Navigation – Plan du site

"Vous venez d’où pour avoir cet accent ?"

La communauté linguistique comme marché soumis à l’imaginaire de la communauté.
D'ont venètz per aver aquel accent ?
Henri Boyer

Résumés

À partir de l’association des notions de communauté linguistique et de marché linguistique on cherche à mettre en évidence l’impact de l’imaginaire de la communauté linguistique française (imaginaire ethno-socio-linguistique) sur la dynamique des marchés linguistiques officiels, en considérant comme moteur principal une idéologie linguistique séculaire : l’unilinguisme. La modélisation ainsi brièvement exposée est utilisée pour analyser le phénomène de stigmatisation/illégitimation dont sont victimes en France les « accents » non conformes à la norme dominante en la matière et singulièrement l’ « accent du Midi ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 "La communauté linguistique se définit moins par un accord explicite quant à l'emploi des éléments (...)
  • 2 Il est évident que communautaire dans mon propos est l'adjectif correspondant à communauté (linguis (...)

1Il me semble que la première vertu de la définition de la "communauté linguistique" par William Labov1 est d’avoir réuni sous un même toit la pratique langagière et sa représentation, les usages et leurs évaluations (normées) et de consacrer définitivement la variation comme principe fondamental de l’activité linguistique, une variation sous contrôle communautaire2 bien évidemment.

  • 3 Dans "Le changement linguistique", entretien avec W. Labov, Actes de la Recherche en Sciences Socia (...)

2Cependant, malgré la rupture que représente l’hypothèse de Labov sur le statut de cette variation (co-variation) au sein de la communauté linguistique, il me semble que la notion de communauté linguistique s’éclaire d’être associée à celle de marché linguistique développée par Pierre Bourdieu à propos de la construction d’une « économie des échanges symboliques » qui fait interagir « les dispositions, socialement façonnées, de l’habitus linguistique » et « les structures du marché linguistique, qui s’imposent comme un système de sanctions et de censures spécifiques » (Bourdieu 1982 : 14 ; c’est moi qui souligne). La pertinence de la notion est confirmée par Labov lui-même qui, dans un entretien avec Pierre Bourdieu et Pierre Encrevé considère que la notion de marché linguistique correspond à une « réalité empirique »3. Le marché linguistique, fait d’usages et de valeurs attribuées à ces usages est constitué en premier lieu de « marchés officiels (marchés mondain, scolaire, politique, administratif » (Bourdieu 1982 : 45) :

plus le marché est officiel, c’est-à-dire pratiquement conforme aux normes de la langue légitime, plus il est dominé par les dominants, c’est-à-dire par les détenteurs de la compétence légitime, autorisés à parler avec autorité (Ibid : 64).

Le marché linguistique qui tend pour des raisons évidentes de contrôle à l’ « unification » est donc malgré tout soumis à une certaine hétérogénéité : depuis « les [marchés les] plus complètement soumis aux normes dominantes [les « marchés dominants »] jusqu’aux plus complètement affranchis de ces lois [les «marchés francs »] » (Bourdieu 1983 : 103).

  • 4 Cité par ailleurs dans : Robert Lafont, Le travail et la langue, Paris, Flammarion, 1978.

3La même mise en équation avait été clairement énoncée en son temps par Ferruccio Rossi-Landi4 :

Una comunità linguistica si presenta como un a specie di immenso mercato, nel quale parole, espressioni e messagi circolano come merci. Possiamo chiederci quali siano le regolarità che reggono la ciercolazione delle parole ed espressioni e dei messaggi, a cominciare dai valori secondo i quali essi vengono consumati e scambiati (Rossi-Landi 1968 : 83).

  • 5 Ma conception de l'imaginaire ethno-socio-linguistique est quelque peu différente de celle de l'Ima (...)
  • 6 Concernant la définition de l'"accent" ici (comme du reste dans les travaux de sociolinguistique en (...)

4Il convient ici d’introduire une troisième notion aux deux qui viennent d’être déclinées : celle d’imaginaire ethno-socio-linguistique5 c’est-à-dire l’imaginaire de la communauté linguistique. Cet imaginaire peut être conçu comme une structure à plusieurs niveaux où s’articulent plusieurs structures socio-cognitives, depuis les idéologies jusqu’aux attitudes en passant par les représentations et qui se projette sur deux autres niveaux qui sont de l’ordre de la manifestation : les opinions et les comportements verbaux/non-verbaux. J’ai explicité ailleurs cet édifice (pour une synthèse voir Boyer 2003 : 9-19 et 41-48) et je voudrais ici simplement l’illustrer dans son implication au sein du marché linguistique dominant français, à propos d’un fonctionnement socio-phonétique dont de nombreux observateurs s’accordent à penser qu’il présente une forte singularité communautaire, toute communauté linguistique ayant par ailleurs un imaginaire qui livre des instructions ethnosociolinguistiques, orientant ainsi la dynamique linguistique de cette communauté et inspirant la circulation de la langue et des discours. Ce fonctionnement représentatif par excellence de l’état de notre marché linguistique et de l’imposition de la norme légitime qui en fait un marché tendu, sélectif et donc discriminatoire c’est l’ « accent »6 (Gasquet-Cyrus 2012, Boyer 2015).

5Les étrangers en savent quelque chose. On n’entre pas de plein pied dans notre communauté linguistique et l’ « accent » y est le plus souvent un obstacle : qu’on se souvienne de l’expérience douloureuse en la matière vécue par Eva Joly lors de la dernière campagne présidentielle : quelques hommes politiques (François Fillon, Jean-Marie Le Pen…) et une personnalité chérie des médias télévisuels (Karl Lagerfeld, qui savait de quoi il parlait…) ne s’étaient pas privés pour mettre en cause sa légitimité de candidate à la magistrature suprême pour non-respect de la norme phonétique de la langue nationale. Si bien que la communication de la représentante d’Europe Ecologie – Les Verts avait produit un clip autour de cette question de l’accent déviant avec comme slogan : « Liberté, égalité, fraternité. Parce qu’une république sans accent, ça n’a pas de sens »…

  • 7 Sont évidemment exclus de la réflexion présentée ici la variation socio-phonétique en contextes loc (...)
  • 8 Et dont les caractéristiques et les représentations qui l'affectent ont été analysées comme apparte (...)

6On doit s’interroger sur les motivations de ce qu’il faut bien qualifier d’illégitimation de la variation phono-prosodique du français sur les marchés linguistiques dominants, entre autres les champs politique et médiatique nationaux7 français, singulièrement pour ce qui concerne « l’accent » « du Midi »/ « méridional », « provençal », « de Marseille » ou encore « du Sud » (bien qu’il n’ait pas l’exclusivité de l’illégitimation)8.

7Voici un exemple parmi bien d’autres emprunté à une séquence d’une émission de variétés : « Tapis rouge » (émission créée et animée par Michel Drucker, sur France 2, en début de soirée), diffusée à l’occasion de la 19e Fête de la Musique :

A l’invitation de l’animateur-vedette depuis le plateau, une jeune journaliste chargée de couvrir un concert de David Hallyday interroge une spectatrice proche d’elle :
Mademoiselle ça se passe comment la Fête de la Musique pour vous ce soir ?
Réponse enthousiaste de la jeune femme, avec une prononciation méridionale (francitane) appuyée (Boyer 1991) :

C’est génial on s’éclate c’est super

8L’échange aurait pu en rester là… Cependant il s’est poursuivi, pour le plus grand plaisir du sociolinguiste :

La jeune journaliste :
Vous venez d’où pour avoir cet accent ?
La spectatrice ne saisit pas bien la question :
Comment ?
Qu’à cela ne tienne, on insiste :
Vous venez d’où pour avoir cet accent ?
Réponse :
Je viens de Lot-et-Garonne
Surprise :
Vous avez fait tout ce chemin pour ce soir ?
Explication :
Je travaille sur Paris mais depuis huit ans
Evaluation de la journaliste :
C’est une chance !

9Le responsable principal de cet ostracisme langagier (ici on est clairement dans l’ordre du mépris) en est une idéologie particulièrement prégnante qui structure historiquement l’imaginaire de la communauté linguistique française (et n’est pas sans incidence sur les communautés francophones autres que françaises) (Francard éd. 1993-1994) : l’unilinguisme (Boyer 2000), dont l’un des impératifs est l’imposition d’une norme (la seule légitime) sur les « marchés [linguistiques] officiels », « dominants » (Bourdieu 1982 et 1983).

10En effet, l’histoire sociolinguistique et glottopolitique de la France articule deux processus, l’un concernant les représentations et usages du français, l’autre la relation de la langue française aux autres langues concurrentes sur le territoire de l’État national. Il s’agit de deux processus solidaires inspirés par cette même idéologie hautement coercitive qui a opéré dès l’institution du français dans deux directions : l’ une d’ordre intra-linguistique (une représentation qui prescrit la « pureté » de la langue française et le respect scrupuleux de son intégrité) et l’autre d’ordre inter-linguistique (une représentation qui vise à proscrire toute langue concurrente sur le territoire du Royaume puis de la République et donc à y imposer l’exclusivité sociétale du français).

11En France, la normativisation ou, comme le dit S. Auroux, la grammatisation , c’est-à-dire « le processus qui conduit à décrire et à outiller une langue sur la base de deux technologies, qui sont encore aujourd’hui les piliers de notre savoir métalinguistique : la grammaire et le dictionnaire » (Auroux 1992 : 28) a subi une dérive : au lieu d’établir des normes linguistiques ouvertes, les normativisateurs ont verrouillé cette grammatisation par la mise en œuvre de normes exclusives, faisant obstacle à la variation et au changement, prérogatives de toute langue vivante (Boyer 2000).

12Si l’« accent » relève bien de la variation sociolinguistique, il relève surtout d’une évaluation de cette variation (Labov 1976, Gadet 1989 et 2007, Boyer 2003,) faite par les usagers de la langue, singulièrement par ceux qui pensent ne pas avoir d’« accent » (Léon 1993 : 217-218, Harmegnies 1997 : 9- 10 ; également Boyer 1991, Gasquet-Cyrus 2010). C’est bien cette dimension évaluative qui sollicite prioritairement l’attention du sociolinguistique (voir par exemple Pustka 2001, Binisti 2003, Weck 2008, Gasquet-Cyrus 2012, Boyer 2015). L’évaluation en question est évidemment la résultante de l’unilinguisme intra-linguistique dont il vient d’être question.

  • 9 Mais aussi sur les marchés francs (Bourdieu 1983), comme par exemple ceux de groupes de jeunes méri (...)
  • 10 Certes les instances médiatiques peuvent accueillir la variation, à certaines conditions et surtout (...)

13L’unilinguisme à teneur hypernormative a une incidence décisive sur les marchés linguistiques dominants de la communauté linguistique nationale9, singulièrement sur les champs politiques et médiatiques (radio et TV), parfaitement intriqués au sein d’un marché particulièrement dominant : le champ du pouvoir (Bourdieu 2013) et il impacte lourdement les attitudes des Français (comme l’insécurité linguistique, étudiée par Labov) : il n’autorise aucun écart quant à la norme établie.10 Et il est parfaitement légitime de parler d’un « fétichisme de la langue » (Bourdieu et Boltanski 1975) qui se manifeste régulièrement au travers d’opinions sur la langue, ses usages, portées par des discours épilinguistiques aussi bien ordinaires que scolaires ou médiatiques. Les comportements sociolinguistiques ne sont évidemment pas en reste, comme en témoigne la stigmatisation des usages déviants : même la variation est a priori suspecte et spontanément rejetée, fût-elle parfaitement fondée. Il n’y a donc pas lieu de s’étonner de l’homogénéisation continue des marchés linguistiques dominants. En fait, l’impact de l’unilinguisme qui règne sur notre imaginaire ethnosociolinguistique avec sa représentation fondamentalement puriste de la langue française concerne aussi bien le pouvoir politique (au moins depuis le milieu du XXe siècle, et singulièrement depuis l’avènement de la Ve République et l’accentuation de l’hyper-centralité de ce même pouvoir) que les institutions médiatiques nationales, elles aussi hyper-centralisées.

  • 11 Qualification présente parfois dans le discours de presse sous la forme du stéréotype phono-graphiq (...)

14Ainsi la stigmatisation de l’« accent du Midi », de nature fondamentalement idéologique, se traduit tout naturellement par une illégitimation sur les marchés linguistiques fortement intégrés (ceux du politique et des médias nationaux en premier lieu), qui interdit aux premiers rôles (et aux prétendants à ces premiers rôles ) toute déviance par rapport à la norme légitime : on n’imagine pas un présentateur de JT d’une grande chaîne ou un possible candidat à la Présidence de la République parlant « avec l’accent »11. C’est vrai surtout pour le cercle relativement fermé des « stars » du petit écran et de la politique mais c’est vrai aussi pour les « chroniqueurs » qui entourent les animateurs vedettes des nombreux talk-shows diffusés sur l’ensemble des chaînes du PAF. C’est même vrai (de plus en plus semble-t-il) pour les seconds rôles télévisuels que sont les journalistes chargés de présenter la météo et ceux chargés de rendre compte des résultats sportifs. Quant au personnel politique, la tolérance envers l’« accent » non standard (et tout particulièrement l’« accent méridional ») s’arrête au deuxième cercle.

15Le dispositif normativisateur et coercitif qui vient d’être (sommairement) décrit et illustré peut être résumé par la figuration ci-après. Une figuration qui essaie de mettre en évidence l’impact de l’imaginaire ethno-socio-linguistique et singulièrement le rôle joué par l’idéologie unilinguiste sur les marchés linguistiques officiels :

Haut de page

Bibliographie

Auroux Sylvain (dir.), 1992, Histoire des idées linguistiques, Liège, Pierre Mardaga, T 2.

Binisti Nathalie, 2003, "Quatre jeunes Marseillais en mobilité sociale : entre "contacts d’accents" et "contacts de représentations", dans Jacqueline Billiez (dir.), Contacts de langues. Modèles, typologies, interventions, Paris, L’Harmattan

Bourdieu Pierre, 1982, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard.

Bourdieu Pierre, 1983, "Vous avez dit "populaire" ?", Actes de la Recherche en Sciences Sociales n° 46.

Bourdieu Pierre, 2013, "Séminaires sur le concept de champ, 1972-1975", Actes de la Recherche en Sciences Sociales n° 200, Paris, Le Seuil

Bourdieu P. et Boltanski L., 1975, “Le fétichisme de la langue”, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n 4.

Boyer Henri, 1991, Langues en conflit, Paris, L’Harmattan.

Boyer Henri, 1997, ""Nouveau français", "parler jeune" ou "langue des cités" ? Remarques sur un objet linguistique médiatiquement identifié", Langue française n° 114, p. 6-15.

Boyer Henri, 2000, "Ni concurrence, ni déviance : l’unilinguisme français dans ses œuvres", Lengas. Revue de sociolinguistique n° 48

Boyer Henri, 2003, De l’autre côté du discours, Paris, L’Harmattan.

Boyer Henri, 2013, ""Patois" : le déni français de glossonyme", dans G. Kremnitz et al. dirs., Histoire sociale des langues de France, Rennes, Presses Universitaire de Rennes.

Boyer Henri, 2015, "La mise en scène télévisuelle des "accents" et autres variations sociolinguistiques : quelques observations en discours publicitaire", dans J-C Soulages éd., L’analyse de discours. Sa place dans les sciences du langage et de la communication. Hommage à Patrick Charaudeau, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Carton Fernand, 1987, "Les accents régionaux", dans G. Vermes et J. Boutet dirs. France, pays mutilingue, T2 Pratiques des langues en France, Paris, L’Harmattan.

Francard Michel éd., 1993-1994, L’insécurité linguistique dans les communautés francophones périphériques, Cahiers de l’Institut de Linguistique de Louvain n° 19. 3-4 et 20, 1-2.

Gadet Françoise, 1989, Le français ordinaire, Paris, Armand Colin.

Gadet Françoise, 2007, La variation sociale en français, Paris, Ophrys.

Gasquet-Cyrus Médéric, 2010, "L’accent : concept (socio)linguistique ou catégorie de sens commun", dans H. Boyer dir. , Pour une épistémologie de la sociolinguistique, Limoges, Lambert-Lucas.

Gasquet-Cyrus Médéric, 2012, "La discrimination à l’accent en France : idéologies, discours et pratiques", Cahiers d’Atelier de Sociolinguistique 6.

Harmegnies Bernard, 1997, "Accent", dans Marie-Louise Moreau (éd.), Sociolinguistique, Les concepts de base, Liège, Mardaga.

Houdebine Anne-Marie, 1993, "De l’imaginaire des locuteurs et de la dynamique linguistique", Cahiers de l’Institut de Linguistique de Louvain n° 19, 3-4.

Labov William, 1976, Sociolinguistique, Paris, Editions de Minuit.

Lehka-Lemarchant Iryna, 2011, "La stratification stylistique d’un indice prosodique de l’accent dit "de banlieue" – Enquête auprès de jeunes Rouennais", Lidil 44.

Leon Pierre, 1993, Précis de phonostylistique, Paris, Nathan.

Mazel Jean, 1975, "Français standard et français d’Oc", Cahier n° 2 du Groupe de Recherche sur la Diglossie, Montpellier, Université Paul-Valéry.

Mazel Jean, 1982, "Vous avez dit francitan ?", Cahiers de Linguistique Sociale n° 4-5 (Actes du Colloque de Montpellier : "Situations de diglossie").

pustka Elissa, 2011, « L’accent méridional : représentations, attitudes et perceptions toulousaines et parisiennes », Lengas. Revue de sociolinguistique, n° 69, Montpellier, PULM.

Rossi-landi Ferruccio, 1968, Il linguaggio come lavoro e come mercato, Milano, Bompiani.

Weck Françoise, 2008, Putain d’accent ! Comment les Méridionaux vivent leur langue, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 "La communauté linguistique se définit moins par un accord explicite quant à l'emploi des éléments du langage que par une participation conjointe à un ensemble de normes" (Labov 1976: 187).

2 Il est évident que communautaire dans mon propos est l'adjectif correspondant à communauté (linguistique), sans lien avec le dérivé "communautarisme".

3 Dans "Le changement linguistique", entretien avec W. Labov, Actes de la Recherche en Sciences Sociales n° 46, mai 1983, p. 71.

4 Cité par ailleurs dans : Robert Lafont, Le travail et la langue, Paris, Flammarion, 1978.

5 Ma conception de l'imaginaire ethno-socio-linguistique est quelque peu différente de celle de l'Imaginaire Linguistique, notion avancée par Anne-Marie Houdebine, qui me semble prioritairement focalisée sur divers types de normes linguistiques à l'œuvre dans la communauté linguistique (Houdebine 1993: 32-33)

6 Concernant la définition de l'"accent" ici (comme du reste dans les travaux de sociolinguistique en général), il est clair que le terme n'a pas le sens qui est le sien dans le métalangage de la phonétique comme discipline spécifique au sein de l'ensemble des sciences de langage (on y parle par exemple d'"accent fixe" d'"accent libre", ou encore d'"accent tonique"), mais un sens plus répandu qui relève plutôt du discours épilinguistique ordinaire : celui d'un ensemble limité de traits phoniques (de prononciation) et d'intonation qui constituent autant de repères pour une identification géolinguistique/ sociolinguistique (c'est-à-dire surtout géographique mais aussi sociale, générationnelle …) généralement sur le mode stéréotypique. Mes réflexions ne concernent que l'"accent régional" considéré par le phonéticien Fernand Carton comme un ensemble d' « indices phonétiques qui sont susceptibles de caractériser une région indépendamment des autres faits linguistiques comme le vocabulaire » (Carton 1987 : 29; c'est moi qui souligne). Pierre Léon souligne par ailleurs que « la reconnaissance pour l'autre d'un accent implique plus ou moins l'idée de censure normative » (Léon 1993: 218)

7 Sont évidemment exclus de la réflexion présentée ici la variation socio-phonétique en contextes locaux et régionaux, métropolitains et extramétropolitains de l'Etat français. Sur ces espaces d'autres logiques peuvent être à l'œuvre.

8 Et dont les caractéristiques et les représentations qui l'affectent ont été analysées comme appartement à l'interlecte baptisé "francitan" par les sociolinguistes du domaine d'Oc (voir par ex. Mazel 1975 et 1982, Boyer 1991).

9 Mais aussi sur les marchés francs (Bourdieu 1983), comme par exemple ceux de groupes de jeunes méridionaux identifiés comme "Piches" (Boyer 1991: 192-202): on peut observer ici une sorte d'exhibition emphatique du parler stigmatisé, en particulier de sa composante socio-phonétique.

10 Certes les instances médiatiques peuvent accueillir la variation, à certaines conditions et surtout lorsqu'elle prend l'apparence d'une dissidence. Car le conflit, dûment cadré, intéresse le spectacle médiatique (y compris scriptural). C'est ce que j'ai essayé de mettre en évidence dans plusieurs publications à propos du « parler des jeunes des cités » (voir en particulier Boyer 1997). Mais on sait combien est stigmatisé aujourd'hui sur les marchés officiels "l'accent dit "de banlieue"" (Iryna Lehka-Lemarchant 2011). Le centre reprend vite ses droits sur la périphérie…

11 Qualification présente parfois dans le discours de presse sous la forme du stéréotype phono-graphique "Avé l'assent" (voir par ex. le titre sur toute la Une de Midi Olympique du 13-19 décembre 1993).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/868/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Boyer, « "Vous venez d’où pour avoir cet accent ?" », Lengas [En ligne], 77 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 29 juillet 2017. URL : http://lengas.revues.org/868  ; DOI : 10.4000/lengas.868

Haut de page

Auteur

Henri Boyer

Université Paul-Valéry Montpellier (Laboratoire DIPRALANG-EA 739)

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org