Navigation – Plan du site
Autour de Jean Boudou

Quelques références auvergnates dans le livre des Grands jours de Jean Boudou

Jean-Pierre Chambon et coll.
p. 143-164

Texte intégral

  • 1 Nous citons le texte dans l’édition suivante : Joan Bodon, Lo libre dels Grands jorns. Tèxte intégr (...)
  • 2 Pour l’identification des lieux évoqués aux chapitres I, 1 et 2, voir aussi Chambon, à paraître. Po (...)
  • 3 Lettre du 14 décembre 1973 à Dominique Decomps. Nous remercions Mme Decomps de nous avoir communiqu (...)

1La recherche ne dispose pas encore d’un index des lieux et des personnages du libre dels Grands jorns1. Les notes suivantes voudraient contribuer à la confection d’un tel instrument de travail2. Elles se recommandent du conseil que prodiguait Boudou à une jeune étudiante de maîtrise préparant, en 1973, un des premiers travaux universitaires sur son œuvre : « E benlèu serià bon de verificar sus plaça [...] a Clermont d’Auvèrnha per la vila, los cafès, las filhas, Marmilhat pels grands jorns3. » Ce judicieux conseil épitextuel n’était peut-être pas dépourvu de quelque malice : il ne peut guère manquer d’être compris comme une incitation à refaire sur les Grands jours les investigations vérificatives auxquelles se livre, dans l’épilogue de la Santa Estèla, l’« éditeur » des cahiers d’Ambròsi Lorei auprès d’Enric Molin, du notaire Borjada et du gendarme Muscambled.

  • 4 Communications personnelles du 4 mai, du 3 juin et du 11 décembre 2009.
  • 5 Communications personnelles des 21 mars et 1er avril 2009.
  • 6 Communications personnelles de juin et du 19 octobre 2009.
  • 7 Communications personnelles des 30 juin et 18 juillet 2008 et des 5 et 29 octobre 2009.
  • 8 Communication personnelle du 18 avril 2008 et du 6 novembre 2009.
  • 9 Communication personnelle du 15 juin 2008.
  • 10 Les initiales J.P.C. signaleront, à l’occasion, nos propres souvenirs.
  • 11 Vol. I, Vichy, G.T. Éditeur, 2003. Dorénavant : Voyageurs ou Les Voyageurs.

2Comme l’« éditeur », nous avons écrit des lettres et l’on verra que nos notes se fondent pour l’essentiel sur les réponses que Jean Blanchon (J.B.4), Étienne Coudert (É.C.5), Aimée Coulaudon (A.C.6), Jean Lesquibe (J.L.7), André Peyrin (A.P.8) et Guy Talon (G.T.9) ont pris la peine de donner à nos demandes de renseignements portant sur le Clermont des années 1960 ou sur l’École d’agriculture de Marmilhat. Que nos aimables collaborateurs veuillent bien trouver ici l’expression de nos très vifs remerciements. Leurs témoignages seront cités le plus souvent possible entre guillemets et les auteurs identifiés par leurs initiales10. Nous sommes seul responsable des erreurs qui pourraient s’être introduites. Nous ferons également appel à une récente évocation littéraire, située par l’auteur en 1964, des quartiers et milieux interlopes fréquentés par le protagoniste des Grands jours, évocation parue sous la signature d’André Nolat et intitulée Les Voyageurs du petit jour (Libre chronique sentimentale11), ainsi qu’à la chronique « Le piéton » signée par Léo Dupavé dans La Montagne du 17 mars 1993.

  • 12 En ce qui concerne le cadre clermontois, certains témoins rechignent à s’exprimer sur des points qu (...)

3Nous espérons surtout que ces notes pourront susciter de nouveaux témoignages, tant qu’il est temps encore12, à presque cinquante ans des realia (souvent abolis) et de leur mise en texte.

1. Le Bar la Fregata

4Le texte (I, 1) situe ce bar sur une place de Clermont facilement reconnaissable à sa fontaine et à sa situation à proximité du monument aux morts de la place Bansac (aujourd’hui place de Salford) : la place Delille. Le bar La Frégate se trouvait sur la façade est de la place, 24 place Delille. C’était au début des années 1960 « une brasserie ordinaire » (G.T.) : « clientèle de quartier, commerçants, supporters de l’A.S.M. » (J.L.). Le local est aujourd’hui occupé par le bar Le Zanzibar.

2. La filha verda

  • 13 I, 3, 27 ; I, 4, 27 ; II, 2, 52 ; II, 5, 57-59 ; III, 3, 78-80 ; III, 4, 80-81.
  • 14 La rue Cadène prend dans la rue Lamartine, entre le carrefour de la filha verda et l’Hôtel Excelsio (...)
  • 15 La Petite France correspond à l’Hôtel de France de la réalité, rue Cadène (G.T.).

5Cette prostituée vêtue de vert (« casavec verd, falda verda fenduda », I, 3, 27) est la première rencontre faite par le protagoniste dans le quartier de Clermont où il va s’installer. Elle joue un rôle d’une importance croissante à travers les trois parties du livre, dont elle est le principal personnage féminin13, jusqu’à sa séparation d’avec le narrateur : « Filha verda, sabiái pas solament lo teu nom, pas solament lo teu nom pichon. Ni mai lo te demandèri pas... » (III, 4, 81). Ce personnage a été assez probablement suggéré par une prostituée exerçant à Clermont au début des années 1960 : « il pourrait s’agir de Paulette R. : la plus belle, la mieux vêtue de la rue Cadène. Superbe, très brune, elle aimait le vert mais elle changeait de toilette tous les jours » (G.T.14). Cette prostituée aux yeux « d’un vert peu commun » est évoquée par A. Nolat sous le nom de Viviane : « Viviane de l’hôtel de La Petite France, la plus excitante des frangines du quartier, avec son flot de cheveux noirs, riches et ondés (pavillon de ténèbres tendues), ses yeux insolents, orientaux, d’un vert peu commun, couleur d’eau trouble » (Voyageurs, 4515). Le quasi-surnom boudounien se trouverait ainsi doublement motivé, de manière patente (les vêtements), mais aussi de manière plus secrète (les yeux).

3. L’Hôtel Excelsior

  • 16 I, 3, 27 ; I, 5, 30 ; I, 6, 32 ; I, 7, 34 ; II, 5, 57 ; III, 2, 75.

6L’Hôtel Excelsior où loge le protagoniste est mentionné à plusieurs reprises16 et précisément situé dans l’espace urbain (I, 3, 27). Il se trouve dans la rue qui longe l’église Saint-Pierre-les-Minimes [rue Lamartine], après l’élargissement de cette rue et un carrefour [avec la rue Cadène]. Situé en effet 12, rue Lamartine, juste en bordure du quartier où s’exerçait la prostitution (rue Cadène, rue des Minimes), l’Hôtel Excelsior était un établissement honnête, à telles enseignes que, nous a-t-on dit, les inspecteurs généraux de l’Éducation nationale, en tournée, avaient coutume d’y descendre : de « bonne apparence », « bien tenu », « confortable pour l’époque » et sans « filles à demeure » (G.T.). En 1960, l’Excelsior (une étoile A) déclarait disposer de « tout confort moderne » et pratiquer des « prix spéciaux p[ou]r Voyageurs » (Annuaire 1960, 253, 254) ; deux étoiles NN en 1976 (Annuaire 1976). Les fenêtres donnaient sur le long mur de l’église Saint-Pierre et sur une petite entrée latérale (aujourd’hui condamnée ; qu’en était-il en 1961 ?) de cette église. L’hôtel n’existe plus, mais le petit immeuble qu’il occupait est toujours facilement reconnaissable.

4. Le Mickey-Bar

  • 17 I, 4, 28-29 ; I, 5, 29-30 ; I, 6, 32 ; II, 10 ; III, 2, 77.
  • 18 « C’est un incorrigible, M. Max ! On le voit souvent au Little-Bar, au Boléro, rue Gonod, chez le g (...)

7Cet établissement, qui fait l’objet dans le récit de nombreuses notations précises et donne son nom au chapitre I, 4 (« Lo Mickey-Bar »), est l’un des hauts-lieux du Clermont des Grands jours17. Le Mickey-Bar était le nom d’un bar-restaurant, sis au 3 de la place de la Résistance (Annuaire 1976), plus couramment dite place Chapelle de Jaude, en bordure méridionale de cette place. Diligemment rasé, comme tous les bâtiments entourant la place et comme tout le quartier, son emplacement est actuellement occupé (2009) par la vaste parfumerie Marionnaud (1, place de la Résistance). A.C. se souvient de « [l]a façade hurlante de peintures grossières », seulement « peinte en jaune vif », selon G.T. Le nom de l’établissement était justifié par une effigie noire et rose de la souris Mickey placée à l’extérieur (G.T., J.P.C.). Du dehors, on n’avait aucune vue sur l’intérieur (J.P.C.). On descendait une ou quelques marches (G.T., J.L.) pour accéder à une première salle. Celle-ci, où se trouvait le bar (à gauche en entrant), « était petite, plus longue que large », avec une « petite fenêtre » (G.T.) ; quelques tables sur la droite (J.P.C.). Une affiche jaune portait l’inscription « Établissement interdit aux mineurs de moins de 18 ans » (G.T.). Un étroit couloir, sur lequel donnait la cuisine, conduisait à une seconde salle, sans aucune fenêtre, essentiellement réservée à la restauration (J.P.C.). « Lors des foires, cantine des forains » (G.T.) et fréquenté par « le milieu des demi-sels clermontois » (J.L.), le Mickey-Bar n’était cependant « pas un bouge ou un tapis-franc mais un café populaire » (G.T.). On y servait une « cuisine familiale », « autour de 5 F le repas : le prix d’une bière [dans une boîte de nuit] » (G.T.). L’établissement « fermait tôt (22 h environ) » (G.T.). Le Mickey-Bar est brièvement mentionné par A. Nolat dans Les Voyageurs18.

5. Les patrons du Mickey-Bar

  • 19 Léo Dupavé, chronique « Le piéton », dans La Montagne, 17 mars 1993.

8Le patron du Mickey Bar, la patronne et la serveuse (leur fille ?) sont eux aussi l’objet de descriptions assez précises (I, 4, 28-29). Surnommé Mickey (J.L., G.T.) ou le gros Mickey (voir ici note précédente), le patron « était un personnage » : un « gros costaud », « style “Bête humaine” » (J.L.), « énorme » (A.P.) ; « un brave type mais un soiffard » — « s’il souffrait, c’était du foie » — dont la conversation « n’engendrait pas la mélancolie » (G.T.). « Quand il était ivre, Mickey se livrait à quelques facéties d’assez mauvais goût » : « bourré, le soir, à la fermeture, il urinait dans la plonge, heureusement vide » (G.T.). Ce trait de comportement a également frappé Léo Dupavé : « le Mickey-bar [était] tenu par un grand gars qui, parfois, se cachait sous son grand tablier de bougnat pour pisser dans la plonge19 ». La patronne était une « femme rondouillarde » (J.L.), mais la description de Boudou — « Dos metres de naut. E pr’ aquò tota redonda » (I, 4, 29) — est jugée « nettement exagérée » (G.T.). J.L. précise que la fille des patrons, « toujours vivante, [fut] mariée à un ferrailleur “Nénesse” aujourd’hui décédé ».

6. Al vin de Corent

9Le texte (I, 6, 32) qualifie cet établissement d’« aubèrga pichona » et le situe « sus la plaça Delila ». Au vin de Corent était le nom d’un petit café, 2, place Delille (Annuaire 1960, 756), disposant d’une petite terrasse (J.P.C.). Le local, rez-de-chaussée d’un étroit immeuble faisant l’angle entre la place Delille, l’impasse de Delille et le boulevard Trudaine, est aujourd’hui occupé par un bar appelé le 30.

7. Joseta

  • 20 Comme l’a fait remarquer Arrouye (1987, 176), Joseta est déjà le nom d’un personnage de la Santa Es (...)

10Joseta et dòna Joseta désignent dans le récit une prostituée de Clermont. Elle apparaît au chapitre I, 9 (39, 40, 41), puis est évoquée in fine par la « fille verte » (III, 4, 8120). Le modèle de ce personnage est une prostituée clermontoise, Josette l’Institutrice. G.T. écrit : « Oui, assurément, c’est elle. Josette G., dite “l’institutrice”. (C’était la seule Josette du lieu. Josette la Sourde, un monstre, naviguait alors dans les bouges de Montluçon.) Ancienne fille de maison, sous-maîtresse très jeune chez Auzance au 8, rue des Trois-Raisins. Âgée à l’époque du Livre des Grands Jours de 44 ans environ (l’âge de Boudou) ; elle n’était pas très belle mais soignée, élégante et elle avait une bonne clientèle dont elle s’occupait avec habileté. Disons qu’elle savait ce qui leur convenait... Elle a été en exercice jusqu’à la fin, retirée dans une maisonnette de la ville, place du Champgil. Elle a été mêlée avec Maguy et Paula la Ritale à “l’affaire de Lyon” (1972) [...]. Elle est morte à 80 ans passés. » Elle « faisait ses passes, ajoute G.T., au Gallia, chez Maguy ». Josette l’Institutrice est mentionnée à deux reprises par A. Nolat : « Josette l’Institutrice et Paula la Ritale, deux femmes plus âgées mais toujours vêtues avec élégance, soignées, et qui ont leur clientèle [...] forment le maillon qui unit Sylvia et le bouquet des filles du Gallia » (Voyageurs, 44) ; « Quoi qu’on en ait, ces mômes, dans l’ensemble, n’avaient pas une mauvaise mentalité. (Quelques-unes sont restées à C*** après 1946 : Josette l’Institutrice, Bijou, la femme à Féfé, Josette la Sourde qui travaille près du Roi de la Bière, Rita, Paulette Bikini...) » (op. cit., 117).

8. Le bar-hôtel de L’alba del rossinhòl

  • 21 En termes techniques, il ne s’agit pas, malgré Ginestet (1997, 144), d’une « maison close ».
  • 22 A. Nolat évoque ainsi la patronne du Gallia : « Maguy, au Gallia, est une belle femme, très brune, (...)

11Anonyme dans le récit, le bar-hôtel où exerce Joseta fournit le cadre de la première partie du chapitre intitulé « L’alba del rossinhòl » (I, 9, 39-40) : en attendant Josette et avant de « monter » avec elle, le narrateur médite sur la destinée de la langue d’oc. Comme le montrent les paroles rapportées de la prostituée (« La filha m’aviá dich un còp : “Quand auràs enveja de ieu, vèni aicí. Demandaràs a la patrona, dòna Joseta...” », I, 9, 39), le narrateur a déjà rencontré [s]a bèla amiga dans le même établissement. La localisation de celui-ci — un bar-hôtel accueillant des prostituées21 et tenu par une femme — découle des déplacements du protagoniste tels qu’ils sont assez précisément indiqués dans la seconde partie du chapitre I, 9 (40-41) : en quittant Josette, celui-ci se dirige vers le cinéma « al cap de la carrièira », puis, rebroussant chemin, passe à nouveau devant le bar où Josette attend alors un dernier client. Le cinéma en question est L’Ambiance (rouvert en 2007 ou 2008, sous la dénomination Les Ambiances), rue Saint-Dominique, à l’angle de la rue des Minimes. La rue Saint-Dominique étant exclue (« À l’époque, il n’y avait pas de bar réservé aux filles rue Saint-Dominique », G.T.), la rue anonyme que le noctambule velléitaire monte, puis redescend, est donc la courte rue des Minimes. Cette rue conduit de la rue Saint-Dominique à l’angle de la rue Lamartine, la rue dans laquelle se trouve l’Hôtel Excelsior où loge le protagoniste, et de la place de Jaude (église Saint-Pierre et immeuble de Chez Gem). Si l’on veut bien tenir pour acquise l’identification de Joseta proposée ci-dessus (§ 7), on identifiera le modèle de l’établissement qui nous occupe au bar et hôtel Le Gallia. Situé au 12, rue des Minimes (Annuaire 1960, 168, 757), celui-ci occupait un petit immeuble (trois étages avec deux fenêtres par étage, le deuxième étage étant muni d’un balcon) où se trouvait (juin 2009) le bar Red Light, remplacé à présent (octobre 2009) par le Cosmic Bar. « D’une propreté méticuleuse », « ce bar-hôtel [était] très bien tenu quoique réservé à l’amour vénal » ; « la devanture était peinte en vert » (G.T.). Il était effectivement dirigé par une femme qui en était propriétaire (« la patrona ») : « Marguerite D. dite Mme Guite ou Maguy, une belle fille brune, très soignée, très méticuleuse » ; « Maguy a des défauts mais, chez elle, tout est impeccable » (G.T.). Le Gallia est évoqué par A. Nolat dans les termes suivants : « Son [Maguy] hôtel et son bar où elle reçoit six filles, sont d’une méticuleuse propreté, décorés avec goût » (Voyageurs, 4222).

9. Le bar le plus proche de l’Hôtel Excelsior

12Au chapitre II, 5, le protagoniste, sortant de l’Hôtel Excelsior alors que la matinée est déjà avancée, entend « [s]e lavar lo cais al primièr bar » ; il y est vite rejoint par la « fille verte ». En sortant de l’Hôtel Excelsior, le bar le plus proche était le Bar-Hôtel du Mont-Dore, situé « au coin de la rue Lamartine et de la rue Cadène, dans le renfoncement » (G.T.), 4, rue Lamartine (Annuaire 1960, 151, 333). Il s’agissait « d’un bistrot et hôtel populaire, très sympathique », fréquenté par « [les gens du] quartier, les traminots », dont le propriétaire était, au début des années 1960, « Fernand Raynaud, le musicien », qui dirigeait un « très bon orchestre [animant] les bals dans la région » (G.T.). Aujourd’hui disparu, cet établissement, était situé à deux pas du carrefour où la « fille verte » attend les clients (à la confluence de la rue Lamartine, de la rue des Minimes et de place de Jaude). « Les filles y viennent boire un verre mais n’y stationnent pas, n’y racolent pas », précise G.T.

10. « Jamai me soveni pas del nom d’aquela carrièira »

  • 23 Oc, 227-228 (genièr-junh de 1963), 70.

13Le nom d’une certaine rue de Clermont échappe obstinément à la mémoire du narrateur : « Prenguèt un Dubonnet e puèi sortiguèrem./Jamai me soveni pas del nom d’aquela carrièira. La que partís al canton de la plaça de Jauda. La filha s’arrestèt davant un autre bar » (II, 5, 57). La censure exercée par le vigilant inconscient a été amplifiée ici par le prote de l’édition que nous utilisons (1973), lequel a supprimé les phrases que nous avons rétablies ci-dessus en lettres romaines d’après la première impression en revue de 196323. À l’évidence, l’odonyme oublié réfère à la rue des Minimes, la rue chaude par excellence, avec la rue Cadène, du Clermont des années 1960, rue où se trouvait le Gallia (voir ci-dessus § 8) et où Boudou situe, dans la suite du chapitre II, 5, l’hôtel où Maïté est confessée par le « curé » (voir ci-dessous § 11). Une vingtaine de prostituées y travaillaient (G.T.). Cette rue et le microcosme qu’elle abritait ont été décrits en détail par A. Nolat dans Les Voyageurs (35-46), dans un chapitre intitulé « Rue des bouches peintes » :

14Au fond de la Grand-Place [la place de Jaude], l’étroite rue des Minimes n’est pas une rue ordinaire ; à l’orée de la dizaine de rues aux filles de la ville basse, elle étale ses deux cents mètres de pavés. Odorante, enluminée, cachée par un bloc d’immeubles chics qui lui tournent le dos, elle n’est bâtie que d’un seul côté. À gauche, en partant de la place, elle recèle un trésor d’hôtels et de petits bars (35).

15La censure ne paraît pas travailler le seul texte des Grands jours. Dans une lettre du 1er mars 1974 adressée à Dominique Decomps (voir ici n. 14) et évoquant le cadre des Grands jours, Boudou écrit : « la carriera Cadena e l’autra ».

11. L’hôtel de Maïté et de la « fille verte »

16L’hôtel où une prostituée du nom de Maïté est confessée in extremis par le curé défroqué (II, 5) — scène et situation purement imaginaires et totalement inconcevables dans le contexte clermontois du début des années 1960 (G.T.) — est situé dans la rue dont le nom est frappé d’oubli, la rue des Minimes (voir ci-dessus § 10). D’après les données du texte, l’établissement est un bar et un hôtel de passe où travaille la « fille verte ». Il possède deux entrées distinctes : celle du bar et une autre donnant sur un couloir et sur un escalier menant aux chambres ; le bar communique par une porte avec le couloir (II, 5, 57). Sur le terrain, on peut constater (octobre 2009) que deux immeubles de la rue des Minimes possèdent une entrée principale flanquée d’une entrée secondaire beaucoup plus modeste, dont l’étroitesse permet de supposer qu’elle donne accès à un couloir : le numéro 12, correspondant à l’ancien Gallia, aujourd’hui Cosmic Bar (voir ci-dessus § 8) ; le numéro 16, aujourd’hui occupé (octobre 2009) par la crêperie Continents Crêpes (naguère, juin 2009, par l’Aquarella) et la Résidence du Buron. Dans l’hypothèse où ils auraient eu le même modèle, il nous paraît assez peu vraisemblable que le texte n’établisse ni ne suggère aucun rapport entre le bar-hôtel de L’alba del rossinhòl (I, 9) et celui où Maïté agonise. C’est pourquoi nous proposerons de localiser le modèle de ce dernier établissement au numéro 16 de la rue des Minimes (trois étages, quatre fenêtres par étage). Cette identification est d’autant plus vraisemblable qu’à ce numéro, la Résidence du Buron garde encore le souvenir d’un bar-hôtel-restaurant d’autrefois nommé Le Buron, dont les chambres recevaient effectivement des prostituées. Cet établissement est évoqué par A. Nolat, sous le nom de Colibri. « Le patron de ce café-restaurant douillet [...] est un excellent cuisinier [...]. Détestant le désordre et les ennuis, ce couple de commerçants avisés ne monnaie ses piaules qu’à des filles calmes » (Voyageurs, 36, 40).

12. Lo Bolero

  • 24 Autre occurrence : I, 9, 40.
  • 25 Chronique « Le piéton », dans La Montagne, 17 mars 1993. Repris en partie par Passelaigue (2007, 13 (...)
  • 26 Art. cit. (cf. note pécédente).

17Dans l’après-midi du premier de « [s]es grands jours d’Auvergne », le protagoniste pénètre dans un petit café dont le nom lui plaît : Lo Bolero (I, 5, 3124). Le nom français Le Boléro désignait un café clermontois situé à l’angle de la rue Gonod (la « carrièira grand ») et de la rue Georges Couthon, à deux pas de la place Chapelle de Jaude (la « plaça de la Capèla »). Comme tout ce quartier populaire, ce café a été détruit, pour faire place à un centre commercial. L’établissement — à ne pas confondre avec un autre débit de boissons, Le Boléro (olim), 18, rue de Rabanesse, probablement plus tardif —, a été évoqué par Léo Dupavé : « Le Boléro qui faisait l’angle de la rue Couthon, avec une belle blonde pour serveuse à la poitrine tellement généreuse25. » La localisation est confirmée par A.P. : « Le Boléro : ce bar était situé à l’angle de la rue Gonod et de la rue Georges-Couthon, à deux pas du temple des francs-maçons du G.O.D.F. » L’emplacement se trouve approximativement à l’angle sud-ouest de l’actuel centre commercial de Jaude (service après-vente de la Fnac). G.T. fournit les précisions suivantes : « Salle assez banale. Surélevée par rapport à la rue. Une fenêtre donnant sur la rue Couthon », « chaises en faux cuir », « tabourets au bar, pas de “coussins” » ; « souvent vide la journée », ce bar « s’anim[ait] vers 19 heures jusqu’à minuit. » L’établissement « changeait très souvent de propriétaire ou de gérant, mais [...] il s’agissait toujours de femmes, patronne et serveuse » (G.T.). On aimerait croire que la serveuse du récit (la « filha de la[s] cuèissas nautas », I, 5, 31) n’est autre que la « belle blonde [...] à la poitrine tellement généreuse » des souvenirs de Dupavé26, mais on n’oserait l’affirmer. A.P., de son côté, se souvient de la même serveuse, « qui s’appelait, je crois, Mireille, très plantureuse et qui ne craignait pas les hommages masculins ! », ce qui pourrait rappeler les poses peu équivoques de la serveuse boudounienne (I, 5, 31). Si J.L. n’hésite pas à qualifier Le Boléro de « petit lupanar », G.T. se montre catégorique : « Le Boléro n’était pas un bar qui recevait des filles régulièrement. Certaines y passaient sans doute mais pas pour racoler. C’était un bar de viveurs où l’on voyait souvent un certain Max », un « bar assez ordinaire ». Le Boléro est brièvement mentionné par A. Nolat dans Les Voyageurs (voir ici n. 18).

13. Lo Club

  • 27 « Zoé, je l’ai connue au Papillon, un caboulot au bas d’un hôtel défraîchi du Passage Duprat. Leque (...)

18Le bar éponyme du chapitre II, 1 (« Lo Club »), « un bar rescondut de Clarmont » (49), fournit le cadre où se développe une longue rêverie du narrateur portant notamment sur le destin des langues. Le lendemain matin, le narrateur reconnaîtra « l’òme del Club » dans le « curé » de l’église Saint-Pierre-les-Minimes (II, 2, 51-52). Le Club était le nom d’un bar de Clermont, aujourd’hui détruit, comme tout le quartier du Fond de Jaude, où se trouvait aussi le Boléro (voir ci-dessus § 12). Cet établissement était situé 19, rue d’Assas (Annuaire 1960, 757), au coin de la rue d’Allagnat, en face du square du Roi des Eaux (officiellement : square d’Assas), « approximativement au niveau de la Caisse d’Épargne actuelle » (A.P.). Rue d’Assas, entre la rue d’Allagnat et la rue Jolie, « trois bars [...] se touch[aie]nt » : Le Club, Le Jocker, « bar de nuit sans intérêt », et La Grappe d’or, « bar populaire [qui] reçoit des petites gens, des déshérités » (G.T.), « [d]es ouvriers » (A.P.). A.C. écrit : « En bas [de la rue d’Assas], un autre bistrot, le Club, mystérieux. Les fenêtres voilées de rideaux épais, pas très propres. Jamais ouvert aux heures de passage scolaire. On pouvait donc tout imaginer ». G.T. indique que le Club était en effet un « bar discret », « allongé, étroit, peu éclairé », « porte vitrine, rideau opaque ». « Au fond un piano, mais plus de pianiste. En 1964 : une patronne et une serveuse assez légère. [...] C’est un bar de bringueurs qui ferme vers 1 h du matin », un « bar de nuit, clientèle de bringueurs de toute sorte mais aisés » (G.T.). Pour A.P., le Club était « un bar à femmes, à “mujeres” comme on dit en Espagne », mais, selon G.T., ce n’était au contraire « ni un boudoir galant, ni un salon de maison close. Pas de filles déshabillées », « pas de prostituées attachées à ce bar néanmoins fréquenté par quelques filles (Sylvia, par exemple) en rupture de tapin ». C’est sans doute Le Jocker (A.P.) plutôt que Le Club (J.L.) qui fut au début des années 1970 le théâtre d’un règlement de compte entre gens du milieu. Le Club et surtout son environnement urbain sont évoqués par A. Nolat27.

14. Lo « curat »

  • 28 Lafont, 1987, 162. Sur Gengenbach, voir Raffi, 2008.
  • 29 « Lo Libre dels Grands Jorns es tanben una autobiografia. [...] E tot çò que conti aquí se pòt veri (...)
  • 30 En tout cas, il semble convaincu de cette supériorité quand il interrompt le narrateur : « Cala-te (...)
  • 31 Les citations entre guillemets sont tirées de ce mémoire. Nous sommes également redevable de certai (...)
  • 32 Au cours d’un hommage à la mémoire de Paul Bany (février 2009), plusieurs intervenants ont souligné (...)
  • 33 Trois articles parus en hommage à la mémoire de Paul Bany dans le périodique La Galipote. « Sem d’A (...)

19Le regretté Robert Lafont a écrit que le modèle du curé défroqué « es benleu de cercar dins la croniqueta dau subrerealisme francés : seriá pas Gengenbach28 ? » À notre avis, cette piste est trop littéraire pour être crédible ; Boudou affirmait à propos des Grands jours : « Tot çò que conti aquí se pòt verificar29. » Le personnage du « curé », disant sa messe à Saint-Pierre-les-Minimes (II, 2, 51-52), administrant une sorte de « contre-paroisse » des pécheresses (II, 5, 58, 59) et possédant une culture supérieure à celle du narrateur30, paraît plutôt avoir été suggéré à Boudou, bien que de loin, par un prêtre clermontois : Paul Bany (Clermont-Ferrand 1932-Billom 2009). D’une part, en effet, Paul Bany fut vicaire de la paroisse Saint-Pierre-les-Minimes de septembre 1960 à la rentrée scolaire de 1961, c’est-à-dire précisément durant la brève période où se place le séjour clermontois de Boudou (mai-juin 1961, voir ci-dessous § 23) dont rend compte le livre des Grands jours. D’autre part, toute la carrière de Paul Bany se déroula en marge de l’Église officielle (mais sans rupture avec elle), comme on va le voir. Les indications ci-dessous sont empruntées pour la plupart au mémoire de maîtrise (histoire contemporaine) d’Émilie Saxer (2002-2003, 182-18631). « Intellectuel marqué par ses origines ouvrières » (père ouvrier Michelin, grand-père mineur à Pontgibaud), très cultivé (études à l’Institut catholique de Paris, 1958-196032) et brillant, Paul Bany se définissait lui-même « comme un esprit libertaire, un franc-tireur ». Après son ordination (1955) et alors qu’il est vicaire à Thiers, « son aide à des chrétiens de gauche luttant contre la torture pendant la guerre d’Algérie lui vaut des ennuis avec la préfecture ». Envoyé à Paris, « pour calmer les esprits », il se forme notamment à la sociologie religieuse auprès du chanoine Boulard ; à son retour, il est nommé en 1960 à Saint-Pierre-les-Minimes, « paroisse riche du centre-ville ». Son envergure intellectuelle en fait alors l’un des espoirs du diocèse, mais « ses convictions heurtent son curé qui est très conservateur », si bien que dès la rentrée scolaire de 1961 il est muté, du fait de cette mésentente, comme aumônier du lycée technique Amédée-Gasquet ; l’évêque mettra fin à cette fonction en 1967, à la demande du directeur de l’établissement (fait exceptionnel). Adepte de la pauvreté évangélique, décrit comme exigeant, radical, parfois dur, mais capable de gestes de grande délicatesse, Paul Bany entra donc vite en opposition avec les autorités et les hiérarchies. Nommé curé d’Aulnat en 1967 (pour peu de temps), il scandalisa ses paroissiens en refusant de dire les messes qui lui étaient demandées à la mémoire du Général de Gaulle. Il devint ensuite prêtre au travail « auto-missionné ». Proche du groupe des prêtres-ouvriers du Puy-de-Dôme et du mouvement Échange et dialogue, il milita activement au sein du mouvement d’éducation populaire Peuple et Culture (dès 1966) et à la C.F.D.T. (sa grève de la faim contre un licenciement sans reclassement dont il avait été l’objet, menée en 1977, fit grand bruit). Il prit sa retraite à Billom en 1997. Bien que marginal et atypique, Paul Bany ne rompit jamais avec l’Église et ses obsèques furent présidées par l’archevêque de Clermont. On pourrait imaginer, en outre, que le « romancier de l’exil » ne sera pas resté insensible à la suggestion du patronyme Bany, en d’autres termes faidit33.

15. La tour du Puy-de-Dôme

  • 34 Mazataud, 1992, 271.
  • 35 Anon, 1962, 127.

20Dans la tour du Puy-de-Dôme que le curé défroqué présente au narrateur comme « la torre de la Ràdio » (II, 4, 55) on doit reconnaître la tour de la télévision : « En 1957, la tour du premier observatoire est détruite pour installer un émetteur de télévision. La tour de 85 m a fini par s’intégrer au paysage34. » Le « balet d’orientacion » est « le balcon d’orientation situé au premier étage de la tour de la R.T.F. [...] à 1 468 m d’altitude », auquel conduisait un escalier35.

16. Le bar-PMU de la place de la Résistance

  • 36 Il s’agit là du premier Richelieu, à ne pas confondre avec le nouveau Richelieu (bar, brasserie, re (...)
  • 37 L’ancien Richelieu (voir ci-dessus, note précédente).

21Au lendemain de la perte de son portefeuille, le protagoniste pénètre dans « un piètre establiment al canton de la plaça de la Resisténcia », un bar-PMU puant et crasseux, mais animé par l’affluence des parieurs (III, 2, 77), qui fournit le titre du chapitre (« Lo PMU »). A.C. se souvient, parmi les « bistrots louches » du « triangle mal famé de la place de la Résistance », du « premier à l’angle de la rue des Salles, le PMU » (dans les années 1960, la rue des Salles, après la traversée de l’avenue Julien, débouchait en effet, par un très court segment, sur l’extrémité nord-ouest de la place de la Résistance/place Chapelle de Jaude). « C’est exactement à cet endroit, ajoute-t-elle, que se trouvait ensuite Le Richelieu36. » Ce souvenir converge avec celui de J.L., selon qui le bar-PMU évoqué par Boudou « semble être Le Richelieu, racheté par un certain Vazeille et modernisé par lui ». A.P. nous apporte les précisions suivantes : « Avant de devenir “Le Richelieu37”, la salle aujourd’hui démolie, abritait l’Académie de billard dont l’arrière-salle de jeux (flippers, baby-foot, etc.) donnait sur la petite rue des Salles qui débouchait sur la place de Jaude. Les bâtiments (Papillon bleu, Café parisien, tabacs) ont été démolis pour élargir l’avenue Julien. La devanture de l’Académie ouvrait sur la place de la Résistance (ex-place Chapelle-de-Jaude). La première salle constituait le café proprement dit où les joueurs de cartes — surtout le tarot — se réunissaient. Par la suite, elle a abrité aussi un PMU » En 1960, l’établissement, situé au 2, place Chapelle de Jaude, ne portait pas encore le nom de Richelieu, mais toujours celui d’Académie de billard (Annuaire 1960, 328). Dès le début des années 1970, l’établissement modernisé, désormais à « forte fréquentation étudiante » (E.C.), donnant à la fois sur la place Chapelle de Jaude et sur l’avenue Julien, respirait une atmosphère très différente de celle du bar-PMU des Grands jours (J.P.C.) ; à l’intérieur, un bureau exigu muni d’un guichet — mais notre souvenir est incertain — servait peut-être ou avait pu servir à enregistrer les paris du PMU (J.P.C.).

17. Le bar où le héros et de la « fille verte » se séparent

  • 38 Il eût été déplacé, de la part de l’auteur, de situer la fin de l’histoire sentimentale de la « fil (...)

22Commencée au carrefour de la rue des Minimes et de la rue Lamartine (I, 3, 27), l’histoire de la « fille verte » et du protagoniste se termine exactement au même endroit. Un soir, du « coin de l’église Saint-Pierre », la « fille verte » interpelle le protagoniste, qui la suit « al bar » ; après avoir bu un apéritif, les deux personnages sortent de l’établissement, s’étreignent « devant l’église Saint-Pierre », puis, après « un dernier signe de la main » : « cadun partiguèrem dins nòstra carrièira » (III, 4, 80-81). L’enchaînement des actions permet de penser que cette scène des adieux se joue dans un espace extrêmement étroit. Dans la phrase « La seguèri al bar », l’article défini donne instruction au lecteur d’extraire de la situation référentielle une entité particulière dont la saisie n’est possible que si le décodeur est en mesure de faire appel au savoir encyclopédique partagé avec l’encodeur, c’est-à-dire s’il connaît, comme l’auteur le connaît, l’espace clermontois qui sert de décor à la scène. On infèrera que lo bar réfère au bar le plus proche du « canton de la glèisa Sant Pèire », à savoir celui qui faisait précisément l’angle des rues des Minimes et Lamartine. C’est à ce coin de rue que se tient la « fille verte » au début de la scène (et qu’elle se tient habituellement) et c’est là que se produira, à la sortie du bar, la séparation définitive, le protagoniste s’éloignant dans la rue Lamartine (où se trouve l’Hôtel Excelsior ; voir ci-dessus § 338), la « fille verte » dans la rue des Minimes (où se trouve l’hôtel où elle travaille ; voir ci-dessus § 11). On identifiera donc le bar anonyme au Bar des Victoires, 20 rue des Minimes. Cet établissement, qui était aussi un hôtel meublé, était tenu en 1960 par un certain Lefort (Annuaire 1960, 168, 332). Ce bar était un « lieu de passage », « ouvr[ait] tôt, ferm[ait] tôt » (G.T.). L’emplacement est occupé aujourd’hui par le restaurant Le Bouchon de Jaude (dont l’adresse actuelle est 2, rue Lamartine). Le Bar des Victoires est évoqué par André Nolat : un « bistrot calme » où « se traitent des affaires confidentielles », tenu par Jo, « colosse paisible » (Voyageurs, 35, 37).

18. L’autò-gara

  • 39 Rapin, 1999, G-12 (s.v. gare). Il n’est pas exclu que la source soit le passage des Grands jours et (...)
  • 40 Cf. le Café de l’Autogare (Algrange, Moselle), l’ancien Hôtel Auto[-]Gare à Gérardmer (Vosges), l’a (...)

23Au dernier jour du récit, le protagoniste se rend de bonne heure à l’« autò-gara ». Il s’y renseigne sans succès sur la ligne qui dessert Marxilhat (Marmilhat), puis emprunte l’autobus de Thiers par Pont-du-Château (III, 4, 81). Le substantif féminin autò-gara est relevé par le Diccionari de Cristian Rapin sous la forme autogara (sans source ni localisation) pour traduire frm. gare routière39. Le FEW (25, 1151b) ne documente que frm. auto(-)gare dans une aire latérale — par essence archaïsante — de la Francophonie (Côte-d’Ivoire, Burkina Faso, Mali, Niger) et à partir de 1975 seulement. L’attestation de Boudou fournit donc une première attestation indirecte, car il ne fait pas de doute que autogare a été en usage en français de France40 et que autò-gara est emprunté. Il est probable que dans les Grands jours, ce mot réfère à l’édifice sis boulevard François Mitterrand (olim boulevard Gergovia), édifice qui fut connu des Clermontois sous le nom de gare routière (un éventuel usage du mot autogare à Clermont semble n’avoir laissé aucun souvenir). Œuvre architecturale remarquable, aujourd’hui en bonne voie de destruction par les bons soins de la municipalité (pour édifier on ne sait quoi à la place), cette gare routière, construite par Valentin Vigneron, fut en effet mise en service le 26 mars 1961 (Laurent, 2007, 36), soit quelques mois avant le premier séjour de Boudou à Clermont (mai-juin 1961, voir ci-dessous § 23) ; elle est figurée sur le Guide vert Auvergne de 1962 (Anon, 1962, 78). Avant la gare routière, il existait deux pôles principaux de transport des voyageurs par la route : « la gare des cars Citroën », qui se trouvait « dans le milieu de la rue Ballainvilliers, sur la partie Est » (J.B.), et la « gare voyageurs » des cars départementaux, à l’angle de la rue Maréchal-Foch et de la place de Jaude (bâtiment occupé aujourd’hui par une agence du Crédit Agricole, 30, place de Jaude, et par le magasin de coiffure qui prolonge celle-ci, rue Maréchal-Foch). Même si ces deux stations ont pu continuer quelque temps leurs activités après la mise en service de la gare routière, ce qui paraît douteux, elles ne portaient pas le nom de gare routière et le concept de gare routière ou autò-gara, qui implique notamment une centralisation des différentes liaisons, ne leur serait que difficilement applicable (en outre, les autobus stationnaient simplement le long des trottoirs, qui servaient de quai). En tout cas, « Marmilhat était effectivement desservi par des lignes d’autobus en direction de Pont-du-Château et Thiers » (J.B.).

19. Lo negre

24« Un òme negre [...], un negre, un Martiniquès » (III, 3, 78), dénommé par la suite « lo negre », est un personnage secondaire de la troisième partie du roman (III, 3, 4, 6, 8, 9, 10), le seul rescapé, avec le pâtre, de l’expérience de Marxilhat. Nous reproduisons ci-dessous la réponse que J.B. a eu l’amabilité de nous faire au sujet d’un possible modèle de ce personnage :

[...] j’ai fait ma petite enquête auprès des anciens personnels de Marmilhat qui avaient connu la ferme de 1948 à leur retraite.
— Un premier m’a affirmé qu’il n’y avait jamais eu de Noir parmi le personnel,
— un second m’a dit au contraire qu’il y avait bien un Noir en qualité d’ouvrier agricole,
— un troisième m’a dit ne pas se souvenir d’un Noir parmi le personnel,
— le quatrième enfin m’a dit qu’il y avait eu un Martiniquais dont le prénom était Gaston.
[...] J’émets l’hypothèse, certes bien fragile, qu’un Noir a bien dû travailler sur l’exploitation mais durant relativement peu de temps. Le quatrième témoignage confirmerait qu’il s’agissait bien d’un Martiniquais.

20. Du bar-tabac de Lempdes et d’un camionneur qui fut cocu

  • 41 Par la suite, près de la place du Poids de Ville (J.L.).

25Au matin du dernier des Grands jours (« L’amor de Lempdes »), le protagoniste pénètre dans le bar-tabac du village de Lempdes, « davant la glèisa », où il est servi par la jeune et jolie tenancière (III, 4, 81, 82). Le pâtre de Marxilhat lui révèlera plus tard que cette dernière s’apprête, le soir venu, à recevoir son amant, lo negre, lequel passera la nuit avec elle après qu’ils auront finement dîné d’un morceau de bifteck artificiel prélevé dans la tina. Le mari de la cafetière-buraliste, camionneur (camionaire) de son état, doit en effet « èsser partit en viatge » (III, 9, 93). Il semble que Boudou ait ici tiré parti de données lempdaises (dont nous devons la connaissance à J.L.) tout en les aménageant habilement pour la publication, dans un souci de discrétion bien compréhensible en une affaire — toujours délicate — de cocuage. En intervertissant les contraires (derrière/devant, mairie/église), l’auteur aura déplacé devant l’église le bar-tabac de Lempdes qui se trouvait derrière la mairie41, et transplanté dans ce vrai-faux bar-tabac le camionneur qui, tout en transportant du sable au volant de son Latil, était effectivement le patron d’un autre débit de boissons lempdais (le café, hôtel-restaurant Marvy ; Annuaire de 1960, 545, 546). L’établissement de ce camionneur (passé ensuite à ses fils, dits Tonin et Bille, tous deux aujourd’hui décédés) était situé sur la route nationale 89 (avenue de Thiers), à 1,5 km à l’est de l’École de Marmilhat. In situ, le pèlerin peut aujourd’hui encore (décembre 2009) consommer un verre de rouge supérieur ou faire emplette de tabac dans l’actuel Bar des Transports doublement bien nommé (en souvenir, d’une part, de l’entreprise de transports Marvy et, d’autre part, des heureuses amours de l’ancienne tenancière et du negre). Les équivoques délibérées de Boudou ajoutent quelque piquant au petit fabliau, déjà bien savoureux en lui-même, qu’il noue en contrepoint de l’intrigue principale. Sur fond d’une situation de convention, cette ébauche exploite probablement, en les articulant, deux ou trois lieux communs de comptoir : le premier relatif à la légèreté des patronnes de débits de boisson, surtout quand elles sont jeunes et jolies, le second touchant les infortunes conjugales attribuées de manière inhérente à la corporation des camionneurs, voire un troisième, afférent aux capacités amoureuses exceptionnelles prêtées aux Noirs.

21. Le pâtre de Marxilhat

  • 42 Signalons au passage que Marxilhat n’est pas « un domaine créé de toute pièce » et qu’il n’existe a (...)
  • 43 L’École avait loué une partie du terrain d’aviation d’Aulnat (J.B. ; voir ici § 22, ).

26Personnage fondamental de la troisième partie du récit (III, 4-10), le pâtre de Marxilhat42 a été suggéré à Boudou par le berger qui exerçait effectivement à l’École d’agriculture de Marmilhat. Tout comme celui des Grands jours, « [c]e berger partait le matin sur le terrrain d’aviation43, organisait son pâturage et rentrait le soir », écrit J.B., qui précise :

En ce qui concerne le berger, je ne l’ai jamais connu que sous le nom de Philibert, tout le monde sur l’exploitation l’appelait ainsi. C’était, je pense, son prénom. Il était, me semble-t-il, originaire du Cézalier, sans doute d’une famille très modeste car il avait été « placé » très tôt comme gardien de troupeau. C’était un homme de taille moyenne, sans embonpoint, d’abord peut-être un peu bourru envers les grandes personnes, mais il appréciait lorsque les enfants s’intéressaient à son troupeau. Il était toujours accompagné de ses deux ou trois chiens dont un s’appelait « Capi ». Il partait garder son troupeau avec le plus souvent son parapluie en bandoulière. Il est décédé à la Maison de retraite de Rochefort-Montagne.

22. La race Bizet

27Le « tropèl biset de la raça pura » gardé par le pâtre de Marxilhat est au centre du chapitre III, 5 (« La feda negra »). La race Bizet était en honneur à la ferme de l’École d’agriculture de Marmilhat, dont le troupeau ovin comptait « une centaine [de bêtes] ou plus dans les années 1960 » (J.B.). Voici ce que nous écrit É.C. à ce sujet :

La race de moutons Bizet m’a impressionné moi aussi quand j’ai fréquenté Marmilhat, car elle est noire-marron en effet. C’est une race vellave. [...] La race Bizet est très rustique et convient bien pour les sols d’origine basaltique comme ceux du Velay. Je suppose que c’est pour cela que l’École de Marmilhat l’avait adoptée car c’est dans la chaîne des Puys qu’on faisait le mouton. Et la race « Rava » de cette zone était en perdition, concurrencée par la Limousine à l’époque.

J.B. nous apporte, de son côté, les précisions suivantes :

On arrive enfin aux brebis Bizets où il ne faut pas voir un retour au passé, mais de la part de R. Darpoux [directeur de l’École, modèle de Trespos] — qui avait gardé les pieds sur terre — l’adaptation aux conditions. En effet, l’École Régionale d’Agriculture ne pouvait ne pas avoir de brebis (le département du Puy-de-Dôme était encore un grand département moutonnier), [le troupeau] pouvait passer sur les éteules la moisson faite mais le reste de l’année il ne pouvait rester en bergerie, ce n’était d’ailleurs pas le cas des troupeaux du département. Aussi l’École loua-t-elle une partie du terrain d’aviation [d’Aulnat] et se constitua peu à peu un troupeau de races rustiques de la Région : Bizet, Noire de Bains (Noire du Velay maintenant) et Limousine. La race rustique était bonne marcheuse, pas trop délicate quant à la composition floristique du pâturage et très souvent prolifique et douée de qualités maternelles, sans trop craindre les conditions climatiques (pluie, vent, soleil ardent). Ce tableau est tout le contraire de celui que l’on peut dresser d’un certain nombre de races à viande alors en vogue à l’époque. [...] La reproduction était conduite partie en race pure afin de conserver les races initiales (des jeunes béliers étaient régulièrement introduits afin d’éviter toute consanguinité) et partie en « croisement industriel » où des mâles de races à viande étaient utilisés comme géniteurs, améliorant la conformation bouchère alors que les mères apportaient leur prolificité et leur bonne aptitude à nourrir leurs agneaux. Par ses postes antérieurs R. Darpoux avait été à même de mesurer tout ce que les races rustiques pouvaient apporter dans la mise en valeur de régions connaissant un ou plusieurs éléments défavorables, ce qui explique que très tôt il en ait été un défenseur alors que le « productivisme » était en phase ascendante. Des voix redécouvrent maintenant l’utilité de ne pas laisser des gènes disparaître à jamais : de quoi aurons-nous besoin demain ?

23. Le « barde » de Marmilhat

  • 44 Manuscrit conservé au C.I.R.D.O.C. (Béziers).

28Dans ses commentaires sur une notice biographique rédigée plus que probablement à l’occasion de la préparation de l’édition de 1973 des Grands jours, Boudou indiquait : « Estatge Marmilhat mai-junh 196144 ». Voici, à ce sujet, le témoignage d’É.C. :

En 1961 (j’avais 31 ans), j’entrai en « carrière » comme maître itinérant agricole. J’arrivais d’un stage d’une année scolaire à l’École régionale d’agriculture de Neuvic-d’Ussel (Marmilhat n’a pas reçu ce type de stages d’initiation destinés aux instituteurs qui démarraient dans l’enseignement agricole après quelques années de pratique comme enseignants). J’attendais d’être nommé comme itinérant à Puy-Guillaume-Châteldon. J’ai participé, sans doute fin juin 1961, au stage de Marmilhat organisé à l’intention de maîtres agricoles déjà en fonction. Je m’y suis raccroché au dernier moment comme si j’étais déjà en fonction. J’étais novice comme enseignant agricole et je me suis joint à l’équipe stagiaire. Je connaissais très mal les participants, à part le « Pépé Ojardias », à la fois professeur à l’École normale et à l’École d’Hiver de Marmilhat, qui était encore « École Régionale », comme Neuvic-d’Ussel, mais qui allait devenir « Lycée Agricole » par la suite. L’École d’Hiver était dirigée par R. Darpoux qui accueillait le stage. Je connaissais également Georges Buvat, syndicaliste au S.N.I.-F.E.N. où je militais aussi (résidant aujourd’hui à Saint-Éloy-les-Mines). Il y avait aussi, je pense, un autre témoin, maître agricole, c’est Quiquandon, d’Ambert. Mais il est décédé voilà trois ou quatre ans. C’est à peu près tout. Pour moi, c’était le début de ma carrière de « maître agricole », qui a duré vingt ans environ. Donc c’était nouveau et j’ai gardé le souvenir de ce stage.

  • 45 Guy Dupic n’a malheureusement gardé aucun souvenir du stage de 1961 (conversation téléphonique du 3 (...)

Parmi les stagiaires, il y en avait un dont on m’a indiqué que c’était « un barde ». Je crois me souvenir que celui qui m’a dit ça était mon collègue Guy Dupic45 du Breuil-sur-Couze qui lui aussi commençait une carrière de « maître agricole ». Mais il est possible que ce soit Quiquandon qui m’ait prononcé le mot de « barde ». Par la suite j’ai compris qu’il s’agissait sans doute de Jean Boudou, le barde en question. J’ai souvenir d’un homme assez grand au teint mat prononcé (peut-être bronzé par un travail d’extérieur...) avec un béret basque.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme, 1962, Auvergne, Paris, Services de Tourisme Michelin (coll. « Les Guides verts Michelin »), 16e éd.

Anonyme, 1975, Joan Bodon. Documents, Toulouse, Centre regional d’estudis occitans.

Arrouye Jean, 1987, « Jean Boudou, romancier de l’exil », Christian Anatole (éd.), Jean Boudou (1920-1975). Actes du colloque de Naucelle (27, 28 et 29 septembre 1985), Béziers, Centre international de documentation occitane.

Chambon Jean-Pierre, 2009, « Lieux communs, intertexte et « aventure d’une écriture ». Notes pour l’exégèse d’un chapitre du libre dels Grands jorns de Jean Boudou : « La font de pèira » (I, 10) », Revue des langues romanes, 113, 215-232.

Chambon Jean-Pierre, à paraître. « Remarques sur le prologue du libre dels Grands jorns de Jean Boudou », Angelica Rieger (éd.), L’Occitanie invitée de l’Euregio, Aix-la-Chapelle, Shaker.

FEW : Wartburg Walther von, 1922-2002, Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes, 25 vol. , Leipzig/Teubner, Bonn/Klopp, Bâle/Zbinden.

Ginestet Joëlle, 1997, Jean Boudou. La force d’aimer, Vienne/Édition Praesens, Montpellier/Section française de l’Association internationale d’études occitanes, Naucelle/Société des Amis de Jean Boudou.

Lafont Robert, 1987, « Lo mite de la feminitat dins l’òbra romanesca de Bodon », Christian Anatole (éd.), Jean Boudou (1920-1975). Actes du colloque de Naucelle (27, 28 et 29 septembre 1985), Béziers, Centre international de documentation occitane, 159-165.

Laurent (Christophe), 2007, « L’éphémère gare routière de Clermont-Ferrand », L’Archéologie industrielle en France, 50, 33-37.

Mazataud Pierre (coord.), 1992, Auvergne. Bourbonnais. Velay, Paris, Hachette (coll. « Guides bleus »).

Passelaigue Louis, 2007, Histoire des rues de Clermont et Montferrand, 2e éd., Romagnat, De Borée.

Raffi Maria Emmanuela, 2008, Autobiographie et imaginaire dans l’œuvre d’Ernest de Gengenbach, Paris, L’Harmattan.

Rapin Cristian, 1999, Diccionari francés/occitan segon lo lengadocian, t. III, Letras E-F-G, La Plaine, Institut d’estudis occitans.

Saxer (Émilie), 2002-2003, Des missionnaires au travail dans le diocèse de Clermont-Ferrand. Itinéraires de vie entre l’Église et le monde (1947-2000), mémoire de maîtrise (histoire contemporaine), Clermont-Ferrand, Université Blaise-Pascal.

Haut de page

Notes

1 Nous citons le texte dans l’édition suivante : Joan Bodon, Lo libre dels Grands jorns. Tèxte intégral. Presentacion d’Ives Roqueta, Montpellier, université Paul-Valéry, Centre d’estudis occitans, coll. « Los pichots classics occitans », 1973.

2 Pour l’identification des lieux évoqués aux chapitres I, 1 et 2, voir aussi Chambon, à paraître. Pour la fontaine pétrifiante de Saint-Alyre (I, 10), voir Chambon, 2009.

3 Lettre du 14 décembre 1973 à Dominique Decomps. Nous remercions Mme Decomps de nous avoir communiqué une photocopie de sa transcription manuscrite.

4 Communications personnelles du 4 mai, du 3 juin et du 11 décembre 2009.

5 Communications personnelles des 21 mars et 1er avril 2009.

6 Communications personnelles de juin et du 19 octobre 2009.

7 Communications personnelles des 30 juin et 18 juillet 2008 et des 5 et 29 octobre 2009.

8 Communication personnelle du 18 avril 2008 et du 6 novembre 2009.

9 Communication personnelle du 15 juin 2008.

10 Les initiales J.P.C. signaleront, à l’occasion, nos propres souvenirs.

11 Vol. I, Vichy, G.T. Éditeur, 2003. Dorénavant : Voyageurs ou Les Voyageurs.

12 En ce qui concerne le cadre clermontois, certains témoins rechignent à s’exprimer sur des points qui laisseraient supposer d’anciennes accointances de leur part avec des lieux et milieux interlopes ; d’autres, pourtant très bien placés, ont perdu la mémoire, au sens littéral du terme.

13 I, 3, 27 ; I, 4, 27 ; II, 2, 52 ; II, 5, 57-59 ; III, 3, 78-80 ; III, 4, 80-81.

14 La rue Cadène prend dans la rue Lamartine, entre le carrefour de la filha verda et l’Hôtel Excelsior, à quelques pas de l’un et de l’autre. Le carrefour qu’elle forme avec la rue Lamartine est allusivement, mais précisément évoqué dans les Grands jours : « Per tombar sus una autra filha plantada dins un recoide al primièr caireforc » (I, 3, 27) ; le substantif recoide désigne ici le renfoncement qui se trouvait devant le Bar-Hôtel du Mont-Dore (G.T.) ; voir § 9. Boudou mentionne nommément « la carriera Cadena » dans une lettre adressée à Dominique Decomps, le 1er mars 1974, lettre qui évoque le cadre clermontois des Grands jours. Que Mme Decomps, qui nous a aimablement communiqué une photocopie de sa transcription de cette lettre, veuille bien trouver ici l’expression de nos remerciements.

15 La Petite France correspond à l’Hôtel de France de la réalité, rue Cadène (G.T.).

16 I, 3, 27 ; I, 5, 30 ; I, 6, 32 ; I, 7, 34 ; II, 5, 57 ; III, 2, 75.

17 I, 4, 28-29 ; I, 5, 29-30 ; I, 6, 32 ; II, 10 ; III, 2, 77.

18 « C’est un incorrigible, M. Max ! On le voit souvent au Little-Bar, au Boléro, rue Gonod, chez le gros Mickey, place Chapelle-de-Jaude » (162).

19 Léo Dupavé, chronique « Le piéton », dans La Montagne, 17 mars 1993.

20 Comme l’a fait remarquer Arrouye (1987, 176), Joseta est déjà le nom d’un personnage de la Santa Estèla del centenari.

21 En termes techniques, il ne s’agit pas, malgré Ginestet (1997, 144), d’une « maison close ».

22 A. Nolat évoque ainsi la patronne du Gallia : « Maguy, au Gallia, est une belle femme, très brune, plantureuse, aux yeux durs et gouachés de bleu. Elle vient du ruban. [...] Elle ferme avant dix heures du soir et mène joyeuse vie. On l’aperçoit dans les restaurants de nuit, dans les cabarets, en compagnie de gros bras. Des Lyonnais ou des Stéphanois. » (Voyageurs, 42.)

23 Oc, 227-228 (genièr-junh de 1963), 70.

24 Autre occurrence : I, 9, 40.

25 Chronique « Le piéton », dans La Montagne, 17 mars 1993. Repris en partie par Passelaigue (2007, 135).

26 Art. cit. (cf. note pécédente).

27 « Zoé, je l’ai connue au Papillon, un caboulot au bas d’un hôtel défraîchi du Passage Duprat. Lequel, couloir brumeux, comme enfumé, ne se console pas d’être l’envers de la rue d’Assas car cette montée prospère, joyeuse, célèbre autrefois pour son café-concert, frangée d’un square malicieux, étage, de la minuscule place Jolie à la rue Clemenceau, les feux polychromes de deux bistrots cuivrés et populaires, de deux bars de nuit : Le Joker et Le Club et de deux hôtels : La Régence et l’Hôtel de Paris. » (Voyageurs, 55.)

28 Lafont, 1987, 162. Sur Gengenbach, voir Raffi, 2008.

29 « Lo Libre dels Grands Jorns es tanben una autobiografia. [...] E tot çò que conti aquí se pòt verificar... » (lettre du 14 décembre 1973 à Dominique Decomps, citée Anon, 1975, 89).

30 En tout cas, il semble convaincu de cette supériorité quand il interrompt le narrateur : « Cala-te que me vòls recitar lo libre de literatura del teu collegi » (à propos de Pascal, II, 3, 53) ; à l’occasion presque pontifiant : « Cesar, dins sos Comentaris... » (II, 9, 67), mais cette fois, c’est le narrateur qui interrompt le « curé ».

31 Les citations entre guillemets sont tirées de ce mémoire. Nous sommes également redevable de certains renseignements à la grande obligeance de Jean Labbaye, archiviste diocésain, qui voudra bien trouver ici l’expression de nos remerciements.

32 Au cours d’un hommage à la mémoire de Paul Bany (février 2009), plusieurs intervenants ont souligné l’étendue et la diversité de ses lectures en littérature (Rabelais, Pessoa), en philosophie, en sciences sociales. Un participant a indiqué que Paul Bany aimait à citer cette pensée de Pascal : « Je ne crois que les histoires dont les témoins se feraient égorger. »

33 Trois articles parus en hommage à la mémoire de Paul Bany dans le périodique La Galipote. « Sem d’Auvernha, lachem pas » (no 119, été 2009 [juin], cahier culturel, 8-9) évoquent certains aspects de sa personnalité et de ses activités, et en font connaître d’autres : « itinéraire de vie [ayant croisé] les humbles et les laissés-pour-compte, ceux dont on oubliait l’histoire sinon l’existence », dont il savait révéler « [la] richesse et [la] grandeur », « culture et [...] vive intelligence [qui] auraient pu lui assurer une brillante carrière dans l’Église ou l’Université » (Pierre Mazataud), « savoir encyclopédique [qui] rendait ses raisonnements elliptiques », connaissance approfondie de « Michelin Ville » (Marc Gachon), création d’œuvres plastiques « que l’on pourrait rattacher à l’“ art pauvre ” », rédaction de chroniques dans La Galipote, dont la « Chronique du phare de la Moréno » (Gérard Houzé).

34 Mazataud, 1992, 271.

35 Anon, 1962, 127.

36 Il s’agit là du premier Richelieu, à ne pas confondre avec le nouveau Richelieu (bar, brasserie, restaurant), 44 place de Jaude, lequel occupe depuis quelque temps l’emplacement de l’ancien Rabelais, établissement évoqué au chapitre I, 4 des Grands jours (28).

37 L’ancien Richelieu (voir ci-dessus, note précédente).

38 Il eût été déplacé, de la part de l’auteur, de situer la fin de l’histoire sentimentale de la « fille verte » avec le protagoniste au bar du Gallia où elle exerce.

39 Rapin, 1999, G-12 (s.v. gare). Il n’est pas exclu que la source soit le passage des Grands jours et que le lexicographe renaissantiste ait revêtu le mot de la graphie de son choix.

40 Cf. le Café de l’Autogare (Algrange, Moselle), l’ancien Hôtel Auto[-]Gare à Gérardmer (Vosges), l’ancienne Autogare Monts Jura (près de Besançon), la rue de l’Autogare à Megève et la place de l’Autogare à Samoëns (Haute-Savoie), le bar Autogare à Ax-les-Thermes (Ariège). Le mot paraît encore d’usage courant au Mans.

41 Par la suite, près de la place du Poids de Ville (J.L.).

42 Signalons au passage que Marxilhat n’est pas « un domaine créé de toute pièce » et qu’il n’existe aucun indice textuel de nature à suggérer que Boudou l’a « situé tout près du Puèg de Dome », malgré Ginestet (1987, 109).

43 L’École avait loué une partie du terrain d’aviation d’Aulnat (J.B. ; voir ici § 22, ).

44 Manuscrit conservé au C.I.R.D.O.C. (Béziers).

45 Guy Dupic n’a malheureusement gardé aucun souvenir du stage de 1961 (conversation téléphonique du 30 mars 2009) [J.P.C.].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Chambon et coll., « Quelques références auvergnates dans le livre des Grands jours de Jean Boudou », Lengas, 67 | 2010, 143-164.

Référence électronique

Jean-Pierre Chambon et coll., « Quelques références auvergnates dans le livre des Grands jours de Jean Boudou », Lengas [En ligne], 67 | 2010, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://lengas.revues.org/726  ; DOI : 10.4000/lengas.726

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Chambon et coll.

Professeur à l’Université de Paris-Sorbonne (UFR de Langue française et Centre d’enseignement et de recherche d’oc).

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org