Navigation – Plan du site
Chanson occitane et chansons en occitan dans la seconde moitié du vingtième siècle

Les quatre vérités des musiques de l’espace occitan

Franck Tenaille
p. 77-82

Texte intégral

Il n’existe pas un santon musical occitan

1En analysant ce qui s’est joué sur le terrain musical dans l’espace occitan depuis le milieu des années 60 (que l’on définit sous l’appellation de « Nòva Cançon occitana »), en faisant une lecture pluridisciplinaire des actes et œuvres sur une période de 40 ans, on découvre deux choses :

  • La richesse d’une terra incognita musicale, bien éloignée des poncifs dont on affuble trop souvent les musiques d’essence patrimoniale ;

  • une disparité dans les trajectoires et les préoccupations des acteurs de la musique griffée Oc.

Le primat étant que les chanteurs/musiciens/compositeurs répondent d’abord à leur « obsession artistique », fille de leur psyché, laquelle se combine avec un terreau, un contexte, des époques.

Ainsi, ces acteurs musicaux témoignent d’une grande dissemblance :

  • dans leurs relations aux « sources » (quand l’un embrasse tout un corpus musical, un autre s’en tient à une intention poétique en rapport avec un environnement) ;

  • dans leurs approches stylistiques (qu’elles soient folk, ethno-trad, jazz, contemporain, chanson, rock-pop, etc.) ;

  • dans leurs instrumentariums (et il convient ici ne pas oublier ici le rôle décisif des luthiers, à l’exemple de ceux qui fabriquent des vielles à roue) ;

  • dans leurs procédés de créolisation ;

  • dans leurs postures publiques (de la démarche quasi métaphysique de certains à l’engagement citoyen d’autres).

Quelques exemples :

  • Claude Marti, Jan Dau Melhau, André Ricros, en réfèrent aux inspirations « animistes » des terres qu’ils arpentent (le Languedoc, le Limousin, le Massif-Central).

  • Jan Mari Carlotti s’emploie depuis le groupe Mont-Jòia à ramarrer sa Provence à son grand arrière Méditerranéen.

  • Gérard Zuchetto se veut fidèle à l’héritage pan-européen des chantres de la Fin’Amor.

  • Laurent Audemard (leader du groupe Une Anche Passe), en digne héritier de Bartok ou de De Falla, file les correspondances musicales entre Languedoc, Catalogne, Maghreb ou Balkans.

  • Manu Théron (fondateur du Còr de la Plana) s’inscrit dans la pulsation pluriculturelle d’une Marseille fondée par les Grecs.

  • Christian Vieussens ou Joan-Francés Tisner inventent leur « folklore imaginaire », façon pour eux d’être fidèles à la terre qu’ils ont choisie (en l’occurrence la Gascogne, le Béarn) et façon aussi de lui inventer un futur.

2On est donc aux antipodes de l’archétype du musicien-chanteur d’Oc que les tenants d’une pseudo-culture du décor s’ingénient à imaginer ou qu’un tourisme pressé et des politiques ignares de la chose culturelle voudraient exhiber.

Les musiques de l’espace Occitan assument le même « échange inégal » que beaucoup d’autres musiques du monde

3Comme les musiques du « tiers-monde », les musiques de l’espace occitan ont elles aussi été victimes du fameux « échange inégal » cher aux économistes du mal développement. Cet échange inégal étant l’expression des relations caporalistes entre un centre et une périphérie, un dominant et un dominé.

4Comme des musiques du Sud, celles de l’espace occitan sont régies par la transmission orale. Elles utilisent une langue (sous ses divers dialectes) longtemps niée car victime d’une forme de « colonialisme intérieur ».

5En conséquence, ces musiques, parce qu’elles se sont élaborées à partir de soubassements anthropologiques populaires minorés par une pensée dominante, se sont présentées en position d’inégalité face à la musique dite « savante » (nous sommes tentés de dire « de classe ») et à la musique de l’industrie du divertissement.

6Elles doivent donc, lourdes de ces handicaps, faire la preuve sans arrêt de leur légitimité esthétique et sociale. Et financièrement, qu’il s’agisse des aides à la création, à la diffusion, à la transmission, aux lieux qui leur sont consacrés, de leur présence dans les médias... elles sont victimes d’une discrimination considérable. Il suffit pour s’en convaincre d’analyser les budgets de l’État ou des collectivités territoriales.

L’espace musical occitan est un fabuleux champ de ressources

7Il existe bien un espace musical, de l’Atlantique aux Alpes et du Massif Central à la Méditerranée, qu’une langue et sa culture (dans ses diverses variantes), toute malmenée qu’elle ait été, continue d’irriguer. Pour autant, il faut que les imaginaires des différentes populations qui ont vécu dans cette région-carrefour puissent continuer leur germination et leur activité de « rhizome », au sens où Deleuze et Guattari utilisaient ce terme. Cet espace occitan dépasse les frontières de l’Occitanie linguistique. La création musicale occitane, depuis les fameux troubadours ou l’époque d’Al Andalou, ayant croisé les influences, hybridé les héritages. Des héritages qui ne sont « activés » que pour autant que de nouvelles générations s’en emparent et leur redonnent une actualité.

8Si j’utilise à dessein le mot « activés », c’est qu’en matière de mémoire, la France fétichise le patrimoine physique (celui de la pierre et du manuscrit) mais que ce « dogme » est de peu d’utilité, qu’il est même contre-productif, lorsqu’on aborde des héritages renvoyant à des sociologies collectives, des cosmogonies, des expressions culturelles liées aux rites de la vie, qui en réfèrent au patrimoine immatériel.

9Cette distinction est capitale lorsqu’on constate dans quelles proportions rapides les remodelages sociaux s’opèrent dans nos régions (voir les flux de populations nouvelles qui s’installent au Sud), alors que la transmission des richesses d’une culture et d’une histoire s’opère selon des modes du temps long. Où l’on en revient aux moyens selon moi trop chiches alloués à la valorisation de la culture d’Oc en général et de son expression musicale en particulier dans les domaines que sont la recherche de terrain, le collectage, le soutien au spectacle vivant, la création de lieux consacrés, la diffusion, la numérisation, les échanges, l’aide à la pratique amateur...

Les enjeux du patrimoine immatériel sont considérables

10Le bien commun de tous les acteurs du monde musical griffé Oc, est bien le fameux « patrimoine immatériel » dont les Conventions de l’Unesco sur « la diversité culturelle » et « la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel » de 1989, 2001, 2003 nous disent qu’il est appelé à devenir un des enjeux politiques majeurs de nos territoires.

11Que dit l’article 2 de la fameuse Convention de 2003 ? : « On entend par patrimoine culturel immatériel les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire — ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés — que les communautés, les groupes et le cas échéant les individus, reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. »

12Traduction : Il est bien spécifié que ce sont les individus, les groupes, les communautés qui reconnaissent eux-mêmes leur patrimoine. Et il n’est pas dit que c’est à tel ou tel expert de l’État ou des institutions de décider à leur place ce qui est légitime d’en faire partie.

13Dans la même convention, il est indiqué que le patrimoine culturel immatériel est un « creuset de la diversité culturelle et un garant du développement durable ».

14Traduction : Cela signifie que chaque peuple est détenteur d’une culture et que cette culture est au centre de la société. Et donc que chaque groupe social a des droits culturels qu’il convient de respecter et de faire appliquer.

15Il y a là une remise en cause du modèle culturel français dominant, érigé autour de la notion de Beau, universelle et absolue. Il y a là la remise en cause d’un corps de doctrine dans lequel les cultures populaires, fatalement locales puisque liées à des particularismes sociaux et linguistiques, n’avaient pas vocation à devenir des outils d’émancipation.

16Les conventions de l’Unesco sur le patrimoine immatériel — ratifiées par tous nos députés et sénateurs — reconnaissent enfin que la place cardinale des cultures populaires — et à ce titre, les musiques d’essence patrimoniale situées au croisement des questions de culture, d’identité, de transmission, de mémoire et de création — sont bien un champ décisif des politiques culturelles futures.

Que disent en effet ces musiques ?

  • Que le défi n’est pas dans la globalisation des faits de culture (induite par Internet, les flux de populations, le voyage ou le commerce). Mais qu’il est dans une « marchandisation » sans principes qui induit une pasteurisation des manières de penser, des goûts, des produits, des échanges.

  • Qu’il est dans la fabrication d’un « homo consumatus » réduit aux plus petits communs dénominateurs.

  • Qu’il est dans la destruction des écosystèmes culturalo-linguistiques et des imaginaires qui vont avec.

  • Qu’il est aussi dans l’imposition d’un universalisme de pacotille attentatoire à la mémoire, aux équilibres du « vivre ensemble », et partant aux dialogues des civilisations.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie sélective de l’auteur

Rédacteur en chef du mensuel culturel pan-sudiste César. Fondateur de « Zone Franche » (principal réseau européen de professionnels des musiques du monde). Responsable du jury musiques du monde à l’Académie Charles Cros.
– Le Printemps de Bourges, histoire des musiques d’aujourd’hui (Gallimard) ;
– Chant et polyphonies corses (Éd. du Layeur) ;
– Musiques et chants en Occitanie — création et tradition en pays d’Oc (Éd. du Layeur, en collaboration avec le Chantier, Centre de création des nouvelles musiques traditionnelles et musiques du monde de Correns).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Tenaille, « Les quatre vérités des musiques de l’espace occitan », Lengas, 67 | 2010, 77-82.

Référence électronique

Franck Tenaille, « Les quatre vérités des musiques de l’espace occitan », Lengas [En ligne], 67 | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://lengas.revues.org/702  ; DOI : 10.4000/lengas.702

Haut de page

Auteur

Franck Tenaille

Journaliste spécialisé dans les musiques du monde.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org