceptionnel. Par exemple, pour autant que je me souvienne, ayant jadis parcouru cette série, les compoix toulonnais, eux, sont en latin jusqu’en 1539, et passent à l’occitan après cette date... avant, bien sûr, de finir par se mettre au français (au xviie siècle)... Le site Internet des archives municipales de la ville mentionne simplement que le plus ancien est de 1370 et ne permet donc pas de vérifier. Mais, même s’ils y ont jeté un coup d’œil, bien peu de romanistes ont eu le courage de se plonger dans ces énormes registres, où les ambiguïtés des graphies médiévales, tendant souvent vers une sorte de sténo, rend les toponymes (et même, dans une moindre mesure, les patronymes) difficilement identifiables pour qui ne connaît pas les noms de lieux et de personnes du coin. En règle générale, si les documents les plus officiels passent souvent assez vite au français, les textes d’usage pratique restent bien plus longtemps en oc.

5 Pour rendre ce gros document plus facile à consulter, il est relié à l’envers : son dos est un pli creux, et sa tranche forme donc un biseau double.

6 J’ai publié en 1978 les textes de 1478-1479 dans Forcalquier au temps de la peste, Les Alpes de Lumière, 1977 (sic, 1978 en réalité, pour le cinquième centenaire de l’événement). Paul Meyer (op. cit.) en avait déjà donné des extraits, assez erronés. Par exemple, au 25 décembre 1478, la phrase « lo portal en anant a Sanct Johan » devient chez Meyer « lo portal en avant a Sanct Jehan ». Pour un Forcalquiéren, c’est absurde, l’église Saint-Jean ayant toujours été hors les murs. Pour notre propos, remplacer « Johan » par « Jehan », ce n’est pas exactement pareil... Il y joignait aussi des extraits des comptes de 1517-1518, mieux édités car, comme Meyer le dit lui-même, « écrit et rédigé avec plus de soin que les autres ». Mais seuls trois items des comptes de cette année-là figurent également dans les extraits cités ici, qui sont donc dans leur ensemble presque entièrement inédits.

7 On sait que le nh occitan a moins résisté devant le gn (ou ign, ou autre variante) que le lh face au ill français.

8 La présence du fac-similé me paraît rendre inutile toute explication sur la façon dont j’ai transcrit ce texte. Il suffira de faire la comparaison.

9 Dans le, cas des archives forcalquiérennes il n’est sans doute pas impossible d’identifier une partie de ces scripteurs, de nombreux documents de cette période étant conservés. Les archives notariales en font partie, mais pas l’état-civil, les actes paroissiaux ne nous étant parvenus que depuis 1532. Ce qui ne leur interdit d’ailleurs pas de nous fournir des informations sur les générations précédentes, loin de là...

10 Mais prononcé comment ? « Dos » ou « dòs » ? Changement de prononciation, variante géographique (il faudrait bien sûr étudier chaque main, et repérer les différents scripteurs de page en page), perte (étonnante, et donc à expliquer si c’était le cas) de la pertinence du doas au féminin face au dos masculin ?

11 On pourrait aussi lire « Juan », qui ne serait qu’une variante de Joan, mais le o se faisant souvent ouvert de la sorte, je pense qu’il y a plutôt Joan.

12 Comment savoir si, en l’absence de toute influence française, et avec un maintien de l’usage administratif de l’occitan, la norme orthographique n’aurait pas fini par évoluer ?

13 582 est du moins le dernier numéro marqué sur une page de droite (écrite aussi au verso). On aura noté que sur la feuille prise ici en exemple, on a au recto à droite le no 59, à gauche /38, et au verso le chiffre 75 à gauche. La page suivante est bien marquée 60 à droite, mais /658 à gauche... Et c’est dans le même genre tout le long, si ce n’est qu’on a trois fois de suite une page 1 recto-verso, et parfois une feuille blanche. J’avoue n’avoir jamais cherché à percer ce mystère, ni compté le nombre réel de pages...

14 Cf. Forcalquier au temps de la peste, op. cit.

15 Difficile donc de classer les comptes de 1532 à 1537 (je les ai notés CC 32/33), car si j’ai pu revoir rapidement le registre BB 43-1 et en prendre quelques clichés, les archives municipales de Forcalquier sont en train d’être nettoyées et enfin conditionnées correctement, mais le résultat de ce travail est que l’essentiel de la série CC est actuellement impossible à consulter.

16 On notera, chose alors habituelle, un emploi assez fantaisiste du h initial. Si dans le cas présent on peut penser à un latinisme (horas), ce n’est pas le cas auparavant dans la même phrase pour ha ni hubrir. D’ailleurs, dès la phrase suivant, on écrit a dans le même sens, et celle d’après ubert.

17 Chascun me paraît plutôt une forme nord-occitane qu’un francisme. On trouvera plus bas Chamin, chaus... La culture montagnarde descendait au début du Moyen Âge au Luberon, elle s’arrête en gros aujourd’hui à Lure. On le repère non seulement à la langue, mais aussi à la présence des toits de lauze, qui paraissent avoir subi le même recul à une date plus tardive. Mais à Forcalquier subsistent de nombreux traits gavots, et l’on continue à dire ròcha pour ròca, sampechier pour sambuquier, chabriàs pour cabridans...

18 Comme dans le cadastre de 1468, le y note la diphtongue : Bonifay, Peyre ; phrase suivante Frayre, ayse.

19 Chute du s du pluriel dans la même situation que plus haut (des dich senhors). Le manuscrit porte d’ailleurs frayremenors en un seul mot.

20 On remarque le passage occasionnel de del à dal, qui note une évolution dialectale, bientôt plus fréquente, que l’écriture n’a d’ailleurs pas de raison particulière de refuser, si ce n’est la force de l’habitude. Noter dal plutôt que del ne fait pas changer de système.

21 Nous donnons en illustration la première page de ces délibérations (BB 43-1 86 ro). Les items publiés ci-dessus sont les deux premiers et le dernier.

22 Plus haut, on avait gages. Le passage de -a(t)ge à -agi est donc déjà sensible.

23 Le h note ici une diérèse, emploi parfaitement fonctionnel. Il y a donc des h qui servent (c’est le cas bien sûr de ch, lh, nh), et d’autres pour faire joli...

24 Elles les poursuivent à la suite d’une délibération (en latin) du 17 août 1479. Un détail de l’écriture de Bonifaci Andrieu, qui succède à Jaume Garcin comme notaire du conseil aux municipales du 1er juin 1479, n’a pas été retenu dans la transcription : l’intervalle entre deux mots peut y être remplacé par le redoublement de la consonne commençant le second (exemple ici : que si fassa devient quessi fassa). On jugera de l’écriture de Bonifaci Andrieu par la reproduction de l’illustration BB 43-1 100 ro, où les deux items retenus à la date du 6 août figurent en première et quatrième place.

25 Le mot Menors a été barré d’un léger trait de plume. On a vu (29/III) qu’on disait aussi simplement Frayres. Il est intéressant de voir que c’est la formule complète, et originale, qui est raturée pour laisser place à l’usage populaire.

26 On note plus souvent nonrenmens, mais cela évoque un « néanmoins » qui n’a pas du tout le même sens. Ici la traduction serait « à plus forte raison ».

27 Ici, par contre, on n’a pas eu besoin de h pour écrire aordenat... Mais est-ce que Peyre Mercier hésitait, ou que la première orthographe est propre à Jaume Garcin, et l’autre à Bonifaci Andrieu ? Si l’on regarde l’ensemble des délibérations de la peste, on constatera que Jaume Garcin écrit trois fois ordenansas dès le début de la première délibération, ordenat dans le premier article, ordenan dès le premier item (cf. BB 43-1 86 ro). Il alternera ensuite avec a(h)ordenat (11 fois en tout), avec un nouvel ordenat au milieu. Andrieu commence aussi par ordenat, avant d’alterner avec ahordenat, pratiquement à égalité (cf. Forcalquier [...], op. cit.).

28 Ce tout n’est pas évident à interpréter. Il alterne avec tot chez Bonifaci Andrieu, qui hésite aussi entre tos et tous. (Cf. Forcalquier [...], op. cit.).

29 En 1478-1479, on ne connaissait que Nostra Dona... Certes, le scripteur ici n’est pas le même. Mais surtout, après 1481 et le rattachement de la Provence à la France, notre municipalité se met bientôt à recevoir des textes en français (in lingua gallica diront nos archives à propos d’une lettre de Charles VIII). Il va falloir non seulement les comprendre, mais aussi leur répondre, tant bien que mal... (Voir plus loin : « 1537 Un compte bilingue », ).

30 Le passage de Dona à Dama s’accompagne manifestement d’une porte ouverte à une notation plus dialectalisante. Entrouverte plutôt : plus bas le même écrit Crebacor...

31 Il s’agit bien sûr du français « aussi » (qui montre au passage qu’appodixa se prononçait apodissa). Mais ce francisme apparent, très fréquent alors, est d’autant plus curieux qu’il disparaîtra complètement par la suite. On ne connaît aujourd’hui à Forcalquier que tanben, et bien plus encore pereu.

32 Évolution de forn. Voir plus bas pour jort.

33 Le trésorier (mais est-ce le scripteur ?) parle tantôt de lui à la troisième personne, notamment (mais pas systématiquement) lorsqu’il commence sa série de comptes par une phrase du type Et primo, pausa lo dich thesaurier aver pagat... (cf. infra au 26/XI/1494), tantôt à la première : Pause yeu... (5/III/1494).

34 Il s’agit, comme on le verra à l’item d’après, du pos del portal das Frayres Menors, bâti contre ce portail.

35 On a un exemple de l’écriture de Jaco(met) Ausselet (?) avec notre illustration BB 43-1 301 ro (cet item est le troisième à partir du bas de la page).

36 On remarquera ici la forme en -cion (comme aux deux items suivants avec reparacion). Elle l’emporte en fait sur la notation en -tion.

37 On a eu jusqu’ici jort au singulier, étape normale d’une chute de consonne finale qui se modifie avant de tomber. La chute est par contre systématique au pluriel, comme on le reverra par la suite.

38 La porcherie municipale était établie dans le rempart du quartier Saint-Pierre, d’où sa présence ici.

39 Le scripteur avait d’abord commencé par écrire quar, puis il s’est repris pour finalement noter qual. On pourra le vérifier sur la page 329 vo donnée en illustration. On y trouve aussi l’item suivant en avant-dernière position en bas de page.

40 Ce Charles du Mayne, dont le nom est parfois écrit en latin, s’avère curieusement un homonyme de notre dernier souverain angevin... S’agit-il du nom ou du surnom de quelque « franchimand » ? Toujours est-il que son orthographe comporte nombre de traits francisants (Pous à côté de pos, adoubet, jourt), et sa langue, on verra, ne va pas sans quelques aléas. Si la chose se vérifiait, cela prouverait qu’à cette date-là, même venant d’en haut (éventuellement du Maine), il fallait bien encore en passer par la langue locale... Mais cela poserait aussi la question de sa présence à Forcalquier à ce poste-là en 1493, et de son influence linguistique éventuelle, même s’il semble devoir d’abord se plier à l’usage local. Aurions-nous là notre premier francophone de naissance, issu de l’immigration ?...

41 Curieuse profession pour quelqu’un qui fait des caladas, que nous appelons habituellement caladaire (on retrouvera plus bas ce mot)... Il peut s’agir d’un surnom (toutefois un spécialiste de l’empaquetage dans du papier devait constituer une profession assez rare à l’époque, même à Forcalquier, et une telle habitude d’emballage non-professionnelle encore plus) ; d’autant que du travail du papier à celui de la pierre d’une calade, il y a tout de même un pas...

42 Première apparition de cette notation française, qui connaîtra vite un succès certain. En 1478, on ne connaissait encore que hun, mais par contre on avait toujours una/unas...

43 Là par contre, il peut s’agir d’une profession, puisqu’il fait des seaux. Mais il semble que (dans cet esprit cénomanien seulement, ou est-ce encore la réalité du temps ?) surnom et nom de métier paraissent ici mal identifiés : on a dès l’item suivant un Bertran Brochier...

44 C’est certainement le Bertran Brochier de notre cadastre de 1468 (cf. 1468-1550 : Un compoix qui se dégrade).

45 Il a un valet : ce n’est donc pas n’importe qui...

46 Noter Guilhen pour Guilhem.

47 On notera qu’il peut avoir besoin d’ajouter un i à sostrach...

48 On attendrait au moins quelque article là-devant...

49 Lo port [...] que portet : voilà une syntaxe bien redondante...

50 Première attestation d’une diphtongaison de o tonique.

51 Décidément, notre Charles a des problèmes avec les noms de métier, même quand il s’agit du sien... Ce thesaurarier sent son latin traduit plus que l’occitan.

52 A mandat lo mand : évidemment...

53 Ici, les autres comptes ne parlent que de cornuda... (cf. infra au 5/III/1494, ou en 1512-1513.)

54 J’ai restitué ces per que le sens implique, mais pour un compte qui n’est pas si long (26 items en tout), ces trois omissions indiquent manifestement une certaine négligence, ou un style pour le moins rapide. Mais j’aurais tendance à penser qu’un francophone de naissance pouvait aussi avoir du mal avec notre per... En sens inverse, ma grand-mère, qui avait pourtant fini par parler un français fort acceptable, n’est jamais arrivée à employer à bon escient « par » et « pour » en langue d’oïl, vu qu’en oc nous disons per dans les deux cas... Reste une dernière explication : ce compte, comme semble-t-il une bonne partie des autres, a été recopié (là sans trop de soin), ce qui explique des omissions aussi peu explicables que celle de ce per, et que des francismes manifestes et originaux voisinent avec des formes occitanes parfaitement correctes et bien orthographiées. D’où l’importance qu’il y aurait d’arriver à déterminer chaque fois qui écrit au juste (mais de là à savoir ce qu’il a sous les yeux à recopier, c’est une autre histoire...). Cela devrait pouvoir se faire, mais dépasserait le cadre d’un article, et n’est pas possible actuellement, comme je l’ai dit, aux archives municipales forcalquiérennes. À de l’occitan qui se francise finissant par aboutir à du français encore empreint d’occitanismes, il faut peut-être ajouter des cas où ce mélange résulte soit d’une traduction du français à l’occitan (c’est peut-être le cas ici, et on en aura au chapitre suivant une preuve certaine sur un autre texte), soit de l’occitan au français...

55 Il s’agit bien sûr ici de beyssar, que nous écririons baissar...

56 On aura remarqué le passage de Girart à Giraut, s’agissant du même personnage. Mais là encore, rendre compte d’une évolution phonétique ne fait pas sortir du système autochtone.

57 Le Bourguet est la place sur laquelle donnent la cathédrale Notre-Dame, englobée dans les fortifications (le chemin de ronde court sur la moitié de ses murs), et la porte du même nom qui jouxte son portail principal, avec revelin (ouvrage avancé), fossé et pont-levis. C’est pourquoi les travaux concernant son aplanissement sont relevés ici.

58 Premier exemple relevé (on le retrouvera en 1497) de la chute du r de Menor devant s. Ce type de situation persiste parfois aujourd’hui à Forcalquier, où pour flors l’on dit couramment flos, en articulant le s.

59 L’écriture (voir la photo 380 vo, dont on a ici le premier paragraphe, noté à l’original avec un retrait) paraît toujours être la même que celle du compte d’Ausselet, mais cette fois penchée. Suivent trois pages donnant de nombreux détails sur la construction d’une calade, reliant deux monuments qui existent encore sous les noms de porte des Cordeliers et de La Bonne-Fontaine. J’en citerai seulement les articles concernant les fortifications et leur environnement immédiat.

60 Ce compte a fait l’objet d’une importante étude inédite dont je ne connais pas d’équivalent. L’histoire en est plaisante. Maire-adjoint à la culture de Forcalquier dans les années 1990, je m’ennuyais ferme lors des réunions et des votes concernant le budget. Pratiquement tous les jours en mairie, et mon bureau étant au même étage que nos archives, j’en feuilletais souvent quelque registre, prenant à l’occasion des notes ou une photocopie. Je m’intéressais tout spécialement aux comptes trésoraires, qui sont parmi les plus riches textes que nous ayons concernant la vie quotidienne de jadis. Un jour j’ai réalisé que ces documents, qui me passionnaient, étaient en fait la même chose que cette comptabilité rébarbative qui m’ennuyait tant... J’en ai parlé à notre percepteur (un copain par ailleurs) et lui ai demandé si ça l’amuserait que je lui soumette un de nos budgets médiévaux, et qu’il le traite de la même façon qu’il le faisait pour nos comptes actuels. L’idée lui plut autant qu’à moi, il écrivit le programme informatique adéquat, et traita nos comptes de 1497 comme un budget contemporain, accompagné des tableaux et graphiques que l’on dresse aujourd’hui. Le résultat de cette étude, qui devait nous occuper nombre de soirées, lui fit conclure que nous aurions en ce domaine pas mal de leçons à tirer de nos prédécesseurs... Le résultat fut ensuite présenté lors de quelque assemblée de notre équipe municipale, puis il l’exposa un jour à une réunion de collègues de sa profession.

61 On aura noté dans cette phrase deux graphies pour le même mot : mieja/miecha. La prononciation est certes très voisine, mais elle a surtout l’intérêt de nous l’indiquer, souvent l’écriture ne distinguant pas i et j à l’intérieur d’un mot. Ici, quand on voit mieia, il faut donc transcrire mieja.

62 Là, on a l’impression d’avoir affaire à un Gavot complexé, qui transforme ses cha en ca, même hors de propos. La porte a disparu, mais le quartier s’appelle toujours « le portail des Chambons ».

63 Cette graphie pose problème. On considère d’ordinaire qu’elle note en fait la réalisation Esperit, présente par ailleurs (on la repèrera par exemple au début du dernier item de la photo 329 vo, où l’on cite un Esperit Paris). Je n’en jurerais pas absolument. J’ai souvent entendu par exemple ma grand-mère me dire, lorsque je ne retroussais pas assez mes manches avant de me laver les mains : « Scurça-me ‘quò ! », et non pas « Escurça... », alors qu’elle employait également le verbe escurçar.

64 Même remarque que plus haut sur une hyper-correction anti-gavotisante ?

65 Là, décidément, il y a un truc... Notre supposé Gavot complexé ne pouvant finalement pas se passer de ses ch, en met-il là où il n’y a aucun doute sur le fait qu’il n’en faille pas ?...

66 Là aussi, l’alternance miech/mieg nous donne la prononciation de mieg.

67 Même remarque que pour Sperit.

68 Premier exemple d’un renforcement de la notation de la mouillure du l par adjonction d’un i au lh traditionnel.

69 Premier essai d’une francisation de mieg ?

70 Francisme isolé pour genoier ou jenoier (qu’on retrouvera un peu plus bas).

71 Première notation d’une chute du t du participe, dans le contexte d’une orthographe assez flottante comme on va le voir, où dich alterne avec dit.

72 N’ayant pu vérifier à l’original, je ne saurais affirmer qu’il porte bien cela, ou s’il s’agit de quelque étourderie de ma part...

73 Le lh demeure bien présent, mais yl le concurrence dans les seuls noms et prénoms. Plus loin on aura Guylem, et par la suite on mettra les deux : Guylhem.

74 Cafret pour Chafret, gornada pour jornada... Un nouveau Gavot complexé ? Cela pourrait-il expliquer ses chutes du t du participe ? Son orthographe est en tout cas plus incohérente que francisée (on aura remarqué l’alternance dich/dit), et sa langue assez malhabile.

75 Nouveau compromis entre mieg et « demi » ?

76 Cette pesta fait bien française, par rapport à notre habituelle pestilencia...

77 N’ayant pu vérifier à l’original, etc.

78 Première chute du r de l’infinitif...

79 Désormais on n’a plus baylat, ni même bayla, mais beilat, une notation franchement dialectale...

80 En cinq ans seulement, on passe de la garda dau portal a la gardo dou pourtau. Ça fait beaucoup à la fois ! D’autant que le même scripteur, comme on le verra, écrit encore lo portal quelques lignes plus loin... On a là un exemple, presque caricatural, de la lutte, sous la même plume, entre une norme encore connue et comprise, du moins en partie, et une notation « phonétique » qu’il va falloir regarder de très près.

81 Comment interpréter cette bizarrerie de quomo quosto pour coma costa (et, l’item suivant, quomandament et quonprat ? Une fantaisie personnelle ? Le souvenir que co peut parfois se noter quo ?

82 Voilà un dialectalisme intéressant. Il est occasionnel puisqu’on a plus loin quomandament, et pas quomandoment, mais on retrouvera amploment. Eugène Plauchud (1831-1909) notera encore cette forme. Or, pour ma part, je ne l’ai jamais entendue réaliser à Forcalquier... Est-ce un trait qui naît à cette époque, pour disparaître ensuite au cours du xxe siècle, comme aussi sans doute antérieurement ?

83 Là, on a carrément un francisme manifeste, bien connoté sociologiquement. D’autant que l’on trouvera plus loin un mossur déjà « moderne ». L’influence du français n’a donc pas attendu 1539 pour se manifester. Mais concrètement, comment a-t-elle pu agir ? La municipalité recevait-elle déjà suffisamment de textes français pour qu’ils atteignent des écrits communaux ? On ne les trouve pas en tout cas dans nos archives. La « bonne société » locale était-elle déjà gagnée à ce point par de telles façons de dire ? Et de quelle manière ? On voit que si ces textes révèlent des problèmes, ils n’en donnent guère par eux-mêmes la solution...

84 Voilà un endroit où le u bien inutile de quomandament aurait normalement dû avoir sa place. Et ce n’est pas un lapsus, puisqu’on aura plus loin Borget pour Borguet. Le scripteur paraît se refaire son orthographe un peu n’importe comment, à partir de sources différentes qu’il s’avère incapable de synthétiser, ou simplement de mettre en cohérence.

85 Le scripteur de l’année suivante, dans un texte globalement plus fidèle aux normes classiques, se retrouve devant des problèmes qu’il ne sait plus très bien comment résoudre...

86 Même remarque que précédemment. Lui ne sait plus écrire Borguet mais, se rendant compte que Borget pose problème, le résout en ajoutant un h à tout hasard...

87 Une remarque importante : des formules écrites habituelles, comme pause aver pagat, demeurent en l’état, alors que des énoncés plus libres sont davantage influençables. Le changement ne se fait pas mot par mot, ni globalement, mais procède par séquences.

88 Nouveau dialectalisme. Aujourd’hui encore, le son de la voyelle finale, dans le mot que nous écrivons aviá, demeure ici assez flottant.

89 Dans un tel contexte, on pourrait s’attendre à quelque demiey, ou une forme voisine. Or miech a bien résisté. On voit qu’on ne saurait tirer de tout cela de règle générale, si ce n’est que chacun se met à bricoler sa langue à sa manière.

90 Là c’est apparemment le y qui donne une allure française. On va donc en mettre un peu partout...

91 Pour la première fois, on note ici le a final par un e plutôt que d’hésiter sans cesse entre a et o. On cherche maintenant à faire vraiment français. Du moins graphiquement...

92 Francisme.

93 Consoul remplace désormais sendegue (noté à la fin sendege). Mais bientôt (ici quatre items plus bas) on aura juste consou. Néanmoins en 1544, comme on va le voir, un quidam écrira tout de même consol...

94 Si la notation ung est désormais fréquente, on voit que mélanger les lettres ne veut plus dire grand-chose... Surtout au féminin ! Mais il est vrai que noter unge serait bien ambigu... D’ailleurs, trois items plus bas, on aura ugne.

95 On voit qu’en 1545 encore, certains continuent d’écrire une langue parfaitement classique.

96 Bon, on a compris que pour faire français il fallait mettre des e. Alors on en met un peu partout, même là où ils n’ont que faire...

97 Nos Frayres Menors demeurent Frayre, mais sont désormais Myneurs...

98 Désormais, j’avoue ne pas savoir comment transcrire certaines abréviations. À supposer que leurs auteurs l’aient su eux-mêmes...

99 Pas facile, quand même, de faire français...

100 Comendament ? Comandament ? Allez savoir avec cette fichue langue...

101 Cette fois on y est... Nous pouvons maintenant trouver une suite de trois mots français. On ne s’étonnera pas de constater qu’il s’agit d’une formule de respect : messieurs les conssulz... D’emblée, la francisation claire et nette a une connotation sociologique tout aussi franche. Du moins quant à l’écrit : je serais curieux de connaître comment le scripteur de cette formule la prononçait (si tant est qu’il s’en fût avisé...). On sait que la réalisation du son français eu posait encore de gros problèmes aux Occitans du xixe siècle qui s’essayaient à cette langue.

102 Exit lo vielh : place au « vieil »...

103 Le temps des mots bâtards commence. Entre baloard et « boulevard », voici le « boulourt »...

104 On en perd même le genre des choses : dau dich cledat devient de la diche cledat... Quelle époque !...

105 Pittoresque compromis entre grasilha et « grille »... Je crois entendre ma grand-mère qui francisait l’expression canta coma un orguena en « il chante comme un organe... » Ou quand elle parlait de « branlade de morue »... Mais elle avait fini par laisser tomber le français, et ce n’est évidemment pas dans cette langue que je lui répondais...

106 Léon de Berluc-Pérussis, Les dates de l’histoire de Forcalquier, Forcalquier, 1886, p. 151.

107 Il faudrait regarder d’encore plus près, et voir si une lettre reçue entraîne ensuite des francismes chez celui qui l’a recopiée, si quelqu’un se spécialise dans cette tâche, qui au juste paraît savoir assez de français pour l’écrire... La confrontation de tous nos documents permettrait peut-être d’apporter une réponse à ces questions, mais là aussi, il s’agirait d’une recherche assez longue, matériellement impossible pour l’instant à Forcalquier.

108 Op. cit., p. 335-336.

109 C’est un grand cahier en papier, de format 22 x 31,5 cm, comportant 10 pages écrites recto-verso d’une écriture petite et dense pour le deuxième scripteur. Il est actuellement inaccessible, mais j’en ai une photocopie dont je donnerai quelques extraits.

110 Voir ces deux paragraphes à notre illustration notée 1537-1 .

111 Voir notre illustration notée 1537-4, .

112 Deux mentions en marge. La première est de la main du traducteur : « es amon Entendre » (selon moi), la seconde d’un troisième rédacteur (le syndic Berluc, qui a contrôlé ces comptes, comme on l’apprendra à la fin à côté de la même mention) : « Visa ». (La première fois on lirait plutôt vist, « vu », mais la mention finale ouvre une phrase en latin, et on lit nettement Visa.) Le bas de la page ainsi que les pages 2 et 3 sont occupés par des comptes généraux en français, intitulés : « Le desbourse dudict argent ». Les comptes détaillés commencent au bas de la page 3, par un seul item.

113 Le signe « escut » (écu) est représenté par un triangle pointe en bas, avec un point au milieu.

114 Après avoir cancellé cet article, le trésorier a noté en marge : « nai podissa » (j’en possède quittance), mention qu’il a ensuite biffée pour la remplacer par une mention plus explicite : « es enclus ala podiza que me an fach de sas jornadas » (c’est compris dans la quittance qu’on m’a fait de ses journées).

115 Après avoir cancellé cet article, le trésorier a noté en marge : « n’ai podissa » (j’en possède quittance), mention qu’il a ensuite biffée pour la remplacer par une mention plus explicite : « es enclus a la podiza que me an fach de sas jornadas » (c’est compris dans la quittance qu’on m’a fait de ses journées).

116 Au contraire de « lieura », once n’est jamais noté en entier. On peut donc avoir « onça », « onsa », voire « onssa ».

117 Donnée avec le fac-similé (1537-5) et ma seule transcription.

118 Donnée avec le fac-similé (1537-6) et ma seule transcription.

119 Auguste Brun, Recherches historiques sur l’introduction du français dans les provinces du Midi, Paris, 1923, p. 407. On notera aussi qu’il donne plus loin (p. 416) une liste de « mots qu’on attribuera à l’influence du français » qui me paraît plus que discutable.

120 On n’omettra pas ici l’Obituaire du chapitre de Saint-Mary, (tenu de la fin du xiie siècle jusqu’en 1593). Malheureusement l’édition, d’ailleurs très partielle, donnée en 1887 par J. Roman est inutilisable. Un seul exemple parmi bien d’autres : un prévôt de notre chapitre, prénommé banalement Johannes, comme on peut le lire très facilement sur le manuscrit, y devient un Ispennel [ !] dont l’éditeur prend la peine de s’étonner en note qu’il porte un nom aussi étrange... Allez chercher à retrouver quelqu’un là-dedans !

121 Des perspectives politiques ne seraient pas non plus à négliger : tous les Forcalquiérens n’acceptaient pas le nouveau pouvoir français, et Louis XI dut envoyer une armée bombarder notre ville, le 25 juillet 1481, depuis une colline que l’on appelle depuis La Bombardière. Des discussions serrées s’ensuivirent, avec des élus forcalquiérens qui se rendirent à la cour, où on leur fit des promesses jamais tenues. Il y eut bien sûr également sur place un « parti français ». Ces événements ont-ils produit quelque influence sur le plan linguistique ? Il nous faudrait pour le savoir remonter à l’identité de chaque scripteur ou rédacteur et voir, si l’on peut, dans quel camp il se situe...

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 — 59 ro .
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/669/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Figure 2 — 59 vo.
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/669/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 3. — BB 43-1 86 ro.
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/669/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 4. — BB 43-1 100 ro.
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/669/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 5. — BB 43-1 301 ro.
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/669/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 6 : BB 43-1 329 vo.
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/669/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Figure 7. — BB 43-1 380 vo.
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/669/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 8. — 1537-1.
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/669/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 9. — 1537-4.
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/669/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 10. — 1537-5.
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/669/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure. 11 — 1537-6.
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/669/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Yves Royer, « Trois zooms sur une scripta », Lengas, 68 | 2010, 29-86.

Référence électronique

Jean-Yves Royer, « Trois zooms sur une scripta », Lengas [En ligne], 68 | 2010, mis en ligne le 24 février 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://lengas.revues.org/669  ; DOI : 10.4000/lengas.669

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Royer

Forcalquier.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org