Navigation – Plan du site

Antoine Bigot, un troubadour en quête de sa musique, Nîmes, Les éditions de la Fénestrelle, 2014. 475 p. 25 €

Claire Torreilles
Référence(s) :

Francis Gayte, Antoine Bigot, un troubadour en quête de sa musique, Nîmes, Les éditions de la Fénestrelle, 2014. 475 p. 25 €

Texte intégral

1C’est en musicien et musicologue que Francis Gayte s’intéresse à Antoine Bigot (1825-1897) dont il connaît la poésie depuis son enfance nîmoise et dont il entreprend dans cet ouvrage d’étudier les premières chansons. Il le fait à la lumière d’un savoir musical et d’une pratique de l’enquête dans le domaine du chant qui renouvelle et éclaire d’une manière très intéressante l’approche littéraire ou sociolinguistique.

2Dans les deux livres des Bourgadieiro (1854), Bigot et Roumieux cherchent le ton d’une poésie populaire et antiacadémique à travers plusieurs genres à caractère d’oralité dont la poésie dialoguée et la chanson. Une grande partie du livre est consacrée à la recherche des sources de cinq de ces chansons signées de Bigot qui se présentent comme des « parodies » de chansons connues et qui disparaîtront des recueils suivants, ce qui les rend d’autant plus précieuses aux yeux du chercheur pour qui le lien de la poésie à la musique est un des moteurs de l’inspiration.

3On entre ainsi dans les méandres de la recherche de ce « timbre » affiché par l’auteur « sur l’air de… » et du ou des textes qui lui sont attachés et dont il est la parodie, ce qui implique qu’il a avec eux une similarité non seulement de rythme mais aussi de versification. Il faut reconnaître à l’auteur une grande générosité à faire partager au lecteur toutes les étapes de son questionnement critique et de ses trouvailles, l’introduisant au cœur d’un domaine dont il ne soupçonnait pas les arcanes. Pourquoi par exemple Bigot désigne-t-il son poème « Lou Fol dé Val-dé-Bano » comme une parodie du « Fou de Tolède » de Victor Hugo, titre non hugolien mais qui renvoie au poème intitulé « Guitare » dans Les Rayons et les Ombres (1840) ? On cherche une réponse, documents à l’appui, textes et partitions intégralement reproduits et commentés, dans une circulation d’airs et de textes constituant un véritable écheveau d’imitations et de mutations dans lequel il est bien difficile, du « Fou de Tolède » d’Hippolyte Monpou (1840) au « Fou de Grenade » de Louis Crevel (1850) et de quelques autres dont le « Gaztibelza » de List, de trouver le fil ramenant à Nîmes et à Bigot. Le voyage dans le monde de la chanson du début du XIXe siècle est passionnant et comporte de nombreuses excursions hors du cadre chronologique et souvent hors de l’espace français puis revenant nécessairement, pour ce texte-ci, à Brassens l’inégalé. La démonstration se renouvelle pour la chanson « Meste Souméra » qui a pour timbre l’ « air de Fualdès ». L’auteur nous montre avec cet exemple comment un même air peut changer plusieurs fois de titre selon la notoriété des textes qui l’ont porté, comment la complainte de Fualdès en 1818 a donné son nom à l’air du maréchal de Saxe (clé du Caveau 1375) avant que Béranger ne l’appelle « air de toutes les complaintes » avec le texte de la belle et sinistre « Complainte sur la mort de Trestaillon »(1847) que les Nîmois protestants, et Bigot en particulier, n’ont pas pu entendre chanter sans frémir, au coin de la Placette ou dans un salon. Et pourtant, mais c’est la règle du genre qui implique parodie donc contrepoint, la chanson de Bigot, qui peint un violoneux vieillissant, rayonne, sur l’air funèbre, de cette tendresse que lui inspire toujours le peuple nîmois. Le décalage burlesque entre le texte source et le texte nouveau portés par le même air n’est sensible, forcément, que si l’on produit exactement le texte source. C’est ainsi que, parmi les multiples chansons composées sur l’air de « Jeanne, Jeannette et Jeanneton » donné comme timbre à « Catin, Babeou e Térésoun », Francis Gayte trouve celle qui a inspiré Bigot, avec des paroles de Marc Constantin sur une musique de Louis Abadie (p. 346 et 347). On voit que Bigot suit de très près son modèle tout en opérant une transposition locale où les jeunes-filles sont « très bourgadieiro dé [s]oun age », dans le registre de rusticité cocasse qui lui paraît convenir à la langue dans laquelle la « mignonnette » devient « charmantasso » !  Le procédé est le même pour le passage de la romance sentimentale « Une fleur pour réponse » à « La tignasso ». Plus complexe est le lien entre le texte de « Marioun », sans doute un des premiers écrits par Bigot (« Digo, Marioun, t’en souvènes pas pus ? » ) et l’air « T’en souviens-tu », tant il y a de chansonniers célèbres ou anonymes, de Debraux à Béranger, qui ont composé des chansons sérieuses ou parodiques sur cet air militaire et sur le thème du regret du temps passé.

4Bigot aurait donc puisé dans la chanson de son temps, colportée par les musiciens des rues et diffusée par ces partitions volantes illustrées dont l’auteur donne de nombreuses reproductions, la musicalité de sa propre poétique dont on voit la genèse dans les chansons « parodiques ». Qu’il se soit ensuite tourné vers la fable n’enlève rien à cette empreinte musicale dont on peut dire qu’elle évolue vers des formes plus complexes et plus autonomes. D’ailleurs Francis Gayte recense de nombreux grands poèmes de Bigot qui conservent une structure de chanson (comme « Fraternita ») ou dont le titre contient le mot « chanson » (comme « La cansoun dou Rachalan »). Il raconte aussi la création plus tardive, sur des musiques originales, de poèmes chansonnés comme « La Nimoiso », sorte d’hymne communal, et « La Toure de Coustanço » devenu un hymne identitaire protestant encore chanté aujourd’hui dans les Assemblées, selon G. Peladan.

5Enfin, se présentant lui-même comme « nouveau troubadour », Francis Gayte publie la partition de plusieurs compositions faites par lui sur des poèmes de Bigot, notamment de ceux qui relèvent de la veine sentimentale des Griseto (1854)  comme « Bruneto », « Fineto » et « Darnié poutoun ».

6Ce livre foisonnant et qui, parfois, déborde son sujet, pour le plaisir de son auteur autant que du lecteur, ne manquera pas d’inspirer des lectures, relectures ou interprétations chantées du premier Bigot railleur et sensible dont l’entrée en écriture commence par une affirmation de non conformiste et de réalisme linguistique à la manière de cet autre chansonnier que fut le Marseillais Victor Gelu. Il nous guide en tout cas, à sa manière, libre et érudite, dans l’exploration du continent de la chanson dont il est impossible de faire abstraction quand on aborde la poésie occitane de la première moitié du XIXe siècle, à commencer par Jasmin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Torreilles, « Antoine Bigot, un troubadour en quête de sa musique, Nîmes, Les éditions de la Fénestrelle, 2014. 475 p. 25 € », Lengas [En ligne], 76 | 2014, mis en ligne le 04 juillet 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://lengas.revues.org/740

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org