Navigation – Plan du site
Compte rendu

Philippe Gardy & Christophe Regina, Lucifer au couvent. La femme criminelle et l’institution du Refuge au Siècle des lumières, suivi du récit de Jean de Cabanes Satiro countro la sœur de la Croix

Jean-François Courouau
p. 145-149
Référence(s) :

Philippe Gardy & Christophe Regina, Lucifer au couvent. La femme criminelle et l’institution du Refuge au Siècle des lumières, suivi du récit de Jean de Cabanes Satiro countro la sœur de la Croix, Montpellier, PULM, 2009, coll. « Études occitanes », no 4, 182 p. 21 €
ISBN 978-2-84269-876-8

Texte intégral

1Avec Jean-Baptiste Fabre, au milieu du siècle, et Claude Peyrot, vers sa fin, Jean de Cabanes (1654-1717) est un des trois principaux auteurs de langue occitane du xviiie siècle. L’intérêt de son œuvre tient non seulement à ses qualités esthétiques propres, mais aussi à l’ambition littéraire qui la sous-tend. Auteur de pièces de théâtre (comédies), de récits en prose (historiettes), d’énigmes, de recueils de proverbes et de contes en vers, Cabanes est un auteur relativement complet (poésie, prose, théâtre) qui conçoit en faveur du provençal un projet poétique qu’on pourrait qualifier de global, visant à faire de cette expression linguistique l’égale de la langue française. Cabanes, en ce sens, est un fondateur ou plutôt — la question est complexe — un refondateur. Cadet d’une famille de parlementaires aixois subitement propulsé à la tête de l’entreprise notabiliaire familiale, Cabanes appartient, de plus, à un milieu privilégié, adepte d’une confortable oisiveté où l’activité poétique tient une place centrale. Cette activité s’énonce en provençal au sens où nous sommes largement fondés de croire que c’est dans cette langue qu’elle est représentée, oralisée, devant un cercle choisi d’intimes, issus de l’élite aixoise. C’est probablement dans ce milieu raffiné que se diffusent les manuscrits de Cabanes, selon des modalités qui semblent avoir cours depuis la seconde moitié du xviisiècle.

2Les œuvres de Cabanes sont connues, en effet, par deux volumineuses séries de manuscrits (B.N.F. et Méjanes). Parmi ceux-ci figurent deux satires : une écrite à l’occasion de l’expédition en Provence de Victor-Amédée II de Savoie en 1707 et une autre, tout à fait étonnante, consacrée à une affaire qui eut tout, en son temps, pour faire grand bruit dans la Provence catholique de la Contre-Réforme tardo-louis-quatorzienne. De quoi s’agit-il ? Loin de la satire générale, assez abstraite, telle qu’elle se pratique à la fin du xviiie siècle en français, Cabanes livre une virulente attaque ad hominem ou plutôt... ad feminam. La sœur de la Croix, que Cabanes appelle souvent du nom de son père, la Drouillado, est la supérieure du couvent du Refuge où sont enfermées les filles de mauvaise vie, repenties de gré ou, plus souvent, de force, les converties, sincères ou contraintes, les criminelles, tout ce que le sexe féminin comporte de moralement et socialement déviant. Cette abbesse, cependant, selon Cabanes, est un tartuffe féminin. Elle n’a d’abbesse que le nom. C’est une ancienne prostituée, originaire de La Flèche, en Anjou, qui à l’occasion d’une errance rocambolesque échoue à Toulon où, de conserve avec une complice de même origine, elle usurpe l’identité d’une religieuse, la fameuse « sœur de la Croix ». De là, elle gagne Aix où elle ne tarde pas, grâce à une force de persuasion fondée sur des talents apparemment uniquement rhétoriques, à se lier à quelques-unes des familles aixoises les plus en vue et les plus dévotes. Avec l’appui de ces amitiés féminines et masculines, elle obtient la responsabilité du Refuge aixois et entame là une carrière d’hypocrite au service du vice qui n’a rien à envier aux personnages les plus sulfureux d’un autre Provençal, le marquis de Sade, qui n’est pas encore né mais qui n’eût certainement pas désavoué cette créature fausse, cruelle et lubrique. Les mauvais traitements, pour ne pas dire les tortures les plus douloureuses ou les plus humiliantes, sont monnaie courante dans cette prison, tandis que, parallèlement, l’abbesse se répand, comme on s’y attend, avec ses protecteurs ou simplement avec ses interlocuteurs, en propos lénifiants de religiosité. Régulièrement attaquée, l’habile abbesse, comme par miracle, sort lavée de toute accusation au terme de procès dont l’issue doit beaucoup, sinon à la Providence, du moins à ses puissants protecteurs, parlementaires et autres magistrats aixois. C’est pendant un de ces procès — le quatrième, si j’ai bien compté — que Cabanes écrit une satire dont on se demandait, jusqu’à la publication de ce Lucifer au couvent au titre aussi alléchant que provocateur, si elle était bien fondée en réalité. Or voici qui est confirmé et qui donne au long texte de Cabanes (1 420 vers) une tout autre épaisseur : la diabolique sœur de la Croix a bel et bien existé.

3Plusieurs études et documents sont rassemblés dans cet ouvrage qui permettent de se faire une idée plus juste à la fois sur le texte de Cabanes et sur le contexte auquel il renvoie. Ces travaux sont le fruit de la collaboration entre un spécialiste de la littérature provençale (occitane en général) et un historien. Le premier, Philippe Gardy, a tellement publié sur la littérature d’oc moderne et contemporaine qu’on en oublierait presque qu’il a consacré sa thèse d’État à l’œuvre de Jean de Cabanes dont il est le redécouvreur au xxsiècle (Béziers, CIDO, 1982). De lui, il a également publié une première série de vingt contes (Aix-en-Provence, Édisud, 1982), les énigmes (Toulouse, Letras d’òc, 2007) et, tout récemment, la série complète des cent contes en deux beaux volumes (Toulouse, Letras d’òc, 2010) dont on ne saurait trop recommander la lecture. Le second, Christophe Regina, est un jeune historien prometteur qui, parallèlement à ses travaux sur les expressions de la conflictualité féminine, se montre attentif, à l’instar d’historiens aixois comme Régis Bertrand ou Isabelle Luciani, à l’expression littéraire en provençal. Dans cet ouvrage, les deux chercheurs font se succéder les études. Dans l’ordre, on trouve en effet : une présentation, peut-être un peu succincte mais à coup sûr efficace, de l’intérêt littéraire de la Satiro de Jean de Cabanes (Gardy), un point, tout à fait utile même s’il est plus redevable aux travaux de Roux-Alphéran (1846 !) qu’à un véritable travail en archives, sur l’histoire de la famille de Cabanes (Regina), une (rapide : trois pages) exposition des découvertes effectuées par Chr. Regina dans les archives départementales aixoises qui confirment les affirmations de Cabanes (Regina), une étude particulièrement riche (43 pages) sur l’institution du Refuge (Regina), le texte proprement dit et sa traduction en français (Gardy), les notes du texte (Gardy et Regina), les documents tirés des archives relatifs à la sœur de la Croix (Regina), un passage avec traduction en français de la comédie de Cabanes, Lei Bigos, où il est clairement fait allusion à l’affaire de la tartuffe aixoise (Gardy). L’alternance des éclairages, littéraire et historique, avec à chaque fois, des documents primaires et des études secondaires, permet au lecteur de développer une compréhension globale de cette modalité méconnue de l’enfermement, tout en prenant appui sur un texte poétique remarquable.

4Les qualités esthétiques et sociolinguistiques de ce texte provençal sont, en effet, de premier ordre. Ph. Gardy, dans son introduction, a raison d’insister sur la maîtrise dont fait preuve Cabanes des codes narratifs, faisant se succéder dans son texte, de façon absolument moderne, les récits de type omniscient avec des passages proches de la focalisation interne, voire de la narration externe, entre objectivation et inscription du sujet. Ce talent de narrateur est celui du conteur, mais avec un souffle, ici, qui est celui conféré par l’indignation du poète satirique. Emporté par la diatribe, Cabanes ne se laisse cependant pas déborder par son écriture. Loin de là. Remarquablement informé — par ses amis parlementaires ? — sur des aspects particulièrement obscurs de l’affaire, Cabanes conteur sait aussi magistralement créer l’ambiance et ménager le suspens de sorte que, au bout d’un certain moment, le lecteur du xxie siècle se demande s’il n’est pas en train de lire un écrit précurseur de ce qui sera plus tard le roman policier. Pour un peu, si on ne craignait pas les rapprochements hardis, on se demanderait si le Cabanes de la Satiro counto la sœur de la Croix n’est pas l’ancêtre de... Florian Vernet. En tout cas, on trouve chez Cabanes — effets de sa prise de position théorique en faveur du provençal ou traits de réalisme social ? — des passages au discours direct qui méritent d’être relevés au titre de l’enquête rétrospective (qui reste à mener) sur les pratiques linguistiques orales dans la société d’Ancien Régime. Plus fondamentalement, ce texte pose la question, à peine allusivement abordée au début de ces notes de lecture, de la filiation littéraire qu’il est possible de discerner dans l’œuvre de Cabanes. Écrivant à la toute fin du xviie et au début du xviiisiècle, Cabanes ne se réclame d’aucun devancier, il ne cite le nom d’aucun auteur provençal alors que le premier xviie siècle n’en a pas manqué. C’est tout juste s’il fait allusion aux « cours d’amour », mises en lumière par les Nostredame mais archi-topiques en Provence, ou aux travaux de son voisin érudit proto-médiéviste Gallaup de Chasteuil. Aussi faut-il considérer comme particulièrement précieuse la double mention d’une chanson sur un timbre provençal (« iou n’ay seguit lou rey », p. 130) attribuée — le lien marqué par la perluète dans ce titre n’est toutefois pas très clair — au père Bertet. Or celui-ci, nous apprend une note à l’érudition exemplaire (n. 47, p. 155), était bien connu de son temps comme poète provençal. Deux raisons, la chanson et le poète, qui conduisent à penser que Cabanes, dans son entreprise de fondation, n’est pas si vierge d’incitations, modèles ou contre-modèles, que son silence semble vouloir le suggérer.

5On l’aura compris, cet ouvrage est un beau travail. Saluons donc pour finir, après les mérites du poète édité, ceux des éditeurs qui démontrent, par une collaboration qui associe des compétences hautement spécialisées, la voie qu’une certaine recherche peut — et devrait — désormais emprunter sans peine, pour le plus grand bonheur des études historiques et littéraires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Courouau, « Philippe Gardy & Christophe Regina, Lucifer au couvent. La femme criminelle et l’institution du Refuge au Siècle des lumières, suivi du récit de Jean de Cabanes Satiro countro la sœur de la Croix », Lengas, 68 | 2010, 145-149.

Référence électronique

Jean-François Courouau, « Philippe Gardy & Christophe Regina, Lucifer au couvent. La femme criminelle et l’institution du Refuge au Siècle des lumières, suivi du récit de Jean de Cabanes Satiro countro la sœur de la Croix », Lengas [En ligne], 68 | 2010, mis en ligne le 27 avril 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://lengas.revues.org/677  ; DOI : 10.4000/lengas.677

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org