Navigation – Plan du site
Chanson occitane et chansons en occitan dans la seconde moitié du vingtième siècle

Avant-propos

Yan Lespoux
p. 9-10

Texte intégral

1Le dossier qui vous est ici présenté est issu pour une grande part d’une journée d’études organisée le 12 décembre 2009 à l’université Paul Valéry-Montpellier III dans le cadre de la préparation au CAPES d’occitan-langue d’oc. La question de civilisation du CAPES est l’occasion de mettre en avant des faits culturels, sociétaux et historiques qui n’intéressent pas seulement les candidats au concours mais tous ceux qui s’attachent à comprendre cette civilisation.

2La question de civilisation du CAPES pour la session 2010 a cela de bon pour tous qu’elle s’ouvre à un champ parfois un peu délaissé par la recherche en domaine occitan ; celui de la chanson occitane et des chansons en occitan dans la seconde moitié du xxe siècle. De fait, après une profusion d’études plus ou moins (et plutôt plus que moins d’ailleurs) militantes dans les années 1970 et jusqu’au début des années 1980, la question a été singulièrement délaissée pendant près de vingt ans. Cela sans pour autant que la chanson occitane ou en occitan ait cessé d’exister, bien au contraire. Et c’est peut-être pour cela, parce qu’elle est encore bien vivante, que l’on assiste dans la deuxième moitié de nos années 2000 à l’édition d’ouvrages d’une indéniable qualité scientifique sur la question.

3Le sujet abordé dans ce dossier a de plus l’avantage de permettre des approches croisées et complémentaires. Ainsi cette journée d’études et le dossier ici présenté ont-ils vu se rencontrer différents domaines. C’est là une qualité à porter au crédit des études occitanes en général et d’une revue de sociolinguistique comme Lengas en particulier, que de faire dialoguer différentes disciplines pour en tirer la « substantifique moelle ».

4Ainsi Jean-Daniel Estève propose une approche historique du sujet en partant des débuts de la Nòva Cançon Occitana et le lie aux revendications auxquelles cette chanson et ses héritiers viennent se raccrocher où auxquelles ils font explicitement référence. Il s’appuie pour cela sur un riche corpus iconographique et les textes des chansons qui illustrent et soutiennent son propos et l’amènent à envisager la question sous l’angle de l’investissement militant des chanteurs concernés.

5L’approche d’Élisabeth Cestor, résolument sociologique, tend à se détacher de cette question de militance et de revendication et vient quant à elle nous éclairer sur les raisons du choix de musiciens de chanter en langue d’oc et d’utiliser ou pas la musique traditionnelle. Elle nous montre ainsi que ces choix dépassent de loin l’a priori qui voudrait que cet engagement soit réduit à une expression identitaire.

6Musicologue, Frank Tenaille qui ajoute à ce champ d’étude précis la clarté et la concision journalistique, vient dans un article à la fois pointu et impliqué nous offrir des pistes de réflexion en même temps que, en filigrane, le témoignage d’un acteur engagé.

7Ce n’est d’ailleurs pas le moindre intérêt de ce numéro que de confronter les analyses à des témoignages d’acteurs, qu’ils soient contemporains (Samuel Karpienia interrogé par Gilles Suzanne qui complète heureusement à la fois les articles d’E. Cestor et F. Tenaille) ou « historiques » (Annie Zerby qui a vécu les « années Ventadorn ») qui éclairent un peu plus le sujet dans ses diverses acceptions.

8De la confrontation de ces analyses, points de vue et témoignages, émerge un tableau tout en contrastes de la chanson occitane et/ou en occitan. Une chanson qui trouve sa place au sein d’une culture « régionale », y puisant une influence tout en l’influençant, mais qui s’ouvre aussi au monde au travers des thèmes abordés tout comme des musiques qui l’accompagnent. Tout simplement aussi parce qu’elle est l’expression d’une culture qui pour apparaître locale n’en appartient pas moins au monde entier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yan Lespoux, « Avant-propos », Lengas, 67 | 2010, 9-10.

Référence électronique

Yan Lespoux, « Avant-propos », Lengas [En ligne], 67 | 2010, mis en ligne le 05 mai 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://lengas.revues.org/684  ; DOI : 10.4000/lengas.684

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org