Navigation – Plan du site

Introduction 

De l’occitan dans la presse (XVIIIe-XXe siècles)
Philippe Martel

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Il est des chantiers qui méritent d’être revisités à intervalles réguliers. La présence de l’occitan dans les médias, et notamment dans la presse, fait partie de ces chantiers. La Revue des Langues Romanes lui avait consacré un dossier en 1993, centré sur l’utilisation de la langue dans une presse régionale qui pour l’essentiel n’utilisait que le français, mais pouvait à l’occasion donner une petite place à un type bien défini de textes « patois », à fonction parfois de divertissement, parfois de propagande politique, en temps d’élections notamment, sans que cela constitue d’ailleurs une pratique généralisée, concertée et durable. Lengas revient aujourd’hui sur le sujet, mais dans une perspective légèrement différente. Certes, la presse « normale », en français donc, est toujours représentée, avec un article sur un organe de presse béarnais de la fin du XVIIIe siècle (Jean-François Courouau). On peut voir ainsi que le XIXe siècle n’invente rien, et qu’il y aurait donc des recherches à mener ailleurs que dans l’ancien Royaume de Navarre, sur les premiers organes d’une presse locale alors balbutiante. Le statut de ces insertions de la langue du lieu dans le journal renvoie apparemment à une pratique de la poésie en gascon, béarnais ou non, suffisamment répandue dans les hautes classes de Pau, à la suite du légendaire Despourrin, pour que l’œil du critique puisse s’y intéresser et y intéresser ses lecteurs.

2 Mais les autres contributions nous amènent dans un autre monde, celui de la renaissance d’oc depuis le XIXe siècle, autant dire celui des militants, et des organes plus ou moins confidentiels dans lesquels ils interviennent et tentent de diffuser leur message. Pour le XIXe siècle, il y a ce Tron de l’èr (Pèire Pessemesse) animé entre 1877 et 1882 par des représentants de cette littérature marseillaise qui ne se rallie que très progressivement, d’assez mauvaise grâce et jamais totalement à l’action du Félibrige. Cette distance se manifeste aussi bien au niveau du contenu du journal que de la graphie qu’il utilise.

3Pour le XXe siècle, il y a l’Ase Negre de l’immédiat après guerre (1946-1949), où, sous l’œil vigilant (et peut-être un peu méfiant) de leurs ainés des années 30, les jeunes occitanistes que sont alors Robert Lafont, Félix Castan et quelques autres font leurs premières armes, en tentant de faire revivre, fût-ce en mineur, la revendication fédéraliste d’un Camproux et de son Occitania. Le retour sur ce petit bulletin qui ne paye pas de mine à ses débuts, tiré sur une presse artisanale pour le moins, permet de mettre en lumière la figure d’Hélène Cabanes-Gracia, une des rares femmes militantes dans l’occitanisme du temps, une des fondatrices de la section pédagogique de l’Institut d’Etudes Occitanes (Philippe Canales).

4On reste dans le domaine de l’enseignement et du militantisme avec Yan Lespoux et Viure à l’Escola (1975-1981), ce bulletin publié, tout aussi artisanalement à ses débuts, par des enseignants de l’Aude, liés à la mouvance Freinet, et qui à la suite des évènements de 1968 et du combat du Larzac découvrent l’intérêt et l’importance d’une langue d’oc alors associée par l’occitanisme renaissant aux luttes sociales du Païs, et doivent gérer, non sans difficultés, le rapport entre une démarche proprement militante, de nature politique, et une recherche pédagogique destinée à des instituteurs a priori étrangers au petit monde des occitanistes, mais désireux d’inscrire leur pratique d’enseignants dans un rapport plus étroit au pays, à sa langue et à son histoire, et par conséquent demandeurs d’outils leur permettant d’y parvenir.

5Quatre regards qui permettent d’entrer dans la problématique de l’occitan dans la presse — et de la presse en occitan, ou occitaniste ­— car l’occitanisme militant peut parfois employer le français pour mieux faire passer son message dans une société qui ne sait pas lire sa langue. Quatre regards, sur quatre publications. Il est bien évident que ce numéro n’épuise pas le sujet. Sans parler des journaux locaux des trente départements occitans, et en se cantonnant à la seule presse émanant du mouvement renaissantiste, c’est en fait par centaines de titres que l’on peut compter, depuis le Boui-abaisso de Desanat sous la Monarchie de Juillet jusqu’aux publications actuelles, les organes qui ont servi de vecteur au message félibréen, puis occitaniste. Qu’il s’agisse des almanachs — on les compte par dizaines entre XIXe et XXe siècle — ou des bulletins à parution plus ou moins régulière des divers groupes félibréens, puis occitanistes un peu partout des Alpes (françaises ou italiennes) aux Pyrénées, le champ à explorer est considérable, et peu nombreux ont été jusqu’ici les explorateurs. On se gardera donc d’extrapoler trop audacieusement à partir de l’échantillon ici présenté. Quelques remarques toutefois, qui pourraient s’appliquer à d’autres organes.

6Ce qui domine, c’est une certaine impression de précarité. Précarité matérielle d’abord. Si le Tron de l’èr se présente sus la forme d’un journal imprimé, l’Ase Negre ne parvient à ce format( avec une pagination modeste d’ailleurs) qu’à partir d’un certain moment de son histoire. Quant à Viure a l’escola, c’est au départ une feuille ronéotée comme bien des publications occitanistes des années 70, avant que l’offset assure une présentation esthétiquement un peu moins dissuasive que celle permise par la Gestetner à manivelle et ses stencils, ou que la presse scolaire d’Hélène Cabanes aux débuts de l’Ase Negre.

7Précarité dans le temps, aussi. On remarque que la durée d’existence des publications dont il est ici question est assez brève. Cela risque d’être assez banal dans le petit monde des périodiques occitans. Si on laisse de côté l’Armana Prouvençau, vétéran indiscutable en dépit de quelques crises dans la seconde moitié du XXe siècle, ou quelques revues d’écoles félibréennes locales, comme le Bournat du Périgord, ou la revue Oc, dont la vie n’a toutefois pas été si tranquille depuis sa naissance en 1924, la liste des revues occitanes depuis deux siècles tient du répertoire nécrologique. Épuisement des équipes qui se chargent de la réalisation du produit, à titre totalement bénévole (on est loin de rêver en ces temps lointains à vivre de son travail de « journaliste » et ce n’est possible aujourd’hui que pour quelques titres, et encore). Difficultés à tenir une périodicité à peu près régulière : « pareis quand pou » (paraît quand il peut), annonçait au XIXe siècle tel petit bulletin félibréen ; quant à la (remarquable et passionnante au demeurant) Revue Félibréenne de Paul Mariéton entre 1885 et 1911, Mistral la surnommait la justice divine, car elle arrivait toujours en retard, et elle ne survit pas à la mort de son fondateur-financeur-animateur. C’est bien de cela que pâtissent la plupart de ces organes. Difficulté aussi à toucher un lectorat, des abonnés, des collaborateurs, et à les fidéliser. Quelques dizaines, quelques centaines, au mieux d’abonnés, (car la vente en kiosque ou en librairie risque de ne pas amener beaucoup de lecteurs, en admettant que les kiosquiers ou les libraires acceptent de diffuser le produit). De toute façon, c’est peu, et à la longue, cela peut décourager même les enthousiasmes les plus fervents.

8Autre problème, le contenu. Si le journal, quotidien ou hebdomadaire, a son public, celui qui lui demande des informations sur ce qui se passe dans son lieu, il n’en va pas de même pour la feuille félibréenne ou occitaniste, dont la vocation n’est pas de fournir une information généraliste, mais de parler à un public convaincu de la légitimité de la revendication pour la langue, ce qui jusqu’à une date récente ne fait pas beaucoup de monde. De fait, selon les cas, ce public pourra être celui des amateurs de littérature, ou, un cran au dessous (mais pas forcément moins nombreux, bien entendu), celui des amateurs de textes amusants, dans le partage d’une connivence locale et localiste, ou celui des adhérents d’une association auxquels le bulletin fournira le compte-rendu des activités, festives ou non, dont ils auront été partie prenante, ou, dans le meilleur des cas, les éléments des débats sur les fins ultimes de l’association et de la renaissance d’oc en général, débats par lesquels ils se sentent concernés (et uniquement tant qu’ils se sentent concernés. Dès que ce n’est plus le cas, ils se désabonnent, tout simplement).

9Il y a là un joli cercle vicieux : la modicité des moyens disponibles ne permet pas une diffusion large, et une diffusion réduite ne risque pas d’amener suffisamment de recettes pour que les moyens puisent être améliorés. Et de toute façon, le véritable obstacle demeure bien entendu la situation sociolinguistique de l’occitan et ses représentations en société. Le lecteur ordinaire pourra apprécier l’apparition occasionnelle d’un texte « patois » dans le français de son journal (et de nombreux témoignages pour le XIXe siècle montrent qu’il apprécie effectivement), il ne s’ensuit pas qu’il manifeste forcément le désir de payer pour recevoir chez lui un organe de presse spécialisé intégralement rédigé en « patois », ou, pire, dans un idiome dans lequel il ne reconnaîtra pas son « patois » familier.

10Dire tout cela ne signifie pas que l’étude de ces publications n’ait aucun intérêt. Telles quelles, elles sont une des facettes du texte d’oc dans sa diversité, avec ses réussites et ses échecs. Le présent numéro est une étape dans une recherche qui est appelée à se poursuivre. La matière et les questions ne manquent pas. Georges Bonifassi en son temps avait dressé un inventaire des périodiques d’oc, provençaux mais pas seulement, essentiellement pour le XIXe siècle : ce travail mériterait d’être prolongé et étendu. Au delà, il y a toute une série de recherches à mener sur la matérialité de ces publications ; le rêve étant bien entendu de pouvoir s’appuyer sur des listes d’abonnés ou sur le livre de comptes du gestionnaire des abonnements. Des recherches à mener, aussi sur les personnages impliqués dans la rédaction et la gestion de ces revues — ce qui croise l’entreprise actuellement en cours de constitution d’une banque de données biographiques sur les acteurs de la renaissance d’oc depuis le XIXe siècle. Et il y a l’indispensable étude des contenus, bien entendu, et aussi de la langue et de la graphie employées dans ces publications.

11Le chantier est réouvert. Il n’est pas près d’être refermé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Martel, « Introduction  », Lengas [En ligne], 75 | 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 16 août 2017. URL : http://lengas.revues.org/681  ; DOI : 10.4000/lengas.681

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org