Navigation – Plan du site
Chanson occitane et chansons en occitan dans la seconde moitié du vingtième siècle

Les chanteurs de la revendication occitane

Joan-Danièl Esteve
p. 11-54

Texte intégral

1Entre le début des années 1970 et la première décennie du xxisiècle, la revendication occitane a connu quarante années d’aléas politiques, économiques et culturels au sein de l’État français.

2Ces quatre décennies ont vu apparaître — dans le cadre du sujet qui nous intéresse — au moins deux types de mouvements revendicatifs répondant à des bouleversements sociétaux majeurs. L’un est régionaliste, l’autre est altermondialiste. Au fil de ces années nous allons ainsi passer du local au global et allons trouver par ailleurs dans certains supports d’expression artistique les voix d’une revendication commune.

3En nous appuyant sur quelques textes et en les croisant notamment avec certaines créations graphiques ou affiches qui viennent compléter l’expression artistique de la revendication occitane, nous tenterons d’identifier qui sont les chanteurs de la révolution et quel est le contenu de leurs œuvres.

4Notre objectif n’est pas ici de citer tous les artistes de langue occitane existant aujourd’hui ou ayant existé sur l’ensemble du territoire ni d’aborder tous les styles musicaux tels que le balèti, la musique traditionnelle ou expérimentale, la polyphonie, les comptines pour enfants... Nous concentrerons notre recherche sur la chanson et plus précisément sur quelques artistes et quelques-uns de leurs textes qui éclaireront notre sujet.

Une création occitane en pleine effervescence

5La fin des années 1960 et le début des années 1970 est une période charnière pour la création occitane. Les domaines de la littérature, du théâtre, de la chanson, voient apparaître de jeunes artistes occitanistes.

6Ainsi, la création théâtrale va produire avec Claude Alranq un théâtre qui « relie constamment les faits régionaux à l’ensemble des événements français » (La liberté ou la mort, Lo Teatre de la Carrièra, éd. P.J.O., 1976, quatrième de couverture).

7En 1967, l’écrivain et penseur Robert Lafont publie aux éditions Gallimard La révolution régionaliste. Cet ouvrage a accompagné, par la pertinence de ses analyses, non seulement la fin des années 1960 mais aussi les années qui ont suivi, restant même à ce jour d’une certaine actualité. Il est indiqué au verso de l’ouvrage que

Le régionalisme change de contenu. Longtemps habité de nostalgies, voici qu’il se met à regarder l’avenir et s’affirme progressiste et même révolutionnaire. S’il est vrai, comme beaucoup aujourd’hui le pensent, que le malaise économique des régions de France est à envisager comme une situation de type colonial, la décolonisation du territoire métropolitain est un processus d’histoire que le terme banal de décentralisation ne peut recouvrir.

8De nombreux autres écrivains ou poètes occitans publient également à cette même période des écrits engagés.

9Ainsi, Maria Roanet rassemble dans une anthologie parue en 1971 certains poètes qu’elle qualifie de « poètas de la descolonizacion » (Occitania 1970, los poètas de la descolonizacion, éd. P.J.O., 1971) et remarque que « le phénomène le plus neuf, issu de mai, est la naissance de la chanson moderne occitane ».

10Un certain Guy Broglia, étudiant en médecine à Montpellier, va prendre sa guitare pour créer sur des textes en occitan. Il sera le seul à le faire jusqu’en 1968.

11Que va-t-il chanter ? Des textes de Robert Lafont dans un disque intitulé Broglia canta Robèrt Lafont (I.E.O., 1965). C’est un des premiers enregistrements dans l’histoire de la chanson occitane moderne.

12Puis assez rapidement plusieurs chanteurs se regrouperont dans une nouvelle maison de disques occitane dès le début des années 1970, sorte de coopérative qui portera le nom de Ventadorn installée à Béziers, mise en place avec le soutien de l’Institut d’Estudis Occitans pour aider la création musicale.

13Toute une nouvelle génération d’artistes musiciens chanteurs, accompagnés d’une seule guitare pour la plupart, vont commencer à créer des chansons. On les appellera plus tard les artistes de la nòva cançon occitana. Mais que vont-ils chanter ? Nous avons classé en quatre grandes catégories les thèmes qu’ils abordent.

Grandeur de la civilisation occitane

14Les chanteurs de la nòva cançon occitana chantent tour à tour les événements majeurs de l’Histoire de l’Occitanie, participant ainsi à une mise en lumière de faits historiques s’étant déroulés sur l’espace géographique du pays occitan ; le peuple peut prendre alors conscience de la spécificité de son Histoire.

L’Histoire

15Quelques grands sujets d’Histoire vont être abordés par ces chanteurs :

La Croisade contre les cathares

16C’est le cas en 1972 avec le languedocien Claude Marti qui chante « Montsegur » (33 T Montsegur, 1972), cet épisode tragique de la croisade contre les cathares.

17En 1979, dans son 33 T Me soveni, paru aux éditions Ventadorn, Maria Roanet évoque également dans le titre « Me soveni » la Croisade : « me soveni dels lenhièrs ».

18Le varois Gaston Beltrame (1932-1989) sort un 45 T (éd. Ventadorn) où le titre « Son venguts » rappelle l’épisode des bûchers de la croisade mais avertit aussi les paysans et les vignerons :

Leis reis t’avián corcossonat
la Republica colhonat
[...]
As pron penat per la nacion.

Les problèmes liés à la viticulture languedocienne

19Dans son 33 T Occitània, Marti abordera l’histoire de la révolution des douze dimanches des vignerons de 1907 qui, avec Marcelin Albert à leur tête, devaient affronter le gouvernement de Georges Clémenceau (Président du conseil des ministres français qui se donne lui-même le surnom de « premier flic de France ») dans un contexte de grave crise autour de la mévente du vin. Au dos de la pochette de son 45 T, on peut lire : « Tel est le morceau d’histoire occitane que Marti chante ici. » Quant au visuel choisi pour la couverture, il s’agit d’une photographie qui montre le 17e régiment d’infanterie mutiné le 21 juin 1907 à Béziers. Un vers de la chanson illustre cette photographie « E volguèron pas tirar ».

20En juillet 1972, le chanteur Patric, qui habite la région de Montpellier, sort un disque chez Ventadorn où figure entre autres « La prima es filha de l’ivèrn ». Il se penche également sur l’épisode lié à la révolte des vignerons où il sent dans sa bouche « lo buf de Marcelin Albert ».

21Le thème des vignerons de 1907 est repris dans l’album Contra corrent la trocha nada (titre évocateur) de la biterroise Maria Roanet en 1975 (éd. Ventadorn) avec la chanson « Cecila » écrite par Ives Roqueta dont l’illustration de la pochette intérieure laisse une trace émouvante du meurtre de Cécile Bourrel, jeune fille de 20 ans qui fut tuée d’une balle tirée par les militaires présents à Narbonne pour contrer la révolte des vignerons.

22Avec le titre « Montredon » paru dans le 33 T La Sauze 2 en 1979 (éd. Ventadorn), le languedocien La Sauze chante l’émeute des vignerons de 1976 qui marqua l’histoire du Languedoc viticole et qui fit un mort du côté occitan et un mort du côté des forces de l’ordre :

[...] dos òmes son tombats sul sòl de Montredon
Emili èra occitan, Joël èra breton
Son mòrts e cresi pas qu’aquò plan importèsse
Qu’un siá viticultor e l’autre C.R.S.

Les luttes sociales

23Dans « la cançon del Larzac », Patric fait référence à la lutte des paysans menacés d’expropriation sur le plateau du Larzac à cause du projet d’extension d’un camp militaire, lutte qui va rassembler des centaines de milliers de manifestants pendant toutes les années 1970 : « Mon filh, demòres pas aquí, mon filh l’òme que ven es l’enemic » (33 T, Patric, éd. Ventadorn, 1972).

La littérature d’oc

24Autre sujet qui va permettre au grand public de mieux connaître la civilisation occitane : les grands textes littéraires mis en musique.

25Mans de Breish chante Joan Bodon, cet écrivain qui a vécu les événements de Decazeville en 1961 et qui écrira notamment « Los carbonièrs de La Sala ». Comme on peut le lire sur la pochette du 45 T (Mans de Breish canta Joan Bodon, éd. Ventadorn) : « Mans de Breish met au service de cette parole sa musique savante et populaire, sa voix de jeune homme en colère. »

26Marti aussi met en musique les textes de Bodon en 1972 dans le 33 T Montsegur (éd. Ventadorn) avec « Lo darnièr jorn » ou « La caça a la quimera ». Il chantera également Ives Roqueta (« Lo País viu al present ») ou les troubadours avec « Sirventesc » poème de Ramon Figueira ; il interprètera par ailleurs le troubadour Marcabrun. De son côté, Maria Roanet chantera « Amb la doçor » de Guilhèm de Peitieus (33 T A l’intrada del temps clar, éd. Ventadorn, 1975), des extraits de La Cançon de la Crosada (anonyme), « La lauseta » de Bernat de Ventadorn (33 T Contra corrent la trocha nada, Maria Roanet, éd. Ventadorn, 1975). Patric interprète aussi des textes de l’époque des troubadours « Ai Tolosa e Provença » de B. Sicart de Maruejòls (33 T Uòi l’auba, éd. Ventadorn, 1974) ou des textes plus contemporains comme « Dins lo pichòt cafè » de Miquèu Decòr. Le Varois Gaston Beltrame s’essayera de son côté à d’autres écrits comme celui de Miquèu Tronc, « Vilana » du xvie.

  • 1 Henri Espieux, Histoire de l’Occitanie, Agen, Cap e Cap, 1970, 245 p.
  • 2 André Armengaud & Robert Lafont (dir.), Histoire d’Occitanie, Paris, Hachette, 1979, 949 p.

27Les artistes occitans que nous venons d’évoquer abordent dans leurs textes certains grands épisodes de l’histoire occitane ou certains auteurs de la littérature occitane : la civilisation des troubadours, la croisade contre les cathares, les soulèvements des vignerons au début et à la fin du xxe siècle, les luttes comme celle des mineurs de Decazeville ou celle du Larzac. Le rappel de ces belles pages de la littérature d’oc et de ces faits d’Histoire participe à la construction d’une identité occitane à partir d’événements littéraires ou historiques. Ce d’autant plus que l’époque est prolixe en éditions d’histoires de l’Occitanie ou d’ouvrages portant sur des événements ou des périodes précises de l’histoire occitane. Ces livres, souvent militants et rarement œuvre d’historiens, participent de la construction du discours des chanteurs de l’époque ; on pense notamment à l’Histoire de l’Occitanie d’Henri Espieux (19701) ou aux travaux de René Nelli sur le catharisme. Le premier ouvrage de référence rédigé par une équipe d’historiens date seulement de 1979 ; il s’agit de l’Histoire d’Occitanie sous la direction d’André Armengaud et Robert Lafont (19792) qui, par ailleurs, ne semble alors pas trouver un public important du côté des militants occitanistes, pas plus que de celui des historiens « français ».

La lutte du peuple occitan contre un État français qui reste sourd à certaines revendications

28La conscience collective occitane alors ravivée va permettre aux artistes de mettre en paroles et musiques les revendications d’un peuple ; elle va désormais dénoncer la mort d’un pays qui va devoir trouver les chemins d’une revendication commune pour lutter contre un ennemi commun : l’État français qui reste sourd à certaines revendications.

29— L’État français qui condamne un pays à sa mort, comme l’écrit Marti dans son album Occitània (éd. Ventadorn) avec certainement l’un des plus grands succès de la chanson occitane « Un País que vòl viure » :

Vos vau parlar d’un país
que vòl viure,
vos vau parlar d’un país
que morís.

30Comme l’écrit également le languedocien Mans de Breish avec « Volèm viure al País » (33 T Volèm viure al País, éd. Ventadorn) : « Nòstra tèrra creba. » Dans « Conjugason » (33 T Patric, éd. Ventadorn), Patric écrit au sujet de la « decision presa per lo País : tuar ». Le périgourdin Joan-Pau Verdier écrit à son tour dans « Veiquí l’occitan » : « la gardarem la tèrra, volèm pas crebar » (33 T L’Exil, éd. Philips, 1974). Notons que les préoccupations de ce jeune chanteur de talent étaient les mêmes que celles des autres mais ce dernier a été victime d’une véritable cabale de la part de nombreux occitanistes qui ont dénigré son travail car il avait eu l’idée de signer avec la maison de disques Philips (et non pas Ventadorn) et était ainsi apparu comme un véritable traître qui faisait de la musique de variété en ayant pactisé avec le diable américain.

31— L’État français qui assèche économiquement tout un pays, comme le chante le groupe gascon Los de Nadau : « Qui m’a tuat mon vilatge » ou « Aspe vòu viver ». Le provençal Gaston Beltrame dénonce le manque d’emploi au pays :

Te laisses pas faire,
de trabalh n’as pus gaire,
e lo pauc que n’i a,
es fach per t’estripar.

(45 T Gaston Beltrame, 2, éd. Ventadorn)

32Beltrame dénonce aussi le vol des matières premières du pays par les groupes industriels du nord : « Cinquanta mila tònas de bauxita raubada [...] Dracula es franchimand » (Gaston Beltrame, 45 T Dracula, éd. Ventadorn). Soulignons par ailleurs que Beltrame caricature la situation politique du moment dans ses pochettes de disques où est dessiné un militant qui vote Giscard D’Estaing.
— L’État français qui vide l’Occitanie de ses habitants, ainsi que le chante Mans de Breish dans une adaptation du poème « Projèctes de crida per una armada d’ocupacion » extrait du recueil de Bernat Lesfargas Ni Cort, ni Costièr, éd. 4 vertats :

Avètz autant de dreits
coma los autres n’an
e qualques uns de mai :
lo de faire la mala
e de clavar l’ostal
e d’escampar la clau.

 Autant de dreits », 33 T Volèm viure al País, éd. Ventadorn)

33Dans le titre « Fai ta mala » (33 T Patric, éd. Ventadorn, 1977) un habitant du pays est invité à partir : « Fai ta mala, mon brave, l’a decidit lo govèrn. »
— L’État français qui s’emploie à tuer la langue du pays, comme le pense Marti dans « Ont Vas ? » :

Ont vas ambe ta guitarra ?
Luènh de París
es pas permés !
Ont vas ambe tas paraulas ?
Ara te cal cantar franglés.

[...]
Que siagas de gaucha o de dreita,
la mòda es al centralizat !

(33 T Montsegur, éd. Ventadorn, 1972)

ou comme il le dit dans « Las messorgas » :

Daissa ta lenga,
aquela fòrça es pas per tu,
Crida en francés,
E se lo pòdes,
Parla ponchut :
Fa mai borgés
.
(33 T Occitània, éd. Ventadorn)

Dans « Perqué m’an pas dich », il interpelle :

Mas perqué, perqué,
m’an pas dich a l’escòla,
la lenga de mon país ?

(33 T Occitània, éd. Ventadorn)

Dans l’album Montredon (33 T éd. Ventadorn, 1979), La Sauze constate :

Soi pas caput,
mas aquela puta de francés,
sens èsser con,
de còps i comprèni pas res.

(Extrait de « Nòstre occitan »)

34Dans « L’embut », Mans de Breish surnomme la langue française « la lenga exagonala » avec laquelle on gave les occitans comme on gave les oies avec un entonnoir (33 T Volèm Viure al País, éd. Ventadorn). Le groupe béarnais Los de Nadau adresse une chanson à « Monsur lo regent », autrement dit l’agent français chargé de nettoyer la langue maternelle occitane au profit de la langue française, au moment même où on voit apparaître la toute première affiche de la revendication occitane des années 70 : « Òme d’òc, as dreit a la paraula, parla ! »

35— L’État français et son armée qui colonisent l’Occitanie, comme le chante Patric dans « La cançon del Larzac » : « L’armada es venguda colonizar » (33 T Patric, éd. Ventadorn).

36— l’État français qui vend le pays aux promoteurs qui le bétonnent comme le chante Maria Roanet dans « Los lobatièrs » : « Sabi de lops qu’an grandas dents. De lops que de tèrra an talent » (33 T Me soveni, éd. Ventadorn, 1979).
— L’État français qui pratique une politique impérialiste, « Emperi, sèm al fons de la carta i sèm minoritaris » (« Majoritat-minoritat », Marti, éd. Ventadorn).

37Cet État que condamne le Provençal Danièl Daumas et ces hommes de pouvoir qui vont avec et qu’il appelle « lei langastas » autrement dit « lei arroina-pòble » dans son 33 T Paura Provença. Dans « Pom Pom », Maria Roanet affirme le droit à la différence dans un État français impérialiste : « Un occitan es pas un francés » (33 T Me soveni, éd. Ventadorn, 1979). Los de Nadau chantent avec « Loteria » un État français colonisateur (33 T Loteria, Los de Nadau).

38— L’État français qui fait de l’Occitanie une zone à touristes, ce que raille La Sauze dans son texte « Torista » (33 T La Sauze, 1978, éd. Ventadorn). Le pays deviendrait une sorte de réserve folklorique que le touriste viendrait visiter, comme prévient le groupe Périgourdin Peiraguda à l’aide d’une affichette imprimée dans la pochette intérieure de l’album 33 T Raiç : « Attention, ralentir : réserve folklorique » ou comme l’écrirait Marti :

Dins la resèrva autoctòna
i a fòrça temps qu’esperam
que se poiriguen los panaires.
Maldit çò que s’es raubat !
Deman la caça es dubèrta
deman Indians aurem tot !

 L’Indian », Marti, éd. Ventadorn)

39— L’État français qu’il faut à son tour condamner, comme le chante Marti :

Òme d’òc, escota, mon fraire :
se dins ton òrt i a un corbàs
[...],
pren un fusilh.
Lo manques pas !
(Los corbasses, album 33 T, éd. Ventadorn)

Avec « E, Mamet ! » Patric clame :

Ara es lo temps de cridar
de cridar dins la lenga nòstra
que volèm totes demorar
e viure dins nòstra Occitània.

(33 T, Patric, éd. Ventadorn, 1972)

40Contre cet État français à la fois impérialiste et centralisateur, et contre ses attaques incessantes envers le pays occitan (assèchement économique, fabrication d’une réserve à touristes, bétonisation et pollution, installation de l’armée, exode forcé, colonisation...) les mouvements et associations occitanistes s’organisent et invitent ces chanteurs à jouer leurs textes et musiques devant le peuple. C’est ainsi que de nombreux concerts se réalisent avec des plateaux d’artistes qui ont en commun les mêmes revendications pour l’Occitanie. Le mouvement Volèm Viure Al País est de la partie en proposant des rassemblements qui mêlent à la fois forums de discussion et chansons : viticulture, nucléaire, création artistique, autonomie avec Beltrame, Maria Roanet, Ives Roqueta, Marti, Montanaro, Mans de Breish, Rosina de Pèira...

41Une compilation musicale rassemblant les artistes de la nòva cançon occitana sera même réalisée (33 T Volèm Viure al País, compilation d’artistes, éd. Revolum). L’intérieur de la pochette du 33 T montre les photographies de la grande manifestation de 1976 à Montpellier réunissant le mouvement occitan et l’ensemble des syndicats paysans et ouvriers.

  • 3 Sur cette période on lira avec profit, dans l’ouvrage coordonné par Jean-Claude Bouvier et Jean-Noë (...)

42À plusieurs reprises, les artistes sont ainsi sollicités pour appuyer certains manifestes à contenu politique. C’est le cas de Claude Marti qui chante à l’occasion d’une rencontre avec Jean-Pierre Chabrol, l’auteur cévenol qui a signé avec Maffre Baugé et Robert Lafont le manifeste « Mon país escorjat ». Ce manifeste diffusé notamment par l’appareil régional du P.C.F.3, est soutenu également par des comédiens comme Claude Alranq et le Teatre de la Carrièra.

43De nombreux chanteurs occitans soutiendront l’initiative en donnant des concerts, comme celui de Béziers en 1979 à l’occasion de « La fèsta del País escorjat » qui réunissait notamment Cardabèla, Marti, Patric, Maria Roanet, Miquèla, Gisèla Pierra, Fulbert Cant...

Le chemin de la liberté

44Les artistes, qu’ils soient écrivains, chanteurs, comédiens, sont un des relais du citoyen qu’il soit ouvrier, paysan, syndicaliste, pour remédier à cette situation de « colonialisme intérieur » dont parlait Lafont, qui ne peut durer et pour trouver le chemin qui mène à la liberté pour l’Occitanie. Une fois le mal identifié et dénoncé, les chanteurs vont tous sans véritable exception, trouver les mots pour redonner au peuple occitan force et courage. Le but avoué est de reconquérir le Pays et de s’adresser au « pòble redevengut grand » (Marti, 33 T « Montsegur » extrait de Tres vidas, éd. Ventadorn, 1972) qui chantera « aquel grand crit d’independéncia, nòstra talent » (Marti, 33 T L’an 01 extrait de « Vaquí qu’un ser... », éd. Ventadorn), et qui dira encore « Governem-nos ! » (Marti, 33 T, extrait de « Ieu coneissi un país », éd. Ventadorn).

Mans de Breish sortira en 1977 chez Ventadorn un 33 T avec ce titre évocateur : Autonomia ! et ce texte sans ambiguïté :

Aquel crit que sortís del pitre de la luta
aquel crit qu’es pastat de nòstra volontat

[...]
aquel crit l’ai volgut plantat dins ma guitarra
coma un còp de cotèl al còr de l’enemic

[...]
nòstra autonomia
lèu la ganharem.

45Dans son album Volèm Viure al País (éd. Ventadorn), le Languedocien écrit dans « Lo poèta » : « Seràs pas un aucèl en gàbia. »

46Patric affirme dans « Confondetz pas ! » (le titre original est « Bez ez eus » du breton Ronan Huon) extrait d’un 33 T sortit en 1972 (éd. Ventadorn) : « Confondetz pas aquò’s a l’òbra que l’òme se conois, a l’òbra e pas als mots ! » et n’hésite pas à poser clairement la question deux ans plus tard : « Ont siatz los aubres pel traïdor penjar ? » (33 T Uòi l’auba, éd. Ventadorn, 1974, extrait de « Ont siatz ? »).

47Sur l’ensemble du territoire occitan, de la Provence au Languedoc en passant par la Gascogne, si les chanteurs occitans sont d’accord sur le fait qu’il faille « har un navèth monde » comme le dit dans son 45 T le bordelais Peir-Andrèu Delbeau, ce nouveau monde ne peut pas se concevoir sans une affirmation autonomiste claire qui apparaît alors comme une des conditions sine qua non pour trouver enfin le véritable chemin qui mène au pays libéré.

48Ce pays libéré s’appelle ici Occitanie mais un peu plus loin il se nomme aussi Irlande, Palestine, Euzkadi. L’Occitanie trouve alors dans sa lutte des territoires frères préoccupés par les mêmes questions.

Les peuples frères

49Des liens vont se créer entre artistes occitans et artistes de régions voisines ou de pays plus lointains qui vivent une situation de peuple opprimé.

50Le provençal Danièl Daumas fera un 45 T intitulé Palestinians. Le périgourdin Joan-Pau Verdier écrira dans « T’aimarai » : « T’aimarai per l’Indian, quora bufa tan de miseria, lo negre que se planh, e sa musica que m’apèla » (33 T Faits Divers, éd. Philips, 1975). Six ans plus tard, la biterroise Maria Roanet conjugue l’Occitanie « ambe la Còrsa, amb l’Euskadi, ambe ta sòrre Catalana, e la Bretanha, Occitània » (33 T L’eternitat, éd. Ventadorn, 1981, extrait de « Litanias, Occitània »).

51Les concerts avec les artistes issus d’un autre peuple minorisé vont se multiplier. Des rencontres d’artistes avec des représentants de ces peuples s’organisent comme avec l’écrivain occitan Yves Rouquette, la chanteuse Miquela « et une intervention d’un camarade nationaliste corse dans la salle des fêtes de La Seyne dans le Var ».

52Patric écrira de son côté « Cançon per l’Euzkadi » (33 T Patric, éd. Ventadorn, 1972), « Irlandesa » (33 T Cançonetas, éd. Ventadorn, 1976) ou encore « Bomian » : « prèp de la vila s’ausís ton cant, qualques paraulas en catalan [...] te balhi ma cançon bomian ! » (33 T Patric registrat a Montpelhièr en genièr de 1977, éd. ventadorn).

53Eric Fraj ira chanter en Allemagne tout comme Marti qui chantera aussi « Occitània saluda Cuba » (33 T Occitània, éd. Ventadorn), « Cançon per lo Chili » (33 T Marti, éd. Ventadorn), à l’instar de Los de Nadau avec « Aurost ta Victor Jara (Santiago de Chili) » et encore Marti avec « Portugal » :

25 d’abril, 1èr de mai,
jorns de justícia, al Portugal,
Fòrças armadas, liberacion,
vent de l’istòria : Resurreccion !
(33 T L’an 01, éd. Ventadorn)

54Des relations privilégiées sont établies avec les frères catalans et les soirées à thème Occitanie/Catalogne se développent auxquelles participent des chanteurs comme Marti, le groupe Cardabèla, Fulbert Cant, Delbeau, Calvet, Joan Isaac, Marina Rossell, Marta Andrea, « et d’autres à confirmer ! » Pour tous renseignements, contacter la structure qui porte le nom de « cridar »...

55En somme, les peuples de langue et de culture minorisées vont développer des relations et réfléchir ensemble sur la situation de leurs cultures, de leurs langues, dans des contextes politiques — même s’ils peuvent être différents — qui limitent leurs propres ambitions culturelles ou politiques. En chantant l’Occitanie étouffée, les artistes occitans chantent tous les peuples opprimés de la terre. Ils inventent là le chant du monde.

56Cette riche période de la nòva cançon occitana correspond à ce qu’on pourrait appeler les 15 glorieuses de la nouvelle chanson d’oc. En effet, dans la première moitié des années 1980 certains changements vont commencer à modifier la donne.

La nouvelle donne

57Le tout début des années 1980 correspond d’abord à la fin de la lutte du Larzac au travers de laquelle nous avons pu découvrir l’engagement de toute une génération d’occitanistes que ce soit dans le domaine de l’action politique, de l’engagement associatif ou de la création artistique. Ce Larzac, qui avait été le catalyseur des principales revendications occitanes va retrouver des jours et des nuits moins mouvementés.

Un nouveau Président

58C’est aussi l’arrivée au pouvoir de François Mitterrand en mai 1981, réalisant ainsi la première alternance de la Cinquième République. Même si ce chef de l’État va tenir son engagement quant à la non-extension du camp militaire du Larzac, les occitanistes resteront déçus pendant son mandat de son non-engagement concernant certaines de leurs revendications et plus particulièrement sa 95e proposition qui traitait de la reconnaissance officielle des langues de la République.

De nouveaux médias

59En 1981, avec l’arrivée de Mitterrand au pouvoir, c’est l’explosion de ce qu’on appellera « les radios libres ». Grâce à la libération des ondes, de nombreuses radios vont se créer sur l’ensemble du territoire français.

60Mais le gouvernement va mettre de l’ordre et les stations de radio FM indépendantes vont disparaître au profit de stations élues qui entrent dans une logique commerciale concurrentielle. Certains nouveaux critères considérés comme qualitatifs pour l’auditeur vont être mis en place. C’est ainsi qu’apparaît la notion de quotas de programmes d’origine française ou francophone pour défendre la production artistique nationale. Les artistes occitans sont petit à petit privés de diffusion radiophonique et la chanson occitane perd du terrain auprès du public et des auditeurs.

De nouvelles technologies

61Les maisons de disque fleurissent et dépensent des fortunes pour imposer tel ou tel artiste français. L’artiste qui ne dispose pas de ces moyens devient marginal et est considéré comme faisant un travail amateur. Parallèlement à cela, le traitement du son évolue et la couleur musicale des albums aussi. Cette évolution oriente le public vers de nouveaux goûts.

  • 4 Voir l’article d’Annie Zerby-Cros, dans ce numéro.

62Parmi tous ces changements, les artistes de la nòva cançon occitana continuent tant bien que mal à produire des disques et à chanter. Même si la maison de disques Ventadorn commence à s’éteindre à partir des années 19844 et que le contenu des textes de ces chanteurs a quelque peu changé, ces derniers feront de nombreux concerts dans les années 1980 sur la lancée du succès qui les a fait connaître dans les années 1970.

Le son d’Amérique débarque en Occitanie

63Quelques années après l’ouverture des premières écoles occitanes Calandretas et deux ans après la manifestation pour l’occitan à la télévision en 1981 à Toulouse, la nouveauté du côté musical est l’apparition de nouvelles formations qui vont fortement renouveler la musique en Occitanie.

Les Fabulous Trobadors

64En 1987 c’est la naissance des Fabulous Trobadors avec à la tête de la formation le toulousain Claude Sicre. Dans le magazine spécialisé Mondomix, ce dernier déclare : « Depuis 1975, nous menons à Arnaud Bernard une expérience de contre-pouvoir civique (le comité de quartier) et de contre-pouvoir culturel. Ce qui nous semble la priorité en France : l’organisation de contre-pouvoirs, pour approfondir la vie démocratique. Loin des utopies politiques. En 1981, François Mitterrand et Jack Lang ont dit qu’ils voulaient “ changer la vie ”. Typiquement français : tout passe par l’État et le politique. Nous prenons en main nos affaires et nous changeons la vie nous-mêmes » (Mondomix, no 3, mai 2003, p. 16). En 1983, Claude Sicre découvre les « Embaladores » du Nordeste du Brésil dont la forme musicale se résume à l’utilisation du tambourin et de la voix. Il s’empare du modèle et invente « le rap d’avant le rap », grâce à la rencontre de Jean-Marc Enjalbert qui est passionné de hip-hop, mouvement artistique urbain né aux États-Unis.

65Claude Sicre se réclame des idées de Félix Castan qui a publié trois ans plus tôt, en 1984, Manifeste multiculturel et anti régionaliste (éd. Cocagne, Montauban, 1984). Les textes engagés de l’artiste sont inspirés du penseur et traitent de la question de la démocratie, des contre-pouvoirs civiques et culturels, de la décentralisation et de la pluralité culturelle, comme dans le premier album en 1992 avec « Come on Every Baudis » qui interpelle le maire de droite de Toulouse Dominique Baudis en ces termes :

Baudis descends de ton balcon
Arrèsta ton charradís
come on every Baudis

[...]
On veut Toulouse Capitale qui dise merde à Paris
.
(CD Èra pas de faire, Rocker Promocion, 1992)

66Ce premier album de 1992, Èra pas de faire, sort chez le label qu’un jeune groupe de Marseille, Massilia Sound System, vient de créer : Roker Promocion. L’extrait « Felix Castan » est écrit en l’honneur de celui qui a développé une théorie de la décentralisation culturelle remettant ainsi en cause toute la pensée de la nation, de l’identité et des relations entre la culture et la politique : « dempuèi 50 ans se bat, contra l’aranha unitarista, e sa tela centralista » (CD Èra pas de faire, Roker Promocion, 1992). Dans « Ne faites pas de concession », Claude Sicre appelle à la décentralisation culturelle :

C’est bien ici
pas à Paris
qu’il faut créer
circuler
inventer
repenser le monde entier
cantadors per lo país
cantadors per la ciutat
volèm que tot lo país rébute la fatalitat.

(CD Èra pas de faire, Roker Promocion, 1992)

67Fatalité contre laquelle il est bien difficile de lutter en cette année 1992 où l’État français maintient toujours hors des lois fondamentales de sa nation les langues dites régionales suite à un changement de l’article 2 de la constitution française du 4 octobre 1958, dans lequel est inséré un nouvel alinéa rédigé ainsi : « la langue de la République est le français ». Cela correspond à l’époque où l’État français refuse de ratifier la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. La machine étatique française a verrouillé sa constitution.

68En 1995, un second album Ma ville est le plus beau park sort avec la multinationale Mercury/Universal.
— Las Fabulous chantent alors les écoles Calandretas nées à la toute fin des années 70 et au tout début des années 1980 « una escòla per doman » (extrait de « Calandreta »), et continuent de creuser le sillon de leur revendication :

Une conscience planétaire,
Se nourrit aussi d’ordinaire,
Mieux comprendre les lointains,
C’est d’abord creuser son terrain.

Ils prônent toujours la prise en main par le peuple de son destin :

Ne laisse pas les énarques,
Imposer leurs solutions,
Avec tous rêve ce park
Et passe aux réalisations.

69— Dans « Je ne brandis pas ma guitare », les Fabulous écorchent au passage les professeurs d’université :

Honte aux universitaires,
Et aux penseurs sémaphores [...]
Ignorant, d’un mépris sincère,
Ce que c’est que le folklore.

Dans cet extrait, Claude Sicre précise qu’il n’est

qu’un pauvre rapsode,
Un chanturleur vernaculaire,
Mais que personne n’inféode,
Et sans souci de carrière.

Il se réclame davantage du peuple ; il est un citoyen du monde :

Je dois tout aux cantadores,
Sardes, baul ou brasileiros,
Blues-men e emboladores,
Vagabundos del pandeiros,
Je dois tout aux trovadores,
Cordelistas et violeiros.

70En 1998, sort l’album On the Linha Imaginòt chez Philips/Mercury Universal pratiquement en même temps que Le vouloir d’une ville qui est la suite du Manifeste culturel et anti-régionaliste de Félix Castan. Sicre formalise en 1990 le concept de ce qui se nomme la Linha Imaginòt, et résume :

La Linha Imaginòt, une ligne imaginaire qui tente de relier symboliquement les gens qui, chez eux s’organisent pour défendre la création, le respect des cultures, et l’échange de la solidarité, pour mener à la démocratisation absolue.

71Il écrira à ce sujet une chanson « On the Linha Imaginòt » (CD On the Linha Imaginòt, Philips/Mercury Universal, 1998). L’idée était défendue par l’écrivain et penseur occitan Félix Castan. D’ailleurs dans la chanson « Je ne chante pas mes peines » un appel est lancé :

Mobilisez-vous lisez Castan
[...]
êtes-vous prêts ? Prêt à tout ?
[...]
appropriez vous cette saga
gagnant du terrain
sur l’écran boulevard de la planète.

  • 5 En 1964, deux points de vue s’opposaient au sein de l’I.E.O. : ceux qui pensaient que l’occitanisme (...)

72Dans le titre « Riu chiu chiu », Sicre mentionne une fois de plus Félix Castan « grand théoricien de la décentralisation, le seul qui ait jamais été exclu de cet institut », à savoir l’Institut d’Estudis Occitans : « Ils m’ont exclus de l’I.E.O.5 »

73On trouve également dans cet album l’extrait « High tençon » qui dénonce : « l’histoire de France est toute truquée [...] État français enseignant les évidences ». Dans « Naut Bernat », les Fabulous affirment que la révolution viendra du peuple qui commence à s’organiser depuis son quartier :

À l’ombre de Saint-Sernin
c’est un faubourg populaire
le dernier du centre ancien
ils ne le foutront pas en l’air
nous pouvons vous l’assurer
nous, comité de quartier
Associés Citoyens
toujours à veiller au grain
[...]
Fasèm de repaisses de carrièra
[...]
Fasèm tot çò que se pòt defòra
acamps e conversacions
trabalh, sièsta e folclòre.

D’ailleurs, dans la pochette du CD, une affichette fait la promotion de Linha Imaginòt, revue de la Grande Révolution des Quartiers du Monde.
Cette grande révolution concerne les peuples du monde et le titre « Cançon de la prima » l’indique dans de nombreuses langues :

Aicí sèm, where we go
a la prima cal que vengas
Egales y sont las lengas
comme y sont les hommes égaux
[...]
O país intratz en ronda, O país !
Dans tous les pays
les langues se délient, d’ici en Australie, les langues se délient
et jusqu’en Kabylie les langues se délient
dans toute l’Italie les langues se délient
Au Cameroun aussi
D’ici à New-Delhi les langues se délient
Et même au Chili les langues se délient
Et jusqu’à Tripoli, Et même en Tazmanie...

74C’est dans le prolongement de cette idée que Claude Sicre, soutenu par des associations, va être à l’initiative dès 1994 du Forum des Langues du Monde qu’il présente comme « le dernier message universel qui reste à la France ».

75En 2003, les Fabulous Trobadors changent de maison de disque pour leur nouvel album Duel de Tchatche (éd. Tôt ou tard). Ils reprennent ici leur lutte contre l’ultralibéralisme et la centralisation notamment dans « Il nous ment » : « il nous vend que des salades,/y en a marre des boniments ». Ils chantent toujours aussi les peuples du monde en affirmant : « pòdi cantar en francés, en occitan, en anglés, en catalan, en portugués, en tamazight... » Un an auparavant, Félix Castan publiait Une identité ouverte (éd. Cocagne)...

76En somme, les Fabulous Trobadors sont les premiers à apporter un nouveau style musical en rupture avec ce que proposaient jusque-là les artistes de la nòva cançon. En signant chez des maisons de disques que l’on qualifie de « majors », c’est-à-dire des multinationales qui ont en main le marché mondial de la musique, ils obtiennent des moyens de production, de distribution et de marketing qui les feront connaître assez rapidement au niveau national et au-delà.

77Reprenant les idées de Félix Castan et même s’ils développent le nouveau concept de Linha Imaginòt, de la Grande Révolution des Quartiers du Monde ou encore du Forum des Langues du Monde, les textes de cette formation ont-ils vraiment changé par rapport à ce qu’on chantait dans les années 1970 ?

78Oui, car ils sont rédigés désormais majoritairement en français. L’emploi de la langue occitane a régressé par rapport aux chanteurs de la nòva cançon.

79Non, dans la mesure où ils écrivent eux aussi sur la nécessité d’un contre-pouvoir culturel, pour davantage de démocratie, contre le tout-Paris décisionnaire de tout sur tout et contre la toile unitariste et centraliste, contre une Histoire de France galvaudée, pour une décentralisation et une véritable pluralité culturelle, pour la libre expression des langues et des peuples du monde, remettant ainsi en cause toute la pensée de la nation, de l’identité.

80Ils ont su trouver les moyens pour créer un engouement autour de ce qu’ils chantent et autour de leur style musical, permettant ainsi de toucher un public constitué de nouveaux fans sur l’ensemble du territoire.

81Quant au concept de Linha Imaginòt, les Fabulous Trobadors arriveront à séduire et à faire participer d’autres artistes, notamment Bernard Lubat ou Massilia Sound System.

Massilia Sound System

82Massilia Sound System est une création de groupe autour de quatre personnalités : Jali (chant, de son vrai nom François Ridel), Tatou (chant, de son vrai nom René Mazzarino), Lux Botte (M.C.) et Gari Greu.

83Le groupe a commencé à se former en 1984 à Marseille. Ils entretiennent des liens avec Claude Sicre. C’est en 1992 que Massilia sortira son premier album : Parle patois (éd. Roker Promocion, 1992) qui développe une version occitane du reggae jamaïcain à travers des thèmes centrés surtout sur Marseille.

84Les Massilia insistent sur cette question de la langue, qui peut parfois faire problème, dans « Parla Patois » :

Siau anat a París per i veire lei productors
escoteron mon liric
comprengueron ren dau tot,

et se justifient dans leur choix de chanter dans la langue du pays :

Garibaldi, Castan, Jaurès,
parlan patois,
lei trobadors, Gelu, Chadeuil
parlan patois,
Marti, Carlotti, Massilia
parlan patois.

85Avec « A la rasbalha », le groupe annonce sa ligne de conduite politique : « Massilia veut des contre-capitales/pas de capitale en bois/des décisions à la rasbalha » et mettent en avant « lei pensadas de Castan e de totei lei que luchan contra leis embocants ».

86C’est dans ce même album que le groupe évoque quelques-unes de ses idées dans le titre « Stop the cono » : « ils construisent des pyramides et ils s’installent aux sommets culturellement vides, ils imposent leurs idées [...] État français tu radotes, les intellos bidons il faut les mettre à la porte, ton sénat, ton ENA, tes médias, ton CSA... ».

« Canti, as, a » précise les intentions :
Gès de frontièra, d’administracion,
que de toteis estats, va sas, fau secession

[...] la votz, lo son, lo beat, vaquí mon armament.

87Un an plus tard, l’album Chourmo (éd. Roker promocion, 1993) reprend certains des thèmes abordés dans les disques précédents, notamment sur :
— la question de la décentralisation :

Anti-centralista es la filosofia
[...]
lo centralisme parisenc nos fa cagar ara n’i a pron
[...]
per bolegar lo país d’en promièr bolega lo canton.

(« Disèm-fasèm »)

88— La critique de l’unitarisme est abordée dans « Trobadors » : « En France une langue unique nous est imposée, ça empêche les gens d’élargir leurs idées, d’aller communiquer avec leur voisin de pallier, de se mettre à la portée des autres communautés, car l’unitarisme ne peut engendrer, que le racisme, l’exclusion, la perte des identités. »

89— Un clin d’œil est fait dans cette même chanson aux Fabulous Trobadors : « de Marseille à Toulouse sur la ligne Imaginòt, sur l’autoroute on écoute les Fabulous à la radio ».

90Par ailleurs, nous relevons dans la construction des chansons un écho qui s’opère régulièrement entre le groupe marseillais et le groupe toulousain influencés par la pensée de Félix Castan.

91Ainsi, dans le livret du CD Commando Fada (éd. Roker promocion, 1995) Massilia s’adresse « à ceux qui pensaient que notre combat était dépassé, à ceux-là, moi, je voudrais simplement faire remarquer qu’ils sont restés sans progresser, pendant que nous on avançait. Culturellement et idéologiquement, je dirais que notre bénéfice est important : Linha imaginòt, Fabulous et Félix Castan, Bernat Lubat, Ròker Promocion et la Chorma fan avans ! »

92La Linha Imaginòt fonctionne et dans l’album Commando fada nous retrouvons les mêmes thèmes :
— l’anti-centralisme (Commando Fada : « l’anticentralisme, une idée qui t’appartient ») ;
— l’Histoire officielle remise en question (« Me’n foti » : « de la messorga istorica [...] nos fau faire la critica ») ;
— la prise du pouvoir par le peuple (« On danse le parpanhàs » : « ceci est une petite claque aux conos, qui pensent que le savoir ne peut venir que d’en haut ») ;
— le réveil des villes et peuples du monde (« Lo reggae es mon companh ») :

Reggae de Nissa, de Merinhac, de Marsilha
de Ièras, Tolosa o Montalban/de França, d’Inglaterra, d’Italia
reggae d’Africa e reggae jamaican
en America, au Canadà, per Colombia
a New Delhi, a Djakartà, a Oran.

93— les références à Félix Castan (« Mise en examen » : « pas besoin de verdict, pas besoin de jury, la sentence vient de Castan ou plutôt de sa théorie »).

94Avec ce son et ce style venus tout droit des États-Unis, mélangeant rap et ragga, le groupe va devenir au fil des années un des groupes de référence pour toute une génération et va continuer à produire des albums.

95En 2002 c’est Occitanista sortit chez Wagram (une « major ») qui est à ce jour le seul album d’expression occitane (et française) à avoir été nommé par les professionnels de l’industrie musicale aux victoires de la musique (18e Victoires de la Musique en 2003, catégorie « album reggae, ragga, world de l’année ». Ils n’obtiendront pas le prix).

96Tout comme les Fabulous Trobadors, la formation marseillaise va inventer et créer autour d’elle un réseau organisé qui va recueillir ainsi des fans de l’ensemble du territoire, rassemblés dans un groupe très élargi nommé La Chourmo et diffusant entre autre les idées de Castan.

Maurèsca Fracàs Dub

97En 1997, une bande d’étudiants fonde le Moviment de Desvelopament de l’Occitan (Cette association est d’ailleurs à ce jour la plus ancienne association étudiante de l’université Paul-Valéry de Montpellier). Quelques tags réalisés dans le local du MEDOC peuvent illustrer certaines revendications de l’association : « La normalitat existís pas, Occitània centre del mieu mond, vaquí la crotz de l’esperança... »

98En 1999, le MEDOC se joint à une manifestation qui défile en faveur de la langue occitane à Montpellier avec le slogan « France pays des droits de l’homme moins un : celui de parler sa langue ». Elle réunira 1 000 personnes environ. L’association décide de louer un camion et d’animer le cortège avec de la musique. Quatre étudiants qui font déjà de la musique ensemble improvisent avec des machines et deux micros. Cette formation s’appellera quelques mois plus tard Maurèsca Sound System ; trouvant que le nom s’inspire trop de celui de Massilia Sound System, le groupe choisit de s’appeler Maurèsca Fracàs Dub.

99La formation créée, elle répète et commence à jouer des titres très marqués par l’influence des Fabulous Trobadors (les deux chanteurs jouent aussi du tambourin) mais aussi par l’influence de Massilia (la formation est fan du groupe marseillais). Comme les formations toulousaine et marseillaise, les Maurèsca vont chanter en français et en occitan sur une musique qui oscille entre le rap, le reggae et le hip hop.

100En octobre 2001 le groupe sort un CD de dix chansons auto-produit Francament (Lo Sage e lo Fòl prod.) avec le soutien du Servici de la Lenga Occitana, Massilia Chourmo et Stop the Conò Movement. Parmi la liste des gens remerciés, on peut apercevoir notamment les noms de Felix Castan, Fabulous Trobadors, Linha Imaginòt, Bernat Lubat, Massilia Sound System. L’influence est clairement affichée et les textes chantés reprennent certains grands thèmes abordés par les Fabulous ou Massilia :

101— l’Histoire galvaudée : « Mais si finalement on écrivait l’Histoire » (« Mariana ») ;
— les mensonges de l’État : « Estat membre de la chacha constanta » (« Mariana ») ;
— les peuples de la terre : « Berbères, indiens et Comanches,/ d’Oran à Kaboul jusqu’à Rome » (« Tarab »).

102En 2005 l’album Contèsta (éd. Mic Mac/Lo sage e lo fòl) sort et le groupe continue à produire des textes engagés avec « Sale sud », « Ya basta » ou « Revòutas ».

103Le troisième album, Bartàs, sort en 2008 (éd. Lo sage e lo fòl). Parmi les titres qui composent l’album, on retrouve toujours les mêmes thèmes :
— la langue qui disparaît : « ça sent le roussi pour la culture de chez nous,/la langue disparaît et tout le monde s’en fout » (« Stéréotypes ») ;
— le centralisme : « le centralisme acharné, les esprits ça les pollue » (« Stéréotypes ») ;
— la république qui ne laisse pas assez de liberté : « Picam dei mans ,/volèm mai de republica » (« Indians de las Americas ») ;
— le danger capitaliste : « rêve capitaliste, ce système m’attriste » (« Trabau ») ;
— l’appel au réveil du peuple : « Aquelei que triman van sortir per carrièra » (« Trabau ») ;
— la fraternité entre les peuples du monde : « Bretons, corses, savoyards, blacks, blancs, beurs ou métisses/Creòls d’aquí patois d’ailà » (« Sauta ! ») ;
— les repas de quartiers soutenus par les Fabulous Trobadors : « Es repais de barri, repas de quartier, dançarem la borrèia, dançarem lo reggae » (« Anam manjar »).

104À l’instar des Fabulous Trobadors et de Massilia Sound System, l’utilisation de la langue occitane dans les textes régresse au profit du français, tandis que durant ces années 1980 et 1990 les chanteurs de la nòva cançon occitana continuent d’avancer artistiquement et de chanter essentiellement en occitan, participant toujours à une diffusion efficace de la langue tant à l’écrit qu’à l’oral.

105Même si le contenu des textes de ces trois formations toulousaine, marseillaise et montpelliéraine n’a pas vraiment bouleversé ce que l’on pouvait déjà lire et écouter avec les chanteurs de la nòva cançon (anti-centralisme, l’Histoire de France faussée, contre Paris et pour davantage de démocratie, pour la diversité des langues, contre les dangers du grand capital, pour la fraternité entre les peuples...) ces groupes ont toutefois apporté un style musical nouveau.

106Mais c’est du côté du piémont italien qu’un autre foyer de création musicale s’affirme un peu plus chaque jour.

L’air frais des vallées occitanes d’Italie

107Ces formations utilisent de vrais instruments de musique et décident de ne pas utiliser de machines et de sons pré-enregistrés. Ils créent avec des instruments qui peuvent sonner aussi en acoustique (guitares, batterie, basse, flûtes...) tout en mettant à l’honneur des instruments occitans (vièle à roue, bodega...). La musique retrouve avec ces groupes transalpins une chaleur qui participe de l’originalité de leurs compositions.

  • 6 Nous ne disposons que de la seconde édition, 1975, Librairie occitane de Bagnols-sur-Cèze.

108C’est le cas de Gai Saber qui sort dès 1997 un premier album, Troubar r’òc (éd. Ousitanio Vivo) où sont repris essentiellement des textes de troubadours ; mais dès 1999 avec l’album Esprit de frontièra (éd. Ousitanio Vivo) les textes vont se faire plus engagés notamment avec un texte écrit par Tavio Cosio qui dénonce le fait de devoir quitter son pays pour aller travailler ailleurs : « Me vosti cor, oubriè d’Ousitànio, rèsten eisì, sus i lindal peirous » (« Oubriè d’Ousitanio »). En préambule de la chanson « L’ostou ëd Macaillé », Gai Saber évoque François Fontan (1929-1979). Celui-ci fonde en 1959 le Parti Nationaliste Occitan à Nice puis se réfugie dans les vallées occitanes d’Italie où il fonde le Mouvement Autonomiste Occitan, sans pour autant abandonner la direction du P.N.O. Il publie en 1961 Ethnisme, vers un nationalisme humaniste6.

  • 7 Atlas collectif ethno-linguistique avec une préface et une conclusion de l’artiste Ben, Z Éditions, (...)

109Quatre ans après la publication de La Clef7 par François Fontan, Gai Saber sort son troisième album Electroch’oc (Bagarre Records, 2002) où le groupe écrit encore dans « Onze passa dotze » le pays que l’on quitte pour aller travailler ailleurs.

110C’est véritablement en 2006 avec l’album La fabrica occitana (éd. Felmay) que les textes deviennent plus engagés relatant à la fois :
— le désir de liberté : « Libertat, sumi de’n pòple mesclat e bastard » (« Occitània que te’n vas ») ;
— le devoir de garder sa terre pour les générations futures : « garda aquesta tèrra,/que nos chal n’alternativa, ‘na novèla perspectiva, per deman » (« Garda aquesta tèrra ») ;
— la désinformation diffusée par la télévision :

Deguna veritat,
siem pròpi tiei gabaires,
professionistas de la desinformacion
.
(« L’òme que beica la television »)

— le danger des multinationales « que an pas de projectes, per lo ben de l’umanitat » (« La fàbrica occitana »).

111Une autre formation qui vient des vallées occitanes d’Italie est Lou Seriòl. Après leur premier album Persi Pien en 2000, ils choisissent de travailler en équipe pour leur deuxième album Reviori (autoproduction, 2005) et font participer Sergio Berardo, chef de file du groupe Lou Dalfin ou encore Louis Pastorelli de Nux Vomica basé à Nice dont il parle dans « Paion ven » : « Nux Vomica nos parlan de la mar. » Ils évoquent également le thème de la liberté : « matin de prima passat a pensar pantais, paratge e libertat » (« Vira vira »).

112Lhi Jari sortent en 2004 un album intitulé Minoranças (éd. Ethnoworld) où le même Sergio Berardo est remercié. Leurs textes sont aussi engagés : « aùro per l’òme, l’es propi ou moument de tirar fouoro la siò dignità » (« Gacha que strano  »). Ils parlent de la fierté de la langue et de l’identité : « aquì tontes persounes doubren strane paroles/ma soun fier da la siò lengo e de siò identità » (« Minoranças »).

113Mais le groupe qui rencontre le plus de popularité depuis ces vallées reste Lou Dalfin, toujours sur le principe d’un mélange d’instruments traditionnels occitans avec des instruments plus modernes. Les autres formations des vallées occitanes s’inspireront du procédé que Lou Dalfin utilise depuis 1982. Le groupe se sépare en 1985 puis se reforme dans les années 1990 en donnant à la formation un nouvel élan.

114Après l’album La flor de Lou Dalfin en 2001 (éd. Uprfolkrock-Venus), les textes deviennent plus virulents dans L’Òste del Diau en 2004 (éd. Tarantanius-Venius) ; Sergio Berardo évoque :
— un peuple qui vit parce qu’il résiste :

Sèm encar’ici per dreissar la barriera [...]
sèm encar ici, apres de la crosada
après d’i dragonalhas
sèm encar’ici a chantar l’amassada
per contunhar batalha
.
(« Sèm encar’ici »)

— l’origine de sa musique qui « nais del sang » (« Rigo-ragga ») ;
— l’évocation du camisard qui sait résister :

Aura de revòlta
pron de vergonha
nem lo cap levat
[...] dins ton sabre
es nòstra libertat
[...] qui renoncia
a batalhar pr’aquò que àma
al se rend e perd sa dignitat
.
(« Joan Cavalier »)

— les peuples de la terre : « Bomians venguts d’Ongria [...] Cabarets d’Orient [...] Indians per la colina » (« La reina »).

115La sortie de I Virasolelhs en 2007 (éd. Musicalista) propose des textes toujours plus engagés :

Occitania encara
pòs bramar-lo fòrt
òsca joventura
olarem pas mai
[...]
beica dapè mon fraire
[...]
disen que tot se chata
disen que tot se vend
[...]
sèm pas sus lo merchat.
(
« Occitania e basta »)

Sergio pleure son pays vaincu :

Es pas un raive
aquò es lo dòl
dòl di ganhats
la preisonia
[...]
penso a ma tèrra
escagassada
dal pè del rei
de França.

(« Galerian »)

116mais se sent toujours prêt pour le combat : « i corsaris son pronts a batalhar » (« I corsari ») affirmant qu’« aquel bel senh de sang e d’òr, l’avèm enca’ mai grand, dins nòstre còr » (« Lo braçabòsc »). Enfin, il sanctionne ceux qui ne font pas partie du même combat : « pro de manieristas, tradicionalistas, la secta charuflaa, celebral-purista, valets da ministèri, cortesans des sovencions » (« La maire »).

117Finalement, Lou Dalfin a influencé les nouveaux groupes des vallées occitanes que nous avons évoqués et qui remercient d’ailleurs pour la plupart Sergio Berardo de leur avoir ouvert le chemin de cette musique qui mêle à la fois instruments occitans et instruments plus rock. Cet air frais des montagnes rencontre un franc succès de l’autre côté des Alpes, surtout depuis les années 2000. Les textes, même s’ils n’oublient pas de décrire l’amour que ces formations transalpines portent à leur région montagneuse, se font de plus en plus revendicatifs. Ainsi, ces chanteurs vont petit à petit glisser d’une culture musicale qui fait la part belle aux chants d’amour et à la description d’un espace géographique plutôt rural, à une musique qui se veut plus incisive tant au niveau de la forme que du fond. Chaque disque invite par ailleurs à la danse et aux bourrées, scottishs, rigodons, mazurkas et autres rondeaux, tout en proposant des textes qui ont subi l’influence de chanteurs occitans de Nice ou de Marseille mais aussi celle des écrits politiques de François Fontan pour quelques-uns.

L’altermondialisme

118C’est en août 2003 qu’un événement va marquer la vie politique française et attirer l’attention des médias internationaux. Est organisé sur le plateau du Larzac entre l’Hérault et l’Aveyron un gigantesque rassemblement contre l’Organisation Mondiale du Commerce, en présence du leader de la Confédération Paysanne, José Bové. Derrière le slogan « un autre monde est possible » apparaissent des prises de position claires : contestation de l’organisation interne, du statut et des politiques des institutions mondiales telles que l’OMC, le Fonds Monétaire International, le G 8. Pour davantage de démocratie, de justice économique, d’autonomie des peuples, de protection pour l’environnement, de droits humains fondamentaux ; et pour une mise en place d’alternatives.

119Le mouvement altermondialiste occitan Gardarem la Tèrra (GLT) naît à ce moment-là.

120On passe à l’occasion de ce rassemblement du local (Larzac 1973, période qui va toutefois mobiliser d’autres peuples comme les Indiens d’Amérique) au global (Larzac 2003) avec des propositions d’alternatives pour révolutionner un ordre mondial qui dévie vers des logiques ultra-libérales. Les alternatives s’inscrivent dans une logique altermondialiste.

121C’est à l’occasion de ce rassemblement que de nouvelles rencontres se tissent entre certains occitans qui sont dans l’univers de la musique. En 2003 et 2004, GLT organise une Caravana Occitana qui part à la rencontre de la population sur tout le territoire occitan pour y proposer des rencontres autour de la langue et de la culture occitanes. Chaque étape est l’occasion d’être reçu par les associations occitanes du lieu qui se joignent à l’initiative militante. Les artistes participent également à l’action et se proposent de jouer en concert : Rivatge, Coriandre, Banda Sagana, Maurèsca Fracàs Dub, Qu’es aquò, Mesclamís, Joan-Francés Tisner, Christian Josuet, Traucaterme, Los escarabats, Zine, Lo cepon, Lucia Mas, Pierre Boissière, Lou Dalfin, La Talvèra, Coriandre, L’Art à Tatouille, Miquèu Montanaro, Laurent Cavalié, Joanda, Goulamas’k.

122Par ailleurs, plus tard, en 2005 à Carcassonne, puis en 2007 à Béziers, la décision est prise d’organiser une grande manifestation dont les revendications portent sur la création occitane, les médias, l’enseignement, la présence de l’occitan dans la vie publique, à l’appel des associations interrégionales qui sont l’I.E.O., le Félibrige, le Felco, Calandreta, Òc-bi, Conselh de la Joventut d’òc. À noter que le Conselh de la Joventut cessera ensuite son activité et que le Felibritge s’est joint à la manifestation à partir du rendez-vous de Béziers. Le slogan de cette manifestation est « anem òc, per la lenga occitana ! ».

123Le mouvement Gardarem la Tèrra organise la soirée concert des deux manifestations et propose ainsi au public un panel de la création musicale occitane avec des artistes militants comme Montanha Negra, Faydits, Eric Fraj, Mans de Breish, Laurent Cavalié, Joanda, Miquèu Montanaro, Goulamas’k, Òc, Sofia e sa bodega, L’Art à Tatouille, La Mal coiffée, Maurèsca Fracàs Dub, La Cosconilha, Duo Brotto-Lopez, Lo Seriol.

124Un an après la manifestation de Béziers, le gouvernement crée par la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008 un article (75-1) qui précise que « les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France ». À l’occasion de la manifestation qui a accueilli 20 000 personnes à Béziers, Gardarem la Tèrra édite un CD rassemblant de nombreux artistes de la création occitane qui se joignent au projet et sur lequel on retrouve La Talvèra, Femnouze T, Miquèu Montanaro, Laurenç Cavaillé, Maurèsca Fracàs Dub, Bilïngue, Faydits, L’Art à Tattouille, Òc, Joan-Francés Tisner, Philippe Vialard, Coriandre, Cosconilha, Duo Brotto-Lopez, Frédéric Fortes, Luc Aussibal, Trio Espinasse, Gai Saber, Goulamas’k et Joanda.

125Les musiciens de Goulamas’k et ceux de Joanda s’étaient rencontrés auparavant sur le plateau du Larzac en 2003. C’est six ans plus tard, en mars 2009, que Joanda sort l’album Register (éd. Pays d’oc) où les textes écrits en occitan abordent le thème de la résistance, dans un univers musical où les instruments traditionnels comme la bodega ou la vielle à roue se marient avec les sonorités des guitares. Les textes évoquent tour à tour les manifestations étudiantes qui appellent à la mobilisation contre certaines réformes gouvernementales (« Generacion prudéncia ») ; certains poètes qui savent donner une autre vision du monde dans leurs écrits comme Pablo Neruda, Otero Silva, Salvador Espriu (« Pablo Neruda ») ; la marche de la révolution (« Caminarem ») ; les grandes manifestations depuis les années 2005 pour l’occitan (« Anem, òc ! »). Par ailleurs sur certains titres, on peut entendre les voix enregistrées de personnalités qui ont toujours su se mobiliser pour l’Occitanie comme Robert Lafont ou Claude Alranq. On trouve dans l’album un duo avec Claude Marti sur la chanson phare « Un país que vòl viure », revisitée pour l’occasion.

126Concernant le groupe Goulamas’k et bien que celui-ci ait déjà enregistré un CD en 2002, Le kri des cigales, l’expérience militante de Gardarem la Tèrra va inspirer cette formation qui écrit de nouveaux textes et compose de nouveaux titres dans un album qui sortira en 2005 (Gardarem la Tèrra, éd. Fairplay).

127Les textes en français, espagnol et occitan évoquent :

— la sauvegarde de la langue occitane : « gardarem l’occitan que s’apèla libertat » (« Coinçat ») ;
— les mensonges d’état : « muchas mentiras de los dirijentes, para dormir la gente » (« Escucha ») ;
— l’appel à l’union des peuples : « los pueblos unidos, sin fronteras, sin violencia, sin armas, sin verguenza » (« Escucha ») ;
— l’anarchie : « ni Dieu, ni roi, ni loi, ni maître » (« Les saigneurs ») ;
— l’Histoire cachée : « Ils enchaînent nos mains rugueuses, pour nous priver de notre histoire » (« Serre les dents ») ;
— certaines luttes sociales : « i aguèt tan de luchas dins la viticultura » (« Lo mòl ») ;
— l’exploitation des ouvriers par les multinationales capitalistes : « volèm pas trabalhar pl patron que dòna pas lo sòu [...] trimes pas pel capital » (« Volèm ») ;
— on retrouve dans cet album la chanson emblématique du mouvement Gardarem la Tèrra : « liberté, fraternité, égalité, de belles idées souvent bafouées [...] se volèm contunhar a viure al país [...] caldrà pas comptar suls òmes politics [...] gardarem la Tèrra, la gardarem totjorn » (« Gardarem la Tèrra »).

128Dans l’album Live de 2007, Fai petar ! (éd. Fairplay), un message figure à l’intérieur de la pochette :

Il est important de nourrir nos racines d’échanges, de culture, de solidarité, d’engagement en ces temps liberticides où le pouvoir libéral se met en place comme si c’était une fatalité.

129En somme, de 1973 à 2003, nous sommes passés d’un Larzac qu’il fallait garder à une Terre qu’il faut préserver de la mondialisation capitaliste. Le mouvement altermondialiste se structure et propose des alternatives pour révolutionner un monde qui se heurte aux dangers de cette mondialisation.

130Une vague d’artistes militants se mobilisent via Gardarem la Tèrra pour donner des concerts militants sur l’ensemble du territoire occitan, pour figurer sur la compilation musicale qui sera vendue par le mouvement afin de soutenir financièrement la manifestation Anem òc, per la lenga occitana, organisé par le collectif Anem òc.

131Ces manifestations accueillent toujours plus de monde (de 10 000 à Carcassonne 2005 à 20 000 à Béziers 2007, chiffre dépassé à Carcassonne 2009) et de plus en plus de personnalités politiques dont plusieurs utilisent la langue occitane dans leur prise de parole à la tribune.

132En guise de conclusion, nous pouvons dire de façon générale que les styles musicaux se sont énormément diversifiés, offrant à la musique un panel intéressant d’artistes d’expression occitane. Que ce soit dans les années 1970 avec la lutte du Larzac et les chansons de la nòva cançon occitana dans un contexte d’aspiration lafontienne à la révolution régionaliste, puis pendant les années 1980 ou 1990 avec l’arrivée du rap dans le paysage musical occitan, et ensuite à partir des années 2000 qui voient se développer sur la planète le mouvement altermondialiste. De nouvelles formations musicales trouveront dans ce mouvement diverses sources d’inspiration. Nous remarquons que les artistes occitans se sont toujours mobilisés pour défendre telle ou telle cause et pour porter à la connaissance du public dans des albums ou sur scène leurs chansons aux textes souvent engagés.

133Nous remarquons également que les chanteurs peuvent :
— accompagner certaines luttes et mouvements sociaux (le Larzac des années 1970 ou 2003) ou certains rassemblements militants (Caravana Occitana, manifestations Anem òc) ;
— s’affirmer autour d’une pensée politique (Lafont, Castan, Fontan...) ou d’un réseau ou d’un mouvement associatif fédérateur, donnant ainsi naissance à des foyers de création spécifiques à un territoire géographique qui peut être sensible à l’influence de penseurs, de réseaux ou de mouvements associatifs.

134Par ailleurs, il semblerait que, depuis quarante ans, la majorité des textes, sauf exception, reprennent les thèmes récurrents de l’amour d’un pays, de sa langue, de sa culture, s’opposant toujours à l’État centralisateur français qui ne favorise pas le plein épanouissement du peuple occitan ni des autres langues et cultures historiques du territoire français.

135Par contre, les chanteurs des vallées occitanes d’Italie ne mentionnent pas dans leurs textes cette cohabitation difficile avec l’État italien. La reconnaissance claire par le gouvernement des langues du territoire (article VI de la constitution italienne de 1948, loi 482/99 de « protection des minorités linguistiques ») et le fait que l’État italien ne connaît pas une stigmatisation des langues minoritaires semblable à celle qui est assez spécifique à la France, expliquent peut-être cela, même si dans la pratique la diglossie existe là aussi, et si la place faite à la langue dans le système scolaire est encore réduite, un peu comme c’était le cas en France après la loi Deixonne, sans formation réelle des maîtres et sous le régime du volontariat...

136Enfin, les références aux langues, cultures et peuples opprimés de la terre entière pour cause de politiques impérialistes sont toujours d’actualité depuis près de quarante ans dans les textes de ces chanteurs, rappelant ainsi que le mouvement altermondialiste est sans doute né dans les années 1970 sur le plateau du Larzac, au moment où on parlait alors d’internationalisme.

137Ainsi Robert Lafont a-t-il pu écrire pour Gardarem la Tèrra, à l’occasion de la manifestation Anem òc, per la lenga occitana en 2007 à Béziers ce texte :

  • 8 Dans un monde globalisé, précisément, partout universel, il n’y a pas un lieu où il ne soit pas pos (...)

Dins un mond globalizat, precisament, de pertot universal, i a pas un luòc ont siá pas possible de dire non d’una votz que clantisca a totes los orizonts de l’espaci.
Nasquèrem en Occitània, sul Larzac, ont una ponhada de païsans inventavan lo combat planetari per la patz
8.

Haut de page

Notes

1 Henri Espieux, Histoire de l’Occitanie, Agen, Cap e Cap, 1970, 245 p.

2 André Armengaud & Robert Lafont (dir.), Histoire d’Occitanie, Paris, Hachette, 1979, 949 p.

3 Sur cette période on lira avec profit, dans l’ouvrage coordonné par Jean-Claude Bouvier et Jean-Noël Pelen, Récits d’Occitanie, Presses universitaires de Provence, coll. « Le temps de l’histoire », 2005 deux articles qui se répondent : Jean-Marie Guillon, « De Maurin des Maures à Maffre-Baugé, le récit occitan de L’Humanité », p. 83-105 ; Robert Lafont, « Le récit occitan de L’humanité, réponse à Jean-Marie Guillon », p. 105-111.

4 Voir l’article d’Annie Zerby-Cros, dans ce numéro.

5 En 1964, deux points de vue s’opposaient au sein de l’I.E.O. : ceux qui pensaient que l’occitanisme devait rentrer dans le débat politique (Lafont per exemple) et ceux qui pensaient que l’occitanisme devait s’en tenir à la culture (Castan).

6 Nous ne disposons que de la seconde édition, 1975, Librairie occitane de Bagnols-sur-Cèze.

7 Atlas collectif ethno-linguistique avec une préface et une conclusion de l’artiste Ben, Z Éditions, 1998.

8 Dans un monde globalisé, précisément, partout universel, il n’y a pas un lieu où il ne soit pas possible de dire non d’une voix qui retentisse à tous les horizons de l’espace. Nous sommes nés en Occitanie, sur le Larzac, où une poignée de paysans ont inventé le combat planétaire pour la paix.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/698/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joan-Danièl Esteve, « Les chanteurs de la revendication occitane », Lengas, 67 | 2010, 11-54.

Référence électronique

Joan-Danièl Esteve, « Les chanteurs de la revendication occitane », Lengas [En ligne], 67 | 2010, mis en ligne le 05 mai 2015, consulté le 27 mai 2017. URL : http://lengas.revues.org/698  ; DOI : 10.4000/lengas.698

Haut de page

Auteur

Joan-Danièl Esteve

Professeur certifié d’occitan, chargé de mission au CIRDOC,
auteur et compositeur occitan.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org