Navigation – Plan du site

Le concept de « communauté linguistique » face à la réalité du terrain

Lo concèpte de comunautat lingüistica acarat a la realitat del terren
Carmen Alén Garabato et Alexia Kis-Marck

Texte intégral

1Pour le sociolinguiste, la notion de communauté linguistique est un point d’ancrage essentiel pour l’observation et l’analyse des phénomènes linguistiques et sociaux car c’est au sein de cet espace de pratiques/usages et de représentations partagées, socialement structuré, qu’il est en mesure d’analyser le rapport entre langues et sociétés. Comme le souligne Martinet (1969 : 130), « la notion de communauté linguistique est non seulement utile, mais inévitable dans notre discipline dès qu’une langue est conçue comme un instrument de communication s’adaptant aux besoins du groupe qui l’utilise : "communication" implique "communauté" ». Centrale mais néanmoins complexe ; aussi évidente et acquise qu’elle puisse sembler de prime abord, la notion de communauté linguistique est difficile à définir. Sa nature, son étendue, ses limites varient en effet en fonction de ce que l’on considère comme commun aux individus (une langue ? une langue additionnée d’un ou plusieurs autres critères ?), en fonction de ceux qui la définissent ou qui la décrivent (ses membres, les chercheurs, les membres d’une autre/ d’autres communauté/s linguistique/s, les médias ?) et parce qu’un même individu pourra inévitablement, selon le ou les critère/s choisi/s, appartenir à une ou plusieurs communauté/s. Face à la variété des situations linguistiques et des critères sélectionnés pour les décrire, les contours de la communauté linguistique dans laquelle le sociolinguiste devrait « ancrer l’étude du langage » (Boutet et Heller 2007 : 306) semblent parfois plus symboliques que réels. Ouvrons donc ce dossier dédié à la notion par un petit tour d’horizon des questions qu’elle soulève.

2Dans son acception la plus simple et la plus évidente, une communauté linguistique pourrait être définie comme un groupe de personnes parlant la même langue. C’est dans ce sens en effet que Bloomfield définissait la communauté de langue (Speech Community), comme un « ensemble de locuteurs qui agissent au moyen du discours » (1970 : 44). Mais cette définition est inopérante pour décrire la réalité d’un groupe de locuteurs qui, s’il partage le même code linguistique, n’en demeure pas moins travaillé par la variation géographique, sociale, professionnelle et par la variété des situations de communications qu’il peut rencontrer. On sait aujourd’hui l'influence des facteurs sociaux sur la diversification des pratiques et des formes linguistiques. Fishman (1971 : 43-49) mettait l’accent sur la présence de différents registres qui coexistent très souvent à l’intérieur d’une communauté linguistique et qui rend caduque ainsi l’idée du partage d’une « même » langue : la langue parlée par un individu n’est jamais strictement la même que celle parlée par un autre (n’en déplaise à Saussure). Sans compter que la communauté, aussi unilingue qu’elle puisse paraître, se laisse néanmoins traverser par d’autres langues (nationales, régionales, étrangères…) et que tout ou partie des membres d’une communauté peut disposer de plusieurs langues, à l'égard desquelles leurs attitudes peuvent également être variables. À quelle communauté linguistique appartiennent alors les locuteurs ? Ne serait-ce pas l’individu, plus que la langue, qui détermine son appartenance à une ou plusieurs communautés ? C’est ce que semble sous-entendre Louis-Jean Calvet (2005 : 83-84) lorsqu’il cite l’exemple d’un citoyen sénégalais dont la langue maternelle est le peul, la langue véhiculaire le wolof et la langue officielle de son pays le français, que sa réalité est trilingue, et que selon les moments de sa vie quotidienne, les situations de communication, il va s’insérer dans l’une ou l’autre de ces communautés. L’individu, ici, détermine son appartenance à une communauté linguistique en fonction de la situation sociale ou de communication dans laquelle il se trouve. Cette idée rejoint celle portée par Gumperz et Hymes (1972 : 35-71) qui investissent la notion d’une fonction sociale : ce serait moins l’usage d’une langue qui définirait la communauté linguistique que la manière dont ses membres feraient interagir les langues en contact en fonction des rôles qu’ils ont à tenir dans la vie sociale. L’individu, disposant d’un répertoire à plusieurs codes linguistiques, jonglerait ainsi de l’un à l’autre et, s’adaptant à la situation en optant pour le code approprié au contexte, passerait ainsi d’une communauté à l’autre. Nous pourrions donc dire qu’un individu appartiendrait en substance à plusieurs communautés. Cette idée nous amène à considérer la distinction entre l’appartenance et la participation à une communauté linguistique, évoquée par Hymes (1974 : 50) : tous les locuteurs d’une langue font partie du vaste ensemble des locuteurs de cette langue mais la variété de la langue utilisée dans un certain contexte ou dans la région où ils habitent délimiterait plus précisément la communauté dont ils sont membres.

3Cette question de l’appartenance conduit à une nouvelle interrogation : le fait de parler telle ou telle langue suffit-il à faire naître le sentiment d’appartenir à une communauté ? La conscience d’appartenance de ses membres nous semble constituer un critère essentiel pour définir ce que peut être une communauté linguistique. Mais comment évaluer et percevoir le sentiment d’appartenance chez les locuteurs pour lesquels il est souvent difficile de faire la part des choses entre leurs pratiques linguistiques réelles et la représentation qu’ils en ont ? Puisque la langue ne semble pas suffire à définir une communauté et qu’il est complexe d’interroger la conscience des individus, la question se pose de savoir si la communauté linguistique, malgré les différentes descriptions qui en sont faites, est une réalité sociale observable et non une unité virtuelle. Celle-ci n’est-elle pas toujours « construite » et imaginée par celui qui la décrit ? Est-ce l’auteur de sa description qui, en observant et en sélectionnant un ou plusieurs éléments partagés, définit le groupe ? Ou bien les membres d’une communauté peuvent-ils eux-mêmes se définir et délimiter ses contours ? Autrement dit, il nous faut nous demander comment ces mêmes membres déterminent leur appartenance à une ou plusieurs communauté(s) linguistique(s).

4Une réponse rapide invoque le rôle du territoire : on conçoit avant tout la communauté linguistique comme une entité localisée géographiquement. Et il est vrai que c’est dans cette direction que vont la plupart des études sociolinguistiques décrivant des pratiques linguistiques attachées à certains pays du monde, à certaines régions, à certains villagesmême. Cette idée de lieu (Baggioni et al. : 1997 : 89), d’espace linguistique, que constituerait la communauté linguistique soulève toutefois quelques questions : où commence et où s’arrête-t-elle ? L’espace des langues correspond rarement à des entités administratives ou étatiques fixes : on peut rencontrer plusieurs langues dans un territoire, même réduit, et au contraire, une langue s’exporte et s’utilise dans plusieurs autres lieux, aussi éloignés soient-ils. À l’heure de la mobilité et du plurilinguisme, le changement de territoire impliquerait-il alors un changement de communauté linguistique ? Quelle serait alors la durée d’appartenance à une communauté ?

  • 1 Document signé à Barcelone en juin 1996 par l'UNESCO, les PEN clubs et divers organismes non gouver (...)

5Une définition de la communauté linguistique, qui se veut univoque, a été apportée par la Déclaration Universelle des droits linguistiques1, qui

entend par communauté linguistique toute société humaine qui, installée historiquement dans un espace territorial déterminé, reconnu ou non, s’identifie en tant que peuple et a développé une langue commune comme moyen de communication naturel et de cohésion culturelle entre ses membres.

6Cette même Déclaration fait la différence entre « communauté linguistique » et « groupe linguistique », dont les droits ne sont pas identiques, défini comme

tout groupe social partageant une même langue installé dans l’espace territorial d’une autre communauté linguistique mais n’y ayant pas d’antécédents historiques équivalents.

7Ces définitions, bien que probablement opératives juridiquement, ne sont pas suffisantes pour le sociolinguiste car (pour les besoins d’un texte à caractère universel), elles négligent la complexité des situations de contact de langues et de communautés (ou de groupes) et les dynamiques engendrées par ces contacts. Dynamiques soumises aux représentations sociolinguistiques qui pèsent d’un poids très lourd dans la gestion civile et/ou institutionnelle de telles situations (cf. Boyer 2003) et qui, en définitive conditionnent l’existence même de ces groupes et/ou communautés.

8Etant donné les considérations soulevées au cours de ce parcours définitionnel, on pourrait dégager un consensus a minima entre les sociolinguistes : on reconnaît aujourd’hui que l’utilisation de la langue parlée sur le territoire d’origine ne suffit plus à définir une communauté linguistique et que pour pouvoir considérer qu’ils forment une communauté, il est nécessaire que les locuteurs partagent autre chose que des compétences linguistiques. Plusieurs autres critères doivent être pris en compte et notamment l’importance des représentations partagées par le groupe. Labov (1976 : 338) affirmait ainsi qu’ « il serait faux de concevoir la communauté linguistique comme un ensemble de locuteurs employant les mêmes formes. On la décrit mieux comme étant un groupe qui partage les mêmes normes quant à la langue ». Même s’il semble difficile de saisir les attitudes, les valeurs, les images qui sont affectées (implicitement et explicitement) aux pratiques linguistiques et à leurs formes, cette idée que la communauté serait aussi définie par des représentations sociolinguistiques, mais aussi sociales, que partageraient ses membres, semble s’être imposée aujourd’hui.

9En plus d’un imaginaire collectif, partagé par le groupe, d’autres facteurs sont aujourd’hui intégrés dans la description de communautés linguistiques ; que ces critères soient définis par le chercheur, les médias ou par les membres eux-mêmes. Le sentiment d’appartenir à une communauté nationale, s’il s’est formé originellement autour de la langue, peut également être renforcé par le partage d’une religion ou d’une confession, d’une idéologie politique, d’un mode de vie, d’un système économique, de rites ou de mœurs. Dans certaines communautés, l'homogénéité des répertoires linguistiques est un facteur admissible de l'appartenance de ses membres ; dans d'autres cas, on fera aussi appel à l'histoire, aux critères géographiques ou politiques pour les définir et les circonscrire.

  • 2 Cette question a été soulevée par plusieurs chercheurs (cf. Bretegnier 2010, Biichlé et Abouzaïd 20 (...)

10Polysémique et protéiforme, faut-il pour autant abandonner la notion de communauté linguistique2 ? Aussi complexe soit-elle à définir et à délimiter, la communauté linguistique et le sentiment d’appartenance qu’elle induit n’en jouent pas moins un rôle essentiel dans la construction identitaire des individus ; elle aide à se reconnaître des solidarités d'attitudes, de jugements, de comportements. Il semble donc que ce soit dans l’observation de cas concrets, dans la description de communautés qu’on perçoit le mieux ce qu’elle signifie, dans l’étude de sa variabilité qu’on parvient le mieux à délimiter ses contours. Car la communauté linguistique semble être constituée d’éléments partagés, variables, qu'il conviendra chaque fois et au cas par cas, de déterminer. C’est la direction prise par ce dossier de Lengas qui présente des études de cas où la notion de communauté linguistique ne va pas de soi. Les contributions soumises, centrées sur des terrains concrets, font état d’une réflexion autour des pratiques/usages et des représentations sociolinguistiques en proposant un éclairage sur différents aspects de la communauté linguistique : sa construction (rôle de l’école, de l’Etat, des médias), son rapport avec la société, la religion, sa différence avec les notions de communauté ethnique ou de groupes linguistiques.

11Ce dossier est le résultat des réflexions menées au sein de l’axe Sociolinguistique et Anthropologie des pratiques linguistiques du Laboratoire DIPRALANG (EA 739) et naît notamment d’une séance de travail doctoral centrée sur la notion de communauté linguistique à laquelle se voient confrontés dans le cadre de leurs recherches un bon nombre de jeunes doctorants de l’équipe : quel/s critère(s) adopter pour délimiter le/les terrain(s), la/les population(s) et l’/les échantillon(s) sur lesquels ancrer leur étude ?

  • 3 Ces travaux ont fait l’objet d’une double évaluation anonyme à laquelle ont participé, outre les co (...)

12Les articles présentés diversifiés quant aux terrains, aux situations sociolinguistiques et aux corpus analysés, sont issus de recherches doctorales (parfois en cours) de jeunes chercheurs et aussi de travaux de chercheurs confirmés de l’EA 7393. Ils s’appuient pour la plupart sur des enquêtes de terrain et notamment de corpus d’entretiens semi-dirigés auprès des membres des communautés (linguistiques) analysées : il s’agit alors de déterminer comment les membres de ces communautés complexes définissent leur identité et l’identité du groupe avec lequel ils s’identifient (et/ou avec lequel on les identifie) : les Kurdes dans l’article d’N. Ali Hussein, les Algériens dans celui de C. Dahou, les Kanaks auxquels s’intéresse F. Roche ou les Indiens sur lesquels porte l’article de M. Joshi. Deux articles fondent leurs réflexions sur des corpus documentaires : K. Djordjevic Léonard s’intéresse aux Bosniaques du Sandjack et analyse des publications récentes internationales et locales ainsi que des médias électroniques régionaux (médias dont on connait l’importance dans les processus de construction et de cohésion des identités) et A. Kis-Marck situe ses observations à l’extérieur de la communauté qu’elle étudie, l’Ukraine, afin de confronter les hétéro-représentations de la fracture en deux communautés linguistiques fabriquées et diffusées par les médias français (selon leur propre imaginaire ethnosociolinguistique), avec la réalité du terrain bien plus complexe.

13On pourra observer à la lecture de tous ces travaux sur divers terrains que la notion de « communauté/s linguistique/s » est associée à celle d’autres « communautés » : rattachées à un territoire (communauté régionale / locale…), définies par des croyances (communauté religieuse/musulmane/ Bene Israël) et/ou en rapport avec les appartenances ethniques voire de caste. La question de l’identité (linguistique, nationale, politique, régionale, religieuse…) apparaît comme un élément central dans un nombre important des cas traités : une identité souvent conflictuelle, perturbée par des péripéties historiques qui ont mis en contact et en conflit des peuples et des langues. Ainsi, F. Roche nous parle, outre de l’arrivée d’une nouvelle langue (le français), du déséquilibre entre les différentes langues kanak, conséquence de la colonisation en Nouvelle-Calédonie ; pour les Kurdes irakiens ayant répondu à l’enquête de N. Ali Hussein, c’est l’arrivée d’immigrés et de réfugiés Arabes irakiens qui menacerait leur langue et leur identité. M. Joshi étudie « l’émergence d’identifications régionales et religieuses à partir d’un aperçu sur le processus de création des Etats fédéraux en Inde ».

14Parmi les éléments qui définissent la communauté (linguistique), la langue semble occuper une place importante (c’est le cas pour la communauté kurde) mais qui ne saurait à elle seule être un trait déterminant si on ne l’associe pas à d’autres éléments, qui peuvent varier selon les situations : la religion, la géographie, l’histoire, la caste, les habitudes sociales… Les rapports entre la communauté et la/les langue/s apparaissent dans ce dossier dans toute leur complexité :

- Dans certains cas, la maitrise et/ou la pratique de la langue ne semblent pas être indispensables au sentiment d’appartenance à la communauté (linguistique) : c’est ainsi dans la société plurilingue de la Nouvelle-Calédonie, pour les jeunes kanaks nés à Nouméa dans les années 80 et 90 interviewés par F. Roche ; ou encore pour les jeunes Algériens partagés, comme le montre l’enquête de C. Dahou, entre une pratique courante mais dévalorisée du darija, et un rapport très problématique à la langue de religion.

- La question de la norme (et de la variation) et du standard revient dans plusieurs articles : la norme locale des Bosniaques du Sandjak, qui « ne constitue pas nécessairement un élément central dans la définition de la « communauté idéologique » dont il est question dans l’article de K. Djordjevic Léonard ; les dialectes kurdes, favorisés par la séparation politique et géographique des Kurdes, qui résistent à la standardisation et constituent à être une pierre d’achoppement pour la « nation kurde » (N. Ali Hussein).

- La complexité apparaît aussi par rapport aux divers statuts des langues qui composent le/les répertoire/s des membres de la communauté(résultat des particularités historiques, sociales, politiques et/ou culturelles inhérentes à chaque situation) : il est question dans les articles qui composent ce dossier de langues officielles/nationales/locales/ethniques ; de langue de la colonisation, de langue de la religion ;de langues majoritaires/ minoritaires, de langues dominantes/ dominées/en danger ; de langues premières/maternelles/de scolarisation/secondes/ étrangères ;de langues standards, véhiculaires, sacrées… autant de statuts qui rendent compte des rapports multiples entre les langues et les individus, les groupes, les communautés et/ ou la société.

15Ce dossier se termine sur une brève contribution d’Henri Boyer qui revient sur l’association de la notion de communauté linguistique (Labov) à celle de marché linguistique (Bourdieu et Rossi-Landi) en montrant les incidences de l’imaginaire collectif sur la variation linguistique en France.

16Cet ensemble de travaux n’a pas la prétention de traiter de manière exhaustive la question de la communauté linguistique, mais il nous semble qu’il peut apporter des éléments de réflexion qui seront sans aucun doute enrichis et complétés par des travaux en cours et à venir.

Haut de page

Bibliographie

Bachmann C., Lindelfeld J. et Simonin J., 1981, Langages et communications sociales, Paris, Crédif-Hatier.

Baggioni D. et al, 1997, « Communauté linguistique », in Moreau (éd.) Sociolinguistique : les concepts de base, Sprimont, Editeur Pierre Mardaga, p. 88-93.

Biichlé L. et Abouzaïd M., 2011, « Ainsi meurt la « communauté linguistique »… », Carnets d’Ateliers de Sociolinguistique (CAS) n° 3, en ligne https://www.u-picardie.fr/LESCLaP/spip.php ?article62 (consulté en septembre 2015)

Bloomfield L., 1970, Le langage, Paris, Payot.

Bourdieu P., 1982, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard.

Boutet J. et Heller M., 2007, « Enjeux sociaux de la sociolinguistique : pour une sociolinguistique critique », Langage et société, 121-122, p. 305-318.

Boyer H., 2003, « Le poids des représentations sociolinguistiques dans la dynamique d’un conflit diglossique », in A. Boudreau, L. Dubois, J. Maurais et G. McConnell éds., Colloque international sur l’Ecologie des langues (21-23 août 2002, Memramcook, Nouveau Brunswick).Paris, L’Harmattan, p. 171-184.

Bretegnier A., 2010, « Renoncer à la « communauté linguistique » ? », in H. Boyer (dir), Pour une épistémologie de la sociolinguistique, Limoges, Ed. Lambert-Lucas, p. 107-115.

Calvet Louis-Jean, 2005, La Sociolinguistique, Paris, PUF, 5ème édition.

Fishman J.A., 1971, Sociolinguistique, Paris, Nathan.

Gumperz J., Hymes D. (eds.), 1972, Directions in sociolinguistics: the ethnography of communication, New York, Holt, Rinehart et Winston.

Hymes D., 1974, Studying the interaction of language and social life, in Foundations in sociolinguistics, London, p. 29-66.

Labov W., 1976, Sociolinguistique, Paris, Minuit.

Martinet A., 1969, Langue et fonction, Paris, Gauthier/Denoël.

Haut de page

Notes

1 Document signé à Barcelone en juin 1996 par l'UNESCO, les PEN clubs et divers organismes non gouvernementaux.

2 Cette question a été soulevée par plusieurs chercheurs (cf. Bretegnier 2010, Biichlé et Abouzaïd 2011).

3 Ces travaux ont fait l’objet d’une double évaluation anonyme à laquelle ont participé, outre les coordinatrices de ce numéro : Henri Boyer, Ksenija Djordjevic Léonard, Philippe Martel, Bruno Maurer et Jean-Marie Prieur. Nous tenons à les remercier vivement de leur contribution précieuse et efficace.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carmen Alén Garabato et Alexia Kis-Marck, « Le concept de « communauté linguistique » face à la réalité du terrain », Lengas [En ligne], 77 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://lengas.revues.org/866  ; DOI : 10.4000/lengas.866

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org