Navigation – Plan du site
Chanson occitane et chansons en occitan dans la seconde moitié du vingtième siècle

Entretien avec Samuel Karpienia
L’occitan ou l’expérience du monde

Gilles Suzanne
p. 99-108

Texte intégral

1Samuel Karpienia est compositeur et interprète. Il a fondé les groupes Gacha Empega et Dupain desquels il a fait partie ; deux formations à travers lesquelles il a développé une approche inédite du répertoire poétique de langue occitane et entrepris un travail original de création musicale. Plus récemment, il a multiplié les collaborations avec de nombreux artistes et publie aujourd’hui un album intitulé Extatic Malancòni (Dfragment Music, 2009).

2La démarche musicale et poétique de Samuel Karpienia prend à contre-pied la prolifération des formes folkloriques. À travers les différents projets qu’il a menés, avec les groupes Gacha Empega, ou Dupain, et à présent sous son nom, son travail artistique ne s’est jamais laissé associer à une reproduction des usages instrumentaux ou poétiques censés être ceux de l’art occitan. Ses différentes compositions, sans renier le patrimoine ancestral des troubadours de l’amour courtois jusqu’aux poètes engagés dans la cause ouvrière de la fin du xixe siècle, l’ont constamment inscrit en résonance avec les réalités actuelles de notre monde. Elles ont encore moins correspondu à une mise au « goût du jour » des traditions festives qui pullulent lors des manifestations institutionnelle visant à mettre en valeur « La » culture occitane : celle incarnant prétendument l’origine et le territoire commun et originel. Mais, disons plus, le travail artistique de Samuel Karpienia ne se contente pas pour autant de défier les représentations les plus courantes de la musique et du chant occitan. Il ne correspond pas à un esprit de défiance qui se consommerait lui-même. Qui ne vaudrait, en somme, que par le fait de se revendiquer en tant que tel. Sa musique et son chant sont un procédé par lequel il s’immisce dans le monde et nous invite à le re-signifier. Comment pourrions-nous en effet nous satisfaire aujourd’hui des modèles sociaux et culturels sur la base desquels nous définissons notre rapport au monde ? La solution d’un « nous » qui s’opère et vit par l’exclusion de la différence, c’est-à-dire par l’affirmation d’une appartenance à une communauté naturelle, celle-ci pouvant être en l’occurrence occitane, n’est qu’une réplique infra-nationaliste à une crispation généralisée des identités nationales. Elle est en ce sens inacceptable. En revanche, la formule d’une identité personnelle, en quelque sorte constituée à l’épreuve de la différence, de différences dont Samuel Karpienia se nourrit et qu’il abreuve en retour, semble pouvoir être une manière pertinente de vivre et de dire le monde contemporain. C’est pour ainsi dire une éthique qui correspond, du moins pour Samuel Karpienia, à un nouvel esprit occitan. L’occitan devenant dès lors une façon d’être au monde, non plus contre lui, mais de se situer dans son cours pour y agir. Une manière de réviser les modèles surplombants, qu’ils prennent l’aspect de particularismes étriqués (ceux du traditionalisme) ou d’universalismes naïfs (ceux de la world music).

3Les procédés poétiques et musicaux de Samuel Karpienia n’opposent par conséquent en rien le local et le global. Ce sont deux points de vue qu’ils suturent comme pour faire de l’occitan une culture de soi, de l’Autre et du monde qui se cultive aujourd’hui et sans nostalgie.

L’occitan ou l’expérience du monde

Gilles Suzanne : Vous chantez en langue occitane, comment cette langue vous a-t-elle été transmise ou comment l’avez-vous apprise ?

Samuel Karpiena : Je n’ai pas grandi en Provence. Je suis arrivé de Normandie avec ma famille. J’étais très jeune. Je n’ai aucun souvenir de mon enfance normande. Après une escale à Bédarrides, où mes parents tenaient une poissonnerie, nous nous sommes installés à Port-de-Bouc. J’ai toujours eu une sorte de volonté personnelle d’aller vers la culture provençale comme on va vers quelque chose dont on sent que c’est une lacune. J’ai pris des cours au collège. Puis, au lycée, j’ai suivi un cours de provençal et je l’ai présenté au baccalauréat comme troisième langue. Mais il y avait toujours un côté passéiste. On parlait d’histoire de la Provence, des folklores, de Mistral et compagnie. C’était intéressant, mais le choc est venu de Massilia Sound System. Le groupe donnait sur ce passé un regard neuf, jeune et insolent, qui me plaisait. À l’université, j’ai eu un cours sur le développement local. On y apprenait la manière dont la langue occitane est aujourd’hui méprisée et presque clandestine sur son propre territoire. Une situation, en somme, de domination ou de mise à l’index de cette culture.

Gilles Suzanne : C’est ce qui se disait alors ?

Samuel Karpiena : Cela a été le déclic de mon intérêt pour l’occitan.

Gilles Suzanne : Qu’est-ce que vous entendez par venir au provençal pour combler une lacune ?

Samuel Karpiena : C’est une manière de s’approprier la culture locale dans le sens où, pour moi, elle n’était pas familiale. C’était une façon d’être dans un pays auquel je m’intéressais à travers ses cultures locales.

Gilles Suzanne : Cela prend à contre-pied l’idée que l’on se fait de cette langue comme se transmettant de père en fils ou, pour le moins, dans le cadre familial.

Samuel Karpiena : Cette injustice vis-à-vis de cette culture, de cette langue, a incarné pour moi l’injustice en général. Cela a été le véhicule de ma colère. Cette colère exprimait mon sentiment d’injustice. Ce sentiment que l’on peut ressentir lorsqu’on est jeune. J’avais alors 24 ans. C’est avec un professeur de français de Port-de-Bouc que j’ai appris l’occitan. Elle faisait partie de l’Institut d’Études Occitanes. J’avais eu son contact par Jan-Mari Carlotti. J’avais interviewé ce dernier dans le cadre d’un enseignement d’ethnomusicologie que je suivais à l’université. J’ai trouvé cinq personnes à Port-de-Bouc pour lui permettre de monter ce cours d’occitan et je l’ai suivi une fois par semaine. En parallèle, j’avais toujours eu envie de chanter. J’étais fasciné par le flamenco. Mais, n’étant pas gitan — je ne l’étais d’ailleurs pas moins qu’occitan — je pensais qu’il fallait laisser aux gens les choses qui sont les leurs. Je pouvais faire un groupe de reggae, mais je n’étais pas jamaïcain. Je me demandais si, le faisant, je ferais aussi bien qu’eux ; si je ne serais pas dans l’imitation. Je me demandais si je ne serais pas dès lors à côté de moi, c’est-à-dire de la recherche de qui j’étais. Car, tout cela n’est qu’une affaire de recherche de soi et de ce que tu as à dire sans t’inventer de personnage. Par conséquent, je me suis dit que l’occitan, étant donné que j’avais grandi ici et que j’avais l’accent, pouvait être la langue à travers laquelle chanter et mener cette recherche d’authenticité.

Gilles Suzanne : Le chant a été une manière d’explorer cette langue et réciproquement, mais aussi ce que vous étiez ?

Samuel Karpiena : Je me suis senti légitime à chanter en occitan ; à chanter tout court d’ailleurs. J’ai trouvé une légitimité et un outil.

Gilles Suzanne : C’est un moment où vous vous êtes dit que l’occitan était votre langue ?

Samuel Karpiena : C’est ce qu’on disait. À l’époque, nous disions qu’il fallait parler l’occitan. Il y a d’ailleurs des personnes qui le parlent. Pour certains, c’est presque de l’ordre d’une performance artistique quotidienne. Aujourd’hui, je vois les choses différemment. Les occitans me disaient souvent : « Tu comprends, c’est la langue de ma grand-mère ! » Au bout d’un certain temps, la coupe était pleine. Je leur répondais que ma langue maternelle était le Français. Dès lors, cela signifiait-il pour autant que je n’étais pas légitime à chanter occitan ? Selon leur définition, la réponse était évidente : je devais effectivement chanter en français. C’est pour cette raison, entre autres, que je suis allé vers le français. C’est le cas sur le dernier album de Dupain et sur Extatic Malancòni. Il est important de comprendre qu’il y a le chant occitan, les artistes occitans, et, par ailleurs, les militants occitans. Pour ma part, je me définis en tant que libertaire. Je ne vais pas m’enfermer dans un mode de pensée collectif alors que je suis profondément, reste à inventer le mot, « individuationniste ».

Gilles Suzanne : L’expression est parlante...

Samuel Karpiena : Ma liberté passe aussi par le fait de montrer qu’il n’y a pas de fatalité à faire de l’occitan un déterminisme essentialiste. D’ailleurs, quand j’ai fait écouter mon album en français, certains m’ont dit que c’était de l’occitan. C’est très intéressant car cela pose la question de savoir ce qu’est l’occitan. Est-ce la langue ? Un parisien qui n’a pas l’accent, mais qui parle occitan et le chante, est-il occitan ? Un minot qui a grandi ici, mais qui chante en anglais avec l’accent provençal, fait-il de l’occitan ? Je n’ai pas de réponse, mais la question est posée.

Gilles Suzanne : Prenons cet exemple au sérieux. Cela signifie que pour vous l’occitan est une manière d’explorer le Français, voire de le transformer ?

Samuel Karpiena : Pour moi l’occitan a été un tremplin. Ce n’est pas une finalité, mais un parcours. Un parcours qui m’a conduit à nouer une histoire avec la poésie occitane. Une histoire qui, aujourd’hui, nourrit chez moi un imaginaire qu’il m’arrive d’exprimer en français mais qui pour autant vient de cette culture littéraire et musicale occitane. Ce qui m’a également intéressé, c’est cette génération des Jan-Mari Carlotti qui m’a précédé. Ce sont des personnes qui ont vécu les années soixante-dix et leurs grands combats pour le pacifisme ou d’autres causes collectives.

Gilles Suzanne : Avant d’approfondir cette autre dimension, disons politique, pouvez-vous me dire dans quelle mesure cette langue, au-delà d’être une matière linguistique, est aussi un patrimoine littéraire et poétique ?

Samuel Karpiena : L’occitan s’exprime effectivement à travers la littérature. Aujourd’hui, la production littéraire en occitan est énorme. Cela a toujours été le cas depuis les troubadours et jusqu’à présent. À travers la chanson, ce patrimoine littéraire a largement été mis en avant. Pour ma part, j’ai par exemple travaillé sur Jòrgi Reboul, un poète marseillais du xxe siècle, qui dépassait les clivages entre occitan et occitanistes. Cela me correspond parce que je me reconnais plus dans l’occitan que dans le provençal, dans l’occitan que dans le passé. On est d’une époque et je l’assume. Je vis avec cette époque. Pour aller chercher le patrimoine, il faut être en phase avec ce qui se passe et ne jamais vivre dans la nostalgie.

Gilles Suzanne : Qu’est-ce que vous apportez à ce patrimoine littéraire ?

Samuel Karpiena : Concernant les textes de Jòrgi Reboul, je les ai chantés. Sinon quand j’écris Pòble Montanhòu, qui est un hommage non dit à Massoud, cela fait partie des choses que j’amène à ce patrimoine.

Gilles Suzanne : Cela signifie que chanter le monde contemporain est une manière de continuer à inventer dans cette langue, voire de l’inventer ou de la faire vivre ?

Samuel Karpiena : Je crois que cette langue et son patrimoine sont à nous. J’aurais été en Bretagne, j’aurais chanté en Breton. Je suis ici, donc je prends ce qu’il y a ici. Quand la world music a émergé, on a entendu des roumains et du flamenco. C’était magnifique ! Tu pouvais aller puiser dans tout cela ; mais il fallait que je sache ce que moi, dans tout cela, je pouvais amener. Car il faut que cela relève d’un juste échange. C’est pour cela qu’à travers l’occitan, nous voyageons autant : de Taïwan au Canada, en passant par le Sénégal. Je crois que l’occitan ramène les personnes que nous rencontrons à elles et que cela questionne l’idée de culture en général. L’occitan, en étant en France sans être français, problématise l’idée de minorité à travers le monde.

Gilles Suzanne : Est-ce à dire que pour vous l’occitan est une langue de ou en résistance ?

Samuel Karpiena : Je crois qu’il vaut mieux être dans l’action que de se penser en résistance. Une action positive qui te construit, plutôt que d’être sur la défense de quelque chose qui t’enferme. Une action qui te donne envie de faire avec les autres. Pour moi, c’est chanter mon quotidien. L’occitan est une façon de voyager, par la littérature, les rencontres, pour aller vers d’autres personnes et d’autres idées. Il faut en finir avec ce réflexe de la victimisation. On peut être dans le monde d’aujourd’hui d’égal à égal en étant de langue occitane. Nous avons pu être dans la victimisation. Nous nous trouvions un ennemi en étant victimes de la France, de l’histoire française et des Français. Mais il me semble à présent qu’il est aisé de se trouver un ennemi pour se construire par défaut. Il y a d’autres moyens d’arriver à se sentir fort que de se trouver un bouc émissaire à sa propre misère mentale.

Gilles Suzanne : Peut-on dire alors que cette langue vous a permis de vous ouvrir au monde et à la différence plus qu’elle n’a été pour vous une façon de vous identifier à une sorte de communauté naturelle ?

Samuel Karpiena : On peut d’autant mieux s’ouvrir aux autres lorsqu’on est porteur de quelque chose de fort. Je ne me sens pas vide de culture. D’ailleurs cela m’évite, lorsque je voyage, de tomber dans l’exotisme de la culture de l’autre. Cet exotisme de la découverte de peuples qui auraient gardé le sens du rythme, des façons de vivre traditionnelles, et qui font qu’on les trouve merveilleux. Tu es d’égal à égal ; ni dans le populisme exotisant, ni dans un complexe vis-à-vis de la culture dominante.

Gilles Suzanne : Sont-ce des idées comme celles de « créolisation », que l’on trouve chez Édouard Glissant, ou d’usage « mineur » plutôt que minoritaire de la langue, propre à Gilles Deleuze ou Félix Guattari, qui peuvent décrire ton rapport à l’occitan ?

Samuel Karpiena : C’est vrai que l’idée de créolisation de É. Glissant et le rapport qu’elle instaure à l’imaginaire, c’est-à-dire le fait de réintroduire l’imaginaire poétique dans les actions concrètes — qu’elles soient politiques, économiques, sociales —, me parle. Le fait de re-enchanter le politique, le social, le quotidien, justifie pour moi le fait de parler et de chanter en occitan.
Cela rejoint cette idée de Claude Sicre du parler occitan comme une manière de participer à la grande fête des langues. Un rassemblement duquel émerge une pluralité, c’est-à-dire une diversité qui, en réalité, est la source d’un anticonformisme plutôt que d’un anti-centralisme. Je ne crois pas à la théorie du bloc culturel homogène qui s’installe partout, je ne crois pas à la théorie du complot. Le monde d’aujourd’hui est tel qu’il est, et c’est dans ce monde qu’il faut agir. L’occitan n’est pas une église dans laquelle tu entres, dans laquelle il y aurait quelque chose d’unique et d’invariable à vénérer et qui te protègerait. L’idée est de te révéler toi-même à travers l’occitan, et c’est cela qui fait peur car tu ne sais jamais ce que tu vas trouver en toi. C’est cela aussi la pratique d’une langue.

Gilles Suzanne : C’est une posture vis-à-vis de la langue qui est commune dans le milieu de la poésie, du chant ou de la musique occitane ?

Samuel Karpiena : Il y a des militants qui sont sur d’autres longueurs d’ondes. Avec Dupain, tout comme Jan-Mari Carlotti et Massilia Sound System avant nous, nous avons fait exploser les schémas de la pratique de cette langue par l’usage d’un rock minimaliste. C’était une autre manière d’être occitan. Une manière que les traditionalistes ne comprenaient pas.

Gilles Suzanne : C’est une posture à ce point ouverte qu’elle peut donner à certains l’impression qu’elle met la langue ou la culture occitane en danger ?

  • 1 Damase Arbaud, Chants populaires de la Provence, Chantemerle, Nyons, 1972 (2 vol. , 1re éd., Makair (...)

Samuel Karpiena : Cela remet en question leur pratique. Je crois qu’ils ont peur d’un certain débordement. Mais les mentalités ont changé. Nous avons sorti Dupain en 2000 et, depuis, beaucoup de choses se sont passées. En 2010, on entend du métal occitan ou ce que fait, en Gascogne, la Familha Artùs sous l’influence d’une pop Anglaise très décalée, à la façon de Cocteau Twins. C’est intéressant car cela explose toutes les représentations de cette langue ou de sa création. Autant les représentations de ceux qui pensent que tu es régionaliste que celles de ceux qui te voient comme traditionaliste au sens de la femme aux fourneaux ou de la peur de l’étranger. Alors, évidemment, avec Gacha Empega, nous avons commencé par le répertoire. Nous avions pris l’ouvrage de référence, le Damase Arbaud1, et nous l’avions étudié. Le côté majeur qui donne l’aspect jovial et gentillet n’était plus possible aujourd’hui. Ce que j’entends dans l’occitan c’est le fado, le blues. Pas vraiment la souffrance, mais l’aspect dramaturgique qui met et montre les choses en tension. Nous avons par conséquent conservé le répertoire, mais l’avons re-inscrit dans une contemporanéité vis-à-vis de laquelle il n’a rien de suranné. Nous avons également réinventé ce répertoire en l’approchant par la polyphonie qui n’existait pas en tant que telle dans la tradition musicale occitane. C’était une manière d’apprendre et de connaître les bases pour pouvoir les amener ailleurs et aller nous-mêmes vers ailleurs. C’est une manière de comprendre l’esthétique de la langue et sa métrique. C’est cela qui est fondateur d’un long parcours d’artiste, d’une œuvre, de la vie.

Haut de page

Bibliographie

Gilles Suzanne :
Publications récentes :
– « Musiques d’Algérie, mondes de l’art et cosmopolitisme », in Puig N., Suzanne G., Martiniello M. (sous la dir. de), Créations en migrations. Parcours, déplacements, racinements, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 25, no 2.
– « La chanson de langue occitane ou les autres voix de la mondialisation en Méditerranée », in Actes du Colloque Latinité, Méditerranée et mondialisation culturelle, à paraître, CIRDOC.

Samuel Karpienia Avec Dupain :
– L’Usina, Virgin, 2000.
– L’Usina remix, Virgin – Remix, 2001.
– Camina
, Virgin, 2002.
– Les vivants, Label Bleu, 2005.

Sam Karpienia :
– Extatic Malancòni, DFragment Music, 2009.

Haut de page

Notes

1 Damase Arbaud, Chants populaires de la Provence, Chantemerle, Nyons, 1972 (2 vol. , 1re éd., Makaire, Aix-en-Provence, 1862-1864).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Suzanne, « Entretien avec Samuel Karpienia
L’occitan ou l’expérience du monde
 », Lengas, 67 | 2010, 99-108.

Référence électronique

Gilles Suzanne, « Entretien avec Samuel Karpienia
L’occitan ou l’expérience du monde
 », Lengas [En ligne], 67 | 2010, mis en ligne le 03 juin 2015, consulté le 29 juillet 2017. URL : http://lengas.revues.org/706  ; DOI : 10.4000/lengas.706

Haut de page

Auteur

Gilles Suzanne

M.C.F. Esthétique et Sciences des Arts, Université de Provence.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org