Navigation – Plan du site

« De l’Est russophone et russophile à l'Ouest nationaliste et ukrainophone » : la construction des communautés linguistiques ukrainiennes dans la presse française

"De l'Èst russofòn e russofil a l'Oèst nacionalista e ucraïnofòn" : la construccion de las comunautats lingüisticas ucraïnianas dins la premsa francesa
Alexia Kis-Marck

Résumés

Depuis deux ans, le conflit qui sévit en Ukraine retient l’attention des médias internationaux qui livrent différentes interprétations de l’événement. L’une des lectures choisie par la presse française a été de présenter le pays comme un État fracturé en deux communautés ethnolinguistiques inconciliables : les « pro-russes russophones » et les « pro-européens ukrainophones ». La présente contribution se propose d’éclairer la construction d’une hétéro-représentation des communautés linguistiques par la presse française et de relever les différents critères utilisés pour circonscrire ces groupes formés autour de l’usage d’une langue. Quel est alors le rôle de la langue dans cette description ? Quels autres éléments les membres de ces communautés dessinées par la presse partageraient-ils ? La description de ces communautés correspond-elle à la réalité ukrainienne ?

Haut de page

Texte intégral

1Nous avons constaté, dans l’introduction de ce numéro, que l’une des problématiques attenantes à la notion de communauté linguistique relevait de sa circonscription, de la délimitation de ses contours et que celle-ci dépendait, par voie de conséquence, de celui qui entreprenait de la décrire : les caractéristiques d’une communauté linguistique, la description de sa taille, de son histoire, peuvent varier d’un point de vue à l’autre selon qu’elle est dessinée par les membres eux-mêmes, le chercheur ou encore le voyageur. Nous nous sommes donc intéressée ici à l’un de ces regards, celui que portent les médias qui participent, c’est bien connu, de la construction et de « l’événementialisation du réel » (Charaudeau 1997, 82). Nous avons choisi, pour questionner l’existence et les contours d’une communauté linguistique, de nous pencher sur la presse écrite dans la mesure où, en observant et sélectionnant un ou plusieurs éléments partagés, elle contribue à définir un groupe. Nous observerons ainsi la description de groupes linguistiques qui ont été particulièrement médiatisés ces dernières années, les russophones et les ukrainophones d’Ukraine.

2L'Ukraine, il faut toujours le rappeler, est une nation plurielle qui se caractérise par la diversité de sa population, tant sur le plan des origines culturelles que sur celui des langues. Aussi simples que puissent paraître les cartes linguistiques diffusées ici et là, la question des langues et les contours de communautés linguistiques en Ukraine sont loin d’être délimités et aucune carte ne suffit à rendre compte de l’histoire linguistique traumatique du pays, entravée par un manque d’indépendance et de souveraineté. Ne serait-ce que décrire la situation linguistique de l’Ukraine n’est pas chose aisée. Toute considération juridique ou officielle mise à part, quels sont, dans les faits, la langue et le groupe linguistique majoritaires du pays : l’ukrainien ou le russe ? Face à la complexité d’un pays qui occupe depuis bientôt deux ans l’actualité, la presse française a massivement recours à des cartes et autres infographies pour illustrer, en un schéma, la partition de l’Ukraine qui serait à l’origine du conflit en cours : le pays serait divisé en communautés linguistiques, politiques, ethniques - les pro-russes russophones et les pro-européens ukrainophones. Il semblerait ainsi qu’à la complexité de ce terrain caractérisé par une myriade de pratiques linguistiques et une situation politique tendue, s’opposent sa lecture et son interprétation, la perception simplifiée de la réalité ukrainienne véhiculée par des journaux français, en deux groupes linguistiques opposés. Comment ces groupes y sont donc représentés ? Selon quels critères leurs membres ont-ils été réunis, quels éléments identitaires partagent-ils ? Quelle place occupe le critère linguistique dans leur description ? Quel problème pose l’association de caractéristiques linguistiques à des considérations politiques ? Si la langue semble réunir ces individus, peut-on parler pour autant de communautés linguistiques ?

  • 1 Logiciel de textométrie TXM, laboratoire ICAR, ENS Lyon

3La présente contribution se propose d’éclairer la construction d’une hétéro-représentation des communautés linguistiques par trois quotidiens nationaux français. Pour ce faire, nous nous sommes basée sur les articles de presse publiés au sujet de l’Ukraine entre novembre 2013 et mai 2014 et extraits des quotidiens Le Monde, Libération et Le Figaro. En focalisant notre lecture sur les acteurs du conflit et la description générale de la situation linguistique ukrainienne, nous avons réduit notre corpus à un échantillon d’une cinquantaine d’articles que nous avons soumis à une analyse lexicométrique à l’aide du logiciel TXM1. Afin d’analyser la description médiatique des communautés linguistiques ukrainiennes, nous avons ainsi étudié les contextes d’apparition des mots clés « langue », « langue russe/langue ukrainienne », « russophone/ukrainophone », « russe/ukrainien ». Par ce procédé, nous tenterons ainsi d’identifier ici les représentations véhiculées par la presse et de relever les différents critères utilisés pour circonscrire des groupes formés autour de l’usage d’une langue. Nous mettrons finalement cette description médiatique française au regard de la réalité ukrainienne et nous demanderons ainsi si ces groupes ne sont pas des constructions plus virtuelles que réelles.

La description des communautés linguistiques ukrainiennes dans les médias

La langue et le territoire

  • 2 La « révolution orange » est le nom donné aux semaines de manifestations qui ont suivi le résultat (...)

4S’il est difficile de circonscrire en « communauté(s) » les Ukrainiens tant les histoires, les pratiques et les représentations linguistiques en Ukraine divergent et/ou se conjuguent, nous le verrons dans la partie qui suit, le traitement médiatique de la crise ukrainienne a, semble-t-il, contribué à délimiter des groupes qui ont été définis, nommés et territorialisés avec suffisamment de précision pour donner une description explicite de « communautés ». Depuis 2013, il n’est probablement pas un seul Français qui n’ait en effet entendu parler, par le biais des quotidiens nationaux notamment, des groupes d’individus qui se sont opposés et affrontés en Ukraine : « les pro-russes, les pro-ukrainiens, les russophones de l’Est, les pro-européens, les ukrainophones de l’Ouest ». Cette présentation de l’Ukraine en blocs délimités n’est cependant pas une nouveauté et constitue davantage le réinvestissement d’un imaginaire collectif et de cartes mentales dessinées en Europe depuis l’indépendance du pays en 1991. À chaque grande échéance politique ukrainienne, la presse française insiste en effet sur l’opposition de ces groupes ethnolinguistiques ; ce fut le cas lors de la « révolution orange2 » de 2004, par exemple, mais également lors des élections présidentielles de 2010. Le caractère exceptionnel de la crise qui touche l’Ukraine depuis fin 2013 et sa très forte médiatisation ont particulièrement alimenté leur description sur laquelle nous allons à présent nous pencher. La lecture de notre corpus de presse sur l’Ukraine nous invite effectivement à imaginer une Ukraine divisée, partagée, fracturée :

  • 3 L'étreinte de Moscou oppose les deux Ukraine, Le Figaro, 29/11/13

Les manifestations de la place Maïdan de Kiev […] sont aussi le signe d'un grand écart de plus en plus périlleux entre les deux Ukraine3.

  • 4 À Donetsk, révolutionnaires et prorusses se disputent le pouvoir, Le Figaro, 6/03/14

Ce sont surtout deux Ukraine qui s'affrontent à Donetsk4.

  • 5 L’Europe à l’épreuve de l’Ukraine, Libération, 11/12/13

Il n'y a pas une Ukraine mais deux, l'Ukraine occidentale tournée vers l'Ouest et l’Ukraine orientale tournée vers la Russie5.

  • 6 L'Ukraine menacée d'éclatement, Le Figaro, 12/12/13

La révolte est aussi l'expression du profond clivage qui partage le pays6.

5L’Ukraine serait donc double ou divisée et sa population, scindée en deux groupes, en deux communautés substantielles puisque ne pouvant apparaître ni être définie l’une sans l’autre. Quels critères, dans le regard médiatique, caractérisent donc ces deux Ukraine et peut-on dès lors parler de deux communautés linguistiques ?

6Avant toute chose, c’est le critère linguistique qui délimite les groupes en présence : la langue étant mentionnée chaque fois qu’est abordée la division de l’Ukraine. Ce qui semblerait nous autoriser à parler de communautés linguistiques dans la mesure où c’est bien le choix et l’usage d’une langue, avant tout autre critère, qui réunirait les membres. On rejoindrait ainsi une définition élémentaire de la notion sus-citée et notamment Bloomfield qui le premier définit la speech community comme « un ensemble de locuteurs qui interagissent au moyen du discours » (Bloomfield 1970, 44). Il y aurait ainsi en Ukraine une communauté russophone et une ukrainophone :

  • 7 Seule une Ukraine fédérale garantira la paix, Le Monde, 5/5/14

À la différence de l'Égypte, où la ligne de clivage se fit entre Frères musulmans et une armée ralliant à elle une partie des esprits laïcisés, le clivage se fit entre russophones (russophiles) et ukrainophones (russophobes) et selon une ligne de partage grossièrement est-ouest7.

  • 8 L'UE craint l'éclatement du pays et repropose son accord commercial, Le Figaro, 24/02/14

L'inquiétude est que la crise ait encore creusé le fossé entre l'Est de l'Ukraine russophone et russophile et l'Ouest nationaliste et ukrainophone8.

7Au critère linguistique, s’ajoute celui du territoire ; langue et région semblent en effet être liées presque intrinsèquement :

  • 9 L'Ukraine menacée d'éclatement, Le Figaro, 12/12/13

Du côté des manifestants, la moitié occidentale, proche de l'Europe par l'histoire, la culture et la religion, anciennement rattachée à la Pologne ou à l'Empire austro-hongrois ; de l'autre, l'Est et le Sud, russophones et restés profondément attachés à la Russie, par la langue comme par une étroite interdépendance économique9.

  • 10 À Kiev, l'opposition en passe d'être dépassée par la colère des manifestants, Le Monde, 21/01/14

La société reste coupée en deux : l'Ouest, berceau du nationalisme ukrainien, lorgne vers l'UE et rejette toute ingérence russe ; l'Est, russophone, a un penchant culturel et économique vers le grand voisin10.

  • 11 Les co-occurrents désignent le voisinage local d’un mot, les termes avec lesquels il apparaît le pl (...)

8Ainsi, l’analyse des termes co-occurrents11 à l’adjectif « ukrainophone » et « russophone » laisse paraître à la fois la caractéristique régionale du groupe linguistique comme premier co-occurrent (russophone : « région », « Est »), mais également les caractéristiques du groupe opposé (« ukrainophone », « Ouest ») indiquant ainsi que les deux groupes apparaissent ensemble dans les textes, sont mis en concurrence à chaque occurrence et qu’ils ne peuvent être définis l’un sans l’autre :

Ukrainophone

Russophone

Termes co-occurrents

Ouest

russophone

ouest

Est

entre

Est

population

région

ukrainophone

Ouest

Les représentations attachées à l’identité linguistique

9Dans ces articles de la presse française, les membres des communautés sont donc essentiellement réunis par les critères linguistique et régional, mais on note également l’association de l’identité linguistique à d’autres caractéristiques identitaires communes, notamment l’idéologie politique et la religion :

  • 12 Les oligarques contre l’Europe, Le Monde, 5/12/13

Les deux Ukraine, l'une catholique rurale et proeuropéenne à l'ouest ; l'autre orthodoxe, industrielle et prorusse à l'est12.

  • 13 De l'envie d'Europe au soulèvement populaire : les raisons d'une escalade, Le Figaro, 24/01/14

Depuis son indépendance en 1991, le pays est en proie à des tensions, qui recouvrent en partie l'opposition entre l'Ouest, ukrainophone, tourné vers la Pologne et l'Europe, où les Russes passent pour des impérialistes ; et l'Est, industriel, russophone, soumis à l'empire russe pendant des années, où la Russie est davantage perçue comme un facteur de stabilité13.

10Les différentes catégorisations effectuées par les médias semblent ainsi indiquer qu’en partageant le même territoire et une même langue, on partagerait également les mêmes représentations, définies comme « l’ensemble des croyances, des connaissances et des opinions qui sont produites et partagées par les individus d’un même groupe, à l’égard d’un objet social donné » (Guimelli 1999, 64). On retrouve là un élément essentiel de la définition de la communauté linguistique qui a trait à l’imaginaire collectif investi dans l’activité linguistique (Labov 1976, 338). Et le traitement médiatique du cas ukrainien nous montre bien que les représentations partagées par la communauté ne seraient donc pas seulement linguistiques, normatives ou sociales, elles seraient également politiques (c’est nous qui soulignons) :

  • 14 Après l'Est, la crise ukrainienne s'étend à Odessa, Le Monde, 5/05/14

Odessa a ses soucis, comme toutes les cités du pays, sans avoir été le moins du monde touchée, ces dernières années, par des tensions religieuses, culturelles ou linguistiques entre partisans de l'intégrité ukrainienne et russophones14.

11La lecture de ce dernier exemple soulève un problème majeur dans cette description de communautés : ne peut-on pas être russophone et partisan de l’intégrité ukrainienne ? Lors de la description de communautés, Boyer nous rappelle l’importance de mesurer les attitudes, les valeurs, les images qui sont affectées (implicitement et explicitement) aux pratiques linguistiques. Car le contenu de la représentation collective, parce qu’il doit être partagé et donc accessible au plus grand nombre, est simplificateur et schématique (Boyer 2001, 34). En croisant identité politique et identité linguistique, les journaux font se confondre facilement russes et russophones, véhiculant ainsi des équations entre d’une part, russophonie, sentiment pro-russe et nationalité russe, et d’autre part, ukrainophonie, sentiment pro-européen et nationalisme. Les journaux mêlent, par là même, langue, identité nationale et aspirations politiques, voire militaires, et font ainsi porter au facteur linguistique la responsabilité d’un conflit ou tout du moins, la fracture de la population. Ainsi, « russophone », loin de ne désigner que celui « qui parle le russe » prendra tour à tour le sens de « originaire de l’Est de l’Ukraine », de « séparatiste », de « russe », de « pro-Poutine » ou encore, d’« anti-ukrainien ». Inversement, « ukrainophone » sera utilisé pour faire référence à « l’Ouest de l’Ukraine » et par dérivation simplificatrice, aux « nationalistes ». Le terme « russophone » en particulier, beaucoup plus fréquent dans notre corpus que son corolaire « ukrainophone », est l’objet de représentations mentales, c’est-à-dire d’actes de perception et d’appréciation, de connaissance et de reconnaissance, où les auteurs montrent leurs intérêts et leurs présupposés (c’est nous qui soulignons) :

  • 15 Moscou au centre du jeu entre Kiev et Bruxelles, Libération, 27/11/13

L'est du pays, frontalier de la Russie qui est aussi là où vivent les russophones, qui sont souvent les électeurs de Ianoukovitch. Le Président doit compter sur ces 40 % d'Ukrainiens qui veulent des liens étroits avec la Russie. Les pro-européens sont plus souvent des électeurs de l'opposition, vivant plutôt à l'Ouest qu'à l'Est du pays, et travaillant dans les secteurs les plus modernes15.

12L’identité linguistique semble ainsi être habitée d’un champ représentationnel qui n’est pas dénué de significations : russophones, donc pro-Ianoukovitch, donc pro-russes, donc favorables à un rattachement à la Russie ? Pour Jodelet, les représentations collectives sont des « systèmes d’interprétation régissant notre relation au monde et aux autres » (Jodelet 2003, 36). Il semble ici que c’est en effet une grille de lecture du conflit ukrainien que nous livrent les quotidiens français, l’opposition « russophones / ukrainophones » constituant le système établi pour son interprétation. Mais à trop vouloir simplifier une situation en réalité beaucoup plus complexe, il semblerait que le schéma devienne illisible et même les journalistes se perdent et entretiennent la confusion. Ce qu’atteste ci-dessous un exemple manifeste de raccourci entre identités linguistique et nationale, effectué par le journal Le Monde qui décrit, à quelques semaines d’écart, la population de Crimée (c’est nous qui soulignons) :

  • 16 Les Occidentaux désarmés après le coup de force de Poutine en Crimée, 4/03/14

Ce vernis, ce sont les menaces censées peser sur la population russe ou russophone - la confusion est savamment entretenue, alors qu'il n'y a pas de double nationalité possible - au Centre et à l'Est du pays, ainsi que dans la péninsule16.

  • 17 Nouvelle menace militaire de Moscou contre Kiev, 26/04/14

Envahir l'Ukraine s'annonce comme une opération risquée, infiniment plus hasardeuse que la « campagne » de Crimée. Le soutien des populations, russophones mais pas russes pour autant, est loin d'être garanti17.

  • 18 Seule une Ukraine fédérale garantira la paix, 5/05/14

La transformation révolutionnaire provoquée par la fuite du président Viktor Ianoukovitch, le ralliement du Parlement et du nouveau président à l'Union européenne ont provoqué une intervention militaire plus ou moins mal camouflée en Crimée où la population russophone - en fait russe - a voté le rattachement à Moscou, à l'exception des Tatars de Crimée18.

Synthèse de la description médiatique

13Dans le récit médiatique sur la crise ukrainienne, deux groupes opposés ont ainsi été identifiés et décrits : l’Ukraine, présentée par les trois quotidiens qui constituent notre corpus d’étude, semble pouvoir être résumée à un État polarisé, selon la langue que les citoyens préfèrent parler, en deux communautés régionales mues par une orientation politique et une confession différente. D’où le tableau récapitulatif que nous avons pu établir sur la base des deux descriptions médiatiques :

  • 19 Ruban de l'ordre de Saint-Georges, symbole de la « grande guerre patriotique » contre les nazis.

Communauté A

Communauté B

Désignants

Les pro-ukrainiens, les pro-occidentaux, les nationalistes

Les pro-russes

Langue

ukrainien

russe

Région

ouest

est et sud

Religion / église

gréco-catholique

orthodoxe

Orientation politique

pro-européen / pro-occidental

pro-russe / pro-fédéralisation

Idéologie

nationalisme, voire fascisme

communisme, soviétisme

Symbole

drapeau national ukrainien (bleu et jaune)

drapeau national russe ou ruban orange à rayures noires19

  • 20 Sans la Russie, il manque quelque chose à l'Europe, Le Figaro, 8/03/14

14Les communautés sont donc construites selon un schéma d’opposition binaire, assez caricatural puisque n’incluant aucune nuance ou déviance : russophone vs ukrainophone, Est vs Ouest, pro-russe vs pro-européen, orthodoxe vs catholique. Mais on trouve également dans notre corpus des combinaisons et des oppositions inattendues où l’identité linguistique s’oppose à la confession religieuse par exemple, signe de raccourcis hâtifs et stéréotypés dans la mesure où la pratique linguistique ne détermine pas en soi l’obédience : « La réalité de l'Ukraine, c'est son hétérogénéité. Il y a à l'est les russophones et à l'ouest des populations catholiques uniates dont certaines ont fait partie de l'Autriche-Hongrie »20.

  • 21 À Kiev, l'opposition refuse la « vente » de l'Ukraine à la Russie, Le Monde, 10/12/13

15Dans la description de ces communautés par la presse française, la langue semble donc constituer un trait identitaire essentiel qui contribue à constituer ses membres en figures archétypes, en véritables emblèmes. Il est en effet intéressant de remarquer, qu’au delà des significations politiques prêtées au critère linguistique, les termes « russophone » et « ukrainophone » gagnent également un rôle de référent, de marqueur identitaire de la communauté ou du camp. Ils n’ont d’utilité que comme signe de reconnaissance, on les signale pour permettre au lecteur de comprendre à quelle communauté tel individu appartient. Le terme semble dès lors fonctionner en anaphore pour assurer la cohérence textuelle, il permet l’anticipation par référence à des situations stéréotypées. On décrit ainsi abondamment « des manifestants venus de l'ouest ukrainophone du pays, participer à la démonstration de force de l'opposition »21. L’adjectif « ukrainophone » semble ici avoir perdu son sens linguistique pour simplement marquer l’origine communautaire des individus et activer ainsi le champ représentationnel qui y est attaché.

16Même si les journaux étudiés n’usent pas, à proprement parler, de l’expression « communautés linguistiques » pour qualifier les groupes qu’ils décrivent, les critères et facteurs de délimitation sélectionnés par les médias (langue, territoire, représentations partagées) conduisent nécessairement à interroger le concept et à confronter la notion à la réalité ukrainienne. Nous avons soulevé, dans l’introduction de ce numéro, la question de la virtualité ou de la réalité de la communauté, on peut dès lors s’interroger sur ce rapport entre le réel et les médias : ces communautés existent-elles ? Les membres de ces communautés décrites existent-ils ? Marc Lits explique (2004, 137) que tout personnage est un être de papier, même dans un article de presse et même s’il décrit un être réel ; il est une construction du texte dans la mesure où il est uniquement constitué de ce qu’on dit de lui et de ce qu’il dit. Le locuteur russophone, orthodoxe, pro-russe est-il une réalité ou un simple produit médiatique ? Nous savons, d’un côté, que la responsabilité des médias n’est pas à négliger dans la construction et la perception des faits et des événements, et notamment dans leur simplification afin de rendre accessibles un sens et une explication au plus grand nombre ; d’un autre côté, l’Ukraine est une nation plurielle, marquée par d’importantes disparités. Tentons dès lors de mettre en regard la description médiatique et l’adéquation de la notion de communauté linguistique à la réalité ukrainienne.

Des communautés linguistiques réelles ou construites ?

17Comme tout pays qui a subi de longues occupations de différents États, l’Ukraine se caractérise par la diversité de sa population et des pratiques linguistiques. Il semble évident, pour des raisons historiques, que certains groupes ethniques et/ou linguistiques sont, en effet, plus présents dans certaines régions du pays. La Galicie, en Ukraine occidentale, rassemble un grand nombre d’Ukrainiens ukrainophones tandis que le Sud-est de l’Ukraine, en particulier la région du Donbass, abrite une grande partie de l’ethnie russe et un grand nombre de russophones. Ce qui peut être expliqué notamment par le fait que l'Ukraine occidentale, après une longue domination polonaise, a en effet été annexée à l'Union soviétique plus tardivement et que l'Ukraine de l'Est a été vidée d'une partie de sa population ukrainophone par les répressions staliniennes. L’hétérogénéité ethno-linguistique de l’Ukraine, si elle est réelle, ne s’explique donc, à notre sens, pas tant par une division et un regroupement volontaire et conscient d’individus partageant un même système linguistique et des représentations communes, que comme le résultat d’une histoire marquée par plusieurs siècles d’occupation et de dominations diverses. Les médias, on l’a vu, ont cependant décrit une Ukraine à l’ouest et une autre à l’est. Mais il semble non seulement difficile, voire impossible, de préciser où l’une se termine et où l’autre commence, mais surtout, l’Ukraine ne peut se résumer à la Galicie de l’Ouest ou au Donbass de l’Est. Qu’y aurait-il dès lors entre les « deux Ukraine » ? À côté des régions Est et Ouest, fortement médiatisées, l’Ukraine constitue aussi un immense espace peuplé de familles mixtes, aux consciences politiques et nationales diverses, aux pratiques linguistiques variées et aux représentations non nécessairement convergentes. Si pour Lebedynksy notamment (2008, 10), l’Ukraine est effectivement traversée de clivages et de disparités dont certaines ont une dimension linguistique, il semble toutefois simplificateur de les réduire à la langue et encore plus à une frontière symbolique au centre du pays. Comme le souligne Thiesse (1999, 232), « linguistes et ethnographes peuvent repérer des aires de diffusion d’une langue ou d’une tradition mais il est impossible de les cartographier par des lignes continues définissant des surfaces homogènes ». Toute simplification cache inévitablement une réalité complexe.

18La russophonie et l’ukrainophonie en Ukraine revêtent tant de visages et d’usages différents qu’il semble difficile de regrouper ses locuteurs sous la notion de « communauté linguistique », définie comme un groupe qui partage une langue et des représentations. L’Ukraine ressemble davantage à un pays bilingue qu’à une juxtaposition de deux communautés monolingues, comme semblent le laisser entendre les médias français. En réalité, la très grande majorité des Ukrainiens comprennent et le russe et l’ukrainien et passent d'une langue à l'autre, selon les circonstances, parfois à l'intérieur d'une même phrase. C’est l’une des raisons pour lesquelles il est difficile pour une grande partie de la population ukrainienne d’identifier sa « langue maternelle » ou « d’usage » quand la langue parlée en famille diffère de celle de l’école et diffère encore de celle du travail aujourd’hui. Quelle langue doivent-ils alors indiquer dans les questionnaires d’enquête qui exige un choix linguistique clair entre une langue ou une autre ? Quelle langue (maternelle, préférée, d’usage) induit l’appartenance à une communauté ? La réalité d’un Ukrainien est plurilingue et « selon les moments de sa vie quotidienne, les situations de communication, il va s’insérer dans l’une ou l’autre de ces communautés » (Calvet 2005, 84). Un même individu pourra, par conséquent, selon le ou les critères choisis, appartenir à une ou plusieurs communautés. De nombreux travaux se sont attachés à décrire la difficulté à délimiter et décrire les pratiques linguistiques en Ukraine (Stoumen 2013, Besters-Dilger 2002) et toutes spécifiaient la précaution avec laquelle il faut manipuler statistiques, cartes et autres infographies sur l’usage et les représentations des langues en Ukraine.

  • 22 Russophone, Ioulia Timochenko a appris l’ukrainien à l’âge adulte, dans l’objectif d’amorcer une ca (...)
  • 23 Place de l’indépendance à Kiev, en ukrainien Майдан Незалежності / Maïdan Nézalejnosti, où eurent l (...)

19En dehors du critère linguistique, central, les membres des communautés dessinées par les médias français, forment également, en réalité, un groupe moins homogène dans ses orientations et représentations linguistiques et politiques, qu’il n’est présenté. Raccourcis, stéréotypisations et systématisations doivent être questionnés : être russophone ne place pas automatiquement du côté pro-russe, nombreux sont aujourd’hui les hommes politiques et personnages publics russophones qui se situaient du côté de l’opposition lors des événements de 2014, Ioulia Timochenko s’il ne fallait citer qu’un exemple connu22. Nombre d’Ukrainiens du Centre, de l’Ouest ou du Sud de l’Ukraine, mais aussi des manifestants de Maïdan23 ou des combattants des forces armées ukrainiennes sont des russophones quotidiens. Tout comme un Ukrainien peut être ukrainophone sans être nationaliste ou être russophone et défendre la souveraineté de son pays, l’Ukraine. La présentation schématique dans ces journaux d’une Ukraine divisée en deux communautés géo-politico-linguistiques contient une part de réalité, indéniable, mais aussi son lot de raccourcis qui ne concourent pas à saisir la complexité de la société et du conflit qui sévit. Le schéma de deux Ukraine inconciliables, qui n'auraient ni langue, ni références culturelles, ni intérêts en commun, nie toutes les subtilités et les diversités des identités ukrainiennes. Comme le souligne Riabtchouk (2003, 124), « la fragmentation de l’Ukraine ne coïncide pas avec des lignes de partage simplistes, géographiques, linguistiques, culturelles ou ethniques ; l’identité d’un Ukrainien moderne prévoit des combinaisons diverses de ces caractéristiques et de tant d’autres ». Il est fort probable que la très faible quantité d’informations et de recherches qui étaient jusqu’alors disponibles en français sur la société ukrainienne ait participé à la formation de stéréotypes et à la schématisation de la population.

Conclusion : de l’utilité de la schématisation

  • 24 Ni objet du Kremlin, ni marionnette de l'Occident, Le Monde, 7/03/14.

20Nous avons montré que les trois journaux français de notre corpus interprètent l’Ukraine et sa pluralité comme un état fracturé entre communautés linguistiques en apparence irréconciliables, et la présentent ainsi comme une société disloquée linguistiquement et idéologiquement en deux : un Ouest ukrainophone et tourné vers l’Occident et un Est russophone et russophile. Tout en reconnaissant également que la réalité est bien plus complexe et qu’on ne peut réduire l’Ukraine à une fracture linguistique Est / Ouest : « La diversité de l'Ukraine échappe aux grilles de lecture traditionnelles qui représentent ce pays comme divisé entre l'Est russophone prorusse et l'Ouest ukrainophone proeuropéen. Cependant le clivage est plus complexe »24. Pourquoi présenter dès lors la situation selon un tel schéma binaire ? Serait-ce le manque d’informations sur l’Ukraine ou de compréhension d’un conflit complexe qui engendrerait l’instrumentalisation des communautés linguistiques ? Ces deux communautés que tout semble opposer ne fourniraient-elles pas un schéma simple et accessible d’explication du conflit ? Une grille de lecture pratique à la compréhension d’un conflit complexe et multifocal ?

21Nous savons que pour tout événement qui a lieu, les médias tentent très vite de construire l’information autour de quelques figures emblématiques qui doivent permettre au public de trouver des portes d’accès à ce qui lui semble alors dénué de signification. De nombreux auteurs (Bourdieu 1996, Charaudeau 1997, Lits 2004) considèrent que l’ensemble de l’information médiatique fonctionne selon une logique feuilletonesque, particulièrement pour des événements qui s’inscrivent dans la durée, comme les guerres :

Ce sont les personnages qui servent de fil conducteur au schéma narratif et ils vont pouvoir y être distribués dans des rôles organisés de manière différentielle, comme dans un western (Lits 2004, 122).

22Dans cette logique, le traitement médiatique du conflit ukrainien par la presse française voit donc se mettre en place deux belligérants, les communautés linguistiques, issus d’une entité identitaire unique, le peuple ukrainien. Ce que semblent confirmer ces extraits d’articles où ces dernières sont présentées comme les deux acteurs principaux du conflit :

  • 25 Comment les ultranationalistes ukrainiens ont investi le mouvement pro-européen, Le Monde, 19/12/13

Reste que le mouvement de contestation, s'il veut espérer remporter la victoire, doit rassembler plus largement qu'il ne le fait actuellement, en ralliant notamment l'Est et le Sud russophones du pays […]. Or les slogans des nationalistes ukrainiens agissent comme un repoussoir sur les russophones25.

  • 26 Ukraine – Russie, l’autre guerre, Le Monde, 1/04/14

Un voyage officiel dans l'Est est une initiative audacieuse : c'est là, dans ces régions limitrophes de la Russie, majoritairement peuplées de russophones, qu'est concentrée l'hostilité à EuroMaïdan, le mouvement d'où tout est parti. L'Est ukrainien, c'est le berceau de la contre-révolution, attisée par l'agitation de Moscou26.

  • 27 La Russie maintient sa menace armée contre l'Ukraine », Le Monde, 17/03/14.

Sergueï Aksionov a encouragé vendredi 14 mars les russophones de l'Est de l'Ukraine à demander eux aussi leur intégration au voisin russe. Plus le référendum approche, plus les provocations meurtrières se multiplient dans les bastions russophones27.

23Le constat d’une focalisation médiatique autour de groupes définis, entre autres, par la langue, et du rôle qu’ils auraient joué dans le conflit, conduit donc à interroger le caractère « construit » et « artificiel » de ces communautés linguistiques et du rôle joué par les médias français dans cette construction simplificatrice. Car, si en Ukraine des caractéristiques régionales existent, comme dans tout pays européen, la diversité ne signifie pas pour autant que nous sommes en présence de deux blocs aux contours nettement définis, mais d’une gamme complexe de situations. Nous sommes dès lors en droit de nous demander si la présence sur un territoire national de plusieurs langues et de représentations diverses doit conduire à remettre en question le caractère unitaire d’un État et inviter à diviser la population en communautés linguistiques ?

Haut de page

Bibliographie

Besters-Dilger, Juliane, 2002, « Les différenciations régionales de l’espace linguistique en Ukraine », Revue d’études comparatives Est-Ouest, volume 33, n° 1, 49-76.

Bloomfield, Leonard, 1970, Le langage, Paris, Payot.

Boyer, Henri, 2001, Introduction à la sociolinguistique, Paris, Dunot.

Bourdieu, Pierre, 1996, Sur la télévision, Paris, Editions Raisons d’agir.

Calvet, Louis-Jean, 2005, La sociolinguistique, Paris, PUF.

Charaudeau, Patrick, 1997, Le discours d’information médiatique : la construction du miroir social, Paris, Nathan.

Guimelli, Christian, 1999, La pensée sociale, Paris, PUF.

Jodelet, Denise, 2003, Les représentations sociales, Paris, PUF.

Labov, William, 1976, Sociolinguistique, Paris, Minuit.

Lebedynsky, Iaroslav, 2008, Ukraine, une histoire en questions, Paris, L’Harmattan.

Lits, Marc, 2004, Du 11 septembre à la riposte. Les débuts d’une nouvelle guerre médiatique, Bruxelles, De Boeck Université.

Riabtchouk, Mykola, 2003, De la "Petite-Russie" à l’Ukraine, Paris, L’Harmattan.

Stoumen, Denis, 2013, « Populations russophones d’Ukraine : une minorité linguistique ? », Gestion des minorités linguistiques dans l’Europe du XXIe siècle, sous la direction de Carmen Alén Garabato, Limoges, Editions Lambert-Lucas.

Thiesse, Anne-Marie, 1999, La création des identités nationales, Europe XVIIIe – XIXe siècle, Paris, Editions du Seuil.

Haut de page

Notes

1 Logiciel de textométrie TXM, laboratoire ICAR, ENS Lyon

2 La « révolution orange » est le nom donné aux semaines de manifestations qui ont suivi le résultat du second tour de l’élection présidentielle de novembre 2004 que de nombreux Ukrainiens ont contesté pour trucage.

3 L'étreinte de Moscou oppose les deux Ukraine, Le Figaro, 29/11/13

4 À Donetsk, révolutionnaires et prorusses se disputent le pouvoir, Le Figaro, 6/03/14

5 L’Europe à l’épreuve de l’Ukraine, Libération, 11/12/13

6 L'Ukraine menacée d'éclatement, Le Figaro, 12/12/13

7 Seule une Ukraine fédérale garantira la paix, Le Monde, 5/5/14

8 L'UE craint l'éclatement du pays et repropose son accord commercial, Le Figaro, 24/02/14

9 L'Ukraine menacée d'éclatement, Le Figaro, 12/12/13

10 À Kiev, l'opposition en passe d'être dépassée par la colère des manifestants, Le Monde, 21/01/14

11 Les co-occurrents désignent le voisinage local d’un mot, les termes avec lesquels il apparaît le plus souvent.

12 Les oligarques contre l’Europe, Le Monde, 5/12/13

13 De l'envie d'Europe au soulèvement populaire : les raisons d'une escalade, Le Figaro, 24/01/14

14 Après l'Est, la crise ukrainienne s'étend à Odessa, Le Monde, 5/05/14

15 Moscou au centre du jeu entre Kiev et Bruxelles, Libération, 27/11/13

16 Les Occidentaux désarmés après le coup de force de Poutine en Crimée, 4/03/14

17 Nouvelle menace militaire de Moscou contre Kiev, 26/04/14

18 Seule une Ukraine fédérale garantira la paix, 5/05/14

19 Ruban de l'ordre de Saint-Georges, symbole de la « grande guerre patriotique » contre les nazis.

20 Sans la Russie, il manque quelque chose à l'Europe, Le Figaro, 8/03/14

21 À Kiev, l'opposition refuse la « vente » de l'Ukraine à la Russie, Le Monde, 10/12/13

22 Russophone, Ioulia Timochenko a appris l’ukrainien à l’âge adulte, dans l’objectif d’amorcer une carrière politique.

23 Place de l’indépendance à Kiev, en ukrainien Майдан Незалежності / Maïdan Nézalejnosti, où eurent lieu les manifestations et les affrontements de novembre 2013 à février 2014.

24 Ni objet du Kremlin, ni marionnette de l'Occident, Le Monde, 7/03/14.

25 Comment les ultranationalistes ukrainiens ont investi le mouvement pro-européen, Le Monde, 19/12/13

26 Ukraine – Russie, l’autre guerre, Le Monde, 1/04/14

27 La Russie maintient sa menace armée contre l'Ukraine », Le Monde, 17/03/14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexia Kis-Marck, « « De l’Est russophone et russophile à l'Ouest nationaliste et ukrainophone » : la construction des communautés linguistiques ukrainiennes dans la presse française  », Lengas [En ligne], 77 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://lengas.revues.org/797  ; DOI : 10.4000/lengas.797

Haut de page

Auteur

Alexia Kis-Marck

Université Paul-Valéry, Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org