Navigation – Plan du site

Communauté linguistique et identité régionale : le cas des Bosniaques du Sandjak

Comunautat lingüistica e identitat regionala : lo cas dels Bosniacs del Sandjak
Ksenija Djordjević Léonard

Résumés

Nous abordons, dans cette contribution, la situation sociolinguistique du Sandjak, région enclavée entre la Serbie et le Monténégro, peuplée majoritairement par des Bosniaques, de confession musulmane. Après avoir présenté les spécificités du Sandjak sur le plan géostratégique, à l’échelle des Balkans et au-delà, nous essaierons, dans un premier temps, de réfléchir aux éléments définitoires de l’identité de cette région : histoire, frontières, religion, appartenance ethnique et linguistique de ses habitants. Dans un deuxième temps, nous tenterons de cerner les contours de la communauté linguistique bosniaque dans sa dimension transfrontalière.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 A l’origine du nom de la région se trouve un nom commun – sancak –, qui désigne, en turc, une unité (...)
  • 2 L’expression identité régionale peut sembler neutre, mais dans le contexte balkanique, ce n’est pas (...)
  • 3 Pour J-A. Dérens et L. Geslin, on pourrait même parler d’un « paradoxe du Sandjak », car dans cette (...)

1Le Sandjak, ancienne entité administrative de l’Empire ottoman1, est une région montagneuse, aujourd’hui enclavée entre la Serbie et le Monténégro, peuplée majoritairement par des Bosniaques, de confession musulmane. N’ayant jamais constitué un Etat autonome, cette région a su néanmoins se forger une identité. Composite, complexe, à multiples facettes, l’identité régionale2 du Sandjak a été quelque peu ébranlée par les derniers conflits balkaniques dont le Sandjak est sorti tout de même moins affecté que les pays voisins3 (Bosnie, Kosovo).

2Quels sont les éléments définitoires de son identité ? La région du Sandjak et ses habitants semblent se définir et se reconnaitre en premier lieu par rapport à un territoire : justifié historiquement, d’un haut intérêt stratégique dans une zone aux frontières sensibles, le Sandjak est aujourd’hui une région clairement individualisée, composée de onze municipalités, partagées entre la Serbie et le Monténégro. En deuxième lieu, sa population se laisse également définir sur le plan ethno-confessionnel. Cette définition reste imparfaite, car tous les habitants du Sandjak ne sont pas musulmans – et lorsqu’ils le sont, ils n’appartiennent pas forcément au même courant de l’islam – ; ils ne se déclarent pas tous non plus comme des Bosniaques. Enfin, l’identité du Sandjak se construit en partie aujourd’hui autour de la communauté linguistique bosniaque. Les contours de cette communauté linguistique ne sont pas pour autant clairement définis dans cette région, où la langue minoritaire bénéficie d’une reconnaissance et d’une présence, certes incomplète, dans le système scolaire, mais celle-ci n’a pas fini de susciter les débats, notamment par rapport au nom de la langue enseignée (bosnien contre bosniaque).

3Après avoir présenté les spécificités du Sandjak sur le plan géostratégique, à l’échelle des Balkans et au-delà, nous essaierons, dans un premier temps, de réfléchir aux éléments définitoires de l’identité de cette région : histoire, frontières, religion, appartenance ethnique et linguistique de ses habitants. Dans un deuxième temps, nous tenterons de cerner les contours de la communauté linguistique bosniaque dans sa dimension transfrontalière. A cette fin, tout au long de ce texte, nous nous baserons sur un ensemble de publications récentes, aussi bien internationales (ex. celles de divers comités de défense des droits de l’homme) que locales (ex. rapports d’ONG basées à Novi Pazar, capitale régionale). Nous compléterons cette lecture de données de seconde main par une analyse de données de première main concernant cette communauté linguistique, à travers un corpus médiatique constitué par deux médias électroniques régionaux : Sandžak haber et Sandžak press.

4Cette étude de cas nous semble pouvoir apporter des réponses à la question comment se construit, se stabilise et même se déconstruit une communauté linguistique. Les flottements identitaires, aggravés par la crise économique et des querelles politiques locales qui affectent la vie quotidienne des Sandjaklis, sont propices au développement de mouvements radicaux et de réductionnismes en tous genres, qui pourraient finir par porter sur la définition même de cette communauté linguistique en situation à la fois transfrontalière et transculturelle.

1. Le Sandjak : une identité régionale à multiples facettes

  • 4 Quatre conflits ont marqué l’éclatement du pays : Slovénie (1991), Croatie (1990-1995), Bosnie (199 (...)

5Lorsque la Yougoslavie a commencé sa désintégration selon les coutures ethniques, les premières à vouloir quitter l’ensemble fédéral étaient les républiques et les provinces dont les habitants pouvaient se définir par rapport à une frontière administrative interne, une origine ethnique, une religion ou une langue ou variété linguistique plus ou moins clairement individuées. Les velléités et les déclarations d’indépendance, qui se sont succédé durant la dernière décennie du XXème siècle, ont été accompagnées au mieux par des tensions et des conflits, au pire par de véritables guerres4, parmi les plus sanglantes que l’Europe contemporaine ait connues. Tandis que les différentes régions ou villes yougoslaves, jusqu’alors pratiquement inconnues en dehors des Balkans, occupaient le devant de la scène médiatique européenne, et que l’opinion publique suivait les événements tragiques en Bosnie, en Croatie ou encore au Kosovo, d’autres régions connaissaient des difficultés dans ce contexte de troubles interethniques. Même si elles n’ont pas implosé, si ce n’est localement ou de façon sporadique, elles ont bénéficié d’une surveillance accrue et font l’objet encore aujourd’hui d’une attention particulière. C’est le cas du Sandjak.

6Le Sandjak est considéré aujourd’hui comme une région de prime importance sur le plan géostratégique, car son embrasement pourrait menacer la stabilité des Balkans, mais aussi de l’Europe. Situé d’une part entre la Serbie et le Monténégro, dont il fait d’ailleurs partie sur le plan administratif, et d’autre part, frontalier de la Bosnie, avec laquelle il entretient de longue date de nombreux liens culturels, le Sandjak semble aujourd’hui être, tout comme à l’époque du congrès de Berlin de 1878, qui l’a conforté dans son rôle de région frontalière, un « point saillant de la diplomatie européenne » (Garde 2004, 284). C’est dans ce contexte qu’il construit son identité régionale à multiples facettes.

1.1. Le territoire

  • 5 Parfois, on y trouve également la commune d’Andrijevica, située entre Plav et Berane.

7Le territoire du Sandjak – que nous avons considéré dans l’introduction comme le premier élément définitoire de l’identité régionale – n’a jamais bénéficié d’une autonomie réelle, comme par exemple le Kosovo ou la Voïvodine. Pourtant, ses frontières sont bien connues : en font partie les communes de Novi Pazar, Sjenica, Priboj, Prijepolje, Tutin et Nova Varoš en Serbie et de Pljevlja, Bijelo Polje, Berane, Rožaje et Plav5 au Monténégro. Considéré comme un véritable carrefour depuis des siècles, le Sandjak pourrait jouer encore aujourd’hui ce rôle s’il était moins enclavé ou s’il bénéficiait d’une image davantage positive. Si les voies de communication entre la Serbie et le Monténégro passent par cette région, ce n’est pas véritablement le cas pour l’axe est-ouest, entre la Bosnie et le Kosovo, ou au-delà, entre l’Europe occidentale et la Turquie. En outre, la position de carrefour du Sandjak n’est pas toujours évoquée dans un sens positif : « le Sandjak détient depuis longtemps la triste réputation d’être un carrefour de la criminalité » (Dérens & Geslin 2006). Si la réalité est toujours plus nuancée que l’image stéréotypée qui en est donnée, il n’en reste pas moins que ce territoire qui participe à la définition de l’identité régionale du Sandjak, est une zone grise, où aucun des deux pays qui se le partagent ne souhaite voir naître des crispations identitaires.

1.2. La religion

  • 6 Elle l’est devenue à l’époque ottomane, au moment où cette religion a remplacé les croyances plurie (...)

8La population du Sandjak est majoritairement musulmane6 – la religion fonctionnant également comme un facteur définitoire de l’identité régionale. Plus nombreux dans la partie située sur le territoire serbe que dans celle se trouvant au Monténégro, en dehors du Sandjak, les musulmans sont minoritaires dans ces deux pays. La situation est d’autant plus complexe que la politique nationale de l’ex-Yougoslavie entretenait une sorte de confusion entre l’appartenance ethnique et l’appartenance confessionnelle : les Musulmans – avec une majuscule –, avaient été considérés comme un peuple constitutif de la fédération, au même titre que les Serbes ou les Croates, par exemple, tandis que le mot musulman, écrit avec une minuscule, était réservé pour le domaine religieux. On pouvait donc être aussi bien Musulman et de religion musulmane, que Musulman et non croyant, tout comme on pouvait se déclarer comme Serbe, par exemple, et pratiquer l’islam. Après l’éclatement du pays, on a remplacé le terme de Musulman par le terme de Bosniaque, mais tous les anciens Musulmans ne se reconnaissent pas forcément dans cette dénomination : le dernier recensement, effectué en 2011 en Serbie, dénombre, par exemple, 145 278 Bosniaques et 22 301 Musulmans (Nacionalna pripadnost-Ethnicity 2011). Au Monténégro, le recensement de 2011 indique 53 605 Bosniaques et 20 537 Musulmans (Popis stanovništva, domaćinstava i stanova u Crnoj Gori 2011). Dans le Sandjak, les Bosniaques / Musulmans sont plus nombreux dans les communes proches du Kosovo que dans celles éloignées de la frontière kosovare.

  • 7 Il est peut-être intéressant de remarquer que bien avant cette prise de conscience de la radicalisa (...)
  • 8 Il s’agit de la traduction du terme islamska zajednica, sans aucune connotation politique ou idéolo (...)
  • 9 Celles-ci sont par ailleurs « "rénovées" selon les standards esthétiques en vogue dans le golfe Per (...)

9Dans le contexte actuel, compte tenu des conflits internationaux touchant ou impliquant les musulmans, et où l’on observe une certaine radicalisation dans les pratiques religieuses7, cet élément définitoire de l’identité régionale a pris de nouvelles formes. De surcroît, deux courants se sont opposés, et même parfois affrontés, dès 2007, dans la région : une communauté islamique8 dont le siège est à Belgrade et une autre dont le siège est à Sarajevo, chacune avec son représentant religieux et son arrière-plan politique. Parallèlement à ce conflit local, des mouvements radicaux apparaissent de nos jours et tentent d’imposer un mode de vie guidé par les préceptes d’un islam différent de celui qui a été pratiqué durant des siècles dans les Balkans. Selon A. Dérens et L. Geslin, à partir des années 1990, les signes d’un islam traditionnel, comme les turbe (mausolées) et les teke (couvents) de derviches soufis d’inspiration chiite, ont été remplacés par les mosquées9 (Dérens et Geslin 2006). Cependant, cette islamisation renforcée de la société, qui n’est pas propre seulement aux Balkans, est accompagnée d’un discours qui la condamne sans forcément chercher à en élucider les causes, ni souvent à démêler le vrai du faux dans les faits, parfois alarmistes, relatés par les médias.

1.3. La langue

10Nous avons proposé dans l’introduction de considérer la langue comme le troisième élément définitoire de l’identité régionale du Sandjak. La discussion, très politisée, autour de la langue bosnienne a pendant longtemps partagé l’opinion publique quant à sa reconnaissance officielle au niveau local (comme préalable à la mise en place de l’enseignement, par exemple), au type d’enseignement (enseigner la langue minoritaire comme option ou matière obligatoire), au contenu des manuels, et enfin, au nom de la langue elle-même (bosnien contre bosniaque). Le premier cours en bosnien dans le Sandjak, après l’éclatement de la Yougoslavie, a eu lieu dans la commune de Tutin, en 2004 (Džudžević 2005, 8). On pourrait s’attendre à ce qu’aujourd’hui cet enseignement soit généralisé dans les écoles de la région, dans les communes où les Bosniaques – minorité reconnue – sont majoritaires, mais, une décennie plus tard, ce n’est toujours pas le cas.

  • 10 Rappelons que la Serbie et le Monténégro ont été réunis dans un même Etat de 2003 à 2006, si bien q (...)

11L’un des motifs de discorde concernait le nom de la langue. Le choix qui a été fait en Bosnie-Herzégovine était de faire dériver le nom de la langue officielle du nom de l’Etat : Bosnie vs langue bosnienne. Dans le Sandjak, certains dirigeants, mais aussi certains linguistes serbes et monténégrins10, au milieu des années 2000, lorsque les débats sur la reconnaissance de cette langue minoritaire dans les communes du Sandjak et son enseignement dans les écoles régionales ont atteint leur point culminant, souhaitaient que le nom de la langue fût dérivé du nom du peuple : Bosniaques vs langue bosniaque (in Džudžević 2005, 175). Au-delà du nom de la langue, la question du contenu des manuels scolaires reste également un point épineux : de nombreux analystes soulignent la prépondérance de la culture majoritaire dans les manuels scolaires. Or, on attendrait des produits issus de la culture minoritaire, aussi bien didactiques que médiatiques, par exemple, qu’ils favorisent le pluralisme des points de vue exprimés, tout en gardant leur degré d’autonomie et d’indépendance.

  • 11 Ces deux médias, avec également Sandžak avaz et Sandžačke novine, ont fait l’objet d’une analyse co (...)

12Dans ce qui suit, nous essaierons de voir précisément comment les habitants et l’opinion publique du Sandjak se positionnent aujourd’hui par rapport à leur appartenance linguistique. Pour cela, nous avons choisi d’observer le rôle et la place des sujets et des débats linguistiques dans deux moyens d’information électroniques que sont Sandžak haber et Sandžak press11. Nous les avons choisis précisément parce que, outre leur importance au niveau local et un lectorat considérable pour chacun d’eux, ils ne représentent pas le même courant politique : Sandžak press est un média proche du moufti Muamer Zukorlić et de l’Union démocratique bosniaque de Sandjak (BDZS), tandis que Sandžak haber est proche du ministre Rasim Ljajić et du parti SDP (Parti social-démocrate) (Monitoring lokalnih web portala. Analiza naslova 2014). Les courants politiques sandjaklis ne sont pas épuisés avec ces deux partis et leurs représentants, de nombreux autres mouvements politiques, importants (par exemple, SDA - Partie de l’action démocratique) ou de taille plus modeste, existent et, d’une certaine manière, tout en contribuant à un relatif pluralisme des positions et des points de vue exprimés, accentuent les divisions au sein de la communauté bosniaque.

2. Communauté linguistique bosniaque transfrontalière

  • 12 Nous avons consulté et téléchargé les articles cités dans cette contribution durant la première sem (...)
  • 13 Ainsi, le 21 février 2013 – jour de la fête internationale de la langue maternelle – Sandžak haber (...)
  • 14 Serbe ou bosnien se réfèrent à deux variétés standard apparues suite à l’éclatement du serbo-croate (...)

13Dans les limites imposées par le cadre de ce travail, nous avons fait le choix de porter notre attention sur la période février 2013 - mai 2015. A travers une lecture des articles publiés dans deux importants médias régionaux durant les deux dernières années12, nous pensons être en mesure de montrer la cristallisation des débats autour d’une certaine identité nationale, dont l’un des éléments définitoires est précisément la langue. Nous avons choisi février 2013 comme point de départ pour nos observations, car le débat sur l’enseignement en bosnien dans les écoles du Sandjak a été ré-ouvert à cette époque13. Pour sélectionner notre corpus, nous avons utilisé le mot-clé langue (jezik en bosnien), en tant que prisme des débats et des enjeux sociolinguistiques actuels dans le Sandjak14, susceptibles de nous éclairer sur la notion de communauté linguistique.

  • 15 « Počinje nastava na bosanskom jeziku », Sandžak haber, 02/09/2013.
  • 16 « Masovni bojkot roditelja protiv koncepta bosanskog jezika u školama », Sandžak haber, 30/05/2013.
  • 17 « Nepravilnosti u HISTORIJI za šesti razred osnovne skole na bosanskom jeziku », Sandžak haber, 28/ (...)
  • 18 « Još jedan skandal - Džudžo preveo Svetog Savu, Božić i Isusa Hrista na Bosanski jezik u udžbeniku (...)
  • 19 « Skandalozno : pogledajte sta bošnjačka djeca uče na bosanskom jeziku u školama », Sandžak press, (...)
  • 20 « Turski jezik među "deset najvažnijih jezika budućnosti" », Sandžak press, 20/11/2013.
  • 21 « TRT - Udruženje Turaka u Srbiji traži uvođenje turskog jezika u osnovnim školama », Sandžak haber(...)
  • 22 « Besplatni kursevi turskog jezika », Sandžak press, 03/02/2015 ; « Osnovci uče turski jezik », San (...)

14Le journal Sandžak haber laisse beaucoup de place aux questions linguistiques entre février 2013 et mai 2015. Une partie importante de ses textes aborde la question de l’enseignement de la langue bosnienne, que ce soit à travers le débat sur le respect du droit de chaque minorité à suivre une éducation dans sa langue maternelle, ou celui sur le contenu des manuels en usage ou en préparation. Ces débats sont intéressants, car ils illustrent les difficultés auxquelles est confrontée une communauté minoritaire aux contours indéfinis, dans une société fortement polarisée. A l’euphorie des uns après le premier cours de bosnien (« L’enseignement en bosnien commence »15) s’oppose l’incompréhension des autres, dont certains parents d’élèves, qui considèrent que cette réforme n’a pas été préparée de façon sereine et impartiale (« Le boycott massif des parents contre le concept du bosnien dans les écoles »16). Les points de discorde concernant cette réforme éducative sont allés jusqu’à des procès contre les directeurs d’établissement qui n’avaient pas ouvert les classes en bosnien, considérant que les conditions n’étaient pas réunies (enseignants formés, manuels finalisés). On assista également à des grèves lancées par les lycéens de Novi Pazar, qui boycottaient les cours en serbe à la rentrée 2013. En ce qui concerne le contenu des manuels, certains articles sont très explicites, comme par exemple celui intitulé « Irrégularités dans le manuel d’histoire en bosnien pour la 6ème classe du primaire »17. L’irrégularité observée par l’auteur de ce texte concerne la charte du ban de Bosnie Kulin, écrite en 1189, en alphabet nommé bosančica, qui, dans le manuel, est présenté comme un document écrit en serbe et en cyrillique. Ce débat a été suivi d’un autre, évoqué dans le texte « Encore un scandale – Džudžo a traduit Saint Sava, Noël et Jésus Christ en bosnien dans le manuel d’éducation musicale »18. La présence des éléments relatifs à la culture chrétienne est considérée comme scandaleuse dans un manuel destiné aux élèves musulmans. La colère de la communauté musulmane a été exprimée également à cause d’un dessin du prophète dans le manuel d’histoire (« Scandaleux : regardez ce que les enfants bosniaques apprennent en bosnien dans les écoles »19). Enfin, il nous semble intéressant de remarquer qu’un nombre non négligeable d’articles publiés sur ce portail web est consacré à la langue turque. Les liens entre les populations musulmanes des Balkans et la Turquie n’ont rien de surprenant dans une région dont l’histoire est étroitement liée à l’empire ottoman, mais il semblerait que ce lien se renforce davantage aujourd’hui. La connaissance de la langue turque est valorisée (« Le turc parmi les "dix langues les plus importantes dans l’avenir" »20), son apprentissage souhaité par les Turcs de Serbie (« TRT - l’Association des Turcs en Serbie demande l’enseignement du turc dans le primaire »21), et les conditions pour l’apprentissage de cette langue sont présentées comme très favorables (« Cours gratuits de turc », « Les élèves du primaire apprennent le turc »22).

  • 23 « Otvoren Konkurs za letnji kurs jezika u Turskoj », Sandžak press, 21/05/2013.
  • 24 « Basplatan kurs turskog jezika », Sandžak press, 03/12/2014.
  • 25 « BNV : Uvođenje časova turskog jezika u škole interes građana Sandžaka », Sandžak press, 06/04/201 (...)
  • 26 « MOK organizira "kurs arapskog jezika za žene" », Sandžak press, 27/11/2014. MOK est le sigle du C (...)
  • 27 Il s’agit d’un poème ludique qui aborde les différences de sexe entre enfants, et notamment celle l (...)
  • 28 « BKZ poziva roditelje Bošnjake da se izjasne za obrazovanje svoje djece na bosanskom jeziku », San (...)
  • 29 « BKZ : Da se Rasim Ljajić i SDP izjasne da li im je maternji jezik bosanski », Sandžak press, 31/0 (...)
  • 30 [povjesna paradigma kontinuiteta kulturne i nacionalne samobitnosti Bošnjaka-muslimana], « Bosanski (...)
  • 31 « Elfić : Protiv sam da Bošnjacka djeca imaju posebnu nastavu na bosanskom jeziku », Sandžak press, (...)
  • 32 « Potpredsjednik Bulić na naučnom skupu u Podgorici : "Jezik Bošnjaka u Crnoj Gori" », Sandžak pres (...)

15Le média électronique Sandžak press, durant la période février 2013 - mai 2015, a également laissé une large place aux questions linguistiques. Les thèmes déjà mentionnés (éducation, manuels scolaires et langue turque) sont abondamment présents dans ce corpus. Concernant les liens avec le monde musulman et ses grandes langues de culture (arabe, turc), on y apprend, par exemple, que la Turquie propose des bourses pour les élèves qui souhaitent apprendre la langue turque dans les cours d’été (« Ouverture du concours pour les cours d’été de langue, en Turquie »23, « Cours gratuits de turc »24, « BNV : L’enseignement du turc dans les écoles dans l’intérêt des habitants du Sandjak »25), ou même que les cours d’arabe sont proposés aux femmes au sein de la Faculté d’études islamiques (« MOK organise le cours de langue arabe pour les femmes »26). Tout comme dans Sandžak haber, le contenu de certains manuels est contesté (« Les enfants bosniaques scolarisés en serbe vont apprendre le poème "Piša" »27). Les conflits locaux transpirent à travers les textes, notamment sur le rôle du Conseil national bosniaque, qui a mené le travail préparatoire à l’introduction de la langue bosnienne dans les écoles régionales, travail contesté par l’Association culturelle bosniaque (« ACB invite les parents Bosniaques de se positionner pour l’éducation de leurs enfants en bosnien »28), ou encore la position de certains leaders sandjaklis en poste à Belgrade (« ACB : Que Rasim Ljajić et SDP disent si leur langue maternelle est le bosnien »29). On trouve également sur ce portail web des textes d’auteurs, dont certains valorisent l’histoire de la langue bosnienne la considérant comme « un paradigme historique de la continuité de l’existence culturelle et nationale des Bosniaques-musulmans » (« Bosnien – passé, présent et futur »30), mais aussi des avis divergents, notamment sur le risque de séparation et de ségrégation entre enfants scolarisés dans des classes séparées, alors qu’ils parlent des langues très proches et partagent en grande partie la même culture (« Elfić : Je suis contre l’éducation séparée en bosnien pour les enfants bosniaques »31). Le Sandžak press consacre également une partie de ses textes à la situation dans la partie monténégrine du Sandjak, à travers la présentation de leur langue (« Vice-président Bulić lors du colloque à Podgorica : "La langue des Bosniaques au Monténégro" »32), ainsi qu’à tout ce qui concerne les Bosniaques et leur langue, aussi bien en Bosnie-Herzégovine, au Kosovo, qu’ailleurs dans le monde.

16Ce survol des deux principaux sites n’est qu’un aperçu des questions émergentes dans la région du Sandjak, en relation avec le thème traité ici, de la construction des communautés linguistiques. Une enquête plus approfondie serait certes nécessaire, mais elle ne prendrait tout son sens qu’avec un éventail plus large de situations analogues, en zones frontalières et en contexte pluriconfessionnel.

Conclusion 

  • 33 [kao podrivanje i fragmentacija nacionalnog identiteta i pretnja zamišljenom jedinstvu nacije].

17La promotion des identités régionales dans les Balkans est souvent vécue « comme la sape et la fragmentation de l’identité nationale ou encore la menace vis-à-vis d’une imaginaire unité de la nation »33 (Biserko 2008, 6). Cependant, c’est peut-être précisément le fait que les revendications de la minorité bosniaque du Sandjak sont restées cantonnées dans la sphère régionale qui explique que cette région a su préserver un certain équilibre au moment où les Balkans étaient en flammes. Les occasions d’escalade des conflits ne manquaient pas, et pourtant, cela ne s’est pas produit. En revanche, on a assisté aux querelles politiques locales, à l’apparition de certains mouvements extrémistes, dans un contexte de crise économique et de fragilisation de repères identitaires. Tout cela a contribué forcément à une cristallisation des débats touchant à l’identité autour de quelques éléments identitaires forts, comme la question de la langue parlée par la communauté linguistique bosniaque du Sandjak. Mais que faut-il concevoir par ce terme et doit-il être utilisé dans ce cas précis ?

18Avant tout, il faudrait rappeler que la communauté linguistique est un « objet abstrait, et construit tant par les individus que par le chercheur » (Baggioni et al. 1997, 93), et en tant que tel, il reste difficilement saisissable. Nous devons une définition opératoire de la communauté linguistique à W. Labov, pour qui un ensemble de normes unifie une communauté. Il aboutit à cette définition notamment grâce aux tests de réactions subjectives réalisés à New York : même si les locuteurs ne réalisent pas les formes caractéristiques des marques de prestige, ils sont capables de les reconnaître. Il écrit par conséquent : « Il serait faux de concevoir la communauté linguistique comme un ensemble de locuteurs employant les mêmes formes. On la décrit mieux comme étant un groupe qui partage les mêmes normes quant à la langue » (Labov 1976, 228). Cette définition classique s’enrichit à chaque fois lorsqu’on la soumet à l’épreuve du terrain. Le cas de la minorité bosniaque du Sandjak représente bien une communauté linguistique hétérogène – comme l’est chaque communauté linguistique –, mais dotée d’une dimension transfrontalière et transculturelle. Mais ce qui la définit est peut-être moins la langue qu’une réalité sociale aussi riche que complexe à appréhender. Par ailleurs, la citation de William Labov permet de recentrer sur ce concept clé pour le (socio)linguiste, qu’est la notion de norme – car la complexité des phénomènes relevant de la polarisation idéologique, que nous avons évoqués précédemment, relève surtout du champ de recherches du sociologue. De ce point de vue, on voit que les questions liées à la dénomination de la langue, aux contenus des manuels scolaires, à des questions de représentations sémiotiques, prennent le pas sur les débats concernant la norme sociolinguistique. C’est de toutes façons la variété bosnienne, de la Bosnie voisine, qui est appelée à se substituer à la variété majoritaire – serbe ou monténégrine. Le cas de la communauté linguistique bosniaque du Sandjak correspond donc à un paradigme émergent depuis plusieurs décennies, dans le cadre des résurgences identitaires (voire identitaristes) : la communauté idéologique, qui se définit davantage par une dynamique de polarisation et une hiérarchisation radicale des éléments culturels, dans des complexes de représentations dans lesquels la langue, ou la norme locale, ne constitue pas nécessairement un élément central.

Haut de page

Bibliographie

Baggioni, Daniel, Moreau, Marie-Louise & de Robillard, Didier, 1997, in Marie-Louise Moreau (éd.), Sociolinguistique. Concepts de base, Sprimont, Mardaga, 88-93.

Biserko, Sonja, 2008, « Sandžak : identitet i nedavna prošlost », in Sandžak : identitet u procepu starog i novog, Beograd, Helsinški odbor za ljudska prava, 6-21.

Dérens, Jean Arnault & Geslin, Laurent, 2006, « Le Sandjak de Novi Pazar », Le Courrier des pays de l’Est 6/2006, 1058, 78-93.

Djordjević Ksenija, 2004, « Serbo-croate. Combien de langues ? », in Henri Boyer (dir.), Langues et contact de langues dans l’aire méditerranéenne, Paris, L’Harmattan, p. 199-2009.

Džudžević, Esad, 2005, Bosanski jezik ili pravo na identitet, Tutin, Centar za bošnjačke studije.

Garde, Paul, 2004, Le discours balkanique. Des mots et des hommes, Paris, Fayard.

Identitet Sandžaka, 2008, Konferencija Helsinškog odbora za ljudska prava, Novi Pazar, 20-23 jun 2008.

Kuhrević, Murat, 2005, « Bošnjaci Sandžaka », in Zbornik Sjenice, 15-16, 2004-2005, 117-127.

Labov, William, 1976, Sociolinguistique, Paris, Les éditions de Minuit.

Monitoring lokalnih web portala. Analiza naslova, 2014, Novi Pazar, Sandžački odbor za zaštitu ljudskih prava i sloboda, http://www.helsinki.org.rs/serbian/sandzak.html.

Nacionalna pripadnost - Ethnicity, 2012, Beograd, Republički zavod za statistiku.

Popis stanovništva, domaćinstava i stanova u Crnoj Gori 2011. godine, Crna Gora, Zavod za statistiku.

Haut de page

Notes

1 A l’origine du nom de la région se trouve un nom commun – sancak –, qui désigne, en turc, une unité administrative de second rang (Garde 2004, 283). Ce nom commun d’origine turque a ensuite donné, en serbo-croate, le nom propre – Sandžak –, qui est utilisé aujourd’hui.

2 L’expression identité régionale peut sembler neutre, mais dans le contexte balkanique, ce n’est pas toujours le cas. A. Bošković remarque, avec raison, que les identifications identitaires à une région sont toujours considérées comme un danger potentiel dans les pays des Balkans (in Identitet Sandžaka 2008, 5).

3 Pour J-A. Dérens et L. Geslin, on pourrait même parler d’un « paradoxe du Sandjak », car dans cette région « les arrangements politicomafieux ont toujours su prendre le pas sur les crispations identitaires » (Dérens & Geslin 2006).

4 Quatre conflits ont marqué l’éclatement du pays : Slovénie (1991), Croatie (1990-1995), Bosnie (1992-1995) et Kosovo (1999). La Slovénie a été la première entité yougoslave à se déclarer indépendante (le 25 juin 1991), le Kosovo – province jusqu’alors serbe – a proclamé son indépendance le 17 février 2008. Cette déclaration a rendu officiel un projet de longue date, auquel s’est opposé la Serbie, avec les moyens militaires dans le passé (ce qui lui a valu les bombardements de l’OTAN), puis diplomatiques aujourd’hui (la Serbie ne reconnaît toujours pas l’indépendance du Kosovo).

5 Parfois, on y trouve également la commune d’Andrijevica, située entre Plav et Berane.

6 Elle l’est devenue à l’époque ottomane, au moment où cette religion a remplacé les croyances plurielles, le catholicisme et l’orthodoxie, et où elle s’est imposée définitivement en tant que « l’appartenance religieuse des Bosniaques du Sandjak » [vjersko određenje sandžačkih Bošnjaka] (Kahrović 2005, 121).

7 Il est peut-être intéressant de remarquer que bien avant cette prise de conscience de la radicalisation accélérée d’une partie des pratiquants de l’islam, qui caractérise l’époque actuelle, en Yougoslavie, dans le discours politique et médiatique, on brandissait la menace d’un « fondamentalisme islamique », dont on disait apercevoir les racines en Bosnie, au Kosovo et dans le Sandjak, autrement dit, partout où les populations musulmanes étaient majoritaires.

8 Il s’agit de la traduction du terme islamska zajednica, sans aucune connotation politique ou idéologique.

9 Celles-ci sont par ailleurs « "rénovées" selon les standards esthétiques en vogue dans le golfe Persique, qui proscrivent notamment les fresques et les motifs figuratifs, caractéristiques de l’islam ottoman des Balkans » (Dérens & Geslin 2006).

10 Rappelons que la Serbie et le Monténégro ont été réunis dans un même Etat de 2003 à 2006, si bien que les débats sur le Sandjak à cette époque concernaient l’ensemble du territoire qui se trouve aujourd’hui partagé entre ces deux pays. 

11 Ces deux médias, avec également Sandžak avaz et Sandžačke novine, ont fait l’objet d’une analyse contrastive par le Comité du Sandjak pour la protection des droits et des libertés de l’homme, qui a mis en lumière le fait que, quelle que soit la position politique du journal et son portail web, l’essentiel des informations se cristallise autour de l’identité nationale ou religieuse, chaque acteur se présentant comme le seul légitime pour défendre et protéger ces éléments identitaires (cf. Monitoring lokalnih web portala. Analiza naslova 2014).

12 Nous avons consulté et téléchargé les articles cités dans cette contribution durant la première semaine du mois de mai 2015, notamment en puisant dans les archives de chaque portail web.

13 Ainsi, le 21 février 2013 – jour de la fête internationale de la langue maternelle – Sandžak haber a publié un texte intitulé « A partir d’aujourd’hui, le bosnien est enseigné dans le Sandjak » [Od danas, bosanski jezik u Sandžaku], dans lequel on apprend que ce jour marque le début de l’enseignement expérimental de la matière intitulée « Langue et culture bosniennes », censé être généralisé en septembre de la même année, au même titre que l’enseignement d’autres matières, soit à travers les manuels enrichis par le contenu « national » (ex. histoire, arts plastiques), soit à travers les traductions (ex. mathématiques, physique).

14 Serbe ou bosnien se réfèrent à deux variétés standard apparues suite à l’éclatement du serbo-croate qui a succédé aux guerres des Balkans des années 1990 et à la dissolution de l’ex-Yougoslavie. Cf. Djordjević 2004.

15 « Počinje nastava na bosanskom jeziku », Sandžak haber, 02/09/2013.

16 « Masovni bojkot roditelja protiv koncepta bosanskog jezika u školama », Sandžak haber, 30/05/2013.

17 « Nepravilnosti u HISTORIJI za šesti razred osnovne skole na bosanskom jeziku », Sandžak haber, 28/09/2014.

18 « Još jedan skandal - Džudžo preveo Svetog Savu, Božić i Isusa Hrista na Bosanski jezik u udžbeniku iz muzičkog », Sandžak haber, 11/10/2014.

19 « Skandalozno : pogledajte sta bošnjačka djeca uče na bosanskom jeziku u školama », Sandžak press, 25/10/2014.

20 « Turski jezik među "deset najvažnijih jezika budućnosti" », Sandžak press, 20/11/2013.

21 « TRT - Udruženje Turaka u Srbiji traži uvođenje turskog jezika u osnovnim školama », Sandžak haber, 11/09/2014. TRT est le sigle de la télévision turque.

22 « Besplatni kursevi turskog jezika », Sandžak press, 03/02/2015 ; « Osnovci uče turski jezik », Sandžak haber, 25/02/2015.

23 « Otvoren Konkurs za letnji kurs jezika u Turskoj », Sandžak press, 21/05/2013.

24 « Basplatan kurs turskog jezika », Sandžak press, 03/12/2014.

25 « BNV : Uvođenje časova turskog jezika u škole interes građana Sandžaka », Sandžak press, 06/04/2015. BNV est le sigle du Conseil national bosniaque (Bošnjačko nacionalno vijeće).

26 « MOK organizira "kurs arapskog jezika za žene" », Sandžak press, 27/11/2014. MOK est le sigle du Club de la jeunesse musulmane (Muslimanski omladinski krug).

27 Il s’agit d’un poème ludique qui aborde les différences de sexe entre enfants, et notamment celle liée à l’anatomie des filles et des garçons. Le contenu est jugé contraire à la « culture religieuse, morale et nationale des Bosniaques du Sandžak » [vjerskom, moralnom i nacionalnom kulturom Bošnjaka Sandžaka], Sandžak press, 03/09/2014.

28 « BKZ poziva roditelje Bošnjake da se izjasne za obrazovanje svoje djece na bosanskom jeziku », Sandžak press, 22/05/2013. BKZ est le sigle de l’Association culturelle bosniaque (Bošnjačka kulturna zajednica).

29 « BKZ : Da se Rasim Ljajić i SDP izjasne da li im je maternji jezik bosanski », Sandžak press, 31/05/2013.

30 [povjesna paradigma kontinuiteta kulturne i nacionalne samobitnosti Bošnjaka-muslimana], « Bosanski jezik – prošlost, sadašnjost i budućnost », Sandžak press, 14/10/2013.

31 « Elfić : Protiv sam da Bošnjacka djeca imaju posebnu nastavu na bosanskom jeziku », Sandžak press, 10/01/2014.

32 « Potpredsjednik Bulić na naučnom skupu u Podgorici : "Jezik Bošnjaka u Crnoj Gori" », Sandžak press, 03/04/2013.

33 [kao podrivanje i fragmentacija nacionalnog identiteta i pretnja zamišljenom jedinstvu nacije].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ksenija Djordjević Léonard, « Communauté linguistique et identité régionale : le cas des Bosniaques du Sandjak  », Lengas [En ligne], 77 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://lengas.revues.org/807  ; DOI : 10.4000/lengas.807

Haut de page

Auteur

Ksenija Djordjević Léonard

EA-739 Dipralang, Université Paul-Valéry, Montpellier

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org