Navigation – Plan du site

Quelques remarques sur la graphie de deux rondeaux hyperdialectaux, extraits de la Requeste (1555)

Hervé Lieutard
p. 87-104

Texte intégral

La graphie de l’occitan à Toulouse au xvie siècle

1Cette courte étude se propose d’étudier la graphie spécifique de deux textes occitans extraits de La Requeste faicte et baillée par les Dames de la ville de Tolose, dans la troisième édition connue et publiée en 1555 (Courouau & Gardy, 2003). Il s’agit de deux rondeaux, l’un en « gavach » et l’autre en « gascon », dans lesquels les caractéristiques dialectales apparaissent comme tellement outrancières qu’il faut y voir une raillerie des pratiques dialectales face à une écriture en « lengaige Tolosain » qui apparaît plus apte à défendre et à illustrer les qualités de « nostre bel lengatge » au niveau littéraire. En effet, en dépit de la position déjà marginale de l’occitan dans le domaine littéraire au xvie siècle, la finalité de ce recueil, construit sur un jeu de miroirs linguistiques, soulève la question de la place de l’écriture littéraire en occitan et la question des niveaux de langue les plus adaptés à l’écriture littéraire, même si les registres de la parodie et de la facétie semblent a priori déjà placer l’occitan dans une position subordonnée face au français.

  • 1 Pour une discussion sur la paternité du recueil, nous renvoyons à Courouau & Gardy (2003, 18-29).

2Dans la pièce d’ouverture de la Requeste, les Dames de Toulouse, poétesses fictives derrière lesquelles se cache Pierre de Nogereolles, membre du Collège de rhétorique1, demandent aux membres du Collège de rhétorique l’autorisation de participer aux Jeux Floraux. La partie occitane finale qui succède aux pièces françaises du début du recueil, se clôt sur un véritable manifeste linguistique dans lequel les femmes de Toulouse revendiquent un droit « naturel » à l’écriture en occitan face au français (Courouau & Gardy, 2003, 168) :

Per mettre fin à las nostras facetias,
No vous desplassia, ny no trouvetz salvatge
Quant rescriben en nostre bel lengatge :
Et si vousautras no trobatz bon lo nostre
Ta pauc nosautras, no trobam gost al vostre.

  • 2 Ce ne sont d’ailleurs pas moins de trois textes occitans de type parodique qui paraissent autour de (...)

3Premier manifeste linguistique occitan ? Sans doute si l’on s’en tient à l’argumentaire, mais on est encore loin du registre sérieux d’un Pey de Garros dans son Épître de 1567 ou de Godolin au siècle suivant. S’agit-il d’un simple jeu linguistique de type carnavalesque qui, ayant enregistré les changements linguistiques, s’amuse à renverser les codes, en marge de l’exercice littéraire sérieux en français, ou s’agit-il de suggérer et de simuler une autre issue possible pour l’occitan que celle à laquelle la langue littéraire semble vouée ? Dans la Leçon de Nérac, Philippe Gardy (1998, 67) suggère très justement de « lire la Requeste de 1555 comme un symptôme » et c’est également sous cet angle que nous étudierons ici la graphie des deux rondeaux dialectaux du recueil2. Dans le processus de marginalisation progressive de l’occitan, la Requeste est en effet à la croisée des chemins. Si l’occitan reste encore la langue majoritairement utilisée à l’oral à Toulouse, le souvenir de l’occitan comme langue écrite dans les registres officiels et littéraires est encore dans la mémoire des lettrés qui produisent les textes occitans de 1555 en marge de leurs activités poétiques en français au Collège de rhétorique. Rappelons que ce n’est que dans les années 1515-1520 (Gardy, 1998, 53) que l’exercice littéraire en occitan a disparu du Collège de rhétorique face à la progression de la mode littéraire française venue de Paris. Par ailleurs l’Édit de Villers-Cotterêts de 1539 a fini par consacrer au niveau des écrits officiels une situation linguistique qui, depuis plusieurs décennies déjà, tendait à donner la primauté au français sur l’occitan, mais un certain nombre de lettrés (juristes, notaires, etc.) sont encore aptes à lire les textes en occitan écrits quelques décennies plus tôt. La Requeste témoigne donc, au niveau parodique, de la mise en place progressive d’une nouvelle hiérarchie des langues dans laquelle le français a pris une place prépondérante, mais dans cette hiérarchie l’occitan n’a pas peut-être pas dit son dernier mot.

4Quel est le sens des deux rondeaux dialectaux de la Requeste dans cette nouvelle économie linguistique qui se dessine ? Situés vers la fin du recueil et juste avant l’épitre finale intitulée « Epistre en lengaige Tolosain, faicte et composée par les Dames de Tolose, responcive à celle que les Dames de Paris leur avoyent envoyée », nous supposons, suivant ainsi Philippe Gardy et Jean-François Courouau, que leur place et leur fonction dans le recueil n’est pas fortuite et que leur exubérance dialectale est censée renforcer le prestige et la beauté de l’écriture occitane toulousaine (Courouau & Gardy, 2003, 82) :

Ces deux pièces brèves [...] introduisent une rupture relative mais certaine dans la continuité de la prise de parole occitane que va couronner « l’Epistre ».

5Au niveau du recueil tout entier les onze pièces en occitan doivent permettre, par un effet de miroir, de signifier la place de l’occitan face au français utilisé pour les neuf première pièces du recueil. Mais dans la partie occitane, on peut voir à l’œuvre un procédé récursif dans lequel, par un nouvel effet de miroir, les emplois dialectaux de l’occitan vont permettre de mettre à leur tour en valeur le bèl lengatge de Toulouse. Notons au passage que si nous enlevons ces deux pièces atypiques, le jeu de miroirs entre pièces françaises et pièces en lengatge de Toulouse s’équilibre parfaitement, avec neuf textes des deux côtés.

6Nous donnons ci-dessous les textes des rondeaux extraits de l’édition de Jean-François Courouau et Philippe Gardy (Courouau & Gardy, 2003) en les plaçant simplement en vis-à-vis afin que le lecteur puisse apprécier les similitudes et les différences qui existent entre ces deux pièces 19 et 20 du recueil. Nous ajoutons en annexe une transcription en graphie classique de ces deux textes pour en éclaircir le sens, parfois obscur. Pour illustrer les comparaisons effectuées ci-dessous entre le graphie caricaturale des deux rondeaux et la graphie toulousaine nous reproduisons en annexe le texte de l’Epistre finale (pièce 21) de l’édition de Philippe Gardy et Jean-François Courouau.

[19] De la famina et des pouvres,

[20] De la Villa de Tolosa,

Rondeau en Gavach.

Rondeau en Gascon.

En esta viola, yeu nou sai vech qu’unuech

Goardatz bous ara, esta bila se es bera,

El valdria may demoura en qualque puech

Peu cap de l’aule jou que nou my aoegere

Quant fom sai es, aquella falce tricha

De bet tempsot, et digatz que’b boulhatz,

On nou say trova per mangea una micha

La fhe plan son los Hostaus engaolhatz,

De charsalada, ny gayre de Po cuech.

Et pintourlatz fheitz de bere manere.

Las pauros gens, quant an lou ventre buech

Mes et be’m semble un poc trop escarrere

De chaitivio, chantan et jour et nuech

Jou be’n perdoure per acere Carrera,

Serchan l’almorna, Tho la fom los esquicha

Et no y a assieu Carrerotz emboulhatz.

En esta viola.

Goardatz bous ara.

Fecque de liuches, el mi fou gros despiech

Et quanta gent be om, et gouere gouere,

Quant nou my laissan penre repaus al liech

Tant d’Escoulez jou, que ne ouist enquoere

Jamais delz paures la lor chanson n’es dicha :

Dab talas pelhas, ny tant plan abillatz.

Quant l’un si chala, tantos l’autre si ficha :

Fort son berotz, plan escarrabilhatz,

En chada porta se’n trovon sept o huech.

Se’n fousse bet, ma fhe jou be’ous baysere.

En esta viola.

Goardatz bous ara.

Andieta Pechayre.

Bernarde deu Pin.

  • 3 Dans le reste du recueil on ne relève que la forme « mignoneta » que l’on peut considérer comme un (...)

7C’est en comparant la graphie originale utilisée dans les deux rondeaux à la graphie de l’Epistre que nous allons pouvoir mesurer non seulement la place de l’occitan par rapport au français, mais au-delà sans doute la place d’un certain standard toulousain par rapport aux réalisations orales et dialectales dans l’ensemble plus vaste que représente la langue d’oc. La graphie autochtone de l’occitan est encore connue et relativement solide. Pour preuve les digrammes <lh> et <nh> qui restent largement majoritaires dans le texte de la Requeste3 comme dans l’ensemble des textes toulousains de cette période (Lieutard & Sauzet, 2010). Mais au-delà de ce lien encore possible avec les derniers lambeaux d’un occitan de prestige, nous pouvons noter sur plusieurs points un balancement entre des formes graphiques autochtones et des formes calquées phonétiquement sur la graphie française. C’est sur cette oscillation encore possible entre une scripta occitane ancienne — dont l’écriture toulousaine rend encore partiellement compte — et le recours à des formes plus phonétiques — dont rend compte le recours à la graphie française dans nos deux textes « gavach » et « gascon » — que l’on peut déceler les vestiges d’une hiérarchie de registres linguistiques qui a dû caractériser l’occitan au Moyen Âge. Le maintien encore partiel d’une forme de norme graphique qui se défend d’être le reflet fidèle des réalisations orales de l’occitan toulousain renvoie sans doute au souvenir d’une stratification sociale de l’occitan dans laquelle l’occitan littéraire se démarquait des registres linguistiques considérés comme populaires ou familiers et renvoie sans doute au-delà à des différences de registre de l’occitan selon les couches sociales dans lesquelles il était utilisé.

Dialecte et société

  • 4 Remarquons au passage que l’Epistre donne la forme « lati » avec /n/ final amuï.
  • 5 On entend aujourd’hui encore en francitan l’expression « c’est une peuchère » (pauvresse).

8Avant d’entrer dans le détail de l’analyse graphique, arrêtons nous un instant sur les prétendues poétesses dialectophones, Andieta Pechayre et Bernarde deu Pin. Ces deux noms suffisent déjà à caractériser les deux dialectes par l’utilisation de la palatalisation nord-occitane de CA latin d’un côté (« pechayre ») et, pour le gascon, la vocalisation de /|/ (« deu »), mais aussi le maintien de la nasale finale dans « Pin » qui caractérise une grande partie de ce dialecte4, mais on peut sans doute y voir au-delà le reflet de ce qu’ont pu être les préjugés que les occitans des villes véhiculaient à cette époque sur les occitans venus des aires dialectales concernées. Andieta Pechayre dont le nom de famille exprime sans doute une forme de commisération ironique5 est en même temps une « gavacha », dénomination à connotation péjorative pour qualifier les gens de la montagne. Le Rondeau en gavach est une longue plainte sur les désagréments de la ville, notamment face à la gêne causée par la famine et le bruit que font les pauvres dans la ville de Toulouse. Il en ressort que le Gavach, personnage peu sociable et peu enclin à la pitié, n’est pas dans son élément en ville (« El vadria may demoura en qualque puech »). En revanche, la poétesse gasconne est pleine de gaieté face aux attraits de la ville et se montre même toute émoustillée par la belle apparence des « Escolers ». On comprend ici l’attrait pour un centre ville toulousain dont les Gascons pauvres sont sans doute socialement exclus puisque concentrés à l’époque dans le Faubourg Saint Cyprien de Toulouse. Cette proximité du gascon de l’autre côté de la Garonne implique probablement aussi une stigmatisation à la fois sociale et dialectale dans la ville même de Toulouse. Elle implique en même temps une plus grande familiarité des Languedociens avec ce dialecte. D’ailleurs, il semble bien que d’un point de vue linguistique le gascon du rondeau soit nettement mieux caractérisé que son pendant nord-occitan. Du moins c’est ce que peut laisser penser l’accumulation de traits morphologiques, lexicaux et linguistiques qui sont présentés dans le Rondeau en gascon :

  • Articles « lou » et « lous » opposés clairement aux formes majoritaires en « le » et « les » dans les textes toulousains.

  • La différenciation de L simple latin vocalisé en [w] (« hostaus », « deu ») d’un côté et l’opposition entre la réalisation finale de la géminée latine LL en [t] (« bet ») et sa réalisation intervocalique en [r] (« bera »).

  • L’utilisation des pronoms personnels (« jou ») et des pronoms enclitiques (« qu’b » ; « be’m » ; « be’ous »).

  • La répétition du suffixe diminutif « -òt » caractéristique du gascon (« tempsot », « carrerotz », « berotz »).

  • Le suffixe « -er » non diphtongué (« escoler »).

  • L’exhibition d’une forme de conjugaison propre au gascon, le futur du passé, qui continue historiquement le plus-que-parfait latin employé comme conditionnel, caractéristique de la partie la plus méridionale du gascon (« nou my aogere », « Jou be’n perdoure per acere carrera », « ma fhe jou be’ous baysere »).

  • L’utilisation d’un lexique gascon (« dab »).

  • L’utilisation des énonciatifs (« be », « e »).

9Le jeu sur le nord-occitan ne passe pas véritablement par la morphologie à l’exception peut-être du pronom « si » que l’on peut opposer au « se » régulièrement employé à Toulouse et de l’article « lou » là où l’écriture toulousaine semble avoir majoritairement adopté « le », « les ».

10Nous allons voir à présent dans quelle mesure la graphie permet de caractériser et de ridiculiser les pratiques dialectales, même si cette graphie ne doit pas simplement être appréhendée comme une graphie phonétique comme le montre l’association des deux graphèmes <fh> (« fhe », « fheitz ») dans le Rondeau en gascon. Nous ne sommes pas ici en présence d’un quelconque digramme, car les deux graphèmes signalent deux niveaux de lecture distincts et complémentaires. On peut y voir la volonté de rendre graphiquement visible une des caractéristiques majeures du dialecte gascon (le passage de F latin à [h]) tout en conservant le graphème <f> qui permettra de rendre le texte intelligible au lecteur languedocien. L’exhibition dialectale que nous proposent ces textes passe tout autant par la dimension graphique que par la dimension phonétique que les graphèmes utilisés sont censés recouvrir. À ce titre, il ne faut sans doute pas vouloir trouver dans ces textes les indices qui permettraient de situer avec précision les dialectes utilisés, mais y voir plutôt une accumulation de formes censées appuyer l’exhibition dialectale de manière tout autant visuelle que phonétique pour le lecteur.

Toulouse, le bétacisme corrigé

11Un des traits qui caractérise le Rondeau en gascon est l’insistance avec laquelle est exhibé le bétacisme dès le premier vers et dans les vers suivants par l’usage graphique de <b> pour rendre compte de la confusion entre [v] et [b] dans ce dialecte :

– Goardatz bous ara, esta bila se es bera (Guardatz vos ara, esta vila se es bèra) ;
– Et digatz que’b boulahtz (e digatz que’vs volhatz) ;
– E quanta gent be om (E quanta gent vei òm).

  • 6 À moins qu’il ne faille voir dans la forme « aoegère » une forme « a[n]uegère » du verbe « anujar » (...)

12Il n’est sans doute pas possible de regarder ce bétacisme soi-disant gascon sans prendre en compte en même temps la réalisation affaiblie en [w] de /v/ en position intervocalique que connaît ce dialecte pour les formes comme aver [awe] par exemple. Les deux occurrences de cet affaiblissement intervocalique dans le rondeau sont « jou que nou my aoegere » (jo que non mi abegèra) et « que ne ouist enquoere » (que n’èi vist enqüera). La forme « aoegere » doit correspondre à la forme béarnaise actuelle issue du verbe « abejar6 » et la forme « ouist » renvoie au participe passé « vist ». Ces deux formes semblent phonétiquement assez improbables. Raison de plus de supposer que l’on a affaire ici à des traits dialectaux caricaturaux qui n’ont que faire des réalisations avérées. L’accumulation spectaculaire de traits dialectaux compte sans doute bien plus ici que le souci d’authenticité dialectale.

  • 7 Les formes rhodaniennes actuelles « trovar » ou « travalh » ont emprunté [v] au consonantisme franç (...)
  • 8 Sauf en gascon « praube » où la métathèse permet le maintien de [b].

13Le bétacisme gascon apparaît d’autant plus marqué si l’on compare le Rondeau en gascon avec le Rondeau en gavach. En effet dans ce dernier texte sont gommés tous les traits de bétacisme et ce jusque dans des formes là aussi sans doute improbables au xvisiècle comme « trova » (tròba) et« trovon7 » (tròban) avec <v> qui manifestent une fois de plus la volonté graphique de forcer le trait dialectal. Face au bétacisme gascon semble se dessiner un bétacisme gavach inverse, sans doute plus spectaculaire que réel, qui fait changer tout [b] en [v]. Dans le Rondeau en gavach, signalons également la forme « pouvre » dans le titre dont le <v> ne recouvre sans doute pas une réalité phonétique mais permet de caricaturer graphiquement l’absence de [b] dans ce dialecte. Le lecteur opposera clairement cette forme aux formes « paubres », « paubretat », « paubretatz », « paura » que l’on trouve ailleurs dans le recueil de la Requeste. Les formes « pauros » [pawrs] et « paures » [pawres] que l’on trouve d’ailleurs dans le Rondeau en gavach semblent dépourvues de tout travestissement graphique et suggèrent que le <v> de « pouvre » dans le titre et le <b> de « paubre » ailleurs dans la Requeste ne renvoient plus qu’à une tradition graphique étymologique, et que ces graphèmes ne correspondent plus véritablement à une réalisation phonétique8.

14Le bétacisme dont Rambaud de Vaqueiras avait déjà fait usage pour illustrer un couplet en gascon dans son Descort et que stigmatisent les Leys d’amor (Anglade, 1919, 103) est-il toujours un trait propre au gascon ? Pour leur part, les textes en « lengatge » toulousain établissent une claire distinction entre <v> et <b>. Dans l’Epistre, on lit ainsi :

Fort em joyousas Donas de grantz estatz
Quant avem vist que tam be vous portatz
Per vostra lettra qu’avetz tramesa en prosa

Pourtant un siècle plus tard, chez Godolin, le bétacisme est définitivement acquis (Gardy, 1997, 88) :

Qui tantôs aja pres les mericles per bese [véser] le jour, que nou les quite pas se bol [vòl] ara beze [véser] la nèit.

15Certains indices montrent que le bétacisme est déjà, si ce n’est totalement, du moins partiellement établi à Toulouse au xvie siècle. Dans les Ordenansas et les Nompareilhas Receptas les formes en <b> sont nombreuses. La forme « lou ventre buech » (lo ventre vuèg) dans le Rondeau en gavach signale peut-être la méconnaissance d’une forme orale en [v] tout comme la forme « betz » (vetz) dans l’Epistre en lengaige Tolosain. Dans cette Epistre finale nous trouvons aussi les formes « abiatz » (aviatz) et « rescriben » (rescrivèm) qui semblent attester une prononciation [b] de <v>.

16Si le jeu graphique sur <v> et <b> semble mis en place consciemment dans les deux rondeaux pour forcer le trait dialectal, il est possible de penser que certaines graphies inverses (utilisation de <v> là où on attendrait <b>) servent à imiter et à railler la prononciation française dans l’Epistre et ne sont pas seulement le signe que le français tend à insécuriser le système de notation de l’occitan. La forme ostensiblement francisée « trouvetz » (trobetz) au vers 95 suggère probablement qu’il faut lire ce vers en affectant un accent français afin de mieux ridiculiser le préjugé français sur l’occitan, langage « salvatge », tandis que, comme par défi, se maintiennent aux vers suivants les formes autochtones « trobatz » (v. 97) et « trobam », propres au bèl lengatge de Toulouse :

95

No vous desplassia, ny no trouvetz salvatge

Quant rescriben en nostre bel lengatge :

Et si vousautras no trobatz bon lo nostre

Ta pauc nosautras, no trobam gost al vostre.

17Nous pouvons imaginer qu’à une époque peu éloignée l’usage différencié de [b] et [v] a été un marqueur d’identité sociale qui distinguait la haute société des couches populaires soumises au bétacisme (Lieutard & Sauzet, 2010, 132-135) et il est possible que l’écriture toulousaine veuille rendre compte du souvenir de cette distinction par l’usage des graphèmes <b> et <v> distincts dans le registre littéraire, même si certaines formes comme « buech » ou « betz » attestent sans doute un bétacisme établi à l’oral.

18Dans tous les cas, il semble évident que la graphie continue à stigmatiser ici le bétacisme gascon et son négatif « gavach » en <v> face à une graphie littéraire toulousaine, qui, par sa capacité à distinguer <b> de <v> et à prendre des distances avec les réalisations orales, apparaît sans doute comme plus prestigieuse. Si cette distinction révèle que les lettrés toulousains du xvie siècle ont encore conscience qu’il existe du nord au sud un espace linguistique occitan nettement distinct d’un ensemble linguistique français, elle nous apprend aussi que ces usages linguistiques s’insèrent dans une hiérarchie de registres. Avec la disparition progressive de la conscience de ce qu’a pu être l’espace occitan, ce jeu sur les registres et les codes graphiques à l’échelle de l’espace occitan ne sera sans doute plus ni possible ni véritablement compréhensible par les lecteurs de la Requeste dans les décennies qui suivent.

La palatalisation tournée en dérision

19Peu importe sans doute d’où est originaire le nord-occitan qui nous est proposé dans le Rondeau en gavach car rien n’est plus simple que de caricaturer le nord-occitan par le seul trait de palatalisation de CA latin en <cha>. Le Rondeau en gavach ne se prive pas d’user et d’abuser de ce trait nord-occitan (« micha », « charsalada », « serchan », « chanson », « dicha », « chala », « ficha », « chada »). Au total ce ne sont pas moins de vingt occurrences en <ch> que l’on trouve dans ce rondeau, autant de formes auxquelles on ajoutera la forme « gavach » du titre et le nom fictif de la poètesse à la fin, Andieta Pechayre. Mais le <ch>, s’il permet de railler la prononciation de l’occitan le plus septentrional, est aussi utilisé pour se moquer de la prononciation du français. Le choix du francisme « machetz » dans l’Epistre envoyée aux Dames de Paris est sans équivoque (v. 99-100). Il permet d’insister lourdement sur le phénomène de palatalisation du français qui rendrait sa prononciation peu distincte aux oreilles d’un Toulousain :

Car en parlan, semble que machetz Fresas
Ara a Dieus siatz donq, las donas Francesas.

  • 9 Dans l’Epistre on trouve par exemple les formes « fayta » ou « feyta » ou encore « ditas ».

20Au bout du compte, c’est sans doute le même argument qui sert à railler l’occitan « gavach ». Le Rondeau en gavach est bâti sur l’alternance entre les rimes en <-uech>/<iech> et en <-icha>. Pour insister sur cette caractéristique du nord-occitan, l’auteur mobilise diverses réalisations palatales, même si toutes sont graphiquement harmonisées en <ch>. Faut-il voir dans la forme « vech » du premier vers une forme verbale archaïque de première personne de type « vetz » ? Fictive ou réelle cette forme sert à l’évidence à exhiber graphiquement le caractère chuintant du nord-occitan. Plus loin l’auteur n’hésite pas à souligner également la prononciation palatale de /s/ en [ʃ] (« fecque de liuches », fèc d’eslhauces), à mobiliser des francismes (« tricha ») ou simplement à utiliser des formes générales en [tʃ] (« unuech », enuèg ; « esquicha », esquichar ; « puech », puèg ; « buech », vuèg). Signalons enfin l’insistance avec laquelle sont alignées les formes en <ch> issues de l’évolution de -CT latin en [tʃ] (« nuech », « cuech », « despiech », « liech », « huech ») qui permettent, comme pour <cha>, d’établir une distance avec la langue de Toulouse9. Ces dernières formes de palatalisation n’ont rien de nord-occitan puisqu’elles sont celles de la majeure partie de l’ensemble occitan, hormis la partie la plus méridionale du languedocien et le gascon. Là encore, il s’agit de parfaire l’effet de comique sur lequel est construit le rondeau pour donner un effet d’imprécision articulatoire là ou le lengatge toulousain distingue phonétiquement et donc graphiquement les diverses réalisations mentionnées ci-dessus et peut ainsi apparaître comme plus sérieux.

Des diphtongues, oui, mais toujours descendantes

  • 10 On trouve la forme « neyt » la même année dans le texte des Ordenansas (Lieutard & Sauzet, 2010, 11 (...)

21Les deux textes dialectaux se caractérisent également à des degrés divers par une profusion de diphtongues ascendantes qui semblent également devoir véhiculer ici une certaine connotation populaire face à des formes simples à Toulouse. Le languedocien méridional a réduit à [ε] le produit de la diphtongaison conditionnée de [ɔ] en [wε] > [ɥε] (NOCTIS > [nwεjt] > [nɥεjt] > [nεjt]). Cette monophtongaison toulousaine permet sans doute de stigmatiser comme populaires les réalisations plus conservatrices, celles du gascon qui en reste au stade premier de la diphtongaison avec le premier élément de la diphtongue en [w], tout comme elle permet de railler la prononciation du gavach qui conserve la semi-voyelle [ɥ] (« nuech, huech10 »). On ajoutera à cette dernière remarque le produit de la diphtongaison conditionnée de [ε] (« despiech », « liech ») que l’on se forcera à lire de façon invraisemblable [despɥεtʃ], [lɥεtʃ] si l’on s’en réfère à l’ensemble des rimes du Rondeau en gavach (« unuech », « puech », « buech », « nuech », « huech »).

  • 11 Il faut sûrement voir dans cette forme une inversion de graphèmes et lire « engoalhats ».
  • 12 L’Epistre ne connaît cette forme d’arrondissement que dans « paur », mais il s’agit dans ce cas pré (...)

22On placera sur le même plan d’exhibition dialectale la diphtongaison de /i/ signalée par le <io> de « viola » dès le premier vers (« en esta viola ») qu’on opposera clairement à la forme « villa » (« De la villa de Tolosa »). Cette opposition entre le gavach et le toulousain apparaît de manière identique dans l’exhibition des formes gasconnes en [kw] et [gw] face aux réalisations [k] et [g] du languedocien (« goardatz », « engaolhats11 », « gouere », « enquoere »). La référence à la graphie autochtone de l’occitan est encore sans doute relativement transparente puisque le graphème <o> [u] est utilisée avec la valeur de semi-voyelle <o> [w] (« aoegere », « goardatz », « enquoere », « engaolhats »), même si l’on voit déjà poindre le modèle du digraphe français <ou> pour la transcription de [w] (« gouere ») et de [u] (« emboulhatz »). Le graphème <o> avec la valeur [u] reste assez solide dans les formes courantes (« Tolosa », « hostaus »), mais chez nos auteurs toulousains préoccupés par l’aspect phonétique de leur production doit émerger la nécessité de distinguer clairement [ɔ] de [u] (« carrerotz », « emboulhatz »). C’est précisément parce que le <ou> français n’est pas définitivement établi pour le son [u] que, dans le Rondeau en gavach il peut encore prendre la valeur de [w] comme dans la forme « pouvres » [pwres] mais aussi dans « fou » que l’on interprètera comme une troisième personne du pluriel (fan). Cette forme d’arrondissement de <au> en [w] (sensible également dans la forme « viola ») est sans doute perçue comme populaire face à la réalisation <au> [aw] de Toulouse12.

23Pour en finir avec les diphtongues, la différence entre le gascon et le lengatge toulousain est visible également dans les formes diphtonguées de type « assieu » là où l’Epistre ne présente que « assy » et « ayssi ». Le même rôle de distanciation dialectale est joué par la réduction de la diphtongue latine AU (« poc ») en gascon là où Toulouse à « pauc ».

La voyelle post-tonique <a> comme marqueur social

24L’ensemble des textes de la Requeste comme l’ensemble des textes toulousains de 1555 témoignent d’une bonne tenue du graphème <a> pour la notation de la voyelle post-tonique /a/. Faut-il y voir un signe que l’arrondissement de /a/ post-tonique en [ɔ] n’est pas encore accompli ? Rien n’est moins sûr. Mais ce qui menace la graphie à cette époque c’est bien plus la voyelle <e> utilisée pour imiter les conventions françaises que l’utilisation de <o> par souci phonétique. Ce processus a d’ailleurs dû être clairement identifié par l’éditeur de 1555 des Nompareilhas Receptas qui tend à rétablir le graphème <a> là où l’édition précédente notait <e> (Lieutard & Sauzet, 2010, 119).

  • 13 Il ne nous semble pas qu’il faille interpréter sur le même plan la finale <on> de « trovon » qui pe (...)

25Au siècle suivant, le poète toulousain Godolin ne connaît plus que la forme <o> pour noter la valeur phonétique de la voyelle finale à l’aide de la graphie française. Toutefois une grande partie de la littérature gasconne de la seconde moitié du xvie siècle et du début du xviie établira <e> de manière quasi conventionnelle pour la notation de la voyelle post-tonique, même là où la prononciation semble avoir été [ɔ]. C’est aussi cette notation spécifique qui est utilisée ici pour caractériser la finale dans le Rondeau en gascon. Cette notation en <e> caractéristique d’une tradition béarnaise qui s’appuie sans doute sur une tendance à la centralisation de /a/ en [ə] dans une partie de la Gascogne, apparaît sans doute, au-delà même des réalisations vocaliques différentes comme un emblème graphique gascon. Il faut sans doute y voir une différence de prononciation ou du moins la volonté de marquer une distance avec le maintien de <a> dans le bèl lengatge toulousain. Mais c’est justement parce que Toulouse maintient <a> que la dimension dialectale peut être soulignée tant dans le Rondeau en gascon que dans le Rondeau en gavach. Ce dernier est le seul texte qui laisse voir quelques indices quant à l’attestation de la réalisation dialectale en [o] ou [ɔ] de /a/ post-tonique. Les formes « pauros gens » ou encore « chaitivio » signalent sans doute que la forme est en expansion, bien qu’on y trouve encore la forme « valdria ». Même si certains indices laissent penser que l’arrondissement de /a/ post-tonique gagne du terrain à Toulouse (on trouve la forme « bracomartz » dans les Ordenansas), le choix de <a> est sans doute motivé par la connaissance des divers écrits locaux poétiques ou juridiques par nos lettrés toulousains. Dans tous les cas, ce choix délibéré signale là aussi la volonté d’établir une différence entre la supériorité littéraire du « lengatge » toulousain et les réalisations [o] qui apparaissent sans doute comme un indicateur d’appartenance sociale populaire et dialectale. Il n’y a d’ailleurs aucun doute à ce sujet si l’on observe l’accumulation de formes en <o> dans le Rondeau en gavach qui raille consciemment l’arrondissement de /a/ devant nasale — même muette — en position tonique (« fom », fam ; « Po », pan ; « tho la fom », tant la fam13). C’est en tout cas ce conservatisme graphique de la forme ancienne qui permet par un effet de miroir de stigmatiser les réalisations dialectales périphériques.

Conclusion

26Ces deux rondeaux extraits de la Requeste sont de bons indicateurs des mutations sociolinguistes qui sont en cours en cette moitié de xvie siècle à Toulouse. Ce qui échappe au lecteur contemporain pour comprendre une des dimensions parodiques des textes toulousains du xvie siècle est la prise en compte du fait que survivent encore à cette époque les vestiges d’une stratification sociale de l’occitan dont les usages graphiques se font encore l’écho. On ne parle pas occitan dans la haute société toulousaine comme dans les couches populaires. Dans tous les cas, on trouve dans ces textes les vestiges d’un tradition graphique autochtone et c’est sur cette ruine partielle de la scripta que se construit le jeu de miroirs linguistiques dans la Requeste. La parodie et l’exhibition des traits dialectaux peut apparaître comme un rejet social de formes dialectales considérées comme populaires. Les deux rondeaux signalent donc l’existence d’une diglossie interne dans laquelle les usages de l’occitan s’organisent encore en registres plus ou moins prestigieux. La graphie du bèl lengatge de Toulouse tient encore à marquer la distance qui le sépare des réalisations orales senties comme dialectales ou populaires. La conscience linguistique qu’il existe un vaste espace occitanophone du nord au sud, tout comme le souvenir d’une organisation de l’occitan en niveaux de langue plus ou moins prestigieux, permettent encore d’établir un lien avec les usages médiévaux de l’occitan, mais on n’est déjà plus très loin du moment où l’occitan dans son ensemble ne sera plus pour le français que ce que nos dialectes gavach et gascon sont pour le « bel lengatge » de Toulouse dans la Requeste. L’effet comique de raillerie des pratiques dialectales ou populaires de ces deux textes de la Requeste deviendra sans doute vite insaisissable pour les générations suivantes qui auront oublié l’existence d’une scripta occitane et ne pourront plus se référer qu’à la graphie du français pour transcrire l’occitan. Cette hiérarchie linguistique interne à l’occitan, à l’instar du recueil bilingue de la Requeste, est déjà prise dans une diglossie externe où l’occitan se voit déjà contraint de revendiquer une place face à une langue française qui tend à le priver des registres d’expression les plus nobles. La progression du français dans les décennies suivantes finira par écraser les registres de l’occitan et favorisera par la même occasion le développement progressif à l’écrit de formes orales, un temps stigmatisées, comme le bétacisme ou l’arrondissement de /a/ post-tonique. Ainsi, quelques décennies après la Requeste, le poète toulousain Godolin n’aura plus d’autre choix que de recourir au système graphique du français pour illustrer le bèl lengatge de Toulouse. Mais ce lengatge n’est déjà plus celui du siècle précédent puisque Godolin n’a plus d’autre choix que de transcrire phonétiquement le languedocien tel qu’il est oralisé à Toulouse.

Annexe

[19] De la famina e dels paures,

[20] De la Vila de Tolosa,

Rondeau en Gavach (version normalisée).

Rondeau en Gascon (version normalisée).

En esta viala ieu non çai vetz qu’enuèg

Guardatz vos ara, esta vila se es bèra,

El valdriá mai demorar en qualque puèg

Peu cap de l’aule jo que non mi abegèra

Quand fam çai es, aquela falsa tricha

De bèth tempsòt e digatz que’vs volhatz,

Òm non çai tròba per manjar una micha

La fe plan son los ostaus engualhats

De charnsalada, ni gaire de pan cuèch

E pintorlats hèits de bèra manèra.

Las pauras gents, quand an lo ventre vuèg

Mès e be’m semble un pauc tròp escarrèra

De chaitiviá, chantan e jorn e nuèch

Jo be’n [‘m] perdora per acera Carrèra,

Cerchant l’almòrna, tant la fam los esquicha

Eth non i a aciu Carreròts embolhats

En esta viala.

Guardatz vos ara.

Fuèc d’eslhauces, el[s] me fan gròs despièg

E quanta gent vei òm, e güèra, güèra,

Quand non mi laissan prene repaus al lièch

Tant d’escolers jo que n’ei vist enqüèra

Jamai dels paures la lor chançon n’es dicha

Dab talas pelhas, ni tan plan abilhats

Quand l’un si chala, tantòt l’autre si ficha :

Fòrt son beròts, plan escarrabilhats,

En chada pòrta se’n tròban sèt o uèch.

Se’n fossa bèth, ma fe jo be’us baisèra

En esta vila

Guardatz vos ara.

Andieta Pechaira

Bernarda deu Pin

[21] Epistre en lengaige Tolosain, fai-

cte et composée par les Dames

de Tolose, responcive à celle

que les Dames de Paris

leur avoyent envoyée.

Las Damas que son en Tolosa

Et vo’n rendem cent grasalz de merces.

Cent mille cops se recommandan

Quant à l’Espousa del noble Rey Frances

A las de Paris, et lour mandan

25 El falh be dire, sus tout que Dieus nos ame

Qu’an vista lour Lettra gaujousa.

Quant a tramesa una si nobla Dama

Tant béla et sabia, tant humbla, tant benigna

5 Fort em joyousas Donas de grantz estatz

Tant vertuosa, que segond tous es digna,

Quant avem vist que tam be vous portatz

D’estre tous jorn la Regina de Fransa:

Per vostra lettra qu’avetz tramesa en prosa,

30 En ella totz an fort granda esperansa,

Sy tresbe fayta que no y cal pont de glosa:

Plagues à Dieus, que milla ans pogues viure.

Dedins laquala contatz subtilament

Or dos moutetz nous vous volen escriure,

10 De la Regina le bel coronament,

De las nouvellas que son depart de ça:

Le gros triumphe, grandas nouveletatz

Prumierament, be vous podetz pensa

Las grossas pompas, belas abilitatz

35 Que la ont regna la mal dita Famina,

Et le gros Raust qu’avetz feyt à Paris,

Les affamatz no fan pas bella mina:

Chantres y abiatz, Rebecz et Tambouris

Et d’autra part, nous fariam prou gran festa,

15 Dances, belz jocz, farsas, moralitatz:

Se n’aviam pou, d’aquella traita Pesta,

Et passetemps de toutas qualitatz

Que tout jorn cour, et sauta ça et la:

Parelhament, escrivetz que las Justas

40 Plagues à Dieus, que la fessa cala.

Rompian de lances plus grandas que de Fustas

Mais Dieus merce, nous nos portam pla totas

Et qu’en rompeguen pres de cent carretadas

Sens qu’aquelas qu’an les mals et las gottas

20 Grandas nouvelas dignas d’estre notadas,

Et passam temps, las unas a fila,

Et tant de causas alegras et gaujousas

A traboulha, debana, ourela,

Nous escrivetz, que nos n’em fort jouyosas,

45 Et d’autras betz, que no siam ouciosas

Legem bels Libres, quant em devociosas,

Plus accordantas que Rebecz an flautas:

O nous mellam de pertrayre, brouda

Peys lasins donan als que fan plus gran gauch

De coustura, de fronsi, de randa

80 La Violeta, l’Anglentina et le Gauch.

De fa lassetz et obras difiladas.

Mais non pensetz qu’aquellas ditas Flours,

50 D’autras vegadas, fasem Rondelz, Baladas,

Fossan flors d’herbas, car d’argent son tot blos

Car be sçabetz que dins Tolosa es coma

O et may d’Aur, aquo no son pas truffas,

Le temps passat et solia estre dins Roma,

Grandas et grossas coma belas Bauduffas:

La ont las femnas per gran forsa d’usance

85 Et per ansy un cada un s’esforsa,

Ellas sçavian del lati l’alegance

Per las ave, à demonstra sa forsa.

55 Ny plus ny mens, es assy de la Rithme

Mais qui se vol non las pot pas culhi,

Car tout le monde, à rimassa s’exprime:

Or leu d’aquest perpaus salhi,

Ayssi l’on vech que le petit maynatge

Per fa de Rithmas assi totz son fort cautz,

Quant son nascutz, et commencen lor aage

90 Se no que sian qualques Touys marfautz,

Ben souven rumen, quant son davant les focz

O qualques Sotas que se’n volen truffa,

60 Parelhament, quant fan lors petitz jocz

Et las mespresan quant no ne sçavent fa:

Mais porcz no sçaven vese que val especias

A las Auquetas, al Cluquet amagat:

Per mettre fin à las nostras facetias,

A Lauri pont, al Rossinet margat:

95 No vous desplassia, ny no trouvetz salvatge

Al Rey bon Rey, O layre gouliayre,

Quant rescriben en nostre bel lengatge:

Tant bel Enfant avetz dona comayre

Et si vousautras no trobatz bon lo nostre

65 Al para ma, al Tourroulha bourrolha,

Ta pauc nosautras, no trobam gost al vostre.

Ont as tas egas cor de may qu’on s’embrolh

Car en parlan, semble que machetz Fresas

Luna nouvella, Dieus te fassa prou bella

100 Ara a Dieus siatz donq, las donas Francesas,

Al tira massa, qu’es causa fort nouvella.

Plus n’avem lese ayssi de sermona,

Et tout ple d’autres politz joquetz d’Enfan,

Car vespras tocan, et nous y cal ana.

70 Que dins Tolosa petit maynatge fan:

Per tot veyriatz qu’entremellen de Rithmes:

FIN.

Les uns de grossas, et les autres de primes,

Segont qu’elz an ponchut l’entendement:

Par le commandement de

Les grans tambe riman comunament

mesdites Dames

75 Ayssi la Rithme es casi fort communa,

Et totz les ans dins la mayson Communa,

Naudeta Petita.

Al mes de May, l’on auch Rithmes, disputas,

S.

Haut de page

Bibliographie

Anglade Joseph (éd.), Las Leys d’amors : manuscrit de l’Académie des Jeux floraux, Toulouse, Privat, 1919-1920, 4 vol. 

Courouau Jean-François & Gardy philippe, 2003, La Requeste faicte et baillée par les Dames de la Ville de Tolose, édition critique, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Gardy Philippe, Histoire et anthologie de la literature occitane, t. II, l’âge du baroque 1520-1789, Montpellier, Les Presses du Languedoc.

Gardy Philippe, La leçon de Nérac : Du Bartas et les poètes occitans. 1550-1650, Talence, Presses universitaires de Bordeaux, 1999.

Godolin Pèire, Le Ramelet Mondin, Philippe Gardy (éd.), Aix-en-Provence, Édisud, 1984.

Lieutard Hervé & Sauzet Patrick, 2010, « D’une diglossie à l’autre : observations linguistiques et sociolinguistiques sur deux textes toulousains de 1555 : Las Ordenansas e coustumas del libre blanc et Las nonpareilhas receptas », Autour des quenouilles, la parole des femmes (1450-1600), Courouau, Gardy, Koopmans (éd.), Brepols.

Simin Palay, 1961, Dictionnaire du Béarnais et du Gascon modernes, Paris, C.N.R.S.

Haut de page

Notes

1 Pour une discussion sur la paternité du recueil, nous renvoyons à Courouau & Gardy (2003, 18-29).

2 Ce ne sont d’ailleurs pas moins de trois textes occitans de type parodique qui paraissent autour de cette année 1555 à Toulouse. Cette étude constitue en quelque sorte un prolongement du travail d’étude de la langue des deux autres textes toulousains de 1555, Les Nompareilhas Receptas et Las Ordenansas et Coustumas del Libre blanc, dans lesquels la graphie est étudiée en relation avec la situation sociolinguistique propre à cette première moitié du xvie siècle (Lieutard & Sauzet, 2010).

3 Dans le reste du recueil on ne relève que la forme « mignoneta » que l’on peut considérer comme un francisme. La forme « digna » correspond en revanche à la tradition autochtone de transcription des mots savants dans lesquelles le digraphe est résolu phonétiquement par la géminée [nn].

4 Remarquons au passage que l’Epistre donne la forme « lati » avec /n/ final amuï.

5 On entend aujourd’hui encore en francitan l’expression « c’est une peuchère » (pauvresse).

6 À moins qu’il ne faille voir dans la forme « aoegère » une forme « a[n]uegère » du verbe « anujar » contenant à la fois la diphtongaison en [we] caractéristique du gascon et l’effacement de [n] intervocalique. Notons au passage que le dictionnaire de Simin Palay ne donne que l’infinitif « anujà » avec maintien classique de la nasale <n> issue d’une géminée nasale. La forme d’infinitif en <u> donnée par Simin Palay suggère en outre que la diphtongaison ne devrait être présente que si la voyelle <u> est tonique.

7 Les formes rhodaniennes actuelles « trovar » ou « travalh » ont emprunté [v] au consonantisme français.

8 Sauf en gascon « praube » où la métathèse permet le maintien de [b].

9 Dans l’Epistre on trouve par exemple les formes « fayta » ou « feyta » ou encore « ditas ».

10 On trouve la forme « neyt » la même année dans le texte des Ordenansas (Lieutard & Sauzet, 2010, 115).

11 Il faut sûrement voir dans cette forme une inversion de graphèmes et lire « engoalhats ».

12 L’Epistre ne connaît cette forme d’arrondissement que dans « paur », mais il s’agit dans ce cas précis d’une forme d’arrondissement générale en occitan (« Se n’aviam pou, d’aquella traita Pesta » v. 38).

13 Il ne nous semble pas qu’il faille interpréter sur le même plan la finale <on> de « trovon » qui peut signaler un passage à [u] dans la morphologie verbale si l’on met sur le même plan la forme « chanson » du même rondeau, même sin on trouve oar ailleurs les formes « chantan » et « laissan ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Lieutard, « Quelques remarques sur la graphie de deux rondeaux hyperdialectaux, extraits de la Requeste (1555) », Lengas, 68 | 2010, 87-104.

Référence électronique

Hervé Lieutard, « Quelques remarques sur la graphie de deux rondeaux hyperdialectaux, extraits de la Requeste (1555) », Lengas [En ligne], 68 | 2010, mis en ligne le 25 mars 2015, consulté le 27 mai 2017. URL : http://lengas.revues.org/671  ; DOI : 10.4000/lengas.671

Haut de page

Auteur

Hervé Lieutard

Université Paul-Valéry Montpellier III, LLACS (EA 5030)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org